Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Chapitre II. Représentations décentrées

Une Bretagne entre « normalité » et originalité1

Jacqueline Sainclivier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Occupée dès juin 1940, la Bretagne a certes une mémoire des comportements pendant la Seconde Guerre mondiale, commune à d’autres régions de la zone occupée ; mais elle a une spécificité : la mémoire liée au mouvement breton.

Les deux mémoires dominantes, concurrentielles et conflictuelles pendant longtemps sont les mémoires gaulliste et communiste. Toutes les deux sont très présentes au lendemain de la guerre, l’une auréolée par l’engagement de 1940 et l’autre par le rôle des FTPF et des maquis du centre Bretagne.

La mémoire gaulliste en Bretagne est d’abord celle des Français libres puisque les Bretons en novembre 1940 forment plus de 10 % de ce contingent ; une grande partie d’entre eux a rejoint la France libre par mer. Le départ des hommes de l’île de Sein (114 entre le 24 et le 26 juin 1940, 124 au total) est magnifié, véritable épopée ; l’île devient Compagnon de la Libération en 19462. Les autres départs de ports de pêche ou de guerre sont aussi profondément ancrés dans la mémo...

Auteur

Professeur émérite à l’université Rennes 2, membre du CERHIO (CNRS).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540