Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Conclusion

Jean-Marie Guillon, Pierre Laborie et Jacqueline Sainclivier

Texte intégral

1Le colloque de Rennes avait pour ambition d’étudier les constructions mémorielles et les représentations des comportements collectifs en pays occupé entre 1940 et 1945. Cet objectif visait principalement le « cas français », puisque s’y sont imposées, à divers niveaux, dans le domaine historique, dans les médias, dans l’enseignement, des affirmations inlassablement répétées, trop facilement admises comme des évidences et qui nous paraissaient donc devoir être réexaminées. Ambition mesurée, en pleine conscience des obstacles : les comportements collectifs sont un objet difficile à cerner, a fortiori quand il s’agit de ceux du passé. Leurs représentations sont floues, grossières, changeantes, fragiles, elles sont particulièrement malléables et, donc, facilement sous influence. Autant de traits qui rendent leur transmission d’autant plus malaisée que, pour une période aussi controversée, la tentation est grande, d’abord de les juger, et ensuite de les décrire à partir d’une grille de lecture anachronique. Dès lors, pour essayer de dépasser les idées reçues par une analyse critique respectueuse des exigences de l’histoire, il faut revenir à la chronologie et à des sources solidement contextualisées. Il faut confronter ces sources avec les généralisations et les raccourcis de la « mémoire collective » ou des mémoires sociales qu’elle englobe.

2Le constat est sans surprise : la mémoire gaulliste en France et la mémoire communiste dans l’Europe occupée occupent l’essentiel du paysage et encadrent les représentations ordinaires des comportements collectifs. Mais des approches décentrées nuancent cependant ce schéma bipolaire, le complètent, voire le contredisent. Que ces reconstructions du passé nourrissent des récits dominants ou non, les enseignements de la chronologie indiquent que l’après-guerre a été bien plus diversifié, moins oublieux et moins silencieux que ne l’affirme le discours mémoriel habituel de ce début du XXIe siècle. De multiples facteurs expliquent ces manques, ces variations et ces écarts dans le temps. Ils sont évidemment fonction des perceptions de la société selon la période, de l’air du temps et des décalages culturels propres au changement de générations. Phénomène banal qui peut être observé dans les inflexions de tous les discours de fidélité : celui des enfants et petits-enfants des contemporains de l’Occupation ne fait pas exception.

  • 1 Comme on a pu encore le vérifier à l’occasion de la panthéonisation de Geneviève de Gaulle-Anthoni (...)

3Pour la mémoire communiste (Jean-Marie Guillon) et la mémoire gaulliste (Pierre Laborie), le retour aux textes était indispensable. Il se révèle salubre et montre que les reconstructions du passé les plus lues ou entendues n’ont voulu retenir qu’une interprétation réductrice des propos cités en référence et utilisés comme arguments probants. Ainsi, à distance de la version largement diffusée par la réalité supposée d’un mythe résistancialiste qui aurait chloroformé les consciences pendant des décennies, gaullistes et communistes pensent les résistants comme une partie de la Nation et non comme sa totalité. Quant aux mémoires de la déportation, elles sont à la fois multiples et partielles. Thomas Fontaine remet en question la chronologie admise et les présupposés qui ordonnent celles de la déportation des juifs et celle des résistants. Aucune d’entre elles ne constitue un bloc a-temporel et toutes évoluent dans le temps. C’est ce que corrobore Catherine Lacour-Astol à propos des femmes résistantes. La vulgate médiatique considère qu’elles ont été les grandes oubliées1, or la mémoire sur la place et le rôle des femmes dans la Résistance n’est pas linéaire : à l’adulation des lendemains de guerre succède l’anonymat ; la reconnaissance arrive plus tard sous l’impulsion du mouvement féministe, dans les débats autour de la place de la femme dans la société. Tout aussi peu monolithique est la mémoire de l’occupation allemande (Jacqueline Sainclivier). Certes, si affleure celle d’un Allemand « correct », il est bien l’ennemi désigné comme tel ou avec ses surnoms. Une distinction plus ou moins nette est établie entre l’Allemand et le nazi soit par idéologie – chez les communistes –, soit par distanciation temporelle, soit encore selon les lieux, avec des différences sensibles.

4L’approche régionale et la confrontation avec la Belgique confirment – ce dont toute analyse devrait être imprégnée – que les mémoires sont plurielles, non binaires, décalées, parcourues de spécificités liées au milieu qui les produit. Elles mettent en évidence d’autres traits essentiels : la concurrence ouverte ou larvée qu’elles se font, leur complémentarité, l’évolution de leur poids relatif, la dialectique mémoire centrale/mémoires périphériques. En Belgique où l’Occupation entraîne une scission entre le gouvernement et le souverain, les divisions linguistiques recoupent approximativement des prises de position contrastées face au nazisme. La construction de cette « mémoire éclatée » (Chantal Kesteloot et Bruno Benvindo) s’appuie aussi sur une autre mémoire divisée, pesante, celle de la guerre 1914-1918. Après 1945, on assiste ainsi à un rejeu des divisions mémorielles de l’entre-deux-guerres. À la fin du XXe siècle, quand le pays choisit le fédéralisme et que la présence de l’extrême droite s’accentue, la mémoire des années de guerre devient un enjeu politique. Les pouvoirs publics s’en emparent et, en Flandre, cherchent à se détacher d’un passé collaborationniste. Comme en Belgique, les mémoires du nord de la France (Laurent Thiery) sont marquées par la figure des martyrs de 1914-1918. Ainsi, le souvenir de la Première et celui de la Seconde Guerre mondiale se superposent et s’entrelacent. Le cas du Nord confirme, s’il en était besoin, que, même en France, en dépit du poids des mémoires centrales, les mémoires régionales ne leur sont pas réductibles. Chaque région française, grande ou petite, a aussi « sa » mémoire, elle-même éclatée selon des lignes qui parfois ressortissent à des fractures anciennes. Selon les lieux, la construction conflictuelle puise ses origines en des domaines divers : politique, social voire religieux. La confrontation est d’ordre politique en Provence comme en Bretagne, mais selon des configurations différentes. Pour la Provence, Jean-Marie Guillon insiste sur la pluralité de mémoires qui ne se réduisent pas au duel gaulliste-communiste. Elle traduit plutôt une confrontation entre mémoire communiste, non communiste et celle d’une droite ancrée dans les valeurs militaires de la Libération. En revanche, en Bretagne (Jacqueline Sainclivier), c’est l’affrontement classique entre mémoire communiste et gaulliste – résistance intérieure et France Libre – qui domine. Ces mémoires interfèrent, se construisent l’une par rapport à l’autre ou l’une après l’autre, et font glisser dans l’oubli, volontairement ou non, tel événement ou comportement. Toutefois, l’union se fait pour condamner en bloc les comportements de militants bretons, propageant ainsi une mémoire réductrice, stigmatisante, sans nuance jusqu’à la fin du siècle, un peu plus mesurée depuis le début du XXIe siècle. Le plateau Vivarais-Lignon et son village emblématique du Chambon-sur-Lignon (Sylvain Bissonnier) ont été longtemps marqués par la concurrence entre la mémoire du sauvetage et celle de la résistance armée, avant d’évoluer peu à peu vers une « mémoire partagée ». Mais, partout, les représentations du second conflit mondial oscillent entre mise en scène de certains traits du passé et oubli d’autres événements, sans que rien d’ailleurs ne soit figé. On le vérifie pour le Nord à propos de la grande grève des mineurs ou du train de Loos, comme à Marseille où la destruction du Vieux-Port par les Allemands recouvre au moins partiellement les autres épisodes forts de l’Occupation. Quant à la mémoire des Normands (Jean Quellien), elle occulte presque celle-ci pour ne retenir que le Débarquement et ses conséquences tragiques sur le sort des civils : un million de Normands pris entre deux armées et leurs deux millions d’hommes. Autrement particulière et douloureuse est la mémoire de l’Alsace et de la Moselle (Léon Strauss). Ces deux régions, les seules à avoir été germanisées et nazifiées, ne partagent pas pour autant la même mémoire. Si, dans les deux cas, des populations ont été expulsées et des hommes sont devenus des « Malgré-Nous », leur mémoire est nettement moins prégnante en Moselle qui s’est désolidarisée de celle de l’Alsace profondément marquée par la tragédie d’Oradour-sur-Glane. Ces mémoires se démarquent plus ou moins de la mémoire nationale française, mais par là même, elles confirment que la construction mémorielle des comportements collectifs se fait selon des modalités multiples et ne suit certainement pas un cheminement unique.

5Rendre compte de ce qu’ont été les comportements pendant la guerre ne s’accommode donc pas de simplisme. Or, la question, par les enjeux qu’elle sous-tend, est cruciale. Le colloque de Rennes a voulu aborder l’examen de quelques-unes des voies utilisées pour les représenter. Il y en a d’autres et, là encore, la prudence devrait être de mise en la matière lorsque l’on privilégie par commodité l’une d’entre elles. La transmission passe par les médias de masse, dont le cinéma de fiction n’est qu’un des vecteurs, plutôt privilégié par les études, alors que radio, presse, télévision (documentaires, séries, mais aussi reportages et journaux télévisés), sites internet restent davantage en retrait en dépit de leur impact. Elle passe aussi par le système scolaire, par le discours commémoratif ou politique, par la création de lieux de mémoire, par la littérature.

6Celle-ci a été l’un des moyens utilisés par les acteurs et les témoins quels qu’aient été leurs propres comportements pendant la guerre. Mais le « haut du pavé » littéraire a été surtout tenu par des résistants, des vichystes ou des collaborationnistes, épurés ou non. La façon dont les résistants « jaugent et jugent » (Julien Blanc) les comportements des Français entre 1940 et 1944 est certes liée au moment du témoignage, mais aussi, en creux, à leur propre définition du rapport à la société en 1940-1944 et après 1945. Or, presque tous, quelle que soit leur appartenance, quel que soit le moment d’écriture, soulignent leur isolement. Bien différente est la mémoire collective des épurés qui passe de celle des proscrits portant souvent un plaidoyer pro domo à celle de leurs enfants, plus interrogative (Marc Bergère). Ce même plaidoyer victimisant est caractéristique d’un Alfred Fabre-Luce (François Rouquet) donnant les « justifications les plus improbables » à l’attitude de ces intellectuels en mal de Vichy. Il est clair en tout cas qu’en ce domaine, la Résistance n’a rien monopolisé. Les succès de librairie le démontrent et c’est une société attentiste, plutôt collaborationniste, que dépeignent les romans parus entre 1944 et 1954 et étudiés par Alain Cresciucci. Le résistant y est rare. Cette peinture rejoint donc sur ce point les représentations des résistants eux-mêmes. On est loin en tout cas de l’image sommaire d’une Résistance omniprésente et triomphante au point de reléguer dans « l’oubli » ou de vouloir « occulter » tout ce qui n’est pas elle.

7La transmission passe évidemment par l’histoire qui, on le sait, n’est pas l’apanage des seuls historiens. Ils comptent néanmoins et Laurent Douzou souligne l’influence des acteurs-historiens dans une représentation du comportement des Français qui sert à mieux souligner les mérites de l’élite résistante à laquelle ils appartenaient. Il montre comment et avec quelle force perdure cette représentation aujourd’hui chez les tenants du mythe résistancialiste, alors que les analyses font apparaître une Résistance mieux insérée dans la population qu’il n’est souvent dit. La vision personnelle de l’historien (Pierre Laborie) est un élément qui façonne les représentations et a souvent conduit à conforter cette distinction entre une minorité agissante et une masse amorphe. La responsabilité des historiens dans cette transmission est liée aussi au choix des marqueurs définissant les comportements, tels la Résistance ou le sort des juifs, et plus généralement aux usages de l’histoire.

8On conçoit que, sur des sujets aussi complexes et aussi idéologiques que les comportements collectifs pendant la guerre, la transmission des savoirs en milieu scolaire ne soit pas simple. Elle se révèle parfois contradictoire, surtout si les outils que les enseignants utilisent ou les cadres dans lequel leur enseignement se place ne leur fournissent pas les éléments critiques indispensables. Que la transmission des savoirs ne soit pas statique, mais qu’elle soit insérée dans son temps, n’est en rien étonnant et relève de l’évolution des questionnements et des savoirs. Ou plutôt ne devrait qu’en relever et non reproduire les croyances du moment. Or Patricia Legris et Cécile Vast se rejoignent, la première en relevant le caractère « hybride des programmes au croisement de l’histoire et de la mémoire », la seconde en se demandant qui de l’histoire ou des comportements est « introuvable ». En effet, confronté aux enjeux mémoriels, l’étude des comportements pendant la guerre ne fait que reproduire la vulgate médiatique.

9Beaucoup reste à faire et nous n’avions pas l’ambition de tout couvrir, pas plus que d’avoir réponse à tout. Les constructions mémorielles, les représentations des comportements collectifs pendant l’occupation sont complexes, le contexte national et international est toujours présent explicitement ou en filigrane ainsi que la position des « transmetteurs » (anciens acteurs de la période, historiens, enseignants, écrivains, etc.) voire des « receveurs ». La réalité du moment, les récits qui la relatent et la diffusent ensuite sont souvent, sinon le plus souvent, en décalage. Ce que nous souhaitions, c’était interroger et ébranler quelques « certitudes », puisque toutes celles qui se trouvent sur le marché ne sont pas de bon aloi, mais aussi proposer quelques pistes de réflexion. Ce que nous souhaiterions, c’est qu’elles soient prolongées.

Notes

1 Comme on a pu encore le vérifier à l’occasion de la panthéonisation de Geneviève de Gaulle-Anthonioz et de Germaine Tillion le 27 mai 2015.

Auteurs

Professeur émérite à l’université d’Aix-Marseille, membre du laboratoire TELEMME (CNRS).
Directeur d’études honoraire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.
Professeur émérite à l’université Rennes 2, membre du CERHIO (CNRS).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540