Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imaginaire de l'aviation pionnière

 | 
Stéphane Tison
, 
Françoise Lucbert

Deuxième partie. L'imaginaire du progrès technique

Vues d’en haut

L’actualité de la Belle Époque photographiée en plongée

Thierry Gervais

Texte intégral

  • 1 Léon Gimpel, Quarante ans de reportages. Souvenirs de Léon Gimpel, collaborateur à L’Illustration (...)
  • 2 Thierry Gervais, « Photographies de presse ? Le journal L’Illustration à l’ère de la similigravure (...)
  • 3 Sur la vision en plongée, voir Christoph Asendorf, Super Constellation. L’influence de l’aéronauti (...)

1Dans ses mémoires, le photographe Léon Gimpel rappelle que « par une curieuse concordance, [sa] première collaboration à L’Illustration coïncide avec le commencement du règne de monsieur René Baschet à la direction du journal1 ». Il ne s’agit pas là d’une « coïncidence » mais du résultat de la nouvelle politique iconographique initiée par le directeur du célèbre hebdomadaire, qui privilégie alors la photographie aux dépens du dessin. Au tournant des XIXe et XXe siècles, la photographie devient le principal vecteur de l’information visuelle diffusée dans la presse illustrée et la production des photographes amateurs apparaît comme un réservoir d’images pour les journaux2. La production et la diffusion des photographies de Léon Gimpel témoignent de cette rencontre entre la pratique photographique amateur en pleine effervescence et les nouvelles attentes iconographiques des journaux illustrés. Elles révèlent également comment un photographe amateur, qui se passionne pour la conquête de l’air, a su exploiter les nouveaux points de vue qui s’offrent aux aviateurs pour publier ses images dans les journaux. En effet, l’expérience de Léon Gimpel raconte comment la vision en plongée est devenue une composante de la culture visuelle dès la Belle Époque3.

De l’amateur au photoreporter

  • 4 Léon Gimpel, op. cit.
  • 5 Dominique de Font-Réault et Thierry Gervais (dir.), Léon Gimpel : les audaces d’un photographe (18 (...)
  • 6 Clément Chéroux, « Le jeu des amateurs. L’expert et l’usager (1880-1910) », dans André Gunthert et (...)
  • 7 Léon Gimpel, op. cit., p. 64 bis.
  • 8 « L’appareil photographique peut être entre nos mains un merveilleux moyen de reproduction, de tra (...)

2Avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, exilé en zone libre dans les Pyrénées-Orientales, Léon Gimpel entreprend la rédaction de ses mémoires de photographe4. Sur plus de 350 pages, le photographe s’est appliqué à décrire chacune de ses expériences photographiques menées entre 1897 et 1932. Gimpel appartient à cette nouvelle génération de photographes amateurs qui se développe à la fin du XIXe siècle5. La mise au point de la technique au gélatino-bromure d’argent à la fin des années 1880 permet le développement d’une pratique simplifiée de la photographie qui séduit de nombreux curieux de la classe bourgeoise. Cependant, Gimpel se distingue de ces nouveaux usagers de la photographie6 et cherche à maîtriser son appareil, la technique ne représentant pas pour le photographe une limite devant laquelle il doit s’incliner. Bien au contraire, les contraintes deviennent le sujet même de ses photographies : « Les difficultés, loin de me rebuter ont toujours exercé sur moi une attraction irrésistible7. » Si Gimpel appartient à cette époque qui profite du développement industriel de la photographie faisant oublier la technique, sa pratique le rattache davantage aux amateurs de la génération précédente pour lesquels la technique n’est pas seulement un moyen, mais également une fin leur permettant de faire valoir leur maîtrise et leur dextérité8.

3Gimpel réalise son premier reportage pour la presse illustrée en 1900, grâce à un « coupe-file » obtenu par son neveu auprès d’Henri de Weindel, rédacteur en chef de La Vie illustrée. L’hebdomadaire dispose de quelques photographes dans son équipe pour couvrir l’actualité, mais il profite également du développement de la pratique amateur pour satisfaire son besoin de photographies. Au printemps 1900, Gimpel assiste alors au banquet des 22 000 maires organisé à l’occasion de l’Exposition universelle. D’un point de vue élevé, d’où il embrasse visuellement la moitié des convives, le photographe enregistre une image de la réunion en légère plongée. Tout en cherchant à rendre compte fidèlement du nombre d’élus municipaux, Gimpel se joue des lignes produites par les allées et s’amuse des redondances formelles générées par le nombre de convives.

  • 9 La Vie illustrée, no 103, 5 octobre 1900, p. 5.

4Publiée plusieurs mois après, la photographie occupe une page entière et sa légende explique indirectement le retard de publication : « Un de nos correspondants photographe, monsieur Gimpel, de passage à Paris, a pris de cette solennité, la curieuse photographie que nous publions9. » Si la première partie de la légende irrite Gimpel qui s’étonne de ne pas apparaître comme photographe parisien, la deuxième partie précise l’intérêt de l’hebdomadaire pour les formes curieuses de l’image.

5Le travail d’information mis en œuvre dans La Vie illustrée réside dans l’attention portée à l’actualité certes, mais repose également sur l’esthétique des images qui la véhicule. Une photographie visuellement attractive peut, dès lors, être publiée en pleine page avec plusieurs mois de retard, sans article de référence, accompagnée d’une seule légende qui décrit aux lecteurs l’aspect singulier de l’actualité. Cet intérêt de la presse illustrée pour la curiosité formelle des images qui s’écartent des représentations traditionnelles en bousculant les règles de la perspective albertienne, n’échappe pas à Léon Gimpel qui profite de cette distinction pour publier régulièrement ses photographies.

  • 10 Léon Gimpel, op. cit., p. 5 bis.
  • 11 Jean Carmant, « Les gaîtés de l’objectif », La Vie illustrée, no 107, 2 novembre 1900, p. 78-79.

6En 1900, il troque son premier appareil pour une jumelle Irumberry. Parmi ses principaux avantages, la jumelle dispose d’un viseur clair qui permet au photographe de monter l’appareil à hauteur d’yeux pour cadrer son sujet avec précision. D’autre part, la jumelle est pourvue d’un objectif anastigmat qui corrige les aberrations optiques et assure la vraisemblance photographique (fig. 1). Malice du photographe ou simple coïncidence, c’est avec ce nouvel appareil que Gimpel tourne son attention vers les miroirs déformants du Palais de l’optique de l’Exposition universelle. Amusé par son propre portrait anamorphosé, l’opérateur s’enregistre devant des miroirs amincissants, grossissants ou étirants qui lui renvoient une image grotesque. Dans ce corpus, deux ensembles se distinguent ; le premier montre Gimpel et le dispositif photographique et le second fait disparaître tout le protocole de prise de vue. Autrement dit, une série qui suggère l’usage d’un miroir dévoilant les artifices de la mise en scène et quelques images qui se jouent de la crédulité des spectateurs en montrant un enregistrement énigmatique. « Succès d’hilarité10 » lors des projections publiques, l’étrangeté de ces images rencontre également l’attention de la presse puisque La Vie illustrée publie dix clichés de cette série dans le numéro du 2 novembre 190011. Cette fois, les photographies provoquent la rédaction d’un article qui décrit les inquiétants résultats et livre aux lecteurs les secrets techniques de cette prouesse.

  • 12 L’Illustration, no 3187, 26 mars 1904, p. 195 ; La Vie au grand air, no 290, 31 mars 1904, p. 252 ;(...)

7Ces deux premières publications dans La Vie illustrée en 1900 révèlent donc l’intérêt de l’hebdomadaire pour les libertés visuelles prises par Léon Gimpel. Une alternative s’offre alors au photographe pour publier dans la presse : être le témoin d’une actualité et diffuser au plus vite ses images auprès des rédactions ou faire preuve d’inventivité et séduire les directeurs des illustrés par son audace. Jusqu’à la Grande Guerre, Gimpel exploite les deux possibilités, les croisant parfois dans la réalisation de ses reportages (fig. 2 et fig. 3). En mars 1904, il assiste aux essais de stabilisation en mer tentés dans la rade de Cannes par le comte Henri de la Vaulx, à bord de son ballon sphérique. Il prend plusieurs clichés qu’il développe chez un photographe local et qu’il envoie spontanément aux rédactions de La Vie au grand air, La Vie illustrée et L’Illustration12. Les trois hebdomadaires publient les photographies et L’Illustration inaugure avec l’opérateur une collaboration qui dura plus de trente ans.

8Les photographies envoyées à l’hebdomadaire par Gimpel font toutes référence à une actualité, mais incarnent avant tout un événement photographique. À travers les quelques centaines de ses photographies publiées dans L’Illustration, l’intérêt de la rédaction du journal illustré pour l’originalité formelle des images se dessine très clairement. Le compte rendu d’une actualité repose sur son importance factuelle, mais également sur l’aspect spectaculaire des images qui en témoignent. La maîtrise technique de Gimpel, qui lui permet de photographier dans des situations difficiles, et les libertés visuelles dont il fait preuve, produisent alors une iconographie qui correspond aux attentes de l’équipe de direction de L’Illustration.

Les formes curieuses de l’information

  • 13 L’Illustration, no 3277, 16 décembre 1905, p. 415 ; L’Illustration, no 3365, 24 août 1907, p. 132 ;(...)

9Gimpel publie plus de 150 photographies dans L’Illustration avant 1914 et la moitié révèle les prouesses techniques du photographe. En 1904, il s’équipe d’un nouvel appareil, un Spido Gaumont plus lumineux et plus fiable que la jumelle Irumberry, avec lequel il se livre à d’autres expériences photographiques. Un an plus tard, Gimpel photographie en effet l’éclairage du Salon de l’Automobile, ce qui suppose un long temps de pose ; en 1910, il retient de la grève des chemins de fer, une vue nocturne de la gare du Nord déserte ; et, en 1911, il propose au journal illustré, lors d’une visite des souverains belges, une vue des illuminations de l’Hôtel de Ville de Paris13. Pour toutes ces occasions, l’exploit technique intervient comme un élément susceptible d’attirer l’attention de la rédaction et de garantir au photographe la publication de ses images. L’approche expérimentale devient pour Gimpel une solution pour se distinguer de la concurrence des agences dont les moyens de communication dépassent pourtant bien largement ceux de l’amateur (fig. 4). À la fin du mois d’août 1909, un grand meeting aérien réunit à Bétheny, dans la banlieue de Reims, les principaux aviateurs qui animent l’actualité de l’aéronautique de la Belle Époque. Hubert Latham, forcé d’amerrir dans la Manche, Louis Blériot qui réussit à gagner les terres anglaises le même mois de juillet 1909, mais aussi les frères Wright ou les pilotes de dirigeables, comme le comte Henri de la Vaulx, sont présents pour l’occasion. Pour couvrir l’événement qui s’étend du 22 au 29 août, L’Illustration dépêche un rédacteur scientifique, Félix Honoré, et demande à Gimpel de photographier les personnages et les exploits marquants de la semaine.

10Dans un premier temps, Gimpel subit les contraintes mêmes de l’événement et produit des photographies proches de celles des photoreporters d’agence. En effet, l’évolution en altitude des avions impose aux photographes une vision en contreplongée où la silhouette de l’aéroplane se détache sur un ciel lumineux. Dans le numéro du 4 septembre 1909, L’Illustration consacre plusieurs pages au meeting et publie quelques-unes de ces images où se dessinent les contours du Blériot type XII ou de l’Antoinette de Latham. Cependant, la plupart d’entre elles proviennent de l’agence Rol. Les formes des images sont proches, mais celles de l’agence ont l’avantage d’être rapidement communiquées auprès de la rédaction des hebdomadaires qui peuvent alors travailler sereinement à la conception d’un numéro.

11Dans ces conditions de production et de diffusion, Gimpel ne peut pas lutter. En revanche, il peut remettre à la rédaction des photographies à l’aspect différent qui suscitent l’attention du journal sur des critères esthétiques. Dans ses mémoires, le photographe déclare :

  • 14 Léon Gimpel, op. cit., p. 34 bis.

« Le point culminant de la semaine pour moi (c’est le cas ou jamais d’employer cette expression) devait être mon ascension au-dessus de Bétheny dans la nacelle du petit dirigeable Zodiac III piloté par le comte H. de la Vaulx14. »

12À 150 mètres d’altitude, Gimpel ne subit plus les contraintes habituelles de prise de vue et bascule son objectif pour photographier l’évolution des aéroplanes de haut en bas. À l’exception de l’Antoinette de Latham, les avions s’élèvent rarement au-delà de 5 mètres, d’où leur surnom de « caisses à savon » (fig. 5). Le 4 septembre, cinq clichés de la série réalisée pendant l’ascension sont publiés sur trois pages dans L’Illustration. L’un d’entre eux offre une perspective fuyante sur l’ensemble formé par les tribunes et les hangars et permet à l’œil de se repérer et d’identifier les formes de l’image. Les quatre autres images proposent un axe perpendiculaire au sol, bousculant les codes de représentation traditionnels. La double page centrale de L’Illustration est construite autour de ces quatre photographies présentées au lecteur à l’aide d’une mention spéciale :

  • 15 L’Illustration, no 3471, 4 septembre 1909, p. 163.

« Après la vision des aéroplanes tels qu’ils apparaissent aux spectateurs, il était curieux de fixer la vision inverse, celle qui s’offrait aux aviateurs quand ils planaient au-dessus de la piste, autour des pylônes de virage. C’est ce résultat qu’a obtenu notre collaborateur M. Gimpel, en allant prendre, de la nacelle du petit dirigeable Zodiac III, compagnon d’altitude de Latham, des photographies “à vol d’oiseau” des champs de Bétheny15. »

13Pris à la verticale, le poste des chronométreurs et la pelouse populaire apparaissent dans un réseau de formes géométriques que les légendes prennent soin d’identifier. Gimpel réussit même l’exploit de capter l’image d’un biplan Voisin contournant un pylône et passant sous l’aéronef. Sur le cliché, l’ombre du dirigeable s’inscrit en bas à droite comme une explication donnée au lecteur sur le point de vue exploité par le photographe.

  • 16 Gilles Feyel, « Les journaux “millionnaires” et les journaux “fantômes” à Paris », dans La Presse (...)
  • 17 Le Matin, no 9321, 4 septembre 1909, p. 1.
  • 18 Pour les tirages utiles voir Jean-Noël Marchandiau, « Les tirages utiles », L’Illustration 1843-19 (...)

14L’esthétique de cette photographie ne séduit pas seulement la rédaction de L’Illustration, mais également celle de la presse quotidienne puisqu’un des quatre « journaux millionnaires16 », Le Matin, publie « la curieuse photographie » du biplan Voisin, alors même que le meeting n’est plus d’actualité pour un quotidien17. À cette époque, le tirage de L’Illustration atteint 115 000 exemplaires et celui du Matin dépasse les 600 00018. Un journal passant dans plusieurs mains avant d’être mis au rebut, cette vue en plongée de l’actualité, au graphisme déconcertant, a donc eu pour public plusieurs millions de Français.

La photographie en plongée : un style pour l’information

15À partir de l’expérience de Bétheny, la vision en plongée devient pour Gimpel un moyen récurrent pour se distinguer de ses concurrents. Le 14 juillet 1911, sa route croise à nouveau celle du comte Henri de la Vaulx. Cette fois, le comte pilote le dirigeable Le Temps qui doit effectuer un passage au-dessus des tribunes de Longchamp à l’occasion de la revue militaire. Revêtu d’un uniforme de mécanicien, Gimpel s’est glissé dans la nacelle du dirigeable.

  • 19 Léon Gimpel, op. cit., p. 54 bis.
  • 20 L’Illustration, no 3569, 22 juillet 1911, p. 63.

16À plusieurs dizaines de mètres d’altitude, Gimpel bascule son objectif de haut en bas pour enregistrer un « cliché amusant » (fig. 6) de la fourmilière humaine « foulant du pied, sans vergogne, l’ombre du dirigeable ». Un autre, « fort curieux, car pris dans la verticale, présente un aspect inaccoutumé ayant toujours nécessité quelques explications19 » rappelle Gimpel dans ses mémoires (fig. 7). À l’aplomb de la tribune officielle de Longchamp, la forêt, la foule, le gazon et le terrain sont enregistrés comme autant d’aplats disposés sur une surface plane. Quelques points se distinguent par leur ordonnancement en ligne ou en rectangle ; ils figurent les musiciens de la garde républicaine et un premier rang de cavaliers. Cette image est projetée à l’occasion de séances publiques, mais elle est également publiée dans le numéro du 22 juillet 1911 de L’Illustration. Sur une pleine page, la rédaction présente deux photographies : à gauche celle de Gimpel intitulée « Les tribunes de Longchamp, vues du dirigeable Le Temps », et, à droite, celle du photographe Raffaele titrée « Le dirigeable Le Temps vu de l’hippodrome de Longchamp20 ». Tant la mise en page que les légendes incitent à regarder la photographie de Raffaele comme une explication apportée au lecteur pour comprendre l’image de Gimpel. L’Illustration mêle ainsi les points de vue, offre au lecteur des effets de surprise et rend compte de l’activité militaire française qui cherche à contrôler l’espace aérien.

  • 21 L’Illustration, no 3498, 12 mars 1910, p. 258.

17Malheureusement, Gimpel ne dispose pas toujours d’un dirigeable pour basculer son regard sur l’actualité. En revanche, les monuments parisiens offrent des points de vue élevés qui permettent de dominer l’actualité. Chaque année, les festivités de la mi-carême, notamment le défilé des chars, sont très prisées du public parisien. En 1910, Gimpel enregistre ainsi le cortège d’une tour de la cathédrale Notre-Dame. Deux de ses photographies sont publiées dans L’Illustration, dont la rédaction souligne en légende « l’aspect tout à fait imprévu21 » des clichés. En effet, l’un d’entre eux présente les formes écrasées des chars et des spectateurs vus à la verticale de la tour (fig. 8). Trois ans plus tard, toujours à l’occasion de la mi-carême, Gimpel jette son dévolu sur la colonne de Juillet et retient cette fois la dispersion de la foule après le passage du carnaval. Publiée en double page de L’Illustration, la photographie est accompagnée d’une légende qui explique le choix iconographique du journal :

  • 22 L’Illustration, no 3654, 8 mars 1913, p. 198-199.

« Tandis qu’une file de voitures, où se remarquent les longs toits plats des autobus, débouche lentement, au fond, du boulevard Beaumarchais, et à droite du boulevard Richard-Lenoir, la foule reprend sa liberté et, de nouveau, circule à l’aise, ici pressée encore en groupes compacts, là moins dense. D’en bas, vue en perspective fuyante, elle offrirait l’aspect d’une multitude ; du poste élevé où le cliché a été pris, elle semble, grâce au raccourci des personnages, étrangement diminuée. Mais, dans le détail, quelle variété de mouvements et d’attitudes y découvre l’œil amusé22 ! »

  • 23 Léon Gimpel, op. cit., p. 43.

18Les événements politiques qui ponctuent les années d’avant guerre sont traités par Gimpel avec le même souci d’originalité. En juillet 1910, les nouveaux souverains belges, le roi Albert et la reine Elisabeth, rendent leur première visite officielle aux autorités françaises. Pour témoigner de cette actualité, la plupart des photographes, et notamment ceux employés par les agences, s’installent à la gare de Boulogne où les souverains sont attendus. Le choix n’est pas très audacieux, mais il garantit aux opérateurs l’obtention d’un cliché puisque le protocole laissera la presse approcher du fiacre devant acheminer le roi et la reine à leurs appartements parisiens. Après plusieurs années de collaboration avec la presse, Gimpel connaît à l’avance le déroulement de l’événement. Il sait également qu’il ne sera pas en mesure de lutter contre les structures de communication dont disposent les agences. Il choisit donc, non pas de se rendre à la gare, mais à l’Arc de Triomphe. Du sommet du monument, il domine la Place de l’Étoile par laquelle doit passer le cortège officiel. Installé confortablement, échappant à la bousculade de ses confrères, Gimpel prend plusieurs clichés de la foule qui se concentre sur le parcours (fig. 9). Puis au passage du fiacre, il déclenche son obturateur et enregistre selon un axe de prise de vue perpendiculaire au sol cet étrange cliché du carrosse royal. Deux photographies sont publiées en pleine page de L’Illustration du 16 juillet 1910. L’une d’entre elles, montrant un carrosse où l’on distingue la reine des Belges et Mme Fallières, provient de l’agence Rol, la seconde venant de Gimpel. Dans ses mémoires, l’amateur explique qu’il a choisi ce point de vue en hauteur afin « de sortir de la monotonie du débarquement en gare de bois de Boulogne23 ».

19Gimpel a clairement conscience de l’intérêt de la rédaction de l’illustré pour ses points de vue en plongée et oriente sa production pour répondre à cette attente. Toujours dans ses écrits, il raconte l’impact de ses images d’actualité auprès du rédacteur en chef. En effet, le 26 septembre 1911, un autobus parisien fait une embardée sur le pont de l’Archevêché, traverse la balustrade et termine sa course dans la Seine. Gimpel apprend tardivement la nouvelle et, lorsqu’il se rend sur les lieux de la catastrophe, de nombreux photographes ont déjà photographié l’accident et communiqué leurs clichés aux rédactions :

  • 24 Léon Gimpel, op. cit., p. 61.

« Je constatais que tous les reporters qui m’avaient précédé, obéissant à une consigne policière stupide n’avaient pu photographier la bande de l’autobus émergeant de la Seine et indiquant les points de terminus : “Batignolles-Jardin des Plantes” ; malgré ce retard, j’allais rapidement chercher mon appareil et du magnésium et revenait au pont de l’Archevêché ; là, les agents voulurent m’imposer la même consigne arguant que tous les journalistes avaient pris leurs clichés de ce point “C’est précisément pourquoi je ne veux pas y aller”, rétorquai-je et après avoir parlementé avec un officier de paix, je parvins à mes fins24. »

20Gimpel se rend alors sur le pont, bascule son appareil et photographie l’autobus dans une perspective plongeante qu’aucun opérateur d’agence ne s’est autorisé (fig. 10). Lorsqu’il arrive rue Saint-Georges à la rédaction de L’Illustration (fig. 11), Gimpel se souvient :

  • 25 Léon Gimpel, op. cit., p. 61-61 bis.

« Le rédacteur en chef leva les bras au ciel en s’écriant : “Mais vous êtes en retard ! Il y a longtemps qu’on m’a apporté des documents.” Je montrais le mien et à sa vue, le rédacteur en chef téléphona immédiatement à la photogravure pour arrêter l’exécution du cliché en cours et le remplacer par le mien25. »

  • 26 L’Illustration, no 3579, 30 septembre 1911, p. 252.

21Gimpel s’emporte un peu dans son récit. L’Illustration ne remplace pas le cliché de l’agence Meurisse par le sien26. Elle le recadre verticalement pour pouvoir glisser la vue en plongée à ses côtés. Néanmoins, l’expérience demeure symptomatique du processus de sélection des images pour illustrer le journal et de son assimilation par le photographe.

22Aux côtés des premières agences de presse comme Branger ou Rol et des correspondants étrangers qui relaient l’actualité internationale, les photographes amateurs sont nombreux à transmettre leurs clichés à la presse et à participer à la construction de l’information en image à la Belle Époque. Léon Gimpel est sans aucun doute l’un des plus audacieux dans sa mise en forme de l’actualité et doit, à ce titre, être considéré comme une exception. Cependant, les libertés qu’il s’accorde pour séduire les rédactions des hebdomadaires mettent au jour le travail de sélection effectué par les acteurs de la presse illustrée. Dès le début du XXe siècle, la photographie apparaît, pour des raisons de vraisemblance, comme plus efficace que le dessin dans la transmission de l’actualité. Elle n’en est pas moins soumise à une évaluation esthétique qui vise à accorder la forme et le fond du message que souhaite diffuser la presse illustrée. Dans ce cadre, les visions en plongée de Gimpel apparaissent comme une solution formelle séduisante pour les journaux illustrés qui assurent ainsi la diffusion de ces images aux formes nouvelles accompagnant les exploits des pionniers de l’aviation.

ILLUSTRATIONS

Figure 1. Léon Gimpel, Autoportraits au palais des glaces de l’Exposition universelle de 1900, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 12 x 9 cm. Collection Société française de photographie.

Figure 2. Léon Gimpel, Le comte de la Vaulx dans la rade de Cannes, 1904, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 9 x 12 cm. Collection Société française de photographie.

Figure 3. L’Illustration, no 3187, 26 mars 1904, p. 195.

Figure 4. Léon Gimpel, Paulhan à bord de son biplan Voisin à Bétheny, août 1909, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 9 x 12 cm. Collection Société française de photographie.

Figure 5. L’Illustration, 4 septembre 1909, no 3471, p. 162-163.

Figure 6. Léon Gimpel, L’ombre du dirigeable Le Temps, août 1911, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 9 x 12 cm. Collection Société française de photographie.

Figure 7. Léon Gimpel, La revue militaire du 14 juillet 1911, août 1911, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 9 x 12 cm. Collection Société française de photographie.

Figure8. L’Illustration, 8 mars 1913, no 3654, p. 198-199.

Figure 9. L’Illustration, 16 juillet 1910, no 3515, p. 236.

Figure 10. Léon Gimpel, Un autobus parisien tombé dans la Seine, août 1911, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 9 x 12 cm, 1911. Collection Société française de photographie.

Figure 11. L’Illustration, 30 septembre 1911, no 3579, p. 252.

Notes

1 Léon Gimpel, Quarante ans de reportages. Souvenirs de Léon Gimpel, collaborateur à L’Illustration (1897-1932), Domaine de Castellemont, Jurançon, manuscrit (collection SFP), 20 février 1944, p. 7 bis.

2 Thierry Gervais, « Photographies de presse ? Le journal L’Illustration à l’ère de la similigravure », Études photographiques, mai 2005, no 16, p. 166-181.

3 Sur la vision en plongée, voir Christoph Asendorf, Super Constellation. L’influence de l’aéronautique sur les arts et la culture, Paris, Macula, 2013 ; et Angela Lampe (dir.), Vues d’en haut, cat. exp., Metz, Centre Pompidou-Metz, 2013.

4 Léon Gimpel, op. cit.

5 Dominique de Font-Réault et Thierry Gervais (dir.), Léon Gimpel : les audaces d’un photographe (1873-1948), cat. exp., Paris, Musée d’Orsay/5 Continents Éditions, 2008.

6 Clément Chéroux, « Le jeu des amateurs. L’expert et l’usager (1880-1910) », dans André Gunthert et Michel Poivert (dir.), L’Art de la photographie, Paris, Citadelles et Mazenod, 2007, p. 254-273.

7 Léon Gimpel, op. cit., p. 64 bis.

8 « L’appareil photographique peut être entre nos mains un merveilleux moyen de reproduction, de traduction des scènes que nous aurons créées ou qui défilent devant nos yeux, et à ce titre l’amateur devra exécuter lui-même toute la série des opérations. Celui-là seul mérite le nom d’amateur qui saura combiner toutes les opérations, de façon à obtenir la traduction la plus parfaite de ce qu’il a voulu reproduire. » Albert Londe, Du Rôle de l’amateur de photographie au point de vue artistique et scientifique (conférence du 15 novembre 1892 au photo-club du Sud-Est), Paris, Chaix, p. 8.

9 La Vie illustrée, no 103, 5 octobre 1900, p. 5.

10 Léon Gimpel, op. cit., p. 5 bis.

11 Jean Carmant, « Les gaîtés de l’objectif », La Vie illustrée, no 107, 2 novembre 1900, p. 78-79.

12 L’Illustration, no 3187, 26 mars 1904, p. 195 ; La Vie au grand air, no 290, 31 mars 1904, p. 252 ; La Vie illustrée, no 303, 1er août 1904.

13 L’Illustration, no 3277, 16 décembre 1905, p. 415 ; L’Illustration, no 3365, 24 août 1907, p. 132 ; L’Illustration, no 3529, 15 octobre 1910, p. 264 ; L’Illustration, no 3554, 8 avril 1911, p. 276 ; Anonyme, « Nouvelle méthode pour obtenir des photographies en couleurs », L’Illustration, no 3200, 25 juin 1904, p. 434.

14 Léon Gimpel, op. cit., p. 34 bis.

15 L’Illustration, no 3471, 4 septembre 1909, p. 163.

16 Gilles Feyel, « Les journaux “millionnaires” et les journaux “fantômes” à Paris », dans La Presse en France des origines à 1944. Histoire politique et matérielle, Paris, Ellipses, 1999, p. 136-140.

17 Le Matin, no 9321, 4 septembre 1909, p. 1.

18 Pour les tirages utiles voir Jean-Noël Marchandiau, « Les tirages utiles », L’Illustration 1843-1944. Vie et mort d’un journal, Toulouse, Privat, 1991, p. 325. En 1908, le tirage du Matin atteint 620 000 exemplaires, Gilles Feyel, op. cit., p. 138.

19 Léon Gimpel, op. cit., p. 54 bis.

20 L’Illustration, no 3569, 22 juillet 1911, p. 63.

21 L’Illustration, no 3498, 12 mars 1910, p. 258.

22 L’Illustration, no 3654, 8 mars 1913, p. 198-199.

23 Léon Gimpel, op. cit., p. 43.

24 Léon Gimpel, op. cit., p. 61.

25 Léon Gimpel, op. cit., p. 61-61 bis.

26 L’Illustration, no 3579, 30 septembre 1911, p. 252.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Léon Gimpel, Autoportraits au palais des glaces de l’Exposition universelle de 1900, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 12 x 9 cm. Collection Société française de photographie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 2. Léon Gimpel, Le comte de la Vaulx dans la rade de Cannes, 1904, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 9 x 12 cm. Collection Société française de photographie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Figure 3. L’Illustration, no 3187, 26 mars 1904, p. 195.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Figure 4. Léon Gimpel, Paulhan à bord de son biplan Voisin à Bétheny, août 1909, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 9 x 12 cm. Collection Société française de photographie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Figure 5. L’Illustration, 4 septembre 1909, no 3471, p. 162-163.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure 6. Léon Gimpel, L’ombre du dirigeable Le Temps, août 1911, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 9 x 12 cm. Collection Société française de photographie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 7. Léon Gimpel, La revue militaire du 14 juillet 1911, août 1911, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 9 x 12 cm. Collection Société française de photographie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Figure8. L’Illustration, 8 mars 1913, no 3654, p. 198-199.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 9. L’Illustration, 16 juillet 1910, no 3515, p. 236.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 10. Léon Gimpel, Un autobus parisien tombé dans la Seine, août 1911, plaque de projection au gélatino-bromure d’argent, 9 x 12 cm, 1911. Collection Société française de photographie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Figure 11. L’Illustration, 30 septembre 1911, no 3579, p. 252.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46645/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

Assistant Professor à l’université Ryerson, Toronto (Canada). Responsable de la recherche pour le Ryerson Image Centre (RIC), il enseigne l’histoire de la photographie et se spécialise en outre dans l’usage de la photographie dans la presse illustrée et dans l’essor du photo-reportage. Il a été rédacteur en chef de la revue Études photographiques de 2007 à 2013 et le co-auteur de La Photographie. Histoire, technique, presse, art (avec Gaëlle Morel, Larousse, 2008). Il a été le co-commissaire de plusieurs expositions : Vues d’en haut (Centre Pompidou-Metz, 2013), Léon Gimpel (1873-1948). Les audaces d’un photographe (Musée d’Orsay, 2008) et L’Événement : les images comme acteurs de l’histoire (Jeu de Paume, Paris, 2007).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site