Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'honneur et des épices

 | 
Dominique Le Page

Annexes

Annexe VI. Informations de vie et mœurs

Texte intégral

Enquête de vie et mœurs de Claude Brethe faite à Paris en 1613, ADLA, B 183

Témoins

1Vénérable et discret maître Pierre Gillet, docteur régent en la faculté de théologie à Paris et curé primitif de Saint-Germain L’Auxerrois, demeurant au clos de Saint-Germain, 58 ans, après luy avoir mis la main au pied. Il atteste que Brethe est de sa paroisse.

2Maître Jules Gassot, conseiller, notaire et secrétaire du roi et de ses finances demeurant à Paris, rue des Fossés, paroisse de Saint-Germain l’Auxerrois, 60 ans, depuis 40 ans et davantage, il a eu entière connaissance, conversation et familiarité (avec Jacques Brette), vivant secrétaire des finances du roi et de la reine Ysabel, principal commis de monsieur de Villeroy et son parent. Il connaît aussi son épouse et, entre autres ses enfants mâles, en est yssu ledit sieur Brethe pourvu dudit office, l’ayant vu iceluy déposant plusieurs fois en sa jeunesse chez ledit sieur Brethe son père et ailleurs où il l’avoit colloqué pour apprendre le fait des finances et se rendre digne d’une telle charge. Il est affectionné au service de sa majesté.

3Noble homme maître Pierre Bouyn, conseiller notaire et secrétaire du roi, maison et couronne de France demeurant au cloistre et paroisse Saint-Medricq, 32 ans. Il connaît Claude Brethe depuis huit à neuf ans pour l’avoir hanté et fréquenté et vu au logis du feu sieur Brethe son père et de monsieur le président Miron son beau-frère, catholique, affectionné serviteur du roi, n’ayant fait acte y dérogeant.

4François Le Sautier, écuyer, sieur de Labraqueture et de Saint-Hilaire, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi et commissaire ordinaire des guerres demeurant à Paris rue Saint-Michel le Compte, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, 46 ans. Il le connaît depuis 12 ou 13 ans pour l’avoir vu au logis de feu maître Brethe son père, du président Miron son beau-frère et du sieur de Clermont son frère. Il est issu de gens d’honneur, de bonne et honnête famille ; il l’a fréquenté et il l’a reconnu catholique, affectionné au service du roi et âgé de 27 à 28 ans.

5Noble homme François Miron, prieur de Notre-Dame-de-Saux et archidiacre de l’église d’Auphe demeurant à Paris au chevalier du guet, paroisse Saint-Germain, 25 ans, le connaît depuis deux ans pour avoir vu demeurer au logis de monsieur le président Miron six ou sept mois.

6Noble homme maître Joseph Bourdereul, trésorier et payeur de la gendarmerie de France demeurant rue et paroisse Saint-Germain l’Auxerrois, 31 ans, le connaît depuis 22 ans pour avoir été mis en même quartier et étude sous mêmes maîtres en l’université de Paris. Il est d’honnête famille, fidèle serviteur du roi et il n’a fait acte y dérogeant. Il est âgé de 27 ou 28 ans.

7Noble homme maître Guillaume Raguenel, conseiller et élu pour le roi en l’élection de Coulommiers en Brie et contrôleur des guerres, paroisse Saint-Médéric à Paris, 40 ans. Il connaît Brethe depuis sa naissance pour avoir été employé aux affaires de son père qui était premier commis de monsieur de Villeroy et son allié.

8Noble homme maître Gilles Gaveau, contrôleur général provincial et ordinaire des guerres en Normandie, âgé de 37 ans, demeurant à Paris rue Neuve Saint-François proche l’hôtel de Bourgogne, paroisse Saint-Sauveur. Il le connaît depuis 14 ans, il l’a vu au logis de monsieur Brethe, contrôleur général des guerres son frère et encore en la ville de Nantes où ledit maître Claude Brethe demeuroit au logis d’un nommé Blanchet, procureur des comptes en Bretagne.

9Noble homme Alain Le Feubvre, sieur du Pont, conseiller du roi et auditeur de ses comptes, paroisse Saint-Laurent, 45 ans. Il le connaît depuis 10 ans.

10Noble homme Pierre le Masle, paroisse Notre-Dame, 26 ans. Il le connaît depuis 12 ans.

Information de vie et mœurs d’Ysaac de Lescouët, trésorier de France (1617)

11Information faicte d’authorité de la Chambre des comptes de Bretaigne des vye, meurs, religion catholicque apostolicque et romaine et aige de maître Ysac de Lescouët, sieur du Boschet, pourveu par le roy de l’estat et office de trézorier de France et général de ses finances en ce pais à laquelle a esté vacqué par nous Pierre Boutin, sieur de Lériais conseiller du roy, maistre ordinaire en ladite Chambre sur la nominacion des tesmoings fournye par monsieur le procureur général du Roy en icelle ayans avecq nous maître Jacques Lebreton, greffier les jour et an cy après.

Du mardy dix septième janvier mil six cens dix sept

12Révérand père en dieu messire Jan Giraud, abbé de Meleray, docteur en théologie et chanoine de Nantes aigé de cinquante six ans lequel, après avoir mis la main sur sa poitrine a juré et promis sur ses sainctes ordre dire vérité et enquis

13Dépoze cognoistre maître Ysaac de Lescouët, sieur du Boschet, fils monsieur de la Guérrande, premier présidant des comptes, dix huict ans sont ou environ, qu’il est de la religion catholicque apostolicque et romaine, Le scavoir pour l’avoir veu tant comme il estoit au colleige de ceste ville que depuis qu’il est de retour des universitez soy confesser et communier, assister à la messe et prédications. Dict oultre qu’il peult avoir quelque vingt six à sept ans, qu’il vid en la maison dudit sieur de la Guérrande, son père, avecques tout respect et honneur et est ce qu’il a dict scavoir qui contient vérité et a signé.

14Messire Michel Mechinauld, prestre sacriste de Nostre Dame de Nantes et y demeurant aigé de quarante cinq ans ou environ, tesmoign faict par ses sainctes ordres dire vérité et enquis.

15Dépoze cognoistre le sieur du Boschet, fils monsieur le présidant de la Guérrande neuf ans sont et plus, qu’il est de la religion catholicque, apostolicque et romaine. Le scavoir pour l’avoir depuis lesdits neuf ans et plus lors qu’il a esté en ceste ville ouy en confession et administré les sainctz sacrements ; dict oultre luy avoir veu faire plusieurs actes de bon et vray catholicque, qu’il a quelque vingt sept ans et est ce qu’il a dict scavoir qui contient vérité et a signé.

16Messire Michel le Royer, recteur de Saint Jean de Nantes et y demeurant âgé de quarante cinq ans ou environ après avoir mis la main sur son estomach a juré par ses sainctes ordres dire vérité et enquis.

17Dépoze cognoistre maître Ysac de Lescouët, sieur du Boschet, il y a saize ans et plus et dès ledit temps avoir esté son précepteur en la demeurance de messire Auffray de Lescouët, conseiller du Roy en ses conseils d’Estat et privé et premier présidant en sa Chambre des comptes de ce pays, et de dame Suzanne Challot, sa compaigne, sieur et dame de la Guérrande, ses père et mère, tant en ceste ville qu’au Boschet et autres leurs maisons jusques à ce qu’il fut mis au colleige de ceste ville de Nantes et dès lors entra en la quatre ou troisiesme classe, en ayant esté jugé capable par le sieur Cohon, principal dudit colleige et encores qu’il ne fust plus son précepteur audit colleige, il avoit ung soign particullier de voir son instruction tant ausdites lettres qu’aux bonnes meurs, et durant le temps qu’il a esté au colleige ausdites classes de l’umanité et faisant le cours en la philosophie, l’a souvant veu faire des déclamations, disputtes et autres actions publicques et estant hors dudit colleige, l’a veu demeurer deux ans ou environ avecq ses père et mère, estudiant ordinairement et a entendu qu’après lesdits deux ans il a estudié aux universitez du droict et fréquanté les barreaux des cours souveraines de Paris et de Rennes et durant ledit temps que ledit de Lescouët a esté en ceste ville, l’a tousiours souvent veu soy confesser et recepvoir les sainctz sacremantz, assister au divin service aux jours de dimanche et festes comme bon crestien de la religion catholicque apostolicque et romaine et pouvoit avoir, lors que le déposant fut son précepteur neuf à dix ans, et est ce qu’il a déclaré contenir vérité et a signé.

18Noble homme Pierre Ménardeau, sieur de Ranzay, demeurant à Nantes, paroisse de Saint-Vincent aigé de soixante ans ou environ tesmoign faict par sermant après avoir levé la main jurer dire vérité et enquis.

19Dépoze cognoistre maître Ysac de Lescouët, sieur du Boschet, filz de Monsieur de La Guérrande, premier présidant des comptes dès l’année mil cinq cens quatre vingt quatorze que ledit sieur de la Guérrande fut receu en l’estat de procureur général en ladite Chambre lors à Rennes, auquel temps ledit sieur de Boschet pouvoit avoir six ans ou environ, qu’il vit au monde avecq toutes sortes d’honneur, sans scandal ny reproches des bonnes compaignyes où il fréquante journellement et est ce qu’il a dict scavoir qui contient vérité et a signé.

20Noble homme Guillaume Blanchard, sieur de La Chapelle, conseiller du roy, son procureur au siège présidial de Nantes et y demeurant, paroisse de Nostre-Dame, aigé de vingt huit ans ou environ, tesmoign faict par sermant jurer dire vérité et enquis.

21Dépoze cognoistre depuis les saize derniers le sieur du Boschet tant pour l’avoir veu au college de Saint Clémant de ceste ville qu’à Paris et Rennes tousjours hantant et fréquantant les personnes de quallité et mérites, et fort adonné aux exersices de piété et vertuz et qu’il peult à son advis avoir attaint l’aige de vingt six ans et plus, lequel a tousjours esté soigneusement et libérallement nourry tant aux humanitez que estudes de la jurisprudance ausquelles il a acquis beaucoup de perfections, entre autres de la langue grecque, et qu’il est fort capable et doué des qualittez et perfections requises pour entrer aux charges de conséquence et est ce qu’il a dict sacvoir qui contient vérité et a signé.

22Noble homme Anthoine Guibourt, sieur de Launay, demeurant à Nantes, paroisse de Saint-Laurans, aigé de cinquante ans ou environ tesmoign faict par sermant jurer dire vérité et enquis.

23Dépoze cognoistre le sieur du Boschet, fils de monsieur le premier présidant de la Guérrande, dès l’année mil cinq cens quatre vingt dix sept, que ledit Guibourt alla soliciter ledit sieur de La Guérrande pour sa réception en l’office de greffier en ladite Chambre, qu’il avoit veu ledit sieur du Boschet qui pouvoit avoir lors quelque huit ans et alloit au colleige de Sainct-Thomas de la ville de Rennes où lors estoit demeurant ledit sieur de La Guérrande, que du depuis ledit temps il a plusieurs foys veu en ceste ville ledit sieur de Boschet tant aux églizes assister au divin service qu’en plusieurs compaignies honnorables où ledit sieur du Boschet se y comportoit avecq toute sorte d’honneur et respect et est ce qu’il a dict scavoir qui contient vérité et a signé.

Information de vie et de mœurs de René Rousseau, sieur du Coustau, procureur général à la Chambre par les maîtres Guy Renouard et Philippe Varice, 8 novembre 1619, ADLA, B 204

Témoins

24Vénérable et discret messire Julien Nouël, prêtre chanoine et recteur de Sainte-Croix, 52 ans. Dépose qu’il y a plus de trente ans qu’il cognoist noble homme René Rousseau, sieur du Cousteau, l’avoit toujours veu vivre honorablement selon la religion catholique, apostolique et romaine depuis lequel temps, il l’a veu hanter et fréquenter les bonnes et honorables compagnies et principalement les gens de grande étude, l’avoir vu plaider par plusieurs et diverses fois en cette ville lors que la Chambre du parlement était établie aux Cordeliers et du depuis l’avoir vu plaider en la cour de parlement de Bretagne à Rennes presque à toutes les audiences avec grand honneur et réputation, mesme qu’il s’est trouvé plusieurs fois en sa maison audit Rennes où il étoit occupé ordinairement aux consultations et à consulter les affaires des plus grands de la province et avoir toujours vécu avec grand honneur et réputation et l’avoir ouy en confession, ce faisant administrer les sacrements comme son paroissien.

25René Charette, écuyer, sieur de la Bretonnière, demeurant à Nantes, 51 ans, enquis depuis quel temps il cognoest maître René Rouxeau, s’il est de la religion catholique… s’il l’a veu plaider comme avocat au parlement de ce pays et avec quelle réputation. Dépose qu’il y a vingt-cinq ou trente ans qu’il cognoist ledit sieur du Coustau Rouxeau et l’avoir veu et fréquenté depuis ledit temps tant en cette ville de Nantes qu’en la ville de Rennes, vivre en fort homme de bien et d’honneur, bon catholique, oyant ordinairement la messe et exerçant de bonnes œuvres, plaider premièrement au siège présidial de Nantes dignement et avec réputation et depuis au parlement de ce pais avant et depuis que ledit déposant fut conseiller au parlement et sceu de tout le monde ledit sieur Rouxeau plaidait et consultait avec grande réputation sans avoir jamais receu que de l’honneur en toutes ses actions et déportements, en sorte que ledit déposant a recogneu de tous ceux qui l’ont employé qu’ils en avoient receu bonne et fidèle assistance et telle qui se peut désirer et espérer.

26André Morin, écuyer, sieur du Bois, lieutenant civil et criminel en la sénéchaussée de Nantes, paroisse Saint-Denis, le connaît depuis 1586 et l’avoir vu plaider ordinairement au parlement avec grand honneur et réputation au contentement de la cour et des parties, l’avoir fréquenté depuis et recogneu en luy une conversation fort douce et agréable. Il est catholique et appartient à une des bonnes et anciennes familles de la ville.

27Olivier du Breil, procureur du roi à la prévôté de Nantes, paroisse Sainte-Croix, 32 ans. Le connaît depuis 12 ans, il vit en homme de bien, d’honneur, est bon catholique, il a fait de bonnes œuvres en l’église par des fondations. Il l’a vu plaider au parlement avec grande réputation sans jamais avoir reçu que de l’honneur en toutes ses actions et en peult ledit déposant parler pour l’avoir assisté en plusieurs affaires au parlement très fidèlement et en tout ce qu’on pouvait désirer d’un homme de bien et d’honneur.

28Pierre de la Poeze, prévôt juge ordinaire civil et criminel, 29 ans. Le connaît depuis cinq à six ans, catholique, l’a vu plaider, bien morigéné et capable d’exercer toutes sortes d’offices et estre du pais nantais yssu de gens qualifiés et bien renommés.

29Michel Loriot, sénéchal des régaires, 57 ans, ledit Rouxeau estre yssu de l’une des plus anciennes et bonnes familles de Nantes, y avoir 40 ans que le témoin a été aux universités avec iceluy Rouxeau, catholique, l’a vu fréquenter le barreau du parlement tant en ceste ville pendant les troubles qu’en la ville de Rennes où il a acquis de l’honneur et bonne réputation à cause de ses mérites sans jamais avoir été suspect d’aucunes actions contraires à la vertu.

Information de vie et de mœurs du maître Pierre de Kerboudel, 1624

30Déposent : vénérable et discret messire Pierre Grenet, prêtre recteur de Saint-Denis et chanoine N. D., 50 ans, le connaît depuis 6 ans, a connu son défunt père, sieur de la Courpéan, lequel se maria il y a 26 à 27 ans et que un an ou deux après le mariage vint au monde leur fils ; messire Louis Galopin, prêtre du chœur de l’église parochiale de Saint-Clément, 38 ans, dépose qu’il y a environ 24 ans que estant au collège de Nantes, il entendit dire à ceux qui venaient de son pais natal qui est Châteaubriant qu’il n’y avait nouvelle sinon que mademoiselle de La Courpéan avait accouché d’un fils qui est celuy pour lequel il entend parler et déposer, catholique pour l’avoir souvent vu aux églises ; messire Sébastien de Plouer, sgr du lieu, marquis de Tymeur, étant de présent en cette ville et demeurant ordinairement en son château de Tymeur, paroisse de Poullaouën, 38 ans, a connu son défunt père, lequel un jour par rencontre luy dit qu’il avait un fils qui avait près de 17 ans et fut ladite rencontre faite à Rennes il y a quelques dix ans peu avant le décès dudit feu sieur de La Courpéan, au regard de celuy de présent dont entendait parler son père, il y a peu de temps qu’il le connaît, depuis laquelle connaissance l’a vu aux églises ; messire Gabriel de Plouer, vicomte de Couetquenan, demeurant au château de Thimeur, 33 ans, le connaît depuis 5 à 6 ans qu’il l’a vu étudiant à la Flèche où il faisait toutes ses actions catholiques, dit outre avoir en l’année 1615 ouy dire au défunt sieur de La Courpéan peu avant son décès que son fils aîné qui est celuy de présent avait près de 15 ans, a épousé la fille aînée de la maison de Kergouët près Saint-Brieuc ; messire Pierre Rogier, seigneur de Crény, demeurant en son château de Crény près Malestroit, 40 ans dit que depuis le temps qu’il avait entendu dire au défunt sieur de La Courpéan conseiller en la cour que son fils aîné qui est celui de présent avait douze ans qu’il peut aujourd’hui avoir l’âge de 25 ans, au regard de ses meurs, qu’il vit et se règle avecq sa femme et famille avecq très grand honneur et estime de chacun ; Jean Calloët, écuyer, sieur de Rostenvern, demeurant paroisse de Ploigné, évêché de Tréguier, 46 ans, le connaît depuis deux ans, catholique, dit outre l’avoir veu en sa maison où il se comporte avecq son épouse et famille avecq très grande vertu suivant en cela ses prédécesseurs, avoir connaissance qu’il a été longtemps étudiant à la Flèche sous les pères jésuites et peut à son jugement et même ce qu’il entendit dire lors de son mariage, il y a quelques huit à dix mois, avoir quelque 24 à 25 ans ; Jean Dandigné, écuyer, sieur de La Haye, demeurant en sa maison de Kerdavoir, par. de Ploubanec, évêché de Saint-Brieuc, 37 ans, le connaît depuis un an qu’il a été marié avec la fille de la maison de Kergouët, a été 5 à 6 ans à la Flèche étudiant sous les pères jésuites, 25 ans selon son jugement ; noble homme Charles Chauvet, trésorier provincial extraordinaire des guerres, 34 ans, le connaît depuis un an qu’il est marié avec la fille aînée de la maison de Kergouët, peut à son jugement et aussi par reconnaissance et témoignage de ses grandes vertus avoir atteint âge de 25 ans.

Information de vie et de mœurs du président François Coquille (notaire et secrétaire de la maison et Couronne de France, trésorier de France et général de ses finances à Paris) par le maître François Coustureau, 11 août 1626, ADLA, B 222

Témoins

31Messire Nicolas de Netz, conseiller et aumônier du roi, curé de Saint-Germain L’Auxerrois à Paris, 34 ans, le connaît depuis fort longtemps, l’a veu converser avec bonnes compagnies de Paris.

32Messire Paul Hay, sieur du Chastelet, conseiller au Conseil d’État, maître des requêtes ordinaires, 33 ans, Cquille très affectionné au service du roi, scait qu’il a exercé la charge de trésorier de France à Paris avec honneur et estime et tellement aymé dans sa compagnie qu’elle regrette son éloignement. Il est catholique pour avoir été souvent à la messe avec lui, qu’il croit asseurément pour toutes les bonnes qualités qu’il a vues en luy qu’il se comportera en l’exercice de la charge de laquelle il est pourvu avec tant de mérite, de capacité et de bonne conversation qu’il y sera aimé et et que sa vertu sera aussi bien recognue ici qu’à Paris et autres lieux où il s’est très dignement et sagement comporté.

33Claude de Mesmes, conseiller en son Conseil d’État et maître des requêtes : il a dit que la vérité qu’il peut dire en cette affaire est celle qui est en la bouche de tous les honnestes gens et les personnes des plus qualifiées de Paris qui parlent si bien dudit sieur Coquille et avec des témoignages si fréquents de son mérite que de sa vertu que c’est une notoriété de faict, l’a cogneu depuis quelques années qu’il l’a veu trésorier de France à Lyon puis à Paris où il a exercé cette charge et employé dans sa compagnie. Il est catholique, homme de bien faisant profession de craindre dieu et de servir le roi.

34Thomas Morant, chevalier, sieur du Mesnil Garnier, conseiller en son Conseil d’État, trésorier de son Épargne et grand trésorier de ses ordres, 41 ans, il le connaît depuis 15 ans pour l’avoir vu travailler et employer aux expéditions qui se faisaient chez le sieur de Pommeuze pour lors trésorier de l’Épargne et le sieur d’Esterteville, père dudit déposant, ayant accepté la charge de trésorier de l’Épargne, l’aurait approché auprès de lui pour continuer à faire les expéditions et le père dudit déposant étant mort l’aurait continué dans l’un des plus honorables emplois de ladite charge de laquelle il s’est acquitté dignement et très fidèlement non seulement au désir du sieur déposant mais mesmes au contentement de messieurs les surintendants. Il est catholique, homme d’honneur et de qualité et recogneu d’un chacun pour tel.

35Messire Nicolas Le Gras, conseiller au Conseil d’État, secrétaire des commandements de la reine, 43 ans, le connaît bien depuis 16 ans, très affectionné au service du roi pour s’estre bien comporté pour son service es charges tant de trésorier de France à Paris en laquelle le déposant ayant été par un long temps et par les deux dernières années de son exercice avec Coquille, l’a recogneu très capable non seulement de ladite charge mais de telle autre profession qu’il a plu et plairait au roi l’honorer.

36Paul Aardier, secrétaire du roi, trésorier de France et général des finances à Paris, 30 ans, le connaît depuis 13 ou 14 ans, a exercé avec Coquille, a jugé sa suffisance et capacité digne d’une plus grande charge que celle de général et bref qu’il a recogneu ledit Coquille homme de bien et d’honneur méritant d’être appelé aux charges publiques et n’avoir aucun défaut qui l’en puisse détourner.

Information de vie et mœurs du président Gabriel de Tromelin, 12 juillet 1632, ADLA, B 235

37Gabriel de Tromelin, seigneur de Kerliviry, Kerelven, La Flèche, conseiller du roi, premier magistrat en Léon, sénéchal de Lesneven, nomme les témoins pour les ecclésiastiques et de l’état de justice et noblesse. Le sénéchal de Morlaix, Guy Le Levier, écuyer, se rend à Lesneven pour interroger les témoins le 14 juin 1632.

38Témoins : vénérable et discret messire Guillaume Le Brunec, prebtre vicaire et chanoine de l’église parochiale de Saint-Michel de Lesneven, 38 ans, le connaît depuis 25 ans et avoir fait une partie de ses études ensemble avec lui et l’avoir vu exerçant l’office de sénéchal royal de Lesneven l’espace de 14 ans avec toute sorte de bonne réputation tant pour sa piété, dévotion, religion… de sorte que non seulement les justiciables naturels de la juridiction mais encores toutes autres sortes de personnes qui avoient affaire par devant luy s’en contantoient et approuvaient la distribution qu’il en faisait et que l’on a receu beaucoup de mécontentement de la résignation qu’il a faite de son office. Il est des plus qualifiés seigneurs du pays et de la province et qu’il est certain que lors qu’il fut admis en l’office de sénéchal, il était âgé de 25 ans.

39Vénérable et discret messire François Pochart, prebtre, doyen de l’église collégiale de Lesneven, 44 ans, auquel fait porter la main sur la poitrine, le connaît comme l’un des plus signalés gentilshommes du pays, fort regretté par la pluspart des justiciables de la juridiction. Lui a administré les saints-sacrements.

40Vénérable et discret messire Louis Le Mercier, prebtre, chanoine de Lesneven, 53 ans, le connaît depuis 25 ans. Il est l’un des gentilshommes les plus qualifiés du quartier et de la province.

41Écuyer François de La Fite, sieur de la Pallus, bailli au siège royal de Lesneven, 58 ans, le connaît depuis son enfance pour être né de père et mère des plus nobles et illustres maisons du pays. Il a été sénéchal 14 ans et il a succédé à son feu père.

42Écuyer Jean du Boys, sieur de Goaznennou, lieutenant au siège royal de Lesneven, 60 ans, le connaît dès ses jeunes années et il avait connu son père qui mourut en l’office de sénéchal de la juridiction ; il a vécu en toute intégrité et a randu la justice au contentement d’un chacun, issu de noble et signalée maison.

43Haut et puissant messire Roland de Boiséon, seigneur baron de Kérouzéré, demeurant au château de Penmarch, paroisse de « Quisezin », 35 ans, le connaît depuis 16 à 17 ans, de famille très noble et d’éminente qualité et des plus relevées maisons de ce pays tant d’un estoc que de l’autre. Sa résignation a mécontenté les justiciables.

44Écuyer Jean de La Fite, sieur de Kerannisi, avocat au parlement, demeurant à Landerneau, 52 ans, a l’honneur de le connaître depuis 1612 qu’il l’aurait vu étudiant en philosophie au collège (en blanc) à Paris et depuis l’a vu exercer l’état de sénéchal, grandement regretté de la juridiction et des suppôts du barreau, auquel le déposant a l’honneur d’être avocat postulant. Il est gentilhomme de remarque, issu de l’une des antiques maisons de l’évêché de Léon.

45Écuyer Nicolas Irain, sieur de Kerambellec, avocat au parlement et postulant au barreau de Lesneven, 54 ans, le connaît dès son jeune âge ; son père a été sénéchal de longues années. Il est gentilhomme, d’une maison signalée. Il a exercé sa charge sans avoir été prévenu d’aucun décret.

46Messire Jean de Kerouartz, seigneur de Lomeral, manoir de Kerouartz en Lannilis, 40 ans, le connaît depuis 20 ans. Il est de bonne réputation tant pour ses religion, piété et dévotion que pour sa capacité et intégrité.

47Messire Pierre du Parc, seigneur de Penanech, manoir de Guicquelleau, paroisse du même nom, 35 ans. Il est un seigneur des plus qualifiés de la province et il aurait excédé l’âge de 40 ans.

48Écuyer Gabriel Le Drenec, sieur du Maison, manoir de Maison, paroisse de Plouien, 33 ans. Il est l’un des gentilshommes autant qualifiés qui soient dans la province

49Noble homme Alexandre Venault, sieur de Lisle, Lesneven, 42 ans ; le connaît depuis 25 ans.

50Écuyer Charles de Kernen, sieur de Kersulen, manoir de La Vigne, paroisse de Guissény, 48 ans, le connaît depuis 20 ans. Il a fait la preuve d’une capacité de bonne justice qu’il rendait indifféremment à un chacun.

51Écuyer Jan de Kergrist, sieur de Breder, manoir de Garzian, paroisse de Plouvien, 49 ans, le connaît depuis 16 ou 17 ans.

52Noble homme Laurens Kermoine, seigneur de Kermoine, manoir de Penfrat, paroisse de Kerlouan, 55 ans, le connaît depuis 30 ans, gentilhomme fort qualifié et des plus relevés et éminents du quartier.

53Écuyer Prigent Lesguern, sieur de Tresel, avocat au parlement, Lesneven, 50 ans, le connaît depuis 25 ans, car il est avocat postulant à Lesneven. Il connaît son intégrité et sa capacité.

Information des vie et mœurs du procureur général René de Pontual par le maître Sébastien le Meneust, seigneur de Boisdriel, à Rennes le 31 mars 1638, ADLA, B 250

Témoins

54Noble et discret missire François Huart, sieur de Beuvre, trésorier et chanoine en l’église cathédrale de Saint-Pierre, demeurant en son logis prébendal près de Saint-Pierre, 47 ans, le connaît bien, est fils de messire Jean de Pontual et de dame Françoise du Breil, seigneur et dame de la Ville Renault, du Boisrufier, du Tertre, des plus illustres et anciennes maisons de noblesse de cette province ; il a toujours hanté les meilleures et honnestes compagnies dessus les lieux selon son rang et condition et s’est allié avec dame Françoise du Plessis, fille de messire Sébastien du Plessis, seigneur dudit lieu, conseiller au parlement et de dame Jeanne Morel. Il est catholique pour l’avoir vu assister au divin service, se confesser, communier. Il est âgé de 30 ans.

55Vénérable et discret messire Jan Chassot, recteur de la paroisse de Saint-Germain, 24 ans, main ad pectus ; il le connaît depuis deux à trois ans, il a été conduit à la diligence de ses parents à l’instruction des bonnes lettres esquelles il s’est grandement rendu capable et l’a vu toujours se comporter honnêtement et fréquenter des personnes de son mérite et de sa condition. Il a plus de trente ans.

56Messire Morice du Perrier, seigneur de Crenan, La Hays et Le Marchis, résidant de présent à Rennes, 50 ans, il dit n’être parent ni allié de Pontual, il est yssu tant de l’estoc paternel que maternel des plus grandes maisons du pays, il a de bonnes alliances. Il a plus de trente ans, la meilleure partie desquels il a employé à l’instruction et exercice des bonnes lettres et l’avoir vu pendant ledit temps faire les actions d’un bon vrai chrestien, assister tant en cette ville qu’ailleurs au divin service.

57Messire Mathurin de Rosmadec, seigneur baron de Saint-Jouan de Gair, sa demeurance ordinaire à son chasteau et manoir de Comper, 23 ans, n’est parent ni obligé, s’est toujours comporté modestement en ses actions comme gentilhomme de sa condition et l’avoir veu pendant ses jeunes ans qu’il a esté instruit en la discipline des bonnes lettres auxquelles il a fait un grand progrès tellement que par ses vertueuses actions et splendeur et éminence de sa famille il s’est rendu recommandable envers un chacun et a contracté mariage dame Françoise du Plessis. Il a plus de trente ans et il est catholique.

58Noble homme Sébastien Frain, avocat au parlement, demeurant en sa maison à Rennes, située près de la rue Saint-Georges, 25 ans, le connaît depuis cinq ans pour l’avoir vu à la barre du parlement de Rennes et depuis quelque temps en qualité d’avocat, avoir cognoissance que ledit sieur de Pontual est yssu d’ancienne et illustre maison par le mérite de laquelle et ses vertueuses actions, il s’est rendu recommandable envers un chacun…

59Noble homme Jean Chappel, sieur du Chesne, avocat, demeurant près de la rue aux Foullons à Rennes, 38 ans ; il a vu Pontual depuis cinq à six ans assister à la barre du parlement en qualité d’avocat, plaider pour les causes des parties pour lesquelles il occupait au contentement tant desdites parties que de messieurs du parlement qui le recepvoient en sa doctrine et éclaircissement des causes desdites parties en ses pledoiez. Il est des anciennes noblesses et illustres maisons de ce pays en raison de quoi et de ses vertueuses actions, il a contracté en mariage dame Françoise du Plessis.

Information de vie et de mœurs de Jean-Baptiste Babin, trésorier de France par Nicolas de Rollée, écuyer, seigneur de Regny, le 1er février 1647, ADLA, B 284

Témoins

60Noble et discret missire René Vallin, conseiller et aumosnier du roi, chanoine de Nantes, paroisse Saint-Laurent, 40 ans, après avoir mis la main sur l’estomac, dit qu’il le connaît depuis dix ou douze ans pour l’avoir hanté et fréquenté tant à Paris à la suite de la cour que lorsqu’il était secrétaire du feu marquis de Coislin et depuis à monsieur le prince de Condé d’aujourd’huy, de fort bonne estime et réputation auprès des personnes de qualité, tenu en fort bon prédicament parmi les gens de qualité.

61Noble et discret missire Guillaume Ribor, chantre et chanoine de l’église collégiale de Notre-Dame de Nantes, âgé de 28 ans, main sur l’estomac, connaît J. B. Babin depuis 10 à 12 ans, était secrétaire du feu sieur marquis de Coislin, vivant colonel général des Suisses et Grisons et a fréquenté souvent chez la dame douairière d’Elbeuf et le sieur comte de Harcourt son fils qui en faisaient grande estime et depuis il a été secrétaire du prince de Condé. Il est tenu pour homme de bien, d’honneur et de mérite.

62Discret messire Jean Hamel, recteur de Saint Jean en Saint-Pierre, paroisse de Saint-Laurent, 46 ans, le connaît depuis peu de temps.

63Noble et discret Ambroise Chauvel, sieur du Boys, prieur commandataire du prieuré d’Air demeurant en la maison prieurale à Donges, 48 ans. Le connaît depuis 15 ans et l’a fréquenté à Paris et en Bretagne. L’a toujours vu fort estimé parmi les personnes de condition et des premières du royaume et l’a aussi vu en divers emplois très honorables et considérables pour le service du roi dont il s’est très dignement acquitté et l’en avoir vu remercier par défunt monsieur le cardinal de Richelieu, comme il l’a vu employé auprès de monsieur le prince de Condé en qualité de secrétaire de ses commandements et il était auparavant secrétaire de Coislin jusqu’au jour de son décès.

64Messire Hiérosme du Cambout, gouverneur de l’île et coste de Rhuis, capitaine du château de Suscinio, lieutenant du roi au gouvernement de Brest, 46 ans. Il le connaît depuis 17 ans. Il l’a vu secrétaire chez Coislin son cousin germain, colonel général des Suisses et Grisons et maréchal des camps et armées du roi ; après son décès, le cardinal de Richelieu l’estimant beaucoup, pria monsieur le prince de Condé de le prendre pour secrétaire de ses commandements.

65Écuyer Claude Bidé, alloué et lieutenant général de Nantes, paroisse Saint-Denis, 33 ans, le connaît depuis longtemps pour avoir étudié avec lui en cette ville et à Paris auxquels lieux, il le hantait et fréquentait sans avoir jamais recogneu en luy digne de blasme, au contraire il était estimé de personnes de qualité qu’il hantait et l’a vu depuis en la ville de Paris en des emplois tant considérables.

66Charles de Carheil, écuyer, sieur de Launay, paroisse de Saint-Denis, 28 ans, le connaît depuis quelques années.

Information de Julien Pelaud, auditeur, à la Roche-Bernard par Jean de Saint-Pern, seigneur du Latay, le 24 décembre 1649, ADLA, B 290

Témoins

67Messire Jacques Préseau, seigneur de Bay, demeurant au manoir de Marzay, paroisse de Marzay, évêché de Vannes, 50 ans, le connaît, ni parent, ni allié, ni tenu, ni obligé, de bonne conversation et catholique, l’avoir vu fréquenter avec les personnes de condition plus considérables du pays et demourer dans sa maison noble de la Baronnie, paroisse de Missillac, en laquelle il a toujours vécu noblement et honorablement, y faisant tout honneste exercice depuis le décès de feu sieur de la Villaubin son père, lequel était premier juge de la baronnie de la Roche-Bernard, lequel père, à la connaissance dudit déposant, a vescu fort honorablement en bon juge et homme d’honneur en rendant la justice à la satisfaction du publicq ; dit outre ledit déposant connaître la famille dudit Pelaud laquelle est bonne, grande et honorable et alliée de bonnes maisons des gentilshommes du pays tant du costé paternel que maternel.

68Écuyer Mathieu de Trévelec, sieur dudit lieu, y demeurant paroisse d’Herbignac, 45 ans, le connaît, catholique, a connu ses père et mère pour être gens considérables dans le pays. Son père était sénéchal, il a toujours vécu en homme d’honneur, estimé et bon juge. Depuis sa mort son fils a demeuré en sa maison de la Baronnye où il a toujours vécu en exercice d’homme d’honneur et dans la conversation de personnes de condition. Il a des alliances dans les meilleures familles du pays.

69Messire Yves Broussard, prebtre doyen de la Roche-Bernard et recteur de Nivillac, demeurant au bourg de Nivillac, 37 ans, de très bonne vie, mœurs et conversation…. Depuis la mort de son père, il a vécu dans la maison noble de la Baronnie, paroisse de Missillac et à la Roche-Bernard, toujours en la compagnie des hommes d’honneur.

70Messire Maximilien Chotard, prebtre demeurant au château de Ranrouët, paroisse d’Herbignac, aumosnier du marquis d’Assérac, 29-30 ans. Depuis la mort de son père arrivée il y a 10 ou 12 ans, il vit dans sa maison de la Baronnye et autres lieux de la Roche-Bernard en compagnie de gentilshommes, de personnes d’honneur les plus considérables du canton sans luy avoir vu faire aucune action que très louable, estimé de toutes sortes de personnes d’honneur. Il bénéficie des meilleures alliances.

71Maître Jean Priou, avocat en la cour, demeurant à la Roche-Bernard, 32 ans. Pelaud est catholique, estimé tant à cause de son mérite personnel que de ses parentés et alliances. Son père était sénéchal de la Roche-Bernard, chez lequel était l’abord de toutes les personnes plus qualifiées, homme de grande estime tant par la sincérité de la justice qu’il rendait au contentement du public que par l’estime de sa vertu, qu’il est mort il y a environ 12 ans, riche de bien 80 000 écus, ce qu’il scait à certain pour estre saisi des mémoires et actes d’établissement rapportez par le père du déposant.

Information du maître Jean Fleury, par le sénéchal de Dinan, le 11 février 1650, ADLA, B 290

Témoins

72Messire François Le Compte, sieur recteur de la paroisse de Saint-Malo de Dinan demeurant à la maison presbitériale, 45 ans, réside depuis 12 ans à Dinan en qualité de recteur de Saint-Sauveur, y a vu résider Fleury, fils unique de noble homme Jean Fleury, sieur des Vaux, connestable de ceste ville et le surplus dudit temps a résidé à Paris tant en l’université pour y faire et parachever ses études qu’à la suite du palais, l’a vu converser avec les plus considérables et qualifiées personnes en sa profession, l’a toujours ouï estimer de très bonne et louable vie et conversation de tous ceux qui l’ont connu et fréquenté. Il fait profession publique et notoire de la religion catholique ; il ne l’a vu blâmer d’aucune mauvaise action.

73Messire François Hingant, sieur du Bourg Neuff, demeurant en sa maison de Lestiemblais, paroisse de Saint-Samson, proche de Dinan, 40 ans, le connaît depuis 10 ou 12 ans pour l’avoir fréquenté tant à Paris où il a résidé plusieurs années y étudiant et suivant le palais qu’en cette ville. Il l’a toujours remarqué vivant en conversation des plus considérables et qualifiés de ce pays.

74Messire Jacques Ferron, seigneur de la Ferronais, demeurant en sa maison de la Ferronais, paroisse de Calorguen, 48 ans, le connaît, fils de Jean Fleury et de damoiselle Olive de Serville, personnes des meilleures familles et des plus considérables de Dinan. Il a fréquenté des gens qualifiés tant à Rennes qu’à Dinan. Il est certain qu’il a résidé un nombre d’années à Paris, étudiant et suivant le palais, ce dont le témoin peut déposer de certain par l’avoir ouy dire à messire Jacques Ferron dont le fils demeurait pour lors avec ledit sieur de Poncel et ils ont fait leurs exercices d’académie ensemble.

75Messire Louis du Breil, seigneur du Chalong Trévron, manoir de Chalonge, paroisse de Trévron, 32 ans. Il a résidé à Paris lors que du Poncel y résidait étudiant et suivant le palais. Il a eu conversation ordinaire avecq les gens les plus considérables et qualifiés de ce pays.

76Noble homme Julien Avril, sieur du Coullombier, conseiller du roi honoraire au présidial de Rennes, demeurant à Dinan, 53 ans, le connaît depuis 5 à 6 ans, l’avoir toujours ouy estimer mesme recogneu par les conférances et conversations qu’il a eu avec luy pour homme de très bonne et louable vie.

77Noble homme Pierre Serizay, sieur de La Gastinais, naguère conseiller du roi, alloué et lieutenant général au siège de Dinan, 59 ans. Il est catholique et de bonnes mœurs.

78Noble homme Guillaume Le François, sieur de Launay, avocat au parlement, 50 ans, instruit aux études tant à Rennes qu’à Paris et il a toujours hanté les plus notables compagnies tant de cette ville que circomvoisines. Il va journellement aux églises.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540