Version classiqueVersion mobile

L'image d'archives

 | 
Matthias Steinle
, 
Julie Maeck

Quatrième partie. Le quotidien de l'image d'archives

Images du quotidien et patrimoines sociaux : la mise en images d’archives

Bénédicte Grailles

Texte intégral

1Les images du quotidien – photographies et films de famille – normalement destinées à rester dans l’entre-soi de l’intimité, dépassent de plus en plus couramment le cercle du partage familial pour investir l’espace public. Elles tapissent les murs des restaurants, figurent sur les produits de consommation courante et se mettent en scène sur les sites de partage photographique et les réseaux sociaux. Ces images, parfois anciennes mais parfois du jour même, accèdent pourtant, quand les conditions sont réunies, à la qualification d’images d’archives. Par images d’archives, nous entendons ici des images considérées par ceux qui les détiennent ou qui les publient, comme des documents à conserver. Cette forme d’accréditation patrimoniale n’est pas obligatoirement liée à une reconnaissance institutionnelle. Les modes opératoires peuvent être très différents. Ils supposent, à côté de leur caractère mobile et fluctuant, de s’enraciner dans une mémoire commune, productrice de lien social, susceptible de générer une adhésion étendue. Nous proposons d’éclairer ces mécanismes de mise en images d’archives à travers deux études de cas et deux angles d’approche. Le premier s’intéressera à l’irruption d’images d’archives dans les décors de la vie quotidienne à travers le cas particulier mais représentatif de la restauration à thème. Le second se concentrera sur l’émergence de nouvelles pratiques liées à la fois au développement grand public de logiciels de retouche d’images et à leur publication dans le cadre du web 2.0.

Images d’archives, ambiance et mise en scène

  • 1 G. Erner, Sociologie des tendances, Paris, PUF, 2e éd., 2011.

2Le très vaste et très foisonnant univers de la restauration à thème offre, par sa taille, par son évolutivité fortement marketée et sa perméabilité aux tendances et aux prétendues convergences du goût collectif1, un terrain adapté à l’étude de cette « transformation iconique ».

La restauration à thème

3Nous avons fait le choix de nous intéresser à trois catégories de restaurants qui utilisent de manière systématique des images d’archives en combinaison avec d’autres artefacts afin de créer une atmosphère immédiatement reconnaissable. L’intérêt est ici que ces images et documents d’archives sont un élément essentiel du décor au point d’être érigés en système duplicable à l’infini. La Pataterie, le Bistrot du Boucher et Les Trois Brasseurs sont trois enseignes de la restauration franchisée qui ont mis au point des concepts de restaurants à thème.

  • 2 Le réseau appartient toujours à un des fondateurs. Environ 150 restaurants portent l’enseigne en 2 (...)
  • 3 « Rencontre avec Alexandre Maizoué, directeur général associé de La Pataterie », 18 juin 2010, [en (...)
  • 4 En 1998, le réseau est racheté par une société, Tradiplus, qui revoit entièrement le concept et de (...)
  • 5 S. Burner, « Entretien avec Alain Cazac », 5 décembre 2007, [en ligne], [http://www.observatoirede (...)
  • 6 Sa croissance reste modeste jusqu’à son rachat en 2003 par le groupe Agapes Restauration lui-même (...)
  • 7 Les plats phares sont les flammekueches et plats cuisinés à la bière. Les plats sont préparés par (...)
  • 8 Les Trois Brasseurs ont notamment eu recours au fonds photographique de plusieurs millions d’image (...)
  • 9 Les éléments ont été agencés en 1998 par le groupe Roches. « “Les 3 Brasseurs”, (Création & agence (...)

4Le premier site de La Pataterie a été ouvert en 1996 à Limoges et la franchise développée à partir de 20032. Le concept de La Pataterie est de proposer, selon Alexandre Maizoué, directeur général associé, « la pomme de terre dans un décor terroir authentique3 ». Il s’agit en fait d’une cuisine d’assemblage, la carte est entièrement figée et le profil de franchisé recherché est plutôt celui d’un commerçant que d’un cuisinier. Le Bistrot du Boucher est plus ancien : il naît en 1988 à Puteaux4. Le Bistrot du Boucher revendique aussi le terroir : Alain Cazac, président-directeur général de l’enseigne, parle d’« une cuisine du terroir, d’esprit maison5 », l’accent étant mis sur la qualité des viandes, de préférence d’origine française. Les différents restaurants du réseau ont une marge d’adaptation de la carte et la marque cherche des restaurateurs. La micro-brasserie Les Trois Brasseurs ouvre à Lille en 19866. Les Trois Brasseurs mettent en avant une carte de restauration de type brasserie mais l’originalité du concept est la production sur place de différentes catégories de bières : chaque restaurant est une micro-brasserie7. Le rôle d’un réseau de franchise est de tester un concept et de le fournir clés en main à des franchisés. Les franchisés doivent respecter différents cahiers des charges dont le franchiseur garantit l’originalité et la protection. Les choix opérés par les trois chaînes sont de nature différente. Le décor de La Pataterie est immuable. Les franchisés doivent suivre le cahier des charges rigoureusement. Constitué d’un amas d’objets et de documents et d’un tracteur emblématique, il serait fourni par un brocanteur de Bellac en Haute-Vienne. Les Trois Brasseurs proposent également un décor très reconnaissable dans lesquels les objets sont monumentaux (cuves) et les références documentaires apparemment marginales puisqu’elles se cantonnent à quelques affiches et photographies8 mais aussi à des pastiches : le set de table mettant en scène une photographie décalée des prétendus Trois Brasseurs9. La charte de communication du réseau a été confiée en 2010 à l’agence de communication Euro RSCG 360. Elle est uniforme dans le réseau. Le Bistrot du Boucher défend un positionnement plus original. Chaque franchisé a une certaine latitude dans la décoration intérieure. Pourtant, tous les restaurants jouent sur les mêmes codes : la bibliothèque, les documents encadrés, mais selon des aménagements légèrement différents. Le réseau a son propre architecte décorateur, Jean-Claude Marteau, qui intervient sur les créations ou les réaménagements de restaurants.

Le goût du passé

5L’atmosphère de ces trois chaînes de restaurants a pour vocation de plonger le client dans un passé revisité cohérent avec la carte proposée. Le décor, marqueur de l’enseigne, n’est pas une variable anecdotique mais une condition première.

  • 10 Sur l’utilisation du passé comme garantie d’authenticité : A. Chauveau et I. Veyrat-Masson, « L’hi (...)
  • 11 [www.lapataterie.com].
  • 12 « Recrutement », [en ligne], [http://les3brasseurs.sitederecrutement.com/cv/index.asp?alsess], con (...)
  • 13 « Nos 4 engagements fondamentaux », [en ligne], [http://www.bistrotduboucher.fr/nos-engagements], (...)
  • 14 « Je ne m’intéresse plus qu’à ce qui est vrai, sincère, pur, large, en un seul mot, l’AUTHENTIQUE, (...)
  • 15 S. Burner, « Entretien avec Alain Cazac », art. cit.

6Les différents restaurants mettent en avant dans leur communication la notion de terroir et celle d’authenticité10 : « La Pataterie, le restaurant de l’authentique » est le slogan du site officiel de la chaîne11 ; « Nous en sommes convaincus, vous n’êtes pas là par hasard […] nous avons un point commun. Est-ce la sincérité ? Le goût pour des produits qui ne mentent pas et des relations authentiques ? » s’interroge le site de recrutement des Trois Brasseurs12 ; « Tous les jours, nos plats sont élaborés dans notre cuisine par notre chef et son équipe autour de l’idée d’authenticité, de générosité, de parfums et de saveurs » est l’engagement no 1 affiché par le Bistrot du Boucher13. Le client serait plongé, comme Jean de Florette chez Marcel Pagnol, dans une expérimentation de l’authentique14. D’où l’insistance, notamment chez La Pataterie, sur le « vrai » : les objets et les documents sont authentiques car ils proviennent d’une brocante et ils sont véritablement anciens. Le concept du restaurant bannit la reproduction. Le Bistrot du Boucher adopte aussi la posture du vrai : « La décoration […] est réalisée à base d’objets chinés dans les brocantes locales » affirme le président-directeur général. Il ajoute : « Cette manière d’appréhender la décoration des lieux donne une âme à nos établissements15. »

  • 16 « La préservation des cadres, l’authenticité des ambiances, les fresques sorties tout droit de la (...)

7Les trois types d’établissement cherchent à ce que le client renoue avec un certain passé. On peut ici distinguer deux positionnements légèrement différents. Le Bistrot du Boucher fait allusion par sa dénomination à la tradition du bistrot parisien ou à celle des restaurants d’abattoir condamnés à fermer avec l’expulsion des abattoirs à la périphérie des villes. Mais son décor, lui, joue clairement sur le style des grandes brasseries. Le but est de se rattacher à un type d’établissements, de se placer dans un héritage à forte valeur affective16. Les Trois Brasseurs et La Pataterie ne jouent pas, de leur côté, sur une tradition de restauration, mais s’appuient sur une nostalgie, un passé révolu définitivement clos et pour partie fantasmé : le monde rural pour La Pataterie et le temps où chaque village possédait sa malterie et sa brasserie, où chaque famille réalisait sa petite bière pour les Trois Brasseurs, un monde d’ouvriers, celui d’un petit peuple grouillant sortant des filatures et des mines et fréquentant les estaminets. L’enjeu pour les trois marques est au final celui de l’acquisition d’une légitimité.

  • 17 Environ 17,50 € par personne. Ticket moyen en 2012. V. Pompougnac, « La Pataterie a de grandes amb (...)
  • 18 Ce n’est pas par hasard que Gustave Kervern et Benoît Delépine ont choisi de faire des parents de (...)
  • 19 Abrahm Moles affirme que « dans le Kitsch, il y a l’idée d’entassement dans la décoration » et que (...)
  • 20 Ont été notamment consultés les sites suivants : maville.com, cityvox et tripadvisor (près de 300 (...)

8Chaque cadre, chaque objet, chaque document est aussi un moyen de situer socialement sa référence au passé et indirectement d’identifier son segment de clientèle. La Pataterie s’adresse clairement aux familles qui cherchent à maîtriser leur budget17. Le décor fonctionne sur une accumulation débordante d’objets et d’images, sur un empilement étudié (illustration 1). Le kitsch18 est parfaitement assumé, voire revendiqué19. Si on regarde les avis déposés par les internautes sur des sites d’hôtellerie-restauration20, nombreux sont ceux qui parlent de la décoration – 75 % des avis sur [maville.com] –, ce qui montre que c’est un atout déterminant du restaurant.

Illustration 1. – Restaurant La Pataterie de Châteauroux (Indre) en 2009 (cl. B. Grailles).

  • 21 Chiffre de 2008, semble-t-il resté stable. S. Burner, « Entretien avec Alain Cazac », art. cit.
  • 22 A. Labarrère, « L’image publicitaire et l’œuvre d’art », Communication et langages, no 39, 3e trim (...)
  • 23 322 avis sur Tripadvisor par exemple à la date du 31 octobre 2012.

9Côté Bistrot du Boucher, les avis s’intéressent nettement plus au contenu de l’assiette. Il faut dire que le ticket moyen atteint les 27 euros21 et que le restaurant vise aussi une clientèle d’affaires. Notons que le décorateur a fait appel à toute une série de codes qui rattachent explicitement le restaurant au monde bourgeois : présence d’une bibliothèque, documents systématiquement encadrés, dispositifs d’accrochage typiques d’intérieurs bourgeois. « Le tableau, c’est l’ordre établi » affirmait déjà André Labarrère en 197822. Les clients notent plus généralement l’ambiance, l’atmosphère du restaurant, mais relèvent aussi sa décoration23 : décoration « originale », « raffinée », « feutrée », « un peu rétro »…

  • 24 R. Ladhari, I. Brun et M. Morales, « Determinants of dining satisfaction and post-dining behavoria (...)

10La décoration joue bien un rôle essentiel dans ces chaînes de restaurant en créant une atmosphère. Mais cette décoration comprend de multiples variables : gamme chromatique, objets, choix des matières24, etc. Quel est le rôle des images et documents anciens dans ce dispositif ?

Du partage à l’intime

  • 25 « L’astuce du mois », L’Hôtellerie Restauration, no 3357, 29 août 2013, p. 8.

11Les images anciennes jouent un rôle déterminant : elles introduisent à la fois une rupture d’avec le quotidien et un lien avec le client car elles racontent une histoire. L’hebdomadaire professionnel L’Hôtellerie Restauration recommande d’ailleurs aux restaurateurs de créer « un attachement » en faisant participer le client à l’histoire du restaurant par des photographies25.

  • 26 Sur la « société du spectacle » pour reprendre la terminologie de Guy Debord et la restauration : (...)
  • 27 « Et si, précisément, le patrimoine était tendance ? […] La donnée patrimoniale est un facteur de (...)
  • 28 « Il peut être avantageux sur les marchés encombrés, de faciliter son identification visuelle en s (...)
  • 29 « Les photos sont une bonne solution pour se projeter, imaginer et vivre le restaurant tel qu’il é (...)

12Lieux de mise en scène26, les espaces de ces restaurants sont éminemment construits et font implicitement références à des codes muséographiques empruntés aux musées des arts et traditions populaires et aux écomusées. Ces restaurants présentent en fait ce que l’on peut qualifier d’« unités écologiques » au sens de Georges-Henri Rivière, unités dans lesquelles la collection a le primat sur la scénographie (illustration 2). Les unités écologiques du musée national des arts et traditions populaires présentaient tous les objets d’un lieu – la forge du Queyras, le buron de l’Aubrac – tels qu’ils étaient dans leur contexte d’origine. Ainsi La Pataterie peut être regardée comme un endroit qui donnerait à voir tous les objets et les documents qui se trouveraient dans un lieu particulier (une ferme, une grange, un chalet par exemple) dans son contexte naturel. Les Trois Brasseurs qui ont pour cadre une brasserie en activité sont une vitrine thématique revisitée proposant toutes les séquences de préparation, d’élaboration et de consommation d’un produit : la bière (illustration 3). On assiste à une mise en patrimoine du quotidien dans un espace collectif mais mimant l’espace privé27. Dans ce contexte, les documents et les images présentent un avantage conséquent : l’évidence de leur ancienneté marquée par un fort usage du noir et blanc et des contenus informationnels datés dans le temps car n’étant plus en vigueur. Ainsi le noir et blanc tranche avec le temps contemporain marqué par une abondance de couleurs28. De nombreux signes en termes de contenus permettent aussi d’afficher la rupture : photographies de dames à chapeaux et paires de moustaches, publicités pour des produits aujourd’hui introuvables, certificats d’études primaires renvoyant à l’école d’autrefois29.

Illustrations 2 et 3. – Restaurant Les Trois Brasseurs de Lomme (Nord) en 2013 (cl. B. Grailles). À gauche (illustration 2), partie du restaurant reconstituant le bureau du brasseur et à droite (illustration 3), les images exposées mettent en scène le travail dans les brasseries.

  • 30 S. Zouaghi et D. Darpy, « La segmentation par le concept du Nous : exploration des liens entre le (...)
  • 31 M. Bergadaa, « L’artisanat d’un métier d’art : l’expérience de l’authenticité et sa réalisation da (...)

13D’une manière générale, les trois enseignes renvoient à un « bon vieux temps », un autrefois, situé quelque part avant la Seconde Guerre mondiale, présent encore dans les mémoires familiales car à une distance de deux, voire trois, générations : une ruralité tout juste mécanisée ; un passé industriel florissant ; le monde joyeux des loisirs urbains et des guinguettes. Objets et documents pourraient provenir du grenier ou de la grange familiale. Ce sont les souvenirs partagés de la mémoire collective. Là encore, photographies et documents sont particulièrement efficaces. Eux seuls permettent à chaque client, devenu acteur de cette muséographie, de rattacher cette histoire que narre le restaurant à son propre récit familial. Cette dame, ce moustachu ressemblent à telle grand-mère ou tel cousin. Images et documents sont bel et bien analysés et ressentis comme des traces et comme des archives familiales (illustration 4). Ils participent du « patrimoine identitaire, symbolique et fantasmatique » que la famille transmet30. Ils ont une valeur indicielle et iconique31. Ils changent de statut : ils deviennent images d’archives partagées.

  • 32 M. Rautenberg, La rupture patrimoniale, Bernin, À la croisée, 2003.

14En se coulant dans les moules de la représentation des patrimoines savants, ces images acquièrent leur statut d’archives, car elles rendent cohérents des souvenirs éparpillés, individuels dans une identité commune. Il n’y a pas de prétention à l’universalité ici, mais une manière de satisfaire un besoin de reconnaissance, de hausser la valeur symbolique de la vie quotidienne comme un composant majeur du patrimoine de la Cité, ce que l’ethnologue Michel Rautenberg appelle les « patrimoines sociaux32 ». C’est dans le partage et la production de lien social généré par l’investissement des regards sur un objet commun que s’opère la transformation des images en images d’archives.

  • 33 S. Zouaghi et D. Darpy, « La segmentation par le concept du Nous », art. cit., p. 31.
  • 34 « Jouer sur la nostalgie permet de susciter émotions et sentiments chez le client et contribue à r (...)
  • 35 Anne-Marie Clais emploie cette expression pour expliquer la rencontre entre patrimoine et tendance (...)
  • 36 Nous reprenons ici une des analyses d’André Labarrère formulées dans un contexte différent (la gra (...)

15Le restaurant n’est plus un simple lieu de passage. Il est habité par la trace des hommes. Il se crée une relation d’intimité entre le soi et le nous, un fort « niveau de congruence […] entre l’image de soi et l’image de la marque33 ». L’environnement est mis à la portée de tous grâce aux archives devenues les supports d’un récit personnel et intime34. Il permet un « ré-enchantement du monde35 ». C’est l’histoire des Trois Brasseurs – le Lillois, l’Alsacien, le Belge – créée en 2010 par Euro RSCG 360, omniprésente dans les restaurants car la photographie orne tous les sets de table. Le procédé de la « fausse archive », qui est un pastiche et une construction par essence métonymique, permet d’introduire de manière discrète un élément humoristique, une mise à distance, qui devient acceptable car « le traitement graphique que cet élément subi facilite une réduction de la distance sémantique qui le sépare de l’espace d’accueil36 », et qui amenuise aussi la distance temporelle entre l’époque suggérée par le restaurant et la modernité des zones d’implantation.

Illustration 4. – Restaurant La Pataterie de Châteauroux (Indre) en 2009 (cl. B. Grailles).

16On voit donc combien dans le cas d’images pourtant anciennes, réelles ou prétendues, l’insertion dans une narration, dans une forme ou une action, l’investissement par un point de vue sont indispensables à la mise en images d’archives. Raison de plus pour faire basculer le regard et envisager le comportement d’images qui, parce que récentes, paraissent, en première analyse, encore plus éloignées du statut d’images d’archives.

Images en ligne, images archivées, images d’archives

  • 37 Voir par exemple J.-S. Beusart, D. Cardon, N. Pissard et C. Prieur, « Pourquoi partager mes photos (...)
  • 38 Facebook, Ericsson et Qualcomm (éd.), A Focus on Efficiency. A whitepaper from Facebook, Ericsson (...)
  • 39 Observatoire des professions de l’image (éd.), Synthèse Baromètre photo API/Ipsos 2013. Les princi (...)
  • 40 Observatoire des professions de l’image (éd.), Les Chiffres officiels 2012 du marché de la photo e (...)

17La reconfiguration des pratiques photographiques amateurs sous l’effet du développement conjugué de la photographie numérique et des réseaux sociaux a été maintes fois soulignée37. On sait combien, ici comme ailleurs, jouent à plein la mise en scène des individualités, l’exposition de soi, la caractérisation de soi, la mise en visibilité du sujet, si caractéristiques d’un expressivisme contemporain. facebook est par exemple connu pour être utilisé principalement (environ la moitié du trafic) pour partager des photographies de famille dans un cercle d’amis. Selon facebook lui-même, 350 millions de photos ont été téléchargées chaque jour sur le site en 201338. Le « baromètre photo » publié par l’Association pour la promotion de l’image (API) et le sondeur IPSOS confirme le caractère massif de ce partage dématérialisé : 61 % des pratiquants français de photographie numérique partagent leurs photographies en ligne, 64 % sont susceptibles de prendre des photographies pour les partager immédiatement39, 65 % des lycéens postent leurs photographies sur des réseaux sociaux, 24 % des pratiquants reconnaissent faire des photographies à cause de ce désir d’exposition de soi sur Internet40. Nous voudrions ici avancer l’idée que ces pratiques de partage de photographies sur Internet sont aussi des pratiques d’archivage et de production en ligne d’images d’archives virtuelles.

L’impératif de l’archivage

18On a beaucoup expliqué le succès de sites comme Flickr ou YouTube par les fonctionnalités d’échange et d’interaction autour des images qui deviennent des prétextes à conversation et circulation. Cette interprétation qui met l’accent sur les processus de socialisation des images ne doit pas faire complètement oublier la permanence des fonctions de stockage et même d’archivage.

  • 41 R. Ritchie, « Not happy about Facebook buying Instagram ? Here’s how to export your photos and del (...)

19Il est frappant en premier lieu de constater combien toutes les évolutions qui pourraient mettre en cause la pérennité d’un site, par exemple les rachats qui sont fréquents dans ces milieux, et, plus encore bien sûr, les disparitions de sites, suscitent protestation et émoi sur la toile. Dans les jours qui suivent le rachat par Facebook du site Instagram, apparaissent à une vitesse étonnante des communautés de mécontents organisant la résistance autour de hashtags comme #keepitthesame, #fuckfacebook ou #igfgblackout et appelant à retirer ses photographies et à supprimer son compte41. Une partie des instagramers ne se limiteraient pas aux usages conversationnels de la photographie, mais utiliseraient aussi le média comme support d’archivage. En avril 2011, la fermeture de Pikeo, le site de partage et de stockage lancé par Orange, suscite les inquiétudes des internautes, lisibles dans les commentaires des blogs spécialisés, par exemple sur Décryptages, le blog du Groupement national de la photographie professionnelle :

  • 42 « Pikeo.com interrompt son service », 28 février 2011, [en ligne], [http://gnpp. wordpress.com/201 (...)

« Il est symptomatique de constater qu’aucun type de service ne peut aujourd’hui s’inscrire dans une logique de pérennité sur le web tant sa continuité est totalement dépendante de sa profitabilité immédiate (ou de la stratégie de l’entreprise qui l’héberge). À l’échelle du web, dix ans est un siècle42… »

  • 43 Observatoire des professions de limage (éd.), Synthèse Baromètre photo API/Ipsos 2013, loc. cit.

20Cette impression intuitive est confirmée par les chiffres publiés par l’Observatoire des professions de l’image. Globalement, le baromètre photo API montre que la confiance dans la pérennité de l’archivage via les sites de partage progresse lentement : 32 % des 15-30 ans pratiquant la photographie numérique déclarent désormais estimer suffisantes la sécurité et la longévité des stockages par les réseaux sociaux et 37 % les sites de stockage de photos. Néanmoins, calculé sur l’ensemble des pratiquants, le pourcentage de ceux qui font confiance reste minoritaire, à hauteur de 23 % pour les 31-65 ans pour les réseaux sociaux et 30 % pour les sites de stockage43.

  • 44 Observatoire des professions de l’image (éd.), Les Chiffres officiels 2012…, op. cit., p. 10-11.
  • 45 En augmentation de 9 points par rapport à 2012. Observatoire des professions de l’image (éd.), Syn (...)
  • 46 Ibid.

21Corrélativement, le désir d’archivage papier ne faiblit pas, même s’il devient plus sélectif : l’engouement pour le tirage des photographies sous forme d’albums ou de livres est exemplaire de cette permanence du désir d’archivage réinvesti dans des formes ludiques ou esthétisantes. Le marché de ces livres photographiques a connu une croissance de 27 % en volume et en valeur en 2011. Les 2,9 millions de livres photographiques commercialisés en France en 2011 ont généré 87 millions d’euros de chiffres d’affaires44. Plus prosaïquement, en 2013, 67 % des pratiquants de photographie numérique déclarent continuer à archiver leurs photographies sur un disque dur externe, un chiffre paradoxalement en augmentation45. L’archivage est cependant un besoin exprimé par les utilisateurs d’appareils photographiques : 29 % d’entre eux souhaiteraient que celui-ci leur permette de stocker immédiatement en ligne les photographies qu’ils viennent de prendre46.

Personnalisation et stylisation

22Ce désir persistant de conservation rappelé, il faut insister sur l’importance centrale accordée dans beaucoup de sites de partage d’images en ligne aux outils de modifications des images déposées. Il s’agit notamment de filtres qui permettent de donner des effets aux photographies partagées et qui, en exprimant les émotions du sujet, participent grandement du changement de statut des images. Globalement, un pratiquant de photographie numérique sur deux déclare des habitudes de retouchage concomitantes à la mise en ligne et au partage.

  • 47 Le filtre Sierra renforce les beiges et ajoute un contour blanc afin d’obtenir un « effet vintage (...)
  • 48 « Fonctionnalités de l’onglet “Effets” », [en ligne], [https://support.google.com/picasa/answer/93 (...)
  • 49 Observatoire des professions de l’image (éd.), Les Chiffres officiels 2012…, op. cit., p. 10-11.

23En avril 2012, le rachat par Facebook pour 750 millions de dollars d’une petite entreprise Instagram qui propose un service et un outil de partage de photographies a surpris. Au-delà des habitudes de rachat des startups prometteuses par les leaders d’un secteur économique, il est certain que la démarche de Facebook trouve son origine dans le succès foudroyant de cette entreprise. Elle revendique aujourd’hui 80 millions d’utilisateurs qui échangeraient plus de 5 millions de photographies par jour. Or, il apparaît que ce succès repose en grande partie sur le nombre et la nature des outils de personnalisation et de stylisation des images qu’elle propose. Le site invite ses usagers non seulement à partager des photographies de famille mais encore, et peut-être surtout, à les traiter à l’aide d’une batterie d’une quinzaine de filtres. Si certains de ces filtres visent à donner à des photographies d’amateurs un vernis artistique un peu kitsch en saturant des couleurs pour un effet rayon de soleil ou en augmentant les contrastes pour structurer les compositions, une majorité entend créer une impression qualifiée de « vieillie » ou de « vintage47 ». Les mêmes ressorts de stylisation de la banalité sont à l’œuvre, dans des proportions sans doute moindres, chez de nombreux hébergeurs ou services de partage de photographies. Les albums de Picasa proposent douze effets parmi lesquels un filtre Sépia pour donner un aspect « rétro », un filtre Noir et blanc pour donner « à votre image un petit effet nostalgique ou historique48 », ou un filtre Grain pour restituer le grain des tirages analogiques. Smugmug propose le choix entre une quantité de thèmes déclinables en styles qui influent sur la présentation des galeries de photographies. Photobucket, un des principaux hébergeurs du secteur, a développé un outil de retouche, Snapbucket, qui offre plus de 9 000 combinaisons à l’utilisateur. C’est sans doute aussi sous cet angle de l’investissement personnalisé des images, accompagné d’un effet de gratification personnelle pour l’internaute, qu’il faut analyser le succès des objets photos dérivés, imprimés sur toute sorte de supports : textiles, objets de bureaux, sacs, mugs, etc. Le marché de ce type d’objets a progressé de 10 % en valeur au cours de l’année 2011 ; il pèse désormais près de 57 millions d’euros par an en France49.

L’insertion dans une perspective historique

  • 50 F. Carmagnat, J. Deville et A. Mardon, « Une vitrine idéalisante : les usages des sites familiaux  (...)

24La mise en images d’archives passe enfin par une mise en perspective historique et par l’insertion dans un discours. Ce discours peut être de nature très diverse. L’environnement familial, éventuellement coloré de généalogique, ou un contexte mémoriel sont fréquents. On pense ici à un site de partage de photographies comme Famicity qui propose de partager à la fois des images et des résultats de recherche généalogique dans un climat qui se veut très familial, exemplaire en termes de respect des règles de protection de la vie privée et de maîtrise de la dispersion des données personnelles. On peut citer aussi les très nombreux et très mouvants sites de type nécrologique, sites de mémoire, d’hommage, de souvenir, qui permettent de poster des images d’un défunt et de les insérer dans un récit de vie. Ces sites sont véritablement foisonnants : Mémoires des vies, Comemo, Paradis blanc, Toujoursla.com, Celesteo, etc. Certains sites proposent d’ailleurs de matérialiser ces images d’archives par l’édition d’un livre ou d’un roman, voire d’une bande dessinée : c’est le cas d’Hommages, expressions de vies. On pourrait aussi explorer la sphère des sites Internets familiaux, parfois appelés Intranets familiaux, où les images tiennent une grande place, entourées d’une infinie variété de contextualisations possibles50.

  • 51 [www.rts.ch/archives].
  • 52 « Les images égarées », [en ligne], [http://www.notrehistoire.ch/group/les-images-egarees/about/], (...)
  • 53 « Photos de classe », [en ligne], [http://www.notrehistoire.ch/group/photos-de-classe/about/], con (...)
  • 54 Pour 4 000 sur le site institutionnel, mais essentiellement francophones.
  • 55 Chiffres et présentation de Claude Zurcher, responsable éditorial du site : « Partager ses archive (...)
  • 56 « Notrehistoire.ch. Quelques chiffres », 8 juin 2012, [en ligne], [http://www.notrehistoire.ch/art (...)

25Les images numérisées, fixes ou animées, peuvent aussi être contextualisées par un cadre éditorial de telle manière que cela leur confère aussi valeur de sources pour et par les historiens. L’exemple le plus probant et le plus original est celui de la plate-forme notrehistoire.ch, créée en 2009 par la fondation pour la sauvegarde du patrimoine audiovisuel de la radio-télévision suisse romande (FONSART). La FONSART a pour vocation de financer la restauration des fonds audiovisuels de la radio-télévision suisse romande et permettre leur numérisation. Après avoir ouvert un premier site institutionnel de diffusion des archives numérisées51 et devant la réaction du public et l’émergence d’une demande participative, le second site a pour objectif de recueillir des images numérisées fixes ou animées, en provenance des fonds et albums familiaux. Ces images sont déposées par des contributeurs et obligatoirement réparties dans quatre thèmes : personnalités, événements, lieux, vie quotidienne. À l’intérieur de ces thèmes, des groupes d’intérêt sont créés en fonction de la volonté d’un animateur, chaque contributeur choisissant ou non de rattacher ses dépôts à un, plusieurs ou aucun groupe d’intérêt. Le groupe d’intérêt « Les images égarées » (28 membres, 346 documents) rassemble des photographies trouvées dans des puces ou brocantes par des « passionnés d’histoire et de photographies », sorties de l’oubli « sans trop savoir pourquoi, sur un coup de cœur, parce qu’une photo nous rappelle un être cher ou nous interpelle52 ». Le groupe « Photos de classe » (52 membres, 460 documents) répond à l’engouement pour cette typologie documentaire : « Les visiteurs y ont souvent reconnu un parent, un ami, un enseignant, voire eux-mêmes pour les plus âgés. Et nombreux sont ceux qui nous ont amené ou envoyé d’autres photos de classe pour compléter notre album53. » La plateforme propose aussi des fonctionnalités de réseau social : fonction de contact permettant de suivre certaines personnes et leur activité de manière volontaire, de s’inviter, de correspondre, forum, fonction de partage twitter et facebook. En novembre 2013, le site reçoit 1 000 visiteurs journellement, localisés dans 160 pays54. 8 000 documents sont déposés tous les ans. 2 400 personnes sont inscrites et constituent le réservoir des déposants et le réseau social. 10 % d’entre eux sont actifs quotidiennement. Si les participants peuvent déposer documents audiovisuels, documents écrits et enregistrements sonores, ce sont les premiers qui sont réellement mobilisés : 40 000 photographies, 1 200 films, ont été téléchargés55. Entre 2009 et 2012, le nombre de pages vues s’élève à 5,2 millions, pour 472 000 visites56.

  • 57 « Portrait d’un accro à l’histoire 2.0 : Léo Davy », 2 novembre 2012, [en ligne], [http://www.hist (...)

26Le site HistoGraphe est lui d’origine privée et s’inscrit dans une démarche de nature commerciale. Le site a été lancé en avril 2012 par un diplômé des Arts et Métiers généalogiste, Pierre-Olivier Fleckenstein, sous la forme d’une société par actions simplifiées au capital de 60 000 euros. Le site se présente comme un réseau social dédié à l’échange de documents anciens et à l’exploration du passé. Le projet se rattache encore plus nettement au concept d’histoire 2.0 et les documents échangés se rapportent plus volontiers à la grande histoire et aux grands personnages, mais se mélangent avec des clichés d’origine personnelle ou familiale, ce qui n’en est que plus significatif. Léo Davy, passionné d’histoire, est en terminale ES et rêve d’entrer à l’École des chartes. On lui doit 244 dépôts. Il s’agit principalement d’une illustration iconographique des grandes dates de l’histoire de France, souvent puisée dans des ouvrages publiés ou à Wikipedia. Il y mêle un reportage photographique personnel sur des monuments aux morts, la carte d’ancien combattant d’un aïeul, Rodolphe Davy, ainsi que le diplôme de sa médaille de Verdun. La connexion à un passé commun, reconnue et validée par une communauté virtuelle, est ici clairement porteuse d’un changement de statut qui fait l’image d’archives57.

  • 58 P. Marcilloux, Égo-archives. Traces documentaires et recherche de soi, Paris, Presses universitair (...)

27Dans ce processus, la personnalisation des images, leur individuation, leur capacité à générer un univers à soi et aux autres jouent un rôle catalyseur. De ce point de vue, les images d’archives n’échappent pas à la réorientation individuelle des usages des archives en général, phénomène d’égo-centrage, de recentrage égotique du rapport aux archives, ce que Patrice Marcilloux appelle « ego-archives », des archives « qui parlent des individus ou que les individus peuvent interroger d’une manière individualisée », des archives qui permettent « aux individus d’asseoir les stratégies de formation de leur individualité58 ».

*

  • 59 Sur le rôle des médiations, voir A. Hennion, « L’industrie de l’art : leçons sur la médiation », R (...)

28De cette ébauche d’étude comparée du sort réservé aux images dans deux contextes différents, résultent en conclusion quelques éléments de convergence quant aux étapes de la mise en images d’archives. D’abord, la conservation. Que l’on se situe dans une dialectique du passé à travers des images anciennes ou que l’on ait affaire au désir de transmission d’images récentes, l’impératif de la pérennisation joue et l’injonction des archives est à l’œuvre. Ensuite, la monstration. Que l’image originelle soit intégrée au décor d’un restaurant ou partagée dans une communauté virtuelle, il n’est guère d’image d’archives que vue et offerte au regard. Le statut d’image d’archives est conféré par un regard extérieur, en dehors du cercle de production et de diffusion initial – la famille par exemple. Enfin, la modification. L’image d’archives ne se conçoit que médiatisée, insérée dans un discours et presque toujours modifiée : découpée, agrandie, teintée, détournée de son objet initial, décryptée, c’est véritablement une autre image qui est produite à partir de l’image primaire. L’image créée et mise en scène joue sur des codes convenus, dans une allusion explicite ou plus discrète, à ceux des patrimoines savants. Les procédés de médiation59 co-construisent l’image d’archives parce qu’ils la mettent en exposition et ainsi déclenchent son accréditation comme objet patrimonial. Le statut d’image d’archives ne serait donc que transitoire, valable uniquement au moment et dans l’instant de son usage, contrairement à celui de document d’archives ou d’image archivée, défini par un lieu de conservation fixe et des modalités d’accès stables. La condition nécessaire de sa légitimation serait la capacité à permettre la projection de l’histoire personnelle ou familiale dans une image perçue comme exprimant une identité collective et un patrimoine social.

Notes

1 G. Erner, Sociologie des tendances, Paris, PUF, 2e éd., 2011.

2 Le réseau appartient toujours à un des fondateurs. Environ 150 restaurants portent l’enseigne en 2012. Ils se trouvent presque exclusivement en périphérie des villes moyennes, dans les zones commerciales. « La Pataterie. Restauration à thème », Franchise-magazine, [en ligne], [http://www.franchise-magazine.com/franchise/la-pataterie-788.html], consulté le 30 octobre 2012.

3 « Rencontre avec Alexandre Maizoué, directeur général associé de La Pataterie », 18 juin 2010, [en ligne], [http://www.youtube.com/watch?v=0ThZbKTbCJk&feature=related], consulté le 30 octobre 2014.

4 En 1998, le réseau est racheté par une société, Tradiplus, qui revoit entièrement le concept et devient franchiseur. En 2012, il compte une trentaine d’établissements, majoritairement implantés en centreville. Voir le site [www.bistrotduboucher.fr].

5 S. Burner, « Entretien avec Alain Cazac », 5 décembre 2007, [en ligne], [http://www.observatoiredelafranchise.fr/interviews-bistrot-du-boucher/entretien-avec-alain-cazac-specificite-du-bistrot-duboucher-722-650.htm], consulté le 7 novembre 2012.

6 Sa croissance reste modeste jusqu’à son rachat en 2003 par le groupe Agapes Restauration lui-même dépendant de l’association familiale Mulliez. Le réseau se développe avec des restaurants en propre et des franchises, une trentaine en France et 8 au Canada, en périphérie ou en centre-ville, malgré la surface minimale nécessaire (600 m²). Voir le site www.les3brasseurs.com.

7 Les plats phares sont les flammekueches et plats cuisinés à la bière. Les plats sont préparés par des entreprises agro-alimentaires, éventuellement de la galaxie Mulliez. « Les Trois Brasseurs ont soif d’une bonne cuvée de croissance », La Voix du Nord, Édition de Douai, 11 novembre 2010. Agape Restauration (Mulliez) détient par ailleurs depuis 2011 la majorité des parts du Bistrot du Boucher.

8 Les Trois Brasseurs ont notamment eu recours au fonds photographique de plusieurs millions d’images commercialisé par la Photofactory, une agence qui propose des contrats clés en main permettant de personnaliser à partir d’un thème un espace avec des clichés encadrés sous marie-louise. « Côté déco », L’Hôtellerie Restauration, 2001, [en ligne], [https://www.lhotellerie-restauration.fr/lhotellerie/Articles/M_2742_01_Novembre_2001/Cote_deco.html], consulté le 6 janvier 2013.

9 Les éléments ont été agencés en 1998 par le groupe Roches. « “Les 3 Brasseurs”, (Création & agencement du concept les 3 Brasseurs) », [en ligne], [http://www.grouperoches.com/realisations/bars-restaurants/concepts01.html], consulté le 6 novembre 2012.

10 Sur l’utilisation du passé comme garantie d’authenticité : A. Chauveau et I. Veyrat-Masson, « L’histoire dans les spots publicitaires : un mariage antinomique », Le Temps des médias, no 2, 2004/1, p. 127-136. Elles en relèvent l’importance pour les produits alimentaires avec les connotations suivantes : retour aux plaisirs simples, aux saveurs originelles, rejet des manipulations chimiques ou biologiques.

11 [www.lapataterie.com].

12 « Recrutement », [en ligne], [http://les3brasseurs.sitederecrutement.com/cv/index.asp?alsess], consulté le 6 novembre 2012.

13 « Nos 4 engagements fondamentaux », [en ligne], [http://www.bistrotduboucher.fr/nos-engagements], consulté le 6 novembre 2012.

14 « Je ne m’intéresse plus qu’à ce qui est vrai, sincère, pur, large, en un seul mot, l’AUTHENTIQUE, et je suis venu ici pour cultiver l’AUTHENTIQUE », M. Pagnol, L’eau des collines. Jean de Florette, t. 1, Paris, Éditions de Fallois, 2004 [1962], p. 99.

15 S. Burner, « Entretien avec Alain Cazac », art. cit.

16 « La préservation des cadres, l’authenticité des ambiances, les fresques sorties tout droit de la Belle Époque pour beaucoup, sont autant d’éléments synonymes de fêtes et de pérennité. La table, même si elle se doit de répondre à l’image que la clientèle se fait de l’esprit brasserie, pèse modérément dans la balance du succès. […] Les grandes brasseries sont porteuses d’image, de rêve. Elles bénéficient d’un impact touristique, d’une dimension affective et culturelle. D’une identification. Elles correspondent à un référent, qu’il soit social, commémoratif, imaginaire ou légendaire », L’Hôtellerie Restauration, « Supplément Licence IV », no 2764, 11 avril 2002.

17 Environ 17,50 € par personne. Ticket moyen en 2012. V. Pompougnac, « La Pataterie a de grandes ambitions pour 2013 et au-delà », 19 avril 2013, [en ligne], [http://www.franchise-magazine.com/actualite/breves/la-pataterie-a-de-grandes-ambitions-pour-2013-et-au-dela-7510.html], consulté le 6 janvier 2014.

18 Ce n’est pas par hasard que Gustave Kervern et Benoît Delépine ont choisi de faire des parents de leurs deux héros perdus du Grand Soir (2012), parents incarnés par Brigitte Fontaine et Areski Belkacem, des tenanciers d’une Pataterie sur une immense zone commerciale du sud-ouest de la France (prix spécial du jury dans la section Un certain regard du festival de Cannes, 430 000 spectateurs en France).

19 Abrahm Moles affirme que « dans le Kitsch, il y a l’idée d’entassement dans la décoration » et que le Kitsch est un mode de relations avec le cadre de la vie matérielle, « tout plein d’objets et de formes permanentes à travers leur éphémère », A. Moles, « Qu’est-ce que le Kitsch ? », Communication et langages, no 9, 1971, p. 74-87, p. 81 et p. 79.

20 Ont été notamment consultés les sites suivants : maville.com, cityvox et tripadvisor (près de 300 avis sur ce seul site à la date du 31 octobre 2012). Ces sites ont des tonalités assez différentes : bon enfant pour les deux premiers, critique pour le troisième.

21 Chiffre de 2008, semble-t-il resté stable. S. Burner, « Entretien avec Alain Cazac », art. cit.

22 A. Labarrère, « L’image publicitaire et l’œuvre d’art », Communication et langages, no 39, 3e trimestre 1978, p. 103-116, p. 106.

23 322 avis sur Tripadvisor par exemple à la date du 31 octobre 2012.

24 R. Ladhari, I. Brun et M. Morales, « Determinants of dining satisfaction and post-dining behavorial intentions », International Journal of Hospitality Management, vol. 27, 2008, p. 563-573; V. Heung et T. Gu, « Influence of restaurants atmospherics on patron satisfaction and behavorial intentions », International Journal of Hospitality Management, vol. 31, 2012, p. 1167-1177; P. Wardono, H. Hibino et S. Koyama, « Effects or Interior Colors, Lighting and Decors on Perceived Sociability, Emotion, Behavior Related to Social Dining », Procedia – Social et Behavorial Sciences, vol. 38, 2012, p. 362-372.

25 « L’astuce du mois », L’Hôtellerie Restauration, no 3357, 29 août 2013, p. 8.

26 Sur la « société du spectacle » pour reprendre la terminologie de Guy Debord et la restauration : P. Hetzel, « Vers une approche expérientielle de la haute cuisine française : lorsque marketing sensoriel rime avec construction du sens », Revue française du marketing, no 196, 1/5, février 2004, p. 67-77.

27 « Et si, précisément, le patrimoine était tendance ? […] La donnée patrimoniale est un facteur de ré-assurance essentiel », A.-M. Clais, « Patrimoine et comportement des marques : actualité d’un paradoxe ? », Revue française de marketing, no 187, 2002/2, p. 83-91, p. 84.

28 « Il peut être avantageux sur les marchés encombrés, de faciliter son identification visuelle en se démarquant des normes chromatiques en vigueur », R. Divard et B. Urien, « Le consommateur vit dans un monde en couleurs », Recherches et applications en Marketing, vol. 16, no 1, 2001, p. 3-24, p. 17.

29 « Les photos sont une bonne solution pour se projeter, imaginer et vivre le restaurant tel qu’il était par le passé. Elles participent à donner une âme au lieu », « L’astuce du mois », loc. cit.

30 S. Zouaghi et D. Darpy, « La segmentation par le concept du Nous : exploration des liens entre le Nous idéal et l’image du produit préféré », Recherches et applications en Marketing, vol. 21, no 2, 2006, p. 31-41.

31 M. Bergadaa, « L’artisanat d’un métier d’art : l’expérience de l’authenticité et sa réalisation dans les lieux de rencontre entre artisan et amateur éclairé », Recherches et applications en Marketing, vol. 23, 2008, no 3, p. 5-25.

32 M. Rautenberg, La rupture patrimoniale, Bernin, À la croisée, 2003.

33 S. Zouaghi et D. Darpy, « La segmentation par le concept du Nous », art. cit., p. 31.

34 « Jouer sur la nostalgie permet de susciter émotions et sentiments chez le client et contribue à renforcer l’expérience vécue. Dès lors, ce n’est plus une simple expérience gustative, mais véritablement un voyage à travers les années au cours duquel le client est libre de se prendre au jeu », « L’astuce du mois », loc. cit.

35 Anne-Marie Clais emploie cette expression pour expliquer la rencontre entre patrimoine et tendances. A.-M. Clais, « Patrimoine et comportement des marques », art. cit., p. 86.

36 Nous reprenons ici une des analyses d’André Labarrère formulées dans un contexte différent (la gravure pastiche d’une œuvre d’art connue). A. Labarrère, « L’image publicitaire et l’œuvre d’art », art. cit., p. 109.

37 Voir par exemple J.-S. Beusart, D. Cardon, N. Pissard et C. Prieur, « Pourquoi partager mes photos de vacances avec des inconnus ? Les usages de Flickr », Réseaux, no 154, 2009, p. 91-129 ; A. Gunthert, « L’image partagée. Comment internet a changé l’économie des images », Études photographiques, no 24, 2009, p. 182-209.

38 Facebook, Ericsson et Qualcomm (éd.), A Focus on Efficiency. A whitepaper from Facebook, Ericsson and Qualcomm, 16 septembre 2013, [en ligne], [http://www.meducationalliance.org/sites/default/files/internet.org_-_a_focus_on_efficiency.pdf], consulté le 29 décembre 2013, p. 6.

39 Observatoire des professions de l’image (éd.), Synthèse Baromètre photo API/Ipsos 2013. Les principales tendances du marché, [en ligne], [http://www.sipec.org/pdf/2013_barometre_photo_API_Ipsos.pdf], consulté le 29 décembre 2013, p. 5.

40 Observatoire des professions de l’image (éd.), Les Chiffres officiels 2012 du marché de la photo et de l’image en France et en Europe, [en ligne], [http://www.sipec.org/pdf/OPI2012.pdf], consulté le 29 octobre 2012, p. 5.

41 R. Ritchie, « Not happy about Facebook buying Instagram ? Here’s how to export your photos and delete your account! », 9 avril 2012, [en ligne], [http://m.imore.com/happy-facebook-buyinginstagram-export-photos-delete-account], consulté le 29 octobre 2012.

42 « Pikeo.com interrompt son service », 28 février 2011, [en ligne], [http://gnpp. wordpress.com/2011/02/28/pikeo-com-interrompt-son-service/], consulté le 29 octobre 2012.

43 Observatoire des professions de limage (éd.), Synthèse Baromètre photo API/Ipsos 2013, loc. cit.

44 Observatoire des professions de l’image (éd.), Les Chiffres officiels 2012…, op. cit., p. 10-11.

45 En augmentation de 9 points par rapport à 2012. Observatoire des professions de l’image (éd.), Synthèse Baromètre photo API/Ipsos 2013, loc. cit.

46 Ibid.

47 Le filtre Sierra renforce les beiges et ajoute un contour blanc afin d’obtenir un « effet vintage discret » ; le filtre X-Pro insiste sur les bleus et les verts afin d’obtenir « un effet vintage » ; le filtre Earlybird avec des couleurs délavées, une impression de flou et contour texturé génère « un effet vintage » ; le filtre Sutro et son style sépia procure une « ambiance vintage très particulière » ; le filtre Nashville aux tons rouge et violet entraîne un « effet vieilli assez marqué » ; le filtre Lord Kelvin aux couleurs saturées et ses dominances d’orange aboutit à « un effet très vintage avec une ambiance lumineuse très particulière », Petit guide des filtres d’Instagram, 11 avril 2012, [en ligne], [http://coreight. com/content/petit-guide-des-filtres-d-instagram], consulté le 29 octobre 2012.

48 « Fonctionnalités de l’onglet “Effets” », [en ligne], [https://support.google.com/picasa/answer/93407?hl=fr], consulté le 2 février 2014.

49 Observatoire des professions de l’image (éd.), Les Chiffres officiels 2012…, op. cit., p. 10-11.

50 F. Carmagnat, J. Deville et A. Mardon, « Une vitrine idéalisante : les usages des sites familiaux », Réseaux, no 123, 2004, p. 175-203.

51 [www.rts.ch/archives].

52 « Les images égarées », [en ligne], [http://www.notrehistoire.ch/group/les-images-egarees/about/], consulté le 29 décembre 2013.

53 « Photos de classe », [en ligne], [http://www.notrehistoire.ch/group/photos-de-classe/about/], consulté le 29 décembre 2013.

54 Pour 4 000 sur le site institutionnel, mais essentiellement francophones.

55 Chiffres et présentation de Claude Zurcher, responsable éditorial du site : « Partager ses archives familiales : l’exemple de la plate-forme www.notrehistoire.ch », 17 novembre 2013, [en ligne], [http://alma.hypotheses.org/1110], consulté le 2 février 2014.

56 « Notrehistoire.ch. Quelques chiffres », 8 juin 2012, [en ligne], [http://www.notrehistoire.ch/article/view/676/], consulté le 2 février 2014.

57 « Portrait d’un accro à l’histoire 2.0 : Léo Davy », 2 novembre 2012, [en ligne], [http://www.histographe.com/blog/?p=407], consulté le 29 octobre 2012.

58 P. Marcilloux, Égo-archives. Traces documentaires et recherche de soi, Paris, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 208.

59 Sur le rôle des médiations, voir A. Hennion, « L’industrie de l’art : leçons sur la médiation », Réseaux, no 60, juillet-août 1993, p. 9-38 ; et surtout N. Heinich, Faire voir. L’art à l’épreuve de ses médiations, Paris, Les Impressions nouvelles, 2009.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. – Restaurant La Pataterie de Châteauroux (Indre) en 2009 (cl. B. Grailles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Illustrations 2 et 3. – Restaurant Les Trois Brasseurs de Lomme (Nord) en 2013 (cl. B. Grailles). À gauche (illustration 2), partie du restaurant reconstituant le bureau du brasseur et à droite (illustration 3), les images exposées mettent en scène le travail dans les brasseries.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Illustration 4. – Restaurant La Pataterie de Châteauroux (Indre) en 2009 (cl. B. Grailles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Auteur

Ancienne conservatrice du patrimoine, est maîtresse de conférences en archivistique et responsable du master Métiers des archives à l’université d’Angers. Membre fondatrice de l’axe ALMA et de l’équipe FabriNum au sein du CERHIO (Centre de recherches historiques de l’Ouest), ses recherches portent sur les pratiques professionnelles des archivistes, l’archivistique théorique et les échanges internationaux dans le domaine des archives.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search