Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Chapitre II. Le récit des acteurs ou témoins

Les épurés comme vecteurs mémoriels de l’épuration : relais et temporalités d’une mémoire marginale

Marc Bergère

Texte intégral

  • 1 Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation. Imaginaire et comportement d’une sortie d (...)

1L’épuration en France fut un phénomène social massif qui a touché à des degrés divers 400 000 à 500 000 personnes. La question des représentations de la collaboration au sein de la société française en épuration a déjà fait l’objet de travaux, notamment autour du stéréotype du « collabo » en France à la Libération1. Aussi, l’angle retenu ici est différent puisque, plus que le regard des autres, c’est le regard des épurés eux-mêmes sur leur « communauté de destin » qui constitue le cadre d’analyse. Ce faisant, moins que le contenu des représentations mémorielles portées par les épurés, l’étude se concentre davantage sur les vecteurs de diffusion de ces représentations dans le milieu des épurés eux-mêmes et en dehors. Deux temps, d’ailleurs très inégaux dans leur traitement, ont ainsi été privilégiés.

2Dans l’immédiat après-Libération et conjointement au processus d’épuration, on assiste assez rapidement à une vraie mobilisation en faveur des épurés dont l’un des moteurs est le combat pour l’amnistie. Pour cette raison, cette première séquence, centrale dans cet article, a pour horizon le début des années 1950.

3Dans un second temps, et sur un ton différent, on voit la parole des épurés être portée par leurs enfants (parfois petits-enfants). Un passage « de témoin », perceptible dès les années 1970-1980 mais qui devient plus net encore durant les années 2000. Un phénomène qui permet de souligner combien l’épuration, comme procédure visant à ostraciser, a pu frapper non seulement des suspects et/ou coupables de faits de collaboration mais aussi ipso facto leur entourage immédiat et en particulier leurs familles. Nul doute que l’on tient là une dimension sociale « rampante » du phénomène qui a longtemps été sous-estimée.

Quand les épurés parlent d’abord aux épurés

4Des épurés qui, durant cette première période et pour faire simple, sont unis dans une double communauté de vaincus de la Libération et de victimes de l’arbitraire de l’épuration. Des récits véhiculés par les exclus de la Libération participent grandement à l’élaboration d’une véritable légende noire de l’épuration dont Alain Brossat, dès 1992, donnait la définition suivante :

« La légende noire, c’est la mémoire des vaincus, des coupables et, plus largement, de ceux qui épousent leur cause. Elle tente, par un coup de force narratif, de renverser les rôles, de brouiller l’accusation en s’installant dans le rôle idéal de la victime. »

  • 2 Alain Brossat, Les tondues Un carnaval moche, Paris, édition Manya, 1992, réédition coll. Pluriel, (...)
  • 3 Ibidem, p. 101.

5Une contre-mémoire qui s’oppose à la « légende dorée » de la Résistance et de la Libération, même si dans un premier temps et toujours selon Alain Brossat, « la première est mal partie » puisqu’elle a contre elle le cours de l’histoire2. Et le même auteur de conclure que cette légende noire (« le bain de sang », les procès « iniques ») « ne vise pas à l’établissement des faits mais à la constitution d’une sorte de syndicat ou de fraternité de victimes3 ».

  • 4 Une double dynamique de légitimation des violences et délégitimation des « victimes », étudiée dan (...)
  • 5 Christian Delporte souligne : « la levée de l’autorisation préalable, en 1947, libère alors les én (...)
  • 6 Christian Delporte, ibidem, p. 45. ; Henry Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris (...)

6Néanmoins, rappelons qu’en 1945, dans la France libérée, la voix « de la poignée de misérables » selon l’expression du général de Gaulle pour désigner les collaborateurs est inaudible. Plus encore, quand elle vient à s’exprimer, par exemple pour dénoncer des excès parfois réels, elle est a priori délégitimée4. Ceci étant, à compter de 1947, dans une logique de recomposition politique sur le plan national (rupture du tripartisme) comme international (guerre froide) mais aussi dans un contexte de libéralisation de la presse5, les épurés s’organisent et leurs voix gagnent en puissance en France et au-delà. Ce courant, jusqu’alors éclaté et isolé, se structure et connaît même un indéniable essor à partir de cette date. Il permet ainsi à une certaine presse « néo-vichyste » de passer « de la clandestinité à la pleine lumière6 ».

La voix des épurés en France : esquisse de typologie de ses principaux canaux

La presse

  • 7 Claude Bellanger, Histoire générale de la presse française, t. IV, 1940-1958, Paris, PUF, 1975, p. (...)

7En effet, son premier outil de diffusion est sans nul doute une presse dite « spécialisée » que Claude Bellanger qualifie « d’opposition révisionniste7 » ou qu’Henry Rousso et Christian Delporte désignent sous l’étiquette de « néo-vichyste ».

  • 8 Il écrivait sous le pseudonyme de Michel Dacier. Né à Paris en 1896, juriste de formation, il fut (...)
  • 9 Émile Grandjean de son vrai nom, né à Morlaix, ex-membre de l’administration coloniale en Indochin (...)
  • 10 30 000 selon la notice d’Henry Coston, op. cit., p. 404-405. Christian Delporte parle de « 20 000 (...)
  • 11 « Un hebdomadaire lancé par d’anciens épurés » selon Luc Van Dongen, Un purgatoire très discret La (...)
  • 12 Henry Rousso, op. cit., p. 43.
  • 13 Ibidem, p. 45.
  • 14 Claude Lévy « État des recherches sur la répression de la collaboration à la Libération », dans Bu (...)
  • 15 Christian Delporte, op. cit., p. 46.
  • 16 Ces deux fondateurs sont Jean Marc Poullain (ex-directeur de la Vigie de Dieppe) et l’industriel C (...)

8Parmi une myriade de publications plus ou moins éphémères, on peut s’en tenir aux plus marquantes. C’est le cas du journal Les Écrits de Paris fondé en janvier 1947 sous l’impulsion de René Malliavin8. Ce mensuel devient très vite le périodique des « victimes » de l’épuration. À compter de 1950, il se dote même d’une chronique spécifique sur les « crimes » commis en 1944-1945 par les Résistants. Placée, sous la responsabilité de Jean Pleyber9, elle s’intitulait « Chronique du Règne de Charles le Mauvais » et se nourrissait des témoignages de lecteurs. Publiant de nombreuses personnalités inéligibles, épurées ou exilées la revue d’abord confidentielle gagna en lecteurs et son tirage atteignit 20 000 à 30 000 exemplaires selon les sources10. Ce qui est certain, c’est que fort de ce premier succès le même Malliavin, fonda en janvier 1951 l’hebdomadaire Rivarol11, un nom choisi à dessein « en hommage au contre-révolutionnaire qui combattait la Terreur, comme lui et ses amis combattent l’épuration12 ». De fait, ce périodique devient un nouveau support de la cause des épurés et milite non seulement pour l’amnistie politique mais aussi pour l’amnésie puisque dès son premier numéro il demande « d’oublier le passé13 ». En septembre 1951, dans un numéro spécial « atrocités de la Libération », cette dernière est qualifiée de « saison des bourreaux14 ». Se rattache également à cette mouvance, la revue de tendance maurrassienne Aspects de la France, créée en 1947 par Georges Calzant. Sous l’influence de Pierre Boutang notamment, elle tire jusqu’à 40 000 exemplaires (dont 30 % d’abonnements) mais peine à stabiliser son lectorat15. On peut y ajouter en décembre 1948, le bimensuel Réalisme qui devient le média des propriétaires de journaux « expropriés » à la Libération mais aussi des journalistes « interdits de carte de presse ». Ce journal pamphlétaire qui publie à 20 000 ou 30 000 exemplaires avec la photographie de Pétain en couverture est « exclusivement distribué par abonnement16 ».

  • 17 Claude Bellanger, op. cit., p. 310.
  • 18 Henry Rousso, op. cit., p. 43. Henry Coston avance le même chiffre pour 1947-1948. Il explique que (...)
  • 19 Voir Christian Delporte « Le cas de Paroles Françaises », op. cit., p. 43-44.
  • 20 Numéro du 15 novembre 1949 selon Herbert Lottman, L’épuration, Paris, Fayard, 1986, Le Livre de Po (...)
  • 21 Le 12 avril 1949, « On ne refera pas la France sur des prisons » ; en avril 1950, « La justice et (...)
  • 22 Lire sur ce point, « L’archer du Général » dans Henry Rousso, op. cit., p. 48-55.

9Pour la défense des épurés et d’ailleurs ils étaient « nombreux dans sa rédaction17 », on peut aussi compter sur Paroles françaises, hebdomadaire créé en 1946 par André Mutter, député de l’Aube (PRL) et ancien résistant. Cet ex-Croix de feu passé par la Résistance avant d’en dénoncer avec virulence les excès, donnera à sa revue une réelle diffusion qui « atteindra parfois les 100 000 exemplaires18 ». Publication assez inclassable dans la nébuleuse des droites, elle contribue indéniablement à élargir l’audience des épurés19. Dans un registre voisin enfin, l’hebdomadaire Carrefour pourtant né de la clandestinité à la Libération apporta également son concours un peu plus inattendu aux épurés. Ayant dès 1949 publié une carte « des prisons de l’épuration20 », il sert surtout de tribune à Rémy qui, bien qu’authentique Résistant, y stigmatise vivement l’épuration21 avant de laisser clairement entendre que la France occupée avait eu besoin à la fois de Pétain et du général de Gaulle22.

L’édition d’une littérature de témoignage

  • 23 C’est le cas d’Alfred Fabre-Luce, dès 1945 sous le titre évocateur Au nom des silencieux (158 p.). (...)
  • 24 Brève notice dans Henry Coston, op. cit., p. 407. Les autres fondateurs sont Roger Deleplanque et (...)
  • 25 Le chanoine Desgranges, passé par la Résistance fut aussi député (PDP) du Morbihan.
  • 26 Sur ce sujet, on peut se référer utilement dans le présent ouvrage au texte d’Alain Cresciucci.
  • 27 Roger Nimier, Antoine Blondin, Michel Déon ou Jacques Laurent. Ils investissent notamment les édit (...)

10D’abord plus ou moins publiés à compte d’auteur et diffusés sous le manteau23 ces « témoignages ou souvenirs » bénéficient bientôt du relais de maisons d’éditions spécifiques. C’est notamment le cas des éditions de l’Élan24, maison fondée à Paris en septembre 1946 par Edmond Mary. Elle publie les souvenirs de Sacha Guitry (Quatre ans d’occupation et soixante jours de prison), Fifi roi de Claude Jamet… Leur véritable best-seller reste cependant le livre de l’abbé Desgranges, Les crimes masqués du résistantialisme, en 194825. Notons que ce courant éditorial trouve assez vite des prolongements dans le roman et la littérature qui lui apporte alors une forme de légitimité. On peut penser ici à Uranus de Marcel Aymé (1948), à Fabrice de Pierre Benoit (1956) ou encore à Pauvre Bitos de Jean Anouilh (1956)26. Dès cette période, la dénonciation de « l’escroquerie de la Résistance » et de l’épuration devient aussi une des thématiques favorites des jeunes écrivains de droite qui constituent la génération des « hussards27 ».

La mise en place d’organisations de défense des épurés

11Il y a deux catégories :

  • 28 Elle organisait également des pèlerinages à Lourdes en faveur de l’amnistie. En se plaçant sur le (...)
  • 29 Henry Rousso, op. cit., p. 46-47. Il note une porosité entre cette structure et le Centre national (...)

12 Des comités de soutien, à l’image de deux structures que l’abbé Desgranges anime. D’abord, La Fraternité de Notre Dame de la Merci, une confrérie qui visait à apporter un soutien moral et social aux prisonniers pour collaboration28. En 1946, il participe également à la fondation de L’Association des représentants du peuple de la IIIe République qui devient un véritable syndic des inéligibles. Ce dernier organisera en mars 1948, un « banquet des mille » pour réclamer l’amnistie29.

  • 30 Le nom complet est Comité national pour la défense des droits de l’homme, la réparation et l’amnis (...)
  • 31 L’union défendait des dossiers individuels et cherchait à faire avancer la cause collective. Elle (...)
  • 32 Frère d’Emmanuel et Henri d’Astier de la Vigerie, il est Compagnon de la Libération.
  • 33 L’épuration, arme politique, Paris, éd de la Nouvelle France, 1947. Herbert Lottman, op. cit., p. 5 (...)
  • 34 Cf. Henry Rousso, « Les gardiens du temple », op. cit., p. 59-66, ; Henry Coston, op. cit., p. 57.

13 La défense des droits des épurés, via des associations qui se placent sur le terrain juridique et n’hésitent pas à faire appel aux droits de l’homme et du citoyen. Il s’agit alors de dénoncer les procédures et/ou juridictions d’exception, mais aussi de défendre la liberté d’expression et d’opinion. C’est notamment le cas du Comité français pour la défense des Droits de l’homme fondé en 194730. La même année (1947) est créée sous la présidence de l’ex-professeur Louis Rougier, l’Union pour la restauration et la défense du service public. Cette dernière aidait prioritairement les fonctionnaires épurés31. En 1947 toujours, se constitue à l’initiative de François d’Astier de la Vigerie32, la Défense des libertés françaises, une organisation qui milite pour une amnistie sélective (mineurs, anciens combattants…). Elle édite aussi une brochure critique à l’égard d’une épuration jugée trop politique33. Enfin, dans une mouvance comparable, il faut compter sur l’Association pour défendre la mémoire du maréchal Pétain34. Sous l’impulsion de l’avocat Isorni mais aussi de Rémy, elle mène à compter de novembre 1951 un combat visant à un triple objectif : la révision du procès, la translation des cendres à l’ossuaire de Douaumont et in fine une réconciliation « pétaino-gaulliste ». Par-delà, gravitent autour d’elle, d’anciens ministres ou fonctionnaires de Vichy et de nombreux ex-épurés qui confondent ici leur destin avec celui du « chef ».

Les relais extérieurs

14La voix des épurés peut aussi compter sur des relais extérieurs à la France. Ces derniers contribuent d’ailleurs à installer dans leur société d’accueil certaines représentations, y compris et a fortiori tronquées, de la France libérée. Une approche transnationale, sensible aux phénomènes de réseaux, de circulations ou de transferts, qui témoigne au passage de la fécondité d’une histoire connectée pour notre objet. Elle ouvre sur au moins trois perspectives : les collaborateurs exilés, l’existence de « passeurs » et les tentatives de mobilisation de l’échelon international.

Les exilés

  • 35 Luc Van Dongen, op. cit., p. 394-395.
  • 36 Marc Bergère, Vichy au Canada. L’exil québécois de collaborateurs français, Rennes, PUR, 2015 et M (...)
  • 37 Anne Dulphy, « Les exilés français en Espagne depuis la Seconde Guerre mondiale : des vaincus de l (...)
  • 38 Sociedad Argentina de Recepcion de Europeos.
  • 39 Diana Quattrocchi-Woisson, Relaciones con la Argentina de funcionarios de Vichy y de colaboradores (...)

15Longtemps mal évalué et objet de nombreux fantasmes, l’exil des « réprouvés » de la collaboration est mieux connu aujourd’hui grâce aux travaux disponibles sur les Français en Espagne, Argentine, Suisse ou encore au Canada. Un phénomène qui concerne au bas mot plusieurs centaines d’individus et donc bien davantage avec leurs familles. Dès lors, on constate partout la mise en place de comités d’entraide qui entretiennent des passerelles entre pays de départ et d’accueil dans un soutien réciproque. C’est le cas en Suisse en 1949 avec Paul Megie et Henri Galli qui sollicitent de l’aide matérielle pour les exilés français par le biais d’annonces publiées dans Paroles françaises35. Même chose au Canada sous la houlette de Robert Rumilly et Camillien Houde maire de Montréal36. C’est vrai aussi en Espagne, dès 1945, avec une organisation d’entraide aux réfugiés de Vichy sous la direction de l’ex-consul de France à Barcelone Pierre Hericourt37. Enfin, en Argentine, se crée en juillet 1948, au bénéfice de collaborateurs belges et français, la SARE38. Une société d’accueil qui dispose dans un premier temps du soutien du gouvernement argentin39.

Des passeurs

  • 40 Olivier Dard, « Robert Rumilly, passeur des droites nationalistes entre la France et le Canada fra (...)
  • 41 Rumilly, ses archives en témoignent, se nourrit à la presse française favorable aux épurés. De mêm (...)
  • 42 Au moins une vingtaine de titres.
  • 43 Alain Clavien, « Les intellectuels collaborateurs exilés en Suisse », dans, Matériaux pour l’Histo (...)
  • 44 Suite à des problèmes financiers et à des dissensions au sein de l’équipe dirigeante, le titre s’a (...)
  • 45 Il s’agissait d’une reprise intégrale de l’édition parisienne à laquelle s’ajoutait une page « loc (...)

16Dans le rôle de « passeurs », il importe surtout de souligner le jeu d’individus ou de structures comme autant de courroies de transmissions. C’est vrai au Canada d’un homme comme Robert Rumilly, personnage nodal de l’affaire des « réfugiés politiques français » au Canada après 1945. Un homme qu’Olivier Dard qualifie à juste titre de « passeur des droites nationalistes entre la France et le Canada français40 ». Ce dernier non seulement joue le rôle d’intercesseur en faveur des réfugiés français mais il diffuse aussi au Canada leurs discours. Il organise ainsi en novembre 1948 des conférences où il présente ses « vérités sur l’épuration en France ». Des conférences à Montréal et Québec qui bénéficient d’une bonne couverture médiatique en particulier dans la presse clérico-nationaliste (Le Devoir, L’Action catholique, Montréal Matin) contribuant à essaimer et internationaliser certaines représentations mémorielles de l’épuration41. Les travaux de Luc Van Dongen montrent que l’avocat genevois Adrien Lachenal voire le diplomate Walter Stucki jouent des partitions comparables en Suisse et répandent une certaine image de l’épuration en France dans la presse conservatrice : Le Journal de Genève, la Gazette de Lausanne, Le Curieux… Des journaux qui ouvrent largement leurs colonnes aux discours victimaires des épurés/réfugiés. Mieux Lachenal participe en 1946 avec un certain Constant Bourquin à la création d’une maison d’édition le Cheval ailé qui se spécialise dans le « livre collaborateur42 ». Alain Clavien explique, qu’influencée par le maurrassisme, elle produit « essentiellement pour la France » à des tirages non négligeables : 50 000 pour les Mémoires de Pierre Laval, 10 000 pour Fabre-Luce43 … Les mêmes épurés bénéficient aussi dans ce pays de la caisse de résonance d’un mensuel intitulé Courrier du continent44. Il est fondé à l’été 1946 par un jeune zurichois Roger Bretscher qui a combattu sur le front russe dans la LVF. Véritable « repaire de collaborationnistes », ce périodique publie de nombreux Français réfugiés en Suisse ou restés en France. Des Français jouent d’ailleurs les intermédiaires entre ces deux mondes notamment Jean Jardin (de Suisse) ou encore Louis Rougier (de France). En Suisse toujours, il faut également compter sur l’Association des amis de Robert Brasillach, qui se crée en 1948 à Lausanne. Dans un même esprit, l’entregent d’un Héricourt ouvre en janvier 1949 les ondes de la Radio Nationale d’Espagne à la voix des proscrits. En Argentine des épurés-réfugiés lancent en janvier 1948 une édition sud-américaine du journal Paroles Françaises. Une expérience qui dure 18 mois, jusqu’au lancement d’une nouvelle revue (Nouvelles d’Argentine) à compter de mai 194945.

La mobilisation de l’échelon international

  • 46 Herbert Lottman, op. cit., p. 515. Un cas qui n’est pas unique à l’échelle européenne puisqu’en Be (...)
  • 47 Fritz Taubert, « La mémoire d’une autre réconciliation : le récit des anciens collaborationnistes (...)
  • 48 Henry Rousso, op. cit., p. 67.

17Il convient ici d’observer comment certains épurés ou leurs soutiens tentent d’utiliser à leur profit la construction d’un nouvel ordre mondial et européen (ONU, construction européenne). C’est ainsi qu’en 1950, l’Union pour la restauration et la défense du service public adressa une longue requête aux Nations Unies pour « dénoncer les violations des droits de l’homme commises par les juridictions d’exception46 ». Dans un même esprit, Fritz Taubert a montré comment certains ont essayé de réinvestir un discours collaborationniste au service de la réconciliation franco-allemande47. Notons enfin la référence fréquente à des modèles extérieurs pour défendre les épurés en France. C’est ainsi, qu’en 1950 lors de débats à la chambre des députés, les partisans de l’amnistie s’appuient sur « l’exemple donné par l’Allemagne et l’Italie, déjà sur la voie de la réconciliation nationale48 ».

  • 49 Alain Clavien, op. cit., p. 87.
  • 50 Par référence à la réflexion de Denis Peschanski sur les régimes de mémorialité, dans Denis Pescha (...)

18Pour conclure cette première période, on constate que les relais des épurés en France ou à l’extérieur reposent souvent sur de petits groupes d’épurés, très actifs voire activistes, qui « non seulement ne regrette[nt] rien, mais veu[lent] pouvoir le dire49 ». Ce faisant, il n’est pas certain que tous les épurés adhèrent à ces stratégies d’occupation de l’espace public et de mobilisation de l’opinion. En effet, ils étaient sans doute nombreux, ceux qui pensaient que leurs affaires se régleraient mieux dans la discrétion individuelle que dans un combat collectif. En définitive, comment caractériser cette phase de construction mémorielle de l’épuration principalement par les épurés eux-mêmes ? Sans doute, s’agit-il d’une mémoire « faible » voire marginale par rapport aux représentations dominantes du moment. Ce faisant, si elle était quasi clandestine dans l’immédiat après Libération, force est de constater qu’à compter de 1947-1948 elle n’est plus aussi confidentielle, traversant même certains milieux résistants. Nul doute que la guerre froide et le puissant levier de l’anticommunisme élargissent son public et fournissent a posteriori des justifications. Désormais, réinvestie dans le jeu politique traditionnel, elle se normalise en quelque sorte. Dès lors, bien ancrée à droite de l’échiquier politique, elle s’installe de manière durable dans le paysage mémoriel français comme une mémoire sur la défensive. Une mémoire certes « oblitérée50 » par rapport aux figures mémorielles structurantes du moment mais bien vivante et apte à la transmission sous cette première forme jusqu’à nos jours compris.

Quand les enfants de l’épuration parlent désormais à tous les Français

  • 51 Henry Rousso, op. cit., p. 150-151. Pascal Jardin (fils de Jean Jardin, qui après-guerre lors de s (...)

19Il s’agit ici d’ouvrir une partie que justifie l’inflexion mémorielle marquée par la prise de paroles d’enfants d’épurés. Cependant, elle n’a nullement vocation à équilibrer la précédente. Elle constitue plutôt une sorte d’épilogue en même temps qu’une invitation à prolonger la présente réflexion. De fait, un glissement entre les générations s’opère dès les années 1970. C’est la décennie des premiers récits autobiographiques des « enfants de la collaboration » tels ceux délivrés par Pascal Jardin, Marie Chaix ou encore Jean-Luc Maxence auteur d’un livre au titre évocateur L’ombre d’un père51.

  • 52 Pierre Rigoulot, Les enfants de l’épuration, Paris, Plon, 1993.
  • 53 À titre d’exemple, voir le dossier publié par Le Nouvel Observateur autour du « livre choc de Domi (...)
  • 54 Dans la même veine, mais moins connue, Suzanne Landreau, Orgueilleuse, Paris, Robert Laffont, 2005 (...)
  • 55 Carole Wrona, Corinne Luchaire. Un colibri dans la tourmente, Grandvilliers, La Tour Verte, 2011. (...)
  • 56 Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut penser à Didier Daenincks, Itinéraire d’un salaud ordinai (...)

20D’abord assez limité, le phénomène gagne en visibilité avec le livre de Pierre Rigoulot, Les enfants de l’épuration52 qui repose sur plus d’une quarantaine de témoignages. Un livre qui, tout en se revendiquant un peu curieusement d’une forme de « contre-histoire », ouvrait la porte à une autre mémoire de la collaboration et de l’épuration. Depuis, cette dernière s’est régulièrement imposée dans le paysage éditorial et souvent médiatique53, notamment en raison de la notoriété et du talent des auteurs. Les années 2000 livrent ainsi plusieurs publications remarquées de fils ou petits-fils de « collabos » célèbres : Frédéric Vitoux, L’ami de mon père, Seuil, 2000 ; Dominique Jamet, Un petit parisien, Flammarion, 2001 et Notre après-guerre, Flammarion, 2003 ; Emmanuel Carrère, Un roman russe, POL, 2007 ; Dominique Fernandez, Ramon, Grasset, 2008 ; Alexandre Jardin, Des gens très bien, Grasset, 201054… S’y ajoutent dans le même temps des travaux biographiques sur d’autres enfants tels Corinne Luchaire ou encore Anne Darquier55. Dans le prolongement, le roman témoigne aussi d’un intérêt marqué pour l’analyse d’itinéraires singuliers de « collaborateurs56 ». Entre fiction et biographie, littérature et histoire, ces récits constituent aussi à leur façon un marqueur significatif d’une histoire de la mémoire de l’événement.

  • 57 Selon un titre évocateur dans la dernière synthèse sur l’épuration : Bénédicte Vergez-Chaignon, Hi (...)

21 In fine, ces nouveaux relais mémoriels impulsent un double changement de ton et d’échelle. Changement de ton d’abord parce que, sauf exception, il n’est plus seulement question de dénonciation ou de justification. De même, ces introspections rétrospectives ne jouent plus de la nostalgie. Bien entendu, la plupart de ces livres disent autant l’amour filial que la difficulté à « porter le nom d’un collabo57 » mais ils ont d’abord et surtout en partage une volonté de trouver des explications à des parcours toujours complexes. Par cette quête de compréhension, ils montrent aussi que leurs parents ne peuvent rester indéfiniment des proscrits et qu’ils appartiennent désormais à une histoire nationale commune. C’est en ce sens que ces écrits, quoique l’on pense des choix des intéressés, contribuent selon moi à les (ré)intégrer dans la mémoire collective.

Notes

1 Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation. Imaginaire et comportement d’une sortie de guerre 1944-1945, Rennes, PUR, 1999, p. 356-372. Marc Bergère, Une société en épuration. Épuration vécue et perçue en Maine-et-Loire de la Libération au début des années 1950, Rennes, PUR, 2004, p. 333-344.

2 Alain Brossat, Les tondues Un carnaval moche, Paris, édition Manya, 1992, réédition coll. Pluriel, 1994, p. 88.

3 Ibidem, p. 101.

4 Une double dynamique de légitimation des violences et délégitimation des « victimes », étudiée dans Marc Bergère, « Pratiques et régulations des violences intracommunautaires dans la société française en épuration », dans Bruno Lemesle, Eric Pierre, Pascale Quincy, Antoine Follain, Michel Nassiet (dir.), La violence et le judiciaire, Rennes, PUR, 2008, p. 323-332.

5 Christian Delporte souligne : « la levée de l’autorisation préalable, en 1947, libère alors les énergies de l’extrême droite. » Christian Delporte, « Presse de droite, presse des droites à la Libération (1944-1948) », dans Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), La recomposition des droites en France à la Libération 1944-1948, Rennes, PUR, 2004, p. 46.

6 Christian Delporte, ibidem, p. 45. ; Henry Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1987, édition revue 1990, coll. Points, p. 43.

7 Claude Bellanger, Histoire générale de la presse française, t. IV, 1940-1958, Paris, PUF, 1975, p. 310-311.

8 Il écrivait sous le pseudonyme de Michel Dacier. Né à Paris en 1896, juriste de formation, il fut un collaborateur de Paul Deschanel et surtout le secrétaire général sous l’Occupation de l’agence collaborationniste Inter-France. Dès décembre 1944, il fait paraître Questions actuelles qui vise notamment à assister les épurés (en particulier sous l’angle juridique). Christian Delporte, op. cit., p. 45. ; Henry Coston (dir.), Dictionnaire de la politique française, Paris, La Librairie Française, vol. 1, 1967, p. 404-405 et 659.

9 Émile Grandjean de son vrai nom, né à Morlaix, ex-membre de l’administration coloniale en Indochine sous l’amiral Decoux, Henry Coston, op. cit., p. 505.

10 30 000 selon la notice d’Henry Coston, op. cit., p. 404-405. Christian Delporte parle de « 20 000 exemplaires dont 70 % d’abonnements », op. cit., p. 46.

11 « Un hebdomadaire lancé par d’anciens épurés » selon Luc Van Dongen, Un purgatoire très discret La transition helvétique d’anciens nazis, fascistes et collaborateurs après 1945, Paris, Perrin, 2008, p. 389.

12 Henry Rousso, op. cit., p. 43.

13 Ibidem, p. 45.

14 Claude Lévy « État des recherches sur la répression de la collaboration à la Libération », dans Bulletin de l’IHTP, no 4, juin 1981, p. 32.

15 Christian Delporte, op. cit., p. 46.

16 Ces deux fondateurs sont Jean Marc Poullain (ex-directeur de la Vigie de Dieppe) et l’industriel Christian Wolf « qui soutient toutes les publications et maisons d’éditions néo-Vichystes ». Voir Christian Delporte, op. cit., p. 46-47.

17 Claude Bellanger, op. cit., p. 310.

18 Henry Rousso, op. cit., p. 43. Henry Coston avance le même chiffre pour 1947-1948. Il explique que le journal souvent en procès rencontra ensuite des difficultés financières, changea plusieurs fois de mains et devint France réelle en novembre 1951. Henri Coston, op. cit., p. 783. Notons que, plus prudent, Christian Delporte parle plutôt de 50 000 exemplaires indiquant que « l’état des sources ne permet pas d’avancer un chiffre vérifié ». Christian Delporte, op. cit., p. 43.

19 Voir Christian Delporte « Le cas de Paroles Françaises », op. cit., p. 43-44.

20 Numéro du 15 novembre 1949 selon Herbert Lottman, L’épuration, Paris, Fayard, 1986, Le Livre de Poche, 1994, p. 507.

21 Le 12 avril 1949, « On ne refera pas la France sur des prisons » ; en avril 1950, « La justice et l’opprobre » où il réclame davantage de mansuétude à l’égard du Maréchal Pétain.

22 Lire sur ce point, « L’archer du Général » dans Henry Rousso, op. cit., p. 48-55.

23 C’est le cas d’Alfred Fabre-Luce, dès 1945 sous le titre évocateur Au nom des silencieux (158 p.). Ouvrage référencé par Claude Lévy dans sa bibliographie de l’épuration en France, Bulletin de l’IHTP, no 4, juin 1981, p. 44. Membre de l’équipe de Rivarol, Alfred Fabre-Luce en sera le rédacteur en chef en 1954-1955.

24 Brève notice dans Henry Coston, op. cit., p. 407. Les autres fondateurs sont Roger Deleplanque et Georgette Dosne.

25 Le chanoine Desgranges, passé par la Résistance fut aussi député (PDP) du Morbihan.

26 Sur ce sujet, on peut se référer utilement dans le présent ouvrage au texte d’Alain Cresciucci.

27 Roger Nimier, Antoine Blondin, Michel Déon ou Jacques Laurent. Ils investissent notamment les éditions de la Table ronde. Lire sur ce point le chapitre de Pierre Laborie, « Vingt ans avant… Hussards et consorts », dans Le chagrin et le venin. La France sous l’Occupation, mémoire et idées reçues, Paris, Bayard, p. 127-156, mais aussi Jean Rives, « Littérature et contre-mémoire de la Résistance », dans Pierre Laborie et Jean-Marie Guillon (dir.), Mémoire et Histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995, p. 335-340 ; François Dufay, Le soufre et le moisi. La droite littéraire après 1945, Paris, Perrin, coll. Tempus, 2006.

28 Elle organisait également des pèlerinages à Lourdes en faveur de l’amnistie. En se plaçant sur le terrain religieux, elle permettait de gagner à la cause des épurés des apôtres du pardon et de la réconciliation, y compris issus de la Résistance.

29 Henry Rousso, op. cit., p. 46-47. Il note une porosité entre cette structure et le Centre national des Indépendants (CNI). Selon Henry Coston, elle prit ensuite le nom d’Association pour la rénovation de nos institutions et la défense des traditions républicaines. Henry Coston, op. cit., p. 59.

30 Le nom complet est Comité national pour la défense des droits de l’homme, la réparation et l’amnistie (M. Lainé, secrétaire général). Fondé en 1947 par Jean Ebstein et Philippe Saint Germain, lui-même épuré et auteur d’un pamphlet dénonçant Les prisons de l’épuration, son but était d’apporter assistance juridique et sociale aux épurés. Au seuil des années 1950, cet organisme revendiquera avoir « secouru » 30 000 personnes accusées de collaboration. Herbert Lottman, op. cit., p. 515-516. Henry Coston avance le chiffre de 10 000 cas secourus (assistance juridique, colis) entre 1947 et 1949. Il indique que le comité fut mis en sommeil à partir de 1953, date de la dernière grande loi d’amnistie. À nouveau, on y retrouvait des gens passés par la Résistance. Henry Coston, op. cit., p. 274-275.

31 L’union défendait des dossiers individuels et cherchait à faire avancer la cause collective. Elle se dota d’un bulletin de liaison de 1950 à 1955, Herbert Lottman, op. cit., p. 515-516. Louis Rougier collaborait également aux Écrits de Paris.

32 Frère d’Emmanuel et Henri d’Astier de la Vigerie, il est Compagnon de la Libération.

33 L’épuration, arme politique, Paris, éd de la Nouvelle France, 1947. Herbert Lottman, op. cit., p. 514-515.

34 Cf. Henry Rousso, « Les gardiens du temple », op. cit., p. 59-66, ; Henry Coston, op. cit., p. 57.

35 Luc Van Dongen, op. cit., p. 394-395.

36 Marc Bergère, Vichy au Canada. L’exil québécois de collaborateurs français, Rennes, PUR, 2015 et Montréal, Presses universitaires de Montréal, 2016.

37 Anne Dulphy, « Les exilés français en Espagne depuis la Seconde Guerre mondiale : des vaincus de la Libération aux combattants de l’Algérie française 1944-1970 », dans Matériaux pour l’Histoire de notre temps, no 67, 2002, p. 96.

38 Sociedad Argentina de Recepcion de Europeos.

39 Diana Quattrocchi-Woisson, Relaciones con la Argentina de funcionarios de Vichy y de colaboradores franceses y belgas 1940-1960, Buenos Aires, CEANA, 1999, p. 8-11.

40 Olivier Dard, « Robert Rumilly, passeur des droites nationalistes entre la France et le Canada français », dans Mens, vol XI, no 2, 2011, p. 7-36.

41 Rumilly, ses archives en témoignent, se nourrit à la presse française favorable aux épurés. De même, séduit par le personnage de Rémy, il l’invitera au Canada pour l’aider dans sa « défense de la cause des épurés ». Marc Bergère, Vichy au Canada, op. cit.

42 Au moins une vingtaine de titres.

43 Alain Clavien, « Les intellectuels collaborateurs exilés en Suisse », dans, Matériaux pour l’Histoire de notre temps, no 67, 2002, p. 87.

44 Suite à des problèmes financiers et à des dissensions au sein de l’équipe dirigeante, le titre s’arrête en 1947 avant de repartir en 1952.

45 Il s’agissait d’une reprise intégrale de l’édition parisienne à laquelle s’ajoutait une page « locale » rédigée par des « réfugiés politiques » en Argentine. CADN, 132 PO/4, dossier 9 : ambassade de France à Buenos Aires.

46 Herbert Lottman, op. cit., p. 515. Un cas qui n’est pas unique à l’échelle européenne puisqu’en Belgique, un incivique (Raymond de Becker, ex-journaliste) déposera en 1956 un recours, devant la Cour européenne des droits de l’homme, qui poussera son gouvernement à légiférer.

47 Fritz Taubert, « La mémoire d’une autre réconciliation : le récit des anciens collaborationnistes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2007, no 100, p. 51-65.

48 Henry Rousso, op. cit., p. 67.

49 Alain Clavien, op. cit., p. 87.

50 Par référence à la réflexion de Denis Peschanski sur les régimes de mémorialité, dans Denis Peschanski, Les années noires 1938-1944, Paris, Hermann, 2012, p. 387-401.

51 Henry Rousso, op. cit., p. 150-151. Pascal Jardin (fils de Jean Jardin, qui après-guerre lors de son exil suisse se révèle plutôt actif au service des réfugiés-épurés), La guerre à 9 ans, 1971 et surtout Le nain jaune, 1978 (Jean Jardin, meurt en 1976) ; Marie Chaix (fille d’Albert Beugras), Les Lauriers du Lac de Constance, Paris, Le Seuil, 1974 ; Jean Luc Maxence (fils de Jean Pierre Maxence ex-publiciste de la presse collaborationniste), L’ombre d’un père, Paris, Hallier, 1978.

52 Pierre Rigoulot, Les enfants de l’épuration, Paris, Plon, 1993.

53 À titre d’exemple, voir le dossier publié par Le Nouvel Observateur autour du « livre choc de Dominique Fernandez ». On y retrouve, outre un entretien avec l’auteur intitulé « Mon père, ce collabo », une interview de Jean-Pierre Azéma sous le titre « J’ai utilisé la mémoire de mon père… ». Dans le même numéro, le site Bibliobs.com prolongeait la réflexion par des témoignages de Dominique Jamet et d’Alexandre Jardin. Le Nouvel Observateur, 8-14 janvier 2009, p. 8-13.

54 Dans la même veine, mais moins connue, Suzanne Landreau, Orgueilleuse, Paris, Robert Laffont, 2005. Un livre que l’hebdomadaire Le Point recense sous le titre « Fille de tondue », Le Point, 1688, 20 janvier 2005, p. 112.

55 Carole Wrona, Corinne Luchaire. Un colibri dans la tourmente, Grandvilliers, La Tour Verte, 2011. Carmen Callil propose une biographie du père à travers la mémoire de sa fille, Darquier de Pellepoix ou la France trahie, Paris, Buchet-Chastel, 2007.

56 Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut penser à Didier Daenincks, Itinéraire d’un salaud ordinaire, Paris, Gallimard, 2006 ; Dominique Jamet, Un traître, Paris, Flammarion, 2008 ; Nicolas d’Estienne-d’Orves, Les fidélités successives, Paris, Albin Michel, 2008, Hervé Le Corre, Après la guerre, Paris, Rivages, 2014… Sur un ressort différent mais interrogeant toujours des zones d’ombre du passé familial et de l’occupation : Sorj Chalandon, La légende de nos pères, Paris, Grasset, 2009 ; François-Guillaume Lorrain, L’homme de Lyon, Paris, Grasset, 2011… sans oublier l’œuvre de Patrick Modiano.

57 Selon un titre évocateur dans la dernière synthèse sur l’épuration : Bénédicte Vergez-Chaignon, Histoire de l’épuration, Paris, Larousse, 2010, p. 553-557.

Auteur

Maître de conférences à l’université Rennes 2, membre du CERHIO (CNRS).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540