Version classiqueVersion mobile

Institutions et développement

 | 
Éric Mulot
, 
Elsa Lafaye de Micheaux
, 
Pepita Ould-Ahmed

Conclusion : Pour la construction de démarches pluridisciplinaires en sciences sociales

Éric Mulot

Texte intégral

1Les textes proposés ici au lecteur ont pour origine le séminaire Institutions et développement qui, bien qu’organisé exclusivement par des économistes, s’est toujours affirmé comme pluridisciplinaire. De fait, des séances de travail sur des sujets variés (propriété foncière, concept de développement, développement économique de tel ou tel pays, etc.) ont permis d’initier un véritable échange de points de vue entre spécialistes de domaines académiques différents : économie, droit, sociologie, anthropologie, histoire, etc. De même, le contenu du présent ouvrage donne un aperçu de l’ouverture de la démarche : bien que les contributeurs appartiennent en majorité à la discipline économique, les analyses menées mobilisent effectivement d’autres domaines de savoirs.

2Il n’en reste pas moins que la concrétisation d’une démarche pluridisciplinaire ne va pas du tout de soi, qu’elle fait face à de nombreux obstacles, d’autant plus ardus à surmonter qu’ils sont d’ordre structurel. Ces obstacles, que nous exposerons brièvement dans cette conclusion, ont en effet trait à la fois à l’organisation et aux modes de fonctionnement des champs académiques des différentes spécialités des sciences sociales, mais aussi à leur contenu théorique et méthodologique.

3L’expérience du séminaire Institutions et développement aura donc montré que l’interdisciplinarité ne peut être que le fruit d’un travail collectif patient et méthodique, devant systématiquement faire face à de lourdes tendances centrifuges. Nous proposons dans cette conclusion quelques-uns des axes possibles d’un tel travail collectif.

Les obstacles structurels à l’établissement de démarches pluridisciplinaires

Des tendances impérialistes ou hégémoniques des disciplines génératrices de conflits souvent indépassables

4L’un des premiers motifs de refus à la collaboration pluridisciplinaire peut reposer sur la tendance d’une discipline à affirmer, de façon plus ou moins marquée, ce qui est couramment désigné par le terme de « tendance impérialiste ». Cet « impérialisme » académique intervient chaque fois qu’une discipline, ou plutôt un spécialiste d’une discipline ou le représentant d’une « école de pensée », estime pouvoir, sur la base des concepts qui fondent cette discipline, expliquer l’ensemble des phénomènes sociaux.

  • 1 Becker (1974 : 1063).
  • 2 Ibid.

5L’exemple archétypal d’impérialisme de ce type est fourni, de façon caricaturale, par l’économiste Gary S. Becker et, plus largement, au sein de la théorie néoclassique, par le courant appelé « école de Chicago » (Milton Friedman, George Stigler, etc.) — bien que les économistes concernés nient systématiquement l’existence d’une telle « école de pensée ». De fait, Gary Becker cherche ouvertement à expliquer l’ensemble des phénomènes sociaux, des interactions sociales, par « de simples instruments de la théorie économique1 ». Les instruments mobilisés renvoient au calcul microéconomique effectué par un individu, toutes choses égales par ailleurs ; autrement dit, à la théorie néoclassique du consommateur la plus basique qui soit. Il adopte explicitement une démarche mono-disciplinaire, puisque ce travail prétend unifier les efforts initiés par des économistes du siècle précédent, tels Jeremy Bentham ou William Nassau Senior, pour intégrer des phénomènes aussi variés que la recherche de distinction, la notoriété, le bénévolat, etc. L’enjeu est très clair : ces thèmes ayant été depuis lors négligés en économie, ils seraient devenus l’apanage de « la littérature sociologique et anthropologique contemporaine2 ». Il s’agit donc de faire en sorte que l’économie reprenne ses droits : pour Becker, l’économie néoclassique est universelle ou n’est pas…

  • 3 L’un des premiers articles de Becker sur ce thème, ainsi que les débats qu’il s (...)

6Plus largement, la théorie néoclassique de Chicago, considérée à raison comme la plus orthodoxe, s’est évertuée à étendre le champ d’application de la microéconomie standard, contre l’avis d’économistes qui considéraient que cette théorie n’était valide que dans certaines situations. Les économistes de Chicago s’attacheront à appliquer la maximisation sous contrainte à toutes les situations et domaines d’activité possibles : situation d’incertitude, d’information incomplète ; explications des comportements irrationnels3, criminels, maritaux, associatifs, etc. Ce faisant, ils rejettent, parfois explicitement, les approches des mêmes phénomènes proposées par d’autres disciplines. Il s’agit ni plus ni moins d’une démarche se voulant universaliste, unidisciplinaire et fondée sur un monisme méthodologique.

7Il est évident que la démarche même de Gary Becker, fondée sur le postulat selon lequel l’économie néoclassique peut expliquer n’importe quel phénomène social, ne facilite pas la collaboration pluridisciplinaire. Cet exemple caricatural, et assez bien connu, ne doit cependant pas faire oublier que cette tendance impérialiste prévaut dans la plupart des disciplines des sciences sociales.

  • 4 Noiriel (2006 : 38). Peut-être Braudel pensait-il aux prétentions universaliste (...)

8Ainsi, Gérard Noiriel rappelle-t-il que Fernand Braudel, un des animateurs de l’école historique dite des Annales, fondée en principe sur l’interdisciplinarité, « plaide pour une histoire structurale, ayant pour vocation de rassembler l’ensemble des sciences humaines sous la houlette de l’historien4 ».

  • 5 Lui-même admet volontiers sa tendance à multiplier les terrains de recherche, q (...)
  • 6 Bourdieu (2004 : 94).
  • 7 Bourdieu (1995 : 113).

9De même, Pierre Bourdieu, parce qu’il a travaillé sur un grand nombre de champs d’étude, a fréquemment été accusé d’impérialisme sociologique5, à tel point que sa conception de l’investissement scolaire ou de l’intérêt est parfois comparée à celle de… Gary Becker. P. Bourdieu, quant à lui, s’est souvent décrit comme le « leader d’un mouvement de libération des sciences sociales contre l’impérialisme philosophique6 » ou contre « l’empire […] des mauvais philosophes7 ».

10Les relations entre disciplines des sciences sociales se caractérisent donc par des accusations mutuelles d’impérialisme et/ou des projets d’analyse pluridisciplinaire biaisés par des volontés hégémoniques.

11Autant dire que ce climat de méfiance réciproque n’est pas propice aux démarches collectives. Il a généré, en premier lieu, une série de conflits et controverses entre disciplines, dont la plupart n’ont pas et ne seront jamais tranchés. Toute démarche pluridisciplinaire doit intégrer le fait qu’il existe des phénomènes d’incompatibilité structurelle entre certaines disciplines, ou en tout cas certains courants.

  • 8 Clapham (1922a, 1922b). Son argumentaire suit la logique suivante : les économi (...)
  • 9 gou (1922).
  • 10 Voir par exemple la critique adressée par Samuel Bowles, un représentant de l’école radic (...)

12Les critiques exercées à l’encontre de l’économie néoclassique depuis plus d’un siècle en représentent une parfaite illustration. Au début des années 1920, J. Clapham, historien anglais, brocardait les économistes néoclassiques, aux concepts limités, réducteurs et inopératoires : rendements d’échelle constants, croissants et décroissants et monopoles8. Seul Pigou daignera répondre à cette attaque virulente, pour reformuler les hypothèses de base de l’analyse marshalienne en équilibre partiel et appeler Clapham à aider les économistes à remplir les « boîtes vides » de l’économie9. De même, cinquante ans plus tard, Gary Becker ignore superbement les critiques, pourtant très nombreuses, qu’ont pu lui adresser, parfois directement, des chercheurs d’autres disciplines10. Autrement dit, il peut exister, dans toute discipline et tout particulièrement dans les franges dominantes des courants d’une discipline, des tendances très marquées à l’autisme, qui représentent un obstacle de taille à toute forme de dialogue scientifique.

L’illusion de l’unité des disciplines

13Les projets d’approches pluridisciplinaires se trouvent également freinés par le fait qu’il n’existe pas d’unité des disciplines : il n’existe pas « une » sociologie, ni « une » histoire ou « une » science économique, mais bien des courants très souvent concurrents au sein d’un même champ disciplinaire, avec une tendance à la domination d’un courant ou d’un sous-courant. Et force est de constater que tous les courants en présence ne sont pas également ouverts à la collaboration pluridisciplinaire. Pire encore, les dialogues entre courants sont parfois impossibles, dans la mesure où ils se construisent l’un contre l’autre, ou sont présentés comme opposés dans les manuels : les keynésiens contre les néoclassiques en économie, les « familles » de pensée en sociologie (Marx, Durkheim, Weber, etc.).

14Il conviendrait de réfléchir au caractère souvent réducteur et simplificateur de ces oppositions. Mais, fausses ou avérées, il n’en reste pas moins qu’elles influencent profondément les comportements des chercheurs. En effet, des choix d’école de pensée peuvent dépendre la carrière d’un doctorant ou sa place dans la hiérarchie des sous-disciplines en vigueur à un moment donné.

  • 11 Sur ce plan, le cas de Alan S. Blinder est emblématique : après avoir proposé une (...)

15Elsa Lafaye de Micheaux et Pepita Ould-Ahmed ont bien montré dans l’introduction qu’en économie, le courant néoclassique et sa variante néo-institutionnaliste ne permettent pas l’établissement d’un tel dialogue. Une des raisons expliquant cet état de fait est que le courant néoclassique fournit une vision économiciste de tout phénomène social, politique, etc. Il ne laisse que peu de prise à l’histoire, refuse ou minimise les rapports de domination, pour expliquer les changements par les seuls choix individuels. Par ailleurs, le courant néoclassique peut être sourd aux critiques portées par d’autres économistes. La majorité des économistes néoclassiques lauréats du prix de la Fondation de la Banque de Suède en hommage à Alfred Nobel, complaisamment qualifié de « prix Nobel », se démarque par le refus de prendre en considération des critiques de fond qui leur sont faites : Schultz et Becker réaffirment les principes de base de la microéconomie néoclassique, quel que soit le contenu des critiques qui leurs sont adressées (marxiste, néoclassique11, keynésienne, etc.) ; la première réponse de Robert Solow aux critiques de Joan Robinson sur sa conception du capital, absolument fondamentales, consiste en une note de bas de page signalant que la critique est intéressante et qu’il conviendrait d’y répondre en détail ultérieurement (ce qu’il n’a jamais fait) ; etc.

16Mais les économistes néoclassiques n’ont pas le monopole de cette tendance. Des keynésiens, par exemple, peuvent attribuer au seul Keynes la naissance des systèmes de protection sociale, en oubliant que les personnes qui ont pu concrètement les mettre en place, par exemple en Amérique latine, ont souvent été des juristes ou des hommes politiques qui n’avaient pas lu une seule ligne de cet auteur ou de tout autre économiste…

17De ce fait, le champ académique d’une discipline se structure sur la base de la construction d’oppositions, parfois factices : Bourdieu contre la sociologie américaine de Lazarsfeld-Parsons-Merton et, en France, R. Boudon ; le marxisme contre la sociologie wéberienne ; etc. Nul ne s’étonnera donc que les disciplines des sciences sociales ont une vision souvent réductrice les unes des autres, issue peut-être de la lecture rapide de manuels eux-mêmes nés de la glaciation de rapports conflictuels au sein d’une discipline. Ainsi, la sociologie de Pierre Bourdieu est-elle fréquemment ramenée à une vision fataliste caricaturale (reproduction mécanique de l’ordre social), Weber est réduit à une conception extravagante d’une éthique protestante qui a peu à voir avec ses écrits, l’économie dans son ensemble se trouve souvent réduite aux travaux de Gary Becker ; etc. De profonds malentendus règnent ainsi au sein des sciences sociales, qui ont plus à voir avec des querelles de chapelles et, somme toute, à des rapports de domination intra et interdisciplinaires, qu’avec une démarche scientifique rationnelle.

Du déconstructionnisme post-moderne au relativisme absolu

  • 12 Cultural studies, gender studies, études postcoloniales, « microhistoire », etc.

18Une des réactions récentes à cette tendance a été l’adoption de postures relativistes, qui ont pu prendre des formes extrêmes ne contribuant pas à lever les malentendus. Les approches rénovées12 qui ont fait florès suite aux travaux de Derrida, Foucault, Deleuze, Saïd, etc., ont ouvert des champs d’analyse inédits et féconds, qui prenaient le contre-pied d’approches devenues trop dogmatiques et générales et ont permis de repenser des concepts fondamentaux des sciences sociales.

  • 13 Voir Bouveresse (1999), écrit en réaction à la fameuse affaire Sokal.

19Ces nouveaux courants de pensée partent de la remise en doute de certitudes ou de certaines approches méthodologiques. Cette technique de remise en doute a cependant elle aussi pu prendre des formes extrêmes, aboutissant à un relativisme absolu, voire à un constructivisme naïf, selon lequel toute analyse ne serait qu’imposition de catégories de pensées, et il n’existerait pas de « réalité », mais seulement accumulation de points de vue singuliers irréductibles les uns aux autres. D’autres analyses, qui furent l’objet d’une « sainte colère » de la part de Jacques Bouveresse, remettent en cause toute idée de causalité et de possibilité d’explication rationnelle13. Autant dire que de telles prises de position empêchent elles aussi toute démarche pluridisciplinaire.

20La volonté d’adopter un point de vue critique et relativiste et de proposer des concepts novateurs peut également conduire à renforcer le manque d’écoute des disciplines entre elles. Le chapitre de Stéphanie Treillet sur l’une des manifestations du post-modernisme en économie, à savoir les théories de la décroissance, illustre parfaitement ce problème et, finalement un dilemme : faut-il faire table rase de certains concepts (rapports de pouvoir, etc.) et modes d’analyse sous prétexte qu’ils sont la manifestation d’un rationalisme occidental inadapté aux pays en développement ou de la généralisation sociocentrique d’une trajectoire de développement à l’ensemble des pays de la planète ?

21La question qui se pose a son importance : la production d’idées nouvelles doit-elle obligatoirement se traduire par le rejet de concepts ou de courants de pensée anciens certes sujets à débat et à caution, mais qui offrent peut-être l’avantage d’être suffisamment larges pour servir d’appui à des démarches pluridisciplinaires ? Ce type d’arbitrage peut malheureusement conduire à renforcer les interprétations rapides des courants préexistants. Pour prendre un autre exemple, faut-il rejeter des penseurs du courant dit « du système monde » ou de « l’économie-monde », dans lequel sont couramment classés Immanuel Wallerstein, Samir Amin, André Gunder Frank et Fernand Braudel, sous prétexte que leur angle d’analyse serait trop global, trop « macro », au risque d’oublier qu’eux-mêmes (en tout cas en ce qui concerne Wallerstein, Gunder Frank et Samir Amin), sont arrivés à ces approches globales du fait des insuffisances des approches locales et nationales qu’ils avaient tous pratiquées, chacun dans une discipline différente (science politique pour Wallerstein, sociologie pour Frank et économie pour Amin) ?

Propositions pour une démarche pluridisciplinaire pragmatique

22Ces premières remarques conclusives se veulent réalistes, de façon à identifier clairement le champ du possible à qui désire adopter une démarche pluridisciplinaire. Mais notre propos n’est toutefois pas de porter un discours cynique et défaitiste sur ce thème. Nous souhaitons bien au contraire prendre en compte de façon pragmatique les obstacles existant pour essayer de mieux les surmonter.

  • 14 Léontief (1948).

23Évidemment, aucune solution miracle n’existe. Celle proposée en son temps par Wassily Leontief, consistant finalement en une mise en concurrence d’explications différentes d’un même phénomène social14, pour ne retenir que la discipline la plus convaincante, peut certes paraître séduisante. Elle n’en reste pas moins impraticable : des conflits ne manqueraient pas d’apparaître pour savoir quelle discipline serait la mieux placée pour fournir une définition de ce qu’est une explication « convaincante »…

Quelques conditions préalables à la collaboration entre disciplines

24Il nous semble au contraire que l’établissement d’un dialogue entre disciplines doit d’abord passer par un accord préalable sur les conditions d’une collaboration, et non pas d’une émulation concurrentielle qui se traduirait irrémédiablement par la réaffirmation des tendances hégémoniques des différentes disciplines.

25Il faut pour y parvenir se mettre d’accord sur les courants de pensée absolument incompatibles avec la mise en œuvre d’une démarche pluridisciplinaire, pour ensuite se mettre d’accord sur les auteurs et approches pouvant aider à soulever les barrières entre disciplines. Il semble évident par exemple que l’économie beckerienne représente une figure repoussoir typique.

26La suite de la démarche est question de mise en place d’un véritable collectif de travail, dont l’activité ne peut être que lente et s’initier par une mise à plat méthodologique. Cette dernière passe par une étape initiale de déconstruction d’un type particulier : celle des a priori, des lieux communs et clichés qui sévissent dans les visions que les disciplines des sciences sociales ont les unes des autres. Il s’agit tout particulièrement de s’accorder sur le dépassement des séries d’oppositions artificielles qui sont à la base des divisions et des hiérarchisations entre disciplines et sous-disciplines : opposition du micro et du macro, du quantitatif et du qualitatif, de l’individualisme et du holisme, etc.

  • 15 Ginzburg (2001).

27L’exercice n’est pas simple du tout, car il implique à la fois d’accepter de s’extraire des conflits internes (et des stratégies carriéristes) constitutifs des différents champs académiques et de remettre en cause des postulats pouvant être au fondement de certains courants de pensée. Il s’agit en somme d’utiliser les disciplines sœurs comme facteur de déstabilisation intellectuelle perpétuelle, comme mode de distanciation ou, pour reprendre un terme cher à Carlo Ginzburg, d’estrangement15.

28Nos expériences de collaborations pluridisciplinaires nous amènent à considérer que le meilleur moyen de construire, une fois cette remise en cause radicale acceptée, une démarche pluridisciplinaire opérationnelle consiste à fonder les échanges sur des objets empiriques, plutôt que sur des principes méthodologiques : travailler, donc, sur des faits sociaux communs aux disciplines en présence, plutôt que d’entrer dans des débats de méthodologues sans objet de travail, d’analystes sans champ d’enquête, ou de considérations peu opérationnelles autour de méthodes « totales » sur des « faits sociaux totaux » qui n’existent pas.

29Partir de faits sociaux précis permet par ailleurs de se rendre compte rapidement de la polysémie de certains mots et concepts et de la diversité des façons d’appréhender un même fait social : le capital des sociologues bourdieusiens n’est pas celui des économistes beckeriens ; le capital social de la Banque mondiale n’est pas celui des tenants de Mark Granovetter ou de James Coleman. Le constat de cette diversité peut amener assez facilement chacun à étudier la façon dont chaque discipline a été amenée à construire de façon spécifique un fait social, et par conséquent à exposer les outils et méthodes mobilisées. Les questions soulevées alors ne trouvent pas de réponses simples, et peuvent varier selon les objets d’études : que peut tirer un économiste des études d’archives d’un historien sur l’essor du salariat ou la transformation des formes de la propriété foncière ? Comment des enquêtes de terrain menées par des sociologues peuvent-elles enrichir l’analyse des historiens ?

La notion d’interdépendance au fondement des démarches pluridisciplinaires

30Ces étapes préalables, faites de tâtonnements et, très vraisemblablement, de conflits et incompréhensions récurrents, passent par des réflexions collectives organisées, des échanges académiques périodiques : séminaires, groupes de travail, colloques, etc.

31Elles ne peuvent déboucher sur une démarche pluridisciplinaire qu’à partir du moment où la séparation des disciplines et des sous-disciplines en fonction d’un domaine social (séparation de la sociologie en sociologie du travail, de la famille, rurale, etc. ; de l’économie en économie de l’éducation, du travail, de la famille, etc.) est dépassée et remise en cause. Ou encore : elle ne peut fonctionner qu’une fois constatée l’interdépendance entre les sphères ou domaines économiques, sociales, politiques, etc., c’est-à-dire à partir du moment où, par exemple, un économiste admet que la politique (ou le politique), ou « l’histoire » ou « le social » ne représentent pas uniquement un facteur exogène pouvant éventuellement altérer les préférences, donc les choix de consommation et la fonction d’utilité, d’un individu rationnel.

32À partir de là, les approches monistes ne sont plus possibles. Par exemple, l’introduction de nouvelles normes comptables dans un hôpital ne peut plus être réduite à de simples considérations techniques et gestionnaires, dans la mesure où l’analyse pluridisciplinaire des phénomènes d’interdépendances aide à montrer qu’elle induit des changements du rapport au travail des professionnels du soin (normalisation du travail, perte de contacts avec les patients, perte d’autonomie d’action), des changements de rapports de pouvoir entre le personnel de santé, le personnel médical et le personnel d’administration, etc.

  • 16 C’est explicitement l’un des objectifs exprimés dans des « classiques » de la littérature (...)

33De même, comme le montre par ailleurs le chapitre de Bruno Tinel, les conséquences de l’introduction d’innovations techniques ne peuvent être appréhendées exclusivement du point de vue de la mesure de la productivité des travailleurs. Des historiens – ou la lecture de chapitres du Capital de Marx – aident notamment à saisir que ces innovations peuvent avoir des conséquences sur le syndicalisme ou les capacités de négociations des salariés et employeurs, par exemple en mettant fin, par la mécanisation et la standardisation de la production, au monopole de compétences techniques rares par quelques salariés, qui leur donnait un fort pouvoir de négociation et de protection des salariés non qualifiés16.

  • 17 Bourdieu (1995 : 111).
  • 18 Marx (1849 : 212).

34Ces quelques exemples illustrent le fait qu’un fait social induit toujours des relations d’interdépendance directes (rapports de pouvoir, conflits, etc.) et indirectes, passant par des institutions plus impersonnelles. Tout concept découlant de l’analyse d’un fait social est donc un « concept relationnel17 » ; les rapports des hommes avec un objet sont aussi des rapports entre les hommes, des rapports sociaux18. La pleine compréhension de ce fait social passe donc par la prise en compte de ces relations d’interdépendance, ce qui n’est possible qu’à travers la pluridisciplinarité. Cette prise en considération de l’interdépendance représente d’ailleurs l’un des points communs de l’ensemble des chapitres de la seconde partie de cet ouvrage.

Le séminaire Institutions et développement comme premier pas vers des démarches pluridisciplinaires

35Le séminaire Institutions et développement, dont certains des travaux ont été présentés ici au lecteur, avait pour objet d’entamer un premier dialogue entre disciplines, de lancer des pistes de collaboration. Nous espérons qu’il aura lancé des vocations et permis d’approfondir les démarches.

  • 19 Voir également Maucourant (2005).
  • 20 Voir aussi Corei (1995).
  • 21 Voir Tinel (2004).

36Il aura répondu également au besoin de trouver des auteurs et des approches communs entre disciplines. Les chapitres rédigés notamment par Jérôme Maucourant et Sébastien Plociniczak, Bruno Tinel, Julien Vercueil ainsi que l’introduction générale de cet ouvrage fournissent quelques noms, identifient des compagnons de route de longue date de l’équipe élargie du séminaire Institutions et développement : Karl Marx, Karl Polanyi19, les institutionnalistes américains20, les radicaux américains21, Gunnar Myrdal, Albert Hirschman, etc.

37De fait, tous ces auteurs acceptent et développent l’idée d’interdépendance. D’autres auteurs auraient pu être évoqués ici, et l’ont été abondamment au cours des nombreuses séances du séminaire : Norbert Elias, Marshall Sahlins, etc.

  • 22 Noiriel (2006) ; Noiriel (2001).
  • 23 Beaud & Pialoux (2004, 2005) ; Beaud (2003).
  • 24 Rosental (2006).

38Et nous ne pouvons qu’être satisfaits de constater que, malgré les obstacles évoqués plus hauts, des démarches pluridisciplinaires s’affirment et se multiplient, par exemple à travers les travaux de Gérard Noiriel22, croisant approches historiques et sociologiques, notamment sur le thème de l’immigration ; Stéphane Beaud et Michel Pialloux23, qui refusent d’analyser un champ social (le travail, et plus précisément le travail en usine) indépendamment des autres (éducation, rapports intergénérationnels au sein des familles) ; Paul-André Rosental24, ouvrant la démographie aux sciences politiques, à la sociologie, à l’histoire sociale. Ces démarches ne peuvent que nous conforter dans la poursuite de nos échanges académiques placés sous le signe de l’ouverture et du dialogue sans tabou.

Bibliographie

Beaud S., 80 % au bac… et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte, Nouvelle édition avec postface inédite de l’auteur, 2003.

Beaud S. & Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard, Nouvelle édition avec postface inédite des auteurs, 2004.

Beaud S. & Pialoux M., Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Fayard, 2005.

Becker G. S., « Irrational behavior and economic theory », The Journal of Political Economy, vol. 70, n° 1, février 1962, p. 1-13.

Beaud S. & Pialoux M., « Comments », The Journal of Political Economy, vol. 80, n° 3, Part II, mai-juin 1972, p. 252-255.

Beaud S. & Pialoux M., « A theory of social interactions », The Journal of Political Economy, vol. 82, n° 6, p. 1063-1093.

Blinder A. S., « The economics of brushing teeth », The Journal of Political Economy, vol. 82, n° 4, juillet-août 1974, p. 887-891.

Blinder A. S., « On dogmatism in human capital theory », The Journal of Human Resources, vol. 11, n° 1, hiver 1976, p. 8-22

Bourdieu P., « Sur les rapports entre la sociologie et l’histoire en Allemagne et en France. Entretien avec Lutz Raphael », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 106-107, mars 1995, p. 108-122.

Bourdieu P., Science de la science et réflexivité. Cours du collège de France 2000-2001, Paris, Raisons d’agir, 2001.

Bourdieu P., Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004.

Bouveresse J., Prodiges et vertiges de l’analogie. De l’abus des belles-lettres dans la pensée, Paris, Raisons d’agir, 1999.

Bowles S., « Schooling and inequality from generation to generation », The Journal of Political Economy, Vol. 80, n° 3, Part II, mai-juin 1972, p. 219-251.

Braudel F., La dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985.

Clapham J. H., « Of empty economic boxes », The Economic Journal, Vol. 32, n ° 127, septembre 1922a, p. 305-314.

Clapham J. H., « The economic boxes », The Economic Journal, vol. 32, n° 128, décembre 1922b, p. 560-563.

Corei T., L’économie institutionnaliste. Les fondateurs, Paris, Economica, 1995.

Ginzburg C., A distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard, 2001.

Léontief W., « Note on the pluralistic interpretation of history and the problem of interdisciplinary cooperation », The Journal of Philosophy, Vol. 45, n° 23, novembre 1948, p. 617-624.

Marx K., Travail salarié et capital, 1849 in Marx K., Œuvres. Économie I, Paris, Gallimard, 1965.

Maucourant J., Avez-vous lu Polanyi ?, Paris, La Dispute, 2005.

Noiriel G., État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Gallimard, 2001.

Noiriel G., Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006.

Pigou A. C., « Empty economic boxes : a reply », The Economic Journal, vol. 32, n° 128, décembre 1922, p. 458-465.

Poulot D., Question sociale. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu’il peut être, Paris, François Maspero, 1980.

Rosental P.-A., « Pour une histoire politique des populations », Annales. Histoire, Sciences sociales, 61e année, n° 1, janvier-février 2006, p. 7-29.

Taylor F. W., The principles of scientific management, New York and London, Harper and Brothers Publishers, 1911.

Tinel B., « À quoi servent les patrons ? » Marglin et les radicaux américains, Lyon, ENS éditions, 2004.

Notes

1 Becker (1974 : 1063).

2 Ibid.

3 L’un des premiers articles de Becker sur ce thème, ainsi que les débats qu’il suscita, illustre lui aussi très bien le caractère explicitement impérialiste de sa démarche (Becker, 1962).

4 Noiriel (2006 : 38). Peut-être Braudel pensait-il aux prétentions universalistes de l’économie néoclassique lorsqu’il écrivait que « l’économie, en soi, cela n’existe évidemment pas » (Braudel, 1985 : 10).

5 Lui-même admet volontiers sa tendance à multiplier les terrains de recherche, qu’il explique par une « humeur “papillonne” », aboutissant cependant à ce que, « sans l’avoir jamais voulu explicitement et surtout sans la moindre visée “impérialiste”, je me suis trouvé présent à la totalité du champ des sciences sociales » (Bourdieu, 2001 : 197).

6 Bourdieu (2004 : 94).

7 Bourdieu (1995 : 113).

8 Clapham (1922a, 1922b). Son argumentaire suit la logique suivante : les économistes ne peuvent penser les phénomènes économiques qu’à travers deux concepts (rendement et monopole) ; ces concepts sont des « boîtes vides » (les économistes sont incapables de savoir si une entreprise ou une branche connaît des rendements croissants ou décroissants ; même si elles étaient pleines, c’est-à-dire même si les économistes arrivaient à mesurer précisément les rendements, ils n’apporteraient aucune explication intéressante sur les industries en question).

9 gou (1922).

10 Voir par exemple la critique adressée par Samuel Bowles, un représentant de l’école radicale américaine, au centre du texte de Bruno Tinel dans cet ouvrage, et surtout la réponse pour le moins expéditive de Becker : Bowles (1972) et Becker (1972).

11 Sur ce plan, le cas de Alan S. Blinder est emblématique : après avoir proposé une formalisation alternative du capital humain, toujours dans un cadre néoclassique, il recevra des critiques très virulentes de représentants de l’école de Chicago, qui l’amèneront à publier un article sur « l’économie du brossage de dent », portant un regard ironique sur la prétention universaliste de la théorie du capital humain (Blinder, 1974), puis une réponse polémique argumentée (Blinder, 1976).

12 Cultural studies, gender studies, études postcoloniales, « microhistoire », etc.

13 Voir Bouveresse (1999), écrit en réaction à la fameuse affaire Sokal.

14 Léontief (1948).

15 Ginzburg (2001).

16 C’est explicitement l’un des objectifs exprimés dans des « classiques » de la littérature managériale. Voir par exemple Taylor (1911) et Poulot (1870).

17 Bourdieu (1995 : 111).

18 Marx (1849 : 212).

19 Voir également Maucourant (2005).

20 Voir aussi Corei (1995).

21 Voir Tinel (2004).

22 Noiriel (2006) ; Noiriel (2001).

23 Beaud & Pialoux (2004, 2005) ; Beaud (2003).

24 Rosental (2006).

Auteur

Actuellement consultant en socio-économie, spécialisé sur l’emploi et la formation, au sein du cabinet Pollen Conseil. Ses recherches réalisées au sein du laboratoire MATISSE à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne portaient sur l’analyse historique de la gestion des inégalités par les systèmes éducatifs, ainsi que sur l’évaluation des politiques éducatives mises en place en Amérique centrale dans les années 1990. Il y a créé et animé le séminaire Institutions et Développement de 2001 à 2006. Il se consacre actuellement à des travaux d’évaluation de politiques publiques dans les domaines de la formation et de l’emploi ainsi que sur le thème de l’égalité professionnelle hommes-femmes et collabore à un projet de recherche sur l’enseignement supérieur et la mobilité des étudiants dans les régions ultrapériphériques (Açores, îles Canaries, Guadeloupe, Guyane, Martinique, Madère, La Réunion). Il a récemment publié avec Hughes Juricic « La Guyane, illustration archétypale du paradoxe de la décentralisation » in Lucas R. et Radojcic K. (dir), L’enseignement supérieur dans les régions ultrapériphériques (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion), Paris, Karthala, 2006, p. 133-147 ; avec Rodrigo Arenas et Elsy Huboux, « Le néolibéralisme chilien de 1973 à aujourd’hui » in Arenas P., Gutierrez R. et Vallespir O. (dir.), Salvador Allende. Un monde possible, Paris, Syllepse, 2004, p. 179-198 ; « De la socialisation à l’individualisation de la gestion des inégalités par l’éducation : Costa Rica, Cuba et Guatemala, xixe et xxe siècles », Économie et Sociétés, hors série, tome XXXIX, n° 9, septembre 2005, p. 1581-1605. <ermulot@aol.com>

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search