Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'honneur et des épices

 | 
Dominique Le Page

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de ce cheminement aux côtés des officiers de la Chambre des comptes de Bretagne, ce qui s’impose d’abord c’est la figure de quelques officiers qui se sont distingués par leur comportement, leur destinée singulière ou leurs déboires. Au XVIe siècle, on peut citer ainsi François Mottay intervenant au Bureau pour protester contre les dépenses excessives faites par l’institution pour financer l’envoi de commissions à Paris ; l’auditeur Pierre I Ménardeau venant faire amende honorable pour son adhésion passagère au protestantisme ; le Florentin Bernard de Monti résignant sa charge à son fils Justinian demeuré à Florence ou l’avocat général André de La Tullaye allant, dans les années 1590, prendre les eaux à Lucques, tous deux conférant une surprenante dimension européenne et, en l’occurrence italienne, à l’austère Chambre des comptes de Nantes. Se distinguent aussi le malheureux premier président Marc Fortia (1553-1572), incapable d’exercer sa charge du fait des récusations dont il est constamment l’objet de la part des membres du personnel et des justiciables, ou le président Georges Le Mignot suspendu de ses fonctions, victime sans doute de son incapacité à se plier aux règles implicites du quatrième état. S’illustrent aussi le premier président Jean II Avril réunissant tant bien que mal à Rennes en 1589 les officiers restés fidèles au roi ou le président Nicolas Coustureau qui, en cette même année, alors qu’il est emprisonné au château de Nantes, refuse de donner la clé qu’il avait en garde et retarde ainsi de quelques jours l’ouverture de la Chambre ralliée au duc de Mercœur.

2Le XVIIe siècle laisse apparaître moins de figures marquantes. Il y a bien le premier président Auffray de Lescouët prenant soin de publier les harangues qu’il a prononcées au début de chaque ouverture ou l’auditeur Nathan Huzeau, mourant seul dans la chambre qu’il louait à Nantes, pendant son semestre de service. Il y a aussi le maître Salomon de La Tullaye acceptant de succéder à son cousin après avoir subi la pression de ses beaux-parents et se transformant en gardien rigoureux des intérêts de sa famille, apportant ainsi la preuve que si les magistrats avaient de moins en moins besoin de faire eux-mêmes des calculs dans le cadre de leur activité professionnelle, ils savaient se comporter en redoutables gestionnaires dans la conduite de leurs propres affaires. Il y a enfin le premier président Jean-Baptiste de Becdelièvre, surprenant premier président à l’âge de 27 ans en 1678 et qui trouve dans le maître Jean Artur de La Gibonnais, mémoire vivante de l’institution, l’auxiliaire indispensable pour redorer le blason de cette dernière.

  • 1 Son personnel relèverait tout à la fois du monde des officiers moyens et de celui de la haute robe

3Au terme de cette étude, se dégage aussi l’idée que la Chambre, loin de l’image un peu terne qui est traditionnellement donnée pour sienne, est riche d’une histoire que l’on peut qualifier de mouvementée. Apparue au Moyen Âge dans le cadre d’une principauté, elle a survécu à la fin de cette dernière et a été confirmée par les rois de France. Ménagée jusqu’à la fin du processus d’intégration du duché au royaume, elle a été alignée ensuite sur le modèle de la Chambre des comptes de Paris par le règlement Tambonneau de 1557, ce qui a provoqué une fracture durable au sein du personnel entre maîtres et auditeurs1 ; puis, après avoir failli disparaître dans les années 1560, elle a vu son existence confirmée et a connu une crise grave au cours des guerres de la Ligue. Elle a mené d’incessants conflits contre le parlement et les autres instances judiciaires pour maintenir ou étendre sa juridiction, ce qui s’est traduit par la promulgation de règlements dans les années 1580 et dans la première moitié du XVIIe siècle. Ce sont les « combats » qu’elle a alors menés qui lui ont permis sans doute d’échapper à la crise de la Fronde, ajoutés au fait qu’elle a bénéficié de la barrière protectrice des états provinciaux qui lui a évité de subir la multiplication des charges et a permis à son personnel de ne pas connaître de trop fortes pertes sur le plan du revenu. Au XVIIIe siècle, sans mener une action comparable à celle des parlementaires rennais – et d’ailleurs –, dont nombre d’entre eux partageaient pourtant les idées, ils ont su à l’occasion manifester leur mécontentement, ce qui leur a valu un bref exil à Redon au début des années 1780 avant que la Révolution ne provoque leur dispersion.

4Au-delà de ces vicissitudes, on peut considérer que la complexité du tissu administratif, la nécessité aussi de disposer de plusieurs relais pour faire appliquer ses décisions expliquent pourquoi la monarchie ne s’est jamais totalement désintéressée de la Chambre. Elle a continué à la considérer comme un outil pour administrer la province ainsi que l’atteste la réformation de ses pratiques en 1598 et dans les années 1680. D’institution « multifonctionnelle » sous les ducs, elle s’est toutefois transformée en cour « provinciale » à l’époque moderne avec des tâches plus limitées. Dans une société où les financiers étaient mal vus, les gens des comptes incarnaient au quotidien la volonté du pouvoir de les contrôler, même si, avec le temps, ils ont surtout servi à apurer les comptabilités d’une fiscalité ordinaire de moins en moins importante dans les finances de l’État. Quand la pression fiscale s’est accentuée sous le règne de Louis XIV, la Chambre est devenue un organisme, parmi d’autres, pour mobiliser le crédit des notables de l’Ouest, selon le schéma qu’a si bien décrit David D. Bien.

  • 2 Ces temps mériteraient d’être eux-mêmes subdivisés.
  • 3 On note au cours de cette période des tentatives de réforme en Bourgogne, des changements en Dauph (...)
  • 4 À Dijon, ce sont les Rigoley qui s’imposent.

5L’étude de la Chambre des comptes de Bretagne doit prendre en considération la notion d’évolution. On peut distinguer trois temps dans son histoire2. Le premier va du bas Moyen Âge jusqu’aux réformes financières de François Ier et Henri II : il correspond à « un âge d’or » de l’institution, qui se caractériserait par des attributions variées, par l’appartenance de ses membres au conseil, par l’affirmation de sa souveraineté, ce qui s’est traduit notamment par l’organisation d’un parquet, par l’extension de son autorité aux juridictions subalternes. Un deuxième temps va des années 1560 aux années 1660-1670 : il se distingue par un éloignement par rapport aux centres décisionnels, par une spécialisation de la Chambre dans le contrôle des comptes – particulièrement des villes – en raison du développement d’institutions concurrentes, par des efforts de la monarchie pour l’adapter aux transformations de l’État3, par la montée progressive du prix des offices enfin. Un troisième temps correspond à la fin du règne de Louis XIV et au XVIIIe siècle : la Chambre ne fait plus à cette époque l’objet de réformes d’importance et est alors dans une position défensive comme l’attestent l’intervention de commissaires comme Béchameil de Nointel, la concurrence des intendants, les conflits qui l’opposent aux villes ou aux bureaux de finances ; sur le plan humain, elle connaît un double phénomène avec, d’une part, la formation de dynasties dans les offices supérieurs – premier président (les de Becdelièvre)4 et procureur général (les de La Tullaye) – et, d’autre part, la rotation relativement régulière des charges de maîtres et d’auditeurs du fait des possibilités d’anoblissement graduel qu’elles accordent. La Chambre devient alors en quelque sorte une « machine à anoblir » pour les catégories sociales moyennes, ce qui explique en partie le maintien du prix des offices. C’est ce qui a permis à ses membres de ne pas sombrer dans la « mélancolie » qui s’est emparée des officiers des présidiaux au XVIIIe siècle. Le bon rapport qui s’est instauré entre le prix qu’ils payaient pour leur office et les bénéfices qu’ils en retiraient explique pourquoi aucune charge ne soit restée vacante au siècle des Lumières.

6La Chambre des comptes a présenté plusieurs visages sur le plan humain du XVIe au XVIIIe siècle. Alors que dans la première moitié du XVIe siècle, sous l’effet de l’intégration de la Bretagne au royaume, elle s’est ouverte aux hommes venus du Val de Loire, à partir des années 1550, elle a accueilli des individus liés aux réseaux commerciaux les plus actifs dans l’Ouest atlantique, avec bien sûr celui des Espagnols gravitant dans l’orbite des Ruiz – on pense aux Le Lou, à Jean I Morin –, celui lié aux négociants nantais autour des Poullain, et, à un moindre degré celui des Vitréens. La domination de ces groupes n’a jamais été sans partage : sur le plan financier, ils ont dû composer avec des familles anciennement implantées comme les Avril pour qui la gestion de la caisse des états, après avoir été une position de repli, est devenue un atout avec la reconnaissance de cette institution comme un interlocuteur à part entière par le pouvoir royal. La multiplication des offices a permis, par ailleurs, l’affirmation d’individus mieux armés, sur le plan de la culture juridique, comme les Angevins puis les membres de grandes familles locales comme les Harouys ou les Charette, qui ont fait le choix de servir dans la robe. L’accroissement enfin du pouvoir des gouverneurs, du fait des guerres de Religion, a offert l’opportunité à certains membres de leur clientèle de faire carrière dans l’institution – Pierre I Cornulier, Georges Morin, Nicolas Coustureau…

7La Chambre a vu alors cohabiter des groupes d’individus qui possédaient chacun leur dynamique mais dont aucun n’était véritablement dominant, même si les Angevins, grâce à leurs relations privilégiées avec le pouvoir central, paraissent les plus influents. Des liens se sont tissés entre eux et se sont conclus par des alliances qui ont été la concrétisation de solidarités sur le plan financier mais aussi sur le plan culturel, et notamment face à la question religieuse dans un royaume qui se divisait de plus en plus sur ce point. Les guerres de la Ligue ont provoqué des reclassements, sans remettre en cause fondamentalement le « visage de la Chambre ». Les opérations militaires ont bien permis à certains éléments extérieurs à la province d’acquérir des offices, mais de façon généralement temporaire, et une fois la paix revenue, ils sont repartis vers d’autres horizons.

8L’évolution qui s’est produite dans la première moitié du XVIIe siècle obéit à plusieurs facteurs. Le premier est, bien sûr, l’instauration de la paulette qui, en renforçant le caractère patrimonial des offices, a favorisé une transmission familiale de ces derniers et explique que l’on ait assisté progressivement à une baisse de l’âge d’entrée dans l’institution dans toutes les catégories du personnel. Parallèlement, l’augmentation du prix des charges a entraîné un élargissement de l’aire de recrutement des magistrats à l’ensemble de la Bretagne – hors comté nantais. On peut penser qu’au cours de cette période, l’achat d’une charge à la Chambre a paru un investissement suffisamment intéressant pour détourner certaines familles de l’activité commerciale ; c’est ce qui explique la venue de Malouins, voire de Vannetais. Le choix de la carrière des offices se justifie alors par la recherche du placement le plus rentable. La structuration de la trésorerie des états de Bretagne – et, à un moindre degré, de celle des revenus du clergé – a contribué à diversifier les sources d’enrichissement des familles qui sont entrées à la Chambre ; désormais, celle-ci est connectée autant avec les réseaux de la finance provinciale qu’avec ceux de la finance royale.

9La fixation du prix des offices par Colbert a fragilisé les gens des comptes. Certains d’entre eux n’ont pas été capables de s’acquitter de leurs dettes et ont été contraints de se séparer de la charge qu’ils avaient acquise au moment où les prix étaient les plus élevés. Le retournement de conjoncture qui s’est produit dans la province, la multiplication des prélèvements opérés par la monarchie sous la forme notamment d’augmentation de gages, l’incapacité des états à jouer leur rôle de barrière protectrice ont accru le malaise. La principale conséquence est la réduction de l’aire de recrutement du personnel. L’institution s’est repliée sur une zone qui correspond grosso modo à l’aire ligérienne – Anjou, Bas-Poitou, comté nantais. C’est à ce moment que s’est esquissé le portrait de la Chambre des comptes dressé par Jean Meyer dans son ouvrage sur la noblesse bretonne, mais comme tout portrait il ne donne à voir « les traits » de l’institution qu’à un moment donné et masque les métamorphoses qui se sont produites au fil du temps.

10En dépit des milieux sociaux et des horizons géographiques variés de recrutement de son personnel, la Chambre des comptes a formé un corps constitué inscrit dans « le patrimoine institutionnel » de la Bretagne, et qui en tant que tel, a fait l’objet de confirmations à chaque avènement royal avec les privilèges de celle-ci, au même titre que les états, le parlement ou les cours de justice inférieures. Elle a traduit au quotidien le droit des Bretons – les officiers de finances en l’occurrence – à être jugés par des magistrats locaux, ce qui explique les soutiens qu’elle a obtenus lors de la tentative de suppression des années 1560, la protestation contre la venue de commissaires ou les saisies de documents comptables. Cour souveraine, elle s’est fait connaître à l’échelle de la province par le biais des arrêts qu’elle a promulgués, par les réponses qu’elle a données aux requêtes qui lui ont été soumises, par les déplacements de ses magistrats envoyés pour placer un emprunt – surtout au XVIe siècle – vérifier une lettre d’érection d’un fief de dignité, procéder à une aliénation ou à une réformation du domaine, par l’action – souvent turbulente – de ses huissiers chargés de procéder à la saisie d’une terre dont l’hommage n’avait pas été fait ou des biens d’un comptable décédé insolvable.

  • 5 Et à ce titre elle a constitué une étape essentielle dans l’anoblissement d’individus issus des pr (...)
  • 6 On peut faire un parallèle avec les présidiaux où il existait une opposition entre le lieutenant g (...)
  • 7 Vincent Meyzie, op. cit., p. 485.

11Sa cohésion de corps est venue du recrutement de ses membres par cooptation. Comme dans les autres cours, un contrôle familial s’est exercé sur la circulation des charges tout au long de la période considérée. En dehors des enfants de magistrats qui ont toujours eu la priorité, voire des nobles d’ancienne extraction, l’institution a cherché à recruter, par le biais des informations de vie et mœurs, des gens honorables, de bonne origine, les qualités d’un individu étant considérées comme inhérentes à une naissance dans un milieu favorable. Elle a privilégié les gens de justice5 alors que son attitude a été plus contrastée à l’égard des individus issus du monde de la marchandise ou de la finance, une période d’ouverture aux XVIe et XVIIIe siècles se distinguant d’un XVIIe siècle plus « fermé ». La Chambre n’a pas été simplement la somme des individus, des familles qui la composaient. Elle disposait d’une mémoire spécifique, d’un langage, d’un savoir – même s’il était limité -, d’un bâtiment qui l’identifiait dans le paysage urbain, de rituels partagés, d’un idéal commun, celui du parfait magistrat chrétien. Elle savait manifester sa cohésion dans les querelles de préséance qui l’opposaient à d’autres corps ou à l’occasion des funérailles de l’un de ses membres. La Chambre ne constituait pas un tout indifférencié. Elle connaissait, comme les autres cours souveraines, ses divisions, ses lignes de fracture internes dont la principale était celle qui opposait les membres du Bureau – présidents et maîtres – et les auditeurs6 et qui a provoqué des tensions régulières du XVIe au XVIIIe siècle. Loin de n’avoir que des effets négatifs, cette « sociabilité conflictuelle », pour reprendre une expression de Vincent Meyzie, manifestait au quotidien l’attachement des magistrats aux attributions de leur charge7 et plus largement à leur institution qu’ils contribuaient ainsi à faire vivre.

12Du fait de tous ces éléments, la Chambre a conféré une identité professionnelle forte à ses membres qui se voulaient même s’ils n’étaient pas nécessairement gradués, gens de justice avant tout et ce quelles que soient les conditions dans lesquelles ils avaient accumulé les capitaux qui leur avaient permis d’acquérir leur charge. Ils avaient des tâches spécifiques à accomplir ; les règlements leur imposaient des horaires à respecter et leur faisaient obligation de servir un semestre, ce qui les mettait dans l’impossibilité d’occuper d’autres emplois. La plupart d’entre eux ont accompli, surtout à partir du XVIIe siècle, l’essentiel de leur carrière au sein de l’institution : si cette caractéristique s’explique par la nécessité de faire vingt ans pour obtenir les lettres d’honorariat et conserver leurs titres et privilèges, elle amenait de nombreuses familles à consacrer leur vie au service de la monarchie. Les magistrats des comptes apparaissaient aussi comme des officiers du roi dans un État où ceux-ci ont toujours été, malgré les différentes périodes d’augmentation, peu nombreux et dans une généralité de Bretagne où le poids des seigneuries était grand. Le service royal était pour la majeure partie d’entre eux le service premier comme l’ont montré les exemples d’un Jean I Morin se retirant du conseil de la veuve du vicomte de Martigues une fois devenu premier président, d’un Jean II Avril entraînant à sa suite la majeure partie des officiers à Rennes en 1589, des Harouys, des Blanchard, des Barrin… passant d’une présidence des comptes à une charge de maître des requêtes ou à un emploi dans les conseils centraux. L’institution était aussi un vivier où le roi pouvait à l’occasion trouver les agents qui lui étaient nécessaires pour des missions précises. L’appartenance à la Chambre permettait en conséquence à ses membres de détenir un pouvoir de contrainte à l’égard des vassaux du roi, des villes, des financiers et des contribuables et plus largement de tous ceux qui dépendaient d’eux sur le plan institutionnel ou dans le cadre des sieuries et des seigneuries qu’ils avaient constituées.

  • 8 Jean Nagle, Un orgueil français. La vénalité des offices sous l’Ancien Régime, Paris, Odile Jacob, (...)
  • 9 Michel Nassiet définit justement la dignité comme « un rang, une position dans une hiérarchie, une (...)
  • 10 Dominique Le Page, « Présences des gens des comptes à Nantes aux XVIe et XVIIe siècles », Mémoires (...)

13Elle leur conférait aussi honneur et dignité. Les deux termes ont été utilisés presque indifféremment au fil de cet ouvrage, signe qu’il n’est pas facile de les distinguer à l’époque moderne8. S’agissant de magistrats, on pense naturellement à la dignité et on a vu qu’en 1625, c’est en son nom que l’auditeur André de Bourgues refusait d’exercer une charge de fabricien dans la paroisse Saint-Nicolas de Nantes. Les gens des comptes en tant qu’ils appartenaient à une institution, qu’ils avaient reçu une délégation royale et qu’ils exerçaient une fonction, héréditaire et transmissible, au service du bien commun détenaient une dignité qui leur donnait un rang dans la société d’ordres9. C’est le souci de cette dignité qui les amenait à s’attribuer dans les documents les qualités d’écuyer, de monsieur maître, de messire…, à entretenir les hôtels qu’ils détenaient dans les vieux quartiers des villes – Nantes en premier lieu – et les manoirs et châteaux qu’ils avaient acquis dans les campagnes et à s’engager régulièrement dans des querelles de préséance, principalement à Nantes avec le parlement quand il y siégeait et surtout avec le présidial10.

  • 11 Le terme apparaît dans les lettres de provision des magistrats où il est mentionné que l’office le (...)
  • 12 ADLA, B 216.
  • 13 Ibid., B 290.
  • 14 Ibid., B 222.
  • 15 Dont il est nommé maire à la même période.

14Malgré cela, j’ai préféré dans le titre de cet ouvrage insister sur la notion d’honneur. Celle-ci est évoquée régulièrement – et plus souvent que celle de dignité – dans des documents qui concernent les gens des comptes11. Dans l’information de vie et mœurs de Pierre de Kerboudel en 1624, il est affirmé « qu’il vit et se règle avec sa femme et famille avecq très grand honneur et estime de chacun12 ». De même au sujet de l’auditeur Julien Pelaud en 1649, il est précisé qu’il se trouve « toujours en compagnie d’hommes d’honneur » et que son père, un officier de justice, était toujours « en exercice d’homme d’honneur13 ». Avec ces deux exemples, on est dans la conception traditionnelle de l’honneur personnel, que partageaient peu ou prou, avec des colorations diverses, toutes les catégories de la société. La notion est, me semble-t-il, employée dans un sens différent dans d’autres documents. Ainsi on a vu précédemment que le souci « d’alimenter leur honneur » est mis en avant par Yves Rocaz et André Ruiz dans les années 1560 quand ils font part à Simon Ruiz de leur intention de diversifier leurs activités et d’acquérir des offices. De même quand François Coquille devient président des comptes en 1626, des témoins certifient qu’il a exercé sa charge de trésorier de France « avec honneur et estime » et qu’il est « homme d’honneur méritant d’être appelé aux charges publiques14 ». Quand Christophe I Juchault bénéficie de lettres d’honorariat en 1643, le roi justifie cette faveur en précisant qu’il entend lui « laisser quelques marques de respect et de dignité avec lesquelles il puisse comme ci-devant continuer à achever le reste de ses jours, mesme honorer et relever la charge de ladite ville de Nantes15 dont nous l’avons, en considération de ses services, extraordinairement pourvu ». Dans ces trois derniers exemples, on voit que l’acquisition d’un office est vu tour à tour comme un moyen d’accroître l’honneur personnel et familial – c’est le cas de Ruiz et Rocaz –, que l’exercice avec honneur d’une fonction permet de prétendre à une charge publique plus élevée – c’est le cas de François Coquille –, que la dignité acquise en tant que magistrat est un élément mis en avant pour l’attribution d’une charge municipale qui est par là même dotée d’un surcroît d’honneur. La notion de dignité n’aurait donc pas éclipsé totalement, du moins aux yeux des contemporains, la notion d’honneur. Celle-ci mêlerait tout à la fois l’honneur d’être au service du roi – qui rejaillit sur le titulaire mais aussi sur sa famille et ses descendants – et l’honneur professionnel. Elle resterait opérante constamment alors que la dignité serait plus étroitement liée à l’exercice de la fonction en corps que ce soit dans l’enceinte du palais ou dans les cérémonies publiques. Elle permettrait de mieux prendre en considération aussi les trajectoires, les ambitions des individus qui se mettaient au service du roi, particulièrement dans le cas des magistrats des comptes qui exerçaient, par le contrôle de l’argent, des missions moins nobles que les autres officiers de justice et qui se recrutaient dans des milieux sociaux plus diversifiés que les parlementaires.

15L’office constituait en effet aussi pour les gens des comptes un moyen d’ascension sociale dans une société qui en offrait finalement peu. Son acquisition a bénéficié à ceux qui ont su saisir les opportunités offertes par la monarchie dans la seconde moitié du XVIe siècle ou à la fin du règne de Louis xiv, à ceux aussi qui disposaient de soutiens. La conquête de l’office n’était pas une aventure solitaire mais collective. Elle s’inscrivait dans les stratégies familiales et matrimoniales : on a vu que nombre d’entrées en charge coïncidaient avec le mariage des candidats et que les dots étaient utilisées pour réunir les capitaux nécessaires à l’achat. Il fallait aussi susciter une confiance suffisante pour obtenir du crédit, surtout dans la première moitié du XVIIe siècle quand les prix ont fortement augmenté. Le marché des offices ainsi créé mobilisait un grand nombre d’acteurs dans les villes où se recrutait le personnel, villes de l’ouest bien entendu et Nantes en premier lieu – la Chambre y constituait un placement sûr pour tous les rentiers ordinaires – mais aussi Paris où il a fallu, à partir du règne de Louis xiv, aller chercher les fonds pour financer les augmentations de gages de plus en plus nombreuses ou pour obtenir la suppression d’instances concurrentes, comme le Bureau des finances.

16L’office était un élément important du patrimoine des magistrats. La propriété en a été garantie aux familles par la monarchie, avant même la mise en place de la paulette qui n’a fait finalement que sanctionner une évolution débutée au cours des décennies précédentes – on l’a vu notamment au moment des guerres de la Ligue – ; la propriété était défendue par l’institution elle-même, qui donnait la priorité aux enfants ou aux héritiers des officiers en place et qui a procédé à très peu de suspensions au cours de l’époque moderne. Les états provinciaux ont contribué à renforcer cette sécurité en rachetant à plusieurs reprises les charges que voulait créer la monarchie et dont l’introduction aurait eu pour effet de dévaloriser celles qui existaient. L’office était aussi source de revenus, de privilèges, qu’il fallait certes défendre sans cesse, mais qui permettaient aux magistrats de faire partie de l’élite provinciale. On peut même penser qu’avec le temps, surtout au XVIIIe siècle, l’office est devenu moins un moyen de servir l’État royal qu’une somme d’avantages matériels, un vecteur pour faire aboutir des ambitions personnelles. Symboliques seraient sur ce plan l’extrait de la correspondance de Jean-Victor-Gabriel Chauvière – cité au chapitre iii – où il vante les intérêts que présente l’achat d’un office de correcteur sans jamais faire allusion à la qualité d’officier royal ainsi que le recours croissant aux petites annonces pour vendre les charges à Nantes au XVIIIe siècle. La patrimonialisation aboutit alors à une banalisation de l’emploi dans une cour souveraine, signe non d’une mélancolie mais d’un certain détachement par rapport à la monarchie et d’une désacralisation, dans les pratiques quotidiennes, de son service. Malgré cela, on peut penser que les individus qui étaient d’origine trop « bourgeoise » ou de noblesse trop récente pour espérer accéder directement au parlement et trop peu fortunés pour pouvoir prétendre acheter des offices de chancellerie, ont trouvé dans la Chambre le moyen de satisfaire leurs ambitions. Gagnés eux-aussi par le tropisme nobiliaire, ils se sont peu à peu « éloignés » de la ville de Nantes qui les abritait, renonçant aux charges municipales et désertant leurs demeures urbaines pour leurs résidences campagnardes. Leur idéal personnel était dans la terre tout comme leur ambition de magistrat était de veiller à la préservation des droits seigneuriaux du roi. Par cet éloignement, ils se condamnaient à la disparition quand la Révolution allait porter un coup fatal au système de domination auquel ils étaient liés même si, bien sûr, l’idée d’un contrôle des finances leur a survécu.

17L’identité des magistrats des comptes ne se réduisait pas à leur statut professionnel ni à la position sociale qu’il leur conférait, aux ambitions qu’il leur permettait de satisfaire. Membres d’une famille, d’un lignage, d’une clientèle – surtout au XVIe siècle –, notables d’une ville – même s’ils se sont, avec le temps, retirés des responsabilités municipales –, habitants d’une province dont ils veillaient à la préservation des privilèges, ils étaient aussi rentiers de la terre, seigneurs, partageant leur vie entre l’otium et le negotium. Sur le plan religieux, nombre d’entre eux étaient dévots – les de Monti, Les Fourché, les Blanchard… – et devaient vivre leur appartenance à la Chambre un peu sur le mode d’un engagement dans les ordres ; la majeure partie, sinon tous, étaient catholiques : la rupture qui s’est opérée au sein de l’institution en 1589 ne s’est pas faite sur la base de la foi mais sur celle de la fidélité à une monarchie affaiblie et, quel que soit leur engagement, ligueurs et royaux ont contribué par la suite à l’essor de la Réforme catholique et au développement des nouveaux ordres religieux dans les villes où ils résidaient.

  • 16 Albert Padiolleau, Traicté de la juridiction souveraine de la chambre des comptes de Bretaigne sur (...)
  • 17 Réflexions chrestiennes sur les quatre livres de l’Imitation de Jesus-Christ, faites & presentées (...)
  • 18 Dominique Le Page, Hélène Rousteau-chambon, Guy Saupin (dir.), Gérard Mellier, maire de Nantes et (...)
  • 19 Vincent Gallais, « Entre apprentissage et ambition : la culture politique d’un procureur du roi au (...)
  • 20 Héloïse Ménard, Ascension politique et sociale de la famille de La Tullaye, XVIe-XVIIe siècles, 20 (...)
  • 21 Alain Croix (dir.), La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, Rennes, Presse (...)
  • 22 Il est l’auteur sous le nom de M. la Sorinière des Mémoires et recherches touchant les antiquités (...)
  • 23 De l’origine, excellence, progrès de l’Estat et office de maître des comptes par Jean Gautier, non (...)
  • 24 Où il y avait une tradition d’écriture depuis le XVIe siècle au moins et qui est illustrée notamme (...)

18Les magistrats des comptes n’étaient pas gens de l’écrit. Peu d’entre eux, en tout cas, ont laissé des traces littéraires. Parmi les œuvres publiées, on peut citer quelques traités juridiques comme celui de l’auditeur Padiolleau16 ou ceux de La Gibonnais, un recueil de harangues – Auffray de Lescouët –, un ouvrage de méditation spirituelle17 – Yves de Monti –, les traités agronomiques de l’ancien avocat général Gabriel Calloët, les publications diverses du trésorier de France Gérard Mellier18. Quelques magistrats ont constitué des archives privées importantes, documents de travail ou livres de raison – Jean Blanchard19, Salomon de La Tullaye20, Le Moyne – ; un – Babin – a dressé un tableau sans concession de la Bretagne, non publié de son vivant21. Même si l’on ajoute à cela les écrits de Jean I Morin22 et de Jean I Gautier23, qui ont disparu, la moisson est bien maigre. Il n’y a rien en tout cas de comparable à ce que l’on peut trouver dans d’autres villes de province du sud du royaume ou comme à Dijon24 peut-être parce que la pratique des magistrats des comptes n’exigeait pas d’eux qu’ils maîtrisent les arcanes du droit ou parce qu’il n’existait pas à Nantes, lieu où se recrutaient la plupart d’entre eux, de forte tradition humaniste. Tous ces aspects mériteraient cependant d’être approfondis grâce notamment à une analyse systématique des inventaires des bibliothèques de magistrats conservées et à une étude plus générale de la culture officière dans les villes de l’Ouest sous l’Ancien Régime.

  • 25 Dominique Le Page, « Aperçus sur la vénalité des offices en Bourgogne (XVIe-XVIIIe siècle) : le ca (...)

19Ce travail a porté presque uniquement sur la Chambre des comptes de Bretagne. On peut se demander en quoi celle-ci peut servir de modèle pour la connaissance de ce type d’institutions sous l’Ancien Régime. Nombre de phénomènes mis en évidence, nombre de conclusions tirées sont valables pour d’autres cas. Il en est ainsi de ce qui a été dit du marché des offices même si les rythmes de création des charges ont pu varier aux XVIe et XVIIe siècles d’une province à l’autre25 ; il en va de même du recrutement du personnel qui devait obéir à des principes comparables sur le plan social et géographique – avec un fort noyau local et une attraction sur une aire plus large, selon la zone d’influence de la ville-siège –, de la soumission des magistrats à des demandes croissantes de la monarchie compensée par la conquête et la consolidation du privilège de l’anoblissement graduel. Des nuances devaient exister selon le paysage institutionnel dans lequel la Chambre évoluait avec la présence/concurrence ou non sur place d’un parlement ou d’un bureau des finances, selon les caractéristiques de la ville qui l’hébergeait, qu’elle fût à vocation administrative – comme Dijon, voire Montpellier – ou commerciale – comme Rouen… et Nantes –, ce qui pouvait avoir des effets sur les sources de financement des charges. La Chambre des comptes de Bretagne se distinguerait par un alignement relativement tardif sur celle de Paris, d’où la virulence qu’a pu y prendre l’opposition entre maîtres et auditeurs à partir de la promulgation du règlement Tambonneau (1557) ; par la faible étendue de ses prérogatives, notamment en matière de fiscalité indirecte, ce qui explique la relative « paix sociale » dont elle a bénéficié ; par son implantation dans une ville – Nantes – qui a connu un spectaculaire développement économique à partir de la fin du XVIIe siècle, ce qui l’a réduit à une position seconde – alors que la cité, après avoir perdu le parlement en 1561, s’est longtemps enorgueillie de disposer grâce à elle d’une cour souveraine – et l’a condamnée à un certain oubli.

20Si l’on peut admirer aujourd’hui encore sur le quai Ceineray, en bordure de l’Erdre, le palais de la Chambre construit au XVIIIe siècle, peu de Nantais en connaissent la vocation ancienne. Construisant sa mémoire sur son passé atlantique pour le meilleur – l’ouverture sur le grand large et le monde, la rencontre entre les cultures – et pour le pire – la traite négrière, longtemps occultée –, la cité ligérienne n’a plus que faire du souvenir de cette institution, synonyme d’archaïsme et d’ennui, où pourtant des fils de négociants sont allés, tout au long de l’époque moderne, chercher de l’honneur et des épices.

Notes

1 Son personnel relèverait tout à la fois du monde des officiers moyens et de celui de la haute robe.

2 Ces temps mériteraient d’être eux-mêmes subdivisés.

3 On note au cours de cette période des tentatives de réforme en Bourgogne, des changements en Dauphiné et en Languedoc. C’est aussi au cours de cette période que le pouvoir prend des mesures pour régler les conflits de juridiction.

4 À Dijon, ce sont les Rigoley qui s’imposent.

5 Et à ce titre elle a constitué une étape essentielle dans l’anoblissement d’individus issus des présidiaux ou des sénéchaussées.

6 On peut faire un parallèle avec les présidiaux où il existait une opposition entre le lieutenant général et les présidents.

7 Vincent Meyzie, op. cit., p. 485.

8 Jean Nagle, Un orgueil français. La vénalité des offices sous l’Ancien Régime, Paris, Odile Jacob, 2008, p. 82 et suivantes.

9 Michel Nassiet définit justement la dignité comme « un rang, une position dans une hiérarchie, une relation d’ordre », Michel Nassiet, « L’honneur au XVIe siècle : un capital collectif », dans Hervé Drévillon, Diego Venturino, Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 71-90.

10 Dominique Le Page, « Présences des gens des comptes à Nantes aux XVIe et XVIIe siècles », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. XCII, 2014, p. 73-100.

11 Le terme apparaît dans les lettres de provision des magistrats où il est mentionné que l’office leur donne droit à des honneurs, pouvoirs, libertés, fonctions, autorités, privilèges, exemptions… Par honneurs, on peut comprendre le droit de siéger et d’avoir – ou non – opinion délibérative, celui d’occuper un certain rang dans le palais et au-dehors, celui de revêtir la robe du magistrat…

12 ADLA, B 216.

13 Ibid., B 290.

14 Ibid., B 222.

15 Dont il est nommé maire à la même période.

16 Albert Padiolleau, Traicté de la juridiction souveraine de la chambre des comptes de Bretaigne sur le faict de la Régale, Nantes, 1631.

17 Réflexions chrestiennes sur les quatre livres de l’Imitation de Jesus-Christ, faites & presentées par un pere à ses Enfants : Pour les exhorter à la pratique des Maximes saintes de ce Divin Ouvrage, à Nantes par P. Querro Imprimeur & Libraire, au S. Esprit, devant le Pilory, MDCLXX, in 4o, 358 p.

18 Dominique Le Page, Hélène Rousteau-chambon, Guy Saupin (dir.), Gérard Mellier, maire de Nantes et subdélégué de l’intendant de Bretagne (1709-1729). L’entrée de Nantes dans la modernité, Nantes, Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, numéro spécial, 2010.

19 Vincent Gallais, « Entre apprentissage et ambition : la culture politique d’un procureur du roi au présidial de Nantes, Jean Blanchard de Lessongère (1602-1612) », dans Michel Cassan (dir.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne. France, Angleterre, Espagne, Limoges, Pulim, 1998, p. 367-386.

20 Héloïse Ménard, Ascension politique et sociale de la famille de La Tullaye, XVIe-XVIIe siècles, 2000.

21 Alain Croix (dir.), La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, Rennes, Presses universitaires de Rennes/Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2006.

22 Il est l’auteur sous le nom de M. la Sorinière des Mémoires et recherches touchant les antiquités et singularités de la Bretagne armorique, œuvre qui serait restée à l’état de manuscrit et qui aurait aujourd’hui disparu.

23 De l’origine, excellence, progrès de l’Estat et office de maître des comptes par Jean Gautier, non publié.

24 Où il y avait une tradition d’écriture depuis le XVIe siècle au moins et qui est illustrée notamment au XVIIe siècle par l’auditeur aux comptes Gaudelet ou l’avocat au parlement Marc-Antoine Millotet tenant leur journal des événements de la cité au temps de la Fronde, le trésorier de France Pierre Taisand entretenant une correspondance active avec ses amis et ses parents restés en Bourgogne lors de son séjour à Paris dans les années 1670, le conseiller au parlement, Philibert de La Mare, écrivant ses Mémoires, Arnaud de Vallouit, Les Mémoires inédits de Philibert de La Mare, parlementaire dijonnais, curieux érudit et témoin du Grand siècle, thèse de doctorat, université de Provence, 2007.

25 Dominique Le Page, « Aperçus sur la vénalité des offices en Bourgogne (XVIe-XVIIIe siècle) : le cas de la Chambre des comptes de Dijon », dans L’intégration de la Bourgogne au royaume de France XVIe-XVIIIe siècle, Annales de Bourgogne, t. 85, fascicule 1-4, 2013, p. 139-162.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540