Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Chapitre II. Représentations décentrées

Des mémoires au Lieu de mémoire

Sylvain Bissonnier

Texto completo

Introduction (1945-1970)

1La première remarque que nous puissions mettre en exergue est qu’il existe une diversité sémantique pour nommer le territoire : « La Montagne », le plateau du Haut Velay-Vivarais, le plateau du Vivarais-Lignon.

  • 1 Canton de Fay-sur-Lignon : Champclause, Chaudeyrolles, Les Estables, Fay-sur-Lignon, Saint-Front, (...)
  • 2 Arch. dép. de Haute-Loire, 14M1 5-6, Recensement de 1936.

2Le plateau Vivarais-Lignon est composé de 17 communes réparties sur 4 cantons entre Haute-Loire et Ardèche1. En 1936, ces différentes communes regroupent environ 24 000 habitants dont 9 000 protestants sur un territoire d’une superficie de 500 km2 ce qui représente une densité moyenne de 37 hab./km22.

3Si notre entrée d’analyse est le territoire, nous nous efforçons de mettre à jour la multiplicité des dimensions présentes dans ce même lieu et leurs liens permanents avec les événements internes et externes qui les dépassent (réseaux, pratiques de mobilité, contexte…). Le croisement de ces analyses et de ces possibilités de compréhension est la démarche retenue. Elle nous permet de ne pas nous limiter aux aspects identitaires. À partir de l’histoire singulière du plateau, il s’agit de poser la question des résistances au pluriel. Nous ne devons pas uniquement parler des victimes, des bourreaux, mais nous tourner également vers ceux qui ont résisté, à travers la diversité des actes de résistance. Et c’est bien le croisement entre toutes ces formes, l’articulation de ces éléments qui permettent à une population de résister. Cette approche de la période nous permet de déplacer et de renouveler notre regard.

4Il convient donc d’appréhender le glissement d’une mémoire captée par les tenants du sauvetage vers une mémoire davantage partagée. La coexistence entre des formes de résistance se fixant des objectifs différents, c’est-à-dire la libération du territoire par les armes et le sauvetage des persécutés, semble emblématique d’une bonne partie de la problématique de la mémoire collective sur la Seconde Guerre mondiale. Le plateau est un exemple particulièrement symptomatique de cette réflexion qui se traduit par la volonté des décideurs publics de créer un centre muséal sur l’accueil et les résistances de cette terre de refuge.

5Comment depuis les années 1970 et les premiers titres de « Justes parmi les Nations » jusqu’au consensus obtenu afin de créer le lieu de mémoire, les mémoires ont-elles été reconstruites, recomposées dans le cadre d’un processus sociétal mais également politique voire économique ?

1970-1990 : le temps des exagérations et des légendes, une « chambonnisation » excessive

6Jusque dans les années 1990, lorsqu’il était fait allusion à la période de la Seconde Guerre mondiale sur le Plateau Vivarais-Lignon, il était surtout question du village du Chambon-sur-Lignon, le « village des Justes de France ». Comment à partir des années 1970 avons-nous assisté à une reconstruction mémorielle qui a gommé au fil du temps la présence de la résistance armée sur le territoire, laquelle est pourtant indissociable de la résistance civile et du sauvetage des populations persécutées et pourchassées ?

  • 3 Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé, Le Puy en Velay, Imprimerie l’Eveil, 1983, 352 p., (...)

7En 1944 et 1945 dans un contexte national où les familles et les municipalités souhaitent porter la mémoire des disparus dans l’espace public, une stèle est inaugurée à Chièze sur l’emplacement même où des habitants ont été exécutés par la Milice et la Feldgendarmerie. Les comités locaux de libération d’Araules et d’Yssingeaux sont à l’initiative de ce projet. Le monument rappelle ainsi la mémoire des « Résistantes et réfractaires Morts pour la France, la République et la Liberté » sans distinguer habitants tués en représailles et résistants armés3.

  • 4 André Pascal Trocmé est né le 7 avril 1901 à Saint-Quentin. Enfant issu d’une famille bourgeoise, (...)
  • 5 « The Story of Chambon : Resistance without Arms », Peace News, 29 mai 1953, p. 4-5.

8Mais, dès 1953, une lecture univoque de l’histoire des comportements collectifs sur le Plateau l’emporte : celle de la résistance non violente autour de la figure charismatique, quasi légendaire, du pasteur André Trocmé4. En effet le journal pacifiste américain Peace News5 publie un article autour du couple Trocmé. Ainsi toute autre forme de résistance, à commencer par la résistance armée fort présente dans la région, se trouve dévaluée au grand dam des porteurs de la mémoire maquisarde et de ceux qui estiment que la résistance non violente de quelques-uns ne suffit pas à expliquer le « miracle du refuge » et la survie de centaines de juifs. Cette vision trouve son aboutissement dans la nomination au titre de « Juste parmi les Nations » du pasteur André Trocmé, le 5 janvier 1971 par le mémorial Yad Vashem pour son action en faveur des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Rappelons également qu’André Trocmé était objecteur de conscience et membre du Mouvement international de la Réconciliation.

  • 6 Ce chiffre est aujourd’hui estimé à 1 200 juifs accueillis.
  • 7 Serge Bernard, « Territoire et marquage identitaire, haut Vivarais et haut Velay », dans Patrick C (...)

9Les années 1970 marquent donc, dans un contexte national de reconnaissance du génocide des juifs, un tournant. Un comité visant à commémorer dans l’espace public l’action de sauvetage des juifs se constitue. Une plaque est apposée en face du temple du Chambon-sur-Lignon, le 17 juin 1979, en accord avec les autorités municipales et religieuses mais aussi les anciens réfugiés, rendant « hommage » aux populations du Plateau et non pas uniquement aux habitants du Chambon-sur-Lignon. C’est durant cette période que le chiffre de 5 000 juifs6 accueillis est donné lors d’une interview par Oscar Rosowsky, jeune réfugié juif et faussaire. En 2000, Serge Bernard soutient à l’université Paris 7 Jussieu son mémoire de DEA de sociologie intitulé La construction de la mémoire légendaire, dans lequel il étudie en socio-historien le processus de construction de cette mémoire et de l’hypercentralité chambonnaise, mais en montrant bien comment les aspects légendaires sont venus en grande partie de l’extérieur. Le résultat de sa recherche est clair et nous pouvons donc le citer7 :

« La légende du sanctuaire pacifiste chambonnais, médiatisé surtout à partir de 1979, découle de l’histoire arrangée contenue dans le livre de Philip Hallie qui est une adaptation des souvenirs autobiographiques et inédits du pasteur, objecteur non-violent et dirigeant du Mouvement International de la Réconciliation, André Trocmé, complété par quelques entretiens avec sa famille. Il y a une parenté directe entre ce qu’il est d’usage d’appeler l’Autobiographie, Le sang des innocents, certains romans canadiens et des films comme La colline aux mille enfants qui poursuivent le même objectif : promouvoir la thèse de la non-violence chrétienne comme seule arme efficace contre le totalitarisme et, la fin justifiant les moyens, déformer certains faits, en occulter d’autres et dilater la portée de quelques autres. »

  • 8 Diplôme d’honneur remis par le Mémorial Yad Vashem le 5 septembre 1988.

10L’aspect mythique de cette tradition d’accueil est ainsi renforcé par la remise par le mémorial Yad Vashem en 1988 du diplôme d’honneur au village du Chambon-sur-Lignon et aux communes environnantes, considéré par beaucoup de tenants de la mémoire comme un titre à caractère collectif8.

  • 9 Philip Hallie, Le sang des innocents : le Chambon-sur-Lignon village sauveur, Paris, Stock, 1980, (...)
  • 10 Philippe Boegner, Ici, on a aimé les Juifs, Paris, Lattès, 1982, 213 p. Il convient de rappeler qu (...)

11Les premiers ouvrages concernant cette période sont publiés au début des années 1980 par des témoins indirects des événements qui fondent leurs écrits sur des témoignages de personnes présentes au Chambon-sur-Lignon à cette époque. Pensons à l’ouvrage de Philip Hallie, Le sang des innocents : le Chambon-sur-Lignon village sauveur9 ; il en est de même pour celui de Philippe Boegner Ici, on a aimé les Juifs10. Ces premiers écrits donnent lieu à une multitude d’autres productions notamment télévisuelles, pour des émissions, françaises comme « Présence protestante », ou suisses, préparées par les Églises protestantes de Suisse romande. Pour tous ces auteurs ou producteurs d’images, seul le Chambon attirait leur attention, sans oublier la figure emblématique du pasteur André Trocmé. Il est tout de même étonnant que personne ne se soit interrogé sur « le plateau », avec ses dix-sept communes réparties sur quatre cantons et deux départements, l’Ardèche et la Haute-Loire, avec ses douze paroisses protestantes, avec ses communautés catholiques et avec la présence importante des « Frères » darbystes. Pourquoi un tel silence ?

  • 11 Jacques Poujol, Protestants dans la France en guerre 1939-1945 : dictionnaire thématique et biogra (...)

12Les deux ouvrages cités précédemment ne sont en définitive ni des ouvrages de référence, ni des travaux d’historiens. Le livre de Philippe Boegner est un « récit » où il est difficile pour celui qui n’est pas du Chambon de démêler la part de l’imaginaire de la fiction romanesque et la part de l’action « vécue » par des personnages authentiques. Quant à l’œuvre de Philip Hallie, c’est une réflexion philosophique et éthique sur la non-violence qui prend comme exemple le cas du Chambon. Néanmoins, il est nécessaire de corriger cet ouvrage car les inexactitudes sont nombreuses notamment en ce qui concerne les dates et les matériaux utilisés, souvent empruntés à l’Autobiographie du pasteur André Trocmé et qui ne permet pas d’atteindre la rigueur souhaitée. En 2000, l’historien Jacques Poujol publie un dictionnaire thématique et biographique, Protestants dans la France en guerre, 1939-1945, où les événements du Chambon et du Plateau sont relatés11. Il écrit à propos du livre Le sang des innocents :

« Il se lisait comme une sorte de fable présentant la non-violence comme une stratégie capable de mettre en échec la violence totalitaire. Son auteur Philip Hallie […] s’était inspiré de l’autobiographie d’André Trocmé, rédigée plusieurs années après les événements relatés, les idéalisant dans le sens pacifiste, conformément à son engagement dans le Mouvement International de la réconciliation. »

  • 12 Antonio Plazas, « Après les histoires, à quand l’Histoire ? », dans Informations du Chambon, juill (...)

13Certes ces ouvrages racontent « des histoires ». Mais comme l’écrivait Antonio Plazas dans les Informations du Chambon12 en juillet 1983 : « Après les histoires, à quand l’Histoire ? »

  • 13 Pierre Sauvage, Les armes de l’esprit, Los Angeles, Fondation Chambon, USA/France, 1990, 90 min., (...)
  • 14 Archives de la Fondation Chambon et Amis du Chambon, Los Angeles. Message d’André Trocmé et Édouar (...)
  • 15 La consultation des archives permet de montrer qu’en général le préfet Robert Bach et les gendarme (...)

14En 1989, Pierre Sauvage né en mars 1944 au Chambon-sur-Lignon alors que ses parents ont trouvé refuge sur le plateau, réalise un film documentaire Les Armes de l’Esprit13. Il retrace l’histoire des habitants du plateau Vivarais-Lignon qui ont accueilli des réfugiés juifs, de nombreux opposants politiques et des réfractaires au STO. Le titre du documentaire trouve son origine dans un sermon prononcé par les pasteurs Theis et Trocmé, le 23 juin 1940, et intitulé « Le devoir des chrétiens est d’opposer à la violence exercée sur leur conscience les armes de l’esprit14 ». Ce documentaire pose une question gênante sur l’attitude des autorités allemandes et l’éventuelle protection dont aurait bénéficié le plateau de la part du major Julius Schmähling, commandant de la garnison du Puy-en-Velay. Cette séquence quoique très courte (30 secondes environ sur 90 minutes) fut sujette à controverse entre les différentes mémoires, contestée notamment par celle de la résistance armée durement touchée par la répression allemande au cours de l’année 1944. Le mythe du bon major15 concluait cette période durant laquelle exagérations, légendes et « chambonnisation » excessive ont prédominé.

1990-2002 : le temps de l’histoire, la prise en compte des diverses mémoires

  • 16 François Boulet, Les montagnes françaises 1940-1944 : des montagnes-refuges aux montagnes-maquis, (...)
  • 17 François Boulet, Histoire de la montagne-refuge : aux limites de la Haute-Loire et de l’Ardèche, P (...)

15La période qui s’ensuit est un temps réservé à l’historien avec les premiers travaux de recherches. En 1997 François Boulet soutient une thèse de doctorat, Les montagnes françaises 1940-1944 : des montagnes-refuges aux montagnes-maquis16, où le cas du Plateau tient une place très importante. Il publie par la suite de nombreux articles et plusieurs ouvrages parmi lesquels en 2008 une Histoire de la montagne-refuge17. Le titre choisi peut laisser croire au lecteur que la dimension armée du conflit n’est pas présente, ce qui n’est pas le cas.

  • 18 Pierre Bolle (dir.), Le Plateau Vivarais-Lignon : accueil et résistance 1939-1944, Le Chambon-sur- (...)

16Deux colloques sont aussi organisés en 1990 et 2002, qui dressent un premier bilan des connaissances sur l’histoire du Plateau au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit bien d’un « premier bilan », ce qui veut dire que les conclusions de ces travaux restent provisoires et incomplètes. Cependant ces colloques ont offert aux acteurs, aux témoins, aux habitants du Plateau la possibilité de s’exprimer et de transmettre des informations précieuses qui jusqu’à présent ont manqué pour brosser, même à grands traits, l’histoire du plateau Vivarais-Lignon durant la Seconde Guerre mondiale. Lors du colloque de 1990, Pierre Bolle, qui le préside, conclut son allocution d’ouverture18 en souhaitant que le colloque serve à « dissiper les exagérations et les légendes » et il note, à propos des occupants : « il n’y avait pas que le Chambon-sur-Lignon qui avait attiré leur attention… » Depuis, on a parlé ici et là de « chambonnisation excessive », et, du coup, l’histoire sert utilement d’instance critique pour rectifier, corriger, guérir la mémoire.

  • 19 Patrick Cabanel et Laurent Gervereau (dir.), La Seconde Guerre mondiale, des terres de refuge aux (...)

17Lorsqu’en 2002, la Société d’Histoire de la Montagne organise à Saint-Agrève ses journées d’études19, elle souhaite entamer une réflexion sur un concept novateur pour cette terre d’histoire : « La Deuxième Guerre mondiale : des terres de refuge aux musées. » C’est l’occasion d’une « redécouverte » des comportements collectifs, car les mémoires sont ici multiples, croisées et, pour certaines, nouvelles sur cette période :

  • mémoires plurielles des communautés protestantes en ce lieu où les protestants ont résisté pendant les guerres de religion et sont restés majoritaires ;
  • mémoire de la résistance armée ;
  • mémoire de la résistance non-violente ;
  • mémoire des communautés juives en ce lieu qui a su protéger des Juifs à un moment si terrible de l’histoire ;
  • mémoire nationale et internationale sur ce sauvetage si singulier d’individus en difficulté, persécutés, par les habitants d’un petit territoire dans un contexte politique des plus difficiles.
  • 20 « Accueil et résistance sur le Plateau Vivarais-Lignon, 1939-1945 », Société d’Histoire de la Mont (...)

18En 1983, le prix Roger E. Joseph, décerné par l’Hebrew Union College aux villages du Plateau, est affecté à la réalisation par la Société d’histoire de la Montagne, d’une exposition « Le Plateau terre d’accueil et de résistance » qui doit préfigurer la création d’un musée consacré à cette période. Le projet s’intègre dans le cadre d’un musée « éclaté ». Porté par les Amis du Chambon, le comité des anciens réfugiés et l’Institut Yad Vashem, il connaît plusieurs évolutions sans pour autant que le projet n’aboutisse20.

19Le plateau est un exemple particulièrement symptomatique d’une réflexion qui se traduit par la volonté des décideurs publics de créer un centre muséal sur l’accueil et les résistances de cette terre de refuge. C’est en 1997 que ce nouveau projet voit le jour sous l’impulsion d’associations locales et d’élus des différentes communes concernées. Le nouveau projet évolue vers un lieu de réflexion et d’éducation civique. Il devient aussi l’enjeu d’une politique de développement culturel et touristique voulue par tous les acteurs. La convention cadre est signée le 18 décembre 2000 entre le SIVOM Vivarais-Lignon (intercommunalité), l’État et les collectivités territoriales (région Auvergne, départements de la Haute-Loire et de l’Ardèche, ville du Chambon-sur-Lignon) définissant pour les années 2000, 2001 et 2002 une stratégie de développement du projet jusqu’à son aboutissement en 2002 qui était la date prévisionnelle de l’installation du centre dans les locaux de l’ancienne gare du Chambon-sur-Lignon. Après une phase de concertation auprès de la population, le projet devait être finalisé. Pourtant il ne fédère pas les acteurs locaux sans doute parce qu’il est porté par l’État, les collectivités territoriales, des universitaires, et non plus par les témoins.

20En 2002, ne subsiste alors plus que ce que les habitants appellent l’Exposition du carrefour (au cœur du village du Chambon-sur-Lignon) issue de l’exposition de préfiguration de 1983 mise en place par la Société d’Histoire de la Montagne.

2002-2014 : vers un consensus mémoriel, la création du lieu de mémoire

21À la suite du colloque de 2002, le circuit Pierre Piton, acteur-témoin qui devint chercheur (son fonds est déposé aux archives départementales de la Haute-Loire), est inauguré. Une plaque est dévoilée à Villelonge permettant au grand public de redécouvrir les comportements collectifs à l’échelle d’un micro-territoire, le hameau de Villelonge sur la commune des Vastres : « Ici chaque ferme a caché au moins un juif, un réfractaire au STO ou un résistant. »

  • 21 « Journées Mémoires du Plateau », conférences, rencontres organisées par la mairie du Chambon-sur- (...)

22Du 11 au 13 juin 2004, la municipalité du Chambon-sur-Lignon et la Fondation Chambon (créée par Pierre Sauvage) organisent les Journées mémoires du plateau21 permettant à d’anciens réfugiés et résistants de se retrouver pour évoquer, autour de conférences de Robert Paxton et Julian Jackson, les mémoires multiples de ce conflit. Cet événement fait suite à une première rencontre du 25 au 27 juillet 1986, qui avait permis de réunir d’anciens réfugiés sur le Plateau. Lors de cette deuxième rencontre de nouvelles plaques sont apposées dans les différentes communes du Plateau :

  • au Chambon-sur-Lignon une plaque en hommage au pasteur Charles Guillon et à André Philip symbole du christianisme social et fondement de l’accueil ;
  • à Tence une plaque en hommage aux victimes internées au camp d’internement de la papeterie22.

23Face à la montée de l’antisémitisme le président Jacques Chirac, en juillet 2004, choisit le village du Chambon-sur-Lignon, symbole du sauvetage des juifs, pour prononcer un discours donnant une dimension nationale et internationale à la mémoire de ce lieu. Le Président bénéficie durant cette visite d’un parcours dit « parcours de la mémoire », centré sur le bourg de la commune. Aujourd’hui encore, il s’agit d’un vecteur touristique important pour l’office de tourisme intercommunal. Dans le cadre d’un tourisme de mémoire, véritable volonté politique de la part des élus de tous bords, un audio-guide complétant le parcours initial est mis en place, permettant grâce à une géo-localisation de repérer des points sur l’ensemble du Plateau afin de découvrir les mémoires sous tous leurs aspects. Cette exposition médiatique trouve sa prolongation avec l’entrée des Justes au Panthéon en 2007. Dans son discours le président Jacques Chirac ne cite qu’un seul nom de commune, celui du Chambon-sur-Lignon.

24Les différents événements de la période 2008-2012 vont dans le sens d’un consensus mémoriel déconstruisant les différentes recompositions mémorielles et permettent à d’autres, jusqu’alors mises de côté, de s ‘ exprimer dans l’espace public :

  • en 2010, à Chaumargeais, une plaque rend hommage à la résistance juive et à un groupe connu sous le nom « École des prophètes » composé de personnalités juives de premier plan comme Jacob Gordin ou Georges Vajda23 ;
  • en 2010, à Devesset, une plaque est dévoilée par l’ANACR de l’Ardèche sur le site des parachutages ;
  • en 2011, à Intres, un sentier du centenaire est inauguré rappelant l’action du pasteur et l’accueil du grand rabbin de France ;
  • enfin en 2011, le projet de musée est repris par la commune du Chambon-sur-Lignon.
  • 24 Le musée se décompose en sept séquences :

25Un large consensus se fait jour sur la nécessité d’un lieu ouvert au public même si comme les précédents il suscite des oppositions. Élaboré avec un conseil scientifique, le parcours muséographique propose un rappel de l’implantation de la Réforme, une présentation de l’accueil et du sauvetage en développant les différentes formes de résistance, civile, spirituelle et armée. Le musée est inauguré le 3 juin 2013 en présence de la ministre déléguée à la Réussite éducative, George Pau-Langevin. Pour autant, la place laissée dans le musée à la résistance armée paraît insuffisante par rapport à son action durant la période. Seule la sixième séquence est consacrée à la résistance armée24. Dans les documents de préfiguration, il est rappelé que « cette salle est complexe par son contenu et les choix nécessaires pour évoquer la résistance armée ». Le scénographe a donc privilégié une mise en scène différente des autres salles avec une forêt stylisée par des arbres dans lesquels deux lames sont installées, chacune présentant une animation vidéo. Les contenus ont été répartis ainsi entre les deux lames :

  • le Plateau, un lieu propice aux maquis-refuges (Les jeunes et le STO, l’organisation et les conditions du refuge) ;
  • l’organisation de la résistance armée (les groupes de résistants et leur structuration, la répression, l’action interalliée et la libération).
  • 25 Pierre Piton fut tout à la fois acteur de la résistance civile et de la résistance armée en plaçan (...)
  • 26 Journal du Chambon-sur-Lignon, no 108, décembre 2010, p. 4 et 20.

26Cette présentation n’est pas satisfaisante car elle n’aborde que partiellement et inégalement tous les aspects de la résistance armée, omettant notamment de parler des liens qui unirent cette résistance au sauvetage25. Parmi les premiers noms cités pour le lieu n’avait-il pas été évoqué « La maison des enfants cachés et des justes26 » ? Ne s’agit-il pas d’une recomposition mémorielle liée tout à la fois à une nécessité de développement touristique et à des visées politiques ?

Conclusion

  • 27 Philip Hallie, Tales of Good and Evil, Help and Harm, New York, Harper Collins, 1997, 227 p.
  • 28 Les « Réveils » du XIXe siècle s’inscrivent dans le contexte du romantisme. Ils mettent en place u (...)

27Les erreurs historiques véhiculées par les fictions et la mémoire légendaire pacifiste ont été mises à jour par les historiens et par l’analyse de la vie sociale locale et du « pouvoir au village » ; mais le problème demeure quant à la persistance de la croyance du plus grand nombre, car les légendes sont entretenues par des productions culturelles de toutes sortes, comme le dernier ouvrage de Philip Hallie, publié à titre posthume par son épouse, Contes du bien et du mal27. Le Major Julius Schmähling y a bénéficié selon plusieurs historiens d’une présentation très flatteuse de son action au Puy-en-Velay durant la guerre. La légende pacifiste d’essence politico-religieuse, importée des États-Unis, rencontre de plus un certain succès auprès de quelques-uns, bercés par le vécu mémoriel de la persécution, peut-être tentés par un nouveau Réveil28 et qui veulent croire à une longue tradition historique de la non-violence sur le Plateau, ce qui n’est nullement prouvé.

28La mémoire de la résistance armée a été progressivement « effacée » pour laisser place à la mémoire du sauvetage, « caractéristique emblématique » du Plateau, et plus particulièrement du Chambon-sur-Lignon, qui « monopolise » la mémoire des événements. Par ailleurs la mémoire du sauvetage a pu être un point de consensus entre plusieurs mémoires : mémoire des protestants, mémoire des juifs (qui apportent un soutien financier au Lieu de mémoire) et mémoire de la résistance non-violente.

Notas

1 Canton de Fay-sur-Lignon : Champclause, Chaudeyrolles, Les Estables, Fay-sur-Lignon, Saint-Front, Les Vastres – Canton de Tence : Chambon-sur-Lignon, Chenereilles, Mas-de-Tence, Mazet-Saint-Voy, Saint-Jeures, Tence – Canton d’Yssingeaux : Araules – Canton de Saint-Agrève : Devesset, Mars, Rochepaule, Saint-Agrève.

2 Arch. dép. de Haute-Loire, 14M1 5-6, Recensement de 1936.

3 Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé, Le Puy en Velay, Imprimerie l’Eveil, 1983, 352 p., p. 71-75.

4 André Pascal Trocmé est né le 7 avril 1901 à Saint-Quentin. Enfant issu d’une famille bourgeoise, sa mère est allemande d’origine luthérienne. En 1920, il commence ses études de théologie et s’affilie au Mouvement International de la Réconciliation, association des pacifistes chrétiens, objecteurs de conscience et non violents. En 1926, il séjourne aux Etats-Unis grâce à une bourse de l’Union Theological Seminary à New York. Les Rockefeller Junior le choisissent comme tuteur de français pour leurs enfants. Il est ensuite pasteur de 1926 à 1928 à Maubeuge, puis de 1928 à 1934 à Sin-le-Noble. À partir de septembre 1934, il occupe le poste pastoral du Chambon-sur-Lignon où il reste jusqu’en 1948. De 1948 à 1960, il a été secrétaire du MIR avec la création de la Maison Internationale de la Réconciliation à Versailles. Enfin, en 1960, il devient pasteur à Genève jusqu’à sa retraite le 1er mai 1966. Il y reste jusqu’à sa mort le 5 juin 1971. Il fut enterré au Chambon le 12 juin 1971.

5 « The Story of Chambon : Resistance without Arms », Peace News, 29 mai 1953, p. 4-5.

6 Ce chiffre est aujourd’hui estimé à 1 200 juifs accueillis.

7 Serge Bernard, « Territoire et marquage identitaire, haut Vivarais et haut Velay », dans Patrick Cabanel et Laurent Gervereau (dir.), La Seconde Guerre mondiale, des terres de refuge aux musées, Saint-Agrève, SIVOM Vivarais-Lignon, 2003, 372 p., p. 95-105.

8 Diplôme d’honneur remis par le Mémorial Yad Vashem le 5 septembre 1988.

9 Philip Hallie, Le sang des innocents : le Chambon-sur-Lignon village sauveur, Paris, Stock, 1980, 413 p.

10 Philippe Boegner, Ici, on a aimé les Juifs, Paris, Lattès, 1982, 213 p. Il convient de rappeler que Philippe Boegner est le fils de Marc Boegner (1881-1970), pasteur français et président de l’Église Réformée de France durant la Seconde Guerre mondiale.

11 Jacques Poujol, Protestants dans la France en guerre 1939-1945 : dictionnaire thématique et biographique, Paris, Éd. de Paris, 2000, 301 p., p. 138.

12 Antonio Plazas, « Après les histoires, à quand l’Histoire ? », dans Informations du Chambon, juillet 1983, no 7.

13 Pierre Sauvage, Les armes de l’esprit, Los Angeles, Fondation Chambon, USA/France, 1990, 90 min., VHS.

14 Archives de la Fondation Chambon et Amis du Chambon, Los Angeles. Message d’André Trocmé et Édouard Theis du Chambon-sur-Lignon à leur paroisse, 23 juin 1940, 3 f.

15 La consultation des archives permet de montrer qu’en général le préfet Robert Bach et les gendarmes ont fait preuve d’une relative bienveillance. Concernant les autorités allemandes elles ont été moins actives que dans d’autres départements mais elles organisent tout de même des rafles comme celle du 29 juin 1943 qui fit 19 victimes. Cf. Sylvain Bissonnier, Refuge, Résistance et Mémoire sur le Plateau Vivarais-Lignon (1939-2007), thèse de doctorat sous la direction du Professeur Michel Depeyre, Saint-Étienne, université Jean Monnet, soutenue le 20 décembre 2007, 800 p., chap. VI, p. 310-322 et 363-372.

16 François Boulet, Les montagnes françaises 1940-1944 : des montagnes-refuges aux montagnes-maquis, thèse d’histoire, Toulouse II, 1997, 2 vol., 716 p.

17 François Boulet, Histoire de la montagne-refuge : aux limites de la Haute-Loire et de l’Ardèche, Polignac, Éditions du Roure, 2008, 416 p.

18 Pierre Bolle (dir.), Le Plateau Vivarais-Lignon : accueil et résistance 1939-1944, Le Chambon-sur-Lignon, actes du colloque d’octobre 1990, Société d’Histoire de la Montagne, 1990, 697 p.

19 Patrick Cabanel et Laurent Gervereau (dir.), La Seconde Guerre mondiale, des terres de refuge aux musées, Saint-Agrève, SIVOM Vivarais-Lignon, 2003, 372 p.

20 « Accueil et résistance sur le Plateau Vivarais-Lignon, 1939-1945 », Société d’Histoire de la Montagne, Amis du Chambon et Fondation Chambon, Le Chambon-sur-Lignon, exposition temporaire. Sous l’autorité de Bernard Galland, professeur d’histoire au Collège Cévenol, cette première exposition comprenait 62 panneaux au format 110 cm par 80 cm. Les thèmes abordés étaient les suivants : tradition d’accueil, origine du Collège Cévenol, les pensions d’enfants, chorales et mouvements de jeunesse, la résistance non-violente, la résistance armée, la Libération, le rôle des villages, la mémoire, le futur musée.

21 « Journées Mémoires du Plateau », conférences, rencontres organisées par la mairie du Chambon-sur-Lignon, la mairie du Mazet-Saint-Voy, la Société d’Histoire de la Montagne, les Amis du Chambon et la Fondation Chambon, 12 et 13 juin 2004 au Chambon-sur-Lignon.

22 Faisant suite au camp qui, en 1939, regroupait des républicains espagnols sur le plateau, ce camp est ouvert en mai 1940 à la Papeterie pour accueillir des « ressortissants du Reich » (Allemands et Autrichiens surtout), qui, le plus souvent avaient fui le nazisme. Ils sont environ 130. Le 22 octobre 1940, ce camp est dissous et les internés sont transférés au camp de Gurs. Quelques-uns de ces prisonniers parviennent à s’évader et parfois se cachent à Tence.

23 Sylvain Bissonnier, Refuge, Résistance et Mémoire sur le Plateau Vivarais-Lignon (1939-2007), thèse de doctorat, op. cit., chap. v, p. 292-299.

24 Le musée se décompose en sept séquences :

  • 1re séquence, années 1900-1930 : « Un territoire entre ruralité, accueil social et tourisme » ;
  • 2e séquence, chronologie 1933-1941 : « La montée des périls, l’arrivée des premiers réfugiés et la guerre » ;
  • 3e séquence, la résistance civile (1re salle) : « La résistance civile : l’accueil des réfugiés » ;
  • 4e séquence, la résistance civile (2e salle) : « La résistance civile : de l’aide au sauvetage » ;
  • 5e séquence : « La résistance spirituelle » ;
  • 6e séquence : « La résistance armée » ;
  • 7e séquence : « 1945, la reconstruction ».

25 Pierre Piton fut tout à la fois acteur de la résistance civile et de la résistance armée en plaçant des enfants mais également des réfractaires au STO dans les fermes du plateau.

26 Journal du Chambon-sur-Lignon, no 108, décembre 2010, p. 4 et 20.

27 Philip Hallie, Tales of Good and Evil, Help and Harm, New York, Harper Collins, 1997, 227 p.

28 Les « Réveils » du XIXe siècle s’inscrivent dans le contexte du romantisme. Ils mettent en place une piété plus existentielle et sentimentale, « réveillée » par rapport à une foi jugée affadie et routinière.

Autor

Docteur en histoire, attaché de recherche au Mémorial de la Résistance et de la Déportation de la Loire.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540