Version classiqueVersion mobile

Institutions et développement

 | 
Éric Mulot
, 
Elsa Lafaye de Micheaux
, 
Pepita Ould-Ahmed

Première partie: Penser les institutions

Penser l’Économie, les institutions et la dynamique institutionnelle à partir de Karl Polanyi

Jérôme Maucourant et Sébastien Plociniczak

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend quelques développements présents dans Maucourant (2000). Par ailleurs, (...)
  • 2 Maucourant (2005 : 17).
  • 3 Plociniczak (2005 : 705).

1« L’œuvre de Polanyi1, multiforme, interfère avec ce qu’on appelle aujourd’hui l’analyse des institutions ; elle ne respecte pas la frontière entre une anthropologie économique (que certains voudront caractériser par un fort parti pris empiriste) et l’analyse économique (pensée comme foncièrement théorique) ; elle ne prétend pas faire l’histoire, mais la récrire du point de vue des institutions2. »
« Toute forme d’échange s’inscrit à des degrés variables dans le temps et l’espace au sein de médiations sociétales dont elle ne peut en conséquence jamais être totalement autonomisée. Pour Polanyi, ce qui caractérise la civilisation du xixe siècle est la tentative utopique de déracinement de la sphère marchande de la totalité des rapports sociaux3. »

  • 4 L’effacement du modèle d’équilibre général walrasien pourrait ainsi signifier l’émergence d’u (...)
  • 5 Nous avons rappelé le caractère discutable, du point de vue méthodologique et économique, de (...)

2Vers la fin des années 1970, la science économique d’obédience néoclassique, qu’on pensait en crise, a développé un certain nombre d’outils conceptuels permettant d’appréhender de façon nouvelle la dynamique institutionnelle. Cette écriture renouvelée4 devient un apport qui semble nécessaire pour les historiens5. Et pourtant, ces acquis issus de ce qu’il est communément appelé la « Nouvelle histoire économique » doivent être remis dans un contexte intellectuel où la perte de la référence à Karl Marx a incité les chercheurs en sciences sociales à chercher un autre modèle de compréhension de l’économie, des institutions et de la dynamique institutionnelle.

  • 6 Dockès (1998 : 91).
  • 7 Voir North (1977, 1981, 1990, 1991, 2005).
  • 8 North définit les institutions comme une série de contraintes sur le comportement prenant la (...)
  • 9 North conçoit les coûts de transaction comme les coûts de stipulation et de mise en applicati (...)
  • 10 Ainsi, l’étude d’institutions, comme le servage, se ramène à l’étude des « dispositions contr (...)

3Le réveil de l’approche néoclassique des phénomènes économiques en histoire contribue à faire prévaloir l’idée que l’évolution économique, fût-ce de façon « tremblante6 », modèle les institutions de façon finalement optimale. Les institutions auraient une raison d’être qu’il faudrait chercher d’abord dans le champ économique ; telle est l’intuition du Prix Nobel d’économie 1993, Douglass North7. En réalité, son travail constitue une interprétation très particulière de la dynamique institutionnelle : celle-ci est supposée provenir, en dernière instance, des prix relatifs, quand bien même il n’y a pas de marchés organisés qui créent les prix. Les institutions sont comprises d’un point de vue essentiellement fonctionnaliste, même si leur inertie, dommageable du point de vue de l’évolution sociale, est mise en exergue8. Un fondement de la démarche est de montrer le caractère optimal de certaines institutions anciennes, comme si, de fait, celles-ci avaient pour vocation naturelle de minimiser les « coûts de transaction9 ». Par ailleurs, cette « Nouvelle histoire économique » anglo-saxonne fait fi de l’indétermination des rapports de force qui structurent les matrices institutionnelles dont, pourtant, aucune téléologie ne peut garantir l’optimalité. Thorstein Veblen (1898) avait d’ailleurs montré que l’analyse économique traditionnelle, fondée sur le concept d’équilibre, contient en elle-même un finalisme analytique qui lui fait manquer les « causalités aveugles » et les résultats authentiquement imprévisibles qui structurent la dynamique institutionnelle. Le développement d’une théorie qui dissout le concept de « rapport social » au profit d’une fiction, celle du « contrat », ne nous paraît donc pas prometteuse10.

  • 11 La satisfaction des économistes de la pensée dominante est de croire que l’histoire économiqu (...)
  • 12 Polanyi (1977 : 6).

4Dans le cadre de ce texte, que nous voulons synthétique, nous ambitionnons de montrer la fertilité de l’approche de Karl Polanyi (1886-1964) qui s’inscrit, dans son essence, contre le réductionnisme de la pensée économique dominante. Il ne s’agit pas de jeter l’anathème sur toute forme d’analyse économique des institutions, mais de reconnaître les limites de ce genre d’exercice. Ainsi, l’analyse de l’économie, des institutions et de la dynamique institutionnelle, dans la perspective polanyienne, peut se fonder sur les acquis de la science économique, mais doit rester une discipline indépendante11. Nous avons beaucoup à apprendre de Polanyi, car certaines de ses intuitions contribuent à former un point de résistance contre le point de vue économiciste dominant, lequel conçoit l’économie, les institutions et la dynamique institutionnelle suivant une logique marchande, supposée forme naturelle et transhistorique des relations humaines. Or, pour Polanyi, il est impossible de comprendre la société, l’économie et l’histoire humaine dans la perspective de la théorie économique dominante, car « rétrécir la sphère du genre économique spécifiquement aux phénomènes marchands revient à éliminer la plus grande partie de l’histoire de l’homme de la scène12 ».

  • 13 L’institution monétaire, qui est souvent comprise comme résultant de difficultés inhérentes a (...)

5C’est pourquoi il nous a paru utile, dans un premier temps, de rappeler les fondements de la démarche de Polanyi pour montrer que les institutions n’ont pas de raison d’être qu’il faudrait exclusivement chercher dans le champ économique13. On ne peut ainsi réduire les catégories polanyiennes à des considérations d’efficience telle que la pensée économique dominante peut les promouvoir. Voulant redonner aux phénomènes économiques l’historicité et la socialité dont ils sont porteurs, Polanyi s’intéresse ainsi aux origines politiques et économiques de notre temps, promène son regard sur plus de trois millénaires d’histoire, questionne l’essence de la modernité et rencontre l’économie. Reconnaissant alors la diversité des systèmes économiques, et donc l’impossibilité de formuler des lois économiques générales autrement qu’à un niveau analytique abstrait, Polanyi examine la place de l’économie en fonction des différentes sociétés et suggère que l’économie doit être considérée comme un « processus institutionnalisé ». À cet effet, Polanyi s’arme d’un triangle d’or méthodologique et conceptuel, constitué de la métaphore de l’« encastrement », d’une conception « substantive » de l’économie et de formes fondamentales de structures sociales de l’économie (dites aussi « formes d’intégration »).

6Nous mettrons en avant, en second lieu, la spécificité de l’analyse de Polanyi, qui repose sur l’éclatement de la « triade catallactique » de la théorie économique dominante. Au regard de l’histoire économique, il faut, selon Polanyi, distinguer le commerce de l’échange marchand et comprendre la monnaie d’un point de vue extérieur à la stricte logique matérielle de l’économie. Ces trois catégories, posées comme naturelles, sont, en réalité, de par la variété de leurs éléments, de leurs formes et usages, des constructions historique, sociale, politique et culturelle autonomes dont la conjonction n’opère que dans une société de marché idéalisée gouvernée par un système de marchés créateurs de prix formés par une offre et une demande exprimée en monnaie.

Le triangle d’or de l’approche institutionnelle de Karl Polanyi

Aux origines de l’encastrement social de l’économie

  • 14 Polanyi (1947a, 1947b, 1977).
  • 15 Les temps anciens sont ceux ou le « statut » prime sur le « contrat ». Polanyi (1977) rep (...)

7Contre le sophisme dualiste, si répandu, qui oppose la dimension « idéale » à la dimension « matérielle » des comportements humains, Polanyi rappelle que cette opposition n’est en rien naturelle, mais qu’elle est plutôt le produit du xixe siècle14. Cette époque, institutionnalisant la quête du gain comme moyen de survie, contraste de manière absolument saisissante avec tout ce que l’humanité a jusqu’alors connu. Dès lors, le revenu monétaire détermine le « rang » et le « statut » de l’homme et non l’inverse comme autrefois15. Or, selon Polanyi, organiser la production selon le seul motif du gain est une contingence de l’histoire, une tentative chimérique (Maucourant, 2005 ; Plociniczak, 2005, 2007). On comprend pourquoi la seule « société de marché » idéalisée connaît le déterminisme économique, ce fait réduisant la portée a priori de toute interprétation matérialiste et utilitariste de la dynamique institutionnelle.

  • 16 La loi du Speenhamland, du nom d’une localité du comté de Berkshire, se proposait d’empêc (...)
  • 17 Neale (1975 : 331-332).
  • 18 Polanyi (1947a, 1947b). Pour la théorie économique dominante, toute valeur d’usage (bien (...)
  • 19 Cette dimension culturelle, au travers de représentations collectives partagées, modèle l (...)

8Précisément, c’est en Angleterre, vers 1834, avec l’abrogation du Speenhamland Act16, qu’aurait été créé pour la première fois un système marchand à prétention autorégulatrice, le « marché autorégulateur ». Dans ce cadre institutionnel, « le marché est un mécanisme qui crée les prix. La fonction des prix du marché est de régler l’offre de biens par rapport à la demande et d’orienter la demande de biens par rapport à l’offre disponible. On peut dire que le marché est un mécanisme d’offre-demande-prix17 ». La terre, le travail et la monnaie deviennent autant de marchandises dont les prix fluctuants se dénomment rente, salaire et intérêt (Polanyi, 1983), les individus faisant « comme si » ces « objets » (travail, terre, monnaie) étaient originellement « produits pour la vente sur le marché18 ». Or, ces trois composantes sont autant de « marchandises fictives », ce qui montre le caractère profondément culturel qui sous-tend l’organisation marchande de la production19. Polanyi remarque ainsi que la terre n’est pas produite pour être vendue car elle est au fond la nature elle-même. Il en va bien sûr de même pour l’homme, le « travail-vivant » selon la sémantique marxienne, et la monnaie :

  • 20 Polanyi (id. : 107).

La monnaie réelle est simplement un signe de pouvoir d’achat qui, en règle générale, n’est pas le moins du monde produit, mais est une création du mécanisme de la banque ou de la finance d’État20.

  • 21 Embedded signifie, littéralement, « en-lité », ce qui est couramment traduit par « encast (...)
  • 22 Polanyi (1983 : 74).

9Conséquemment, Polanyi affirme que les relations de production, d’échange et de financement sont, à travers le temps et l’espace, irréductiblement « encastrées » (embedded) au sein de rapports sociaux et d’institutions de nature sociale, politique, culturelle et religieuse – non spécifiquement économiques donc – qui leur préexistent et leur donnent forme21. À cet effet, Polanyi met explicitement en avant le rôle de Max Weber qui « fut le premier des historiens modernes de l’économie à protester contre la mise à l’écart des économies primitives22 » sous prétexte qu’elles étaient sans rapport avec la question des mobiles et des mécanismes de l’économie civilisée. C’est pourquoi Polanyi (1975a) ne peut qu’accentuer son opposition méthodologique par rapport aux adeptes d’une analyse strictement économique des institutions :

  • 23 Polanyi (1975a : 244).

Il importe de tenir compte de l’aspect non économique. Car il se peut que la religion et le gouvernement soient aussi capitaux pour la structure et le fonctionnement de l’économie que les institutions monétaires ou l’existence d’outils et de machines qui allègent la fatigue du travail23.

  • 24 Polanyi (1977 : xivii-xiviii).
  • 25 Polanyi et al. (1975 : 237).

10En fait, la métaphore de l’encastrement est pour Polanyi une forme méthodologique abrégée lui permettant d’étudier et de comprendre les institutions comme des « objets multi-déterminés pouvant contenir simultanément des processus sociaux variés24 » : lois, régulations, État, coutumes, etc. Celle-ci doit lui permettre d’expliciter l’évolution des rapports entre les formes économiques et l’état de la société dans le temps et dans l’espace, en examinant les institutions concrètes qui structurent les économies empiriques. Il est alors une nécessité de parvenir à « pénétrer le labyrinthe des relations sociales dans lesquelles l’économie est encastrée25 ».

Une définition de l’économie à deux composantes

  • 26 Polanyi (1977 : chapitre 2).

11La métaphore de l’encastrement est un pré-requis permettant à Polanyi26 de poser sa conception substantive de l’économie inspirée des derniers travaux de Carl Menger. Seul parmi les grands théoriciens des sciences sociales, affirme Polanyi (1977), Menger ne commit pas l’erreur de confondre les deux sens du terme « économique » :

  • 27 Polanyi (id. : 26). En effet, Menger, vers la fin de sa vie, réécrit ses Principes parce (...)

Ainsi que l’expliquait Menger, l’économie comportait deux directions élémentaires, dont une était la direction économisante, provenant de l’insuffisance des moyens, tandis que l’autre, celle qu’il appelait direction techno-économique, provenait des exigences physiques de la production sans égard à l’abondance ou à l’insuffisance des moyens27.

  • 28 Sparen, en allemand, signifie épargner.

12Menger opposait alors les économies d’échanges, pour lesquelles ses Principes avaient été écrits, aux économies « non civilisées ». Il mettait enfin en opposition l’acte économique en général (wirtschaftend) et celui relatif au fait d’économiser les moyens (sparend28).

  • 29 Polanyi (1975a : 239).
  • 30 Polanyi (1983 : 76).
  • 31 Polanyi (1975a : 239).

13D’où l’exposition par Polanyi de sa conception substantive de l’économie : « Le sens substantif tire son origine de la dépendance de l’homme par rapport à la nature et à ses semblables pour assurer la survie. Il renvoie à l’échange entre l’homme et son environnement naturel et social29. » Cette perspective souligne que l’homme ne peut vivre sans relations avec autrui – « le caractère immuable de l’homme en tant qu’être social30 » – et sans un environnement naturel capable de leur fournir leurs moyens de subsistance. Polanyi insiste sur la nécessité de disposer d’une telle conception de l’économie, qui met l’accent sur l’approvisionnement en moyens matériels permettant de satisfaire les besoins et désirs humains, afin de pouvoir « analyser toutes les économies […] du passé et du présent31 ». L’autre définition de l’économique, formelle et non substantive, est celle sur laquelle s’adosse le cadre conceptuel de la théorie économique dominante, issu notamment des travaux de Léon Walras et de l’apport épistémologique de Lionel Robbins :

  • 32 Ibid. Conformément à la définition proposée par Robbins (1932 : 16) : l’« économie est la (...)

Le sens formel dérive du caractère logique de la relation entre fins et moyens, comme le montrent les expressions processus économique ou processus qui économise les moyens. Ce sens renvoie à une situation bien déterminée de choix, à savoir entre les usages alternatifs des différents moyens par suite de leur rareté32.

14L’économie est ici rabattue sur le processus de décisions en situation de rareté.

  • 33 Ibid. Puis, poursuit-il : « […] on voit aisément que, de même qu’il a choix sans rareté, (...)
  • 34 S’appuyant sur les recherches anthropologiques relatives aux sociétés de chasse (...)
  • 35 Dans le cadre des sociétés archaïques, le politique s’est émancipé des autres d (...)

15Contrairement à l’approche formelle, la rareté est pour Polanyi une construction sociale et historique singulière. Elle est un état particulier où l’on doit choisir en situation d’insuffisance de moyens. À rigoureusement parler, la rareté n’équivaut pas à cette réalité du monde fini. Puisque les hommes dépendent avant tout de la nature et de leurs semblables pour assurer leur subsistance, on ne peut réifier la rareté : le choix ne présuppose pas une insuffisance de moyens, de ressources rares car « la subsistance de l’homme peut ou non imposer un choix, et si choix il y a, celui-ci n’est pas obligatoirement déterminé par l’effet limitatif de la rareté des moyens33 ». Les choix moraux (distinguer ce qui est bien de ce qui est mal), par exemple, ne présupposent pas de moyens rares. Dans certaines situations, ce serait même plutôt l’inverse, car, si les moyens sont abondants, nous pouvons être amenés à faire les choix les plus durs et difficiles (Polanyi, 1977)34. Il n’y aurait donc pas de « situation de rareté » dans les sociétés non marchandes où règne un type d’action fortement marqué par la tradition : les impératifs ancestraux et religieux fixent les conditions d’accès aux moyens en même temps que les finalités de l’activité productive. De plus, dans les sociétés « archaïques », c’est-à-dire les sociétés non modernes pourvues d’une forme étatique, l’autorité politique est une autre contrainte limitant l’existence même d’état de rareté35.

  • 36 Comme le font North (1990), ou encore Silver (1995).

16Ainsi, Polanyi va à l’encontre des adeptes de la théorie économique dominante, selon laquelle le mécanisme des prix exprime simplement la logique des choix, tout choix supposant a priori un sacrifice pouvant s’évaluer eu égard à la somme des renoncements qu’elle suppose. Ce principe de « coûts alternatifs », typique du marginalisme autrichien de l’économie de la fin du xixe siècle, rencontre des limites d’un strict point de vue logique (Pribram, 1986). Polanyi met en évidence une autre limite aux prétentions marginalistes : pour qu’il y ait choix, il faut qu’il y ait possibilité de choisir, ce que ne permettent pas certaines configurations culturelles. On ne peut donc construire36 une théorie de l’évolution des formes économiques fondée sur l’idée de prix implicites, « fictifs » en quelque sorte, lesquels refléteraient les raretés relatives observées par le seul théoricien, alors même qu’il n’y a pas de marchés permettant de révéler ces raretés relatives. Dans bien des cas, les prix ne sont pas tant économiques que sociologiques ou politiques : ils préexistent aux échanges effectifs et leur restent largement indifférents (Caillé, 1986).

Les formes fondamentales des structures sociales de l’économie

  • 37 Pour Polanyi (1977 : 31) : « Si la survie matérielle de l’homme n’était que le produit de (...)

17Pratiquement, l’économie substantive comme approche institutionnelle se compose de deux niveaux inséparables (Polanyi, 1977). Le premier est constitué des interactions entre les hommes entre eux et avec la nature. Or, la subsistance de l’homme ne peut être laissée à la merci de causes accidentelles, des rigidités sont nécessaires. Dit autrement, les transactions doivent avoir un minimum de cohérence et de stabilité pour que l’économie humaine puisse exister, d’où le second niveau correspondant à l’institutionnalisation de ce processus d’interaction37.

  • 38 Polanyi (1975a : 243).
  • 39 ibid.
  • 40 Limitée « à une interaction mécanique, biologique, et psychologique des éléments, [qui] n (...)
  • 41 Suivant Polanyi (id. : 244) : l’« institutionnalisation du procès économique confère à (...)

18Le terme de processus se réfère aux transferts (« mouvements ») d’éléments matériels entre localisations (« lieux ») et individus ou groupes de personnes (qualifiés de « possesseurs » ou de « mains »), lesquels constituent la base de l’activité économique. Ces deux types de mouvements « épuisent à eux seuls les possibilités contenues dans le procès économique en tant que phénomène naturel et social38 ». Est implicite dans ce processus un mélange fluide de ce que les sciences sociales distingueraient en tant que facteurs économiques et sociaux. Or, pour Polanyi, « tout élément de ce procès peut être considéré comme un élément économique39 ». Sans le concept accompagnateur d’institution, la compréhension du procès économique, entendu comme une alchimie spontanée d’éléments physiques et sociaux, serait limitée40. Il serait quasi impossible d’affirmer l’interdépendance circulaire et la récurrence (reproduction continue) des mouvements sur lesquels reposent l’unité et la stabilité du processus économique41. L’aspect institutionnel est fondamental, parce que les processus économiques, en particulier les changements techniques qui en font partie intégrante, s’instituent différemment selon les sociétés.

  • 42 Polanyi emprunte explicitement à Thurnwald (1932) et à Malinowski (1922) ce typ (...)
  • 43 Pour Polanyi (1975a : 245) : « La redistribution désigne des mouvements d’appropriation e (...)

19Polanyi, de façon idéal-typique, distingue trois formes fondamentales de structures sociales de l’économie permettant l’« intégration » de l’économie dans la société. Dans ses termes mêmes, les « formes d’intégration » constituent les régularités fondamentales de tout système social concernant les mouvements de biens, soit du point de vue de l’espace physique, soit du point de vue de la propriété (Polanyi, 1977). Ces formes élémentaires sont au nombre de trois : la réciprocité42, la redistribution43 et l’échange (implicitement marchand). Dans l’esprit de Polanyi, ces trois formes ne peuvent trouver leur application que si des « agencements institutionnels » encore appelés « modèles de supports structurels » s’y prêtent : respectivement, la symétrie, la centralité et le marché (Polanyi, 1975a).

Formes d’intégration, arrangements institutionnels et types de commerce

Formes

d’intégration

Arrangements institutionnels

Types de commerce

Réciprocité

Symétrie

(groupe parental, tribu, totem, voisinage)

Dons

Redistribution

Centralité (tribu, noble, État)

Commerce*

Échange

Marché

Échanges marchands

* Le « commerce », selon Polanyi, se distingue de l’« échange », en ce qu’il s’insère dans un schéma administratif et concerne des biens véhiculés sur de longues distances. Le « Port de commerce » est l’organe typique où les structures politiques contrôlent et gèrent ce type de négoce.

  • 44 Polanyi (1975a : 245).

20Ainsi, alors que l’échange se réfère « à des mouvements de va-et-vient tels que les changements de « mains dans un système marchand44 », de simples pratiques d’échange n’engendrent pas un système marchand. Il faut une institution, le marché, donnant stabilité à ce qui ne serait, dans le cas contraire, que de simples actes d’échanges occasionnels. Le marché doit donc être considéré comme une institution, ou plutôt un « processus institutionnalisé ». Ce point de méthode est d’importance pour l’étude des formes premières du marché car les échanges qui s’inscrivent dans cette institution doivent avoir un minimum de cohérence et de stabilité :

  • 45 ibid.

Les actes d’échanges au niveau personnel ne créent des prix que s’ils ont lieu dans un système de marché créateur de prix, structure institutionnelle qui n’est en aucun cas engendrée par de simples actes fortuits d’échanges45.

  • 46 Polanyi (id. : 248). Contrairement à l’échange à taux fixe qui « n’implique rien d’autre (...)

21Pour que l’échange à taux négocié (prix fluctuants) puisse être intégratif, il est nécessaire que « le comportement des partenaires [vise] à établir un prix qui soit aussi favorable que possible à chacun d’eux46 ». Il faut donc réaffirmer que l’existence de transactions entre individus impliquant des rapports d’échange n’équivaut pas à l’existence d’une institution cohérente de marché. C’est pourquoi il est abusif de tirer argument de l’existence de pratiques de marchandage pour faire l’hypothèse de l’existence d’une économie de marché. Il n’est donc pas possible, comme le font certains chercheurs, de tirer argument des seules pratiques de marchandage pour arriver à des conclusions hâtives sur l’existence d’« un système de marchés créateur de prix », c’est-à-dire un ensemble de marchés régulateurs reliés les uns aux autres (Neale, 1975). Bien d’autres régularités doivent être mises en évidence.

  • 47 Polanyi (1975a : 249). Ainsi « comme elles se produisent parallèlement à des niveaux diff (...)
  • 48 Suivant Maucourant (2005 : 53), Polanyi « se fait l’avocat d’un agencement des principes (...)
  • 49 Polanyi (1975a : 247).
  • 50 Polanyi « identifie ici la prédominance d’une forme d’intégration au degré auquel elle en (...)

22L’économie, comme processus institutionnalisé, connaît donc trois formes fondamentales d’intégration. Nullement antinomiques, ces trois formes ne doivent pas être considérées comme des étapes d’une séquence temporelle quelconque car elles coexistent à des niveaux hiérarchiques différents : « Plusieurs formes secondaires peuvent être présentes en même temps que la forme dominante, qui peut elle-même réapparaître après une éclipse temporaire47. » Ce que Polanyi recherche n’est pas une séquence d’événements saillants, mais plutôt une explication de leurs tendances et complémentarités, du point de vue de l’efficacité en fonction des institutions économiques48. En fait, l’efficacité propre à chacune peut être améliorée par son articulation aux autres formes. Polanyi précise, par exemple, que la réciprocité gagne beaucoup en efficacité lorsqu’elle utilise la redistribution comme méthode subordonnée : il est possible de « parvenir à la réciprocité en partageant le poids du travail selon des règles précises de redistribution, par exemple lors de l’accomplissement des tâches à tour de rôle49 ». La combinaison de ces mécanismes de régulation est essentielle, par exemple, à la compréhension du féodalisme européen marqué par de vastes réseaux de relations entre monarques, vassaux et habitants de fiefs. S’il est historiquement établi que, très tôt, réciprocité et redistribution se sont articulées l’une sur l’autre, on oublie parfois la rapidité avec laquelle la redistribution s’est liée à l’échange marchand. L’échange dont il est question ici n’est pas encore intégratif50 : il n’y a pas de libres marchés interconnectés permettant des fluctuations aléatoires de prix même si, comme à Athènes, le principe du gain par des échanges était admis. Selon Polanyi (1977), le complexe redistribution-échange était une condition sine qua non de cette démocratie. Ainsi, la polis implique l’agora, ce qui n’implique pas, à ce moment de la Grèce classique, la prédominance du marché comme forme d’intégration.

23L’approche institutionnelle de Polanyi repose donc fondamentalement sur une tension entre l’affirmation de l’historicité radicale des institutions et le caractère universel du fait d’assurer la subsistance de l’homme. La société humaine ne dispose pas, en effet, de structures sociales différenciables à l’infini pour organiser sa subsistance. En revanche, il se peut fort bien qu’existent des variations institutionnelles autour de quelques schémas fondamentaux : à ce moment, l’étude précise du rapport aux valeurs religieuses ou aux représentations sociales, politiques et culturelles peut expliquer les variations autour d’un thème central. Là nous semble être la substance de l’universalisme relativiste de Polanyi : son approche consiste à penser des invariants de l’économie pour mieux rendre compte des différences institutionnelles. La compréhension fine des processus institutionnalisés exige donc in fine l’inclusion des représentations sociales, politiques, culturelles et religieuses de l’acte économique dans l’analyse des institutions. Par où l’économie n’est pas une chose pour Polanyi, mais une articulation de structures sociales complémentaires dont l’étude est fondée sur des types parfaitement idéaux que sont la redistribution, la réciprocité et l’échange marchand.

Pour l’éclatement de la « triade catallactique » de la pensée économique dominante

Polanyi, le commerce, l’échange marchand et la monnaie

  • 51 Suivant l’économiste autrichien Hayek la « cattalaxie » représente « l’ordre engendré par (...)
  • 52 Histoire tant affectionnée par North (1991 : 99). Celui-ci prétend ainsi qu’on (...)
  • 53 Polanyi (1983 : 90).

24Armé de son triangle d’or méthodologique et conceptuel, Polanyi se dote de la boîte à outils lui permettant d’aller à l’encontre du paradigme de l’échange naturel de la pensée économique dominante qu’il qualifie de « catallactique51 ». Selon cette approche, la division du travail qui s’établit entre les hommes, spontanément à la recherche des gains que peut comporter l’échange, serait la raison du développement des marchés. Lorsque la communauté grandit, le commerce extérieur serait un fruit nécessaire des marchés en extension. En opposition à cette « histoire conjecturale » du marché52 dénoncée un demi-siècle auparavant par Veblen (1898), le mouvement ne consiste pas, selon Polanyi, en un passage du marché local au marché intérieur, puis de ce dernier au marché extérieur. À la suite de Weber (1991), qui montra que le commerce entre peuples précéda les formes d’échanges internes, Polanyi suggère que « le vrai point de départ est le commerce au long cours, résultat de la localisation géographique des biens, et de la division du travail née de cette localisation53. »

25Polanyi insiste, en fait, sur la nécessité de distinguer l’institution du « commerce » (trade) des « marchés locaux » (market places). Cette distinction est pour lui le trait saillant des sociétés archaïques et constitue une opposition analytique entre « commerce extérieur » et « échange marchand ». L’exemple du « port de commerce » (port of trade) va nous permettre de mieux comprendre la nature de cette division institutionnelle. Il ne s’agit donc pas tant de nier l’ancienneté du principe de l’échange, que de souligner l’antériorité du commerce mais aussi des pratiques monétaires :

  • 54 Polanyi (1975a : 250).

Le commerce, ainsi que certains usages de la monnaie, sont aussi vieux que l’humanité ; par contre, bien que des lieux de réunion à caractère économique aient pu exister dès le néolithique, les marchés ne commencèrent à prendre de l’importance qu’à une époque relativement récente54.

  • 55 Ibid.

26Ainsi, la « triade catallactique » de la pensée économique dominante, complexe prétendument indissoluble résultant de la monnaie, du commerce et des marchés, n’existe pas pour Polanyi, car les trois éléments constitutifs de cette triade sont des constructions historiques (et non théoriques) instituées distinctement. Or, cette dissociation est incompréhensible du point de vue de l’approche « catallactique », car celle-ci « doit entraîner une acceptation, plus ou moins tacite, du principe heuristique selon lequel, là où la monnaie est présente, on peut supposer l’existence de commerce et donc du marché. Naturellement, on en arrive à voir des marchés là où il n’y en a pas et à ignorer le commerce et la monnaie quand ils existent, du fait de l’absence de marchés […] c’est pourquoi il convient d’analyser séparément le commerce, la monnaie et les marchés55 ». Polanyi construit, quant à lui, sa démonstration en l’adossant sur des faits socio-politico-historiques et non de pures conjectures.

27Polanyi ne met pas simplement en évidence la distinction institutionnelle entre le commerce et l’échange marchand ; il remarque également que la monnaie est liée à des exigences bien antérieures aux marchés, dans la mesure où elle est un moyen d’évaluer et d’éteindre des dettes, lesquelles n’ont d’ailleurs pas de sens ou de source économique. Polanyi nous invite à un changement de paradigme s’agissant de la monnaie :

  • 56 Polanyi (1983 : 89).

Et voilà qui réfute ce mythe du xixe siècle selon lequel la monnaie était une invention dont l’apparition, en créant les marchés, en accélérant la division du travail et en favorisant la propension naturelle de l’homme au troc, au paiement en nature et à l’échange, transformait inévitablement une société56.

28C’est donc la monnaie sans le marché que nous sommes invités à penser. Polanyi distingue, de façon classique, quatre fonctions : étalon des valeurs (posant le problème de la numération) ; moyen de paiement (d’où la question de la contrainte de la dette qui est posée) ; moyen d’échange (lié à la transaction commerciale) ; réserve de richesses (la question du trésor). C’est quand la logique de l’échange n’a pas encore subverti la logique économique qu’il peut exister une institution séparée des pratiques monétaires de compte ou de paiement. Polanyi oppose donc la monnaie « tous usages » des modernes aux monnaies anciennes « à usages spécifiques », qui se limitent parfois à des fonctions uniques (le compte, le paiement voire l’échange) ou dont l’aire d’application est extrêmement cloisonnée à l’intérieur même d’une fonction reconnue. L’originalité de Polanyi est de lier l’institution des fonctions monétaires aux formes d’intégration, ce qui nous permet de comprendre quelques déterminations économiques et sociales qui ont été décisives pour l’origine et la place des anciennes monnaies dans la société.

L’indépendance institutionnelle du commerce et des marchés : l’exemple du port de commerce ou du commerce sans marché

  • 57 Polanyi (1977 : 81). L’accent mis sur l’acquisition de biens venant de contrées lointaine (...)
  • 58 Ibid.
  • 59 Polanyi (1975c : 144).

29Selon Polanyi, le commerce archaïque est une forme d’action collective, expression des pratiques de réciprocité entre unités politiques : les échanges entre « grands » de diverses communautés sont à la source des transactions qui sont en nombre et variété limitées. Dès que se structurent les pouvoirs politiques, les systèmes de redistribution organisent le commerce qui ne s’apparente aucunement à l’échange marchand. Il est « une méthode qui consiste à acquérir des biens qui ne sont pas disponibles sur place. Il s’agit de quelque chose d’extérieur au groupe57 ». Contrairement à l’échange marchand, qui est un « mouvement de biens qui vont entrer dans le marché, c’est-à-dire qu’il est une institution qui comporte un mécanisme offre-demande-prix [où] le mouvement est contrôlé par les prix58 », le commerce ne concerne pas la subsistance de l’homme dans ce qu’elle a d’essentiel et donc ne rend pas la vie humaine dépendante des fluctuations des prix formés sur le marché. Il est « un trafic discontinu qui ne se développe pas en une entreprise continue59 ».

30Au sein des sociétés archaïques, le concept de « port de commerce » (port of trade) constitue l’archétype de la dissociation institutionnelle existant entre le commerce et les marchés locaux (lieux de rencontres où les biens changent de mains sans qu’il y ait nécessairement de mécanisme offre-demande-prix), qui ne se développèrent, à l’ère hellénistique, que d’une façon limitée et réversible. Le port de commerce constitue une véritable interface entre les mondes socioéconomiques distincts, où le pouvoir politique garantit la sécurité des commerçants qui conservent leurs identités et leurs pratiques socio-économiques. Polanyi définit le port de commerce comme :

  • 60 Polanyi (1968 : 238-239). Graslin & Maucourant (2005 : 222) définissent celui-ci comme «  (...)

L’organe typique des commerces outremers […], arrangement capable de faire face aux nécessités de la sécurité du commerce sous les formes premières de l’État […], le port de commerce était souvent un artifice de neutralité […]. Le modèle archaïque comprend un commerce à prix fixés, ou par d’autres méthodes administratives, […] alors que la concurrence était évitée comme mode de transaction60.

  • 61 Polanyi (1968 : 246).

31La neutralité relative du lieu, assurée par la puissance publique, est un prérequis pour que les commerçants étrangers acceptent d’y aller, voire de s’y établir, fondant ainsi de véritables colonies. Le commerce administré à prix fixes constitue le prolongement de la redistribution interne au système social considéré et permet aussi d’assurer des transactions de réciprocité entre élites sociales. Ce commerce n’exprime donc pas une extension des pratiques de marchés intérieures à ces sociétés : ni le risque ni la structure des prix ne déterminent ce type de flux commerciaux. Il est à noter que le port de commerce n’était pas nécessairement côtier, il pouvait être situé à la jonction de la montagne et d’un désert, ou sur un fleuve (Revere, 1975). On trouve maints exemples historiques de la réalité des ports de commerce, qu’ils fussent établis en Phénicie, en Asie Mineure, en Syrie du Nord, en Palestine, le long de la mer Noire et du littoral grec. La « thalassophobie » des grands empires des iiie et iie millénaires avant notre ère explique aussi la véritable indépendance politique de ces cités-États. Ainsi l’humanité, avant l’échange marchand, aurait construit un véritable « point de croissance de l’économie mondiale61 ».

  • 62 Avec un souci polémique typique de Polanyi. Voir Neale & Tandy (1993 : 10-14).
  • 63 Dont nous discutons l’intérêt dans Graslin & Maucourant (2005) : si les données (...)

32Les progrès de la connaissance assyriologique, qui lui sont contemporains, incitent Polanyi (1968) à émettre l’hypothèse que le « kar babylonien » aurait été exemplaire du port de commerce : ainsi, des cités commerçantes aussi prospères que Babylone n’auraient pas eu de place de marchés62. Qu’il n’y ait pas eu nécessairement de place de marchés montre bien la signification toute particulière de l’agora grecque. Polanyi (1977) rapporte ainsi la sentence du Roi des rois, peu impressionné par ces Grecs qui ont implanté au milieu de leur ville un endroit où mensonges et duperies sont la règle. La culture du grand empire dominant du temps – qui n’était pas le dernier à pratiquer le commerce – rejetait donc cette innovation du marché dans l’immoralité, l’étrangeté. D’où l’importance, toute particulière pour Polanyi, de l’Attique comme lieu d’émergence, à l’époque hellénistique, d’échanges marchands. Sur ce point, l’Orient n’anticipa en rien l’Occident. Les places de marchés archaïques, quand elles existent, sont marginales pour l’organisation de la vie économique. En réalité, le concept d’« éléments de marché » auquel Polanyi (1977) fait référence montre bien que la présence de ces « traits institutionnels » (lieu, offre, demande, prix, crédit, monnaies, lois, équivalences, etc.) ne produit pas un système de marchés interconnectés où les échanges y concernent les biens de subsistance et où les profits sont fonction d’un système de prix fondés sur les marchés. Le commerce (sans marchés) apparaît comme une figure typique des transactions des économies anciennes. Polanyi (1975b) développe un modèle63 selon lequel il existerait une différence statutaire entre les acteurs de ce type de transactions : le mercator, acteur des petits marchés locaux situé au bas l’échelle sociale, est motivé par le gain et est idéal-typiquement distinct du factor, organisateur du commerce royal proche du pouvoir royal, assuré d’un statut qui lui permet d’être à l’abri d’un tel motif. C’est pourquoi Polanyi réfute l’individualisme qui serait inhérent au commerce des temps les plus anciens selon la pensée économique dominante. Il estime par ailleurs considérable le niveau atteint par le « commerce royal » sous David et Salomon, lequel n’est en rien un système de marchés créateur de prix. Dans un texte non publié de 1950, Polanyi met en exergue les « artifices opérationnels » du commerce comme l’étaient « les prix traditionnels, comme les 150 sicles pour un cheval de Salomon ».

33Plus généralement, les recherches récentes ne semblent pas infirmer l’idée que les toutes premières formes de l’échange marchand ne sont en rien naturelles ; en cela, nous restons proches du modèle de Polanyi inspiré, pour une part, par l’œuvre de Karl Bücher. De celui-ci, Polanyi voulait retenir « l’aversion » – selon le mot propre de Bücher – de l’homme pour l’échange. C’est l’extrême précarité des conditions de vie qui pousse à des prêts de subsistance (Renger, 1994) : l’esprit d’entreprise n’est pas la cause essentielle de l’endettement et une fonction des temples est bien d’assurer la réciprocité. D’ailleurs, certains « contrats » mésopotamiens n’émanent pas de deux volontés « libres » : les destinataires des prêts ont des droits à recevoir (Renger, 1994). Zaccagnini affirme, quant à lui, pour ce qui est du Proche-Orient ancien, que l’essentiel de la raison des mouvements de biens a une origine fiscale :

  • 64 Zaccagnini (1994 : 223).

Les seuls témoignages de négociations marchandes se référent à des individus ou des groupes familiaux qui se trouvent dans une situation de difficultés économiques et qui ont besoin de se procurer les céréales nécessaires à leur survie physique et l’ensemencement de leur champ64.

34C’est donc la pertinence des intuitions de Polanyi, nourries par la lecture de Bücher, qui est confirmée par cette branche de l’assyriologie, soucieuse du contexte des sources et du recours au comparatisme.

  • 65 Adams (1988 : 428) pose ainsi, d’une manière explicitement polanyienne, que le « commerce (...)

35Il semble donc que les intuitions de Polanyi ne soient pas démenties par les faits. La véritable question, qui se pose alors, est la pertinence de l’interprétation selon laquelle les contraintes économiques expliquent les singularités des institutions non-modernes « d’allocation des ressources ». North (1977), a ouvert la voie à cette synthèse toute néoclassique mais respectueuse du fait historique, en apparence. John Adams (1988), à cet égard, est celui qui nous semble être allé le plus loin dans la volonté de réconcilier la démarche substantive et l’économie des coûts de transaction65. En dépit d’un intérêt certain, cette synthèse souffre, s’agissant de l’analyse du commerce, de limites qu’il faut évoquer. Loin de voir dans les institutions des contraintes qui, selon les anciens néoclassiques, freinent les échanges, Adams insiste sur le fait que celles-là facilitent ceux-ci. Comme ensemble de règles partagées, les institutions rendent moins coûteux pour les agents économiques le recours à l’échange :

  • 66 Adams (id. : 431).

Les marchands européens eurent peu de difficultés à commercer entre eux à partir des années 1400 et 1500, parce qu’ils partageaient une commune culture pour les affaires, mais ils eurent quelques difficultés au commencement du commerce avec l’Inde ou la Chine66.

  • 67 Adams (id. : 432).

36Tout ce qui peut donc améliorer la transparence dans les transactions, le respect de l’effectivité du transfert des droits de propriété, permet d’accroître les gains possibles par l’échange et d’inciter les agents économiques à tenter le jeu de l’échange. « Plus sont semblables les institutions d’échange de deux sociétés, plus elles commerceront intensivement67 » ; la division du travail s’approfondira alors, tout comme la productivité et la croissance.

  • 68 Adams (id. : 435).
  • 69 Polanyi insiste, toutefois, sur le fait que ce commerce de marché se fonde sur une économ (...)
  • 70 Il existe de multiples origines possibles qui ne relèvent pas domaine de l’économie ou, p (...)

37Une dérive fonctionnaliste de l’auteur, corrélative de l’acceptation sans réserve du cadre analytique des coûts de transaction, apparaît alors : l’impérialisme devient le résultat « d’efforts visant à résoudre le problème dû aux contradictions des systèmes d’échange68 ». De plus, voulant donner une force historique à ce schéma, Adams (1993) analyse longuement la thalassocratie athénienne comme porteuse de prospérité par la réduction des coûts de transaction qu’impliquait une telle hégémonie politique. Il affirme même que la volonté des Athéniens d’imposer leurs étalons monétaires et de poids et mesures relève d’une volonté économique consciente visant la diminution des coûts de transaction (Adams, 1993). C’est ainsi qu’Adams tente d’expliquer une part du propos polanyien : la mise en évidence d’un inédit de l’histoire économique que constitue le développement d’un véritable commerce de marché à l’ère hellénistique. Polanyi (1977) remarque que ce développement provoqua d’ailleurs une vive réaction à Athènes, preuve de la nouveauté de ce mécanisme institutionnel69. Outre les difficultés méthodologiques inhérentes à l’analyse des coûts de transaction, les thèses d’Adams soulèvent d’autres problèmes : on pense ici à son interprétation de la naissance du phénomène numismatique. Puisqu’il estime que la monnaie est une institution destinée à diminuer les coûts de transaction, ne serait-il pas nécessaire, pour peu que l’économie soit une science à portée empirique, qu’il confronte son hypothèse néoinstitutionnaliste à des hypothèses concurrentes qui ne manquent pas70 ? Ce n’est qu’ainsi que la théorie des coûts de transaction, qui se veut un modèle d’émergence des institutions, sera discutée autrement que d’une façon aprioristique.

L’articulation des pratiques monétaires non modernes et des formes d’intégration

38L’homme n’a rien d’un individualiste spontanément enclin à l’échange marchand. Les paiements monétaires, par exemple, sont à l’origine nécessités par nombre d’obligations qui ne sont pas économiques (Polanyi, 1977). Par ailleurs, la raison économique de la monnaie comme unité de compte peut provenir de nécessités liées à la gestion du système de redistribution, comme nous allons le voir.

Redistribution, système prémonétaire et pratiques monétaires

  • 71 D’ailleurs, si l’unité de compte donne de l’élasticité au système de redistribution, on (...)

39Selon Polanyi (1977), les relations de financement de produits de base d’une économie de redistribution requièrent l’usage de la monnaie, au moins comme pratique de compte ; sans quoi il n’est pas possible de mesurer le poids de la fiscalité sur les unités économiques ou d’estimer, compte tenu des contraintes changeantes, le rendement de cette fiscalité. Sans système permettant d’homogénéiser les productions – « ajouter des pommes et des poires » – on conviendra qu’il serait difficile de réaliser des paiements dans une économie d’une certaine étendue : l’unité de compte est la clef du principe de compensation (Polanyi, 1977)71. Une unité de compte totalement unifiante n’est pas requise, mais une « équivalence de substitution » est nécessaire pour déterminer les relations quantitatives entre les mesures des biens. Polanyi préfère parler d’« équivalence » et non de prix car le premier terme ne se réduit pas aux transactions de l’échange intégratif.

  • 72 Polanyi (1968 : 328). Il reste prudent, car il ne voit là qu’une origine parmi tant (...)
  • 73 Écriture syllabique composée de 90 signes, elle est l’écriture égéenne la plus tardive (...)

40Dans son analyse d’un « système prémonétaire », Polanyi (1968) veut montrer, par l’étude d’un aspect spécifique à l’économie palatiale de Mycènes, l’existence d’un « artifice comptable72 » qui anticiperait une véritable unité de comptabilité générale des produits : cet artifice aurait été la conséquence de l’absence de véritables techniques monétaires caractéristiques de l’Égypte ou de la Mésopotamie. Polanyi dresse un tableau rapide de cette économie où les comptes en nature de l’administration sont les seuls outils de gestion apparemment disponibles. La classe des scribes y effectuait notamment un minutieux contrôle du cheptel ovin et de la production lainière : tout se passe comme si le linéaire B73 n’était qu’une écriture destinée à être l’aide-mémoire d’une entité politique soucieuse du rendement de l’impôt.

41L’importance du pouvoir du palais était telle, à l’époque minoenne comme mycénienne, qu’il n’y existait pas de caste spécifique de commerçants ; il ne semble pas devoir exister de terme renvoyant aux catégories de l’achat ou de la vente. Dans un tel contexte, il n’est pas sans intérêt de remarquer l’existence de contributions fiscales dont la structure interne, en termes de proportion de marchandises, restait constante. L’hypothèse d’une « unité composite » s’impose alors (Polanyi, 1977). Comme le stade de l’équivalence n’est pas encore atteint, Polanyi préfère parler d’un submonetary level de cette économie palatiale, qui annonce cependant des usages résolument monétaires. Les équivalences de substitution, quant à elles, de l’économie de redistribution ou les échanges d’équivalence participent plus directement du phénomène monétaire.

42À une époque ultérieure, voire en des lieux différents, la redistribution contribue à instituer plus massivement la monnaie comme unité de compte de la monnaie ; certes, Polanyi émet l’hypothèse que celle-ci est aussi impulsée par les pratiques marchandes :

  • 74 Polanyi (id. : 184).

Parce que le troc et l’emmagasinage de produits de base sont les deux différentes sources desquelles émerge le besoin d’un étalon […] en l’absence de tout moyen d’échange, le célèbre compte rendu d’un troc en ancienne Babylonie était ainsi fait. La terre était évaluée à 816 sicles d’argent, tandis que les articles donnés en échange étaient évalués en sicles d’argent comme suit74.

43Notons simplement ici que les échanges dont il est question, sont, pour Polanyi, immergés socialement. Ainsi, les sociétés anciennes connaissaient de pures « unités idéales », car la monnaie n’a pas besoin d’être d’abord une chose dont l’achat, la vente et la grande « échangeabilité » détermineraient le destin monétaire.

44Enfin, les contributions à une unité centrale sont une autre raison de l’institution de cette fonction :

  • 75 Polanyi (1977 : 79).

Comment, par exemple, des objets monétaires peuvent être utilisés en paiement, d’autres objets monétaires pouvant être utilisés comme « étalon », alors qu’aucun échange de montant appréciable n’est en jeu ? Le rôle du trésor et de l’emmagasinage de produits de base pourrait fournir une partie de la réponse75.

45Nous suggérons ici que l’argument de Polanyi est le suivant : ce n’est pas le trésor, en tant que tel, qui institue les pratiques de compte, mais les exigences de la redistribution comme forme d’intégration. Ce n’est pas l’accumulation de céréales qui, en elle-même, solidifierait les pratiques authentiquement monétaires de compte ou de paiement, mais la présence d’un système centralisé qui, très tôt, permettrait l’accumulation de droits de tirage et l’annulation de dettes. La pure accumulation de moyens de paiement périssables n’a pas de sens : ce qui importe ici est l’organisation du système de paiement.

Réciprocité et équivalence de substitution

  • 76 Polanyi (id. : 71).
  • 77 Polanyi (id. : 112).

46Si le rôle de la gestion centrale – le principe de redistribution – est important pour l’institution des fonctions de compte, les pratiques de réciprocité ne le sont pas moins. Dans sa « sociologie des équivalences », Polanyi pose que « les équivalences entre les unités des différents biens étaient destinées à exprimer les proportions qui résultaient à la fois des conditions existantes dans la société et contribuaient à maintenir ces conditions76 ». Ainsi l’« échange naturel » d’Aristote n’était que la conséquence nécessaire de l’extension de la communauté familiale qui doit assurer l’autarcie et la survie individuelle de ces membres : le « troc » des Barbares d’Aristote, selon la lecture de Polanyi, n’est en rien une institution individualiste (Polanyi, 1977), mais exprime plutôt une relation de réciprocité où le nécessiteux d’un jour pourra rembourser sa dette aux membres de la famille élargie selon les équivalences en vigueur. La réciprocité n’exclut donc pas des pratiques de compte ; le don crée une dette, mesurable socialement. Ce jeu de la dette peut encore être illustré par la chaîne de dons et de contre-dons dont est le support la circulation monétaire, notamment à l’intérieur de l’élite (Polanyi, 1977) ; c’est le modèle de la réciprocité qui est utile pour comprendre la logique de ces transferts. Des Grecs, Polanyi note qu’« ils utilisaient leur monnaie en faisant des affaires, mais au lieu de viser au gain monétaire maximum, ils préféraient l’investir dans l’amélioration de leurs relations publiques77 ».

Échanges et monnaies

  • 78 Polanyi (id. : 99).

47Au contraire des autres fonctions monétaires, Polanyi affirme que la fonction d’échange n’est pas « fondamentale78 ». Elle suppose en effet le préjugé de l’embarras du troc originel et l’illusion que la division du travail nécessite l’échange : Smith, Ricardo, Spencer, Durkheim, Mauss et Simmel sont donc dans l’erreur (Polanyi, 1977). Polanyi (1975b) note, d’ailleurs, que les usages anciens de la banque, en Mésopotamie, contribuent à l’évitement de véritables pratiques monétaro-marchandes, car la « banque mésopotamienne » est le fruit des exigences redistributives. Il note aussi le caractère rudimentaire de la banque en Grèce ancienne car il ne lui semble pas qu’il y ait de création monétaire réelle dans la mesure où, notamment, les banques ne sont pas autonomes dans l’activité d’offre de crédit (Polanyi, 1977), laquelle crée ses dépôts, comme c’est le cas dans la banque de l’économie de marché : pour l’essentiel, la banque dépend, selon Polanyi, du bon vouloir de son déposant ou de la possibilité d’engager son capital.

Conclusion

48Par le rappel des ambitions originelles du propos de Polanyi, et par l’exposé de quelques exemples empiriques, nous espérons, dans le cadre de ce texte, avoir montré l’intérêt qu’il y a pour les sciences sociales à ne pas céder à une analyse strictement économique des institutions et de la dynamique institutionnelle. Analyse qui serait fondée sur la seule hypothèse de l’acteur appréhendé comme maximisateur sous contrainte. À n’en pas douter, une telle proposition est d’une inactualité essentielle ; c’est précisément ce qui fait l’intérêt de l’approche institutionnelle de Polanyi. Approche qui n’est pas une simple projection de la représentation immédiate de notre monde marchand. Fort heureusement, le savoir reste en devenir…

Bibliographie

Adams J., « Trade and Payments as Instituted Process : the Institutional Theory of the External Sector », dans Tool M. R. (dir.), Evolutiannary Economics. Volume II – Institutional theory and policy, New York, M. E. Sharpe, 1988, p. 421-442.

Adams J., « The Institutional Theory of Trade and the Organization of Intersocial Commerce in Ancient Athens », dans Duncan C. M. & Tandy D. W. (dir.), From Political Economy to Anthropology. Situating Economic Life in Past Societies, Montréal, Black Rose books, 1993, p. 80-104.

Block F., « Introduction », dans Polanyi K., The Great Transformation. The Economic and Political Origins on our Time, Beacon Press, 2e éd., 2001, p. xviii-xxxviii.

Caillé A., Splendeurs et misères des sciences sociales, Genève, Librairie Droz, 1986.

Cangiani M. & Maucourant J. (dir.), Essais de Karl Polanyi, Paris, Seuil, 2007.

Dockès P., « La nouvelle économie « institutionnelle », l’évolutionnisme et l’histoire », Revue Européenne des sciences sociales, vol. 36, n° 110, 1998, p. 77-96.

Gentet D., « Le modèle institutionnel de la redistribution », Cahier Monnaie et financement de l’Université Lyon 2, n° 19, 1990.

Goldin C., « Cliometrics and the Nobel », Journal of economic perspectives, vol. 9, n° 2, printemps 1995, p. 191-208.

Graslin L. & Maucourant J., « Le port de commerce : un concept en débat », Topoï, n° 12-13, 2005, p. 215-257.

Hayek F., La présomption fatale – les erreurs du socialisme, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

Maine H. S., Ancient Law. Its Connection With the Early History of Society, and Its Relation to Modern Ideas, John Murray, New York, Henry Holt, 1861.

Malinowski B., Argonauts of the Western Pacific, New York, E. P. Dutton, 1922.

Maucourant J., « Une analyse économique de la redistribution est-elle possible ? Éléments de comparaison entre le “New institutional economics” et l’approche substantive », Topoï, n° 6, 1996, p. 131-158.

Maucourant J., « Échange, commerce et monnaies dans les économies non modernes. Un réexamen de l’approche de Karl Polanyi », Transeuphratène. Recherches pluridisciplinaires sur une province de l’Empire achéménide, n° 20, avril 2000, p. 9-43.

Maucourant J., « Le néoinstitutionnalisme à l’épreuve de quelques faits historiques », Économie Appliquée, vol. 56, n° 3, 2003, p. 111-131.

Maucourant J., Avez-vous lu Polanyi ?, Paris, La Dispute, 2005.

Menger K., Grundsätze der Volkswirtschaftslehre, Wien, Wilhelm Braumüller, 1871.

Neale W., « Le marché des points de vue théorique et historique », dans Arensberg C., Pearson H. & Polanyi K. (dir.), Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, Paris, Larousse, 1975, p. 331-343.

Neale W. & Tandy D., « Karl Polanyi’s Distinctive Approach to Social Analysis and the Case of Ancient Greece : Ideas, Criticisms and Consequences », dans Duncan C. M. & Tandy D. W. (dir.), From Political Economy to Anthropology. Situating Economic Life in Past Societies, Montréal, Black Rose books, 1993, p. 9-33.

North D. C., « Markets and Other Allocation System in History : the Challenge of Karl Polanyi », Journal of European economic history, 6, 1977, p. 703-716.

North D. C., Growth and Welfare in the American Past, 1973 Structure and Change in Economic History, Norton, 1981.

North D. C., Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge University Press, 1990.

North D. C., « Institutions », Journal of Economic Perspectives, vol. 5, n° 1, 1991, p. 97-112.

North D. C., Le Processus de développement économique, Paris, Éditions d’Organisation, 2005.

North D. C. & Thomas R. P., The Rise of the Western World, Cambridge, Cambridge University Press, 1973.

Plociniczak S., « La représentation utopique du marché autorégulateur selon Karl Polanyi », dans Bensimon G. (dir.), Histoire des représentations du marché, Michel Houdiard Éditeur, 2005, p. 692-708.

Plociniczak S., « Au-delà d’une lecture standard de la Grande Transformation », Revue du MAUSS, n° 29, « Penser l’économie autrement… Après Karl Polanyi », 2007.

Polanyi K., « Our Obsolete Market Mentality : Civilization Must Find a new Thought Pattern », Commentary, 3, 1947a, p. 109-117.

Polanyi K., « On Belief in Economic Determinism », The Sociological Review, 39, 1947b, p. 96-102.

Polanyi K., « The Contribution of Institutional Analysis to the Social Sciences », Archives de l’Institut d’Économie politique Karl Polanyi de Montréal, Box 10 (1947-1963), Université Concordia, 1950.

Polanyi K., « Port of Trade in Early Societies », dans Dalton G. (dir.), Primitive, Archaic and Modern Economies, Boston, Beacon Press, 1968, p. 238-260.

Polanyi K., « L’économie en tant que procès institutionnalisé », dans Polanyi K, Arensberg C. M. et Pearson H. W. (dir.), Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, Paris, Larousse, 1975a, p. 239-260.

Polanyi K., « Le commerce sans marché au temps d’Hammourabi », Polanyi K, Arensberg C. M. & Pearson H. W. (dir.), Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, Paris, Larousse, 1975b, p. 51-62.

Polanyi K., « Traders and Trade », dans Sabloff J. A. & Lambert-Karlovky C. C. (dir.), Ancient Civilization and Trade, University of Mexico Press, Albuquerque, 1975c, p. 134-154.

Polanyi K., Arensberg C. M. & Pearson H. W., « Place de l’économie dans les sociétés », dans Polanyi K, Arensberg C. M. & Pearson H. W. (dir.), Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, Paris, Larousse, 1975, p. 235-237.

Polanyi K., The Livelihood of Man, New-York-San Francisco-London, Academic Press, 1977.

Polanyi K., La Grande Transformation : Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983.

Pribram K., Les fondements de la pensée économique, Paris, Economica, 1986.

Renger J., « On Economic Structures in Ancient Mesopotamia », Orientalia, vol. 63, n° 3, 1994, p. 157-208.

Revere R. B., « Les Ports de Commerce de la Méditerranée orientale et la neutralité des côtes », dans Polanyi K, Arensberg C. M. & Pearson H. W. (dir.), Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, Paris, Larousse, 1975, p. 71-92.

Robbins L., An Essay on the Nature and Significance of Economic Sciences, New York, New York University Press, 1932.

Sahlins M., Âge de pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard, 1976.

Silver M., Economic Structures of Antiquity, Greenwood, USA, 1995.

Thurnwald R., Economics in Primitive Communities, London, Oxford University press, 1932.

Thiveaud J-M & Piron S., « De la monnaie électronique à l’invention de la monnaie d’électron en Lydie au viie siècle av. J. C. », Revue d’économie financière, n° 32, 1995, p. 271-292.

Tönnies F., Gemeinschaft und Gesellschaft, 1888. Traduction française, Communauté et Société, Paris, Presses universitaires de France, 1944.

Veblen T., « Why is Economics not an Evolutionary Science ? », Quarterly Journal of economics, july 1898, p. 373-397.

Weber M., Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Paris, Gallimard, 1991.

Zaccagnini C., « Les échanges dans l’Antiquité : paradigmes théoriques et analyses des sources », dans Andreau J., Briant P. & Descat R. (dir.), Entretien d’Archéologie et d’histoire. Les échanges dans l’Antiquité : le rôle de l’État, Saint Bertrand de Comminges/Conseil général de Haute Garonne, 1994, p. 213-225.

Notes

1 Ce texte reprend quelques développements présents dans Maucourant (2000). Par ailleurs, tous les textes de Polanyi sont réédités ou traduits en français dans Cangiani & Maucourant (2007), à l’exception de Polanyi (1977) et de l’ouvrage le plus populaire de Polanyi, La Grande Transformation (1983). Pour une analyse de La Grande Transformation, il est possible de se reporter à Plociniczak (2005, 2007).

2 Maucourant (2005 : 17).

3 Plociniczak (2005 : 705).

4 L’effacement du modèle d’équilibre général walrasien pourrait ainsi signifier l’émergence d’un « nouveau paradigme » selon l’interprétation optimiste de Pierre Dockès (1998 : 81) qui remarque toutefois que « les vieux combats se poursuivent sous des formes nouvelles ».

5 Nous avons rappelé le caractère discutable, du point de vue méthodologique et économique, de la « Nouvelle histoire économique », largement due, en ce qui nous concerne ici, à l’œuvre pionnière de North (1977, 1981, 1990, 1991). Nous avons également proposé une synthèse de l’approche substantive et discuté de la robustesse de ses résultats quant à la question de la redistribution. Voir sur ces points Maucourant (1996, 2005).

6 Dockès (1998 : 91).

7 Voir North (1977, 1981, 1990, 1991, 2005).

8 North définit les institutions comme une série de contraintes sur le comportement prenant la forme de principes et de réglementations.

9 North conçoit les coûts de transaction comme les coûts de stipulation et de mise en application des contrats qui soutiennent l’échange (frais d’étude de marché, de négociation et d’exécution). Il en déduit que ces coûts recouvrent tous les coûts de l’organisation politique et économique, qui rendent possibles des économies dans la capture des gains de l’échange, et affirme même que le niveau atteint par ces coûts pourrait exclure toute forme d’organisation économique.

10 Ainsi, l’étude d’institutions, comme le servage, se ramène à l’étude des « dispositions contractuelles » engendrées par la logique de l’action d’individus soucieux de réduire au maximum les « coûts de transaction » (North & Thomas, 1973).

11 La satisfaction des économistes de la pensée dominante est de croire que l’histoire économique est devenue une « science » par son inclusion dans la théorie « moderne » (Goldin, 1995 : 207).

12 Polanyi (1977 : 6).

13 L’institution monétaire, qui est souvent comprise comme résultant de difficultés inhérentes au troc, est ainsi conçue par Polanyi (id. : 120) : « La variété et souvent la minutieuse articulation des institutions monétaires aident ainsi à achever l’intégration et stabiliser le privilège statutaire sans l’usage de la force brute. » Nous nous attacherons dans le présent texte aux fonctions des monnaies anciennes.

14 Polanyi (1947a, 1947b, 1977).

15 Les temps anciens sont ceux ou le « statut » prime sur le « contrat ». Polanyi (1977) reprend ici explicitement les travaux de Maine (1861) ainsi que l’opposition de Tönnies (1888) entre « Communauté » et « Société ».

16 La loi du Speenhamland, du nom d’une localité du comté de Berkshire, se proposait d’empêcher la prolétarisation du peuple en accordant des compléments de salaire « indépendamment des gains » (Polanyi, 1983 : 114) conformément à un barème indexé sur le prix du pain. Polanyi assimile cette tentative à la construction d’un « capitalisme sans marché du travail ». S’il est vrai que l’administration de cette réglementation mêlait bureaucratie et paternalisme, dans l’esprit des vieilles ordonnances sur les pauvres, il y était reconnu un « droit de vivre » (Polanyi, id. : 115).

17 Neale (1975 : 331-332).

18 Polanyi (1947a, 1947b). Pour la théorie économique dominante, toute valeur d’usage (bien ou service) qui s’échange entre acheteur et vendeur sur un marché est une « marchandise ». Pour Polanyi, les marchandises sont empiriquement définies comme des objets produits pour la vente sur le marché.

19 Cette dimension culturelle, au travers de représentations collectives partagées, modèle les objectifs des individus. La fiction de la marchandise fournissant « un principe d’organisation d’importance vitale, qui concerne l’ensemble de la société […] ; ce principe veut que l’on interdise toute disposition ou tout comportement qui pourrait empêcher le fonctionnement effectif du mécanisme du marché selon la fiction de la marchandise ». Tout simplement : « un pareil dispositif doit briser les relations humaines » (Polanyi, 1983 : 108).

20 Polanyi (id. : 107).

21 Embedded signifie, littéralement, « en-lité », ce qui est couramment traduit par « encastrement ». Elle trouve diverses traductions dans la littérature francophone : enchâssement, enchevêtrement, enclavement, insertion, immersion, imbrication, englobé, contextualisation, etc. Nous nous en tenons à la traduction d’encastrement car celle-ci est la plus répandue. Dans l’ensemble de son œuvre, Polanyi utilise diverses expressions – « submergé » (submerged), « absorbé » (absorbed), « subordination » (subordination), « enserré » (enclosed), « pris » (enmeshed), « entrelacé » (interwoven), etc. – qui prennent des significations spécialisées partiellement différentes du terme ou en sont des variétés linguistiques. Cette métaphore est vraisemblablement issue, selon Block (2001 : 24, note x), des lectures que Polanyi a faites sur l’industrie minière anglaise et, plus précisément, sur l’extraction du charbon encastré dans les murs de roche des mines.

22 Polanyi (1983 : 74).

23 Polanyi (1975a : 244).

24 Polanyi (1977 : xivii-xiviii).

25 Polanyi et al. (1975 : 237).

26 Polanyi (1977 : chapitre 2).

27 Polanyi (id. : 26). En effet, Menger, vers la fin de sa vie, réécrit ses Principes parce que la définition devenue classique de l’économie, au sens « d’économiser les moyens », ne lui convenait plus. Il est vrai que l’universalité du penchant utilitariste était remise en question à la fin du xixe siècle.

28 Sparen, en allemand, signifie épargner.

29 Polanyi (1975a : 239).

30 Polanyi (1983 : 76).

31 Polanyi (1975a : 239).

32 Ibid. Conformément à la définition proposée par Robbins (1932 : 16) : l’« économie est la science qui étudie le comportement humain comme une relation entre des fins et des moyens rares qui ont des usages alternatifs ».

33 Ibid. Puis, poursuit-il : « […] on voit aisément que, de même qu’il a choix sans rareté, de même, il y a rareté sans choix » (Polanyi, id. : 241).

34 S’appuyant sur les recherches anthropologiques relatives aux sociétés de chasseurs-cueilleurs, Sahlins (1976 : 37-81) – avec son goût bien connu pour le paradoxe – a vivement remis en cause l’état d’indigence au sein des sociétés primitives. Selon lui, les sociétés de chasseurs-cueilleurs – les primitifs parmi les primitifs si l’on peut dire en se référant aux quatre étapes socioéconomiques du développement historique que nous fournit l’école historique écossaise – étaient d’abondance. D’où le titre de son ouvrage : Age de pierre ; âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives.

35 Dans le cadre des sociétés archaïques, le politique s’est émancipé des autres dimensions du social, ce qui n’est pas le cas des sociétés primitives.

36 Comme le font North (1990), ou encore Silver (1995).

37 Pour Polanyi (1977 : 31) : « Si la survie matérielle de l’homme n’était que le produit de simples enchaînements passagers de causes sans localisations définies dans le temps ou l’espace [c’est-à-dire unité et stabilité], sans mode d’action relativement à la totalité [c’est-à-dire fonction] et sans influences dues à des finalités sociétales [c’est-à-dire pertinence politique], elle n’aurait jamais atteint la dignité et l’importance de l’économie humaine. »

38 Polanyi (1975a : 243).

39 ibid.

40 Limitée « à une interaction mécanique, biologique, et psychologique des éléments, [qui] ne posséderait pas de réalité globale. […] les éléments de la nature et de l’humanité, en action réciproque, ne formeraient aucune unité cohérente ; ils ne constitueraient en fait aucune unité structurelle qui puisse être considérée comme ayant une fonction dans la société ou possédant une histoire » (id. : 243-244).

41 Suivant Polanyi (id. : 244) : l’« institutionnalisation du procès économique confère à celui-ci unité et stabilité ; elle crée une structure ayant une fonction déterminée dans la société ; elle modifie la place du procès dans la société, donnant aussi une signification à son histoire ; elle concerne l’intérêt sur les valeurs, les motivations et la politique. Unité et stabilité, structure et fonction, histoire et politique définissent de manière opérationnelle le contenu de notre assertion selon laquelle l’économie humaine est un procès institutionnalisé ».

42 Polanyi emprunte explicitement à Thurnwald (1932) et à Malinowski (1922) ce type d’exemple où « l’entretien de la famille […] est à la charge des parents matrilinéaires […] le principe de réciprocité fonctionnera au bénéfice de sa femme et des enfants de cette dernière, et lui assurera ainsi le dédommagement économique de son geste de vertu civique » (Polanyi, 1983 : 76-77).

43 Pour Polanyi (1975a : 245) : « La redistribution désigne des mouvements d’appropriation en direction d’un centre, puis de celui-ci vers l’extérieur ». La redistribution peut connaître une modalité particulière dont Polanyi fit primitivement une forme d’intégration spécifique, le « principe de l’administration domestique » (householding), à savoir l’œconomia grecque ou la familia romaine. Il importe de souligner que ce comportement collectif de redistribution peut être fondé sur des mouvements de « disposition » (dispositional) et ne pas nécessiter des déplacements physiques.

44 Polanyi (1975a : 245).

45 ibid.

46 Polanyi (id. : 248). Contrairement à l’échange à taux fixe qui « n’implique rien d’autre que le gain de chacun des partenaires sous-entendu dans la décision d’échanger, l’échange à prix fluctuants vise un gain qui ne peut être obtenu que par une attitude impliquant une relation nettement antagoniste entre les partenaires. Si atténué soit-il, l’élément d’antagonisme qui accompagne cette variante de l’échange est inévitable » (ibid.).

47 Polanyi (1975a : 249). Ainsi « comme elles se produisent parallèlement à des niveaux différents au sein de secteurs distincts de l’économie, il est souvent impossible de considérer une seule d’entre elles comme dominante, de sorte qu’elles permettent de procéder à une classification générale des économies empiriques. […], en offrant une différenciation entre les secteurs et niveaux de l’économie, ces formes offrent un moyen de décrire le procès économique » (Polanyi, id. : 244-245).

48 Suivant Maucourant (2005 : 53), Polanyi « se fait l’avocat d’un agencement des principes d’intégration, […] propre à assurer le bon fonctionnement d’une société réellement démocratique ». Celui-ci souligne que « [l]’objectif de l’école substantive est bien de mettre en évidence les agencements forts variables d’un certain nombre de structures économiques de façon à rendre compte de la logique d’ensemble du système socioéconomique » Maucourant (id. : 84).

49 Polanyi (1975a : 247).

50 Polanyi « identifie ici la prédominance d’une forme d’intégration au degré auquel elle englobe terre et main-d’œuvre dans la société. La société dite sauvage est caractérisée par l’intégration de la terre et de la main-d’œuvre dans l’économie à travers les liens de parenté. Dans la société féodale, les liens de féauté conditionnent le sort de la terre et de la main-d’œuvre qui l’accompagne. Dans les empires reposant sur l’usage des crues dans l’agriculture, la terre était généreusement distribuée et parfois redistribuée par le temple ou le palais et il en allait de même de la main-d’œuvre, du moins de celle qui était dépendante » (Polanyi, id. : 248-249).

51 Suivant l’économiste autrichien Hayek la « cattalaxie » représente « l’ordre engendré par l’ajustement mutuel de nombreuses économies individuelles sur un marché ». Un ordre « cattalactique » est ainsi une « espèce particulière d’ordre spontané produit par le marché à travers les actes des gens qui se conforment aux règles juridiques concernant la propriété, les dommages et les contrats » (1993 : 131).

52 Histoire tant affectionnée par North (1991 : 99). Celui-ci prétend ainsi qu’on peut, certes, concevoir une croissance tirée par des exportations, quoique la fable du troc, qui l’intéresse le plus, obéisse au modèle traditionnel que nous venons d’évoquer. Le plus important est que, selon lui, toute forme d’échange bute sur la question des « coûts de transaction », dès qu’un certain « volume » d’échanges est en jeu. Sans même approfondir ce point, il convient de remarquer, contre North, que de telles généralités tendent à occulter les raisons, non nécessairement économiques, qui expliquent l’antériorité du commerce sur l’échange. Pour une critique du système northien, voir Maucourant (2003).

53 Polanyi (1983 : 90).

54 Polanyi (1975a : 250).

55 Ibid.

56 Polanyi (1983 : 89).

57 Polanyi (1977 : 81). L’accent mis sur l’acquisition de biens venant de contrées lointaines est, pour Polanyi, le facteur crucial du commerce.

58 Ibid.

59 Polanyi (1975c : 144).

60 Polanyi (1968 : 238-239). Graslin & Maucourant (2005 : 222) définissent celui-ci comme « à la fois un lieu et l’ensemble d’institutions qui permettent de réaliser des transactions économiques entre groupes sociaux différents à une époque où les mécanismes de marché ne sont pas une modalité importante de coordination des décisions économiques ».

61 Polanyi (1968 : 246).

62 Avec un souci polémique typique de Polanyi. Voir Neale & Tandy (1993 : 10-14).

63 Dont nous discutons l’intérêt dans Graslin & Maucourant (2005) : si les données sur lesquelles s’appuyaient Polanyi dans les années 1950 sont évidemment sujettes, en 2005, à caution, d’autres avancées de la connaissance historique montrent, au contraire, la puissance de suggestion du modèle polanyien qui reste fort actuel.

64 Zaccagnini (1994 : 223).

65 Adams (1988 : 428) pose ainsi, d’une manière explicitement polanyienne, que le « commerce est une action collective conduite selon un processus institutionnalisé et façonné par les besoins, la culture, le politique, la technique et les ressources physiques de la société. »

66 Adams (id. : 431).

67 Adams (id. : 432).

68 Adams (id. : 435).

69 Polanyi insiste, toutefois, sur le fait que ce commerce de marché se fonde sur une économie fortement intégrée par la redistribution, l’économie lagide.

70 Il existe de multiples origines possibles qui ne relèvent pas domaine de l’économie ou, plus particulièrement, de l’échange marchand, comme en témoigne l’article de Thiveaud & Piron (1995).

71 D’ailleurs, si l’unité de compte donne de l’élasticité au système de redistribution, on est loin de constater l’évidence d’un équivalent vraiment général à l’intérieur des comptes étatiques, comme le montre le cas de l’Égypte pharaonique. Voir Gentet (1990).

72 Polanyi (1968 : 328). Il reste prudent, car il ne voit là qu’une origine parmi tant d’autres de la monnaie.

73 Écriture syllabique composée de 90 signes, elle est l’écriture égéenne la plus tardive et la mieux connue.

74 Polanyi (id. : 184).

75 Polanyi (1977 : 79).

76 Polanyi (id. : 71).

77 Polanyi (id. : 112).

78 Polanyi (id. : 99).

Auteurs

Né en 1962, membre du laboratoire « Triangle », UMR-CNRS, est l’auteur d’Avez-vous lu Polanyi ? à La Dispute en 2005 et assure, avec M. Cangiani, l’édition scientifique d’un livre intitulé Essais de Karl Polanyi au Seuil. Il est également l’auteur d’un certain nombre d’articles consacrés à la tradition « institutionnaliste » en économie ; à cet égard, on pourra se référer, notamment, aux articles suivants : « Le Capital comme volonté et représentation », Rue Descartes, 49, printemps 2005, p. 20-29 ; « Institution et monnaie dans l’œuvre de Wesley Clair Mitchell », Revue d’économie politique, vol. 108, n° 3, mai-juin 1998, p. 391-418 et « L’institutionnalisme de Commons et la monnaie », Cahiers d’économie politique, n° 40-41, 2001, p. 353-284. À côté de son intérêt pour l’histoire de la pensée économique, l’auteur travaille dans le domaine de l’histoire des faits économiques ; à ce titre, citons notamment, avec L. Graslin (Institut d’études sémitiques et Collège de France), « Le port de commerce : un concept en débat », Topoi, 12-13, 2004, p. 215-257 ; « À propos de la “rationalité économique” dans l’Antiquité gréco-romaine », Topoï, 9, 1999, p. 47-102, en collaboration avec Jean Andreau, directeur d’études à l’EHESS. <maucourant.jerome@wanadoo.fr>
Doctorant au Centre d’économie de l’université Paris Nord. Il est spécialisé dans le domaine de la sociologie économique. Ses axes de recherche concernent l’étude de l’encastrement des comportements économiques et des marchés, les réseaux sociaux et le capital social. Il a publié divers articles de sociologie économique portant sur l’encastrement des comportements marchands, « Neither Atomized nor Bi-lateralized : Market Actors Never Exchange Outside a Social-Structural Context. A Critical analysis of the Economics of Transaction Costs », Oeconomicus, vol. VII, 2005, p. 57-81 ; sur l’encastrement du comportement entrepreneurial, « La construction sociale du marché des très petites entreprises. Des réseaux sociaux au capital social local des entrepreneurs. L’exemple de l’arrondissement lensois », Revue d’économie régionale et urbaine, juillet, 2003, p. 441-476. Ses travaux sur les marchés sont les plus abondants, ainsi « L’échange marchand réenchanté : du marché autorégulé aux marchés encastrés » (Esprit critique, automne 2003), et plus spécifiquement selon l’analyse polanyienne des marchés : « La représentation utopique du marché auto-régulateur selon Karl Polanyi » in Bensimon G., Histoire des représentations du marché, p. 692-708, 2005 ; « Au-delà d’une certaine lecture standard de La Grande Transformation », Revue du MAUSS, 2007 ; « Polanyi, les marchés et l’embeddedness. La Grande Tranformation en question », Cahiers Lillois d’Économie et de Sociologie, 2007. <sebastien.plociniczak@wanadoo.fr>

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search