Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La loi Edgar Faure

 | 
David Valence
, 
Bruno Poucet

Première partie. Le pouvoir face au défi de la massification

L’éducation, un « domaine réservé » pour Georges Pompidou (1962-1968) ?

Sabrina Tricaud

Texte intégral

  • 1 Se reporter à F. Mayeur, « De Gaulle et l’Éducation nationale », Actes du colloque De Gaulle en so (...)
  • 2 J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation. Une rencontre manquée, Paris, édition Denoël. A. Peyrefitte(...)
  • 3 Selon l’expression de R. Poujade dans son témoignage lors du colloque consacré à Georges Pompidou (...)

1S’interroger sur la façon dont Georges Pompidou, Premier ministre du général de Gaulle d’avril 1962 à juillet 1968, considérait et traitait les affaires relatives à l’Éducation nationale et à l’enseignement supérieur n’est pas chose aisée. Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur ce sujet lors de précédents colloques1. Les divergences entre les deux têtes de l’exécutif sur des sujets tels que l’orientation et la sélection sont relativement connues, notamment par les récits qu’en ont dressés Jacques Narbonne, conseiller pour les questions d’éducation du Président de Gaulle de 1963 à 1967, et Alain Peyrefitte, ministre de l’Éducation nationale d’avril 1967 à mai 19682. Mais ces témoignages ont été écrits bien après que les « événements » de Mai 1968 furent passés. L’historien se doit de repenser la question en la « dépoussiérant » des interprétations postérieures à Mai 1968, dont Alain Peyrefitte fut, avec Christian Fouchet, son prédécesseur rue de Grenelle, la « victime expiatoire3 ». Enfin, il reste à savoir ce qu’on entend par « domaine réservé ». Ce sont donc à la fois les conceptions, les représentations, et pratique gouvernementale du Premier ministre Georges Pompidou qu’il convient d’interroger.

Une priorité du Gouvernement

  • 4 Intervention du Premier ministre à l’Assemblée nationale le 20 juin 1963, Journal officiel de la R (...)
  • 5 Léon Pompidou était professeur d’espagnol à l’École primaire supérieure (EPS) de garçons d’Albi et (...)
  • 6 Ibid., p. 34 et suivantes.

2Lors du débat sur l’Éducation nationale à l’Assemblée nationale, le 20 juin 1963, Georges Pompidou prend la parole et confesse que « par tradition, par éducation, par vocation, je me sens particulièrement attaché à ces problèmes4 ». Le Premier ministre a baigné dès son plus jeune âge dans le monde de l’enseignement. Ses parents étaient instituteurs à Murat, dans le Cantal, puis à Albi5. Lui-même est normalien, agrégé de lettres, et professeur de lettres à Marseille puis au lycée Henri IV, à Paris, de 1935 à 1944. Lorsqu’il entre au cabinet du général de Gaulle à l’automne 1944 comme chargé de mission, on lui confie le suivi des problèmes relatifs à l’Information et à l’Éducation nationale6. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que cet « agrégé sachant écrire » devenu Premier ministre, s’impliqua personnellement dans la politique scolaire et universitaire.

3Georges Pompidou considérait les questions d’éducation nationale comme un des objectifs prioritaires de son Gouvernement et de son action. Il le répète régulièrement à la tribune du Palais-Bourbon, dans ses multiples interviews et entretiens à la presse ou à la radiotélévision :

  • 7 Extrait du discours prononcé par G. Pompidou au Palais-Bourbon le 1er juin 1967. Se reporter égale (...)

« L’éducation nationale est, explique-t-il aux députés le 1er juin 1967, sans aucun doute l’une des plus importantes, sinon, la plus importante à long terme, des affaires qui préoccupent aussi bien le Gouvernement que les représentants du peuple, et d’une façon générale, tous ceux qui se soucient de l’avenir politique, social, intellectuel, économique de notre pays7. »

4Avant les événements de Mai 1968, il s’enorgueillit publiquement de l’action de ses gouvernements dans ce domaine, aimant à rappeler l’immense effort consenti par le budget national pour la réalisation des équipements scolaires et universitaires afin de faire face à la massification de l’enseignement. Ainsi, lors de son entretien télévisé du 20 janvier 1967 avec le journaliste Pierre Viansson-Ponté, il cite, et ce en pleine période électorale, l’Éducation nationale comme illustration des réussites de la Ve République :

  • 8 Entretien du Premier ministre G. Pompidou avec P. Viansson-Ponté sur les ondes de l’ORTF le 20 jan (...)

« Ce que nous avons le mieux fait ou le mieux réussi […], ce qu’en particulier moi-même j’ai peut-être le mieux réussi ou qui m’a donné le plus de satisfaction, c’est l’Éducation nationale. […] C’est cela qui me fait le plus plaisir8. »

  • 9 H. Domerg (1922) est le beau-frère de G. Pompidou, dont il a épousé la sœur, Madeleine Pompidou, e (...)
  • 10 J. Narbonne évoque une « une rencontre manquée » entre de Gaulle et l’éducation, op. cit. P. Laure (...)

5L’intérêt marqué de Georges Pompidou pour ces questions est manifeste à la lecture de ses archives et de celles de ses collaborateurs, son beau-frère Henri Domerg, professeur de lettres qui fut son conseiller pour les questions d’éducation nationale d’avril 1962 à juillet 1968, et son adjoint Michel Bruguière9. Leurs notes au Premier ministre sont très largement annotées par Georges Pompidou, qui avait des idées très précises sur les structures, la formation des maîtres, les contenus des programmes. L’Éducation nationale n’est pas, pour Georges Pompidou, terra incognata, à la différence du général de Gaulle, qui, selon plusieurs témoignages, n’était pas très au fait de ces questions10. Est-ce à dire que le Premier ministre Georges Pompidou considérait l’Éducation nationale comme son domaine réservé ainsi que le suggère Alain Peyrefitte dans ses mémoires ? Après sa nomination rue de Grenelle, Alain Peyrefitte est reçu par le Premier ministre. Au cours de cet entretien, Georges Pompidou lui aurait dit :

« “Pendant quatre ans, j’ai beaucoup travaillé pour l’Éducation. En réalité, le ministre, c’était moi. […] Je me sentais attiré vers ce domaine. Maintenant, je ne vais plus pouvoir m’en occuper. […] Alors, je vous fais confiance. […] L’Éducation nationale, prenez-la en main. Simplement, tenez-moi au courant de temps à autre, en venant me voir une fois par mois, davantage si les affaires le demandent. […] Je sais ce qu’on peut faire et ce qu’on ne peut pas faire avec l’Éducation nationale. Le Général, ce n’est pas son monde, ce n’est pas son affaire. Il le sait bien, d’ailleurs. […] Faites-moi confiance.” »

  • 11 A. Peyrefitte, op. cit., p. 391-392.

6Et Alain Peyrefitte de commenter : « Sous-entendu :“Ne l’écoutez pas, n’écoutez que moi. C’est mon domaine réservé”11. » Cette analyse, interprétation du ministre de l’Éducation nationale à l’issue de son entretien avec le Premier ministre, ne résiste que partiellement à la critique des faits.

7D’une part, Georges Pompidou récuse la notion même de « domaine réservé ». Comme il l’affirme à l’Assemblée nationale en 1964 lors d’un débat sur la politique de défense :

  • 12 JORF du 25 avril 1964, débats parlementaires, Assemblée nationale, p. 948-952.

« Il considère comme un devoir élémentaire pour un Premier ministre de ne jamais révéler publiquement les divergences qui, en telle ou telle circonstance, pourraient surgir entre le chef de l’État et lui. L’unité de direction et de politique domine à mes yeux toute autre considération. Mais je puis affirmer qu’il n’y a pas de domaine réservé, et cela dans aucun sens, qu’en toutes matières, pour l’impulsion, la ligne générale, la continuité, je tiens le rôle du chef de l’État pour essentiel, mais que, par contre, je ne saurais continuer ma tâche, ni porter mes responsabilités qu’autant que je suis ou que je serai pleinement d’accord sur tous les aspects de la politique qu’il m’appartient, d’ailleurs de conduire au fur et à mesure des événements avec le Gouvernement dont je dirige l’action12. »

  • 13 On peut par exemple citer les entretiens réalisés dans le cadre du programme d’archives orales de (...)

8D’autre part, les témoignages des anciens ministres des Gouvernements Pompidou montrent que si Georges Pompidou était – et souhaitait être – parfaitement au courant des dossiers, il laissait une large part d’autonomie à ces derniers13. Ses arbitrages se situaient lors des conseils interministériels, où il lui incombait de trancher. Christian Fouchet, ministre de l’Éducation nationale de la fin 1962 au printemps 1967 le reconnaît dans ses mémoires :

  • 14 C. Fouchet, Mémoires d’hier et de demain. T. 2, Les lauriers sont coupés, Paris, Plon, 1973, p. 55 (...)

« Un désaccord profond aurait pu éclater entre nous, car le Premier ministre me parut, à plusieurs reprises, très en retrait sur certains projets auxquels je tenais le plus ; mais, dans l’ensemble, nous fîmes, je le crois, bonne équipe14. »

9Pour l’Éducation nationale comme pour les autres domaines de l’action gouvernementale, le processus décisionnel était conforme à la pratique gaullienne des institutions. Georges Pompidou le rappelle a posteriori dans Le Nœud gordien :

  • 15 G. Pompidou, Le Nœud gordien, op. cit., p. 63-64.

« Le Premier ministre, comme l’indique son nom, n’est que le premier des ministres. […] Mais il se trouve que le jeu même de l’organisation gouvernementale fait que les affaires viennent par priorité à Matignon, que Matignon intervient constamment pour orienter et arbitrer et qu’ainsi apparaît le risque d’une “dyarchie”. […] Quand le président de la République est le général de Gaulle, le risque n’existe pas. L’autorité de la personne est telle qu’un Premier ministre, si longtemps soit-il installé à Matignon, si désireux soit-il, comme il est naturel, de faire valoir ses propres conceptions, ne saurait perdre de vue sa subordination15. »

Désaccord sur la question de l’orientation

  • 16 J. Narbonne, op. cit., p. 208 et le relevé de décision du conseil restreint du 4 avril 1963, ibide (...)

10Georges Pompidou n’a pas favorisé l’application concrète d’un certain nombre de décisions du général de Gaulle en matière d’éducation. Depuis le conseil restreint du 4 avril 1963, la politique arrêtée par le Président concernant l’orientation scolaire n’est pas mise en œuvre par le Gouvernement, ce qui tient essentiellement à l’opposition de Georges Pompidou et du ministre de l’Éducation nationale Christian Fouchet, selon Jacques Narbonne16. Le premier entretien que Georges Pompidou accorde à Alain Peyreffitte après sa nomination à la tête du ministère de l’Éducation nationale, le 21 avril 1967 est éloquent :

  • 17 A. Peyreffitte, op. cit., p. 391-392.

« J’aborde le sujet dont m’a parlé le Général : l’orientation. Pompidou (je le vois se rembrunir) : “Je devine ce qu’il vous a dit. Narbonne l’a convaincu qu’il fallait faire l’orientation et la sélection. C’est sa marotte. L’affaire est délicate. Je suis un libéral. Je n’encasernerai pas la jeunesse française”17. »

  • 18 Selon J. Narbonne, le Général avait fixé cette mission au nouveau ministre de l’Éducation national (...)
  • 19 M. Jobert (1921-2001) fut directeur adjoint du cabinet du Premier ministre G. Pompidou de mai 1963 (...)
  • 20 Note de M. Jobert à H. Domerg, 31 août 1967, Arch. Nat., 89AJ3. P. Laurent est le secrétaire génér (...)
  • 21 Les témoignages de H. Domerg et É. Balladur sont formels sur ce point, de même que celui de R. Pou (...)
  • 22 « Grosso modo, explique ainsi H. Domerg à V. Léonard, nous étions d’accord. Néanmoins il pouvait y (...)

11Un nouveau conseil restreint consacré à l’orientation et à l’information pédagogiques et professionnelles se tient le 26 mai 1966, sans traduction législative. L’arrivée d’un nouveau ministre, qui reçoit pour mission de mettre en œuvre cette politique18, relance le débat. La consultation des archives du directeur du cabinet du Premier ministre, Michel Jobert19, semble confirmer que Georges Pompidou a délibérément laissé traîner les choses. Le secrétaire général de l’Élysée, Bernard Tricot, signale à plusieurs reprises à Michel Jobert, que le Général manifeste « le désir insistant » de voir adopter les textes sur l’orientation scolaire et que, s’étonne Michel Jobert auprès d’Henri Domerg, « comme M. Laurent a donné accord à M. Tricot pour le ministre de l’Éducation nationale, nous [Matignon] serions par conséquent les seuls à faire maintenant obstacle à ces textes20 ». Il est vrai que Georges Pompidou n’était pas favorable à la sélection21 et qu’il était réservé quant aux modalités pratiques de l’orientation des élèves. S’il était d’accord avec le Président de Gaulle sur l’idée qu’il fallait limiter l’entrée à l’université et qu’il fallait trouver des débouchés aux étudiants, il était hostile à tout numerus clausus et à toute orientation arbitraire. Tel est le sens de sa formule : « Je n’encasernerai pas la jeunesse française22. » Georges Pompidou était favorable à une « sélection positive », selon ses propres termes :

  • 23 G. Pompidou, Le Nœud gordien, op. cit., p. 88-89.

« Qui ne consiste pas à rejeter trop tôt, ni à rejeter vers rien. Pour cela, il faut […] que la diversité des possibilités offertes, adaptées à la société et à ses besoins, fasse de la sélection, non pas un barrage, mais en quelque sorte une orientation23. »

12Le rôle des collaborateurs de Georges Pompidou et de Charles de Gaulle consiste à aplanir, au préalable, les éventuelles divergences de vues entre le Premier ministre et le Président, qui pourraient se révéler politiquement désastreuses, si elles venaient à éclater au grand jour. Cette note de Michel Jobert à Georges Pompidou le 18 janvier 1968 le résume :

  • 24 Il s’agit du conseil restreint du 14 novembre 1967 consacré à l’Éducation nationale, qui prévoyait (...)
  • 25 Note de M. Jobert au Premier ministre, 18 janvier 1968, AN, 89AJ3.

« M. Tricot m’indique, à l’instant, que M. Peyrefitte lui a adressé le décret de l’organisation scolaire (nouvelle version) et que le Général, consulté sur ce texte, s’est montré fort irrité et entend s’en tenir à la rédaction qui avait été arrêtée en Conseil24. M. Peyrefitte ayant indiqué à M. Tricot que vous aviez l’intention de soutenir ses thèses auprès du Général, cet aprèsmidi, M. Tricot conseille que vous n’abordiez pas ce sujet avec le Général. D’autre part, le secrétaire général de l’Élysée considère que le texte, du point de vue juridique et rédactionnel, doit être revu : il procède donc à cette révision25. »

13Cette note du directeur du cabinet du Premier ministre souligne, sur ce dossier, comme pour les autres domaines de l’action gouvernementale, la subordination de Matignon à l’Élysée. Les velléités pompidoliennes sont donc freinées.

Adhésion de raison à la loi Faure

14Dans sa première conférence de presse après son élection à la Présidence de la République, le 10 juillet 1969, Georges Pompidou revient sur cette réforme à l’occasion d’une question posée par Georges Leroy concernant d’Edgar Faure :

« Dans la situation où nous étions, deux politiques pouvaient s’imaginer. L’une consistant à remettre d’abord de l’ordre, à essayer de rétablir par l’autorité la situation antérieure aux événements de Mai, puis ensuite à introduire puis à amorcer des réformes. La deuxième politique consistait à essayer de partir de cette sorte de table rase pour innover complètement. C’est la deuxième politique qu’a choisie Monsieur Edgar Faure. Je l’en approuve, et je l’en approuve d’autant plus librement que j’ai voté, sans aucune réticence, la loi d’orientation. »

  • 26 Voir JORF du 11 octobre 1968, p. 3274-3275 (vote du 10 octobre 1968).
  • 27 H. Domerg nous l’a confirmé. Voir également les témoignages d’O. Guichard et J.-F. Saglio dans V. (...)

15Georges Pompidou a effectivement voté la loi Faure avec ses collègues du groupe parlementaire gaulliste dont il est, de juillet 1968 à juin 1969, le président d’honneur26, mais non sans réticence. L’ancien Premier ministre du général de Gaulle désapprouvait cette réforme, et s’il ne s’y est pas publiquement opposé, il n’a pas caché en privé son désaccord27.

16Cependant Georges Pompidou lui reconnaissait le mérite d’avoir rétabli le calme et le dialogue entre l’État, les organisations syndicales, les professeurs et les étudiants. Il pensait de ce fait qu’elle devait être respectée et appliquée. Il l’explique dans la suite de sa conférence de presse :

  • 28 AN, 5AG2/1090.

« Il nous a semblé qu’à l’issue d’une telle expérience, qu’après une période d’imagination créatrice, […] l’heure était venue de faire un bilan, une mise au point, […] et il nous a semblé que pour cette tâche, il valait mieux que ce ne soient pas les mêmes hommes qui l’entreprennent. C’est pourquoi nous avons proposé l’Éducation nationale à M. Olivier Guichard, et j’en profite pour dire que ce n’est point, comme on l’a souvent écrit, parce que j’aurais l’intention d’en faire un domaine réservé. L’Éducation nationale est d’abord le fait du ministre de l’Éducation nationale, ensuite du Gouvernement. Quant au chef de l’État, là comme ailleurs, il peut avoir des lignes directrices générales, mais il n’a pas à intervenir pour imposer une politique28. »

Conclusion

17L’Éducation nationale fut, pour le Premier ministre Georges Pompidou, un domaine prioritaire mais pas réservé, de son action. Un domaine d’intervention, mais pas d’interventionnisme, dans le respect de la pratique gaullienne des institutions. Élu président de la République, Georges Pompidou continua de porter une attention particulière à ces questions, tout en respectant les prérogatives de ses ministres de l’Éducation nationale. Olivier Guichard écrit ainsi, dans Un chemin tranquille :

  • 29 O. Guichard, Un chemin tranquille, Paris, Flammarion, 1975, p. 137. Allusion à la disparition du l (...)

« J’ai dit combien de Gaulle respectait ses ministres. Eh bien Pompidou montra le même respect. […] Il tenait à ce que je fusse le vrai ministre de l’Éducation nationale : il y sacrifia son avis personnel29. »

18Et de conclure :

« L’exercice du pouvoir est une ascèse : il le savait. »

Notes

1 Se reporter à F. Mayeur, « De Gaulle et l’Éducation nationale », Actes du colloque De Gaulle en son Siècle. Moderniser la France, t. 3, Plon, 1992, p. 587-597. Espoir no 163, hiver 2010-2011, qui publie plusieurs des interventions prononcées lors d’un cycle de conférences organisées par la Fondation Charles de Gaulle en 2003 sur « De Gaulle et l’éducation ». V. Léonard, « Georges Pompidou et les mutations de l’enseignement secondaire », dans J.-C. Groshens et J.-F. Sirinelli, Culture et action chez Georges Pompidou, Paris, PUF, 2000, p. 217-232, et F. Mayeur, « Les mutations et les réformes de l’enseignement supérieur », ibidem, p. 233-247. V. Léonard, Georges Pompidou et l’Éducation nationale (1962-1974), mémoire de maîtrise sous la direction de B. Lachaise, université Bordeaux III, 1992.

2 J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation. Une rencontre manquée, Paris, édition Denoël. A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, Paris, éditions de Fallois/Fayard, 2000.

3 Selon l’expression de R. Poujade dans son témoignage lors du colloque consacré à Georges Pompidou et mai 1968, B. Lachaise, S. Tricaud (dir.), Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2009, p. 149.

4 Intervention du Premier ministre à l’Assemblée nationale le 20 juin 1963, Journal officiel de la République française (JORF), compte rendu des débats parlementaires, 21 juin 1963, p. 3602.

5 Léon Pompidou était professeur d’espagnol à l’École primaire supérieure (EPS) de garçons d’Albi et Marie-Louise Pompidou professeur de mathématiques à l’EPS de filles. Voir G. Pompidou, Pour rétablir une vérité, Paris, Flammarion, 1982, p. 11-12.

6 Ibid., p. 34 et suivantes.

7 Extrait du discours prononcé par G. Pompidou au Palais-Bourbon le 1er juin 1967. Se reporter également à son discours prononcé devant l’Assemblée nationale, le 19 mai 1965, à l’occasion des débats sur la réforme de l’enseignement.

8 Entretien du Premier ministre G. Pompidou avec P. Viansson-Ponté sur les ondes de l’ORTF le 20 janvier 1967. Il revient sur ce point dans son interview à Jour de France le 25 février 1967 : « – Monsieur le Premier ministre, au cours de votre interview récente à la télévision, vous avez dit que le plus grand succès du Gouvernement était l’Éducation nationale. Pourriez-vous nous donner quelques précisions sur cette réponse qui a parfois surpris ? – J’ai dit en effet que dans l’œuvre de la Ve République, ce qui me paraissait la plus grande réussite et ce qui m’avait fait le plus de plaisir, était l’Éducation nationale. Ce problème était peut-être le problème fondamental, du point de vue social (possibilité pour les jeunes de milieu modeste d’avoir leur chance dans la vie, possibilité pour les familles d’être assurées de l’avenir de leurs enfants), comme du point de vue national : la jeunesse est l’avenir du pays. La culture est la tradition et la noblesse de la France. Or l’effort accompli est extraordinaire et chacun s’en aperçoit : crédits multipliés depuis 1958 par près de 4, nombre d’enfants admis à l’enseignement du second degré presque doublé, nombre d’étudiants multipliés par 2 et demi. Plus de locaux d’enseignement supérieur construits en 4 ans que pendant les 100 années précédentes ! Il y a là, surtout pour l’universitaire que j’ai été, de quoi se réjouir. »

9 H. Domerg (1922) est le beau-frère de G. Pompidou, dont il a épousé la sœur, Madeleine Pompidou, en 1946. Agrégé de lettres, il entre en 1958 au cabinet du ministre de l’Éducation nationale (Jean Berthoin, puis André Boulloche) comme chargé de mission. G. Pompidou le sollicite dès sa nomination à Matignon, en avril 1962. H. Domerg devient le conseiller du Premier ministre pour les affaires d’Éducation nationale jusqu’en juillet 1968. Il est secondé dans cette mission à partir de 1966 par M. Bruguière (1938-1989), normalien, agrégé d’histoire, chargé de mission pour les affaires culturelles et l’Éducation nationale au cabinet de G. Pompidou jusqu’en juillet 1968. Leurs archives sur cette période ont été versées aux Archives nationales sous les cotes 574 AP (H. Domerg) et 87 AJ (M. Bruguière).

10 J. Narbonne évoque une « une rencontre manquée » entre de Gaulle et l’éducation, op. cit. P. Laurent, qui fut secrétaire général de l’Éducation nationale de 1963 à 1969, a témoigné en 2003 que « le dossier de l’éducation et de la formation professionnelle fut pour lui [le Général], […] la source de deux préoccupations relativement contradictoires : d’une part, une certaine réserve, voire quelque défiance à l’égard d’un “continent” mal connu et de ses habitants ; d’autre part, son devoir d’intervenir lorsque l’action gouvernementale paraît hésitante ou trop lente, au détriment de l’intérêt national. » Cité dans Espoir no 163, hiver 2010-2011, p. 17.

11 A. Peyrefitte, op. cit., p. 391-392.

12 JORF du 25 avril 1964, débats parlementaires, Assemblée nationale, p. 948-952.

13 On peut par exemple citer les entretiens réalisés dans le cadre du programme d’archives orales de l’Association Georges Pompidou : entretien de M. Maurice-Bokanowski par J.-P. Williot, 12 décembre 1994 ; entretien de Y. Bourges par N. Castagnez, 22 avril 1998, Arch. Nat., 1AV240 ; entretien de P. Dumas par A. Leboucher-Sebbab et V. Pradier, 16 janvier 2003, Arch. Nat, 1AV856 ; entretien d’E. Pisani par N. Castagnez et V. Pradier, 25 février, 10 et 25 mars 1998, Arch. Nat, 1AV208-212 ; entretien d’A. Bord par N. Castagnez et V. Pradier, 9 septembre, 21 octobre et 8 décembre 1997, Arch. Nat., 1AV192-195.

14 C. Fouchet, Mémoires d’hier et de demain. T. 2, Les lauriers sont coupés, Paris, Plon, 1973, p. 55. Le témoignage d’H. Domerg va dans le même sens : « Nous, à Matignon, nous étions associés étroitement à l’élaboration de ces réformes sous la forme de “rien ne se faisait, rien n’était entériné” sans qu’une réunion ait eu lieu à Matignon en présence du ministre Fouchet, ou son successeur, et de ses collaborateurs, et du Premier ministre qui entérinait, quelquefois infléchissait ce qui avait été envisagé au ministère de l’Éducation nationale. Ceci était généralement suivi de réunions à l’Élysée, qui, elles aussi, au niveau supérieur, coiffaient le tout. » Entretien d’H. Domerg par V. Léonard le 13 février 1997, op. cit., p. 6 du volume d’annexe.

15 G. Pompidou, Le Nœud gordien, op. cit., p. 63-64.

16 J. Narbonne, op. cit., p. 208 et le relevé de décision du conseil restreint du 4 avril 1963, ibidem, p. 470-471.

17 A. Peyreffitte, op. cit., p. 391-392.

18 Selon J. Narbonne, le Général avait fixé cette mission au nouveau ministre de l’Éducation nationale. Voir également A. Peyreffitte, op. cit., p. 210.

19 M. Jobert (1921-2001) fut directeur adjoint du cabinet du Premier ministre G. Pompidou de mai 1963 à janvier 1966 puis son directeur du cabinet de janvier 1966 à juillet 1968. Ses archives privées sur la période 1963-1968 sont conservées aux Archives nationales (89AJ2 à 89AJ4).

20 Note de M. Jobert à H. Domerg, 31 août 1967, Arch. Nat., 89AJ3. P. Laurent est le secrétaire général de l’Éducation nationale depuis 1963.

21 Les témoignages de H. Domerg et É. Balladur sont formels sur ce point, de même que celui de R. Poujade. Voir Georges Pompidou et Mai 1968, op. cit., p. 86-87.

22 « Grosso modo, explique ainsi H. Domerg à V. Léonard, nous étions d’accord. Néanmoins il pouvait y avoir une nuance, en ce sens que le Premier ministre et moi trouvions que la position de Narbonne, […] était un peu trop technocratique. […] Georges Pompidou lui a dit un jour, en ma présence d’ailleurs, à un déjeuner, qu’il ne fallait pas compter sur lui – sur Georges Pompidou – pour “encaserner la jeunesse française” ; il voulait dire par là pour mettre par exemple dans telle filière 15 % d’étudiants et à telle autre 14 % […] Mais d’un autre côté, Georges Pompidou ne voulait pas non plus avoir une attitude laxiste, comme c’était le cas de beaucoup de secteur de l’Éducation nationale. », réf. cit., p. 9. J. Narbonne reconnaît dans son livre que « Georges Pompidou devenu président de la République n’était pas hostile, par principe, à une sélection plus ferme à la sortie de la troisième. […] Ce qu’il n’acceptait pas, c’était l’idée d’un contrôle des flux très contraignant et organisé en fonction des capacités d’accueil jugées souhaitables, ce qui signifiait pour lui l’encasernement de la jeunesse française. », op. cit., p. 262.

23 G. Pompidou, Le Nœud gordien, op. cit., p. 88-89.

24 Il s’agit du conseil restreint du 14 novembre 1967 consacré à l’Éducation nationale, qui prévoyait que le ministre de l’Éducation nationale mettrait au point un projet de décret qui serait soumis au président de la République sur l’orientation scolaire. Ce décret devait notamment prévoir la composition des conseils chargés de l’orientation, fixer les principes concernant le recrutement, la formation et la carrière des personnels chargés de l’orientation. Voir J. Narbonne, op. cit., p. 221 sq., et la reproduction du relevé de décision de ce conseil restreint en annexe 7, p. 478-479.

25 Note de M. Jobert au Premier ministre, 18 janvier 1968, AN, 89AJ3.

26 Voir JORF du 11 octobre 1968, p. 3274-3275 (vote du 10 octobre 1968).

27 H. Domerg nous l’a confirmé. Voir également les témoignages d’O. Guichard et J.-F. Saglio dans V. Léonard, op. cit., ainsi que l’entretien de J.-F. Saglio par N. Castagnez et V. Léonard, 22 janvier, 5 février et 5 mars 1998, AN, AGP, 1AV259-262.

28 AN, 5AG2/1090.

29 O. Guichard, Un chemin tranquille, Paris, Flammarion, 1975, p. 137. Allusion à la disparition du latin en classe de sixième, à laquelle le Président Pompidou était farouchement hostile.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540