Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Chapitre I. Représentations dominantes

Résistantes et résistance féminine : une mémoire chaotique

Catherine Lacour-Astol

Texte intégral

1Quatre résistants, dont deux femmes, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion, ont été récemment panthéonisés. La parité instaurée dans le choix des élus de la reconnaissance nationale souligne en creux la longue occultation des résistantes, et plus généralement des femmes, de la mémoire nationale.

2La place modeste occupée par les résistantes dans la mémoire collective ne fait pas débat. Peu de visibilité dans l’espace public par les noms de rues ou les plaques commémoratives, peu ou pas de lieux de mémoire… Pourtant, dès la période de la clandestinité, et plus encore en sortie de guerre, la mobilisation des femmes dans la Résistance a été objet de louange. À tel point que l’on peut lire, dans un numéro des Cahiers du Maine Libre de juin 1945 consacré à « la Femme dans la Résistance », ce constat qui ne manque pas de nous surprendre aujourd’hui :

  • 1 « La femme dans la Résistance », Les Cahiers du Maine Libre, no 9, juin 1945, p. 1.

« Il semble que tout ait été dit sur ce sujet. Il n’est pas un journal qui n’ait exprimé une admiration profonde pour les femmes qui se sont enrôlées dans l’Armée des Résistants. Leur activité, leur héroïsme ont été magnifiés comme il se doit1… »

  • 2 Marie-France Brive, Rolande Trempé, « Où sont passées les résistantes dans la mémoire nationale ?  (...)

3Où sont passées les résistantes dans la mémoire nationale ? La question, posée dès les années 1990 par Marie-France Brive et Rolande Trempé2, obtient depuis une réponse généralement tranchée : victimes d’un triple déni, les résistantes seraient les « grandes oubliées » de l’histoire, de la mémoire, comme de la reconnaissance. La distorsion entre l’éclairage qui a immédiatement entouré la mobilisation féminine et l’ombre qui l’a ensuite recouverte, illustration saisissante du caractère non linéaire de la construction des mémoires, incite à nuancer cette réponse, en mettant à l’épreuve l’hypothèse d’une évolution contrariée de la mémoire de la Résistance féminine. Sur ce terrain encore peu balisé, tout au moins à l’aune du genre, la réflexion proposée ici prend appui sur un espace spécifique, le Nord, approche qui autorise la comparaison dans l’espace (échelle nationale/échelle locale) comme dans le temps (sorties de guerre des deux conflits mondiaux).

4Comment expliquer l’effacement des résistantes, et de la résistance fémi nine, de la mémoire de la Résistance ? Quel rôle conférer aux acteurs – et particulièrement aux résistantes – dans l’évolution de la part réservée au féminin dans cette mémoire chaotique ?

Résistance, genre, et discours dominants en sortie de guerre

5La sortie de guerre est un temps de deuil. Les discours dominants, gaulliste et communiste, proposent alors une vision doloriste de l’expérience d’occupation. Cet imaginaire de la souffrance rencontre dans le Nord un écho exacerbé du fait de la récurrence des atrocités (l’espace septentrional a été trois fois envahi) comme de l’importance prise par les fusillades. À l’occasion de la visite qu’il effectue à Lille à l’automne 1944, le général de Gaulle prononce un discours qui, s’il évoque une communauté de souffrance sans distinguer entre les sexes, propose une conception exclusivement masculine du combat pour la libération du territoire.

  • 3 Discours du général de Gaulle, Lille, 1er octobre 1944. Retransmis par la radio, ce discours est r (...)

« La voilà donc libérée, la chère, la vieille ville de Lille, la voilà sortie de l’océan de souffrances et d’humiliations où elle a été plongée, sans avoir jamais rien perdu de sa fierté et de sa dignité, sans avoir jamais, une seconde, failli à l’espérance. […] L’épreuve qui se trouve devant nous s’appelle maintenant la reconstruction du pays en même temps que la guerre […] nous y serons avec toutes nos forces disponibles, nous y serons avec cette armée que nous avons formée, homme par homme, avion par avion, dans l’Empire, […] cette armée, dans sa marche du sud au nord, a fait 60 000 prisonniers […] tandis que nos braves troupes constituées spontanément de l’intérieur, sorties de l’espérance et de la volonté nationale, en ont fait plus de 35 0003. »

  • 4 François Rouquet, « Épuration, Résistance et représentations : quelques éléments pour une analyse (...)

6Cette vision guerrière, qui établit une hiérarchie très nette entre les différentes composantes de l’armée alors en ordre de bataille, semble ne laisser aucune place au féminin. Le genre s’invite cependant dans le système de représentation gaulliste par la fonction centrale dévolue symboliquement à la France-femme. Contre le discours de Vichy fustigeant une République féminisée, assimilant la faiblesse – et donc la défaite – au genre féminin4, la Libération renoue avec un imaginaire positif, dans lequel la femme est à la fois l’allégorie de la République restaurée et de la France rendue à elle-même. L’affiche Libération, commandée par le Gouvernement provisoire de la République française à Philippe Grach dit Phili, illustre cette vision sexuée qui, en assimilant la France au féminin, fait de la femme l’incarnation de l’espérance nationale, et donc la matrice du redressement.

  • 5 Marie Hackin disparaît en mer en février 1941 sur le vapeur Jonathan torpillé par les Allemands. B (...)

7Dans le système de représentation gaulliste, les résistantes, et la résistance féminine en actes, pâtissent de représentations convenues du féminin, de la vision guerrière de la Résistance, de la conception indivisible de la Nation réaffirmée avec force à la Libération. La portion congrue allouée aux résistantes dans l’ordre de la Libération (six femmes sur les 1 036 Compagnons) ne saurait donc surprendre. Plus significatif est le fait que les itinéraires choisis soient ceux de résistantes mortes – pour quatre d’entre elles5 – et/ou ayant connu la déportation. Alors que les Compagnons sont, pour l’essentiel, une communauté de vivants, les résistantes incarnent en leur sein la souffrance consentie par la Nation. En posant les résistantes honorées comme des icônes du sacrifice, le discours gaulliste emprunte à l’imaginaire de la Grande Guerre, tel qu’il s’était exprimé dans la mémoire régionale des territoires envahis. Dans le Nord en effet, Louise de Bettignies, une résistante avant la lettre, décédée en captivité, avait incarné la figure de l’héroïne, inscrite dans la pierre par un monument lillois érigé par souscription nationale et inauguré en 1927. Surtout, son itinéraire avait donné lieu à une expression originale (« héroïque victime »), qui signale l’héroïsme comme qualificatif inhérent au refus du statut imposé de victime.

8Héritage de la Grande Guerre, la figure de “l’héroïque victime” connaît une seconde vie, sous l’Occupation, dans le système de représentations proposé par le discours communiste. Dans cette vision, la répression endurée est posée comme le marqueur suprême de l’engagement résistant, ce qui oblige à considérer le sacrifice des femmes au même titre que celui des hommes. Aussi, dans le panthéon des héros communistes du Nord, aux côtés de Joseph Hentgès, un vieux militant communiste arrêté comme otage et fusillé en avril 1942, ou de Charles Debarge, auteur de nombreux sabotages et attentats dans le bassin minier, abattu en septembre 1942, figure une femme, Suzanne Blin. Le martyre de cette résistante communiste, décédée en mars 1944 à la prison de Douai des suites des tortures infligées alors qu’elle était probablement enceinte, est le symbole d’une violence extrême faite aux femmes, comme du sacrifice que les résistantes ont accepté en conscience. À l’égal de celui de Danielle Casanova à l’échelle nationale, son nom, mobilisé dès la période de la clandestinité pour fustiger la barbarie de l’occupant, doit dire, en sortie de guerre, le martyre et la résistance des femmes.

9Dans la vision doloriste de l’expérience d’occupation proposée par les discours dominants, les résistantes incarnent, spécifiquement dans le discours gaulliste, de manière partagée dans le discours communiste, le sacrifice consenti. L’ordonnance du 21 avril 1944, qui met fin à l’exclusion politique des femmes, est d’ailleurs perçue comme la consécration officielle d’une mobilisation sans précédent. Pourtant, cette reconnaissance immédiate échoue à s’inscrire dans la durée, à former le socle de la fabrique d’une mémoire spécifique ou, pour le moins, à autoriser l’inscription des résistantes dans les mémoires de la Résistance.

Quels obstacles à la fabrique d’une mémoire partagée ?

10Après-guerre, l’éviction des résistantes des mémoires en construction s’inscrit dans une dynamique traditionnelle d’invisibilité des femmes dans le paysage mémoriel. Elle procède aussi, en premier lieu, de la nature même de l’engagement résistant féminin.

11La singularité de cet engagement, précocement soulignée par les protagonistes elles-mêmes, tient à sa précocité, sa spontanéité, son caractère massif, son ancrage dans le quotidien des femmes. Dans un discours prononcé à Londres le 20 avril 1944, Lucie Aubrac explique que la guerre est devenue « l’affaire des femmes » par leur condition de gardiennes du foyer. Cette mobilisation spontanée, en tant que femmes, est aussi évoquée par Émilienne Moreau, dans un discours moins connu, prononcé lui aussi depuis Londres :

  • 6 Discours de Mme Émilienne Moreau à sa conférence de presse tenue le 15 août 1944, émilienne Moreau (...)

« La femme française a réagi, j’oserai dire, plus vite que les hommes, parce que mère de famille, elle s’est trouvée aux prises avec des difficultés que ne connaissent pas les hommes […] On vit les femmes parcourir les campagnes afin de trouver la pitance nécessaire pour nourrir et élever leurs enfants. Parmi elles, parmi aussi les jeunes filles de toutes classes, s’éleva un souffle de révolte contre l’envahisseur, et elles se mirent au service de la Résistance6… »

12Dans la vision proposée par ces deux résistantes, l’engagement féminin épouse des contours spécifiques. Si Émilienne Moreau, résistante originaire de la zone interdite, évoque particulièrement le soutien aux soldats anglais, Lucie Aubrac dépeint plus généralement une « bataille de la solidarité » exercée à l’endroit de toutes les victimes de la persécution ou de la répression.

  • 7 André Malraux, « Entre ici, Jean Moulin … », Discours prononcé devant le Panthéon, Paris, 19 décem (...)
  • 8 Pierre Judet, « Pour une histoire sociale et localisée de la résistance et de sa mémoire », journé (...)
  • 9 La plaque, discrète, est apposée au 9 de la rue St André, dans le centre de Lille.

13En 1964, l’hommage rendu par André Malraux à cet engagement sans gloire, à travers l’évocation des “femmes noires de Corrèze” bravant, immobiles et silencieuses, l’ordre allemand, ou le souvenir de “la dernière femme morte à Ravensbrück pour avoir donné asile à l’un des nôtres”, est, comme le discours dont il est issu, exceptionnel7. L’inscription de la résistance féminine dans la continuité des rôles sociaux traditionnels fait généralement obstacle à son identification, à son éloge public, donc à sa commémoration. Non loin des Glières, sur l’école de Manigod, une plaque commémorative rappelle que les maquisards trouvèrent ici « un refuge, grâce au soutien des habitants8 ». Les plaques de ce type, associant dans l’hommage les membres de la communauté villageoise, semblent peu nombreuses. Celles destinées à l’éloge individuel, qui plus est décliné au féminin, sont l’exception. Ainsi de celle apposée à Lille, qui porte cette brève mention : « Ici se terrèrent durant la clandestinité les chefs du MLN. À Madame Brouillard, Merci9. »

  • 10 Maurice Schumann, Honneur et Patrie, 16 décembre 1943, dans Jean-Louis Cremieux-brilhac, Les Voix (...)
  • 11 Ibid.

14Si la modalité dominante de leur engagement, depuis le cœur du foyer, entrave la construction d’un imaginaire de la Résistance ouvert aux femmes, il en va paradoxalement de même de l’engagement atypique et minoritaire de celles qui ont investi la sphère du combat. La figure de la combattante est pourtant apparue dans les discours de guerre dès 1943, Maurice Schumann évoquant la « femme-soldat » sous les traits d’une Yveline, « combattant du maquis parmi les autres », ou d’une Arlette, « combattant de l’Armée Secrète parmi les autres10 ». L’évocation des femmes en armes doit asseoir la légitimité du projet d’intégration politique. Le propos donne donc à voir un engagement massif – « des centaines de milliers de combattantes » –, qui n’a rien à envier à celui des hommes et souligne une égalité « naturelle, instinctive, dans le choix du sacrifice11 ». En août 1944, les clichés de « Nicole » (Simone Ségouin), pris à Chartres (le 23 août, lors de la venue de De Gaulle) puis à Paris (à l’occasion des combats de l’insurrection), font de cette jeune résistante, photographiée arme au poing, l’incarnation de la partisane dont les exploits sont alors loués par la presse clandestine communiste.

15Pourtant, en sortie de guerre, la Résistance a une figure emblématique, le partisan, et des lieux de mémoire consacrés, particulièrement les lieux d’exécution comme le mont Valérien. L’affiche, le timbre postal (en 1947, la vignette du premier timbre « Résistance » présente un résistant menotté par deux soldats allemands), la statuaire monumentale (le monument « aux maquis de France », inauguré au Mont-Mouchet en juin 1946, s’orne de deux sculptures massives représentant deux hommes armés de mitraillettes Sten), contribuent à imposer une vision strictement masculine de la Résistance, tout à la fois guerrière (le maquisard) et éprouvée (le fusillé). Cette exclusive masculine trahit l’échec de la construction d’une figure féminine de la résistante.

16La figure de la combattante est victime du contexte même de son émergence. La Libération, comme le succès final du combat suffragiste, prive de raison d’être une figure invoquée dans un cadre précis. Surtout, l’image de la femme en armes heurte profondément les représentations dominantes du féminin. En témoignent les efforts déployés par Maurice Schumann pour priver la figure de la combattante, ici Lucie Aubrac, de son caractère subversif :

  • 12 Maurice Schumann, Honneur et Patrie, 24 mars 1944, dans Jean-Louis Cremieux-brilhac, Les Voix de l (...)

« On regarde cette femme. […] On la regarde et on se la représente avec une aiguille à tricoter, ou, tout au plus, avec un morceau de craie entre les mains. Et puis, on apprend soudain que, voici quelques semaines, ce qu’elle avait entre ses mains, c’était une mitraillette, qu’elle était le chef d’un groupe d’action de 12 membres, de 12 soldats, qui a arraché 14 patriotes des griffes de la Gestapo. Et puis, on apprend encore que, parmi ces 14 Français délivrés, il y avait son propre mari […] et que – le jour où elle ouvrit le feu sur ses geôliers allemands pour le libérer – elle attendait déjà son deuxième enfant12… »

17À la Libération, si l’idée s’impose selon laquelle les femmes peuvent, au même titre que les hommes, participer à la défense nationale comme à la vie politique, la « femme nouvelle » renoue avec l’éternel féminin. La figure détonante de la combattante, et qui plus est de la combattante-mère, ne résiste pas à l’épreuve de la sortie de guerre et de la démobilisation, qui signe le retour à un ordre des sexes dans lequel la place de la femme est au foyer, et son destin, la maternité.

18Après-guerre, la dimension féminine du combat résistant, portée initialement par des actrices isolées, tend à disparaître des représentations de la Résistance. Pour qu’elle se perpétue, il aurait fallu que les résistantes investissent massivement les cercles résistants à l’origine de la fabrique d’une mémoire résistante. Or, elles ne l’ont pas fait. Et leur réserve a trouvé un écho dans la place marginale qui leur a été allouée dans les associations d’anciens des grandes organisations. Les résistantes sont ainsi presque totalement absentes des bureaux des organisations résistantes issues de la clandestinité. Dans le Nord, Marthe Desrumeaux, à la tête des anciens Francs Tireurs et partisans français en 1946, fait exception.

  • 13 Appellation donnée localement au réseau Sylvestre-Farmer du Special Operations Executive.
  • 14 AdN, CDL, 33W 3880455, URRNF, septembre 1945.

19Les associations d’anciens résistants reproduisent ainsi une hiérarchie des rôles ancienne. Les résistantes qui prennent place dans les commissions des organisations le font dans les commissions féminines ou dans les comités sociaux. Dans le Nord, l’Union des Résistants de la Région du Nord de la France (URRNF), qui fédère les organisations d’anciens des grandes organisations nationales (FTP, Libé-Nord, CDLR, OCM, ORA, POWN) ainsi que les puissantes organisations régionales (Voix du Nord, « Organisation franco-anglaise du Capitaine Michel13 »), est exemplaire de cette dynamique. Dans cette vaste organisation, dont le but affiché est de lutter contre l’oubli et le discrédit qui menacent la Résistance, les femmes, avec trois postes sur six, sont bien représentées dans la commission du service social. Elles sont par contre totalement absentes des huit autres commissions créées, dont celles de l’historique des mouvements, des décorations, de la propagande14, en somme de celles qui vont jouer un rôle effectif dans la fabrique de la mémoire résistante. Aussi la mémoire du combat résistant portée par ces associations, construite par leurs chefs masculins, est attentive à la lutte armée et à la dimension militaire du combat clandestin, qui permet de poser les anciens résistants en anciens combattants.

  • 15 AdN, CRR, 27W 28 3322, rapport du commissaire aux renseignements généraux de Lille, 5 juin 1945.
  • 16 Philippe Mezzasalma, « L’Adir, ou une certaine histoire de la déportation des femmes en France », (...)

20Dans le prolongement de l’implication traditionnelle des femmes dans les œuvres sociales, les résistantes investissent davantage les associations d’anciens des victimes de la répression, où elles occupent plus souvent des fonctions de décision. Dans le Nord, l’antenne locale de l’Association des Français condamnés par les conseils de guerre allemands est dirigée à partir de l’été 1945 par une résistante, Madeleine Martinache, avocate au barreau de Lille. À cette date, les femmes représentent 1/5e des candidats administrateurs soumis aux votes des membres de l’Association15. À l’échelle nationale, l’Adir (Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance), créée dès 1944 pour honorer la mémoire des camarades disparues, est la seule structure non mixte de l’époque16.

21La pesanteur de représentations traditionnelles du féminin, la présence marginale des résistantes dans les organisations résistantes issues de la clandestinité, contribuent à l’effacement précoce de l’engagement résistant féminin. Mis en perspective avec ses résurgences récentes, le caractère inabouti de cette mémoire invite à proposer quelques pistes pour l’établissement d’une chronologie comparée des mémoires à l’aune du genre.

Genre et mémoires de la Résistance Des mémoires enchevêtrées ?

  • 17 Agnès Humbert, Notre Guerre, Paris, Émile-Paul frères, 1946.
  • 18 Sabine Hoisne, Chambre 535 ou mes cinq prisons sous l’occupation, Limoges, Société des Journaux et (...)
  • 19 Élisabeth Terrenoire, Les femmes dans la Résistance, Combattantes sans uniforme, préface de Genevi (...)

22La sortie de guerre (1944-1946) représente une parenthèse éphémère au cours de laquelle la commémoration de la Résistance, inclusive, ne distingue pas, ou peu, entre les sexes. Parmi les quinze Compagnons dont les cercueils sont rassemblés autour de l’Arc de Triomphe lors de la cérémonie du 11 novembre 1945, figurent deux résistantes : Berty Albrecht et Renée Lévy. En octobre 1944, les noms de Danielle Casanova et de Berty Albrecht sont, comme ceux de Pierre Brossolette ou de Jean-Pierre Timbaud, distingués par l’attribution d’une rue parisienne. Le rassemblement de la communauté autour de ses morts dit l’hommage de la Nation à ceux qui lui ont sacrifié leur vie. Dans les discours dominants, la célébration des résistantes martyres laisse leurs actes dans l’ombre. Ce silence est en partie compensé par les actrices du combat résistant, qui font publier leurs souvenirs ou journaux, à l’instar d’Agnès Humbert17 ou de Sabine Hoisne18. Enfin, en 1946, Élisabeth Terrenoire propose un premier travail de synthèse19, dans lequel elle souligne le caractère pionnier de la résistance féminine.

  • 20 Voir à ce sujet Cécile Vast, « Sur l’héritage de la Résistance : fidélité, témoignage et écriture (...)

23Ce premier temps propice à l’émergence d’une mémoire partagée n’est cependant pas univoque. Les tontes purificatrices, l’opprobre qui entoure la femme coupable de relations avec l’ennemi, signent un châtiment sexué. Si la figure de la « tondue », ou celle de la collaboratrice, éclaire par effet de miroir celle de l’héroïne, elle rappelle surtout, comme cela avait été le cas pour la « femme à boches » en sortie de Grande Guerre dans les territoires envahis, que le genre de la Nation n’est pas devenu neutre avec le conflit. Victime d’un effacement destiné à rendre aux seuls acteurs masculins la sphère du combat, la figure de la combattante échoue à franchir l’épreuve de la sortie de guerre. La faible demande féminine de reconnaissance laisse le champ libre à la construction d’une vision masculine et guerrière du combat résistant, qui va dominer jusqu’au milieu des années 1970 un paysage mémoriel fragmenté. Pendant cette période marquée par un profond délitement de l’identité de la Résistance20, l’éclipse de la résistante n’est cependant pas totale. Mais la ligne de partage sexuée des mémoires du combat résistant fait de la résistante l’incarnation privilégiée de la figure de « l’héroïque victime », dont la sortie de guerre avait vu le rejeu asexué.

  • 21 André Malraux, La Politique, La Culture. Discours, articles, entretiens (1925-1975), Paris, Gallim (...)

« Les résistantes furent les joueuses d’un terrible jeu. Combattantes, non parce qu’elles maniaient des armes (elles l’ont fait parfois) ; mais parce qu’elles étaient des volontaires d’une atroce agonie21. »

  • 22 Nicole Chatel, Des femmes dans la Résistance, Paris, Fayard, 1972. Outre ce recueil, on peut citer (...)
  • 23 Nicole Chatel, op. cit., p. 9.

24Ce discours, prononcé le 10 mai 1975 par André Malraux à Chartres en présence de rescapées de Ravensbrück, constitue le point d’orgue d’une projection sacralisée de la résistance féminine, identifiée à son calvaire. Sous l’effet conjugué de la demande de reconnaissance sociale à l’endroit des femmes portée par le mouvement féministe, du déplacement de l’angle de vision des historiens vers les anonymes, de la naissance d’un courant historique désireux de redonner aux femmes leur place d’actrices, le souvenir de l’engagement féminin, et des résistantes qui l’ont incarné, refait surface. La question du rôle des femmes dans la Résistance, inscrite en 1968 au concours national de la Résistance et de la Déportation, fait l’objet, en 1975, d’un colloque organisé à la Sorbonne sous l’égide de l’Union des Femmes Françaises. L’intérêt pour les « oubliées » donne lieu à une floraison de témoignages. En 1972, Nicole Chatel fait ainsi paraître Des femmes dans la Résistance22, dans la collection « La Résistance par ceux qui l’ont faite », sous le patronage de l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance. Pour Jean Cassou qui préface ce recueil, le témoignage des femmes importe car « c’est par les femmes que la situation se révèle sous son aspect élémentaire23 ». Sous la plume de l’auteur de La mémoire courte, le propos confère à la mémoire de la résistance féminine, épargnée par l’effritement précoce de l’héritage de la Résistance, des vertus salvatrices.

  • 24 Soulignons cependant que le timbre, à la différence de la série « Les héros de la Résistance » émi (...)
  • 25 Plaque posée sur le domicile de Marie-Jeanne et Jean-Claude Bauer, 3 rue Blanqui, à Saint-Ouen.
  • 26 Allocution de Jacques Chirac, président de la République, en hommage à Lucie Aubrac [http://discou (...)
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.

25La rencontre entre la demande croissante de reconnaissance des femmes, jamais démentie depuis les années 1970, et la politique mémorielle de l’État, initiée avec l’instauration de la journée de la Femme en 1982, a une portée contrastée. Elle offre un ancrage temporel, le 8 mars, aux manifestations destinées à honorer l’engagement résistant féminin : poses de plaques, expositions, colloques. Dans ce domaine, comme souvent, la mémoire nationale, attachée à l’hommage rendu aux martyres (le timbre émis le 8 mars 1983 en « hommage à la Femme » porte le visage de Danielle Casanova24) est initialement en retrait par rapport aux mémoires locales, qui consacrent dès les années 1980 des résistantes dont le combat s’est prolongé après-guerre dans l’action politique ou militante. Une plaque posée à l’initiative de la municipalité de Saint-Ouen le 8 mars 1985 rend ainsi hommage à Marie-Jeanne Bauer, résistante communiste « déportée à Auschwitz, maire-adjointe de Saint-Ouen en 194725 ». Il faut attendre les années 2000 pour que cette dynamique gagne le sommet de l’État, avec la cérémonie des honneurs militaires rendus aux Invalides à Lucie Aubrac le 21 mars 2007. L’allocution prononcée à cette occasion par Jacques Chirac, en présence de Raymond Aubrac, souligne les ressorts complexes de l’évolution des mémoires, comme leur enchevêtrement. De manière traditionnelle, l’éloge de la figure illustre, ici Lucie Aubrac, va à toutes les anonymes qui ont été « en première ligne dans l’armée des ombres26 ». De façon moins convenue, le discours rend un hommage appuyé au couple en Résistance, « tant il est vrai que dans l’histoire de la Résistance, l’amour a joué un rôle essentiel27 ». Enfin, cette allocution épouse le cadre d’un hommage plus général qui fond la figure du résistant dans l’ensemble plus diffus des individus « qui portent au plus haut les valeurs essentielles de l’humanité28 ».

  • 29 Discours de François Hollande, président de la République, en ligne sur le site de l’Élysée.
  • 30 Instituée par la loi no 2013-642 du 19 juillet 2013.
  • 31 Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 11.

26Le 21 février 2014, lors de la cérémonie d’hommage à la Résistance au mont Valérien, François Hollande a rendu publics les noms des quatre figures retenues pour entrer au Panthéon en 2015, « deux femmes et deux hommes qui ont incarné les valeurs de la France quand elle était à terre29 ». Le 27 mai 2014, dans le cadre de la première commémoration de la Journée nationale de la Résistance30, le Sénat, sous l’impulsion de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, a organisé conjointement une cérémonie en hommage aux sénatrices résistantes et un colloque “Femmes résistantes”. Soixante-dix ans après la Libération, la place conférée aux résistantes dans la célébration de la Résistance semble mettre à mal la formule consacrée, selon laquelle « au théâtre de la mémoire, les femmes sont ombres légères31 ». Quel sens donner à cette évolution ?

  • 32 Le rapport remis à l’Élysée en octobre 2013 préconise de rendre hommage uniquement à des femmes. P (...)
  • 33 Ibid., p. 15.
  • 34 Ibid., p. 52.

27De toute évidence, cette mise en lumière fait écho au militantisme féministe en faveur d’une parité hommes/femmes dans la mémoire officielle et dans l’espace public, qui trouve des soutiens de plus en plus marqués dans l’opinion publique. Par ailleurs, cette promotion du féminin prend appui sur une histoire de la Résistance renouvelée, attentive à la diversité de ses acteurs comme à la pluralité de ses ressorts, particulièrement la dimension éthique. Cependant, en faisant des résistantes les figures privilégiées pour incarner un message de résilience républicaine32, la mémoire officielle prend le pas sur l’Histoire. Faut-il y voir le résultat d’une trajectoire clivée des mémoires, dans laquelle la mémoire de l’engagement féminin, longtemps souterraine, a été préservée des aléas d’une évolution mémorielle destructrice ? Ou encore le retour à l’imaginaire de la femme-vigie, protectrice de la Nation, ressuscité dans le contexte de la Libération ? Que penser, enfin, de la partition des rôles suggérée par le choix présidentiel, dans laquelle les résistants (Pierre Brossolette, Jean Zay) incarnent seuls le sacrifice consenti, quand les résistantes, « presque ordinaires dans les temps héroïques […] et demeurées héroïques pendant les temps redevenus ordinaires33 », donnent chair au « discours de confiance en l’avenir34 » ?

Notes

1 « La femme dans la Résistance », Les Cahiers du Maine Libre, no 9, juin 1945, p. 1.

2 Marie-France Brive, Rolande Trempé, « Où sont passées les résistantes dans la mémoire nationale ? », [transcription d’un débat organisé pour Parité-infos en 1993], Marie-Danielle Délémas, Militantisme et histoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2000, p. 19-25.

3 Discours du général de Gaulle, Lille, 1er octobre 1944. Retransmis par la radio, ce discours est reproduit par la presse régionale. Archives départementales du Nord (AdN), Commissariat de la République, 42W 393611.

4 François Rouquet, « Épuration, Résistance et représentations : quelques éléments pour une analyse sexuée », dans Christian Bougeard, Jacqueline Sainclivier, La Résistance et les Français. Enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, PUR, 1995, p. 285-293.

5 Marie Hackin disparaît en mer en février 1941 sur le vapeur Jonathan torpillé par les Allemands. Berty Albrecht, emprisonnée à Fresnes, s’y donne la mort par pendaison en mai 1943. Simone Michel-Lévy, Marcelle Henry et Laure Mutschler-Diebold, déportées à Ravensbrück, ont un devenir inégal. Si Laure Mutschler-Diebold est rentrée sauve de déportation, Marcelle Henry est décédée immédiatement après son rapatriement et Simone Michel-Lévy a été pendue le 13 avril 1945 au camp de Flossenbürg. Émilienne Moreau-Evrard, agent de liaison du réseau Brutus puis responsable du Comité d’Action socialiste en zone sud, est la seule des six femmes Compagnons à avoir été épargnée par la répression ou le drame. Lors du précédent conflit, ses faits d’armes (renseignement, coup de feu contre l’ennemi) lui avaient valu la Croix de guerre avec palmes et une notoriété remarquable. Guy Krivopissko, Christine Levisse-Touzé, Vladimir Trouplin, « Dans l’honneur et par la victoire ». Les femmes Compagnon de la Libération, Paris, Tallandier, 2008.

6 Discours de Mme Émilienne Moreau à sa conférence de presse tenue le 15 août 1944, émilienne Moreau, La guerre buissonnière, Une famille française dans la Résistance, Paris, Solar éditions, 1970, p. 265-270.

7 André Malraux, « Entre ici, Jean Moulin … », Discours prononcé devant le Panthéon, Paris, 19 décembre 1964, dans Christophe Boutin, Les grands discours du XXe siècle, Paris, Flammarion, 2009, p. 220-227.

8 Pierre Judet, « Pour une histoire sociale et localisée de la résistance et de sa mémoire », journée d’étude du 3 juillet 2010, réseau Mémorha.

9 La plaque, discrète, est apposée au 9 de la rue St André, dans le centre de Lille.

10 Maurice Schumann, Honneur et Patrie, 16 décembre 1943, dans Jean-Louis Cremieux-brilhac, Les Voix de la Liberté, Ici Londres 1940-1944, Paris, la Documentation française, 1975, t. 4, p. 131-132.

11 Ibid.

12 Maurice Schumann, Honneur et Patrie, 24 mars 1944, dans Jean-Louis Cremieux-brilhac, Les Voix de la Liberté, op. cit., p. 219-220.

13 Appellation donnée localement au réseau Sylvestre-Farmer du Special Operations Executive.

14 AdN, CDL, 33W 3880455, URRNF, septembre 1945.

15 AdN, CRR, 27W 28 3322, rapport du commissaire aux renseignements généraux de Lille, 5 juin 1945.

16 Philippe Mezzasalma, « L’Adir, ou une certaine histoire de la déportation des femmes en France », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2003, no 69, p. 49-60.

17 Agnès Humbert, Notre Guerre, Paris, Émile-Paul frères, 1946.

18 Sabine Hoisne, Chambre 535 ou mes cinq prisons sous l’occupation, Limoges, Société des Journaux et Publications du Centre, 1945.

19 Élisabeth Terrenoire, Les femmes dans la Résistance, Combattantes sans uniforme, préface de Geneviève de Gaulle, Paris, Bloud et Gay, 1946.

20 Voir à ce sujet Cécile Vast, « Sur l’héritage de la Résistance : fidélité, témoignage et écriture de l’histoire, de l’Occupation à l’après-guerre », dans Robert Vandenbussche (dir.), Mémoires et représentations de la Résistance, Villeneuve d’Ascq, IRHiS, 2013, p. 83-97.

21 André Malraux, La Politique, La Culture. Discours, articles, entretiens (1925-1975), Paris, Gallimard, 1996, p. 369-376.

22 Nicole Chatel, Des femmes dans la Résistance, Paris, Fayard, 1972. Outre ce recueil, on peut citer dans la même veine Marie-Louise Coudert, Elles, la Résistance, Paris, Messidor/Temps actuels, 1983 ; Ghyslaine Guidez, Femmes dans la guerre, 1939-1945, Paris, Perrin, 1989.

23 Nicole Chatel, op. cit., p. 9.

24 Soulignons cependant que le timbre, à la différence de la série « Les héros de la Résistance » émise dans les années 1950, ne mentionne pas les dates de naissance et de décès de la résistante, dont le portrait respire la vie.

25 Plaque posée sur le domicile de Marie-Jeanne et Jean-Claude Bauer, 3 rue Blanqui, à Saint-Ouen.

26 Allocution de Jacques Chirac, président de la République, en hommage à Lucie Aubrac [http://discours.vie-publique.fr/notices/077001119.html].

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Discours de François Hollande, président de la République, en ligne sur le site de l’Élysée.

30 Instituée par la loi no 2013-642 du 19 juillet 2013.

31 Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 11.

32 Le rapport remis à l’Élysée en octobre 2013 préconise de rendre hommage uniquement à des femmes. Philippe Belaval, Pour faire entrer le peuple au Panthéon, Rapport à Monsieur le Président de la République, octobre 2013. En ligne sur le site de la Documentation française.

33 Ibid., p. 15.

34 Ibid., p. 52.

Auteur

Docteure en histoire, inspectrice pédagogique régionale (ministère de l’Éducation nationale).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540