Version classiqueVersion mobile

L'image d'archives

 | 
Matthias Steinle
, 
Julie Maeck

Les auteurs

Texte intégral

1Gil Bartholeyns est titulaire de la chaire d’études visuelles CNRS à l’université de Lille. Il a écrit et dirigé notamment Image et transgression au Moyen Âge (PUF, 2008), La Performance des images (Éditions de l’université de Bruxelles, 2009), Cultures matérielles. Anthologie raisonnée (Éditions de la MSH, 2010), Politiques visuelles (Les Presses du Réel, 2016). Il est rédacteur en chef adjoint de Techniques & Culture, membre des comités de rédaction de Terrain et de Civilisations.

2Christa Blümlinger est professeure en études cinématographiques à l’université Paris 8. Ses publications portent sur des questions d’esthétique du cinéma d’essai, du documentaire, du cinéma d’avant-garde et de l’art des nouveaux médias. Parmi ses ouvrages en français : Cinéma de seconde main. Esthétique du remploi dans l’art du film et des nouveaux médias (Klincksieck, 2013). Elle a également dirigé le numéro « Attrait de l’archive » de la revue CiNéMAS (vol. 24, no 2-3, 2014).

3Nathalie Boulouch est maîtresse de conférences en histoire de l’art contemporain et photographie à l’université Rennes 2 et, depuis septembre 2014, directrice des Archives de la critique d’art. Ses recherches portent sur les rapports entre art contemporain et photographie. Elle a coordonné plusieurs programmes de recherche dans les fonds conservés par les Archives de la critique d’art dont l’un a abouti à la publication de l’ouvrage La Performance : entre archives et pratiques contemporaines avec J. Begoc et E. Zabunyan (PUR, 2010).

4Jean-Stéphane Carnel est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Grenoble Alpes. Ses recherches, menées au sein du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (Gresec), portent sur le traitement documentaire des documents audiovisuels et sur l’analyse des images télévisées d’information.

5Teresa Castro est maîtresse de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et chercheuse à l’IRCAV. Ancienne chercheuse post-doctorante au musée du quai Branly et au Max Planck Institute for the History of Science de Berlin, elle travaille, entre autres, sur l’imagerie coloniale portugaise, intégrant le réseau Aleph : plateforme d’action et de recherche sur les images (anti-)coloniales.

6Éléonore Challine est docteure en histoire de l’art contemporain, spécialiste d’histoire de la photographie. Sa thèse (prix du musée d’Orsay 2014), qui porte sur l’histoire des projets de musées photographiques en France entre 1850 et 1945, est en cours de publication (à paraître chez Macula). Parmi ses publications récentes : L’expérience photographique (Publications de la Sorbonne, 2014) en co-direction avec M. Poivert et L. Meizel.

7Marc Ferro est historien. Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, auteur de nombreux ouvrages sur le XXe siècle, il est l’un des pionniers de la réflexion sur les relations entre le cinéma et l’histoire. Son dernier ouvrage s’intitule L’aveuglement. Une autre histoire de notre monde (Tallandier, 2015).

8Bénédicte Grailles, ancienne conservatrice du patrimoine, est maîtresse de conférences en archivistique et responsable du master Métiers des archives à l’université d’Angers. Membre fondatrice de l’axe ALMA et de l’équipe FabriNum au sein du CERHIO (Centre de recherches historiques de l’Ouest), ses recherches portent sur les pratiques professionnelles des archivistes, l’archivistique théorique et les échanges internationaux dans le domaine des archives.

9Franziska Heller est enseignante-chercheuse à l’Institut d’études de cinéma à l’université de Zurich. Elle est l’auteure de Filmästhetik des Fluiden (Wilhelm Fink, 2010). Elle finalise actuellement son habilitation à diriger des recherches au sujet de « Film History Remastered », sur la numérisation des films et les conséquences pour la mémoire. Dernier ouvrage paru : Alfred Hitchcock : Einführung in seine Filme und Filmästhetik (Wilhelm Fink, 2015).

10Michèle Lagny, ancienne professeure aux universités Nancy 2 et Paris 3, chercheuse à l’IRCAV, assure encore des interventions dans divers séminaires et colloques, en France et à l’étranger. Dès la fin des années 1970, elle se pose la question de l’intérêt du cinéma pour l’histoire des représentations.

11Sylvie Lindeperg est historienne, membre de l’Institut universitaire de France, professeure à l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne où elle dirige le CERHEC. Elle est notamment l’auteure de Clio de 5 à 7 (CNRS Éditions, 2000) ; Nuit et Brouillard. Un film dans l’histoire (Odile Jacob, 2007) ; La Voie des images (Verdier, 2013). Dernier ouvrage paru : Le Moment Eichmann (Albin Michel, 2016) avec Annette Wieviorka (dir). Elle est également l’auteure de plusieurs réalisations multimédias et du film de Jean-Louis Comolli Face aux fantômes (2009).

12Julie Maeck est historienne. Chercheuse au Centre d’études et de documentation guerres et sociétés contemporaines (CEGES), elle enseigne à Sciences Po Paris. Elle est l’auteure de Montrer la Shoah à la télévision, de 1960 à nos jours (Nouveau Monde/INA, 2009) et de plusieurs articles sur les mises en récit de l’histoire par les images. Elle est rédactrice en chef de l’hebdomadaire Les Journaux de Guerre, publié en France et en Belgique, édité par les éditions londoniennes Albertas Limited [www.lesjournauxdeguerre.fr].

13Patrice Marcilloux a dirigé les archives départementales de l’Aisne, du Pas-de-Calais et du Loiret, avant d’être nommé maître de conférences en archivistique à l’université d’Angers en 2005, puis professeur en 2013. Il y assume la responsabilité pédagogique de la licence professionnelle traitement et gestion des archives et des bibliothèques. Ses sujets de recherche actuels portent sur les formes nouvelles de la demande sociale d’archives. Il a notamment publié Les ego-archives, traces documentaires et recherche de soi (PUR, 2013).

14Laureline Meizel termine une thèse à l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne sur les rapports de la photographie au livre dans l’édition française du dernier tiers du XIXe siècle. Elle a publié plusieurs articles sur l’évolution des moyens photomécaniques ou encore sur l’usage de la photographie dans les publications archéologiques. Elle a également codirigé L’Expérience photographique (Publications de la Sorbonne, 2014) avec É. Challine et M. Poivert.

15François Niney, spécialiste du cinéma documentaire, a été enseignant en cinéma à l’ENS Saint-Cloud puis à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et à la Femis. Il est chercheur à l’IRCAV. Ses travaux portent sur les relations entre documentaire et fiction, réel et imagination, montage et histoire. Parmi ses nombreuses publications : L’Épreuve du réel à l’écran (De Boeck, 2000), Le documentaire et ses faux-semblants (Klincksieck, 2009), Le subjectif de l’objectif : nos tournures d’esprit à l’écran (Klincksieck, 2014).

16Valérie Pihet développe une activité de recherche et d’expérimentation au croisement des arts et des sciences humaines. Elle est en charge de la coordination de la recherche dans les écoles d’art membres de PSL Research University. Elle est également co-fondatrice avec l’écrivain Emilie Hermant de Dingdingdong – Institut de coproduction de savoir sur la maladie de Huntington. Elle fait partie du comité d’orientation du forum des Vies mobiles, institut de recherche créé par la SNCF, et du groupe de recherche Parse (Platform for Artistic Research Sweden). Elle a été la collaboratrice du philosophe Bruno Latour, avec qui elle a co-fondé le programme d’expérimentation en arts et politique à Sciences Po, qu’elle a dirigé de 2010 à 2014.

17Nathan Réra est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Poitiers et chercheur au CRIHAM. Sa thèse de doctorat a été publiée aux Presses du Réel en 2014 : Rwanda, entre crise morale et malaise esthétique. Les médias, la photographie et le cinéma à l’épreuve du génocide des Tutsi (1994-2014). Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages aux Éditions Rouge Profond.

18Anne Roekens est professeure en histoire contemporaine à l’université de Namur. Elle consacre ses recherches à l’histoire des médias, et plus récemment à l’histoire de la psychiatrie. Elle a notamment publié Mon bel écran, dis-moi qui est encore belge… La RTB(F) face au débat identitaire wallon (PUN, 2009) et co-dirigé la publication des actes du colloque Quand l’image (dé)mobilise. Iconographie et mouvements sociaux au XXe siècle (PUN, 2015).

19Sylvie Rollet, professeure en études cinématographiques à l’université de Poitiers et chercheuse à l’IRCAV, consacre ses recherches aux relations entre images mouvantes et processus mémoriels. Auteure d’Une éthique du regard : le cinéma face à la Catastrophe, d’Alain Resnais à Rithy Panh (Hermann, 2011), elle a co-dirigé trois ouvrages collectifs Béla Tarr : de la colère au tourment (Yellow Now, 2016), Paysages et Mémoire : cinéma, photographie, dispositifs (PSN, 2014), Théâtres de la mémoire, mouvement des images (PSN, 2010).
Save as Draft est un collectif qui s’est constitué autour du Programme d’expérimentation en arts et politique (SPEAP). Il est composé de Sandrine Teixido (chercheure et auteure), Simon Ripoll-Hurier (artiste et musicien), Axel Meunier (cartographe, performer et activiste), Aurélien Gamboni (artiste) et Joffrey Becker (ethnographe).

20Pierre Sorlin est professeur émérite d’études cinématographiques à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, et chercheur à l’Istituto Parri per la storia contemporanea de Bologne. Dernier ouvrage paru : Ombre passeggere. Cinema e storia (Il Marsilio, 2013).

21Matthias Steinle est maître de conférences en cinéma et audiovisuel à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et directeur adjoint de l’IRCAV. Il a soutenu une thèse de doctorat en cotutelle sur « Regards croisés entre les deux Allemagnes dans le film documentaire, 1949-1989 » (Vom Feindbild zum Fremdbild. Die gegenseitige Darstellung von BRD und DDR im Dokumentarfilm, UVK, 2003). Ses recherches actuelles portent sur le docufiction, les rapports médiatiques franco-allemands et l’image d’archives.

22María Fernanda Troya est doctorante en anthropologie à l’EHESS. Elle a été enseignante universitaire, commissaire d’expositions et organisatrice de rencontres culturelles en Équateur. Ses sujets de recherche portent sur les images photographiques, leurs contextes de production et circulation, ainsi que sur l’expérience photographique en lien avec la mémoire et l’identité.

23Laurent Véray, professeur à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, est historien du cinéma et chercheur à l’IRCAV. Ses travaux portent sur les écritures audiovisuelles de l’histoire et la problématique de la reprise des images et des nouveaux usages des archives. Il a publié, entre autres, La Grande Guerre au cinéma. De la gloire à la mémoire (Ramsay, 2008) et Les images d’archives face à l’histoire (Scérén/CNDP, 2011). Par ailleurs, il a réalisé plusieurs films ou installations vidéo à base d’archives : L’Héroïque cinématographe (2003), En Somme (2006), Théâtres de guerre-1917 (2012), La Cicatrice. Une famille dans la Grande Guerre (2014).

24Chris Wahl est professeur en patrimoine audiovisuel à la Filmuniversität Babelsberg Konrad Wolf à Potsdam. Il est membre de la commission patrimoine du Haut Conseil culturel allemand (Deutscher Kulturrat) et du comité du film (Filmbeirat) de l’institut Goethe. Il dirige la collection « Filmerbe » chez text+kritik. Dernier ouvrage paru : Multiple Language Versions Made in Babelsberg. Ufa’s International Strategy, 1929-1939 (Amsterdam UP, 2016).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search