Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La loi Edgar Faure

 | 
David Valence
, 
Bruno Poucet

Première partie. Le pouvoir face au défi de la massification

Charles de Gaulle, l’Université et le monde universitaire

Bruno Poucet

Texte intégral

  • 1 En mai 1908, il publie, dans le bulletin des élèves, son premier article « La congrégation », Hors (...)
  • 2 C. Lelièvre, L’École des Présidents, Paris, Odile Jacob, 1995, p. 21-33.

1D’entrée de jeu, il faut préciser que de Gaulle connaît peu le monde universitaire : son père, docteur ès lettres, était professeur et un temps directeur d’une institution secondaire privée, le cours Fontanes, où il a été inscrit. Élève des jésuites en classe préparatoire au Sacré-Cœur d’Antoing1 (Belgique), de Gaulle a fait ensuite ses études supérieures dans une grande école militaire française, Saint-Cyr2. Ce sera ultérieurement l’école de guerre où il enseignera : on est très loin des structures universitaires traditionnelles ! Ses frères, ses propres enfants eux-mêmes fréquenteront de Grandes écoles. Il est donc largement étranger au monde universitaire.

  • 3 C. de Gaulle, Mémoires d’Espoir, Paris, Plon, 1971, t. 2, p. 170 (désormais ME).
  • 4 ME, op. cit., t. 2, p. 169.
  • 5 ME, op. cit., t. 2, p. 169.

2Néanmoins, il se considère comme quelqu’un qui « tâchait d’enseigner3 » et éprouve de la considération pour les universitaires, dont il admire la science et la culture. Les jugements élogieux ne font pas défaut dans ses Mémoires, même s’ils semblent convenus et peu significatifs d’une véritable connaissance de ce monde. Ainsi, l’Éducation nationale – il y inclut aussi bien l’enseignement primaire que secondaire ou supérieur – est : « un service public au premier chef et qui revêt une importance et une noblesse exceptionnelles4 ». La mission des enseignants est à ses yeux un « devoir national incomparable5 ».

  • 6 C. de Gaulle, Lettres, notes et carnets, 1858-1970, t. 3, Paris, Robert Laffont, 2010, p. 39, 840, (...)

3D’ailleurs, dans sa correspondance publiée, s’il égratigne souvent l’armée, qu’il connaît de l’intérieur, en revanche, il fait preuve de grande déférence pour les rares universitaires qu’il côtoie, lorsqu’il a, par exemple, l’occasion de répondre à une lettre ou de remercier de l’envoi d’un livre : Albert Bayet et Sartre sont qualifiés de « cher maître », de même qu’Adrien Dansette, Jean-Noël Jeanneney ou Pierre-Henri Simon, il loue les œuvres de Marie-Jeanne Durry ou prend la peine d’un regard critique sur le travail de Raymond Aron6. On reste, pour l’essentiel, dans le convenu, par méconnaissance.

  • 7 Agrégé de philosophie, après avoir enseigné quelques années dans le second degré, il a été assista (...)
  • 8 G. Antoine, « La loi d’orientation de 68 », Espoir, no 163, hiver 2010-2011, p. 5-11.
  • 9 E. Chiaradia, L’Entourage du général de Gaulle, Paris, Publibook, 2011, p. 142-147 : l’auteur comp (...)

4Ajoutons que, dans son cabinet et son entourage proche, peu nombreux sont les universitaires au sens propre du terme : Jacques Narbonne, son conseiller à l’éducation resté le plus longtemps en fonction, est, certes, agrégé des lettres, mais n’a enseigné que quelques années dans l’enseignement supérieur7, Sébastien Loste, conseiller technique, ancien de la rue d’Ulm, a enseigné quelques brèves années en lycée, mais pas à l’université, Marcel Pinet, l’autre conseiller, en matière éducative était énarque, en revanche, le recteur Antoine, docteur ès lettres avait l’écoute du Général mais surtout d’Edgar Faure8. Aussi, le nombre d’universitaires par rapport aux précédents cabinets a de fait baissé au profit des membres des grands corps de l’État9. De Gaulle est entouré d’une technostructure et en partage largement la culture réformatrice.

  • 10 Pour l’attitude de de Gaulle par rapport aux intellectuels, voir F. Chaubet, « De Gaulle et les in (...)
  • 11 Voir le témoignage du recteur Antoine, Fondation de Gaulle, Charles de Gaulle et la jeunesse, Pari (...)

5L’Université n’est pas non plus sans provoquer inquiétudes, interrogations et perplexités. En effet, il y a, à ses yeux, un revers à la médaille d’un savoir humaniste qu’il révère : l’Éducation Nationale et notamment l’enseignement supérieur, c’est le monde de l’idéologie où s’entremêlent conceptions pédagogiques et emprise de la politique, notamment de la part du parti communiste10. C’est un monde agité par une contestation permanente visant à mettre en cause la société. Et qui accepte difficilement la réforme : l’Université lui paraît sclérosée, engoncée dans un fonctionnement hérité de Napoléon Ier11. Elle est donc partagée entre agitation et conservatisme : peu d’appui pour réformer l’État semble possible alors qu’il s’agit bien, dans son esprit de Moderniser la France, pour reprendre le titre du colloque du centenaire.

  • 12 C. de Gaulle, Discours et messages, t. 3, Paris, Plon, 1970, p. 146 (désormais DM).

6On le voit : entre de Gaulle et le monde universitaire règne un véritable malentendu. Or, ce monde doit être réformé, lui aussi, s’il veut être adapté aux transformations et à la modernisation de la société en cours. Dans une allocution prononcée à l’ENA le 17 novembre 1959, il rappelle, en héritier de son temps, que « nous vivons à l’époque des machines où l’efficacité, la concentration, la vitesse sont des conditions indispensables à l’entreprise et au rendement12 ». L’État et la formation de ses élites doivent s’adapter en conséquence.

  • 13 Fondation de Gaulle, fonds Narbonne, F35/1/2 : note de de Gaulle du 6 décembre 1961 : « Je réunira (...)

7On comprend ainsi qu’à partir de 1961, de Gaulle déclare s’intéresser de près à la réforme de l’enseignement et plus spécifiquement à la question universitaire13. Encore faut-il comprendre cet univers si spécifique avant de le réformer. Comprendre et réformer tels seront les maîtres mots de l’analyse menée dans ce chapitre. Elle prend appui sur les paroles publiques de de Gaulle, mais également sur ses propres archives désormais accessibles et sur celles de ses conseillers.

Comprendre

8Que peut-on dire de la conception que de Gaulle a du monde universitaire, de leurs professeurs et des étudiants ?

De Gaulle et l’université française : une certaine distance

9Dans ses voyages officiels en France, de Gaulle rencontre rarement l’Université française. S’il ne néglige pas de visiter l’École militaire de Saint-Cyr à plusieurs reprises, l’École de guerre ou l’École polytechnique, l’école navale, l’ENA, voire l’École des hautes études commerciales, en revanche, les universités sont presque absentes de son exploration des profondeurs de la France. Certes, il a bien rencontré officiellement l’Université française, mais à deux reprises seulement : une première fois le 22 janvier 1945, lors de la réouverture de la Sorbonne, une dernière fois le 14 février 1959, à Toulouse – encore était-ce à la cité universitaire.

  • 14 DM, t. 1, p. 501.

10Si on se limite à ces deux brèves visites, qu’apprend-on ? On dispose de quelques considérations assez banales et de politesse protocolaire, on sait simplement qu’il a une conception « très haute du rôle de la pensée française14 » et qu’il faut savoir allier découverte scientifique et progrès, que les sciences dures ne s’opposent pas aux sciences humaines, mais que l’une et l’autre concourent au progrès de l’ensemble de l’humanité, conduit par l’État qui fixe, bien entendu, le cap. C’est ce qu’il explique, dans une vision très jacobine, à la cité universitaire de Toulouse le 14 février 1959 :

  • 15 DM, t. 3, p. 80.

« Il est indispensable que, concurremment à la formation scientifique et technique, la pensée pure, la philosophie qui l’exprime, les lettres qui la font valoir, les arts qui l’illustrent et aussi la morale qui procède de la conscience et de la raison inspirent et orientent cet immense effort d’évolution. […] L’État a le devoir d’entretenir dans la nation un climat favorable à la recherche et à l’Enseignement ; l’État qui, malgré le flot des besoins et le flot des dépenses a la fonction de doter les laboratoires et de pourvoir l’Enseignement. L’État, enfin, qui doit orienter l’ensemble, tout en laissant à chacun de ses chercheurs sa direction et son autonomie. C’est à l’État qu’il appartient de déterminer, dans le domaine de la Recherche, ce qui est le plus utile à l’intérêt public et d’affecter à ces objectifs-là ce dont il dispose en fait de moyens et en fait d’hommes. […] Je salue l’enseignement français, les chercheurs, les maîtres, les étudiants. En même temps je leur rends témoignage parce qu’ils servent celui qu’il faut servir, c’est-à-dire l’homme, tout simplement15. »

  • 16 DM, t. 5, p. 45.

11On trouvera des éléments identiques dans l’entretien qu’il accorde à Michel Droit lors du second tour de l’élection présidentielle de 1965. En revanche, c’est dans ses voyages à l’étranger que l’on retrouve l’expression la plus explicite et la plus développée de sa pensée. Bien des universités étrangères ont eu, en effet, l’honneur de sa visite : Bruxelles en 1945, Mexico, Santiago du Chili, Brasilia, Buenos-Aires en 1963 et 1964, Moscou en 1967, Montréal et Cracovie en 1967, Bucarest en 1968. Le contraste est donc saisissant avec la France. Les discours prononcés sont à peu près d’une teneur identique, dans leur structure générale : après un rappel des grandes lignes de l’histoire de l’université visitée, deux éléments se retrouvent. Enseignement et recherche contribuent au progrès de l’humanité dans son ensemble, dans une vision assez teilhardienne : « Vous travaillez pour l’univers entier16 » s’exclame-t-il devant l’université Lomonossov de Moscou. Il insiste sur l’importance à accorder à l’enseignement supérieur et à la recherche, la nécessaire adaptation des contenus d’enseignement au monde moderne, sans renoncer au fond humaniste, les liens et échanges possibles entre les universités étrangères et les universités françaises. Aussi, il se plaît à rappeler, par exemple, le 1er octobre 1964 devant le recteur de l’université du Chili, la proximité culturelle entre les deux institutions :

  • 17 DM, t. 4, p. 276.

« Vous et nous avons nos origines dans le même monde latin et chrétien. Vous et nous avons, en somme, puisé notre inspiration, intellectuelle, politique et sociale, à ses sources universelles qui firent jaillir autrefois le mouvement de l’Encyclopédie, puis la Révolution française. Vous et nous avons toujours voulu, pour nous-mêmes et pour les autres, cet état de libre arbitre, de dignité, de responsabilité qui s’appelle l’indépendance17. »

12Ce n’est pas le seul cas de figure, tant s’en faut. Reste à voir s’il a pu lier des liens, autres que protocolaires, avec des universitaires, en France.

De Gaulle et les universitaires : un respect dans la distance

  • 18 A. Larcan, De Gaulle inventaire, La culture, l’esprit, la foi, Paris, Bartillat, 2003, p. 797-821.
  • 19 A. Prost et J. Winter, René Cassin, Paris, Fayard, 2011.
  • 20 Le Monde, 15 novembre 1965. Voir aussi LNC, t. 3, p. 968 où le doyen déclare à de Gaulle : « Mesure (...)

13La culture universitaire ne compose pas l’essentiel de la culture gaullienne, eu égard à ce que l’on connaît de sa bibliothèque, mais elle ne lui est pas pourtant totalement étrangère, comme l’a montré le professeur Larcan18. De Gaulle a lu ou au moins feuilleté des critiques littéraires tels qu’Édouard Henriot, Albert Béguin, Marie-Jeanne Durry. Il s’est nourri de la philosophie d’Émile Boutroux et de celle d’Henri Bergson, de Teilhard de Chardin, mais aussi des travaux de juristes, tels les traités de droit de Marcel Prélot, Henri Waline et François Luchaire, il a lu également quelques scientifiques, comme Jacques Monod, François Jacob, François Laborit. Un historien comme Fernand Braudel, un sociologue comme Raymond Aron ou une anthropologue comme Germaine Tillion ne lui sont pas étrangers. Il a bien entendu croisé René Cassin19. En revanche, on ne trouve pas de livres directement consacrés à l’éducation. Il se sent proche du doyen Marc Zamansky de la faculté des sciences de Paris qui partage avec lui sa préoccupation de limiter les effectifs. Ce dernier veut en effet réduire le nombre d’« étudiants fantôme, ceux qui avancent à l’ancienneté20 ».

14De Gaulle, l’ancien élève des grandes écoles militaires, se retrouve dans cette approche des problèmes universitaires et reçoit le doyen en audience particulière, ce qui est peu fréquent pour des universitaires. Ce n’est assurément pas un théoricien du monde universitaire, mais un homme politique concerné par la question universitaire : comment aborde-t-il la question étudiante ?

De Gaulle et les étudiants : une incompréhension profonde

  • 21 Fondation de Gaulle, Charles de Gaulle et la jeunesse, op. cit., p. 114.
  • 22 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, Paris, éditions de Fallois/Fayard, 2000, p. 436, entretien (...)
  • 23 LNC, p. 852.

15Les étudiants français lui sont largement étrangers. On est loin des congrès du RPF des années 1950 où la jeunesse, c’était le progrès21. Désormais, la différence d’âge est certes très importante – plus de 50 ans par rapport à la plupart d’entre eux – néanmoins, la distance culturelle l’est bien plus encore : pour lui, notamment ceux de 1968 sont des « gamins, des rigolos22 », des adolescents attardés. Salut les copains est loin de ses centres d’intérêt ! Dans son esprit, il faut éviter que les étudiants n’aillent « bambocher23 » selon un vocable militaire qu’il affectionne.

  • 24 Le Monde, 23 janvier 1965, 9 mars 1967.
  • 25 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, op. cit., p. 472, conseil des ministres du 8 mai 1968.
  • 26 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, op. cit., p. 481.

16Faute de comprendre que les mœurs des jeunes changeaient, il ne sera à l’initiative d’aucune libération en matière de mœurs, ce qui contribuera à creuser un fossé entre le pouvoir gaulliste et sa jeunesse : ainsi de nombreuses tensions surgiront au long des années soixante, par exemple à propos du droit de visite dans les résidences universitaires et ce pas uniquement à Nanterre, mais aussi à Antony et même parfois en province, à Lyon, par exemple24. Et comme il ne comprend pas grand-chose au mouvement de 1968 – il s’interroge d’ailleurs sur sa signification – sa réponse est celle ou d’un grand-père ou d’un militaire : il faut remettre de l’ordre. On ne dialogue pas avec des « enragés dominant 99 % des moutons qui attendent que le Gouvernement les protège25 ». Il s’interroge ainsi sur ce que peut être cet « allemand » Cohn Bendit, que l’on découvre au fil des événements. Et il va jusqu’à préconiser de « tirer dans les jambes26 » : propos de circonstance vraisemblablement, les ministres concernés en restent pantois et estiment qu’il n’en pense pas un mot, mais vise, en réalité, à faire pression sur eux. Il n’empêche. Tirer sur les étudiants s’est fait, ailleurs : au Mexique, au Japon, etc.

  • 27 D. Fischer, « De Gaulle et la jeunesse étudiante de l’UNEF dans les années 1960 », Fondation De Ga (...)
  • 28 Fondation de Gaulle, fonds Narbonne, notes EN 1963, 4/1 : dans une note du 22 mars 1963 adressée à (...)

17Il est vrai que depuis l’épisode du 21 février 1959 du bal de l’École normale supérieure, les relations entre de Gaulle est les organisations de jeunesse ne sont guère au beau fixe, notamment avec l’UNEF qui s’est opposée à la guerre d’Algérie27. Il y eut des grèves des cours, en février 1962 dans les facultés des lettres, de sciences et de droit de Paris. De nombreuses manifestations se sont déroulées, notamment dans le Quartier latin, afin de demander la paix en Algérie. Elles furent parfois violentes. Elles instaurèrent une incompréhension entre une partie importante des étudiants et de Gaulle28. Or l’UNEF accueille, en son sein, à peu près la moitié des étudiants. Son influence est incontestable. Et de Gaulle ce n’est plus seulement l’homme du 18 juin, mais désormais celui du 13 mai 1958, du pouvoir personnel. C’est l’homme d’une constitution que ces étudiants de plus en plus politisés refusent parce qu’elle est en rupture avec la tradition parlementaire. On comprend ainsi que l’UNEF s’oppose à l’élection du président au suffrage universel. Et ce n’est pas la tentative de remettre en cause les sursis jusqu’à 27 ans, afin d’avoir davantage d’appelés en Algérie, qui peut entraîner le moindre rapprochement : elle provoqua des réactions si vives qu’elle conduisit à l’annulation de la circulaire par un arrêt du Conseil d’État. L’incompréhension est réelle et profonde.

  • 29 AN, 5AG/1/EN 67 : syndicalisme enseignant – les enquêtes des RG font état d’un nombre d’adhérents (...)

18Les conséquences sont immédiates. De Gaulle n’arrête pas le bras vengeur de ses ministres, bien au contraire. Dès juin 1960, la subvention d’État de l’UNEF est supprimée au profit d’une organisation concurrente, suscitée par le pouvoir, la Fédération nationale des étudiants de France (FNEF). Après divers atermoiements et promesses, la subvention attribuée jadis à l’UNEF ne sera pas rétablie. Par ailleurs, le nombre d’étudiants est réduit au conseil d’administration des œuvres universitaires. Cela dressa un peu plus les étudiants contre le pouvoir : certes la politisation progressive de l’UNEF de la gauche socialiste à l’extrême gauche, des jécistes aux communistes, des communistes aux trotskystes de toute obédience, voire aux maoïstes, réduisit le nombre d’adhérents de l’organisation, mais elle reste sans conteste la première force étudiante29. Désormais, elle est dans l’opposition.

  • 30 Le Monde, 19 février 1964.

19Or, la guerre d’Algérie achevée, le combat de l’UNEF change d’objet : la question du logement, de la pédagogie, du niveau du budget, bref les conditions de vie des étudiants sont désormais des revendications essentielles et prennent à revers la politique universitaire gaullienne. L’UNEF s’oppose à la réforme universitaire préconisée par Christian Fouchet : spécialisation professionnelle des filières, orientation et sélection à l’entrée de l’université ne pouvaient qu’aboutir à une opposition frontale. En 1964, les étudiants de lettres veulent interdire l’accès de la Sorbonne au ministre30. Des grèves éclatent régulièrement afin d’empêcher la mise en œuvre de la réforme. L’UNEF élabore même un contre-projet « Manifeste pour une réforme démocratique de l’enseignement supérieur ». L’un des points de ce manifeste est le refus de tout numerus clausus à l’entrée à l’université : on ne saurait mieux marquer ainsi l’opposition avec la politique gaullienne. Là aussi, grèves et manifestations émaillèrent les années 1963 à 1968.

  • 31 C. Fouchet, Au service du Général de Gaule, Paris, Plon, 1971, t. 1, p. 210.

20L’homme du refus, l’homme du 18 juin 1940, soutenu par des jeunes peu nombreux et enthousiastes, est devenu presque trente ans plus tard, le symbole du conservatisme : « Dix ans ça suffit ! » C’est « le vieux », celui qui ne comprend rien à la jeunesse étudiante : « Cours camarade, le vieux est derrière toi » lit-on sur les murs de la Sorbonne. Il est temps de s’en débarrasser et de le remiser au grenier de l’histoire : un homme prestigieux certes, mais appartenant désormais au passé glorieux de l’histoire de France : « Le pouvoir ne se prend pas, il se ramasse. Pour l’anniversaire de l’appel du 18 juin, nous ramènerons de Gaulle à la vieille Sorbonne » proclame un autre slogan. Les tensions sont donc grandes et l’incompréhension large de part et d’autre. Christian Fouchet, en fidèle du Général, considère ainsi, dans ses mémoires, qu’à Nanterre, il y a eu un « chahut » qui a failli dégénérer en révolution31.

  • 32 AN, 574AP/6 : note du 27 mai 1963 de J. Narbonne sur la réforme de l’enseignement supérieur.
  • 33 AN, 574AP/6 : réunions de la commission.
  • 34 B. Poucet, « Un enseignement pour une seule jeunesse », Fondation de Gaulle, Charles de Gaulle et (...)
  • 35 Voir ici même le chapitre rédigé par Antoine Prost.

21Pour autant, cet homme, au passé prestigieux, garde un flair politique remarquable : il est capable de déceler ce qui essentiel de ce qui est secondaire et essaie de comprendre. Des tentatives de réforme autour de quelques conceptions essentielles du devenir de l’université française seront préparées32, une commission sera réunie33 : il s’agissait bien de le moderniser34. Ce sera le projet essentiel de la loi imprévue d’orientation menée à bien par Edgar Faure : mettre en œuvre dans le domaine universitaire l’idée de participation : autonomie, participation, rénovation des méthodes et des programmes constituent le fil conducteur de la réforme35. Cette loi qu’il n’aurait jamais envisagée, il la soutint.

Réformer

22Si de Gaulle n’est pas né dans le sérail universitaire, il a quelques idées précises sur ce qu’il convient de faire et prend ainsi appui pendant plusieurs années sur les idées de Jacques Narbonne, puis de Marcel Pinet qui le conseillent et lui adressent des notes. Comment démocratiser, sinon en sélectionnant et orientant et en donnant les moyens de fonctionnement ?

Sélectionner et orienter

23Habitué à avoir été sélectionné dans sa jeunesse comme élève de Saint-Cyr, Charles de Gaulle veut appliquer au monde universitaire les principes qui lui ont semblé réussir dans le monde des Grandes écoles. Mais il ajoute un élément fondamental : démocratiser.

  • 36 ME, op. cit., t. 2, p. 173.
  • 37 J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation nationale, Paris, Plon, 1994, p. 202.
  • 38 ME, op. cit., t. 2, p. 181. Voir aussi, les conclusions du conseil restreint du 26 mai 1966. J. Nar (...)

24Il part en effet d’un constat : de plus en plus d’élèves et d’étudiants veulent accéder au savoir. C’est une véritable « marée ». Or, il faut que « cette irruption se fasse en ordre et soit profitable36 ». Il faut donc apprendre à orienter, puis à sélectionner, sur le modèle pratiqué dans les Grandes écoles. Et ce du bas jusqu’en haut du système éducatif. Mais, il sait aussi que le corps enseignant n’y est pas très disposé. En effet, si le principe de démocratisation est accepté sans difficulté, en revanche orienter et surtout sélectionner n’est pas dans la culture des enseignants, aux yeux de de Gaulle. Ou plus exactement ne correspond pas à la conception qu’il se fait de l’orientation. Certes, il y a une orientation individuelle qui doit tenir compte des capacités, mais il doit également y avoir une orientation collective « au mieux des intérêts de la société37 ». S’il s’agit de concilier les deux types d’orientation, la seconde est bien entendu essentielle aux yeux du Général. Elle est, en revanche, très autoritaire et laisse peu de place aux hésitations et aux interrogations des élèves et des parents. Ce sont les enseignants qui devraient décider comme il le rappelle dans les Mémoires d’Espoir « et diriger d’office des élèves dans tel ou tel sens, fermer proprio motu des portes à certains d’entre eux, engager délibérément une part de l’avenir des uns et des autres38 ». L’orientation doit se faire en fonction des intérêts de la Nation. Il faut donc fixer des quotas par filières, en fonction des impératifs du plan. Des orienteurs auraient pour tâche de les imposer aux élèves et aux étudiants puisque l’on ne peut pas compter sur les enseignants.

  • 39 LNC, op. cit., t. 3, début 1963, p. 524.
  • 40 J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation nationale, op. cit., p. 102-110.

25Ainsi au Conseil des ministres du 12 décembre 1962, il réclame la mise en place d’une véritable sélection. Début 1963, il constate qu’il y a trop d’étudiants incapables de suivre les études qu’ils ont choisies39. D’où le projet de réunir un conseil restreint consacré à ces questions. Il aura lieu le 4 avril 1963. De Gaulle précisa qu’il souhaitait une orientation ferme aussi bien vers l’enseignement long que vers l’enseignement court. Chaque filière devait strictement définir le nombre des étudiants qu’elle acceptait, en fonction des exigences du plan. Les familles n’auraient aucun droit à intervenir dans le processus d’orientation40. C’est l’État qui fixe les objectifs, en fonction de l’intérêt général : aux familles et aux individus de s’y adapter en conséquence.

  • 41 Fondation de Gaulle, fonds Narbonne, notes EN 1964 : dans une apostille du 24 février 1964, sur un (...)
  • 42 AN, 5AG/1, EN 58 : commission d’études de l’enseignement supérieur, séance du 2 décembre 1963.
  • 43 J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation nationale, op. cit., p. 121-122.

26Or, cette position, soutenue par Jean Capelle, n’est pas celle de son ministre de l’Éducation nationale, Christian Fouchet41. S’il estime qu’une réforme de l’enseignement supérieur est nécessaire et entend en redéfinir les missions, l’organisation, les méthodes d’enseignement et de recrutement des maîtres – ce sont les missions qu’il fixe précisément à la Commission d’études de l’enseignement supérieur le 21 novembre 1963 – le ministre n’entend pas pour autant mettre en œuvre une sélection drastique et « un numerus clausus guillotine ». Il lui préfère, en effet, une orientation progressive depuis la classe de troisième42. Le débat entre le ministre et de Gaulle était donc réel : l’un pensait que l’intérêt du pays était d’avoir 500 000 étudiants en 1970, alors que le Général, s’il n’était pas hostile à cette idée, estimait qu’ils devaient être « capables de suivre ; il ne faut pas, poursuit-il, ouvrir les vannes à ceux qui ne peuvent pas suivre43 ». L’un estime qu’il faut respecter la « vocation » des étudiants, des possibilités de réorientation, l’autre qu’on est actuellement submergé d’étudiants dont la moitié ne suit pas : il faut une hache pour séparer le bon grain de l’ivraie. Cela signifie qu’à ses yeux, une partie des étudiants présents empêche les lycéens réellement capables de suivre des études supérieures. Cela étant quelle que soit la méthode adoptée, l’orientation repose sur un principe général : elle doit être bien plus allégement ouverte et diversifiée que par le passé. Si orienter est une exigence, démocratiser est son corollaire.

Démocratiser44

  • 44 Fondation de Gaulle, fonds Narbonne F35/2/2 : dans la note du 7 avril 1961 adressée à de Gaulle, J (...)
  • 45 ME, op. cit., t. 2, p. 179.

27Pour parvenir à cette fin, une condition préalable doit être remplie. Il faut établir l’égalité des chances : c’est d’abord la réforme du collège qui supprime les cloisons étanches entre l’enseignement primaire et l’enseignement secondaire. Mais pour ce faire, il faut orienter en fonction de la diversité des capacités. Il lui apparaît que c’est d’autant plus vrai à l’Université où beaucoup de ceux qui suivent les cours sont, à ses yeux, inaptes à le faire. Comme beaucoup, il déplore le faible résultat aux examens. Il lui semble que là aussi, il est nécessaire d’adopter une position sans équivoque : endiguer le trop-plein d’étudiants, offrir des filières adaptées aux différentes capacités des étudiants et aux attentes de la société : il faut donc « démultiplier les disciplines traditionnelles45 », réorganiser les filières, puis orienter, sélectionner.

  • 46 AN, 5AG/1/EN 63 : rapport Boulloche, 1963 : il préconise d’améliorer mais non de supprimer les Gra (...)

28Une diversification des filières, longues et courtes, est donc attendue : le rapport d’André Boulloche de septembre 1963 sur « les conditions de développement, de recrutement, de fonctionnement et localisation des Grandes écoles46 » vient en appui à ces considérations. Il est soutenu par le ministre. La création des IUT en 1966 constitue une mise en œuvre concrète. Mais, ce n’est pas suffisant. De Gaulle réitère cette demande au cours du conseil restreint du 5 juin 1964 consacré à l’enseignement supérieur l’année suivante en précisant dans une « note à George Pompidou » :

  • 47 LNC, op. cit., t. 3, 3 mars 1964, p. 630.

« Cette politique doit être fondée sur le principe de démocratisation de l’enseignement secondaire, à ouvrir à toute la jeunesse dès l’entrée en sixième et celui d’une orientation et d’une sélection continues permettant de diriger en temps utile les élevés vers un enseignement qui réponde à leurs aptitudes ainsi qu’aux besoins de l’économie nationale. » Et de préciser que la commission réunie en vue d’éclairer le ministre sur l’organisation de l’enseignement supérieur ne doit pas aller à l’encontre de cette perspective47. »

29Et à Jacques Narbonne, il adresse une note où il précise la double perspective qu’il entend mener :

  • 48 LNC, op. cit., t. 3, 3 mars 1964, p. 649.

« La submersion, mais aussi les nécessités de l’extension de l’enseignement supérieur. Il faut donc ouvrir la porte mais seulement à ceux qui en valent la peine48. »

  • 49 LNC, op. cit., t. 3, 3 mars 1964, p. 750.
  • 50 LNC, op. cit., t. 3, 3 mars 1964, p. 957.
  • 51 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, op. cit., p. 385, p. 397-399, 410, 415.
  • 52 J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation nationale, Paris, Plon, 1994, p. 480-481 : relevé des décisi (...)

30D’où la nécessité de maintenir un niveau suffisamment élevé pour le baccalauréat « afin d’éviter que les facultés continuent à être, comme elles le sont, encombrées d’étudiants inaptes à l’enseignement supérieur49 ». L’orientation et la sélection restent donc sa préoccupation essentielle. Il lui semble en effet que le processus de démocratisation est largement en route, la question est désormais « celle des modalités d’un contrôle de l’accès des étudiants à l’enseignement supérieur, compte tenu des aptitudes individuelles et des besoins de la nation50 ». D’étudiants, il y en a trop, à ses yeux : ce point est confirmé par les entretiens dont Alain Peyrefitte a gardé trace51. Aussi, lors du conseil des ministres restreint consacré à la question, le 4 avril 1968, la pensée de de Gaulle semble prêt de se traduire dans des actes : tous les bacheliers ne pourront plus s’inscrire de plein droit en faculté. Seuls les meilleurs pourront continuer à le faire, les autres devront être jugés aptes par un jury « propre à chaque établissement ». Les étudiants se révélant ensuite inaptes à poursuivre des études ne seront pas admis à y demeurer. En revanche des salariés non titulaires du baccalauréat pourront accéder en nombre restreint, par le biais d’un examen, à l’enseignement supérieur52. C’était désormais trop tard. Il fallait proposer autre chose.

Réformer

  • 53 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, Paris, op. cit., p. 534.

31Face à la crise, devant la mauvaise organisation universitaire, c’est le mot réforme qui s’impose : car de Gaulle retrouve ici une idée qui lui est chère – celle de participation. Or, elle peut devenir contestation. Il n’a pas lu ce slogan écrit sur l’escalier de Sciences Po : « Être libre, en 1968, c’est participer. » Il n’empêche : il tente de retourner la situation à son profit. D’où l’idée d’un référendum sur le sujet53. Et, vraisemblablement, la décision de confier quelques jours plus tard, le ministère de l’Éducation à Edgar Faure.

32Les idées du colloque de Caen consacré à l’enseignement supérieur ont fait leur chemin dans les milieux réformateurs : on sait que dans ces conclusions étaient préconisées l’idée d’autonomie des universités et de la mise en place d’une réelle contractualisation. Un changement de paradigme professionnel est également demandé : il s’agit de passer des professeurs de faculté aux professeurs d’université. Connaissait-il ces propositions ? Il est impossible de se prononcer : en définitive il considère que 68 n’est pas une révolution, mais avant tout la contestation d’un autoritarisme désormais inadéquat aux circonstances. L’idée de participation lui paraît la bonne réponse, au grand dam d’une partie de ses soutiens politiques traditionnels. Autonomie et participation doivent être mises en œuvre. Ce sera la tâche d’Edgar Faure, qualifié de « grand ministre ».

Conclusion : de Gaulle et le monde universitaire, un malentendu persistant

  • 54 J.-Cl. Eicher, « Note sur l’évolution de l’effort financier public en faveur de l’éducation sous l (...)
  • 55 C. Fouchet, Au service du Général de Gaule, op. cit., p. 216.
  • 56 ME, op. cit., t. 2, p. 166.

33Le rapport entre de Gaulle et le monde universitaire repose ainsi sur un véritable paradoxe. Les relations ont été difficiles, l’incompréhension réelle. Pour autant, pendant toute cette période l’Université a reçu des moyens financiers conséquents, alors même que les différentes organisations syndicales ou politiques de l’époque ont eu l’impression d’une insuffisance chronique de moyens tant en personnel qu’en locaux ou crédits pédagogiques. Les études faites à l’occasion du colloque du centenaire ont incontestablement montré que les crédits affectés à l’enseignement supérieur ont crû de façon constante tout au long de la période et qu’ils ont ensuite régressé. Ils ont cru non seulement quantitativement, en fonction de la croissance des effectifs, mais également qualitativement : taux d’encadrement, crédits de recherche, aides aux étudiants, notamment les dépenses d’action sociale ont toutes crû de façon plus rapide que les effectifs. Jean-Claude Eicher conclut en effet son analyse en affirmant – il n’a pas été démenti depuis – qu’« un effort exceptionnel a été consenti pour l’enseignement supérieur quand le général de Gaulle était au pouvoir54 ». Cela confirme les propos de Christian Fouchet qui appelle qu’un véritable effort de construction avait été poursuivi tout au long de l’année 1963-1964 (Nanterre, Censier, le Grand-Palais), quitte à inaugurer des bâtiments universitaires… sans permis de construire55 ! Mais, le souvenir de cet effort a été emporté par la tornade de mai 1968. Enfin, cette politique reposait sur une approche étatiste peu respectueuse des aspirations individuelles, c’est en effet l’État qui est chargé « à juste titre d’instruire la jeunesse56 ». La réforme a donc été réelle et les moyens ont suivi, mais inadaptée à l’époque et aux circonstances : c’est le paradoxe de cette période qui a su, en définitive, prendre le tournant de l’histoire, certes de façon forcée, a jeté les bases de l’Université contemporaine, tout en tournant le dos aux enseignants et aux étudiants et à leurs organisations syndicales majoritaires, dans un geste de mutuelle incompréhension. En définitive, de Gaulle, en soutenant, de façon plus ou moins forcée, la politique d’Edgar Faure, a contribué à faire naître l’Université d’aujourd’hui. Il lui a fallu, à son corps défendant, rompre avec le modèle sélectif des Grandes écoles : belle ruse de l’histoire !

Notes

1 En mai 1908, il publie, dans le bulletin des élèves, son premier article « La congrégation », Hors de la France, no 6, 1908, p. 89-96.

2 C. Lelièvre, L’École des Présidents, Paris, Odile Jacob, 1995, p. 21-33.

3 C. de Gaulle, Mémoires d’Espoir, Paris, Plon, 1971, t. 2, p. 170 (désormais ME).

4 ME, op. cit., t. 2, p. 169.

5 ME, op. cit., t. 2, p. 169.

6 C. de Gaulle, Lettres, notes et carnets, 1858-1970, t. 3, Paris, Robert Laffont, 2010, p. 39, 840, 885, 1040, 406, 496 (désormais LNC).

7 Agrégé de philosophie, après avoir enseigné quelques années dans le second degré, il a été assistant à la Sorbonne et chargé d’un cours de psychologie à Caen. Après sa mission auprès du cabinet du général de Gaulle, puis au secrétariat général à la présidence de la République (1959-1967), il a été nommé immédiatement au Conseil d’État au tour extérieur, voir R. Drago et al., Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État, Paris, Fayard, 2004, p. 853. Georges Pompidou n’a jamais enseigné à l’université et s’ennuyait profondément dans le secondaire auquel il n’a eu de cesse que de vouloir échapper, cf. Georges Pompidou, Lettres, notes et portraits, Paris, Robert Laffont, 2012.

8 G. Antoine, « La loi d’orientation de 68 », Espoir, no 163, hiver 2010-2011, p. 5-11.

9 E. Chiaradia, L’Entourage du général de Gaulle, Paris, Publibook, 2011, p. 142-147 : l’auteur compte environ 75 % de membres des grands corps sur la totalité des conseillers de l’Élysée. Voir aussi Histoire politique, no 8, mai 2009, « Les entourages des chefs de l’État de Mac Mahon à Valéry Giscard d’Estaing ».

10 Pour l’attitude de de Gaulle par rapport aux intellectuels, voir F. Chaubet, « De Gaulle et les intellectuels : histoire d’un différend », S. Berstein, P. Birbaum, J.-P. Rioux, De Gaulle et les élites, Paris, La Découverte, 2008, p. 259-277.

11 Voir le témoignage du recteur Antoine, Fondation de Gaulle, Charles de Gaulle et la jeunesse, Paris, Plon, 2005, p. 281-284.

12 C. de Gaulle, Discours et messages, t. 3, Paris, Plon, 1970, p. 146 (désormais DM).

13 Fondation de Gaulle, fonds Narbonne, F35/1/2 : note de de Gaulle du 6 décembre 1961 : « Je réunirai un conseil pour l’examen de toute la question de l’éducation nationale, notamment au point de vue de l’organisation et des programmes. »

14 DM, t. 1, p. 501.

15 DM, t. 3, p. 80.

16 DM, t. 5, p. 45.

17 DM, t. 4, p. 276.

18 A. Larcan, De Gaulle inventaire, La culture, l’esprit, la foi, Paris, Bartillat, 2003, p. 797-821.

19 A. Prost et J. Winter, René Cassin, Paris, Fayard, 2011.

20 Le Monde, 15 novembre 1965. Voir aussi LNC, t. 3, p. 968 où le doyen déclare à de Gaulle : « Mesures de nettoyages : que les doyens puissent expulser les indésirables. »

21 Fondation de Gaulle, Charles de Gaulle et la jeunesse, op. cit., p. 114.

22 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, Paris, éditions de Fallois/Fayard, 2000, p. 436, entretien du 25 mars 1968.

23 LNC, p. 852.

24 Le Monde, 23 janvier 1965, 9 mars 1967.

25 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, op. cit., p. 472, conseil des ministres du 8 mai 1968.

26 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, op. cit., p. 481.

27 D. Fischer, « De Gaulle et la jeunesse étudiante de l’UNEF dans les années 1960 », Fondation De Gaulle, Charles de Gaulle et la jeunesse, op. cit., p. 325-354.

28 Fondation de Gaulle, fonds Narbonne, notes EN 1963, 4/1 : dans une note du 22 mars 1963 adressée à de Gaulle, J. Narbonne souligne que l’UNEF « est une organisation fortement politisée, très hostile par principe au gaullisme ».

29 AN, 5AG/1/EN 67 : syndicalisme enseignant – les enquêtes des RG font état d’un nombre d’adhérents qui passe de 100 000 membres en 1960 à 50 000 membres en 1967, alors même que dans le même temps le nombre d’étudiants est passé de 180 000 à 500 000 étudiants.

30 Le Monde, 19 février 1964.

31 C. Fouchet, Au service du Général de Gaule, Paris, Plon, 1971, t. 1, p. 210.

32 AN, 574AP/6 : note du 27 mai 1963 de J. Narbonne sur la réforme de l’enseignement supérieur.

33 AN, 574AP/6 : réunions de la commission.

34 B. Poucet, « Un enseignement pour une seule jeunesse », Fondation de Gaulle, Charles de Gaulle et la jeunesse, op. cit., p. 272-275.

35 Voir ici même le chapitre rédigé par Antoine Prost.

36 ME, op. cit., t. 2, p. 173.

37 J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation nationale, Paris, Plon, 1994, p. 202.

38 ME, op. cit., t. 2, p. 181. Voir aussi, les conclusions du conseil restreint du 26 mai 1966. J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation nationale, op. cit., p. 477.

39 LNC, op. cit., t. 3, début 1963, p. 524.

40 J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation nationale, op. cit., p. 102-110.

41 Fondation de Gaulle, fonds Narbonne, notes EN 1964 : dans une apostille du 24 février 1964, sur une note concernant l’enseignement supérieur, de Gaulle rappelle sa volonté de voir respecter les décisions prises en avril 1963.

42 AN, 5AG/1, EN 58 : commission d’études de l’enseignement supérieur, séance du 2 décembre 1963.

43 J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation nationale, op. cit., p. 121-122.

44 Fondation de Gaulle, fonds Narbonne F35/2/2 : dans la note du 7 avril 1961 adressée à de Gaulle, J. Narbonne parle de la nécessité de sélectionner et d’orienter pour démocratiser.

45 ME, op. cit., t. 2, p. 179.

46 AN, 5AG/1/EN 63 : rapport Boulloche, 1963 : il préconise d’améliorer mais non de supprimer les Grandes écoles ; pour Boulloche, voir B. Poucet, « André Boulloche », Dictionnaire de Gaulle, op. cit.

47 LNC, op. cit., t. 3, 3 mars 1964, p. 630.

48 LNC, op. cit., t. 3, 3 mars 1964, p. 649.

49 LNC, op. cit., t. 3, 3 mars 1964, p. 750.

50 LNC, op. cit., t. 3, 3 mars 1964, p. 957.

51 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, op. cit., p. 385, p. 397-399, 410, 415.

52 J. Narbonne, De Gaulle et l’éducation nationale, Paris, Plon, 1994, p. 480-481 : relevé des décisions du conseil restreint du 4 avril 1968 sur l’enseignement supérieur, signé de Gaulle.

53 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, t. 3, Paris, op. cit., p. 534.

54 J.-Cl. Eicher, « Note sur l’évolution de l’effort financier public en faveur de l’éducation sous la présidence du Général de Gaulle », Institut Charles de Gaulle, De Gaulle en son siècle, t. 3, Moderniser la France, Paris, Plon, 1992, p. 605.

55 C. Fouchet, Au service du Général de Gaule, op. cit., p. 216.

56 ME, op. cit., t. 2, p. 166.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540