Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Chapitre II. Représentations décentrées

Les mémoires de l’Annexion de fait (1940-1945) des Alsaciens et des Mosellans1

Léon Strauss

Full text

  • 1 Ce texte est issu d’une intervention effectuée lors de la table-ronde consacrée aux mémoires régio (...)

1Deux constats préalables s’imposent :

  • À partir de leur occupation, la situation du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle fut sans rapport avec celle des autres départements. L’administration française y fut supprimée dès le premier jour et, très rapidement l’Alsace/Elsaß fut gouvernée par le Gauleiter de Bade, Robert Wagner, et la Moselle redevenue Lothringen, par celui de Sarre et du Palatinat, Bürckel. Le gouvernement de Vichy n’y exerça jamais son autorité.
  • Annexées de fait au Grand Reich, les deux provinces connaîtront des épreuves communes, notamment la germanisation et la nazification totales dès l’été 1940, l’expulsion des « indésirables », l’introduction de la législation allemande, l’incorporation de force dans le service du travail dès 1941, dans la jeunesse hitlérienne et surtout, à partir d’août 1942, dans la Wehrmacht ou, en 1944, dans la Waffen SS. Cependant, les modalités et l’étendue de ces mesures dictatoriales furent différentes dans les deux provinces, car les Gauleiter, chefs de l’Administration civile (CdZ), disposaient d’une large autonomie, très supérieure à celle des préfets français, dans l’application des décisions du Führer. On ne peut pas employer pour l’histoire de cette période, les expressions Alsace-Lorraine (qui ne fut valable que pendant la première annexion du Reichsland de 1871 à 1918), Alsace et Lorraine (usitée par l’administration française de 1918 à 1940) et Alsace-Moselle (formulation récente peu élégante qui évite d’identifier un département à l’ensemble d’une région dont les trois autres départements n’ont jamais été séparés de la France depuis 1871). Il est donc nécessaire d’analyser séparément les caractéristiques mémorielles des deux contrées, qui n’avaient constitué un ensemble politique commun que pendant la première annexion à l’Allemagne.

Les mémoires alsaciennes2

  • 2 Freddy Raphaël, Geneviève Herberich, Marx, Mémoire plurielle de l’Alsace. Grandeurs et servitudes (...)
  • 3 Eugène Riedweg, Les « Malgré-Nous ». Histoire de l’incorporation de force des Alsaciens-Mosellans (...)

2Dès 1945, deux thèmes dominèrent le discours de l’opinion majoritaire. L’abandon de l’Alsace par la France de Vichy en 1940 aurait contraint les Alsaciens restés sur place, démobilisés de l’armée française ou rapatriés de l’évacuation dans le Sud-Ouest de s’accommoder du totalitarisme nazi. En plus d’avoir subi cette oppression allemande, une bonne partie des 100 000 Alsaciens incorporés de force3 furent, dans les camps de prisonniers soviétiques, victimes du totalitarisme bolchévique. Dans une première phase, la majorité des « Malgré-Nous » survivants refoulèrent l’expression publique de leur participation à la guerre sous l’uniforme ennemi. Très rapidement cependant, leurs associations, dont les plus puissantes étaient les deux ADEIF (Association des évadés et incorporés de force) départementales, en vinrent à exalter le patriotisme français et les actes de résistance des incorporés de force.

  • 4 Jean-Laurent Vonau, Le procès de Bordeaux. Les Malgré-Nous et le drame d’Oradour, Strasbourg, éd. (...)
  • 5 Georges Chatain, Benoît Hopquin, Les plaies d’Oradour, dans Le Monde, 18 février 2013.
  • 6 Robert Hébras, Oradour-sur-Glane, le drame heure par heure, Saumur, éd. CMD, 1992 (nouveau tirage, (...)

3En 1953, treize Alsaciens incorporés, comme une grande partie de leur classe d’âge, dans la Waffen SS, furent jugés en même temps que leurs anciens camarades allemands, par le Tribunal militaire de Bordeaux pour avoir participé au massacre d’Oradour le 10 juin 1944, L’implication de citoyens français, mineurs au moment des faits, dans ce procès fut considérée comme un scandale inouï par la majeure partie de l’opinion publique alsacienne : ces accusés étaient d’innocentes victimes du nazisme au même titre que les 642 hommes, femmes, enfants et vieillards massacrés (dont 44 expulsés mosellans et 11 réfugiés d’Alsace). Tous les élus, à l’exception des communistes, participèrent aux vastes manifestations de protestation contre le verdict du 13 février qui condamnait les treize Malgré-Nous à de longues peines de prison ou de travaux forcés. Le parlement vota en urgence la loi d’amnistie proposée par les députés et les sénateurs d’Alsace, à l’exception du communiste Rosenblatt : elle fut promulguée dès le 20 février. Cependant, cette issue ne mit pas fin à la rancœur née de la mise en accusation : elle est toujours périodiquement revifiée par la présentation des faits, dans des ouvrages d’« historiens » plus ou moins improvisés, mais aussi quelquefois par les travaux d’universitaires comme Jean-Laurent Vonau4, professeur d’Histoire du Droit, et aussi conseiller général du Bas-Rhin chargé des questions de Mémoire. Le Mémorial de l’Alsace-Moselle de Schirmeck, géré par ce Conseil général lui donne une place centrale. La mémoire dominante en Alsace s’oppose radicalement à celle du Limousin5. Le procès de Bordeaux révéla aux survivants d’Oradour la participation d’Alsaciens au massacre. Longtemps, l’accès des voitures immatriculées 67 ou 68 au parking d’Oradour a été problématique. Ce ne fut qu’en 1998 que l’action conjuguée du maire de Strasbourg, Roland Ries, et du maire d’Oradour, Raymond Frugier, parvint à entamer un processus de réconciliation entre les deux provinces. Mais les équivoques demeurent : on le vit bien quand fut réimprimée la brochure d’un rescapé du massacre, Robert Hébras qui parlait de « quelques Alsaciens, enrôlés soi-disant de force6 ». Il fut attaqué en justice par l’ADEIF du Haut-Rhin : la Cour d’Appel de Colmar le condamna à une peine symbolique, mais ce jugement fut annulé en 2013 par la Cour de Cassation.

4Le souvenir de ce grand drame des incorporés de force n’exclut pas la mémoire d’autres catégories d’acteurs et/ou de victimes des années de guerre. Par rapport aux autres régions de France, leur liste est plus longue et plus différenciée.

  • 7 Les Alsaciens-Mosellans dans la deuxième guerre mondiale (1939-1945). Catalogue de l’exposition, Se (...)

5On attend toujours une analyse scientifique de la collaboration en Alsace. Elle fut très différente de celle qui sévit dans les différentes zones de la France non annexée. Au terme de collaborateur ou de collaborationniste, Alfred Wahl7 préfère celui de rallié qu’il emploie en particulier pour les chefs autonomistes, libérés des prisons françaises par les Allemands et signataires, dès le 18 juillet 1940, du « Manifeste des Trois-Épis » dans lequel ils réclamaient l’intégration de l’Alsace et de la Moselle dans le Reich hitlérien. Il vaut mieux parler de « nazis alsaciens », car leur adhésion à la plupart des thèses nationales-socialistes était largement antérieure à 1940. Se rallièrent bien entendu, toutes sortes d’opportunistes qui acceptèrent d’occuper des fonctions d’encadrement dans les nombreuses formations nazies.

  • 8 Alfred Wahl (dir.), Les Résistances des Alsaciens-Mosellans durant la Seconde Guerre Mondiale, Met (...)
  • 9 Auguste Gerhards, Théo Gerhards 1900-1943. Un Alsacien résistant, Strasbourg, éd. Oberlin, 2003 ; (...)

6La mémoire et l’histoire des Résistances des Alsaciens-Mosellans a donné lieu à un colloque organisé par la Fondation Entente Franco-Allemand à Strasbourg en 20048. Les communications tinrent compte des caractéristiques de la participation des Alsaciens à la Résistance selon qu’ils étaient présents en Alsace annexée ou qu’ils se trouvaient dans la France de Vichy. Elles n’ont pas oublié la présence d’Alsaciens parmi les Français libres et aussi une forme de Résistance particulièrement périlleuse, celle de certains incorporés de force forcément très minoritaires, dont beaucoup furent exécutés à la suite de verdicts prononcés par les tribunaux de la Wehrmacht ou des Waffen-SS9.

  • 10 Léon Strauss, Réfugiés, expulsés, évadés d’Alsace et de Moselle 1940-1945, Colmar, Jérôme Do Bentz (...)
  • 11 Léon Strauss, « Les associations de PRAF d’Alsace et de Moselle, dans Cahiers du Centre d’études d (...)

7D’autres catégories ont conservé leur mémoire propre. Depuis l’arrêté ministériel du 7 juin 1973, le titre de « Patriote réfractaire à l’annexion de fait » (PRAF) est attribué aux Alsaciens et Mosellans domiciliés dans les trois départements en 1939 qui, évacués ou mobilisés en septembre 1939, ne sont pas rentrés en terre annexée, à ceux qui les ont rejoints durant l’exode de 1940 ou qui ont réussi ensuite à s’évader de leur petite patrie germanisée et nazifiée, et enfin aux individus ou aux familles « indésirables » que le Gauleiter expulsa vers la zone non occupée par vagues successives à partir de juillet 194010. Jusqu’à présent, la défense de leurs intérêts et la prise en charge de leur mémoire reste assurée par une fédération née à Clermont-Ferrand en 1941 sous le nom de GERAL (Groupement des expulsés et réfugiés d’Alsace et de Lorraine) devenue Fédération nationale PRAF-GERAL11. Elle se plaint que ses ressortissants n’aient pas fait l’objet d’indemnisations telles que celles qui ont été attribuées aux victimes de la déportation et surtout celle qui a été attribuée aux incorporés de force à la suite de l’accord franco-allemand du 31 mars 1981 portant sur une contribution de la RFA pour la fondation « Entente franco-allemande ». Mais, le PRAF-GERAL a aussi cherché à assurer le maintien de la mémoire par sa présence annuelle aux cérémonies du 10 juin à Oradour, par la pose de plaques commémoratives dans les gares d’où sont partis les trains d’expulsés et aussi en confiant à un historien qui avait connu lui-même la condition de réfugié de 1940 à 1945 la rédaction de la première synthèse consacrée à ce sujet. Dirigée aujourd’hui par quelques nonagénaires et octogénaires, qui étaient très jeunes pendant la période de l’exil, la Fédération risque de disparaître prochainement…

  • 12 René Gutman, Le Memorbuch. Mémorial de la déportation et de la résistance des juifs du Bas-Rhin, S (...)

8À l’intérieur même des catégories les plus nombreuses, des ensembles particuliers ont leur mémoire spécifique. Ainsi, parmi les PRAF, les Tziganes expulsés, dont le destin en France non annexée, reste mal connu. Quant aux Juifs, les évacués de 1939, les réfugiés volontaires de l’Exode furent rejoints dès juillet 1940 par leurs coreligionnaires restés sur place qui furent tous expulsés en quelques jours à partir du 14 juillet 1940. Ils allaient subir à la fois les persécutions vichystes et allemandes. La mémoire des victimes alsaciennes de la Shoah a été entretenue dès le retour des survivants au pays natal, d’abord par l’établissement de listes de « nos disparus » publiées à partir de décembre 1945 par le Bulletin de nos communautés, puis pérennisées par l’apposition de plaques dans les synagogues et dans les cimetières. Reprenant la tradition médiévale rhénane des Memorbücher, des « Livres de Souvenir » des victimes de persécution, le Grand Rabbin du Bas-Rhin René Gutman a publié la liste, communauté par communauté, des Juifs du département victimes de la Shoah12.

  • 13 La bibliographie est très fournie : quelques exemples de publications strasbourgeoises : De l’Univ (...)

9L’université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand dès la rentrée de 1939 y fut maintenue pendant toute la guerre malgré des épreuves nombreuses surtout après l’occupation de la zone Sud. Dès la Libération, elle a entrepris, en étroite union avec sa sœur de Clermont, de perpétuer la mémoire de ses martyrs de la Résistance et des victimes des grandes rafles du 25 juin et du 25 novembre 1943, ainsi que des opérations répressives qui frappèrent encore son personnel enseignant et administratif et ses étudiants en 1944. Tous les ans, le 25 novembre, les deux universités commémorent l’anniversaire de la grande rafle devant les plaques apposées dans leurs halls d’entrée respectifs. En novembre 2013, autour du 70e anniversaire, les cérémonies, colloques, expositions, initiatives audiovisuelles ont pris une grande ampleur dans les deux villes13.

Le cas de la Moselle14

  • 14 L’analyse historienne des phénomènes mémoriels en Moselle est plus avancée qu’en Alsace grâce à Ph (...)

10L’évaluation du nombre des expulsés en Moselle varie de 95 000 à 120 000 selon les auteurs contre 22 000 à 40 000 en Alsace. Comme en Alsace, la rancœur des réfugiés et expulsés fut vive à leur retour : ils ne mettaient pas seulement en doute le patriotisme des « restés », ils entraient en conflit juridique avec ceux qui avaient acheté leurs biens mobiliers quand les Allemands les avaient vendus aux enchères.

11Sauf dans la Moselle orientale, dialectophone, et encore, la question de l’incorporation de force qui avait frappé 30 000 Mosellans a été et est encore bien moins prégnante qu’en Alsace. Au moment du procès de Bordeaux, on se souvint qu’il n’y avait pas de Mosellans dans le bataillon de la division Das Reich qui opéra le massacre, on prétendit même qu’aucun Mosellan non volontaire n’avait été incorporé dans la Waffen SS, ce qui est inexact. En revanche, on se souvenait que 44 victimes étaient mosellanes. La désolidarisation des deux provinces apparut au grand jour lors du vote de l’amnistie le 20 janvier 1953 : parmi les élus mosellans, six ont voté pour, un (MRP) s’est abstenu, trois ont voté contre (2 ARS, 1 PC). Fait significatif, le dimanche suivant, une grande manifestation silencieuse en souvenir des victimes d’Oradour, eut lieu dans la commune qui porte depuis 1950 le nom de Charly-Oradour, puisque 39 de ses habitants expulsés furent massacrés dans leur village d’accueil. La désolidarisation des deux provinces était patente. Depuis cette date, on peut constater que l’opinion mosellane reste bien plus indifférente à ces souvenirs que celle de la province voisine. Certains mettent en cause les brassages massifs de population qu’a connue la Moselle depuis la guerre ; d’autres incriminent la régionalisation qui a inclus le département dans une région qui n’a pas connu la même histoire. Le désaccord demeure : la région Lorraine et le département de la Moselle n’ont participé que très modestement au budget d’investissement du Mémorial de Schirmeck et ont refusé d’adhérer au syndicat mixte qui en gère le fonctionnement.

Notes

1 Ce texte est issu d’une intervention effectuée lors de la table-ronde consacrée aux mémoires régionales.

2 Freddy Raphaël, Geneviève Herberich, Marx, Mémoire plurielle de l’Alsace. Grandeurs et servitudes d’un pays des marges, Strasbourg, Société savante d’Alsace et des régions de l’Est, 1991.

3 Eugène Riedweg, Les « Malgré-Nous ». Histoire de l’incorporation de force des Alsaciens-Mosellans dans l’armée allemande, Mulhouse, éd. du Rhin, 1995.

4 Jean-Laurent Vonau, Le procès de Bordeaux. Les Malgré-Nous et le drame d’Oradour, Strasbourg, éd. du Rhin, 2003 ; cf. Jean-Jacques Fouché, Oradour, la Politique et la Justice, Saint-Paul, L. Souny, 2004

5 Georges Chatain, Benoît Hopquin, Les plaies d’Oradour, dans Le Monde, 18 février 2013.

6 Robert Hébras, Oradour-sur-Glane, le drame heure par heure, Saumur, éd. CMD, 1992 (nouveau tirage, 2009).

7 Les Alsaciens-Mosellans dans la deuxième guerre mondiale (1939-1945). Catalogue de l’exposition, Secrétariat d’État auprès du ministère de la Défense chargé des Anciens combattants, 1984, p. 46.

8 Alfred Wahl (dir.), Les Résistances des Alsaciens-Mosellans durant la Seconde Guerre Mondiale, Metz, CRUHL, 2006.

9 Auguste Gerhards, Théo Gerhards 1900-1943. Un Alsacien résistant, Strasbourg, éd. Oberlin, 2003 ; Frédéric Stroh, Les Malgré-nous de Torgau. Des insoumis alsaciens et mosellans face à la justice militaire nazie, Bischoffsheim, L’Incongruiste éd., 2006 ; A. Gerhards, Morts pour avoir dit non, 14 Alsaciens et Lorrains face à la justice militaire nazie, Strasbourg, éd. La Nuée bleue, 2007.

10 Léon Strauss, Réfugiés, expulsés, évadés d’Alsace et de Moselle 1940-1945, Colmar, Jérôme Do Bentzinger éd., 2010.

11 Léon Strauss, « Les associations de PRAF d’Alsace et de Moselle, dans Cahiers du Centre d’études d’Histoire de la Défense, no 31, 2007, p. 109-118.

12 René Gutman, Le Memorbuch. Mémorial de la déportation et de la résistance des juifs du Bas-Rhin, Strasbourg, éd. La Nuée bleue, 2005. Cf. Jacky Dreyfus, Daniel Fuks, Mémorial des Juifs du Haut-Rhin, martyrs de la Shoah, Colmar, Jérôme Do Bentzinger, 2006.

13 La bibliographie est très fournie : quelques exemples de publications strasbourgeoises : De l’Université aux Camps de Concentration. Témoignages strasbourgeois, Paris, Les Belles Lettres, Publications de la Faculté des Lettres de l’université de Strasbourg 1947 (4e édition, 1996) ; Mémorial des années 1939-1945, Paris, Les Belles Lettres, Publications de la Faculté des Lettres de l’université de Strasbourg, 1947 ; Strasbourg-Clermont-Ferrand-Strasbourg… Se souvenir, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1988 ; Strasbourg-Clermont-Ferrand, 50 ans après, Strasbourg, PU de Strasbourg, 1993 ; Cérémonies du Cinquantenaire, Strasbourg, PU de Strasbourg, 1994 ; L’université de Strasbourg à Clermont-Ferrand, film documentaire de Barcha Bauer, 1998 ; Léon Strauss, « L’université française de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand », dans C. Baechler, F. Igersheim, P. Racine (dir.), Les Reichsuniversitäten de Strasbourg et de Poznan et les résistances universitaires, Strasbourg, PU de Strasbourg, 2005, p. 237-261 ; Strasbourg-Clermont-Ferrand. Une communauté universitaire résistante, 70e anniversaire, 2013, Strasbourg, PU de Strasbourg, 2013.

14 L’analyse historienne des phénomènes mémoriels en Moselle est plus avancée qu’en Alsace grâce à Philippe Wilmouth, Mémoires parallèles. Moselle-Alsace de 1940 à nos jours, Ars-sur-Moselle, Serge Domini impr., 2012. Cf. mon compte rendu de cet ouvrage dans Revue d’Alsace, no 135, 2014, p. 512-514.

Author

Maître de conférences honoraire à l’université de Strasbourg.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540