Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imaginaire de l'aviation pionnière

 | 
Stéphane Tison
, 
Françoise Lucbert

Cinquième partie. Représentations du mythe de l'aviateur

Portrait de l’aviateur en Icare moderne par Julien Gracq : Jacques Nueil dans Le Roi Cophétua

Guillaume Pajon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« changé en oiseau ce siècle
comme Jésus monte dans l’air »
Guillaume Apollinaire, « Zone », Alcools, 1913.

En 1970, Julien Gracq quitte le monde de la fiction romanesque pour celui de l’écriture fragmentaire et autobiographique, comme emporté sur les ailes d’un avion de guerre piloté par le mystérieux Jacques Nueil, celui que l’on attend avec une inquiétude fébrile, celui qui n’arrivera jamais. Le texte dans lequel figure – ou plutôt ne figure pas, dans le temps de la fiction – cet aviateur, s’intitule Le Roi Cophétua. Cette nouvelle, publiée par Julien Gracq en 1970, chez José Corti, constitue le dernier texte du recueil de nouvelles intitulées La Presqu’île1. Dans l’ultime fiction de celui que certains considèrent comme le « dernier des classiques2 », le goût de l’auteur pour l’Histoire – matière qu’il enseigna jusqu’en 1970 justement, au moment de sa retraite de l’Éducation nationale – s’exprime en plein, puisqu’il ancre sa fiction dans un temps clairement identifiable : la ...

Auteur

Professeur de Lettres modernes du cycle secondaire dans l’académie d’Amiens. Il a participé à de nombreux colloques et a publié plusieurs articles sur l’œuvre de Julien Gracq, tout particulièrement à propos de son œuvre romanesque, notamment sur les thèmes de l’élection et de l’héroïsme dans la fiction. Il a également collaboré à la rédaction du Dictionnaire de la mort, publié chez Larousse en 2010 sous la direction de Philippe Di Folco.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540