Version classiqueVersion mobile

Institutions et développement

 | 
Éric Mulot
, 
Elsa Lafaye de Micheaux
, 
Pepita Ould-Ahmed

Première partie: Penser les institutions

Les illusions des « Objectifs du millénaire »

Jean-Michel G. Servet

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend certains éléments de conférences données dans le cadre d’un colloque d (...)
  • 2 Notamment dans l’accord de Monterrey (2002).
  • 3 Cet objectif a été fixé en 2000 par rapport aux données relatives à la pauvreté de 1990, donc (...)
  • 4 Selon l’Observatoire des inégalités (note d’information du 14 janvier 2006 qui s’appuie (...)
  • 5 Robert Pollin (2005) montre que le taux de croissance global des pays à faible revenu e (...)

1Les Objectifs de développement du millénaire adoptés en septembre 2000 par l’Assemblée générale des Nations unies et la « lutte contre la pauvreté » constituent le leitmotiv international des politiques publiques nationales depuis six ans1. La première priorité de ces Objectifs est non pas d’éradiquer la pauvreté d’ici 2015, comme il est souvent affirmé2, mais de réduire de moitié la proportion de ceux qui vivent avec moins d’un dollar par jour et de ceux qui souffrent de la faim3. Les autres objectifs concernent essentiellement l’éducation, la santé, les inégalités entre sexes, l’environnement, l’accès à l’eau potable et à un habitat décent. Ces objectifs ont été réaffirmés notamment en mars 2002 par le Compromis de Monterrey sur le financement du développement initié par les Nations unies ainsi qu’au sommet du G8 à Sea Island (État de Georgie) en juin 2004. Chaque État est invité à définir sa contribution à ces objectifs, qu’il s’agisse des pays récepteurs de l’aide internationale multilatérale et bilatérale ou des pays donateurs. Cette problématique de lutte contre la pauvreté ne concerne pas seulement les pays aux revenus par tête les plus faibles, bénéficiaires de l’aide. En mettant l’accent, pour chaque pays, sur un pourcentage de population dite pauvre à partir de différents critères non seulement de revenu, mais aussi de santé, d’éducation, etc., l’opposition souvent faite entre pays supposés en développement et pays supposés développés se trouve en quelque sorte dépassée. En effet, au Nord comme au Sud, la croissance, loin de résorber les inégalités, paraît bien souvent les accroître sans pour autant éradiquer la pauvreté4. Ceci est évidemment accentué par l’austérité générale provoquée par les politiques néo-libérales dominantes depuis un quart de siècle5.

2L’hypothèse faite ici est que les inégalités, les processus d’exclusion, de marginalisation et de discrimination engendrent la pauvreté. Les pauvres ne sont pas discriminés parce qu’ils sont pauvres ; c’est parce que des fractions plus ou moins importantes de la population subissent des processus d’exclusion qu’elles deviennent pauvres, ou plus exactement qu’elles entrent dans les catégories reconnues comme pauvres. Si cette question des inégalités, qui ne peut pas être réduite à de simples inégalités de revenu, n’est pas fortement et rapidement intégrée par les politiques publiques internationales et nationales, la pauvreté, loin de diminuer au cours des prochaines années, a toute probabilité de s’accroître dans certains pays et de s’intensifier pour une fraction significative de l’humanité. Il existe un risque fort que le taux de pauvreté moyen diminue dans la plupart des pays, ce qui permettrait de répondre en apparence à certains Objectifs du millénaire, mais aussi que la situation de la fraction des laissés pour compte s’aggrave, révélant les limites d’un développement prétendu socialement durable et écologiquement soutenable. Les risques environnementaux sont connus. Ceux des inégalités sociales doivent tout autant être relevés.

3Dans ce texte, nous interrogerons la crédibilité des Objectifs du millénaire. Il s’agira de se demander si les politiques publiques peuvent prétendre lutter efficacement contre la pauvreté sans lutter contre les inégalités. Cette question doit être posée quel que soit le niveau de revenu par habitant, autrement dit au Nord, au Sud comme dans les pays en transition. Notre analyse sera faite en trois temps. Nous détaillerons tout d’abord les Objectifs du millénaire promus en septembre 2000 par les organisations des Nations Unies pour lutter contre la pauvreté. Nous montrerons ensuite qu’au-delà des apparences d’ouverture des critères retenus pour définir la pauvreté, cette approche de la lutte contre la pauvreté présente un caractère très strictement économique. Nous soulignerons en particulier, et ce sera notre troisième point, que cette rhétorique économiciste passe largement sous silence la question déterminante des inégalités sociales.

Les Objectifs du millénaire, leurs moyens et leurs limites

  • 6 Egil (2005).
  • 7 Interview de Paul Wolfowitz, ancien secrétaire adjoint à la Défense du gouvernement des Éta (...)

4Un large consensus politique entoure ces objectifs qui paraissent éviter tout questionnement politique6. Paul Wolfowitz, le nouveau président de la Banque mondiale, intronisé par le gouvernement américain au printemps 2005, a reconnu la lutte contre la pauvreté comme prioritaire : « Je crois profondément en cette mission de réduire la pauvreté. […] La Banque mondiale devrait utiliser ses ressources en fonction de ce qui est le plus efficace pour promouvoir le développement et réduire la pauvreté » déclarait-il dans une interview en mars dernier, au lendemain de la présentation de sa candidature par le gouvernement des États-Unis7. Des déclarations similaires sont faites par l’ensemble des organisations du système des Nations unies et des gouvernements fédéraux et nationaux. Ces derniers sont d’autant plus incités à le faire que l’aide internationale qu’ils reçoivent devient progressivement conditionnée à l’inscription de leurs actions dans ces objectifs et dans cette rhétorique. Les différents États ont été invités à établir des plans stratégiques nationaux de lutte contre la pauvreté et à rendre compte aux organisations internationales et aux coopérations bilatérales de l’avancement des principaux indicateurs des objectifs.

  • 8 Sachs (2005).
  • 9 Sachs (2005 : 126).
  • 10 À noter qu’il n’existe pas de consensus sur les méthodes. Si nombre d’acteurs parai (...)

5Les Organisations non gouvernementales (ONG) et les Organisations de la société civile (OSC) paraissent, elles aussi, embarquées dans le même bateau consensuel de cette priorité donnée à la lutte contre la pauvreté confondue avec les objectifs onusiens. Cependant, on peut relever que cette politique internationale a été déterminée largement en dehors de l’implication directe de ces organisations. Le rapport de Jeffrey Sachs8 intitulé Investing in Development : A pratical plan to Achieve the Millenium Development Goals, publié en 2005 et analysant l’avancée en direction des Objectifs, reconnaît que la décision a été top down, du sommet vers la base. Mais il est affirmé que ces objectifs sont largement ceux qui ont été affichés depuis de nombreuses années par ces organisations de la société civile et donc qu’il serait difficilement compréhensible que les ONG et les OSC n’y adhérent pas et ne s’investissent pas activement dans leur promotion. La limite de cet argument est que, depuis plusieurs décennies, les organisations internationales et les coopérations multilatérales et bilatérales ont fait des promesses qui n’ont pas été tenues ; par conséquent, ces acteurs du développement, ainsi échaudés, peuvent être de plus en plus sceptiques devant la promotion médiatisée de cette politique supposée nouvelle. Toutefois, les ONG et les OSC peuvent d’autant moins afficher directement leurs éventuelles positions critiques que ces politiques sont supposées leur apporter des moyens d’intervention en contrepartie de leur collaboration. Le rapport Sachs souligne, par ailleurs9, les raisons de la nécessité de cette implication et de ce soutien des organisations non gouvernementales et de la société civile. Localement, elles peuvent être des avocats de la cause des objectifs ; elles peuvent contribuer à la définition des stratégies adaptées pour atteindre chacun des objectifs ; elles peuvent collaborer avec les institutions gouvernementales à la mise en place des programmes et à leur suivi ainsi qu’à la définition de bonnes pratiques. Elles peuvent également délivrer un certain nombre de services, en matière de santé et d’éducation notamment. À l’échelle internationale, leur contribution peut aussi être celle d’une promotion et d’une défense des objectifs auprès des opinions publiques, la diffusion des bonnes ou des meilleures pratiques à travers des fonctions d’expert10.

  • 11 Certains opposent la notion de capital humain mise en avant par la Banque Mondiale et celle (...)
  • 12 Warsh (2006).

6Face à cette approbation quasi générale, il paraît a priori mal venu de critiquer cette politique. Pourtant, ceci nous paraît de la responsabilité civique d’un chercheur d’en dénoncer les risques et les vices conceptuels. Certes, il est possible de croire que les Objectifs du millénaire constituent un progrès par rapport au dogmatisme néolibéral du Consensus de Washington promu dans les années 1980-1990 par le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, la Federal Reserve et le Trésor américain. Ces institutions ont mis l’accent sur la discipline budgétaire et la diminution de la pression fiscale, la libération des marchés financiers et des taux de change, le libre-échange commercial, la libéralisation des apports d’investissements étrangers directs, la privatisation des entreprises publiques et le renforcement des droits privés de propriété. Autrement dit, ces politiques étaient orientées vers la promotion de conditions macroéconomiques et institutionnelles supposées favorables à la croissance économique. La nouvelle orientation paraît reconnaître, cette fois, l’importance du « capital humain » et de l’environnement, comme conditions indispensables à la croissance. Mais leur approche est dominée par l’économisme. L’environnement et les capacités humaines11 sont réunis sous le même vocable de capital dont les éléments seraient substituables. La pollution pourrait en quelque sorte être compensée par le progrès des connaissances dont la production, à la différence des raretés physiques, se fait à coût décroissant et à rendement croissant12.

7En outre, les objectifs sont présentés comme des objectifs très globaux ; ceci peut permettre des comparaisons internationales, mais il n’est pas fait état d’une mesure très détaillée de l’impact réel, à micro et méso échelles, des politiques menées. Le faible investissement dans les effets comparés des différentes mesures traduit la réticence à l’égard d’une évaluation par un grand nombre d’acteurs. Les gouvernants, les fonctionnaires comme les organisations non gouvernementales répugnent souvent à une évaluation rigoureuse et systématique allant en profondeur et préfèrent les affichages de résultats très globaux, de bonnes intentions et la médiatisation de success stories. Les Objectifs du millénaire font partie de ces mesures à macro échelle. Il suffit, pour apprécier le peu d’investissement sur les impacts des mesures politiques, de comparer, au sein des programmes d’appui, les crédits affectés à la mise en place des programmes et ceux, souvent très limités et parfois inexistants, consacrés à leur suivi, alors que le coût financier mais aussi logistique et humain de leur mise en œuvre est souvent considérable. La plupart des gouvernements et bien des organisations de toute nature préfèrent des résultats sommaires affirmés comme étant positifs, à une investigation sur le degré effectif de transformations durables des conditions de vie des supposés bénéficiaires. N’oublions pas que les actions de développement de terrain sont devenues un business très profitable. Condition de leur perpétuation, ces évaluations pourraient mettre en cause leurs activités et par conséquent les revenus et les avantages de ceux qui diffusent ces programmes. Du sommet des organisations à la base des agents de terrain, chacun a un intérêt fort à faire semblant. Les consultants chargés des évaluations ont évidemment peu d’intérêt à révéler le monde tel qu’il est (en dehors d’une exigence morale) puisqu’ils sont rémunérés par ceux qui « commandent » les résultats. La contrainte à l’inscription dans les Objectifs du millénaire apparaît donc extraordinairement forte.

  • 13 Les arguments avancés par le comité Nobel, en octobre 2006, pour justifier l’attrib (...)
  • 14 Autre exemple d’objectif très minimaliste : en matière de bidonville. Le « but 7 cible 11 » (...)

8Or ces évaluations rigoureuses et détaillées des impacts et des effets apparaissent en régime démocratique comme une nécessité, d’autant plus quand des organisations privées sont payées pour agir au nom des collectivités publiques. La mesure des impacts des politiques menées est indispensable, car il est possible de faire l’hypothèse que les objectifs puissent être atteints (puisqu’on parle de la réduction d’un pourcentage de population pauvre et non de chiffres absolus ou d’une analyse des degrés de pauvreté) alors que les effets, positifs pour certaines fractions de la population, sont extrêmement négatifs pour d’autres. On peut se demander, en termes politiques, s’il ne s’agit pas de réduire la proportion de pauvres afin de limiter les risques de ces classes dangereuses et d’élargir le consensus démocratique13, tout en ayant renoncé à éliminer totalement la pauvreté. Les Objectifs du millénaire sont donc en fait minimalistes si l’on pense à la moitié de la population actuellement pauvre, qui devrait continuer, après 2015, à vivre avec moins d’un dollar, sans accès aux soins primaires, à l’éducation, à l’eau potable, etc. Cette moitié laissée pour compte peut voir son sort se détériorer profondément alors que lesdits Objectifs du millénaire seraient globalement atteints14. En réalité, aussi minimalistes soient-ils, ces objectifs de diminution de moitié de certaines carences mondiales ne seront pas atteints en 2015, hormis l’objectif de revenu, si l’on continue aux rythmes actuels dans certaines fractions de la planète : en Afrique subsaharienne notamment et sans doute dans certaines républiques post-soviétiques d’Asie centrale et occidentale.

  • 15 Sachs (2005 : 263). Voir aussi Rapport Zedillo Nations Unies 2001, Rapport de haut niveau s (...)
  • 16 Sachs (2005 : 263).
  • 17 Id. : 213. La comparaison en termes de populations directement concernées par l’aide publiq (...)
  • 18 Une étude menée par le FMI en 2004 montrait que, sur 44 pays africains enquêtés, 40 étaient (...)

9Enfin, l’on peut considérer qu’aussi limités qu’ils soient, les Objectifs du millénaire ont néanmoins une indéniable qualité, celle de jouer le rôle de révélateur. Dire que 1,2 milliard d’habitants de cette planète vivent avec moins d’un dollar par jour ou que l’aide publique au développement est environ deux fois inférieure au volume des enjeux des loteries sur la planète peut provoquer une certaine prise de conscience au-delà des spécialistes du développement et de la pauvreté. Le rapport Sachs15 affirme que, pour atteindre les Objectifs du millénaire, le montant global de l’aide publique au développement devrait plus que doubler par rapport à son niveau de 52,7 milliards de dollars par an en 2000 et être porté à 135 milliards de dollars en 2006 et 195 milliards en 2015. La division par deux du taux de pauvreté exigerait l’équivalent de 20 milliards de dollars par an ; la réduction de la mortalité infantile et maternelle, 12 milliards ; l’éducation primaire, 10 milliards, et la lutte contre les maladies transmissibles entre 7 à 10 milliards de dollars. Ces moyens affectés aux objectifs apparaissent limités si on les compare à d’autres dépenses des États, telles que les dépenses militaires ou les aides à l’agriculture dans les pays riches. Au tournant du Millénaire, le montant global annuel des budgets militaires nationaux cumulés s’élevait à 900 milliards de dollars, soit plus de seize fois le montant annuel de l’aide publique au développement16. Le montant annuel des subventions des pays riches à leurs agriculteurs s’élevait à plus de 250 milliards de dollars (soit près de quatre fois le montant de l’aide publique au développement)17. D’où l’invitation très forte faite à Monterrey par l’Organisation des Nations unies (ONU) à la communauté internationale d’accroître l’aide publique au développement afin de tenter d’y parvenir. L’allégement de la dette des pays les plus endettés doit être comprise dans cette approche qui attribue essentiellement à une insuffisance de moyens18 le maintien d’une proportion élevée de populations pauvres. On doit noter que l’opposition entre, d’un côté, les conservateurs qui affirment qu’il faut rendre plus efficaces les moyens affectés par des réformes institutionnelles et des politiques macroéconomiques d’ajustement structurel (consensus de Washington) et accroître la productivité des « facteurs de production », et, de l’autre côté, ceux qui pensent qu’il faut doter de plus de moyens les « économies » pour créer les conditions de la croissance, paraît tranchée en faveur de la seconde conception. Sur l’apport de fonds extérieurs, le compromis de Monterrey (2002), dans son paragraphe 39, distingue, parmi les pays en développement, ceux qui ont des infrastructures et une dotation en « capital humain » capables d’attirer les investissements privés directs étrangers (principalement des pays à revenu par tête moyen) et ceux qui doivent compter sur l’aide publique extérieure pour se doter des infrastructures et du « capital humain » nécessaires pour atteindre un certain niveau de croissance des capacités de production et d’exportation (principalement des pays à faible revenu par tête et spécialement les Pays les moins avancés [PMA]). Cette aide publique extérieure apparaît nécessaire tant pour améliorer l’environnement du secteur productif privé et créer les conditions d’une croissance économique robuste que pour soutenir l’éducation, la santé, les infrastructures publiques, l’agriculture et le développement rural, et pour renforcer la sécurité alimentaire. Cette aide apparaît particulièrement nécessaire dans certains types de pays et zones, pour lesquels l’aide extérieure constitue la principale source de financement externe et elle est indispensable pour atteindre notamment les Objectifs du millénaire : il s’agit de nombreux pays d’Afrique, des pays les moins avancés, d’États insulaires et d’États enclavés.

10Dans ce but, l’accord de Monterrey reconnaît, dans ses paragraphes 41 et 42, qu’un accroissement significatif de l’aide internationale au développement est nécessaire et rappelle l’objectif fixé en 1970 d’un montant de l’aide au développement par les pays les plus riches à un niveau de 0,70 % de leur produit national brut. Parmi les États membres de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), constituant les pays donateurs, l’aide publique au développement est passée de 0,51 % de leur revenu national en 1960 à 0,33 % en 1970, puis à 0,35 % en 1980 et 1990, pour tomber finalement à 0,22 % en 2000 ; elle se trouvait à 0,23 % en 2003. Parmi ces vingt-deux États, seuls cinq (la Norvège, les Pays-Bas, le Danemark, la Suède et le Luxembourg) atteignaient l’objectif de 0,70 %. Les États-Unis, qui consacrent seulement 0,11 % de leur revenu national à la coopération, se sont particulièrement opposés à ce qu’un calendrier d’augmentation de l’aide publique soit établi dans le cadre de l’accord de Monterrey. Pour justifier la faiblesse du montant de leur aide, les pays dits développés mettent en avant l’importance de la corruption dans de nombreux pays en développement et subordonnent l’accroissement de leur aide à de meilleures performances en matière de gouvernance. Ils soulignent aussi les restrictions budgétaires imposées par la situation de leurs finances publiques en conjoncture de faible croissance. Un non-dit des raisons de cette baisse est la fin de la concurrence entre pays « occidentaux » et pays « socialistes » après la chute du mur de Berlin.

  • 19 L’augmentation pour un pays de ses capacités d’absorption de l’aide suppose notamment d’amé (...)

11Toutefois, il semble prévisible que l’objectif d’éradiquer la pauvreté à échéance de 2015 échouera. Mais cela ne devra pas être seulement être imputé à une insuffisance de moyens financiers, du taux de croissance ou des investissements productifs, ni aux insuffisances de capacité d’absorption de l’aide par les pays19 ou encore à l’ignorance de certains dogmes néolibéraux qui ont constitué le Consensus de Washington. Selon nous, il est plutôt nécessaire d’analyser les vices de cette nouvelle politique des Nations unies et de leurs duplications nationales.

Une définition réductrice et économiciste de la pauvreté

12Dominés par une logique économique, les Objectifs du millénaire visent avant tout à donner à une moitié de la population actuellement « pauvre » des capacités pour devenir productive. Il convient donc de préciser la définition par la coopération multilatérale de la pauvreté et d’en montrer les insuffisances.

13Le premier objectif du millénaire, qui est de réduire de moitié la proportion de la population vivant avec moins d’un dollar par jour, correspond à une définition assez classique de la pauvreté. Ce seuil d’un dollar par jour est apparu notamment dans le Rapport sur le développement dans le monde publié par la Banque mondiale en 1990. Dans chaque pays, il est possible de définir des niveaux minima de revenu en dessous desquels les populations sont considérées comme extrêmement pauvres, pauvres ou comme étant au niveau de cette ligne de pauvreté. On peut fixer cette ligne par un revenu journalier (un dollar par jour ou deux dollars par jour) et l’adapter aux réalités nationales, en tenant compte du pouvoir d’achat local et du système de besoins prévalent. Ainsi, on pourra établir des proportions de populations pauvres, y compris dans des pays dits riches, ou par régions.

  • 20 Servet (2006 : 20). L’analyse qui suit sur les mesures de la pauvreté a bénéficié de la (...)

14Il est possible de remplacer ce revenu monétaire journalier moyen ou de le compléter (et c’est ce que l’on fait dans les Objectifs du millénaire, en particulier en matière de santé et d’éducation) par l’accès à certains biens et services : la nourriture (nombre de calories, de protéines, etc.), l’habillement, l’habitat, les transports, la santé (à travers l’accès à certains soins ou selon la fréquence de certaines maladies) ou l’éducation (taux d’analphabétisme, durée de scolarité suivie). On doit remarquer que jusqu’aux années 1970 dominait une problématique des besoins à satisfaire pour assurer une reproduction biologique des personnes. Puis la notion de nécessités basiques est apparue en intégrant des consommations individuelles et des services collectifs (comme la santé, l’éducation, l’accès à l’eau, les transports, etc.) ; ce qui donne à la pauvreté un caractère multidimensionnel. Ces indicateurs peuvent être spécifiés selon le sexe. Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et les institutions spécialisées en matière de santé, d’éducation, etc. ont joué un rôle important pour l’extension des besoins à prendre en considération. Les sommets du Microcrédit, par exemple, luttent pour que soit prise en compte l’exclusion financière en matière de prêt20.

15La définition de cette ligne fixant le nombre ou la proportion de ceux qui sont, sur la base de ces indicateurs, considérés comme pauvres, peut être complétée par une définition plus complexe intégrant la profondeur de la pauvreté. Elle se mesure alors à travers la distance moyenne par rapport à la ligne de pauvreté précédemment définie. Il est en effet essentiel, pour saisir l’ampleur de la pauvreté, de savoir si une large fraction de la population est éloignée de cette ligne ou si elle en est proche. Ceci est particulièrement important pour apprécier les limites des Objectifs du millénaire, qui visent à faire franchir cette ligne par une fraction seulement de la population pauvre.

  • 21 Voir Winter (2002 : 80).
  • 22 Peters et al. (2002), cité par Ahuja et al. (2005 : 5).
  • 23 Dercon (2005).
  • 24 Les courants formalistes en économie au cours des deux dernières décennies du xxe s (...)

16Ajoutons qu’une définition de la pauvreté centrée sur le revenu ou la consommation devrait intégrer non seulement un revenu moyen journalier (le fameux dollar par jour) ou un panier de biens et services, mais aussi les fluctuations de ce revenu au cours d’une période donnée, l’ampleur de ces fluctuations et leur fréquence. Le recensement de la population en état permanent de pauvreté ne recense qu’une fraction de la population pauvre. Il convient ici de bien distinguer la pauvreté momentanée et temporaire (due à une chute conjoncturelle et provisoire de ressources par exemple) de la pauvreté chronique ; celle-ci fait que de façon récurrente la même population se trouve dans une situation de pauvreté plus ou moins forte. Cette pauvreté chronique est plus importante que l’état permanent de pauvreté. On peut d’ailleurs remarquer que la Banque mondiale reconnaît ce phénomène. Son Rapport sur le développement dans le monde 2000 donne l’exemple d’une enquête menée pendant neuf années dans des villages du sud de l’Inde : 20 % des ménages étaient restés en permanence au-dessous de la ligne de pauvreté et 12 % seulement toujours en dessus ; 88 % des ménages avaient donc connu la pauvreté au moins une fois au cours de l’enquête. De façon générale, les populations « parfois pauvres » (entre 22 % et 60 % de la population totale) sont plus nombreuses que les populations « toujours pauvres » (entre 6 % et 25 % de la population)21. Si les personnes subissant brutalement des charges plus élevées ou une diminution de revenu doivent recourir à des prêteurs privés, leur revenu se trouve fortement amputé par les taux d’intérêt qu’elles doivent acquitter. Les conjonctures qui entraînent ces situations sont d’abord de façon générale la maladie et les accidents. Un quart des Indiens par exemple tombe en dessous de la ligne de pauvreté en cas d’hospitalisation ; 40 % des Indiens hospitalisés doivent emprunter ou vendre des actifs pour couvrir ce type de frais22. Les causes de l’entrée dans la pauvreté peuvent être aussi celles de l’insécurité des biens et des personnes, les catastrophes naturelles, les guerres civiles et les conflits armés, les variations des prix de produits exportés et les crises conjoncturelles ou sectorielles. Cette pauvreté chronique a crû avec l’essor des politiques néolibérales qui ont pour conséquence d’étendre la pauvreté en confondant précarité et incitation au travail. Certaines populations dont les ressources sont moins liées à des activités marchandes apparaissent moins soumises aux aléas des ressources ; toutefois, on doit noter que, vivant généralement dans des régions marginales, en cas de catastrophes naturelles et d’épidémies ou de guerre civile, ces populations bénéficient moins de secours rapides ou de protection. Or, les pauvres sont tout à la fois ceux qui sont les plus exposés aux risques individuels et collectifs et ceux qui ont des capacités plus limitées à y faire face. Outre la quasi-absence d’accès à des structures d’assurance et de protection sociale23, ceci provient généralement d’un manque de diversification de leurs ressources et de leurs actifs, de la limitation de leur épargne et investissement et de leur enclavement géographique. On doit aussi ici remarquer que les populations les plus pauvres ont une capacité moindre à prendre des risques dans leurs activités économiques. Or, les activités productives ou commerciales les moins risquées ont en général comparativement de faibles retours sur investissement. L’exposition générale au risque plus élevée et le coût relatif supérieur de la prise de risque (en cas d’échec) ne peuvent que restreindre leur capacité à sortir de ce cercle vicieux de la faiblesse du revenu24.

  • 25 Sachs (2005 : 28).
  • 26 Sachs (2005 : 29, figure 3.1).
  • 27 Nayyar (2005).

17La primauté donnée à l’indicateur de la ligne de pauvreté traduit une idéologie fondamentalement économiciste selon laquelle le niveau de satisfaction des autres besoins (tels que la santé et l’éducation) dépend des capacités données par le revenu, et inversement. Le troisième chapitre du rapport Sachs25 justifie et analyse ainsi l’ensemble des Objectifs du millénaire comme des investissements contribuant directement ou indirectement à l’accroissement des capacités productives des populations. Si les pauvres sont en meilleure santé, s’ils sont plus éduqués, s’ils ont la capacité de se faire entendre, ils devraient être plus productifs et par conséquent leur revenu sera plus élevé26. L’économisme exacerbé du rapport Sachs le conduit à affirmer (p. 46) que le rôle du secteur public est de créer les conditions permettant de rendre rentables les investissements privés. Le « capital » est pensé comme un stock dont les différentes composantes (qu’il s’agisse de moyens de production, de savoirs techniques, de ressources physiques et humaines) sont substituables et dégagent des flux de revenus. À défaut d’investissements privés suffisants, l’aide publique au développement a pour objet d’accroître cette dotation en « capital » qui devrait permettre d’atteindre les Objectifs du millénaire. Or, il est totalement erroné de penser que l’accès aux soins ou à l’éducation dépend strictement de la richesse mesurée par le revenu national brut par tête. L’espérance de vie à la naissance d’un Costaricain, par exemple, est aujourd’hui légèrement supérieure à celle d’une personne habitant les États-Unis (78 ans contre 77 ans), alors que le revenu moyen par tête, en parité de pouvoir d’achat, est quatre fois supérieur aux États-Unis à ce qu’il est au Costa Rica. On constate une absence de corrélation entre le Produit national brut (PNB) par tête et les indicateurs nationaux d’éducation et de santé aujourd’hui. Il suffit de comparer, pour chaque pays, le revenu national par tête avec l’indicateur de développement humain publié par le PNUD, qui combine les variables d’espérance de vie, de niveau d’éducation et de santé, pour constater l’absence de corrélation entre ce que certains qualifient de données « sociales » et les données « économiques ». Une étude économétrique menée par Gaurav Nayyar en Inde par exemple, sur la période 1983-2000, montre que les taux de croissance des différents États de l’Union ne peuvent expliquer les différences de taux de pauvreté ; des politiques ciblées ont joué un rôle décisif dans leur réduction27.

18Il est aussi possible de critiquer la notion même de pauvreté à laquelle recourent les Objectifs du millénaire. La définition de la pauvreté par un panier de biens et services auquel une personne a accès ou à la synthèse de ce panier par un revenu monétaire, totalement ethnocentrique, n’est pas universellement partagée. Dans certaines langues, par exemple en Afrique subsaharienne ou dans les Andes, le pauvre n’est pas celui qui est matériellement démuni, mais plutôt la personne dont les réseaux sociaux mobilisables sont limités. Il est vrai que si une personne est matériellement démunie elle a moins de capacité à entretenir des relations sociales. Toutefois, ceci n’est pas toujours constaté. En Europe occidentale ou en Amérique du Nord, par exemple, une comparaison entre populations d’immigration récente et celles à faible revenu dont les familles vivent depuis plusieurs générations dans le pays montre que la vie sociale des premiers est généralement beaucoup plus riche et solidaire que celle des seconds.

  • 28 Voir notamment Sahlins (1976) et Rist (1996).
  • 29 Dupuy (1992).

19Ajoutons encore qu’il est impossible de définir la pauvreté sans référence à la richesse. Il existe une relation dialectique entre les deux. La richesse des uns crée en quelque sorte la pauvreté des autres, pas tant du fait d’un prélèvement-pillage, d’un point de vue quasi mercantiliste, mais parce que cette pauvreté est exacerbée par un désir mimétique. On ne peut pas avoir besoin d’un bien dont on ignore totalement l’existence ou dont on pense qu’il appartient à un monde qui n’est pas le sien. Au xixe siècle, les voyageurs européens au sud de la Patagonie, dans une région où la température moyenne est proche de cinq degrés, étaient étonnés d’y voir des Indiens nus qui n’éprouvaient ni sensation de froid, ni sentiment de honte. Une fois satisfait les besoins alimentaires extrêmement limités, il n’existe pas de besoins objectifs. L’humanité a longtemps marché pieds nus sans éprouver le besoin de chaussures. La rareté a longtemps été pensée par la plupart des économistes comme la cause, le mobile, le présupposé d’un comportement économique rationnel. Il s’agit d’ajuster des moyens rares aux fins que l’individu poursuit. Or la rareté n’est pas une cause ; bien au contraire elle est une conséquence des comportements économiques28. L’adhésion au capitalisme a eu pour prix une abondance apparente pour une partie de l’humanité et une généralisation de la pauvreté sur l’ensemble de la planète. La promesse portée par le capitalisme et l’économie politique n’est-elle pas de libérer le monde des formes anciennes de servitude et de construire les relations d’échange sur des contrats entre égaux ? Dans les anciennes sociétés hiérarchiques, où le statut social fixait les capacités de consommation et d’ostentation, les désirs mimétiques étaient limités, pour autant que l’ordre social était consenti. La destruction de ces hiérarchies a exacerbé les envies. L’égalité potentielle entre individus, née de l’aplatissement des valeurs des sociétés hiérarchiques, a pour contrepartie l’essor d’une société de l’envie29 dans laquelle les besoins se trouvent accrus. L’accroissement du revenu moyen par tête, qui est un indicateur essentiel de la diminution supposée de la pauvreté et qui peut se faire à travers des écarts considérables autour de cette moyenne, engendre une diminution factice de la pauvreté. Ces statistiques d’évolution des revenus par tête et la diminution de la proportion de pauvres n’enregistrent pas l’exacerbation planétaire des besoins dans les formes actuelles de la mondialisation, et donc l’appauvrissement généralisé que les productions capitalistes portent avec elles dans des sociétés matériellement de plus en plus inégalitaires.

20En zone rurale, si l’accès libre à des ressources jusque-là gratuites est limité par les autorités publiques (par exemple à la suite de la construction de barrages ou d’exploitations forestières détruisant la faune), les revenus réels des plus pauvres diminuent ; l’essor de cultures irriguées par les paysans riches tend à faire baisser le niveau des nappes phréatiques et les ressources en eau de ceux qui n’ont pas les moyens d’acquérir de puissantes pompes se trouvent diminuées. Si l’expansion urbaine chasse les habitants de bidonvilles de la proximité des zones leur offrant des emplois et des revenus monétaires, leur revenu moyen diminue, etc. On observe aussi dans les périphéries de certaines villes du Sud que l’expansion urbaine rend particulièrement difficile la reproduction des conditions de vie et de travail des petits paysans : des petits cours d’eau servant à l’irrigation se trouvent détournés, les eaux peuvent être polluées, les déplacements sont rendus plus longs compte tenu des clôtures mises en place par des lotissements, etc.

  • 30 Voir par exemple le plaidoyer de De Soto (2005). On lira avec intérêt un débat reno (...)

21Sous prétexte de diffuser la prospérité, l’ordre capitaliste s’appuie sur le développement des droits privés de propriété30, autrement dit sur les exclusions, et ainsi engendre la pauvreté. Ces pauvres étaient autrefois pensés comme une sorte « d’armée industrielle de réserve » faisant pression à la baisse sur les salaires et pouvant dans les périodes d’expansion trouver des emplois. Les formes contemporaines de croissance économique en font des surnuméraires. L’expansion indienne par exemple se concentre sur quelques millions d’emplois de services liés notamment à l’informatique, alors qu’existent par ailleurs 400 millions de pauvres urbains et ruraux.

Un oubli des Objectifs du millénaire : la réduction des inégalités

  • 31 Selon la courbe de Kuznets, au début, le processus de croissance accroît d’abord les (...)

22La rhétorique sur laquelle est fondée la croyance en une diminution de la pauvreté s’appuie généralement sur un schéma qui néglige la question des inégalités. La croissance économique mesurée par l’accroissement du produit national brut (global ou par tête) permet de distribuer davantage de revenus, de biens et services et par conséquent, suppose-t-on, de diminuer la pauvreté monétaire. Il a longtemps été pensé qu’il suffisait d’attendre ses effets supposés bénéfiques pour constater une diminution de la proportion de pauvres dans la population globale31. Or l’on peut facilement montrer qu’une croissance économique qui ne diminue pas les inégalités a une propension à accroître la pauvreté. Il convient, tout d’abord, pour comparer l’évolution des revenus, de tenir compte des différences en termes relatifs et en termes absolus. Pour ce qui est des inégalités entre les pays, on compare souvent les taux de croissance du produit national brut et ceci donne l’impression d’une capacité de rattrapage rapide compte tenu de la différence des taux. Ceci biaise fortement l’observation, car il convient de calculer en termes absolus les évolutions de revenus pour apprécier pleinement les écarts et le caractère durable et croissant des inégalités. Prenons un exemple. Si un revenu par tête de 10 000 euros ne s’accroît que de 2 % par an, son bénéficiaire connaît un gain annuel de 200 euros, alors qu’un revenu par tête cinq fois inférieur, donc de 2 000 euros, augmentant à un rythme trois fois plus important (+ 6 % par an), engendre un gain annuel de seulement 120 euros. Ceci vaut pour les groupes sociaux à l’intérieur d’un pays comme pour les différences entre pays. Bien que la différence des taux de croissance du revenu par tête apparaisse de quatre points supérieure pour le groupe le plus pauvre et que son rythme d’accroissement soit trois fois plus élevé, la différence absolue du gain de revenu est en une année de 80 euros par tête au bénéfice du groupe le plus riche. Les inégalités de revenu ont ainsi tendance à être cumulatives.

23Notons aussi que, si la croissance est inégalement répartie, si elle accroît le revenu des plus riches, la partie pauvre de la population peut voir sa situation inchangée et la population la plus dépourvue son sort empirer, ce que l’évolution des moyennes cache. Il est possible de penser que le fait de ne plus regarder l’évolution du revenu moyen par tête mais de tenir compte du pourcentage de pauvres dans un pays tient compte de cette réalité et explique la promotion politique des Objectifs du millénaire par l’Organisation des Nations unies.

24Nous avons relevé que l’accroissement de la richesse des uns peut produire un sentiment de manque parmi la fraction de la population qui voit son sort inchangé : il y a alors un sentiment psychologique d’appauvrissement et d’exacerbation des besoins. Certains économistes et hommes politiques conservateurs répondront que ceci constitue une incitation à la production pour les pauvres et permettra un accroissement ultérieur de la production. Il est permis d’en douter si les capacités d’augmenter les revenus monétaires sont limitées.

25Comme la mesure d’une moyenne ne suffit pas, il faut étudier de façon détaillée l’évolution des revenus et des indicateurs en les différenciant selon les différents groupes sociaux. En étudiant ces politiques, il ne faut pas se contenter des intentions mais mesurer leurs effets positifs, leurs effets négatifs et leurs effets neutres. Ces conclusions peuvent justifier des politiques pro poor. Certains affirment, selon la « théorie » du trickled down effect (effet de ruissellement), que la croissance a un effet décalé sur les fractions pauvres de la population. Autrement dit, l’accroissement du produit national brut, global et moyen, entraînerait d’abord une hausse du revenu de la fraction la plus riche de la population : donc à court voire à moyen terme, on assisterait à un accroissement des inégalités dans la répartition. Ce n’est que dans un deuxième temps seulement que le revenu des pauvres, par effet multiplicateur, bénéficierait de l’augmentation du revenu des riches (ceux-ci consomment et emploient). Toutefois, il faut se demander dans quelle proportion et comment les dépenses des riches vont avoir cet effet positif sur celui des pauvres. Par exemple, si le supplément de revenu des plus riches est consacré à l’emploi de domestiques et à l’achat de produits fabriqués par les plus pauvres, on pourra constater un effet multiplicateur sur le revenu des plus pauvres. Mais, s’il y a « fuite » hors du circuit national parce que le supplément du revenu des plus riches est consacré à l’acquisition de biens manufacturés importés, l’effet de cette croissance du produit national et de l’accroissement des inégalités entre riches et pauvres sera très limité sur ces derniers. Les pauvres, et particulièrement les plus pauvres, ne bénéficieront pas du surplus de richesse. Il est même possible d’observer des effets négatifs d’une croissance pro riche sur le revenu réel des plus pauvres.

  • 32 Selon une étude de Baunsgaard & Keen (2004), les pays à revenu intermédiaire n’auraient réc (...)
  • 33 On lira en ce sens avec intérêt la mise au point de l’auteur de l’expression « Consensus de (...)

26Notons aussi que, si le revenu supplémentaire des riches est taxé de façon directe (impôt sur le revenu) ou indirecte (taxe sur les produits consommés), une partie du revenu public supplémentaire peut être affectée, dans le budget de l’État, à des dépenses en matière de santé, d’éducation, d’investissement dans les transports ; les programmes de travaux publics peuvent ainsi créer de l’emploi parmi les populations déshéritées. Mais nous savons que l’accroissement de la fiscalité n’est plus très à la mode, en particulier sous la pression des accords de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et l’on observe que plus un pays a un revenu par tête faible, plus il a des difficultés à compenser les pertes de ressources fiscales sur les biens importés32. Il est également possible que les dépenses gouvernementales en matière de santé et d’éducation diminuent en faveur de dépenses publiques destinées à soutenir les investissements dits productifs. Ceci est sans doute aussi une autre raison de la diffusion des Objectifs du millénaire afin que les secteurs dits sociaux ne soient pas négligés dans des politiques nationales privilégiant des objectifs de croissance. De ce point de vue, l’accord de Monterrey apparaît comme un consensus post-Washington, voire une critique de la politique largement promue, à partir des années 1970 et dans les années 1980, par la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, le Trésor américain et la Réserve fédérale américaine33, critique que l’on peut retrouver dans les pays dits développés qui ne sont pas sous contrainte politique externe forte.

  • 34 Un des exemples les plus souvent cités est celui du coton, et pour cause : depuis l (...)

27En termes économiques, les deux causes essentielles de l’accroissement des inégalités de revenu observées dans la plupart des pays depuis les années 1980 sont l’évolution du partage entre les revenus du capital et les revenus du travail, au détriment de ce dernier dans les pays où le modèle salarial est hégémonique, auquel s’ajoute dans un certain nombre de pays du Sud la détérioration des termes de l’échange de leurs productions agricoles34.

28Mais cette approche purement économique des différences de revenus voile pudiquement les différences entre groupes sociaux. Il convient de dépasser la mesure des inégalités de revenus pour donner un contenu social à ces catégories statistiques. Un exemple courant d’une confusion entre inégalités sociales et pauvreté se trouve dans l’affirmation selon laquelle les femmes sont plus pauvres que les hommes. Sur la base de cette constatation statistique, on oublie les inégalités entre groupes sociaux et familiaux. La catégorie générale « femme » est elle-même composée de fractions extrêmement disparates : celles-ci sont autant de groupes sociaux qui subissent de façon pouvant être radicalement différente et plus ou moins intense, les inégalités de genre. Dire que les femmes sont plus pauvres que les hommes est différent de l’affirmation que les revenus des femmes au sein d’un ménage sont inférieurs à ceux des hommes, et que, dans tel ou tel contexte culturel, leur pouvoir de gestion, leur capacité à disposer de ressources autonomes et à jouir de droits personnels de propriété varient. Cette affirmation d’une pauvreté des femmes ne prend sens que lorsque par exemple existent des femmes élevant seules, c’est-à-dire sans conjoint ou appui familial, leurs enfants. Pour les autres cas, les femmes sont épouses, concubines, mères, sœurs, nièces, filles, petites-filles, petites-nièces ou cousines au sein de leurs groupes familiaux d’appartenance, qui connaissent entre eux des différences de revenus, de pouvoirs, etc. Les femmes en bénéficient. Cette mise en avant des femmes comme catégorie générale, dont les Objectifs du millénaire font la promotion, occulte les autres formes d’appartenance et peut permettre à des élites éduquées, urbaines, nanties, etc. d’exercer une position dominante, davantage vis-à-vis des femmes issues de milieux moins favorisés qu’elles qu’à l’encontre des élites masculines auxquelles elles se trouvent de fait associées dans un partage du pouvoir, fut-ce dans une position subordonnée. Les revendications féminines se trouvent ainsi souvent dévoyées au bénéfice de couches dominantes. Ceci ne met nullement en cause le fait qu’au sein des familles, la moitié féminine soit généralement une fraction dominée et, dans certains cas, exploitée.

29Enfin, la situation des femmes est davantage mise en avant que celle des enfants : le travail des enfants n’entre pas dans les indicateurs des niveaux de pauvreté selon les Objectifs du millénaire. L’observation des débats au sein de l’Organisation internationale du travail (OIT) et des résultats obtenus est pourtant particulièrement préoccupante en ce domaine. Il est possible d’avoir la plus grande crainte que l’activité économique d’une fraction des populations dites pauvres n’engendre un accroissement du travail des enfants des familles les plus matériellement démunies.

30Au-delà des différences de revenu, les inégalités doivent être comprises comme exclusion, marginalisation, discrimination entre groupes sociaux. En ce sens, les inégalités ne sont pas fondamentalement économiquement déterminées. Elles ne sont pas la conséquence de la pauvreté du fait d’une insuffisance de ressources. À l’inverse, la pauvreté constatée dans certaines fractions plus ou moins importantes des populations doit être comprise comme étant la conséquence des inégalités, et en particulier des inégalités statutaires et des discriminations qui induisent des processus d’exclusion et de marginalisation pour des groupes ethniques ou linguistiques, des castes, des groupes immigrés pauvres. Ainsi, ce sont des minorités qui pèsent souvent lourdement dans les statistiques de la pauvreté aux niveaux nationaux. La probabilité d’être pauvre varie de façon considérable entre des groupes qu’il est difficile de réduire à des classes sociales. Telle est l’hypothèse retenue ici que nous voudrions illustrer par quelques statistiques.

  • 35 Du nom d’un statisticien italien. Il est intéressant de noter que ce statisticien, travaill (...)
  • 36 Overdorf (2005 : 38).

31Ce n’est sans doute pas un hasard si une proportion significative de la population mondiale dite pauvre (presque 44 %) est concentrée en Asie du Sud ; 80 % de l’humanité dite en pauvreté absolue vit en Inde, au Bangladesh, au Pakistan, au Sri Lanka, au Bhoutan, au Népal ou aux îles Maldives, alors que les coefficients de Gini35 n’y sont pas les plus élevés par comparaison avec d’autres régions du monde. Si des pays comme l’Union indienne, le Pakistan, le Bangladesh ou le Népal connaissent des pourcentages de pauvres beaucoup plus élevés que la plupart des autres pays, cela doit être mis en rapport avec l’existence dans ces sociétés contemporaines de l’intouchabilité, une des formes les plus abjectes d’inégalité, et de la persistance forte de la servitude par dette. L’inégalité statutaire entre castes est productrice de pauvreté. Les inégalités entre Hindous et minorités religieuses sont aussi un facteur aggravant les disparités. Les dalits (terme politiquement correct aujourd’hui pour désigner les intouchables) et les tribaux constituent encore aujourd’hui les deux groupes les plus discriminés en Inde. Alors qu’un quart environ de la population en Inde est reconnu comme dalits ou tribaux, dans les services publics centraux du pays, ces groupes ne sont que 10 % parmi les catégories supérieures d’emplois, 13 % de la catégorie dite B, 16 % de la catégorie dite C et 21 % de la catégorie dite D, alors qu’ils occupent 44 % des emplois de balayeurs36. L’exemple indien montre bien qu’un pays peut connaître un taux de croissance soutenu et peut conserver une masse de population pauvre considérable, même si ce pourcentage diminue.

  • 37 Autrefois désignés comme Bushmen, les San (au nombre de 100 000) vivent au sud de l’Afrique (...)

32En Afrique subsaharienne, l’autre zone de la planète à taux de pauvreté très élevé, des inégalités notamment tribales, ethniques, religieuses, linguistiques ou régionales, que l’on qualifie souvent pudiquement de « géographiques », quand elles ne sont pas tout simplement niées, ont des effets dévastateurs, avec les mêmes conséquences sur le caractère endémique de la pauvreté. On évoque généralement comme cause la faiblesse des taux de croissance. Pour détruire cette idée, prenons l’exemple d’un pays africain souvent remarqué pour sa forte croissance : le Botswana. Ce pays, grâce notamment à l’exploitation de mines de diamants, a connu une croissance de son produit national brut en moyenne de 10 % par an depuis son accession à l’indépendance en 1966 ; un cinquième de la population capte 70 % du revenu national et plus de la moitié de la population vit avec moins de deux dollars par jour. Les San37, autrefois désignés comme Bushmen, qualifiés par Festus Mogoae, le Président du Botswana, de « stone age creatures » constituent de véritables parias parmi les populations bantu du sud du continent. Ils ne connaissent pas de forme enregistrée de propriété privée de la terre et sont dépossédés de leurs biens fonciers et de leurs droits ancestraux collectifs de chasse et de cueillette par le gouvernement ; celui-ci, pour les inciter à quitter leurs villages, afin notamment que l’exploitation des mines se développe, interrompt la distribution en eau potable ou la fourniture de services sociaux de base et encourage le regroupement de ces populations dans des camps où elles dépendent essentiellement des subsides publics. De telles politiques, qui frappent la petite minorité san, et de façon générale l’ensemble du monde rural au Botswana, expliquent cette forte incidence de la pauvreté dans un contexte de croissance du produit national brut et du revenu national moyen par tête.

33Pour illustrer encore l’exclusion, prenons deux autres exemples dans des pays aux niveaux dits de développement très différents : la Chine populaire et les États-Unis. Selon le Rapport de la Banque mondiale publié en 2001, les minorités ethniques en Chine populaire, qui comptent pour 9 % seulement de la population du pays, représentent 43 % des Chinois en situation qualifiée de pauvreté absolue. Aux États-Unis, l’incidence de la pauvreté est de 5,3 % parmi les couples blancs mariés, alors qu’elle est de 45 % parmi les mères célibataires d’origine afro-américaine ou latino-américaine.

34De façon générale, les inégalités sont fondées le plus souvent sur des discriminations notamment ethniques, raciales, linguistiques, religieuses et d’opposition entre allogènes et indigènes et entre lieux de vie. Traditionnellement, ces oppositions ont pu être réduites à des différences entre groupes ethniques. Si la planète est divisée aujourd’hui en 200 États, les anthropologues recensent près de 5 000 groupes ethniques.

35L’Europe n’est pas épargnée par les discriminations culturelles, qu’il s’agisse d’anciennes minorités ou des populations nouvelles. En Europe centrale, une grande partie des huit à dix millions de Roms sont des quasi parias : en Slovaquie, par exemple, 40 % vivent dans des enclaves dont plus du tiers n’a pas l’eau courante, 80 % pas de canalisations, 60 % pas d’accès au gaz et 5 % pas d’accès à l’électricité. Ce sont les discriminations à l’égard de ces populations qui rendent une majorité d’entre eux très pauvre. Aujourd’hui, avec la globalisation, la discrimination entre groupes au sein d’un même pays est plus complexe que la question des peuples autochtones et des revendications dites régionalistes ou identitaires locales. Des discriminations sont vécues par nombre d’immigrés ou de citoyens de première voire de deuxième génération, donc installés de façon durable depuis plusieurs décennies au sein des pôles de développement, qu’ils se situent au Nord ou au Sud.

36Les différences, pensées et reproduites comme inégalités, sont facteurs de discrimination en matière d’accès au travail, au logement, à certains lieux de loisirs, et à d’autres lieux publics, mais aussi aux services financiers, à des alliances matrimoniales, etc. Les systèmes éducatifs eux-mêmes fonctionnent en reproduisant des normes culturelles élitistes et tendent à éliminer les cultures « pauvres », tandis que les carences alimentaires chroniques subies dans l’enfance peuvent limiter de façon quasi irréversible les capacités physiques et intellectuelles, donc tant durant la période de formation que dans celle d’exercice d’une activité professionnelle.

  • 38 Easterly (2001). Nous remercions Éveline Baumann pour avoir attiré notre attention sur cett (...)

37Lorsqu’un pays est fortement fractionné socialement, la propension à l’existence d’une part importante de populations pauvres augmente considérablement. En règle générale, les inégalités entre sexes, parfois selon le groupe d’âge, surdéterminent ces inégalités entre groupes sociaux. Une explication de cette corrélation entre taux de pauvreté élevé et fractionnement social fort (entre ethnies, castes, groupes religieux et classes notamment) étudiée par William Easterly tient à ce que les groupes privilégiés dominants ne cherchent pas à renforcer les capacités des groupes exclus ; ils pourraient contester et affaiblir leur pouvoir, qu’il s’agisse d’éducation, de transport et de télécommunications par exemple38. Le consensus autour du partage des ressources apparaît donc beaucoup plus fort dans les pays où les divisions sociales sont réduites, autrement dit les inégalités moins fortes. Les données analysées par William Easterly montrent que les pays socialement plus homogènes ou à large classe moyenne ont un niveau de revenu par tête plus élevé.

Conclusion

38Les Objectifs du millénaire adoptés par l’ONU en septembre 2000 pour diminuer de moitié le taux de pauvreté sur la planète semblent aujourd’hui faire largement consensus. Or, il est illusoire de penser qu’il suffirait de doubler l’aide publique au développement fournie par les pays membres du Comité d’aide au développement (CAD) pour les atteindre. L’erreur tient largement à l’oubli de la question des inégalités. Si les inégalités sont simplement réductibles à des différences de revenus, alors inégalité et pauvreté sont une quasi-tautologie. Au cours du dernier quart de siècle, les inégalités non seulement en termes de revenus et selon les sources de revenus mais aussi les écarts de propriété se sont considérablement accrus à l’intérieur de la plupart des pays. Parallèlement à la focalisation initiée par l’ONU sur la lutte contre la pauvreté, les statistiques des organisations internationales publient régulièrement un indicateur national d’inégalité des revenus : le coefficient de Gini (plus ce coefficient est élevé, plus la répartition nationale des revenus est inégalitaire). Il est environ trois fois plus élevé au Brésil qu’il ne l’est dans les pays nordiques européens.

39La pauvreté n’est pas une cause des inégalités puisque c’est simplement une façon de les exprimer par une mesure économique. Les inégalités, qui ne doivent donc pas être réduites à leur seule dimension économique, sont la cause essentielle de la pauvreté. C’est aujourd’hui une impérieuse nécessité de rompre avec la logique de la lutte contre la pauvreté et de placer la question des inégalités sociales, qu’il s’agisse d’exclusions, de discriminations ou de marginalisation, au cœur des travaux académiques, des objectifs des organisations de la société civile et des dispositifs publics.

Bibliographie

Abhiji V. & Banerjee A. V., « The two poverties », dans Dercon S. (dir.), Insurance against poverty, Oxford/New York, Oxford University Press/UNU-WIDER, 2005, p. 59-75.

Ahuja R. & Guha-Khasnobis S., Micro-Insurance in India : Trends and Strategies for Further Extension, Indian Council for Research on International Economic Relations, Working Paper n° 162, juin 2005.

Ayangma Amang P., « Épidémie du Sida et développement économique en Afrique », Techniques financières et développement, n° 83, juin 2006.

Baunsgaard T. & Keen M., Tax Revenue and Trade Liberation, International Monetary Funds Working Paper WP/05/112, juin 2005.

De Soto H., Le mystère du capital. Pourquoi le capitalisme triomphe en Occident et échoue partout ailleurs ?, Paris, Flammarion, 2005.

Dercon S. (dir.), Insurance Against Poverty, Oxford/New York, Oxford University Press/UNU-WIDER, 2005.

Dupuy J.-P., Le sacrifice et l’envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Paris, Calmann-Lévy, 1992.

Easterly W., « The Middle Class Consensus and Economic Development », Journal of Economic Growth, vol. 6, n° 4 décembre 2001, p. 317-335.

Egil F., « Les éléphants de papier. Réflexions impies pour le ve anniversaire des Objectifs de développement du millénaire », Politique africaine, n° 99, octobre 2005, p. 97-115.

Guérin I. & Palier J., La microfinance entre traditions et innovations, Paris, Karthala/IRD/IFP, 2006.

Hmimid F. & Imbert A., « Les Banques centrales face aux défis du développement », Techniques financières et développement, n° 83, juin 2006.

Kanbur S., « Of Risk Taking and Personal Distribution of Income », Journal of Political Economy, vol. 87, n° 4, août 1979, p. 769-787.

Kihlstrom R. & Laffont J., « A General Equilibrium Entrepreneurial Theory of Firm Formation Based on Risk Aversion », Journal of Political Economy, vol. 87, n° 4, août 1979, p.719-748.

Loury P., « Intergenerational Transfers and the Distribution of Earnings », Econometrica, n° 49, 1981, p. 843-867.

Nayyar G., « Growth and Poverty in Rural India. An Analysis of Inter-State Differences », Economic and Political Weekly, 16 avril 1981, p. 1631-1639.

Overdorf J., « Yet Another Cross to Bear », Far Eastern Economic Review, traduit dans Problèmes économiques, Dossier « L’Inde, l’autre géant », 5 janvier 2005, p. 35-38.

Peters D. et al., Better Health Systems for India’s Poor : Findings, Analysis and Options, Washington D.C., The World Bank, 2002.

Pollin R., Contours of Descent, London, New York, Verso, 2005.

Prades J., Compter sur ses propres forces, La Tour d’Aigues, Éditions de l’aube, 2006.

Rapport Zedillo, Rapport de haut niveau sur le financement du développement, New York, Nations unies, 2001 : <www.un.org/french/reparts/financing/report_full.htm> (erreur en 2017).

Reisen H., « Financer les Objectifs du millénaire pour le développement : nouvelles approches », Cahier de politique économique, n° 24, Centre de développement de l’OCDE, Paris, avril 2004.

Rist G., Le développement, histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

Sachs J. D. (dir.), Investing in Development : A Pratical Plan to Achieve the Millenium Development Goals, New York, United Nations Development Program, 2005.

Sahlins M., Âge de pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard, 1976.

Saxegaard M., « Excess Liquidity and Effectiveness of Monetary Policy : Evidence from SSA », Working paper WP/06/115, International Monetary Funds, 2006.

Servet, J.-M., Banquiers aux pieds nus, Paris, Odile Jacob, 2006.

Warsh D., Knowledge and the Wealth of Nations, a Story of Economic Discovery, New York/London, Norton, 2005.

Williamson J., « What Should the World Bank Think about the Washington Consensus ? », The World Bank Research Observer, vol. 15, n° 2, août 2000, p. 251-264.

Winter G., L’impatience des pauvres, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

Annexes

Base de données sur les Objectifs du millénaire

La base de données pour les indicateurs du millénaire présente les données les plus récentes à avril 2005.

Objectifs, cibles et indicateurs

Un ensemble de 8 objectifs, 18 cibles et 48 indicateurs servant à mesurer les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement ont été retenus à l’unanimité par un groupe d’experts du Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies, du FMI, de l’OCDE et de la Banque mondiale (Plan de campagne pour la mise en œuvre de la Déclaration du Millénaire des Nations Unies, A/56/326).

Objectif 1. Réduction de l’extrême pauvreté et de la faim

Cible 1 : Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour.

Indicateurs

1. Proportion de la population disposant de moins d’un dollar par jour en parité du pouvoir d’achat (1993 PPA) (Banque mondiale)

2. Indice d’écart de la pauvreté [incidence de la pauvreté x degré de pauvreté] (Banque mondiale)

3. Part du cinquième le plus pauvre de la population dans la consommation nationale (Banque mondiale)

Cible 2 : Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim.

Indicateurs

4. Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans présentant une insuffisance pondérale (Unicef-OMS)

5. Proportion de la population n’atteignant pas le niveau minimal d’apport calorique (FAO)

Objectif 2. Assurer l’éducation primaire pour tous

Cible 3 : D’ici à 2015, donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires.

Indicateurs

6. Taux net de scolarisation dans le primaire (Unesco)

7. Proportion d’écoliers commençant la première année d’études dans l’enseignement primaire et achevant la cinquième (Unesco)

8. Taux d’alphabétisation des 15 à 24 ans (Unesco)

Objectif 3. Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

Cible 4 : Éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d’ici à 2005 si possible, et en tous les niveaux de l’enseignement en 2015 au plus tard.

Indicateurs

9. Rapport filles/garçons dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieur, respectivement (UNESCO)

10. Taux d’alphabétisation des femmes de 15 à 24 ans par rapport à celui des hommes (Unesco)

11. Pourcentage de salariées dans le secteur non agricole qui sont femmes (OIT)

12. Proportion de sièges occupés par des femmes au parlement national (UPI)

Objectif 4. Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans

Cible 5 : Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans.

Indicateurs

13. Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans (Unicef-OMS)

14. Taux de mortalité infantile (Unicef-OMS)

15. Proportion d’enfants de 1 an vaccinés contre la rougeole (Unicef-OMS)

Objectif 5. Améliorer la santé maternelle

Cible 6 : Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle.

Indicateurs

16. Taux de mortalité maternelle (Unicef-OMS)

17. Proportion d’accouchements assistés par du personnel de santé qualifié (Unicef-OMS)

Objectif 6. Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies

Cible 7 : D’ici à 2015 avoir stoppé la propagation du VIH/sida et commencé à inverser la tendance actuelle

Indicateurs

18. Taux de prévalence du VIH parmi les femmes enceintes âgées de 15 à 24 ans (Onusida-OMS-Unicef)

19. Taux d’utilisation du préservatif sur le taux de prévalence des contraceptifs (Division de la population du Secrétariat de l’ONU)

19a. Utilisation d’un préservatif lors du dernier rapport sexuel a risque (Unicef-OMS)

19b. Population âgée de 15 à 24 ans ayant une bonne connaissance générale du VIH/sida (Unicef-OMS)

19c. Taux d’utilisation de la contraception (Division de la population du Secrétariat de l’ONU)

20. Taux de scolarisation des orphelins par rapport au taux de scolarisation des autres enfants non-orphelins âgées de 10 à 14 ans (Unicef-Onusida-OMS)

Cible 8 : D’ici à 2015, avoir maîtrisé le paludisme et d’autres maladies, et avoir commencé à inverser la tendance actuelle.

Indicateurs

21. Taux de prévalence du paludisme et taux de mortalité liée à cette maladie (OMS)

22. Proportion de la population vivant dans les zones à risque qui utilisent des moyens de protection et des traitements efficaces contre le paludisme (Unicef-OMS)

23. Taux de prévalence de la tuberculose et taux de mortalité liée à cette maladie (OMS)

24. Proportion de cas de tuberculose détectés et soignés dans le cadre DOTS (la stratégie contre la tuberculose recommandée au niveau international) (OMS)

Objectif 7. Assurer un environnement durable

Cible 9 : Intégrer les principes du développement durable dans les politiques nationales et inverser la tendance actuelle à la déperdition des ressources environnementales.

Indicateurs

25. Proportion de zones forestières (FAO)

26. Superficie des terres protégées pour préserver la biodiversité (par rapport à la superficie totale) (PNUE-WCMC)

27. Énergie consommée (en kilogrammes d’équivalent pétrole) par 1 000 dollars de produit intérieur brut (PPA) (AIE, Banque mondiale)

28. Émissions de dioxyde de carbone, par habitant (CCNUCC, Division de statistique de l’ONU) et consommation de chlorofluorocarbones qui appauvrissent la couche d’ozone (en tonnes de PDO) (PNUE-Secrétariat de l’ozone)

29. Proportion de la population utilisant des combustibles solides (OMS)

Cible 10 : Réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau de boisson salubre et à des services d’assainissement de base.

Indicateurs

30. Proportion de la population ayant accès de façon durable à une source d’eau meilleure (zones urbaines et rurales) (Unicef-OMS)

31. Proportion de la population ayant accès à un meilleur système d’assainissement (zones urbaines et rurales) (Unicef-OMS)

Cible 11 : Réussir, d’ici à 2020, à améliorer sensiblement la vie d’au moins 100 millions d’habitants de taudis.

Indicateurs

32. Proportion des ménages ayant accès à la sécurité d’occupation des logements (ONU-Habitat)

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Les indicateurs correspondant aux cibles 12 à 15 sont présentés ci-dessous dans une liste combiné.

Cible 12 : Poursuivre la mise en place d’un système commercial et financier multilatéral ouvert, fondé sur des règles, prévisible et non discriminatoire. Cela suppose un engagement en faveur d’une bonne gouvernance, du développement et de la lutte contre la pauvreté, aux niveaux tant national qu’international

Cible 13 : S’attaquer aux besoins particuliers des pays les moins avancés. La réalisation de cet objectif suppose l’admission en franchise et hors contingents des produits exportés par les pays les moins avancés; l’application du programme renforcé d’allégement de la dette des PPTE et l’annulation des dettes bilatérales envers les créanciers officiels; et l’octroi d’une APD plus généreuse aux pays qui démontrent leur volonté de lutter contre la pauvreté

Cible 14 : Répondre aux besoins particuliers des petits États insulaires en développement (en appliquant le Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement et les conclusions de la vingt-deuxième session extraordinaire de l’Assemblée générale).

Cible 15 : Traiter globalement le problème de la dette des pays en développement, par des mesures d’ordre national et international propres à rendre leur endettement viable à long terme.

Certains des indicateurs ci-après seront évalués séparément dans les cas des pays les moins avancés (PMA), de l’Afrique, des pays sans littoral et des petits États insulaires en développement.

Indicateurs

Aide publique au développement (APD)

33. APD nette, total et aux PMA, en pourcentage du produit national brut des pays donateurs membres du CAD/OCDE (OCDE)

34. Proportion du montant total de l’APD bilatérale des pays donateurs membres du CAD/OCDE allouée par secteur aux services sociaux de base (éducation de base, soins de santé primaires, nutrition, eau salubre et assainissement) (OCDE)

35. Proportion de l’APD bilatérale de pays donateurs membres du CAD/OCDE qui est déliée (OCDE)

36. APD reçue par les pays en développement sans littoral en tant que pourcentage de leur RNB (OCDE)

37. APD reçue par les petits États insulaires en développement en tant que pourcentage de leur RNB (OCDE)

Accès au marché

38. Proportion du total des importations des pays développés (en valeur et à l’exclusion des armes) en provenance des pays en développement et des pays les moins avancés admises en franchise de droit (CNUCED, OMC, Banque mondiale)

39. Taux moyens de droits appliqués par les pays développés aux produits agricoles et textiles et vêtements en provenance des pays en développement (CNUCED, OMC, Banque mondiale)

40. Estimation des subventions agricoles dans les pays de l’OCDE en pourcentage de leur PIB (OCDE)

41. Proportion de l’APD allouée au renforcement des capacités commerciales (OCDE, OMC)

Viabilité de la dette

42. Nombre total de pays ayant atteint les points de décision de l’initiative PPTE et nombre total de pays ayant atteint les points d’achèvement (cumulatif) (FMI-Banque mondiale)

43. Engagement d’allègement de la dette au titre de l’initiative PPTE (FMI-Banque mondiale)

44. Service de la dette, en pourcentage des exportations de biens et services (FMI-Banque mondiale)

Cible 16 : En coopération avec les pays en développement, formuler et appliquer des stratégies qui permettent aux jeunes de trouver un travail décent et utile.

Indicateurs

45. Taux de chômage des jeunes âgées de 15 à 24 ans, pour chaque sexe et taux global (OIT)

Cible 17 : En coopération avec l’industrie pharmaceutique, rendre les médicaments essentiels disponibles et abordables dans les pays en développement.

Indicateurs

46. Proportion de la population ayant accès de façon durable à des médicaments de base d’un coût abordable (OMS)

Cible 18 : En coopération avec le secteur privé, faire en sorte que les avantages des nouvelles technologies, en particulier des technologies de l’information et de la communication, soient à la portée de tous.

Indicateurs

47. Nombre de lignes téléphoniques et d’abonnés au téléphone portable pour 100 habitants (UIT)

48. Nombre de micro-ordinateurs pour 100 habitants et d’internautes pour 100 habitants (UIT)

Notes

1 Ce texte reprend certains éléments de conférences données dans le cadre d’un colloque de l’IUED le 7 juillet 2004 sur les inégalités, au Centre de recherche sur les innovations sociales à l’Université Laval (Québec) le 31 mars 2005 et pour le Centro de Estudios y Promocion del Desarrollo à l’université catholique d’Arequipa (Pérou), le 22 août 2005. La base de données des Nations Unies sur les Objectifs (ou indicateurs, selon un usage constaté) du millénaire est : <http://millenniumindicators.un.org/unsd/mifre/mi_goals.asp> (erreur en 2017) (voir Annexe).

2 Notamment dans l’accord de Monterrey (2002).

3 Cet objectif a été fixé en 2000 par rapport aux données relatives à la pauvreté de 1990, donc sur une durée d’un quart de siècle.

4 Selon l’Observatoire des inégalités (note d’information du 14 janvier 2006 qui s’appuie sur la revue Économie et statistique de l’Insee, décembre 2005, p. 383-385), en Europe de l’Ouest, 15 % de la population dispose d’un revenu inférieur à 60 % du revenu médian (seuil de pauvreté utilisé dans les comparaisons européennes) avec des disparités importantes entre pays. Dans les pays d’industrialisation tardive comme la Grèce et le Portugal, ou ayant des politiques de dérégulation et de moindre redistribution comme le Royaume-Uni, la proportion de la population pauvre se situe entre 18 % et 21 %, soit 50 % de pauvres en plus. En Europe centrale et de l’Est, l’impossibilité de subvenir à des besoins devenus essentiels en matière de nourriture, d’habillement et de logement est beaucoup plus fréquente qu’à l’Ouest : en Roumanie, 47 % des ménages ne disposent pas d’eau chaude courante, 30 % en Pologne et 23 % dans la Russie urbaine, où l’alimentation représente 53,1 % du budget des ménages.

5 Robert Pollin (2005) montre que le taux de croissance global des pays à faible revenu et à revenu moyen (en excluant la Chine, dont les politiques ne peuvent pas être qualifiées de néolibérales vu le poids des interventions publiques) était de 5,5 % entre 1961 et 1980 et de 2,6 % seulement dans l’ère néolibérale (1981-1999). Le taux de croissance par tête y est ainsi tombé de 3,2 % à 0,7%.

6 Egil (2005).

7 Interview de Paul Wolfowitz, ancien secrétaire adjoint à la Défense du gouvernement des États-Unis, publiée par le journal Le Monde, le 24 mars 2005.

8 Sachs (2005).

9 Sachs (2005 : 126).

10 À noter qu’il n’existe pas de consensus sur les méthodes. Si nombre d’acteurs paraissent séduits par les promesses du microcrédit (voir Servet, 2006), Bill Gates, le PDG de Microsoft devenu mécène, semble plus réservé et affirme qu’il convient d’abord de résoudre les problèmes d’infrastructures tels que l’accès à l’eau et à la santé.

11 Certains opposent la notion de capital humain mise en avant par la Banque Mondiale et celle de capabilité promue notamment à la suite des travaux de Sen par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). La seconde, qui appelle un empowerment des personnes et de certaines fractions des populations, apparaît en quelque sorte plus sociale que la première. En fait, l’usage dominant des notions de capabilité et d’empowerment tend aussi à les réduire à leur dimension économique et à les asssimiler en fin de compte à la catégorie de capital humain. Voir sur ce point Guérin & Palier (2006).

12 Warsh (2006).

13 Les arguments avancés par le comité Nobel, en octobre 2006, pour justifier l’attribution du prix Nobel de la paix à la Grameen Bank et à Muhammed Yunus sont tout à fait de cette nature, alors que le rôle du microcrédit dans la reconstruction, dans les phases post-conflit, est curieusement passé sous silence.

14 Autre exemple d’objectif très minimaliste : en matière de bidonville. Le « but 7 cible 11 » dit qu’il faut améliorer d’ici 2020 de façon significative la vie d’au moins 100 millions de personnes vivant dans les bidonvilles. Or, près de 40 % de la population urbaine en Inde (des millions de personnes) vit actuellement dans de telles conditions. On peut donc penser que l’objectif est très limité ; de plus, il n’est pas fixé pour 2015 mais pour 2020.

15 Sachs (2005 : 263). Voir aussi Rapport Zedillo Nations Unies 2001, Rapport de haut niveau sur le financement du développement, New York, 2001 : <http://www.un.org/french/reparts/financing/report_full.htm> (erreur en 2017).

16 Sachs (2005 : 263).

17 Id. : 213. La comparaison en termes de populations directement concernées par l’aide publique au développement et par les soutiens à l’agriculture des pays dits développés révèle un écart beaucoup plus grand…

18 Une étude menée par le FMI en 2004 montrait que, sur 44 pays africains enquêtés, 40 étaient en situation de surliquidité, ce qui oblige à penser plus en termes de mobilisation de ressources locales qu’en termes d’accroissement des flux externes… Voir Saxegaard (2006 : 30). Autrement dit, les classes moyennes des pays riches sont invitées à transmettre des ressources (via leurs contributions fiscales notamment) à des pays pauvres dans lesquels les couches les plus opulentes de la population échappent largement à l’impôt.

19 L’augmentation pour un pays de ses capacités d’absorption de l’aide suppose notamment d’améliorer ses conditions sanitaires, l’alimentation et l’éducation, ce qui rejoint les Objectifs du millénaire. Il est difficile d’imaginer qu’un pays puisse attirer des capitaux privés si ses structures éducatives sont défaillantes et s’il est miné par le sida et le paludisme par exemple. Prenons le cas du sida en Afrique. Ce continent compte les deux tiers des patients atteints par le VIH dans le monde, alors que sa population ne représente que 11 % de la population mondiale. Sur 23 millions de travailleurs malades recensés au niveau mondial en 2001, on en comptait 17,5 millions en Afrique. Au Cameroun en 2004, des campagnes de dépistage volontaire en entreprise ont montré une séroprévalence de 6,6 % à 22 % des effectifs testés. Voir Ayangma Amang (2006 : 51-52). Cette idée d’une lutte contre la pauvreté comme condition préalable de la croissance économique est au cœur du Rapport Sachs.

20 Servet (2006 : 20). L’analyse qui suit sur les mesures de la pauvreté a bénéficié de la collaboration d’Amatou Diop et Isabelle Hillenkamp (assistants à l’IUED) dans le cadre du projet RUIG sur l’efficience des organisations de microfinance (BIT, 2004-2006).

21 Voir Winter (2002 : 80).

22 Peters et al. (2002), cité par Ahuja et al. (2005 : 5).

23 Dercon (2005).

24 Les courants formalistes en économie au cours des deux dernières décennies du xxe siècle ont abordé la question de la pauvreté en analysant de façon abstraite la rationalité sous contrainte des populations pauvres. La question n’est pas de savoir qui est pauvre et pourquoi il l’est, mais comment agit « le pauvre » et pourquoi. Voir Abhijit & Banerjee (2005), qui s’appuient en particulier sur les travaux de Kanbur (1979), Kihlstrom & Laffont (1979), et Loury (1981).

25 Sachs (2005 : 28).

26 Sachs (2005 : 29, figure 3.1).

27 Nayyar (2005).

28 Voir notamment Sahlins (1976) et Rist (1996).

29 Dupuy (1992).

30 Voir par exemple le plaidoyer de De Soto (2005). On lira avec intérêt un débat renouvelé sur la question de la propriété collective par Prades (2006).

31 Selon la courbe de Kuznets, au début, le processus de croissance accroît d’abord les inégalités, ce qui permettrait d’accroître l’épargne et donc l’investissement, et par conséquent la croissance ultérieure et, dans un deuxième temps, le revenu des pauvres, provoquant ainsi une réduction des inégalités.

32 Selon une étude de Baunsgaard & Keen (2004), les pays à revenu intermédiaire n’auraient récupéré qu’environ la moitié des pertes fiscales liées à une baisse des tarifs douaniers dans le cadre des accords de l’OMC, alors que les pays à faible revenu ne seraient pas parvenus à compenser ces pertes fiscales.

33 On lira en ce sens avec intérêt la mise au point de l’auteur de l’expression « Consensus de Washington », expression qui a connu avec la critique des altermondialistes et des anti-néolibéraux une évolution l’éloignant du sens initial dénué de critique. Voir Williamson (2000).

34 Un des exemples les plus souvent cités est celui du coton, et pour cause : depuis la fin des années 1990, son prix sur les marchés internationaux a baissé de plus de moitié, en raison principalement de la surproduction encouragée par les subventions des États-Unis à leurs producteurs : en 2005, 25 000 agriculteurs américains parmi les plus riches du pays ont reçu près de deux milliards de dollars pour soutenir cette production (source <www.helvetas.ch>, 26 octobre 2006).

35 Du nom d’un statisticien italien. Il est intéressant de noter que ce statisticien, travaillant sur les inégalités, a, dans certains de ses écrits, soutenu le régime fasciste italien.

36 Overdorf (2005 : 38).

37 Autrefois désignés comme Bushmen, les San (au nombre de 100 000) vivent au sud de l’Afrique et se répartissent pour 49 000 au Botswana, 38 000 en Namibie, 6 000 en Angola, 4 500 en Afrique du Sud, 1 600 en Zambie et 1 200 au Zimbabwe.

38 Easterly (2001). Nous remercions Éveline Baumann pour avoir attiré notre attention sur cette étude.

Auteur

Professeur d’économie du développement à l’IUED de Genève, fondateur du programme de recherche sur la microfinance de l’Institut français de Pondichéry et directeur de recherche associé à l’IRD « Travail et mondialisation » (TeM). Il a dirigé et publié de nombreux travaux sur les dimensions sociales de la finance et notamment Banquiers aux pieds nus, la microfinance, Paris, Odile Jacob, 2006. Il prépare actuellement un ouvrage sur le financement du développement. Il est aussi spécialiste d’histoire de la pensée économique et financière (en particulier comme co-éditeur des œuvres complètes d’Auguste et Léon Walras et d’une nouvelle traduction de la Richesse des Nations d’Adam Smith). <jean-michel.servet@iued.unige.ch>

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search