Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imaginaire de l'aviation pionnière

 | 
Stéphane Tison
, 
Françoise Lucbert

Première partie. L'effet Wright

Wilbur Wright au Mans : « Ce ne fut pas un succès, ce fut un triomphe »

Claude Carlier

Texte intégral

  • 1 Sur les débuts de l’aviation, voir Claude Carlier, Le Match France-Amérique, Paris, Économica, 200 (...)

1La conquête du ciel par le plus lourd que l’air est le résultat de recherches et d’expérimentations qui forment un tronc commun d’où surgit la réussite qui permet la réalisation d’un des plus vieux rêves de l’homme : voler. Du mythe d’Icare aux frères Wright, plusieurs hommes se sont essayés au vol, parfois en y laissant la vie, avec des ailes battantes comme des oiseaux, en cherchant à planer avec des ailes fixes, puis, avec l’apparition du moteur, grâce à la force mécanique. Si l’Europe a imaginé l’aéroplane, ce sont les États-Unis qui l’ont fait naître. Puis, c’est en France qu’il a passé son adolescence et connu la gloire avant de devenir citoyen du monde1.

Wilbur Wright au Mans

  • 2 La ville de Blain (Loire-Atlantique), au nord de Nantes, avait, dans un premier temps, été retenue
  • 3 Léon Bollée (1870-1913), aérostier confirmé, initiateur de la Commission aéronautique de l’Automob (...)

2Wilbur Wright arrive au Havre le 29 mai 1908. Dès le lendemain, il est à Paris où il se rend chez Bariquand et Marre qui fabriquent les moteurs Wright commandés l’année précédente. Parallèlement, il cherche un terrain pour effectuer ses démonstrations de vol. Le 8 juin, après avoir visité plusieurs emplacements2, il se range à la proposition du constructeur automobile, Léon Bollée3, qui, généreusement, met à sa disposition ses ateliers du Mans et un hangar.

3Le 13 juin, le journaliste François Peyrey interroge Wilbur Wright. Son reportage est publié le lendemain dans L’Auto. L’Américain confirme qu’il a choisi son terrain de démonstrations :

« C’est, tout bonnement, le champ de course du Mans. J’ai reçu les autorisations nécessaires. C’est une affaire conclue. Le terrain est loin d’être plat et découvert ; il ondule, est planté de quelques arbres et ne mesure que 800 mètres de longueur sur 335 mètres de large. Il me suffit cependant. »

4Wilbur Wright précise qu’il va commencer le montage de son aéroplane : « La maison Barriquand-Marre livrera ce soir le premier des sept moteurs. Dans un mois, au plus tard, commenceront les essais. » Ultérieurement, le journaliste François Peyrey décrit l’aviateur américain :

  • 4 François Peyrey, Les Premiers Hommes-oiseaux, Paris, Guiton Imprimeur, 1908, p. 119.

« Lorsqu’il arrive en France, en juin dernier, Wilbur Wright était non seulement flegmatique, mais farouche. Cet ascète, qui ignore à peu près tout de la vie, avait encore sur le cœur les racontars, les billevesées de la presse américaine, et ne se rappelait pas sans amertume l’avortement des négociations entraînées par l’achat de son appareil. Il se hérissait, méfiant, sans parvenir à dissimuler l’âme pure qui resplendit dans ses yeux admirablement intelligents. Toute sa volonté se tendait vers un but : convaincre du premier coup ; détruire une réputation fâcheuse de bluffeur détestable ; lutter victorieusement contre une hostilité devinée et à peu près générale ; remplir les conditions du programme accepté, tout en préservant son invention d’un plagiat immédiat. Ajoutez à cela une horreur profonde de la foule4. »

  • 5 Environ 890 euros 2009.

5Le 16 juin est signée l’autorisation que donne la Société des courses du Mans de « se servir des terrains du champ de courses des Hunaudières près Le Mans (Sarthe) y compris les tribunes pour permettre à MM. Wright d’y faire des expériences d’aviation » moyennant un prix modique de location fixé à 250 francs5 par mois.

  • 6 Lettre du 30 juin, The Papers of Wilbur and Orville Wright, McGraw-Hill, p. 901.

6Le 17 juin, Wilbur Wright est au Mans, chez Léon Bollée, où sont arrivées les caisses contenant le Flyer. À l’ouverture il a une surprise. Des éléments du Flyer sont en mauvais état, ou même cassés, ayant, écrit-il à son frère, été certainement mal emballés. Orville répond en expliquant que le désordre vient de la douane française qui, après avoir contrôlé le contenu des caisses, a remis les éléments du Flyer à l’intérieur sans les attacher6. Wilbur entreprend de réparer l’appareil, ce qui lui prend six semaines. Ne comptant que sur lui-même, il a apporté tout ce qui est nécessaire y compris de la ficelle, de la colle, du fer. De plus, prudent, ou par crainte d’être copié, il dort dans le hangar où est garé son Flyer. Le 24, il reçoit le moteur livré par Bariquand et Marre et passe la journée du 25 à effectuer des réglages.

7Le 26 juin, le journal La Sarthe publie une interview de Léon Bollée qui se dit admiratif du travail et du comportement de Wilbur Wright :

« Je ne vous cache pas que j’ai un peu jadis partagé le scepticisme de la plupart des journaux français. […] Depuis que je suis en relation journalière avec M. Wilbur Wright, je suis persuadé que tout ce qu’il dit est vrai. Cet homme n’est pas du tout un bluffeur ; c’est au contraire un modeste, un timide, se contentant de travailler du matin au soir et ne cherchant jamais à éblouir par des promesses qu’il ne saurait tenir.
Aussi ponctuel au travail que le meilleur des ouvriers, il travaille de ses mains avec une habileté réelle. Il n’a confiance qu’en lui-même, et dans son appareil, il n’y a pas une couture, pas un boulon, pas un écrou qui n’ait été l’objet d’un travail personnel de sa part. Son appareil est extrêmement ingénieux, chaque partie est le résultat d’une étude d’années et d’années, et c’est bien une conception personnelle, qui n’emprunte rien des types d’aéroplanes genre Farman ou Delagrange.
Ce qui me ferait croire que M. Wilbur Wright a vraiment fait ses expériences à 50 ou 60 kilomètres de distance de toute ville, c’est que, venant dans mon usine, où il aurait dû savoir ne manquer de rien, il a apporté cependant avec lui tout ce qu’il lui fallait, absolument comme s’il venait travailler dans une forêt vierge. On sent l’homme qui n’est habitué à compter que sur lui-même. Je vous en citerai un exemple bien typique : pendant qu’il cousait son aéroplane, il a cassé une grosse aiguille ; au lieu d’envoyer en acheter une, il en a fabriqué une en un temps très court et d’une façon, ma foi, fort habile. […]
Je ne le vous cache pas, je crois sincèrement à leur succès, et je serais très heureux que ce soit au Mans que soit dit le fin mot de ce troublant problème : les frères Wright sont-ils les premiers inventeurs de l’aéroplane ? »

  • 7 L’Aérophile, 1er juillet 1910, p. 311.

8Le 4 juillet, à l’usine Bollée, alors qu’il procède à un essai statique de son moteur, Wilbur est brûlé au bras et sur le côté gauche du corps à la suite de l’éclatement d’une durite, ce qui « l’a fait si cruellement souffrir pendant plus de deux mois, et cela juste à un moment où il avait besoin de toute sa tranquillité d’esprit pour mener à bien ses premiers vols aux Hunaudières7 ».

« Ce ne fut pas un succès, ce fut un triomphe ! »

9Le 4 août, le Flyer est transporté par la route de l’usine Bollée du Mans à l’hippodrome des Hunaudières, Le 8 août, Wilbur Wright est prêt à effectuer son premier vol public. Volera-t-il ? Paul Rousseau, dans Le Temps du 10 août, explique que le premier vol a failli ne pas avoir lieu car :

« l’hippodrome des Hunaudières était envahi par les reporters américains et français et par les photographes. Les reporters, passe encore, bien qu’ils n’aient pas toujours été, à l’égard des Wright, d’une impartialité absolue. Mais les photographes ! Wilbur Wright les a en horreur. Hier, pour échapper à l’un d’eux qui braquait sur lui son objectif pendant qu’il déjeunait à l’auberge des Hunaudières, il sauta par la fenêtre et s’enfuit. Aujourd’hui, il était bien décidé à ne pas sortir de son hangar si tous les appareils photographiques n’étaient pas consignés.
Il fallut toute la diplomatie du manager des Wright, M. Hart O. Berg, pour arranger cet incident. Sur la promesse formelle qu’à partir de lundi ils pourraient prendre des clichés tout à leur aise. MM. les photographes déposèrent leurs appareils ».

10En fin d’après-midi, après une longue attente, les portes du hangar s’ouvrent, le Flyer est installé sur son rail de 24 mètres de longueur. À 18 heures 25, catapulté, le Flyer prend son essor et s’élève d’une dizaine de mètres. Chez les aviateurs présents, habitués au long roulage au sol avant le décollage suivi d’une lente montée, c’est la stupéfaction, d’autant plus que Wilbur effectue deux virages complets puis revient se poser près de son point de départ après un vol d’une minute quarante-cinq secondes. Pour les spectateurs qui n’ont jamais vu un aéroplane manœuvrer dans l’air, c’est la révélation : il vole ! Le journaliste François Peyrey est présent et raconte :

  • 8 François Peyrey, op. cit., p. 46.

« Le spectacle était prestigieux et charmant. Nous vîmes le grand oiseau blanc surplomber la piste à main gauche, passer, en deux orbes, au-dessus de petits arbres, de son hangar, du poteau d’arrivée de l’hippodrome. Nous pûmes distinguer aisément les manœuvres précises du pilote, constater sa science parfaite du métier d’oiseau, remarquer le gauchissement des ailes dans les virages, les diverses positions des gouvernails. Des tribunes où se tenaient les témoins de la prouesse, une immense acclamation retentit, et, lorsque après 1 minute 45 secondes d’évolutions, Wilbur Wright regagna le sol avec une légèreté inconcevable, toutes les mains se tendirent vers lui. À ce moment, j’ai enfin vu l’émotion pâlir le visage de cet homme si flegmatique qu’il semblait que jamais son masque dût tressaillir8. »

11À l’incrédulité succède l’enthousiasme. La machine Wright surclasse incontestablement tous les autres aéroplanes. « Ce ne fut pas un succès, ce fut un triomphe ! » écrit Frantz Reichel dans Le Figaro du lendemain, une victoire décisive, une révolution pour les milieux scientifiques du monde entier.

Le spectacle continue

  • 9 The Papers of Wilbur and Orville Wright, 15 août 1908, p. 912.

12Le 9 août étant un dimanche, Wilbur ne vole pas. Le lendemain, une foule estimée à 2 000 personnes se déplace aux Hunaudières pour admirer l’incroyable aéroplane et son intrépide pilote. Wilbur effectue deux vols. Au cours du premier, il réalise un virage serré d’environ 30 mètres de diamètre ; au cours du second, il dessine deux huit dans les airs qui font sensation, prouvant à la fois la maniabilité de l’appareil et l’adresse du pilote. Dans une lettre enthousiaste, il fait part à son frère de la stupéfaction des spectateurs qui arrivaient à peine à parler tellement ils étaient surpris : « Tu serais presque mort de rire si tu avais pu les voir9. » Il signale que tous les journaux français font leur éloge. Pour le grand public, peu au courant des progrès de l’aviation française, les vols de Wilbur Wright sont une révélation. La Vie parisienne du 29 août relate avec humour que « l’homme du jour, incontestablement, c’est Wilbur Wright. Le Tout-Snob et le Tout-Snobinette ne rêvent plus qu’à l’homme volant ». Le 13 août paraît un article du Journal dans lequel Wilbur explique les difficultés qu’il rencontre dans le pilotage du fait qu’il est seul à bord à contrôler son appareil :

« Ici, je suis dans des conditions différentes et toutes nouvelles. Là-bas, en effet, à Dayton, mon frère Orville dirigeait deux leviers et moi deux autres. À présent que je suis seul, j’ai dû transformer mon appareil et il me faut avec deux leviers seulement exécuter ce que je faisais avec quatre. Cette difficulté est augmentée par l’obligation où je suis de faire marcher en même temps, mais en sens inverse, ces deux leviers. Les bras ayant une tendance instinctive à marcher, au contraire, dans le même sens quand ils font un effort commun, il en résulte des erreurs. C’est ce qui fait que parfois vous me voyez tomber de plusieurs mètres en temps calme. Il me suffit d’un peu de sang-froid pour me rattraper, mais avec le vent les difficultés s’accroissent et le danger augmente. Enfin, quand j’aurai refait cet apprentissage, je serai maître de mon aéroplane. C’est une affaire de deux semaines environ. »

13Wilbur fait preuve de prudence car il sait qu’il ne peut se permettre un accident qui rendrait inutilisable le Flyer, ce qui l’empêcherait de remplir son contrat. Ce même jour, il effectue deux vols. Le dernier se termine par un accident. Après plus de deux minutes, le moteur ayant des ratés, il décide de se poser rapidement et coupe l’allumage. Moteur arrêté, il engage un virage qu’il contrôle mal et touche le sol avec l’aile gauche qui se brise. Il en sort indemne, mais l’alerte est sérieuse et confirme que le Flyer est délicat à piloter. Ce vol est le dernier effectué au Mans, à l’hippodrome des Hunaudières où, entre le 8 et le 13 août 1908, Wilbur Wright a effectué neuf vols, le plus long atteignant 8 minutes 13 secondes.

Wilbur Wright au champ de tir d’Auvours

14L’hippodrome des Hunaudières, trop exigu et bordé d’arbres, ne permet pas d’effectuer aisément des vols. Le ministère de la Guerre, devant la réussite des vols et l’engouement du public, permet alors à Wilbur Wright de s’installer à une dizaine de kilomètres du Mans sur le champ d’artillerie d’Auvours dépendant de l’École d’Artillerie du Mans. Le 18 août, le Flyer, démonté et posé sur une remorque tractée par une automobile conduite par Léon Bollée, est amené à son nouveau champ d’aviation. Les adversaires des Wright ne manquent pas de faire remarquer que ce transport aurait pu se faire par la voie des airs et que, s’il n’en a pas été ainsi, c’est que Wilbur n’a pas grande confiance dans son Flyer. Ayant un contrat à remplir avec un seul appareil, et après l’accident du 13 août, Wilbur ne veut prendre aucun risque, d’où une très grande prudence qu’il maintient tout au long de son séjour en Europe.

15L’installation au champ de tir d’Auvours est décrite par Frantz Reichel dans Le Figaro du 25 août :

« Tout aussi modeste que celui des Hunaudières, le hangar d’Auvours. Comme l’autre, il est fait de planches mal jointes ; comme l’autre, il abrite l’aéroplane et son inventeur. Un seul changement : Wright ne couche pas sous l’aile de son oiseau ; il couche au-dessus. Par trois poutrelles en croisillon, il a relié des poutres de la toiture, a disposé sur ces poutrelles quelques lattes et sur ces lattes sa couchette. Il est ainsi à l’abri de l’humidité du sol, et il a quand même – l’homme de l’air – le parfum sain et délicieux des bruyères en fleurs. »

  • 10 À cette même époque, du 3 au 17 septembre, Orville Wright effectue des vols aux États-Unis afin de(...)

16Les vols reprennent le 21 août à partir de la grande plaine sablonneuse du champ de tir. Wilbur effectue deux vols, le dernier de 2 minutes 14 secondes. Le 5 septembre, après un vol de 19 minutes 48 secondes, Wilbur repart alors que le vent souffle en rafales. Le Flyer, à la suite d’une mauvaise manœuvre de son pilote, heurte le sol de son aile gauche qui se brise. Le 16 septembre, son Flyer réparé, Wilbur couvre 49 kilomètres en 39 minutes 18 secondes battant le record d’Europe jusque-là détenu à Issy-les-Moulineaux depuis le 6 septembre par Léon Delagrange (24 km en 29 minutes 53 secondes). Le même jour, Wilbur emporte son premier passager européen, Ernest Zens, chronométreur officiel de l’Aéro-Club de France10.

La poursuite des vols au champ de tir d’Auvours

  • 11 The Papers of Wilbur and Orville Wright, p. 933.

17Le 21 septembre, l’Aéro-Club de la Sarthe organise une réception en l’honneur de Wilbur qui, devant une foule estimée à 15 000 personnes dont Henry White, ambassadeur des États-Unis en France, vient de tenir l’air 1 heure 31 minutes 25 secondes couvrant 66,6 kilomètres, établissant ainsi de nouveaux records du monde. C’est à cette occasion qu’il aurait répondu à la sempiternelle question « Comment fait-il pour voler ? » : « Je ne connais qu’un seul oiseau qui parle, le perroquet, et ce n’est pas un oiseau de haut vol11. »

  • 12 Environ 17 550 euros.
  • 13 The Papers of Wilbur and Orville Wright, p. 931.
  • 14 Les Sports, 9 octobre 1908.

18Les records se succèdent. Le 3 octobre, Wilbur gagne les 5 000 francs12 du prix offert par la Commission d’aviation de l’Aéro-Club de France avec un vol homologué de 48 km effectué en 55 minutes 32 secondes, nouveau record du monde. Le 5 octobre, un vol attire fortement l’attention lorsque Wilbur transporte un passager peu ordinaire : Léon Bollée et ses 108 kg. « Cela a créé plus d’étonnement que tout ce que j’avais fait », écrit-il à son frère13. Le 7 octobre, il emporte la première femme américaine passagère d’un aéroplane, Madame Edith O. Berg. Pour éviter que sa robe ne se soulève lors du vol, le bas est serré avec une corde. Ce dispositif est repris par des couturiers et donne naissance à une mode. Le 8 octobre, Wilbur vole avec le commandant Bouttiaux, directeur de l’établissement d’aérostation de Chalais-Meudon qui, enthousiaste, déclare : « C’est inimaginable comme perfection, et nous n’avons en France rien de comparable à cela ! Pour moi, l’aéroplane est une invention qui transformera la face du monde14. »

  • 15 Le relevé de ces deux derniers vols ne donne pas le nom des passagers.

19Le 9 octobre, au cours d’un des deux derniers vols de la journée, Wilbur aurait emporté un opérateur de la société cinématographique Pathé, Louis-Paul Bonvillain, qui aurait réalisé les premières vues aériennes à partir d’un aéroplane15. Le numéro spécial de Noël de La Vie au Grand Air, daté du 28 novembre 1908, présente une photo avec cette légende : « Cette photographie est un agrandissement du premier film cinématographique, pris à bord d’un aéroplane, par M. Bonvillain, directeur du Service des voyages de la maison Pathé. » Ce film n’ayant pas été retrouvé, c’est celui qui est tourné le 24 avril 1909 par un opérateur d’Universal, à bord d’un aéroplane Wright piloté par Wilbur Wright à Centocelle, près de Rome, qui est considéré comme le premier au monde.

  • 16 Paul d’Estournelles de Constant (1852-1924), ancien diplomate, chef de file des pacifistes qui pen (...)

20Parmi les spectateurs enthousiastes des vols figure Paul d’Estournelles de Constant, sénateur, président du Conseil général de la Sarthe, actif défenseur de la cause de l’aviation au Parlement16.

Un académicien volant

  • 17 Paul Painlevé (1863-1933), mathématicien et homme politique (plusieurs fois ministre et président (...)
  • 18 Article de Paul Painlevé dans Le Matin du 11 octobre 1908.

21Les performances du Flyer finissent par intriguer l’Académie des Sciences qui délègue un de ses plus prestigieux membres, Paul Painlevé17, chargé d’étudier de près l’appareil. Sa première impression est favorable : « Le sapin d’Amérique, si remarquablement résistant, a donné là sa mesure sous la main ingénieuse de l’aviateur dont l’art manuel a quelque chose de l’inlassable patience chinoise18. »

22Le 10 octobre, Wilbur effectue son dernier vol de démonstration, emportant Paul Painlevé, pendant 1 heure 9 minutes et parcourant 75 kilomètres, nouveaux records du monde de durée et de distance pour un aéroplane transportant deux personnes. L’académicien, qui porte une « attention passionnée aux moindres mouvements du pilote », relatera ainsi le vol :

  • 19 Paul Painlevé et Émile Borel,L’Aviation, Paris, Félix Alcan Éditeur, 1911, p. 88 et 89.

« C’est par un soir d’automne glacial, que je me suis envolé avec Wilbur Wright ; le soleil se couchait au moment du départ.
Le signal donné, nous voilà lancés dans l’espace. Sensation de délices et de vertige. Il semble qu’on perd son poids en quelques secondes ; suivant la pittoresque expression de M. Deutsch, on se croirait un oiseau qui s’envole avec sa cage. Nous volons, nous volons ; nous tournons une fois, deux fois, vingt-neuf fois autour du vaste camp. Avec deux petits leviers, sans effort, Wright vire, incline son aéroplane, le redresse, s’élève, redescend en se jouant. Les fils de commande, si délicats, sont les prolongements des nerfs du pilote. Il sent l’air avec ses toiles comme l’oiseau avec ses ailes ; la stabilité est complète, sans vibrations. À peine un faible tangage régulier, que réprime sans cesse une légère manœuvre de la main gauche. Un remous nous prend à un virage. Wright ramène son appareil comme un cheval qui fait un écart, et je comprends, aux applaudissements d’en bas, qu’il vient d’accomplir quelque chose d’émouvant, mais je m’en doutais à peine.
Nous tournons, nous tournons, mais ce n’est plus sur le camp d’Auvours que nous planons dans le crépuscule, c’est sur la face indéterminée de la terre, dominée, conquise par le grand oiseau19. »

  • 20 250 000 francs 1908 représentent environ 880 000 euros 2009.

23Ce jour-là, Wilbur, ayant rempli les clauses du contrat signé avec Lazare Weiller, touche la moitié des 500 000 francs20 convenus, le solde devant être remis après qu’il aura formé trois personnes au pilotage du Flyer. Le 28 octobre, il commence à former le premier pilote, Charles de Lambert, suivi le 10 novembre par le premier militaire, le capitaine d’artillerie Paul Lucas-Girardville, le troisième étant Paul Tissandier.

« Like a Bird – Comme un oiseau »

24Le 30 octobre, alors que le Flyer est en vol, le moteur, qui posait déjà beaucoup de problèmes, chauffe anormalement et se bloque obligeant Wilbur à se poser. Ne pouvant le réparer, il décide d’en changer. Un nouveau moteur est alors monté sur le Flyer. Est-ce un deuxième moteur Wright, celui que Wilbur aurait emporté avec lui en revenant en France en 1908, ou un moteur neuf amélioré par Bariquand et Marre ? L’état des recherches à ce jour ne permet pas d’apporter une réponse définitive.

  • 21 Paul Doumer (1857-1932), président de la République en 1931.

25Le 31 octobre, devant la Commission de l’Armée de la Chambre des députés, Wilbur effectue un vol de 4 minutes 30 secondes qu’il termine en arrêtant volontairement son moteur à 50 mètres d’altitude avant de se poser doucement à l’issu d’un vol plané. Il reprend à nouveau l’air, cette fois en emportant Paul Doumer21, alors député de l’Aisne, ancien ministre des Finances, premier élu important de la République à effectuer un vol à bord d’un aéroplane. Ces vols impressionnent très favorablement la Commission.

  • 22 88 000 euros 2009.
  • 23 The Papers of Wilbur and Orville Wright, p. 932, lettre à Orville du 18 octobre 1908.
  • 24 Ibid., p. 938, lettre du 14 novembre 1908.
  • 25 Prix de 20 000 francs (environ 70 500 euros 2009) ainsi qu’une coupe, offerts par les industriels (...)

26En octobre 1908, le Daily Mail de Londres offre un prix de 1 000 livres sterling (5 000 dollars ou 25 000 francs22) pour la première traversée de la Manche en aéroplane. Wilbur Wright est tenté d’autant plus que le journal britannique lui offre discrètement 7 500 dollars de plus s’il participe au prix et le gagne23. Consulté par son frère, Orville répond qu’il n’aime pas son idée de franchir la Manche en son absence précisant qu’il n’a pas beaucoup confiance dans le moteur du Flyer basé en France qui, dit-il, rencontre plus de problèmes qu’il en a avec son moteur aux États-Unis24. Wilbur n’insiste pas et se consacre au Prix Michelin25.

  • 26 Environ 3 600 euros 2009.

27Le 13 novembre, Wilbur remporte le prix de 1 000 francs26 des 30 mètres de hauteur, offert par l’Aéro-Club de la Sarthe, puis le 18, celui de 2 500 francs des 25 mètres offert, par l’Aéro-Club de France. Le règlement de ce dernier prix exigeant un décollage non assisté, Wilbur allonge le rail et s’envole aisément sans l’usage de la catapulte. Wilbur triomphe, il surclasse tous ses concurrents. Le 15 décembre, La Revue de l’Aviation fait sa couverture avec les portraits des principaux pilotes français qui entourent le sien. La légende est sobre, mais très significative : « L’aigle leur a montré le chemin. »

28L’hiver approchant, les conditions météorologiques deviennent peu favorables au bon déroulement des vols. Wilbur et ses commanditaires prévoient alors de déménager dans le Sud de la France. Après avoir envisagé des villes situées sur le bord de la Méditerranée, c’est finalement Pau qui est retenue.

29Le matin du 18 décembre, toujours à Auvours, Wilbur effectue un vol d’une durée de 1 heure 53 minutes 59 secondes au cours duquel il franchit 99,8 kilomètres en 45 tours de circuit. L’après-midi, il remporte le prix des cent mètres de hauteur de l’Aéro-Club de la Sarthe. En ce seul jour, il devient détenteur des records du monde de distance, de durée, de vitesse (77 km/h) et d’altitude.

30Affirmant sa suprématie, le 31 décembre, alors qu’un mince manteau de neige couvre le sol, il effectue des rotations de 2 200 m autour d’un triangle délimité par des drapeaux américains, parcourant 124,7 km en 2 heures 20 minutes 23 secondes ; nouveaux records du monde homologués de distance et de durée et, par la même occasion, remporte les 20 000 francs du Prix Michelin 1908.

  • 27 Lettre de Wilbur Wright à son père, 1er janvier 1909, The Papers of Wilbur and Orville Wright, p.  (...)

31Après ce vol et malgré le froid, Wilbur redécolle avec un passager de marque : « Je suis reparti avec M. Barthou, le ministre des Travaux publics. Il m’informa que le gouvernement avait décidé de nous décerner la Légion d’honneur à mon frère et à moi27. » Cette heureuse nouvelle clôture 1908, année riche en événements et records.

32Les Français sont abasourdis : en quelques mois, Wilbur a ébloui la France. Les journaux crient ouvertement leur enthousiasme, les sceptiques reconnaissent leurs torts et font amende honorable. Pour beaucoup de journalistes, le pilote américain est devenu « a bird man – un homme-oiseau ». François Peyrey se souvient :

  • 28 François Peyrey, op. cit., p. 120.

« En ce temps-là, Wilbur Wright répondait aux questions par des monosyllabes. Parfois cependant, la grâce de quelques femmes du monde adoucit un peu ce visage rude sans qu’il perdît beaucoup de son laconisme. Mmes Lazare Weiller et Hart O. Berg tentaient-elles de provoquer l’explication de sa méthode, les mêmes mots déconcertants, néanmoins pleins de promesses, sortaient inévitablement de sa bouche.
– Comment volez-vous, M. Wright ?
– Doucement, avec un pâle sourire, il répondait sans se lasser :
– Like a bird.
– Comme l’oiseau28. »

33Après la réception offerte dans la soirée du 31 décembre par l’Aéro-Club de la Sarthe pour fêter sa victoire, Wilbur, toujours selon François Peyrey :

  • 29 Ibid., p. 75.

« regagna bien vite sa rudimentaire maison de bois dans les près poudrés à frimas. Ni le froid, ni les pluies qui souvent inondèrent le hangar, n’ont pu le décider à abandonner cet abri rustique planté à la hâte dans un coin de la clairière, que le plus pauvre de nos paysans aurait dédaigné. Lorsque la maison devint par trop mauvaise, l’on y aménagea simplement une sorte de chambre que réchauffait un petit poêle.
Là, vécut Wilbur Wright. Poète, il méprisait les hôtels et les agglomérations humaines. Mais il adorait les matinées délicieusement ouatées d’une brume bleuâtre, les mélancoliques crépuscules29 ».

34C’est ainsi qu’il passa la nuit du 31 décembre 1908.

  • 30 Environ 1,95 million d’euros.
  • 31 François Peyrey, op. cit., p. 76.

« Et, le 1er janvier 1909, les bruits guerriers du camp [d’Auvours], roulements étouffés de tambours, chansons légères de trompettes, furent comme à l’ordinaire, l’aubade de ce simple héros qui, après avoir gagné près de 550 000 francs30 en cinq mois, s’était paisiblement endormi, avec une simplicité admirable, à côté de son oiseau mécanique, sur un lit de sangles, dans un hangar31 ! »

  • 32 Le Figaro, 4 janvier 1909.
  • 33 Les chiffres varient entre 129 et 138 selon les sources.

35François Peyrey précise que ce mode d’existence devait convenir au tempérament de Wilbur qui, à son arrivée au Mans, pesait 63 kg et qui accuse 71 kg à son départ. Apparemment, il a apprécié la nourriture française au point de déclarer au Figaro32 qu’il doit « son embonpoint au pays des poulardes ». Du 8 août 1908 au 2 janvier 1909, date du dernier vol de Wilbur Wright au Mans, ce sont 138 vols33 qui ont été effectués en un peu plus de 29 heures. Wilbur Wright triomphe en détenant, pour la première et unique fois au monde, par un seul homme et sur un même aéroplane, les records mondiaux de distance, de durée, de vitesse et d’altitude. Puis, à Pau, du 3 février au 20 mars 1909, Wilbur Wright effectue 66 vols qui rencontrent le même enthousiasme qu’au Mans. Ses engagements français terminés, il se rend en Italie et au Royaume-Uni avant de retourner dans son pays, où l’attend un accueil triomphal.

36Si les Sarthois ont été éblouis par les exploits de Wilbur Wright, ce dernier a gardé un excellent souvenir de son séjour. Dans la lettre envoyée à son père le 1er janvier 1909, il fait état de l’accueil que lui a réservé l’Aéro-club de la Sarthe :

« [les] membres se sont dépensés sans compter pour m’aider et me rendre la vie agréable. Vous réaliserez ce que je veux dire quand je vous aurais dit qu’une bonne demi-douzaine des membres du club ont probablement passé sur le terrain un tiers de leur journée, et cela pendant près de quatre mois. Les gens en Amérique n’auraient jamais pris autant de peine pour le premier venu ».

  • 34 Voir Stéphane Tison, « La mémoire des vols de Wilbur Wright, hommage et enjeu politique. Le rôle d (...)

37Ayant été pendant cinq mois la capitale mondiale de l’aviation, Le Mans conserve le souvenir des vols du pilote américain. C’est ainsi qu’en 1920, est érigé un monument « À la mémoire de Wilbur Wright et aux précurseurs de l’aviation34 ». Cent ans plus tard, ce souvenir demeure.

Notes

1 Sur les débuts de l’aviation, voir Claude Carlier, Le Match France-Amérique, Paris, Économica, 2003.

2 La ville de Blain (Loire-Atlantique), au nord de Nantes, avait, dans un premier temps, été retenue.

3 Léon Bollée (1870-1913), aérostier confirmé, initiateur de la Commission aéronautique de l’Automobile Club la Sarthe en 1907, laquelle se transforme en Aéro-Club de la Sarthe le 3 juillet 1908. Il a beaucoup aidé Wilbur Wright dans son installation au Mans, les deux hommes se sont mutuellement appréciés et sont devenus amis.

4 François Peyrey, Les Premiers Hommes-oiseaux, Paris, Guiton Imprimeur, 1908, p. 119.

5 Environ 890 euros 2009.

6 Lettre du 30 juin, The Papers of Wilbur and Orville Wright, McGraw-Hill, p. 901.

7 L’Aérophile, 1er juillet 1910, p. 311.

8 François Peyrey, op. cit., p. 46.

9 The Papers of Wilbur and Orville Wright, 15 août 1908, p. 912.

10 À cette même époque, du 3 au 17 septembre, Orville Wright effectue des vols aux États-Unis afin de Flyer à l’armée américaine.

11 The Papers of Wilbur and Orville Wright, p. 933.

12 Environ 17 550 euros.

13 The Papers of Wilbur and Orville Wright, p. 931.

14 Les Sports, 9 octobre 1908.

15 Le relevé de ces deux derniers vols ne donne pas le nom des passagers.

16 Paul d’Estournelles de Constant (1852-1924), ancien diplomate, chef de file des pacifistes qui pensent que l’sera un outil tellement terrifiant qu’il empêchera la guerre, Prix Nobel de la paix en 1909.

17 Paul Painlevé (1863-1933), mathématicien et homme politique (plusieurs fois ministre et président du professeur à la Sorbonne, président de l’Académie des Sciences. Intéressé par l’aviation, il envisage, face à une opinion sceptique, les possibilités du plus lourd que l’air. Il obtient du Parlement, qui l’avait consulté, le vote des premiers crédits pour l’aviation (1910). Il a été deux fois ministre de l’Air (décembre 1930-janvier 1931 et juin 1932-janvier 1933).

18 Article de Paul Painlevé dans Le Matin du 11 octobre 1908.

19 Paul Painlevé et Émile Borel,L’Aviation, Paris, Félix Alcan Éditeur, 1911, p. 88 et 89.

20 250 000 francs 1908 représentent environ 880 000 euros 2009.

21 Paul Doumer (1857-1932), président de la République en 1931.

22 88 000 euros 2009.

23 The Papers of Wilbur and Orville Wright, p. 932, lettre à Orville du 18 octobre 1908.

24 Ibid., p. 938, lettre du 14 novembre 1908.

25 Prix de 20 000 francs (environ 70 500 euros 2009) ainsi qu’une coupe, offerts par les industriels du pneumatique, pneumatique, Édouard et André Michelin, à l’aviateur qui aura parcouru la plus grande distance dans l’année 1908 puis, chaque année suivante, le double de l’année précédente.

26 Environ 3 600 euros 2009.

27 Lettre de Wilbur Wright à son père, 1er janvier 1909, The Papers of Wilbur and Orville Wright, p. 947. La d’honneur leur est attribuée le 26 juillet 1909, au titre du ministère des Affaires étrangères.

28 François Peyrey, op. cit., p. 120.

29 Ibid., p. 75.

30 Environ 1,95 million d’euros.

31 François Peyrey, op. cit., p. 76.

32 Le Figaro, 4 janvier 1909.

33 Les chiffres varient entre 129 et 138 selon les sources.

34 Voir Stéphane Tison, « La mémoire des vols de Wilbur Wright, hommage et enjeu politique. Le rôle de d’Estournelles de Constant (1912-1920) », dans Stéphane Tison (dir.), La Belle Époque de la conquête de l’air… dans le sillage de Wilbur Wright (1903-1914), Le Mans, Société historique et archéologique du Maine, 2010, p. 151-174.

Auteur

Ancien professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne, dirige le Centre d’histoire de l’aéronautique et de l’espace et assure la présidence de l’Institut d’histoire des conflits contemporains. Auteur de plusieurs ouvrages sur les débuts de l’aviation dont Le Match France-Amérique. Les débuts de l’aviation (Paris, Économica, 2003) ; Sera Maître du monde, qui sera maître de l’air – La création de l’aviation militaire française (Paris, Économica, 2004) ; Les Frères Wright et la France, la saga des premiers vols (Paris, Économica, 2008).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site