Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Chapitre II. Représentations décentrées

La Normandie : une mémoire écrasée par le Débarquement1

Jean Quellien

Texte intégral

  • 1 Ce texte est issu d’une intervention effectuée lors de la table-ronde consacrée aux mémoires régio (...)
  • 2 Nous nous appuyons ici sur plusieurs campagnes de recueil de témoignages menées par nos soins dans (...)

1Le débarquement allié du 6 juin 1944 a monopolisé la mémoire normande de la Seconde Guerre mondiale, en écrasant largement d’autres pans de cette mémoire. De manière empirique, on peut le constater en recueillant, au travers de la région, des témoignages sur la période allant de la veille de la guerre jusqu’à ses lendemains2. Nos Normands se montrent peu diserts sur la période de l’Occupation, ou se contentent de banalités. En revanche, ils sortent de leur mutisme et se montrent même intarissables dès qu’il est question du Débarquement et de la Bataille de Normandie.

  • 3 Les articles de revues ne sont pas pris en compte ici.
  • 4 Voir le graphique, page suivante.
  • 5 Il serait à cet égard utile de pouvoir disposer de données comparatives avec d’autres régions fran (...)

2Mais le propos peut être étayé par des données chiffrées, en examinant les publications3, en langue française uniquement, qu’il s’agisse de livres d’histoire (ou à prétention historique) ou bien encore de mémoires et témoignages. On dénombre ainsi 1 237 ouvrages publiés entre 1944 et 20064, traitant tout ou partie de la Seconde Guerre mondiale en Normandie5.

3D’emblée apparaît le poids des années 1984, 1994 et 2004, qui correspondent aux quarantième, cinquantième et soixantième anniversaires du Débarquement ; ce qui fournit déjà un indice sur les contenus. Sur l’ensemble de la période, on recense 960 livres ayant pour sujet principal ou unique le Débarquement et la Bataille de Normandie ; soit un peu plus des trois quarts (78 %) de la production des années 1944-2006. Ce qui signifie, a contrario, que moins d’un quart des livres seulement n’évoque pas cet événement.

Graphique 1. – Livres consacrés à la Seconde Guerre mondiale en Normandie publiés entre 1944 et 2006.

4La place énorme prise par le Jour J et la Bataille de Normandie peut se comprendre si l’on veut bien considérer que cette bataille a opposé, à son apogée, plus de deux millions de soldats, qu’elle a duré pendant près de trois mois et qu’il s’agit là de l’un des affrontements majeurs de la Seconde Guerre mondiale, au même titre que Stalingrad.

  • 6 Étienne Marie-Orléach, Les témoignages des civils bas-normands traitant du Débarquement et de la b (...)

5Le poids écrasant du Débarquement sur la mémoire normande se mesure aussi par le très grand nombre de témoignages écrits par les Normands eux-mêmes depuis 1944 jusqu’à nos jours. Une thèse soutenue récemment à l’université de Caen, sans prétendre à l’exhaustivité, en a recensé 950 (publiés ou restés manuscrits)6. Peu d’événements liés à la Seconde Guerre mondiale ont suscité un phénomène comparable. Pourquoi cette abondance ?

  • 7 Sur cette question, on pourra voir : Françoise Passera et Jean Quellien, Les civils dans la Batail (...)

6Probablement parce que cette période a été extrêmement difficile pour les populations civiles7, prises au piège, sans défenses, au beau milieu d’une gigantesque bataille. La Basse-Normandie compte alors à peine plus d’un million d’habitants alors que les soldats aux prises sur son territoire sont deux fois plus nombreux. Il faut donc retenir l’image d’une population malmenée par des combats qui ont profondément imprégné les mémoires. Les témoignages font une large place aux terribles bombardements aériens alliés sur les villes et les bourgs ; aux échanges d’artillerie qui anéantissent impitoyablement des villages entiers ; ils évoquent aussi le caractère particulièrement pénible de l’exode qui jeta plus de 150 000 Bas-Normands sur des routes peu sûres, soumis à la menace constante des mitraillages de l’aviation anglo-saxonne. En bref, une expérience terrifiante pour ceux qui l’ont vécue, incontestablement plus pénible que ne l’avait été le temps de l’Occupation.

7Au total, 14 000 civils bas-normands ont péri pendant la Bataille de Normandie ; 20 000 si l’on ajoute les deux départements haut-normands. Aucune autre région française n’a éprouvé des pertes civiles aussi lourdes au cours de l’année 1944. On comprend pourquoi ces épreuves ont laissé une empreinte indélébile dans la mémoire normande.

  • 8 Actuel hôtel de ville de Caen.

8Notre questionnement concerne la mémoire des comportements collectifs. Compte tenu de la focalisation mémorielle sur l’été 1944, ce que l’on doit mettre en avant pour la Normandie apporte sans doute une note d’originalité par rapport à d’autres régions où l’on retiendra plus volontiers des thématiques « classiques » tels que la Résistance, la Collaboration, les problèmes de ravitaillement… À la lecture des témoignages des Normands, il convient de mettre l’accent sur la solidarité et l’entraide. Ces valeurs se manifestent entre tous ceux qui ont dû quitter précipitamment les villes bombardées pour se réfugier dans des abris de fortune : caves, carrières de pierre, mines de fer, des églises aussi. Près de 10 000 Caennais ont trouvé asile à l’abbaye aux Hommes (alors lycée Malherbe8) et dans l’église Saint Étienne. Mais la solidarité se manifeste aussi chez les paysans qui accueillent des citadins par dizaines dans leurs fermes ; ce qui n’allait pas de soi et donne une image assez différente des rapports entre les uns et les autres, souvent moins idylliques pendant l’Occupation. Solidarité interdépartementale enfin avec les gens de l’Orne, de la Mayenne, de la Sarthe, et même de la Vendée et du Massif central qui recueillent sans rechigner des familles de la Manche et du Calvados chassées par les Allemands.

9Il convient maintenant de poser une autre question : le Débarquement et la Bataille de Normandie écrasent la mémoire normande de la Seconde Guerre mondiale, mais qu’écrasent-ils exactement ?

10Bien évidemment, c’est toute la période de l’Occupation qui se trouve largement occultée, et avec elles les thèmes habituels de la période. Tel est, par exemple, le cas de la Résistance. Sur les 1 237 ouvrages publiés sur la Seconde Guerre mondiale en Normandie entre 1944 et 2006, seuls 85 livres lui ont été consacrés ; ce qui en soi n’est pas négligeable, mais qui ne représente que 7 % du total. De surcroît, on constate que cette production est pour une bonne part liée au Débarquement avec, notamment, le rôle des réseaux de renseignement dans les préparatifs d’Overlord ou celui des résistants pendant la Bataille de Normandie.

  • 9 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à : Jean Quellien, Résistance et sabotages en Norman (...)
  • 10 Surtout communistes et Juifs.

11Cette mémoire de la Résistance en Normandie est elle-même tronquée, amputée d’une partie de ses dimensions. Dans la mémoire collective, les activités de renseignement ont largement pris le pas sur les autres, à commencer par les sabotages. Ainsi les deux attentats commis par des FTP, au printemps 1942, contre des trains de permissionnaires allemands, sur la voie ferrée Paris-Cherbourg, non loin de Caen, sont longtemps restés ignorés. Ils furent pourtant les plus meurtriers perpétrés contre la Wehrmacht dans l’ensemble de la France pendant toute la durée de l’Occupation9. Ils provoquèrent l’exécution d’une soixantaine d’otages et la déportation de 120 autres10, principalement vers Auschwitz.

  • 11 Il s’agit de ces hommes et ces femmes auxquels les autorités alliées ont reconnu après la guerre l (...)

12De même la mémoire n’a que très peu retenu les manifestations de résistance civile. Or, la Normandie appartient à une vaste zone côtière, allant de la Bretagne au Pas de Calais où cette résistance civile se manifeste avec une certaine ampleur. Ainsi, la manifestation du 11 novembre 1940 à Caen devant le monument aux morts, place Foch… à dix mètres de la Feldkommandantur 723 – ce qui est loin d’être un fait anodin – n’a guère laissé de traces mémorielles. On a trop souvent oublié aussi les démonstrations de rues dans les villes normandes à l’appel du général de Gaulle, notamment celle du 14 juillet 1941 ; la bataille des « V » lancée par la BBC au printemps de la même année ; les foules à l’inhumation d’aviateurs alliés ; l’aide apportée aux réfractaires au STO, aux Juifs, aux aviateurs alliés contraints de sauter en parachute ou d’atterrir en catastrophe11.

13Toutes ces actions, pourtant très éclairantes – au-delà des poncifs – sur la réalité des comportements des Normands sous l’Occupation ont été malheureusement occultées dans la mémoire – comme bien d’autres aspects, à commencer par la période de l’Occupation elle-même – par le Débarquement et la Bataille de Normandie.

Notes

1 Ce texte est issu d’une intervention effectuée lors de la table-ronde consacrée aux mémoires régionales.

2 Nous nous appuyons ici sur plusieurs campagnes de recueil de témoignages menées par nos soins dans les années 1980 et 1990.

3 Les articles de revues ne sont pas pris en compte ici.

4 Voir le graphique, page suivante.

5 Il serait à cet égard utile de pouvoir disposer de données comparatives avec d’autres régions françaises.

6 Étienne Marie-Orléach, Les témoignages des civils bas-normands traitant du Débarquement et de la bataille de Normandie – Étude critique, thèse de doctorat de l’université de Caen Basse-Normandie, 2013.

7 Sur cette question, on pourra voir : Françoise Passera et Jean Quellien, Les civils dans la Bataille de Normandie, Bayeux, OREP, 2014.

8 Actuel hôtel de ville de Caen.

9 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à : Jean Quellien, Résistance et sabotages en Normandie. Le Maastricht-Cherbourg déraille à Airan, Condé-sur-Noireau, Charles Corlet, 2004.

10 Surtout communistes et Juifs.

11 Il s’agit de ces hommes et ces femmes auxquels les autorités alliées ont reconnu après la guerre le titre de helpers. On dénombre ainsi 2 362 personnes ayant porté secours à des aviateurs de la RAF sur un total de 21 700 pour la France.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Livres consacrés à la Seconde Guerre mondiale en Normandie publiés entre 1944 et 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteur

Professeur émérite à l’université de Caen-Basse-Normandie, membre associé du CRHQ (CNRS).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540