Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imaginaire de l'aviation pionnière

 | 
Stéphane Tison
, 
Françoise Lucbert

Les auteurs

Texte intégral

1Diplômée de Sciences Po, agrégée et docteure en histoire, chercheure associée au Centre d’histoire de Sciences Po, professeure en classe préparatoire littéraire, Anne-Laure Anizan a consacré sa thèse à Paul Painlevé (Paul Painlevé. Science et politique de la Belle Époque aux années trente, Presses Universitaires de Rennes, 2012). Ses recherches portent sur l’élite scientifique, sur les organisations et les hommes de gauche, ainsi que sur le fonctionnement de l’État de la fin du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres. Derniers articles parus : « 1914-1918, le gouvernement de guerre », histoire@politique, no 22, janvier-mai 2014 et « Les gouvernements successifs », dans Philippe Nivet et al. (dir.), Archives de la Grande Guerre. Des sources pour l’histoire, Rennes, PUR, 2015, p. 203-209.

2 Laurent Baridon est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Lyon 2 – Lumière. Il est responsable de l’équipe « Art, imaginaire, société » au sein du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA). Après avoir travaillé sur l’imaginaire scientifique de Viollet-le-Duc, il a travaillé sur d’autres aspects de l’historiographie de l’architecture : images et statuts de l’architecte, matériaux de construction, corpus satiriques et caricaturaux, pratiques de l’histoire de l’art. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Un Atlas imaginaire, cartes allégoriques et satiriques (Paris, Citadelles & Mazenod, 2011), et de nombreux articles.

3Docteur en histoire et enseignant-chercheur, le capitaine Christian Brun est professeur en Histoire de l’aviation et en Éthique à l’École de l’air. Il est chef de l’équipe « Histoire et sociologie militaires » au Centre de recherche de l’Armée de l’air. Spécialiste en histoire de l’aéronautique et travaillant en particulier sur les apports de l’aviation durant les principaux conflits du vingtième siècle, il étudie actuellement l’image du pilote et de l’aviation pendant la Grande Guerre à travers la presse et la photographie. Il s’intéresse, en particulier, à la construction identitaire de l’aviateur et de l’armée de l’air. Outre ses nombreuses publications et communications savantes, il est l’auteur de plusieurs travaux institutionnels sur l’apport de l’aviation dans les différents conflits tout au long du XXe siècle, de même que sur l’identité de l’aviation et de l’aviateur.

4 Claude Carlier, ancien professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne, dirige le Centre d’histoire de l’aéronautique et de l’espace et assure la présidence de l’Institut d’histoire des conflits contemporains. Auteur de plusieurs ouvrages sur les débuts de l’aviation dont Le Match France-Amérique. Les débuts de l’aviation (Paris, Économica, 2003) ; Sera Maître du monde, qui sera maître de l’air – La création de l’aviation militaire française (Paris, Économica, 2004) ; Les Frères Wright et la France, la saga des premiers vols (Paris, Économica, 2008).

5L’historien Tom D. Crouch est Senior Curator à la division de l’aéronautique, au National Air and Space Museum, Smithsonian Institution, à Washington, D. C. (États-Unis). Outre les expositions qu’il a organisées au sein du milieu muséal, il a présidé, à partir de 2000, le comité national américain chargé de l’organisation des commémorations du centenaire de l’aviation (First Flight Centennial Federal Advisory). Plusieurs de ses ouvrages ont été primés, en particulier sa biographie des frères Wright (The Bishop’s Boys : A Life of Wilbur and Orville Wright, New York, W. W. Norton, 1989) ainsi que Wings : A History of Aviation From Kites to the Space Age (New York, W. W. Norton, 2003).

6 Thierry Gervais est Assistant Professor à l’université Ryerson, Toronto (Canada). Responsable de la recherche pour le Ryerson Image Centre (RIC), il enseigne l’histoire de la photographie et se spécialise en outre dans l’usage de la photographie dans la presse illustrée et dans l’essor du photo-reportage. Il a été rédacteur en chef de la revue Études photographiques de 2007 à 2013 et le co-auteur de La Photographie. Histoire, technique, presse, art (avec Gaëlle Morel, Larousse, 2008). Il a été le co-commissaire de plusieurs expositions : Vues d’en haut (Centre Pompidou-Metz, 2013), Léon Gimpel (1873-1948). Les audaces d’un photographe (Musée d’Orsay, 2008) et L’Événement : les images comme acteurs de l’histoire (Jeu de Paume, Paris, 2007).

7 Hervé Guillemain est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université du Maine, au Mans, et membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO). Il travaille actuellement sur l’histoire de la psychiatrie et a notamment publié : La Méthode Coué. Histoire d’une pratique de guérison, Le Seuil, 2010 ; Expériences de la folie, Presses universitaires de Rennes, 2013 ; Du Front à l’asile. 1914-1918, Alma, 2013 ; Extension du domaine psy, Presses universitaires de France, coll. « La vie des idées », 2014. Il a co-dirigé le dossier « Les psychoses de l’arrière de la Grande Guerre au XXIe siècle » pour la revue Guerres mondiales et conflits contemporains (2015/1, no 257).

8 James R. Hansen est professeur d’histoire à l’université Auburn, dans l’Alabama (États-Unis). Il se spécialise dans l’histoire aérospatiale et, plus généralement, de l’histoire des sciences et techniques. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur des sujets variés, parmi lesquels : les débuts de l’aviation, l’histoire de l’ingénierie aérospatiale, la NASA, les alunages, le Space Shuttle program, le rôle de la Chine dans la conquête spatiale. Il possède une expertise particulière sur l’histoire du Corps des astronautes américains sur lequel il a publié notamment Forever Young : A Life of Adventure in Air and Space (Gainesville, University Press of Florida, 2013), co-écrit avec John Young, et First Man : The Life of Neil A. Armstrong (New York, Simon & Schuster, 2012). Il a également dirigé une thèse sur les femmes astronautes impliquées dans le Programme spatial américain.

9 Bernd Kreuzer, aménageur, ingénieur des transports et historien, est associé au Département d’histoire sociale et économique de la Johannes Kepler Universität, à Linz, en Autriche, qui vient de lui décerner une habilitation à diriger des recherches. Depuis janvier 2016, il a été recruté au Département d’histoire économique, sociale et technologique de l’université d’Aix-la-Chapelle, en Allemagne. Ses recherches portent notamment sur l’histoire de la mobilité, sur la planification urbaine et régionale et sur l’histoire du tourisme. Parmi ses publications les plus récentes, figure l’essai « Competition and Co-ordination of Passenger and Freight Transport : the Case of Austria and Switzerland During the First Half of the 20th Century », dans Gérard Duc et al. (dir.), Histoire des transports et de la mobilité. Entre concurrence et coordination (1918 à nos jours). Transport and Mobility History. Between Modal Competition and Coordination (1918 to Our Days), Neuchâtel, Alphil-Presses Universitaires Suisses, 2014.

10Né en 1940, Hans-Ulrich Jost a réalisé ses études en histoire et sociologie à l’université de Berne. Il a été professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lausanne de 1981 à 2005. De 2005 à 2014, il a assuré la présidence de la Commission pour la publication des Documents diplomatiques suisses (DDS). Parmi ses publications, figurent les ouvrages : Les Avant-gardes réactionnaires. La Naissance de la nouvelle droite en Suisse, 1890-1914, Lausanne, Éd. d’en bas, 1992 ; Le Salaire des neutres – Suisse 1938-1948, Paris, Denoël, 1999 ; À Tire d’Ailes. Contributions à une histoire critique de la Suisse, Lausanne, Antipodes, 2005.

11Docteur en histoire de l’art contemporain et lauréate du prix du musée d’Orsay en 2010, Claire Le Thomas mène des recherches pluridisciplinaires au sein du Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (CNRS). Elle a enseigné aux universités de Paris Ouest et de Strasbourg, collaboré au site l’histoire par l’image (ressource pour les enseignants du secondaire) et participé à l’exposition du Musée éclaté de la presqu’île de Caen (28 juin-27 octobre 2013). Spécialiste du bricolage, elle a révélé dans Racines populaires du cubisme. Art savant et pratiques ordinaires de création (Presses du Réel, 2015) tout ce que l’invention des papiers collés et des constructions devait aux pratiques de bricolage de l’époque.

12Professeure d’histoire de l’art au département des Sciences historiques de l’université Laval à Québec, Françoise Lucbert s’intéresse à la critique d’art, à l’histoire des expositions, aux rapports entre la littérature et les autres arts, de même qu’aux relations artistiques entre la France et les autres pays européens. Elle a publié des ouvrages et articles sur ces sujets et dirige une collection sur la critique d’art aux Presses universitaires de Rennes. Elle a réalisé des expositions en collaboration avec des musées en France, en Espagne et en Chine : La Section d’or 1912-1920-1925 (2000), Roger de La Fresnaye (1885-1925). Cubisme et tradition (2005), Gustave Kahn (1859-1936), écrivain symboliste et critique d’art (2006) et Avion, aviateur, aviation. Cent ans de fascination pour la conquête de l’air (2008). Ses travaux actuels portent sur les prolongements européens du cubisme au cours des années 1920.

13 Olivier Odaert est chercheur post-doctoral à l’université de Limoges. Ses travaux portent principalement sur la littérature d’expression française de la première moitié du vingtième siècle, dans les genres du roman, du reportage et de la bande dessinée. Il a publié de nombreux articles scientifiques sur ces sujets, et plus particulièrement sur l’œuvre de Saint-Exupéry, dont « Une résistance littéraire » (Cahiers de la NRF, 2013) et « Le mythe du Petit Prince » (La Belle histoire du Petit Prince, Gallimard, 2013). En 2012, il a soutenu une thèse de doctorat intitulée « Saint-Exupéry écrivain », à l’université de Louvain.

14 Guillaume Pajon est professeur de Lettres modernes du cycle secondaire dans l’académie d’Amiens. Il a participé à de nombreux colloques et a publié plusieurs articles sur l’œuvre de Julien Gracq, tout particulièrement à propos de son œuvre romanesque, notamment sur les thèmes de l’élection et de l’héroïsme dans la fiction. Il a également collaboré à la rédaction du Dictionnaire de la mort, publié chez Larousse en 2010 sous la direction de Philippe Di Folco.

15L’historien Luc Robène est professeur à l’université de Bordeaux, chargé de cours à Sciences-Po Bordeaux et à l’ENS Cachan. Ses recherches portent sur l’histoire de la culture et des pratiques culturelles (XVIIIe-XXIe siècle). Il a notamment publié l’ouvrage L’Homme à la conquête de l’air, L’Harmattan, 1998 ainsi que les articles : « Le Feuilleton aéronautique à la Belle Époque », Le Temps des médias, 2008 ; « Bordeaux et les “filles de l’air”. Femmes aéronautes en Aquitaine au XIXe siècle », Revue Historique de Bordeaux, 2010 ; « Les Sports aériens : de la compétition sportive à la violence de guerre », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2013.

16 Peter Schulman est professeur de French and International Studies à la Old Dominion University, située à Norfolk en Virginie. Il est l’auteur de The Sunday of Fiction : The Modern French Eccentric (Purdue University Press, 2003), ainsi que de Le Dernier Livre du Siècle (Romillat, 2001) avec Mischa Zabotin. Il a dirigé une édition critique de l’œuvre de Jules Verne, traduite en anglais, The Begum’s Millions (Wesleyan University Press, 2005). Il a récemment traduit le dernier roman de Jules Verne : The Secret of Wilhelm Storitz (University of Nebraska Press, 2012), de même que plusieurs œuvres poétiques, comme Suburban Beauty du poète Jacques Reda (VVV editions, 2009) et Adamah de Celine Zins (Gival Press, 2010). Il est co-éditeur en chef d’une nouvelle revue d’éco-critique, Green Humanities. Il a enfin co-dirigé les ouvrages suivants : The Marketing of Eros : Performance, Sexuality and Consumer Culture (Die Blaue Eule, 2003) ; Chasing Esther : Jewish Expressions of Cultural Difference (Kol Katan Press, 2007) et Rhine Crossings : France and German in Love and War (SUNY Press, 2004).

17Né en Suisse en 1979, Christophe Simeon a suivi son cursus universitaire à Lausanne. Lauréat en 2006 du prix de la faculté des Lettres pour son mémoire de licence, il a continué ses activités en histoire comme assistant et chargé de cours à l’université de Lausanne et l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Ses recherches portent majoritairement sur l’histoire sociale et culturelle des technologies, avec un accent plus particulier sur l’introduction et le transfert des nouvelles technologies en Suisse, dans le domaine des transports. Il a notamment publié L’Envol manqué de l’aviation militaire suisse à la fin de la Belle Époque (1910-1914) (Neuchâtel, Alphil, 2008) et l’article « Transfert de technologie et conditions cadres : le rôle de la politique commerciale dans l’échec de l’industrie automobile suisse » (Traverse, 2010/3, p. 85-96).

18 Stéphane Tison est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université du Maine, au Mans, et membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR CNRS 6258). Spécialiste des guerres de 1870-1871 et 1914-1918, il étudie les traumatismes de guerre sous l’angle collectif (commémorations) et individuel (traumatismes psychiques) ; il s’intéresse en particulier à l’interface entre les imaginaires guerriers et pacifiques. Il a publié : Comment sortir de la guerre ? Deuil, mémoire et traumatisme. 1870-1940, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; Expériences de la folie. Criminels, soldats et patients en psychiatrie. XIXe-XXe siècles, Presses universitaires de Rennes, 2013 ; Du front à l’asile : 1914-1918, Alma, 2013 ; Paul d’Estournelles de Constant. Concilier les nations pour éviter la guerre (1878-1924), Presses universitaires de Rennes, 2015. Ses travaux portent également sur l’histoire culturelle de l’aviation, champ dans lequel il a publié des articles et l’ouvrage La Belle-Époque de la conquête de l’air… dans le sillage de Wilbur Wright (1903-1914), Société historique et archéologique du Maine, 2010. Il a co-dirigé le dossier « Les psychoses de l’arrière de la Grande Guerre au XXIe siècle » pour la revue Guerres mondiales et conflits contemporains (2015/1, no 257).

19 William F. Trimble est professeur émérite à l’Auburn University, Alabama (États-Unis). Ses plus récents ouvrages sont : Hero of the Angry Sky : The World War I Diary and Letters of David S. Ingalls, America’s First Naval Ace (Athens, Ohio University Press, 2013) et Hero of the Air : Glenn Curtiss and the Birth of Naval Aviation, Naval Institute Press, 2010. Parmi ses publications, figurent les ouvrages suivants : High Frontier : A History of Aeronautics in Pennsylvania ; Wings for the Navy : A History of the Naval Aircraft Factory ; Admiral William A. Moffett : Architect of Naval Aviation ; Jerome C. Hunsaker and the Rise of American Aeronautics ; ainsi que Attack from the Sea : A History of the U. S. Navy’s Seaplane Striking Force. En 2011, il a reçu le prix Admiral Arthur W. Radford Award for Excellence in Naval Aviation History and Literature de la Naval Aviation Museum Foundation.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site