Version classiqueVersion mobile

Institutions et développement

 | 
Éric Mulot
, 
Elsa Lafaye de Micheaux
, 
Pepita Ould-Ahmed

Deuxième partie: Politique économique, changement institutionnel et transformations sociales

Régimes monétaires, rapports de pouvoir et métamorphoses du capitalisme en Iran, 1989-2006

Ramine Motamed-Nejad

Texte intégral

  • 1 Je tiens à exprimer ma gratitude à Pepita Ould-Ahmed pour ses conseils à la fois critiques et (...)
  • 2 Autrement dit, la monnaie de référence imposée par les groupes dominants (la norme monétaire) (...)

1Quels sont les moteurs des transformations du capitalisme dans les économies dites en développement1 ? C’est autour de cette interrogation, sous-jacente au présent ouvrage, que se structure cette contribution, en privilégiant une hypothèse principale : en effet, il me semble qu’au sein de ces économies la monnaie est l’une des institutions essentielles, au fondement des mutations du capitalisme. D’une part, ce sont les usages spécifiques de la monnaie par les détenteurs des pouvoirs qui surdéterminent les modes de développement différenciés de ce système. C’est pourquoi, d’autre part, selon la nature et le degré des modifications que les détenteurs des pouvoirs leur impriment, les diverses composantes de l’ordre monétaire2 impulsent, dans leur interaction, le passage vers de nouveaux modèles de développement du capitalisme. Vecteur des transitions du capitalisme entre des logiques et des trajectoires de développement distinctes, la monnaie est, simultanément, le réceptacle des contradictions et des séparations sociales qui s’y attachent. Car, dans le rapport des groupes hégémoniques à la monnaie – qui condense et recouvre les relations de pouvoir, en d’autres termes les luttes d’influence et les conflits d’intérêt internes à ces derniers, mais aussi les compromis politiques qui les unissent –, celle-ci se donne, corrélativement, comme l’opérateur des différenciations économiques et sociales qui parcourent les totalités capitalistes. Il en est ainsi puisque les principes selon lesquels les détenteurs des pouvoirs orientent l’ordre monétaire vers leurs intérêts sont aussi ceux qui engendrent les conditions d’exclusion de l’immense majorité du corps social de tout pouvoir monétaire.

  • 3 Sur la signification de ce système de pouvoir, cf. Weber (1986 et 1995). Par ailleurs, (...)

2L’expérience monétaire récente de l’Iran constitue un terrain de réflexion fécond pour étayer les propositions précédentes. Depuis la fin des années 1980, ce pays a été le théâtre de bouleversements politiques, institutionnels, économiques et sociaux sans précédent, au sein desquels la monnaie a joué un rôle décisif à la fois comme catalyseur de l’expansion du capitalisme et foyer des tensions qui en résultent. Dans ce procès, la centralité de la monnaie a été accentuée par l’avancée d’un système de pouvoir de nature patrimoniale3 qui contraint les détenteurs du pouvoir politique au respect de deux impératifs intimement liés. En premier lieu, si, dans cette structure de pouvoir, le souverain possède un droit de possession absolu sur l’ensemble des ressources politiques, administratives, juridiques et économiques, il n’en subit pas moins une contrainte incontournable : celle de privilégier, sur le mode du clientélisme et donc à travers des concessions multiples, diverses classes de « favoris » (qui se transforment ainsi, à leur tour, en instances de pouvoir), dans le dessein d’obtenir, en contrepartie, le soutien de celles-ci et, ce faisant, asseoir son autorité politique sur l’ensemble du corps social. Or le règne de ce type de pouvoir attise immanquablement les comportements d’appropriation des groupes « protégés », entre autres autour de la monnaie. D’où, comme le révèle l’histoire monétaire contemporaine de l’Iran, les efforts permanents de ces groupes tendus vers l’accaparement du droit d’émission et du monopole d’accès au crédit public, ou encore leurs tentatives incessantes centrées sur la subordination de la norme monétaire et des règles d’émission à leurs seuls intérêts. Ce rapport des favoris à la monnaie, axé sur le primat de la capture, est, potentiellement, lourd de crises monétaires radicales : leur mainmise sur le crédit public étant susceptible de propulser le reste de la société vers des pénuries aiguës de liquidité et, par ce truchement, vers l’émission de monnaies de substitution. En second lieu, toutefois, du fait même de la multiplicité des organes de puissance nés du procès ininterrompu de partage/prélèvement des droits et des ressources véhiculé par le patrimonialisme, cette forme de pouvoir sécrète des forces de rappel endogènes qui freinent l’émergence de dynamiques monétaires centrifuges, à l’origine de crises qualitatives de la monnaie officielle. Effectivement, tout se passe comme si, en Iran, en dépit des conflits d’intérêt et de pouvoir qui les déchirent, les forces captatrices mobilisées autour de la monnaie se devaient de discipliner leurs comportements prédateurs, en donnant corps à un bloc relativement homogène, autour de contraintes et de principes monétaires (implicites ou explicites) et extra-monétaires (des relations de dons/contre-dons impliquant d’autres sources de pouvoir et de richesse que la monnaie) qui se donnent comme des référents indépassables, parce que commandant directement leurs intérêts respectifs et, partant, leur survie en tant que groupe social hégémonique.

3Ce texte déploie ce fil d’Ariane en deux temps, en plaçant l’accent sur la médiation du régime monétaire dans les métamorphoses du capitalisme iranien depuis le début des années 1990. La première partie se concentre sur les comportements monétaires des groupes dominants durant les années 1990 : il s’agit d’une nouvelle phase dans l’histoire politique de l’Iran, qui s’affirme par une redistribution des droits et des prérogatives et, pour cette raison, par l’exacerbation des conflits d’appropriation sur le marché du pouvoir. On s’attachera, d’une part, à identifier les enchaînements qui ont précipité l’affaiblissement relatif du capital marchand et commercial depuis la fin des années 1980. On s’efforcera, d’autre part, d’appréhender la logique et les modalités selon lesquelles, entre 1989 et 1999, s’est forgé un compromis interne aux dominants autour d’un régime de débiteurs qui scelle l’ascension du capital industriel.

4La deuxième partie explore les raisons pour lesquelles s’opère, à partir de 2000, une inflexion du régime monétaire au profit des grands créanciers. On y étudiera les motifs qui ont conduit ces derniers à organiser, pour la première fois dans l’histoire de l’Iran post-révolutionnaire, le partage du droit d’émission au sein du système monétaire et financier officiel, en y bâtissant des banques privées inféodées aux grands groupes industriels et financiers. Sur un tel socle, on tentera de déchiffrer le procès de polarisation politique dont le pouvoir monétaire et financier de ces groupes a été à la fois le combustible et l’enjeu. En particulier, on mettra au jour les maillons à travers lesquels, durant la première moitié des années 2000, les crises économiques et sociales enfantées par la conduite prédatrice d’une partie des groupes financiers, au sein du système financier informel, se sont imbriquées, pour entraîner le succès des forces politiques conservatrices aux élections présidentielles de juin 2005.

Au fondement de l’essor du capital industriel dans les années 1990 : la formation d’un nouveau « bloc au pouvoir » autour d’un régime de débiteurs

5Cette partie scrute, tout d’abord, les facteurs essentiels au principe du déclin progressif, mais inexorable, à partir de la fin des années 1980, du capital commercial au sein de l’économie iranienne. Elle se propose, ensuite, de démêler les intérêts qui sous-tendent le sacre, pendant la décennie 1990, d’un compromis interne aux groupes dominants autour d’un régime de débiteurs tout entier voué à la promotion du capital industriel.

Le déclin relatif du capital marchand au tournant de 1988-1989

  • 4 Ces Fondations, initialement bâties à des fins caritatives, se convertirent très rapideme (...)
  • 5 L’évolution du capital commercial en Iran, depuis 1979, a été étudiée par Kechavarzian (...)
  • 6 Les soutiens politiques des grands marchands leur assurent, entre autres, un accès privil (...)
  • 7 La genèse de ce régime d’usure, en Iran post-révolutionnaire, est analysée dans (...)

6Tout au long des années 1980, l’économie iranienne est dominée par l’emprise du capital commercial qui bénéficie de soutiens massifs au sein de la faction « conservatrice » du régime politique. Les représentants de cette composante du capital sont les grands marchands du Bazar et les nouveaux groupes économiques nés après la révolution de 1979 – notamment les Fondations « religieuses » qui constituent, de fait, des groupes d’intérêt para-publics, impliqués dans les sphères commerciale, financière et industrielle (cf. infra)4. Le pouvoir économique de ces groupes s’explique principalement par le contexte régional de cette période, marqué par la conjonction de l’embargo occidental imposé à l’Iran et de la guerre opposant, à partir de septembre 1980, celui-ci à l’Irak. Ce contexte induit, sur les marchés officiels, des pénuries sans précédent à l’origine des rentes d’intermédiation colossales prélevées par le capital marchand5. Car ce sont les pénuries de biens (de consommation et de production), de devises (l’essentiel des devises issues des exportations de pétrole étant orienté vers les dépenses d’armement) et de liquidité (la mainmise des groupes dominants sur le crédit bancaire privant l’immense majorité du corps social de tout accès au numéraire) qui stimulent l’expansion des marchés parallèles où prospèrent les diverses catégories de spéculateurs, au premier rang desquels les grands groupes commerciaux, qui réalisent des profits exorbitants. Ils émanent, d’un côté, de l’action spéculative de ces derniers sur les différentiels de prix et de change entre les marchés officiels et parallèles de biens et de devises6. Ils proviennent, d’un autre côté, des activités financières des manieurs d’argent de tous genres, qui échafaudent des organismes monétaires et financiers informels, s’emparent, avec la bénédiction du régime politique, d’une partie du crédit public (auprès du système bancaire, nationalisé depuis 1979), et pratiquent un véritable régime d’usure qui organise la spoliation pure et simple de la majorité des agents économiques rejetée hors du système monétaire et financier officiel7.

7Deux séries d’événements majeurs interrompent la poursuite de ces cycles de valorisation de l’argent privilégiés par le capital commercial. En premier lieu, surgissent la fin officielle de la guerre (en août 1988) et, un peu plus tard, la libéralisation progressive du commerce extérieur. Elles provoquent le reflux des pénuries de marchandises. Ce qui dépouille les grands marchands et les grands groupes commerciaux d’une partie importante des circuits de valorisation spéculative de l’argent (notamment les marchés parallèles de biens) qui avaient fait leur fortune. Au surplus, l’urgence de la reconstruction des infrastructures, qui se profile au lendemain même de la guerre, dessine de nouveaux champs d’investissement et de profit (industriels), qui entament un peu plus la position jusqu’alors prépondérante du capital commercial au sein du capitalisme iranien.

  • 8 Cf. Motamed-Nejad, op. cit.
  • 9 est pour endiguer cette crise qu’est mis en œuvre, en janvier 1990, un programm (...)

8En second lieu, survient, en juin 1989, la disparition de l’ayatollah Khomeyni. Elle altère la nature du système de pouvoir en l’inscrivant sous le signe de la consolidation du patrimonialisme8. Il en résulte une redistribution des droits et des pouvoirs parmi les différentes composantes du régime politique, qui entérine l’affaiblissement des « conservateurs » et l’émergence d’une nouvelle équipe dirigeante conduite par Hashemi-Rafsandjani, élu en août 1989 à la Présidence de la République (et réélu en 1993 pour un deuxième mandat présidentiel qui expire en 1997). Celui-ci clôt, de fait, les débats idéologiques et doctrinaux internes au régime, centrés sur le statut de la religion au sein de l’État et de la société. Il s’ensuit un déplacement de ces débats vers les problèmes économiques. Ils se focalisent sur la question du choix d’un nouveau modèle de développement économique « compatible » avec les « intérêts du système ». Une question qui soulève, à son tour, celle des réformes économiques nécessaires à la reconquête de la confiance d’une société épuisée par une décennie de répression politique et de guerre et exsangue par la récurrence et l’intensité des crises économiques des années 19809.

L’avènement d’un régime de débiteurs : les enjeux d’un compromis

  • 10 Ces privatisations furent amorcées dès 1989, date de la réouverture concomitante des marc (...)

9Sur le terrain des « réformes », le nouveau Président se heurte, d’emblée, à une contradiction a priori sans moyen terme. D’une part, il se doit de promouvoir la relance des investissements productifs et, par là, la « reconstruction » du tissu industriel grandement affecté par les effets cumulés de huit années de guerre et d’embargo occidental sur les exportations de biens à destination de l’Iran : un objectif que le Président Hashemi-Rafsandjani a érigé en pivot de son action politique, en sorte que les groupes politiques affiliés à celui-ci se dénommeront, à partir de cette période, les « reconstructeurs ». D’autre part, cette stratégie économique présuppose l’existence d’importantes sources de financement dont le gouvernement est précisément dépourvu. Il en est ainsi car, en premier lieu, cette période étant celle de la redistribution des droits et des actifs économiques à l’avantage d’une oligarchie politique et administrative en quête de conversion de son capital politique, ou bureaucratique, en capital économique, les pouvoirs publics ne peuvent nullement parier sur des recettes substantielles issues des privatisations en cours10 – lesquelles sont, en réalité, l’occasion d’un important procès de pillage des actifs étatiques de la part des favoris, parmi lesquels cette oligarchie. En second lieu, les autorités ne peuvent pas non plus escompter une augmentation quelconque des recettes fiscales, induite par la hausse (aléatoire) de l’impôt sur le capital et les revenus des grands groupes économiques ou des grandes fortunes individuelles, ceux-ci refusant déjà, depuis le début de la révolution, de régler leurs « impôts courants ». Enfin, compte tenu de la situation financière singulièrement critique des salariés, le gouvernement ne peut davantage envisager une émission obligataire lui permettant de drainer, en échange, l’épargne de ces derniers. En résumé, au tournant des années 1990, le gouvernement iranien est confronté à une crise de financement qui se donne, certes, comme rampante, mais n’en demeure pas moins structurelle, parce qu’enracinée dans l’incapacité de l’État (soumis à des déficits considérables) et des salariés (privés de toute épargne substantielle) – mais aussi dans le refus des groupes dominants – à contribuer à la formation d’un capital financier public indispensable à la relance des activités productives.

10Dès lors, le financement monétaire des dépenses de reconstruction apparaît comme la principale issue à la contradiction mise en relief ci-dessus. Pour les autorités politiques et monétaires, il s’ensuit une question capitale : celle des modalités de ce procès de monétisation. Et c’est sur point que le gouvernement promeut, de concert avec l’institution monétaire et les groupes dominants, une alliance autour d’un nouveau dispositif monétaire fondé sur trois axes essentiels : le maintien du système de changes multiples hérité des années 1980 ; l’octroi de crédits publics considérables aux groupes industriels jugés « prioritaires » ; l’édification, durant les années 1990, d’un régime monétaire assis sur des taux d’intérêt débiteurs négatifs en termes réels et donc particulièrement favorables à ces emprunteurs privilégiés.

  • 11 Je remercie Frédéric Lordon qui a attiré mon attention sur l’importance de l’œuvre de Nic (...)

11À partir des années 1990, l’ordre monétaire né de ces inflexions est l’un des piliers essentiels du nouveau « bloc au pouvoir11 » (Poulantzas, 1968) qui supplante l’ancienne coalition regroupant, pendant les années 1980, en dépit de leurs différends idéologiques et doctrinaux, les factions « radicale » et « conservatrice » du régime politique. Car c’est en procédant à des concessions sélectives, dispensées par l’intermédiaire de ce nouvel ordre monétaire, que la faction du régime dirigée par Hashemi-Rafsandjani (celle des « reconstructeurs »), désormais hégémonique au sein du pouvoir politique, parvient à garantir les intérêts différenciés des groupes économiques et sociaux devenus dominants durant cette période d’après-guerre, en jetant, par là, les bases d’un compromis politique relatif, interne aux détenteurs des pouvoirs. En premier lieu, cette faction accorde le quasi monopole du crédit public, à des taux d’intérêt le plus souvent négatifs en termes réels, aux grands conglomérats insérés aux Fondations « religieuses », ainsi qu’aux grands groupes industriels (en particulier dans les secteurs de l’énergie et de l’automobile), dont les dirigeants, le plus souvent issus de l’administration, forment les piliers d’une nouvelle classe désormais économiquement prépondérante : la bourgeoisie d’État.

12En second lieu, c’est par le biais de l’émission monétaire qu’elle tente de répondre aux revendications salariales de la couche supérieure de la classe moyenne, laquelle s’élargit d’autant plus rapidement que s’opèrent, de concert, le développement du système éducatif et l’essor des administrations (lesquelles absorbent, sur le marché du travail, une fraction importante des vagues ininterrompues de jeunes diplômés). Enfin, en dépit de l’affaiblissement relatif de la faction « conservatrice » du régime et de ses clientèles, en particulier les grands marchands, le nouveau gouvernement s’emploie à sauvegarder une partie de leurs privilèges antérieurs, notamment au travers de son action sur le système de change, dans le but d’assurer un compromis politique relatif soudant les diverses strates du régime politique et leurs clientèles respectives.

13Il importe à présent de discerner en quoi l’ordre monétaire des années 1990 protège les intérêts multiples et différentiels de ses principaux artisans : le gouvernement, l’institution monétaire et les grands groupes industriels. Pour le gouvernement, tout d’abord, les trois coordonnées de ce nouvel ordre monétaire, mentionnées plus haut, avaient l’avantage, on vient de l’expliciter, de satisfaire aux revendications de ses différentes clientèles et de garantir, en contrepartie, la pérennité de leur soutien politique. Ainsi, le maintien des changes multiples, après l’intermède de l’unification officielle (en mars 1993) des taux de change – qui, en réalité, ne se matérialisera jamais et sera abandonnée en 1995 –, permettait de préserver, du moins partiellement, les intérêts du capital commercial qui assistait, on l’a vu, à l’effritement, après la fin de la guerre, d’une partie de ses sources de profit. Quant à l’augmentation des crédits étatiques accordés aux groupes industriels privilégiés, elle favorisait d’autant plus leurs intérêts qu’elle s’inscrivait dans le cadre d’un régime de débiteurs (graphique 1), à l’origine d’un puissant effet de levier (entre le taux de profit et le taux d’intérêt débiteur réel) à leur bénéfice. De cette « concession » monétaire, ces groupes industriels se révéleront, on le constatera ci-dessous, « reconnaissants » envers les détenteurs des pouvoirs politique et administratif.

  • 12 Sur la politique de change en Iran depuis la fin des années 1980, on peut se référer (...)
  • 13 Qui constitue, en Iran, du moins jusqu’en 2006, la devise clé, car c’est en dollar que (...)

14Pour la banque centrale, ensuite, le régime de débiteurs offrait l’avantage de dévaloriser, en termes réels, les dettes étatiques qu’elle se devait de monétiser. Par ailleurs, eu égard à la totalisation de la contrainte de règlement de ces dettes sur l’institution monétaire, le maintien du système de changes multiples permettait à celle-ci d’en régler une partie, hors de tout recours à l’émission monétaire. C’est que, à l’image des années 1980, le système de changes multiples ainsi entériné surévaluait la monnaie nationale (le rial) sur le marché officiel des devises. À l’opposé, sur les marchés parallèles de devises, le rial se trouvait très largement déprécié12, en raison de la diminution des réserves de change due à l’envolée des importations et à l’augmentation de la dette extérieure consécutive aux emprunts à court terme contractés, au début des années 1990, par l’Iran auprès des gouvernements occidentaux et japonais. Aussi la banque centrale dirigeait-elle une partie des recettes en dollar13 du gouvernement, issues des exportations de pétrole, vers ces marchés parallèles de devises et drainait, en échange, des sommes en rial qui se faisaient d’autant plus importantes que la dépréciation de la monnaie nationale y était plus prononcée.

15Deux conclusions jaillissent de ces précisions. D’un côté, durant cette phase, le régime de débiteurs et le système de changes multiples incarnent, respectivement, les opérateurs de la dévalorisation et du financement d’une partie des dettes de l’État – la majeure fraction de ces dettes étant toujours réglée par émission monétaire. D’un autre côté, la banque centrale convertissant une partie des recettes en devises de l’État en rial pour financer une part de ses propres engagements, on peut donc dire qu’ en Iran, durant les années 1990, la monnaie nationale est, au moins partiellement, gagée sur la rente pétrolière. En conséquence, les différentes strates du capitalisme iranien, qui bénéficient, à des degrés divers et en fonction de leur position respective au sein de la hiérarchie du pouvoir, des avances de cette institution, sont, peu ou prou, tributaires de la répartition de cette rente pétrolière. Ces connexions permettent d’affirmer que le capitalisme iranien est un capitalisme rentier, parce que dépendant, en dernière instance, de la permanence de la rente pétrolière, contrôlée et redistribuée par l’État aux groupes économiques dominants.

Graphique 1. L’évolution du régime de débiteurs : 1989-1997 (en %)

Graphique 1. L’évolution du régime de           débiteurs : 1989-1997 (en %)

Sources : FMI (1999-2006) et Bulletins de la Banque centrale de la République islamique d’Iran (1992-2006)

16Il importe, enfin, d’aborder les effets du régime de débiteurs et l’incidence du crédit public sur les firmes industrielles. À cet égard, il faut insister d’emblée sur le primat d’un double dualisme au sein de l’industrie. Il y a, d’une part, la segmentation entre les groupes industriels privilégiés et ceux dépossédés de tout soutien politique et donc de tout avantage monétaire. Il y a, d’autre part, les différenciations, internes aux groupes favorisés, entre les grandes Fondations religieuses et les grands groupes industriels autonomes à l’égard de celles-ci. S’agissant, d’abord, des Fondations, qui constituent, on l’a vu, les principaux maîtres des activités commerciales durant les années 1980, elles diversifient, à la fin de la guerre (août 1988), une grande partie de leurs opérations, pour les orienter vers le secteur industriel, en particulier en s’emparant, dans l’opacité la plus totale, lors des privatisations inaugurées en 1989, d’une fraction importante des entreprises publiques (cf. supra). De fait, leurs liens intimes avec les diverses branches du pouvoir politique les dotent d’un pouvoir économique quasi illimité. Dans la sphère réelle, outre les avantages déjà signalés, elles bénéficient, en amont, d’un accès privilégié aux réseaux de distribution d’intrants et, en aval, de débouchés quasi garantis dus à leur pouvoir de monopole sur de nombreux marchés. Dans le domaine monétaire, elles jouissent d’un accès permanent à la monnaie d’État, à des taux d’intérêt débiteurs d’autant plus favorables que prévaut précisément un régime de crédit qui leur offre un avantage inestimable : la dévalorisation de leurs dettes monétaires en termes réels. Dans le domaine fiscal, enfin, elles échappent à toute contrainte de paiement de leurs impôts, comme l’attestent les efforts réitérés, mais sans effet, des gouvernements « réformistes » de Khatami (entre 1997 et 2005). En somme, ces entités privilégient des opérations économiques où valorisation productive et valorisation spéculative de l’argent s’entrelacent selon l’enchaînement suivant : endettement auprès du système bancaire à des taux d’intérêt débiteurs négatifs en termes réels (graphique 1), extorsion des actifs étatiques via la privatisation patrimoniale des entreprises publiques (donc via leur appropriation), usurpation des profits industriels des firmes ainsi placées sous leur contrôle, réinvestissement d’une partie de ces profits, ainsi que des sommes empruntées au secteur bancaire, dans des circuits spéculatifs, et, par là, accumulation du capital, lequel est alors dirigé, pour l’essentiel, vers des sociétés-écran, entre autres, dans le dessein d’échapper à tout contrôle fiscal.

  • 14 La dynamique de corruption sous-jacente à ce procès a été démêlée par Vafai (2005). Sur c (...)
  • 15 C’est pour cette raison que le prix de vente de ses automobiles en Iran atteint le double (...)

17Quant aux grands groupes industriels distincts de ces Fondations, ensuite, ils partagent avec elles de nombreux attributs et privilèges. Ils ont pu, à l’instar de celles-ci, mettre à profit le procès de privatisation pour s’emparer de nombreuses entreprises publiques. Ils possèdent également un pouvoir de monopole sur les marchés du crédit et des biens, ce qui leur confère, en amont, une quasi garantie de financement, qui se greffe, en aval, sur une quasi garantie d’écoulement de leurs produits. Mais un point fondamental les dissocie des grandes Fondations. Bénéficiant d’un ancrage relativement moins ferme au sein des diverses factions du régime politique, leur pouvoir d’influence et de marchandage sur ces groupes politiques est, du même coup, relativement moindre. Aussi, tandis que les grandes Fondations accèdent, le plus souvent sans contrepartie aucune, aux droits économiques, monétaires et financiers récapitulés ci-dessus, ces groupes industriels se doivent-ils, en échange des concessions acquises, de solder, en les monétisant, leurs « dettes » envers les détenteurs des pouvoirs politique et administratif14. L’exemple de la grande firme automobile Iran-Khodro est singulièrement révélateur de cette contrainte de remboursement des « dettes » consubstantielle au procès clientéliste d’accès aux divers types d’avantages économiques, monétaires et financiers cédés par ces derniers. Si elle possède un accès privilégié au crédit étatique ainsi qu’un monopole de fait sur le marché domestique de l’automobile, qui lui assurent un chiffre d’affaires colossal, elle se doit, en retour, de « contribuer » à une partie des « dépenses de fonctionnement » des institutions politiques et des administrations. C’est pourquoi, pour préserver sa rentabilité, cette firme socialise le coût de ses concessions économiques, effectuées sur le marché du pouvoir, en le répercutant directement sur ses prix de vente15.

18Au terme de cette partie, l’État se donne, à partir de la fin des années 1980, comme le principal moteur de l’essor du capitalisme industriel en Iran. Il en est ainsi parce que, tout au long des années 1990, les pivots du capital industriel prospèrent avant tout à la faveur des droits monétaires (en particulier via l’accès sélectif au crédit public, dans le cadre d’un régime de débiteurs), des droits de propriété étatiques et du monopole des marchés octroyés, à leur avantage, par les détenteurs des pouvoirs politique et administratif. C’est ce lien de dépendance du capital privé à l’égard de l’État qui connaîtra, on l’observera ci-dessous, une mutation profonde à partir des années 2000.

Transition vers un régime de créanciers, ascension du capital bancaire et remontée de la question monétaire et financière au sein du corps politique : 2000-2006

19Cette partie aborde les causes et les conséquences du changement de régime monétaire intervenu au début des années 2000. Elle expose, dans un premier temps, les principaux facteurs à la source de l’infléchissement de la règle d’émission monétaire, en explicitant les enjeux du nouveau compromis interne au « bloc au pouvoir », né autour des intérêts des créanciers. Elle tente, ensuite, de déchiffrer le procès selon lequel les incidences sociales du nouveau régime de créanciers ont été instrumentalisées par une partie de la classe politique dirigeante pour aboutir au triomphe de nouvelles forces politiques, conservatrices, lors des élections présidentielles de juin 2005.

Les intérêts sous-jacents au retournement du régime monétaire

  • 16 Sur ce point, on peut consulter l’ouvrage collectif dirigé par Ahmadi (2003), dans lequel (...)

20Au tournant des années 2000, l’évolution du rapport de forces interne aux détenteurs des pouvoirs entraîne la consolidation des pouvoirs administratif et économique à l’égard du pouvoir politique. D’où l’ascension de deux séries d’acteurs qui joueront un rôle primordial dans le couronnement d’un régime de créanciers : d’une part, les administrations parmi lesquelles l’institution monétaire, de l’autre, une fraction des grands groupes économiques. En premier lieu, il y a les effets des métamorphoses lentes, mais irrévocables, qui ont gagné, à partir du début des années 1990, une grande partie des administrations, dans le sens d’une autonomie accrue vis-à-vis du pouvoir politique. Elle s’affirme par un pouvoir d’influence et de pression au travers duquel une nouvelle élite bureaucratique parvient à imposer aux autorités politiques, entre autres, ses options relatives au contenu des réformes économiques, ainsi qu’en matière de gestion de la politique économique16.

21La banque centrale est l’un des champs de déploiement des différends, voire des conflits, opposant désormais une partie des détenteurs du pouvoir administratif au pouvoir politique. Dès la fin des années 1990, l’alourdissement de la dette de l’État à l’égard de la banque centrale conduit les cadres dirigeants de cette institution à exiger le règlement du stock de la dette publique accumulé jusque-là, mais aussi la fin de la monétisation des déficits futurs de l’État. Pour rendre une telle inflexion encore plus irréversible, les dirigeants de l’institution monétaire réclament, de surcroît, la hausse des taux d’intérêt, en sorte que, face à l’augmentation du service de la dette qui en résulte, l’exécutif soit contraint, « de lui-même », de tourner la page de la monétisation. Cette décision oblige le gouvernement « réformiste », aux commandes de l’exécutif depuis le printemps 1997, à prospecter de nouveaux mécanismes de financement, non monétaires, des déficits étatiques. Ce sont ces enchaînements qui expliquent, en grande partie, le ralliement du pouvoir exécutif aux exigences de la banque centrale, accélérant alors le passage vers un régime de créanciers qui remet en cause les intérêts des débiteurs privilégiés. Par ailleurs, à partir de 2000, le gouvernement déclenche le procès d’unification des changes multiples qui se concrétise en 2002 : une décision qui finit par dissoudre les intérêts des composantes inférieures du capital marchand et usuraire (en particulier les changeurs), qui rejoignent, entre autres pour cette raison, les rangs des adversaires politiques du gouvernement de Khatami. Dans le même élan, est institué, en 2000, un « Fonds de réserves en devises » (placé sous la tutelle de la banque centrale) vers lequel est désormais orientée la totalité des recettes provenant des exportations de pétrole. Initialement, cette mesure était vouée à disjoindre l’émission monétaire des réserves en devises de l’État. Elle a, pourtant, donné corps à un résultat opposé. D’un côté, le contenu de ce fonds devient l’enjeu de conflits d’appropriation, souvent âpres, entre les groupes dominants qui mobilisent (pour le contrôle de ce fonds) leur pouvoir d’influence et de marchandage sur les différents segments du régime politique. D’un autre côté, par contraste avec ses engagements initiaux, le gouvernement institue, sous la pression de ces groupes précisément, la répartition officielle d’une partie de ce Fonds entre les « secteurs économiques ». Ainsi, le rapport du pouvoir exécutif et de ces groupes d’intérêt au nouveau Fonds de réserves atteste qu’en Iran, durant les années 2000, les activités des diverses branches du capital demeurent, du moins partiellement, indexées sur la rente pétrolière.

Graphique 2. Sélectivité du régime de créanciers en faveur des strates privilégiées du corps social : le taux d’intérêt créditeur (annuel) entre 2000 et 2004 (en %)

Graphique 2. Sélectivité du régime de           créanciers en faveur des strates privilégiées du corps social : le           taux d’intérêt créditeur (annuel) entre 2000 et 2004 (en %)

Sources : FMI (1999-2006) et Bulletins de la Banque centrale de la République islamique d’Iran (1992-2006)

  • 17 Ces banques sont, de fait, édifiées par une constellation d’entreprises et de sociétés di (...)
  • 18 Les rendements qui émanent de ces trois scènes de valorisation de l’argent ne sont nullem (...)

22En second lieu, aux côtés de la banque centrale, les grands groupes industriels sont les principaux artisans du régime de créanciers. À l’orée des années 2000, ces groupes, qui ont largement mis à profit le régime de débiteurs et leur situation de monopole sur les marchés de biens, ont déjà réalisé des gains monétaires faramineux. De leur point de vue, le crépuscule de la phase d’accumulation primitive du capital, née dans le contexte de l’après-guerre, est proche. Il implique, en conséquence, la recherche de nouveaux foyers de valorisation de l’argent. Sans signifier la fin du primat du capital industriel, cet impératif traduit la nécessité d’une diversification des activités de ces groupes industriels vers de nouveaux secteurs où ils puissent réinvestir, en le valorisant, leur capital monétaire et financier préalablement accumulé. Il s’ensuit un dilemme que ces grands groupes industriels sont rapidement parvenus à surmonter : comment, en effet, accéder, dans un même mouvement, aux avantages que, potentiellement, ce capital accumulé pourrait leur offrir en tant que créanciers, tout en continuant à bénéficier, comme emprunteurs, d’un accès privilégié au crédit pour la poursuite de leurs investissements industriels ? La matérialisation du deuxième terme de ce dilemme devenait d’autant plus délicate que les pouvoirs publics ont fini par relever les taux d’intérêt réels. Aussi les grands groupes industriels ont-ils choisi de bâtir leurs propres organismes financiers qui comprennent, entre autres, des sociétés d’assurance et d’importantes banques privées, dont la création fut autorisée, à partir de 2000, pour la première fois dans l’histoire de l’Iran post-révolutionnaire (cf. infra). D’une part, en tant qu’emprunteurs, ces groupes s’efforcent de perpétuer leur accès au crédit public (donc auprès des banques étatiques) à des taux bonifiés. Mais lorsque cela leur devient impossible (en raison notamment du refus ou de l’incapacité des banques publiques à satisfaire à cette demande), ils internalisent le financement de leurs activités productives, en s’endettant auprès de leurs propres établissements bancaires17, à des conditions, bien entendu, plus avantageuses que celles qui régissent le marché officiel du crédit. D’autre part, et surtout, à travers ces banques, les grands groupes industriels agissent en tant que prêteurs (de l’État), mais aussi en tant que spéculateurs, réalisant alors des gains financiers considérables qui compensent amplement le coût de leur endettement au sein des circuits monétaires et bancaires internalisés dans leurs conglomérats respectifs. À ce stade, il suffit d’insister sur trois sources de rendements financiers exploitées, à l’actif de leur bilan, par ces banques. Tout d’abord, elles souscrivent aux obligations émises par le gouvernement, contribuent ainsi au financement d’une fraction de la dette publique et bénéficient, en échange, de rentes financières très importantes distribuées par l’État. Ensuite, elles ont obtenu l’accès aux marchés financiers (un accès qui exige, en Iran, une multitude d’« autorisations » délivrées par les autorités politiques et administratives), où les cours de leurs actifs financiers connaissent une progression impressionnante, entre 2000 et 2005, à l’origine d’une véritable bulle financière : une bulle qui a fini par éclater à la suite de la panique ayant saisi les investisseurs financiers, au lendemain des élections présidentielles de juin 2005. Enfin, à la faveur de l’ouverture du compte de capital, les grandes banques privées exercent un arbitrage quasi instantané entre l’évolution des marchés financiers de la région du Golfe Persique et celui de Téhéran, en déclenchant des sorties massives de capitaux – en particulier vers la place financière de Dubaï – lorsqu’elles anticipent l’effondrement imminent des cours des titres domestiques. Ces trois champs de valorisation de l’argent n’épuisent nullement l’ensemble des sources d’enrichissement de ces banques18.

Les crises de la finance informelle comme catalyseurs des conflits internes au pouvoir politique : les incidences du régime de créanciers

  • 19 Tout en édifiant une grande société d’assurance : la « Société d’assurance Pars (...)

23En effet, par-delà les prêts consentis à l’État et les opérations financières de nature spéculative, il est un autre domaine de valorisation de l’argent privilégié par les grandes banques privées. Afin d’identifier la logique et les mécanismes qui en font la trame, il convient de revenir, en amont, aux grands groupes industriels et financiers, dont l’un des exemples les plus représentatifs est la grande firme automobile Iran-Khodro, examinée à la fin de la première partie. Elle a fondé, en 2000-2001, la banque Parsian19, l’une des principales banques privées iraniennes, omniprésente dans toutes les opérations bancaires et financières exposées plus haut. Au surplus, cette firme industrielle a érigé une société financière (la « Société de Leasing Parsian ») destinée aux catégories sociales défavorisées, en particulier les strates inférieures de la classe moyenne, privées d’accès au crédit bancaire. C’est donc pour pallier les effets du comportement sélectif du système monétaire et bancaire officiel (y compris de la banque Parsian elle-même) en matière d’offre de crédit, qui obèrent la capacité de consommation de l’immense majorité de la population et compromettent ainsi la vente de ses propres produits, que la firme Iran-Khodro a établi cette société de « Leasing ». Mais le point important est que, durant les années 2000, le taux d’intérêt débiteur suivant lequel cette entreprise a financé les achats d’automobile a atteint, en moyenne, plus de 20 % en termes réels. Plus généralement, depuis le début des années 2000, la plupart des grandes firmes industrielles iraniennes recourent à cette pratique financière, qui se situe aux confins de la spoliation des emprunteurs, à la fois pour s’affranchir, en tant que producteurs, de la crise de débouchés qui menace, potentiellement, l’écoulement de leurs biens (compte tenu de l’érosion du pouvoir d’achat moyen des agents économiques, amplifiée par le non-paiement chronique des salaires depuis la fin des années 1990), et pour mettre à profit, en tant que prêteurs, les avantages du régime prévalent de créanciers. Pour ces raisons, cette nouvelle phase est aussi celle où les grands groupes industriels, et leurs émanations financières, font l’objet d’une contestation sociale de plus en plus vive.

  • 20 Ce chiffre est avancé par le site de l’un des plus grands organismes de la finance inform (...)
  • 21 Sur cette estimation, voir également les informations disponibles sur le site d (...)
  • 22 De la part notamment des responsables de l’institution monétaire ou du gouvernement.

24Elle entre en résonance avec les mouvements de protestation qui visent, corrélativement, la finance informelle. Car si les sociétés de crédit du système monétaire et financier officiel, spécialisées dans le prêt aux couches sociales modestes (comme la « Société de Leasing Parsian »), se « limitent » à la capture d’une fraction des revenus futurs de ces dernières (prélevée à travers des taux d’intérêt exorbitants lors du remboursement de leurs dettes), d’autres entités financières, incorporées à la finance informelle, leur proposent du crédit à court terme à des taux d’intérêt débiteurs singulièrement élevés, qui s’apparentent à des taux usuraires, tout en se livrant à la confiscation de leur capital préalablement formé, via le pillage de leurs dépôts d’épargne. Il en est ainsi puisque les groupes sociaux exclus du système monétaire et financier officiel se reportent avant tout vers le système financier informel institué, dès le début de la révolution de 1979, par une partie du capital marchand (et usuraire), dans le dessein de pallier les pénuries de liquidité que le système officiel leur inflige. Dénommées « caisses de bienfaisance », les sociétés financières informelles, affiliées jusqu’au début des années 2000 à la seule faction « conservatrice » du régime politique, ont procédé, au passif de leur bilan, au détournement récurrent des dépôts des groupes sociaux les plus pauvres. Ce procès d’extorsion des dépôts a atteint son paroxysme entre 2002 et 2005, dans les villes de Téhéran et de Yazde (située dans le centre du pays), et surtout à Ispahan où plus de 270 000 personnes20 ont été dépouillées de leurs dépôts, hors de toute contrainte juridique et administrative, par des organismes financiers informels – des dépôts estimés, pour la seule ville d’Ispahan, à, au moins, 5 200 milliards de rials : soit près de 600 millions de dollars au taux de change reliant, actuellement, la monnaie iranienne (le rial) au dollar21. Si les manifestations consécutives à ces crises financières successives n’ont débouché sur aucune action concrète22 apte à compenser leurs pertes, elles ont provoqué, en revanche, l’arrestation de nombreux manifestants, contribuant, de ce fait, à la rétraction de l’assise politique du gouvernement « réformiste » parmi la population.

25Dès le début des années 2000, les répercussions sociales des crises déclenchées au sein de la finance informelle ont fini par gagner le corps politique. Dans cette remontée du monétaire et du financier au sein du politique, une nouvelle faction du pouvoir politique a exercé une médiation cruciale. Cette faction, dénommée « les bâtisseurs », peut être qualifiée de « néo-conservatrice », car issue de la composante « conservatrice » du régime et, cependant, en dissidence à l’égard du « conformisme » de celle-ci. Elle est, plus largement, en rupture à l’égard de la quasi totalité de l’oligarchie politique dirigeante, en place depuis 1979, qu’elle soupçonne d’être mue par le désir de pouvoir et d’enrichissement et contaminée par la corruption. Les dirigeants de cette nouvelle faction politique, relativement jeunes (âgés entre quarante et cinquante ans), sont, pour l’essentiel, d’anciens militaires, issus de l’armée régulière et, surtout, de l’armée (parallèle) des pasdarans (les « gardiens de la révolution »).

  • 23 Jugés « responsables », du fait des politiques économiques qu’ils ont mis en mo (...)
  • 24 Considérés comme « coupables » de l’aggravation, entre 1997 et 2005, des crises économiqu (...)
  • 25 Sur ce dualisme récent, interne à la finance informelle en Iran, on s’inspire de l’un des (...)
  • 26 Le sigle Naja est celui des forces de sécurité iraniennes chargées du maintien (...)
  • 27 Sur toutes ces informations, cf. le site de Ghavamine : <www.ghavamin.com>.
  • 28 Donyayé Eghtessade, op. cit., 12 mars 2005, n° 695, p. 21.

26Deux séries de facteurs sont à l’origine de l’élargissement de leur base politique et sociale. En premier lieu, leur discours, axé sur la dénonciation (jamais explicite) de la responsabilité politique des anciens gouvernements, successivement dirigés par les « reconstructeurs23 » et les « réformistes24 », dans la permanence des crises économiques et sociales, trouve un écho certain parmi les franges les plus défavorisées de la population. En second lieu, ils ont réussi à déployer des pratiques financières qui se situent à la lisière d’opérations de charité : des comportements financiers, formellement, à finalité sociale, qui ont, simultanément, raffermi leur pouvoir d’influence à la fois politique et économique. Pour ce faire, tandis que jusqu’à la fin des années 1990 la finance informelle est dominée par des groupements de marchands traditionnels, proches des conservateurs, cette nouvelle faction politique est parvenue à y établir de véritables contre-institutions monétaires et financières, engendrant ainsi une scission de fait au sein du système monétaire et financier informel entre deux types25 de « caisses de bienfaisance ». Le premier, celui des marchands-banquiers traditionnels, est, on l’a vu, guidé, à l’actif, par un mode de financement axé sur l’usure, et, au passif, par l’inscription des déposants les plus fragiles sous l’empire de l’expropriation. Le second, à l’inverse, privilégie, à des fins symboliques et politiques évidentes, des conduites financières qui se donnent, au premier abord, comme animées par les mobiles de l’entraide et de la philanthropie. L’exemple de l’« Organisation de crédit Ghavamine », l’une des plus grandes sociétés financières de cette nature et très proche des nouveaux conservateurs, est symptomatique du rapport de ces derniers à la monnaie et à la finance : un rapport à vocation, officiellement, sociale et, en réalité, de nature quasi exclusivement politique. Elle a été échafaudée en 2000, en tant que « caisse de bienfaisance de Naja26 », avant d’accéder, en février 2004, au rang d’une « institution de crédit », officiellement reconnue par la banque centrale27. Possédant, de nos jours, plus de 450 succursales à travers l’Iran, cette institution financière s’est singularisée lors des crises de la finance informelle abordées ci-dessus, dans la ville d’Ispahan notamment, en procédant au remboursement d’une partie importante des dépôts des citoyens de cette ville, accaparés par des « marchands traditionnels28 ». Cette démarche a, en retour, nourri la confiance d’une grande partie de la population des villes du centre de l’Iran envers cette société financière et ses fondateurs : à savoir les franges « radicales » des forces de sécurité (Naja), affiliées aux nouvelles forces politiques conservatrices. Si bien que des agents économiques de plus en plus nombreux déposent une part croissante de leurs avoirs auprès de cet organisme financier, tout en manifestant un appui politique grandissant envers la faction néo-conservatrice du régime, en échange du « soutien » financier et « social » de celle-ci. Par ailleurs, cet établissement financier étant directement issu des forces de sécurité, des dizaines de milliers de militaires (ou d’anciens militaires, reconvertis dans des activités civiles) ont opté pour le transfert de leurs salaires vers celui-ci, ce qui lui confère un pouvoir économique et politique considérable.

27En résumé, à la source de l’influence politique ascendante des nouveaux conservateurs se trouvent, d’une part, leur discours critique afférent à la situation économique, monétaire et financière désastreuse léguée par les pouvoirs exécutifs précédents, d’autre part, leurs pratiques économiques et financières à visée à la fois sociale et politique. Leur succès aux élections municipales de 2003, à la faveur desquelles Mahmoud Ahmadi-Nejad s’est emparé de la mairie de Téhéran, n’en était que le signe précurseur. Et leur triomphe éclatant pendant les élections présidentielles de juin 2005, qui scelle l’accession de celui-ci à la Présidence de la République, ne fait que confirmer cette tendance. Loin d’exprimer le ralliement de la société iranienne aux conceptions idéologiques et politiques de cette nouvelle faction du régime, ce tournant politique traduit avant tout la mobilisation d’une grande partie du corps social qui refuse, entre autres dans le domaine monétaire et financier, de légitimer la poursuite d’un modèle de développement qui l’évince du système monétaire, bancaire et financier officiel, la soumet à des crises monétaires chroniques et la projette vers des crises financières et sociales inaltérables, consécutives à l’usurpation de ses dépôts, au profit d’une oligarchie politique et économique restreinte.

28Pour clore cette partie, deux enseignements surgissent des développements précédents. Ils renvoient aux liens unissant, durant les années 2000, la monnaie officielle, le capital privé et le capital étatique. D’un côté, on a montré en quoi, à l’instar de la décennie 1990, la monnaie émise et le capital privé, constitué sur la base de cette émission, restent arrimés à la rente pétrolière. D’un autre côté, toutefois, à rebours des années 1990, émerge un nouveau rapport de détermination entre capital public et capital privé. Car si, autrefois, c’est le procès de redistribution/morcellement/appropriation du capital étatique (notamment lors des privatisations des années 1990, doublées des crédits publics distribués sous l’égide d’un régime de débiteurs) qui commandait la formation du capital privé, en l’installant sous l’emprise de l’État, depuis le sacre du régime de créanciers, cet enchaînement se lézarde, puisqu’on a vu, à son tour, l’État s’endetter auprès des grands groupes industriels et financiers : désormais, parce que doté d’un pouvoir monétaire et financier inédit, le capital privé (dont le capital industriel et bancaire intégré à ces groupes) façonne, partiellement, les conditions régissant le financement et la reproduction du capital étatique (en particulier le capital financier public).

Conclusion

29Trois séries de conclusions s’imposent au terme de cette contribution. En premier lieu, on a privilégié une grille de lecture fondée sur les liens associant monnaie, rapports de pouvoir et mécanismes de valorisation du capital, afin de mettre au jour deux modèles distincts de développement du capitalisme en Iran depuis la fin des années 1980. À cet effet, on a tenté de montrer en quoi les transformations du régime monétaire ont enfanté, au cours des deux périodes dissociées par ce texte, une recomposition de la hiérarchie interne aux différentes strates du capital. De ce point de vue, si les années 1980 s’affirment par le primat d’un régime d’usure correspondant aux intérêts du capital marchand, les deux phases suivantes d’expansion du capitalisme iranien donnent à voir les effets structurants des changements de ce régime monétaire sur la redistribution des positions dominantes parmi les diverses composantes du capital. Ainsi, la première étape, qui englobe les années 1990, se spécifie par la prééminence d’un régime de débiteurs qui a largement favorisé l’éclosion et la suprématie du capital industriel. La deuxième période, qui débute au tournant des années 2000 (et se poursuit de nos jours), se caractérise par la prépondérance d’un régime de créanciers dont on a dévoilé le rôle dans l’essor du capital bancaire et financier, une progression qui n’efface pas pour autant la position toujours hégémonique du capital industriel.

30En second lieu, en dépit de leurs spécificités irréductibles, ces deux phases de généralisation du capitalisme ont en commun deux séries de permanences qui portent témoignage de la centralité de la monnaie. Tout d’abord, celle-ci se révèle comme une forme de médiation essentielle dans les relations internes aux différentes composantes du capital (commercial, industriel et financier). D’une part, c’est par son entremise que s’établit, on l’a vu, la dépendance de ces diverses formes de capital vis-à-vis de la rente pétrolière. D’autre part, la monnaie est le lien au travers duquel s’articulent capital étatique et capital privé. On a montré que, dans la première étape, c’est, entre autres, par le biais du crédit public et du régime de débiteurs – qui favorisent, de concert, l’endettement des fractions privilégiées du capital industriel privé et public – que le capital étatique imposait sa domination sur le capital privé. À rebours, dans la deuxième période, c’est le capital privé qui, du fait de l’avènement d’un régime de créanciers à l’origine de l’avancée de son pouvoir monétaire, parvient à financer le capital étatique, donc à mettre l’État en dette, et, ce faisant, à asseoir son autonomie croissante à son égard. Ensuite, on a tenté d’élucider l’influence ordonnatrice de la monnaie comme enjeu de pouvoir et, partant, comme opérateur des conflits et des compromis internes aux groupes dominants. C’est ainsi qu’on a vu, d’un côté, se déchaîner, autour de la monnaie et des crises financières des années 2000 dont elle était le réceptacle, les combats, toujours latents, entre les diverses factions politiques (notamment les « reconstructeurs », les « réformistes », les « conservateurs » et les « nouveaux conservateurs »), qui se sont dispersées aux côtés d’intérêts monétaires, financiers et sociaux distincts, voire antinomiques. D’un autre côté, parallèlement à ces luttes de pouvoir et d’appropriation, on a mis en lumière le statut majeur de la monnaie comme objet et vecteur des compromis internes aux dominants – des compromis bâtis autour des deux régimes monétaires examinés dans ce texte.

31Enfin, si la monnaie désigne le médium fondamental de la cohésion des groupes dominants, elle incarne, corrélativement, l’un des moteurs essentiels des différenciations et des clivages qui traversent la société. L’expérience de l’Iran atteste que ces « séparations monétaires » sont instituées et organisées par les détenteurs des pouvoirs : il s’ensuit un divorce, sinon un abîme, entre les groupes favorisés, dotés d’un droit d’accès privilégié au système monétaire et financier formel, et l’immense majorité de la société repoussée vers les rivages du système informel. On a également relevé que ce dualisme s’accompagnait d’autres divisions internes à chacun de ces systèmes monétaires et financiers. Mais l’histoire monétaire récente de l’Iran démontre, simultanément, que le mode, un temps dominant, de séparation et de partition de la société autour de la monnaie n’est jamais acquis, et donc figé, une fois pour toutes : toujours de nouveaux usages (économiques, sociaux et symboliques) de la monnaie, qui sont en dernier ressort des usages politiques, peuvent jaillir des corps politique et/ou social. Comme l’illustre le tournant politique de 2005 en Iran, ces nouveaux usages de la monnaie peuvent infléchir les représentations d’une partie des sociétaires et, ce faisant, les rapports de forces politiques et les relations de pouvoir tissées autour de la monnaie, pour altérer, finalement, l’organisation et la régulation de celle-ci et remettre en question, du moins partiellement, les intérêts politiques et économiques établis qui s’y attachent.

Bibliographie

Ahmadi B., Économie politique de la République islamique, (en persan), Téhéran, Éditions Gameh No, 2003.

Alizadeh P. (dir.), The Economy of Iran : Dilemmas of an Islamic State, Londres, I.B. Tauris, 2000.

Alizadeh P., « Iran’s Quandary : Economic Reforms and the “Structural Trap” », The Brown Journal of World Affairs, vol. 9, n° 2, winter/spring 2003, p. 267-281.

Amuzegar J., Iran’s Economy under the Islamic Republic, Londres, New York, I. B. Tauris, 1993.

Ashraf A., « Theocracy and Charisma : New Men of Power in Iran », International Journal of Politics, Culture and Society, vol. 4, n° 1, 1990, p. 113-152.

Assadi D., « Théorie d’une économie rentière », (en persan), Aftabe, n° 24, mars 2003, p. 28-37.

Bashiriyeh H., The State and Revolution in Iran, Londres, St Martin’s Press, 1982.

Bashiriyeh H., Les obstacles au développement politique de l’Iran, (en persan), Téhéran, Éditions Gameh No, 2002.

Behdad S., « Foreign Exchange Gap : Structural Constraints, and the Political Economy of Exchange Rate Determination in Iran », International Journal of Middle East Studies, vol. 20, n° 1, janvier 1988, p. 1-21.

Behdad S., « The Post-Revolutionary Economic Crisis », dans Rahnema S. & Behdad S. (dir.), Iran after the Revolution. Crisis of an Islamic State, Londres, I.B. Tauris, 1995, p. 97-128.

Behdad S., « From Populism to Economic Liberalism : The Iranian Predicament », dans Alizadeh P. (dir.), The Economy of Iran : Dilemmas of an Islamic State, Londres, I.B. Tauris, 2000, p. 100-145.

Ehsani K., « “Tilt but Don’t Spill” : Iran’s Development and Reconstruction Dilemma », Middle East Report, n° 191, novembre-décembre 1994, p. 16-21.

Farzin Y. H., « Foreign Exchange Reform in Iran : Badly Designed, Badly Managed », World Development, vol. 23, n° 6, 1995, p. 987-1001.

FMI, Islamic Republic of Iran, Washington D.C., Staff Report, 1999-2006.

Hakimian H. & Karshnas M., « Dilemmas and Prospects for Economic Reform and Reconstruction in Iran », dans Alizadeh P. (dir.), The Economy of Iran : Dilemmas of an Islamic State, Londres, I.B. Tauris, 2000, p. 29-62.

Hassani F., « Les méfaits sociaux des caisses de bienfaisance : légaliser le marché informel de la monnaie », (en persan), Tchéchme Andazeh Iran, n° 35, janvier-février 2005, p. 134-139.

Karshenas M. & Pesaran M. H., « Economic Reform and the Reconstruction of the Iranian Economy », Middle East Journal, vol. 49, n° 1, hiver 1995, p. 89-111.

Kazemi F., « Civil Society and Iranian Politics », dans Norton A.R. (dir.), Civil Society in the Middle East, tome 2, Leiden, E. J. Brill, 1996, p. 119-152.

Kechavarzian A., « Le Bazar de Téhéran : permanence ou rupture ? », (en persan), Goftégou, n° 41, février 2005, p. 11-47.

Maloney S., « Agents or Obstacles. Parastatal Foundations and Challenges for Iranian Development », dans Alizadeh P. (dir.), The Economy of Iran : Dilemmas of an Islamic State, Londres, I.B. Tauris, 2000, p. 145-176.

Motamed-Nejad R., « La monnaie est politique. Ordre monétaire et pouvoir en Iran, 1979-2005 », dans Lordon F. (dir.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme contemporain, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

Pesaran M. H., « The Iranian Foreign Exchange Policy and the Black Market for Dollars », International Journal of Middle East Studies, vol. 24, n° 1, février 1992, p. 101-125.

Pesaran M. H., « Economic Trends and Macroeconomic Policies in Post-revolutionary Iran », dans Alizadeh P. (dir.), The Economy of Iran : Dilemmas of an Islamic State, Londres, I.B. Tauris, 2000, p. 63-100.

Poulantzas N., Pouvoir politique et classes sociales, Paris, François Maspéro, « Textes à l’appui », 1968.

Rahnema S. & Behdad S. (dir.), Iran after the Revolution. Crisis of an Islamic State, Londres, I.B. Tauris, 1995.

Raïs-Dana F., « Les intérêts économiques des factions », (en persan), Farhanghé Tosséeh, n° 35-36, juin 1998, p. 2-8.

Saeidi A. A., « Dislocation of the State and the Emergence of Factional Politics in Post-Revolutionary Iran », Political Geography, vol. 21, n° 4, mai 2002, p. 525-546.

Saeidi A. A., « The Accountability of Para-governemental Organizations (bonyads) : The Case of Iranian Foundations », Iranian Studies, vol. 37, n° 3, septembre 2004, p. 479-498.

Turner B. S., « Capitalism and Feudalism : Iran », dans Turner B. S., Capitalism and Class in the Middle East. Theories of Social Change and Economic Development, Londres, Heinemann Educational Books, 1984, p. 153-189.

Vafai H., « La corruption financière dans les contrats publics », (en persan), Ettelaateh Siassi Eghtessadi, n° 213-214, 2005, p. 164-173.

Vakili-Zad C., « Continuity and Change : The Structure of Power in Iran », dans Bina C. & Zangeneh H. (dir.), Modern Capitalism and Islamic Ideology in Iran, New York, St Martin’s Press, 1992, p. 13-48.

Weber M., Sociologie du droit, Paris, Presses Universitaires de France, « Recherches politiques », 1986.

Weber M., Économie et société (1 : Les catégories de la sociologie ; 2 : L’organisation et les puissances de la société dans leur rapport avec l’économie), Paris, Pocket, « Agora », 1995.

Notes

1 Je tiens à exprimer ma gratitude à Pepita Ould-Ahmed pour ses conseils à la fois critiques et constructifs qui ont permis d’améliorer la version préliminaire de cette contribution.

2 Autrement dit, la monnaie de référence imposée par les groupes dominants (la norme monétaire), les bénéficiaires du pouvoir d’émission (ou encore les instances dotées du droit de monnayage), les modalités d’octroi du crédit (sélectivité ou indifférenciation de l’offre de crédit consentie aux diverses catégories sociales), les règles d’émission monétaire (le niveau des taux d’intérêt débiteur et créditeur) et, partant, la nature du régime monétaire (régime de débiteurs ou de créanciers), et, enfin, les conditions d’exercice et d’imposition de la contrainte de règlement des dettes (universalité ou incomplétude de la contrainte de paiement pour les diverses classes de débiteurs).

3 Sur la signification de ce système de pouvoir, cf. Weber (1986 et 1995). Par ailleurs, la dimension patrimoniale du système de pouvoir en Iran a été percée à jour par Bashiriyeh (1982 et 2002), Turner (1984), Ashraf (1990), Vakili-Zad (1992) et Kazemi (1996).

4 Ces Fondations, initialement bâties à des fins caritatives, se convertirent très rapidement en de grandes puissances économiques mues avant tout par le désir de pouvoir et d’enrichissement. Les modalités de cette conversion ont été dénouées, entre autres, par Maloney (2000) et Saeidi (2002 et 2004).

5 L’évolution du capital commercial en Iran, depuis 1979, a été étudiée par Kechavarzian (2005).

6 Les soutiens politiques des grands marchands leur assurent, entre autres, un accès privilégié aux devises au taux de change officiel. Or dans un pays où, durant la décennie 1980, prévaut un système de changes multiples qui surévalue la monnaie nationale (le rial) sur le marché officiel des devises et la déprécie sur les marchés parallèles, l’octroi, à ces derniers, de devises au taux officiel traduit tout simplement un « privilège » dispensé, en leur faveur, par le pouvoir politique.

7 La genèse de ce régime d’usure, en Iran post-révolutionnaire, est analysée dans Motamed-Nejad (2007).

8 Cf. Motamed-Nejad, op. cit.

9 est pour endiguer cette crise qu’est mis en œuvre, en janvier 1990, un programme de stabilisation macroéconomique, directement inspiré des recommandations de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international : un programme qui entendait, du moins officiellement, domestiquer, outre les tensions inflationnistes, l’envolée des déficits publics nés de la permanence des dépenses d’armement durant les années 1980 et de l’érosion des recettes en devises (consécutive à la baisse des prix du pétrole dans la deuxième moitié de cette décennie), mais qui finit, très rapidement, par se briser sur les conséquences inflationnistes du régime de débiteurs institué au même moment (cf. infra). Les fondements et les effets de la politique de stabilisation de 1990 ont été examinés par Amuzegar (1993), Ehsani (1994), Behdad (1995 et 2000), Karshenas & Pesaran (1995), Rahnema & Behdad (1995), Hakimian & Karshnas (2000), Pesaran (2000) et Alizadeh (2003).

10 Ces privatisations furent amorcées dès 1989, date de la réouverture concomitante des marchés financiers qui avaient cessé de fonctionner à partir de 1979.

11 Je remercie Frédéric Lordon qui a attiré mon attention sur l’importance de l’œuvre de Nicos Poulantzas pour l’analyse des rapports de pouvoir en Iran post-révolutionnaire.

12 Sur la politique de change en Iran depuis la fin des années 1980, on peut se référer à Behdad (1988), Pesaran (1992) et Farzin (1995).

13 Qui constitue, en Iran, du moins jusqu’en 2006, la devise clé, car c’est en dollar que sont libellées et payées les exportations de pétrole de ce pays.

14 La dynamique de corruption sous-jacente à ce procès a été démêlée par Vafai (2005). Sur cette question, voir aussi Raïs-Dana (1998).

15 C’est pour cette raison que le prix de vente de ses automobiles en Iran atteint le double de leur coût effectif (Assadi, 2003 : 28).

16 Sur ce point, on peut consulter l’ouvrage collectif dirigé par Ahmadi (2003), dans lequel les gouverneurs successifs de l’institution monétaire tentent d’élucider les principaux facteurs à l’origine du renforcement du pouvoir de pression relatif dont ils ont pu bénéficier à partir des années 1990.

17 Ces banques sont, de fait, édifiées par une constellation d’entreprises et de sociétés diverses, dotées de statuts juridiques variés, au sein de laquelle, cependant, les grands groupes industriels sont très largement majoritaires.

18 Les rendements qui émanent de ces trois scènes de valorisation de l’argent ne sont nullement contrebalancés, au passif de ces banques, par la rémunération des dépôts qu’elles aimantent. Car, comme l’illustre le graphique 2, ces banques bénéficient de la sélectivité des taux d’intérêt créditeurs en termes réels. Certes, elles se doivent de rétribuer les dépôts à « moyen terme » (à deux ans) à des taux réels positifs. Mais une partie de ces dépôts au moins appartient aux grands groupes industriels et financiers où elles sont implantées : ici, les sommes déboursées au titre du paiement des intérêts ne traduisant rien d’autre qu’un recyclage des liquidités des banques dans des circuits internes au holding dont elles font partie. Quant aux déposants les moins aisés, pour eux, tout se passe comme si l’ancien régime de débiteurs ne s’était jamais éteint : leurs dépôts (à court terme) étant dévalorisés par le niveau des taux d’intérêt créditeurs, négatifs en termes réels, ils offrent, de fait, bien plus de capital à la banque (et, plus largement, aux couches sociales favorisées) qu’ils n’en reçoivent, en contrepartie. En ce sens, le nouveau régime de créanciers est l’opérateur d’un transfert massif de revenus et de richesses de la part des fractions les plus modestes de la société vers les couches sociales les plus aisées.

19 Tout en édifiant une grande société d’assurance : la « Société d’assurance Parsian ».

20 Ce chiffre est avancé par le site de l’un des plus grands organismes de la finance informelle en Iran, Ghavamine : <www.ghavamin.com>.

21 Sur cette estimation, voir également les informations disponibles sur le site de Ghavamine : <www.ghavamin.com>.

22 De la part notamment des responsables de l’institution monétaire ou du gouvernement.

23 Jugés « responsables », du fait des politiques économiques qu’ils ont mis en mouvement, du déclenchement et de l’imbrication, entre 1989 et 1997, des crises économiques, financières et sociales chroniques qui scandent la vie d’une grande partie de la population iranienne.

24 Considérés comme « coupables » de l’aggravation, entre 1997 et 2005, des crises économiques et sociales héritées de la période précédente.

25 Sur ce dualisme récent, interne à la finance informelle en Iran, on s’inspire de l’un des quotidiens économiques les plus importants publiés à Téhéran : Donyayé Eghtessade (Le monde de l’économie), 12 mars 2005, n° 695, p. 21. Cette partition, endogène au système financier informel, a été également disséquée dans un article récent paru dans le mensuel appartenant au même groupe de presse que Donyayé Eghtessade : Ghafar-Zadeh, « Les protecteurs économiques : une nouvelle classe dans le champ politique », Donyayé Eghtessade (mensuel), mars 2005, n° 8, p. 7 (en persan). Cette question est, par ailleurs, au centre de la contribution de Hassani (2005).

26 Le sigle Naja est celui des forces de sécurité iraniennes chargées du maintien de l’ordre, en particulier dans les zones urbaines.

27 Sur toutes ces informations, cf. le site de Ghavamine : <www.ghavamin.com>.

28 Donyayé Eghtessade, op. cit., 12 mars 2005, n° 695, p. 21.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. L’évolution du régime de débiteurs : 1989-1997 (en %)
Crédits Sources : FMI (1999-2006) et Bulletins de la Banque centrale de la République islamique d’Iran (1992-2006)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46391/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Titre Graphique 2. Sélectivité du régime de créanciers en faveur des strates privilégiées du corps social : le taux d’intérêt créditeur (annuel) entre 2000 et 2004 (en %)
Crédits Sources : FMI (1999-2006) et Bulletins de la Banque centrale de la République islamique d’Iran (1992-2006)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46391/img-2.png
Fichier image/png, 20k

Auteur

Maître de conférences à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne et chercheur au Centre d’Économie de la Sorbonne (UMR Paris I-CNRS. Il a longtemps travaillé (depuis la fin des années 1980) sur les transformations des économies en transition, en publiant plusieurs articles, notamment dans la Revue d’économie financière et la Revue d’études comparatives Est-Ouest (CNRS). Il a également dirigé plusieurs ouvrages collectifs sur cette question, parmi lesquels : URSS et Russie, rupture historique et continuités économiques (1997) aux Presses universitaires de France ; Capitalisme et socialisme en perspective (1999) aux éditions La Découverte (collection « Recherches ») ; Les économies post-socialistes : une décennie de transformation (1999), numéro spécial de Revue d’études comparatives Est-Ouest (CNRS). Il consacre, depuis 2004, ses recherches aux métamorphoses économiques et politiques de la société iranienne. Sur ce thème, il a rédigé récemment une contribution intitulée : « La monnaie est politique. Ordre monétaire et pouvoir en Iran, 1979-2005 », in Lordon F. (dir.), Conflits et pouvoir dans les institutions du capitalisme contemporain, Paris, Presses de Sciences Po, à paraître en 2007. <r.motamed.nejad@wanadoo.fr>

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search