Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La loi Edgar Faure

 | 
David Valence
, 
Bruno Poucet

Deuxième partie. Une loi « libérale » pour répondre à la crise de mai 68

Une loi à front renversé ?

La loi Faure et les syndicats enseignants (1967-1969)

Ismail Ferhat

Texte intégral

1« Si la loi est bonne, elle se situe dans un contexte qui est mauvais. » Cette affirmation de la Revue socialiste relative à la loi d’orientation de 1968 dite loi Faure peut surprendre dans sa contradiction, elle peut surtout être comparée aux déclarations parfois très hostiles de certaines personnalités du monde universitaire proches de la majorité gaulliste à ce même texte de loi. Les passions suscitées par celle-ci dans le monde universitaire, et particulièrement dans le syndicalisme enseignant, ont été en effet aussi fortes que paradoxales.

  • 1 P. Rosanvallon, Le modèle politique français, Paris, Le Seuil, 2004.

2L’importance et le caractère conflictuel que prennent les sujets éducatifs ne sont probablement pas le plus mince – ni le plus simple – élément du « modèle politique français » décrit par l’historien Pierre Rosanvallon1. Les questions scolaires ont depuis les lois Ferry de 1881-1882 une place particulière dans les politiques et le débat public de la République française. Cette spécificité ressurgit à la Libération, qui coïncide avec une transformation profonde de l’école française (unification progressive du second degré, demande scolaire et accessibilité croissante même si différenciée de toutes les couches sociales aux études longues). La loi Faure n’a pas échappé aux fortes réactions qui entourent les questions relatives à l’Université, et particulièrement celles issues des syndicats enseignants. Dans une situation de croissance spectaculaire des effectifs étudiants et enseignants de l’enseignement supérieur, le syndicalisme enseignant participe de ce fait à un débat plus large sur les transformations ou les permanences qui doivent être celles de l’université française. Le poids du syndicalisme enseignant est néanmoins déterminant dans les questions éducatives : les divisions de celui-ci expliquent en partie les non-choix de la IVe République en matière scolaire. De ce point de vue, le grand moment d’histoire éducative de la République qu’a constitué la loi d’orientation de 1968 a révélé une configuration inédite dans le monde syndical.

3En ce sens, comment la loi Faure révèle plus qu’elle ne crée de profonds clivages parmi les organisations syndicales enseignantes ? En quoi cette réforme suscite-elle un débat « à front renversé » qui déconnecta positionnements vis-à-vis de la loi Faure et sensibilités politiques habituelles des syndicats enseignants ?

Lexique du paysage syndical enseignant des années 1960
– La FEN (Fédération de l’Éducation nationale) est la force syndicale largement majoritaire de l’Éducation nationale de 1946 à 1992. Elle comprend plusieurs syndicats dont les plus importants sont : le SNI (premier degré), le SNES (second degré général et technique), le SNESup (enseignants du supérieur). La FEN est dirigée par une majorité de sensibilité socialisante, et comprend une minorité communisante (dirigeant le SNES) et une minorité d’extrême-gauche.
– Le SGEN (Syndicat Général de l’Éducation nationale) est le syndicat de l’Éducation nationale de la CFDT. C’est la seconde force syndicale du monde enseignant, présente plutôt dans le secondaire et le supérieur. Elle exprime son soutien à un socialisme démocratique et humaniste.
Dans l’enseignement supérieur, historiquement moins syndiqué que les autres degrés d’enseignement, trois forces d’inégale importance s’imposent :
– Le SNESup (syndicat national de l’enseignement supérieur) est dirigé par l’extrême gauche entre 1967 et 1969, et par une tendance proche du Parti communiste hors de cette période.
– La FSAESR (Fédération nationale des syndicats autonomes de l’enseignement supérieur et de la recherche) est de sensibilité modérée/conservatrice, et est dirigée par Georges Vedel, doyen de la faculté de droit de Paris. Elle entretient des liens avec des syndicats modérés ou conservateurs du secondaire comme le SNALC (syndicat national des lycées et des collèges) et la CNGA (Confédération nationale des groupes autonomes, née en réaction de Mai 1968).

La réforme avant la réforme : quelle(s) université(s) veulent les syndicats enseignants ?

Des clivages déjà sensibles avant Mai 1968

4Les positionnements des organisations syndicales enseignantes vis-à-vis de la loi Faure sont certes le fruit de leur expérience de Mai 1968 (source de complexité et de divisions, y compris internes) et de leur appréciation du texte lui-même, qui a par ailleurs été amendé. Cependant, ces positions sont aussi intégrées à des modes de perception des questions d’enseignement supérieur apparaissant dès avant les événements sociaux et étudiants. Ces perceptions sont d’ailleurs remarquablement stables, les positions préexistant à Mai 1968 tout en étant radicalisées par cet événement. Les revendications du syndicalisme enseignant (particulièrement celui des universitaires) vis-à-vis de l’enseignement supérieur sont liées à deux facteurs. D’une part la première massification de l’université dans les années 1960 entraîne des transformations profondes de la sociologie du monde universitaire, en relation avec les mutations d’une France en pleine euphorie modernisatrice. D’autre part, les projets éducatifs pour l’enseignement supérieur obéissent à une série de clivages déjà bien définis avant Mai 1968.

Une sociologie des universitaires transformée par la massification des années 1960

  • 2 A. Monchablon. « Mouvement étudiant 1936 et mouvement étudiant 1968 : une comparaison impossible ? (...)
  • 3 Pour un panorama de cette thèse du déclassement des étudiants en Mai 68, cf. M.-F. Fave-Bonnet, N. (...)

5Élément capital, rappelé à la fois par les témoignages de l’époque et par les études de sciences sociales sur le sujet, l’université connaît une massification de ses effectifs dans les années 1960. Entre 1960 et 1967, le nombre d’étudiants double, atteignant en 1968 près de 440 000 étudiants2. Certains auteurs mettent en relation d’ailleurs l’accroissement du nombre d’étudiants et leur crainte d’un relatif déclassement et Mai 19683. L’évolution est encore plus spectaculaire pour les enseignants du supérieur, dont les effectifs connaissent une forte augmentation.

  • 4 A. Prost, Histoire générale de l’Enseignement et de l’éducation, Paris : Perrin, 2004, t. IV, p. 3 (...)

Graphique 1. – L’explosion numérique des effectifs enseignants à l’Université durant les années 19604.

Graphique 1. – L’explosion numérique des effectifs enseignants à l’Université durant les années 19604.
  • 5 E. Picard « Les universitaires de Mai 68 : tensions structurelles et radicalisation syndicale auto (...)

6Cette inflation quantitative entraîne des transformations plus profondes de la sociologie et de l’ethos des universitaires. Comme le souligne Emmanuelle Picard5, un certain équilibre existait jusqu’en 1960 entre le nombre de professeurs et celui des assistants. Cette égalité numérique, à défaut de signifier l’égalité statutaire, favorisait néanmoins un système de reproduction relativement harmonieux des universitaires (et in fine l’acceptation en leur sein des hiérarchies de statut). Or, la croissance numérique des années 1960 a surtout été celle des assistants et maîtres-assistants, cette dernière catégorie étant multipliée par 11 entre 1960 et 1968. En conséquence, un certain malaise s’installe dans un corps d’assistants qui n’est plus sûr désormais d’accéder au professorat d’université. De plus, par leur âge, leur sociologie et leur parcours, ils sont proches des étudiants et des organisations étudiantes, particulièrement l’UNEF. Idéologiquement, ces assistants sont travaillés par des courants politiques mal représentés dans le champ politique traditionnel : extrême-gauche, chrétiens de gauche, « nouvelle gauche » inspirée de nouveaux théoriciens, tiers-mondisme.

  • 6 J. Tyssens, « Quelques éléments d’histoire du SNESup, 1945-1972 », SNESUP no 563, mars 2008.

7Cependant, certains auteurs comme l’historien Jeffrey Tyssens nuancent le lien de causalité entre les transformations quantitatives et qualitatives du monde universitaire et les positions de ses syndicats6. Selon lui, les assistants et maîtres assistants, s’ils sont un des piliers de la contestation universitaire, reflètent des clivages communs à l’ensemble des enseignants du supérieur et leurs organisations syndicales.

Les positions présentes au sein du syndicalisme enseignant : une matrice des débats lors de la loi Faure

8Face aux transformations de l’université, les syndicats enseignants, mais aussi les spécialistes du système éducatif et les hauts fonctionnaires proposent dès avant Mai 1968 des projets de réforme. Trois sensibilités émergent :

9– Un bloc majoritaire du syndicalisme enseignant, pris globalement et donc majoritairement hors de l’université, est pour la « démocratisation de l’enseignement supérieur ». La transformation des structures universitaires est une nécessité pour accueillir les flux d’étudiants, à la fois numériquement et qualitativement, ainsi que pour faire participer l’ensemble de la communauté universitaire à la gestion de l’enseignement supérieur. C’est en particulier le cas des forces majeures du syndicalisme enseignant, la FEN et la SGEN-CFDT. La seconde organisation, dès sa motion « structure des universités » d’avril 1967, prône une réforme de celles-ci, qui annonce largement les grandes lignes de la loi Faure (élection du président d’université, création d’universités transdisciplinaires, autonomie). La FEN, lors du colloque du Comité national d’action laïque (dont elle est membre), prône en décembre 1967 « la démocratisation de l’enseignement » supérieur. Ces positions sont d’ailleurs partagées par une partie des élites administratives et politiques, qui souhaitent adapter l’université à la modernisation tout azimut que la France connaît dans les années 1960.

  • 7 G. Antoine J.-C. Passeron, La Réforme de l’université, Paris, Calmann-Lévy, 1966, p. 262.

10Les deux organisations, FEN et SGEN, envoient ainsi des participants aux colloques de Caen (11-13 novembre 1966) et d’Amiens (15-17 mars 1968) organisés par l’Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique, où des syndicalistes, hauts-fonctionnaires, universitaires et politiques souhaient dessiner une nouvelle université. Cette sensibilité réformatrice plus que contestataire a intégré les recherches sociologiques, ainsi celles de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron. Elle en tire de nouvelles conceptions pédagogiques. Signe du lien entre constat sociologique et réforme éducative, le second sociologue et Gérald Antoine, recteur d’Orléans-Tours, affirment « la nécessité de revendications qualitatives, c’est-à-dire la remise en cause du contenu de l’enseignement et des formes autoritaires du rapport pédagogique traditionnel7 ».

11– Second bloc, plus hostile à des transformations de l’université, le syndicalisme autonome est bien implanté chez les professeurs d’université, et certaines facultés (médecine, droit, lettres), notamment là où il est radicalisé par la confrontation avec une extrême gauche activiste. La Fédération Nationale des Syndicats Autonomes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (FSAESR), le syndicat du secondaire SNALC et la Société des agrégés constituent les principales organisations de cette sensibilité. Celle-ci est divisée entre plusieurs tendances, qui se cristallisent en 1967-1968 sur le débat relatif à la sélection des étudiants en premier cycle universitaire. Le dirigeant de la FSAESR, le professeur de droit Georges Vedel, a une position modérée, prônant une sélection progressive sur le premier cycle et des réformes de structure pour adapter l’université. D’autres « autonomes », notamment ceux du syndicat des Lettres (SAEL), dirigé par Frédéric Deloffre, ou le doyen de la faculté des sciences de Paris, Marc Zamansky, prônent une position beaucoup plus dure, favorable à la prééminence des enseignants de rang magistraux et des logiques disciplinaires. Cette sensibilité affirme la nécessité de la sélection à l’entrée de l’université, sujet divisant d’ailleurs la FSAESR. Paradoxalement, celle-ci est plus modérée globalement que les organisations du second degré de même sensibilité (SNALC, Société des agrégés).

  • 8 Voir sur le sujet l’étude de R. Morder, « Les rapports UNEF/FEN 1945-1986 : le syndicalisme comme (...)

12– Dernier bloc, un groupe veut une transformation radicale de l’enseignement supérieur. Celui-ci est constitué par une mouvance regroupant l’extrême gauche, le SNESup et l’UNEF. En 1967, le SNESup, jusque-là dirigé par une mouvance de sensibilité communisante, est conquis par l’extrême gauche. Nombre de ses dirigeants sont passés par l’UNEF8, et Alain Geismar (SNESup) et Jacques Sauvageot (UNEF) se retrouvent dans de nombreux combats (lutte contre la sélection à l’université, tiers-mondisme). Des actions conjointes, ainsi celle relative aux études médicales le 25 septembre 1967, sont menées par les deux organisations. La situation de l’enseignement supérieur français est donc lue dans un cadre idéologique plus global qui en légitime la remise en cause. Le SNESup s’adresse prioritairement aux assistants et maîtres-assistants, qui sont l’essentiel de ses adhérents. Sa remise en cause de l’institution universitaire est d’ailleurs affirmée :

  • 9 Éditorial, « Il y a quelque chose de pourri », Bulletin du SNESup, septembre 1967, no 148.

« Le SNESup ne défend pas, par principe, son secteur ; il mène, au sein de l’Université, une lutte acharnée pour le transformer profondément car il le juge inadapté9. »

13Cette volonté de remise en cause radicale est confirmée dans une lettre d’Alain Geismar à Alain Peyrefitte du 13 octobre 1967.

Mai 1968, catalyseur ou générateur de clivages sur l’enseignement supérieur ?

14Les événements de Mai 1968 radicalisent les fractures du syndicalisme enseignant vis-à-vis de l’Université, à la fois entre les trois blocs qui préexistaient et en leur sein même.

  • 10 M. Singer, Le SGEN des origines à nos jours, Paris, Cerf, 1993.

15Du côté des grandes forces syndicales (FEN, SGEN), la crise montre la nécessité d’une réforme de l’enseignement supérieur, dont les structures ne seraient plus adaptées. Au sein du SGEN, une certaine opposition de générations émerge entre une sensibilité réformiste, représentée par le dirigeant historique, Paul Vignaux, et militants plus jeunes, radicalisés par Mai 196810. Le projet de la Commission enseignement supérieur du SGEN-CFDT présenté le 10 juin 1968, préfigure par ailleurs largement les grandes lignes de la loi Faure. Le secrétaire général de la FEN, James Marangé, s’alarme dès juin 1968 des excès contestataires qui risquent d’avoir des conséquences négatives pour l’enseignement supérieur. Un bouillonnement de propositions de réformes émerge au sein des grandes forces de gauche, ainsi celle du communiste Pierre Juquin présentée dans L’Humanité du 20 juin 1968 (« Pour une université démocratique et moderne »), qui prône un projet de réforme ayant une certaine proximité avec ce qu’allait être la loi Faure.

16De même, au sein de la sensibilité conservatrice, les clivages se durcissent, avec une radicalisation des positions les plus hostiles au changement. Au sein de l’enseignement secondaire émergent les « groupes autonomes », regroupés dans la CNGA qui flanque sur la droite le SNALC et rejette tout compromis avec le mouvement de Mai 1968. Le CNGA est en lien avec l’aile la plus conservatrice des syndicats autonomes de l’enseignement supérieur : les proches de Frédéric Deloffre (notamment Jacques Rougeot, assistant à la Sorbonne et fondateur de l’UNI), mais aussi Gaston Meyniel, du syndicat autonome des enseignants de médecine qui critiquent la relative modération de la FSAESR. Autour des syndicats autonomes de lettres et de médecine se constituent une mouvance très hostile à une réforme de l’Université. Celle-ci est crainte car elle pourrait remettre en cause la prééminence des enseignants de rang magistral, introduirait la cogestion ou bouleverserait plus globalement les institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche. À cela s’ajoute une peur du déclin du niveau de l’université française par l’absence de sélection, d’un certain déclassement social (sentiment particulièrement vif en médecine), et de la contestation étudiante, dont le syndicat autonome des enseignants de lettres « ne reconnaît pas la légalité » de ses assemblées générales et des décisions de celles-ci. Dès le 21 mai 1968, Le Monde publie une réaction du syndicat autonome des enseignants de la faculté de lettres hostile à la notion de « pouvoir » des étudiants.

17Au sein du SNESup, les tensions internes entre minorités plus modérées (et la majorité de la FEN) et la direction d’extrême gauche deviennent publiques à partir du 5 juin. Le 6 juin, le SNESup formule son projet de réforme, proche par certains aspects du projet du SGEN du 18 juin et de la loi Faure, mais qui demande la création d’un corps unique des enseignants d’université, ce que ne peuvent accepter les maîtres de conférences et les professeurs d’université. Le 18 juin, deux membres communistes du SNESup dénoncent violemment ce qu’ils considèrent être une dérive extrémiste et sans issue, un « nihilisme anarchisant et pseudo-révolutionnaire » de leur syndicat. L’ensemble des sensibilités syndicales sur l’enseignement supérieur sont donc radicalisées par les mouvements universitaires et sociaux de mai-juin 1968.

Tableau 1. – La radicalisation des fractures syndicales en juin 1968.

SNESup-FEN (Circulaire du 27 mai 1968)

FEN (Éditorial du secrétaire général James Marange, EP n o 11, juin 1968)

SGEN-CFDT (Plateforme de la CFDT pour les élections législatives de juin 1968)

CNGA (Circulaire du 22 juin 1968)

« Le SNESup ne saurait actuellement envisager une négociation, sous quelque forme que ce soit, avec le gouvernement. »

« En ce qui concerne les facultés, seule l’autonomie permet le dialogue sur place […]. Mais la définition de cette autonomie, son contenu devront être sérieusement étudiés, ceux-là mêmes qui l’ont voulue risquant parfois d’être surpris de certaines de ses conséquences. »

« La démocratisation de l’enseignement par l’égalité des chances reconnues à tous les jeunes, la modernisation de l’Université par l’accession des étudiants et des enseignants à son organisation et à sa gestion. »

« Il est probable que la poussée de contestation va mettre les pouvoirs publics, quels qu’ils soient, en situation de franchir les limites d’une réforme raisonnable ».

Les syndicats enseignants face à l’élaboration de la loi Faure (juillet 68-septembre 68)

Les syndicats enseignants et l’élaboration de la loi Faure : des positions à front renversé ?

18Le nouveau ministre de l’Éducation nationale Edgar Faure est donc confronté à des clivages à la fois antérieurs à son discours-programme du 24 juillet 1968 et durcis par les événements de Mai 1968. Son action et ses déclarations sont jugées selon cette double ligne de divisions.

  • 11 Combat, « Réactions mitigées des syndicats après la déclaration d’Edgar Faure », 26/07/1968.

19Edgar Faure trouve du côté de la FEN (à l’exclusion du SNESup, dont les relations se dégradent d’ailleurs avec sa propre fédération syndicale) et du SGEN-CFDT des interlocuteurs globalement approbateurs de son action. La FEN réagit ainsi favorablement au discours du 24 juillet, notant que « dans son économie générale et certains de ses éléments, la déclaration du ministre de l’Éducation Nationale répond à des préoccupations fondamentales depuis longtemps exprimées par les enseignants11 ». Pour ces deux forces syndicales, dont l’antigaullisme est marqué, la majorité issue des élections ne peut plus ignorer le besoin de changement de l’enseignement supérieur et agit comme un acteur contraint de réformer celui-ci. Les rencontres entre le Ministre et son cabinet avec la FEN (30 juillet et 27 août) ainsi que le SGEN (plusieurs rencontres du 23 juillet et le 17 septembre) sont perçues positivement par ces organisations. Les contacts sont doublés au niveau du cabinet et de l’administration centrale par la promotion de responsables ayant des rapports de confiance avec les organisations syndicales les plus importantes de l’Éducation nationale : le recteur Gérald Antoine, le conseiller technique au cabinet du Ministre Jacques de Chalendar, le directeur de l’enseignement supérieur, Jean Sirinelli. Ceux-ci échangent de manière régulière et souvent informelle avec la FEN et le SGEN, qui apprécient l’activité réformatrice au sommet de l’Éducation nationale.

  • 12 Signification de l’acronyme MUR : Mouvement universitaire pour la réforme.

20Du côté des syndicats plus modérés ou conservateurs, l’accueil est plus mitigé. Le 5 août, Edgar Faure reçoit les syndicats autonomes, la rencontre se passant moins bien qu’avec les forces précédentes. Mais les autonomes sont toujours profondément divisés. Dès les événements étudiants, Georges Vedel avait élaboré avec d’autres membres de la FSAESR un projet de réforme dit « projet Vedel », qui admettait la nécessité de transformations de l’enseignement supérieur. Le 12 août, le dirigeant de la fédération autonome adresse d’ailleurs une lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale, qui tout en en précisant les limites, reconnaissait la légitimité d’une réforme. Cette lettre révèle les fractures dans le syndicalisme « apolitique », puisque dès le lendemain, le 13 août, plusieurs organisations conservatrices, dont le MUR12 (d’où émerge l’UNI), le syndicat autonome des enseignants de lettres, le SNALC, les CNGA, la fédération étudiante conservatrice (la FNEF), dénoncent la politisation des universités et la faiblesse de M. Faure dans le cadre d’un « Comité de liaison pour la neutralité et la réforme de l’enseignement » (CLERU). Ce comité critique aussi Georges Vedel, perçu comme trop modéré voire complaisant face aux projets ministériels. Celui-ci réplique publiquement en mettant en cause le secrétaire du syndicat autonome de lettres, Frédéric Deloffre, et plus généralement l’aile dure du syndicalisme autonome, dont l’intransigeance risquerait de l’isoler. Minoritaire dans le paysage enseignant (mais influent dans l’enseignement supérieur), cette sensibilité conservatrice radicalisée trouve des relais politiques au sein d’une partie de la majorité gaulliste, et en particulier chez les Comités de défense de la République (CDR). Ainsi, le CDR « enseignement supérieur » demande juste après le discours à l’Assemblée nationale d’Edgar Faure un triple bornage de l’ampleur de la réforme, faisant la part belle aux demandes des organisations enseignantes conservatrices :

« – Sélection à l’entrée des facultés.
– Dépolitisation à tous les niveaux de l’enseignement.
– Réformes profondes issues de consultations, où les groupements apolitiques qui forment la majorité des universitaires seront associés, en proportion de leur représentativité. »

21Pour la direction du SNESup enfin, l’arrivée d’Edgar Faure et son discours du 24 juillet suscite des réactions globalement négatives comme en témoigne le communiqué du 22 juillet 1986. Sans nier le changement d’orientation marqué par le ministre :

« Le SNESup n’attend évidemment pas du parlement gaulliste qu’il résolve les problèmes posés par le mouvement de mai, qu’il s’agisse de l’Université ou des travailleurs, des lycéens ou de la jeunesse dans son ensemble. »

22La rencontre du 7 août entre le syndicat et le ministre est mitigée, le SNESup déclarant à la suite de celle-ci :

« Qu’il a réaffirmé qu’il est impossible de dissocier la politique de l’Éducation nationale de la politique d’ensemble du gouvernement, et que tous les ministres du gouvernement sont impliqués dans cette politique. »

23Cette position globalement antigouvernementale est probablement aussi un moyen de se dégager d’une prise de position vis-à-vis du projet Faure, qui aurait révélé les clivages internes. Au sein du syndicat en effet, les tensions s’accroissent avec les minorités plus modérées, notamment les communistes qui dénoncent le « gauchisme » stérile de la direction. De plus, la FEN est engagée dans les discussions avec le ministre, et n’approuve pas les déclarations enflammées de son syndicat, suscitant des tensions qui éclatent publiquement quelques semaines plus tard.

24De manière assez nette donc, l’accueil des projets universitaires d’Edgar Faure n’obéit pas à un gradient gauche-droite, mais plutôt à une opposition entre organisations « généralistes » les plus importantes (fédération autonome, FEN, SGEN) et les autres, notablement plus catégorielles (SNALC, SNESup, syndicats autonomes de lettres et de médecine, étudiants conservateurs ou révolutionnaires) qui sont aussi politiquement les plus marquées.

Critiques parcellaires ou hostilité plus globale ? Des réticences de nature diverse

25Si les organisations syndicales ont des positions globales relativement tranchées vis-à-vis des propositions d’Edgar Faure, les critiques sur celles-ci sont étonnement indépendantes de l’étiquette politique des différentes composantes du syndicalisme enseignant. Bien au contraire, les craintes et les résistances de détail sont parfois communes aux organisations syndicales les plus opposées. Ainsi, dès le 2 juillet 1968, avant même l’accession d’Edgar Faure au poste de ministre de l’Éducation nationale, des militants de plusieurs organisations marquées à gauche (SNESup, SGEN, UNEF) publient une tribune alertant sur les dangers d’une réforme « moderniste » de l’université :

  • 13 Tribune de militants de l’UNEF, SGEN-CFDT et SNESup, « L’autonomie ne doit pas être une tarte à la (...)

« On peut constater ce qu’elle donne aux États-Unis ou en Allemagne fédérale. C’est reconnaître que, dans un contexte d’économie libérale-capitaliste, elle entraîne certaines conséquences graves qui doivent nous avertir de ne pas tomber d’un écueil dans un autre13. »

26Cette crainte se décline de plusieurs manières : l’ouverture de l’université, sa décentralisation, et son adaptation-modernisation. Celles-ci risqueraient de dénaturer l’enseignement supérieur, particulièrement dans son indépendance et ses missions intellectuelles. Or, ces réticences sont communes à l’ensemble du spectre syndical, au-delà des clivages et des sensibilités politiques des différentes organisations. Elles sont particulièrement fortes aux deux extrêmes de l’éventail, chez les « durs » du syndicalisme autonome et le SNESup, qui refusent de manière similaire l’ouverture de l’université à des acteurs extérieurs (monde économique, collectivités locales) sous des configurations idéologiques et rhétoriques opposées. Raymond Aron souligne dans une formule ironique cette convergence objective des extrêmes syndicaux dans les critiques de la loi Faure : « Entre le tout du SNESup et le rien du syndicat autonome de la Sorbonne, y aura-t-il une voie intermédiaire ? » Les auditions devant la Commission des affaires culturelles, les 17-19 septembre 1968, soulignent cette proximité des critiques, qui ne respectent donc aucunement les clivages politico-syndicaux habituels.

Tableau 2. – Principales critiques adressées au projet Faure lors des auditions de syndicalistes enseignants devant la Commission des affaires culturelles, 17-19 septembre 1968.

Personnalités auditionnées

Georges Vedel (FSAESR), 17 septembre

Paul Vignaux et Charles Pietri (SGEN-CFDT), 18 septembre

James Marange (FEN), 19 septembre

Gaston Meyniel (SAEM), 19 septembre

Réticences ou limites évoquées

L’autonomie et la fragmentation de l’université peuvent aller à la « clochemerlisation » des établissements universitaires.
Renforcer et stabiliser les directions universitaires.

L’autonomie doit s’inscrire dans le cadre du service public.
L’ouverture de l’université ne doit pas privilégier les milieux patronaux.

L’autonomie doit avoir des limites dans le cadre du service public.
Le financement doit rester public pour maintenir l’équité territoriale.

Danger de politisation et de désorganisation de l’Université. Mettre une limite à l’autonomie et à l’ouverture aux acteurs extérieurs.

27Critiques spécifiques des secteurs les plus conservateurs du syndicalisme enseignant, la « politisation » de l’université et la participation des étudiants à ses instances de direction sont affirmées par les organisations proches de la droite. Surtout, ces critiques relient ces secteurs à certaines fractions de la majorité parlementaire, hostiles au projet de loi Faure voire au Ministre lui-même. Quelques députés comme, le 22 août, Michel Poniatowski, président de la fédération nationale des Républicains indépendants et député du Val d’Oise mettent en cause symétriquement le SNESup et les CDR pour la politisation excessive de l’enseignement supérieur. Mais ils sont minoritaires : les critiques de la « politisation » au sein de la majorité et des syndicats conservateurs visent quasi-exclusivement la gauche syndicale et politique, soupçonnée de vouloir profiter des dispositions prévues par le projet de loi pour à la fois promouvoir un « pouvoir étudiant » et introduire les passions partisanes à l’université.

28Du côté du SNESup – et de l’UNEF – les critiques sont ambivalentes. Les deux organisations refusent d’être auditionnées par la Commission des affaires culturelles, attitude regrettée par Edgar Faure et par les deux forces syndicales majeures (FEN et SGEN). Cependant, le SNESup, le 15 septembre, reste ambigu sur la loi Faure, en reconnaissant quelques aspects positifs, tout en dénonçant une « modernisation » qui adapterait l’université au capitalisme : paradoxalement, le même discours apparaît chez une partie des autonomes, qui craignent la mainmise des milieux économiques qui seraient intégrés au gouvernement de l’université. Paul Vignaux (SGEN) et James Marangé (FEN) mettent d’ailleurs eux-mêmes l’accent sur la nécessité d’une ouverture équilibrée de l’université à tous les acteurs sociaux, au-delà des milieux patronaux. Pour Maurice Duverger, les idées de Mai 1968 :

« vont servir surtout à atteindre l’objectif de tous les gouvernements conservateurs depuis un siècle et demi : affaiblir l’indépendance de l’Université à l’égard de l’État et de l’industrie ».

29De ce point de vue, la critique n’est pas éloignée de certains syndicats autonomes du supérieur, mais aussi de certains syndicalistes universitaires de gauche.

30Autre critique majeure : la revendication d’un « corps unique » des enseignants supérieurs, affirmée lors de l’audience chez le Ministre du 7 août, suscite une fin de non-recevoir. Le SNESup est cependant encouragé par une large partie de la gauche (communistes et socialistes notamment) à reconnaître les aspects qui lui semblent positifs dans le projet de loi, fruit selon elle d’un recul du régime gaulliste.

Une évolution irréversible (1968-1969)

« Une bonne loi dans un mauvais régime » ? Les syndicats face au débat public sur la loi Faure

31Les réactions de la FEN (hors SNESup) et du SGEN au processus de vote de la loi Faure entrent en résonance avec leurs positions antérieures. La FEN (le 20 septembre), les instituteurs du SNI (le 27 septembre) et les enseignants du secondaire du SNES (le 9 octobre) soulignent dans des prises de position publiques que la loi est un acquis arraché par les événements de mai. Ils en soulignent l’aspect positif et le danger de refuser celle-ci au risque de voir le texte affaibli par ses adversaires conservateurs. Le SGEN soutient majoritairement l’accord à la fois pour les mêmes raisons que la FEN, et par proximité avec les responsables du Ministère qui ont œuvré au projet. Au fur et à mesure qu’une partie de l’UNR tente, après la réunion de la Baule du 12 septembre 1968, d’amender dans un sens restrictif la loi Faure, voire exprime un refus à peine camouflé, les deux grandes forces syndicales du monde enseignant sont poussées à expliciter leur soutien. Comme le souligne le secrétaire général de la FEN, James Marangé :

  • 14 Intervention de James Marange, Commission administrative de la FEN du 12/09/1968 (Archives CHA-UNS (...)

« Les responsables de la FEN suivront de très près les discussions sur la loi d’orientation de l’enseignement supérieur qui constitue un élément positif, notre appréciation à son sujet ne pouvant faire abstraction des oppositions qu’elle soulève dans la majorité gouvernementale14. »

32Malgré les amendements adoptés lors de l’examen du texte, les deux forces syndicales maintiennent un soutien net à la loi Faure. Les militants communistes présents à la FEN souhaitent eux-mêmes l’adoption de la loi, craignant le « coup de frein » selon l’expression de l’Humanité que souhaite donner une partie de l’UNR aux projets d’Edgar Faure.

33Du côté des syndicats conservateurs, les réactions sont complexes et parfois très hostiles. « Les modérés se sentent abandonnés et désavoués » déclare le 20 septembre Frédéric Deloffre, pour le Syndicat autonome des enseignants de la faculté de lettres. Son assistant à la Sorbonne, Jacques Rougeot, fondateur de l’UNI, affirme, le 16 octobre 1968, que le projet d’Edgar Faure risque de « démanteler un édifice beaucoup plus beau et plus utilisable qu’on veut bien le dire en abandonnant les pierres à ceux qui vont se les disputer ». De manière paradoxale, ces fractions les plus dures du syndicalisme autonome qui dénoncent la « politisation » n’hésitent pas à mobiliser une partie de la majorité parlementaire pour attaquer la loi Faure voire le Ministre lui-même, comme le montre cette déclaration de René Ribière dénonçant le 5 octobre à Edgar Faure une loi à front (syndical) renversé :

  • 15 La « fédération Cornec » désigne la FCPE, situé à gauche.

« Je m’inquiète des encouragements un peu bruyants que vous avez reçus d’organisations ou de syndicats opposés à la Ve République et qui n’ont pas hésité à recourir à la grève. Je pense à la Fédération de l’Éducation nationale et à l’Association des parents d’élèves présidée par M. Cornec15. »

34Lors de l’assemblée générale des groupes autonomes de l’enseignement secondaire (CNGA) du 27 et 28 septembre 1969, les syndicalistes les plus conservateurs qui s’y réunissent attaquent durement les réformes en cours dans l’Éducation nationale, alors que le 17 septembre le groupe parlementaire UNR lui-même a montré certaines réticences. Comme le montre l’intervention de René Ribière, les syndicats autonomes trouvent des relais ou des alliés dans une partie de la majorité : le recteur Capelle, devenu député de Dordogne, Alexandre Sanguinetti, Pierre Poujade et André Fanton sont les plus attentifs à ces récriminations qu’ils relaient largement. De fait, ce sont des personnalités plus modérées, comme Georges Vedel ou Raymond Aron, qui défendent le projet par pragmatisme et souci d’apaisement. De ce point de vue, la réélection de Georges Vedel, début octobre 1968, à la tête de la fédération des syndicats autonomes lui permet à la fois de renforcer sa position vis-à-vis du Ministre de l’Éducation nationale mais aussi vis-à-vis des éléments les plus conservateurs de son organisation.

35La stratégie de la Fédération dirigée par Georges Vedel est donc un soutien mesuré à la loi Faure, lié à la défense de 15 amendements restrictifs. Parmi eux figurent le refus de la parité étudiants/enseignants et la critique de l’article 23 qui donne une place aux étudiants dans la nomination des enseignants non permanents. Georges Vedel souhaite par ailleurs que la loi ne soit pas gravée dans le marbre. Le conseil national de la FSAESR du 4 octobre 1968, tout en affirmant son accord vis-à-vis du projet de loi Faure :

« Proteste cependant contre la partie de l’exposé des motifs qui, méconnaissant la valeur et le rayonnement international de l’Université française, risque de rejeter sur le corps enseignant les responsabilités d’une crise qui viennent de beaucoup plus haut et de beaucoup plus loin. »

36Les réactions des partenaires syndicaux de la majorité parlementaire soulignent combien la loi Faure bouleverse les clivages politico-syndicaux.

37Dernier acteur majeur, le SNESup, toujours fortement lié à l’UNEF, évolue vers une hostilité croissante à la loi Faure, du fait largement de dynamiques internes de radicalisation. L’évolution de ses prises de position est révélatrice de ce durcissement. La Commission administrative du SNESup du 14-15 septembre dénonce la loi Faure tout en reconnaissant quelques aspects positifs : « De ce point, elle n’est pas une consécration, mais une dérision. » Cependant, « un accord à peu près général se fait sur la nécessité d’une pratique syndicale qui ne conduise pas à la rupture pour un résultat nul ou faible ». La voie d’une négociation avec le Ministre reste donc ouverte. De même, Jacques Sauvageot, responsable UNEF, dans une tribune publiée par le Monde (13 septembre 1968), écrit notamment que « compte tenu de ses insuffisances, la loi-cadre peut pourtant offrir au mouvement étudiant de nouveaux terrains d’action ». Mais la précarité de la direction du SNESup, qui ne représente qu’une majorité relative des adhérents, l’influence de l’extrême gauche activiste qui pense la situation « prérévolutionnaire », ainsi que ce qu’il considère être la trop grande modération de la loi Faure pousse le syndicat dans une spirale de surenchère. Le 23 octobre, fait exceptionnel dans les pratiques fédérales, la FEN, excédée son syndicat du supérieur, dénonce par une lettre publique l’attitude du SNESup sur la loi Faure, ce qui entraîne un décrochage entre le syndicat et sa fédération jusqu’en mars 1969. Le 28 novembre 1968, le syndicat prône même la subversion ouverte des institutions, à l’occasion des élections universitaires prévues par la loi Faure :

« D’une manière générale, chaque fois que les intérêts des étudiants et des enseignants le justifieront et que le rapport des forces le permettra, le SNESup agira pour mettre en place des structures dépassant la loi. »

38Une véritable rhétorique de la marginalité révolutionnaire, qui contamine une partie des extrêmes-gauches européennes, marque le discours du syndicat. Le 4 décembre, les minoritaires du SNESup dénoncent dans une tribune ouverte au Monde l’attitude de la direction vis-à-vis de la loi Faure, qualifiée de suicidaire et d’antisyndicale.

Un apaisement ou une transformation des réticences ?

39Les élections universitaires prévues par la Loi Faure participent à plusieurs titres à l’apaisement progressif des tensions qui s’étaient intensifiées lors de l’année 1968 sur les questions d’enseignement supérieur. Georges Vedel, tenant avec le Bureau de la FSAESR du 28 janvier 1969, une conférence de presse, souligne que la Fédération joue loyalement le jeu de la loi Faure. En effet, la FSAESR souligne qu’elle regroupe désormais 7 000 adhérents – signe que les effectifs se sont accrus –, et que les résultats électoraux la confortent.

40L’aile la plus conservatrice de la fédération, dont l’hostilité vis-à-vis d’Edgar Faure n’a pas désarmé, change elle-même de discours. Elle se focalise sur deux points majeurs : le rétablissement de la légalité (notamment contre les assemblées sauvages d’étudiants et les troubles dans les établissements), et une volonté de « préserver » certains secteurs de l’enseignement supérieur (médecine, grandes écoles) des réformes en cours. Cette stratégie est d’ailleurs commune aux syndicalistes autonomes et aux membres de la majorité politique les plus hostiles à la loi Faure. Elle est ainsi exposée dans la revue gaulliste La Nation dès avant son vote. De plus, cette sensibilité relance la question de la sélection à l’université, que le recteur Capelle évoque à nouveau lors d’une réunion gaulliste à Lyon le 10 janvier 1969. Dans le cas des études médicales, le syndicat autonome des enseignants de médecine fait émerger la revendication d’un numerus clausus contraignant en première année d’études médicales.

41Le SNESup de son côté reste au début de l’année 1969 marqué par le refus de la loi Faure. Dès le 14 décembre 1968, confrontée à la perspective des élections universitaires ouvertes par ce nouveau cadre, la commission administrative du SNESup appelle au boycott de celles-ci. Cette volonté suscite un nouveau cycle de radicalisation du SNESup. Son bureau national du 14 janvier 1969 en appelle même au « dépassement de la légalité ». Un tel extrémisme suscite progressivement le rejet d’une majorité d’adhérents du SNESup. La minorité communisante, appuyée par les plus modérés du SNESup et probablement par la fédération, reprend la direction du syndicat au congrès 14-15 mars 1969. Le changement en quelques jours est spectaculaire : la nouvelle direction renoue à la fois les liens avec la FEN (rencontre FEN/SNESup le 18 mars) et avec Edgar Faure (audition ministérielle le 25 mars, réunion avec le directeur de l’enseignement supérieur, Jean Sirinelli le 28 mars et le 14 avril). Le SNESup abandonne le 24 mai 1969 la revendication du corps unique d’enseignants-chercheurs, et prône désormais une augmentation conséquente des moyens financiers à l’enseignement supérieur pour permettre une véritable application de la loi Faure. De manière symétrique aux syndicats autonomes, le SNESup s’accommode désormais de celle-ci : la loi d’orientation de l’enseignement supérieur est de ce point de vue irréversible pour le monde syndical, par-delà les appréciations toujours diverses qu’il lui porte.

42De manière paradoxale, cette « normalisation » du SNESup est concomitante de tensions accrues dans l’autre force de la gauche syndicale universitaire, le SGEN-CFDT. Celui-ci est en effet à partir de Mai 1968 traversé par des lignes de fracture entre modérés et militants d’extrême-gauche, qui conduisent à des conflits et plusieurs démissions, notamment 1972.

Conclusion

43Si la loi Faure a suscité des réactions aussi vives de la part du monde syndical, elle n’a pas créé les clivages politico-syndicaux en matière d’évolution de l’enseignement supérieur. Ceux-ci sont directement liés au défi de la massification de l’université le long des années 1960 et aux propositions qu’elle suscite dans la seconde moitié de la décennie. De même, la loi Faure est à front renversée dans le monde syndical : elle oppose forces « centristes » (qui sont les plus importantes numériquement) et celles qui se situent le plus à gauche ou à droite de l’éventail des sensibilités politico-syndicales.

  • 16 Y. Forestier, « Mai 68 et les paradoxes de la modernisation de l’école », Carrefours de l’éducatio (...)

44Cette configuration inédite n’est cependant pas sans exemples ultérieurs dans l’histoire scolaire de la Ve République. À partir de la loi Faure, nombreuses sont les mobilisations (contre la loi Haby en 1975, lors des réformes Savary en 1981-1984, contre la réforme du lycée entreprise par Claude Allègre en 1997-2000 ou lors de la discussion sur la loi d’orientation dite loi Fillon en 2005) qui allient objectivement ou officiellement des forces apparemment opposées du monde éducatif. Cette alliance des contraires est particulièrement sensible dans le champ du syndicalisme enseignant, comme le symbolise la querelle des « pédagogues » et des « républicains » depuis les années 1980, qui ne recoupe pas des clivages politiques simples. De ce point de vue, la pérennité de loi Faure dépasse même son importance capitale pour l’université française16. Elle marque un tournant profond de l’histoire des débats scolaires dans notre pays.

Notes

1 P. Rosanvallon, Le modèle politique français, Paris, Le Seuil, 2004.

2 A. Monchablon. « Mouvement étudiant 1936 et mouvement étudiant 1968 : une comparaison impossible ? », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 74, 2004, p. 70-73.

3 Pour un panorama de cette thèse du déclassement des étudiants en Mai 68, cf. M.-F. Fave-Bonnet, N. Clerc, « Des « Héritiers » aux « nouveau étudiants » : 35 ans de recherches », Revue française de pédagogie, vol. 136, no 1, 2001, p. 9-19.

4 A. Prost, Histoire générale de l’Enseignement et de l’éducation, Paris : Perrin, 2004, t. IV, p. 322-323.

5 E. Picard « Les universitaires de Mai 68 : tensions structurelles et radicalisation syndicale autour de la réforme du Comité consultatif des universités », dans B. Benoit, C. Chevandier, G. Morin, G. Richard, G. Vergnon (dir.) À chacun son Mai ?, Rennes, PUR, 2011, p. 269-280.

6 J. Tyssens, « Quelques éléments d’histoire du SNESup, 1945-1972 », SNESUP no 563, mars 2008.

7 G. Antoine J.-C. Passeron, La Réforme de l’université, Paris, Calmann-Lévy, 1966, p. 262.

8 Voir sur le sujet l’étude de R. Morder, « Les rapports UNEF/FEN 1945-1986 : le syndicalisme comme modèle et référence ou simple partenaire intersyndical pour les étudiants ? », dans F. Bosman, J.-F. Chanet, L. Frajerman, J. Girault (dir.), La fédération de l’Éducation nationale (1928-1992). Histoire et archives en débats, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 197-205.

9 Éditorial, « Il y a quelque chose de pourri », Bulletin du SNESup, septembre 1967, no 148.

10 M. Singer, Le SGEN des origines à nos jours, Paris, Cerf, 1993.

11 Combat, « Réactions mitigées des syndicats après la déclaration d’Edgar Faure », 26/07/1968.

12 Signification de l’acronyme MUR : Mouvement universitaire pour la réforme.

13 Tribune de militants de l’UNEF, SGEN-CFDT et SNESup, « L’autonomie ne doit pas être une tarte à la crème », Combat, 02/07/1968.

14 Intervention de James Marange, Commission administrative de la FEN du 12/09/1968 (Archives CHA-UNSA).

15 La « fédération Cornec » désigne la FCPE, situé à gauche.

16 Y. Forestier, « Mai 68 et les paradoxes de la modernisation de l’école », Carrefours de l’éducation, no 29, 2010, p. 181-196.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. – L’explosion numérique des effectifs enseignants à l’Université durant les années 19604.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540