Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La loi Edgar Faure

 | 
David Valence
, 
Bruno Poucet

Préface

Jacques Godfrain

Volltext

1215 000 étudiants en 1960, plus de 600 000 en 1970 : le défi auquel fut confrontée la Ve République dans le domaine universitaire était de taille, à la fois sur le plan démographique, donner aux générations du Baby-Boom les moyens matériels d’accéder aux études supérieures, et sur le plan de l’organisation universitaire, celle-ci n’étant guère adaptée pour accueillir cet afflux massif. L’Université (ou, devrait-on dire, les facultés), se devait pourtant d’évoluer, pour accompagner la croissance économique du pays et répondre à la demande croissante de jeunes diplômés d’une industrie florissante, en particulier dans des domaines de pointe. Cet enjeu était aussi géographique : afin de permettre à davantage de catégories sociales d’accéder aux études supérieures, il était nécessaire de diversifier les centres universitaires, de refondre la carte universitaire du pays, tout en investissant massivement dans le logement étudiant, les cités universitaires, destinées à héberger dans de bonnes conditions ces jeunes arrivant dans l’enseignement supérieur. La création, à la fin de l’année 1965, des Institut universitaires de technologie, outils de promotion sociale et personnelle pour des jeunes souvent d’origine modeste, avait été un premier pas : ceux-ci leur ont permis d’accéder au statut de cadre ou de technicien supérieur par le biais d’une formation courte. Mettre le pied dans le supérieur était en effet l’espérance de beaucoup de jeunes dépourvus de moyens pour s’engager au-delà du Bac. Ces formations courtes permirent donc deux choses : ouvrir l’université à ceux dont c’était le rêve inassouvi, et offrir aux industries nouvelles talent et compétence. La Loi Faure, dont l’on connaît les circonstances d’élaboration, dans l’urgence de l’été 1968, afin de permettre que se tienne la rentrée universitaire suivante, constitue le second pilier de cette refondation.

2On le sait, le mécontentement étudiant a constitué la première étape de la crise de Mai 1968, mais cet ouvrage, s’il revient en détail sur les causes de cette crise de croissance de l’université française, apporte aussi des éléments de compréhension précieux sur la réponse du pouvoir gaulliste. Réponse avant même la crise, donc, avec le début du redéploiement universitaire sur le territoire, réponse à la crise, avec la mise en place d’une opération législative qui, dans un contexte d’urgence, parvient à refonder un équilibre universitaire durable, la Loi Faure. Les études réunies ici le montrent clairement, cette loi est voulue et soutenue par le Général de Gaulle, par-delà certaines réserves qui peuvent apparaître au sein du groupe parlementaire gaulliste. Si Georges Pompidou, agrégé de l’Université, suit le projet de près, le Général de Gaulle, souvent décrit comme feu familier des enjeux universitaires (n’a-t-il pas été formé au moule de l’École de Saint-Cyr ?) s’est emparé du sujet depuis plusieurs années, défendant des objectifs de sélection rigoureuse des étudiants, mais également de démocratisation de l’enseignement supérieur. Il faut saluer ici le rôle crucial de ses conseillers, comme Jacques Narbonne. On y ajoutera une considération supplémentaire : la période post-1967 correspond dans l’esprit du Général à la mise en place de la participation, pilier de sa politique sociale, et pendant de la politique de redressement des années 1959-1965. Il ne faut pas l’oublier, la participation est la première réponse que la Général apporte au mécontentement, dans son allocution, un peu oubliée, du 24 mai 1968, où, analysant la crise, il note « on y voit tous les signes qui démontrent la nécessité d’une mutation de notre société et tout indique que cette mutation doit comporter une participation plus étendue de chacun à la marche et aux résultats de l’activité qui le concerne directement », avant de souligner « l’impuissance de ce grand corps (l’Université) à s’adapter aux nécessités modernes de la Nation en même temps qu’au rôle et à l’emploi des jeunes ». En somme, le Loi Faure fait entrer la participation dans l’Université, constituant à la fois la première pierre d’une réponse gaullienne à la crise, et une refondation durable de l’Université, puisque le système paritaire de gestion des UFR a été appelé à une certaine postérité. Élaborée dans une certaine urgence, portée par la virtuosité parlementaire d’un artiste de la politique, Edgar Faure, cette loi a aussi été une loi de refondation durable, et l’un des meilleurs symboles du fait que le pouvoir gaulliste est loin d’être resté sans réponse face à la crise de Mai 1968.

3Il me reste à remercier ceux qui ont voulu cette réflexion et rassemblé pour cela des chercheurs faisant autorité, le Professeur Bruno Poucet et David Valence, ainsi que tous les historiens et les témoins, qui ont bien voulu apporter leur pierre à cet édifice, mieux faire connaître l’œuvre du Général de Gaulle, auquel la Fondation consacre ses efforts.

Autor

Ancien Ministre Président de la Fondation Charles de Gaulle.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540