Version classiqueVersion mobile

Institutions et développement

 | 
Éric Mulot
, 
Elsa Lafaye de Micheaux
, 
Pepita Ould-Ahmed

Première partie: Penser les institutions

La place des institutions dans la théorie de la croissance

Croissance endogène, théorie de la Régulation et complémentarités institutionnelles

Ekkehard Ernst

Texte intégral

1« An economic transaction is a solved political problem. Economics has gained the title of queen of the social sciences by choosing solved political problems as its domain. »
(Lerner, 1972 : 259)

2Les économies développées sont caractérisées par une grande diversité quant à leur environnement institutionnel : le marché financier transforme l’épargne en investissement selon des structures variées, tandis que la détermination du salaire et l’ajustement quantitatif sur le marché du travail suit des mécanismes divers dans les différents pays. Une hétérogénéité des structures existe également sur le marché des produits, dans les systèmes éducatifs, ou encore, dans l’insertion d’une économie dans le commerce international. La question se pose alors de savoir si ces différentes institutions influencent la performance de ces économies et, par conséquent, si ces dernières doivent converger vers un même « modèle optimal » permettant aux entreprises nationales de préserver leur compétitivité sur des marchés de plus en plus globalisés. L’ouverture des marchés de capitaux locaux, et la montée du commerce international dans les vingt dernières années, ont plus particulièrement relancé la discussion sur la convergence vers un modèle unique.

  • 1 Freeman (2000).

3Deux points de vue ont été avancés dans cette discussion1. Premièrement, pour ceux qui considèrent qu’un seul modèle économique s’impose, les économies industrialisées se sont inscrites dans une course vers un modèle institutionnel unique dans laquelle seule cette convergence peut garantir l’augmentation continue et permanente du bien-être des pays concernés. Le flux des capitaux sur le marché international s’orienterait vers le pays qui dispose de la régulation la plus favorable à l’accueil des investisseurs financiers. La diminution de l’interférence de l’État et des acteurs collectifs sur le marché du travail augmenterait en outre les perspectives de la profitabilité des projets d’investissement, ce qui attirerait davantage l’épargne mondiale. Par ailleurs, la compétition internationale sur le marché des produits obligerait les différentes entreprises à adopter la technologie la plus efficace, en produisant aux coûts marginaux les plus bas possibles. Sous la pression de la compétition internationale les pays seraient donc forcés d’adopter la meilleure forme institutionnelle pour chaque sous-système social.

4À cette première position s’oppose un argument tenant compte des avantages comparatifs issus des différentes configurations institutionnelles. En effet, la possibilité d’une spécialisation industrielle sur un marché de produits et de services mondialisé permet de souligner l’avantage de la diversité institutionnelle. Dans ce cas, les économies peuvent garder leur structure institutionnelle à condition de se spécialiser dans le secteur pour lequel elles détiennent des avantages comparatifs, les avantages comparatifs institutionnels. Des pays, disposant d’un système de formation professionnelle développé et d’une structure de salaires compressée, se spécialiseront, selon cette logique, dans des secteurs intenses en main-d’œuvre qualifiée avec des niveaux intermédiaires sur l’échelle de rémunération. En revanche, les pays, à structure salariale très dispersée, disposant de même d’un système universitaire très évolué, peuvent se concentrer sur des secteurs de haute technologie et sur des secteurs de service à faible rémunération. On se retrouverait donc face à des variétés du capitalisme qui, chacune, disposerait des avantages lui permettant une survie à long terme.

5Partant de ces deux positions contradictoires, on peut se demander comment la théorie économique permet d’avancer des éléments de réponse pour déterminer dans quelle mesure, en l’absence systématique d’un jeu complet de marchés compétitifs, la notion de convergence vers un modèle unique peut prendre sens. La divergence économique observée peut-elle être considérée comme le résultat d’une mauvaise adaptation des pays, condamnés à suivre des trajectoires décroissantes ? En outre, quelles peuvent être les raisons qui expliqueraient les divergences et différences institutionnelles des pays, ainsi que la persistance de la diversité des modèles de croissance, si l’hypothèse des variétés du capitalisme est adoptée ? Finalement, quels sont les mécanismes sous-jacents des modèles du capitalisme en cours dans les économies contemporaines ?

6Ce sont ces questions qui ont motivé le travail présent, lequel essaie d’avancer quelques éléments de réponse en partant de la théorie de la croissance endogène. Il est en effet possible de démontrer que la multitude des modèles de croissance endogène, développés dans les vingt dernières années, vise à saisir la multitude des trajectoires de croissance observées dans les pays développés. Les différents régimes de croissance correspondraient alors à des logiques différentes. Dès lors, c’est à leur environnement institutionnel que revient la tâche de sélectionner la trajectoire qui répond au mieux à la structure institutionnelle des différents marchés. Dans cette optique, ce sont bien les avantages comparatifs engendrés par le système institutionnel en place qui déterminent le régime de croissance opérant à l’intérieur d’un pays.

7Le texte présent discutera d’abord les différents modèles de croissance endogène pour montrer leur structure interne et la logique des sources de croissance : à partir d’une taxinomie des différents mécanismes de croissance, on constate l’indétermination de ces modèles, qui ne peut être résolue qu’en analysant les relations incitatives au niveau de la firme. Ces dernières fournissent la clé de la sélection du mécanisme de croissance. Nous montrerons par la suite l’importance du système institutionnel dans l’encadrement de ces relations microéconomiques, avant de discuter des représentations des institutions dans la théorie économique. Nous discuterons l’importance des interactions entre institutions et changement institutionnel. Ces concepts servent alors à une analyse des trajectoires de croissance : nous serons en mesure de démontrer la diversité des trajectoires de croissance qui en résulte, ainsi que l’instabilité fondamentale qui peut en découler, si le système économie-institutions suit une dynamique cyclique.

La théorie de la croissance endogène

Origines

8La littérature économique a manifesté un nouvel intérêt pour la question de la croissance et ses déterminants à partir des années 1990. Jusque-là, le modèle prédominant était celui de Solow (1956) sous diverses formes et modifications. Ce modèle n’était pourtant pas en mesure d’engendrer une croissance stable du revenu par tête à l’équilibre, une caractéristique limitant la compréhension des causes et des origines de l’essor économique à long terme. Malgré des efforts qui visaient l’intégration d’éléments supplémentaires dans l’analyse de la croissance, cette première branche de la théorie de la croissance – dite exogène – ne mettait pas au cœur de ses préoccupations une analyse détaillée du progrès technique et du processus d’innovation.

  • 2 Voir McCallum (1997) pour une comparaison des différentes approches en matière d’analyse (...)

9Ce n’est qu’à partir du milieu des années 1980 que Romer a relancé le débat économique sur cette question en développant un modèle précisant les conditions nécessaires pour garantir une croissance à long terme dite « croissance endogène ». Ses travaux constituaient le premier d’une série de modèles dont l’objectif est de présenter des mécanismes alternatifs ou d’analyser et de vérifier les mécanismes existants. Il s’agissait alors d’identifier des mécanismes économiques garantissant un rendement marginal de capital positif à l’équilibre de long terme. Malgré les nombreuses critiques qui ont été adressées à ces modèles et à leurs conditions très spécifiques2, ils semblent aujourd’hui constituer le cœur de l’analyse de la croissance, du moins concernant les mécanismes qui sont à l’origine de la croissance.

Sources de croissance

  • 3 Les tâches que chaque facteur de production doit accomplir peuvent être divisées dans des (...)

10Il est possible d’avancer deux principes fondamentaux, au sein de la littérature existante, qui structurent les mécanismes à travers lesquels la croissance endogène peut émerger à l’équilibre : (i) une spécialisation des facteurs censée augmenter leur productivité (et, en particulier, la productivité du travail) et (ii) une augmentation de la qualité du facteur de production utilisé supposée améliorer la productivité. Le premier mécanisme passe alors à travers la division des facteurs de production3, le second prend deux formes : celle de l’innovation et celle de la formation et de l’investissement en capital humain. Il est alors possible d’avancer quatre types de croissance qui lient le levier de croissance (spécialisation versus amélioration) avec le facteur de production (capital versus travail) sur lequel s’applique ce dernier. Dès lors, nous pouvons représenter ces quatre configurations par la taxinomie suivante :

Tableau 1. Sources de croissance

Spécialisation

Amélioration

Capital

Division du capital

Innovation

Travail

Division du travail

Éducation

Division du travail versus spécialisation du capital

11Quant à la spécialisation des facteurs, deux approches peuvent être distinguées, chacune prenant comme point de départ un des facteurs de production.

12Ainsi, Romer (1990) prend-il en considération une division des biens capitaux considérés comme appartenant à de multiples unités de production spécialisées. Chacun d’entre eux contribue à la production du bien final, et leur spécialisation leur permet d’obtenir des gains de productivité grâce à la substituabilité imparfaite des différents biens intermédiaires. Chaque nouveau bien intermédiaire, c’est-à-dire chaque nouveau producteur, augmente le degré de la spécialisation de l’économie globale, améliorant ainsi la productivité de l’ensemble des producteurs. Afin que ce processus soit stable, chaque producteur d’un nouveau bien intermédiaire doit y trouver son compte. Ceci est assuré puisque la demande pour chaque nouveauté est positive, la production du bien final bénéficiant donc d’une spécialisation supplémentaire des biens intermédiaires existants. En outre, suite à la substituabilité entre biens de capitaux, la demande reste positive pour les spécialités existantes, ce qui incite alors les producteurs de ces biens à maintenir leur offre.

  • 4 Yang & Borland (1991).
  • 5 Young (1928) a été parmi les premiers à développer l’idée initiale d’Adam S (...)

13Le mécanisme complémentaire à la spécialisation des biens capitaux est celui de la division du travail qui passe par une spécialisation des employés de plus en plus importante. D’une part, les employés peuvent apprendre à effectuer leur tâche de mieux en mieux via un apprentissage sur le tas (« Learning by Doing4 ») ; d’autre part, de nouvelles tâches peuvent être créées et augmenter ainsi la spécialisation de chaque ouvrier5. Ragot (2000) modélise, quant à lui, une division des tâches à l’intérieur de l’entreprise (« fractalisation ») en unités toujours plus petites. Le degré de cette fractalisation dépend des décisions de la firme arbitrant entre l’augmentation de la productivité et le coût d’organisation de la production. Chaque ouvrier se retrouve alors avec une tâche de plus en plus spécialisée qui lui permet de maîtriser de mieux en mieux son exécution. À cette spécialisation s’oppose un processus d’organisation de l’hétérogénéité accrue de la firme, qui rend de plus en plus difficile la synchronisation des processus qui se déroulent dans l’entreprise. Il en découle un arbitrage entre un taux de croissance de la spécialisation et des coûts d’organisation, qui implique, dans ces modèles, un taux de croissance de l’économie stable à l’équilibre.

Qualité des facteurs de production

14Contrairement à ces modèles axés sur l’approfondissement de la spécialisation, une autre approche analyse les processus qui améliorent la qualité des facteurs de production. Le premier type de modèle, dans cette voie, examine la question du capital humain. Lucas (1988) introduit dans son modèle deux options parmi lesquelles les ouvriers peuvent choisir : soit ils passent un certain temps dans le secteur productif, soit ils augmentent leur savoir et leurs connaissances dans un secteur éducatif. Ce dernier leur permet d’accroître leur productivité (sans changement de l’environnement de travail). En se basant sur un modèle multisectoriel, Lucas considère que le secteur éducatif est caractérisé par des rendements constants puisque la formation peut être considérée comme un bien public. Étant donné que les rendements marginaux des deux secteurs sont égaux à l’équilibre, la croissance ne s’essouffle alors jamais dans ce modèle.

15En revanche, Aghion et Howitt (1992) examinent dans leur modèle de croissance dit « schumpéterien » l’avancement des biens intermédiaires et de la technologie : ce n’est plus le capital humain qui est au cœur de la croissance, mais l’amélioration du capital productif. En étendant la frontière technologique, les entreprises innovatrices augmentent leur productivité de travail. Une externalité apparaît alors puisqu’en introduisant une nouvelle qualité l’entrepreneur permet à l’ensemble des entreprises de produire plus efficacement. À l’équilibre, un arbitrage s’impose entre l’investissement en recherche et développement – destiné à l’introduction d’une nouvelle qualité – et la production permettant la réalisation des profits d’une telle innovation.

16Nous observons alors que les quatre types de modèles de croissance endogène génèrent des rendements d’échelle croissants au niveau macroéconomique. Pour fonctionner, ces modèles supposent l’existence d’externalités (au niveau microéconomique) pour faire émerger des rendements positifs et constants de capital. Ce sont ces externalités qui permettent de maintenir les incitations pour les producteurs à approfondir la spécialisation des facteurs de production ou d’améliorer leur qualité. L’externalité pouvant s’articuler à différents niveaux dans la chaîne de production, plusieurs modèles de croissance endogène s’imposent, dont chacun dispose d’un mécanisme de croissance original.

  • 6 Bassanini & Ernst (2002) ; Ernst (2001).

17L’indétermination des mécanismes de croissance et leur irréductibilité ne permettent donc pas a priori de connaître l’origine de la croissance observée à long terme. Plus encore, il est possible que la croissance dans un pays ne se fonde pas sur le même mécanisme que dans un autre ou alors que la source de croissance change au cours du temps dans un pays. D’autres facteurs doivent intervenir alors pour expliquer la sélection du mécanisme de croissance prévalant dans un pays. Selon nous, c’est l’environnement institutionnel qui est susceptible – via son impact sur les transactions économiques – de jouer ce rôle en facilitant certains mécanismes de croissance aux dépens des autres. La recherche qui a été conduite dans cette optique semble en effet indiquer que la spécialisation industrielle varie de manière significative avec l’environnement institutionnel6. La section suivante discutera alors plus en détail l’interaction des mécanismes microéconomiques qui peuvent expliquer une sélection du mode de croissance suivant les imperfections micro-économiques présentes.

L’incomplétude fondamentale des modèles de la croissance endogène

  • 7 Azariadis (1996).

18Les externalités identifiées comme source de croissance dans les modèles de croissance endogène permettent d’introduire dans la discussion l’environnement institutionnel comme facteur de détermination des trajectoires de croissance. Cela tient au moins à deux raisons : d’une part, la multiplicité des modèles de croissance endogène souligne en creux l’absence d’un modèle canonique susceptible de servir de base à l’ensemble des modèles existants (comme cela a été le cas pour le modèle de Solow). D’autre part, l’existence des externalités est la source d’une multiplicité d’équilibres à l’intérieur même de chaque modèle de croissance : dans la plupart de ces modèles, le taux de croissance à l’équilibre concurrentiel se distingue du taux de croissance optimal (optimum social qui aurait nécessité une intervention publique par exemple pour être atteint) ; sous certaines conditions, des trappes à pauvreté peuvent émerger, dans lesquelles les économies poursuivent des trajectoires de croissance sous-optimales en comparaison avec des équilibres concurrentiels alternatifs7. Ces mécanismes de croissance sous-jacents peuvent être liés à la microéconomie de la firme puisque c’est à ce niveau-là que les stratégies d’innovation et de croissance seront déterminées, avec des conséquences macroéconomiques importantes.

  • 8 Chentouf & Ernst (2001) ; Milgrom & Roberts (1997).

19L’ensemble des actions que peut entreprendre la firme afin de motiver toutes les parties prenantes varie en fonction des arrangements institutionnels présents, intégrant les relations sociales à l’intérieur desquelles la firme doit prendre ses décisions8. Le choix technologique lui-même est déterminé en partie par les arrangements institutionnels permettant de surmonter certains problèmes incitatifs. Par exemple, des technologies nécessitant une forte implication des salariés dans leur adoption et leur mise en œuvre seront favorisées par un système de relations de travail marquées par une forte coopération entre les salariés. L’inclination à coopérer sera d’autant plus grande qu’il y aura des acteurs collectifs, extérieurs à la firme, les protégeant contre tout abus. De cette manière, l’épargne sera orientée vers de tels projets d’investissements, si l’environnement institutionnel soutient des relations de travail favorables à l’exploitation maximale des opportunités qu’offre cette technologie. En revanche, si de telles structures n’existent pas, les investisseurs se tourneront davantage vers les technologies à faibles exigences en matière de relations de travail. D’une certaine manière, les institutions fournissent des opportunités de coopération, d’accumulation d’actifs spécifiques et d’investissement individuel (tel que la formation professionnelle) qui n’existeraient pas autrement. À partir du moment où la firme ne pourra pas assurer son financement de manière autonome, elle sera obligée de recourir au marché financier afin de satisfaire ses besoins en la matière, remettant en cause son autonomie. Une technologie qui permet une réalisation immédiate, ou une évaluation facile par le marché, n’aura pas besoin de relations de contrôle complexes, puisque le marché pourra sanctionner toute activité de l’entrepreneur par un retrait quasi-instantané des fonds prêtés. En revanche, une technologie nécessitant un certain temps de réalisation, ou caractérisée par une opacité qui rend impossible toute évaluation directe de la qualité du projet, implique d’autres types de relations entre le financier et l’entrepreneur.

20Il s’agira, pour nous, de comprendre les interdépendances pouvant émerger entre les relations à l’intérieur et celles à l’extérieur de la firme. La technologie étant influencée par les acteurs à l’intérieur de la firme, elle ne possède en rien un caractère objectif ; au contraire, le système d’incitations retenu par le management déterminera en partie les caractéristiques qu’elle aura par rapport aux financeurs extérieurs. Mais il y a un élément supplémentaire qui sera réellement à l’origine de l’interdépendance des différentes sphères institutionnelles : la multiplicité des facteurs de production qui implique la complémentarité des facteurs d’input ou des outils d’incitation. En effet, dès lors que la production ne relève pas d’un seul et unique facteur de production, chaque facteur influence par conséquent la productivité marginale des autres facteurs. Par exemple, les relations de travail existantes auront une influence importante sur la possibilité qu’a l’entreprise de s’engager dans certaines relations financières.

21Dans de telles conditions, la firme doit constamment arbitrer entre groupes d’intérêts extérieurs et intérieurs afin de rendre profitable sa stratégie d’investissement. La valeur de son projet de production dépendra en grande partie des types de relations dans lesquelles elle s’engage qui ne sont pas indépendantes les unes des autres. Puisque ces relations influencent simultanément cette valeur actualisée, les formes institutionnelles sur les différents marchés ne sont pas indépendantes mais interconnectées.

La Théorie de la Régulation et les complémentarités Institutionnelles

Des cinq formes institutionnelles à la complémentarité institutionnelle

22En sciences économiques, plusieurs théories tentent de mettre en avant la diversité institutionnelle et de la croiser avec la question des performances économiques des différents pays. Certaines font référence à une logique de cohérence macroéconomique d’ensemble pour expliquer l’impact de l’environnement institutionnel sur les performances économiques. D’autres suivent plutôt la logique examinée auparavant en proposant une théorie de la firme basée sur l’accumulation endogène des ressources entrepreneuriales. Néanmoins, toutes les théories ou presque insistent sur l’importance des effets systémiques susceptibles de créer un lien entre l’ensemble de l’environnement institutionnel et les performances de l’économie en question ; autrement dit, elles reposent sur l’existence d’une complémentarité entre les différentes dimensions de l’espace institutionnel analysé.

  • 9 ur une présentation détaillée de la théorie de la régulation, voir Boyer (1990).

23Une des théories les plus reconnues dans ce domaine est la théorie de la régulation (TR) qui trouve ses origines dans l’explication de la performance économique extraordinaire des pays de l’Europe de l’Ouest après la guerre et de leur ralentissement dans les années 19709. Ce ralentissement a été un véritable catalyseur pour le développement de cette théorie ; il montrait la nature fragile de la croissance et du régime d’accumulation lui correspondant. La théorie de la régulation s’efforçait alors de montrer la nature endogène de l’émergence de la crise et du ralentissement de la croissance, contrairement au courant dominant, qui insistait beaucoup plus sur des chocs exogènes qui auraient été à l’origine de la crise.

24L’abstraction à laquelle se livre la théorie de la Régulation consiste à structurer l’analyse du système marchand en plusieurs fonctions fondamentales et, par conséquent, à considérer plusieurs champs institutionnels pour en déduire des formes institutionnelles différentes : chaque marché serait ainsi structuré par différents mécanismes construisant les interactions entre les acteurs. À titre d’exemple, l’organisation du marché des produits peut résulter d’un jeu oligopolistique entre quelques firmes dominantes tandis que le marché du travail peut se voir encadré par des syndicats puissants qui négocient les salaires au niveau de chaque branche. Selon ce courant, il serait possible de dégager au moins cinq formes institutionnelles : (i) le rapport salarial, présenté comme la forme la plus fondamentale, assurant la production de la plus-value dans un système économique, (ii) le système financier, assurant la transformation de l’épargne en investissement productif, (iii) les formes de concurrence, déterminant la réalisation de la plus-value, (iv) le système monétaire international, garantissant les relations internationales et l’exploitation des avantages comparatifs de chaque pays, et (v) les compromis institutionnalisés (l’État), qui résolvent les conflits de distribution.

25Chaque forme institutionnelle serait alors caractérisée par une organisation particulière de son champ qui détermine son fonctionnement : ce n’est qu’à partir du moment où le système des cinq formes institutionnelles trouve une cohérence d’ensemble que le régime d’accumulation qui en résulte sera stable. En revanche, à partir du moment où une de ces cinq formes évolue vers une configuration incohérente avec les autres, une crise émerge mettant en danger la stabilité de l’ensemble du système institutionnel ; cette crise peut entraîner une modification des autres formes institutionnelles. D’où l’analyse de la crise des années soixante-dix et la fin des « trente glorieuses », lue comme étant provoquée par un changement du rapport salarial qui conduit le régime d’accumulation en place – basé sur une production en masse des produits standardisés – vers un nouveau régime dont la caractérisation restait jusqu’au milieu des années 1990 très controversé, du moins pour les pays européens.

  • 10 En particulier, la discussion du rôle de l’État a été l’objet de critiques récu (...)

26Outre la critique, dans certains cas, du traitement des différentes formes institutionnelles que prévoit la théorie de la régulation10, l’analyse du système économique par une construction taxinomique prédéfinie pose des problèmes plus fondamentaux. En effet, à partir du moment où le système évolue dans un sens qui n’est plus couvert par cette taxinomie initiale, la pertinence de cette grille de lecture et sa cohérence d’ensemble semblent mise en cause. Il apparaît ainsi que le système éducatif a été mis à l’écart, dans la version initiale de la formulation de la théorie de la régulation, et ne peut être intégré désormais qu’en abandonnant une taxinomie qui suit les fonctions économiques bien définies et exclusives car le système éducatif touche à plusieurs domaines – le marché du travail, l’État, le système financier. Son intégration dans la taxinomie existante fragiliserait sa pertinence. Se pose alors à la TR la question du choix de la stratégie de recherche permettant d’emblée d’intégrer – via une certaine flexibilité analytique – l’émergence de nouvelles formes institutionnelles : soit en acceptant une modification de la taxinomie initiale de manière ad hoc, soit en transcendant l’analyse taxinomique vers un appareil analytique plus abstrait.

27Par ailleurs, l’approche taxinomique a tendance à minimiser le rôle des interactions à l’intérieur de chaque forme institutionnelle. La taxinomie introduit des frontières arbitraires dans l’analyse du système entre ce qui appartient à l’ensemble du système et ce qui fait partie seulement d’un sous-système (d’une forme institutionnelle particulière). Or, souvent les liens existent entre des éléments de différents sous-systèmes qui, eux, sont connectés à l’intérieur de la forme institutionnelle à laquelle ils appartiennent. Une telle délimitation ad hoc ne facilite alors pas l’analyse de la dynamique du système entier et rend plus difficile une analyse plus détaillée des mécanismes d’intermédiation à l’intérieur de chaque forme institutionnelle. À nouveau, il apparaît que l’abandon d’une taxinomie initiale en faveur d’une analyse plus abstraite pourrait résoudre en partie ces problèmes, même au prix d’une plus grande complexité analytique. Celle-ci aurait par ailleurs l’avantage d’une plus grande flexibilité permettant d’analyser avec plus de détails les mécanismes d’intermédiation qui existent entre les formes institutionnelles aussi bien qu’à l’intérieur de chaque forme institutionnelle.

28L’approche des complémentarités institutionnelles vise alors une abstraction à un niveau plus élevé (la « double abstraction ») qui permet la réduction de l’analyse institutionnelle à des éléments plus fondamentaux, sans pour autant passer par une taxinomie des fonctions économiques. L’idée principale consiste à caractériser les différentes formes d’intermédiation de l’échange pour pouvoir distinguer ce qui relève de l’ordre de l’intermédiation marchande de ce qui appartient à l’intermédiation institutionnelle. Comme nous le verrons par la suite, cette intermédiation institutionnelle désigne toutes les formes de coordination qui structurent les interactions des agents économiques autrement que par un système de prix, tout en respectant un certain nombre de conditions préalables à leur existence et leur fonctionnement.

  • 11 L’analyse permet néanmoins de déterminer leur fonction dans le système économiq (...)

29Cette distinction entre différentes formes d’intermédiation et d’échange interpersonnel permet alors de définir des éléments de base d’une analyse institutionnelle, qui sont indépendants de la fonction concrète qu’ils occupent dans le système de la reproduction économique11. Une telle indépendance ouvre la possibilité à une analyse détaillée des mécanismes de leur interaction. Ainsi, il est possible de décortiquer les systèmes institutionnels dans leurs différents éléments, pour ensuite analyser les interactions pouvant exister entre ces éléments de manière séparée. Ce n’est qu’à partir du moment où l’analyse de certaines interactions est bien établie que la recherche peut remettre tous ces éléments ensemble pour donner un aperçu global du système socioéconomique en question.

La représentation des institutions

30Cette « double abstraction » que propose la théorie des complémentarités institutionnelles pose d’abord la question des éléments fondamentaux qui en constituent la base. Nous développerons une approche institutionnelle considérant les institutions comme l’ensemble des interactions non-marchandes, ensemble caractérisé par une certaine stabilité dynamique et indépendant des décisions stratégiques individuelles. Il s’agit des mécanismes d’arbitrage entre les intérêts des individus qui ne font pas appel à un marché et un système de prix. Ce dernier – d’ailleurs une institution de plein droit – utilise le moyen de prix à l’intérieur d’un cadre lui-même bien défini par des règles et conventions pour équilibrer les intérêts différents. Dans notre conception, les institutions constituent alors des mécanismes alternatifs au marché et au système de prix, permettant de réguler les relations sociales, là où les marchés sont absents.

31Dans leurs choix et décisions individuels, les agents économiques ne sont pas seulement influencés par leur contrainte budgétaire individuelle, mais également par des normes et comportements sociaux qui leur imposent des restrictions supplémentaires. Ces restrictions peuvent être incorporées de manière implicite dans leur comportement – elles sont alors internalisées par les agents –, ou alors suivre un mécanisme plus standard via des coûts externes subis en cas de comportement non-conforme. Dans les deux cas, on parlera de règles qui structurent les actions des agents individuels aussi bien que les types et directions des interactions sociales dans lesquelles les agents individuels sont engagés.

  • 12 Habermas (1987).
  • 13 Mesure (1999).

32Dans la littérature institutionnelle, la règle fournit la pièce centrale de l’explication des fonctions d’une institution. La confusion fréquente entre « règles », « conventions » et « institutions » est d’autant plus regrettable que la différenciation des trois concepts permet de distinguer entre plusieurs mécanismes de construction sociale, importants pour comprendre l’impact économique des mécanismes d’intermédiation sociale non-marchands. Cette optique a d’ailleurs mis à l’écart une dimension importante de l’institution : il s’agit de sa légitimité qui explique son impact sur les interactions sociales, et représente un mécanisme de reproduction indispensable pour toute compréhension de crise institutionnelle. En effet, l’impact qu’une institution peut avoir sur l’espace social des interactions dépend de sa légitimité ; sa propre existence réside dans son acceptation par les agents individuels. Seule une institution légitime peut développer le pouvoir d’imposer les règles qui contraignent les actions individuelles ou de fournir les signaux nécessaires pour influencer les anticipations des acteurs. Néanmoins, la légitimité d’une institution n’émerge pas de manière automatique mais dépend des processus acceptés par les acteurs et donc d’une certaine éthique de discussion12. Une telle éthique est régulièrement confrontée au problème de la régression à l’infini, la légitimité d’une institution reposant sur des processus d’interaction eux-mêmes sujets à leur propre problème de légitimité et ainsi de suite13. La détermination du processus politique et de la légitimité d’une institution peut provenir de sa performance socio-économique, selon les critères qui sont eux-mêmes issus d’un tel processus de détermination politique. Ici, il ne s’agit pas d’analyser la dynamique qu’un tel processus peut engendrer mais plutôt de mettre en avant l’importance de l’effet socioéconomique produit par l’institution comme étant une caractéristique fondamentale, et un élément clé, d’une définition d’une institution, en dehors et au-delà de toute dérive fonctionnaliste. La performance socioéconomique, caractéristique d’une institution et fondement de sa légitimité, peut varier au cours du temps, mais elle reste fondamentale quant à la conception du rôle de l’institution dans la société.

33Au-delà de cet aspect de performance, le terme d’institution doit également intégrer les aspects de sa construction sociale et de son mode d’intervention, deux aspects qui ne sont pas couverts par le concept de règle. Pour ce faire, les institutions doivent être considérées comme étant actives dans la dynamique sociale ainsi que sujettes à un processus politique qui peut changer leur orientation.

34Une troisième dimension des institutions renvoie à leur rôle d’acteurs qui – en interagissant avec d’autres institutions-acteurs – produisent des régularités et des régulations qui encadrent les décisions des acteurs individuels. Ainsi, à titre d’exemple, l’institution d’une banque centrale peut opter pour une approche plus ou moins conservatrice en matière de politique monétaire.

  • 14 Aoki (2001).

35Le mode d’intervention d’une institution ne se limite pourtant pas à délimiter certaines règles. Il est également affecté par la perception et l’anticipation des acteurs individuels quant à ses canaux de transmission. En particulier, la règle imposée par une institution peut susciter plus ou moins de réaction de détournement ; si les acteurs considèrent la non-conformité comme la règle implicite, la règle formelle ne pourra plus être considérée comme le résultat de l’activité institutionnelle. Il est donc important de noter que le mode d’intervention d’une institution passe par un équilibre d’anticipation et de croyance des acteurs14.

  • 15 Stein (1997).

36L’opposition entre l’institution comme règle et l’institution comme équilibre de croyances n’est qu’apparente. En effet, selon la première version, les institutions limitent le champ des stratégies à la disposition des acteurs économiques ; certains équilibres ou configurations stratégiques deviennent donc inaccessibles à l’interaction sociale. En revanche, selon la deuxième représentation des institutions, leur présence ou absence affecte la façon dont les acteurs économiques perçoivent le jeu et leur espace de stratégies ; elles structurent le champ des interactions entre les agents. Néanmoins, le rôle des institutions est similaire dans les deux approches puisqu’elles permettent la coordination sur certains équilibres qui ne seront pas atteints par le libre jeu des acteurs individuels : dans le premier cas, la réduction des options et des choix disponibles y contribue. Dans le deuxième cas, c’est la construction d’un modèle mental qui modifie la structure des gains anticipés par les agents15.

37Par conséquent, la présence d’une institution affecte la façon dont les acteurs économiques perçoivent le jeu et leur espace de stratégies ; les institutions structurent alors le champ des interactions entre les agents. Leur rôle est donc similaire à celui des règles du jeu même si les acteurs n’en sont pas nécessairement conscients. Les institutions fournissent un signal permettant de coordonner les décisions individuelles via les anticipations des acteurs ; en absence d’un tel signal, l’incertitude quant à l’opportunité de poursuivre telle ou telle stratégie bloquerait les acteurs individuels dans des situations sous-optimales caractérisées par une protection maximale vis-à-vis de cette incertitude qui laisserait passer des opportunités.

38Nous définirons une institution comme un arrangement social légitime perçu comme stable qui structure activement les interactions entre agents et organisations ; elle change sous l’influence d’une modification de sa légitimité.

Complémentarités institutionnelles et coévolution

39Une telle conception des institutions peut être mobilisée pour la compréhension d’un système institutionnel constitué par plusieurs relations non-marchandes. Intervient ici la notion de complémentarité institutionnelle qui vise à rendre intelligible une telle interdépendance et à développer des outils d’analyse pour considérer les effets des systèmes institutionnels sur la croissance économique.

  • 16 La désirabilité d’un résultat est une fonction directe du mécanisme de légitimité d’une (...)

40Deux concepts connexes peuvent être considérés lorsque l’on analyse les complémentarités institutionnelles. D’une part, il s’agit d’identifier les effets systémiques – c’est-à-dire les effets provoqués par la coexistence de deux ou plusieurs institutions – sur la performance économique et de les comparer avec les effets individuels. Une complémentarité institutionnelle existe lorsque le système des institutions engendre des résultats qui sont perçus comme plus désirables par la société que l’effet de chaque institution prise à elle seule16. On parlera de complémentarité institutionnelle si la légitimité de l’ensemble de deux formes institutionnelles est plus importante que celle de chaque forme institutionnelle prise individuellement. Le critère de la légitimité et de la performance (ou du bien-être social) est d’ailleurs crucial pour distinguer la complémentarité institutionnelle d’une simple dissimilarité, qui existe sans aucun doute lorsque la structure institutionnelle varie d’une économie à l’autre. Ce n’est que dans la mesure où la dissimilarité implique une amélioration des performances qu’une complémentarité peut exister.

41Deuxièmement, il est important d’étudier les conséquences dynamiques des arrangements institutionnels sur leur champ de viabilité et de reproduction. Ce deuxième sens implique la nécessité d’une compatibilité dynamique pour que l’existence d’un système institutionnel puisse se reproduire dans le temps. Nous désignerons ce phénomène par le terme de « coévolution ».

42Cette compatibilité dynamique entre deux arrangements institutionnels renvoie à la question de la stabilité à long terme d’un système institutionnel multidimensionnel. Il s’agit d’analyser si les effets concernant les incitations et la coordination entre agents permettent aux différents liens institutionnels de se reproduire une fois la dynamique de l’économie, et de garantir une stabilité du système socio-économique. Comme l’impact d’une institution sur la performance économique dépend de sa légitimité qui détermine l’adhésion des agents à ses règles ou la croyance des agents à l’efficacité du signal envoyé par l’institution, la condition de reproduction institutionnelle sera déterminée de manière endogène par la performance institutionnelle elle-même. Une telle interaction entre la reproduction d’un arrangement institutionnel et la performance économique peut alors impliquer une trajectoire socioéconomique le long de laquelle les conditions de viabilité et la performance économique s’affectent mutuellement.

  • 17 Lordon (1994).

43D’autre part, il importe d’analyser si certains systèmes institutionnels vont de pair avec une stabilité (au moins) locale du système socioéconomique. La question de la stabilité n’étant pas résolue par la performance économique à elle seule, certaines configurations institutionnelles peuvent s’avérer stables malgré l’existence d’autres configurations impliquant des résultats socialement plus désirables (effet de lock-in). En même temps, une configuration globalement optimale peut s’avérer instable, laissant comme seul équilibre de long-terme la configuration dominée selon le critère des objectifs sociaux17.

44La relation étroite entre les différentes institutions et leur processus de légitimation (via les performances économiques) nous permet alors d’introduire la notion de la coévolution, afin de rendre compte de deux types de causalité dynamique allant dans les deux sens et affectant la stabilité locale d’une configuration institutionnelle. Le processus de la co-évolution désigne l’interaction dynamique entre deux institutions via l’influence mutuelle sur leurs processus de légitimation. On parle d’un équilibre stationnaire quand ce processus est stable (on est alors renvoyé aux complémentarités institutionnelles).

  • 18 D’une certaine manière, des similarités avec une approche dialectique existent, voir Böhr (...)

45La coévolution relevant d’un processus de rétroaction entre l’espace des performances économiques et celui des institutions, une boucle émerge dans ce cas, transcendant la causalité initiale constituée par la complémentarité institutionnelle18. Les actions ou les décisions soutenues par les institutions contribuent elles-mêmes à renforcer le poids des institutions dans l’économie. Un processus cumulatif peut donc être déclenché.

  • 19 Lordon (1994 : 238-249).

46Deux dimensions importantes sont alors à noter dans l’application du concept de la coévolution. D’une part, il convient d’analyser la temporalité des différents processus qui se déroulent dans l’économie ; d’autre part, il faut prendre en considération le changement institutionnel sur lequel repose tout processus coévolutif. Le rôle irréductible des institutions dans la coordination des agents nécessite que la dynamique institutionnelle intervienne sur un temps plus long et à l’extérieur des calculs stratégiques des agents. Si les institutions évoluaient à la même vitesse que les autres variables économiques, leur rôle serait alors fragilisé puisque l’instabilité institutionnelle ne permettrait plus l’équilibre des anticipations. Par conséquent, dans la logique des institutions, il s’agit d’un horizon de temps différent de celui de la sphère économique. Tandis que la sphère économique évolue selon sa temporalité propre, la transformation de la sphère institutionnelle se produit à une vitesse beaucoup plus lente. Ainsi, la coordination des agents économiques devient possible même si elle peut disparaître subitement suite à des variations catastrophiques impliquées par le processus coévolutif19. Par ailleurs, la notion de la coévolution nécessite une discussion du changement institutionnel pour être intelligible. Nous avons insisté sur le fait qu’une institution n’est pas influencée par des considérations stratégiques, qu’un changement d’une décision individuelle ne pourra pas avoir un impact sur le rôle des institutions dans les interactions sociales. Dès lors, tout changement et toute modification de l’impact d’une institution sur la sphère économique nécessite que des décisions collectives se transforment. Pour comprendre le changement institutionnel, il est alors important de rendre compte de la dynamique des décisions collectives. Une modification des décisions d’un grand nombre d’acteurs peut alors provoquer un changement institutionnel majeur. L’engagement des acteurs reste donc important pour expliquer la viabilité et la reproduction du système institutionnel en cours.

47 Aussi, la coévolution repose-t-elle sur la dynamique simultanée des sphères institutionnelle et économique. En relation avec des complémentarités institutionnelles, des équilibres multiples peuvent émerger, dont la stabilité dépend d’un renforcement mutuel de la performance économique et de la légitimité institutionnelle. Dans les applications que nous présenterons dans la section suivante, nous montrerons qu’une telle stabilité peut être difficile à atteindre. Par ailleurs, les complémentarités institutionnelles peuvent empêcher l’émergence d’un équilibre économique différent malgré une performance sous-optimale.

Applications : Régimes de croissance et coévolution

48Le concept des complémentarités institutionnelles nous permet d’analyser des trajectoires de croissance et de comparer la performance observée des pays industrialisés. Dans un premier temps, nous analyserons l’impact des institutions sur les équilibres économiques, pour ensuite discuter la dynamique coévolutive qui peut en résulter. Dans un deuxième temps, nous montrerons comment un tel processus de coévolution peut engendrer des cycles économiques de manière endogène.

Système d’institutions et régimes de croissance20

  • 20 Les détails du modèle discuté ont été élaborés dans Ernst (2001 : ch. 5).

49Nous avons évoqué le rôle majeur que peuvent jouer les institutions dans l’explication des stratégies de croissance de l’entreprise : la spécialisation des firmes dans différentes industries dépend de manière cruciale de la présence de certaines institutions qui permettent de contourner des problèmes d’incitation, de coordination, et de coopération entre acteurs pouvant exister en cas d’asymétrie d’information.

  • 21 Voir Bassanini & Ernst (2002) pour une discussion détaillée de ces aspects.
  • 22 À ce propos, il est alors important de noter qu’une telle compression salariale émerge ré (...)
  • 23 Cahuc & Michel (1996) ; Agell (1999).

50Nous allons proposer un exemple de modélisation du lien entre différentes institutions (déterminant l’offre de capital humain et les modalités de financement), la spécialisation des firmes (ici dans le secteur innovateur) et le développement de l’activité économique. En effet, un des mécanismes, par lequel l’environnement institutionnel importe sur la stratégie de croissance de l’entreprise, concerne le capital humain et les incitations que peuvent avoir les employés à investir dans ce capital. L’offre de capital humain est susceptible d’être influencée par la structure des salaires qui affecterait ainsi la trajectoire de croissance. Une structure des salaires compressée diminue l’offre pour la partie supérieure des employés qualifiés, tandis qu’elle l’augmente pour la partie inférieure21. En même temps, la compression des salaires donne également des incitations aux employeurs d’investir dans le capital humain de leurs employés, suite à la différence entre productivité marginale et salaire qui émerge avec une telle compression salariale22. L’offre de capital humain peut être considérée comme endogène, et être fonction de l’environnement institutionnel du marché du travail, elle peut donc dépendre de la présence d’un syndicat négociant des salaires plus élevés pour des catégories moins qualifiées. Néanmoins, l’augmentation de l’offre de capital humain via une structure de salaires compressée n’interviendra pas de manière automatique. En effet, une augmentation de salaire pour les salariés peu qualifiés peut engendrer du chômage pour cette catégorie de salariés. C’est alors la perspective d’une trappe de chômage qui peut constituer l’incitation nécessaire pour les jeunes de continuer leur formation afin d’accéder à des emplois mieux qualifiés23. Ainsi, le problème du chômage serait (partiellement) contourné, tandis que l’économie dans son ensemble en bénéficie avec un taux de croissance supérieur. Néanmoins, dans ce modèle, la stratégie de la formation ne peut aboutir qu’à condition que les salariés nouvellement formés puissent trouver un emploi dans le secteur « innovateur » (en opposition au secteur non-qualifié supposé produire des biens homogènes : voir graphique 1).

51Mais l’investissement dans ce secteur d’innovation – nécessitant l’engagement du financier dans des projets plus risqués que sur le marché des biens homogènes – dépend d’un financement à long terme. Seul un financier, disposant de suffisamment de pouvoir de marché pour pouvoir sélectionner ses débiteurs, sera capable de s’assurer un rendement suffisamment élevé qui justifie l’exposition au risque plus importante. Le marché financier constitue alors un mécanisme d’auto-sélection en proposant un taux d’intérêt relatif au type d’investissement. Avec un financement pour les entreprises innovatrices qui est plus cher que celui du marché obligataire, seules les bonnes entreprises innovatrices accepteront de telles conditions de financement. Par ailleurs, le mécanisme d’auto-sélection est d’autant plus efficace que la différence des taux est importante : moins l’écart est grand, plus des entreprises peu performantes vont essayer d’obtenir un financement pour des projets d’innovation peu rentables. La structure du secteur financier déterminera la taille et le rendement du secteur innovateur et le taux de croissance de l’économie qui, lui, dépend du taux d’innovation, suivant les considérations que nous avons exposées dans la section 2.

52Une situation émerge alors dans laquelle l’investissement dans le secteur d’innovation devient rentable, à condition qu’il y ait suffisamment de travail qualifié et de financement à long terme : les acteurs collectifs – les syndicats et les banques– fournissent, dans ce cas, les incitations nécessaires à la réalisation de tels investissements. L’existence d’un tel équilibre n’est pourtant pas garantie puisque c’est uniquement dans une situation où l’offre de capital humain correspond à la taille du secteur innovateur que les entreprises et les employés auront un rendement suffisamment important pour leur investissement (en capital physique et humain) pour pouvoir le justifier.

Graphique 1. Interactions entre différents segments du marché du travail

Graphique 1. Interactions entre différents           segments du marché du travail

53Un problème de coordination peut se manifester alors, rendant nécessaire la concordance entre l’offre du capital humain, indirectement déterminée par la présence des syndicats, et l’offre de financement à risque permettant de créer des entreprises innovatrices, garantie par un secteur financier suffisamment développé. En absence d’une de ces deux conditions, l’équilibre caractérisé par un secteur innovateur développé ne pourrait être atteint, avec des conséquences importantes pour le taux de croissance ; seul l’équilibre à croissance faible et sans secteur innovateur sera à la portée des agents.

54Par ailleurs, il est possible d’analyser la dynamique d’un tel système si l’on admet un changement endogène du secteur financier et de l’importance des syndicats. Une coévolution émerge alors entre l’espace institutionnel – déterminé par les performances économiques – et l’espace économique – déterminé par la présence d’acteurs institutionnels forts. Il est alors possible de démontrer la stabilité des deux équilibres que nous venons d’analyser.

55Sur le marché du travail, une augmentation de la syndicalisation rend les ouvriers de plus en plus enclins à la grève et leur permet donc de demander des salaires de plus en plus élevés : ceci donne une incitation aux non-syndiqués de rejoindre le rang du syndicat, mais diminue en même temps la demande de travail dans le secteur du travail non-qualifié. L’équilibre entre ces deux forces opposées est déterminé par les autres variables institutionnelles et économiques. De l’autre côté, sur le marché financier, un secteur bancaire en croissance permet de financer de plus en plus de projets d’innovation. En même temps, la compétition accrue ne permet plus comme avant au taux d’intérêt de jouer son rôle de mécanisme d’auto-sélection. À offre de capital humain donnée, la croissance du secteur bancaire s’essouffle inévitablement.

56Notons finalement que le problème de coordination, qui est à la base d’une telle multiplicité d’équilibre, provoque également un changement de régime si – pour des raisons exogènes – une des deux dimensions de l’espace institutionnel n’est plus en mesure de jouer son rôle incitatif : lorsque le secteur bancaire ne sélectionne plus de manière suffisante les bons projets d’innovation, le rendement décline rapidement, pénalisant ainsi l’investissement en capital humain que les non-qualifiés peuvent entreprendre. Symétriquement, un choc intervenant sur le marché du travail concernant la syndicalisation peut diminuer les incitations aux salariés non-qualifiés de suivre une formation, diminuant ainsi le rendement que les firmes innovatrices peuvent espérer, suite à un pool de travailleurs qualifiés trop faible. À nouveau, l’économie risque de se retrouver proche d’une situation de faible croissance.

Coévolution cyclique

57Le modèle précédent se prête à une extension en introduisant une dynamique entre différentes institutions et en analysant ainsi plus en détail la coévolution entre secteur financier et institutions du marché du travail. Alors que dans l’application précédente un tel processus coévolutif permettait d’atteindre l’un ou l’autre des équilibres socioéconomiques, nous allons montrer ici qu’une telle stabilité n’est aucunement inhérente à la coévolution qui peut au contraire imposer au système socio-économique un processus cyclique.

58Comme point de départ, nous pouvons nous concentrer sur l’histoire récente d’un certain nombre de pays industrialisés qui ont connu un changement considérable de leur environnement institutionnel. À titre d’exemple, Altvater, Hoffmann et Semmler (1982) nous invitent à considérer que le changement institutionnel en Allemagne était lié à une modification de l’ensemble des stratégies à disposition des acteurs collectifs, telles que les syndicats ou les organisations patronales. Ces stratégies ont permis à ces acteurs de réagir différemment à une modification de certaines caractéristiques de la performance économique (taux de croissance, volatilité et cycles conjoncturels). Cependant, ces changements de stratégie ne sont pas intervenus au cours d’un cycle conjoncturel, mais se manifestent plutôt lentement en réponse aux changements structurels des données économiques fondamentales. Ainsi, on peut représenter l’espace des performances macroéconomiques important pour la reproduction des institutions, comportant deux éléments : le taux de croissance et sa volatilité. Comme auparavant, nous nous concentrerons sur les négociations collectives et le secteur financier comme deux domaines particulièrement importants pour des considérations stratégiques des acteurs collectifs comme les syndicats et des banques.

59Le syndicat détermine sa stratégie de négociation en fonction des préférences de ses membres. Un changement de la situation économique d’une partie d’entre eux peut alors impliquer une modification des objectifs poursuivis. Tant qu’une majorité des membres n’est pas concernée par des licenciements ou la stabilité d’emploi, le syndicat insistera sur une augmentation des salaires dans la période suivante. Cependant, aussitôt qu’un choc externe implique une augmentation sensible de l’insécurité d’emploi, la majorité peut changer et opter pour une politique plus prudente et/ou pour des moyens supplémentaires visant à augmenter la stabilité de l’emploi. Il peut même y avoir une période de diminution continue de la stabilité de l’emploi pendant laquelle la stratégie de maximisation de salaire semble toujours être optimale et sera poursuivie ; dans ce cas, un revirement de stratégie syndicale peut intervenir soudainement, poussant le syndicat à intégrer des aspects de stabilité de l’emploi dans son processus de négociation salariale.

60Une évolution similaire peut se produire au niveau des investisseurs financiers et des banques. Il peut être intéressant pour des investisseurs financiers d’investir directement sur le marché boursier, évitant ainsi des coûts considérables d’intermédiation associés aux opérations bancaires. Tant que la plupart des chocs dans une économie sont idiosyncrasiques pour la firme ou au niveau de la branche, ces investisseurs ne devront faire face – grâce à la diversification de leur portefeuille – qu’à un risque systémique faible et pourront tirer l’avantage entier de leur placement direct dans le marché boursier. Cependant, avec une ouverture économique accrue et/ou une interdépendance économique approfondie, ce risque systémique – non diversifiable – peut augmenter. Un acteur économique capable d’investir un montant considérable dans un actif à long terme peut dans ce cas fournir une assurance contre ce type de risque et donc contribuer à une élimination du risque collectif (Allen et Gale, 1997).

61À partir de ces éléments, il est possible de proposer une interprétation du changement endogène institutionnel en le rapprochant à la modification de la décision stratégique d’un acteur institutionnel. Trois acteurs sont supposés disposer d’un espace de stratégies simples, à deux dimensions, chacun : les firmes, les syndicats et les investisseurs financiers. Les firmes ont accès à une technologie à long et court termes : la productivité de la technologie à long terme dépend de façon cruciale de la stabilité de l’emploi ; si la firme est obligée de licencier une partie de sa main-d’œuvre, cette technologie ne rapporte pas de profits. La technologie à court terme, de son côté, est plus flexible et permet une rotation facile de la main-d’œuvre.

62Deuxièmement, les syndicats ont la possibilité soit de négocier les salaires soit de se servir d’un instrument supplémentaire pour augmenter la stabilité de l’emploi : ce second élément pourrait par exemple renvoyer à une décision favorable pour la formation du capital humain qui contribue à réduire le risque idiosyncrasique au niveau de la firme. En optant pour cette deuxième stratégie, le syndicat peut contribuer à la stabilité de l’emploi, acceptant en même temps un salaire négocié plus faible. En optant pour la première stratégie, par contre, le syndicat ne mise que sur le gain à réaliser en période court sans pour autant prendre en considération l’impact sur l’emploi à long terme.

63Finalement, les investisseurs financiers ont le choix d’investir directement sur le marché boursier ou de placer leurs capitaux dans une banque. Le premier choix leur donne le plein accès au flux des dividendes, tandis que dans le deuxième cas, ils doivent se partager les coûts d’intermédiation. Les deux stratégies ont des impacts différents sur la distribution du risque et la disponibilité d’information dans l’économie. En particulier, tandis que dans la première situation, l’entreprise sera obligée de quitter le marché lorsqu’un choc négatif affecte sa profitabilité de manière importante, dans la deuxième situation, les banques interviendront pour restructurer l’entreprise, ce qui garantit son fonctionnement à long terme.

64Il en résulte un jeu de coordination produisant des équilibres multiples (cf. graphique 2). Dans un tel système d’interactions stratégiques, exposé à la complémentarité stratégique, les firmes, les investisseurs financiers et les syndicats ont tous la possibilité de renforcer la stabilité de l’état stationnaire en sélectionnant une stratégie de long terme. Leurs différentes stratégies concernent plusieurs aspects du processus de production et de son financement de manière à ce qu’une complémentarité entre les trois stratégies de long terme soit possible. En revanche, la stratégie de long terme n’étant bénéfique qu’au cas où au moins un des autres joueurs sélectionnerait le même type de stratégie, cette complémentarité implique également des problèmes de coordination.

Graphique 2. Le cycle conjoncturel comme « impulseur » institutionnel

Graphique 2. Le cycle conjoncturel comme           « impulseur » institutionnel

65Cependant, l’analyse macroéconomique suggère que l’interdépendance entre des acteurs microéconomiques peut avoir un impact considérable sur la structure de risque de l’économie et par conséquent sur les choix stratégiques que les acteurs institutionnels (et a fortiori les firmes) entreprendront.

66Par ailleurs, en retenant explicitement le caractère décentralisé d’une telle économie et en remarquant que les acteurs collectifs n’interviennent qu’au niveau de chaque pôle de production, on peut observer que leurs stratégies ne sont pas nécessairement coordonnées au niveau macroéconomique. Il est alors possible de démontrer la faible stabilité des équilibres qui résultent du jeu de coordination. En particulier, le caractère de bien public d’une stabilisation de l’économie par une stratégie de long terme dont les bénéfices se répandent en partie sur l’ensemble de l’économie réduit fortement l’incitation à adopter cette stratégie si la volatilité macroéconomique n’est pas trop élevée. Dans le même sens, on peut analyser le problème de l’efficacité informationnelle lorsqu’une grande partie de l’information sur les entreprises n’est plus disponible publiquement suite à un financement exclusivement bancaire.

67Deux situations sont alors possibles. D’une part, un équilibre mixte peut émerger avec la coexistence d’un fort secteur bancaire et d’un marché boursier bien développé, les équilibres en coin disparaissant en faveur de cet état stationnaire intermédiaire. D’autre part, un cycle stratégique peut s’imposer pour lequel aucun équilibre stationnaire n’est possible, et les acteurs continuent à changer de stratégies de manière à générer des fluctuations aussi bien stratégiques qu’économiques.

68Le caractère de bien public d’une économie stabilisée provoquera donc un comportement cyclique de choix stratégiques entrepris par les banques et les syndicats. En cas de probabilité de survie élevée, la stratégie de long terme des syndicats n’est pas suffisamment bénéfique pour les ouvriers et les incitent à opter pour une stratégie de maximisation des salaires. À partir du moment où de plus en plus de syndicats opteront pour cette stratégie de court terme, les investisseurs financiers commenceront à leur tour à reconsidérer leur stratégie actuelle et préféreront éventuellement adopter une posture de plus court terme afin de se défaire de leurs coûts bancaires excessifs. Cette modification augmentera par la suite la volatilité et le risque systémique de l’économie contribuant ainsi à un nouveau retournement stratégique des syndicats. Nous pouvons donc parler d’un cycle institutionnel puisque les caractéristiques de l’environnement économique et institutionnel varient de manière cyclique au cours du temps.

Conclusion

69La réflexion sur les modèles de croissance endogène nous a amenés à une caractérisation du fonctionnement des régimes de croissance, soulignant les équilibres multiples qui peuvent intervenir du fait des interactions entre institutions et sphère économique. Via le choix technologique de la firme, nous avons analysé l’impact de l’environnement institutionnel sur les caractéristiques du régime d’innovation et par conséquent sur le régime de croissance en vigueur dans une économie. Nous avons alors procédé à une discussion sur le rôle des institutions dans la dynamique économique pour montrer l’interdépendance qui existe entre la sphère institutionnelle et la sphère économique et introduire le concept de la coévolution.

70Par la suite, nous avons utilisé ces considérations pour l’explication des équilibres multiples et l’instabilité des régimes de croissance. Notamment, nous avons montré comment l’interaction entre les institutions sur le marché financier et sur le marché du travail peuvent affecter l’accumulation du capital humain et la sélection technologique par les firmes. Différents équilibres peuvent alors émerger, correspondant à différents régimes de croissance. Par ailleurs, la stabilité de ces régimes n’est pas garantie puisque les arrangements institutionnels eux-mêmes peuvent contribuer à une perte de stabilité lorsque l’équilibre est atteint ; dans une telle situation des cycles institutionnels émergent et l’économie oscille entre les différents équilibres qui caractérisent la sphère économique.

71Ainsi, nous avons pu expliquer la multitude de modèles de croissance endogène, qui a été notre point de départ, pour les intégrer dans une analyse socioéconomique plus vaste. Néanmoins – malgré une telle extension de l’analyse économique proprement dite et malgré une telle réinterprétation des modèles de croissance – nous n’avons pas pour l’instant dépassé le stade de la typologie des régimes de croissance que nous avons présenté dans le tableau 1. Les véritables sources de croissance – entendues comme le moteur qui permet un accroissement de la production des biens et services – ne sont pas à ce stade d’analyse expliquées. À moins de supposer l’insatiabilité des besoins et de l’utilité individuelle, rien ne garantit dans les modèles de croissance endogène que la nouvelle variété de biens ou de services introduite générerait suffisamment de profit pour être rentable. Une telle hypothèse nécessiterait elle-même une analyse plus détaillée pour être pleinement justifiée.

72Enfin, au-delà d’une analyse de ses fondements technologiques, il importerait d’analyser plus en détail le fondement moral des sociétés capitalistes, pour comprendre l’impact de l’environnement institutionnel sur la formation des préférences. Le (ou les) moteur(s) de la croissance doivent donc pouvoir être trouvés dans les relations sociales d’une société moderne, qui expliqueraient l’accroissement illimité des demandes exprimées, dont la satisfaction est assurée via une croissance des moyens de production. Ce serait alors dans l’interface entre la formation de la demande et la création de la base technologique que les institutions trouveraient leur rôle primordial pour expliquer les variétés du capitalisme.

73La place des institutions dans la théorie de la croissance

Bibliographie

Agell J., « On the Benefits from Rigid Labour Markets: Norms, Market Failures, and Social Insurance », Economic Journal, vol. 109, n° 453, février 1999, p. F143-F164.

Aghion P. & Howitt P., « A Model of Growth through Creative Destruction », Econometrica, vol. 60, n° 1, mars 1992, p. 323-351.

Allen F. & Gale D., « Financial Markets, Intermediaries, and Intertemporal Smoothing », Journal of Political Economy, vol. 105, n° 3, avril 1997, p. 523-546.

Altvater E., Hoffmann J. & Semmler W., Vom Wirtschaftswunder zur Wirtschaftskrise, Berlin, Olle & Wolter, 1982.

Aoki M., Toward a Comparative Institutional Analysis, Cambridge, MA, MIT-Press, 2001.

Azariadis C., « The Economics of Poverty Traps, Part One: Complete Markets », Journal of Economic Growth, vol. 1, n° 4, décembre 1996, p. 449-486.

Bassanini A. & Ernst E., « Labour Market Regulation, Industrial Relations and Technological Regimes : a Tale of Comparative Advantage », Industrial and Corporate Change, vol. 11, n° 3, juillet 2002, p. 391-426.

Boyer R., La théorie de la Régulation. Une analyse critique, Paris, La Découverte, 1990.

Böhret C. & Konzendorf G., Ko-Evolution von Gesellschaft und Funktionalem Staat, Opladen/Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, 1996.

Cachuc P. & Michel P., « Minimum Wages, Unemployment and Growth », European Economic Review, vol. 40, n° 7, août 1996, p. 1463-1482.

Chentouf L. & Ernst E., Work Organization and Incentives, CEPREMAP, mimeo, 2001.

Ernst E., Complémentarités institutionnelles et croissance économique à long terme, Thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2001.

Flanagan R. J., « Macroeconomic Performance and Collective Bargaining : An International Perspective », Journal of Economic Literature, vol. 37, n° 3, septembre 1999, p. 1150-1175.

Freeman R. B., « Single-Peaked v. Diversified Capitalism : The Relation Between Economic Institutions and Outcomes », NBER Working Paper, no 7556, février 2000.

Habermas J., Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard, 1987.

Hirsch J., Der nationale Wettbewerbsstaat. Staat, Demokratie und Politik im globalen Kapitalismus, Berlin, Édition ID-Archiv, 1995.

Lerner A., « The Economics and Politics of Consumer Sovereignty », American Economic Review, vol. 62, n° 1-2, 1972, p. 258-266.

Lordon F., « Modéliser les fluctuations, le changement structurel et les crises », Revue d’Économie Politique, vol. 104, n° 2-3, mars-juin 1994, p. 219-258.

Lucas R., « On the Mechanics of Economic Development », Journal of Monetary Economics, Vol. 22, n° 1, juillet 1988, p. 3-42.

McCallum B.T., « Neoclassical vs. Endogenous Growth Analysis: An Overview », NBER Working Paper, no 5844, mai 1997.

Mesure S., « Rationalisme et Faillibilisme », dans Renault A. (dir.), Les philosophies politiques contemporaines, Paris, Calmann-Lévy, 1999, p. 149-184.

Milgrom P. & Roberts J., Économie, organisation et management, Paris, De Boeck, 1997.

Palombarini S., Compromis sociaux et logique politique : la crise italienne, Paris, CNRS Éditions, 1999.

Ragot X., Growth by Division of Labour, CEPREMAP, Couverture Orange, no 2000/04, 2000.

Romer P., « Endogenous Technological Change », Journal of Political Economy, vol. 98, n° 5, part II, octobre 1990, p. 71-102.

Solow R.M., « A Contribution to the Theory of Economic Growth », Quaterly Journal of Economics, vol.70, n° 1, février 1956, p. 65-94.

Stein J., « How Institutions learn: A Socio-Cognitive Perspective », Journal of Economic Issues, vol. 31, n° 3, septembre 1997, p. 729-740.

Yang X. & Borland J., « A Microeconomic Mechanism for Economic Growth », Journal of Political Economy, vol. 99, n° 3, juin 1991, p. 460-482.

Young A., « Increasing Returns and Economic Progress », Economic Journal, vol. 38, n° 152, décembre 1928, p. 527-542.

Notes

1 Freeman (2000).

2 Voir McCallum (1997) pour une comparaison des différentes approches en matière d’analyse de la croissance.

3 Les tâches que chaque facteur de production doit accomplir peuvent être divisées dans des unités de plus en plus petites, avec des machines et ouvriers dédiés à ces tâches. De cette manière, la division des tâches induit la spécialisation des facteurs de production.

4 Yang & Borland (1991).

5 Young (1928) a été parmi les premiers à développer l’idée initiale d’Adam Smith en insistant sur le lien entre la division du travail, l’introduction de nouveaux biens de capitaux et les rendements croissants.

6 Bassanini & Ernst (2002) ; Ernst (2001).

7 Azariadis (1996).

8 Chentouf & Ernst (2001) ; Milgrom & Roberts (1997).

9 ur une présentation détaillée de la théorie de la régulation, voir Boyer (1990).

10 En particulier, la discussion du rôle de l’État a été l’objet de critiques récurrentes, voir Hirsch (1995), et Palombarini (1999).

11 L’analyse permet néanmoins de déterminer leur fonction dans le système économique en question mais cette fonction n’est plus à la base d’une taxinomie quelconque et peut librement se joindre à d’autres fonctions.

12 Habermas (1987).

13 Mesure (1999).

14 Aoki (2001).

15 Stein (1997).

16 La désirabilité d’un résultat est une fonction directe du mécanisme de légitimité d’une institution. Elle peut reposer sur un mécanisme de vote démocratique ou correspondre aux intérêts d’un groupe particulier bien défini qui seul dispose du pouvoir de changer cette institution (par exemple un syndicat dont la force et la légitimité résident dans l’adhésion de ses membres).

17 Lordon (1994).

18 D’une certaine manière, des similarités avec une approche dialectique existent, voir Böhret & Konzendorf (1996 : 217-238).

19 Lordon (1994 : 238-249).

20 Les détails du modèle discuté ont été élaborés dans Ernst (2001 : ch. 5).

21 Voir Bassanini & Ernst (2002) pour une discussion détaillée de ces aspects.

22 À ce propos, il est alors important de noter qu’une telle compression salariale émerge régulièrement lorsque les négociations salariales sont menées par des syndicats et coordonnées au niveau de l’industrie ou de l’économie nationale, cf. Flanagan (1999).

23 Cahuc & Michel (1996) ; Agell (1999).

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Interactions entre différents segments du marché du travail
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46385/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Titre Graphique 2. Le cycle conjoncturel comme « impulseur » institutionnel
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46385/img-2.png
Fichier image/png, 23k

Auteur

Économiste à l’OCDE. Il est actuellement chargé des rapports biannuels pour les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Sa recherche s’est concentrée sur la place des institutions dans la dynamique économique de long terme. Il a publié plusieurs articles et rapports portant sur les complémentarités institutionnelles entre marché du travail et marché financier et leur rôle dans la dynamique de la productivité et de l’emploi des pays de l’OCDE. Récemment, il s’est intéressé également au rôle des institutions dans la capacité des économies à absorber des chocs. Dans une série de travaux il a notamment démontré l’importance des frictions du marché financier dans l’explication de la non-neutralité monétaire même à long terme, ainsi que l’existence d’un taux d’inflation et d’un taux d’endettement publique optimal. <ekkehard.ernst@oecd.org>

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search