Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Chapitre II. Représentations décentrées

La Provence, représentations et idées reçues1

Jean-Marie Guillon

Texte intégral

  • 1 Ce texte est issu d’une intervention effectuée lors de la table-ronde consacrée aux mémoires régio (...)

1La région étant extrêmement contrastée, il est difficile d’évoquer « la » mémoire des années de guerre comme si elle était homogène de la frontière italienne à la vallée du Rhône et du littoral méditerranéen aux lisières du Dauphiné. Il y a évidemment des déclinaisons locales caractéristiques car certains événements marquent la représentation que l’on construit de la période et de l’attitude des populations : à Marseille, c’est la destruction du quartier du Vieux-Port, l’évacuation de ses habitants et la déportation d’une partie d’entre eux ; à Toulon, c’est le souvenir du sabordage de la flotte le 27 novembre 1942 qui reste dans les mémoires, non sans ambiguïtés puisque la tendance a toujours été de louer le courage de ses artisans, de souligner l’aide apportée par les habitants aux matelots cherchant à échapper aux Allemands et de laisser de côté – en tout cas localement et du côté de la Marine – les responsabilités des autorités militaires et politiques ; à Nice, le souvenir des années noires s’organise en partie autour des déportations massives de Juifs qui ont accompagné l’occupation allemande, mais aussi de l’assistance qui leur a été apportée dans ce département refuge, ce qui masque attitudes xénophobes et soutien actif à la Révolution nationale ; tout au long de la frontière italienne, c’est le souvenir des évacuations de population et des combats qui, en 1940, mais aussi en 1944-1945, jusqu’en avril, l’ont affectée ; dans les zones de montagne, autour du Ventoux ou dans les Hautes et ex-Basses-Alpes, les représentations sont plutôt liées à la présence des maquisards avec deux versants, un « rose » qui met en avant l’osmose avec la population, et un « noir », celui de la « terreur » qu’ils auraient fait peser, que l’affaire Dominici a révélé au milieu des années 1950.

  • 2 La Résistance dans le Var. Essai d’histoire politique, université de Provence (Aix-Marseille I), 19 (...)
  • 3 Sur ce point, mon article « Monuments et mémoire de la Résistance en Provence », dans Provence His (...)
  • 4 C’est déjà très sensible dans l’enquête déjà citée.

2Comme ailleurs, la tendance dominante a été de privilégier les combats de la Libération et la Résistance maquisarde puisque tous les départements de la région ont connu un développement important de cette forme d’engagement. Encore ne faut-il pas exagérer : l’enquête lancée par la Commission d’Histoire de l’Occupation et de la Libération de la France auprès des maires entre 1949 et 1951 montre que la page était tournée dès ce moment tant les réponses détaillées étaient peu nombreuses, les confusions fréquentes, l’écrasement chronologique qui privilégie les combats de la Libération par rapport aux périodes précédentes généralisé, l’exagération héroïque rarissime et la sous-estimation de la Résistance locale, voire une certaine déconsidération, assez présente2. Ceci étant, autant la mémoire de la Libération est restée prégnante et glorifiée, autant celle des maquis, centrée sur la répression qu’ils ont subie et les lieux de mémoire de cette répression, n’a cessé d’être une mémoire douloureuse et sur la défensive. Combats de la Libération et maquis oblitèrent les autres formes de Résistance3. Ceci n’est pas original. Certains drames qui auraient pu avoir une résonance bien au-delà de la région par leur ampleur (en particulier la centaine de résistants abattus ou fusillés, près de La Roque d’Anthéron, non loin d’Aix-en-Provence, les 12 et 13 juin 1944) sont restés confinés au cadre local, ce qui témoigne probablement de la difficulté à sortir du traumatisme et des doutes qu’ils ont provoqués. C’est assez semblable à ce qui se passe avec les bombardements subis à Toulon (bombardements répétés et destructeurs) et Marseille par exemple (celui du 27 mai 1944 a provoqué près de 2 000 morts). Il ne s’agit nullement d’oubli, mais plutôt d’un confinement de ces mémoires aux groupes qui en ont été les victimes directes. Comme ailleurs, les phénomènes d’oblitération ont joué à plein, tant les événements se sont succédé, de plus en plus dramatiques ou angoissants ou exaltants. La mémoire des années Vichy, celle de la zone « libre », a été recouverte par celle des occupations et c’est la dernière, l’occupation allemande, qui a recouvert et presque effacée l’occupation italienne qui l’a précédée4 et qui a concerné toute la région, sauf le secteur sud-ouest Avignon-Marseille. Mais, dans la région marseillaise, le souvenir du bombardement du 27 mai a écrasé celui du mouvement de grève quasi insurrectionnel qui paralysait depuis plusieurs jours les industries du secteur. Cet écrasement mémoriel renvoie à l’écrasement effectif du mouvement lui-même, puisque c’est ce bombardement qui y a mis fin, ce qui expliquait que, jusqu’à il y a peu, il était fréquent d’entendre qu’il s’agissait d’un acte prémédité par les Américains…

3Comme ailleurs, la représentation de la Résistance a été profondément marquée jusqu’aux années 1980 par la division entre Résistances communiste/FTP et non communiste/AS avec des commémorations spécifiques. Ce clivage opposait moins « gaullistes » et communistes que non communistes – principalement socialistes ou socialisants – et communistes. Ce n’est pas un phénomène propre à la Provence, mais il me permet de souligner combien le clivage canonique des deux soi-disant mémoires dominantes de la Résistance, gaulliste et communiste, est contestable. Les gaullistes ne constituaient qu’une minorité dans une région qui, à droite comme à gauche, a été fort peu gaulliste après guerre et leur action mémorielle s’est concentrée autour de la France Libre et des « réseaux », soit des branches assez isolées du mouvement composé par les associations d’anciens résistants, quelle qu’ait pu être par ailleurs l’influence de telle ou telle personnalité de cette mouvance (je pense à Marie-Madeleine Fourcade installée dans la région d’Aix-en-Provence). Il est vrai cependant que socialistes et francs-maçons qui ont constitué une bonne partie de l’encadrement de la résistance non communiste – celle des mouvements clandestins – n’ont jamais été les porteurs d’une mémoire spécifique. L’exemple d’un Gaston Defferre, fort peu loquace sur son parcours – remarquable – en Résistance est significatif.

  • 5 Proposée par Pierre Nora, « Quatre coins de la mémoire », dans H histoire no 2 juin 1979 « Quatre (...)
  • 6 Voir ma contribution « Le Var ou le refus de l’oubli » dans les actes de la rencontre organisée pa (...)
  • 7 « Panthéon fin de siècle en Provence » dans Marilyne Crivello, Patrick Garcia et Nicolas Offenstad (...)

4De l’insuffisance et même de la fausseté de la théorie du « régime des deux mémoires5 » héroïques, gaulliste et communiste, dominant depuis la Libération témoigne un phénomène encore plus significatif et particulièrement important en Provence. Il s’agit de l’existence d’une autre construction mémorielle dynamique et qui reste aujourd’hui la plus active de toutes. C’est celle qui s’est édifiée autour des troupes libératrices d’une partie de la région, et au-delà jusqu’en Alsace. J’avais signalé la chose dès les années 19806 en critiquant déjà une bipolarisation qui ne me paraissait pas correspondre à la réalité mémorielle d’une grande partie du pays. Je faisais remarquer la présence de trois « mémoires » dominant le panorama commémoratif, les deux déjà évoquées, communiste et mouvements non communistes, mais aussi une autre, située nettement à droite, qui n’était pas spécialement gaulliste, qui portait sur la période d’unité de la Libération plutôt que sur celle qui l’avait précédée, qui mettait en avant des valeurs militaires, qui reposaient sur la célébration des unités françaises débarquées en août 1944 (recouvrant au passage le rôle des unités américaines qui les avaient précédées, le 15 août), qui avait tendance à intégrer la Résistance dans son patrimoine et qui était particulièrement sensible sur le littoral, et, notamment, à Toulon surtout, mais aussi à Marseille, puisque c’est là que s’étaient déroulées les principales batailles que ces troupes françaises avaient livrées. Cette mémoire a connu un premier moment au tournant des années 1940/1950, non sans relation avec les guerres coloniales en cours et la disparition des deux figures emblématiques de Leclerc et de De Lattre de Tassigny. Elle permet depuis à la droite classique de battre en brèche le quasi-monopole de la gauche et du gaullisme sur le terrain des représentations de la Résistance, tout en recueillant le consensus. Elle a franchi un nouvelle étape dans son implantation dans les années 1960, portée par les associations d’anciens combattants de l’armée régulière, « Rhin et Danube » en tête, qui a balisé le paysage de façon systématique de stèles commémoratives généralement placées sur la façade des mairies des communes libérées tout au long du parcours de ce qui allait vite devenir la Ire Armée Française. Dans cette représentation des attitudes, la Résistance intérieure – souvent dénigrée – est réduite à une portion assez congrue et la population à un unanimisme moutonnier. Une troisième étape peut être relevée depuis les années 1990, qui infléchit cette mémoire, pour des raisons à la fois complémentaires et contradictoires, dans le sens de « l’Armée d’Afrique », en marginalisant la part gaulliste de cette armée. Cette évolution n’est pas sans rapport avec la droitisation de la région et surtout avec le poids de la « mémoire pied-noir » (et l’activisme de sa variante « Algérie française »), à laquelle s’ajoute celle des harkis et des associations qui militent en faveur d’une reconnaissance des immigrés et plus généralement des populations venues de territoires ex-coloniaux. Cette conjonction hétéroclite aboutit à une promotion qui s’est affirmée à partir de la commémoration du Débarquement en Méditerranée en 1994 autour du thème « La liberté vient du Sud ». Bien entendu, cette concurrence mémorielle est particulièrement sensible dans le Var où le débarquement a eu lieu et plus généralement sur le littoral, pour des raisons qui tiennent surtout à la présence active d’associations d’anciens militaires. Mais, comme on a pu le constater récemment et comme je l’avais signalé voilà plusieurs années en travaillant sur la toponymie urbaine, la principale bataille de mémoire ne porte plus aujourd’hui sur les années 1940, mais sur la mémoire de la guerre d’Algérie7.

  • 8 « Notes sur la mémoire de Jean Moulin en Provence », dans Études héraultaises no spécial « Jean Mo (...)

5Terminons ce survol par une remarque plus générale sur la représentation de la Provence pendant les « années noires ». Elle est suscitée par les réactions d’étonnement que l’on rencontre fréquemment lorsque l’on évoque la présence d’une Résistance qui n’a pas été moins active qu’ailleurs et qui a connu des drames ou des épisodes qui en valent d’autres. Tout se passe comme s’il était difficile d’y croire et que cela relevait d’une certaine propension – notoirement liée à l’idée que l’on se fait d’un « tempérament » régional – à l’exagération. On peut illustrer par d’autres exemples. La Provence était – elle l’est probablement encore – la région où Jean Moulin, qui est devenu le symbole même de la Résistance, a été le plus célébré8. Rien de surprenant à cela puisque ses racines sont provençales et que c’est à partir de son terroir de naissance (Saint-Andiol et les Alpilles dans les Bouches-du-Rhône) qu’il a commencé ses activités clandestines. Un mémorial Jean Moulin a été érigé en 1969 à Salon-de-Provence et cette érection a été d’ailleurs la manifestation la plus significative d’une mémoire véritablement gaulliste dans la région, même si comme ailleurs la figure de Jean Moulin a rassemblé tous les héritiers de la Résistance. Mais la mémoire nationale qui a porté et porte très haut Jean Moulin ignore presque totalement ses racines et l’on surprend lorsqu’on les rappelle, puisque son engagement ne peut pas se comprendre sans tenir compte de la culture politique dont il est issu, celle du « Midi rouge » (au sens de républicain « avancé ») cultivant le souvenir de l’insurrection de décembre 1851. Une autre illustration de cette difficulté à, en quelque sorte, prendre cette région au sérieux, se trouve dans la place que tiennent les événements d’août 1944 dans les représentations nationales de la Libération. La dernière commémoration d’août 2014 l’a encore démontré sur le plan des médias par la place marginale qui lui a été faite. Que le Débarquement en Méditerranée soit second et ne puisse se comparer à celui du 6 juin, que la bataille de Provence ne soit pas celle de Normandie, tout ceci relève de l’évidence. Il n’en reste pas moins que l’événement est d’importance, son succès spectaculaire et ses effets pour le moins appréciables à court et moyen termes. En outre, c’est dans cette région que se trouvent, hors Paris, les quelques villes où « l’insurrection nationale », en présence des occupants et avant l’arrivée des troupes régulières, a eu quelque réalité. Qu’il y ait quelques responsabilités régionales dans ce déficit d’images, l’état dans lequel a été laissé le Mémorial du Débarquement du Mont Faron à Toulon en atteste. Mais, fondamentalement, pèsent toujours sur les représentations des comportements dans cette région pendant la guerre les stéréotypes, anciens, littéraires et folkloriques, ou plus récents, liés au tourisme estival. Et c’est à cette aune qu’elles doivent continuer à être décryptées.

Notes

1 Ce texte est issu d’une intervention effectuée lors de la table-ronde consacrée aux mémoires régionales.

2 La Résistance dans le Var. Essai d’histoire politique, université de Provence (Aix-Marseille I), 1989, 5e partie, chapitre II, B, consultable sur le site [var39-45.fr]. Il s’agit des réponses au fort questionnaire de l’Enquête sur l’histoire de l’occupation et la Libération dans le département du Var, 1940-1945 (136 réponses sur 151 communes).

3 Sur ce point, mon article « Monuments et mémoire de la Résistance en Provence », dans Provence Historique, t. xlviii, fasc. 193, juillet-septembre 1998, p. 325-340.

4 C’est déjà très sensible dans l’enquête déjà citée.

5 Proposée par Pierre Nora, « Quatre coins de la mémoire », dans H histoire no 2 juin 1979 « Quatre France », p. 9-31.

6 Voir ma contribution « Le Var ou le refus de l’oubli » dans les actes de la rencontre organisée par l’IHTP, La mémoire des Français. Quarante ans de commémorations de la Seconde guerre mondiale, Paris, éd. du CNRS, 1986, p. 303-312.

7 « Panthéon fin de siècle en Provence » dans Marilyne Crivello, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, p. 71-82.

8 « Notes sur la mémoire de Jean Moulin en Provence », dans Études héraultaises no spécial « Jean Moulin (1899-1943) “le plus illustre des Héraultais” », 2001, p. 121-124.

Auteur

Professeur émérite à l’université d’Aix-Marseille, membre du laboratoire TELEMME (CNRS).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540