Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Chapitre I. De la recherche à l'enseignement

Le rôle des historiens dans la transmission de la mémoire des comportements collectifs : interventions1

Laurent Douzou et Pierre Laborie

Texte intégral

Laurent Douzou

  • 1 Les textes qui suivent sont issus d’interventions effectuées lors d’une des tables-rondes du collo (...)
  • 2 Pierre de Bénouville, Le sacrifice du matin, Paris, Robert Laffont, 1946.
  • 3 Indomitus, Nous sommes les rebelles, Paris, collection Défense de l’homme, 1945, dont la rédaction (...)
  • 4 Emmanuel d’Astier, Avant que le rideau ne tombe, Paris, Sagittaire, 1945.
  • 5 Jean-Marie Guillon, « La Résistance au village », dans Jacqueline Sainclivier et Christian Bougear (...)

1La façon dont la question des comportements collectifs a été abordée par les historiens aura été très fortement déterminée par la vision qu’on avait de la Résistance dans l’immédiat après-guerre. Régnait alors, – après la phase des semaines d’euphorie de la Libération elle-même –, l’idée que la Résistance avait été le fait d’une minorité. En somme, la Résistance comme phénomène souterrain, enfoui, caché, impénétrable, indéchiffrable : un monde très difficile à approcher pendant le combat et à appréhender une fois le combat achevé. Cette idée a été développée et diffusée par les résistants eux-mêmes, et pas seulement par les écrits précoces des chefs de la Résistance, de Pierre Bénouville2 à Philippe Viannay3 en passant par Emmanuel d’Astier4 : « Le maquisard est souvent dédaigneux, sauf pour le lieu qui l’a abrité », note Jean-Marie Guillon5. Largement portée par ses acteurs survivants, cette vision d’une Résistance minoritaire et esseulée a été partagée par les historiens jusqu’aux années 1970 avec mise en exergue d’une tension entre résistants et majorité attentiste, comme Henri Michel le disait avec netteté :

  • 6 Henri Michel et Boris Mirkine-Guetzévitch, Les Idées politiques et sociales de la Résistance : doc (...)

« Les Résistants ont toujours constitué une minorité et […], par le jeu du libre suffrage, ils donnaient automatiquement la parole à la masse de ceux qui, sous l’occupation, s’étaient bornés à vivre, au mieux, dans l’attente de jours meilleurs. Cette majorité d’attentistes, demeurés en dehors du brassage d’idées de la Résistance, ne pouvait pas pardonner à celle-ci d’avoir eu raison et de les avoir sauvés eux-mêmes6. »

  • 7 François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », dan (...)
  • 8 Ibid., p. 23.

2Cette conception de la Résistance explique l’initiative précoce de la commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France de collecter de la fin de l’année 1944 à 1947 quelque 2 000 témoignages, ce qui était à la fois beaucoup et peu. Ce que ses enquêteurs avaient en tête, c’était en quelque sorte ce que François Marcot a appelé la « Résistance-organisation7 » qu’il distingue de la « Résistance-mouvement », phénomène social beaucoup plus vaste, non sans préciser : « La Résistance-mouvement n’est nullement en marge de la Résistance-organisation : elle conditionne son existence8. »

  • 9 Françoise Bruneau, Essai d’historique du mouvement né autour du journal clandestin « Résistance »,(...)
  • 10 Ibid., avant-propos, p. 7.
  • 11 Ibid., p. 205.

3Reste que la parole était ainsi donnée à une petite cohorte dont on pensait qu’elle était seule détentrice d’une histoire qui s’évanouirait si on ne travaillait pas à sauvegarder les éléments qu’elle avait en mémoire. Significativement, la première monographie, celle du Mouvement « Résistance », n’était pas due à un historien ayant travaillé seul9. Publiée sous le nom fictif de « Françoise Bruneau », elle était « le résultat d’un travail collectif10 » d’anciens membres de « Résistance ». Le nom de sa rédactrice, Yvette Gouineau, n’était cité qu’à la fin de l’ouvrage, dans les remerciements, pour avoir rassemblé documents et témoignages. C’était donc bien l’œuvre collective « d’hommes et de femmes qui représentent le fond solide de la nation, ceux qu’on retrouverait avec d’autres noms, d’autres visages, d’autres méthodes, dans les mêmes dispositions sous toute autre occupation11 ».

4Par la suite, les monographies réalisées par des historiens dans le cadre et sous le contrôle du Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale furent dévolues à des mouvements et à des organes de décision de la Résistance. Le dispositif était en somme conçu comme si l’étude additionnée des mouvements devait permettre de dessiner le paysage de la Résistance.

  • 12 Marcel Baudot, L’opinion publique sous l’occupation. L’exemple d’un département français (1939-194 (...)
  • 13 Ibid., p. x.

5Il fallut attendre 1960 et l’ouvrage de Marcel Baudot, L’opinion publique sous l’occupation. L’exemple d’un département français (1939-1945)12, pour que l’opinion soit vraiment scrutée. Dans son avant-propos, il notait que Montoire, l’exploitation économique et le Service du Travail Obligatoire avaient été « les éléments catalyseurs qui provoquèrent le rassemblement d’une masse de plus en plus compacte de résistants d’intention, sinon d’action, autour du très petit nombre de Français qui avaient répondu dès la fin de 1940 et le début de 1941 à l’appel du 18 juin13 ».

6Marcel Baudot distinguait ainsi une masse de plus en plus compacte de « résistants d’intention » de la petite cohorte des « résistants d’action ». Il ne pointait pas du doigt cet opportunisme si souvent invoqué pour rendre compte de l’évolution de l’opinion. Il était de surcroît prudent :

  • 14 Ibid., p. x.

« Il appartiendra aux historiens de demain qui auront à leur disposition d’autres sources d’information de formuler des jugements sur les positions prises par les uns et par les autres. Il convenait à un témoin de noter seulement ce qu’il a pu saisir du comportement de la population d’une région de France14. »

  • 15 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy, Paris, Le Seuil, coll. « L’univers historique », 1 (...)

7La prudence de Marcel Baudot resta chichement partagée, comme Pierre Laborie le montrait dès les premières pages de L’opinion française sous Vichy, publié en 1990 en citant Henri Michel et Robert Paxton qui dépeignaient l’opinion comme oscillant au gré de la pression des événements et des rapports de force changeants. Encore faut-il souligner que Pierre Laborie avait soutenu sa thèse consacrée à l’étude de l’opinion publique dans le Lot pendant la Seconde guerre mondiale en 1978. Il notait en 1990 que le champ des études d’opinion était « encore très modérément fréquenté15 » même s’il avait commencé à être travaillé depuis une vingtaine d’années.

  • 16 Stanley Hoffmann, « Chagrin et Pitié », Essais sur la France. Déclin ou renouveau ?, Paris, Le Seu (...)
  • 17 Ibid., p. 76.

8À cet égard, il vaut la peine de s’arrêter sur un article écrit en 1972 par Stanley Hoffmann sur Le chagrin et la pitié16. Il y conseillait de ne pas prendre ce film – dont il reconnaissait les qualités – pour « la vérité authentique et intégrale17 » :

  • 18 Ibid., p. 74.

« Les collaborateurs et les assassins étaient une petite minorité, les vichystes se firent de plus en plus rares à mesure que la guerre avançait ; le soutien populaire à Pétain se réduisit constamment et finit par n’être plus qu’un mélange de pitié, de consternation et de dégoût18. »

  • 19 Ibid., p. 76.
  • 20 Ibid., p. 81.

9Il pointait le risque de « remplacer un mythe par un contre-mythe19 ». Et d’ajouter, non sans malice : « Le film dure quatre heures et demie : “c’est beaucoup trop court pour une esquisse équitable de la France de ces années.” […] On ne nous montre pas le cheminement long et complexe de l’opinion publique20. »

10Mais Hoffmann ne bornait pas là son analyse, invitant aussi à réfléchir aux comportements collectifs proprement dits :

  • 21 Ibid., p. 83.

« La Résistance, pour réduite qu’elle ait été dans ses effectifs, n’aurait eu aucune chance de démarrer, de s’organiser et de survivre aux battues remarquablement efficaces des nazis et de leurs complices, si elle n’avait pas bénéficié, spécialement en 1943-1944, du soutien, actif et passif, de millions de Français qui fournirent aux maquisards de faux papiers d’identité, de la nourriture, des vêtements, des abris et des renseignements21. »

  • 22 Fernand Rude, Libération de Lyon et de sa région, préface par Pascal Copeau, Paris, Hachette, coll (...)

11Il y avait là des pistes qui devaient être empruntées par des historiens dans les années qui suivirent immédiatement. Et pas seulement par eux. Ainsi Pascal Copeau, ancien dirigeant de la Résistance unifiée, relevant en 1974 que la mode était « aux descriptions complaisantes d’une France tout entière consentante à la collaboration22 », estimait :

  • 23 Ibid., p. 8.

« La clandestinité n’a été techniquement possible que dans un milieu largement favorable. Les activismes qui ne sont pas portés par un consentement sont toujours rapidement jugulés23. »

  • 24 John F. Sweets, Choices in Vichy France, Oxford University Press, 1986 ; traduction française Cler (...)

12Ces questionnements étaient aussi évoqués par les historiens. Ainsi de John Sweets qui signait en 1986 une étude dédiée à Clermont-Ferrand24. Si le centre de gravité en était la capitale auvergnate, le titre anglais – Choices in Vichy France – disait bien que les comportements collectifs étaient aussi dans sa ligne de mire. Pierre Laborie n’était pas cité dans la bibliographie de l’édition française parue en 1996. On avait donc, semble-t-il, deux démarches distinctes qui, au même moment, avaient convergé. Sweets saluait les ouvrages d’Henri Michel, Yves Durand et Robert Paxton sur Vichy non sans s’en démarquer :

  • 25 Ibid., p. 10.

« Je me suis aperçu qu’il est souvent nécessaire d’opérer plus clairement la distinction qu’on ne fait quelquefois entre le gouvernement français et le peuple de France. Si le maréchal Pétain a bien joui d’un soutien important des Français après la défaite de juin 1940, cet appui n’a jamais été unanime, et Pétain a cessé de bénéficier de la faveur populaire beaucoup plus tôt qu’on ne l’a dit généralement. À aucun moment le peuple français n’a montré beaucoup d’enthousiasme pour approuver les efforts du gouvernement de Vichy en vue de remodeler la France25. »

13Et l’historien américain allait à l’encontre du parallèle alors si souvent dressé entre résistance et collaboration :

  • 26 Ibid., p. 10.

« Mes recherches me donnent à penser que les auteurs qui s’attaquent aux thèmes de la collaboration et de la résistance doivent étudier avec un soin tout particulier la documentation concernant les dimensions de ces deux phénomènes. Il faut de nouvelles définitions de la collaboration et de la résistance qui prennent en compte l’opinion publique et le niveau du soutien populaire aux collaborateurs et aux résistants26. »

14Évoquant notamment Le Chagrin et la Pitié (1971) et Lacombe Lucien (1974) qui avaient mis l’accent sur l’importance du sentiment collaborationniste, il mettait en garde :

  • 27 Ibid., p. 150.

« Bien qu’il y ait du vrai dans cette remise en question du mythe gaulliste, comme l’a noté Stanley Hoffmann […], on court le risque de créer un contre-mythe à partir de l’image déformée d’une “nation de collaborateurs”. À ce stade, le pendule de l’interprétation a dépassé le niveau où il peut s’appuyer sur des preuves convaincantes27. »

15Autre pas supplémentaire dans la même direction, la thèse soutenue en 1989 par Jean-Marie Guillon, La Résistance dans le Var où il se montrait très attentif à l’évolution de l’opinion. Il notait, par exemple, que « les événements de novembre 1942 ne bouleversent pas les tendances de l’opinion. Ils consolident plutôt les positions en les durcissant, en justifiant l’hostilité aux occupants et le mépris du régime. »

16Traitant de ce qu’il appelait « la Résistance en actes », il écrivait :

« Que dire alors des multiples actes d’une résistance humble, “ordinaire” et pourtant indispensable, celle qui assure les liaisons, la collecte des renseignements et du ravitaillement, l’hébergement, le transport, les “boîtes aux lettres”, tout ce qui est souvent l’apanage des femmes. C’est, et ça restera, l’une des faces cachées de la tentative d’évaluation quantitative de la Résistance, l’une de celles que seuls les témoignages individuels peuvent arriver à cerner. »

17J’arrête là pour avancer une observation étayée sur ce que je viens d’esquisser à partir de choix opérés arbitrairement dans une littérature foisonnante : au moment précis où se propageait l’effet de souffle du Chagrin et la Pitié, des travaux entreprenaient de sonder l’évolution de l’opinion et les comportements des Français. Ils révélaient une réalité autrement complexe que celle qui prévalait jusqu’alors. Mais ces recherches ne parvinrent pas à contrebattre les publications qui confortaient l’analyse sommaire d’une France peuplée d’attentistes et d’opportunistes, comme les dix volumes de la Grande Histoire des Français sous l’Occupation d’Henri Amouroux publiés chez Robert Laffont entre 1976 et 1993.

  • 28 Indomitus, op. cit., p. 51. L’expression est utilisée par Philippe Viannay dans un article publié e (...)

18En réalité, il y eut à l’éclosion de travaux sur les comportements un obstacle plus redoutable que les livres d’Henri Amouroux et d’autres, véhiculant la doxa d’une masse de Français amorphes. Et j’en reviens à la façon dont la Résistance fut perçue par rapport à la masse de la population. De ce qu’elle avait été minoritaire, on a conclu hâtivement qu’elle avait été dissociée de la masse de la population d’un bout à l’autre de la période. Certains résistants ont insisté sur le fait qu’ils avaient été des « hommes d’élite28 ». Le sort réservé à la Résistance, à ses membres comme à ses idéaux, accentua encore ce trait ensuite. Il n’est que de relire La mémoire courte de Jean Cassou publié en 1953 pour s’en convaincre. Évoquant la majorité des Français qui ne se considéraient pas comme entièrement coupables des crimes commis, Cassou écrivait :

  • 29 Jean Cassou, La mémoire courte, Paris, Mille et une nuits, 2001, p. 56-57.

« Il n’en demeure pas moins pour cette majorité un malaise assez subtil ; il en demeure pour la conscience collective française, pour la conscience des Français, une charge, une blessure, le sentiment d’avoir vécu, ensemble, quelque chose d’un peu amer, d’avoir accompli, ensemble, un périlleux et pesant sacrifice : et nous, nous restons en dehors. La charge, la blessure ne sont pas pour nous. Nous étions ailleurs. Et aujourd’hui nous restons où nous étions29. »

  • 30 Vladimir Jankélévitch, « Dans l’honneur et la dignité », texte originellement publié dans Les Temp (...)

19La même thématique et les mêmes accents sévères se retrouvaient sous la plume de Vladimir Jankélévitch30.

20À bien les lire, les résistants ne cessèrent dans leurs écrits d’exprimer un fort sentiment d’altérité par rapport à la masse de la population. Ils prirent l’exact contre-pied de l’idée selon laquelle tous les Français avaient été, peu ou prou, résistants. La thèse reprise par Stanley Hoffmann d’un mythe développé avec un plein succès par les gaullistes et les communistes, affinée en 1987 par Henry Rousso avec le concept de résistancialisme, est démentie par la teneur même des écrits des acteurs de la Résistance.

21Cette grille de lecture résistancialiste a eu pour effet de conforter la vision d’une Résistance numériquement faible et sans réelle emprise sur le pays, donc de comportements collectifs faciles à caractériser. Elle présente l’inconvénient de figer des comportements qui, dans une phase d’une rare densité, ont beaucoup évolué entre 1940 et 1944. Si le pouvoir ou des appareils politiques et associatifs ont pu développer ce type de grille de lecture d’une Résistance unanime, il n’en découle nullement que les Français se soient jamais pensés unanimement résistants, dans l’instant comme postérieurement. Stanley Hoffmann, dans la préface à l’édition américaine du Syndrome de Vichy, estime que « la population dans son ensemble, qui en son for intérieur (“deep down”) savait que ce mythe était une interprétation cavalière de la réalité, a fait semblant de croire que c’était la vérité »

22Reste à souligner un dernier point. Plaider pour une appréciation plus fine des comportements et de leur signification, ce n’est pas diluer, affadir, aplatir la réalité. Et cela renvoie à l’extrême difficulté d’élaborer une définition de la Résistance qui soit satisfaisante, c’est-à-dire qui vaille pour les résistants organisés aussi bien que pour les comportements collectifs constatés en dehors de la sphère de la Résistance organisée. Les concepts élaborés par François Marcot et Pierre Laborie ont, de ce point de vue, bien fait avancer les choses. Ils nous permettent d’être mieux armés pour analyser des phénomènes extrêmement complexes. Cela ne met pas pour autant tous les comportements sur un même plan. Significativement, Pierre Laborie terminait sa longue analyse, nuancée et subtile, de l’opinion française sous Vichy, par une affirmation que je reprends à mon compte et qui me servira de conclusion :

  • 31 Pierre Laborie, op. cit., p. 335.

« Au-delà de toutes les explications, des lignes de partage demeurent, tranchantes31. »

Pierre Laborie

23Hier, dans la conclusion de ma communication, je m’étais interrogé sur la fonction sociale de l’histoire du très contemporain devenue exagérément tributaire d’enjeux mémoriels immédiats. Le tout sur fond de forte médiatisation, comme la déferlante commémorative de 2014 en témoigne. Qu’en est-il aujourd’hui du rôle de l’historien comme fabricant de mémoire ? Si ce rôle n’est pas neuf, il semble avoir évolué assez considérablement et pris une autre dimension depuis la fin du siècle dernier. Sans tenter de faire un bilan exhaustif de ces mutations et des réflexions qu’elles suggèrent, je m’attacherai brièvement à quelques problèmes significatifs. Sur la position, la place et la part des historiens dans la transmission des récits dominants, la mémoire des comportements collectifs sous Vichy et l’Occupation offre un terrain d’observation révélateur.

24Un premier problème tient à l’usage des marqueurs qui tiennent lieu de critères d’appréciation dans la mise au jour, la description et l’analyse des comportements. Si la Résistance et la déportation des juifs vers les centres d’extermination sont considérées comme les deux données les plus parlantes, elles n’ont pas le même statut symbolique et n’occupent pas la même position dans la généalogie de la mémoire collective. Très vite, dès la Libération, l’idée de la Résistance et les traits essentiels de son histoire – diversement appréciés ensuite selon les périodes – ont servi à évaluer les comportements. Pour faire court, la représentation d’une Résistance réduite à la minorité engagée dans la clandestinité et la lutte armée a nourri, par contraste, la vision d’une masse amorphe, attentiste, voire complice de la collaboration. Avec des nuances qui varient en fonction des auteurs et de l’air du temps, ce mode de raisonnement binaire sert toujours d’argument, employé parfois de façon péremptoire. Il ne s’agit pas ici d’en discuter le bien-fondé, mais d’observer qu’il a toujours la faveur de plusieurs historiens. Le second marqueur, le sort des juifs, est devenu déterminant à partir des années 1980. C’est cette fois en fonction de ce qui est relaté sur la réalité de l’antisémitisme de la population, sur ses réactions face aux internements et aux rafles, et sur l’ampleur du sauvetage, que des conclusions d’ensemble sont tirées sur les comportements collectifs.

  • 32 Voir François Marcot, « Comment écrire l’histoire de la Résistance », dans Le Débat, Gallimard, no(...)
  • 33 Charles Heimberg, « Résistance et Libération en Haute-Savoie, un relativisme et un brouillage mémo (...)

25Sans aborder dans le cadre de cette table ronde la question majeure de la pertinence des marqueurs, il faut rappeler que, pression sociale ou non, ce sont en dernier lieu les historiens qui décident du choix de leurs instruments d’analyse. Ils fabriquent par là, inévitablement, mécaniquement, la teneur des récits mémoriels. Pour reprendre l’exemple de la Résistance, et on l’a vu avec la récente Histoire de la résistance telle qu’Olivier Wieviorka la conçoit, c’est la vision organisationnelle de l’événement qui commande et structure la réflexion sur la mémoire32. Dans ce type de configuration, la perception et la transmission des comportements collectifs ne peuvent renvoyer, au mieux, qu’à la grisaille et à la passivité. Les images moins ternes, classées de facto comme complaisantes et « consolantes », y sont logiquement associées à l’idée d’affabulation, au mensonge, ou au mythe, au sens étroit du mot. Le récit mémoriel n’est plus le seul produit de l’alchimie complexe qui façonne les représentations sociales du passé. Il vient en droite ligne de la vision personnelle que l’historien se fait de chacun des marqueurs et de la valeur démonstrative qu’il leur attribue. Non seulement l’autorité « scientifique » de la parole de l’historien change fondamentalement la nature et la réception du récit mémorio-médiatique, mais son pouvoir de légitimation lui apporte une reconnaissance qui établit sa crédibilité. Au risque, par ailleurs, d’amplifier le brouillage mémoriel, pour reprendre l’historien suisse Charles Heimberg33.

  • 34 Pour une première approche et un premier inventaire des questions posées par les effets des écrans (...)

26Il faudrait ensuite pouvoir approfondir le rôle et les effets des écrans dans la transmission34. Écrans à entendre dans les deux sens du terme : les écrans visibles de la télévision où se forgent les notoriétés, avec tous les accommodements indispensables à la mise en scène du savoir ; les écrans virtuels qui font écran, beaucoup moins visibles, mais qui installent des blocages culturels en favorisant des alignements sur la norme par conformisme, autocensure, ou même enjeux mémoriels devenus intouchables. D’une façon générale, les divers effets des écrans compliquent l’exercice de la distance critique de l’histoire dans la transmission du discours sur le passé. Pas seulement en raison des simplifications nécessaires à la pratique du langage médiatique, mais parce qu’il s’agit d’un marché où la réflexion sur le savoir et sa construction ne peuvent pas être mises en concurrence avec la tragédie, la souffrance et le malheur portés par l’authenticité irremplaçable du témoignage.

27Pour finir, les conséquences du choix décisif des marqueurs et, dans certains cas, la sacralisation de la mémoire amplifiée par les effets multiples des écrans, conduisent à une modification fondamentale de la nature des grands récits. Elle ne correspond plus, me semble-t-il, à ce que pouvait représenter et signifier le roman national. Si les historiens contribuaient à l’évidence à sa fabrication, il était possible et fréquent de contester leur rôle et d’exercer un esprit critique exigeant à leur endroit. Dans le cas des comportements collectifs sous Vichy et l’Occupation, depuis les années 1970, le statut du récit mémoriel dominant est celui d’une doxa qui paralyse, parfois jusqu’à la culpabilité. Elle crée à son tour des écrans et renforce ceux qui existent…

Notes

1 Les textes qui suivent sont issus d’interventions effectuées lors d’une des tables-rondes du colloque.

2 Pierre de Bénouville, Le sacrifice du matin, Paris, Robert Laffont, 1946.

3 Indomitus, Nous sommes les rebelles, Paris, collection Défense de l’homme, 1945, dont la rédaction avait été achevée le 11 décembre 1944.

4 Emmanuel d’Astier, Avant que le rideau ne tombe, Paris, Sagittaire, 1945.

5 Jean-Marie Guillon, « La Résistance au village », dans Jacqueline Sainclivier et Christian Bougeard (dir.), La Résistance et les Français. Enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 1995, p. 234.

6 Henri Michel et Boris Mirkine-Guetzévitch, Les Idées politiques et sociales de la Résistance : documents clandestins, 1940-1944, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Esprit de la Résistance », 1954, p. 37.

7 François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », dans Le Mouvement social, no 180, juillet-septembre 1997, p. 21-41.

8 Ibid., p. 23.

9 Françoise Bruneau, Essai d’historique du mouvement né autour du journal clandestin « Résistance », Paris, SEDES, 1951.

10 Ibid., avant-propos, p. 7.

11 Ibid., p. 205.

12 Marcel Baudot, L’opinion publique sous l’occupation. L’exemple d’un département français (1939-1945), Paris, PUF, coll. « Esprit de la Résistance », 1960.

13 Ibid., p. x.

14 Ibid., p. x.

15 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy, Paris, Le Seuil, coll. « L’univers historique », 1990, p. 17.

16 Stanley Hoffmann, « Chagrin et Pitié », Essais sur la France. Déclin ou renouveau ?, Paris, Le Seuil, coll. « Esprit », 1974, p. 67-87.

17 Ibid., p. 76.

18 Ibid., p. 74.

19 Ibid., p. 76.

20 Ibid., p. 81.

21 Ibid., p. 83.

22 Fernand Rude, Libération de Lyon et de sa région, préface par Pascal Copeau, Paris, Hachette, coll. « La Libération de la France », 1974, p. 7.

23 Ibid., p. 8.

24 John F. Sweets, Choices in Vichy France, Oxford University Press, 1986 ; traduction française Clermont-Ferrand à l’heure allemande, Paris, Plon, 1996.

25 Ibid., p. 10.

26 Ibid., p. 10.

27 Ibid., p. 150.

28 Indomitus, op. cit., p. 51. L’expression est utilisée par Philippe Viannay dans un article publié en janvier 1944.

29 Jean Cassou, La mémoire courte, Paris, Mille et une nuits, 2001, p. 56-57.

30 Vladimir Jankélévitch, « Dans l’honneur et la dignité », texte originellement publié dans Les Temps Modernes en 1948, repris dans L’imprescriptible. Pardonner ? Dans l’honneur et la dignité, Paris, Le Seuil, coll. « Essais », 1986, p. 83-104.

31 Pierre Laborie, op. cit., p. 335.

32 Voir François Marcot, « Comment écrire l’histoire de la Résistance », dans Le Débat, Gallimard, no 177, novembre-décembre 2013. Cf. aussi, Frédéric Rousseau, « Une histoire de la Résistance en minuscule », dans En Jeu, Histoire et mémoires vivantes, no 3 juin 2014.

33 Charles Heimberg, « Résistance et Libération en Haute-Savoie, un relativisme et un brouillage mémoriel à géométrie variable », également publié dans le même numéro de la revue En Jeu, supra.

34 Pour une première approche et un premier inventaire des questions posées par les effets des écrans sur la transmission du passé (histoire, mémoire, témoignages) des journées d’études, organisées par Anne-Marie Granet à l’université Pierre Mendès France de Grenoble, sont prévues les 14 et 15 avril 2014.

Auteurs

Professeur à l’Institut d’Études Politiques de Lyon, membre de l’Institut universitaire de France et du LARHRA (CNRS).
Directeur d’études honoraire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540