Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images des comportements sous l'Occupation

 | 
Jacqueline Sainclivier
, 
Pierre Laborie
, 
Jean-Marie Guillon

Chapitre I. Représentations dominantes

« Le Peuple héros de la Résistance » ?

La représentation communiste des comportements collectifs

Jean-Marie Guillon

Texte intégral

  • 1 Louis Gazagnaire, Le peuple héros de la Résistance. Témoignages de patriotes de Provence, Paris, é (...)

1 Le Peuple héros de la Résistance est l’un des titres les plus significatifs d’une collection que les Éditions sociales ont consacrée à des témoignages de cadres de la Résistance communiste1. Mais de quoi est-il significatif ?

2Selon les idées les plus communément reçues à son sujet, le Parti communiste porte, après le général de Gaulle auquel elles l’associent systématiquement, la responsabilité de la fabrication du « mythe résistancialiste », soit l’invention à la Libération d’une France toute entière résistante et, en particulier, dans sa version communiste, d’un peuple résistant dont le combat aurait culminé dans l’Insurrection nationale. Cette version, qui est pour ses tenants un travestissement volontaire de la réalité, aurait eu pour objectif premier de « cacher les cadavres dans les placards ». La chose paraît si évidente dans le cas du PCF qu’il peut paraître incongru de vouloir la réexaminer. Chacun sait que son discours tend à cacher les errements de 1939-1940 et vise à persuader que les communistes ont été « les premiers résistants », avant même que la Résistance n’existe puisque bien des récits issus de ses rangs font remonter cet engagement à la guerre d’Espagne. En tout cas, la présentation complaisante que le PCF donne de l’« Appel du 10 juillet » et sa valorisation systématique ont cherché jusqu’à il y a peu à gommer les tractations avec les autorités allemandes et à opposer la légitimité du Parti et de ses dirigeants à celle que le général de Gaulle tire de l’« Appel du 18 juin ». Par-delà la mise en scène de cet épisode, il est incontestable que le Parti communiste joue un rôle majeur dans la construction du légendaire résistant. Notons, au passage, qu’il a quelque légitimité à le faire puisqu’il a été un acteur important et même de plus en plus important du combat clandestin. En avançant cela dans le contexte d’aujourd’hui, j’ai bien conscience de devenir, ipso facto, suspect. Je vais sans doute aggraver mon cas en précisant que le légendaire résistant ne se confond pas à mes yeux avec le « mythe résistancialiste ». L’un est une transfiguration, selon un mécanisme banal de mise en scène mémorielle, d’un passé valorisant et valorisé, l’autre est présenté et perçue comme relevant de la tromperie, de l’intoxication, de la pure propagande.

3Mais, au fait, le PCF fabrique-t-il de toutes pièces à la Libération un discours « résistancialiste » ? En quoi celui-ci rompt-il avec les récits du temps du combat clandestin ? C’est cette construction que j’ai accepté d’examiner, en dépit du peu d’enthousiasme que j’en avais, tant je savais la tâche peu exaltante, mais il fallait bien répondre aux questions que nous nous posions sur les idées reçues actuellement dominantes. Sur quoi se fonder ? Compte tenu de la nature du parti, de son « centralisme démocratique », ce ne pouvait être que sur les textes des principaux dirigeants du parti. Même s’il peut y avoir des interprétations locales de cette ligne, même s’il y a un écart entre ces discours et ce dont les militants ont conservé le souvenir (et peuvent dire dans leurs témoignages), le « centre » distille la parole officielle et celle-ci ne peut être tenue pour non significative. Par conséquent, je me suis fondé principalement sur les œuvres des trois principaux dirigeants du PCF : Maurice Thorez, Benoît Frachon et Jacques Duclos. On y ajoutera des incursions dans la production livresque contrôlée par le Parti, et, pour les années 1960-1970 – la décennie du retournement politique et mémoriel –, le dépouillement de plusieurs années de L’Humanité, de L’Humanité Dimanche et du quotidien de Marseille, La Marseillaise. J’ai donc privilégié deux périodes pour établir le corpus, celle où se cristallise le légendaire de la Résistance, et celle des années 1960, qu’il domine encore, avant d’être remis en question.

La vulgate

4C’est dans les documents scolaires destinés aux classes de Terminales que l’on trouve la version « pure », car condensée, de la vulgate, et en particulier dans les manuels depuis que la leçon « Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale » fait partie du programme (2004). Le Hachette 2004 en fournit un raccourci significatif :

« Le général de Gaulle impose le mythe d’une France éternelle qui se reconnaît entièrement dans le gouvernement issu de la Résistance […] Les communistes se présentent comme le parti des 75 000 fusillés. La mémoire officielle valorise le mythe d’une France résistante, gommant les divisions des Français. »

  • 2 Histoire Terminales ES, L, S, Jean-Michel Lamblin (dir.), 2004, p. 258 ; c’est nous qui soulignons (...)
  • 3 Histoire Terminales ES, L, S, dir. Jacques Marseille, sous-chapitre 2 « Des mémoires officielles ( (...)
  • 4 Le manuel Hatier, 2008, dir. Jérôme Grondeux, va jusqu’à considérer que « mythe de la Résistance » (...)

5Et il est expliqué dans la partie consacrée aux définitions que le parti des « 75 000 fusillés » est le « qualificatif que s’est attribué le parti communiste après la guerre » (p. 258)2. Le Nathan 2008 reprend la même expression et, après avoir indiqué que « le rôle des communistes dans la Résistance intérieure fonde la légitimité nationale du parti », ce qui n’est pas faux, affirme que ce rôle « remplit les pages de L’Humanité de 1945 à nos jours »… (p. 273)3. Tous les manuels consultés reprennent l’expression « parti des 75 000 fusillés » pour caractériser la participation du PCF à la « mythologie résistancialiste », autre expression omniprésente et utilisée, elle, le plus souvent sans guillemets4. Il faut reconnaître que les derniers manuels (2011-2012) font preuve de plus de prudence et plus de mesure. Cependant, sur le site de l’académie de Poitiers, nous pouvions encore trouver au printemps 2014 un excellent résumé du prêt-à-penser : une fois affirmé que le mythe du « résistancialisme » domine la mémoire de l’occupation jusqu’à la fin des années 1960, il est doctement énoncé que « ce mythe a pour objectif :

  • faire penser que les Français ont été dans leur très grande majorité des Résistants qui se sont opposés aux nazis et à Vichy ;
  • minorer, voire oublier la collaboration de Vichy avec les nazis. Vichy n’est qu’une parenthèse dans la glorieuse histoire de France ;
  • apaiser les passions et les drames en jetant un voile sur ce qui divise ou déchire comme a tenté de le faire le président Georges Pompidou. »
  • 5 [ww3.ac-poitiers.fr/hist_geo/ressources/memoire…/coursmemoire.htm] « Les mémoires de la Seconde Gu (...)

6Passons sur le Pompidou en cause situé à la fin des années 1960 et sur la majuscule à Résistants, qui ne font que confirmer que l’on est dans l’à peu près. Relevons que la suite est tout aussi convenue puisque, comme il se doit, « ce mythe est entretenu » par les gaullistes et les communistes avec, pour ces derniers, l’obligatoire renvoi aux « 75 000 fusillés5 ».

  • 6 Dans ces analyses, le cinéma de fiction tient une place notable, or est-il l’outil qui, par excell (...)

7On peut s’étonner que des auteurs de manuels – dont la prudence devrait être la règle pour les questions en débat – aient tous repris sans examen la thèse du « mythe résistancialiste ». Mais cette leçon sur la mémoire de la guerre, reposant sur des bases confuses et des analyses partielles et, souvent, partiales, ne pouvait que générer de telles caricatures. Il ne s’agit pas de nier l’importance des travaux sur lesquels ses concepteurs entendaient s’appuyer. Certains sont pionniers en histoire de la mémoire collective. Mais leurs conclusions ne relèvent pas de vérités d’évangile, d’autant que, comme presque toujours en la matière, le corpus sur lesquels elles se fondent est limité et induit, par son choix même (cinéma, commémorations nationales, etc.), une représentation de « la » mémoire dont la généralisation est contestable6.

  • 7 Gérard Namer, Bataille pour la mémoire. La commémoration en France de 1945 nos jours, Paris, Papyr (...)
  • 8 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, Paris, Le Seuil, 1987, p. 319.
  • 9 Philippe Burrin, La France à l’heure allemande 1940-1944, Paris, Le Seuil, 1995, p. 468 : l’épurat (...)
  • 10 Olivier Wieviorka, Paris, Le Seuil, 2010, p. 62 (citation de Gérard Namer, op. cit., p. 8). À note (...)
  • 11 Olivier Wieviorka, op. cit., p. 64 et 65 ; Sylvie Lindeperg, Les écrans de l’ombre. La Seconde Gue (...)

8En ce qui concerne la mémoire communiste, le point de départ de ce qui n’est qu’une représentation de son discours se trouve chez le sociologue Gérard Namer lorsqu’il évoque la réécriture de l’histoire par le PCF afin de rendre inoubliable son rôle dans une Résistance commencée dès juillet 19407. L’étape suivante, qui donne à la thèse une caution historienne, est franchie avec Le syndrome de Vichy où Henry Rousso affirme que la mythologie résistancialiste, portée par les gaullistes et les communistes, aurait « transfiguré la réalité de l’Occupation » en exagérant « l’ampleur du fait résistant au sein de la population » et en marginalisant le rôle de Vichy8. Ce sont les thèses de cet ouvrage que reprennent généralement les manuels de l’enseignement secondaire en les dénaturant le plus souvent, car Rousso est plus nuancé (par exemple dans la chronologie qu’il propose). Reprise par Philippe Burrin9, cette thèse est amplifiée en 2010 par Olivier Wieviorka dans La mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres de la Libération à nos jours. Usant sans retenue de l’expression « Parti des 75 000 fusillés », il reprend Gérard Namer en affirmant que les deux camps « organisent en commun l’oubli sur la majorité des souvenirs quotidiens vécus par les Français. Non seulement ils organisent la mémoire honteuse des adversaires collaborateurs, mais ils réduisent à presque rien la mémoire de la grande majorité des Français, en tant que peuple vaincu qui s’est contenté de survivre10 ». Puis, avec aussi peu de recul critique, il se réfère aux analyses de Sylvie Lindeperg pour affirmer que « le mythe d’une communauté héroïque » que porteraient les films de l’immédiat après-guerre relèverait d’une vision « gaullo-communiste » cherchant à « dissimuler des vérités troublantes11 ». Je me garderai d’ironiser sur la complicité « objective » entre le général de Gaulle et le PCF ou sur la simplification outrancière d’une mémoire réduite à deux éléments complices et homogènes, pour revenir à notre interrogation première sur la reconstruction résistancialiste de la Libération, versus PCF.

Le Parti du peuple de France 1. La Résistance

9Bien évidemment, si l’on s’abstient de prendre en considération le discours du Parti communiste dans la Résistance, on peut faire de la période de la Libération le point de départ d’une reconstruction de l’histoire. Mais c’est se livrer à une manipulation qui ne relève pas de la méthode historique. Il faut donc commencer par prendre en compte le discours du Parti au moins dans la période du combat clandestin pour mesurer le changement, si changement il y a.

  • 12 Toutes les références renvoient aux Œuvres de Maurice Thorez, livre 5, t. 19 et 20 (octobre 1939-j (...)
  • 13 Texte paru dans L’Internationale communiste, mars 1943, repris dans les Œuvres choisies…, op. cit. (...)

10Premier constat : le Parti se dit par définition « le parti du peuple de France ». Dans l’appel dit du 10 juillet 1940 et intitulé « Peuple de France », alors que le Parti est au plus bas, sa direction s’exprime au nom de la France (qui doit appartenir aux Français…, qui « toute sanglante veut vivre libre et indépendante ») et du peuple de France qui « veut régler lui-même, conformément à ses traditions et à son génie, les questions sociales et politiques surgies de la trahison des classes dirigeantes ». Le décor est planté d’emblée, le peuple d’un côté (incarné par le Parti) et, de l’autre, les classes dirigeantes, les 200 familles, qui ont trahi. Mais ce dispositif n’a rien de neuf. Sans remonter très loin avant guerre, Maurice Thorez se réfère au « peuple de France », ainsi qu’aux Jacobins, « nos grands ancêtres », par exemple, le 19 mars 193812. Il parle déjà au nom de la France qu’il faut unir. Les textes de 1943 ou 1944 invoquent de la même façon le « peuple de France ». Ainsi, dans « L’offensive victorieuse de l’Armée rouge rend plus proche l’insurrection nationale pour la libération de la France » peut-on lire que les victoires russes sont chères au cœur des Français, tandis que les tentatives de Laval « se heurtent à la résistance farouche des travailleurs et de tout le peuple de France13 ».

  • 14 Ibidem, p. 216.
  • 15 Jacques Duclos, Mémoires, Dans la bataille clandestine, 2e partie « 1943-1945 », Paris, Fayard, p. (...)
  • 16 Ibidem, p. 101-102.

11Deuxième constat, tout aussi attendu : si le Parti est le peuple, c’est parce qu’il « est » la classe ouvrière qui est elle-même l’avant-garde de la Nation rassemblée. Le texte de mars 1943 que je viens de citer évoque les réfractaires au travail obligatoire, les manifestations de masse, les grèves, en affirmant que « le peuple tout entier soutient la classe ouvrière. Des patrons, des artisans défendent leurs ouvriers, organisent avec eux la résistance aux décrets d’esclavage. Des paysans accordent asile aux ouvriers traqués. Des fonctionnaires sabotent le recensement14 ». Le PCF, qui est par nature la classe ouvrière, s’adresse à toutes les catégories du peuple, qui sont énumérées à longueur de propagande. Jacques Duclos dans L’Humanité du 1er janvier 1944 énumère ainsi de façon très mécanique les catégories en lutte : les cheminots de Dijon qui, « appuyés par l’ensemble de la population et par les travailleurs du rail de toute la région », ont permis d’obtenir la grâce de sept des leurs condamnés à mort, les ouvriers qui multiplient les mouvements revendicatifs (avec exemples locaux à l’appui), les femmes qui manifestent en masse, les paysans qui résistent aux réquisitions et qui chassent les agents de Vichy, les héroïques FTP. Il n’en reste pas moins que Duclos dénonce « les policiers de Vichy » et plus largement « les traîtres de Vichy15 ». Il note aussi l’évolution de l’état d’esprit de « certains Français » conservateurs qui ont placé leur confiance dans Pétain et dont les yeux se dessillent16.

  • 17 Texte écrit en avril 1944, publié en juillet (Œuvres choisies, op. cit., p. 227 sq.). Thorez note (...)

12Récapitulant l’histoire du parti depuis juin 1940 sous forme d’une geste héroïque, Thorez, dans « La France depuis la capitulation de Rethondes » évoque le peuple de Paris qui manifeste contre Pétain dès le discours du 12 août 1941, les multiples manifestations de femmes de 1942, la résistance active aux réquisitions des paysans, les foules immenses du 14 juillet 1942, les grèves contre les déportations, les cheminots qui refusent de faire partir les trains, la foule « qui livrait combat à la police vichyste », les groupes de FTP de plus en plus audacieux, les jeunes gens qui « résistaient en masse » au STO, les « milliers d’ouvriers et jeunes gens au maquis », « le soutien de tous les Français aux ouvriers réfractaires et aux jeunes », les patrons qui falsifient les états du personnel et continuent à payer les salaires de ceux qui sont partis ou qui vont jusqu’à s’engager dans « la résistance active », exemple à l’appui17.

13Le Front national (FN) a précisément pour finalité de rassembler la Nation en unissant autour de la « classe ouvrière », les classes moyennes, intellectuels, professions libérales, artisans, paysans et même une partie de la bourgeoisie (les petits patrons), ceci sans oublier « les femmes » et « les jeunes ». Ces catégories sociales, qui doivent s’allier et être ralliées à « la classe ouvrière », sont les objets d’une propagande spécifique émanant des sections spécialisées que le FN – émanation du PCF – organise. Chacune occupe une place particulière dans la lutte : les ouvriers avec la grève, les femmes avec les revendications alimentaires, les paysans dans l’aide aux maquis, etc.

  • 18 « L’offensive victorieuse de l’Armée rouge… » (Œuvres choisies…, op cit., p. 217-218).

14Mais ce peuple, socialement composite, n’est pas spontanément résistant. Il a dû être éclairé, guidé, organisé, poussé dans l’action par « la classe ouvrière », c’est-à-dire le Parti. Son entrée en lutte comporte des étapes dont la principale paraît être pour Thorez la fin 1942 et le début de 1943, période marquée par des « mouvements de masse », signes du changement profond « survenu dans la conscience du peuple de France » (en relation avec l’avance de l’Armée rouge). Deux événements sont présentés comme symboliques de cet élargissement de la lutte à l’ensemble national, le sabordage de la flotte à Toulon, le 27 novembre 1942, et surtout l’évacuation du quartier du Vieux-Port à Marseille fin janvier 1943 : « Toute la population de Marseille s’est soulevée. Des combats de rue acharnés se sont déroulés au cœur même de la ville. À Toulon, ce n’étaient encore que les marins, les soldats et les ouvriers de l’arsenal. À Marseille, c’est le peuple entier – toutes les opinions, tous les âges confondus – qui a fait face aux hitlériens et aux traîtres. » L’article se termine en attestant de la « confiance des masses populaires en notre Parti » et en rappelant l’appel du 10 juillet18. Bien entendu, la réalité de ces deux événements, qui ne sont en rien des actions de résistance et – encore moins – des actions de la Résistance, est très éloignée de la représentation qu’en donnent Thorez et le PCF (reflétant fidèlement les analyses des dirigeants du PCUS). Mais peu importe puisque les textes sont des textes de combat, reflétant une pensée fondamentalement, linéaire et téléologique. La Résistance est forcément une lutte en développement continu, qui ne peut que s’amplifier. Les événements de Corse, autre étape montée en épingle, vont servir de preuve et de modèle, jusqu’à l’apothéose finale, la levée en masse, l’insurrection nationale, dont le couronnement se situe au moment de la libération de Paris.

  • 19 Paris, PUF, coll. « Esprit de la Résistance », 1963.
  • 20 Henri Michel, op. cit., p. 623.
  • 21 Ibidem, p. 620-621.

15Déjà, Henri Michel, dans Les courants de pensée de la Résistance, avait clairement décrit ce mécanisme19. Le PCF est toujours le défenseur du peuple, il est même le seul, puisqu’il est le prolétariat, qui est, lui-même, le cœur de la Nation, et, par là, la Nation même, d’où le titre de ce tract : « Le parti, c’est la France20. » Le Parti est donc celui des patriotes, il rassemble l’élite du peuple où se trouvent ceux qui font don de leur vie à la Patrie. C’est pourquoi il est celui « qui a donné le plus de martyrs à la cause de la libération nationale », comme l’indique La Vie du Parti d’avril 194421.

  • 22 La Pravda, 21 novembre 1943.

16Mais est-ce tout le peuple ? S’agit-il de l’ensemble des Français, toutes classes confondues, ou est-ce seulement le « vrai » peuple, c’est-à-dire celui que le Parti prétend incarner ? La réponse va de soi et personne n’est dupe, y compris les communistes. Il n’est jamais question d’unanimité, dans aucun des textes du PCF, même en 1944. L’énumération des adversaires fait partie des passages obligés de ses analyses. Ainsi, dans « La Renaissance de la France », Thorez attaque « les forces réactionnaires et antinationales qui livrèrent la France à Hitler », « la trahison de certains milieux dirigeants hostiles au peuple et à la démocratie », mais ouvre les bras aux « officiers fidèles à la France », car « seuls les partisans de Vichy » doivent être écartés de l’armée22. Les vichystes ne sont jamais absents. La « Nation » des communistes exclut les traîtres et la catégorie est extensive, elle comprend, ceux de Vichy, les auxiliaires de l’occupant, les 200 familles, les trusts responsables de la défaite, de la Révolution nationale, de la collaboration. Aucun unanimisme là-dedans : la France en lutte n’est jamais toute la France.

17Reste à savoir si ce discours se modifie à la Libération, s’il présente la Résistance autrement qu’il ne l’a fait auparavant et si les dirigeants du Parti gomment, comme l’affirme la vulgate, les divisions entre Français et refoulent Vichy.

Le Parti du peuple de France 2. La Libération

18Or force est de constater que le discours des dirigeants communistes, donc du Parti, ne change en rien après la Libération. Ce sont les mêmes thèmes, les mêmes mots, et, d’ailleurs, la même ligne de dénonciation des traîtres stigmatisés auparavant : les hommes de Vichy, les 200 familles, les trusts, etc., et, sur la lancée des luttes internes dans la Résistance et des tentatives des communistes pour faire perdre de leur crédibilité à leurs alliés provisoires, les attaques visent aussi les « attentistes », les profiteurs de la Résistance, les faux résistants. Le moins que l’on puisse dire, c’est que « la France », telle qu’elle ressort de ces textes et discours n’est rien moins qu’unie et homogène et que les communistes poussent leurs pions, certes en promouvant l’union autour du Front national (qui cherche à absorber son concurrent le Mouvement de Libération nationale), mais aussi en stigmatisant – et parfois un peu plus – ceux qui font obstacle à leur ligne et à ses ambitions. D’ailleurs, si l’on en doutait, il suffirait de se reporter aux diatribes épuratrices que l’on peut lire à longueur de mois dans la presse communiste et qui n’épargnent pas les autres composantes de la Résistance, puisqu’il est clairement dit qu’elles sont infiltrées par éléments vichystes. Est-il utile de multiplier les références ?

  • 23 Benoît Frachon, Au rythme des jours (textes choisis), t. 1, 1944/1954, Paris, éd. Sociales, 1967.
  • 24 Les brochures de l’école élémentaire du PCF éditées dès octobre 1944 sont la même position. La 2e (...)

19Benoît Frachon, dans son rapport à l’assemblée des cadres syndicaux de la région parisienne, du 10 septembre 1944 (« Achever victorieusement la guerre ; reconstruire notre économie ») rappelle que la classe ouvrière a été « au premier rang dans la lutte pour la libération », qu’elle « a montré au peuple de France que, malgré la défaite, il y avait une autre voie que celle de la désespérance et de la soumission » (p. 35). Il reprend la fameuse citation de François Mauriac sur la classe ouvrière pour mieux souligner que « les classes dirigeantes, les capitalistes ne méritèrent pas un tel éloge » et qu’ils sont « les saboteurs de la renaissance économique » (p. 22)23. En fait, les agents de l’ennemi sont encore partout présents24.

20Quant à Maurice Thorez, reportons-nous à son rapport au Comité central, qui se tient à Ivry, du 21 au 23 février 1945 et dont on sait l’importance :

« Le peuple reconnaît [dans le PC] l’un des principaux organisateurs de la Résistance… Hier, avec tous les patriotes, nous luttions dans la clandestinité et les armes à la main, contre les occupants et contre les traîtres… Les communistes qui furent les organisateurs et les chefs intrépides des groupes de combat contre les Allemands et leurs complices doivent devenir les organisateurs et les guides des masses populaires. »

  • 25 Voir le t. 20 des Œuvres complètes (mai 1944-mai 1945) et le t. 3 des Œuvres choisies 1938-1950(...)

21Et il dénonce les cercles privilégiés qui sabotent le relèvement du pays25.

  • 26 Là encore, relisons Henri Michel, qui constatait que « les mémoires de communistes sont assez peu (...)
  • 27 Paris, la Bibliothèque française, 232 p.
  • 28 Paris, la Bibliothèque française, 1949-1951, 6 volumes.

22Les publications communistes du moment ne démentent en rien cette présentation de la société française. Parmi les romans, récits ou témoignages publiés de 1945 à 1951 – qui ne sont pas si nombreux (une vingtaine)26 –, je relève, à côté d’ouvrages qui se situent dans la veine héroïque et la martyrologie, A. Simone, Les hommes qui ont trahi la France (Hier et Aujourd’hui, 1946), Jean Fréville, Les collabos (Flammarion, 1946), Jean-Richard Bloch, De la France trahie à la France en armes (ses émissions sur Radio Moscou, Éditions sociales, 1948). Pour ne prendre qu’un exemple, qui n’est pas le moins représentatif, Louis Aragon publie en 1945 Servitude et grandeur des Français. Scènes des années terribles27 qui est une série de sept portraits ou récits à vocation d’exempla. Ce qui se veut une peinture sociale comporte des figures obligées, un bourgeois converti à la Résistance par un ouvrier et un curé qui aide un communiste poursuivi, mais leur adjoint un commerçant, certes honnête mais pétainiste, dont le petit-fils est tué par les Allemands, puis l’évocation de deux maquis, l’un pauvre et populaire, l’autre « beau » et « superbe », presque « légal », composé d’officiers et de fils de bourgeois issus du pétainisme. À travers les itinéraires de deux jeunes, un bourgeois catholique devenu résistant par patriotisme, et un garçon aigri, rejeté, devenu collaborateur, il fait un parallèle entre la zone « libre » où tout le monde se méfie et où l’on reste silencieux, et la zone occupée où l’on a « la révolte dans les veines ». Il n’oublie pas d’introduire des portraits de policiers sadiques et de « collabo », celui d’un « mouton » au milieu de résistants prisonniers qui cherchent à s’évader. Par ailleurs, Aragon publie, entre 1949 et 1951, Les communistes28, dont il limite finalement la saga à la période février 1939-juin 1940 pour mieux stigmatiser la trahison de la France par les classes dirigeantes (intellectuels divisés, officiers comploteurs, industriels cagoulards) et célébrer l’héroïsme des communistes et plus largement celui du peuple (représenté par des femmes, le métallo Fabien, les mineurs du Nord, le prolétariat auquel se mêlent artisans et classes moyennes, etc.).

23On peut déconstruire la représentation de la France que donnent les communistes ou la manière réductrice avec laquelle Vichy est circonscrit, mais il est difficile d’affirmer qu’ils forgent l’image d’un pays unanime ou que Vichy est « oublié » ou refoulé. Restent les « 75 000 fusillés ».

  • 29 Jean-Pierre Besse, « Pari communiste. Le mythe des 75 000 fusillés », in Bernard Garnier et al. éd (...)

24Jean-Pierre Besse a fait remarquer que ce chiffre apparaissait dans L’Humanité du 11 octobre 1944, mais que ces 75 000 étaient, si l’on peut dire, limités au seul département de la Seine29. Il a relevé que Thorez, qui a évoqué les fusillés à propos de Châteaubriant, le 5 octobre, sur Radio Moscou, reprend le chiffre le 26 octobre, et, après lui, Marcel Cachin dans L’Humanité du 2 novembre, mais, comme dans le journal La Marseillaise, il s’agit encore des « 75 000 fusillés » parisiens… Si l’on reprend l’ensemble des textes de Thorez, on se rend compte qu’il avance des chiffres avec des fluctuations qui ne peuvent étonner que les vrais ou faux naïfs. Sur Radio Moscou, le 18 mai 1944, il a dénoncé « les assassins nazis » qui « ont massacré plus de 140 000 patriotes, des ouvriers et des savants, des paysans et des fonctionnaires, des Français et des Françaises de conditions et d’opinions les plus diverses, glorieux martyrs dont le sang a cimenté l’union de la Nation en lutte contre l’occupant et ses complices » ; le 24 août, après avoir énuméré les noms des camarades fusillés les plus notoires, il a continué en évoquant les « mille et les 10 000 militants valeureux… » tombés dans la lutte. Comme Jean-Pierre Besse l’a signalé, c’est dans « Notre serment aux morts de Châteaubriant », le 22 octobre 1944, que Thorez avance le chiffre de 75 000, mais il faut donner la phrase en entier :

  • 30 Maurice Thorez, Œuvres complètes, t. 20, respectivement p. 127 et 123.

« Nous célébrons avec ferveur la mémoire des 27 de Châteaubriant, et des 23 de Nantes, et des 75 000 de la région parisienne, et des 100 000 tombés dans les autres départements de Lille à Marseille, de Brest à Strasbourg, et de tous les Français morts pour que vive la France, dans les fossés du Mont Valérien, sous le couperet de la guillotine, dans la guerre de partisans, sur les champs de bataille de l’Afrique et de l’Italie, dans le ciel de Russie et sur toutes les mers30. »

25Ajoutons, pour situer le registre de ce discours, que les fusillés de Châteaubriant seraient à l’image de la France entière, « des ouvriers, des intellectuels, des étudiants, des militants syndicaux, des élus du peuple », que leur mort aurait provoqué une explosion de colère dans tout le pays, des grèves dès le 26 octobre, une grande manifestation le 31, et que, finalement, loin d’être effrayé comme l’auraient souhaité les Allemands, « le peuple de France riposta en décuplant son effort de lutte ».

  • 31 Philippe Buton, « Le PCF et la Résistance sous la IVe République » in Bernard Lachaise, Résistance (...)

26Thorez revient au flou à Ivry : « Le peuple n’oublie pas, il n’oubliera jamais les dizaines de milliers des nôtres morts pour que vive la France. » Certes, Jean-Pierre Besse signale que le chiffre est repris, notamment par Thorez, lors des campagnes électorales en 1945 et 1946 et qu’on le trouve dans la presse locale. Philippe Buton avance à juste titre que la référence aux fusillés sert à poser la place du PCF dans la Résistance et à prouver que les classes dirigeantes ont trahi la patrie, mais il fait constater aussi qu’il l’utilise peu dans les textes théoriques qui servent à la formation des militants31.

  • 32 « Rapport à l’assemblée des cadres syndicaux de la région parisienne « (Benoît Frachon, Au rythme (...)
  • 33 Philippe Buton, « Le PCF et la Résistance… », article cité, p. 99-100.

27Je remarque d’ailleurs que les Œuvres choisies 1938-1950 de Thorez ne comportent aucune mention du « parti des fusillés » ou des 75 000, même si les textes sélectionnés n’omettent pas d’insister sur les camarades tombés dans la lutte. Frachon donne l’exemple de la prudence, lui qui ne revient guère dans ses discours de l’après-Libération sur la période 1940-1944. Il évoque seulement, le 10 septembre 1944, « la longue liste de fusillés, de nos assassinés, de tous ceux qui ont subi d’atroces tortures dans les cavernes de la brigade spéciale et de la Gestapo32 ». En fait, la propagande du Parti évoque continûment, mais sans chiffres, « le Parti des fusillés ». Cette référence-là marque effectivement la représentation que le PCF donne de lui-même dans la Résistance. Quoi que l’on pense de cet usage et de son rôle, on admettra qu’elle n’était pas totalement illégitime. Le moins donc que l’on puisse dire est qu’il est abusif de laisser croire que cette référence serait omniprésente et qu’elle signe la propagande du Parti à la Libération, et, a fortiori, après, d’autant que, selon Philippe Buton, le thème de « parti des fusillés » s’étiole à partir de 194733.

28On sait que l’historiographie communiste de la Résistance marque un creux sensible à partir de la fin des années 1940. Elle n’est pas la seule. Mais il serait abusif d’étendre ce constat au-delà de cette production particulière, car la mémoire de la Résistance communiste, comme « la » mémoire de la Résistance en général, reste activement entretenue par quantité de gestes d’autant plus difficiles à cerner qu’ils sont, pour la plupart, décentralisés. Mais, pour le Parti, ce creux est significatif du choix du « centre ».

Le Parti du peuple de France 3. Les années 1970

  • 34 Stéphane Courtois, « Luttes politiques et élaboration d’une histoire : le PCF historien de la Deux (...)
  • 35 Charles Tillon, Les FTP. Témoignage pour servir à l’histoire de la Résistance, Paris, Julliard, 19 (...)

29Les choses changent avec le retour du général de Gaulle au pouvoir et l’usage qu’il fait de la référence aux années 1940 pour asseoir sa légitimité, d’autant que son retour coïncide avec la publication du dernier tome de ses Mémoires de guerre. Comme Stéphane Courtois l’a relevé, « la Résistance redevient un enjeu politique majeur » et l’historiographie communiste s’en saisit, après quinze ans de « tabous sacrifiés au profit des luttes internes au Parti34 ». Plusieurs publications marquent la période. C’est d’abord celle des tomes 19 et 20 des Œuvres de Maurice Thorez (1959 et 1960), qui couvrent les années de guerre. C’est ensuite l’ouvrage que Charles Tillon (aidé par d’anciens cadres FTP) peut faire, enfin, paraître sur les FTP35. Ce récit, très imprégné du légendaire triomphaliste qui marque la représentation communiste de la Résistance, offre sans doute un contrepoint à la version canonique du « centre », mais seuls les initiés peuvent le déceler. Seuls ses camarades de combat ou les observateurs attentifs aux luttes internes dans le Parti peuvent décrypter la citation que Tillon a prise chez Jean Oberlé :

  • 36 Charles Tillon, op. cit., p. 399.

« La Résistance, pour des millions de Français, c’est le remords de n’avoir rien fait. Ainsi les résistants, les vrais, sont-ils des gêneurs qu’on voudrait voir disparaître ou se taire36. »

30Les lecteurs ordinaires ne peuvent y voir qu’une dénonciation classique de l’« attentisme », d’autant que l’ouvrage est particulièrement virulent et peu nuancé à l’égard de tous les « autres », tant adversaires que résistants non communistes.

  • 37 Le premier édité en 1964 aux Éditions sociales, par la commission d’histoire près du comité centra (...)
  • 38 C’est ce que remarque Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Par (...)
  • 39 Histoire du Parti… op. cit., p. 405.

31Ce regain de publications sur les années de guerre se confirme à partir de 1964, avec l’édition de deux livres importants puisqu’ils donnent la « bonne » interprétation des événements. Il s’agit d’une part de l’Histoire du Parti communiste français qui est présenté comme un « manuel », et, d’autre part, du Parti communiste français dans la Résistance37. Or ce qui est frappant dans les deux cas, c’est que le discours n’a pas varié d’un pouce par rapport à celui qui était tenu dans la Résistance et à la Libération38. Tout s’y retrouve à l’identique. Le chapitre IX du manuel s’intitule « La trahison des trusts, la drôle de guerre et le régime de Vichy (septembre 1939-fin 1942) » et insiste sur le rôle de « la classe ouvrière », force déterminante du rassemblement des autres couches sociales « victimes de la trahison des trusts » et de l’occupation ; le FN unit la classe ouvrière avec la paysannerie forcément « laborieuse », les intellectuels et les couches moyennes urbaines ; le Parti joue évidemment un rôle majeur dans une Résistance qui se construit, et avec des actions qu’il faut parfois expliquer (la lutte armée). Loin d’ignorer l’État français, le texte, reprenant presque mot à mot Maurice Thorez, précise que « les bases sociales du régime de Vichy s’affaiblissent, en particulier dans la classe ouvrière et chez les intellectuels. Elles reculent chez les paysans, chez les anciens combattants, chez les travailleurs catholiques que la hiérarchie avait entraînés derrière Vichy39 ». Le chapitre suivant (« La lutte du Parti communiste français pour la libération nationale (novembre 1942-mai 1945 ») rappelle que « la grande bourgeoisie avec l’appui de l’impérialisme américain s’efforce de freiner l’union et l’action des masses populaires », car, à partir de l’automne 1942, une partie de ceux qui se sont compromis dans la collaboration – « grands commis des trusts et les politiciens vichystes repliés en Afrique du Nord » – se tournent vers les États-Unis et le Royaume-Uni :

  • 40 Idem p. 414.

« Par crainte des masses populaires, [la grande bourgeoisie française] ne conçoit la libération de la France qu’apportée de l’extérieur. Telle est l’origine de classe de l’attentisme40. »

  • 41 Ibidem p. 425.
  • 42 Ibidem p. 451.

32Quant au BCRA, il représente « la volonté de la grande bourgeoisie de limiter la part prise par les masses populaires41 ». Mais la Résistance s’élargit à des forces nouvelles : les nombreux travailleurs qui refusent de partir en Allemagne, les paysans qui comprennent l’imposture de Vichy, etc. Les maquis FTP expriment l’union des ouvriers, des paysans et des intellectuels dans la lutte armée. Du soulèvement corse à l’insurrection parisienne, c’est la marche triomphale de la Résistance qui peut mobiliser « les masses profondes de la population ». Aucune mention n’est faite des 75 000 fusillés. Le manuel en reste plus sobrement à ce qu’aurait déclaré Jacques Duclos au Comité central, le 31 juillet 1944 : « On nous appelle le parti des fusillés. C’est un titre de fierté et rien ne pourra faire oublier ce que nous avons fait pour la France42. »

  • 43 L’ouvrage cite Thorez exaltant « la résistance héroïque des Marseillais » (op. cit., p. 208).
  • 44 Op. cit., p. 252 et 264.

33Le deuxième ouvrage, consacré spécifiquement au PCF dans la Résistance, ne dit rien d’autre : Vichy résulte de « la trahison de la grande bourgeoisie », mais, si le régime se maintient contre « la volonté de la Nation », il n’en faut pas moins que le Parti dessille les yeux de cette même Nation. La classe ouvrière « à qui l’avenir appartient » est, comme il se doit, à l’avant-garde, mais encore faut-il que le Parti fasse pénétrer son influence en son cœur pour qu’elle fournisse « la base sociale de la Résistance nationale ». Avec une chronologie bousculée, pour ne pas dire chaotique, le chapitre III (« Le développement de la Résistance 22 juin 1941-novembre 1942), après avoir qualifié de Gaulle d’« attentiste » et affirmé que les mouvements clandestins, surtout issus des classes moyennes et de la petite bourgeoisie (sauf l’OCM), n’avaient qu’une influence limitée, reprennent les accents enthousiastes de Thorez en 1943 et 1944 pour évoquer le sabordage de la flotte à Toulon (« Hormis quelques chefs, le comportement des officiers et des marins français est magnifique », p. 201) et l’évacuation du Vieux-Port à Marseille43. Le FN, que les intellectuels rejoignent et aussi de plus en plus de femmes, tend la main aux officiers et aux catholiques. « Soutenus par l’union de tous les Français, les paysans de Bretagne, de l’Yonne, de l’Artois, de la Beauce, de Bourgogne aident les réfractaires » et, en dépit de la répression, « le peuple français… est prêt comme l’avaient voulu les communistes dès juillet 1940, à se battre pour la liberté, l’indépendance et la renaissance de la France44 ». C’est grâce à ce peuple que la France est présente à Berlin le 8 mai 1945. L’ouvrage reprend le rapport Thorez au Xe Congrès :

  • 45 Ibidem, p. 348. Là encore, il n’est pas question des « 75 000 ».

« Face à la trahison des possédants, le peuple des usines et des champs avait été fidèle à la patrie, avec à sa tête, le PCF, animateur du combat national contre Vichy et contre l’occupant, méritant le titre à jamais glorieux de “Parti des fusillés” et devenu pour cette raison, “l’expression de la France qui pense et qui travaille”45. »

  • 46 La collection « Souvenirs » publie de 1966 à 1976 une douzaine d’ouvrages dont celui de Louis Gaza (...)
  • 47 Paris, Fayard, 1970.

34La deuxième moitié des années 1960 et la première moitié des années 1970 voient de nombreuses publications de mémoires de résistants et les communistes ne sont pas absents de ce mouvement. Les Éditions sociales font un effort particulier avec la collection « Souvenirs », déjà évoquée, créée en 1966, mais les récits publiés constituent des déclinaisons particulières, régionales le plus souvent, de l’histoire officielle du Parti46. Quant aux mémoires de Jacques Duclos qui sont éditées au même moment, notamment Dans la bataille clandestine, 2e partie 1943-194547, elles présentent d’autant moins d’originalité par rapport au discours cadenassé antérieur qu’elles sont fondées sur de larges citations d’articles ou de directives de l’époque.

  • 48 Il paraît en 1972, comme les souvenirs de François Billoux, Quand nous étions ministres.
  • 49 p. 75 et 82. Ajoutons p. 83 : « La grande bourgeoisie fut entièrement collaboratrice. »

35L’Institut Maurice Thorez, avec ses colloques et ses cahiers, sert aussi de relais à la fois aux témoignages et aux analyses qui veulent occuper le terrain historiographique (face aux travaux d’Henri Michel et d’Henri Noguères sur la Résistance), d’où une série de petits ouvrages publiés dans la collection « Notre temps/Histoire » (co-dirigée par le CERM) aux Éditions sociales, dont celui de Germaine Willard, Victor Joannès, François Hincker et Jean Ellenstein, De la guerre à la libération. La France de 1939 à 194548 qui, loin de présenter une avancée historiographique, est l’illustration d’une certaine fossilisation de l’analyse. Ainsi, la contribution de François Hincker – « La classe ouvrière et la Nation dans la Résistance » – insiste de façon plus que convenue sur le rôle dirigeant de la classe ouvrière, tout en saluant la participation « méritoire, lucide et héroïque d’un grand nombre de représentants des couches moyennes et de la bourgeoisie », et stigmatise « tous les groupes industriels et financiers sans exception » pour avoir été dans le camp de la collaboration, puisque, par définition, « la base de la collaboration et du fascisme fut la grande bourgeoisie capitaliste49 ».

  • 50 Paris, Livre-club Diderot, 1972-1976.

36Alain Guérin, La Résistance, chronique illustrée50, banalise en quelque sorte la Résistance communiste dans l’ensemble résistant et dans l’histoire d’une sorte de Résistance éternelle, ce que soulignent certains sous-titres : « Il y a toujours eu des résistants » (t. 1), « L’exemple venait de loin », « À chacun sa boussole » (t. 2). Cette œuvre, monumentale par son volume et sa présentation dans les éditions de luxe du Parti, se veut œcuménique, mais la Résistance intérieure n’y occupe finalement qu’une part réduite, puisque le récit des luttes héroïques avant 1940, la défaite, Vichy, la collaboration, la guerre hors de France occupent la moitié des cinq volumes de la série. Mais remarquons que, de Tillon à Guérin, personne ne reprend plus le chiffre des 75 000 fusillés, même pas Jacques Duclos.

  • 51 L’examen du quotidien de la région marseillaise, La Marseillaise, dans les mêmes années n’apporte (...)

37Terminons ce survol du discours communiste par un examen de L’Humanité de la première moitié des années 1970. Il n’est guère utile d’y rester longtemps puisqu’il ne fait que confirmer la cristallisation que nous avons pointée. Chaque année est scandée par la célébration de la victoire en mai 1945, le rappel des drames de Châteaubriant et de juin 1944, l’exaltation de l’appel du 10 juillet 1940 et des épisodes de la Libération (celle de Paris surtout sous la plume d’André Tollet). Étienne Fajon signe un article sur « L’héritage de la Résistance », le 8 août 1970, où il revient sur le rôle des monopoles capitalistes dans la défaite, la contribution de la classe ouvrière à la lutte (grâce à son parti), l’Insurrection nationale, le programme du CNR pour y rattacher comme il se doit « le programme du parti révolutionnaire de la classe ouvrière qui s’appuie sur les lois du développement social ». Le plus souvent, en 1970, 1974, 1975, c’est Pierre Durand (lui-même ancien résistant déporté, plus tard auteur de plusieurs ouvrages de vulgarisation) qui revient avec ses articles ou des séries d’articles sur la chute de l’Allemagne, le rôle de l’URSS, « l’influence décisive de la classe ouvrière dans la Résistance européenne », la collaboration d’importantes fractions des classes dominantes (« Le sens d’un combat », 14 mai 1970). À noter que la place de ces articles commémoratifs, importante en 1970, tend à décroître au long de la décennie. Mais le contexte international l’explique en partie, la première moitié des années 1970 étant aussi celle des « résistances » vietnamienne et palestinienne et des luttes antifascistes (Espagne, Portugal, Grèce, Amérique latine)51.

38Le 15 mai 1970, sous le titre « Les téléspectateurs verront-ils un jour “Le Chagrin et la Pitié” (d’Andrée [sic] Harris et Marcel Ophüls) ? », Jérôme Favard rend compte du film de façon positive :

« Malgré des lacunes, c’est peu à peu le climat réel, une saisissante image véridique de la France occupée qui revivent, balayant les faux clichés et le clinquant des formules après-coup. Il est bon de montrer, bon de savoir que Pétain trompa beaucoup de monde, et que les maquis se peuplèrent surtout après qu’eurent commencé les déportations du travail. C’est vrai que l’appel du 18 juin ne fut guère entendu en France (il s’adressait d’ailleurs aux Français de l’étranger “ou qui viendraient à s’y trouver”). Vrai que la première préoccupation quotidienne des gens était “d’abord manger”. Mais vrai aussi que le peuple travailleur ne fut pas des derniers à se ressaisir. »

39Autrement dit, le film n’est pas perçu comme contestant le légendaire résistant porté par le Parti, ni même décalé par rapport à lui, mais plutôt allant dans le sens de la dénonciation de la France veule ou « collabo », la France de Vichy, que les communistes n’ont cessé de rappeler pour la mettre en accusation.

Légendaire résistant et culture politiques communistes

40Que conclure, sinon que la représentation commune qui est donnée du rôle du PCF dans la construction de la « mémoire » des années 1940, et de la Résistance en particulier, est aussi caricaturale que la version de la Résistance que les communistes ont longtemps proposée. Et c’est d’ailleurs avec cette représentation outrancière de cette « mémoire » que l’on peut mesurer l’écart qui sépare la théorie du « mythe résistancialiste » de l’analyse du légendaire de la Résistance.

41Récapitulons :

  • Les communistes ne fournissent pas à la Libération un nouveau dis cours, mais reprennent avec une continuité remarquable celui qu’ils tenaient dans la Résistance ; leur version est et reste une version militante, d’un combat qui, pour eux, se prolonge. La Libération ne constitue pas sur ce plan une rupture. Il n’y a pas invention d’un nouveau discours comme le laisse supposer le raccourci « résistantialiste ».
  • La France résistante des communistes n’est jamais toute la France. Qu’il y ait exagération des forces de la Résistance et de « la classe ouvrière » ne signifie pas qu’un voile soit jeté sur les difficultés rencontrées pour entraîner la population, sur les combats menés pour convaincre le « peuple », sur la lutte conduite contre les forces hostiles. En revanche, la classe ouvrière a été toute entière résistante puisqu’elle se confond avec le PCF…
  • Puisque lutte il y a, Vichy n’est évidemment, ni oublié, ni refoulé. On pourrait même démontrer le contraire, tant cette présence peut être selon les moments et les lieux obsessionnelle ou instrumentalisée en fonction du combat mené. Convenons que l’analyse du régime relève du catéchisme, mais schématiser n’est pas occulter.
  • Si le PCF se présente bien comme le « Parti des fusillés », il est en revanche abusif et erroné de le caractériser comme celui des « 75 000 fusillés » à partir de la Libération et jusqu’aux années 1990.
  • 52 « La stratégie du parti prend appui sur la vulgate historique communiste qui l’imprègne profondéme (...)
  • 53 Voir sur ce plan les analyses de Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge… op. cit., p. 210 sq.

42Le discours communiste ne peut s’analyser en faisant abstraction de la culture, ou plutôt de la double culture, sur laquelle il est bâti en France. D’un côté, il s’agit de la culture encadrée par l’idéologie marxiste-léniniste dont la force primaire tient à la croyance en une « vérité » des lois de l’histoire dont elle est censée détenir les clés. De l’autre, il s’agit de l’appartenance à la lignée progressiste française issue de la Révolution de 1798, lignée dans laquelle le PCF s’insère clairement depuis l’époque du Front populaire52. Le légendaire communiste – la mise en scène de la lutte et des comportements du « peuple » – s’inscrit dans ce cadre d’un bout à l’autre de la période. La volonté de légitimer les choix politiques du Parti qui est l’une des finalités de son discours et de la mise en scène de son passé n’est pas propre à la période de la guerre et ce serait faire une erreur de perspective que de faire un sort particulier à celle-ci, en dehors de la volonté prioritaire de masquer les errements de l’été 1940. Le traitement de la Résistance par les communistes s’inscrit dans le schéma classique qui fait de toute lutte une étape du développement du Parti et de sa liaison avec « les masses » dans le cadre de la victoire annoncée du communisme international. Le légendaire de la Résistance ne peut être distingué de l’ensemble des représentations qui sont la marque du légendaire politique communiste. Si mythologie il y a, c’est celle de « l’épopée » communiste qui relève d’une idéologie dans laquelle la mémoire historique joue un rôle identitaire fondamental53.

Notes

1 Louis Gazagnaire, Le peuple héros de la Résistance. Témoignages de patriotes de Provence, Paris, éd. sociales, coll. « Souvenirs », 1971. Gazagnaire, ancien instituteur devenu journaliste, ancien résistant, a été notamment rédacteur en chef de Rouge-Midi, organe du PCF dans la région de Marseille. Le livre est préfacé par Marcel Guizard, ancien directeur de La Marseillaise et ancien secrétaire du Front national zone Sud.

2 Histoire Terminales ES, L, S, Jean-Michel Lamblin (dir.), 2004, p. 258 ; c’est nous qui soulignons. L’expression est reprise dans le manuel 2008, p. 274. Le manuel Belin 2008, Laurent Bourquin (dir.), reprend le même verbe imposer : le résistancialisme dominant jusqu’aux années 1960 « impose l’image d’une France héroïque et majoritairement résistante » (p. 272)…

3 Histoire Terminales ES, L, S, dir. Jacques Marseille, sous-chapitre 2 « Des mémoires officielles (1945-1969), B – La mémoire communiste », p. 272.

4 Le manuel Hatier, 2008, dir. Jérôme Grondeux, va jusqu’à considérer que « mythe de la Résistance » et « mythe résistancialiste » sont équivalents… (p. 260).

5 [ww3.ac-poitiers.fr/hist_geo/ressources/memoire…/coursmemoire.htm] « Les mémoires de la Seconde Guerre [sic], 1 La mémoire de l’occupation : du résistancialisme à la repentance. »

6 Dans ces analyses, le cinéma de fiction tient une place notable, or est-il l’outil qui, par excellence, permettrait de révéler la ou les mémoires collectives de préférence à d’autres (articles, livres, discours, émissions radio, etc.) ? Que reflète-t-il au-delà des représentations d’un milieu sociologiquement, culturellement, géographiquement étroit ? Outre sa facilité d’interprétation, ne choisit-on pas le corpus cinématographique parce qu’il paraît valider les hypothèses posées au préalable ? Et encore, puisque l’on trie entre les films considérés comme pertinents et les autres ! Ainsi, fait-on de La Bataille du rail l’exemple même de la représentation de la Résistance telle que le PCF la met en scène à la Libération, alors que le même réalisateur fait dans le même temps Le Père tranquille dont Henry Rousso écrit qu’il n’entre pas « dans la mythologie résistancialiste » (op. cit., p. 243)…

7 Gérard Namer, Bataille pour la mémoire. La commémoration en France de 1945 nos jours, Paris, Papyrus, 1983.

8 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy, Paris, Le Seuil, 1987, p. 319.

9 Philippe Burrin, La France à l’heure allemande 1940-1944, Paris, Le Seuil, 1995, p. 468 : l’épuration sert à purger « les ambivalences, les ambiguïtés, les incertitudes qui avaient marqué l’expérience vécue par beaucoup de Français », d’où le « mythe du peuple résistant ».

10 Olivier Wieviorka, Paris, Le Seuil, 2010, p. 62 (citation de Gérard Namer, op. cit., p. 8). À noter que Namer ne fait qu’une allusion aux « 75 000 fusillés » dans les pages qu’il consacre aux communistes et sans se référer à une source précise (op. cit., p. 26).

11 Olivier Wieviorka, op. cit., p. 64 et 65 ; Sylvie Lindeperg, Les écrans de l’ombre. La Seconde Guerre mondiale dans le cinéma français, 1944-1949, Paris, CNRS éd., 1997, p. 158.

12 Toutes les références renvoient aux Œuvres de Maurice Thorez, livre 5, t. 19 et 20 (octobre 1939-juillet 1944), Paris, éd. Sociales, 1959 et 1960, et au volume d’Œuvres choisies 1938-1950, t. 2, Paris, éd. Sociales, 1966.

13 Texte paru dans L’Internationale communiste, mars 1943, repris dans les Œuvres choisies…, op. cit., p. 208 sq. La citation est p. 216.

14 Ibidem, p. 216.

15 Jacques Duclos, Mémoires, Dans la bataille clandestine, 2e partie « 1943-1945 », Paris, Fayard, p. 94-95.

16 Ibidem, p. 101-102.

17 Texte écrit en avril 1944, publié en juillet (Œuvres choisies, op. cit., p. 227 sq.). Thorez note que les bases du pétainisme se rétrécissent en 1942, disparaissant chez les paysans qui en étaient le principal appui au début, de même « chez les petites gens des classes moyennes » (commerçants, artisans, petits patrons), s’étiolant chez les anciens combattants, les catholiques, l’armée (p. 255-256).

18 « L’offensive victorieuse de l’Armée rouge… » (Œuvres choisies…, op cit., p. 217-218).

19 Paris, PUF, coll. « Esprit de la Résistance », 1963.

20 Henri Michel, op. cit., p. 623.

21 Ibidem, p. 620-621.

22 La Pravda, 21 novembre 1943.

23 Benoît Frachon, Au rythme des jours (textes choisis), t. 1, 1944/1954, Paris, éd. Sociales, 1967.

24 Les brochures de l’école élémentaire du PCF éditées dès octobre 1944 sont la même position. La 2e leçon, L’avenir économique et social de la France, attaque évidemment les trusts, accusées de trahison nationale. Aux mains d’une « minorité infime unie aux intérêts étrangers », ils sont responsables de la défaite. La 3e leçon, La démocratie française et son avenir, dénonce une minorité parasite qui empêche le gouvernement du peuple par le peuple, dénonciation qui va bien au-delà des seuls « traîtres de Vichy ». Seul, le Parti communiste, « éclairé par le marxisme léninisme », a « décelé le danger et énoncé clairement le problème : démocratie ou fascisme » (p. 10).

25 Voir le t. 20 des Œuvres complètes (mai 1944-mai 1945) et le t. 3 des Œuvres choisies 1938-1950 déjà cités. Pour l’analyse de la politique du PCF, on se reportera à Philippe Buton, Les lendemains qui déchantent. Le Parti communiste français à la Libération, Paris, PFNSP, 1993, qui souligne, par exemple p. 196, la mise en accusation de la bourgeoise par Thorez.

26 Là encore, relisons Henri Michel, qui constatait que « les mémoires de communistes sont assez peu nombreux », et que ceux qui sont publiés « sont destinés à servir la politique du moment » ou à faire valoir l’explication officielle du parti (Les courants de pensée… op. cit., p. 817).

27 Paris, la Bibliothèque française, 232 p.

28 Paris, la Bibliothèque française, 1949-1951, 6 volumes.

29 Jean-Pierre Besse, « Pari communiste. Le mythe des 75 000 fusillés », in Bernard Garnier et al. éd., La Répression en France, 1940-1945, Caen, CRHQ, 2007, p. 357-362. Voir aussi du même avec Thomas Pouty, Les fusillés. Répression et exécutions pendant l’Occupation (1940-1944), Ivry, éditions de l’Atelier, 2006.

30 Maurice Thorez, Œuvres complètes, t. 20, respectivement p. 127 et 123.

31 Philippe Buton, « Le PCF et la Résistance sous la IVe République » in Bernard Lachaise, Résistance et politique sous la IVe République, Bordeaux, Presses universitaires, 2004, p. 100. Buton ajoute que ces textes mentionnent très peu les FTP et jamais la Résistance. Dans les Cahiers du communisme, la Résistance n’est pas non plus une référence centrale (à la différence de l’URSS).

32 « Rapport à l’assemblée des cadres syndicaux de la région parisienne « (Benoît Frachon, Au rythme des jours. Textes choisis, t. 1 1944-1954, Paris, éditions sociales, 1967).

33 Philippe Buton, « Le PCF et la Résistance… », article cité, p. 99-100.

34 Stéphane Courtois, « Luttes politiques et élaboration d’une histoire : le PCF historien de la Deuxième Guerre mondiale », Communisme no 4, 1983, cité par Henry Rousso, op. cit., p. 264.

35 Charles Tillon, Les FTP. Témoignage pour servir à l’histoire de la Résistance, Paris, Julliard, 1962.

36 Charles Tillon, op. cit., p. 399.

37 Le premier édité en 1964 aux Éditions sociales, par la commission d’histoire près du comité central (avec la participation de Jacques Duclos, François Billoux, Victor Joannes, etc.), le second paru aux mêmes éditions en 1967.

38 C’est ce que remarque Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1994, p. 215.

39 Histoire du Parti… op. cit., p. 405.

40 Idem p. 414.

41 Ibidem p. 425.

42 Ibidem p. 451.

43 L’ouvrage cite Thorez exaltant « la résistance héroïque des Marseillais » (op. cit., p. 208).

44 Op. cit., p. 252 et 264.

45 Ibidem, p. 348. Là encore, il n’est pas question des « 75 000 ».

46 La collection « Souvenirs » publie de 1966 à 1976 une douzaine d’ouvrages dont celui de Louis Gazagnaire déjà cité, mais aussi La classe ouvrière dans la Résistance (1969), où André Tollet entend témoigner pour le peuple, puisque les historiens, jusqu’ici, « ne semblent pas avoir aperçu le principal acteur du drame : le peuple ».

47 Paris, Fayard, 1970.

48 Il paraît en 1972, comme les souvenirs de François Billoux, Quand nous étions ministres.

49 p. 75 et 82. Ajoutons p. 83 : « La grande bourgeoisie fut entièrement collaboratrice. »

50 Paris, Livre-club Diderot, 1972-1976.

51 L’examen du quotidien de la région marseillaise, La Marseillaise, dans les mêmes années n’apporte rien de différent.

52 « La stratégie du parti prend appui sur la vulgate historique communiste qui l’imprègne profondément depuis 1934 et qui reste toujours présente à la Libération », Philippe Buton, Les lendemains qui déchantent…, op. cit., p. 168.

53 Voir sur ce plan les analyses de Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge… op. cit., p. 210 sq.

Auteur

Professeur émérite à l’université d’Aix-Marseille, membre du laboratoire TELEMME (CNRS).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540