Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'espace du diocèse

 | 
Florian Mazel

Deuxième partie : Hiérarchisation et territorialisation (xe-xiie siècle)

Territoires, espaces symboliques et « frontières naturelles »

Remarques sur la carte diocésaine hispanique du xiie siècle

Patrick Henriet

Volltext

  • 1 Les actes apocryphes de ce concile sont transmis selon une double tradition. D’une part dans le Li (...)
  • 2 Voir avant tout les travaux de Fernandez Conde, Francisco Javier, el Libro de los testamentos…, op(...)
  • 3 Tholetus quippe in ambitu habet quinque vel sex milia passuum, cuius civitatis ambitus, humano art (...)

1Plusieurs manuscrits, jamais antérieurs au xiie siècle, nous ont transmis les actes d’un concile tenu à Oviedo en 8211. Selon ceux-ci, il s’agissait de faire de cette ville asturienne un siège archiépiscopal. En réalité, nous avons affaire à l’un de ces nombreux faux plus ou moins hardis qui sortirent à cette époque de l’atelier de l’évêque Pélage († 1143 ?)2. Long et circonstancié, le texte en question prétend justifier historiquement les droits d’Oviedo. Pélage, qui en est sans doute l’auteur direct, veut en particulier montrer la supériorité de sa ville et des Asturies sur Tolède : « En effet, Tolède a un pourtour de cinq ou six mille pas, pourtour qui avait été édifié par une entreprise humaine et fut détruit, ayant mérité d’être réduit à néant par les païens. Mais Dieu mit aux frontières des Asturies de très fermes montagnes, et le Seigneur, dans ces limites, est pour cette raison gardien de son peuple, maintenant et pour les siècles des siècles. Dans les limites de ces montagnes, dont on peut difficilement faire le tour en vingt jours, vingt évêques peuvent recevoir des résidences particulières et pourvoir convenablement aux besoins de leurs sièges extérieurs3. »

2Ce texte étonnant, qui envisage en quelque sorte des frontières naturelles et fixées de toute éternité pour le diocèse d’Oviedo, contient bien des éléments caractéristiques du débat sur les frontières diocésaines dans l’Espagne des xie et xiie siècles. Il pointe l’invasion musulmane de 711 comme principale cause du bouleversement de la carte diocésaine. Il introduit par ailleurs l’idée d’une sorte de translation de dignités. Enfin, il signale qu’un diocèse préservé par l’invasion, ici Oviedo, a pu jouer le rôle de conservatoire de l’Église hispanique : les vingt évêques dont il est question sont en effet ceux qui ont perdu leur siège et peuvent attendre dans les Asturies de le récupérer.

  • 4 Lucas Alvarez, Manuel, La documentación del tumbo A de la catedral de Santiago de Compostela. Estu (...)
  • 5 Et hordinavit decaneas unde tolerationem habuissent, quousque Dominus respexisset afflictionem ser (...)
  • 6 La tradition manuscrite de ce document, comme de beaucoup d’autres originaires de Compostelle, com (...)

3Ce même schéma apparaît dans un document compostellan de 915, par lequel le roi Ordoño II et son épouse Elvire confirment le périmètre seigneurial de six milles, comptés à partir des restes de l’apôtre Jacques le Majeur, et le font en même temps passer à douze4. L’auteur du document se livre à un petit cours d’histoire de l’Espagne et rappelle que dans l’Antiquité, toutes les provinces avaient leurs sièges épiscopaux. Puis vinrent les Sarrasins et beaucoup de chrétiens durent se réfugier dans des grottes. Mais la situation naturelle du diocèse d’Iria (ultima prae omnibus sedibus erat), qui était éloignée des conquêtes sarrasines (propter spacia terrarum vix ab impiis inquietata), permit à différents évêques privés de leur siège de s’y réfugier. L’évêque d’Iria leur attribua des enclaves (decaneas) qui devaient leur permettre de vivre décemment jusqu’à la récupération de leurs diocèses5. L’idée est la même que chez Pélage, et il est possible que ce dernier se soit inspiré du texte compostellan, en tout cas s’il est authentique dans cette partie, comme tout semble l’indiquer6. Ainsi, un diocèse non souillé par les Sarrasins tient lieu d’Hispania en réduction et accueille différents évêques exilés. Indépendamment du fait que ce discours ne reflète certainement pas l’exacte réalité des faits après 711, il convient de noter qu’il ne pouvait être formulé en toute innocence au début du xiie siècle. En se plaçant implicitement sous la protection de l’évêque d’Iria/Compostelle ou d’Oviedo, les prélats chassés reconnaissaient nécessairement, nous donne-t-on à comprendre, une sorte de transfert de légitimité, voire une implicite primatie de leur hôte. Nous voilà bien au cœur du problème : la désagrégation de la carte ecclésiastique a pour conséquence des restaurations, mais elle permet aussi le surgissement d’ambitions nouvelles qui s’expriment plus ou moins subtilement dans des discours de légitimation. C’est ce processus que nous voudrions brièvement décrire dans les lignes qui suivent, à partir de quelques exemples.

  • 7 Le point de départ pour toute étude est Mansilla, Demetrio, Geografía eclesiástica de España. Estu (...)
  • 8 Voir Feige, Peter, « Die Anfänge dez portugiesischen Königtums und seiner Landeskirche », Gesammel (...)

4Il importe cependant, pour commencer, de rappeler l’importance particulière qu’a revêtue la question de « l’espace diocésain » dans l’Espagne médiévale7. Après 711, le souvenir de la carte ecclésiastique péninsulaire est en effet resté vivace et plusieurs listes fossilisées mais encore copiées, voire illustrées, permirent de le maintenir intact. La réalité était pourtant bien différente. De nouveaux diocèses étaient apparus, d’autres n’avaient pas été reconstitués malgré la reconquête des zones qu’ils comprenaient autrefois. Le morcellement politique, en vif contraste avec l’unité du viie siècle, est pour beaucoup dans cette situation : en effet, aucun souverain n’apprécia jamais que tout ou partie d’un diocèse situé dans son royaume dépendît d’un métropolitain installé dans une autre entité politique, à la fois voisine et rivale. Le problème se posa souvent, par exemple pour les deux premiers rois portugais, Alphonse Enriquez (1128-1185) et Sanche Ier (1185-1211), qui se heurtèrent aux prétentions des archevêques de Compostelle désireux d’exercer leur domination sur des diocèses « portugais » autrefois suffragants de Mérida8.

  • 9 Mansilla, Demetrio, La documentación pontificia hasta Innocencio III (965-1216), Rome, 1955, n° 27 (...)
  • 10 Historia compostellana (désormais abrégé HC), Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, t. 70, (...)

5Les problèmes se multiplièrent au xiie siècle, essentiellement en conséquence de l’arrivée au premier plan de deux sièges désormais majeurs dans le panorama de l’Église péninsulaire. Tolède, d’abord, qui fut reconquise en 1085 et retrouva son siège métropolitain l’année suivante puis, en 1088, un droit de primatie lui aussi antérieur à 7119. Compostelle, ensuite, qui après avoir succédé au siège d’Iria en 1095, se vit accorder en 1120 les droits métropolitains de l’Église de Mérida, encore soumise aux musulmans10. D’innombrables luttes découlèrent de ces « restaurations ». Il convient de leur ajouter de fréquentes querelles sur les limites exactes de diocèses qui, après leur reconquête, étaient reconstitués sans que l’on sût exactement jusqu’où il s’étendaient exactement trois ou quatre siècles plus tôt.

6Les sources permettant de pénétrer dans cette histoire qui, reconnaissons-le, apparaît parfois comme un imbroglio plus ou moins inextricable, sont nombreuses et variées : bulles pontificales, documents épiscopaux ou royaux, texte des procès, en particulier dans l’ouest de la péninsule à la fin du xiie siècle, mais aussi chroniques ou listes de diocèses. On s’en doute, tous ces documents étaient allègrement falsifiés, modifiés, interpolés. On tentera donc de mener la réflexion qui suit à travers un échantillon de sources réduit mais significatif, en commençant par deux descriptions de l’espace diocésain hispanique largement diffusées à partir du xiie siècle, puis en décryptant les stratégies suivies par quelques grands centres désireux de justifier leurs prétentions.

Les « divisions » : listes de territoires et légitimations

  • 11 Porro scriptum illud vetus quod Oximensis episcopus habere se dicit, sicut nec a vobis ita nec a n (...)
  • 12 Vasquez de Parga, Luis, La división de Wamba. Contribución al estudio de la historia y geografía e (...)
  • 13 Ibid., p. 121 : Rex Bamba ut vidit contencionem eorum pressit eum pietas et venit ad concilium et (...)
  • 14 Ibid., p. 123.
  • 15 Précision qui se répète dans les mêmes termes (ibid., p. 123) à la fin de la liste des diocèses fo (...)
  • 16 Voir les références dans Vasquez de Parga, Luis, La división de Wamba…, op. cit., p. 43-47 ; et Ma (...)
  • 17 Trois dans le cas de Complutum (Alcala) : Compluto teneat de Alquint usque ad Cotem, de Burca usqu (...)

7La « Division de Wamba » est mentionnée pour la première fois dans une bulle de Pascal II datée de 1108. Le pape précisait alors que ce texte, qui était, nous dit-il, en possession de l’évêque d’Osma, devait selon toute probabilité être tenu pour faux11. Depuis plusieurs années déjà, les évêques de Burgos et d’Osma cherchaient à fixer les limites respectives de leurs diocèses. Et de fait, depuis une magistrale étude de Luis Vázquez de Parga, on s’accorde à voir dans la Divisio wambae une forgerie confectionnée dans ce contexte12. Un prologue explique au lecteur comment le roi wisigoth Wamba (672-680) fixa autrefois les limites des diocèses ibériques, en présence des évêques réunis en concile à Tolède13. Chaque fois, les frontières étaient délimitées par quatre points, selon un système de… usque. Voici par exemple la description consacrée à Osma : oxoma teneat de Furca usque Arlancon quomodo currit in camino sancti Petri qui vadit ad sanctum iacobum, de Garrafe usque ermitas14. On notera ici, bien sûr, la référence au chemin de saint Jacques, impensable avant les xie-xiie siècles15. Très tôt contestée, la Divisio n’en connut pas moins une large diffusion : elle est mentionnée en 1123, 1124, 1139, 1158, 1163, 118416… Au moins vingt-sept manuscrits sont connus, avec des versions alternativement favorables aux intérêts de Braga, d’Oviedo, de Tolède, ou encore de l’Aragon. Il suffisait en effet, pour servir des intérêts particuliers, de changer tel ou tel des quatre points ou même de situer un diocèse dans une autre province que sur le modèle. Ici et là, nous l’avons vu, on savait que ce texte était l’objet de toutes les manipulations et Pascal II lui-même avait été correctement informé. En théorie, la division de Wamba permettait de tracer une carte extrêmement précise et l’on comprend qu’elle ait été fréquemment utilisée dans les luttes entre diocèses. Cependant, il est clair que quatre points ne suffisent pas à tracer une frontière linéaire17. Sous l’apparence de la rigueur, ce texte fameux visait donc à légitimer des prétentions nées dans le contexte de la reconstruction ecclésiastique des xie et xiie siècles.

  • 18 Ce texte est également appelé « Parroquial suève » car il donne la liste des « paroisses » (le ter (...)
  • 19 Il s’agit d’une divisio car les églises possédées par chaque siège épiscopal sont soigneusement no (...)
  • 20 Pour l’historiographie de la Divisio Theodemiri, Mansilla, Demetrio, Geografía eclesiastica…, op. (...)
  • 21 Erdmann, Carl Papsturkunden in Portugal, Berlin, 1927, n° 2, p. 155.

8La Divisio Theodemiri, également appelée Parochiale suève, rappelle sur plus d’un point la Divisio wambae18. Il s’agit cette fois-ci d’une liste de treize diocèses, dont les noms sont suivis de différentes « églises ». Ces dernières ne sont certainement pas des paroisses au sens moderne du mot, mais plutôt des ecclesiae qui, pour relayer l’autorité du siège épiscopal, étaient placées à la tête de circonscriptions annonçant les archidiaconés. Le texte aurait été écrit sous le roi suève Theodemir (559-570), à l’occasion d’un concile que celui-ci aurait fait tenir à Lugo en 569. Dans une lettre adressée aux évêques assemblés pour l’occasion, le souverain aurait encouragé la réorganisation d’une carte ecclésiastique alors dominée par une seule métropole, Braga. Les Pères réunis avaient alors accepté de créer une seconde métropole, Lugo, ainsi que de nouveaux diocèses19. On peut estimer, après Pierre David, que ce document s’appuie bien, pour l’essentiel, sur une liste ancienne effectivement composée à l’époque suève. Mais il fut ensuite augmenté, vraisemblablement au début du xiie siècle, du court texte narratif expliquant les circonstances du concile20. La Divisio Theodemiri est en tout cas mentionnée pour la première fois dans un privilège de Pascal II pour l’Église de Coimbra (1101)21. Elle a ensuite circulé, elle aussi, dans différentes versions qui favorisaient les intérêts de tel ou tel siège. On recense ainsi des ajouts servant les ambitions de Braga, d’Astorga, de Compostelle, d’Oviedo et de Lugo, Lugo où fut vraisemblablement forgé le préambule.

  • 22 La Division de Constantin apparaît d’abord dans la Chronique d’al-Râzî (xe siècle, mais connue seu (...)
  • 23 Castell Maiques, Vicente, Proceso sobre la ordenación de la Iglesia valentina, 1238-1246, t. I, Va (...)

9À ces deux textes fondamentaux, il faut en ajouter un autre qui fut semble-t-il utilisé plus tardivement, la « Division de Constantin ». Transmise d’abord par des géographes et historiens arabes, celle-ci n’avait à l’origine rien d’ecclésiastique22. Elle donnait la liste des six « métropoles » civiles soi-disant instituées par Constantin, ainsi que des submetropoles qui dépendaient de chacune d’entre elles. Il s’agissait en réalité d’un apocryphe qui s’inspirait d’une ancienne liste de diocèses reflétant plus ou moins fidèlement le cadre ecclésiastique de l’Espagne à la fin de l’époque wisigothique. Mais si la Division de Constantin était de nature civile chez les écrivains arabes, et encore au xiie siècle dans la chronique latine dite Pseudo-isidoriana, elle fut interprétée dans un sens ecclésiastique au xiiie siècle. Ainsi, Rodrigo Jiménez de Rada, archevêque de Tolède entre 1208 et 1247, en utilisa-t-il une version latine pour donner plus de poids à ses revendications sur l’Église de Valence face à la métropole de Tarragone23. Wamba et le référent wisigothique, Théodemir et le référent suève, Constantin et le référent romain : décidément, les espaces diocésains ne pouvaient être justifiés que par le recours à un passé aussi lointain que prestigieux.

Création de diocèses, réalités politiques, exemption et constructions symboliques

  • 24 Voir pour les exemples qui suivent Feige, Peter, « Die Anfänge dez portugiesischen Königtums… », o (...)
  • 25 Ceterum, ildefonsus, Hispaniae citerioris rex, Burgensem episcopum Tarraconensi metropolitano nequ (...)
  • 26 Ut pocius obediret Compostellano quam Bracarensi archiepiscopo, quia magis sibi debebat placere su (...)

10Les événements de 711, puis le maintien ou la récupération d’une partie de l’Espagne, posèrent par ailleurs le problème du rapport entre les frontières diocésaines et la réalité politique. Ce problème était très clair pour les contemporains et le caractère nettement politique de ces luttes est clairement affirmé dans divers textes, aussi bien du côté royal que du côté ecclésiastique24. Ainsi, en 1096, Urbain II accepta l’exemption du diocèse de Burgos en spécifiant qu’Alphonse VI, roi de l’« Espagne citérieure », « n’accepterait en aucune façon que l’évêque de Burgos fût soumis au métropolitain de Tarragone, car Burgos se trouvait à l’intérieur des limites de son royaume, alors que Tarragone dépendait du comte de Barcelone25 ». Dans les années 1180, si l’on en croit les partisans de l’Église de Compostelle, le roi léonais Ferdinand II convainquit l’évêque de Zamora d’obéir au siège de saint Jacques plutôt qu’à celui de Braga, car il devait « lui plaire d’orner son royaume plutôt qu’un autre26 ».

  • 27 On ne possède pas d’acte de fondation du diocèse. Subsiste en revanche la remarquable dotation de (...)
  • 28 La première mention certaine d’un diocèse léonais date de 860 : Colección documental de la catedra (...)
  • 29 Le dossier est particulièrement complexe. Pour Mansilla, Demetrio, Geografía eclesiastica…, op. ci (...)
  • 30 Serrano, Luis, el obispado de Burgos…, op. cit., III, n° 7, p. 22-26. Alphonse VI confirme le proc (...)
  • 31 Voir la synthèse de Mansilla, Demetrio, « Obispados exentos de la Iglesia española », Hispania Sac (...)

11En théorie, on s’abritait toujours, ainsi que le montrent les « divisions » dont il a été question, derrière la fidélité au passé. En réalité, nombreux furent les exemples de modification de la carte épiscopale en raison des conditions politiques. De nouveaux diocèses furent créés, d’autres furent déplacés. Au début du ixe siècle Oviedo, capitale du royaume asturien, devint siège épiscopal en même temps que capitale27. Quelques décennies plus tard, León eut son évêque, avant de devenir à son tour capitale sous Ordoño II (914-924)28. Au milieu du xe, les rois léonais tentèrent aussi brièvement de créer un évêché à Simancas29. En 1068, Burgos prit la suite de l’antique diocèse d’Oca, dont la continuité avait auparavant été assurée par celui de Valpuesta30. Mais quel statut pouvaient obtenir ces diocèses, situés dans des villes capitales et pourtant presque inexistants en termes d’histoire, si ce n’est par cette fiction qu’ils assuraient la succession d’un diocèse antique ? La solution qui s’imposa à partir de la fin du xie siècle fut celle de l’exemption : différents sièges épiscopaux furent alors directement rattachés à Rome et donc soustraits à l’intégration au sein d’une province ecclésiastique dirigée par un puissant archevêque31.

  • 32 Voir le récit de l’Historia Compostellana, éd. E. Falque, t. I, 5, p. 18-20. Urbain II reconnaît e (...)
  • 33 Texte de l’exemption de 1095, entre autres, dans Florez, Enrique, España Sagrada, t. 26, Madrid, 1 (...)

12Le premier siège à obtenir son exemption fut Compostelle, grâce à l’action de son évêque clunisien Dalmace lors du concile de Clermont (1095)32. La même année vint le tour de Burgos, dans un contexte pudiquement rappelé par Pascal II dans une confirmation du privilège d’Urbain II : il avait plu à Dieu « de restaurer à Burgos l’église d’Oca par le très excellent roi Alphonse, en lui restituant la dignité épiscopale33 ».

  • 34 Legio que nunquam ulli metropoli subdita sint (sic) sicut illam Decencius Legionensis episcopus in (...)
  • 35 Cum a temporibus primi concilii Liberritani Ecclesia Legionensis quee sedes regia nuncupatur, eo q (...)
  • 36 Ut libertatis ius antiquorum iam temporum diuturnitate possessum, eidem Legionensi Ecclesie conser (...)

13Si l’on en croit l’une des versions de la division de Wamba, le siège de León existait déjà au début du ive siècle et n’avait jamais dépendu de personne34. En réalité, il fut fondé au xe siècle et n’obtint son exemption qu’en 1105. Mais dans quelle mesure pouvait-on alors accepter l’idée que cette liberté était nouvelle ? Dans un document daté de 1120, par lequel il répartit les revenus de la mense épiscopale en prébendes canoniales, l’évêque Diego de León donne de l’histoire de son diocèse la même version que la division de Wamba dans sa version pélagienne, soit une origine antique35. Nous ne possédons pas la bulle d’exemption de 1105. Mais dans la confirmation qu’il en fit en 1163, Alexandre III se fit dans doute l’écho de ce texte en affirmant qu’il entendait conserver à León une liberté qu’elle possédait « de toute antiquité36 ».

  • 37 Ut libertatis ius antiquorum iam temporum diuturnitate possessum, eidem Ovetensi Ecclesie conserva (...)
  • 38 Tunc predictus rex surgens in concilio dixit Lugo que in Asturiis Guntamundus catholicus evandalor (...)

14Même schéma à Oviedo, la même année (1105), grâce à une bulle qui annulait de fait la soumission à Tolède. Celle-ci avait été décrétée sous Urbain II, mais, en 1105, Pascal II concédait que les évêques du siège asturien « n’avaient jamais été soumis à personne, si ce n’est au métropolitain de Rome », formule identique à celle qui était utilisée pour León37. Parallèlement, Pélage pouvait affirmer dans sa version de la division de Wamba que Lugo des Asturies, dont « descendait Oviedo », n’avait « jamais été soumise à aucun archevêque »38. Les origines du xe siècle semblaient évidemment trop proches…

15Le cas des diocèses exempts montre bien comment les stratégies épiscopales visaient à s’ancrer dans un temps long qui légitimait tout type de prétention, alors même que chacun savait le caractère très récent de leur création. On ne doit donc pas sous-estimer l’importance du travail de réflexion et de construction mémoriale qui s’opérait au fil des différentes controverses et par le biais des listes supposément établies par Wamba ou Théodemir. Certains sièges, cependant, allèrent plus loin et pensèrent leur espace au moyen de constructions particulièrement ambitieuses. On retiendra ici quatre cas types, afin de mettre à jour à la fois les procédés qui furent mis en œuvre et les différences dans l’élaboration des stratégies de légitimation.

Tolède

  • 39 Références et mise au point dans Mansilla, Demetrio, Geografía ecclesiastica…, op. cit., t. I, p. (...)
  • 40 Rivera Recio, Juan Francisco, La Iglesia de Toledo en el siglo xii (1086-1208), t. I, Rome, 1976, (...)
  • 41 Voir en particulier Feige, Peter, « Zum Primat der Erzbischöfe von Toledo über Spanien. Das Argume (...)
  • 42 Récit de la translation (1156) édité par Rivera Recio, Juan Francisco, San Eugenio de Toledo y su (...)
  • 43 Voir le De rebus Hispaniae, Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, t. 72, éd. F. Fernández (...)

16Tolède était un cas particulier, puisqu’elle pouvait prétendre, depuis l’époque wisigothique, au statut de siège primatial39. On sait que le siège fut restauré en 1086. Dans un premier temps, il fallut assurer la viabilité du diocèse proprement dit, ce qui, au nom de la tradition wisigothique, amena à mépriser totalement le passé « réel ». Ainsi, Bernard de la Sauvetat, premier archevêque du siège après 1085, fit-il tout pour ne pas restaurer le diocèse de Complutum (Alcala), qui apparaissait régulièrement sur les listes wisigothiques et avait encore un évêque en 851, mais se trouvait trop près de Tolède au goût du nouveau prélat. Urbain II, clunisien comme Bernard, permit donc à celui-ci de passer par pertes et profits une restauration qui semblait inéluctable, et d’intégrer le territoire de Complutum à son propre diocèse40. Par la suite, Tolède travailla tout au long du xiie siècle pour affirmer son droit primatial face aux sièges archiépiscopaux concurrents parmi lesquels, tout particulièrement, ceux de Compostelle et de Braga41. Les archevêques castillans ne concevaient leur rayonnement qu’à l’échelle de l’Hispania toute entière. On peut alors être relativement surpris par la modestie des œuvres de propagande tolédane, abstraction faite des textes « pragmatiques », avant le xiiie siècle. Relevons tout de même, pour l’essentiel, une tentative réussie pour lancer le culte d’un saint Eugène, disciple de Denis l’Aréopagite et supposé premier archevêque de la ville, dont un bras avait été rapporté de Saint-Denis au milieu du xiie siècle42. Mais c’était finalement peu de choses et le texte qui rapporte la translation ne s’intéresse pas outre mesure au rayonnement pan-hispanique de Tolède. En réalité, la clé de cette production modeste au regard de villes comme Santiago ou Oviedo nous est donnée par l’archevêque Rodrigo Jiménez de Rada, le grand idéologue du siège tolédan dans la première moitié du xiiie siècle43. La légitimité tolédane résidait essentiellement dans son passé wisigothique incontestable, elle trouvait sa source à l’époque où la ville était siège royal et primatial à la fois, lorsqu’elle était illustrée par de saints archevêques qui se succédaient les uns aux autres. L’histoire justifiait d’elle-même les prétentions du temps présent et il était sans doute moins nécessaire de recourir à d’innombrables forgeries ou de monter de toutes pièces des cultes capables de concurrencer ceux du nord de l’Espagne. Lorsqu’un prélat aussi ambitieux que Rada décida de rattraper le retard tolédan, il le fit significativement par le biais d’une vaste entreprise historiographique, le De rebus Hispaniae.

León

  • 44 Voir Linehan, Peter, « León, ciudad regia, y sus obispos en los siglos x-xiii », dans El reino de (...)
  • 45 Gaiffier, Baudoin de, « Le culte de saint Isidore. Esquisse d’un travail », dans Isidoriana. Estud (...)
  • 46 Patrologie Latine, t. 81, c. 40-C.

17À León, nous avons vu qu’arguant d’une prétendue origine antique, on n’hésita pas à revendiquer une ancienneté que le siège épiscopal ne possédait pas. La ville se pensait aussi comme civitas regia44 et alla jusqu’à affirmer une sorte d’autorité morale sur l’ensemble de la péninsule. Ce ne fut cependant que très secondairement par le biais de son siège épiscopal. En effet, depuis 1063, la principale source de prestige de la ville était la présence des reliques d’Isidore de Séville. Or ce dernier était considéré comme le doctor Hispaniarum et ses restes conféraient aux lieux qui les abritaient une sorte d’aura wisigothique45 : le premier récit de la translation, écrit à la fin du xie siècle, commence d’ailleurs par expliquer comment l’arbre wisigothique a donné de nouvelles branches jusqu’à Ferdinand Ier, présent dans le texte en tant qu’ordonnateur en chef de la « récupération » des saints ossements46.

  • 47 Le testamentum est en réalité une donation effectuée à l’occasion de la restauration et de la cons (...)
  • 48 Pélage veut certainement parler d’Ordoño II (914-924), puisque celui-ci installa sa capitale à Leó (...)
  • 49 La liste des possessions a sans doute été interpolée ultérieurement.
  • 50 Tu ergo, domine, mi rex, quem super nos constitutum cognovimus a Deo… : Colección documental de la (...)
  • 51 Linehan, Peter, « León, ciudad regia… », op. cit., p. 439.
  • 52 Patrologie Latine, t. 81, c. 39-43 (BHL 4488).

18La prétention au rayonnement pan-hispanique de León venait logiquement du lieu où était inhumé le saint, c’est-à-dire de Saint-Isidore et non de la cathédrale. C’est à Saint-Isidore que furent composés divers textes, de plus en plus ambitieux, qui visaient à affirmer une sorte de suprématie religieuse idéale sur l’Hispania. Les évêques travaillèrent donc pour leur diocèse sur un autre registre que celui de la domination symbolique. Un bon exemple de cette situation nous est offert en 1073, avec la dotation de la cathédrale par l’évêque Pélage. Dans une perspective pré-grégorienne très réaliste, ce prélat n’hésite pas à mettre en avant sa dépendance envers le roi. Surtout, il rappelle l’histoire de son diocèse : c’est le roi Ordoño qui « installa le premier un évêque dans cette ville, alors qu’elle avait été jusqu’alors sans siège et sans prélat47 ». En même temps, il faisait de León la « tête de son royaume48 ». À la fin du xe siècle, avec al-Mansur, les églises furent détruites et la région fut dépeuplée. Sous Ferdinand, les Sarrasins furent expulsés, et Pélage put restaurer, nous dit-il, son église. Il reconstruisit alors les autels, le baptistère, les habitations des chanoines, il dota la cathédrale des livres liturgiques nécessaires et il acquit enfin pour elle diverses possessions foncières49, tout ceci sous l’autorité d’un roi, Alphonse VI, dont il est clairement dit qu’il se trouve « au-dessus de nous »50. Peter Linehan, non sans humour, a qualifié l’action réformatrice de Pélage, pourtant contemporain de Grégoire VII, comme une « réparation de canalisations, de fuites et de gouttières51 ». Au même moment, un clerc de Saint-Jean Baptiste-et-Saint-Pélage de León posait la première pierre du dossier hagiographique isidorien, doctor Hispaniarum et symbole de la translation de légitimité de Séville à León52.

  • 53 Liber miraculorum sancti isidori, cap. 43. Texte encore inédit : León, Archivo de la real Colegiat (...)
  • 54 Quia pontificalis ecclesia suo antistite viduanda non erat, dans Historia translationis sancti isi (...)

19Cette dichotomie, qui s’apparente à un partage des tâches entre les deux grands établissements religieux de la ville, posa peut-être quelques problèmes au pouvoir épiscopal. Si l’on en croit un épisode rapporté dans le Liber miraculorum sancti isidori de Lucas de Tuy, l’évêque tenta peut-être d’y mettre un terme à la fin du xiie siècle. À une date comprise entre 1178 et 1180, l’évêque Jean (11391181) et la reine Thérèse (entre 1178 et 1180) auraient en effet tenté d’installer les chanoines séculiers de la cathédrale dans Saint-Isidore, tout en chassant les réguliers qui occupaient alors les lieux. Le pape aurait même fulminé une bulle autorisant le transfert, mais celle-ci se serait perdue et le projet aurait finalement été abandonné53. Il n’est pas possible de contrôler la véracité des faits, mais il semble tout de même y avoir là comme l’écho d’un agacement de l’institution cathédrale, dépassée en prestige et en notoriété par un monastère plus renommé qu’elle. À la même époque, le chanoine auteur d’un second récit de la translation n’affirmait sans doute pas autre chose en rappelant un épisode survenu en 1063. Lors de l’arrivée des reliques d’Isidore à León, une dispute était née pour savoir où devait être inhumé l’évêque Alvit, mort durant l’expédition. Les corps du saint et celui du prélat avaient été placés sur deux chevaux qui s’étaient dirigés l’un vers Saint-Jean et Saint-Pélage (bientôt Saint-Isidore), l’autre vers la cathédrale. Pour l’hagiographe, qui n’imagine pas un instant que la lumière de l’Espagne wisigothique ait pu être inhumée dans l’ecclesia matrix, « il ne fallait pas rendre l’église pontificale veuve de son prélat54 ». À l’arrière-plan de ce récit, assez classique dans sa conception, c’est bien un partage des tâches qui était suggéré. Les prélats contemporains, naturellement liés à leur cathédrale, s’occupaient de gérer convenablement leur diocèse et de défendre ses intérêts. Le grand saint du passé wisigothique sacralisait quant à lui, depuis une église largement autonome, la ville, le diocèse et l’Hispania.

Santiago

  • 55 Historia compostellana, éd. cit., II, 16, p. 254-255. Voir Vones, Ludwig, Die ‘Historia Compostell (...)
  • 56 Tumbo A : voir n. 4. – Historia compostellana : voir n. 10. – Codex calixtinus : Liber sancti Jaco (...)
  • 57 Historia Silense, éd. J. Perez de Urbel et A. Gonzales y Ruiz, Madrid, 1959, p. 191-193.
  • 58 Édition dans Lopez Ferreiro, Antonio, Historia de la santa a. M. iglesia de Santiago, Santiago, 18 (...)

20À Santiago, l’exemption avait été accordée en même temps que le transfert à Compostelle depuis l’ancien diocèse d’Iria (1095). Sous la direction du grand Diego Gelmírez (v.1100-1140), l’effort se reporta alors vers l’obtention de la dignité archiépiscopale, qui fut accordée en 1120 au détriment de l’ancien siège de Mérida, alors sous domination musulmane55. Le xiie siècle fut aussi la période des grandes mises au point compostellanes, grâce à la production d’œuvres en apparence bien différentes, mais qui avaient en commun l’exaltation du culte jacobéen et du siège qui lui était attaché. Virent ainsi le jour un luxueux cartulaire, le Tumbo A, qui fit ultérieurement l’objet de différents rajouts ; une énorme chronique entrelardée de privilèges, le Registrum, plus connue sous le nom d’Historia compostellana ; enfin, le célèbre Liber sancti Jacobi, recueil de textes hagiographiques, liturgiques et narratifs livré dans un somptueux manuscrit (Codex calixtinus)56. La vocation de saint Jacques et des prélats qui le représentaient à exercer une sorte de patronage spirituel sur l’ensemble de la péninsule s’affirmait alors avec force. Dès le début du xiie siècle, dans une chronique léonaise rapidement connue à Santiago, saint Jacques était devenu un bonus miles désireux d’aider les soldats chrétiens dans leur tâche de reconquête57. Ultérieurement, un faux daté de 834 et connu comme Privilège des vœux permit d’insister sur l’image du saint Jacques militaire tout en instaurant une sorte de tribut pan-hispanique, dont les revenus devaient être versés au siège épiscopal58.

  • 59 Pour une analyse fine et détaillée de ces privilèges (et une conclusion en faveur de leur authenti (...)
  • 60 Iriensem sedem cum eodem loco sancto coniuximus, Lucas Alvarez, Manuel, La documentación del tumbo (...)
  • 61 Omnem diocesem et plebem et villulas sive insule et conmissos atque in omni gyro milia constituta (...)

21Tout convergeait alors vers le locus sanctus jacobéen, cœur du diocèse, de la province et même de l’Hispania. Les privilèges royaux qui, depuis le ixe siècle, avaient permis de doter l’église compostellane d’un périmètre seigneurial de trois, puis de six et enfin de douze milles, furent copiés dans le tumbo A. Celui-ci s’ouvrait d’ailleurs par la concession à l’évêque Théodemir des trois premiers milles, in giro ecclesie beati Iacobi apostoli (834)59. Cette zone privilégiée tenait vraiment lieu de cœur du diocèse, comme l’indique clairement le même texte : le roi Alphonse II « liait ensemble le siège d’Iria et ce lieu saint60 ». De la même façon, en 932, le privilège de Ramire II auquel il a déjà été fait allusion parle de « tout le diocèse », mais renvoie aussitôt aux possessions et aux hommes situés à l’intérieur du périmètre des milles61.

  • 62 Voir Fletcher, Richard, Saint James’s Catapult. The Life and times of Diego Gelmírez of Santiago d (...)
  • 63 HC, I, 1.
  • 64 Ce qui pouvait aussi impliquer une relativisation du pèlerinage romain au bénéfice de celui de Jac (...)

22Le locus sanctus, perçu comme un pôle structurant l’ensemble du diocèse, en vint au xiie siècle à être conçu comme une sorte de seconde Rome. Dès le début du pontificat de Gelmírez, le chapitre avait en effet été réformé en ce sens, l’évêque étant alors flanqué de soixante-douze chanoines (soixante-douze comme les disciples du Christ), dont les plus éminents pouvaient porter le titre de cardinal62. Cette volonté de rattachement à un modèle romain se retrouve au début de l’Historia compostellana, lorsqu’il est dit que le roi suève Miro avait institué en Hispania divers diocèses, parmi lesquels Iria, « selon la norme de l’Église romaine63 ». Le diocèse d’Iria/Compostelle était bien centré sur un locus sanctus qui prétendait jouer le rôle d’une Rome hispanique64.

  • 65 HC, I, 15, p. 32-36. Sur l’humiliatorium et les bornes miliaires, voir Lopez Alsina, Fernando, La (...)

23Celle-ci ne pouvait souffrir l’existence de rivales, surtout dans la même zone géographique. On comprend alors pourquoi en 1102, Diego Gelmírez profita d’un voyage à Braga pour voler dans le plus grand secret toutes les principales reliques de la ville, soit celles de Fructueux, de Cucufat, de Silvestre et de Suzanne. Le récit de ce furtum sacrum, originellement indépendant puis intégré à l’Historia compostellana, rapporte comment toute la ville de Compostelle, clercs et laïques réunis, accueillit ensuite le redoutable Gelmírez et son butin devant l’Humiliatorium, l’une des bornes miliaires qui marquaient le périmètre de 60 km2 accordé par Alphonse II en 83465. Il était impossible de marquer plus clairement ce qui constituait finalement le double enseignement de cette affaire : un siège concurrent se trouvait désacralisé par la perte de ses principales reliques, et dans le même temps, l’espace seigneurial sacré qui s’organisait en cercles concentriques autour du locus sanctus se voyait renforcé par leur arrivée.

Oviedo

  • 66 Deux éditions récentes du Liber testamentorum : d’une part éd. J. A. Valdés Gallego, op. cit. ; d’ (...)
  • 67 Sur l’œuvre historiographique de Pélage, voir la mise au point de Fernandez Vallina, « El obispo P (...)
  • 68 Le travail de référence reste Fernandez Conde, Francisco Javier, el libro de los testamentos…, op. (...)

24Reste le cas d’Oviedo, marqué comme on l’a dit par la vaste entreprise de désinformation pélagienne. Le faussaire le plus doué du Moyen Âge hispanique déploie toute l’étendue de son talent dans deux vastes recueils dont un seul a fait l’objet à ce jour à la fois d’études satisfaisantes et d’une édition intégrale. Ces deux œuvres appartiennent à des genres différents, mais elles avaient à l’évidence des fonctions complémentaires dans l’esprit de leur auteur. D’un côté donc, un cartulaire, le Liber testamentorum, qui comprend des actes de la pratique, faux ou interpolés dans leur grande majorité, ainsi que quelques textes narratifs66. De l’autre, un énorme corpus de chroniques, souvent réécrites ou interpolées67. Dans cette œuvre immense, on peut dégager, après Francisco Javier Fernández Conde, quelques points forts qui visent tous à montrer l’ancienneté d’Oviedo, son indépendance et le rôle clé que lui attribue Dieu dans l’histoire et la géographie de l’Hispania68.

  • 69 Liber testamentorum, éd. J. A. Valdés Gallego, p. 457. Sur l’ancienne Lucus Asturum (citée par Pto (...)
  • 70 Romam legatos suos misit etcum anctoritate domini Zepherini pape apud Legionensem urbem concilium (...)
  • 71 Document transmis dans le ms 1513 de la Biblioteca Nacional de España (Liber chronicorum de Pélage(...)
  • 72 Liber testamentorum, éd. J. A. Valdés Gallego, p. 468. Fernandez Conde, Francisco Javier, « Espaci (...)

25Pour Pélage, Oviedo a pris la succession du diocèse disparu de Lugo des Asturies69. Cette ville aurait été fondée par le roi vandale Guntamund en 361, soit bien avant les Suèves et les Wisigoths. Peu après, un concile léonais aurait permis au pape de confirmer la nomination d’un évêque70. Cette invention, qui figure au début du Liber testamentorum, semble avoir été acceptée par la papauté puisque Calixte II y fait allusion en 112271. Oviedo n’avait donc pas pris la suite de Britonia, comme on le prétendait alors à Braga et surtout à Lugo (de Galice cette fois-ci), conformément aux intérêts de ce siège. Nous avons vu que, toujours d’après Pélage, un concile aurait ultérieurement accordé la dignité archiépiscopale à Oviedo (821). Selon le texte « transmis » par notre faussaire, les raisons étaient les suivantes : le premier siège métropolitain de l’ouest péninsulaire avait été Lugo, en Galice. Il avait ensuite été transféré à Braga, mais cette ville avait été prise par les « païens » et détruite. C’est par conséquent Oviedo, ville royale, qui méritait de recevoir la dignité métropolitaine72. À cet assemblage particulièrement complexe qui fondait les prétentions d’Oviedo sur deux villes homonymes, Lugo des Asturies et Lugo de Galice, s’ajoutait une troisième construction, plus soignée, plus cohérente et certainement plus centrale, qui rapportait l’histoire de la fameuse arca sancta.

  • 73 Gambra, Andrés, Alfonso Vi. Cancillería, curia e imperio, t. II. Colección diplomática, León 1998, (...)
  • 74 Voir l’inscription gravée sur l’arca : Diego Santos, Francisco, inscripciones medievales de asturi (...)
  • 75 Il existe en ce qui concerne la version pélagienne de l’histoire de l’arca sancta deux canaux de t (...)
  • 76 Iuditio autem divino propter peccata retroacta cecidit Toletus et elegit Asturias Deus : Liber Tes (...)

26L’arca sancta était un reliquaire de grande taille rassemblant un nombre de reliques exceptionnel. Nous la voyons apparaître pour la première fois dans un document de la cathédrale d’Oviedo qui relate son ouverture solennelle en présence du roi Alphonse VI et de sa sœur Urraca (1075)73. Divers inventaires, à Oviedo mais aussi hors d’Espagne, détaillent plus ou moins longuement ses reliques christiques et mariales avant de passer à celles des saints martyrs et confesseurs, au nombre de plusieurs dizaines74. Parallèlement au lancement du culte, qui permit rapidement à Oviedo de devenir un important lieu de pèlerinage, divers récits furent composés pour expliquer comment l’arca était arrivée dans les Asturies. Celui que transmet le diplôme royal de 1075 rapporte comment les diverses reliques furent d’abord assemblées à Tolède, puis mises à l’abri à Oviedo lors de l’invasion musulmane. Cependant les autres récits, et en particulier celui qui fut mis au point par Pélage, proposent une version plus complète : le reliquaire est d’abord fabriqué à Jérusalem, puis il quitte la Palestine à cause de l’invasion des Perses. Passant par l’Afrique, il séjourne ensuite à Tolède avant de gagner finalement Oviedo75. Dans tous les cas, la translatio était chargée d’un fort capital symbolique. Tolède avait été la capitale ecclésiastique et politique de l’ancienne Hispania, mais Oviedo tenait désormais sa place : « En effet, par un jugement divin, Tolède est tombée en raison des péchés commis et Dieu a choisi les Asturies76. »

27On retrouve donc avec l’histoire de l’arca sancta le schéma providentialiste qui sous-tendait le discours de Pélage sur les frontières naturelles des Asturies et du diocèse d’Oviedo. L’invasion des « païens » et les épreuves qui suivirent ont fait des Asturies le dernier réduit du christianisme en Hispania. La dignité de l’Église péninsulaire s’est en conséquence reportée sur Oviedo, dont le diocèse se confond avec un espace naturel mis en place par Dieu. Les origines du grand destin d’Oviedo sont locales (les deux Lugo), « nationales » (Tolède), et enfin universelles (Jérusalem).

28Le grand nombre et la variété des textes permettant d’aborder la question de l’« espace diocésain » dans l’Espagne des xie et xiie siècles prouve que celle-ci fut alors perçue comme essentielle. Des listes de diocèses classées par provinces existaient depuis le haut Moyen Âge, mais à partir de la fin du xie ou du début du xiie siècle, elles furent instrumentalisées au service d’intérêts particuliers, dans une proportion qui n’avait pas de commune mesure avec le passé. Un processus de « narrativisation » donnait à ces textes un statut canonique, grâce au recours à des souverains prestigieux (Wamba, Theodemir) et à des époques fondatrices (royaume suève ou wisigoth). Les catalogues pouvaient ensuite circuler d’un diocèse à l’autre, chacun modifiant quelques détails selon ses intérêts. Ces listes, et tout particulièrement celle qui était attribuée au roi Wamba, délimitaient avec une certaine précision des territoires soumis à la domination de sièges épiscopaux. Leur précision comportait cependant une part d’illusion, quatre points ne pouvant guère délimiter précisément un espace de domination. Si elles proposaient en apparence un découpage précis de la carte ecclésiastique, les « divisions » visaient d’abord à légitimer des revendications qui apparaissaient d’autant plus légitimes qu’elles pouvaient s’appuyer sur un passé très ancien.

29Elles contribuaient donc à la valorisation symbolique des espaces diocésains. Dans de nombreux cas, cette volonté n’apparaît qu’au détour d’un texte et n’entraîne pas de constructions textuelles ambitieuses. Dans quelques diocèses, cependant, les choses prennent une autre tournure. Les choix et les procédés furent à cet égard assez différents. Tolède, qui ne possédait pas de reliques particulièrement prestigieuses au cours du Moyen Âge central, mit prioritairement en avant son rôle de capitale politique et religieuse de l’Espagne wisigothique. Plus que l’espace diocésain proprement dit, c’est logiquement le statut de siège primatial qui fut privilégié. En d’autres termes, l’espace était pensé comme englobant, il réunissait tous les autres sièges dans une communauté d’histoire pan-hispanique.

30Le cas de Compostelle était assez différent, car ici l’histoire ne pouvait être valorisée de la même façon. Le siège d’Iria était certes ancien, mais sa transformation par les reliques de saint Jacques était relativement récente et surtout son accession au statut de métropole n’avait eu lieu qu’en 1120. Cet événement, plus que l’inventio, est au cœur de l’Historia compostellana, sans doute le plus volumineux texte narratif produit en péninsule ibérique à cette époque. Quant à saint Jacques, figure apostolique universelle, il permettait d’opérer, depuis un locus sanctus exceptionnellement bien marqué par une série de privilèges royaux, une sorte de polarisation à outrance jusqu’aux confins de l’Hispania et au delà.

31León et Oviedo fournissent des cas de figure sensiblement différents, car malgré leur statut de diocèses exempts et malgré les prétentions plus ou exorbitantes d’un Pélage, ces deux sièges ne se trouvaient pas à la tête de provinces ecclésiastiques. La cathédrale de León ne lança pas de grandes entreprises pour exalter la dignité particulière du diocèse à la tête duquel elle se trouvait. La cause en est sans doute que sa réputation était largement éclipsée par celle de Saint-Isidore, qui abritait le corps de l’un des évêques les plus renommés du Moyen Âge. La collégiale et ses reliques jouissaient d’un tel prestige que les évêques léonais tentèrent sans doute de se les approprier à la fin du xiie siècle en s’y installant physiquement. Cependant, sur l’ensemble de la période considérée, on assiste plutôt à une sorte de partage des tâches, voire à une direction bicéphale. Le siège épiscopal gère les tâches administratives et s’occupe de préserver l’intégrité de son territoire, il œuvre avant tout dans le domaine des realia. Saint-Isidore, de son côté, occupe le terrain idéologique, défend la thèse d’un transfert de la légitimité wisigothique à León et dote ou prétend doter la ville d’un rayonnement « national ». Rien de tel à Oviedo où, grâce à l’évêque Pélage, nous trouvons sans doute les constructions péninsulaires les plus complexes en matière d’espace diocésain. Une fondation indirecte, via Lugo des Asturies, à l’époque des Vandales, puis un transfert de la légitimité tolédane grâce à l’arca sancta, permirent de donner au siège d’Oviedo une profondeur historique qu’il ne possédait pas. Mais Pélage alla plus loin que tous ses contemporains en ébauchant une sorte de théorie des frontières naturelles du diocèse d’Oviedo, intimement liée au rôle de sanctuaire de la chrétienté hispanique que lui avait attribué la providence divine. Dans le schéma de Pélage, les concepts de territoire, de locus sanctus et d’espace symbolique se fondent en une construction idéologique grandiose.

32On le voit, la question des espaces diocésains fit en péninsule ibérique l’objet d’une sorte de surinvestissement des énergies. L’histoire jouait un rôle essentiel dans les processus de légitimation, mais on est tenté de dire que c’est l’espace qui primait, la dimension temporelle étant mise à son service. Pour le dire autrement, la maîtrise de l’espace diocésain met l’historien face à des luttes et à des pratiques de pouvoir que les discours sur le temps permettaient de légitimer.

Documents

1. Ordoño II et son épouse Elvire confirment les six milles de l’église de Santiago et les font passer à douze (915)

33Traduction (P. Henriet) :

34Au nom du Seigneur, qui demeure seul Dieu dans la Trinité, ainsi qu’en l’honneur de l’apôtre saint Jacques, dont on sait que le corps bienveillant est enterré aux Arcis marmoricis, dans la province de Galice, au voisinage de Mahía, ainsi qu’en l’honneur de la très sainte vierge Eulalie, où se trouve le siège d’Iria. De vos tout petits serviteurs, le roi Ordoño et la reine Elvire, salut éternel en Dieu.

  • 77 Je traduis en partant du principe que le texte est corrompu et en choisissant de comprendre le ad (...)
  • 78 Le sens de decanea semble ici être à mi-chemin entre « possession » et « circonscription ». Le « d (...)

35Nous savons par le récit des anciens que toute l’Hispania était aux mains des chrétiens et qu’elle était ornée dans chaque province par les sièges des Églises et des évêques. Après un temps assez court, comme les péchés des hommes augmentaient, elle tomba aux mains des Sarrasins et fut ruinée par une force puissante. Beaucoup de chrétiens tombèrent sous le glaive, et ceux qui prirent la fuite gagnèrent le littoral et vécurent dans des grottes. Comme le siège d’Iria était le plus lointain de tous les sièges, et comme en raison de la distance il n’était guère inquiété par les impies, certains évêques abandonnant leur propre siège et le laissant orphelin et endeuillé aux mains des impies, l’évêque77 du susdit siège d’Iria les accueillit avec humanité en raison du respect dû à saint Jacques. Il mit en place des circonscriptions78 pour qu’ils aient un revenu, jusqu’à ce que le Seigneur prît en considération l’affliction de ses serviteurs et leur restituât les possessions de leurs aïeux et de leurs bisaïeux.

36(…)

  • 79 Ordoño Ier (850-866). Le document fait ici allusion au privilège d’Ordoño généralement daté de 858 (...)
  • 80 On ne possède aucun document faisant allusion à une première extension (partielle) du périmètre à (...)

37Tout ce qui a été mentionné, nous le concédons aux églises et aux monastères de cette sainte Église, pour qu’ils le possèdent perpétuellement, dorénavant et par la suite. Nous bénéficions ainsi au susdit lieu du saint apôtre, imitant l’exemple de notre grand-père de sainte mémoire, le seigneur roi Ordoño79, qui concéda au saint apôtre six milles dans le cercle des hommes libres car il craignait que le responsable du fisc ne se présentât importunément aux portes de celui qui est chargé de présenter les âmes de toutes les régions de l’Espagne au jour du Jugement, statuant que ce peuple libre verserait en ce même lieu à l’évêque l’impôt qui était destiné au roi. Plus tard, mon père, le seigneur et prince Alphonse, confirma la dévotion de son père, et de sa propre volonté, il ajouta pour cette population douze milles depuis l’Ulla jusqu’au Tambre, lui donnant un exemple comme l’avait fait son père80.

  • 81 Suit le détail du « Giro », sur lequel on verra Lopez Alsina, Fernando, La ciudad de Santiago de C (...)

38Nous, le susdit Ordoño, comme une partie importante de la christianitas, que le Seigneur a assujettie par votre intercession, est soumise à notre autorité, confirmons l’engagement de notre père et de notre grand-père. Par notre propre volonté, nous doublons les milles jusqu’à douze, depuis San Vicente do Pino jusqu’à Iria (…)81. J’octroie aussi et je confirme au saint apôtre que les hommes demeurant dans la ville, ou encore habitant à proximité du tombeau du saint apôtre Jacques, seraient libérés dans les quarante jours de toute servitude s’ils en étaient accusés. Que ceux qui n’en seront pas accusés demeurent à l’abri des accusations. De la sorte, saints martyrs Jacques l’apôtre et Eulalie la vierge, puissions-nous demeurer par votre intercession protégés des pièges des ennemis pour le présent ; que votre assistance soit pour nous une cuirasse pour éliminer les ennemis, un casque de justice et de salut, et au terme de notre vie, puissiez-vous nous introduire en nous tenant les deux mains à la vie éternelle. Que notre décision revête pour tous la force de ce qui est solide.

39Si cependant quelqu’un, etc.

40Texte latin : M. Lucas Alavarez, La documentación del tumbo a de la catedral de Santiago de Compostela. estudio y edición, León, 1997 (Fuentes y estudios de historia leonesa, 64), p. 108-111.

41In nomine Domini, qui unus permanet in Trinitate Deus, sive ob honorem sancti iacobi apostoli, cuius benivolum corpus tumulatum aessae dignoscitur provincia Gallecie sub Arcis marmoricis in finibus Amaee, necnon et sanctissime virginis Eolalie, ubi sedes Hiriensis manet constructa. Nos exigui famuli vestri Hordonius rex ac Geluira regina in Domino Deo eternam salutem.

42Anticorum etenim relatione cognoscimus omnem Hispaniam christianis aessae possessam et per unamquamque provinciam ecclesiarum sedes et episcoporum perhornatam. Non longo post tempore, crescentibus hominum peccatis, a sarracenis est possessa et manu potenti dissipata, multique ex christianis in gladio ceciderunt et qui evaserunt, ora maris arripientes, in concavis petrarum habitaverunt ; et quoniam Hiriensis sedes ultima prae omnibus sedibus erat et propter spacia terrarum vix ab impiis inquietata, aliquanti episcoporum proprias deserentes sedes viduas et lugubres in manus impiorum adtendentes, ad episcopum supra memorate sedis Hiriensis propter honorem sancti iacobi collegit eos humanitate prestante, et hordinavit decaneas unde tolerationem habuissent, quousque Dominus respexisset afflictionem servorum suorum et restivisset eis hereditatem avorum et proavorum suorum.

43(…)

44Omnia hec supra memorata ecclesiis et monasteriis huius sancte ecclesie amodo ac deinceps perenniter concedimus possidenda. Adicientes etiam supra memorato loco apostoli sancti, exemplum imitantes avi nostri dive memorie domni Hordonii regis, qui concessit sancto apostolo sex millia in giro hominum ingenuorum, metuens, ne scurro fisci inquietaret ianuas illius qui omnium finium Hispaniae ad iudicii diem iussus est presentare animas, hoc statuens ut ipse populus ingenuus tantum episcopo in ipso loco persolvant quantum censum statutum est regi. Postea vero genitor domnus Adefonsus princeps devotionem patris affirmavit et ex vero voto proprio addidit XII millia de ulia usque in tamare hoc populo ipsi precipiens sicut et pater eius.

45Ego tamen supramemoratus Hordonius, quoniam non minima pars christianitatis ditioni nostre subiecta est, quam per vestram intercessionem Dominus subdidit, et devotionem patris et avi confirmamus et ex vero voto nostro proprio addimus XII millia duplicata, id est, de sancto Vincentio de Pino usque in iriam (…). Do itaque ac sancto apostolo confirmo quod homines infra urbem commorantes, seu iuxta tumulum sancti apostoli iacobi habitantes, si infra quadraginta dies de aliqua servitute calumniati extiterint, ilico ex ea eiciantur ; non calumniati absque ulla calumnia permaneant, ita ut et nos, sancti martyres Iacobe apostole et Eolalia virgo, vestra intercessione, presenti in evo tuti ab insidiis inimicorum permaneamus et vestrum iuvamen sit nobis ad inimicos deripiendos lorica iusticie et galea iusticie et salutis, et post vite excussum dextram levamque tenentes introducatis nos in vitam eternam, et hoc factum nostrum in cunctis obtineat firmitatis roborem.

46Si quis tamen, etc.

47(…)

2. La division de Wamba : épilogue

48Les circonstances dans lesquelles le roi wisigoth Wamba aurait procédé à la division des diocèses hispaniques sont exposées dans un prologue et surtout dans un épilogue dont on s’accorde à reconnaître, au-delà des interrogations sur le modèle des listes de diocèses, qu’ils furent rédigé à la fin du xie ou au début du xiie siècle.

49Traduction (P. Henriet) :

  • 82 Dans le contexte de la reconstruction de la carte ecclésiastique de la fin du xie et du début du x (...)
  • 83 Quiricus est effectivement metropolitanus episcopus de Tolède lors du xie concile tenu en cette vi (...)
  • 84 Il semble y avoir ici une fusion de l’église des Saints apôtres (basilique « prétorienne » dans la (...)
  • 85 Ce qui pourrait renvoyer au monastère de Saint-Pierre de Cardeña. Voir sur cette question Flórez, (...)

50Le roi Wamba fit cela lors d’un concile à Tolède, au cours duquel furent réunis tous les archevêques et tous les évêques d’Hispania, l’ordre ecclésiastique aussi bien que séculier, et au cours duquel ils éloignèrent d’eux la dispute. Dans le texte qui suit, ils louèrent le roi Wamba. Ils se conseillèrent mutuellement et dirent au roi : « Seigneur, si tu le veux, faisons la paix entre nous ainsi qu’un accord très ferme qui ne sera jamais rompu jusqu’à la fin des siècles ; tout évêque et tout archevêque en qui naîtra la vaine cupidité, qui donnera des présents au siège apostolique82 et qui s’emparera de l’honneur d’un autre, qu’il soit anathème pour le restant de sa vie, ainsi que quiconque fera cela ; et si quelqu’un donne des présents au roi pour un honneur ecclésiastique, qu’il soit anathème, et aussi bien celui qui donnera que celui qui recevra. Car en effet Jésus Christ notre Seigneur a jeté hors du temple les vendeurs et les marchands ». Alors le roi Wamba, pour l’amour de Dieu et par l’effet de la foi qui l’habitait, ainsi que tous les présents, dirent d’une seule voix : « Qu’il en soit ainsi, qu’il en soit ainsi, amen ». Et ils engagèrent le roi à faire écrire tout ce qui avait été fait et tout ce qui avait été confirmé lors du susdit concile, et le roi dit à l’archevêque de Tolède, dont le nom était Quiricus83, de le faire écrire au plus vite, et l’archevêque le fit écrire à Saint-Pierre de Sainte-Léocadie84. Il écrivit cela, on le lut au concile et cela plut à tous. Le concile étant dissout, chacun retourna dans sa province. Après cela Wamba régna cinq ans. Il mourut en paix et fut inhumé dans le Val de Muñon, dans l’église de saint Pierre85.

51Texte latin : L. Vàzquez de Parga, La división de Wamba. Contribución al estudio de la historia y geografía eclesiásticas de la Edad Media española, Madrid, 1943, p. 103, d’après le ms. 1346 de la bibliothèque nationale de Madrid (xvie siècle, copie par Ambrosio de Morales d’un codex d’Oviedo du début du xiie siècle, dans lequel l’évêque Pélage d’Oviedo avait reproduit et souvent interpolé des textes plus anciens). La ponctuation a été modifiée.

52Haec fecit rex Bamba in Concilio toletano ubi fuerunt congregati omnes Hispani archiepiscopi et episcopi tam ecc1esiasticus ordo quam secularis et eiecerunt contentionem a se et laudaverunt regem Bambanem in hunc sermonem et acceperunt consilium ab invicem et dixerunt ad regem : Domine si vis faciamus stabilitatem inter nos et ligationem firmissimam ut non sit soluta usque in finem seculi et cui episcopo aut archiepiscopo creverit vana cupiditas et dederit rmunera ad apostolicum et tulerit honorem alterius sit sub anathemate dum vita vixerit quisquis hoc fecerit et si quis dederit munera ad regem pro honore ecclesiastico et qui acceperit vel dederit anathema sit. Quia dominus ihesus Christus eiecit de templo vendentes et ementes. tunc rex Bamba pro amore Dei et bona fide quam in se habebat et omnibus ibi adstantes una voce dixerunt. Fiat, fiat amen et cognoverunt regem ut sriberentur omnia quae facta et confirmata sunt in praedicto concilio, et dixit rex ad archiepiscopum toletanum cuius nomen erat Quiricus facite scribere.cito, et Archiepiscopus fecit scribere ad Petrum de Sancta Leocadia et scripsit haec et legerunt in concilio et placuit illis omnibus et absoluto concilio abierunt unus quisque in suam provintiam. Post haec Bamba regnauit annos quinque et mortuus est in pace et sepultus in Valle de Monnio in ecc1esiam sancti Petri.

3. La division de Théodemir. Prologue

53Traduction (P. Henriet) :

  • 86 Soit en 569 selon l’ère de l’incarnation du Christ.
  • 87 Théodemir : 569-570. On connaît à cette époque deux conciles de Braga, en 561 et 572.

54À l’époque des Suèves, le 31 décembre de l’année 607 de l’ère86, le roi des Suèves Théodemir87 ordonna la tenue d’un concile dans la ville de Lugo afin d’affermir la foi catholique ainsi que pour diverses affaires concernant l’Église. Une fois qu’ils eurent traité tout ce qui incombait au concile, le roi envoya une lettre aux évêques qui se trouvaient réunis là. En voici le contenu : « Je désire, très saints Pères, que vous agissiez dans la province de notre royaume en vue d’une prévoyante utilité, car dans toute la région de la spacieuse Galice, de nombreux diocèses sont détenus par un petit nombre d’évêques, de telle sorte que certaines églises ne peuvent pas être visitées tous les ans par leur évêque. Par ailleurs, un seul évêque métropolitain est à la tête de cette province, ce qui a pour résultat que depuis certaines “paroisses” éloignées, il est difficile de venir tous les ans au concile. » Lorsque les évêques lurent cette lettre, ils décidèrent en concile que le siège de Lugo serait métropolitain au même titre que celui de Braga, car c’était un lieu de rassemblement pour les évêques voisins, et car en ce lieu de Lugo il y avait toujours une grande réunion de suèves. Dans ce même concile, ils désignèrent aussi plusieurs nouveaux sièges où des évêques seraient ordonnés. Pour chaque siège, ils fixèrent ainsi les limites des diocèses et des paroisses, afin qu’aucune dispute ne surgisse jamais entre les évêques : (…)

55Texte latin : P. David, Études historiques sur la Galice et le Portugal du vie au xiie siècle, Paris – Lisbonne, 1947, p. 30-31 (d’après le Liber fidei de l’église de Braga, achevé en 1221).

56Tempore Suevorum sub era DCVII die kalendarum januarii, Theodemirus princeps idem Suevorum concilium in civitate Luco fieri praecepit ad confirmandam fidem catholicam vel pro diversis ecclesiae causis. Postquam peregerunt quicquid se concilio ingerebat direxit idem rex epistolam suam ad episcopos qui ibi erant congregati continentem haec : « Cupio, sanctissimi Patres, ut provida utilitate decernatis in provincia regni nostri, quia in tota galleciae regione spaciosae satis dioceses a paucis episcopis tenentur, ita ut aliquantae ecclesiae per singulos annos vix possint a suo episcopo visitari. insuper tantae provinciae unus tantumodo metropolitanus episcopus praeest ut de extremis quibusque parrochiis longum sit singulis annis ad concilium convenire ». Dum hanc epistolam episcopi legerunt, elegerunt in sinodo ut sedes Lucensis esset metropolitana sicut et Bracara, quia ibi erat terminus de confinitimis episcopis, et quia ad ipsum locum Lucensem grandis semper erat convencio Suevorum. etiam et in ipso concilio alias sedes elegerunt ubi episcopi ordinarentur. Sicque per unamquamque cathedram dioceses el parrochias diviserunt ne inter episcopos contencio aliquatenus fieret, id est :

Anmerkungen

1 Les actes apocryphes de ce concile sont transmis selon une double tradition. D’une part dans le Liber testamentorum, somptueux cartulaire de la cathédrale d’Oviedo dont nous aurons l’occasion de reparler (début du xiie siècle). D’autre part dans une version interpolée de la chronique de Sampiro, présente dans une vaste compilation historiographique réalisée par l’évêque Pélage d’Oviedo : liste des manuscrits dans Fernandez Conde, Francisco Javier, el Libro de los restamentos de la catedral de Oviedo, Rome, 1971, p. 125. Voir aussi Mansilla, Demetrio, « La supuesta metrópoli de Oviedo », Hispania Sacra, t. 8, 1955, p. 267-273.

2 Voir avant tout les travaux de Fernandez Conde, Francisco Javier, el Libro de los testamentos…, op. cit., et une récente mise au point du même, « Espacio y tiempo en la construcción idéológica de Pelayo de Oviedo », dans Henriet, Patrick (éd.), À la recherche de légitimités chrétiennes. Représentations de l’espace et du temps dans l’Espagne médiévale (xie-xiiie siècle), Lyon, 2003, p. 129-148.

3 Tholetus quippe in ambitu habet quinque vel sex milia passuum, cuius civitatis ambitus, humano artificio actus, fuit destructus quia valuit dissipari a gentibus. In Asturiarum vero circuitu, posuit montes firmissimos Deus, et Dominus est custos in circuitu populi sui ex hoc nunc et usque in seculum. Infra quorum montium ambitum, qui quidem vix viginti dierum spatio valet circui, possunt viginti episcopi mansiones singulas obtinere suisque sedibus extra honeste providere. Je cite d’après le Liber testamentorum, dans l’édition qui est aujourd’hui la plus commodément accessible (voir note 66) : El Liber testamentorum Ovetensis. Estudio fológico y edición, éd. J. A. Valdés Gallego, Oviedo, 1999, p. 468 (je transforme les j en i pour la facilité de la lecture). Version semblable du même texte dans la chronique de Sampiro interpolée par les soins de Pélage : Sampiro. Su crónica y la monarquía leonesa en el siglo xi, éd. J. Perez de Urbel, Justo, Madrid, 1952, p. 297-298.

4 Lucas Alvarez, Manuel, La documentación del tumbo A de la catedral de Santiago de Compostela. Estudio y edición, León, 1997, p. 108-111.

5 Et hordinavit decaneas unde tolerationem habuissent, quousque Dominus respexisset afflictionem servorum suorum et restivisset eis hereditatem avorum et proavorum suorum : ibid., p. 109.

6 La tradition manuscrite de ce document, comme de beaucoup d’autres originaires de Compostelle, commence avec le Tumbo A, réalisé, pour ce qui concerne la première partie, entre 1129 et 1134 selon la plupart des auteurs (mais dans les années 1160 selon Fernandez Caton, José Maria, El llamado Tumbo Colorado y otros códices de la iglesia comppostelana. Ensayo de reconstrucción, León, 1990). Le document présente sans doute une interpolation, mais il est accepté comme authentique, pour l’essentiel, par Lopez Alsina, Fernando, La ciudad de Santiago de Compostela en la alta edad media (800-1150), Santiago, 1988. Résumé des différentes positions dans Lucas Alvarez, Manuel, La documentación, p. 108-109.

7 Le point de départ pour toute étude est Mansilla, Demetrio, Geografía eclesiástica de España. Estudio histórico-geográfico de las diocesis, 2 vol., Rome, 1994.

8 Voir Feige, Peter, « Die Anfänge dez portugiesischen Königtums und seiner Landeskirche », Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, t. 29, 1978, p. 85-433.

9 Mansilla, Demetrio, La documentación pontificia hasta Innocencio III (965-1216), Rome, 1955, n° 27, p. 39-45. Urbain II annonce l’élection à Hugues de Semur (ibid., n° 26) et aux autres archevêques hispaniques (ibid., n° 25).

10 Historia compostellana (désormais abrégé HC), Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, t. 70, éd. E. Falque, Turnhout, 1988, II, 16, p. 254-255.

11 Porro scriptum illud vetus quod Oximensis episcopus habere se dicit, sicut nec a vobis ita nec a nobis autenticum creditur, édité par Serrano, Luis, el obispado de Burgos y Castilla primitiva desde el siglo v al xiii, 3 vols., Madrid, 1935, 3, n° 68, p. 133. Mise au point sur la, Divisio wambae dans Mansilla, Demetrio, geografía eclesiástica…, op. cit., 1, p. 240-274.

12 Vasquez de Parga, Luis, La división de Wamba. Contribución al estudio de la historia y geografía eclesiásticas de la Edad Media Española, Madrid, 1943.

13 Ibid., p. 121 : Rex Bamba ut vidit contencionem eorum pressit eum pietas et venit ad concilium et divisit terminos inter illos.

14 Ibid., p. 123.

15 Précision qui se répète dans les mêmes termes (ibid., p. 123) à la fin de la liste des diocèses formant la province de Tolède. Rappelons que Wamba règne de 672 à 680, que les reliques de saint Jacques sont découvertes au début du ixe siècle et qu’il n’existe un pèlerinage vraiment international qu’à partir de la fin du xe siècle. Le « chemin de saint Pierre qui va à saint Jacques » fait allusion au monastère castillan de Saint-Pierre de Cardeña.

16 Voir les références dans Vasquez de Parga, Luis, La división de Wamba…, op. cit., p. 43-47 ; et Mansilla, Demetrio, Geografía eclesiastica…, op. cit., p. 248-250.

17 Trois dans le cas de Complutum (Alcala) : Compluto teneat de Alquint usque ad Cotem, de Burca usque ad Cortem (ibid., p. 122).

18 Ce texte est également appelé « Parroquial suève » car il donne la liste des « paroisses » (le terme ne recouvre évidemment pas encore la même réalité institutionnelle qu’aux xie-xiie siècles) pour chacun des diocèses du royaume suève. De plus, si l’on fait abstraction du prologue certainement rajouté postérieurement, le terme parrochia n’apparaît pas : il est toujours question d’ecclesias. Texte édité par David, Pierre, Études historiques sur la Galice et le Portugal du vie au xiie siècle, Lisbonne-Paris, 1947, p. 30-44.

19 Il s’agit d’une divisio car les églises possédées par chaque siège épiscopal sont soigneusement nommées, ceci afin d’éviter toute querelle : Sicque per unamquamque cathedram dioceses et parrochias diviserunt ne inter episcopos contencio aliquatenus fieret (David, Pierre, Études historiques…, op. cit., p. 31).

20 Pour l’historiographie de la Divisio Theodemiri, Mansilla, Demetrio, Geografía eclesiastica…, op. cit., p. 189 sq. En résumé, le tableau des diocèses et de leurs églises remonte certainement au vie siècle malgré quelques interpolations, mais la notice et la lettre royale qui le précèdent sont très postérieures.

21 Erdmann, Carl Papsturkunden in Portugal, Berlin, 1927, n° 2, p. 155.

22 La Division de Constantin apparaît d’abord dans la Chronique d’al-Râzî (xe siècle, mais connue seulement par des traductions portugaises et castillanes des xiiie-xive siècles), puis chez le géographe al-Bakrî († 1094). On trouvera une précieuse mise au point sur cette liste, dont le caractère apocryphe avait déjà été démontré au xviiie siècle par Enrique Flórez, dans Gonzales Muñoz, Fernando, La Chronica gothorum pseudoisidoriana (ms. Paris, BN 6113). Edición crítica, traducción y estudio, La Corogne, 2000, p. 49-64.

23 Castell Maiques, Vicente, Proceso sobre la ordenación de la Iglesia valentina, 1238-1246, t. I, Valence, 1996, p. 186 et 188 (Super divisionibus Caesaris Constantini quas dixit esse translatas de arabico in latinum). Également p. 337. Texte de la Divisio p. 177. On attribue alors également des « divisions » à Pline et Isidore de Séville.

24 Voir pour les exemples qui suivent Feige, Peter, « Die Anfänge dez portugiesischen Königtums… », op. cit., p. 319-321.

25 Ceterum, ildefonsus, Hispaniae citerioris rex, Burgensem episcopum Tarraconensi metropolitano nequaquam patiebatur esse subiectum, ea de causa, quod infra regni sui terminos Burgus sit, tarracon (sic) autem in Barchinonensis comitis potestate, dans La documentación pontificia hasta Innocencio III, 965-1216, éd. D. Mansilla, Rome, 1955, n° 37, 56.

26 Ut pocius obediret Compostellano quam Bracarensi archiepiscopo, quia magis sibi debebat placere suum regnum decorare quam alterius, dans un document de 1198/1199, édité par Feige, Peter, « Die Anfänge dez portugiesischen Königtums… », op. cit., p. 300.

27 On ne possède pas d’acte de fondation du diocèse. Subsiste en revanche la remarquable dotation de l’église d’Oviedo par Alphonse II (16 novembre 812) : Floriano Cumbreño, Antonio C., Diplomática española del periodo astur : estudio de las fuentes documentales del reino de asturias (718-910), t. I, Oviedo, 1949, n° 24, p. 118-131, ou Garcia Larragueta, Santos, Colección de documentos de la catedral de Oviedo, Oviedo, 1962, p. 4-9. Sur les débuts du diocèse d’Oviedo, Mansilla, Demetrio, Geografía eclesiastica…, op. cit., p. 21-26.

28 La première mention certaine d’un diocèse léonais date de 860 : Colección documental de la catedral de León (775-1230), t. I (775-952), éd. E. Saez, León, 1987, n° 2, p. 5-7. La fondation est nécessairement antérieure. Au xie siècle, on a la conviction à León que la fondation du diocèse remonte au règne d’Ordoño Ier (850-866) : voir la dotation de l’évêque Pélage en 1073 : Colección documental de la catedral de León (7751230), t. IV (1032-1109), éd. J. M. Ruiz Asencio, León, 1990, p. 442 (Hic primus regum istius provintie fertur in hac civitate episcopum promovisse cum usque ad hec tempora sine episcopo et sine sede fuisset).

29 Le dossier est particulièrement complexe. Pour Mansilla, Demetrio, Geografía eclesiastica…, op. cit., p. 41-45, les documents relatifs au « diocèse » de Simancas sont des forgeries des xie et xiie siècles. Il y a réellement eu un éphémère diocèse de Simancas à la fin du xe siècle pour Sanchez Albornoz, Claudio, « El obispado de Simancas », dans Homenaje a Ramón Menéndez Pidal, Madrid, 1925, t. III, p. 325-344, et récemment pour Deswarte, Thomas, « Restaurer les évêchés et falsifier la documentation en Espagne. La suppression du diocèse de Simancas (874) et l’église cathédrale d’Astorga », Revue Mabillon, n.s., t. 15 ( = t. 76), 2004, p. 81-106, qui se livre aussi à une analyse approfondie des interpolations et falsifications ultérieures.

30 Serrano, Luis, el obispado de Burgos…, op. cit., III, n° 7, p. 22-26. Alphonse VI confirme le processus en 1075 (ibid., n° 13-15, p. 38-48). Il s’agit bien de mettre un diocèse à la « tête » de la Castille, comme on le lit clairement dans le diplôme de 1068 : quia supradicta sedes [Aucensis] mater omnium ecclesiarum totius Castellae iure debet esse. Autres références du même ordre : Mansilla, Demetrio, Geografía eclesiastica…, op. cit., p. 259.

31 Voir la synthèse de Mansilla, Demetrio, « Obispados exentos de la Iglesia española », Hispania Sacra, t. 32, 1980, p. 287-321, repris dans id., Geografía eclesiastica…, op. cit., t. II, p. 261-290.

32 Voir le récit de l’Historia Compostellana, éd. E. Falque, t. I, 5, p. 18-20. Urbain II reconnaît en même temps l’apostolicité du siège et entérine son transfert d’Iria à Compostelle. Mise en perspective par Vones, Ludwig, Die ‘Historia Compostellana’ und die Kirchenpolitik des Norwestspanischen Raumes, 1070-1130. ein Beitrag zur Geschichte der Beziehungen zwischen Spanien und dem Pappstum zu Beginn des 12. Jahrhunderts, Cologne-Vienne, 1980, p. 80-99 ; et Lopez Alsina, Fernando, « Urbano II y el traslado de la sede episcopal de Iria a Compostela », dans Lopez Alsina, Fernando (éd.), El papado, la Iglesia leonesa y la basílica de Santiago a finales del siglo xi. El traslado de la sede episcopal de Iria a Compostela en 1095, Santiago, 1999, p. 107-127.

33 Texte de l’exemption de 1095, entre autres, dans Florez, Enrique, España Sagrada, t. 26, Madrid, 1771, p. 464-466. Confirmation de Pascal II : Quia vero nostris temporibus Omnipotenti Deo placuit eandem ecclesiam per Ildefonsum egregium regem in Burgensi reparare et episcopalem ei dignitatem restituere (ibid., p. 466).

34 Legio que nunquam ulli metropoli subdita sint (sic) sicut illam Decencius Legionensis episcopus in Liberitano concilio cum auctoritate romana in presencia Ataci regis alanorum cum omnibus ecclesiasticis sive et secularibus Yspanis viris stabilivit… : Vasquez de Parga, Luis, La división de Wamba…, op. cit., p. 113-114. Il s’agit d’une version qui peut être attribuée à Pélage d’Oviedo, puisqu’elle figure dans le Corpus pelagianum (par exemple Madrid, BNE, ms. 1513). Un évêque Decencius de León aurait donc obtenu un privilège romain au concile d’Elvire (entre 300 et 303 ?). Voir Mansilla, Demetrio, Geografía ecclesiastica…, op. cit., p. 268269. Cette légende apparaissant également dans un document de 1120, elle pourrait cependant avoir une origine léonaise et avoir été reprise par Pélage. Voir aussi n. 38.

35 Cum a temporibus primi concilii Liberritani Ecclesia Legionensis quee sedes regia nuncupatur, eo quod antiquo more reges in ea coronantur, et a regibus Yspaniae et a principibus plurimas dignitates obtineret, nulli etenim metropolitano, sed tantum romano pontifici subdita… : Colección documental de la catedral de León (7751230). T. V (1109-1187), Fernandez Caton, José Maria (éd.), León, 1990, p. 86. On notera donc qu’à moins d’un demi-siècle de distance, deux évêques léonais donnent des origines de leur siège des versions radicalement différentes (voir p. et note 47).

36 Ut libertatis ius antiquorum iam temporum diuturnitate possessum, eidem Legionensi Ecclesie conservemus (ibid., p. 344).

37 Ut libertatis ius antiquorum iam temporum diuturnitate possessum, eidem Ovetensi Ecclesie conservamus (Florez, Enrique, España Sagrada…, op. cit., t. 38, p. 340) : à comparer avec le texte relatif à León, note précédente).

38 Tunc predictus rex surgens in concilio dixit Lugo que in Asturiis Guntamundus catholicus evandalorum rex edificavit episcopiumque in ea statuit que nunquam subdita ulli metropoli fuit…, édité dans Vasquez de Parga, Luis, La división de Wamba…, op. cit., p. 114 (même formule pour León, voir n. 34).

39 Références et mise au point dans Mansilla, Demetrio, Geografía ecclesiastica…, op. cit., t. I, p. 346-355.

40 Rivera Recio, Juan Francisco, La Iglesia de Toledo en el siglo xii (1086-1208), t. I, Rome, 1976, p. 73-74.

41 Voir en particulier Feige, Peter, « Zum Primat der Erzbischöfe von Toledo über Spanien. Das Argument seines westgotischen Ursprungs im toledaner Primatsbuch von 1253 », dans Fälschungen im Mittelalter, t. I, Hanovre, 1988, p. 675-714 ; id., « La primacía de Toledo y la libertad de las demás metrópolis de España. El ejemplo de Braga », dans La introducción del Cister en España y Portugal, Burgos, 1991, p. 61-132.

42 Récit de la translation (1156) édité par Rivera Recio, Juan Francisco, San Eugenio de Toledo y su culto, Tolède, 1963.

43 Voir le De rebus Hispaniae, Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, t. 72, éd. F. Fernández Valverde, Turnhout, 1987. Sur la défense du siège de Tolède par Jiménez de Rada, voir les travaux de Linehan, Peter, History and Historians of Medieval Spain, Oxford, 1993, p. 313-412 ; id., « On Further Thought : Lucas of Tuy, Rodrigo of Toledo and the Alfonsine Histories », Anuario de Estudios Medievales, t. 27, 1997, p. 415436 ; et Martin, Georges, Les juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Paris, 1992.

44 Voir Linehan, Peter, « León, ciudad regia, y sus obispos en los siglos x-xiii », dans El reino de León en la alta Edad Media, VI, León, 1994, p. 411-457.

45 Gaiffier, Baudoin de, « Le culte de saint Isidore. Esquisse d’un travail », dans Isidoriana. Estudios sobre san Isidoro en el XIV centenario de su nacimiento, León, 1961, p. 271-283 ; Henriet, Patrick, « Rex, lex, plebs. Les miracles d’Isidore de Séville à León (xie-xiiie siècles) », dans Heinzelmann, Martin, Herbers, Klaus, Bauer, Dieter (éd.), Mirakel im Mittelalter. Konzeptionen, Erscheinungsformen, Deutungen, Stuttgart 2002, p. 334-350 ; Garcia de la Borbolla, Ángeles, « La santidad episcopal y el culto cívico. Algunas notas trasmitidas por los relatos hagiográficos del siglo xiii », dans Aurell, Martin, Garcia de la Borbolla, Ángeles (éd.), La imagen del obispo en la Edad Media, Pampelune, 2004, p. 37-59.

46 Patrologie Latine, t. 81, c. 40-C.

47 Le testamentum est en réalité une donation effectuée à l’occasion de la restauration et de la consécration de l’église cathédrale. Voir n. 50.

48 Pélage veut certainement parler d’Ordoño II (914-924), puisque celui-ci installa sa capitale à León. Il est cependant probable qu’il y ait eu un évêque à León depuis Ordoño Ier (850-866).

49 La liste des possessions a sans doute été interpolée ultérieurement.

50 Tu ergo, domine, mi rex, quem super nos constitutum cognovimus a Deo… : Colección documental de la catedral de León (775-1230), t. IV (1032-1109), éd. J. M. Ruiz Asencio, op. cit., p. 446. A noter aussi les formules suivantes : Convocavi inprimis regem domnum Adefonsum, cuius patrocinio post Deum vivimus et quo iuvante operatus sum… (ibid., p. 445.)

51 Linehan, Peter, « León, ciudad regia… », op. cit., p. 439.

52 Patrologie Latine, t. 81, c. 39-43 (BHL 4488).

53 Liber miraculorum sancti isidori, cap. 43. Texte encore inédit : León, Archivo de la real Colegiata, ms 63, fol. 27-27v°.

54 Quia pontificalis ecclesia suo antistite viduanda non erat, dans Historia translationis sancti isidori (BHL 4491), Corpus Christianorum, Continuatio Medievalis, t. 73, éd. J.-A. Estévez Sola, Turnhout, 1997, p. 159.

55 Historia compostellana, éd. cit., II, 16, p. 254-255. Voir Vones, Ludwig, Die ‘Historia Compostellana’ und die Kirchenpolitik…, op. cit., p. 365.

56 Tumbo A : voir n. 4. – Historia compostellana : voir n. 10. – Codex calixtinus : Liber sancti Jacobi. Codex Calixtinus, éd. K. Herbers, et M. Santos Noia, Santiago, 1998.

57 Historia Silense, éd. J. Perez de Urbel et A. Gonzales y Ruiz, Madrid, 1959, p. 191-193.

58 Édition dans Lopez Ferreiro, Antonio, Historia de la santa a. M. iglesia de Santiago, Santiago, 1899, t. II, p. 132-137.

59 Pour une analyse fine et détaillée de ces privilèges (et une conclusion en faveur de leur authenticité), Lopez Alsina, Fernando, La ciudad de Santiago de Compostela…, op. cit., p. 127 sq.

60 Iriensem sedem cum eodem loco sancto coniuximus, Lucas Alvarez, Manuel, La documentación del tumbo a…, op. cit., p. 63. Rappelons encore qu’à cette époque, Iria est la tête du diocèse et que Compostelle ne prendra officiellement sa place qu’en 1095. L’authenticité fondamentale des documents constituant la zone des trois, puis six, puis douze milles, démontrée par Fernando López Alsina, n’écarte pas la possibilité d’interpolations ultérieures et de retouches stylistiques. Mais dans un exposé qui s’attache d’abord aux xie-xiie siècles, cette éventualité n’affaiblit pas le raisonnement. Les passages cités sont bien ceux que l’on pouvait lire à partir de 1129 dans le Tumbo A.

61 Omnem diocesem et plebem et villulas sive insule et conmissos atque in omni gyro milia constituta (ibid., p. 132).

62 Voir Fletcher, Richard, Saint James’s Catapult. The Life and times of Diego Gelmírez of Santiago de Compostela, Oxford, 1984, p. 167 sq.

63 HC, I, 1.

64 Ce qui pouvait aussi impliquer une relativisation du pèlerinage romain au bénéfice de celui de Jacques le Majeur : voir des informations en ce sens dans Diaz y Diaz, Manuel C., « Las tres grandes peregrinaciones vistas desde Santiago », dans Santiago, Roma, Jerusalén, Caucci von Saucken, Paolo (éd.), Santiago, 1999, p. 81-97.

65 HC, I, 15, p. 32-36. Sur l’humiliatorium et les bornes miliaires, voir Lopez Alsina, Fernando, La ciudad de Santiago…, op. cit., p. 134-135. Sur le furtum sacrum de Braga, voir en particulier Vones, Ludwig, Die Historia Compostellana…, op. cit., p. 219-270.

66 Deux éditions récentes du Liber testamentorum : d’une part éd. J. A. Valdés Gallego, op. cit. ; d’autre part Liber testamentorum Ecclesiae Ovetensis, Barcelone, 1995 (important volume d’études accompagnant la publication du fac similé ; retranscription du texte aux p. 453-684. Je remercie Fernando Galvan Freile de m’avoir donné accès à son exemplaire). Je cite d’après Valdés Gallego, beaucoup plus facilement accessible.

67 Sur l’œuvre historiographique de Pélage, voir la mise au point de Fernandez Vallina, « El obispo Pelayo de Oviedo. Su vida y su obra », dans Liber testamentorum Ecclesiae Ovetensis…, op. cit., p. 233-401, ici p. 335-400.

68 Le travail de référence reste Fernandez Conde, Francisco Javier, el libro de los testamentos…, op. cit. Voir aussi id., « Espacio y tiempo… », op. cit.

69 Liber testamentorum, éd. J. A. Valdés Gallego, p. 457. Sur l’ancienne Lucus Asturum (citée par Ptolémée) : Diego Santos, Francisco, Romanización de Asturias a travès de su epigrafía romana, Oviedo, 1963, p. 9 ; id., roma en asturias. La romanización de asturias, Oviedo, 1992. Il s’agit sans doute de Lugo de Llanera, à une dizaine de kilomètres d’Oviedo : voir David, Pierre, Études historiques…, op. cit., p. 51.

70 Romam legatos suos misit etcum anctoritate domini Zepherini pape apud Legionensem urbem concilium cum consensu omnium archiepiscoporum episcoporumque sive et maiorum laicorum Yspanorum et vulgus celebravit immemorateque urbis episcopium statuit… : éd. J. A. Valdés Gallego, p. 457. Même version dans le texte pélagien de la Division de Wamba, édité par L. Vasquez de Parga, op. cit., p. 114. Le nécessaire transfert de Lugo des Asturies à Oviedo se trouve consigné dans une interpolation du même Pélage à la Chronique d’Alphonse III : Die Chronik alfons’ III. Untersuchung und kritische Edition der vier Redaktionen, éd. J. Prelog, Francfort, 1980, p. 139.

71 Document transmis dans le ms 1513 de la Biblioteca Nacional de España (Liber chronicorum de Pélage), fol. 71v-72v, cité par Fernandez Conde, Francisco Javier, « Espacio y tiempo… », op. cit., p. 139, n. 33. L’authenticité du document serait à confirmer.

72 Liber testamentorum, éd. J. A. Valdés Gallego, p. 468. Fernandez Conde, Francisco Javier, « Espacio y tiempo… », op. cit., p. 140.

73 Gambra, Andrés, Alfonso Vi. Cancillería, curia e imperio, t. II. Colección diplomática, León 1998, n° 27, p. 60-65.

74 Voir l’inscription gravée sur l’arca : Diego Santos, Francisco, inscripciones medievales de asturias, Oviedo, 1994, p. 61 ; la liste donnée dans le document d’Alphonse VI (édité par Gambra, Andrés, alfonso Vi…, op. cit., p. 63) ; Bruyne, Donatien de, « Le plus ancien catalogue des reliques d’Oviedo », analecta Bollandiana, t. 45, 1927, p. 93-96 (manuscrit de Valenciennes originaire de Saint-Amand). Pour la liste donnée par Pélage d’Oviedo, voir note suivante.

75 Il existe en ce qui concerne la version pélagienne de l’histoire de l’arca sancta deux canaux de transmissions : dans le Liber testamentorum (éd. J. A. Valdés Gallego, op. cit., p. 459-464) et en plusieurs morceaux dans une version interpolée de la Chronique d’Alphonse III : Die Chronik Alfons’ III…, op. cit., p. 76-80 et 92-98.

76 Iuditio autem divino propter peccata retroacta cecidit Toletus et elegit Asturias Deus : Liber Testamentorum, éd. J. A. Valdés Gallego, op. cit., p. 468.

77 Je traduis en partant du principe que le texte est corrompu et en choisissant de comprendre le ad episcopum comme un at episcopus.

78 Le sens de decanea semble ici être à mi-chemin entre « possession » et « circonscription ». Le « doyenné » dont il est question ne doit donc pas être pris, me semble-t-il, dans un sens véritablement institutionnel.

79 Ordoño Ier (850-866). Le document fait ici allusion au privilège d’Ordoño généralement daté de 858 : édité dans Lucas Alvarez, Manuel, La documentación del tumbo a…, op. cit., p. 64-65 (ut omnis populus qui ibi abitaverit serviat loco sancto sicut michi et antecessoribus meis servire consueverat).

80 On ne possède aucun document faisant allusion à une première extension (partielle) du périmètre à douze milles sous Alphonse III. Celui-ci confirme en revanche la donation des six milles en 862 (mais le Tumbo A ne donne ici qu’une courte notice) : Lucas Alvarez, Manuel, La documentación del tumbo a…, op. cit., p. 66. Lopez Alsina, Fernando, La ciudad de Santiago de Compostela…, op. cit., p. 132-133, montre que le privilège de 915 intègre des commissos préexistants (Amaea et Monte Sacro).

81 Suit le détail du « Giro », sur lequel on verra Lopez Alsina, Fernando, La ciudad de Santiago de Compostela…, op. cit., p. 135-136.

82 Dans le contexte de la reconstruction de la carte ecclésiastique de la fin du xie et du début du xiie siècle, les prélats espagnols avaient effectivement la réputation d’être très généreux envers le siège apostolique. Cette réputation était européenne, comme en témoigne le Tractatus Garciae, un long poème satirique ridiculisant l’archevêque de Tolède et dont on sait maintenant qu’il fut certainement écrit dans l’Empire sous le pontificat de Pascal II (1099-1118) : voir Pérez Gonzàlez, Manuel, La Garcineida, León, 2001.

83 Quiricus est effectivement metropolitanus episcopus de Tolède lors du xie concile tenu en cette ville (675).

84 Il semble y avoir ici une fusion de l’église des Saints apôtres (basilique « prétorienne » dans laquelle Wamba avait été oint) et de celle de Sainte-Léocadie, où se tinrent plusieurs conciles. Sur ces églises, voir Martin, Céline, La géographie du pouvoir dans l’Espagne wisigothique, Lille, 2003, p. 216 sq. Quoi qu’il en soit il s’agit d’une erreur du faussaire, puisque le xie concile de Tolède se tient à la cathédrale (in beate matris Domini Mariae virginis sedis, voir Vives, José, Concilios visigóticos e hispano-romanos, Barcelone/Madrid 1963, p. 344).

85 Ce qui pourrait renvoyer au monastère de Saint-Pierre de Cardeña. Voir sur cette question Flórez, ES 27, Madrid, 1824 (2e éd.), p. 42-46. Il n’est en tout cas pas indifférent de constater que cette invention d’une mort de Wamba in valle de Monnio in ecclesia sancti Petri se retrouve dans la version de la Chronique d’alphonse III interpolée par Pélage d’Oviedo : Die Chronik alfons’III. Untersuchung und kritische Edition der vier Redaktionen, éd. J. Prelog, Francfort s. M., 1980, p. 73 (et note 297, p. 171).

86 Soit en 569 selon l’ère de l’incarnation du Christ.

87 Théodemir : 569-570. On connaît à cette époque deux conciles de Braga, en 561 et 572.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site