Version classiqueVersion mobile

La loi Edgar Faure

 | 
David Valence
, 
Bruno Poucet

Deuxième partie. Une loi « libérale » pour répondre à la crise de mai 68

Les débats parlementaires autour de la loi Faure : tensions et consensus à l’Assemblée nationale

François Audigier

Texte intégral

  • 1 Journal Officiel des Débats Publics (JODP), Assemblée nationale (AN), 2e séance du 10 octobre 1968, (...)
  • 2 Le Monde, 12 octobre 1968.
  • 3 F. Audigier, « Le groupe gaulliste en mai 68, quand les godillots doutent », Parlements, no 9, 200 (...)

1Le 10 octobre 1968, le projet de loi Faure sur les universités fut approuvé à l’Assemblée nationale par 441 voix contre 01 ! Le mécontentement s’exprima discrètement par une quarantaine d’abstentions (le groupe communiste rejoint par cinq gaullistes : Alexandre Sanguinetti, Raymond Triboulet, Christian Fouchet, Jacques Marette, Joseph Frys et Alfred Westphal). Comme le remarquait le journaliste Pierre Viansson-Ponté, pour la première fois dans l’histoire parlementaire française une réforme majeure, portant sur un sujet sensible et présenté dans un contexte encore troublé, avait été approuvée à l’unanimité2. Cet apparent consensus surprit les observateurs qui gardaient en mémoire les nombreuses critiques portées par les élus de la majorité lors des débats au Palais-Bourbon (en commission puis en séance publique). Le ministre de l’Éducation avait dû monter fréquemment à la tribune pour défendre son texte contre une série d’amendements visant à le dénaturer. Il avait fallu également toute l’autorité du chef de l’État pour faire aboutir cette réforme à ses yeux essentielle puisqu’instituant cette participation qui lui était chère. En réalité, le vote final ne rend pas compte des inquiétudes et réserves suscitées par ce projet au sein du Parlement. Une fois n’est pas coutume, le positionnement par rapport au texte ne respectait pas le clivage droite/gauche. Les opposants se situaient davantage dans la majorité (à commencer par le camp gaulliste très réticent) que dans l’opposition globalement satisfaite. La fracture passait à l’intérieur du groupe UDR, les éléments conservateurs estimant que le projet favoriserait les émeutiers et politiserait les campus. À cet égard, la ligne de faille conservateurs/réformistes, déjà observée en mai chez les gaullistes3, joua de nouveau.

2Cette étude présentera d’abord le processus législatif dans sa totalité pour l’Assemblée (du travail en commission en amont à la séance publique en aval avec discussion générale, discussion des articles et vote final) en insistant sur le malaise observé dans le camp gaulliste. Elle expliquera ensuite comment un texte aussi sensible et critiqué dans les rangs de la majorité a pu obtenir in fine une approbation aussi massive. Si Edgar Faure joua un rôle central dans cette partie compliquée avec sa volonté de convaincre, sa maîtrise de l’art oratoire et sa connaissance fine du monde parlementaire, d’autres facteurs doivent être évoqués pour rendre compte de ce consensus très artificiel…

Un projet controversé qui suscite déjà des réserves lors du travail en commission

3Si la commission des affaires culturelles de l’Assemblée n’entama la discussion du texte que le 3 octobre 1968, elle prit de l’avance en auditionnant entre le 5 et le 26 septembre plusieurs personnalités et organisations représentatives du monde universitaire. Ces auditions furent encadrées par deux longues séances de débat général auxquelles participèrent Edgar Faure et le secrétaire d’État à l’Éducation nationale, Jacques Trorial. Précédé du rapport du recteur Capelle, le travail d’amendement s’étala sur les deux journées du 26 septembre et 1er octobre.

Audition d’Edgar Faure puis des personnalités extérieures

  • 4 J.-C. Michaud, Alain Peyrefitte, Paris, Édition de Fallois/Fayard, 2002.
  • 5 Archives de l’Assemblée nationale, Bulletins des commissions, Bulletin 1 de la commission des affa (...)
  • 6 Jean Capelle évoqua la réforme Faure dans son essai, Éducation et Politique, Paris, PUF, 1974. Sur (...)

4Le parcours parlementaire de la loi d’orientation débuta le 5 septembre 1968 devant la commission des Affaires culturelles, familiales et sociales de l’Assemblée nationale. Cette commission était présidée depuis le 16 juillet 1968 par le gaulliste Alain Peyrefitte, que son double statut d’agrégé-normalien et surtout d’ancien ministre de la Recherche (1966-1967) puis de l’Éducation nationale (1967-1968) rendait attentif à cette réforme universitaire4. Celui qui avait siégé rue de Grenelle durant la crise de mai et concentré à ce titre bien des critiques pour n’avoir pas su, selon ses contempteurs, ouvrir et moderniser suffisamment le supérieur, se trouvait en mesure quatre mois plus tard d’apprécier les propositions de refonte de son successeur… Au-delà de la personne du président, le bureau de cette commission était composé exclusivement de gaullistes avec les vice-présidents UDR Henri Berger, Joël Le Tac, René Caille et Solange Troisier, les secrétaires UDR Augustin Bordage, Pierre Herman, Pierre Lepage et Raymond Valenet5. Gaulliste également le rapporteur du projet de loi, Jean Capelle, élu à cette fonction le 19 septembre 1968. Cet ancien de l’ENS (1931) fut professeur à l’Université de Nancy puis à l’École nationale supérieure d’électricité et de mécanique à la fin des années 1930. Recteur de l’Université de Dakar au début des années 1950, il fonda en 1957 à Lyon le premier ENSA avant de prendre la direction des lycées au ministère de l’Éducation nationale en 1960 où il supervisa la réforme Fouchet sur les CEG en 19636. Redevenu professeur à l’Université de Nancy en 1966, il fut élu député UDR de Dordogne en juin 1968. C’est donc un expert du monde éducatif qui rédigea le rapport de la commission.

  • 7 Les débats en commission sont consultables aux Archives de l’Assemblée nationale, Commission des a (...)

5Selon l’usage, la commission entendit d’abord le ministre concerné présenter le projet de loi, accompagné du secrétaire d’État, le gaulliste Jacques Trorial. Lors de cette première audition le 5 septembre, le texte n’avait pas fini d’être examiné par le Conseil des ministres. Ce dernier l’étudia lors de trois séances et la commission reçut Edgar Faure au lendemain de la première. Lors de son intervention, Edgar Faure précisa de manière consensuelle la mission de l’Université : former les cadres de la société et d’une Nation en voie de modernisation. Il définit ensuite les dispositions pratiques de la réforme : participation via des conseils paritaires et autonomie administrative, budgétaire et pédagogique. S’il aborda dès cet oral la question polémique de la sélection (à laquelle il préférait le terme « d’orientation »), il évacua prudemment pour l’instant le sujet sensible des « franchises universitaires » et donc de la politique à l’Université. Le débat animé qui s’ensuivit définit d’emblée la ligne générale et le ton des discussions à venir en commission puis en séance publique7. Si le projet était globalement accepté (par nécessité politique surtout), plusieurs membres de la commission (à commencer par les gaullistes) restaient critiques et entendaient corriger le texte pour lui faire perdre ses libéralités les plus audacieuses.

6À partir du 17 septembre et pendant une semaine, la commission, soucieuse de compléter l’information de ses membres sur un sujet technique et sensible, auditionna des personnalités du monde intellectuel et des responsables d’associations ou institutions liées à l’enseignement supérieur. Ces auditions permirent aux commissionnaires d’entendre des avis divergents émanant de bords opposés de la scène politique. Seuls les représentants du SNESUP (hostiles au texte de loi) déclinèrent l’invitation du président Alain Peyrefitte. Les témoins favorables au projet (dont ils ne connaissaient alors que les grandes lignes) étaient majoritaires. C’était le cas du mathématicien André Lichnerowicz (président de l’Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique, également animateur des colloques de Caen et d’Amiens), du physicien Jean-François Denisses (président du CNES et de l’Institut national d’astronomie et de géophysique), de Bertrand Schwartz (directeur de l’Institut national de formation des adultes de Nancy), de James Marangé (secrétaire général de la FEN), du doyen Marc Zamansky (Faculté des sciences de Paris). Tous se félicitaient de la fin d’une centralisation jugée excessive, de l’ouverture de l’Université via la présence de personnalités extérieures dans les conseils, du rejet réaffirmé de la sélection à l’entrée du supérieur et de la démocratisation des structures via les conseils paritaires. Cette approbation générale s’accompagnait parfois de craintes concernant la nature nationale des diplômes et les capacités financières des nouvelles unités.

  • 8 Frédéric Deloffre devait l’année suivante intégrer la direction de l’UNI. Sur le syndicat autonome (...)

7Les principales critiques vinrent sans surprise d’organisations ayant déjà exprimé leurs réserves dans les médias. Dans la mesure où le SNESUP était absent, c’est surtout la droite universitaire qui se fit entendre. Guy Bayet, président de la Société des agrégés, regretta l’absence de sélection à l’entrée des facultés et par là même la dépréciation des diplômes. Jean-Luc Gréau, président de la FNEF, jugea le projet ambigu (pas d’indépendance financière et pédagogique réelle) et insuffisant (rien sur les prêts d’études). Tout en adhérant à la philosophie d’ensemble du texte, la Fédération des syndicats autonomes (représentée par son président Georges Vedel et des responsables de sa branche médecine comme Gaston Meyniel et Florian Delbarre ou de sa branche lettres comme Frédéric Deloffre8) se montra réservée sur les modalités d’application du texte. Le syndicat multiplia les mises en garde contre le recrutement sans garantie d’enseignants, la multiplication d’universités de taille trop modeste, la présence des étudiants dans les jurys d’examen, la politisation violente des campus et une indépendance financière formelle. Parmi les personnalités critiques auditionnées figurait Raymond Aron (s’exprimant ici au nom de l’Institut). Au cours d’une intervention brillante (mais peu connue), le philosophe ne cacha pas son scepticisme à l’égard du projet, estimant que les problèmes de l’Université ne pouvaient être résolus par les lois seules et que le texte péchait par son souci de satisfaire autant les conservateurs que les révolutionnaires. S’il n’était pas opposé à la présence d’étudiants dans les conseils, le principe de la parité étudiants/enseignants relevait à ses yeux de la démagogie. Il craignait enfin la politisation d’instances dépourvues de pouvoir effectif et réaffirma la nécessité d’une sélection avant l’entrée à l’Université. Toutes ces réserves formèrent un corpus critique qui devait être repris, développé et nuancé lors du débat général en séance publique.

Interférences entre le travail en commission et les journées parlementaires UDR de La Baule

8Le travail de la commission des Affaires culturelles fut parasité par les journées parlementaires de l’UDR tenues à La Baule les 10-12 septembre 1968. Le rassemblement des députés gaullistes intervint en plein milieu des auditions de la commission et entre les deux discours du ministre (5 et 26 septembre). Le texte subit donc deux examens critiques, l’un de nature militante à La Baule, l’autre plus parlementaire à Paris. Dans les deux cas, Edgar Faure réalisa combien sa réforme suscitait de fortes réserves.

  • 9 J. Charlot, Le phénomène gaulliste, Paris, Fayard, 1970, p. 149-152.
  • 10 La Nation, 12 septembre. Le Monde, 13 septembre 1968.

9À La Baule, les élus exprimèrent en des termes à peine voilés leur mécontentement de voir un projet sensible défendu par un « rallié9 ». Alexandre Sanguinetti rappela à l’ancien radical Faure qu’il « était un homme de la IVe République » (ce à quoi l’intéressé rétorqua avec humour : « en tant qu’historien, je ne peux le contester ») avant que Georges Pompidou ne demande sous les rires complices de l’assistance qu’une délégation du groupe UDR soit constituée pour suivre l’application de cette « réforme profonde et même radicale10 ». Les débats sur la loi d’orientation furent l’occasion pour les parlementaires gaullistes d’afficher pour la première fois publiquement leurs réserves.

10Le président du groupe Henri Rey invita le gouvernement à tenir le plus grand compte des aspirations des élus, laissant entendre que ces derniers avaient été élus sur un programme d’ordre alors que la loi d’orientation faisait le lit de la chienlit. Le député parisien André Fanton affirma ce que beaucoup pensaient secrètement : « Nous avons le sentiment que la politique entreprise est assez différente de celle que nous attendions. » Edgar Faure resta toutefois fidèle à sa ligne d’ouverture, suggérant que les électeurs gaullistes « ne demandaient pas seulement le maintien de l’ordre ». En mettant déjà en avant les députés UDR les plus critiques, en rodant les argumentaires d’attaque et de défense de la loi, ces journées d’études annonçaient les futurs débats en séance publique.

  • 11 Concernant l’action et la pensée de Georges Pompidou sur les questions de l’enseignement, voir l’e (...)
  • 12 « Je souhaite que le ministre de l’Éducation nationale accepte qu’une petite délégation de notre g (...)

11Plus intéressant encore, ces journées d’étude furent l’occasion pour l’UDR d’inaugurer « des groupes d’action parlementaire » chargés d’étudier les réformes en cours. L’initiative en disait long sur la défiance de cette « chambre PSF » selon le bon mot du Général envers les projets progressistes de l’Élysée (participation, décentralisation). Les députés gaullistes n’entendaient pas cautionner passivement une politique d’ouverture en laquelle ils ne croyaient pas. Un groupe « Réforme de l’université » fut donc monté sous la présidence de Michel Habib-Deloncle avec comme rapporteur général… le recteur Capelle ! Ce dernier, qui était déjà le rapporteur du projet de loi à l’Assemblée suivit donc le texte doublement, comme militant et parlementaire. Georges Pompidou11, encore sous le coup de son éviction de Matignon en juillet et présent lors de ces journées de La Baule qui constituèrent sa rentrée politique, n’était pas étranger à la mise en place de ce comité de surveillance de la majorité auprès du ministère12. Mais il choisit prudemment de ne pas engager le rapport de forces avec le gouvernement sur cette question et sur son intervention, on enterra le dossier en le renvoyant pour étude ultérieure par le groupe parlementaire à Paris. Les journées d’étude débouchèrent simplement sur une déclaration provisoire non soumise au vote, où le recteur Capelle critiqua entre les lignes le projet Faure en exigeant la dépolitisation de l’Université et l’instauration d’une certaine sélection à l’entrée du supérieur.

Exposé du rapporteur Capelle et vote d’amendements

  • 13 Bulletins des commissions, bulletin 4 de la commission des affaires culturelles, mercredi 25 septem (...)

12Le 25 septembre 1968, au terme de ces auditions, le rapporteur Capelle présenta à la commission son rapport sur le projet de loi, rapport dont la tonalité d’ensemble plutôt critique orienta le travail d’amendement. Le député de Dordogne souligna prioritairement les lacunes et incohérences du texte : rien sur l’enseignement supérieur court à contenu professionnel (IUT), une définition de l’autonomie moins audacieuse que prévue au colloque de Caen, des garanties insuffisantes concernant le niveau de représentation des professeurs dans les conseils. Jean Capelle n’en louait pas moins les principes fondamentaux du texte (autonomie et participation). Ses réserves trouvèrent un écho favorable auprès d’un auditoire majoritairement réservé. Le président Peyrefitte résuma l’impression générale en notant que la commission souhaitait « une mise en œuvre sincère et réelle de la participation » mais s’inquiétait d’une éventuelle sous-représentation des professeurs. Ce climat de défiance se prolongea le lendemain lors de la venue du ministre. Devant Edgar Faure, Alain Peyrefitte déclara que si la réforme présentait des « aspects extrêmement positifs », elle soulevait des inquiétudes concernant la régulation des effectifs, le danger d’une « électoralisation excessive de la vie universitaire » et les risques d’inflation budgétaire13.

  • 14 Ces caractéristiques figuraient déjà en partie dans le discours programmatique du ministre Edgar F (...)
  • 15 Bulletins des commissions, bulletin 4 de la commission des affaires culturelles, jeudi 26 septembre (...)
  • 16 Le travail d’amendement qui débuta le 26 septembre 1968 après-midi s’annonçait long et le bureau d (...)
  • 17 Bulletins des commissions, bulletin 4 de la commission des affaires culturelles, jeudi 26 septembre (...)

13Devant tant de réticence, le ministre se fit pédagogue. Il reconnut que son texte, « révolutionnaire », présentait des « risques » mais aussi et surtout des « chances » et revint sur tous les points litigieux. La participation s’imposait au regard de l’évolution du rapport enseignants/enseignés, l’enseignement devenant un échange entre l’étudiant et un « conseiller d’auto-enseignement ». La sélection supposait une logique malthusienne qui s’opposait à la prolongation de la scolarité obligatoire (décret Berthoin de 1959), « il n’y a pas trop d’étudiants, il n’y a que des étudiants mal orientés ». La présence de personnalités extérieures dans les conseils resterait facultative. La représentation étudiante pourrait atteindre les 50 % dans les conseils mais les garanties statutaires des enseignants seraient maintenues. Le vote des étudiants ne serait pas obligatoire mais un système de quorum était envisagé14. L’ensemble de la réforme s’inspirait en fin de compte d’un esprit de concorde et d’une volonté dynamique non pas « d’avoir la paix » mais « de faire la paix15 ». Si le discours était habile, les nombreux amendements qui se multiplièrent dès l’après-midi pour « corriger le texte » révélèrent que tous les députés gaullistes n’avaient pas été convaincus. La commission revint sur plusieurs articles à l’occasion de correctifs proposés tant par le rapporteur que par les députés de la majorité16. Parmi les principales modifications votées et dont certaines s’opposaient aux préconisations du ministre figuraient la remise en cause du principe paritaire des conseils par une surreprésentation de facto des enseignants et la présence obligatoire des personnalités extérieures dans les conseils (article 8), le vote obligatoire et le rejet du vote multiple lors des élections étudiantes (article 9), la possibilité pour le ministre de dissoudre les conseils en cas de crise (article 12), la surveillance de l’information politique sur le campus et la répression des agitateurs (articles 27 et 28), le suivi annuel par le gouvernement de l’application de cette réforme (article additionnel)17.

14Certains commissaires se montrèrent très actifs dans le débat comme les gaullistes Robert Poujade, Jean Bichat, Henri Buot et Jacques Baumel (sans oublier les gaullistes de gauche David Rousset et Léo Hamon, soucieux de contrebalancer les réserves de leurs collègues UDR), le PDM Joseph Fontanet, le RI Olivier Giscard d’Estaing et l’instituteur communiste Fernand Dupuy. Signe que le débat était vif et le sujet sensible, la commission procéda à une seconde délibération sur certains articles (nombre de membres dans les différents conseils et part des personnes extérieures dans ces mêmes conseils). Le projet de loi ainsi remanié fut adopté par la commission le 1er octobre et présenté aux députés en séance publique à partir du 3 octobre. Avant même cette date, Edgar Faure savait à quoi s’entendre. Son texte serait certes adopté mais retouché dans un sens conservateur et il lui faudrait ferrailler contre son propre camp (les commissaires socialistes s’étant montrés plutôt bienveillants). La bataille parlementaire à venir se ferait à front renversé.

Un débat en séance publique tendu révélateur du malaise du groupe gaulliste

Socialistes, centristes et républicains indépendants soutiennent la réforme Faure

15La discussion générale s’ouvrit le 3 octobre. L’ordre du jour, fixé alors par le seul Gouvernement, avait limité le débat à trois séances de manière à ne pas afficher trop longuement les dissensions gaullistes. Le pays entier put suivre ces débats puisque non seulement la presse y consacra des pages entières (une double page régulière dans Le Monde) mais la télévision retransmit chaque après-midi les échanges (avec commentaires de Danielle de Breem). Si cette initiative n’était pas inédite (la télévision avait fait de même lors de certains débats parlementaires en mai 68), elle restait rare et soulignait une fois encore l’importance du sujet évoqué.

16Le premier orateur, Alain Peyrefitte (en tant que président de la commission des affaires culturelles), renouvela les réserves déjà formulées. S’il louait « l’esprit d’initiative et d’émulation » qui résultait de la loi et se félicitait que les jeunes ainsi « insérés dans les réalités de la vie active, échappent aux utopies que la vie passive fait éclore comme des fleurs venimeuses », il insista rapidement sur les écueils du texte :

  • 18 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 000-3 002.

« Ces principes, la commission des affaires culturelles les approuve tellement qu’elle croit nécessaire d’apporter quelques modifications au projet, non point pour les combattre mais au contraire pour les fortifier18. »

17Les sourires qui accompagnèrent cette précision sur les bancs des groupes socialistes et communistes (et dont témoignent les didascalies du compte rendu sténographique) montraient bien que personne dans l’opposition n’était dupe de ces précautions oratoires.

  • 19 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 002-3 005.
  • 20 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 005-3 007.
  • 21 Le Monde, 6/7 octobre 1968.

18Pour Alain Peyrefitte, le texte posait quatre problèmes. Le principe de la cogestion risquait de permettre « aux professionnels de l’agitation étudiante de s’emparer du pouvoir dans les conseils ». Les liens avec le reste de la société n’étaient pas assez développés, notamment en ce qui concerne le rôle des personnalités extérieures dans les conseils (sur lesquels les gaullistes comptaient pour limiter l’influence de la gauche). Le refus de la sélection transformerait l’Université en « fabrique de chômeurs intellectuels ». L’autonomie enfin restait insuffisante en terme budgétaire et pédagogique. Ces réserves furent relayées par le rapporteur qui mit en garde ses collègues contre « le régime d’assemblée » que représentaient à ses yeux les futurs conseils paritaires des universités et la « contre-sélection » que constituait paradoxalement selon lui l’absence de sélection19. Ces deux orateurs lancèrent la discussion sur une base plutôt critique. Certes Jean Charbonnel, déjà connu pour son esprit ouvert et réformiste, tempéra (au nom de la commission des finances dont il était le rapporteur pour avis) cette mauvaise première impression en qualifiant le projet de loi de texte « de progrès et de raison ». Il mit en avant l’avancée que représentait le principe du contrôle financier a posteriori sur les établissements universitaires. Mais même l’animateur du club Nouvelle Frontière émit quelques nuances, signalant notamment que la « réforme allait coûter cher20 ». Pour les gaullistes, Edgar Faure était bien « un ministre en liberté surveillée » pour reprendre l’heureuse formule du journaliste Raymond Barillon21.

  • 22 Il fut suivi par les députés UDR Léo Hamon, Alfred Westphal, Roger Fossé, Ernest Rickert, Jacques (...)

19La liste des orateurs inscrits pour la discussion générale était inhabituellement fournie et comportait essentiellement des députés UDR (ce qui ne reflétait pas le poids du groupe gaulliste dans la chambre même si celui-ci y détenait la majorité absolue depuis juin 1968). Sur les 32 députés autorisés à prendre la parole, les gaullistes étaient 23 à commencer par le secrétaire général du parti, Robert Poujade22. Les autres groupes étaient souvent représentés par des figures de premier plan (Jacques Duhamel pour PDM, Jean de Broglie pour les RI, Roland Leroy pour le PCF, Gilbert Faure pour la FGDS) mais aussi par des députés moins connus (André Rossi pour PDM, Bernard Destremau, Claude Guichard, Jean-Pierre Soisson pour les RI, René Billères pour la FGDS).

  • 23 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p 3014-3016. Si lors du vote final les communistes décidère (...)
  • 24 JODP, AN, 2e séance du 4 octobre 1968, p. 3 082-3 085.
  • 25 JODP, AN, 2e séance du 3 octobre 1968, p. 3 035-3 036.

20L’opposition de gauche n’avait donc envoyé que trois représentants (un socialiste, un radical et un communiste) ! Signe manifeste de son soutien assumé à une réforme qui pour émaner du gouvernement, n’en épousait pas moins ses valeurs et objectifs. Le communiste Roland Leroy assura un service minimum. Après quelques piques convenues contre « l’enseignement supérieur au service de l’État bourgeois » et quelques déclarations de principes (« nous sommes pour la sélection des meilleurs par la promotion de tous »), il se contenta de signaler quelques lacunes et insuffisances pour mieux reconnaître « les ouvertures et points positifs de l’ensemble23 ». Même satisfaction de l’ancien ministre radical de l’éducation René Billères qui admit le « caractère positif du projet » avant d’annoncer clairement à la fin de son intervention l’intention de son groupe « d’accorder son soutien à l’expérience24 ». Quant à Gilbert Faure, après s’être félicité de l’accueil « favorable des organisations d’enseignants et de parents avec lesquels la FGDS est heureuse d’entretenir des liens particulièrement amicaux » et des similitudes du texte ministériel avec le programme socialiste sur les questions éducatives, il taquina Edgar Faure sur les obscurités de son texte (« nous nous demandons avec quelques appréhensions si ce château universitaire dont vous nous faites miroiter l’image, c’est de l’Edgar Faure, de l’Edgar Sanday ou du Kafka25 »). Les interventions de gauche étaient aussi convenues que convenables et bientôt les élus fédérés désertèrent l’hémicycle… Au sein de la majorité, les RI étaient clairement plus acquis à la réforme Faure que leurs alliés gaullistes. Il est vrai que le socle idéologique du projet (libéraliser l’Université en la sortant du modèle autoritaire napoléonien) trouvait chez eux un écho favorable. Le député RI Bernard Destremeau le reconnut d’emblée (« imprégné de libéralisme, le projet de loi que vous nous présentez devait naturellement séduire les républicains indépendants ») avant de louer aussi la cogestion et la régionalisation inspirant le texte. Le fait que cette réforme irrite la plupart des gaullistes n’était pas non plus pour déplaire aux amis de Valéry Giscard d’Estaing… Un proche de ce dernier, Jean de Broglie, se chargea d’en apporter confirmation dans un discours très lyrique.

  • 26 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 009-3 012.

21Les centristes de PDM, qui ne se situaient alors ni dans la majorité ni dans l’opposition (Jacques Duhamel ne se rallia à la majorité gaulliste qu’après l’arrivée de Georges Pompidou à l’Élysée), exprimèrent avec force leur soutien au projet. Leur leader Jacques Duhamel, d’autant plus élogieux (« en trois mois de travail, vous avez renoncé à 160 ans de tradition ») à l’égard d’Edgar Faure qu’il avait été son conseiller technique puis son directeur de cabinet à Matignon sous la IVe République, vit dans le débat autour de la loi une illustration de « l’affrontement entre le conservatisme et le réformisme ». Idéologiquement attaché « à la réforme des structures et à l’allégement vivifiant de l’État », le groupe centriste ne pouvait qu’adhérer au projet fauriste. Jacques Duhamel en louait volontiers la dimension humaniste : rejet de la sélection (« vous choisissez l’université de masse contre l’université de l’élite, vous voulez que la culture générale soit la culture généralisée ») et confiance envers les étudiants (« si une responsabilité effective n’est pas donnée aux étudiants, qui dans leur masse sont très sérieux, la contestation se fera sans la participation au grand dommage de tous, c’est en leur donnant des responsabilités qu’on rend les êtres responsables »). Concluant sur deux superbes citations littéraires du cardinal de Retz (« on est plus souvent dupe par la défiance que par la confiance ») et de Victor Hugo (« la politique est l’art de savoir ce que l’on peut mettre d’avenir dans le présent »), le centriste engagea son groupe derrière le ministre de l’Éducation26.

Les critiques viennent du camp gaulliste

  • 27 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 016-3 020.
  • 28 Le Monde, 1er octobre 1968. La Nation, 2 octobre 1968.

22La véritable opposition vint donc des rangs gaullistes. Certes quelques gaullistes de gauche comme Léo Hamon et David Rousset apportèrent comme attendu un soutien appuyé au ministre. Pour le premier qui avait été à la fois l’élève puis le collègue d’Edgar Faure à l’Université, l’espoir et la nécessité l’emportaient sur les risques. Il reprit d’ailleurs à son compte la célèbre formule du ministre : « Je ne connais pas de politique qui ne soit sans risque, mais j’en connais qui n’ont pas de chance27. » Léo Hamon se montra à la tribune plus enthousiaste à l’égard de la réforme que ne l’avaient été les membres de l’Association pour l’Université moderne, antenne de gaullistes plutôt progressistes qu’il animait avec l’aide de l’universitaire François-Georges Dreyfus. Les 28 et 29 septembre 1968, soit quelques jours avec l’examen en séance publique, le mouvement lancé en 1965 avait consacré sa convention à l’examen du projet de loi et avait approuvé le texte sous réserve de deux aménagements : rejet de la parité enseignants/étudiants dans les conseils mais règles des trois tiers (un tiers d’enseignants de rang magistral, un tiers d’autres enseignants et extérieurs, un tiers d’étudiants) et vote obligatoire des enseignants et étudiants28. David Rousset, dont le fils gauchiste avait fréquenté les barricades de mai, se montra encore plus enthousiaste :

  • 29 JODP, AN, 2e séance du 3 octobre 1968, p. 3 029-3 030.

« Dans l’œuvre difficile et périlleuse que vous allez entreprendre, nous ne serons pas un obstacle, nous ne vous tendrons pas d’embûches, nous ne vous attendrons pas au coin du bois pour vous abattre29. »

23Allusion à l’obstruction parlementaire dans laquelle comptait s’engager l’aile conservatrice du groupe. Mais ces témoignages, provenant de gaullistes de gauche encore plus isolés qu’auparavant depuis le raz-de-marée droitier de juin 1968, pesaient peu face aux charges des autres gaullistes.

  • 30 Robert Poujade, normalien et agrégé de Lettres classiques, commet ce faisant une erreur en attribu (...)

24À commencer par celle du secrétaire général de l’UDR, Robert Poujade. S’exprimant logiquement le premier, il fixa la ligne pour le reste du groupe : les députés gaullistes ne s’opposeraient pas à une réforme souhaitée par le chef de l’État (« je ne pense pas que les membres de notre groupe puissent être choqués ou étonnés par les principes qui l’inspirent, ce sont les nôtres, je veux dire ceux du général de Gaulle et du gaullisme ») mais amenderaient le texte de manière à le rendre inoffensif. La formule que l’orateur utilisa pour louer les qualités de diplomatie et d’imagination d’Edgar Faure lors de la préparation de la réforme (« vous n’avez déçu aucun de ceux qui connaissent les séductions de votre esprit, votre prodigieuse faculté d’adaptation à toutes les situations, à toutes les philosophies, à toutes les expéiences ») suscita les sourires entendus sur les rangs des députés PDM et FGDS. Tous comprenaient que Robert Poujade renvoyait au parcours opportuniste du ministre sous la IVe République, à son ralliement tardif au gaullisme et à ses bonnes relations avec l’opposition de gauche. La critique devint transparente quand le député-maire de Dijon cita La Fontaine : « le secret de réussir, c’est d’être adroit, non d’être utile30 », ce qui suscita des mouvements sur les mêmes bancs. Le coup était si violent qu’Edgar Faure interrompit l’orateur pour lui rappeler de manière ironique que ces compliments s’adressaient au Gouvernement tout entier dans la mesure où le ministre parlait en son nom. Bien qu’ayant compris ce rappel à l’ordre codé, Robert Poujade réitéra sa critique (« Monsieur le Ministre, ces compliments s’adressaient plus spécialement à vous »), montrant aux autres députés qu’on pouvait dissocier le ministre du reste du Gouvernement, au moins le temps d’un débat. Sur le fond, le chef de l’UDR mit aussi en avant le problème de « la politique à l’Université » (« que les étudiants fassent de la politique est normal, il ne serait pas admissible que l’Université en fasse »). Il termina son discours par une double mise en garde : le texte du ministre n’était qu’un « préalable » devant être amendé et son application serait suivie de près :

  • 31 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p 3 007-3 009.

« Nous ne le ferons pas pour vous surveiller, comme on l’a prétendu parfois, mais pour être informés, comme nous en avons le droit et pour vous informer éventuellement comme c’est le devoir de la majorité à laquelle vous appartenez31. »

25Sur la vingtaine de députés gaullistes critiques qui se succédèrent à la tribune, trois se révélèrent particulièrement remontés à l’encontre du texte : Michel Boscher, Alexandre Sanguinetti et André Fanton. Leurs critiques étaient de deux natures : techniques (et portaient alors sur l’autonomie et ses limites) et/ou générales (et portaient alors de manière plus politique sur la participation et ses risques). Comme l’avait compris Edgar Faure dans son discours de clôture, c’était la participation qui posait problème plus que l’autonomie. Le ministre résumait ainsi les objections du groupe UDR : « il y a trop peu d’autonomie et trop de participation ». Cette participation trop étendue, qualifiée d’abandon par Gabriel Kaspereit (« je dis oui à la participation mais non à l’abandon »), irritait Michel Boscher qui dénonçait « un projet intellectuellement satisfaisant mais politiquement dangereux ». Selon lui :

  • 32 JODP, AN, 2e séance du 3 octobre 1968, p 3 033-3 035.

« les enragés de mai n’accepteront les libertés offertes que pour mieux combattre la liberté tout court… Il ne s’agit point pour eux de réformer l’université mais de détruire un ordre social qu’ils condamnent32. »

26Alexandre Sanguinetti, qui en gaulliste jacobin, percevait le texte comme une « brèche dans l’État », annonça qu’il ne voterait le projet que si tous les amendements proposés par la commission étaient approuvés :

  • 33 JODP, AN, 2e séance du 4 octobre 1968, p 3 072-3 073.

« Quand je constate que les oppositions extérieures et intérieures, car nous avons aussi les nôtres, se réjouissent du vote de ce texte, je me dis qu’elles pensent que nous avons mis sous nos pieds une bombe propre à annuler rapidement les effets du 30 juin dernier, résultat qu’elles ne pouvaient espérer obtenir plus rapidement33. »

  • 34 Le Monde, 6/7 octobre 1968.
  • 35 JODP, AN, 2e séance du 4 octobre 1968, p 3 073-3 079.

27Quant à André Fanton, orateur gaulliste le plus percutant (et le plus bavard), il eut « le mérite de dire tout haut ce que beaucoup pensaient secrètement » comme le notait Le Monde34. Il n’hésita pas non plus à dénoncer nominalement des universitaires d’extrême gauche engagés en mai 68 (comme le mathématicien Schwartz)35.

Crispations puis soutien massif des gaullistes

Les raisons de la grogne du groupe gaulliste

  • 36 F. Audigier, « Le SAC : un groupe de pression du gaullisme d’ordre dans les années 68 », in D. Rol (...)
  • 37 F. Audigier, « Des gaullistes engagés contre la « subversion marxiste », le cas des Comités de Déf (...)
  • 38 « Ces incidents apportent de l’eau au moulin de ceux qui sont fermement hostiles à l’introduction (...)

28Comment expliquer les crispations du groupe gaulliste sur ce projet ? Sur un plan conjoncturel, les élus UDR issus du raz-de-marée légitimiste de juin 1968 constituaient un groupe globalement marqué à droite par rapport à la législature précédente et attaché à un modèle politique où l’autorité l’emportait sur la concertation. Les « gaullistes d’ordre » y formèrent rapidement un groupe de pression efficace rassemblant une trentaine de parlementaires proches ou membres du SAC (dont André Fanton)36. Beaucoup de ces députés, élus quelques mois auparavant sur un programme anti-chienlit, analysaient mai 68 comme une subversion organisée contre laquelle seule la répression était efficace37. Craignant un retour de flamme après les barricades, ils surveillaient de près ce qui pouvait à leurs yeux favoriser une reprise de l’agitation (notamment sur les campus). Or, début octobre 1968, de graves incidents éclatèrent à la Sorbonne entre des gauchistes et le MUR (proche des gaullistes) à la veille du débat parlementaire38. Ces députés comprenaient mal les nécessités politiques contraignant le gouvernement comme certains de leurs collègues à parler de réforme plutôt que d’ordre. La loi Faure, premier grand débat parlementaire et plus généralement politique depuis les élections de juin, leur fournit l’occasion d’affirmer leur identité conservatrice et autoritaire. Pour eux, le ministre de l’Éducation nationale cherchait à s’entendre avec les émeutiers et le gouvernement accordait une prime à la rébellion en donnant son diplôme à Cohn-Bendit et son sursis à Sauvageot. Un député gaulliste, Alfred Westphal, qui incarnait la majorité silencieuse du groupe UDR, souligna que l’orientation réformiste de la loi ne correspondait pas à la volonté d’ordre exprimée selon lui aux législatives :

  • 39 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 020.

« Les 23 et 30 juin dernier, le peuple à une écrasante majorité s’est prononcé contre cette expérience, il ne comprend pas maintenant qu’on puisse offrir sur un plateau d’argent ce qu’on avait refusé en juin, des réformes sont certes nécessaires mais elles ne doivent pas servir à introduire dans les universités un socialisme dont le pays ne veut pas qu’il soit d’essence russe, chinoise ou castriste, nous n’avons pas été élus pour confier la direction des universités à ceux qui veulent faire la révolution et renverser la République39. »

  • 40 Le Monde, 13/14 septembre 1968.
  • 41 G. Pompidou, Le nœud gordien, Paris, Plon, 1974 (passage sur l’université, p. 73-97).
  • 42 V. Leonard, Georges Pompidou et l’éducation nationale, op. cit., p. 121-123.

29La résistance du groupe UDR ne peut être comprise sans mentionner les fortes réserves de Georges Pompidou sur le texte. Les députés gaullistes opposés à la réforme savaient pouvoir compter sur l’appui de l’ancien Premier ministre resté influent au sein du groupe parlementaire, notamment dans sa frange conservatrice. Le député du Cantal n’avait pas caché très tôt ses réticences envers la loi d’orientation. À la mi-septembre, alors que cette dernière était en présentation au Conseil des ministres, il déclara dans la presse : « On ne construit pas une Université nouvelle en un seul été à moins de se jeter dans l’improvisation40. » Comme rappelé plus haut, Georges Pompidou profita des journées de Baule pour préciser son opposition, suggérant de placer Edgar Faure sous la tutelle d’élus gaullistes. Il fut présent lors des débats en séance publique à l’Assemblée mais n’y manifesta pas son désaccord, s’estimant tenu par le soutien affirmé du chef de l’État à la réforme. Lors d’une conférence de presse ultérieure, le 10 juillet 1969, celui qui était entre-temps devenu Président de la République, déclara avoir « approuvé librement et voté sans réserve la loi ». En réalité, si comme le suggère Le nœud gordien41, Georges Pompidou rejoignait Edgar Faure sur certains points de la réforme universitaire (participation des étudiants à l’organisation universitaire, rejet d’un numerus clausus à l’entrée des universités selon les perspectives d’emploi et mission générale de l’université), les deux hommes s’opposaient sur le reste42. Ancien normalien et agrégé de lettres classiques, Georges Pompidou craignait d’abord dans un réflexe assez corporatiste une baisse du niveau de l’enseignement et du respect dû aux universitaires. Attaché à l’autorité incarnée personnellement, il rejetait également le principe des assemblées délibératives. Il redoutait enfin de voir le système des Grandes écoles remis en cause par cette refonte générale du supérieur. Afin de surveiller la préparation de la loi d’orientation, l’ancien Premier ministre obtint de conserver à Matignon après son départ un de ses conseillers à l’éducation, le normalien Michel Bruguière. Ce dernier, devenu conseiller technique sur les questions d’éducation de Maurice Couve de Murville, fit régulièrement parvenir à Georges Pompidou des notes sur l’avancée du projet. Il devait suivre les sujets relatifs à l’enseignement jusqu’à la campagne présidentielle de 1969.

30Enfin, et de manière plus structurelle, le groupe UDR était trop étendu (292 députés) pour ne pas être centrifuge. Les majorités les plus larges sont connues pour être aussi les plus frondeuses. Le malaise exprimé par le groupe UDR lors de ce débat autour de la loi Faure renvoyait d’ailleurs au manque d’autonomie des députés au sein du dispositif gaulliste. Ce manque d’autonomie concernait le parti de façon plus générale car l’UDR peinait à exister entre un Président qui l’ignorait, un gouvernement qui ne procédait pas d’elle et une galaxie militante gaulliste (SAC, CDR, UJP) qu’elle ne contrôlait pas. La victoire écrasante de juin ne lui servait à rien puisque le parti était tenu à l’écart et que le groupe parlementaire restait confiné à un rôle d’enregistrement. Il en découlait au sein de l’appareil (et des parlementaires plus précisément) ce que Michel-Antoine Burnier appelait à l’époque avec pertinence un puissant « complexe de dépossession » :

  • 43 M-A. Burnier, La chute du Général, Paris, Édition spéciale, 1969, p. 207.

« Leur fidélité et leur discipline garantissent l’existence du gaullisme, elles ne trouvent pas leur récompense : on leur refuse une participation ouverte à d’autres. Inactive, consciente de sa force, l’UDR ressasse ses griefs, plus sensible dans son irresponsabilité aux contradictions de la politique gouvernementale, aux mécontentements croissants, aux incertitudes de l’avenir43. »

Les raisons d’un ralliement plus contraint qu’enthousiaste

31Compte tenu de l’ampleur du malaise au sein du groupe UDR, comment expliquer ce vote à l’unanimité ou presque des parlementaires gaullistes ?

32Le soutien actif du chef de l’État mais aussi du Gouvernement fut déterminant. Dans son discours du 3 octobre 1968, Edgar Faure légitima son projet en le plaçant dans le prolongement des propos gaulliens du 10 juin 1968 :

« Il n’y a pas de doute que cette université-là est à reconstruire, il faut que la refonte et le fonctionnement de l’université se fasse avec la participation de ses maîtres et de ses étudiants, de tous ses maîtres et de tous ses étudiants. »

33L’orateur mentionna ensuite l’intervention à l’Assemblée le 17 juillet 1968 du nouveau Premier ministre Maurice Couve de Murville selon lequel les problèmes universitaires devaient être réglés par l’autonomie et la participation. Le message était clair : refuser cette réforme revenait à s’opposer au chef de l’État, au Premier ministre et à son gouvernement. Les députés gaullistes en étaient conscients, comme l’élu UDR de la Haute-Garonne Jacques Moron :

  • 44 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 028.

« Le général de Gaulle, avec sa lucidité remarquable d’homme d’État moderne, vous a le premier apporté son soutien, comment moi, modeste député, ne pourrai-je vous assurer du mien44 ? »

34Dans une famille politique encore caporalisée (même si la relation de fidélité n’était plus aussi intense et exclusive qu’au début de la Ve République), l’argument d’autorité joua à plein.

  • 45 Bulletins des commissions, bulletin 6 de la commission des affaires culturelles, mardi 8 octobre 19 (...)
  • 46 Le Monde, 10 octobre 1968.

35Les récalcitrants furent au demeurant vite ramenés à la raison. Le 7 octobre, la veille de l’examen du texte en séance publique, Edgar Faure et Maurice Couve de Murville furent invités à l’Élysée. Le premier reçut comme consigne de ne rien céder sur l’essentiel, ce qu’il fit le lendemain, lors du travail d’amendement, refusant de revenir sur la sélection, la participation, les libertés syndicales et politiques. Le second eut pour mission de faire plier les opposants gaullistes. Le 8 octobre, le groupe UDR fut réuni de fait au Palais-Bourbon en début d’après-midi, « pas convaincu, mais pas d’humeur trop belliqueuse » selon le journaliste André Laurens qui rapportait des indiscrétions qui n’avaient sans doute pas fuité par hasard… Les députés gaullistes apprirent qu’un accord avait été conclu le matin même entre le Gouvernement et la Commission sur l’épineux problème de la parité enseignants/enseignés au sein des comités. La commission, après avoir entendu le tandem Faure/Trorial, était revenue sur l’article 8 concernant la représentation des enseignants dans les conseils. Il avait été décidé que l’on renoncerait au principe de parité entre étudiants et enseignants en donnant aux enseignants titulaires et assimilés la moitié des sièges au conseil, l’autre moitié étant partagée entre les autres catégories d’enseignants ou de personnel universitaire et les étudiants, les professeurs de rang magistral se voyant reconnu une représentation de 60 % par rapport aux autres enseignants titulaires et assimilés. Ces négociations parallèles ayant restreint le périmètre de discussion, le débat se limita au principe du vote obligatoire pour les étudiants (amendement initial de la commission, article 945). Les députés parisiens Michel de Grailly, André Fanton et Christian de La Malène demandèrent le maintien de l’amendement avec le soutien de Robert Poujade. Mais Maurice Couve de Murville intervint « avec courtoisie mais fermeté46 », faisant admettre qu’on ne pouvait vouloir démocratiser l’Université et rendre en même temps le vote obligatoire. Selon lui, la majorité ne devait pas apparaître rétrograde sur ces questions en imposant une obligation de vote qui n’existait pas dans la Constitution. Finalement, de guerre lasse, le groupe accepta la solution fauriste d’un scrutin de liste à la proportionnelle avec quorum et réduction de la représentation si le quorum n’était pas atteint (l’abstention étant ainsi pénalisée). Les minorités subversives seraient de la sorte affaiblies sans jeter la suspicion sur l’ensemble du monde étudiant. Le principe d’un rapport parlementaire annuel sur l’application de la réforme fut aussi abandonné. Le ralliement contraint du groupe soulagea Alain Peyrefitte qui avait participé aux négociations préalables. Roger Frey, qui avait aussi joué un rôle important dans ces tractations de coulisse comme ministre chargé des relations avec le Parlement, partit finaliser avec Edgar Faure les détails du compromis. Les contestataires avaient donc plié mais « dans la tristesse et la froideur » selon André Laurens. Pour manifester son dépit, le groupe UDR n’applaudit le soir le discours du ministre que lorsque celui-ci rendit hommage à Georges Pompidou pour sa politique en matière d’éducation. Dans la nuit du 8 octobre enfin, quelques récalcitrants firent traîner les débats en multipliant les amendements (300 en tout pour 32 articles).

36Le calendrier politique dans lequel s’insérait la réforme joua aussi. Le texte intégrait les principes de participation et de régionalisation. Or, depuis la rentrée, plusieurs réformes étaient dans l’air qui allaient dans ce sens et qui devaient de fait aboutir au référendum d’avril 1969. Edgar Faure le savait bien qui présenta son projet comme un test grandeur nature des projets gaulliens du second septennat. Le député Jacques Moron lui fit une nouvelle fois écho :

  • 47 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 028.

« Votre projet m’agrée, il est à l’avant-garde d’une voie que nous voulons tous suivre, et j’y trouve confirmés, légalisés, les termes d’autonomie, de participation, de cogestion, de régionalisation avec lesquels nous allons tous travailler cette législature47. »

37David Rousset renchérit :

  • 48 JODP, AN, 2e séance du 3 octobre 1968, p. 3029.

« Si jamais l’expérience que nous tentons aujourd’hui venait à échouer, si jamais cette voie se trouvait fermée, alors il y aurait lieu à craindre le même échec dans d’autres lieux à réformer, qu’il s’agisse d’entreprises industrielles, des régions ou de l’ensemble de notre vie sociale, institutionnelle, politique ou culturelle48. »

  • 49 J. Charlot, Le phénomène gaulliste, op. cit., p. 150. Le Monde, 19 septembre 1968.

38L’habileté d’Edgar Faure fit enfin la différence. Avant même de prendre la parole en séance publique, le ministre révéla son savoir-faire politique en retrouvant le 17 septembre 1968 (et en dehors de la commission) tous les députés UDR à l’Assemblée pour une discussion de trois heures. Après avoir rappelé aux élus gaullistes que l’action du gouvernement dépendait de la volonté de l’Élysée et non du Palais-Bourbon (« je resterai à mon poste tant que la confiance du général de Gaulle ne me sera pas retirée ») et après avoir précisé qu’il resterait intransigeant sur les principes fondamentaux du texte (refus de la sélection, participation, autonomie), il donna quelques assurances aux éléments conservateurs du groupe (« je ne laisserai jamais flotter un drapeau rouge ou un drapeau noir au fronton d’un bâtiment dont j’ai la charge ») et surtout promit au groupe UDR une discussion libre et franche en annonçant qu’il ne demanderait pas au Gouvernement le recours au vote bloqué. De l’avis général, cette seconde confrontation avec les élus gaullistes fut plus « détendue » que celle de La Baule49.

  • 50 JODP, AN, 1re séance du 8 octobre 1968, p. 3095-3101.
  • 51 E. Duhamel, « Edgar Faure », dans J.-F. Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politi (...)

39Son discours du 8 octobre 1968 reste un modèle d’éloquence parlementaire et d’intelligence politique50. Éric Duhamel notait à propos de l’intéressé : « La ductilité de ses arguments lui fait épouser la force des oppositions pour mieux étouffer leur résistance51. » De fait, Edgar Faure passa en revue tous les arguments critiques (pourquoi ne pas réformer aussi le secondaire ? Pourquoi légiférer dans l’urgence ? Pourquoi avoir reçu les syndicats d’extrême gauche ? Pourquoi créer un régime d’assemblée ? Pourquoi politiser l’université ? Pourquoi refuser la sélection ?) avant de les démonter systématiquement. Il montra à quel point les positions de ses contradicteurs (d’André Leroy à André Fanton) étaient inconciliables avant de prendre à partie l’hémicycle : « le plus simple, c’est de revenir au texte gouvernemental ». Cette habileté rhétorique passait aussi par l’humour, la culture et le respect de l’adversaire. En multipliant les réparties enlevées et les références littéraires, il dédramatisa un débat tendu et mit les rieurs avec lui. Après que Christian Fouchet eut par exemple convoqué pompeusement Chateaubriand (« le temps ne respecte pas ce que l’on fait sans lui »), Edgar Faure l’interrompit : (« il est plus tard que tu ne crois ») ce qui fit rire l’Assemblée. Il écouta tous les orateurs avec attention, rebondit sur chaque intervention en notant ce qu’elle pouvait apporter à son propre texte, remercia les commissions des finances et des affaires culturelles pour leurs « heureuses retouches ». Chacun eut l’impression d’avoir été entendu et d’avoir apporté sa contribution. À l’arrivée, les seuls gaullistes qui s’abstinrent furent ceux qui dès le début étaient en désaccord avec les principes de la loi (Christian Fouchet, Alexandre Sanguinetti). Ceux qui refusaient seulement certaines dispositions pratiques se rallièrent bon gré mal gré (André Fanton, Gabriel Kaspereit).

*

  • 52 Le Monde, 12 octobre 1968.
  • 53 Voir à cet égard le commentaire de J. Foccart, Journal de l’Élysée, t. II, Le Général en mai, 1968 (...)

40Finalement, comme le notait dans Le Monde Pierre Viansson-Ponté52, il y eut bien sur cette loi d’orientation un véritable débat à l’Assemblée. Le succès était total pour Edgar Faure qui avait su mener la bataille parlementaire en stratège. Le ministre de l’Éducation nationale avait certes ses arrières assurés puisqu’il bénéficiait de la caution renouvelée au cours même du débat du Président et du soutien réaffirmé en coulisse du Gouvernement, mais le succès lui revenait en grande partie. Cette victoire renforça sa réputation d’homme du juste milieu et de la conciliation. Il devint plus que jamais celui qui, parce qu’il était convaincant et convaincu, avait réussi l’impossible : faire approuver à « la chambre introuvable » de juin 1968 la réforme progressiste de l’Université. Les conservateurs UDR, qui avaient dû céder sous la contrainte, ne pardonnèrent jamais à Edgar Faure ce camouflet53, tout comme Georges Pompidou qui n’adhérait pas au projet. Ne devant sa place qu’à la protection du chef de l’État, Edgar Faure quitta la rue de Grenelle dès le départ du Général en mai-juin 1969. En attendant, le vote unanime de l’Assemblée, s’il ne réalisait pas la réforme, « la rendait possible », selon la formule de Maurice Couve de Murville.

Notes

1 Journal Officiel des Débats Publics (JODP), Assemblée nationale (AN), 2e séance du 10 octobre 1968, scrutin no 18, résultat du vote sur l’ensemble du projet de loi d’orientation de l’enseignement supérieur, p 3275.

2 Le Monde, 12 octobre 1968.

3 F. Audigier, « Le groupe gaulliste en mai 68, quand les godillots doutent », Parlements, no 9, 2008, p 12-30.

4 J.-C. Michaud, Alain Peyrefitte, Paris, Édition de Fallois/Fayard, 2002.

5 Archives de l’Assemblée nationale, Bulletins des commissions, Bulletin 1 de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales, compte rendu de la séance du mardi 16 juillet 1968 consacrée à la constitution du bureau.

6 Jean Capelle évoqua la réforme Faure dans son essai, Éducation et Politique, Paris, PUF, 1974. Sur le parcours de l’intéressé, A. Prost, « Jean Capelle, père fondateur des collèges », Le Monde de l’Éducation, no 333, février 2006.

7 Les débats en commission sont consultables aux Archives de l’Assemblée nationale, Commission des affaires culturelles, familiales et sociales (commission permanente), 20060135/1-8. PV des réunions : 1) (16 juillet au 16 octobre 1968) et accessoirement 2) (17 octobre 1968 au 1er octobre 1969).

8 Frédéric Deloffre devait l’année suivante intégrer la direction de l’UNI. Sur le syndicat autonome et la question de la sélection dans le supérieur, M.-O. Deplaude, « Une mobilisation contre-révolutionnaire : la refondation du syndicat autonome des enseignants de médecine en mai 68 et sa lutte pour la sélection », Sociétés contemporaines, no 79, 2009.

9 J. Charlot, Le phénomène gaulliste, Paris, Fayard, 1970, p. 149-152.

10 La Nation, 12 septembre. Le Monde, 13 septembre 1968.

11 Concernant l’action et la pensée de Georges Pompidou sur les questions de l’enseignement, voir l’excellente maîtrise de V. Léonard, Georges Pompidou et l’éducation nationale, 1962-1974, dirigée par B. Lachaise, Bordeaux 3, 1997.

12 « Je souhaite que le ministre de l’Éducation nationale accepte qu’une petite délégation de notre groupe, et éventuellement de la majorité, puisse se tenir en contact étroit et constant avec lui-même et avec son cabinet, de façon à être informé en temps utile et complètement, non seulement des principes, mais des décisions et de leur application » (Le Monde, 13-14 septembre 1968).

13 Bulletins des commissions, bulletin 4 de la commission des affaires culturelles, mercredi 25 septembre 1968, p 255-259 et jeudi 26 septembre 1968, p. 261.

14 Ces caractéristiques figuraient déjà en partie dans le discours programmatique du ministre Edgar Faure à l’Assemblée nationale le 24 juillet 1968 et publié à la fin de l’année dans L’Éducation nationale et la participation, Paris, Plon, 1968.

15 Bulletins des commissions, bulletin 4 de la commission des affaires culturelles, jeudi 26 septembre 1968, p 261-265.

16 Le travail d’amendement qui débuta le 26 septembre 1968 après-midi s’annonçait long et le bureau de la commission obtint de reporter le débat en séance publique au 3 octobre.

17 Bulletins des commissions, bulletin 4 de la commission des affaires culturelles, jeudi 26 septembre 1968, p 265-267 et mardi 1er octobre 1968, p. 305-313.

18 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 000-3 002.

19 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 002-3 005.

20 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 005-3 007.

21 Le Monde, 6/7 octobre 1968.

22 Il fut suivi par les députés UDR Léo Hamon, Alfred Westphal, Roger Fossé, Ernest Rickert, Jacques Moron, David Rousset, Pierre Volumard, René La Combe, Michel Boscher, Pierre Mazeaud, Paul Mainguy, René Ribière, Camille Petit, Gabriel Kaspereit, Raymond Triboulet, Jean-Louis Massoubre, Albert Liogier, Alexandre Sanguinetti, André Fanton, Bertrand Flornoy, Roger Dusseaulx et Christian Fouchet.

23 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p 3014-3016. Si lors du vote final les communistes décidèrent de s’abstenir contrairement aux élus de la FGDS, c’était pour rester fidèle à leur ligne oppositionnelle (et ne pas se démarquer du SNESUP avec lequel le Parti entretenait des relations étroites). Depuis la crise de mai 68, les rapports avec les socialistes n’étaient par ailleurs pas très bons…

24 JODP, AN, 2e séance du 4 octobre 1968, p. 3 082-3 085.

25 JODP, AN, 2e séance du 3 octobre 1968, p. 3 035-3 036.

26 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 009-3 012.

27 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 016-3 020.

28 Le Monde, 1er octobre 1968. La Nation, 2 octobre 1968.

29 JODP, AN, 2e séance du 3 octobre 1968, p. 3 029-3 030.

30 Robert Poujade, normalien et agrégé de Lettres classiques, commet ce faisant une erreur en attribuant ce vers à La Fontaine alors qu’il émane d’une fable (Les deux chats) de Jean-Pierre Claris de Florian, dramaturge, poète et romancier français de la fin XVIIIe siècle.

31 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p 3 007-3 009.

32 JODP, AN, 2e séance du 3 octobre 1968, p 3 033-3 035.

33 JODP, AN, 2e séance du 4 octobre 1968, p 3 072-3 073.

34 Le Monde, 6/7 octobre 1968.

35 JODP, AN, 2e séance du 4 octobre 1968, p 3 073-3 079.

36 F. Audigier, « Le SAC : un groupe de pression du gaullisme d’ordre dans les années 68 », in D. Rolland, D. Georgakakis, Y. Deloye (dir.), Les républiques en propagande, pluralisme politique et propagande : entre déni et institutionnalisation, XIXe-XXIe siècles, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 349-367.

37 F. Audigier, « Des gaullistes engagés contre la « subversion marxiste », le cas des Comités de Défense de la République en mai-juin 68 », in F. Cochet et O. Dard (dir.), Subversion, anti-subversion, contre-subversion, Paris, Riveneuve éditions, 2009, p. 79-95.

38 « Ces incidents apportent de l’eau au moulin de ceux qui sont fermement hostiles à l’introduction du débat politique dans les établissements universitaires » (Le Monde, 2 octobre 1968).

39 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 020.

40 Le Monde, 13/14 septembre 1968.

41 G. Pompidou, Le nœud gordien, Paris, Plon, 1974 (passage sur l’université, p. 73-97).

42 V. Leonard, Georges Pompidou et l’éducation nationale, op. cit., p. 121-123.

43 M-A. Burnier, La chute du Général, Paris, Édition spéciale, 1969, p. 207.

44 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 028.

45 Bulletins des commissions, bulletin 6 de la commission des affaires culturelles, mardi 8 octobre 1968, p. 351-357.

46 Le Monde, 10 octobre 1968.

47 JODP, AN, 1re séance du 3 octobre 1968, p. 3 028.

48 JODP, AN, 2e séance du 3 octobre 1968, p. 3029.

49 J. Charlot, Le phénomène gaulliste, op. cit., p. 150. Le Monde, 19 septembre 1968.

50 JODP, AN, 1re séance du 8 octobre 1968, p. 3095-3101.

51 E. Duhamel, « Edgar Faure », dans J.-F. Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française au XXe siècle, Paris, PUF, 1995, p. 445-451.

52 Le Monde, 12 octobre 1968.

53 Voir à cet égard le commentaire de J. Foccart, Journal de l’Élysée, t. II, Le Général en mai, 1968-1969, 1998, Paris, Fayard/Jeune Afrique, p. 383-384.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search