Version classiqueVersion mobile

Institutions et développement

 | 
Éric Mulot
, 
Elsa Lafaye de Micheaux
, 
Pepita Ould-Ahmed

Première partie: Penser les institutions

Changement institutionnel, ouverture économique et arriération technologique : la Russie en transition

Julien Vercueil

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Dosi et al. (1990), Amable et al. (1997), Touffut (2002), pour leurs analyse (...)

1Penser l’endogénéisation du changement institutionnel suppose d’adopter une approche élargie de la perspective économique, qui intègre des données historiques, sociales et politiques, pour contribuer à la compréhension des processus économiques. Les analyses évolutionnistes et institutionnalistes proposent un tel élargissement, soulignant en particulier le rôle que jouent la technologie et l’innovation dans le changement institutionnel. Ce courant d’idées, longtemps marginalisé, connaît un regain d’intérêt dans la littérature économique1.

2Les questions soulevées par les économies en transition ne sont pas étrangères à ce renouveau : même si la recrudescence des publications sur le rôle des institutions et les ressorts de leur transformation a précédé la chute du mur de Berlin, celle-ci a entraîné des transformations qui peuvent être considérées comme des cas pratiques pour ces approches. La transition, telle qu’elle a été expérimentée en Europe de l’Est et dans certains pays asiatiques depuis près de quinze ans, représente en effet le changement institutionnel par excellence. Changer les institutions, c’est modifier les moyens de la coordination économique : les « règles du jeu économique », selon la définition qu’en donne North (1990), mais aussi les dispositifs collectifs qui produisent ces règles. La transition nécessite un changement complet de législation, transforme les déterminants de la hiérarchie sociale et la finalité des comportements économiques et sociaux. Le processus de transition pose la question du changement de manière frontale, en liant la question de l’héritage à celle de la rupture. Cette liaison s’exprime particulièrement dans le domaine de la technologie : les pays en transition ont développé, tout au long de leur histoire socialiste, des systèmes techniques et productifs spécifiques. Ces systèmes ont pu s’implanter à l’abri d’une protection douanière très surveillée qui a longtemps limité les possibilités d’échanges technologiques entre l’Est et l’Ouest. Pour ces pays, la question de l’interaction entre rupture technologique et changement institutionnel se double de celle de la confrontation du patrimoine technologique national aux systèmes techniques occidentaux. En cela, la question des relations entre changement institutionnel et technologie est inséparable de celle de l’ouverture à l’extérieur.

  • 2 Voir Tiraspolski (1990), Sapir (1992) et Jordan (1999).

3Notre analyse s’appuie sur l’exemple de la Russie. L’URSS a été contrainte de s’ouvrir de manière croissante aux technologies occidentales à partir des années 1980, sous la pression d’un retard croissant dans certaines technologies clés2. On peut également soutenir l’idée que cette ouverture a exercé, parmi d’autres événements, une influence déstabilisatrice sur les équilibres macroéconomiques de l’Union soviétique à partir du milieu des années 1980 (Sapir, 1992). La mise en œuvre de réformes radicales à partir de 1992 a précipité certaines évolutions apparues antérieurement, tout en provoquant d’autres ruptures (partie 1). Le résultat des politiques menées est une trajectoire économique, technologique et institutionnelle propre à la Russie, irréductible à un hypothétique modèle défini pour toutes les économies en transition (Pagé et Vercueil, 2004). En Russie, elle se traduit par une accélération de l’obsolescence du patrimoine technologique national vis-à-vis des économies occidentales (partie 2). La problématique actuellement défendue par les autorités russes, qui visent à favoriser un redéploiement technologique censé contenir le retard en matière de nouvelles technologies, nous incite à réfléchir sur les relations entre les changements institutionnels, la technologie et la dynamique économique (partie 3).

Les conséquences du « hiatus institutionnel » sur le potentiel technologique de la Russie

4Kozul-Wright et Rayment (1997) ont eu recours au terme de « hiatus institutionnel » pour analyser les difficultés rencontrées par les pays de l’Est au cours de leur transition. Le hiatus institutionnel est la période durant laquelle les anciennes institutions du communisme cessent de jouer leur rôle, alors que les institutions destinées à les remplacer ne se sont pas encore imposées. Cette période est porteuse de risques importants dans la mesure où la forme prise par les institutions de substitution et l’altération du cadre précédent rendent possible l’émergence d’une configuration aux conséquences imprévisibles sur les comportements et potentiellement négatives sur l’activité économique.

Les formes du hiatus institutionnel

  • 3 Pour les premières, on peut prendre l’exemple de l’habitude prise par les entreprises de (...)

5En tant qu’institution, l’État doit mobiliser des ressources et renouveler la légitimité dont il dispose en assurant la continuité, l’évolution et l’application des règles qu’il édicte. Dans le cas russe, ce rôle a été très tôt mis à mal. Dès la période soviétique, l’État n’a représenté pour beaucoup de citoyens russes que l’arbitraire du parti unique et le lieu de la négociation d’avantages privés. Les institutions formelles de l’URSS se doublaient donc d’institutions informelles destinées à modifier leurs effets. Certaines ont joué un rôle économique localement efficace, d’autres n’ont abouti qu’à la multiplication des gaspillages3. Après la chute du système soviétique, les premiers responsables politiques ont bénéficié d’un large appui de la population pour engager le pays sur la voie de l’économie de marché (Alexashenko, 1992 ; Aslund, 1995). Malgré ce contexte favorable, ils n’ont pu éviter une érosion rapide de leur crédit, dont l’une des conséquences a été la baisse de la confiance de la population envers les institutions qu’ils incarnaient. Au fur et à mesure que la crise s’approfondissait, le pouvoir politique, au lieu d’en être l’arbitre, est devenu l’enjeu de conflits d’intérêts privés, aboutissant à l’émergence de ce que Dunlop (1999) a qualifié de soft State.

6Dans ces conditions, le changement institutionnel se double d’une crise liée à l’incapacité qu’ont les institutions en place d’assurer correctement leurs fonctions. Faute d’accord d’une masse critique d’individus sur leur légitimité, les institutions formelles perdent leur caractère collectif nécessaire pour que les règles prennent corps dans les comportements en étant intériorisées par les agents. De ce fait, elles ne permettent pas non plus de simplifier la prise de décisions, ce qui est l’une de leurs fonctions cognitives. Insuffisamment légitimes, pilotées sans discernement, les institutions produisent alors des incitations contradictoires et manquent à une autre de leurs fonctions : la coordination des anticipations et des actions (Vercueil, 2002a ; Koleva et al., 2006).

  • 4 Créé le 25 janvier 1949, le Conseil d’aide économique mutuelle regroupait à l’o (...)

7La transformation institutionnelle provoquée par la transition a significativement affecté la capacité technologique de la Russie. En particulier, deux chocs extérieurs ont altéré le potentiel productif national : la rupture des liaisons productives issues du socialisme, et l’irruption d’une pression concurrentielle inédite. Ces événements sont tous deux issus de changements institutionnels majeurs intervenus dans les toutes premières années de la transition russe (1991-1994). Le premier est lié aux dissolutions successives du CAEM4 et de l’URSS ; le second, à l’ouverture rapide de l’économie russe aux importations. Il conviendra de confronter ces événements aux transformations du secteur de la Recherche-Développement (R & D) pour dégager un schéma explicatif global de l’évolution du potentiel technologique de l’économie russe.

Le potentiel technologique hérité par la Russie

8L’héritage en matière de technologies est celui d’un retard de l’URSS vis-à-vis des économies occidentales. Ce retard était déjà perceptible dans certains secteurs dans les années 1960, mais son augmentation et sa diffusion à la quasi totalité des secteurs de l’économie datent des années 1970. Cette période se caractérise par une stagnation économique qui se produit à un moment où l’évolution des domaines de recherche les plus prometteurs (dont l’électronique et les robots, les nouveaux matériaux, les biotechnologies) mais aussi des domaines classiques (dont la physique nucléaire) connaît une accélération dont le financement requiert un surcroît d’investissements. Le budget consacré par l’URSS à la R & D n’augmentant pas à un rythme suffisant, les autorités de planification ont dû fixer des priorités : seuls quelques secteurs, dont l’industrie spatiale, ont pu se maintenir sur la « frontière technologique » mondiale. Par ailleurs, la limitation des contacts internationaux des chercheurs soviétiques et l’organisation administrative du secteur de la R & D, qui limitait les points de connexion entre les centres de recherche et l’industrie, constituaient autant de contraintes structurelles au développement technologique en URSS (Boussyguine, 2005).

9Bien qu’il soit impossible, dans un domaine caractérisé par l’importance des données qualitatives, de mesurer avec précision l’ampleur réelle de l’arriération technologique de l’URSS, tous les indicateurs courants dressent le même tableau de la situation au début des années 1990 :

    • 5 Évaluation à prix constants à parité de pouvoir d’achat, base 1995.

    Les dépenses brutes de R & D s’élevaient en 1991 à 23 milliards de dollars5, contre 28 milliards en France, 42 en Allemagne, 74,4 au Japon et 176,6 aux États-Unis. L’intensité de la dépense intérieure en R & D, mesurée en pourcentage du PIB, représentait 1,43 % en Russie, contre 2,22 % pour la moyenne des pays de l’OCDE (plus de 2,7 % au Japon et aux États-Unis) (OCDE, 2004).

  • En 1990, la dotation par chercheur en équipements matériels était, au taux de change courant, entre 3,3 et 15 fois plus forte aux États-Unis qu’en Russie (Boussyguine, 2005 : 43).

  • La part de la Russie dans les publications internationales était de 7,3 %, contre 35,6 % pour les États-Unis et 30,1 % pour l’Union Européenne (OST, 2002).

  • Les échanges commerciaux entre l’Union Soviétique et le monde occidental industrialisé présentaient une forte distorsion sectorielle : en 1990, 80 % des exportations soviétiques consistaient en matières premières, tandis que près de la moitié des importations était constituée de machines et d’équipements productifs (Economic Commission for Europe, 1992). Malgré une faible propension globale à l’ouverture, l’économie de l’Union Soviétique importait de ces pays 57,7 % des équipements nécessaires à son industrie textile, 53,9 % des équipements pour le laminage, 48 % des équipements pour l’industrie agro-alimentaire. L’importation d’équipements occidentaux constituait l’un des moyens d’accès aux technologies occidentales (Tiraspolski, 1990).

10C’est dans ce contexte que sont intervenues les transformations institutionnelles induites par la transition. Ces transformations ont, en particulier, visé les relations économiques extérieures de la Russie.

L’impact économique de l’ouverture des années 1990

  • 6 Voir Lavigne (1973), Holzman (1987), et Economic Commission for Europe (1992).

11La dégradation des relations commerciales au sein du CAEM date du milieu des années 1980. En raison de leur faible niveau de qualité relative et du retard des techniques de production utilisées, la plupart des produits manufacturés issus du système productif planifié n’avaient pas de débouchés sur les marchés occidentaux. En revanche, les matières premières et les produits d’extraction bénéficiaient d’opportunités importantes sur ces marchés. Dans le même temps, toute livraison de ces produits aux pays frères entraînait des coûts d’opportunité importants dus au mode de fixation des prix et de l’organisation des paiements au sein du CAEM. Kornaï (1982) a qualifié la première catégorie de « produits faibles » et la seconde de « produits forts » dans le cadre des échanges intra-CAEM. Les comportements stratégiques au sein de l’organisation ont visé à minimiser l’exportation de produits forts et à maximiser l’exportation de produits faibles, ce qui a contribué à plafonner les échanges6.

12À partir de 1989, les débuts des réformes dans les pays du CAEM ont rapidement exacerbé les tensions préexistantes, en multipliant les incitations pour les pays membres à l’évasion hors du système d’échanges contraints que constituait une telle organisation. En dépit des réticences affichées par l’Union Soviétique, qui souhaitait conserver, en l’aménageant, un système d’échanges privilégiés avec la région, aucun pays d’Europe Centrale et Orientale n’acceptait de rester prisonnier du CAEM, qui restait associé au contrôle politique de l’URSS et s’avérait incompatible avec l’économie de marché. La dissolution du CAEM, officialisée le 28 juin 1991 à Budapest, peut donc être lue comme la conséquence du recouvrement par ces pays d’une marge de manœuvre politique vis-à-vis de l’URSS, dans le contexte d’une inadaptation croissante du CAEM à la divergence des évolutions économiques et technologiques de part et d’autre de l’ancien rideau de fer.

  • 7 L’équipement des centrales nucléaires était réparti en 50 entreprises de 8 pays (...)
  • 8 L’accord de 1986 sur l’électrolyse de l’alumine organisait une forme de tolling (...)
  • 9 r exemple, l’URSS était spécialisée dans l’aéronautique, les machines-outils et l’électro (...)
  • 10 Brabant (1991), Luft (1991), et Economic Commission for Europe (1992).

13Les conséquences de la dissolution du CAEM sur les trajectoires des pays en transition ont été significatives. La planification concertée au sein de l’institution avait produit plusieurs formes de spécialisation et d’interdépendance : un pays pouvait dépendre administrativement des fournitures d’un autre membre pour des équipements7, des produits semi-finis8, des produits finis9 (Bogomolov, 1989). Compte tenu de cet héritage, la destruction du CAEM a provoqué des ruptures d’approvisionnement qui, en désorganisant l’activité des filières industrielles traditionnelles, ont contribué à la dépression de l’ensemble de la région au début des années 199010. Certaines évaluations ont estimé à 50 % la contribution de la dissolution du CAEM à la chute de la production des deux premières années (Commissariat Général au Plan, 1993).

  • 11 Des estimations réalisées sur la base des flux d’échanges interrépublicains suggéraient u (...)

14Un processus comparable s’est développé à l’échelle de l’URSS, puis à celle de la Russie. La dissolution de l’URSS en 1992 est intervenue dans un contexte de contraction des échanges régionaux. Elle a en retour aggravé ce repli en légitimant les restrictions spontanées observées depuis la fin des années 1980. Or, l’héritage de la planification soviétique était, à son échelle, similaire à celui du CAEM : même si des contre tendances ont pu s’exprimer dans certaines entreprises, la planification impliquait une spécialisation et une concentration géographique des activités relativement élevées : en 1990, 675 entreprises de l’Union Soviétique, fabriquant un millier de produits différents, représentaient plus de 25 % des productions considérées. Pour 450 produits, ces producteurs représentaient plus de 75 % du total de la production soviétique (Treivich, 1995). Élaborée dans un cadre institutionnel plus rigide et sur une plus longue durée, l’organisation administrative de la production était nettement plus forte au sein de l’URSS que dans le cas du CAEM. Dans ces conditions, la vulnérabilité de la production industrielle russe aux ruptures d’approvisionnement régionales (à l’échelle de l’URSS ou des sujets de la Fédération de Russie) était réelle11. La multiplication des barrières aux échanges interrégionaux a ainsi contribué à la chute de la production industrielle de cette période. Cette contribution illustre la liaison forte existant entre le changement institutionnel et la trajectoire économique d’une région, particulièrement lorsque celle-ci est relativement intégrée du point de vue des techniques de production. Elle montre aussi que le « hiatus institutionnel », loin de se résorber rapidement par lui-même, peut coexister avec des situations de chute prolongée de l’activité économique, sans que le marché ne vienne spontanément au secours d’une coordination publique défaillante.

  • 12 Les réformes de janvier 1992 ont supprimé tous les tarifs douaniers sur les imp (...)

15La troisième dimension du changement institutionnel, affectant les relations économiques extérieures de la Russie, a été l’ouverture au reste du monde. Il faut rappeler que cette ouverture, parcimonieuse dans la deuxième moitié des années 1980, s’est considérablement accélérée au début de l’année 1992, tout en prenant une forme asymétrique et asynchrone : les importations ont été libéralisées avant les exportations et le rythme de libéralisation n’a pas été le même partout (Vercueil, 2002a). L’ouverture initiale des importations a été radicale, exposant certains producteurs russes à une concurrence frontale de la part des entreprises étrangères12. Compte tenu de l’arriération technologique caractérisant un grand nombre de secteurs des biens manufacturés et l’ensemble des services, une telle ouverture ne donnait aucune chance d’adaptation à court terme aux entreprises les plus exposées. Seule la sous-évaluation initiale du rouble a pu en limiter les premiers effets. Malgré la réintroduction progressive de tarifs douaniers sur les importations, la production industrielle et l’investissement russe ont subi une chute sans précédent durant les cinq premières années de la transition, entraînant une dévalorisation massive du stock de capital (cf. tableau 1).

Tableau 1. Évolution des importations et des indicateurs d’activité productive de la Russie

(en %)

1992

1993

1994

1995

1996

1992-1996

PIB

- 14,5

- 8,7

- 12,6

- 4,0

- 3,4

- 35,4

Production industrielle

- 18,2

- 14,2

- 20,9

-3,0

- 4,5

- 48,6

Investissement productif

- 40

- 12

- 24

- 10

- 18

- 70,4

Importations

n.s.*

+ 14,5

+ 11,9

+ 12,7

+ 12,1

+ 52,2

16Sources : Goskomstat, banque centrale de Russie.

17* Moyenne des estimations sur données partielles pour janvier-juin : -6 % (Source : ECE [1992]). Mais les erreurs de comptabilisation et les difficultés de valorisation pour l’année 1992 sont trop importantes pour accorder du crédit à cette estimation. Pour une discussion sur les problèmes méthodologiques posés par les données du commerce extérieur russe, voir Vercueil (2002a : 202).

« Choc schumpéterien » et arriération technologique

  • 13 En 1993, sur les quinze premières branches exportatrices de l’économie russe, deux seulem (...)

18S’il n’est pas question d’attribuer la chute productive à la seule ouverture commerciale, il est important d’insister sur le rôle que celle-ci a joué dans l’élévation du niveau de concurrence subie par certaines entreprises russes, dans un contexte de changement des modalités de leur financement et de chute de la demande globale. Les secteurs les plus exposés à la concurrence étrangère (production industrielle, biens de consommation courante, produits agricoles) sont ceux qui ont enregistré la plus forte baisse de production (Vercueil, 2000). Il faut également remarquer qu’alors qu’il se réorientait rapidement vers les pays occidentaux, le commerce extérieur russe a conservé une composition technique relativement stable durant la transition : les importations restent constituées pour l’essentiel de biens manufacturés et de biens d’équipement, les exportations sont dominées par les matières premières, les quelques exportations intensives en technologie reculant même au cours des années 199013.

19Le choc concurrentiel lié à l’ouverture à l’Ouest est assimilable à un choc schumpéterien au sens de Dosi, Pavitt et Soete (1990). Selon ces auteurs, la dimension technologique de la concurrence est désormais dominante, poussant à un type de spécialisation différent de celui prévu par la théorie des avantages comparatifs :

  • 14 Dosi et al. (1990 : 199).

Les avantages absolus, en termes d’asymétries technologiques, concernant les produits et les processus sont probablement dominants par rapport aux avantages comparatifs en tant que déterminants de la participation de chaque pays au commerce mondial14.

20Les auteurs distinguent trois niveaux d’ajustement des entreprises aux changements de leur environnement : l’ajustement ricardien – réponse aux changements de coûts, de prix et de quantité à technologie donnée ; l’ajustement keynésien – réponse aux changements de rythme de croissance de la demande ; l’ajustement schumpéterien – réponse aux opportunités commerciales et aux perspectives de profit associées à un changement technologique sur un produit ou un marché. Plus un pays accuse un retard dans les technologies émergentes, plus la logique d’ajustement ricardien entre en conflit avec celle de l’ajustement schumpéterien : la première implique de spécialiser le profil industriel du pays dans les productions susceptibles de générer les recettes maximales à court terme, tandis que la deuxième suppose d’investir dans le rattrapage technologique dans l’espoir d’une progressive « montée en gamme » de l’industrie nationale. D’où la conjecture de Kaldor, reprise par la théorie évolutionniste contemporaine de la spécialisation internationale : si différents secteurs de l’économie nationale présentent des disparités significatives de potentiel concurrentiel dynamique – en termes de division du travail, d’économies d’échelle, de progrès technique, d’effets d’apprentissage, etc. –, les spécialisations qui seraient efficaces du point de vue des critères ricardiens peuvent entraîner des irréversibilités préjudiciables aux possibilités futures d’évolution des technologies. En effet, les choix allocatifs présents influencent directement la répartition et le rythme d’évolution futur des coefficients techniques, donc des possibilités futures d’ajustements keynésien et schumpéterien (Dosi et al., 1990 ; Nelson, 1996). Dans cette perspective, la variable pivot rendant compte de l’impact du changement économique sur le potentiel technologique d’un pays devient l’investissement. C’est précisément cette variable qui s’est effondrée le plus durant la transition de l’économie russe (cf. tableau 1). Cet effondrement touche en particulier le secteur de la R & D, comme l’indique le tableau 2 :

Tableau 2. Évolution du personnel et des dépenses de R & D en Russie, 1990-2000 (base 100 : 1990)

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

Personnel de R & D

100

88

80

69

58

54

51

50

44

45

47

Dépenses de R & D

100

69

31

29

29

24

27

30

28

31

38

Source : Radosevic (2003)

  • 15 Selon Rosenfielde (2002), la Russie a abandonné environ 80 % de son potentiel de producti (...)
  • 16 Contrairement aux objectifs affichés par le gouvernement, la privatisation totale ou part (...)

21La chute des dépenses de R & D dans la première phase (1991-1994) est liée à la réduction des subventions publiques qui constituaient l’essentiel des ressources des centres de recherche. Cette chute est particulièrement forte dans le complexe militaro-industriel qui concentrait la majorité des financements15. Dans son ensemble, le secteur de la R & D perd près de la moitié de son personnel, ses dépenses sont divisées par près de 2,5. La deuxième phase (1994-1996) se caractérise par une politique de privatisation des centres de recherche par le gouvernement, qui pousse les centres à rechercher des sources alternatives de financement16. Si les effectifs continuent de chuter, les dépenses sont maintenues à un niveau très faible. Par la suite, si l’on excepte la crise de 1998, les conditions de fonctionnement des centres de R & D commencent à se stabiliser, ce qui permet de limiter les départs et de maintenir un niveau de dépenses légèrement supérieur à son minimum de 1995.

  • 17 Boussyguine (2005 : 68-69, 73).

22La chute des dépenses de R & D s’est traduite par une accélération de l’obsolescence des équipements des centres de recherche. Alors qu’en 1989, 50 % des équipements dataient de moins de 5 ans, ce pourcentage est tombé à 8 % en 1995. À l’inverse, la proportion d’équipements ayant plus de dix ans est passée de 20 à 65 %. La fuite des cerveaux, importante sur le plan quantitatif, l’est davantage plus du point de vue qualitatif : ce sont les chercheurs à fort potentiel qui ont eu tendance à quitter les premiers les instituts. Seuls 14 % des départs sont liés à des licenciements, 60 % sont volontaires. Les explications de ces départs tiennent au faible niveau des rémunérations ainsi qu’à la dégradation des conditions matérielles de recherche, particulièrement en termes d’équipements17.

23Le sous-investissement dans les activités de R & D nourrit donc une dynamique cumulative qui lie l’arriération technologique et la baisse du potentiel humain constitué par les équipes en place. Si l’on ajoute que les problèmes structurels du secteur – la déconnexion des centres de recherche aux besoins des entreprises, la place insuffisante de la recherche dans les universités, la difficulté pour les équipes de maintenir des contacts avec la communauté scientifique internationale et la logique administrative prévalant dans la gouvernance des organismes – n’ont pas été résolus par les changements institutionnels introduits après 1992, on comprend que la conjonction d’un choc schumpéterien provoqué par l’ouverture économique et d’une privatisation mal maîtrisée n’ait pas conduit à un rattrapage, mais plutôt à un creusement du fossé technologique qui séparait les entreprises russes de leurs homologues occidentales.

Politiques publiques, stratégies privées et crise de l’investissement

  • 18 La production gazière de Russie, dominée par le monopole semi-public Gazprom, n’a c (...)

24Si la thèse du choc schumpéterien permet de mieux comprendre l’effondrement de l’activité des entreprises industrielles, elle reste impuissante à expliquer que le sous-investissement ait aussi touché des secteurs exportateurs18 et la puissance publique. Pour comprendre le phénomène, il faut le considérer comme le résultat de politiques et de stratégies délibérées de la part des acteurs concernés, dans un environnement institutionnel transformé.

La réaction du tissu productif à la « thérapie de choc »

  • 19 La « thérapie de choc » a consisté (en particulier en Pologne et en Russie) à pratiquer s (...)

25Les changements radicaux dans la structure des prix relatifs, le cadre concurrentiel, et les formes de propriété ont produit un environnement caractérisé par une forte incertitude et une structure d’incitations labile. Dans ce processus, la destruction créatrice d’institutions liée aux réformes structurelles joue certes un rôle éminent, mais l’impact des politiques conjoncturelles ne doit pas être sous-estimé. La « thérapie de choc19 », qui a compacté ces deux types de politique en un ensemble unique destiné à être mis en œuvre rapidement, a créé un environnement économique inédit en Russie, dont les effets sur les comportements doivent être analysés.

  • 20 La dollarisation de l’économie russe dans les années 1990 est une illustration de ce phén (...)

26Le premier effet de la « thérapie de choc » a été de modifier en profondeur la structure d’incitations de l’économie. Avec la libération des prix et des activités économiques et un changement radical dans les conditions de fonctionnement des entreprises, des possibilités d’enrichissement s’ouvrent à court terme pour les agents pourvus des ressources suffisantes pour en tirer parti, tandis que sont démultipliées des menaces potentielles pour les agents moins dotés. L’accroissement de l’incertitude qui en résulte dévalorise les gains futurs en y associant un risque élevé tout en surévaluant la possession d’actifs liquides20. La politique de hausse des taux d’intérêt réels, décidée par les autorités monétaires à partir de 1995, n’a fait qu’officialiser cette dépréciation du futur, défavorable par nature à l’investissement.

  • 21 Sur la période 1992-1999, on peut estimer le montant annuel moyen des fuites illégales de (...)
  • 22 Lehmbruch (1999) et Eronen (2000).
  • 23 OCDE (1995), Shleifer & Treisman (1998), Heinrich (2000), et Pleines (2000).
  • 24 Shleifer & Treisman (1998), et Renversez (2001).
  • 25 Sapir (1998), Vercueil (2002a).
  • 26 Kuruneri-Millet & Zlotowski (2000), et Lotspeich (2000).

27L’arbitrage monétaire international, permis par la libéralisation des flux de capitaux a accentué le processus. Dans la mesure où l’essentiel des recettes générées par l’extraction de matières premières consistait en devises issues de l’exportation, celles-ci ont alimenté les fuites de capitaux au lieu de financer l’investissement domestique. L’exportation de matières premières est l’un des principaux canaux par lesquels les ressources productives et financières de la Russie ont été dilapidées au profit du reste du monde21. Mais le secteur énergétique n’est pas le seul exemple de ce qui a pu être qualifié d’« économie de prédation » (Buiter, 2000). On peut identifier le même type de phénomène dans d’autres branches de l’économie russe. Le secteur financier, le commerce et certaines branches industrielles ont développé tour à tour des rentes d’information, d’intermédiation, des rentes d’inflation et des rentes financières, des rentes d’arbitrage ou de prix de cession interne, des rentes administratives, fiscales et des rentes de corruption qui ont toutes en commun de se traduire par la captation de ressources permise par l’occupation d’une situation abritée de la concurrence. Des études de cas dans les secteurs de l’exploitation forestière22, du pétrole et du gaz23, des services financiers24, du commerce25, ou de l’administration26 fournissent une abondante littérature sur les formes prises par la captation de rentes en Russie au détriment de l’investissement productif. Le système bancaire et les marchés financiers n’ont pas été en mesure d’assumer leur rôle dans le financement de l’effort d’investissement (Renversez, 2001).

Le rôle des politiques publiques en faveur de l’investissement

  • 27 Au sens explicité au paragraphe précédent.

28La deuxième explication réside dans la politique gouvernementale en matière d’investissements. Les gouvernements successifs ont réagi à la contraction des ressources fiscales en procédant à des « séquestrations budgétaires », qui consistaient à surseoir à l’exécution de certaines dépenses prévues par la loi de finances. Les dépenses d’investissement ont été les premières concernées par ces mesures. Dans le même temps, le gouvernement se défaisait d’une partie de ses actifs par le biais des « grandes privatisations ». Celles-ci, censées subvenir aux besoins de l’État tout en permettant de rationaliser la gestion des grandes entreprises par leur transfert vers le secteur privé, n’ont pas atteint leurs objectifs. Elles n’ont pas permis de redresser les finances publiques, annihilant ainsi toute perspective de modernisation des infrastructures, de l’administration et des entreprises restées dans le giron de l’État. Parallèlement, les entreprises privatisées n’ont pas développé de stratégie d’investissement productif, préférant le plus souvent, comme on l’a vu précédemment, poursuivre une stratégie de captation de rente27.

  • 28 Cette explication – qui consiste à présenter le rent seeking comme le résultat de réforme (...)

29Le caractère généralisé du comportement de captation de rente interdit de se contenter d’une explication en termes d’héritage ou d’incomplétude des réformes28. Il suppose d’articuler le niveau du changement institutionnel à celui des politiques menées. Ainsi, le caractère restrictif de la politique conjoncturelle, initialement conduite par le gouvernement, a contribué à limiter l’investissement et à orienter les comportements économiques vers le court terme (Pagé et Vercueil, 2004). L’étendue des comportements rentiers indique aussi que les fondements du phénomène sont d’ordre systémique : le niveau d’incertitude agrégée sur l’environnement est tel qu’aucun acteur isolé ne peut rationnellement provoquer un retour vers une logique d’investissement productif, chacun trouvant avantage, à court terme, à bénéficier de la logique rentière. Ce lock-in institutionnel et productif ne peut alors être résolu que par une action publique coordonnée, focalisant son effort sur le retour des conditions favorisant l’investissement dans la modernisation de l’appareil productif national. C’est cette action publique qui, en Russie, a fait défaut tout au long de la période 1992-1998.

  • 29 Pour autant, l’épuisement des ressources tirées de l’exploitation d’une rente n’est pas l (...)

30Lorsque les possibilités d’extraction de rentes finissent par s’épuiser, les agents économiques sont définitivement privés de ressources. Ils alimentent alors la chaîne des impayés qui se propage progressivement à l’ensemble des secteurs29. La conséquence ultime du processus est le défaut de paiement systémique. En Russie, il est survenu le 17 août 1998.

Après 1998 : politiques publiques et trajectoire technologique de la Russie

  • 30 Entre 1999 et 2006, le PIB russe a augmenté de plus de 63 % à prix constants.

31Les conséquences de la crise d’août 1998 sur les politiques publiques ont été immédiates. L’économie russe a quitté la trajectoire empruntée durant les années 1990. À partir de l’année 1999, la reconstruction de la légitimité de l’État et la mise en œuvre d’une politique en faveur de la stabilisation de l’environnement économique ont été deux traits majeurs de l’évolution institutionnelle et politique. Aidé par un contexte international favorable, le redressement de l’activité nationale30 a permis en retour de dégager de nouvelles marges de manœuvre pour l’action publique.

32À la suite de la dévaluation de 1998, l’adoption d’un mode de gestion opportuniste du taux de change réel et du moratoire sur la dette souveraine a permis à la Russie de résoudre le problème posé par le renchérissement relatif de ses échéances de remboursement. L’amélioration de sa notation financière internationale a suivi la remontée des prix mondiaux des hydrocarbures survenue au deuxième semestre 1999. Le gouvernement a su tirer parti de cet effet d’aubaine pour les finances publiques (cf. tableau 3) tout en gardant le contrôle sur l’inflation.

Tableau 3. Évolution de l’activité économique et des ressources de l’État en Russie (1998-2006)

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

Période 06

PIB

(%)

- 4,9

+ 5,4

+ 9,0

+ 5,0

+ 4,3

+ 7,3

+ 7,2

+ 6,4

+ 6,5

01-06

Production industrielle °

(%)

- 5,2

+ 11,0

+ 11,9

+ 2,9

+ 3,1

+ 8,9

+ 7,3

+ 4,0

+ 4,3

01-08

Investissement productif

(%)

- 12,0

+ 5,3

+ 17,4

+ 8,7

+ 2,6

+ 12,5

+ 11,7

+ 10,7

+ 11,1

01-08

Chômage BIT (% pop. active fin de période)

11,8

11,7

10,2

9,0

7,1

8,7

7,6

7,7

7,2

01-09

Balance des transactions

courantes (milliards de $)

+ 0,2

+ 24,6

+ 46,8

+ 34,8

+ 32,8

+ 35,4

+ 58,6

+ 84,2

+ 79,9

01-09

Recettes publiques

(% PIB)

11,0

12,6

15,5

17,6

20,3

19,5

20,1

23,7

23,8

01-08

Dépenses publiques

(% PIB)

16,9

13,9

14,3

14,6

18,8

17,8

15,8

16,2

15,0

01-08

Solde budgétaire

(% PIB)

- 5,9

- 1,4

+ 1,2

+ 3,0

+ 1,4

+ 1,7

+ 4,4

+ 7,4

+ 8,8

01-08

° : changement de méthodologie à partir de 2001.

Sources : Goskomstat puis Rosstat, banque centrale de Russie, ministère de l’Économie et du Commerce de la Fédération de Russie, FMI

  • 31 Bank of Finland Institute of Transition (2005a).

33En conséquence, les problèmes économiques posés au pouvoir russe ont changé : il s’agit désormais de créer les conditions d’une consolidation de la croissance économique à moyen ou long terme. Sortant de la logique de transition, la Russie entre dans une logique de développement. Dans ce nouveau contexte, les choix réalisés aujourd’hui en matière de développement technologique s’avèrent déterminants pour l’avenir : à l’abri de la protection temporaire offerte par la dévaluation, de nombreuses productions industrielles ont pu redémarrer après 1999. Désormais, un tiers de l’investissement productif s’oriente vers des technologies avancées31. La Russie est-elle en mesure de reconstituer, sur les débris du système soviétique et après dix ans d’arriération technologique accélérée, un véritable système national d’innovation, capable d’alimenter le système productif en technologies émergentes ?

Le « système national d’innovation » de la Russie

34L’étude comparative des trajectoires technologiques des pays industrialisés peut être considérée comme un moyen d’expliquer leurs performances économiques. À la suite notamment des travaux de Porter (1990, 2002), les fondements de la compétitivité des pays « avancés » sont parfois assimilés à la capacité à maîtriser les technologies émergentes. De nombreux travaux soulignent par ailleurs le rôle dominant joué par les stratégies publiques et privées de développement technologique (OCDE, 2000 ; Touffut, 2002). Dans cette perspective, la notion de « système national d’innovation » (SNI) peut être définie comme « l’ensemble des institutions qui contribuent conjointement et individuellement au développement et à la diffusion de nouvelles technologies et qui fournissent le cadre dans lequel les gouvernements conçoivent et mettent en application des politiques pour influencer le processus d’innovation. Ainsi, le SNI est un système d’institutions interconnectées pour créer, utiliser et transférer connaissances, acquis et qualifications qui définissent les nouvelles technologies » (Metcalfe, 1995).

  • 32 Patel & Pavitt (1998 : 312).

35Dans une analyse comparative des politiques de développement technologique conduite au sein des pays de l’OCDE, Patel et Pavitt (1998) tentent d’identifier les facteurs de différenciation des performances économiques dans les années 1980. Leur conclusion est que les pays ayant obtenu les meilleures performances sont ceux qui ont mis en œuvre une stratégie systématique de planification de l’accumulation de technologies dans le cadre de leur SNI. Cette stratégie conduit à une différenciation technologique croissante des entreprises nationales qui, à son tour, produit des performances économiques supérieures. Sont ainsi élaborés des « systèmes nationaux d’innovation dynamiques », qui « reconnaissent que les activités technologiques ne sont pas des investissements ordinaires. En plus des résultats tangibles sous la forme de produits, de procédés et de profits, ils induisent aussi l’accumulation d’actifs importants mais intangibles, sous la forme de processus irréversibles d’apprentissage technologique, organisationnel et commercial, qui leur permettent de tirer parti d’investissements ultérieurs, qu’ils n’auraient pas pu réaliser autrement32 ».

36Ces systèmes nationaux d’innovation sont comparés à leurs concurrents moins performants, qualifiés de « systèmes myopes » qui traitent les investissements technologiques comme toute autre forme d’investissement, limitant leurs chances d’être sélectionnés par les entreprises dans un contexte de préférence forte pour la rentabilité à court terme.

  • 33 La part des publications russes dans le total mondial est passée de 7,2 % en 19 (...)

37En Russie, le premier groupe d’acteurs du SNI est constitué par les centres de recherche. Ceux-ci se décomposent en centres académiques dépendant de l’Académie des Sciences de Russie, en centres de recherches abrités par les universités, en centres intégrés aux entreprises et en organismes de recherche de branche, issus des anciens ministères industriels soviétiques démantelés au début de la transition. Les deux dernières catégories ont été partiellement privatisées à partir de 1993. Si les centres académiques ont pu préserver une partie de leur potentiel de recherche – notamment en mathématiques, mathématiques appliquées, recherches fondamentales sur l’électronique, certains domaines de la médecine, catalyse chimique –, les centres universitaires ont connu plus de difficultés à maintenir leur niveau d’activité33.

  • 34 En 1996, seuls 8,2 % des centres de recherche étaient intégrés à une entreprise (Boussygu (...)

38Le deuxième groupe est celui des entreprises qui utilisent les résultats de la production des organismes de recherche pour élaborer leurs innovations. Le faible nombre d’entreprises dotées de centres de R & D in situ34 ainsi que le manque de liaisons entre les entreprises et les centres de recherche académiques ou universitaires expliquent pourquoi l’essentiel des technologies utilisées par l’industrie russe est encore importé.

  • 35 Pour une présentation de ces fondations, voir Boussyguine (2005 : 54-59).

39Troisième acteur majeur du SNI, l’État intervient désormais dans le financement de la R & D par l’intermédiaire de fondations publiques35 qui ont parfois remplacé les financements directs, en introduisant la logique de projet et le principe de concurrence au sein des organismes publics. L’État finance encore, directement ou indirectement, plus de 60 % de la R & D en Russie. Les entreprises et les sources de financement internationales représentent une part croissante du total (plus de 30 % en 2000, cf. tableau 4a). La recherche militaire absorbe près de la moitié des financements publics (cf. tableau 4b). Certains programmes fédéraux orientent le soutien public à la R & D, comme par exemple la création de « parcs technologiques » et d’« incubateurs » pour les jeunes entreprises innovantes. Dans certains cas, l’initiative vient des autorités locales, des financements complémentaires étant obtenus de programmes européens ou de la Banque mondiale. Toutefois, ces initiatives n’aboutissent pas toujours à des résultats durables. La nécessaire mise en réseau des acteurs de l’innovation autour de projets structurants n’est pas encore réalisée. L’insuffisance des liens entre l’université et les centres de recherche, comme entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, ou entre les instituts publics de recherche et les entreprises innovantes, reste caractéristique de la situation russe (Trofimova, 2000). La principale faiblesse organisationnelle du système national d’innovation réside donc dans la pauvreté des liaisons entre les acteurs du système, qui limite les possibilités d’action cohérente à long terme.

Tableau 4a. Financement de la R & D en Russie (1995-2000)

Fonds propres

Budget de l’État

Fonds extra-budgétaires

Entreprises

Organisations à but non lucratif

Enseignement supérieur

Sources étrangères

1995

10,61 %

60,55 %

6,71 %

17,41 %

0,02 %

0,08 %

4,60 %

2000

9 %

53,69 %

6,50 %

18,70 %

0,04 %

0,10 %

12,00 %

Source : CSRS (2002)

Tableau 4b. Structure des crédits budgétaires publics de R & D par objectif (en % du budget total de R & D, 2001)

Défense

Civil

Développement économique

Santé

Espace

Non orienté

Fonds généraux des universités

Russie

43,5

24,4

7,0

10,1

14,0

0,0

États-Unis

50,5

6,5

26,2

9,8

6,9

-

Japon

4,3

32,8

7,5

6,7

13,8

34,8

Allemagne

7,4

18,8

13,4

4,9

17,1

38,4

France

22,8

12,7

10,1

9,6

19,3

23,2

Source : OCDE (2004)

Les perspectives de développement du potentiel technologique

40Le redémarrage de la croissance des dépenses de recherche et développement en Russie date de la deuxième moitié des années 1990. Son rythme annuel est plus de deux fois supérieur à celui de la moyenne de l’OCDE. Malgré cela, l’échelle des dépenses reste modeste au regard de celle des principaux pays industrialisés et même de la Chine, dont la dynamique des dépenses représente le double de celle de la Russie et qui a consacré cinq fois plus de ressources à ce secteur en 2002 (cf. tableau 5).

41Les effectifs employés dans la R & D ont connu une forte réduction durant les années 1990. Les comparaisons internationales ne montrent pourtant pas de faiblesse quantitative de la Russie en la matière. Le nombre total de chercheurs pour 1 000 emplois (7,5 en Russie) est désormais comparable à celui des principaux pays industrialisés, qui s’étage entre 5,4 au Royaume-Uni et 9,9 au Japon (OCDE, 2004). Ce qui semble plus significatif est la structure des effectifs des chercheurs. Les données par âge montrent en effet que les effectifs ont surtout diminué dans les tranches d’âge les plus actives : la part des 30-49 ans est passée de 56 à 42 % du total entre 1994 et 2000, tandis que celle des plus de 60 ans passait de 9 à 21 % (CSRS, 2002). Le vieillissement de la population des chercheurs et la disparition d’une partie significative des cadres de recherche ne peuvent que limiter le potentiel de création scientifique et technique.

Tableau 5. Évolution des dépenses brutes de R & D, 1991-2002 (millions de $)

1991

1995

2000

2002

1995-2002

(% annuel moyen)

Russie

23 032

7 475

10 537

13 651

9,0 %

États-Unis

176 578

184 079

243 271

245 430

4,2 %

Japon

74 412

75 659

90 184

94 172

3,2 %

Allemagne

41 987

39 412

47 838

48 934

3,1 %

France

27 961

28 461

30 646

31 923

1,7 %

Chine

13 824

18 022

45 002

65 485

20,2 %

Source : calculs de l’auteur d’après OCDE (2004)

Tableau 6. Nombre de familles de brevets triadiques°

1991

1995

2000

1991-2002

(% annuel moyen)

% total mondial (en 2000)

Russie

37

62

76

7,9

0,2

États-Unis

10 217

12 312

14 985

4,3

34,3

Japon

8 895

9 428

11 757

3,1

26,9

Allemagne

3 676

4 815

5 777

5

13,2

France

1 783

1 905

2 127

2,0

4,9

Chine

12

19

93

22,9

0,2

° : brevets déposés auprès de l’Office Européen des Brevets, de l’US Patent & Trademark Office et du Japanese Patent Office.

Source : OCDE (2004)

42La mesure de l’activité d’innovation internationale conduite par les entreprises russes permet d’évaluer les résultats de la R & D (cf. tableau 6). Même si les brevets triadiques ne constituent pas un indicateur exhaustif de l’effort d’innovation fourni par les entreprises, ils mesurent l’effort réalisé en matière de protection internationale de l’innovation et, de ce fait, qualifient la portée des brevets déposés. Le fait que la Russie se situe désormais au-dessous du niveau de la Chine, à la fois en nombre absolu et en taux de croissance du nombre de ses brevets, relativise les évaluations optimistes qui pourraient être faites sur son potentiel de développement technologique. Au rythme actuel, il faudrait 154 ans à la Russie pour rattraper l’Allemagne pour le nombre de brevets déposés – contre 27 ans à la Chine.

  • 36 Estimation gouvernementale citée dans Bank of Finland Institute of Transition (2004b).

43Le niveau technologique de l’industrie russe est également mesuré par des études qualitatives. Selon une enquête conduite en 2003 auprès de plus de 700 experts portant sur le niveau technique de 258 technologies développées en Russie, onze correspondaient au niveau international, deux dépassaient ce niveau. Toutes les autres technologies étaient jugées dépassées par les technologies étrangères. Les deux seuls domaines d’excellence appartiennent à l’aérospatiale et au militaire. Dans ces conditions, c’est l’activité d’innovation elle-même qui doit être relativisée : selon Gokhberg (2003), 70 % des innovations produites par les entreprises russes concernent la maintenance ou la « modernisation limitée » des technologies existantes, pour la plupart obsolètes. Le fait que moins de 1 % du volume des exportations non militaires36 soit constitué de produits de haute technologie donne la mesure du retard à rattraper.

  • 37 Natsionaln’nyi Investitsionnyi Soviet (2002), et Vercueil (2002b).

44Les conséquences de ces observations sur les politiques de développement technologique de la Russie sont trop nombreuses pour être étudiées dans le détail dans le cadre de ce chapitre. Pour finir, nous nous contenterons d’évoquer quatre questions centrales : la stratégie d’ensemble, l’organisation du système national d’innovation, les priorités sectorielles identifiées par le gouvernement et le rôle des investissements directs étrangers. Il existe désormais un consensus au sein des autorités russes sur la nécessité de mettre en œuvre une stratégie de développement en rupture avec les expériences passées, dans laquelle la stimulation de la production et l’acquisition de technologies joueraient un rôle central. Pour y parvenir, la consolidation institutionnelle et l’approfondissement des réformes structurelles doivent être poursuivis, dans un cadre concurrentiel marqué par la perspective de l’accession à l’OMC37. Le redressement du système éducatif, de formation et de l’appareil de recherche, l’introduction dans le système financier d’institutions spécialisées dans le financement des programmes d’innovation, la gestion de l’ouverture à l’extérieur sont trois étapes nécessaires à la réalisation de cet objectif.

  • 38 Trofimova (2000), State Council of the Russian Federation (2001), Natsional’nyi (...)

45Du point de vue organisationnel, travaux académiques et rapports officiels38 soulignent la nécessité d’une politique visant à relier les acteurs nationaux et internationaux, publics et privés, de l’enseignement, la recherche et l’innovation. La Russie fait partie du petit nombre de nations dont le potentiel scientifique et le niveau actuel de qualification de la main-d’œuvre sont de nature à permettre le développement d’industries de haute technologie concurrentielles sur le marché mondial.

  • 39 Le programme spatial 2006-2015, présenté par le gouvernement en août 2005, prévoit un fin (...)
  • 40 Les spécialités seraient l’électronique, les technologies nucléaires, les techn (...)

46Dans le domaine industriel, l’amélioration de la compétitivité des entreprises nationales figure au nombre des cinq chantiers prioritaires du gouvernement. Les secteurs cibles sont l’aviation, la défense, l’énergie nucléaire, les télécommunications, l’industrie pharmaceutique, les biotechnologies et le développement logiciel. Les constructions mécaniques et le secteur spatial sont également concernés par des programmes spécifiques39. Pour réduire la polarisation géographique autour de Moscou qui caractérise l’espace économique russe et diversifier la structure de l’économie nationale, un programme fédéral de développement de « zones économiques spéciales » fonctionnant comme des technoparcs spécialisés a été lancé fin 200540.

47En matière de stratégie d’ouverture, la stimulation des investissements directs étrangers peut être un moyen de revitaliser certains secteurs industriels. L’exemple du rôle joué par les entreprises étrangères dans la modernisation de la filière agro-alimentaire est instructif à cet égard (Menkhaus et al., 2004). Elle suppose cependant des volumes d’une autre échelle que celle des flux actuels d’IDE entrants en Russie et une diversification sectorielle qui n’est pas perceptible à ce stade (Vercueil, 2006).

Conclusion

  • 41 Pavel & Pavitt (1998), Nelson (1998), et Amable & Petit (2002).

48Partant d’une analyse de l’interaction entre changement institutionnel, politiques publiques et technologie, nous avons proposé une relecture de la trajectoire économique récente de la Russie pour déboucher sur les perspectives de développement du potentiel technologique de son tissu productif. Bien que l’exemple de certains pays d’Europe centrale et orientale (Slovénie, Hongrie, Estonie, République tchèque et Slovaquie en particulier) tende à montrer qu’une insertion réussie du tissu industriel dans l’économie mondiale est possible pour un pays en transition, l’expérience accumulée en matière d’analyses empiriques et théoriques des trajectoires technologiques nationales suggère que certains retards initiaux sont difficilement rattrapables, même en plusieurs décennies41. On ne peut donc formuler à ce stade de pronostic ouvertement optimiste sur la capacité de la Russie à corriger sa trajectoire technologique, même si le changement de politique économique enregistré depuis six ans a produit quelques résultats positifs.

Bibliographie

Alexashenko S., « General Remarks on the Speed of Transformation in the Socialist Countries », Review of Economies in Transition (Bank of Finland Institute for Transition), n° 3, 1992, p. 23-47.

Amable B., Barre R. & Boyer R., Les Systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Paris, Economica, 1997.

Amable B. & Petit P., « La diversité des systèmes sociaux d’innovation et de production dans les années 1990 », dans Touffut J.-P. (dir.), Institutions et Innovation. De la recherche aux systèmes sociaux d’innovation, Paris, Albin Michel, 2002, p. 23-66.

Aslund A., How Russia Became a Market Economy, Washington, D.C., The Brooking Institution, 1995.

Aslund A., « Why has Russia’s Economic Transformation Been So Arduous ? », Conférence Annuelle de la Banque mondiale sur l’économie du développement, Washington, D.C., 28-30 avril 1999, mimeo, 59 p.

Bank of Finland Institute of Transition (2004a), Bofit Weekly, n° 29, 16/07/2004.

Bank of Finland Institute of Transition (2004b), Bofit Weekly, n° 31, 30/07/2004.

Bank of Finland Institute of Transition (2005a), Bofit Weekly, n° 15, 15/04/2005.

Bank of Finland Institute of Transition (2005b), Bofit Weekly, n° 31, 05/08/2005.

Bank of Finland Institute of Transition (2005c), Bofit Weekly, n° 48, 02/12/2005.

Bogomolov O., Socialisme et Compétitivité. Les pays de l’Est dans l’économie mondiale, Paris, Presses de la FNSP, 1989.

Boussyguine V., La Science en Russie : la nouvelle organisation de la recherche, Paris, L’Harmattan, 2005.

Brabant Van J., « The Demise of the CMEA : the Agony of Inaction », Osteuropa-Wirtschaft, n° 36, 1991, p. 234-254.

Brunet R. Eckert D. & Kolossov V., Atlas de la Russie et des pays proches, Paris, Reclus/La Documentation Française, 1995.

Buiter W., « From Predation to Accumulation ? The Second Transition Decade in Russia », Economics of Transition, vol. 8, n° 3, 2000, p. 603-622.

Camdessus M., « Supporting Transition in Central and Eastern Europe : An Assessment and Lessons from the IMF’s Five Years Experience », Second Annual Francisco Fernandez Ordonez Address, Madrid, miméo, 21 décembre 1994.

Commissariat Général au Plan, La Transition en Europe : économie privée et action publique, Paris, La Documentation Française, 1993.

CSRS, Russian Science and Technologie at a Glance - Data Book, Moscow, Center for Science Research and Statistics and State Statistics Comittee, 2002.

Dosi G., Pavitt K. & Soete L. (dir.), The Economics of Technical Change and International Trade, New-York, Harvester Wheatheaf, 1990.

Dunlop J. B., « Shifting Through the Rubble of the Yeltsin Years », Jamestown Foundation Policy Paper, 1999. Consultable sur le site <www.russia.jamestown.org>.

Economic Commission For Europe, Economic Bulletin for Europe, Geneva, United Nations, 1992.

Eronen J., « Have Soviet Industrial Complexes Become Competitive Clusters ? Case : Forest Industry Complex », VI ICCEESS World Congress, Tampere (Finland), 29 July-3 August 2000.

Gokhberg L., Nautchnyi Statistiki (Statistiques de la science), Moscou, TEIS.

Heinrich A., « Globalization of the Energy Sector in Russia : The Case of Gazprom », VI ICCEESS World Congress, Tampere (Finland), 29 July-3 August 2000.

Holzman F., The Economics of Soviet Bloc Trade and Finance, London, Westview Press, 1987.

Jordan A., De la crise industrielle des années 1970 à celle de la Russie post-soviétique : ruptures et continuités, Thèse de doctorat de sciences économiques, Grenoble, Université Pierre Mendès-France, 1999.

Koleva P., Rodet-Kroichvili N. & Vercueil J. (dir.), Nouvelles Europes. Trajectoires et enjeux économiques, Belfort, Presses de l’Université de Technologie de Belfort Montbéliard, 2006.

Kornai J., The Socialist System : the Political Economy of Communism, Princeton, Princeton University Press, 1992.

Kozul-Wright R. & Rayment P., « The Institutional Hiatus in Economics in Transition and its Policy Implications », Cambridge Journal of Economics, vol. 21, n° 5, 1997, p. 641-661.

Kuruneri-Millet A. & Zlotowski Y., « Le droit dans l’économie russe : une présence ambivalente », Revue Française de Géo-économie, n° 13, 2000, p. 81-98.

Lavigne M., Le Comecon. Le programme du Comecon et l’intégration socialiste, Paris, Cujas, 1973.

Lehmbruch B., « Managing Uncertainty : Hierarchies, Market and Networks in the Russian Timber Industry », BOFIT Discussion Papers, n° 4, 1999.

Lotspeich R., « Borders and Crime : Criminogenic Effects of Integrating Eastern and Western Europe », contribution au VI ICCEESS World Congress, Tampere (Finland), 29 July-3 August 2000.

Luft C., « La dissolution du CAEM… et après ? », Économie et Prospective Internationale, n° 46, 1991, p. 5-22.

Menkhaus D. J., Yakunina A. V. & Herz P. J., « Food Retailing and Supply Chain Linkages in the Russian Federation », Journal of East-West Business, vol. 10, n° 3, 2004, p. 53-74.

Metcalfe S., « The Economic Foundations of Technologie Policy : Equilibrium and Evolutionnary Perspectives », dans Stoneman P. (dir.), Handbook of the Economics of Innovation and Technological Change, Oxford, Blackwell Publishers, 1995, p. 409-512.

Nelson R., The Sources of Economic Growth, Cambridge, Harvard University Press, 1996.

Nelson R., « The Co-Evolution of Technologie, Industrial Structure, and Supporting Institutions », dans Dosi G. et al., The Economics of Technical Change and International Trade, New-York, Harvester Wheatheaf, 1998, p. 319-335.

North D., Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Natsionaln’yj Investitsionnyj Soviet, Narodnokhozjajstvennye Poslestvija Prisoedinenija Rossii k VTO (Conséquences macroéconomiques de l’accession de la Russie à l’OMC), Moskva, Rossijskoj Akademii Nauk – NSI, 2002.

OST, Scientific Profile Activities in CEEC – A comparative Study Based on Scientific Publication Indicators and International Co-Publications, Paris, Unesco-OST, 2002.

OCDE, Études économiques : la Fédération de Russie, Paris, OCDE, 1995.

OCDE, Perspectives de la science, de la technologie et de l’industrie, Paris, OCDE, 2000.

OCDE, Science, technologie et industrie. Perspective de l’OCDE, Paris, OCDE, 2004.

Page J.-P. & Vercueil J., De la chute du mur à la nouvelle Europe. Économie politique d’une métamorphose, Paris, L’Harmattan, 2004.

Patel P. & Pavitt K., « Uneven (and divergent) Technological Accumulation among Advanced Countries : Evidence and a Framework of Explanation », dans Dosi G., Teece D. J. & Chytry J. (dir.), Technologie, Organization, and Competitiveness, New York, Oxford University Press, 1998, p. 289-317.

Pleines H., « Rent-Seeking Networks in the Russian Economy. Result of Soviet Traditions or Flexible Adaptation ? », VI ICCEESS World Congress, Tampere (Finland), 29 July-3 August 2000.

Porter M., The Competitive Advantage of Nations, New York, The Free Press, 1990.

Porter M., « Building the Microeconomic Foundations of Prosperity : Findings form the Microeconomic Competitiveness Index », The Global Competitiveness Report 2002, New York, Oxford University Press, 2002, p. 23-45.

Radosevic S., « Patterns of Preservation, Restructuring, and Survival : Science and Technologie Policy in Russia in the Post-Soviet Era », Research Policy, vol. 32, n° 6, 2003, p. 1105-1124.

Renversez F., « La transition inaboutie du système financier en Russie », Diogène, n° 194, 2001, p. 133-145.

Rosenfielde S., « Russian Competitiveness : ‘Rule of Men’, Rent-Seeking, Predation and Structural Militarization », RECEP Policy Paper, September 2002.

Sapir J., L’Économie mobilisée, Paris, Agalma/La Découverte, 1990.

Sapir J., Feu le système soviétique ? Permanences politiques, mirages économiques, enjeux stratégiques, Paris, La Découverte, 1992.

Sapir J., Le Krach russe, Paris, La Découverte, 1998.

Shleifer A. & Treisman D., Environnement économique et politique de transition vers l’économie de marché. La Russie, Paris, OCDE, 1998.

Soos K., Ivleva E. & Levina I., « The Russian Manufacturing Industry in the Mirror of its Exports to the European Union », RECEP Research Paper, 18 March 2002.

State Council of the Russian Federation, Concept of Strategic Development of Russian for the Period Ending in 2010, Moskva, ISEPN, 2001.

Tiraspolski A., « Pérestroïka et réforme du commerce extérieur en URSS », dans Andreff W. (dir.), Réformes et échanges extérieurs dans les pays de l’Est, Paris, L’Harmattan, 1990, p. 10-30.

Treivich A., « Le monopolisme industriel », dans Brunet R., Eckert D. & Kolossov V., Atlas de la Russie et des pays proches, Paris, Reclus/La Documentation Française, 1995, p. 56-59.

Trofimova I., « Tekhnologitcheskij i Trudovoj Resursy Konkurentosposobnosti Rossii : Sostojanije i Perspektivy (Ressources technologiques et de main-d’œuvre pour la compétitivité Russe : situation et perspectives) », Voprosy Statistiki, n° 9, 2000, p. 32-40.

Touffut J.-P.. (dir.), Institutions et Innovation. De la recherche aux systèmes sociaux d’innovation, Paris, Albin Michel, 2002.

Vercueil J., Transition et ouverture de l’économie russe. Contribution à une économie institutionnelle du changement, Thèse de Doctorat de l’Université Paris X – Nanterre, 2000.

Vercueil J., Transition et ouverture de l’économie russe. Pour une économie institutionnelle du changement, Paris, L’Harmattan, 2002a.

Vercueil J., « Vstuplenie Rossi v VTO : Vybor Strategii (L’accession de la Russie à l’OMC : le choix d’une stratégie) », Problemy Prognozirovanija, n° 5, 2002b, p. 75-93.

Vercueil J., « L’ouverture aux IDE : cadres institutionnels, politiques et stratégies », dans Koleva P., Rodet-Kroichvili N. & Vercueil J. (dir.), Nouvelles Europes. Trajectoires et enjeux économiques, 2006, p. 247-284.

Notes

1 Voir par exemple Dosi et al. (1990), Amable et al. (1997), Touffut (2002), pour leurs analyses des liens entre changement technologique, changement institutionnel et évolution économique.

2 Voir Tiraspolski (1990), Sapir (1992) et Jordan (1999).

3 Pour les premières, on peut prendre l’exemple de l’habitude prise par les entreprises de limiter les risques de rupture de la chaîne de production en diversifiant la production et les approvisionnements pour ne pas dépendre exclusivement du fournisseur prévu par le plan ; pour les deuxièmes, on peut citer le saupoudrage des investissements pour maximiser les subventions reçues du ministère, sans garantie de bonne fin du projet. Pour un inventaire de ces institutions informelles, voir Sapir (1990).

4 Créé le 25 janvier 1949, le Conseil d’aide économique mutuelle regroupait à l’origine 6 pays : URSS, Bulgarie, Hongrie, Pologne, Roumaine, Tchécoslovaquie. Les membres ultérieurs ont été l’Albanie (1949-1961), la RDA (1950), la Mongolie (1962), Cuba (1972), et le Vietnam (1978).

5 Évaluation à prix constants à parité de pouvoir d’achat, base 1995.

6 Voir Lavigne (1973), Holzman (1987), et Economic Commission for Europe (1992).

7 L’équipement des centrales nucléaires était réparti en 50 entreprises de 8 pays différents. La maîtrise d’ouvrage des centrales thermiques, centrales nucléaires, usines métallurgiques à cycle complet, usines de caoutchouc synthétique, était assurée par l’URSS ; celle des usines de plaques d’aggloméré, de sucre, d’acide sulfurique, par la Pologne ; celle d’équipements pour l’élevage industriel de la volaille, par la Hongrie.

8 L’accord de 1986 sur l’électrolyse de l’alumine organisait une forme de tolling entre la Hongrie, fournisseur d’alumine et de produits semi-finis de l’industrie de l’aluminium, et l’URSS, qui fournissait en retour de l’aluminium. Le même type d’accord existait entre la Hongrie, la RDA et le Vietnam pour l’utilisation des capacités hongroises de filage de la laine.

9 r exemple, l’URSS était spécialisée dans l’aéronautique, les machines-outils et l’électronique ; la Pologne, dans les autobus et les wagons ; la Hongrie, dans l’industrie pharmaceutique et l’industrie agro-alimentaire ; la RDA, dans la mécanique de précision, les équipements pour l’industrie chimique, etc.

10 Brabant (1991), Luft (1991), et Economic Commission for Europe (1992).

11 Des estimations réalisées sur la base des flux d’échanges interrépublicains suggéraient une contribution possible de 30 % de la chute des échanges à la chute de la production (Economic Commission for Europe, 1992).

12 Les réformes de janvier 1992 ont supprimé tous les tarifs douaniers sur les importations. Un système de subvention des importations alimentaires de première nécessité a perduré durant les premières années de la transition (Vercueil, 2002a).

13 En 1993, sur les quinze premières branches exportatrices de l’économie russe, deux seulement relevaient de branches intensives en recherche et développement (les productions d’automobiles et de bateaux). Au cours de la période 1993-2000, ces deux branches ont perdu leur position au profit de produits semi-finis (papier et produits laminés à froid) (Soos et al., 2002).

14 Dosi et al. (1990 : 199).

15 Selon Rosenfielde (2002), la Russie a abandonné environ 80 % de son potentiel de production militaro-industriel entre 1991 et 1998.

16 Contrairement aux objectifs affichés par le gouvernement, la privatisation totale ou partielle des centres de recherche des années 1992-1995 ne s’est pas traduite par leur recapitalisation, qui aurait pu préfigurer une modernisation d’ampleur de leur fonctionnement. Elle a conduit à un changement de statut formel qui n’a pas entraîné de modification dans la gouvernance des organismes. Pour trouver les sources de financement manquantes, les centres ont développé des activités secondaires parfois éloignées de leur métier principal, comme la location de leur patrimoine immobilier (Boussyguine, 2005 : 67).

17 Boussyguine (2005 : 68-69, 73).

18 La production gazière de Russie, dominée par le monopole semi-public Gazprom, n’a cessé de décliner durant les années 1990 faute d’investissements suffisants dans le renouvellement des infrastructures de production et de transport. C’est aussi le cas des productions de pétrole et de charbon. Le sous-investissement a fini par entraîner des ruptures d’approvisionnement de chauffage urbain et d’électricité sur le territoire russe.

19 La « thérapie de choc » a consisté (en particulier en Pologne et en Russie) à pratiquer simultanément trois groupes de mesures de politique économique : la libéralisation des prix et des activités économiques, la stabilisation monétaire et financière, la restructuration du tissu productif et de la protection sociale. Le terme de « choc » renvoie à la rapidité et à l’ampleur des réformes souhaitées par ses promoteurs : plus le rythme des réformes entreprises était élevé, plus grandes étaient les chances de succès. Pour une présentation des réformes, voir Camdessus (1994). Pour une discussion critique, voir par exemple Pagé & Vercueil (2004).

20 La dollarisation de l’économie russe dans les années 1990 est une illustration de ce phénomène.

21 Sur la période 1992-1999, on peut estimer le montant annuel moyen des fuites illégales de capitaux à 10 % du PIB. Durant toute la période, la Russie a été exportatrice nette de capitaux, contrairement à tous les autres pays en transition.

22 Lehmbruch (1999) et Eronen (2000).

23 OCDE (1995), Shleifer & Treisman (1998), Heinrich (2000), et Pleines (2000).

24 Shleifer & Treisman (1998), et Renversez (2001).

25 Sapir (1998), Vercueil (2002a).

26 Kuruneri-Millet & Zlotowski (2000), et Lotspeich (2000).

27 Au sens explicité au paragraphe précédent.

28 Cette explication – qui consiste à présenter le rent seeking comme le résultat de réformes insuffisamment radicales – a pourtant été longtemps la seule présentée par les analyses standard de la transition. Voir par exemple Aslund (1995, 1999).

29 Pour autant, l’épuisement des ressources tirées de l’exploitation d’une rente n’est pas le point d’origine de la chaîne des impayés en Russie.

30 Entre 1999 et 2006, le PIB russe a augmenté de plus de 63 % à prix constants.

31 Bank of Finland Institute of Transition (2005a).

32 Patel & Pavitt (1998 : 312).

33 La part des publications russes dans le total mondial est passée de 7,2 % en 1990 à 2,7 % en 1999 (OST, 2002).

34 En 1996, seuls 8,2 % des centres de recherche étaient intégrés à une entreprise (Boussyguine, 2005 : 66).

35 Pour une présentation de ces fondations, voir Boussyguine (2005 : 54-59).

36 Estimation gouvernementale citée dans Bank of Finland Institute of Transition (2004b).

37 Natsionaln’nyi Investitsionnyi Soviet (2002), et Vercueil (2002b).

38 Trofimova (2000), State Council of the Russian Federation (2001), Natsional’nyi Investitsionnyj Soviet (2002) et Boussyguine (2005).

39 Le programme spatial 2006-2015, présenté par le gouvernement en août 2005, prévoit un financement de 10 à 11 milliards de dollars sur la période. Par ailleurs, le gouvernement a fixé comme objectif de porter à 15 % la part des constructions mécaniques dans les exportations d’ici 2010 (Bank of Finland Institute of Transition, 2004a, 2005b).

40 Les spécialités seraient l’électronique, les technologies nucléaires, les technologies de l’information, les nouveaux matériaux, les équipements domestiques, les composants automobiles et les produits pétroliers de haute technologie (Bank of Finland Institute of Transition, 2005c).

41 Pavel & Pavitt (1998), Nelson (1998), et Amable & Petit (2002).

Auteur

Docteur en sciences économiques, professeur agrégé à l’IUT Jean Moulin, Lyon, et membre du Centre d’études des modes d’industrialisation (CEMI), EHESS, Paris. Ses thèmes de recherche portent sur les approches évolutionnaires et institutionnalistes en sciences économiques appliquées aux économies de la Russie et des pays d’Europe centrale et orientale. Il a publié Transition et ouverture de l’économie russe (1992-2002). Pour une économie institutionnelle du changement, Paris, L’Harmattan, 2002 ; avec J.-P. Pagé : De la chute du mur à la nouvelle Europe. Économie politique d’une métamorphose, Paris, L’Harmattan, 2004 ; avec Petia Koleva et Nathalie Rodet-Kroichvili (co-directeurs) : Nouvelles Europes. Trajectoires et enjeux économiques, Belfort, Presses de l’UTBM, 2006 ; « Institutionnalisme et évolutionnisme sont-ils complémentaires ? La transition comme mise à l’épreuve », Économie et Institutions, n° 3, 2e semestre 2003, p. 74-98. <julien.vercueil@laposte.net>

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search