Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imaginaire de l'aviation pionnière

 | 
Stéphane Tison
, 
Françoise Lucbert

Avant-propos

Françoise Lucbert et Stéphane Tison

Texte intégral

1Le présent ouvrage est constitué, en partie, des travaux réalisés dans le cadre du colloque La conquête de l’air, naissance d’un nouvel imaginaire ? 1900-1920. Cette manifestation a été organisée à l’université du Maine pour marquer le centenaire des vols que Wilbur Wright réalisa au Mans entre le 8 août 1908 et le 2 janvier 1909. Inscrite dans le programme des commémorations nationales par le ministère de la Culture en 2008, cette rencontre scientifique a contribué, parmi bien d’autres dans l’espace européen, au développement d’une réflexion historique et méthodologique sur l’importance de cette rupture technologique occasionnée par les premiers vols maîtrisés en Europe. Ce fut l’occasion de porter un regard neuf sur l’événement lui-même, au-delà d’un simple rappel mémoriel, en explorant des territoires encore inconnus ou peu étudiés à l’intérieur des champs de recherche liés à l’histoire de l’aéronautique. Les premiers échanges effectués entre l’université du Maine et la Wright State University à Dayton (Ohio) en 2005, la découverte de l’ouvrage publié à l’issue d’un colloque qui y fut organisé en 1998 (National Aerospace Conference « The Meaning of Flight in the 20th Century »), ainsi que les échanges d’idées entre les divers membres du Comité du Centenaire Le Mans Wright 2008, ont inspiré le projet originel qui aboutit aujourd’hui à cette publication.

  • 1 Les Actes de cette journée d’étude organisée par Stéphane Tison ont été publiés, avec le texte des (...)
  • 2 Françoise Chaserant a assuré le commissariat général de cette exposition et en a confié le commiss (...)
  • 3 Nous pensons particulièrement à un colloque ayant eu lieu deux semaines avant le nôtre : La Cultur (...)

2La commémoration du centenaire des vols de Wilbur Wright a donné lieu à trois événements soutenus par l’université du Maine : une journée d’étude sur l’aviation, l’armée et la conquête de l’air (1900-1914), tenue sur les lieux même des vols, au camp d’Auvours, et centrée sur une approche politique, militaire, sociale et culturelle1 ; une exposition d’œuvres d’art présentée au Musée de Tessé du 11 novembre 2008 au 22 février 20092 ; un colloque international qui a réuni une vingtaine de chercheurs venant de pays, de disciplines et d’horizons intellectuels divers. Plutôt que d’en publier les Actes au lendemain de celui-ci, les organisateurs de ces deux riches journées ont privilégié la réalisation d’un volume longuement mûri. Ce choix a été motivé par le souhait de mettre en valeur les réflexions initiées à l’occasion du colloque, tout en les inscrivant dans un domaine de recherche en plein essor. L’intitulé même du colloque était d’ailleurs formulé sous une forme interrogative car, à l’époque de la conception du projet, les thèmes qui devaient être développés et réunis soulevaient en effet une série de questions qu’il fallait approfondir avant de pouvoir en proposer une synthèse convaincante. Les problèmes soulevés rejoignaient, au demeurant, les questionnements parallèles de plusieurs autres chercheurs ; entre-temps publiés, les résultats de certains de ces travaux ont pu nourrir et compléter le recueil que l’on va lire3. Celui-ci comprend donc, d’une part, l’essentiel des communications prononcées lors du colloque des 28 et 29 novembre 2008, mais notablement enrichies par des compléments qui tiennent compte des publications récentes. Ce livre contient, d’autre part, quelques textes rédigés spécifiquement pour inclure des aspects qui n’ont pu être abordés lors du colloque. La substantielle introduction, rédigée à quatre mains, propose une mise au point historiographique et tente d’apporter des perspectives inédites aux deux ensembles conceptuels qui se sont finalement croisés : la notion d’imaginaire et l’idée d’une aviation pionnière. L’amalgame de ces deux champs notionnels permettra, nous l’espérons, d’apporter une contribution novatrice à l’histoire des représentations de la conquête aérienne entre 1903 et 1927.

3Que soient ici remerciées les institutions qui ont apporté un soutien financier à l’élaboration du colloque et de l’ouvrage qui allait naître de celui-ci : Le Mans Métropole, le conseil scientifique de l’université du Maine, le Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO), la région Pays-de-la-Loire, le conseil général de la Sarthe, le Budget de développement de la recherche (BDR) alloué par la faculté des lettres et des sciences humaines de l’université Laval. Nous tenons à remercier vivement celles et ceux qui personnellement ont soutenu ce projet : le comité du Centenaire Le Mans Wright 2008 et en particulier son président Marc Denoueix ; le personnel de l’université du Maine, en particulier Brigitte Bellanger ; Françoise Chaserant, conservatrice en chef, ex-directrice des Musées du Mans ; Benoît Pedretti, ancien directeur des archives départementales de la Sarthe ; Stéphanie Lopé, chargée de valorisation du patrimoine à l’Automobile Club de l’Ouest ; enfin, bien sûr, les participants au colloque et toutes les personnes impliquées dans l’organisation de celui-ci. Nous exprimons notre plus chaleureuse reconnaissance aux auteurs de ce collectif ; non seulement ont-ils accepté de nous confier leurs essais, mais ils ont fait preuve d’un esprit collaboratif fort appréciable et d’une patience exemplaire. Plusieurs personnes nous ont aidés à réaliser cet ouvrage. Nous adressons nos remerciements appuyés à Maryse Lucbert pour sa minutieuse révision linguistique des textes. Nous destinons un merci spécial à Sabine Renard qui a généreusement accepté de traduire l’article de Tom D. Crouch. Merci enfin à Dominique Avon, Isabel Babou, Thierry Belleguic, Laurent Bourquin, le regretté Hervé de Colombel, Jean-Marie Constant, Michel De Waele, Dawne Dewey, Françoise Froger, Samuel Gibiat, Annie Goupil, Joël Grouas, Marie-Anne Lalos, Roger Lecoq, Clément Le Priol, Renéo Lukic, Martin Pâquet, Jacqueline Pedoya, Thierry Petit, François Robichaud, Amanda Wright Lane, pour leur aide à différentes étapes du projet.

Notes

1 Les Actes de cette journée d’étude organisée par Stéphane Tison ont été publiés, avec le texte des conférences présentées par la Société historique et archéologique du Maine à l’occasion du centenaire des vols de Wilbur Wright au Mans. Voir Stéphane Tison (dir.), La Belle Époque de la conquête de l’air… dans le sillage de Wilbur Wright (1903-1914), Le Mans, Société historique et archéologique du Maine, 2010.

2 Françoise Chaserant a assuré le commissariat général de cette exposition et en a confié le commissariat scientifique à Françoise Lucbert, qui a également réalisé le catalogue : Françoise Lucbert, Avion, aviateur, aviation. Cent ans de fascination 1908-2008, Le Mans, Cénomane, 2008.

3 Nous pensons particulièrement à un colloque ayant eu lieu deux semaines avant le nôtre : La Culture Aérienne. Objets, imaginaire, pratiques de l’aéronautique XIXe-XXe siècle. Organisé par Patrice Bret, Nathalie Roseau et Marie Thébaud-Sorger, il s’est tenu des 13 au 15 novembre 2008 au Conservatoire national des Arts et Métiers, à La Villette et au musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, avant de donner lieu à l’ouvrage suivant : Nathalie Roseau et Marie Thébaud-sorger (dir.), L’Emprise du vol. De l’invention à la massification. Histoire d’une culture moderne, Genève, Métis Presses, 2013.

Auteurs

Professeure d’histoire de l’art au département des Sciences historiques de l’université Laval à Québec, Françoise Lucbert s’intéresse à la critique d’art, à l’histoire des expositions, aux rapports entre la littérature et les autres arts, de même qu’aux relations artistiques entre la France et les autres pays européens. Elle a publié des ouvrages et articles sur ces sujets et dirige une collection sur la critique d’art aux Presses universitaires de Rennes. Elle a réalisé des expositions en collaboration avec des musées en France, en Espagne et en Chine : La Section d’or 1912-1920-1925 (2000), Roger de La Fresnaye (1885-1925). Cubisme et tradition (2005), Gustave Kahn (1859-1936), écrivain symboliste et critique d’art (2006) et Avion, aviateur, aviation. Cent ans de fascination pour la conquête de l’air (2008). Ses travaux actuels portent sur les prolongements européens du cubisme au cours des années 1920.
Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université du Maine, au Mans, et membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO, UMR CNRS 6258). Spécialiste des guerres de 1870-1871 et 1914-1918, il étudie les traumatismes de guerre sous l’angle collectif (commémorations) et individuel (traumatismes psychiques) ; il s’intéresse en particulier à l’interface entre les imaginaires guerriers et pacifiques. Il a publié : Comment sortir de la guerre ? Deuil, mémoire et traumatisme. 1870-1940, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; Expériences de la folie. Criminels, soldats et patients en psychiatrie. XIXe-XXe siècles, Presses universitaires de Rennes, 2013 ; Du front à l’asile : 1914-1918, Alma, 2013 ; Paul d’Estournelles de Constant. Concilier les nations pour éviter la guerre (1878-1924), Presses universitaires de Rennes, 2015. Ses travaux portent également sur l’histoire culturelle de l’aviation, champ dans lequel il a publié des articles et l’ouvrage La Belle-Époque de la conquête de l’air… dans le sillage de Wilbur Wright (1903-1914), Société historique et archéologique du Maine, 2010. Il a co-dirigé le dossier « Les psychoses de l’arrière de la Grande Guerre au XXIe siècle » pour la revue Guerres mondiales et conflits contemporains (2015/1, no 257).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site