Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Chapitre I. Représentations dominantes

L’occupant allemand dans les représentations des Français après 1945

Jacqueline Sainclivier

Texte intégral

  • 1 Cf. Ceux de Paul Ricœur, Henry Rousso, Annette Wieviorka, Pierre Laborie, etc.

1S’interroger sur la place, la désignation de l’occupant allemand dans les mémoires et les représentations des Français après 1945 apparaît nécessaire, tant celui-ci a pesé sur leur vie entre 1940 et 1944. Si les rapports entre histoire et mémoire de la Seconde Guerre mondiale ont fait l’objet de nombreux travaux1, jusqu’à ce jour, l’historiographie est restée quasiment muette sur la perception de l’occupant ; soixante-dix ans après la fin de la guerre, ces quelques pages essaient d’amorcer une réflexion et, sans prétendre ni à l’exhaustivité ni à une approche complète, de donner quelques pistes sur un sujet qui mériterait une étude plus approfondie et plus systématique.

  • 2 Les autres commémorations n’évoquent guère l’occupant ou/et sont surtout révélatrices des tensions (...)

2Pour tenter de donner des réponses, la question des sources se pose. Les commémorations apportent quelques éléments surtout lorsqu’il s’agit de massacres2. Les plaques et parfois l’évolution de leurs inscriptions sont révélatrices, mais les deux sources majeures sont la presse écrite et audiovisuelle, les souvenirs écrits ou oraux. À partir de ces sources, il est possible d’analyser le vocabulaire utilisé pour désigner l’occupant allemand, sa présence ou sa relative absence dans les souvenirs des Français et de percevoir le poids de l’occupation dans leur mémoire. Encore faut-il s’interroger sur la qualité de ces Français : sont-ils d’anciens résistants (ou familles de), d’anciens collaborateurs avec toutes les nuances du spectre de cette période et a-t-on affaire à des paysans, des ouvriers, etc. Enfin, l’analyse de ces représentations doit prendre en compte deux filtres : celui du média utilisé et du contexte dans lequel s’inscrit l’expression de ces représentations, de ces mémoires. L’écrit entraîne plus souvent une expression réfléchie, plus mesurée ce qui n’empêche pas l’usage d’un vocabulaire engagé comme dans la presse. Sur cette longue durée d’observation (70 ans), les changements de génération, le contexte national et international interfèrent ; la société française s’est profondément transformée de même que les relations franco-allemandes et européennes ; son regard sur « l’Allemand » ne peut qu’en être modifié. Encore faut-il déterminer quand se situent les éventuelles ruptures et si elles sont perceptibles pour l’historien.

Le vocabulaire : marqueur des représentations du comportement de l’occupant allemand

  • 3 Quotidien créé en 1899, soutien du Parti démocrate populaire pendant l’entre-deux-guerres, il cont (...)

3Pour comprendre les éventuelles évolutions, un retour sur la période de l’occupation elle-même s’avère nécessaire. Au début de l’invasion, puis de l’occupation allemande, il est certain que le terme le plus couramment utilisé oralement est celui de « Boche », héritage de la guerre précédente. Une certaine retenue est cependant de mise à l’écrit. Pendant toute la campagne de mai-juin 1940, des quotidiens comme Le Petit Parisien, Le Figaro, L’Ouest-Éclair3 utilisent les mots « Allemand » ou « ennemi », termes relativement neutres. Une seule fois, le 9 juin 1940, L’Ouest-Éclair écrit dans un titre « Les chars écraseront le Boche ». Encore répète-t-il la parole d’un sous-officier mobilisé : effet de la censure ou du passage à la langue écrite plus « policée » ou encore d’une volonté de prise de distance, alors même que des journalistes sont d’anciens combattants de la guerre 14-18 ?

  • 4 Cf. les conditions de rédaction de cette presse évoquées par Olivier Wieviorka, Une certaine idée (...)
  • 5 J’ai consulté la presse clandestine numérisée par la BnF ; les références et le mode d’emploi sont (...)
  • 6 Telle La Bretagne, ouvrière paysanne et maritime.
  • 7 Il faudrait y ajouter les variantes concernant le monde paysan ou ouvrier et la presse des divers (...)
  • 8 Numéro spécial qui encourage les attentats individuels.
  • 9 France d’Abord, no 8, septembre 1942.
  • 10 Ibidem, no 40, 15 janvier 1944.
  • 11 Les FTPF ont pour la plupart moins de 30 ans et n’ont donc pas combattu en 1914-1918.

4Avec l’occupation, le vocabulaire employé par la presse clandestine rédigée par un petit noyau de résistants4 apporte un éclairage contemporain pour la période de l’occupation. Il n’a pas été fait dans le cadre de cette contribution une étude systématique de la presse clandestine, mais les sondages effectués sont concordants5 qu’il s’agisse de L’Humanité et ses variantes régionales6, de France d’abord, le journal national des Francs-Tireurs et partisans français (FTPF)7, de la presse clandestine des mouvements de résistance non communiste : Défense de la France, les Cahiers de Témoignage chrétien, ou le Bulletin d’information de Ceux de la Résistance, Combat ou Libération. Or, le constat est assez surprenant car les termes utilisés pour désigner l’occupant relèvent majoritairement du même spectre lexical que pendant la drôle de guerre (« Allemands » ou « ennemis »), alors que l’on aurait pu s’attendre à des termes plus stigmatisants. Parmi ces derniers, les plus employés sont « hitlérien », « nazi », « barbares », « boches » ; leur fréquence et leur usage ne semblent pas liés au champ politique du journal (excepté pour la presse clandestine communiste), ni à l’évolution de la guerre. Sans surprise, dans la presse clandestine communiste, le vocabulaire change entre l’avant et l’après 22 juin 1941. Dans L’Humanité du 12 mai 1941, l’impérialisme est mis en avant avec le « clan impérialiste allemand », et, dans le numéro du 20 août 1941, le terme privilégié est « Hitlériens » tout comme dans la presse régionale communiste ; il est manifestement préféré à celui de nazi ; la personnalisation semble l’emporter sur l’analyse idéologique de fond. Mais dans France d’Abord, organe national des FTPF, c’est le terme de « boches » qui revient le plus souvent. Outre le célèbre éditorial d’octobre 19428 « Chacun son Boche ! », on retrouve ce même mot quand est effectué le décompte des Allemands tués après une action des FTPF : « 6 boches tués9 » ; il en est de même en 1944 quand les FTPF sont invités à « s’entraîner à l’attaque des détachements boches10 ». De la part d’organisations idéologiquement très structurées, il est remarquable que « national-socialisme » ou « nazi » n’apparaissent pas ou peu au profit d’une personnalisation du pouvoir en Allemagne (« hitlérisme ») et que quand il s’agit d’actions armées le terme « boche » soit utilisé comme si la notion de combat, d’attaque ravivait le souvenir de la guerre précédente faite par leurs pères11 et faisait rejouer les ressorts propagandistes de la Grande Guerre. C’est aussi sans doute un vocabulaire familier, relevant du cadre familial.

  • 12 Signé Indomitus (Philippe Viannay).
  • 13 Défense de la France, 20 décembre 1941 : « Lettre d’un catholique à Son Éminence le cardinal Baudri (...)
  • 14 Olivier Wieviorka, op. cit., p. 42-43.
  • 15 Zone nord.

5La presse clandestine consultée, non communiste, présente parfois une certaine prise de distance avec l’usage de termes neutres, mais aussi une réflexion idéologique sur la nature du régime nazi. Dans Défense de la France, il est fait référence le plus souvent aux « Allemands » mais, emprunt à la guerre précédente, ils sont aussi désignés comme « barbares » dans l’éditorial du premier numéro en 194112. Le mot « nazi » est utilisé pour désigner la « terreur nazie » en Alsace, dans le cadre d’un numéro consacré à cette région. En décembre 1941, il est reproché au cardinal Baudrillart de condamner le bolchevisme « sans dire un mot du nazisme dont le danger est cependant plus immédiat pour la France13 ». Olivier Wieviorka estime que pour Défense de la France la dénonciation du nazisme est moins une analyse critique fondée sur le marxisme ou l’antifascisme qu’un rejeu de germanophobie14. Témoignage chrétien amorce cette analyse critique dès la fin de 1941. Certes, la référence à Hitler se retrouve dans le sous-titre du Courrier français du Témoignage chrétien, « Lien du Front de Résistance spirituelle contre l’hitlérisme », mais Les cahiers du Témoignage chrétien également en décembre 1941, dans leur éditorial « Notre combat » parlent de « ce cahier du Témoignage chrétien contre le national-socialisme [sic] » et se réfèrent à l’encyclique de Pie XI Mit brennender Sorge. De même Libération15 en janvier 1941 intitule un article « Le national-socialisme contre la Liberté ». Il n’empêche que les mêmes journaux utilisent plus fréquemment les termes « Allemands » ou « ennemis », quelle que soit la date.

  • 16 Organe des Mouvements unis de Résistance, édition spéciale de la région lyonnaise.
  • 17 Il s’agit bien sûr du coup de main organisé par Lucie Aubrac pour libérer son mari et ses compagno (...)
  • 18 Article intitulé « De l’audace ! » en p. 2.
  • 19 Sous réserve d’un inventaire plus systématique.

6Révélateur me semble-t-il, le fait que dans Libération16 de novembre 1943, la première page évoque les Allemands. Mais quand il s’agit de relater un coup de main – en l’occurrence l’attaque d’un fourgon de la « Gestapo » transportant « 14 patriotes17 », le même numéro utilise le terme « boche » : ces patriotes dont le seul crime est de ne pas avoir « cru dans les mensonges de Vichy et d’avoir maintenu contre les boches et ses valets la volonté de la France combattante18 » et un peu plus loin, dans le même article est évoqué la mort du « chauffeur boche ». Comme dans la presse des FTPF, le terme « boches » est employé dans le cadre d’une action armée de la Résistance19, reprenant un langage plus familier, souvenir de 14-18, signe d’un ancrage mémoriel par transmission familiale, nationale voire par le service militaire.

7Or, ce terme si familier pendant l’occupation tend à disparaître dans le vocabulaire écrit d’après guerre, même s’il est difficile de faire un repérage chronologique ; il reste en revanche plus fréquent dans les témoignages oraux.

Le temps de la mémoire et des représentations20

  • 20 Seuls quelques moments forts sont retenus ici.
  • 21 Successeur de Défense de la France depuis novembre 1944.
  • 22 Journal créé en zone sud dans la clandestinité par le mouvement de résistance du même nom.
  • 23 Journal du MRP (Mouvement républicain populaire).
  • 24 Le journal reparaît en novembre 1944 avec une édition en français et une en allemand : « Capitulat (...)

8Lors de la capitulation allemande du 8 mai 1945, la Une des journaux exprime la perception de l’ancien occupant. Pour France-Soir21, Franc-Tireur22, L’Aube23, Le Figaro, Libération, Résistance. La voix de Paris, dans leurs éditions du 8 mai 1945, c’est l’Allemagne qui a capitulé, ce sont les Allemands qui ont été vaincus c’est-à-dire l’ennemi héréditaire et pour la seconde fois. Cependant, L’Humanité, dans ses éditions du 8 mai et du 9 mai parle de « l’Allemagne hitlérienne » et Le Populaire, journal de la SFIO, titre dans son édition du 8 mai : « Le Reich nazi abattu ! » ; ces deux journaux de gauche font nettement la distinction entre le peuple allemand et le nazisme, le second affichant une référence idéologique, même si elle reste floue. Quant à L’Aube, dans son édition du 9 mai, elle précise dans un encart à gauche de son titre : « La plus noble de nos fêtes nationales 8 mai a bien mérité de devenir la fête de toutes les nations libérées de l’oppression nazie » ; le journal se situe entre référence religieuse, patriotique et, plus timidement, dans la ligne des Cahiers du Témoignage chrétien pendant l’occupation. Enfin, la presse régionale est à l’unisson puisqu’elle évoque toujours la capitulation de l’Allemagne sans autre précision (La Montagne, la Voix du Nord, Midi libre, Le Progrès, Le Provençal, Le Républicain lorrain, Les dernières nouvelles d’Alsace24, Sud-Ouest et Ouest-France).

9Dans l’ensemble de la presse écrite, le 8 mai 1945 marque la défaite de l’ennemi héréditaire plus que celle du nazisme, à l’exception de la presse communiste et socialiste.

  • 25 Ouvrage collectif paru aux éditions sociales.
  • 26 Noël-Noël, Le Père tranquille, Paris, Hachette, coll. « Bibliothèque verte », 1958, 188 p.

10Dans les années 1950 et 1960, la presse, les souvenirs écrits, le cinéma sont les sources principales. À l’écrit, le vocabulaire est contrôlé, neutre sauf dans la presse engagée comme dans L’Humanité qui, dans les années 1950-1960, évoque les « Hitlériens » (et non les nazis) ; on retrouve cette formulation en 1967 dans la préface de Jacques Duclos à l’ouvrage Le PCF dans la Résistance25. Il faudrait aller plus loin et étudier la presse des anciens mouvements ou réseaux de résistance et celle des anciens prisonniers de guerre, éditée après la guerre dans le cadre d’associations d’entraide ; le vocabulaire y est sans doute plus « libre ». Écrivains, mémorialistes et cinéastes mettent les termes les plus familiers dans la bouche d’autrui. Le film Le Père tranquille réalisé par René Clément en 1946 en est un exemple tout comme l’ouvrage qu’en tire l’acteur principal Noël-Noël26 ; ils mettent le mot Boche dans la bouche de plusieurs personnages : une voisine, la bonne, le fils, etc., c’est-à-dire des personnages qui en dehors du fils impétueux représentent la population française marquée par la guerre précédente. Jusqu’à la fin des années 1960, quand les termes « nazis » ou « Gestapo » sont employés dans les entretiens oraux ou dans les souvenirs écrits, ils sont le plus souvent associés à des arrestations. Gestapo dans les représentations des Français est un terme générique qui recouvre toute force de répression allemande sans distinction. Les seuls qui sont bien distingués en raison de leur uniforme sont les Feldgendarmen. La confusion n’est pas systématique entre SD et Gestapo chez les témoins directs, mais c’est rarement le cas pour les mémorialistes lorsqu’ils n’ont pas été témoins de ces arrestations.

  • 27 Mais les sources sont rares sur ce dernier point.
  • 28 Cf. par exemple René et Marguerite Billaud, Occupation et résistance en Bretagne, 1940-1945. Les m (...)

11À partir de la fin des années 1960, une évolution du vocabulaire est sensible du fait de l’espace-temps et du contexte européen. D’une part, les témoins (à l’écrit comme à l’oral) parlent plus volontiers des nazis, faisant implicitement ou explicitement la distinction entre « les Allemands » et les « nazis », se situant de facto dans le cadre de la construction européenne et des nouvelles relations franco-allemandes en particulier depuis le traité de l’Élysée. Il est possible aussi que les témoins adoptent cette distinction entre Allemands et nazis lors d’un entretien intergénérationnel mais qu’entre eux, ce ne soit pas le cas27. D’autre part, le vocabulaire des « années 1968 » est très marqué par les références au fascisme, au nazisme, l’extrême gauche qualifiant volontiers tous ses adversaires de fascistes voire de nazis. Enfin, la confusion reste totale concernant les forces de répression allemandes, tandis que le terme « ennemi » a totalement disparu. Celui de « Boche » est rare, mais l’intimité familiale et amicale nous échappe28.

12Il faudrait certes une étude systématique et plus ample, mais ces quelques exemples permettent de préciser si le vocabulaire utilisé, associé à la chronologie, est un marqueur. Il est quasi certain que le terme « boche » hérité de la guerre précédente est lié à l’usage de la période d’occupation elle-même ou rapporté comme tel ; clairement connotés aussi les termes « hitlérien » ou « hitlérisme » que seuls les communistes emploient. En revanche, « Allemand », « nazi » ne semblent pas particulièrement contextualisés sauf peut-être celui de « nazi » dans les années 1968. Si le rapprochement franco-allemand joue un rôle dans cette évolution du vocabulaire, tous les témoignages, pour la zone nord, font référence à l’occupant plus qu’au régime de Vichy et ceci jusqu’à nos jours, ce qui les différencie du discours véhiculé par les médias qui insistent eux sur le régime de Vichy et tendent à occulter ou au moins à amoindrir le rôle de l’occupant.

Mémoire et représentations du poids de l’occupation

  • 29 Cf. la contribution de Léon Strauss dans ce même ouvrage.
  • 30 Cf. le site [http://www.struthof.fr/fr/accueil/].

13Même en mettant à part le cas de l’Alsace et de la Moselle29 très spécifique car les seules à être annexées, germanisées et nazifiées au point que l’Alsace est la seule région française à avoir sur son territoire un camp de concentration, celui de Natzweiler-Struthof30, la mémoire du poids de l’occupation allemande et donc du comportement de l’occupant n’est pas une mais multiple car les statuts, la durée de l’occupation, sa densité varièrent dans le temps et dans l’espace. Cette mémoire éclatée rend difficile l’établissement d’une périodisation des représentations et relève du défi– du moins dans le cadre de ce chapitre.

  • 31 L’heure allemande de l’occupation correspond à GMT + 1 en hiver et GMT + 2 en été.
  • 32 Qui cependant n’a jamais été continue dans l’espace.
  • 33 Qui est entretenue dans le cadre du « tourisme de mémoire ».

14Symboliquement, les citadins de la zone nord et les habitants du littoral, de la mer du Nord à l’Atlantique, s’en souviennent comme d’une occupation longue et pesante alors que les ruraux de cette même zone nord, se souviennent plus des incursions et des exactions de 1944. Au-delà de ce schéma, ce sont des réalités concrètes qui surgissent avec la même intensité au fil des ans et de l’espacement temporel. Pour les citadins, le souvenir d’une omniprésence est l’élément dominant qu’il s’agisse des panneaux allemands en écriture gothique, des réquisitions de bâtiments publics (écoles, lycées, etc.) ou d’immeubles privés, de logements, de cinémas etc., des contrôles d’identité, du couvre-feu, du changement d’heure31, tous éléments perçus comme autant de violences à des degrés variables. Sur la côte, la mémoire d’une densité d’occupation élevée32 est encore plus prégnante avec la mise en place d’une zone côtière interdite qui aggrave la situation de ses habitants. Elle implique de multiples laissez-passer, des difficultés ou l’impossibilité de faire venir sa famille pour une fête familiale, etc. Il en reste une mémoire qui insiste sur les exigences croissantes de l’occupant ; outre l’expulsion des habitations situées directement sur le littoral, ce sont les entraves à la circulation qui sont soulignées et en particulier l’accès au bord de mer. Enfin, les vestiges du « mur de l’Atlantique » entretiennent cette mémoire33.

  • 34 Sauf près de la ligne de démarcation.
  • 35 Soit les auxiliaires français du SD, soit la milice française (à partir de 1944 en zone nord) et l (...)
  • 36 Cf. l’ordonnance Sperrle du 3 février 1944 ; sur ces points Gaël Eismann, Hôtel Majestic. Ordre et (...)

15Les ruraux, en fonction de leur lieu d’habitation ou de travail – dans un bourg ou isolé –, n’ont pas les mêmes représentations du comportement de l’occupant : les souvenirs des réquisitions, des achats massifs sont très vifs mais excepté ces moments (et sans en avouer les profits), l’occupant est peu visible au début de la guerre34. Aussi les témoins insistent-ils sur la période 1943-1944 lorsque l’activité des résistants se déplace vers le monde rural avec les maquis entraînant la présence ou le passage de troupes allemandes. Avec constance, les habitants soulignent les exactions, les tortures, les exécutions menées par l’occupant et auxquelles participent les « miliciens35 ». En effet, à partir de l’été 1943 afin de lutter contre les « bandes terroristes », l’occupant réorganise ses services et durcit la répression qui s’étend non seulement aux maquisards et aux résistants mais aussi à la population civile dans la totalité du pays36. La mémoire de cette période chez les ruraux est alors nettement celle de la peur.

16Outre la diversité des situations dans le temps et dans l’espace, les évolutions chronologiques dans les mémoires et les représentations des Français du comportement de l’occupant sont difficiles à saisir à ce stade de la recherche. On peut noter cependant un tournant au cours des années 1970/1980 avec des allusions plus fréquentes à Vichy et une volonté d’essayer de distinguer entre les différentes forces de répression allemande.

Les trente années qui suivent la Libération

  • 37 Cf. les travaux de Pierre Laborie, en particulier Les Français des années troubles, Paris, Desclée (...)

17La fameuse affiche représentant le soldat allemand protégeant les populations abandonnées, la « correction » de celui-ci au début de l’occupation font partie des clichés véhiculés par certains. Cependant, il semble bien que, au début de l’occupation, l’image dominante de leur comportement est le fait qu’ils achetaient tout, y compris des produits hors de portée du Français moyen mais achetés par des soldats (et non comme ils auraient pu s’y attendre par des sous-officiers ou des officiers), en raison d’un taux de change favorable ; citadins comme ruraux y sont très sensibles. L’autre image véhiculée par la mémoire des citadins est celle des premiers « avis » annonçant des exécutions pour sabotages et ceci dès l’été ou l’automne 1940 selon les villes. Les représentations des Français sur ces débuts de l’occupation sont assez contrastées, parfois présentes chez la même personne ; elles témoignent d’une perception ambivalente durable37.

  • 38 Ils ont effectivement été recrutés en Ukraine ou en Géorgie lors de l’avancée de la Wehrmacht en U (...)

18Les références aux Allemands sont rarement précises excepté leur appartenance à la Marine, à l’Armée de l’air ou encore à la Feldgendarmerie. Les témoignages désignent souvent sous le terme de Gestapo tous les occupants allemands qui arrêtent des résistants, sans distinguer ou sans pouvoir distinguer entre les divers services. De même, dans certaines régions, il est fait référence aux SS plutôt lors de l’évocation de 1944 sans toujours faire de différence avec les Waffen-SS. Toujours, par rapport à 1944, les références à l’armée « Vlassov », à des Géorgiens ou des Ukrainiens, voire des Russes se multiplient. Plus que leur appartenance à des unités de Waffen SS38, c’est leur nationalité, leur « étrangeté » qui marque les témoins. On peut penser qu’ils assimilent leurs comportements à ceux des miliciens français, ne serait-ce qu’en raison de leur jusqu’auboutisme commun, se traduisant par les incendies de maisons, tortures et exécutions.

  • 39 Cf. ci-dessous.

19Dans les représentations de l’occupant, dès l’origine, les Français différencient souvent les Autrichiens des Allemands. Ce n’est pourtant pas visible et implique que « l’Allemand » concerné l’ait dit. Les références au comportement des Autrichiens accompagnent toujours l’idée d’un comportement « correct » et que les Autrichiens sous uniforme de la Wehrmacht n’étaient pas des nazis mais plutôt des victimes, « puisqu’ils ont été les premiers à être annexés contre leur gré ». Cette représentation est caractéristique de l’image que l’Autriche donnait d’elle-même après la guerre et a parfaitement fonctionné jusqu’à l’affaire Waldheim qui éclate en 1985-198639.

L’effet générationnel

  • 40 Robert O. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Le Seuil, 1973, 247 p.
  • 41 Notion attribuée au général de Gaulle mais qui ne correspond pas à la réalité ; cf. dans cet ouvra (...)

20Les années 1980 marquent un tournant ou au minimum un infléchissement dans la mémoire et les représentations que se font les Français du comportement de l’occupant allemand en zone nord. En effet si en 1973 la publication de l’ouvrage de Robert Paxton sur Vichy40 suscite quelque émoi dans les milieux intellectuels, il ne touche pas forcément l’ensemble de la population ; en revanche le film Le Chagrin et la Pitié dont la diffusion à la télévision est retardée jusqu’à l’élection de François Mitterrand a eu une résonance considérable parce qu’il remettait en cause l’idée (fausse) d’une France totalement résistante41 et surtout insistait sur le rôle du régime de Vichy, l’occupant étant peu présent. Cette (re)découverte du rôle joué par le régime de Vichy accompagne celle du sort des juifs en France. Inévitablement cela eut des répercussions sur la mémoire et les représentations de cette période.

  • 42 Aimé Bonifas, Les protestants nîmois durant les années noires, Montpellier, les Presses du Langued (...)

21Parallèlement, les « années 68 » voient l’arrivée à l’âge adulte d’une génération qui n’a pas connu la guerre mais s’interroge sur elle, sur le comportement de la génération précédente, celle des « pères ». Ces années de contestation tant en France qu’en RFA conduisent à un réexamen de la période de la guerre, d’autant plus que cette génération a bénéficié d’échanges scolaires franco-allemands pouvant favoriser une perception apaisée de l’ancien « ennemi héréditaire ». La « découverte » du passé de certains hommes politiques français ou étrangers, les procès qui se tinrent en France ou à l’étranger influencent les écrits et les témoignages oraux postérieurs aux années 1970. Ainsi, l’idée que les Autrichiens n’étaient pas nazis voire étaient des victimes, s’émousse avec l’affaire Waldheim lorsque celui-ci est élu à la présidence de la République autrichienne en 1986 après avoir été secrétaire général de l’ONU (1972-1981) ; persona non grata aux États-Unis et dans plusieurs pays par suite de la controverse sur son passé, cela conduit l’Autriche à avoir un regard plus critique sur son attitude entre 1938 et 1945. Il est difficile de connaître l’impact de ces débats sur la mémoire du comportement des Autrichiens pendant l’occupation. Il semble bien que quand il s’agit de marquer une différence de comportement en faveur des Autrichiens, mémorialistes et témoins continuent de le souligner, tel ce déserteur autrichien de l’armée allemande aidé par une femme médecin à Nîmes42. Inversement, cela peut-il permettre le franchissement d’un non-dit antérieur ?

  • 43 Cf. par exemple Dominique Veillon, Vivre et survivre en France, 1939-1947, Paris, Payot, 1995, 371 (...)

22Malgré les changements intervenus dans la connaissance du rôle de Vichy, les témoignages de la zone nord restent marqués par le comportement de l’occupant avec, cependant, des annotations, des remarques plus fréquentes sur le rôle des forces de l’ordre françaises (policiers et gendarmes), soit pour insister sur leurs méfaits, soit au contraire pour souligner leurs actions de résistance ; en revanche, les exactions, les tortures effectuées par les auxiliaires français, militants dans les partis collaborationnistes, et par les milices – française et bretonne – étaient déjà signalées antérieurement. Ils insistent plus souvent qu’auparavant sur le durcissement de l’occupation en 1943-1944 tant dans la vie quotidienne que dans la traque des résistants ou des réfractaires au STO. Tous insistent sur la multiplication des contrôles en ville mais aussi à la campagne, sur un rationnement de plus en plus dur attribué à l’occupant et à Vichy qui lui obéit. Cette insistance sur la vie quotidienne est due à l’intérêt pour celle-ci tant chez les historiens43 que dans la population, en lien avec « l’effet génération » car les témoins les plus jeunes n’ont pas la même mémoire du comportement des Allemands que leurs aînés, à l’exception de ceux qui ont assisté à des arrestations ou ont dû se cacher. Le durcissement de l’occupation est mis en avant pour souligner la multiplication des réquisitions en hommes pour aller travailler sur le mur de l’Atlantique ou à tel ou tel terrassement destiné à la défense de l’occupant ; mais il faut attendre les années 1990-2000 pour reconnaître qu’en 1943 cela permettait d’échapper au STO et au départ en Allemagne. Dans ces mêmes années, resurgit plus vigoureusement la mémoire des expéditions meurtrières de 1944 menées par l’occupant et ses auxiliaires, qui atteignent non seulement les résistants et les maquisards mais aussi la population.

  • 44 Ceci étant favorisé par l’accès aux archives conservées en URSS et dans les pays d’Europe de l’Est
  • 45 Cf. Jean-Louis Laubry, « Les crimes de guerre dans l’Indre et le Cher : un repère mémoriel de la S (...)

23Plusieurs facteurs interviennent dans l’évolution de ces représentations, mais l’espace-temps est primordial tant pour le contexte individuel que national et international. La fin de la guerre froide et l’unification allemande redonnent à la Seconde Guerre mondiale, une vision plus européenne moins « ouest-européenne44 » ; en France, la montée du Front national conduit à une réactivation des témoignages et mémoires avec une insistance sur le sort de la population juive en raison des multiples « dérapages » de Jean-Marie Le Pen. D’autre part, « l’effet génération » prend une autre dimension avec la question de la transmission non plus aux enfants mais aux petits-enfants fort éloignés de la société et des modes de pensée des années 1940. Enfin, outre les histoires familiales propres à chaque témoin, le contexte international de la fin du siècle conduit, dans les guerres en cours dans les années 1990-2000, à insister sur les victimes civiles « non partisanes » ; cette « victimisation » pèse sur la mémoire collective et les représentations du comportement allemand sous l’occupation. On voit la résurgence ou l’émergence d’une mémoire douloureuse due aux exactions et représailles de l’occupant : exécutions d’otages, fermes et habitations incendiées comme à Maillé (Indre-et-Loire), Saint-Marcel (Morbihan), dans le Berry45, etc. La distance chronologique, la résurgence de mémoires enfouies car douloureuses conduisent à insister sur les derniers mois ; il est possible que consciemment ou inconsciemment joue aussi la comparaison avec l’Europe de l’Est.

  • 46 Pour reprendre le titre d’un ouvrage sous la direction de Stéphane Courtois et Adam Rayski, Qui sa (...)

24Pendant les trente dernières années, contrairement à la période précédente, la mémoire et les représentations du comportement allemand sous l’occupation en France se nuancent et se précisent. Allemands et nazis sont plus souvent différenciés, tandis que la Wehrmacht n’est plus exemptée systématiquement de crimes contre les civils tandis que les Géorgiens, Ukrainiens, etc., sont désormais perçus comme appartenant aux Waffen-SS. En même temps, revient la question centrale « qui savait quoi46 ? » à propos de l’extermination des juifs parallèlement à la même interrogation pour les autorités françaises.

  • 47 René et Marguerite Billaud, op. cit., p. 73.
  • 48 Il s’agit d’un webdoc participatif ; la version étudiée est celle de 52 minutes. Mémoire de civils (...)

25Cependant, la fin du XXe et le début du XXIe siècle semblent marqués, excepté les moments forts, par une quasi occultation ou sous-estimation de l’occupant dans la mémoire collective telle qu’elle apparaît dans les médias. Pour les rafles et arrestations de juifs, le rôle de la police française est mis en avant en oubliant presque la présence allemande, alors que tel témoignage local évoque un petit groupe de juifs conduits à la gare de Rennes, encadrés par les Allemands47. En 2013, un web doc48 a été mis en ligne interrogeant des témoins, pour la plupart enfants ou adolescents en 1940 ; la présentation globale du contexte insiste sur une guerre où les civils sont les principales victimes. Les personnes interrogées, originaires de zone nord (principalement Paris et sa région) rappellent certes l’attitude des autorités françaises mais soulignent le poids de la présence de l’occupant. Il faudrait bien sûr nuancer en fonction de l’histoire personnelle des témoins et réaliser une étude plus approfondie, ne serait-ce que pour savoir si toute la période est perçue de la même manière.

26Les années 2000 voient ainsi un double rejeu de la mémoire de l’occupation allemande en France. D’une part, l’image dominante donnée par les médias est celle d’une réévaluation du rôle de l’État français dirigé par Pétain pouvant aller jusqu’à « l’oubli » de l’occupant, tandis que les témoins, eux, n’oublient pas. D’autre part, l’espace-temps, le contexte européen avec le rapprochement franco-allemand conduisent à avoir des représentations du comportement de l’occupant plus nuancées voire plus précises selon les périodes.

27J’ai essayé de montrer ce qu’il en était des représentations et de la mémoire des Français quant au comportement de l’occupant allemand. Les sources sont multiples dans le temps et dans la forme ce qui peut rendre complexe l’analyse car selon les supports, l’expression n’est pas la même (ni bien sûr selon le niveau d’instruction). S’il est vraisemblable que les représentations du comportement de l’occupant ont été influencées par la distance aux faits, par les relations franco-allemandes et par les « découvertes », des constantes sont sensibles : l’ambivalence du début de l’occupation, le durcissement avec une répression de plus en plus visible et pouvant toucher tout individu. Toutefois, les conflits de mémoire (évolutifs), la médiatisation des débats d’historiens, sans toujours beaucoup de précautions, ont conduit les médias à ne plus guère évoquer l’occupation. Les témoins de l’ancienne zone nord, eux, ne l’occultent pas, quitte à ce que la volonté de transmettre aux générations suivantes tienne compte de l’évolution des relations entre la France et la RFA. Mais il faut redire que tout ceci mériterait d’être nuancé et approfondi dans le temps et dans l’espace lors d’études ultérieures.

Notes

1 Cf. Ceux de Paul Ricœur, Henry Rousso, Annette Wieviorka, Pierre Laborie, etc.

2 Les autres commémorations n’évoquent guère l’occupant ou/et sont surtout révélatrices des tensions internes à la France dans un contexte de guerre froide. Cf. La Mémoire des Français : quarante ans de commémorations de la Seconde Guerre mondiale, Paris, éd. du CNRS, 1986, 400 p.

3 Quotidien créé en 1899, soutien du Parti démocrate populaire pendant l’entre-deux-guerres, il continue de paraître pendant l’occupation. Il couvre le grand Ouest (Bretagne, Pays de Loire et Basse-Normandie).

4 Cf. les conditions de rédaction de cette presse évoquées par Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la Résistance. Défense de la France, 1940-1949, Paris, Le Seuil, coll. « L’univers historique », 1995, p. 36-37.

5 J’ai consulté la presse clandestine numérisée par la BnF ; les références et le mode d’emploi sont sur le site de la Fondation de la Résistance.

6 Telle La Bretagne, ouvrière paysanne et maritime.

7 Il faudrait y ajouter les variantes concernant le monde paysan ou ouvrier et la presse des divers mouvements clandestins en lien avec le PCF ou le Front national.

8 Numéro spécial qui encourage les attentats individuels.

9 France d’Abord, no 8, septembre 1942.

10 Ibidem, no 40, 15 janvier 1944.

11 Les FTPF ont pour la plupart moins de 30 ans et n’ont donc pas combattu en 1914-1918.

12 Signé Indomitus (Philippe Viannay).

13 Défense de la France, 20 décembre 1941 : « Lettre d’un catholique à Son Éminence le cardinal Baudrillart. »

14 Olivier Wieviorka, op. cit., p. 42-43.

15 Zone nord.

16 Organe des Mouvements unis de Résistance, édition spéciale de la région lyonnaise.

17 Il s’agit bien sûr du coup de main organisé par Lucie Aubrac pour libérer son mari et ses compagnons.

18 Article intitulé « De l’audace ! » en p. 2.

19 Sous réserve d’un inventaire plus systématique.

20 Seuls quelques moments forts sont retenus ici.

21 Successeur de Défense de la France depuis novembre 1944.

22 Journal créé en zone sud dans la clandestinité par le mouvement de résistance du même nom.

23 Journal du MRP (Mouvement républicain populaire).

24 Le journal reparaît en novembre 1944 avec une édition en français et une en allemand : « Capitulation sans conditions de l’Allemagne » et en allemand : « Bedingungslose Kapitulation Deutschlands ».

25 Ouvrage collectif paru aux éditions sociales.

26 Noël-Noël, Le Père tranquille, Paris, Hachette, coll. « Bibliothèque verte », 1958, 188 p.

27 Mais les sources sont rares sur ce dernier point.

28 Cf. par exemple René et Marguerite Billaud, Occupation et résistance en Bretagne, 1940-1945. Les mémoires du commandant Gilles. La vie ardente et secrète de l’Époque, Mayenne, imprimerie de la Manutention, 1986, 2e édition revue et corrigée [1re édition en 1985], 300 p.

29 Cf. la contribution de Léon Strauss dans ce même ouvrage.

30 Cf. le site [http://www.struthof.fr/fr/accueil/].

31 L’heure allemande de l’occupation correspond à GMT + 1 en hiver et GMT + 2 en été.

32 Qui cependant n’a jamais été continue dans l’espace.

33 Qui est entretenue dans le cadre du « tourisme de mémoire ».

34 Sauf près de la ligne de démarcation.

35 Soit les auxiliaires français du SD, soit la milice française (à partir de 1944 en zone nord) et la milice bretonne.

36 Cf. l’ordonnance Sperrle du 3 février 1944 ; sur ces points Gaël Eismann, Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, 2010, p. 416 sq. ainsi que Gaël Eismann et Stefan Martens (dirigé par), Occupation et répression militaire allemandes, 1939-1945. La politique du « maintien de l’ordre » en Europe occupée, Paris, éd. Autrement, 2007, 259 p.

37 Cf. les travaux de Pierre Laborie, en particulier Les Français des années troubles, Paris, Desclée de Brouwer, 2001, 266 p.

38 Ils ont effectivement été recrutés en Ukraine ou en Géorgie lors de l’avancée de la Wehrmacht en URSS, souvent parmi les prisonniers de guerre.

39 Cf. ci-dessous.

40 Robert O. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Le Seuil, 1973, 247 p.

41 Notion attribuée au général de Gaulle mais qui ne correspond pas à la réalité ; cf. dans cet ouvrage la contribution de Pierre Laborie.

42 Aimé Bonifas, Les protestants nîmois durant les années noires, Montpellier, les Presses du Languedoc, 1993, p. 33-45. L’auteur est un pasteur (1920-2013), résistant, ancien déporté.

43 Cf. par exemple Dominique Veillon, Vivre et survivre en France, 1939-1947, Paris, Payot, 1995, 371 p. et, résultat d’une enquête menée par l’ihtp-cnrs, sous la direction de Dominique Veillon et Jean-Marie Flonneau, Le temps des restrictions en France, 1939-1949, dans Les Cahiers de l’IHTP, mai 1996, numéro spécial, 539 p.

44 Ceci étant favorisé par l’accès aux archives conservées en URSS et dans les pays d’Europe de l’Est.

45 Cf. Jean-Louis Laubry, « Les crimes de guerre dans l’Indre et le Cher : un repère mémoriel de la Seconde Guerre mondiale ? », dans Pierre Allorant et Noëlline Castagnez (dir ;), Mémoires des guerres. Le Centre-Val-de-Loire, de Jeanne d’Arc à Jean Zay, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2015, p. 187-202.

46 Pour reprendre le titre d’un ouvrage sous la direction de Stéphane Courtois et Adam Rayski, Qui savait quoi ? L’extermination des Juifs, 1941-1945, Paris, La Découverte paru en 1987 quelques années avant que les archives conservées en Europe de l’Est permettent d’éclairer cette question tout en en posant d’autres.

47 René et Marguerite Billaud, op. cit., p. 73.

48 Il s’agit d’un webdoc participatif ; la version étudiée est celle de 52 minutes. Mémoire de civils : l’occupation racontée par nos grands-parents, réalisé par Aladin Farré pour Herodotevidéo, mis en ligne sur Youtube le 18 juin 2013. Je remercie mes étudiants de L3 (2013-2014) d’avoir attiré mon attention sur ce webdoc.

Auteur

Professeur émérite à l’université Rennes 2, membre du CERHIO (CNRS).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540