Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'honneur et des épices

 | 
Dominique Le Page

Chapitre VII. Les gens des comptes de Bretagne, une composante de la noblesse de robe

Texte intégral

  • 1 Monique Cubells, « Le recrutement de la Cour des comptes, aides et finances de Montpellier au XVIII(...)

« Il y a un milieu à garder entre trop et trop peu de rigidité. Il faut penser que nos charges n’exigent pas les preuves de Malte puisqu’elles sont faites pour anoblir. Il y a des bancs où il faut un nom, un autre où il faut du mélange, un nom ou de la richesse, un autre enfin où les talents joints à la richesse doivent emporter les suffrages. »
Lettre de l’abbé de Coriolis en 1780 à d’Albertas, premier président de la Chambre des comptes d’Aix1.
« Messire Louis du Pont, second président, ayant été requis et averty par le greffier d’entrer au bureau après le service du roy selon ce qui est rapporté au registre du jour d’hier, estant ledit sieur président en sa place, messire René Ferron président luy a dit les bons sentiments que la compagnie avait des devoirs par luy rendus en sa charge qu’il devoit consentir aux affections que tous les officiers ont et luy témoignent avoir qu’il ait à continuer l’exercice dicelle et estre au surplus chargé de luy demander si le bruit commun estoit véritable qu’il s’en feust démis et s’il estoit d’accord, contant et satisfait que un autre s’y présentast, à quoy ledit sieur président Du Pont s’estant excusé s’il ne povoit répondre assez dignement à tant de graces et apris le récit de ce qui s’était passé au sujet dudit office ainsi que un chacun en avoit peu prendre cognoissance particulière ledit sieur président Du Pont s’étant retiré du Bureau par ce qu’il luy feust dit que la compagnie en voulait ordonner, l’affaire mise en délibération et eu esgard aux notables services renduz par ledit sieur Du Pont aux roys de très heureuse mémoire Henry IV et Louis XIII et au public depuis 1606 qu’il feut reçu en la Chambre a ordonné et ordonne que sadite majesté et la royne régente sa mère seroit très humblement suppliez de commander audit sieur Du Pont qu’il ait à demeurer en exercice et fonctions de la charge de président, 22 juin 1644. »
ADLA, B 290.

1L’affirmation de la Chambre des comptes en tant que corps constitué se réalisait par un processus de distinction des autres catégories de la population de la ville où elle était implantée, Nantes en l’occurrence. Cela se traduisait, pour l’ensemble des magistrats, par la détention de privilèges qui leur avaient été octroyés au fil du temps, qu’ils devaient constamment défendre et qu’il convient en premier lieu de décrire. Cela passait aussi par la jouissance de la principale faveur qui leur avait été accordée par la monarchie, et qui a connu des évolutions au fil du temps, à savoir celle de l’anoblissement. Cela conduisait les officiers à siéger au moins vingt ans dans l’institution afin d’obtenir des lettres d’honorariat qui constituaient pour eux et leur famille une première étape pour espérer intégrer le second ordre mais aussi une marque de distinction dans la société du temps. Il en allait de même de la titulature qui leur était reconnue dans les actes de la vie quotidienne et qui avait pour but là encore de les différencier du commun. Tous les magistrats n’étaient cependant pas, à leur entrée dans l’institution, à égalité sur le plan honorifique, et l’on peut se demander comment les uns et les autres ont fait usage du privilège de l’anoblissement pour améliorer leur statut personnel. Si l’on admet enfin que l’ambition de la Chambre était de faire reconnaître son statut de cour souveraine en Bretagne, on pourra se demander, dans un dernier développement comment ont évolué les relations de son personnel avec celui du parlement de Rennes qui était tout à la fois un partenaire indispensable, un rival occasionnel et un modèle à imiter.

Les chemins de la distinction

2Entrer à la Chambre des comptes permettait de bénéficier d’un certain nombre d’avantages pécuniaires et honorifiques. Loin d’avoir été donnés une fois pour toutes, ceux-ci ont fait l’objet d’une lente acquisition dont il convient de restituer les étapes : si cette conquête a permis dans un premier temps aux gens des comptes de se distinguer du reste de la société et de faire reconnaître la qualité du service qu’ils rendaient au roi, elle est devenue dans un second temps un instrument au service de leur intégration au sein de la noblesse.

La conquête des privilèges

Les étapes de la conquête

  • 2 Simona Cerrutti, op. cit.

3Il est admis généralement que deux conceptions du privilège se sont succédé sous l’Ancien Régime. Pour reprendre les termes de Simona Cerutti, il y a tout d’abord eu une conception traditionnelle qui considère « le privilège comme une variable indépendante qui, venant du sommet de l’échelle sociale, sanctionne sur le plan juridique une suprématie économique préexistante ; ou bien comme la concession formelle de prérogatives personnelles, liées à une fonction ou une dignité qui permettent à l’individu de sortir de son état et de l’améliorer2 ». En d’autres termes, le privilège apparaît alors comme un effet de la faveur royale qui reconnaît une position dominante et qui récompense une fidélité ou des services rendus. À cette conception qui aurait prévalu jusqu’au règne de Louis XIV, en succède une autre qui envisage l’octroi de privilège avant tout comme un moyen d’obtenir de l’argent. Si l’État et le privilège ont toujours grandi ensemble, comme l’a écrit David D. Bien, c’est que les relations entre le roi et les corps ont revêtu un caractère de plus en plus vénal à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, chaque progrès de la condition de leurs membres ayant pour contrepartie le versement de sommes de plus en plus importantes.

  • 3 Pour l’impôt direct, les gens des comptes de Paris ont été exemptés à partir de la seconde moitié d (...)
  • 4 On ne sait s’il faut voir dans cette volonté d’alignement sur le grand modèle parisien une reconnai (...)

4L’étude du cas de la Chambre permet de voir comment cette évolution s’est produite en Bretagne du XVIe au début du XVIIIe siècle et quelles conséquences cela a entraîné sur le plan des relations entre la monarchie et les officiers des comptes. Au sortir de la période ducale, ceux-ci jouissaient déjà de privilèges importants, comme l’exemption du paiement du fouage3 et des lods et ventes pour ceux qui possédaient des terres dépendant du fief ducal : suite à leur remontrance, ils ont été dispensés du service du ban et de l’arrière-ban par le duc François II le 16 avril 1488. Ils ont fait valoir en la circonstance « l’occupation presque continuelle qu’ilz avaient au service du duc » et souhaité, de façon quelque peu surprenante4, être traités sur le même pied que les membres de la Chambre des comptes de Paris. Dans sa réponse, François II a estimé significativement « que le service que nosdits conseillers nous feront en nostredite Chambre des comptes nous est autant ou plus nécessaire que celui qu’ilz nous pourroient faire en nostre dite armée » et marqué ainsi symboliquement la naissance de la noblesse de robe en Bretagne.

  • 5 Lors de l’enregistrement de l’octroi du domaine de Bretagne à la reine Anne d’Autriche pour son dou (...)
  • 6 L’attitude du parlement de Rennes à l’égard des magistrats des comptes dépendait beaucoup de la per (...)
  • 7 Ibid., B 77.

5Ces privilèges de base ont été confirmés par les souverains des XVIe et XVIIe siècles à l’occasion des changements de règne – notamment en 1610 –, à la fin des guerres de la Ligue en 1598, mais aussi lors des principales opérations de créations d’offices, d’augmentation des gages ou lors des modifications du mode de fonctionnement de la Chambre, comme en 1626 quand le principe d’un service continu a été introduit5. Cela n’a pas empêché des conflits de surgir, tout privilège devant, pour s’inscrire dans la durée, être régulièrement reconduit et constamment défendu. Ainsi en août 1641, la Chambre a-t-elle dû faire appel au Conseil pour casser un arrêt du parlement de Rennes du 22 décembre 1637 qui avait condamné le président René Ferron à payer les droits de lods et ventes pour son acquisition de la terre du Ronceray. Le procureur général a fait valoir pour cela la confirmation des privilèges de la Chambre par la monarchie en juin 1610 et en avril 1626, rappelé que le parlement avait par d’autres arrêts reconnu les droits des gens des comptes et souligné qu’en l’occasion sa décision ne pouvait avoir d’autres mouvements « que la jalousie d’aucuns des officiers de la cour marris d’estre empeschez par la Chambre qu’ils continuent leur entreprise et usurpation sur les domaines et finances ». René Ferron semble en la circonstance avoir fait les frais d’un conflit entre les deux cours souveraines6 et avoir été victime peut-être aussi de ses origines – il résidait dans l’évêché de Rennes – et de la vindicte de parlementaires jaloux des opérations foncières qu’il avait réalisées. Le conflit n’a pas eu de suite mais il a montré que le parlement n’hésitait pas à profiter de la moindre occasion pour contester le statut des gens des comptes et tenter de les ravaler à une position inférieure7.

  • 8 Avec l’entrée de la Bretagne dans le royaume, la Chambre bénéficie des principaux privilèges qui on (...)
  • 9 Selon l’édit d’Henri II en 1556, les membres du parlement étaient exemptés « de toutes tailles, aid (...)
  • 10 Cette exemption a été confirmée par Louis XIII en 1626, par un arrêt du Conseil du 3 août 1641 et p (...)
  • 11 Le 10 mars 1599, le maître Jean Picaud se voit ainsi rembourser les 6 écus d’épices qu’il avait pay (...)
  • 12 En marge de leur demande, il est indiqué : « ne se peult accorder pour la conséquence », mention du (...)

6En dépit de ce contexte, les privilèges de la Chambre ont connu au fil du temps des extensions à la demande le plus souvent des officiers des comptes qui ont voulu bénéficier des mêmes avantages que les membres de la Chambre de Paris8 ou que… les parlementaires rennais9. Dès 1561, les magistrats ont été exemptés du logement des gens de guerre et en 1570, de l’obligation de nommer aux tutelles et aux curatelles10. À une date inconnue, ils ont été dispensés de verser des épices lors de la prestation de l’hommage au roi pour leurs terres11. Ils ont obtenu l’exemption du paiement du droit de franc-fief probablement dans la seconde moitié du XVIe siècle en liaison avec la conquête d’une noblesse personnelle : en 1537, le maître Jean I Hux se voyait encore contraint de payer une taxe bien qu’elle eût été réduite en raison de ses fonctions de maître des comptes. Malgré ces avancées, les efforts des gens des comptes n’ont pas toujours été couronnés de succès. En 1587, quand ils ont demandé au roi de régler leurs privilèges « à l’instar de ceulx des officiers commensaulx et de donner permission de faire conduire franchement par la rivière de Loire, scavoir les présidents douze pippes de vin chaicun, les maîtres huit et les correcteurs et auditeurs six pour leur provision et despense sans fraulde dont ils ne seront tenus à aucune contribution aux péaiges de la traite d’Anjou ny aultres et ce en considération que lesdits officiers de la Chambre des comptes de Bretagne n’ont aulcun droit de sel comme ceux de Paris », la faveur ne leur pas été accordée mais ils ont reçu en compensation 100 écus d’augmentation de gages à partager entre eux12.

  • 13 Ibid., B 62, fo 184.
  • 14 Les lettres sont enregistrées par le parlement siégeant à Tours le 26 août 1596 après que la Chambr (...)
  • 15 Dominique Le Page, Alain Gallicé, Célia Meyer, « Une taxe levée par le duc de Mercœur au temps des (...)
  • 16 Les maîtres Bernard de Monti, Georges Morin, Aimé Adam et Yves Le Lou – dont les cotisations ont ét (...)
  • 17 Pour rembourser la somme empruntée, les états avaient eu l’autorisation de lever un subside de 40 s (...)

7Le principal enjeu des guerres de Religion a été pour eux de ne pas être soumis aux taxes extraordinaires qui étaient prélevées de plus en plus souvent dans la province pour payer la solde des troupes. En août 1586, ils ont été dispensés de toute contribution pour la levée de 50 000 hommes13 et en avril 1588, en considération des 30 000 écus versés par les magistrats, Henri III a confirmé leur exemption de tous emprunts, subsides, « subventions imposés et à imposer et tous leurs autres privilèges14 ». S’ils n’ont pu échapper à toutes les levées d’argent, ils se sont efforcés de faire en sorte que les sommes versées procèdent d’un consentement de leur part et qu’elles fassent ensuite l’objet d’un remboursement. C’est ce qui s’est passé, semble-t-il, lors des prélèvements opérés lors des guerres de la Ligue. L’analyse de l’emprunt levé par le duc de Mercœur sur les habitants de la ville de Nantes en 159215 montre ainsi que les magistrats ont été cotisés pour des sommes variables qui tiennent compte de leur place dans la hiérarchie de la Chambre – les maîtres paient plus que les auditeurs –, de leur fortune respective16, de leur degré d’engagement au service du gouverneur de Bretagne et probablement aussi de la force de leurs convictions religieuses. Si l’on n’est pas certain qu’ils aient récupéré tout l’argent qu’ils ont avancé en cette occasion, on sait que cela a été en revanche le cas pour les 6 000 écus qu’ils ont versés aux états de Bretagne en 1598 (sur un prélèvement total de 200 000 écus) pour financer les frais de la venue d’Henri IV en Bretagne. D’après James B. Collins, ils ont figuré, avec les grands seigneurs de la province parmi les premiers remboursés ; cela n’est pas étonnant quand on sait qu’ils ont utilisé tout le pouvoir de coercition dont ils disposaient à l’égard du trésorier des états, Gabriel Hux, pour obtenir rapidement satisfaction17. À l’issue des guerres de Religion, la Chambre des comptes a ainsi réussi à faire reconnaître pour tous ses membres le privilège de contribuer aux finances publiques en situation de prêteurs et non de contribuables.

  • 18 En 1645, elle procède à l’enregistrement du contrat des états à la charge que les « privilégiés jou (...)

8Les magistrats ont déployé un même effort à l’égard des prélèvements opérés par les états provinciaux et par les villes où ils résidaient. Face aux premiers, les problèmes n’ont pas été importants, même quand au XVIIe siècle, ils ont été autorisés à lever des devoirs pour financer le don gratuit remis au roi. La Chambre a utilisé le pouvoir qui lui a été reconnu d’enregistrer les contrats signés entre l’assemblée provinciale et les commissaires du roi pour spécifier à chaque fois qu’elle n’entendait pas que ses membres fussent soumis aux devoirs d’octrois qui étaient prélevés18. De ce fait, on ne trouve pas de mention dans les minutes de trace de plainte. La seule que l’on puisse mentionner concerne le contrôleur général des finances, Julien II Bidé qui a protesté en 1621 contre le fait que Pierre des Vignes, fermier des devoirs des états à Nantes, s’était « jugé de faire marquer sa maison pour quelque nombre de vin de son creu qu’il aurait fait vendre et débiter » et de le poursuivre pour le paiement du devoir ; il a fait valoir sa qualité de membre du corps de la Chambre pour que celle-ci intervienne en sa faveur, ce qu’elle a d’ailleurs fait en assignant au Conseil du roi le fermier général des devoirs, Joachim Verpeillac. Par cette action, elle a confirmé l’appartenance de ces officiers au corps qu’elle formait et s’est montrée surtout soucieuse d’appliquer la législation royale qui, depuis 1576, prévoyait que les contrôleurs et que les receveurs généraux tant qu’ils exerçaient leurs offices, « leurs successeurs et leurs veuves durant leur viduité » aient les mêmes privilèges que les gens des comptes.

  • 19 Les lettres ont été vérifiées à la Cour des aides de Paris le 15 septembre 1582.
  • 20 ADLA, B 253.
  • 21 Ibid., B 607, fo 223.

9La Chambre des comptes a eu plus de mal à faire échapper ses membres à la fiscalité urbaine. C’est Henri III qui semble avoir été le premier roi à reconnaître formellement ses droits en la matière : par des lettres patentes du 6 mai 1580, il a fait défense à « tous maire et échevins de taxer les présidents, les maîtres, les auditeurs et les autres officiers de la Chambre de Bretagne […] en aucuns des lieux de leurs demeures quoi que hors ledit pays19 ». Il a confirmé ce privilège en 1588 à l’occasion de la création des offices qui est intervenue cette année-là20. Dans les décennies suivantes, c’est la Chambre qui a précisé la teneur de cette promesse royale. Important sur ce point a été l’arrêt qu’elle a rendu le 5 mars 1601 – il sert de référence par la suite –, qui a interdit aux villes, non seulement « de cotiser ou imposer en leurs taxes et cotisations les officiers du corps de la Chambre mais aussi de les choisir ou commettre en aucunes recettes ou charges de receveurs et collecteurs, miseurs, procureurs, trésoriers ou fabriqueurs », et cela à peine de 100 écus d’amende21.

La nécessité de défendre les privilèges

  • 22 Comme l’écrit Françoise Autrand à propos des gens des comptes de la capitale, autant il leur était (...)
  • 23 ADLA, B 194.

10Le respect de ces différentes clauses a demandé aux gens des comptes une vigilance constante22 et les a amenés à apporter régulièrement leur soutien juridique à ceux de leurs membres qui pouvaient être inquiétés par des receveurs. En novembre 1617, ils ont reçu la plainte du maître Jacques I Huteau contre des fermiers qui avaient voulu le contraindre à payer un devoir levé à Nantes en arguant du fait qu’ils avaient reçu l’ordre de l’assemblée de ville – agissant avec l’accord du roi –, de taxer tout le monde, privilégiés ou non, que l’argent prélevé devait servir à l’amortissement des dettes de Nantes après les guerres et qu’il ne s’agissait que d’une levée extraordinaire, à la différence des devoirs classiques dont étaient exempts les gens des comptes. Sensibles à l’argumentation de Huteau qui a rappelé que le droit de lever les devoirs était enregistré à la Chambre à la condition exprès d’en être exemptée et que ses officiers ne devaient payer ni « emprunts, ni subsides, ni gabelles et particulièrement pour ce qui est du revenu de leurs terres », les magistrats ont désigné le maître Charles Martineau pour faire un rapport sur l’affaire. Même s’ils ont contraint le procureur Jean Sébille à mettre par écrit l’argumentation des fermiers – ceux-ci n’avaient pu jusque-là trouver personne pour les assister –, le fait qu’ils se soient saisis du dossier – alors que les contestations devaient être jugées par le sénéchal et les généraux de finances – montre que leur intention était de profiter de l’occasion pour défendre leurs droits23.

  • 24 Ibid., B 606, fo 238.
  • 25 Ibid., B 606, fo 250, arrêt 12 mai 1599.

11La Chambre est intervenue ensuite pour que tous les membres du corps bénéficient des exemptions. En mai 1599, elle a fait emprisonner au château de Nantes un sergent et un serrurier « ayant en ses mains deux ciseaux, un marteau et ung repoussoir » qui avaient été mandatés par les collecteurs de la paroisse Saint-Léonard pour faire une saisie dans la maison du garde Maurice Granjon qui avait refusé de payer la somme à laquelle il avait été cotisé24. La même année, elle a pris un arrêt en faveur de Bonne de Troyes, veuve du maître Michel I Le Lou, afin de la dispenser du versement de 100 écus, somme à laquelle elle avait été taxée, « durant sa viduité », par les habitants de Saint-Laurent dans le cadre d’un emprunt levé dans la ville et les faubourgs25. En décembre 1609, elle a soutenu l’huissier Hervé Chesneau qui voulait échapper au paiement de 4 livres qui lui était demandé par les habitants du quartier de la Fosse pour « certaine réparation civile de l’un des habitants dudit lieu qui aurait été tué lors des montres générales faites tant par les habitants que ceux de la ville lors de l’entrée par le sieur de Vendôme ».

12Elle a apporté également son appui aux officiers qui étaient désignés comme collecteurs. Elle a pris ainsi fait et cause pour l’huissier Pierre Le Valet en mars 1620 lorsque les paroissiens de Saint-Laurent l’ont nommé pour « égailler sur eux quelque somme de deniers » et qu’ils ont voulu de surcroît le rendre contribuable. Le fait qu’il se soit prévalu en l’occasion du privilège dont jouissaient les huissiers du parlement depuis 1564 et qu’une sentence du présidial de Nantes l’ait condamné à assumer la responsabilité qui lui était confiée ont dû en l’occasion constituer des éléments déterminants pour conduire les gens des comptes à le soutenir. On retrouve une affaire similaire en novembre 1625 avec l’auditeur André de Bourgues que les paroissiens de Saint-Nicolas ont choisi comme fabricien. De Bourgues a refusé la charge en faisant valoir qu’il ne « saurait s’immiscer dans une telle fonction sans faire préjudice à la dignité de sa charge et sans se distraire du service qu’il doit au roi » et a obtenu un premier arrêt de la Chambre en sa faveur sans parvenir toutefois à mettre fin à l’affaire. Les anciens fabriciens ont en effet assigné de Bourgues devant la prévôté puis au présidial, ce qui l’a contraint « devant les continuelles poursuites et par peur des violences », à solliciter un second arrêt de la Chambre, qu’elle a délivré le 30 janvier 1626 en rappelant que les juges ordinaires n’avaient pas le droit d’entreprendre sur les gens de la Chambre. L’affaire est alors remontée jusqu’au Conseil royal qui a délivré un arrêt en faveur des paroissiens de Saint-Nicolas : au mépris des règles en vigueur, ceux-ci ont fait notifier l’acte par deux sergents à deux magistrats des comptes – le procureur général et le maître Charles Martineau – en pleine rue alors qu’ils sortaient, selon ce qui est rapporté dans leur déposition, « du sermon pour se rendre au service ordinaire en la Chambre », ce qui a conduit celle-ci à présenter des remontrances au roi. On ne sait pas comment s’est conclu le conflit mais celui-ci est instructif à plus d’un titre. Il montre tout d’abord que les charges de fabricien étaient loin d’être recherchées et qu’elles étaient considérées davantage comme une contrainte que comme un honneur par ceux qui possédaient du bien. Il révèle ensuite les efforts effectués par un fils de marchand comme l’était André de Bourgues pour, une fois devenu magistrat, faire reconnaître son statut et marquer une distance par rapport au milieu social dont il était originaire et par rapport au quartier où il vivait. Il confirme enfin la difficulté rencontrée au quotidien par la Chambre pour faire respecter les privilèges de ses membres.

  • 26 Ibid., B 250.
  • 27 En novembre 1638, les officiers des comptes non originaires de Bretagne ont obtenu du roi la confir (...)

13Elle ne s’est pas pourtant pas contentée de défendre les droits du personnel qui résidait Nantes ; elle est intervenue aussi en faveur des officiers non originaires de la ville. En novembre 1625, elle a ainsi, à la demande du maître Christophe de Rollée, interdit aux fermiers des impôts et billots, des devoirs des états et d’octroi de Rennes de ne percevoir aucune taxe sur les 11 pipes de cidre « de son creu » qu’il entendait vendre à son profit. De même en 1638, en pleine période d’accroissement des prélèvements pesant sur les villes, a-t-elle accepté de délivrer des extraits de ses privilèges et d’accorder l’assistance du procureur général aux auditeurs René Héliand, de Château-Gontier, et Luc Viaudet des Sables-d’Olonne, qui entendaient protester au Conseil royal contre les emprunts auxquels ils avaient été soumis dans leur cité respective sans considérer, disent-ils, « leur domicile qui est en cette ville parce qu’ils sont obligés à y demeurer les six mois qu’ils sont de service et sans respect à leurs privilèges comme officiers de cour souveraine26 ». Elle a fait de même à l’égard du maître Philippe I Varice que le maire et les échevins d’Angers ont taxé, toujours en 1638, à 1 000 livres pour sa part d’un emprunt levé pour la subsistance des gens de guerre27.

  • 28 Grâce à ce dossier, on dispose de la liste de tous ceux qui ont été cotisés à cet emprunt en 1622.
  • 29 Les sergents qui ont opéré la saisie ont mis en vente un pot d’argent qui lui appartenait.

14Le plus bel exemple de soutien apporté par la Chambre à l’un de ses membres qu’il m’ait été donné de trouver dans les archives concerne l’auditeur des comptes Jean Martin (1621-1637), de Saint-Malo en 162228. Celui-ci a refusé de payer les 24 livres auxquelles il avait été taxé lors d’un emprunt levé pour subvenir aux pauvres et aux malades de la ville, victimes de la peste « en arguant du fait qu’il ne résidait plus dans la ville et qu’il avait l’honneur d’être officier de sa majesté en une cour souveraine ». Ayant vu une partie de ses biens saisis29, il a demandé à la Chambre d’appuyer sa cause et de profiter de l’occasion pour vérifier l’emploi des sommes ainsi prélevées. Avant de se prononcer, les gens des comptes ont examiné la requête qui leur a été présentée par les bourgeois de Saint-Malo. Ceux-ci ont justifié leur action en faisant référence « aux grands facultez et moyens » de Jean Martin et en l’accusant d’avoir voulu confondre son intérêt particulier avec celui de la Chambre, dont ils ont prétendu, dans une rhétorique frisant quelque peu la flagornerie, ne pas ignorer les « privilèges, exemptions et immunitez » ni vouloir lui porter atteinte mais au contraire… « par toutes voies possibles […] lui témoigner le respect, honneur et obéissance qu’ils doivent aux qualités et mérites » de ses membres. Ils ont ensuite prétendu avoir agi en pensant bien faire, considérant tout à la fois que Martin aurait pu se sentir offensé « si en une tant urgente et publicque nécessité, on ne se feut souvenu de luy pour le faire participer au mérite d’avoir, après Dieu, sauvé la chose publicque de ladite ville de la ruyne qui semblait luy estre préparée et qu’il eust esté contraire à la charité de prétendre exemption desdites ausmosnes et advances dicelle en un temps si misérable » alors que tous ceux qui bénéficiaient d’immunités – l’évêque et le chapitre en tête – renonçaient à leurs privilèges.

15Dans l’arrêt qu’elle prononce après avoir examiné l’ensemble du dossier, la Chambre renonce à contrôler le compte de l’emprunt mais elle déclare l’exécution des biens « tortionnaire et injurieuse » et ordonne la restitution des meubles. Plus largement, elle interdit aux juges d’imposer les officiers de la Chambre dans les levées faites pour la nourriture des pauvres mais de faire recevoir, sans contrainte, les sommes de deniers qu’ils voudront charitablement donner. Sans refuser de payer, les officiers veulent donc apparaître non comme des cotisés mais comme de généreux donateurs afin de ne pas porter atteinte à leur dignité et de ne pas être confondus avec le commun. Leur attitude sur ce point est somme toute équivalente à celle qu’ils observent à l’égard de la fiscalité royale : si face à celle-ci, ils veulent apparaître en tant que prêteurs pour avoir l’assurance d’être remboursés et bénéficier éventuellement d’intérêts, face aux prélèvements opérés en cas de crise – famine ou maladie -, ils veulent être considérés comme des individus charitables afin que leurs bonnes actions leur profitent dans l’Au-delà.

  • 30 La Chambre ordonne au maître Pierre II Davy de dresser un procès-verbal des violences, mention du 1 (...)
  • 31 Ibid., B 206, mention du 26 juin 1620.
  • 32 Ibid., B 208.

16La défense des privilèges des membres qui ne résident pas à Nantes permet, par ailleurs, à la Chambre de faire reconnaître son caractère de cour souveraine dans un vaste espace géographique. C’est ce même souci qui l’amène à intervenir dans les conflits de préséance auxquels sont mêlés ses membres et où se joue aussi la reconnaissance de leur situation privilégiée. Elle apporte ainsi significativement son soutien au même Jean Martin quand il se plaint en janvier 1622 qu’André et Pierre Pépin, respectivement sénéchal et alloué de Saint-Malo, lui ont contesté « ses honneurs et prééminences […] et par leurs violences et ministère d’un sergent repoussé mesme avec scandal d’aller à l’offerte30 ». Quelque temps auparavant, en juin 1620, elle avait demandé au procureur général de défendre au Conseil royal la requête de l’auditeur René Héliand, de Château-Gontier, qui aurait vu « son rang troublé » par maître René Quentin, le lieutenant particulier au siège royal de la ville ; quand elle apprend que sans attendre son intervention, Héliand, « pour quelques légères considérations », aurait conclu un accord avec Quentin, « par lequel contre la dignité des officiers de la Chambre, il lui aurait consenti rang au-dessus de lui31 », elle le convoque au bureau pour qu’il présente des excuses et lui ordonne de poursuivre l’instance en cours au Grand Conseil32.

  • 33 Pour reprendre une remarque de Robert Descimon concernant le droit de bourgeoisie dont il dit qu’il (...)
  • 34 Mention du 14 janvier 1615.

17La Chambre s’est montrée surtout attentive à défendre les droits de l’ensemble du corps : ses privilèges revêtent un caractère collectif33. Elle est plus prudente quand il est question de prérogatives particulières à certains de ses membres comme le révèle le cas de l’auditeur Guillaume Macé en 1615. Celui-ci, qui a acheté une maison « joignant » la Chambre, demande à jouir des franchises qui avaient été accordées par Louis XII en 1512 au premier propriétaire, le garde des livres Michel Le Bigot, du fait que son ancienne demeure avait été vendue pour l’agrandissement du bâtiment des comptes. Ces privilèges étaient importants puisqu’ils dispensaient le propriétaire de « toutes tailles, aides, emprunts, guet, arrière-guet, garde de porte et tous autres devoirs et subsides personnels quelconques, de l’impôt et appétissement et autres devoirs sur vin au détail, et lui donnaient le droit de n’être traité qu’en la cour des Hospitaliers, de pouvoir prendre et donner franchises à tous criminels hors les crimes capitaux pour le temps de vingt-quatre heures et de ne payer que quatorze deniers de monnaie de devoir de neume ». La Chambre, avant d’enregistrer l’acte de confirmation délivré par Louis XIII en août 1614, ordonne qu’il soit publié à la messe paroissiale de Saint-Léonard pour, « en cas d’opposition du général ou du particulier », y faire droit34.

  • 35 Robert Descimon, « “Bourgeois de Paris”… », art. cit., p. 179-180.
  • 36 Guy Saupin, « Les Nantais et la défense de leurs privilèges sous le règne de Louis XIV », BSAHNLA, (...)

18Si l’on met à part ce cas et si l’on élargit la perspective, on constate que les gens des comptes ont vu leurs privilèges s’accroître aux XVIe et XVIIe siècles. Peut-on en conclure qu’il y a eu deux phases dans ce processus, l’une au cours de laquelle les privilèges auraient récompensé les services rendus par ces officiers et l’autre où ils auraient été attribués contre argent sonnant et trébuchant ? Il est délicat de trancher. Comme je l’ai indiqué précédemment, les gens des comptes jouissaient déjà à la fin de la période ducale, du fait de leur contribution au contrôle des finances, d’un statut distinctif. Le XVIe siècle leur a permis de consolider leur position et de se voir attribuer les mêmes avantages que les membres de la Chambre des comptes de Paris ou de ceux du parlement de Rennes. S’ils ont mis à profit les périodes de création d’offices comme en 1572 ou en 1588 ou les moments de réforme de leur mode de fonctionnement comme en 1626 pour obtenir des confirmations de leurs droits, il ne semble pas qu’ils soient entrés sur ce plan dans un dialogue à caractère uniquement vénal avec la monarchie. Ils se distingueraient ainsi de villes comme Paris où, du fait de la perte progressive de cohérence de la fiscalité municipale et de la réduction du rôle de Paris dans le système financier royal, les privilèges des bourgeois auraient décliné, au point qu’en 1694, l’exemption du franc-fief aurait été supprimée35 ; mais aussi comme Nantes où, dès les années 1640, des traitants sont intervenus pour obtenir la confirmation de l’exemption du droit de franc-fief, où pendant le règne de Louis XIV, certains privilèges comme celui de l’anoblissement des maires et des échevins ont été remis en cause alors que les autres n’ont été maintenus qu’au prix du versement de sommes importantes36. La volonté de récompenser les services rendus par les gens des comptes a continué d’influer dans l’octroi de nouveaux privilèges, au moins au XVIIe siècle. Il en est ainsi de celui de l’anoblissement au premier degré qui est accordé en 1659 pour récompenser les gens des comptes de leur fidélité au temps de la Fronde.

  • 37 L’avantage acquis par la Chambre sur ce point par rapport à la ville de Nantes confirmerait l’idée (...)

19Par la suite, le versement de sommes importantes pour l’achat de gages a entraîné la confirmation implicite des privilèges de la Chambre37 ou a permis à ses membres d’échapper à l’acquisition « forcée » de nouveaux avantages. Quand en 1704, le roi a accordé aux officiers des parlements, des Chambres des comptes, des Cours des aides, des conseils supérieurs et des bureaux des finances – à l’exception des cours parisiennes – quatre dispenses d’un degré de service pour pouvoir acquérir la noblesse au premier degré et la transmettre à leur postérité à la charge de prendre des augmentations de gages au denier vingt pour 24 000 livres, les officiers de la Chambre des comptes de Nantes ont fait valoir que la disposition de la coutume de Bretagne ne leur permettait pas de profiter de la grâce mais, comme « ils veulent donner une marque de leur zèle », ils ont offert d’acquérir tout de même les 24 000 livres d’augmentation. Dans la déclaration de 1707 par laquelle le roi donne son consentement à cette proposition, il confirme tous leurs privilèges. Les gens des comptes se voient ainsi confirmer l’exemption à l’avenir de nommer

  • 38 L’acte fait référence aux précédentes confirmations de Charles IX en 1570, de Louis XIII en 1626, à (...)
  • 39 Acte du 29 mars 1707.

« à tutelle et curatelle38, de toutes taxes du roi et des villes sur leurs maisons et biens en quelque lieu qu’ils soient, de tailles, taillons, subventions, ponts et chaussées, soldes, crues, étapes, subsistances, ustensiles, logements des gens de guerre, aides, équivalents, péages, barrages, landes, travers, passages, fouages, monnéage, deniers communs, patrimoniaux, octrois et tarifs de ville, emprunts, capitation, réparations de portes, murailles et forteresses, dons gratuits, de taxes de confirmation de franc aleu et francs bourgages, des remboursements de débets d’offices et des droits supprimés des villes et communautés, du droit de commitimus aux requêtes du palais, des droits de lods et ventes, quints et requints, reliefs, treizièmes, rachats, sous-rachats39 ».

  • 40 Il fait référence à des édits d’avril 1572, de mai 1655, à des lettres patentes de novembre 1638 en (...)
  • 41 Dont 7 livres pour les épices, 15 livres pour le « velratt » et 20 livres au secrétaire.
  • 42 La Gibonnais refuse en revanche de s’occuper de l’exemption réclamée par les officiers angevins d’u (...)

20Cette énumération offre l’avantage de nous donner une dernière description des privilèges des gens des comptes pour notre période. Il ne semble pas y avoir eu de changement sensible par la suite, ou alors à la marge. Lors de sa commission à Paris en 1716-1717, La Gibonnais est chargé d’obtenir l’exemption du droit de franc-salé pour les non-originaires. S’il demande à la Chambre de lui fournir tous les documents nécessaires pour plaider la cause40 et s’il dit qu’il en coûtera 120 livres pour obtenir un arrêt du Conseil41, on ne sait pas si ses démarches ont abouti42. L’essentiel était de toute façon ailleurs : depuis la seconde moitié du XVIIe siècle, le principal privilège reconnu au personnel de la Chambre était celui de l’anoblissement graduel. Couronnement de tous les avantages acquis jusqu’alors, c’est lui qui détermine la stratégie d’une partie de ses membres à partir de cette période.

La question de l’anoblissement

  • 43 Ils se voient confirmer leur exemption des lods et ventes et de tous droits féodaux et seigneuriaux (...)

21On sait que l’usage de l’anoblissement par la Robe a précédé la loi et que dès le XVIe siècle le principe de la noblesse graduelle était reconnu par la coutume pour les magistrats des cours souveraines. Les édits sur les tailles de 1583 et 1601 ont donné un premier fondement écrit à ce processus ; dans le cas de la Bretagne, la Chambre des comptes s’est vue en 1610 et 1626 confirmer les mêmes privilèges sur ce plan que la Chambre des comptes de Paris. L’édit d’avril 1659 a étendu aux gens des comptes les dispositions de l’édit de juillet 1644 qui avait accordé à toutes les cours souveraines de province l’anoblissement au premier degré. Si le roi en leur faisant cette grâce43 a voulu, si l’on reprend les termes de l’acte, les récompenser « de leur fidélité au cours des derniers troubles » – il s’agit d’une allusion à la Fronde –, on peut penser que cette mesure s’inscrit aussi dans un contexte de promotion des officiers qui a été marqué par la délivrance, au cours de la même période, de lettres d’anoblissement ou de rétablissement de noblesse en faveur de pères de magistrats qu’il s’agisse du maître Jean Monneraye et du procureur général Yves Morice en 1653 et du maître Jean Fleury en mars 1655 ou de magistrats eux-mêmes comme le maître Jean I Salomon en mars 1657. Si dans les trois premiers cas, le roi a désiré récompenser des familles qui avaient fait la preuve de leur fidélité et de leur dévouement, dans celui de Jean I Salomon l’intention clairement affichée a été de promouvoir un officier de la Chambre. Dans l’acte, le roi précise en effet qu’il l’anoblit

  • 44 La Chambre vérifie l’acte le 11 avril 1657 et accorde à Salomon le droit de prendre le titre d’écuy (...)

« pour sa [celle de Salomon] satisfaction particulière et obvier aux contestations qui pourraient naître après son décès entre ses enfants pour raison des successions paternelle et maternelle et du partage noble dicelle et procurer de son vivant la paix à sa famille et bien qu’il sache que les présidents et les maîtres ordinaires de la Chambre aient de tout temps joui comme ils font encore à présent sans aucun contredit du privilège de noblesse par celuy seul de leur charge à l’exemple des officiers de diverses autres compagnies souveraines ausquelles les roys nos prédécesseurs lors de la création d’icelles ont octroyé entre autres immunités et privilèges celuy de noblesse et que ledit sieur de Bréafort, qui est des anciens officiers de la Chambre, ait toujours été tenu et réputé pour noble et jouy sans aucun trouble en vertu de ce privilège commun de celuy de noblesse44 ».

  • 45 Françoise Autrand, Naissance d’un Grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454,(...)
  • 46 Le privilège de l’anoblissement graduel fut reconnu au substitut du procureur général en 1736 et au (...)

22Au vu de ces exemples, on serait, à trois siècles de distance, tenté de reprendre la remarque que Françoise Autrand fait à propos des parlementaires parisiens quand elle dit qu’ils ont connu sous le règne de Charles V « le temps des lettres de noblesse […] comme s’il y avait eu de la part du roi une volonté de faire monter ses juges dans l’échelle sociale, comme s’il avait été nécessaire aux juges d’obtenir des lettres royales pour forcer l’entrée de la noblesse45 ». Dans les années 1650, les gens des comptes de Bretagne ont connu aussi un temps – même relatif – d’anoblissement comme si la monarchie avait voulu les distinguer et préparer la réforme de 1659. Celle-ci n’a pourtant pas eu de lendemain. Suite aux remontrances présentées par les commissaires de la Chambre de réformation et par les états provinciaux, la mesure a été rapportée en 1669 et le principe de l’anoblissement graduel rétabli. Si les auditeurs ont éprouvé des difficultés pour bénéficier du même droit et qu’en 1692, la monarchie a essayé de faire payer 3 000 livres à chacun d’entre eux pour en obtenir la confirmation, elle a dû y renoncer et à partir de cette date, ils n’ont plus été inquiétés46. Du fait de tous ces textes, les magistrats de la Chambre étaient nobles dès la prestation du serment effectuée lors de leur réception. Ils restaient nobles tant qu’ils demeuraient en charge, et même à vie s’ils avaient obtenu des lettres d’honneur délivrées après vingt ans de service. Quand un magistrat et son fils se succédaient dans une même charge, servaient chacun pendant au moins vingt ans ou mouraient en fonction, le second magistrat transmettait à ses descendants une noblesse héréditaire en vertu de l’anoblissement graduel, appelé aussi anoblissement a patre et avo consulibus. Si les principes de l’anoblissement graduel ne furent pas fixés par des textes, il fut admis que la noblesse héréditaire était acquise non seulement quand le père et le fils se succédaient sur la même charge mais aussi sur des charges de nature différente ou sur des offices relevant de cours distinctes.

  • 47 On est, pour reprendre une expression de Michel Cassan à propos du Limousin, dans la France seigneu (...)

23Le tableau 81 montre que, dans une Bretagne où le tropisme nobiliaire joue à plein47, la Chambre a connu, si l’on excepte les premiers présidents une baisse régulière de la part des nobles dans son personnel. Pour les maîtres, on passe de près de 50 %, ce qui est la marque d’une présence nobiliaire forte dans le prolongement de ce qui était déjà observé au Moyen Âge, à un peu plus de 30 % au XVIIIe siècle. Pour les auditeurs, la chute est nettement plus sensible puisque l’on passe de 35 % à 10 %.

  • 48 Philippe Jarnoux, Famille et mobilité sociale…, op. cit.

Tableau 81. – Origine sociale des magistrats de la Chambre des comptes (1550-1789)48.

Tableau 81. – Origine sociale des magistrats de la Chambre des comptes (1550-1789)48.

24Si dans les deux cas, on constate une hausse de la proportion de nobles au XVIIe siècle, on retrouve les différences déjà remarquées entre les catégories du personnel : ainsi pour les maîtres, la part des nobles se maintient toujours au-dessus de 30 % alors que pour les auditeurs, elle n’atteint ce niveau qu’au XVIIe siècle. Ces données sont connues et admises ; il n’est donc pas besoin d’insister davantage. C’est pourquoi, nous voudrions dans ce développement voir dans quelle mesure la Chambre a été utilisée comme une « machine à anoblir » au cours de l’époque moderne. Pour cela, il faut s’intéresser d’abord à l’honorariat puis il convient ensuite de dresser une typologie des stratégies familiales face à la question de l’anoblissement.

L’honorariat

• Significations

  • 49 Selon le corpus étudié par François Bluche, soixante-quinze des 137 conseillers du corpus de la Cou (...)

25Deux thèses prévalent parmi les historiens modernistes sur la signification de l’honorariat. Si l’on en croit Jean Meyer, « l’un des critères les plus sûrs de l’intégration à la noblesse est l’enregistrement des lettres d’honorariat à la Chambre des comptes ». Ce document servirait donc à repérer les individus qui auraient intégré l’institution dans le but de s’anoblir et qui auraient fait à cette fin les vingt ans nécessaires à la seule fin d’obtenir le précieux document. François Bluche, qui a étudié le cas de la Cour des aides de Paris et qui a constaté que tous les conseillers qui avaient fait vingt ans n’avaient pas obtenu de lettres d’honneur49 en conclut que la vétérance correspondait à un titre d’honneur que le roi accordait seulement à certains conseillers qui pouvaient ainsi conserver leur rang, sur le modèle des conseillers d’honneur du parlement. Sans vouloir pour le moment trancher ce débat, on peut voir ce qu’il en a été pour la Chambre des comptes dont l’exemple est d’autant plus intéressant qu’il est possible de suivre l’évolution qui s’y est produite à partir du XVIe siècle.

  • 50 L’ancien honorariat est remplacé par la survivance, Henri Jassemin, op. cit., p. 49-51. Le terme d’ (...)
  • 51 Sur les lettres d’honorariat, voir Bernard de La Roche-flavin, Treze livres des parlemens de France (...)
  • 52 Le parlement avait posé comme principe le 20 octobre 1586 que nul ne pourrait « avoir entrée et voi (...)

26Le principe de l’honorariat a été introduit dès le Moyen Âge à la Chambre des comptes de Paris. Selon Henri Jassemin, l’expression de maître honoraire s’y rencontre dès 1414 : lorsqu’un maître avait servi un certain temps, on lui subrogeait un clerc qui le remplaçait en son absence et qui, à sa mort, était désigné au roi par les gens des comptes pour obtenir sa succession. Le clerc subrogé avait les prérogatives et les fonctions du maître mais il conservait pendant un certain temps ses anciens gages de clerc. Quand de l’argent était disponible, on donnait au clerc subrogé les gages d’un maître mais sans diminuer ceux que le vétéran continuait à percevoir. Cette conception de l’honorariat aurait disparu au cours du XVe siècle50 : dès lors l’honorariat – on parle aussi de vétérance – est réservé à ceux qui ont accompli vingt années de service et qui ont le droit de conserver les privilèges des membres de l’institution. Le système s’est par la suite étendu à l’ensemble des cours souveraines51. Au parlement de Rennes, il entre en vigueur dès sa création, non sans poser des problèmes pour en définir la portée. On sait ainsi que Noël du Fail a eu maille à partir en 1586 avec ses pairs qui refusaient de lui délivrer ses lettres d’honneur du fait qu’il n’avait pas siégé vingt ans au parlement et qui ne voulaient pas prendre en compte le service qu’il avait rendu en tant que conseiller au présidial de Rennes. Force leur a été pourtant de s’incliner en raison de l’intervention du roi en sa faveur52.

  • 53 La lettre de jussion date du 20 avril 1587. L’enregistrement par la Chambre est fait le 25 juin 158 (...)
  • 54 Ibid., B 66, fo 109-110.

27C’est juste quelques années auparavant qu’un premier officier de la Chambre a obtenu des lettres d’honneur : il s’agit du maître René Hachon qui est gratifié de cette faveur par le roi le 20 novembre 1581. Signe que ce procédé est alors inédit, René Hachon éprouve de grandes difficultés pour faire reconnaître son nouveau statut par la Chambre. Celle-ci refuse d’enregistrer les lettres du roi le 5 mars 1583, et quand elle s’y résout quatre ans plus tard, après la délivrance d’une lettre de jussion, elle le fait à la condition que Hachon « ne puisse prétendre entrée, rang de séance, ni voix délibérative53 ». Il faut attendre ensuite le maître Adrien Brossays pour trouver un second cas : il obtient le 18 juillet 1599 des lettres royales qui lui donnent la qualité de maître honoraire en considération, dit l’acte, « des longs, laborieux et agréables services à nous cy devant et nos prédécesseurs faits par notre amé et féal Adrien Brossays et ne voulant délaisser icelluy Brossays sans quelque marque du contentement que nous avons receu de sesdits services tant en l’exercice de son estat vingt-cinq ans et plus que partout ailleurs où il a été employé et luy réserver l’honneur et privilège qu’il s’est acquis par ses mérites54 ». Ces lettres sont vérifiées cette fois sans difficulté par la Chambre le 13 décembre suivant. Avec Adrien Brossays, le procédé entre dans les pratiques de l’institution et prend ses caractères principaux : il récompense un officier qui a fait au moins vingt ans de service, il donne le droit de pouvoir toujours porter le titre d’officier de la Chambre et de bénéficier des privilèges qui sont liés à ce statut, sans pouvoir participer aux gages et aux épices. Une différence est faite toutefois entre les présidents, les maîtres, d’une part, et les auditeurs, d’autre part. Les premiers ont le droit d’avoir entrée, voix et opinion délibérative au bureau de l’institution alors que les seconds n’ont qu’entrée et rang à la Chambre. Les clivages qui existaient du temps de l’activité se perpétuent donc logiquement après la résignation de la charge.

28Pour le reste, les procédures se ressemblent. Quatre cas de figure peuvent toutefois être distingués. Le premier concerne les officiers que la Chambre propose elle-même à l’honorariat. L’exemple le plus net de cela est celui du premier président Auffray de Lescouët que la Chambre « séances assemblée, considérant les grands services qu’il a rendus depuis quarante ans […] et après avoir entendu les avocat et procureur généraux sur les honneurs deuz aux mérites dudit sieur de la Guérande, à ses actions et louables affections qu’il continue au bien et service du roi et du publicq », propose le 28 juin 1621 « sous le bon plaisir du roi qu’il aura en icelle entrée, voix et opinion délibérative et séance au-dessus du doyen des maîtres avec honneurs et privilèges des membres de la Chambre ». Par cette démarche, les gens des comptes entendent ainsi récompenser quelqu’un qui a rempli ses fonctions avec zèle et qui a bien défendu leurs intérêts.

  • 55 Acte du 17 février 1650. Dans la catégorie des auditeurs, on peut citer l’exemple de Pierre Madelen (...)
  • 56 On a un cas similaire avec Jean Charette, sieur de Lornière, qui « fait valoir qu’il a fait service (...)
  • 57 La Chambre vérifie à la condition qu’il ne pourra prendre place à la Chambre qu’après le doyen des (...)

29Proche de ce premier cas est celui des officiers qui présentent d’abord leur demande d’honorariat auprès de la Chambre : celle-ci, après avoir fait vérifier les états de service par le procureur général, émet généralement un avis favorable et enjoint aux impétrants d’obtenir des lettres de confirmation du roi. À titre d’exemple, on peut citer celui du maître Nicolas de Rollée qui présente en février 1650 une requête où il fait valoir qu’il a exercé pendant vingt-trois ans et qu’il a résigné pour son neveu Thomas de Rollée et qui demande en conséquence à être reçu comme honoraire55, ce que les gens des comptes lui accordent avant de le « renvoyer » au roi56. Troisième cas de figure : celui des officiers qui obtiennent d’abord des lettres du roi, à charge ensuite pour le personnel de la Chambre de vérifier les états de service produits. Le président – et conseiller au Conseil d’État et privé – Victor Binet, présente ainsi les lettres patentes datées du 27 août 1628, par lesquelles le roi Louis XIII « ayant égard aux continuels services qu’il a rendus à nous et au roi défunt, tant en sa première charge de grand maître des eaux et forêts dont il fut pourvu en 1589 que en tant que président à la Chambre depuis 1602, qui passe de beaucoup le temps de vingt ans, que pour autres services rendus en diverses commissions extraordinaires » demande à la Chambre de le recevoir en tant qu’honoraire57. De même l’auditeur Jean Touzelin obtient des lettres le 3 mai 1617, par lesquelles le roi, « désirant qu’il lui demeure quelque marque d’honneur et de la fidélité des services qu’il lui a rendus en l’office de conseiller secrétaire et auditeur l’espace de trente ans et plus, mande à la Chambre, s’il lui apparaît qu’il a bien servi plus de trente ans, bien qu’il ait résigné son office en faveur de Maurice Coupperie, qu’il lui soit possible de se qualifier conseiller de sa majesté et auditeur et qu’il jouisse des privilèges, sans gages ni épices ». Après vérification, la Chambre procède à l’enregistrement des lettres le 24 janvier 1618.

  • 58 Lettres du 26 mars 1643. Vérification du 14 novembre 1643.
  • 59 ADLA, 4 E 2/328.
  • 60 Cf. supra, p. 164.

30Dans quelques cas, les lettres délivrées prennent un caractère plus personnel soit en faisant référence à un service précis rendu par l’officier, soit en indiquant l’objectif poursuivi par le roi en les octroyant. Dans le premier cas de figure, on peut citer celui de Julien Labbé qui est promu auditeur honoraire en novembre 1608 en reconnaissance des vingt-deux ans de présence à la Chambre, des commissions qui lui ont été confiées, de son « vieil âge et en considérant même qu’étant réfugié en notre ville de Rennes où nous aurions transféré la Chambre, il aurait aucun temps exercé notre charge de procureur général ». L’un des rares auditeurs à avoir accepté de siéger dans la Chambre des comptes royaliste pendant la Ligue voit ainsi sa fidélité reconnue au moment où il quitte la « vie active ». Dans le second cas, on peut mentionner celui du président Christophe I Juchault qui obtient ses lettres en mars 1643 pour les services rendus depuis vingt ans en tant que lieutenant civil et criminel au présidial de Nantes et président en la Chambre et « pour lui laisser quelques marques de respect et de dignité avec lesquelles il puisse comme ci devant continuer à achever le reste de ses jours, mesme honorer et relever la charge de maire de ladite ville de Nantes dont nous l’avons en considération de ses services extraordinairement pourvu58 ». L’honorariat donne ici un surcroît de dignité qui permet à l’officier de remplir les fonctions qui lui sont confiées par le roi. Dernier cas de figure : celui des officiers qui en vendant leur charge demandent au résignataire de leur fournir des lettres honoraires. Cette situation se rencontre très tôt : ainsi en mars 1618, l’auditeur René Le Masle cède son office à son fils Pierre Le Masle à la condition que celui-ci lui procure à ses frais des lettres honoraires dans un délai de six mois59. On a vu que Salomon de La Tullaye avait demandé en 1656 à Guillaume Artur de s’acquitter de la même obligation60 et le procédé semble être allé en se développant au fil du XVIIe siècle.

  • 61 L’auditeur Julien Pelaud obtient des lettres le 10 mai 1672 au bout de vingt-deux ans d’exercice al (...)
  • 62 À compter de la réception de son fils : celui-ci ne reçoit pas de gages pendant sept ans.
  • 63 Acte du 18 août 1691.

31Quelle que soit la démarche suivie, la règle veut que l’officier ait résigné sa charge avant de bénéficier des lettres honoraires. Quelques entorses à ce principe se remarquent toutefois en fin de la période étudiée. Ainsi Mathurin Geffrard obtient les lettres le 12 juillet 1671 au bout de vingt-huit ans de présence à la Chambre « nonobstant », dit l’acte, « que cy après il vienne à résigner l’office ». Dans la pratique, il ne délaisse sa charge à son fils qu’en 167961. L’auditeur Julien Pelaud obtient des lettres le 10 mai 1672 au bout de vingt-deux ans d’exercice alors qu’il déclare vouloir continuer à exercer la charge. Il cède en fait celle-ci la même année. Quand le président Jean-Baptiste I de Cornulier résigne son office à survivance en faveur de son fils Claude en 1691, il est autorisé à siéger pendant sept années supplémentaires62, délai au terme duquel il est admis qu’il devienne honoraire63. Les exemples de ce type sont rares et ils s’inscrivent dans une stratégie familiale de transmission de l’office : c’est net pour les de Cornulier ; cela est probable aussi pour les Geffrard. On constate que la date à laquelle Mathurin Geffrard obtient ses lettres d’honorariat coïncide avec le vingt-septième anniversaire de son fils Joseph ; celui-ci aurait pu alors légalement lui succéder. S’il ne l’a pas fait, c’est sans doute par volonté de continuer à exercer l’office qu’il détenait – il était contrôleur général des domaines de Bretagne –, tout en étant assuré de pouvoir, quand il le voudrait, faire son entrée à la Chambre. L’année 1679 constituerait ainsi un tournant dans l’histoire de cette famille, celui où elle a décidé d’intégrer la noblesse de robe. Le cas de Julien Pelaud paraît différent et révéler ici une hésitation de l’officier : le fait que son fils aîné soit devenu prêtre peut pourtant l’avoir incité à renoncer plus tôt que prévu à sa charge.

32La délivrance des lettres d’honorariat tient compte, comme les exemples précédents le suggèrent, du temps de présence à la Chambre. La règle impose d’avoir siégé au moins vingt ans. En dehors des cas de Michel III Le Lou et de Marc II de Barbère évoqués ci-dessous, je n’ai trouvé qu’un exemple d’officier qui n’ait pas respecté cette règle. Il s’agit du maître René Pinard qui se voit gratifier de cette faveur au bout de onze années de service (1633-1644) sans que l’on puisse expliquer ce « traitement spécial ». Le fait qu’il ait été ordonné chevalier de l’ordre de Saint-Michel en 1649 attesterait qu’il disposait de relations précieuses : son bref passage à la Chambre lui aurait permis d’apporter une preuve supplémentaire de son désir de servir le roi et il aurait été à ce titre récompensé.

  • 64 Acte du 27 juillet 1659.
  • 65 Certaines lettres d’honorariat constituent ainsi des sources précieuses pour connaître les carrière (...)
  • 66 De même, Louis Harouys quand il obtient ses lettres d’honorariat en 1634, voit reconnaître les sept (...)
  • 67 La copie de ses lettres d’institution à cette dernière charge, datées du 23 octobre 1639, est fourn (...)
  • 68 Acte du 16 janvier 1697.

33De façon générale, les officiers qui ont siégé plus de vingt ans voient leur zèle mis en évidence. Une mention particulière est ainsi accordée à ceux qui ont été doyens des maîtres à l’instar de Jacques I Constantin, qui accède à l’honorariat en 1659 parce que, dit l’acte, il a siégé pendant trente-trois ans, qu’il s’est « diligemment acquitté des autres emplois importants qui lui ont été confiés, méritant une reconnaissance particulière et n’estant pas raisonnable que l’expérience qu’il s’est acquise dans l’office de conseiller-maître demeure inutile et infructueuse64 ». Plus largement, toutes les charges exercées sont prises en considération65. Ainsi dans le cas du premier président Auffray de Lescouët, sont retenus les services qu’il a rendus en tant que conseiller au parlement de 1586 à 1594, de procureur général à la Chambre de 1594 à 1596, de conseiller au conseil d’État et privé à partir de 1598, de premier président de la Chambre à partir de 1596, et de « plusieurs commissions où il a été employé66 ». Pour Adrien de Crespy en 1652, il est tenu compte de son office de maître à la Chambre qu’il a exercé plus de vingt ans ainsi que de sa charge de conseiller et maître d’hôtel du roi67. L’auditeur Jacques Guillon voit reconnaître en janvier 1697, outre ses trente-cinq ans de présence à la Chambre, les services qu’il a rendus dans la réformation du domaine de Hennebont et de Rhuys et les fonctions d’avocat qu’il a remplies avec « honneur et distinction » en cour de parlement pendant les années 1658, 1659, 1660 et 166168. Les offices détenus, les commissions exercées sont les principaux éléments pris en considération.

  • 69 La copie du brevet du Conseil d’État est jointe aux lettres d’honorariat : « Louis par la grâce de (...)
  • 70 À moins que le père de Michel III Le Lou n’ait payé la taxe du tiers denier, auquel cas (mais on n’ (...)

34Il arrive aussi que l’on tienne compte des services rendus par les parents. C’est le cas du maître Adrien de Crespy précédemment cité dont le père, Julien de Crespy, avait occupé la même fonction à la Chambre, ou encore du maître Sébastien Bidé qui voit pris en considération ses états de service comme maître et comme membre des conseils d’État et privé69 mais aussi ceux de son père pendant plus de quarante ans – il a été notamment contrôleur général des finances. Le cas de Michel III Le Lou, qui obtient des lettres d’honorariat, le 12 mai 1624 est original. En lui faisant cette faveur, le roi prend « en considération les longs et recommandables services que Michel et Yves, père et ayeul de Michel nous ont rendus dans l’exercice de la charge de maître], Michel étant décédé en l’exercice d’icelle et Yves, pourvu par résignation, ayant icelle exercé pendant vingt-neuf ans et Michel pourvu par résignation a exercé pendant vingt ans, charge dont il s’est dignement acquitté à notre contentement et du publicq mais d’autant qu’à raison de plusieurs maladies et incommodités qui lui sont naguères survenues, ne peut plus s’acquitter du service qu’il s’était proposé nous rendre en ladite charge, à cause de laquelle il a été contraint de résigner son office ». Dans la pratique, Michel III Le Lou n’a été maître que neuf ans : en lui délivrant des lettres d’honorariat, le roi récompense ainsi une famille qui l’a servi durablement en même temps qu’il tient compte, comme l’acte le suggère, de l’incapacité de Michel III Le Lou à exercer plus longtemps sa charge70.

  • 71 Pour les premiers présidents, c’est le cas de Jean Blanchard en 1634 ; pour les présidents, c’est l (...)

35Que l’initiative des lettres vienne du roi, des officiers ou de l’ensemble du personnel, la Chambre doit procéder à leur vérification. Celle-ci paraît le plus souvent une formalité même si quelques précisions sont parfois apportées par les gens des comptes. Elles peuvent concerner les modalités de participation des honoraires aux délibérations : quand le maître Nicolas de Rollée obtient ses lettres le 26 septembre 1651, la Chambre procède à la vérification « à la charge que si lui et son neveu sont du même avis, leurs voix ne seront comptées que pour une seule ». Les remarques faites lors des vérifications des lettres règlent le plus souvent des problèmes de préséance. La Chambre tient ainsi à préciser le lieu que les officiers honoraires doivent occuper au bureau quand ils viennent siéger. Pour les premiers présidents, la tradition veut qu’ils puissent prendre place au-dessus du doyen des maîtres alors que les présidents doivent s’asseoir en dessous71. L’institution veille aussi à déterminer le rang que les honoraires doivent tenir dans les cérémonies publiques : le 2 juin 1616, elle prononce ainsi un arrêt précisant que le maître Yves Le Lou, qui en a fait la demande, et les autres conseillers honoraires ne pourront précéder « l’ancien des maîtres actuellement servant soit au-dedans du bureau, soit dans les processions, ni dans les autres sessions publiques lorsque la Chambre marchera en corps ».

  • 72 Vérification du 30 mai 1634.
  • 73 Pour Escouflart, les réticences pourraient s’expliquer par le fait qu’il a acquis un office créé en (...)
  • 74 Il a prêté serment le 15 septembre 1625.

36La Chambre se laisse parfois aller à exprimer ses humeurs. Quand le trésorier de France Claude I Cornulier présente ses lettres d’honorariat obtenues le 17 février 1634 – elles lui reconnaissent entrée et voix délibérative au Bureau –, les gens des comptes procèdent à leur vérification « sans approuver la clause comme quoi il aurait toujours fait partie du corps de la Chambre et sans que ses successeurs puissent revendiquer le même droit72 ». On retrouve là une manifestation de la méfiance traditionnelle de l’institution à l’égard des membres du Bureau des finances. Plus difficiles à interpréter sont les réserves exprimées à l’égard de certains officiers. Les auditeurs Jean Escouflart et Joseph Geffrard, respectivement en février 1620 et en janvier 1700, voient la Chambre procéder à la vérification de leurs lettres sans qu’il leur soit pourtant reconnu le droit d’entrer à la Chambre : aucune raison n’est avancée pour justifier cette décision73. Le cas le plus original est celui du président Louis du Pont. Quand il a présenté une requête pour être reçu comme honoraire, le procureur général a émis un avis favorable en considérant qu’il avait été admis dans l’institution en 1606 comme avocat général, qu’il avait obtenu un brevet de conseiller aux conseils d’État et privé le 3 juin 162474 et qu’il avait siégé en tant que président pendant vingt ans (1623-1643). La Chambre lui a donné satisfaction le 11 mars 1641. Malgré la confirmation royale dès juin 1643, la vérification finale des gens des comptes n’est intervenue qu’en mai 1645. Ce délai peut s’expliquer par les problèmes rencontrés par Louis du Pont pour résigner sa charge mais aussi, semble-t-il, en raison du souhait formulé par le personnel de la Chambre que Du Pont continue à assumer sa fonction comme la citation mise en exergue à ce chapitre tendrait à le montrer. L’accès à l’honorariat pouvait donc être exceptionnellement retardé par les gens des comptes eux-mêmes qui voulaient éviter le départ d’un officier apprécié.

  • 75 Acte du 18 août 1634, ADLA, B 243.

37Au vu de tous ces éléments, on peut considérer que les lettres honoraires ont servi indubitablement à récompenser des officiers qui avaient longtemps et dignement servi, « au contentement du roi et du public » et qui n’avaient abandonné leur charge que du fait de leur âge ou de leur état de santé. L’idéal, tel qu’il est au moins proclamé, est que l’officier consacre toute sa vie au service du roi et les familles qui ont fourni des officiers sur plusieurs générations sont particulièrement distinguées. Cette vision est partagée par les souverains dont on a vu qu’ils ont su, à l’occasion, reconnaître la fidélité de certains de leurs serviteurs mais aussi par la Chambre, qui après les réticences exprimées à la fin du XVIe siècle, a admis la procédure et s’en est servie pour montrer l’estime en laquelle elle tenait certains de ses membres. Les officiers en poursuivant l’acquisition de lettres honoraires ont de leur côté manifesté un certain attachement à l’institution dans laquelle ils avaient siégé au moins vingt ans, tout en souhaitant conserver les privilèges qu’elle octroyait. Peu de temps après avoir obtenu ses lettres d’honorariat, l’ancien premier président Louis Harouys a ainsi fait significativement vérifier par la Chambre son exemption du paiement des droits de lods et ventes pour l’acquisition de la terre de La Touche-Aurays de Gabriel de Machecoul et de Renée d’Avaugour75. Cette analyse est confortée par le bilan chiffré des lettres honoraires délivrées.

  • 76 J’en ai ainsi rajouté trois qui sont signalées par Gaëtan d’Aviau de Ternay dans son Dictionnaire m (...)
  • 77 Parmi les défaillants, les situations semblent avoir été différentes. Ainsi Jean I Fourché n’a pas (...)
  • 78 Il en va de même pour les trésoriers de France, Claude I Cornulier ayant été le seul à faire enregi (...)
  • 79 Les différences relevées au XVIIIe siècle seraient ainsi la marque, au moins dans les catégories su (...)

38Dans les tableaux joints (cf. annexe VIII), j’ai mentionné toutes les lettres honoraires enregistrées à la Chambre des comptes à partir des années 1580, c’est-à-dire à partir du moment où le maître René Hachon a présenté les siennes. S’il est possible que quelques-unes aient échappé à mon attention76, il me semble pourtant que les chiffres obtenus donnent une image assez fidèle de la réalité. L’impression qui s’impose est que la majorité des officiers qui ont fait plus de vingt ans de carrière ont fait enregistrer leurs lettres et ce quel que soit le degré de la hiérarchie auxquels ils appartenaient. Chez les premiers présidents, seul Jean-Baptiste de Becdelièvre – mais c’est sous réserves – semble ne pas avoir pris cette précaution. Dans la catégorie des présidents, seuls René Ferron et René de Pontual manquent à l’appel. Pour les maîtres et les auditeurs, la règle qui prévaut également est que ceux qui ont fait au moins vingt ans deviennent honoraires77. Seule la catégorie des correcteurs se distinguerait par un faible taux d’enregistrement78. Ces résultats contrastent avec ceux auxquels est parvenu Jean Meyer pour le XVIIIe siècle : selon lui, très peu de présidents auraient fait enregistrer leurs lettres à cette période alors que les auditeurs auraient été, à l’inverse, plus soucieux de faire reconnaître leurs droits. Il explique cette différence par le statut juridique incertain de nombre d’auditeurs, qui les aurait conduits à faire preuve de prudence et à se doter de tous les documents susceptibles de conforter leur position. Cet argument ne semble pas avoir joué au siècle précédent, ou du moins pas de la même manière. Cela tendrait à faire penser que l’obtention des lettres honoraires consacrerait au XVIIe siècle un statut, une dignité avant de s’inscrire dans une stratégie familiale. Elle serait surtout la marque d’une appartenance « à vie » à un corps, la conservation des privilèges n’étant considérée que comme la conséquence logique de cette fidélité, le moyen aussi de soutenir son rang79.

• La titulature des officiers

  • 80 Robert Descimon, « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisie (...)
  • 81 Comme exemple breton, on peut citer celui de Jean, sire de Carné, chevalier de l’ordre du roi, baro (...)
  • 82 La titulature des présidents n’est pas précisée.
  • 83 L’appellation de noble homme distinguait une bourgeoisie des villes : quand elle était employée seu (...)
  • 84 Laurence Crocq, « Des titulatures à l’évaluation sociale des qualités. Hiérarchie et mobilité colle (...)

39Une confirmation de cela pourrait être fournie dans l’évolution qui se produit au XVIIe siècle de la titulature des officiers. Si l’on admet que sous l’Ancien Régime les hiérarchies sociales pouvaient se lire d’une certaine façon à travers les épithètes d’honneur et les avant-noms qui accompagnaient l’énonciation onomastique, on peut utiliser les avant-noms des officiers des comptes pour connaître leurs prétentions et voir aussi quel était le rang que leur reconnaissait le reste de la société. On sait que la titulature variait selon la condition sociale des individus80. Alors qu’un homme du peuple était désigné uniquement par son prénom et son nom, un grand seigneur avait droit à une titulature plus prestigieuse qui se décomposait en plusieurs parties : des épithètes d’honneur (haut et puissant seigneur), un avant-nom (exemple messire), le prénom et le nom, le nom d’ordre, le nom de la seigneurie, les titres d’office81. En travaillant à partir des sources notariales parisiennes, Laurence Crocq a montré que les appellations des gens des comptes ont évolué de la façon suivante : alors que les premiers présidents ont été qualifiés très tôt de « messires82 », pour les maîtres, on serait passé de l’appellation de « noble homme » à la fin du XVIe siècle83 à celle de « monsieur maître » à partir des années 1620. Puis à partir des années 1640, c’est l’appellation « messire » qui se serait progressivement imposée, la transition s’achevant dans les années 1660. Les catégories des auditeurs et des correcteurs auraient suivi cette évolution avec un décalage. Dans les années 1620, leurs membres sont désignés par « nobles hommes » ou « nobles hommes maîtres » ou « écuyers ». À partir des années 1640, on serait passé à « monsieur maître » ou « écuyer ». Ces deux appellations auraient coexisté avec celle de messire – qui apparaît dans les années 1670 – jusqu’au début du XVIIIe siècle84.

40Sans vouloir faire une analyse aussi fouillée que celle qui a été faite pour Paris ni chercher à mettre en évidence les nuances selon les périodes, ni surtout selon le type d’actes notariés, on peut restituer grossièrement l’évolution des titulatures qui s’est produite en Bretagne au XVIIe siècle. Ce développement se justifie d’autant plus que la Chambre s’est intéressée elle-même à cette question. Un document non daté conservé dans ses archives – il remonte probablement aux années 1740 – rapporte les éléments de l’enquête faite par le procureur général de La Tullaye pour servir au maître Jean-Jacques Talour de La Villenière en procès au présidial d’Angers avec un certain sieur Walch concernant son droit à porter le titre de messire. Afin de soutenir sa cause, le procureur fait un historique des principales titulatures employées en Bretagne depuis le Moyen Âge en prenant pour fil conducteur et pour modèle la noblesse d’épée. Selon lui, du XIVe au XVIe siècle, la qualité de messire était peu employée : les nobles d’extraction se qualifiaient de nobles hommes ou de nobles écuyers alors que les barons et les chevaliers prenaient la qualité de sires. Lors de la réformation de la coutume en 1539, les anciens barons auraient été appelés « nobles et puissants » ou « hauts et puissants » alors que les simples nobles étaient qualifiés de chevaliers, d’écuyers et de messires. En 1668, lors de la réformation de la noblesse, « tous les gentilshommes de Bretagne possédant des marquisats, des comtés, des baronnies et des châtellenies, les aînés dont les aïeuls auraient été honorés de ces titres, les descendants des gouverneurs et des lieutenants généraux de la province, des lieutenants généraux des armées du roi, des premiers présidents et les aînés des gentilshommes qui avaient produit trois partages consécutifs de succession directe avec la qualité de chevalier furent maintenus dans la qualité de chevaliers alors que celle d’écuyer qui est titre commun à tous les gentilshommes fut donnée aux cadets ». Selon le procureur, les gens des comptes auraient connu la même évolution que les nobles d’extraction : au XVIe siècle, ils se seraient fait tantôt appeler chevaliers, écuyers et messires et « quelques fois simplement nobles hommes ». En 1659, ils auraient pu s’intituler chevaliers et messires puisque l’édit de Louis XIV promulgué cette année-là leur aurait accordé les mêmes « droits, privilèges, immunités, rang, séances, prééminences » que les autres nobles de race de gentilhomme et barons. Si le nouvel édit de 1669 leur a enlevé la noblesse au premier degré, il les aurait néanmoins maintenus dans leurs anciens privilèges et notamment dans « la qualité de nobles et dans les titres qui appartiennent à gens nobles », ce qui leur aurait confirmé le droit de se faire appeler chevaliers, écuyers… et messires.

  • 85 La qualité de messire est attribuée aussi au sénéchal de Nantes au moins à partir des années 1630 : (...)
  • 86 Trajan de La Coussaye est qualifié de « messire Trajan de la Coussaye, seigneur de la Porte, consei (...)
  • 87 Avant son entrée à la Chambre, le futur auditeur Guillaume Madeleneau est qualifié de « noble homme (...)
  • 88 Noble homme Pierre de Monti, maître des comptes et damoiselle Marie Fyot, sa femme, référence du 22 (...)
  • 89 Mention de noble homme Victor Binet, sieur de Montifray, président de la Chambre des comptes, dans (...)
  • 90 C’est le cas de Trajan de La Coussaye en 1604, de Claude I Cornulier en 1610, ibid., 4 E 2/488.
  • 91 Mention de noble homme Claude Guischard, sieur de Bouteville, conseiller au présidial de Nantes, ac (...)
  • 92 Les huissiers, les procureurs sont qualifiés de maîtres comme les avocats.
  • 93 Les charges importantes des présidiaux vaudraient à leurs titulaires des titres plus prestigieux. D (...)
  • 94 Frédéric Saulnier, op. cit., t. II, p. 598.

41On ne connaît pas le jugement qui a été rendu en cette occasion ; même si cette affaire revêt un caractère un peu désuet et déplacé en plein siècle des Lumières, elle montre comment la noblesse de robe a cherché à construire son identité, au moins en Bretagne, en se calquant sur le modèle de la noblesse d’épée et en proclamant le caractère immuable de sa condition dont le titre de messire porté dès le XVIe siècle serait en quelque sorte l’expression. Si l’on se réfère aux actes dont on dispose, on constate pourtant que la titulature des gens des comptes a évolué à l’exception toutefois des premiers présidents85 et des membres du conseil d’État86 qui, dès le début du XVIIe siècle, sont qualifiés de messires. À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, les autres officiers prennent le plus souvent la qualité de nobles hommes qu’il s’agisse des auditeurs87, des maîtres88, des présidents89, voire des trésoriers de France90. Ils sont ainsi sur le même plan que les conseillers au présidial91, les trésoriers généraux, les trésoriers provinciaux des guerres92. Les épouses sont, quant à elles, qualifiées de damoiselles à l’instar de Claude Goureau, femme de noble homme François Grandamy. Quelques exceptions sont toutefois à relever : ainsi Jean Blanchard est qualifié de « noble homme monsieur maître » en 1612 quand il achète son office de procureur général à la Chambre à Pierre Bernard, ce qui pourrait faire référence à sa solide formation en droit93. De même, selon Frédéric Saulnier qui s’en étonne, le père du conseiller au parlement Michel II Le Lou (1607-1632) se faisait appeler « noble homme maître Michel I Le Lou (1572-1586), sieur du Breil et de La Haye94 ».

  • 95 Une évolution semblable se produit dans les sénéchaussées à la même période : on trouve ainsi menti (...)
  • 96 Ibid., 4 E 2/668.
  • 97 Il est lui-même qualifié de « monsieur maître ».
  • 98 ADLA, 4 E 2/672.
  • 99 S’il est effectivement mort en charge, Pierre II Davy avait acquis le droit de porter le titre d’éc (...)
  • 100 On trouve ainsi mention le 16 avril 1646 de dame Marquise de La Tullaye, veuve de « défunt messire (...)

42À partir des années 1620, on constate une évolution des appellations. Certains maîtres se font appeler « monsieurs maîtres95 ». Ils sont toutefois peu nombreux et l’épithète ne semble adoptée qu’à titre transitoire. Ainsi Pierre II Davy est qualifié le 26 avril 1625 de « monsieur maître » quand il sert d’intermédiaire dans la vente de l’office de « monsieur maître » Pierre de Kerboudel, écuyer, seigneur de la Courpéan, à Mathurin Boux, écuyer, sieur du Teil96. Quand sa veuve, Marie I Juchault, vend son office le 16 mai 1629 à Jean II Fourché97, il est appelé « monsieur maître Pierre Davy, écuyer, sieur du Chesnemorvan et de La Boutardière98 » ; quelques mois plus tard quand elle fonde un enfeu aux Cordeliers de Nantes, Davy est mentionné uniquement comme écuyer. En quelques années, l’évolution de la titulature révélerait ici l’ambition d’une famille de s’agréger à la noblesse99. Les maîtres, suivant en cela l’exemple des présidents et des procureurs généraux, prennent enfin l’épithète de « messire » à partir des années 1640100 : loin d’avoir été constamment pratiqué comme le soutenait le procureur général de la Chambre dans les années 1740, l’emploi de ce dernier terme est donc chronologiquement daté et s’est intensifié dans la période au cours de laquelle les cours souveraines ont cherché à obtenir la noblesse au premier degré.

  • 101 Mention d’écuyer Charles du Bouchet, auditeur le 4 janvier 1623.
  • 102 ADLA, E 2/147.
  • 103 Même si les notaires font preuve d’une certaine logique dans la distribution des épithètes, ils ont (...)
  • 104 On a un cas similaire avec René Le Brun : quand il vend son office à son fils François, il est qual (...)

43Pour les auditeurs et les correcteurs, l’épithète d’honneur « noble homme » est abandonnée progressivement au profit de la qualité d’« écuyer101 », non sans hésitation là aussi. Le 3 mars 1646, dans deux actes différents, Christophe Bretagne est qualifié d’écuyer et de noble homme102. René Marques se présente comme « René Marques, écuyer, secrétaire et auditeur » dans un acte du 11 février 1637 puis comme « noble homme René Marques, sieur de La Verye », le 11 avril 1646 et enfin comme « écuyer René Marques, sieur de la Verye, auditeur des comptes » le 7 janvier 1650103. On ne sait si ces variations sont dues à des distractions de notaires ou à des hésitations de l’officier lui-même sur son identité. Une certaine logique a fini pourtant par prévaloir comme l’attestent les ratures qui figurent sur certains actes notariés. Quand Philippe Guillermo achète l’office d’auditeur de Pierre II de Moayre le 17 décembre 1648, il se fait finalement appeler écuyer après que l’épithète noble homme eut été barré104.

  • 105 En dehors des exemples précédemment cités, je n’ai trouvé que le maître Jean II Fourché (1612-1646) (...)
  • 106 Mention de noble homme Audart Hux, conseiller au parlement lors de son mariage avec damoiselle Bonn (...)
  • 107 Mention le 9 décembre 1604 de damoiselle Renée Le Maire, dame du Plessis Guériff, veuve de défunt m (...)
  • 108 Mention dès le 5 mars 1609 de messire Mathurin Guischard, seigneur de Martigné, conseiller au parle (...)
  • 109 Ibid., B 227.
  • 110 Ibid., 4 E 2/1728.

44L’évolution des épithètes précédemment décrite correspond grosso modo à celle qui a été reconstituée pour les gens des comptes de Paris par Laurence Crocq avec toutefois un succès moindre pour les dénominations intermédiaires comme « monsieur maître105 » comme si la faible concurrence qui existait à Nantes sur le plan institutionnel avait freiné l’inflation des titulatures. Elle reflète aussi avec quelques années de décalage celle qui s’est produite pour les parlementaires rennais. Un rapide sondage dans les archives notariales nantaises et la consultation du précieux Dictionnaire de Frédéric Saulnier font apparaître qu’on est passé là aussi de l’épithète de « noble homme » à la fin du XVIe siècle106 à celle de « monsieur maître107 » – on la rencontre dès le début du XVIIe siècle – à celle de « messire108 ». La Chambre des comptes aurait sur ce point aussi cherché à imiter sa « grande rivale » sur la scène provinciale. Ce jeu sur les épithètes, qui n’est pas totalement vain, permet de saisir la dimension honorifique de l’achat d’une charge à la Chambre de comptes et de comprendre la coupure qui se produisait entre les officiers et le reste des élites urbaines. Si l’on prend l’exemple de l’avocat général Jérôme Jan, on constate que lorsqu’il est institué dans sa charge le 15 janvier 1628, il se fait appeler noble homme109 ; le 12 février 1629, il se présente comme Jérôme Jan, écuyer, sieur de La Haye, avocat général110. En une année, il avait donc changé de « rang » sur le plan social ; c’est sans doute ce pas franchi, inscrit dans la titulature, qui incitait les officiers, quand ils quittaient l’institution, à faire enregistrer leurs lettres d’honorariat.

  • 111 Ibid., 4 E 2/1434. Parmi d’autres exemples, on peut citer ceux de René Ferron, écuyer, sieur de La (...)
  • 112 Ibid., B 221.
  • 113 Robert Descimon, « Un langage de la dignité… », art. cit., p. 96.
  • 114 La portée de cet argument peut être nuancée toutefois par le fait que les gens des comptes – à tout (...)
  • 115 ADLA, 4 E 2/1427. Selon Gaëtan d’Aviau de Ternay, la famille Constantin était noble d’ancienne extr (...)
  • 116 Ibid., 4 E 2/189.

45Tant pour les maîtres que pour les auditeurs, l’évolution ainsi reconstituée ne vaut pourtant que pour les officiers qui n’appartenaient pas à la noblesse terrienne. Quand ils en étaient membres, ils le notifiaient clairement en faisant suivre leur nom du terme d’écuyer. En avril 1626, Louis Miron, « écuyer », seigneur du Breil et de L’Hermitage, conseiller du roi et maître d’hôtel ordinaire et maître à la Chambre vend son office à « noble homme » René du Verger, sieur du Boislebaud, avocat au parlement de Bretagne111. Mathurin Boux se fait appeler également écuyer quand il devient maître en 1625 : parmi les témoins qui déposent pour lui lors de son information de vie et mœurs – tous revendiquent la qualité d’écuyer –, l’un d’eux, le conseiller au présidial François Paris, dit « qu’il le connaît pour être d’extraction noble du pays de Poitou et des meilleures du pays et posséder maisons et fiefs qualifiez et relevez112 », afin de mieux soutenir ses prétentions. Comme l’a fait remarquer Robert Descimon pour les gens des comptes de Paris – c’est une différence avec les parlementaires –, ceux de Bretagne ne cumulent jamais les épithètes d’honneur et les titres nobiliaires ; quand ils affichent leur appartenance à la noblesse terrienne, ils abandonnent celle de nobles hommes. À l’explication qu’il fournit, à savoir que les gens des comptes ne « revendiquaient en tant que tels aucune prétention à la noblesse113 » car ils n’avaient que des tâches financières à accomplir et qu’ils n’égalaient donc pas en dignité les parlementaires qui pouvaient être amenés à juger des nobles114, on pourrait ajouter le fait qu’en Bretagne la plupart d’entre eux n’étaient pas gradués et qu’ils étaient donc dans une position inférieure par rapport aux autres magistrats. Les seuls contre-exemples que l’on pourrait présenter sont ceux précédemment cités de Pierre II Davy et de Pierre de Kerboudel qui utilisent tous les deux l’épithète « monsieur maître » et qui font suivre leur nom du terme écuyer. Du fait que cette formulation n’a pas été reprise par d’autres officiers, il faut sans doute y voir plus une « expérimentation », sans lendemain, de la part d’individus soucieux d’affirmer leur rang ou plus simplement une erreur. Une confirmation de cette hypothèse serait apportée par le cas des auditeurs qui ont fait précéder leur nom de l’épithète de messire. Ils ne seraient qu’au nombre de deux. Il s’agit de Gabriel Constantin qui se fait appeler messire G. C., seigneur de Varaine, correcteur le 2 avril 1659115 et de l’auditeur Claude Boux qui se présente comme messire Claude Boux, seigneur de La Gaudinière, auditeur et secrétaire, quand il délaisse son office à son fils François II Boux le 18 novembre 1665116. Tous deux appartenaient à des familles incontestablement nobles et l’on peut penser qu’en choisissant l’épithète de messire, ils ont tenu à marquer leur différence par rapport aux autres auditeurs qui s’attribuaient alors le titre d’écuyers. Dans leur cas, l’épithète d’honneur a, en quelque sorte, effacé le titre de noblesse pour mieux mettre en valeur l’excellence des lignages dont ils étaient issus.

46Même si l’inflation des termes « écuyer » et « messire » tendait à entretenir une certaine confusion dont savaient jouer certains officiers, des différences continuaient à jouer au sein de l’institution. La noblesse qu’elle conférait n’était que personnelle et pour intégrer durablement le second ordre, il fallait siéger sur deux générations, selon le principe que l’on ne devenait noble qu’avec le temps.

Siéger à la Chambre pour s’anoblir

47Quand on s’intéresse aux officiers qui ont siégé sur deux générations, on constate (en prenant en compte les trésoriers de France) que l’on trouve 141 binômes père-fils à la Chambre de 1547 à 1715. Quatre-vingt-huit concernent des successions sur une même charge, cinquante-trois sur une charge différente. Le nombre d’anoblissements potentiels est moindre puisque certaines familles, comme on l’a vu précédemment, se sont perpétuées sur trois générations. Si on les enlève, on obtient 129 binômes dont il faut ensuite décompter les familles qui étaient déjà nobles. Certaines l’étaient depuis le XVe siècle, voire avant (dix-neuf). Chez les présidents, on trouve ainsi les de Kermenguy, les de Cornulier les Blanchard, les de Pontual dont des membres ont comparu aux réformations et aux montres dans l’évêché de Saint-Malo au XVe siècle, voire les Huteau ; chez les procureurs généraux, c’était le cas des Francheville dont les ancêtres, d’origine écossaise ( ?), avaient obtenu des lettres de naturalisation et d’anoblissement du duc François II en 1477. Des familles de maîtres sont également dans ce cas comme les de Monti qui descendaient d’une famille de la noblesse florentine, les de Saint-Pern, les Boux voire les Godet qui ont réussi à se faire reconnaître comme nobles d’extraction sur sept générations par arrêt de la Chambre de réformation du 30 juillet 1670, les Le Gouvello qui ont bénéficié d’un rétablissement de noblesse au XVIIe siècle ; ce cas de figure est plus exceptionnel chez les auditeurs où, si l’on excepte les de La Tullaye dont on retrouve des représentants dans toutes les catégories et les Boux, on ne relève comme lignages anciens à s’être perpétués sur deux générations que les de Bruc voire les Trégouët. Un plus grand nombre d’individus appartenaient à des familles plus récemment anoblies. On y trouve des fils de secrétaires en chancellerie comme le président Jean Grout ou le maître François II de La Pierre mais surtout des officiers qui avaient exercé des charges municipales ou qui étaient les descendants de maires ou d’échevins. Parmi les Angevins, c’est le cas des maîtres Crespy, des auditeurs Berthelot et Davy. À Nantes, entrent dans cette catégorie les membres de la famille Le Lou, dont le premier représentant à la Chambre – le maître Michel I Le Lou (1572-1586) –, était sous-maire de la ville au moment de la Saint-Barthélemy, les Fourché avec Jean I Fourché qui fut maire dans le Nantes ligueur, les Langlois, les Symon (Alexandre père et fils), et parmi les auditeurs les Juchault, les Adam, les Bedeau et les Guyton. Dans ces deux derniers cas, tous les membres de la famille présents à la Chambre étaient respectivement héritiers d’un échevin – le médecin Pierre I Bedeau (1613-1616), le procureur au présidial, Jacques I Guyton (1631) – qui avaient contribué à l’anoblissement de l’ensemble de leur famille.

  • 117 Guy I Le Meneust voit reconnaître plus particulièrement les services qu’il a rendus à l’exécution d (...)

48Parmi les anoblis figurent enfin les officiers qui ont bénéficié de lettres royales. Trois cas peuvent être cités. Les deux premiers relèvent d’anoblissements au mérite : ils concernent l’auditeur Guillaume Le Meneust qui est anobli en 1578 en compagnie de son fils aîné Guy I Le Meneust pour les services que celui-ci a rendus en tant que procureur général de Catherine de Médicis en Bretagne117 et le maître Guy Renouard en 1607. Celui-ci voit reconnaître le zèle avec lequel lui et son père ont exercé la charge de notaires et secrétaires à la chancellerie de Bretagne et la fidélité dont il a fait preuve à l’égard du roi lors du soulèvement du duc de Mercœur au cours duquel il se serait, dit l’acte, « des premiers généreusement opposé aux dessains de nos ennemis et rebelles et par sa prudance et vigilance destourné les entreprises qu’ils avaient sur les villes de Vitré et La Guerche » puis aurait servi les lieutenants généraux… « en ce qui est des armées et des affaires de la guerre mais aussi des finances et autres charges à luy commises ». Le dernier cas est celui du maître Jean I Salomon que l’on a évoqué précédemment et qui a été anobli en 1657.

  • 118 C’est en fait son épouse, Catherine Paulus, qui a fait la résignation du fait de la démence de Pier (...)

49Si on déduit tous ceux qui étaient déjà nobles pour déterminer le nombre de ceux qui ont pu bénéficier d’un anoblissement graduel grâce à la Chambre, on obtient seize binômes pères-fils sur une charge de maître, vingt-cinq binômes père-fils sur une charge d’auditeur, trente-trois binômes sur des charges différentes, soit en tout soixante-quatorze, ce qui rapporté en familles – mais cela ne veut pas dire grand-chose – en ferait soixante-trois. La stratégie d’un certain nombre de pères a été en effet de pourvoir plusieurs de leurs fils d’un office, en transmettant le leur à l’aîné et en achetant un autre pour le cadet. C’est le cas des de Moayre, des Le Mercier, des Lavau, des Luzeau, des Macé de La Morandais. À titre d’exemple, on peut prendre ce dernier cas. Après avoir été maître de 1682 à 1717, Pierre Macé118 résigne en faveur de son fils Joseph Macé qui décède en 1724 ; la succession est alors reprise par son frère Bernard-Hyppolite Macé qui siège jusqu’à sa mort en 1759. Il accomplit une partie de sa carrière avec son deuxième frère François-Maurille Macé qui est présent à la Chambre de 1737 à 1768. Par ce procédé, ce sont potentiellement trois branches de cette famille qui ont pu être anoblies par la Chambre.

  • 119 Cf. information de vie et de mœurs en annexe VI. René Rousseau qui avait commencé sa carrière au te (...)
  • 120 Après son décès, elle s’est remariée avec le conseiller au parlement Maurille Deslandes puis avec l (...)

50Si l’on prend en considération la hiérarchie de la Chambre, on constate que l’anoblissement graduel n’a quasiment pas été utilisé par les catégories supérieures. Le seul cas est celui des Rousseau. Le père, René Rousseau, a été procureur général de 1619 à 1638 et son fils, Joseph Rousseau, a été successivement maître (1661-1673), trésorier de France (1673-1688) et enfin président (1679-1706). Une telle promotion à ce niveau s’explique sans doute par les talents d’avocat de René119 et surtout par de bons choix matrimoniaux : René a épousé en deuxièmes noces Prudence Marie Le Lou120, fille du traitant Pierre Le Lou – ce qui révèle qu’il était sans doute en relation avec le monde financier « breton » de la première moitié du XVIIe siècle – alors que son fils a épousé successivement Françoise Boux, fille du maître Mathurin Boux, Marie-Lucresse-Charette, fille de Jean Charette, sénéchal au présidial et enfin Catherine Symon, veuve du président Jacques III Huteau.

51La catégorie des maîtres a été plus concernée par ce phénomène. Aux seize binômes père-fils mentionnés précédemment, il faut en effet rajouter les successions qui se sont faites sur des charges différentes. Sur les trente-trois que l’on a recensés, neuf concernent des maîtres : six fils ont acquis un office équivalent à celui de leur père, un est devenu maître puis président – François-Georges Bouin. Plus surprenants sont les deux cas où le fils a obtenu un office moins prestigieux que le père, l’un devenant auditeur et l’autre correcteur. Cette anomalie s’explique facilement quand on examine les situations des familles concernées qui étaient toutes deux angevines. La première est celle des Gautier : Jean I Gautier, le père, est entré à la Chambre en 1572 en mettant à profit les nombreuses créations qui ont été opérées cette année-là ; il est décédé brutalement en 1596 sans avoir eu le temps de résigner sa charge qui a été acquise par Joseph de La Marqueraye. Cette déconvenue – dont les effets ont été atténués par le fait que La Marqueraye a épousé Catherine Gautier, fille de Jean – explique que le fils, Jean II Gautier (il était né en 1587), n’ait pu lui succéder et qu’il ait dû se contenter d’un office d’auditeur en 1611. Le deuxième exemple est plus original encore et concerne les Martineau : Charles Martineau, le père, a été maître de 1599 à 1632 et ce n’est qu’en 1693, en bénéficiant des créations d’offices de l’année précédente, que son fils Guillaume Martineau, après une longue carrière de conseiller au présidial d’Angers, a acquis une charge de correcteur. Il était alors âgé de 80 ans et a voulu sans doute, en cette période tout à la fois d’obsession et de clarification nobiliaires, compléter l’intégration de sa famille au second ordre.

  • 121 Les gens des comptes ont ordonné au maître Philippe I Varice de faire un procès-verbal d’après les (...)

52Si l’on combine successions directes et indirectes, on aurait donc au total vingt-cinq anoblissements potentiels par des charges de maîtres. Deux ont pris « naissance » sous le règne d’Henri II. Il s’agit de celui des Chaurais – sur lesquels on est peu informés et peut-être étaient-ils déjà nobles avant d’entrer à la Chambre – et celui des Sorée. Ceux-ci n’ont pas respecté strictement les règles de l’anoblissement graduel puisque Jean Sorée, le père, après avoir été brièvement payeur des gens des comptes, a été maître de 1555 à sa mort en 1577 et que son fils Philippe Sorée a d’abord été auditeur de 1573 à 1579 puis maître de 1580 à 1588, date à laquelle il a résigné en faveur de son beau-frère Julien Millon. Il n’a donc pas accompli les vingt années nécessaires. Cela n’a pas empêché son fils, François Sorée, de présenter une requête à la Chambre le 19 septembre 1634 où il a soutenu « que son père ayeul aurait exercé une longue espace de temps l’estat et office de conseiller du roi et maître ordinaire de ses comptes en Bretagne, duquel office après le décès dudit Jean, défunt noble homme Philippe Sorée, père dudit suppliant aurait été pourvu et iceluy exercé vingt-cinq ans et plus », et a protesté contre le fait que bien qu’il se soit « toujours maintenu dans la qualité de noble qui lui a été acquise par ses prédécesseurs dans l’exercice qu’ils ont fait par une si longue espace de temps dudit office de conseiller et maître, néanmoins quelques ennemis qu’il a le veulent employer comme contribuable aux tailles qui se lèvent en France ». Il a demandé en conséquence aux gens des comptes de lui délivrer un papier attestant les services accomplis par son père et son grand-père. On ne sait pas quelle est la réponse qui lui a été apportée121. C’est en tout cas la seule fois où j’ai trouvé dans les archives de la Chambre un exemple d’héritier sollicitant la confirmation d’un anoblissement graduel grâce au service rendu par ses aïeux. Le fait que François Sorée ait ressenti le besoin de faire une telle démarche en ces années 1630 qui voyaient une hausse de la taille – ce qui redonnait de l’intérêt au privilège de l’exemption fiscale –, le fait aussi qu’il ait été contraint de déformer quelque peu la réalité pour soutenir ses prétentions révèlent qu’il était issu d’une famille dont le premier objectif en venant à la Chambre n’avait pas été de s’anoblir.

  • 122 Avec les Barbère, les Boutin, les Le Moyne, les Ménardeau, les Sorée, les Gautier, les Charton, les (...)
  • 123 Avec notamment les Lair, les Bernard, les Poullain de la Grée, les Garsanlan…

53Les familles de maîtres qui ont rempli les conditions de l’anoblissement se répartissent en fait selon deux temps forts : le premier se développe à partir de la reconstitution de la Chambre en 1567 et se prolonge jusqu’au début du XVIIe siècle122 ; le second se produit à partir des années 1670 et se poursuit jusque dans la première moitié du XVIIIe siècle123. La première moitié du XVIIe siècle aurait été en revanche moins propice avec seulement deux cas : les Artault et les Jousselin. Ce rythme coïncide avec celui des prix : on peut en conclure que le niveau relativement bas de ceux-ci au XVIe siècle puis leur baisse après 1660 auraient favorisé la venue d’individus en quête du privilège de l’anoblissement – ou de consolidation de leur noblesse – alors que leur hausse à partir des années 1620 aurait favorisé l’arrivée de familles guidées surtout par la recherche d’un bon investissement financier.

54Si on s’intéresse maintenant à la catégorie des auditeurs, il faut tout d’abord dire qu’elle a été – et on pourrait dire sans surprise – la plus sensible au processus de l’anoblissement graduel. Aux vingt-cinq successions père-fils indiquées ci-dessus, il faut rajouter vingt-trois successions qui se sont accomplies sur des charges différentes : treize officiers ont repris une charge équivalente à celle de leur père en tant qu’auditeurs ou correcteurs, sept ont été promus maîtres, deux ont accédé à la charge de trésorier de France – il s’agit des Bouchaud – alors qu’un – Pierre Le Meneust – est devenu président. On obtient ainsi quarante-huit anoblissements potentiels à partir d’une charge d’auditeur. La distribution dans le temps est moins contrastée que pour les maîtres : le mouvement a commencé à la fin du XVIe siècle, s’est poursuivi dans la première moitié du XVIIe siècle et a connu son moment de plus forte intensité à partir des années 1670.

Tableau 82. – Nobles, roturiers et dynasties à la Chambre de comptes de Bretagne à quelques dates significatives.

Tableau 82. – Nobles, roturiers et dynasties à la Chambre de comptes de Bretagne à quelques dates significatives.
  • 124 En dehors des dates habituelles, j’y ai rajouté celle de 1659 parce qu’elle correspond à l’année d’ (...)
  • 125 C’est au cours de la période 1630-1660 que sont arrivés, parfois pour peu de temps, des représentan (...)

55Pour avoir une idée de la part des individus qui ont intégré la Chambre afin de s’anoblir, j’ai fait figurer dans le tableau 82 pour six dates significatives124 le nombre de nobles, avec le type de noblesse, le nombre de roturiers ainsi que celui des « dynasties » (le terme désigne ici les familles qui se sont perpétuées sur au moins deux générations). On constate que les rangs supérieurs – présidents, procureurs généraux – se recrutaient très majoritairement dans la noblesse. Les périodes de créations d’offices dans la deuxième moitié du XVIe siècle et à la fin du règne de Louis XIV ont permis de diversifier quelque peu les profils en faisant place aux anoblis par charge, par échevinage et surtout en fin de période, par la chancellerie de Bretagne. L’évolution est un peu la même pour les maîtres. Là aussi, il y a toujours eu une majorité de nobles. Leur recrutement s’est toutefois modifié quelque peu : les nobles d’extraction sont les plus nombreux en 1635 puis leurs effectifs baissent125. La Chambre reçoit parallèlement de plus en plus d’anoblis par les échevinats et au début du XVIIIe siècle par la chancellerie de Bretagne.

  • 126 À la fin du XVIe siècle, les de Bruc se sont succédé sur deux générations à la Chambre. Par la suit (...)

56Pour les auditeurs, la part d’incertitude est plus grande surtout en début de période. On remarque toutefois que jusque dans les années 1660-1670, cette catégorie accueille toujours un nombre non négligeable de membres du second ordre, qu’ils soient issus de la noblesse terrienne126 ou des échevinages. Le recul de la part des nobles est net en 1715 ; à cette date, la catégorie des auditeurs est composée presque exclusivement de roturiers, détenteurs d’une noblesse personnelle. Ce changement est à mettre en relation avec l’évolution du nombre d’officiers appartenant à des dynasties. Si on compare les catégories des maîtres et des auditeurs, on constate que pour la première, ce nombre est demeuré longtemps relativement stable et ce n’est qu’en fin de période qu’il a connu une hausse, imputable en partie mais pas totalement, aux créations d’offices des années 1690-1700. Ce n’est qu’en 1572 et en 1598 que les officiers susceptibles d’être anoblis par la Chambre ont été les plus nombreux. En 1636, 1659, 1676 et encore en 1715 – même si l’on pressent qu’à cette date la donne est en train de se modifier –, ils sont déjà nobles. La différence est nette avec les auditeurs pour qui le nombre d’officiers membres de dynasties est en constante augmentation ; à l’exception de 1572 où individus déjà nobles et non nobles font jeu égal, la perpétuation des officiers s’explique surtout par la volonté d’intégrer le second ordre. La situation est nette en 1715, date à laquelle les individus appartenant aux deux « dynasties » nobles du fait de l’échevinage font pâle figure à côté des vingt-deux officiers engagés dans un processus d’anoblissement. Pour cette catégorie, la Chambre des comptes est alors pleinement devenue une « machine à anoblir » que l’on quitte une fois ses objectifs atteints, ce qui explique le mouvement de noria que l’on y observe.

  • 127 Les officiers qui se maintiennent sur deux à trois générations ne se distinguent le plus souvent pa (...)
  • 128 Robert Descimon, « Chercher de nouvelles voies… », art. cit., p. 18.

57Les remarques précédentes confirment l’opposition déjà rencontrée entre des catégories supérieures et les auditeurs-correcteurs. Pour les premières qui étaient déjà en grande partie nobles, l’office a sans doute été tout à la fois un moyen de servir le roi, une occasion de réaliser un bon investissement financier tout en obtenant des privilèges intéressants, une occasion aussi de renforcer son intégration au second ordre quand on était issu de la noblesse de cloche, que l’on avait eu recours à la savonnette à vilains des chancelleries ou quand on avait bénéficié d’une lettre d’anoblissement127. En paraphrasant Robert Descimon qui écrit à propos des parlementaires que « la conquête de la noblesse passa souvent [pour eux] par un processus cumulatif où s’acquéraient successivement dans le désordre fief de dignité, office anoblissant et lettres de noblesse, sans doute pour consolider les positions fraîchement acquises face “au fait du prince”128 », on pourrait dire que pour les familles dont étaient issus les maîtres des comptes, l’intégration au second ordre passa au XVIIe siècle par l’exercice de responsabilités municipales, l’obtention de lettres ou l’achat de charges de chancellerie et l’acquisition d’un office anoblissant aux comptes.

  • 129 Il était âgé de 43 ans en 1721 ; il était jusque-là procureur fiscal de la baronnie de Châteaubrian (...)

58Pour les auditeurs et correcteurs en revanche, la Chambre se serait imposée avec le temps, surtout avec la perte d’intérêt des charges d’échevin, comme le principal moyen pour devenir noble. Cela a amené des familles à conclure des ententes dont on devine l’existence quand on observe certaines transmissions d’offices. C’est patent chez les Fresneau : René Fresneau est auditeur de 1695 à 1720, date à laquelle il résigne en faveur de François-Eugène de Nort qui siège vingt ans et est ainsi anobli grâce à la Chambre puisque son père a été lui aussi auditeur. En 1740, François-Eugène de Nort cède sa charge au fils de René II Fresneau, Pierre Fresneau, qui décède au bout de huit ans (1740-1748) et remplit aussi les conditions de l’anoblissement a patre et avo consulibus. L’échange de bons procédés aurait permis ici l’anoblissement de deux familles. Le cas des Mabille est plus complexe. Claude Mabille siège de 1705 jusqu’à sa mort en 1721. Son office est alors récupéré par Charles-François Normand qui meurt au bout de deux ans en 1723129. Lui succède François Briand qui fait ses vingt ans et revend la charge à… Étienne Mabille, fils de Claude, qui avait alors 34 ans. La circulation de la charge n’a abouti ici au final qu’à l’anoblissement d’un lignage mais c’est sans doute en raison de l’absence d’héritiers chez les Normand et les Briand. Le second a eu des filles alors que le premier avait des enfants trop jeunes pour lui succéder quand il est décédé. Le seul fils qu’il a laissé a d’ailleurs montré peu d’intérêt pour les comptes, puisqu’il serait, si l’on en croit les généalogistes, devenu poète. Il serait tentant à partir de ces exemples d’envisager l’existence de groupes de familles soudées par la même ambition d’intégrer, grâce à la Chambre, le second ordre et mettant en œuvre une stratégie pour y parvenir. Pour les mettre en évidence, il faudrait étudier de façon méthodique les alliances contractées, suivre la circulation des offices et examiner aussi avec attention les modalités de leur financement. L’analyse des traités montrerait sans doute que nombre de titulaires n’étaient en fait que des locataires de leur charge sur laquelle les anciens propriétaires conservaient des droits qu’ils pouvaient faire valoir en cas de difficulté ou quand il leur fallait pourvoir un enfant d’un état afin de consolider leur position sociale. Détenteurs des charges et « hommes de paille » se retrouvaient dans ces accords qui leur permettaient soit de devenir pleinement nobles, soit d’obtenir à tout le moins une noblesse personnelle.

  • 130 Pierre, maître de 1705 à 1718 et Pierre-Marc de 1718 à 1748.

59Même si cette idée d’une Chambre en tant que machine à anoblir bien huilée est séduisante, il ne faut toutefois pas la réduire à cela. Des dynasties n’aboutissent pas à un anoblissement en l’absence de volonté de certains héritiers de mener le processus jusqu’à son terme. C’est le cas chez les auditeurs des Cassard et des Valeilles. Pour les premiers, Denis Cassard, le père, remplit les conditions puisqu’il siège de 1616 à sa mort en 1645. Son fils Jacques Cassard prend le relais mais, sans que l’on sache vraiment pourquoi, il cède la charge au bout de six ans d’exercice en 1651. Le cas des Valeilles, une famille originaire de Château-Gontier, est comparable. François Valeilles achète un office d’auditeur à l’âge avancé de 39 ans en 1672 et le conserve jusqu’à sa mort survenue dix ans plus tard en 1682. Son fils Barthélemy Valeilles – il a alors 24 ans – lui succède puis se retire au bout de douze ans d’exercice sans que l’on en sache là non plus la cause. D’autres ambitions échouent faute d’héritiers mâles. Si l’on reprend l’exemple des Macé, cité précédemment, on constate qu’aucun des trois fils de Pierre Macé, maître de 1682 à 1717, à savoir François-Maurille Macé, Joseph Macé et Bernard-Hippolyte Macé, n’a eu d’enfant. Dans d’autres familles, le représentant de la « deuxième génération » est resté célibataire, dissipant ainsi les « rêves familiaux ». C’est le cas pour les maîtres chez les Salomon, les Artault, les Garsanlan130 et pour les auditeurs et correcteurs chez les Bocan, les Martin, les Couradin… Si on enlève tous ces cas, le nombre de familles anoblies par la Chambre aux XVIe-XVIIe siècles serait notablement réduit, sans qu’il soit possible d’avancer un chiffre d’autant que l’on dispose de peu d’informations sur certaines de celles qui ont rempli les conditions de l’anoblissement au XVIe siècle – les Coutel, Charton, Cosson… – et que d’autres se sont éteintes avant la réformation des années 1660.

  • 131 Il s’agit de Bonaventure Le Lou, écuyer, sieur de La Gabinaye, fils unique de Michel III Le Lou et (...)
  • 132 Elle souligne son antériorité par rapport au parlement de Rennes.

60Celles qui sont parvenues à leurs objectifs n’ont pas tardé à afficher leurs prétentions tout en devant souvent « batailler » pour faire reconnaître leur nouveau statut. Dans le cas de la famille Le Lou, c’est Suzanne de Crocelay, la veuve du maître Michel III Le Lou (1615-1624) – il s’agit de sa troisième épouse – qui a intenté un procès devant le parlement de Paris pour que le principe du partage noble soit appliqué à la succession de son mari et qu’elle puisse en conséquence obtenir, conformément à la donation qu’il lui avait faite lors de son contrat de mariage en 1644, le tiers des deux tiers de ses biens. Pour faire valoir ses droits face aux autres héritiers131, elle a rappelé les trois générations des Le Lou qui s’étaient succédé et a affirmé que les maîtres étaient incontestablement nobles d’autant que la Chambre était une compagnie souveraine ancienne132 qui bénéficiait de tous les privilèges de celle de Paris suivant les lettres de confirmation qui lui avaient été délivrées le 6 avril 1626 et enregistrées au parlement de Rennes le 3 septembre suivant. Son avocat a intégré cette argumentation dans un plaidoyer en faveur de la noblesse de robe soutenant, dans une perspective humaniste, que si « aux premiers temps seule l’épée anoblissait, c’est parce que les premiers rois étaient des conquérants et des guerriers et que les Français pouvaient tenir encore de la barbarie de leur origine, c’est-à-dire des peuples septentrionaux de ce temps-là qui ne reconnaissaient presque d’autre loi que celle des armes ». Par la suite, « les mœurs avaient heureusement changé et se sont adonnez par l’application aux sciences et sont autant et plus civilisez que celles d’aucunes nations de la terre », en conséquence de quoi tous les officiers de cour souveraine avaient acquis la noblesse transmissible, à la différence de ceux qui avaient obtenu la leur par argent et qui avaient besoin de cent ans pour qu’elle soit effective. On ne sait si c’est cette rhétorique qui a séduit les parlementaires parisiens ; ils ont donné en tout cas raison à Suzanne de Crocelay par un jugement rendu le 22 mai 1660 et que les gens des comptes se sont empressés de recopier dans leurs registres.

  • 133 Il a été en fait simplement déclaré noble par la Chambre de réformation le 15 février 1669.
  • 134 L’acte est vérifié par la Chambre le 4 mars 1672.

61Pour d’autres, la noblesse acquise a conduit à un changement de nom. Il en va ainsi de l’ancien maître Pierre III Davy (1644-1664) qui a obtenu en 1671 – il est alors honoraire – le droit d’ajouter à son nom celui de l’une de ses terres et de s’appeler désormais Boisdavid : en lui accordant cette faveur, Louis XIV a reconnu, pour reprendre les termes de l’acte, qu’il avait l’avantage d’être « gentilhomme d’ancienne extraction133 et de sa maison très affectionnée tant à notre service que aux roys nos prédécesseurs tant au fait de la guerre que dans la charge de maître des comptes qu’ils ont exercée avec beaucoup d’intégrité depuis cent vingt ans » ; il a pris aussi en compte « le désavantage que le nom de Davy qu’il porte en surnom luy est commun avec quantité de paisans et autres gens de condition commune, notamment dans le pais de sa résidence, communauté de Nantes, qui lui tourne à quelque confusion134 ». Par cet acte, Pierre III Davy a ainsi achevé son intégration à la noblesse terrienne.

  • 135 L’acte est du mois d’octobre 1683.

62D’autres enfin comme le maître René de Lohéac (1674-1688), ont obtenu de pouvoir de rajouter une particule à leur nom135. Lohéac a fait valoir tout d’abord que le surnom primitif et ancien de sa famille était Delphéac, que « son père et ses plus proches ascendants auraient négligé de conserver en son entier et que lui-même avait fait pareil, signant seulement Lohéac dans les actes sous seing privé et par devant notaires avant que d’estre pourvu et reçu dans la charge ; il a prétendu ensuite être issu de noble et ancienne famille ayant dans la robe et l’espée nombre de parents et alliés » et rappelé enfin qu’il avait donné au roi « les marques de sa grande capacité et de son affection singulière », entre autres à la réformation des domaines de Quimper, Saint-Renan, Brest et Lesneven. Il a enfin mis le roi devant le fait accompli en précisant qu’il avait déjà ajouté le « de » à tous les jugements qu’il avait prononcés concernant le domaine et que s’il ne lui était pas donné satisfaction, ils risquaient d’être annulés. Par les arguments invoqués qui font référence tout à la fois à une tradition qui aurait été interrompue, aux alliances nouées et aux services rendus, on assiste en quelque sorte à une opération de rétablissement ou de réintégration dans la noblesse de l’officier concerné, grâce une nouvelle fois à la carrière menée à la Chambre. Le cas est d’autant plus intéressant qu’à la différence de Pierre III Davy, René de Lohéac a été le seul représentant de sa famille à siéger à Nantes. Pour lui le passage à la Chambre a constitué plus un moyen d’afficher un statut qu’un marchepied pour en conquérir un, comme pour les Davy. Dans les deux cas cependant, la carrière a permis aux intéressés de marquer une frontière non seulement par rapport aux gens du commun, mais aussi de se distinguer par rapport à une grande part des élites urbaines et de se rapprocher des gens du parlement.

Gens des comptes et gens du parlement

  • 136 Yves Durand, op. cit., p. 210.

63Dans L’ordre du monde…, Yves Durand, écrit que « les compagnies d’officiers se hiérarchisaient suivant quelques critères simples : la possibilité d’anoblir leurs membres en une ou plusieurs générations, le taux de nobles à l’entrée dans le corps, l’existence de dynasties familiales illustrant la cour… le fait de constituer une voie de passage vers des destins prestigieux – intendances, ambassades, conseil d’État – ou de n’être que des fins de carrière. À Paris, aux deux extrêmes, on trouvait le Parlement et la Cour des monnaies. Cette dernière n’était socialement, au XVIIIe siècle, qu’une fabrique à anoblir des officiers de statut moyen venus d’Île-de-France, sans illustration, sans débouchés glorieux, sans pouvoir politique136 ». Si l’on applique, ce raisonnement au cas de la Bretagne, il est incontestable que la Chambre des comptes, même si elle peut se prévaloir d’une plus grande ancienneté que sa rivale rennaise et si elle est née comme elle d’un démembrement du conseil ducal, n’avait, on l’a vu, pas la même juridiction qu’elle ni la même influence sur la vie provinciale tant sur le plan administratif que politique. Les Nantais l’ont d’ailleurs bien compris dès la fin des années 1550 comme l’ont montré les efforts qu’ils ont entrepris pour conserver le parlement dans leurs murs. René Choppin, l’avocat qu’ils ont engagé pour défendre leur cause, a exposé en la circonstance leurs arguments avec clarté :

  • 137 Hyacinthe de Fourmont, op. cit., p. 82-83.

« Et pour ce que lesdits de Rennes ont dict que les dits de Nantes ont en leur ville, la Chambre des comptes qui les peult enrichir, disent et remontrent lesdits de Nantes que pour tout ce, ils ne peuvent et ne sauraient estre enrichiz, ne profilter, pour tant que tous les gens desdits comptes, hors trois ou quatre, sont natiffs dudict Nantes et y demourans et n’est ouverte ladite Chambre continuellement mais seullement moitié de temps. […] À ladite Chambre, il y a seullement quatre procureurs jurez, lesquels occupent pour les contables dudit pays, lesquels contables ne vont audict Nantes mais dressent en leurs maisons et aulx lieux de leurs receptes, leursdits comptes et après les envoyent, par un simple messaiger piéton les porter audict Nantes, à l’un desdicts procureurs, pour iceux comptes présenter et faire examiner et conclure, ce que font lesdits procureurs, sans que lesdits comptables y aillent et sont lesdits procureurs natiffs et originaires dudit Nantes ; parquoy et bien veu, lesdits de Nantes ne pouvoir guères prouffiter pour raison de ladite Chambre des comptes, bien veu qu’il n’y abonde gens du dehors137. »

64Le plaidoyer n’a pas suffiet le parlement a été implanté en 1561 de façon définitive à Rennes ; fortes de cet acquis, les élites rennaises ont même tenté, au moins jusque dans les années 1580, d’obtenir le transfert de la Chambre des comptes dans leur ville afin de conforter sa position de capitale administrative. S’ils n’y sont pas parvenus, ils ont cherché à éviter que la Chambre ne prenne trop d’importance et contribué à faire échouer la réforme d’Henri III qui voulait lui accorder la souveraineté en matière domaniale ; ils ont obtenu ainsi une confirmation de la prééminence des parlementaires sur les gens des comptes.

  • 138 Jean Meyer, op. cit.

65Doté d’une juridiction plus étendue, le parlement compte aussi, si l’on reprend les autres critères d’Yves Durand, une part plus importante de nobles dans son personnel. Si celui-ci a bénéficié comme celui des comptes d’un anoblissement graduel, il a, avec le temps, eu de moins en moins besoin de recourir à cette possibilité du fait d’un recrutement de plus en plus exclusif dans le second ordre, un tournant ayant été franchi dans les années 1670 quand il a été décidé de ne plus y admettre de roturier. Le fait est trop connu pour qu’il soit besoin d’insister ici davantage138. Cette caractéristique s’est doublée de la formation de dynasties. Il suffit de feuilleter le Dictionnaire de Frédéric Saulnier pour se rendre compte qu’elles sont plus nombreuses et sont dotées d’une plus grande longévité que celles que l’on a pu mettre en évidence à la Chambre. Le parlement a attiré et retenu davantage les familles importantes de la robe bretonne. Il a offert aussi plus de perspectives professionnelles à ses membres, au moins aux XVIe et XVIIe siècles : même s’il n’a pas servi de tremplin à la majorité d’entre eux, il a constitué un point de passage utile pour faire avancer des carrières, particulièrement dans les hauts degrés de la hiérarchie.

66Sur tous les points retenus par Yves Durand, le parlement de Rennes surclasse la Chambre des comptes de Nantes. Comparer les deux cours souveraines pourrait donc en conséquence paraître inutile. L’exercice mérite pourtant d’être tenté dans la mesure où les relations entre les deux institutions n’ont pas été fixées une fois pour toutes comme l’ont montré les conflits qui les ont opposées tout au long de l’époque moderne. La Bretagne offre de surcroît – comme le Languedoc – l’exemple d’une province où le parlement et la Chambre sont implantés dans deux villes différentes : on peut se demander si cette caractéristique a eu pour conséquence la formation de deux noblesses de robe distinctes ou si, au contraire, les membres de l’une et de l’autre ont établi suffisamment de liens pour constituer un groupe social unique. Une dernière raison justifie ce développement : du fait de sa suprématie en matière juridictionnelle et en matière de dignité, le parlement est considéré comme le terme logique, sinon obligatoire, du cursus honorum des officiers de la province doués d’ambition ; on pourra vérifier, en s’appuyant sur le cas de la Chambre, si cette hypothèse est fondée et si sa position de cour souveraine « seconde » par rapport au parlement a incité une partie de ses membres à migrer vers Rennes. Cette réflexion apportera une contribution au débat au cours sur le fait de savoir si le parlement a entraîné, au fil du temps, la formation d’une « caste » ou s’il a connu lui-aussi un renouvellement de ses cadres. Pour répondre à toutes ces questions, il convient tout d’abord de faire un bilan chiffré des relations nouées entre les personnels de la Chambre et du parlement puis de tenter d’interpréter les caractéristiques ainsi mises en évidence.

Premiers constats

  • 139 Il s’agit principalement du monde parlementaire rennais mais aussi dans quelques cas de celui de co (...)

67Quand on établit la liste des officiers de la Chambre des comptes ayant établi des liens avec le parlement139, soit directement en y ayant détenu un office, soit indirectement par le biais de parents ou d’alliés, on arrive à un total de 111, en prenant en considération les trésoriers de France, les trésoriers et receveurs généraux mais aussi quelques membres de dynasties repérées au sein de la Chambre, comme les Langlois, les de La Pierre, même quand leur temps d’exercice sort du cadre chronologique choisi pour cette étude (1547-1715). Les individus qui ont exercé deux fonctions n’ont été comptabilisés qu’une fois à l’instar d’Auffray de Lescouët qui a été successivement procureur général puis premier président ou de Roland Morin qui a été tour à tour avocat général puis président. Par catégories, on trouve onze premiers présidents, seize présidents, trois procureurs généraux, trois avocats généraux, sept trésoriers de France, deux trésoriers et receveurs généraux, cinquante-sept maîtres, onze auditeurs et un correcteur. Quand on s’intéresse ensuite à la chronologie des échanges entre les personnels de la Chambre et du parlement, on constate qu’il s’en est produit trente-neuf de 1547 à 1605, cinquante et un de 1606 à 1665 et vingt et un de 1666 à 1715. Les premières conclusions qui s’imposent sont que le nombre d’officiers ayant noué des liens avec le parlement est relativement faible. Un fossé grandissant se serait, par ailleurs, creusé entre les deux institutions ; il est particulièrement marqué à la fin du règne de Louis XIV quand le nombre d’offices a nettement augmenté. Ces chiffres méritent une analyse plus affinée par catégorie.

Tableau 83. – Gens des comptes et gens du parlement (1547-1715).

Tableau 83. – Gens des comptes et gens du parlement (1547-1715).

Les présidents

  • 140 C’est le cas aussi de l’avocat général Jean-Baptiste de Becdelièvre.

68Ce sont eux qui sont les plus présents dans les deux institutions avec des nuances toutefois. Parmi les officiers qui ont été parlementaires, on trouve surtout des premiers présidents – pour qui le service en tant que conseiller au parlement était un préalable presque obligatoire pour exercer de plus hautes responsabilités – et quelques présidents. Pour ces derniers, cela se produit surtout au XVIe siècle – François II de Kermenguy, Louis Braillon, Jacques I Barrin ou Jacques Charlet – et exceptionnellement au XVIIe siècle avec Jean-Baptiste I de Cornulier. Ce dernier et Charlet ont d’abord siégé au parlement puis sont venus finir leur carrière à la Chambre. Tous les autres officiers ont effectué le parcours inverse. Il est à noter que deux d’entre eux – Barrin et Braillon – ont commencé leur carrière comme conseiller au parlement puis ont acquis une présidence à la Chambre avant de retourner à Rennes pour prendre un mortier. De la même façon, deux procureurs généraux140 ont utilisé la Chambre comme tremplin soit de façon prolongée comme Jean de Francheville, soit de manière opportuniste comme René I Le Prestre.

  • 141 L’aînée, Isabelle, a épousé en 1588, Christophe Fouquet, président des Requêtes (1587-1591) puis pr (...)

69Les liens tissés par les présidents des comptes avec les milieux parlementaires n’ont pas connu de variation d’une période à l’autre : ils ont continué à y prendre femme ou à y intégrer des fils ou des filles tout au long de l’époque moderne. Avec ces grands officiers, on est en présence de quelques-unes des familles de la robe bretonne qui ont eu leurs entrées dans les deux cours souveraines. On peut les classer en différentes catégories selon la densité de leur présence à Nantes et à Rennes, selon l’importance aussi qu’elles ont donnée à l’un ou l’autre pôle. En premier lieu viennent les véritables dynasties de la robe. Elles seraient au nombre de cinq : les Barrin, les de Cornulier, les Du Pont, les Raoul et les de Becdelièvre. Pour les quatre premières citées, le parlement a constitué le point de référence principal dans leur parcours. Ainsi chez les Barrin, Jacques I Barrin n’a siégé que brièvement à la Chambre des comptes (1573-1576) : ses deux filles ont pris un époux dans la cour rennaise141 alors que ses deux fils y ont acquis un office de conseiller. L’un, André Barrin, l’a exercé jusqu’à sa mort alors que l’autre, Jacques II Barrin s’en est servi, grâce à son mariage avec la fille de Gilles Ruellan, comme point de départ d’une carrière qui l’a amené à devenir maître des requêtes (1610-1619), premier président de la Chambre des comptes (1619-1626) puis conseiller d’État (1626). Les Barrin ont été présents au parlement jusqu’au XVIIIe siècle. Malgré cette orientation, ils ont conservé un attachement pour la Chambre comme l’a montré le fait que le fils d’André Barrin, Jean Barrin, ait contracté mariage avec la fille de l’auditeur Jean Harel (1606-1641) et qu’il ait tenté de devenir premier président de la Chambre après le décès de César-Auffray Blanchard mais aussi que le petit-fils de Jacques II Barrin, Armand-Christophe Barrin, soit devenu président des comptes en 1713.

  • 142 Cf. p. 419-420.
  • 143 Charlotte, la troisième fille, a épousé René Champion, membre d’une puissante famille rennaise.
  • 144 Jean-Baptiste avait épousé en 1735 sa cousine germaine qui était l’héritière principale de la branc (...)

70Les de Cornulier présentent un cas voisin sur lequel il n’est pas nécessaire de s’attarder longuement dans la mesure où je l’ai précédemment évoqué142. Le signe de l’affirmation de cette famille a été constitué ici par l’accession de Pierre I Cornulier en 1570 à la charge de trésorier de France. Sur ces cinq enfants, trois ont noué des liens avec le monde parlementaire : il s’agit de l’aîné Pierre II Cornulier qui est devenu conseiller clerc avant d’accéder à l’épiscopat – Tréguier puis Rennes – et des deux filles143, Charlotte qui a épousé le conseiller Guillaume de La Noue (1597-1641) et Marie qui s’est mariée avec Jacques de Launay. Un lien avec la Chambre des comptes a été maintenu grâce à Claude I Cornulier qui a repris la charge de trésorier de France de son père et dont l’un des petits-fils Jean-Baptiste I de Cornulier est devenu président aux comptes (1674-1698) après avoir servi dans l’armée et fait un bref passage au parlement. Il a transmis lui-même le flambeau à son fils prénommé Claude II Cornulier qui a été président aux comptes de 1698 à 1733 avant de céder la place à son héritier Toussaint de Cornulier (1733-1736). Celui-ci a quitté la Chambre en 1736 pour occuper un office de président aux Enquêtes, et se préparer à succéder à son beau-père dans la charge de président à mortier, ce qu’il a fait deux ans plus tard144.

  • 145 Un lien ténu entre cette branche des de Cornulier et les Raguideau pourrait être établi par l’inter (...)
  • 146 Il s’est marié en secondes noces avec Jeanne Libault qui devait être une descendante de marchands n (...)

71Le frère de Claude I Cornulier, Jean Cornulier, avait acquis l’office de grand maître des eaux et forêts de Bretagne ; il a été suivi dans cette voie par son héritier Pierre IV de Cornulier. Celui-ci a orienté ses enfants vers les cours souveraines. L’aîné, Jean-Baptiste II Cornulier, a acheté un office de conseiller au parlement (1676-1720) alors que le cadet, Jean-Baptiste III Cornulier, est devenu président des comptes (1692-1713) grâce à son mariage avec la fille de l’ancien auditeur, devenu président, François Raguideau. Cette alliance, qui peut paraître surprenante145, révélerait des liens plus étroits de cette branche des de Cornulier avec le monde de la finance dont on trouve confirmation dans le fait que tant le conseiller au parlement Jean-Baptiste II de Cornulier146 que son fils, Claude-Jean-Baptiste de Cornulier, qui lui a succédé à Rennes, ont épousé des filles de financiers bretons, à savoir Thomas Dondel, receveur général des devoirs, impôts et billots dans les évêchés de Vannes et Cornouaille pour le premier et Benjamin de Gennes, fermier général des états de Bretagne, pour le second.

  • 147 Ce sont les deux familles qui ont détenu un mortier.

72Quoi qu’il en soit, il faut relever que les Cornulier présents à la Chambre à la fin du règne de Louis XIV ont manifesté leur fidélité à une tradition familiale : il n’est de ce point de vue pas étonnant que des descendants de trésorier de France ou de grand maître des eaux et forêts aient accédé à une charge de président des comptes. Tout en donnant la priorité au parlement, ils ont, comme les Barrin147, tenu à conserver un lien, une présence dans l’institution qui avait permis le décollage de leur famille. Ils ont su aussi fait la preuve d’une réelle capacité à jouer de leurs alliances et de la conjoncture – des prix et du nombre d’offices – pour s’intégrer dans les deux institutions. Leur retour à la Chambre à la fin du règne de Louis XIV pourrait être interprété toutefois comme un repli sur la province après une première moitié du XVIIe siècle qui avait été plus propice aux carrières dans les allées du pouvoir.

73Sans avoir une aussi grande cohésion ni connaître un parcours aussi brillant, deux autres « dynasties » ont marqué de leur présence la Chambre et le parlement, tout en optant également pour ce dernier. La première est celle des Raoul. Le président des comptes Guillaume I Raoul (1598-1612) avait un frère et un beau-frère au parlement. Sa fille a épousé le conseiller Thébaud de Tanouarn (1620-1648) alors que son fils Jacques I Raoul a été brièvement conseiller (1616-1621) avant de reprendre la charge de sénéchal de Nantes puis de devenir évêque. C’est lui qui a ancré sa famille au parlement et ce sont ses descendants qui s’y sont perpétués sur trois générations jusqu’au début du XVIIIe siècle. L’autre dynastie est celle des Du Pont. Le décollage de la famille a été assuré ici par la Chambre où Louis du Pont a été successivement avocat général (1606-1623) puis président (1623-1644). Ses deux filles ont épousé des parlementaires – Joachim II Descartes et Antoine Hubert – et son fils Guy I du Pont est devenu conseiller. Il a cédé sa charge à son fils, Guy II du Pont. Avec lui, la présence de cette branche des Du Pont au parlement a pris fin mais des parents ont continué à siéger à Rennes jusqu’à la Révolution.

Figure 15. – Les de Becdelièvre.

74La seule dynastie qui a vraiment misé sur la Chambre des comptes est donc celle des de Becdelièvre. Le parlement a constitué, à la fin du XVIe siècle, le lieu de leurs premiers pas dans le monde des cours souveraines. S’ils y ont maintenu leur présence jusque dans les années 1770, il n’a été pour les membres de leur famille qu’une position d’attente avant de prendre une première présidence à la Chambre. Cela est déjà perceptible avec François Becdelièvre qui a été le premier membre de la famille à accéder à cette charge en 1633 et cela n’a fait que se renforcer avec le temps. Le seul qui ait dérogé à la règle est Jean-Baptiste Becdelièvre qui a commencé sa carrière comme avocat général à la Chambre des comptes (1646-1648) avant de s’orienter vers le parlement. Ce parcours peut s’expliquer toutefois par le fait que la première présidence des comptes n’était pas alors disponible. Au XVIIIe siècle, en revanche, les de Becdelièvre ont donné la priorité à la Chambre. À la suite de Jean-Baptiste de Becdelièvre qui n’a été qu’un an conseiller au parlement avant de devenir premier président, son fils Guillaume-Jean-Baptiste de Becdelièvre, en jouant sur les créations d’offices de la fin du règne de Louis XIV a été tour à tour maître (1709-1713), président (1713-1723) puis premier président. Son frère cadet Hilarion-Marie de Becdelièvre a fait un peu de même en obtenant un office de maître créé en 1711 puis en lui succédant à la présidence des comptes en 1723. À cette période, les de Becdelièvre, en mettant à profit la détresse financière de la monarchie, ont obtenu la création des offices dont ils avaient besoin pour assurer leur promotion comme s’ils avaient posé eux-mêmes les marches nécessaires à leur progression professionnelle. Avec eux s’esquisserait ainsi une noblesse de robe totalement centrée sur les comptes ; leur exemple n’a toutefois pas servi de modèle et, passé le règne de Louis XIV, les membres de la famille ont renoué avec l’habitude de commencer leur carrière au parlement.

  • 148 Son autre fils Jean, qui a été lui-aussi président au présidial de Nantes, maire de la ville de 162 (...)
  • 149 Charles Frostin, Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV. Alliances et réseau d’influence sous l’ (...)

75Après ces dynasties, viennent deux autres familles qui sans faire la preuve d’une même constance, ont marqué les deux cours de leur empreinte. Il s’agit des Harouys et des Charette qui ont pour point commun d’avoir privilégié, au moins pendant un temps, les institutions nantaises qu’il s’agisse de la sénéchaussée présidiale ou de la mairie. Pour les membres de la famille Charette qui y ont siégé, le parlement a constitué le plus souvent un temps préparatoire avant d’accéder à la charge de sénéchal de Nantes et ce n’est que tardivement, au XVIIIe siècle, qu’ils ont décidé d’y faire carrière, devenant alors des éléments très actifs de l’opposition à la politique royale. La Chambre des comptes ne leur a servi le plus souvent qu’à placer des cadets jusqu’à l’accession de Jacques Charette à la première présidence (1673-1678). Pour surprenante qu’elle soit, cette nomination pourrait constituer un premier signe annonciateur de l’orientation de cette famille vers les cours souveraines et de leur éloignement progressif de la vie municipale et judiciaire nantaise. Cela serait confirmé par le fait que Gilles Charette, le fils de Jacques, est devenu conseiller au parlement (1690-1733). Pour les Harouys, l’ancrage nantais a été également solide. Après un début de carrière au parlement où Guillaume I Harouys a été greffier puis son fils Charles Harouys conseiller (1573-1580), celui-ci est devenu sénéchal puis président du présidial et enfin maire de Nantes. Son fils aîné148 Louis Harouys a pris sa suite avant d’assumer les charges de président (1619-1626) puis de premier président à la Chambre des comptes (1626-1632). Ces deux dernières fonctions ont constitué tout à la fois une confirmation de sa bonne implantation locale et un signe de la confiance dont il bénéficiait dans les cercles du pouvoir, ce qui lui a permis ensuite d’intégrer le monde des conseils et des intendances. L’acquisition par son fils Guillaume II Harouys d’un office de conseiller au parlement de Rouen n’a constitué, là aussi, qu’un intermède dans un parcours qui l’a conduit ensuite à prendre la responsabilité de la trésorerie des états de Bretagne. Malgré ses déboires, son héritier, André Harouys, a pu faire carrière en tant que maître des requêtes et intendant149. S’il a siégé lui-aussi un temps au parlement, cela n’a été, comme pour les autres membres de sa famille, que de façon brève ; de façon générale, les Harouys n’ont utilisé les cours souveraines que comme de tremplins ou comme des instances où se constituer des alliances utiles.

  • 150 L’alliance avec les Gédouin a facilité l’échange de l’office de conseiller au parlement détenu par (...)

76Un dernier groupe de grands officiers pourrait être formé par les premiers présidents ou présidents qui se sont contentés de faire un bref passage dans la cour rennaise ou d’y nouer des alliances. Pour toutes ces familles, c’est la Chambre qui a servi de principal pôle de référence et de lieu d’affirmation de leur réussite. Cela a été le cas à la fin du XVIe siècle d’Auffray de Lescouët qui a débuté sa carrière au parlement et qui a bénéficié, semble-t-il, de la protection de l’influent président à mortier Isaac de Loaisel pour prendre la tête de la Chambre. Son mariage avec Suzanne Challot, fille d’Étienne et d’Arthuse Gédouin de La Dobiaye, l’a mis en relation avec deux familles qui avaient donné des conseillers au parlement150. Des présidents comme Jacques II Huteau, René Ferron, René de Pontual et Joseph Rousseau ont pris femme dans le monde parlementaire : si dans le premier cas, il s’est agi de la seule union contractée, dans les trois autres, il s’est agi d’un premier mariage – Ferron – ou d’un second – René de Pontual, Joseph Rousseau –, et pour eux, la dernière alliance contractée a marqué l’intégration durable à la Chambre. D’autres y ont marié une fille comme les premiers présidents Morin et les Blanchard, père et fils, le président Pierre Bernard. En dehors des dynasties précédemment mentionnées, une seule y a fait entrer un fils, Sébastien de Pontual en l’occurrence.

  • 151 Les terres sont situées au sud de la Loire dans les paroisses du Pallet, de Mosnière, de Vallet, de (...)

77Qu’ils aient fait davantage carrière à la Chambre ou au parlement, ces grands officiers ont fait la preuve d’une certaine unité qui s’est traduite par une « reconnaissance publique ». Les terres de plusieurs d’entre eux ont été ainsi érigées en fiefs de dignité (cf. tableau 84). Cela a été le cas de tous les premiers présidents des comptes et de ceux qui faisaient partie des dynasties les plus solides. Pour les Barrin, cette distinction s’est opérée en deux temps : Jacques II Barrin a obtenu le titre de vicomte pour le récompenser, dit l’acte daté de janvier 1644, « des services qu’il avait rendus depuis quarante-cinq ans comme conseiller au parlement, maître des requêtes ordinaire de l’hôtel, de premier président de la Chambre et de membre du Conseil d’État ». Son fils, Jacques III Barrin, qui a été tour à tour conseiller au parlement de Metz, avocat général au Grand Conseil et intendant de justice en Berry, obtient le marquisat en 1659151. Les de Becdelièvre ont bénéficié d’une faveur comparable en 1700. À un moindre niveau, le président René de Pontual a vu ses terres érigées en châtellenie. Par ces marques d’honneur dont tous n’ont pas bénéficié – ou du moins pas pendant la période prise en considération –, c’est leur fidélité au pouvoir royal qui a été récompensée et qui a fait d’eux, avec le départ de la noblesse titrée vers la capitale, les relais les plus sûrs de la monarchie dans la province.

Tableau 84. – Fiefs de dignité et privilèges fonciers.

Nom

Office

Dignité

Date (réf. ADLA)°

A. de Lescouët

Premier président (1596-1619)

Vicomté du Boschet

juillet 1608, B 68, P 242

Jacques II Barrin

Premier président (1619-1626)

Vicomte de La Galissonnière Marquisat

janvier 1644, B 78 30-1-1660

Jean Blanchard

Premier président (1633-1641)

Baronnie de la Musse Marquisat

août 1644,B 78 1660, B 81

Jean de Saint-Pern

Maître (1640-1672)

Châtellenie du Lattay
Châtellenie de Saint-Malon

7-9-1648, B 79
avril 1653, B 81

René de Pontual

Président (1661-1676)

Châtellenie de Pontual

2 juin 1682, B 87

René Le Gouvello

Maître (1640-1674)

Anoblissement
maison de Kerlevenan

22-11-1652, B 80

Pierre III Davy

Maître (1644-1663)

Union de fiefs
(La Haye et la Botardière)

23-12-1664, B 82

  • 152 Cf. p. 123 et suivantes.
  • 153 Elle était la fille du maître des comptes Yves de Monti.
  • 154 ADLA, 4 E 2/168.
  • 155 La Bourdonnaye s’est marié deux fois : la première avec Françoise Danguy, fille de Jacques Danguy, (...)

78Plus encore que cet aspect, ce qui a contribué à les rapprocher, ce sont les alliances qu’ils ont conclues ainsi que les accords qu’ils ont passés pour contrôler la transmission d’offices. La description de la mainmise progressive des de Becdelièvre sur la charge de premier président des comptes, grâce à leur alliance avec les Blanchard et les Harouys, en a déjà fourni un exemple152. D’autres pièces, qui dévoilent des transmissions d’offices entre familles ayant appartenu à la Chambre et au parlement, peuvent être versées au dossier. Si l’on prend le cas de la famille Raoul, on constate que Jacques I Raoul, le fils du président des comptes Guillaume I Raoul, a fait son entrée au parlement en 1616 en achetant l’office de Jean Delbène (1598-1616), gendre de Jacques I Barrin. Il n’a siégé que quatre ans ; son fils Guillaume II Raoul, né en 1625, est devenu conseiller en 1649 sur la charge précédemment occupée par un autre fils de Jacques I Barrin, André, décédé. Son mariage en 1653 avec Anne Sanguin, fille de l’ancien receveur général Louis Sanguin et de Bonne de Monti153, a conforté sa position puisque son épouse lui a apporté une dot de 100 000 livres154. Après son décès survenu en 1672, sa veuve a vendu l’office à un Angevin, Julien Brécheu. La présence des Raoul au parlement ne s’est pas arrêtée là puisque Jacques II Raoul, l’un des fils de Guillaume II Raoul, y a été admis en 1678 en bénéficiant de la résignation de Joachim II Descartes, petit-fils du premier président des comptes Jean I Morin et gendre de Louis du Pont, président. Il a épousé en 1685 sa cousine Bonne-Thérèse Sanguin, fille d’Yves Sanguin, lui-même conseiller au parlement (1656-1680). Après sa mort en 1719, ses héritiers ont vendu sa charge à Julien de La Bourdonnaye dont la mère Guyonne du Cassia était la sœur du maître des comptes Pierre II du Cassia (1694-1709)155. Un dernier représentant de la famille Raoul a siégé au parlement : il s’agit de Jacques-Claude Raoul (1708-1720), fils de Jacques II Raoul qui a récupéré la charge de son cousin, Joseph Sanguin.

  • 156 Pour les autres charges, il faudrait voir ce qui incitait les familles à vouloir ou non les conserv (...)

79Une étude méthodique des transmissions d’offices au parlement ferait apparaître d’autres exemples de ce type. Faudrait-il en conclure pour autant que les grandes familles de la robe bretonne formaient un vaste réseau soudé, contrôlant totalement le marché des offices ? Sans doute pas. Si des liens de solidarité existaient entre elles, chacune n’en suivait pas moins sa propre stratégie, ce qui pouvait les amener à s’opposer pour la prise de contrôle des charges les plus importantes156. Le fait qu’elles étaient contraintes par ailleurs de prendre position dans les affrontements entre les grandes dynasties ministérielles pouvait amener certaines d’entre elles à faire de mauvais choix ou favoriser, au contraire, la carrière de certaines autres. Le refus de Louis XIV de laisser Jean Barrin accéder à la première présidence des comptes en 1670 pourrait être ainsi interprété comme une sanction contre le membre d’une famille qui avait été proche du clan Fouquet alors que la promotion de Jean-Baptiste de Becdelièvre a été le signe de sa meilleure intégration aux équipes alors au pouvoir, notamment le clan Phélypeaux. Tout cela mériterait d’être approfondi grâce à une étude des réseaux qui existaient alors en Bretagne et des liens qu’ils entretenaient avec la capitale. L’analyse des alliances conclues et des transmissions d’offices ne constituerait sur ce point qu’une entrée en matière ; il faudrait rechercher tous les signes effectifs de solidarité pour arriver à des conclusions solides. Cette entreprise, qui reste à mener, sort du cadre strict de cette étude.

Les maîtres

  • 157 Même si le cas de deux d’entre eux – Jean Monneraye et Guillaume Henry – est un peu particulier pui (...)
  • 158 Sur ces deux derniers points, ils ont été quelque peu imités par des trésoriers de France ou, à un (...)

80Si l’on s’intéresse maintenant aux maîtres, on constate que seuls deux d’entre eux ont été également conseillers au parlement, François Guischard – je reviendrai sur son cas plus bas – et Guillaume Dondel qui a cumulé une charge dans les deux institutions pendant quelques années. En revanche, les autres paramètres révèlent une meilleure intégration des maîtres au monde parlementaire. Si peu d’entre eux étaient fils de parlementaires157 (neuf), un plus grand nombre en étaient les gendres (onze) ou disposaient à la cour d’un frère (dix) et plus encore d’un beau-frère (vingt). Les portes de la cour rennaise ne leur étaient pas fermées puisque quatorze d’entre eux ont réussi à y faire entrer au moins un fils et que vingt-deux ont marié une fille avec l’un de ses membres158.

  • 159 Cf. p. 148.

81La catégorie des maîtres comprend aussi quelques membres de dynasties parlementaires comme les Boylesve, les Le Meneust, les Guischard, ou les de Saint-Pern. Ces quatre exemples présentent des cas de figure différents. Les Boylesve, qui étaient une famille de la bonne bourgeoisie angevine, ont fait surtout carrière au parlement où ils se sont implantés dès 1576 avec Maurice Boylesve qui a acquis cette année-là un office de conseiller de nouvelle création. Alors que son fils aîné lui a succédé, le cadet, François Boylesve a été maître à la Chambre des comptes de 1622 à 1645. Cette venue à Nantes, même si elle doit être replacée dans un contexte familial plus large n’a pas eu de suite. Les Le Meneust offrent pour leur part un exemple unique d’ascension réalisée à partir de la Chambre des comptes puisque les premiers membres connus de la famille ont été gardes des archives avant de devenir auditeurs au XVIe siècle. Leur promotion s’explique en fait par la diversité de leurs activités – l’auditeur Guillaume Le Meneust a été greffier des états –, par les services rendus à Catherine de Médicis – ce qui leur a valu d’être anoblis – et leur fidélité à la monarchie lors des guerres de la Ligue. Guy I Le Meneust, le fils aîné de Guillaume, a empêché que la ville de Rennes dont il était le sénéchal demeure aux mains des Ligueurs. Il a fait ainsi la fortune des siens : son fils René Le Meneust a pris sa relève comme sénéchal après avoir été un temps conseiller au parlement de Rennes puis de Paris. Sa carrière a connu un couronnement en 1607 par l’accession à une présidence à mortier. Sur ses deux fils, l’un, Guy II Le Meneust, a pris sa suite au parlement et l’autre, Sébastien Le Menesut est devenu maître des comptes en 1632. Après son décès en 1670, son fils a, comme on l’a vu159, préféré faire carrière au parlement.

  • 160 Elle s’y maintient jusqu’au XVIIIe siècle, parvenant à contrôler une présidence des Enquêtes.

82Les Guischard, pour avoir connu un destin moins prestigieux, ont dû eux aussi leur ascension aux divisions qui ont marqué la Bretagne à la fin du XVIe siècle, mais en s’engageant dans le camp ligueur. À la base, on trouve ici une alliance entre la basoche et le monde des finances : Guillaume Guischard, le premier membre connu de la famille, qui était notaire royal et procureur du roi en la juridiction des eaux et forêts à Nantes a, en effet, épousé Yvonne I Jallier, sœur du général des finances Jean Jallier. Partisan du duc de Mercœur, leur fils Maurice Guischard est devenu en 1593 conseiller au « parlement croupion » qu’il a créé à Nantes. Confirmé par Henri IV, il a résigné sa charge en 1627 en faveur de son fils aîné Mathurin Guischard ; la mort de ce dernier sans héritier a conduit son frère cadet, François Guischard, qui était jusque-là maître des comptes, à prendre sa suite en 1654, permettant ainsi à la dynastie des Guischard de se perpétuer au parlement160.

  • 161 Son fils était alors trop jeune pour lui succéder ; son mariage quelques années plus tard avec la f (...)

83Avec les de Saint-Pern, on a l’exemple d’une famille cadette de la noblesse terrienne qui après avoir participé à différentes spéculations financières – notamment la prise de fermes – est entrée dans le monde des cours souveraines par la Chambre des comptes où Jean de Saint-Pern est devenu maître en 1640. Cette promotion, qui a été facilitée par son mariage avec Hélène de La Noue, petite-fille du général des finances Pierre I Cornulier, s’est concrétisée à la génération suivante par l’accession du fils aîné de Jean, Pierre de Saint-Pern, au parlement et par la fondation d’une dynastie qui s’est perpétuée jusqu’au XVIIIe siècle. Sans être aussi durable, leur présence à la Chambre n’en a été pas moins conséquente puisqu’après Jean qui est décédé au bout de trente-deux ans de carrière, son fils Charles-Joseph de Saint-Pern, qui était alors prêtre, a pris le relais pendant quatre ans afin de permettre à son frère Vincent-Gabriel de Saint-Pern, de remplir les conditions d’âge pour être reçu. Sa mort en 1696 a mis fin à la présence des de Saint-Pern à la Chambre161.

84Malgré les quelques similitudes qui existent entre la catégorie des présidents et celle des maîtres, ce qui frappe toutefois avec ces derniers, c’est le fossé qui s’est créé progressivement entre eux et les parlementaires. Si l’on reprend les chiffres donnés plus haut et si on les présente par période, voilà ce que l’on obtient :

Tableau 85. – Liens maîtres des comptes-parlementaires.

Maîtres

1547-1605

1606-1665

1666-1715

Père au parlement

9

Beau-père au parlement

2

6

3

Frère parlementaire

3

6

1

Beau-frère parlementaire

1

13

5

Père de parlementaire

7

6

1

Beau-père de parlementaire

6

10

6

  • 162 Si l’on en croit Tallemant des Réaux, il aurait assassiné sa première épouse.
  • 163 Voir la notice que Frédéric Saulnier lui consacre dans son Dictionnaire.
  • 164 Mathieu Fourché, fils de Jean I Fourché, est le beau-père de Nicolas Fouquet.

85Pour tous les paramètres pris en considération, on constate que c’est la période 1606-1665 qui a permis les plus importants brassages entre les personnels des deux institutions. Fait original, c’est seulement au cours de ces années que des fils de parlementaires sont venus siéger à la Chambre. Moins propice aux échanges, la deuxième moitié du XVIe siècle se caractérise par le fait que c’est lors de cette période qu’un plus nombre grand de maîtres a pu faire entrer un fils au parlement. Plus largement, c’est au cours de la première modernité que l’on rencontre quelques beaux exemples d’ascension sociale. Sans donner naissance à des dynasties parlementaires comme les maîtres précédemment évoqués, des familles ont su aussi se ménager des entrées dans les deux institutions. Parmi elles, il faut citer bien sûr les Renouard. Guy Renouard, le père, a été successivement auditeur puis maître. Marié en deuxièmes noces162 à la fille du conseiller au parlement François de Becdelièvre – de la branche du Bouéxic –, ses enfants ont connu de belles réussites dans le monde de la robe tant sur le plan « national » avec sa fille Marguerite de Renouard qui a épousé Paul Hay, conseiller et avocat général au parlement de Rennes avant de devenir le porte-plume de Richelieu163, ou Jean-Jacques de Renouard, conseiller d’État et l’un des premiers membres de l’Académie française, que sur le plan provincial avec son fils César de Renouard qui a pris sa succession à la Chambre avant de devenir trésorier des états et de marier ses deux filles à des conseillers du parlement de Rennes. Contemporains des Renouard, on trouve les Fourché dont les deux membres qui ont été maîtres à la Chambre des comptes, Jean I Fourché (1590-1612) et son fils, Jean II Fourché (1612-1645), ont eu respectivement un fils parlementaire164. On doit mentionner enfin le maître Jacques I Constantin dont un frère et un beau-frère sont conseillers au parlement et dont deux fils intègrent également la cour rennaise.

86Ces réussites, qui n’ont rien pour surprendre, n’en font que mieux ressortir le changement qui se produit dans la seconde moitié du XVIIe siècle et qui se traduit par la quasi-disparition des membres du parlement dans la parenté des maîtres des comptes. Le bilan est net : aucun père parlementaire, un seul officier qui a un frère au parlement, un seul qui oriente son fils vers cette cour – François II de La Pierre. Encore s’agit-il de Paris ! ! ! Le fait que la capitale se montre pour une fois plus accueillante et plus accessible que la province n’en contribue que mieux à faire ressortir le blocage qui intervient alors dans les carrières des gens des comptes. La seule nuance que l’on peut apporter à ce tableau est constituée par les alliances conclues par ces derniers et qui montrent qu’un lien a été maintenu entre les deux institutions que ce soit par le biais des beaux-frères des maîtres ou de leurs gendres, dont le nombre reste à un niveau que l’on pourrait qualifier d’honorable.

Quelques mots sur les auditeurs et les correcteurs

87Les caractéristiques mises en évidence pour les maîtres se retrouvent de façon plus accentuée pour les auditeurs et les correcteurs. Ainsi aucun d’entre eux n’était le fils ou le gendre d’un parlementaire. La frontière qui existait au sein de la Chambre entre ces catégories et les maîtres s’est en quelque sorte prolongée jusqu’au parlement. Si l’on observe les autres paramètres pris en considération, on constate que la majeure partie des « échanges » se sont produits, là aussi, au temps de la première modernité qui apparaît ainsi comme une période relativement ouverte face à un règne de Louis XIV beaucoup moins propice à la promotion des individus.

88Certains liens établis sont dus aux circonstances : c’est le cas des deux auditeurs qui ont siégé au parlement – il s’agit de Michel Dessefort et de Jean Douette – en profitant d’un contexte favorable – celui de la fin des années 1550 – au cours duquel les deux institutions étaient implantées à Nantes et qu’il était donc plus facile de passer de l’une à l’autre. De même, si deux auditeurs – il s’agit de Guillaume Cousin et de Jean Guillope – ont eu un fils conseiller au parlement, c’est en mettant à profit le mouvement ligueur qui a permis la promotion rapide d’individus dévoués au duc de Mercœur. D’autres échanges permettent de retrouver des familles de la bonne notabilité nantaise ou rennaise. Ainsi parmi les auditeurs qui ont eu des gendres parlementaires, on relève les noms d’Yves de La Tullaye et de Guillaume Le Meneust qui posaient alors les bases de la réussite de leur famille. De même pour ceux qui avaient un frère ou un beau-frère au parlement, on note celui de Roland I Bidé qui était le cadet d’une famille alors en plein essor ou de Pierre II Ménardeau qui appartenait à un lignage bien implanté à la Chambre. Les noms de Jean Harel et de Jean Gascher ne surprennent pas trop non plus. Le fait que le premier ait réussi à marier sa fille à Jean Barrin, petit-fils du président à mortier Jacques I Barrin, peut s’expliquer par le fait qu’il a cumulé la charge d’auditeur et celle de secrétaire en chancellerie et qu’il évoluait donc dans les milieux parlementaires. Le même facteur a dû jouer pour Jean Gascher qui était le descendant d’un maître des requêtes à cette même chancellerie, même s’il n’est pas parvenu à réaliser une aussi belle opération matrimoniale. Les deux seuls cas qui suscitent la perplexité sont ceux de l’auditeur Christophe Le Tourneux qui épouse Charlotte de La Bourdonnaye, membre d’une dynastie parlementaire, et surtout le correcteur Mathurin Cosnier dont le fils Gilles Cosnier devient conseiller au parlement (1684-1688). L’examen de leur cas ne peut se faire que dans le cadre d’une réflexion globale sur les relations établies entre les personnels des deux cours souveraines de Bretagne.

Deux mondes distincts

La priorité au parlement

  • 165 Et à l’exception de celle de Metz qui a été accueillante pour tous les individus incapables d’intég (...)

89Si l’on veut expliquer le fait que peu de gens des comptes ont réussi à s’introduire au parlement et que leur nombre est allé en diminuant, il faut invoquer plusieurs facteurs. Ce qui a joué, sans doute en premier lieu, c’est l’éloignement géographique des deux institutions. À partir du moment où le parlement s’est établi à Rennes, les élites de cette ville – mais cela demanderait à être vérifié grâce à une étude systématique – ont été les mieux placées pour prendre le contrôle des charges d’originaires qui se libéraient. On retrouverait ici une donnée de l’Ancien Régime, à savoir que les cours souveraines, au moins de province165, recrutaient la majorité de leurs membres dans un rayon limité et principalement dans la ville où elles étaient implantées.

90Plus fondamentalement est intervenu le fait que la Chambre et le parlement n’ont jamais été sur le même plan. Cela apparaît à travers plusieurs indices. Ainsi les officiers qui ont eu la possibilité de faire carrière dans les deux cours ont systématiquement opté pour le parlement et ce à tous les degrés de la hiérarchie. C’est le cas au XVIe siècle des présidents François II de Kermenguy, Louis Braillon et Jacques I Barrin. Les auditeurs Michel Dessefort et Jean Douette avaient fait de même à la fin des années 1550. Au cours des guerres de Religion, le procureur général Jean de Francheville a échangé son office contre celui de conseiller qui était détenu par Auffray de Lescouët. Le fait que celui-ci a donné son accord à l’opération suggère, sans que nous en ayons la preuve, qu’il avait dès 1596, l’espérance de devenir premier président des comptes. Pour les maîtres, on a vu que François Guischard a renoncé à son office pour prendre la succession de son frère au parlement. Plus tardivement, Guillaume Dondel, après avoir longuement cumulé, en violation des règlements en vigueur, une charge dans les deux institutions a choisi, lui-aussi, de s’implanter à Rennes. Symbolique paraît enfin le choix du fils de Sébastien Le Meneust, Joseph, qui alors qu’il aurait pu succéder en 1670 à ce dernier à Nantes, a préféré acquérir un office de conseiller au parlement.

  • 166 Il était issu du troisième mariage de son père prénommé aussi François. Le décès de ce dernier dès (...)

91L’observation des exemples de fils de parlementaires qui ont acquis un office de maître dans la première moitié du XVIIe siècle va dans le même sens. La plupart d’entre eux ont fait des séjours brefs à la Chambre. Si Pierre de Kerboudel (1624-1626) est décédé en charge, Raoul de Brégel a résigné au bout de trois ans alors que François Gabard s’est retiré au bout de six ans. Quelques-uns de ces officiers étaient classiquement des cadets pour qui la Chambre a constitué un moyen d’intégrer le monde des cours souveraines alors que leur aîné entrait au parlement. Cela a été le cas de François Boylesve, de François Guischard ou de Raoul de Brégel. On constate que ce dernier a quitté la Chambre peu après la mort de son frère aîné Isaac de Brégel : sans qu’il ait pu lui succéder au parlement, on peut penser que son nouveau statut de chef d’une famille noble lui a imposé d’abandonner l’office qu’il détenait à Nantes. Dans le cas de François Gabard166, c’est son remariage qui semble avoir joué un rôle décisif. Son entrée à la Chambre avait précédé de peu son union avec Antoinette du Pé, la fille d’un gouverneur de Guérande. Quand celle-ci est décédée, il s’est remarié en 1624 avec Jeanne Berland, fille de Jacques Berland, ancien président des Enquêtes (1586-1600). A-t-il alors considéré que le nouveau statut qu’il avait acquis était incompatible avec l’exercice d’une charge à Nantes ? Ou en a-t-il profité pour se retirer de la vie « active » ? Il est impossible de trancher ; la coïncidence chronologique entre les deux actes suppose de toute façon qu’il y a entre eux un rapport de cause à effet. Les fils de membres du parlement qui ont fait les plus longs séjours à la Chambre sont des individus qui sont demeurés dans une position de cadet tout au long de leur existence comme Boylesve ou dont le père était greffier comme Guillaume Henry ou Jean Monneraye. La seule exception serait constituée par Jean Martin qui a siégé à Nantes de 1647 à 1672. On a peu de renseignements sur son père qui a été conseiller au parlement de 1609 à 1619 et qui n’a donc pas cherché à lui transmettre son office. La Chambre des comptes semble avoir été dans son cas une solution de substitution, sans lendemain puisqu’aucun de ses enfants n’a voulu ou pu prendre sa succession.

  • 167 Ce qui implique probablement qu’ils n’ont fait les efforts financiers nécessaires pour obtenir un d (...)

92Une autre preuve du fossé existant entre les deux cours souveraines est fournie par les maîtres qui ont eu un frère au parlement. Si l’on écarte ceux qui étaient fils de parlementaires, on constate que l’officier présent à la Chambre est toujours le cadet. C’est le cas pour Jean I Gautier, Joseph de La Marqueraye au XVIe siècle, de René II Foucault ou de Jacques I Constantin dans la première moitié du XVIIe siècle. Quand ils ont pu choisir, les parents des gens des comptes ont donc donné eux aussi la priorité au parlement167. À ce fait, il faudrait ajouter enfin, last but not least, comme le montre le tableau 85, que les relations entre les gens des comptes et les parlementaires, se sont établies surtout au niveau de l’alliance : les premiers ont été presque toujours en position d’infériorité comme le révèle le fait que ce sont leurs sœurs ou leurs filles qui ont épousé des membres de la cour rennaise. Si ces unions ont permis aux héritiers de certains d’entre eux de faire par la suite carrière au parlement, dans l’immédiat, cela a signifié un échange inégal entre le personnel des deux cours.

  • 168 Anne-Marie Cocula, « Formation et affirmation d’un patriciat : le Parlement de Bordeaux au XVIe siè (...)

93Si le décalage entre celles-ci est imputable en partie à leur juridiction différente, il est dû aussi au fait qu’elles n’ont jamais vraiment recruté leur personnel dans les mêmes cercles ou plus exactement pas au même niveau de richesse. Il me paraît en conséquence erroné de considérer qu’elles aient été sur le même plan à quelque moment de leur histoire. Comme à Bordeaux, où le groupe parlementaire s’est formé, pour reprendre une expression d’Anne-Marie Cocula, grâce à une « captation des élites aquitaines168 », le parlement rennais a fait appel lors de sa création au début des années 1550 au personnel judiciaire de la province de Bretagne – dont celui des sénéchaussées – et à celui des provinces voisines, c’est-à-dire à des individus qui étaient gradués et qui avaient, pour la plupart d’entre eux, une bonne connaissance du droit. Les fils de marchands ou de financiers qui y ont été reçus avaient accompli leur « révolution culturelle » comme le président des Enquêtes Christophe Fouquet que son père François Fouquet, qui était marchand de draps à Angers, aurait envoyé poursuivre ses études à Allemagne et en Italie, ou disposaient de moyens financiers importants comme Robert Thévin, le fils du receveur général de Bretagne Jacques Thévin (1560-1569). Ils étaient aussi la plupart du temps inscrits dans des réseaux porteurs. Christophe Fouquet, qui aurait vu sa carrière judiciaire favorisée par le maréchal de Gié, a ainsi épousé la fille de Jacques I Barrin qui était lui-même dans la clientèle des Montmorency.

94Le parlement s’est donc d’emblée distingué de la Chambre qui, si elle a recruté elle aussi quelques gradués, s’est montrée plus accueillante pour tous ceux qui s’étaient formés sur le tas, qui avaient exercé des responsabilités financières plus modestes ou qui appartenaient à la basoche. Les fils de marchands qui y ont été admis étaient moins fortunés à l’exemple d’Adrien Brossays ou moins « cultivés » – c’est-à-dire moins frottés de droit – à l’instar de Michel I Le Lou. Le processus d’oligarchisation qui s’est produit ensuite au fil du temps dans les institutions a eu pour effet de maintenir la ligne de fracture entre elles.

Quelques contre-exemples

95Une certaine circulation du personnel a pu toutefois s’opérer sous l’effet de plusieurs facteurs. Le premier tient au fait que la Chambre a servi, un peu à la manière des cours de justice « moyennes » – sénéchaussées et présidiaux – ou des grandes sénéchaussées seigneuriales, de voie d’accès au parlement. Cela a été net lors de la forte croissance de l’État d’offices dans la seconde moitié du XVIe siècle et sans doute encore pendant la première moitié du XVIIe siècle quand la cour rennaise a continué à recruter des membres dans le monde des officiers moyens. C’est ce qui explique que plusieurs fils de maîtres y soient devenus conseillers. Parmi eux, on trouve des fils d’Angevins – Louis Bitault, Adrien Brossays, Jacques I Constantin – ou d’officiers du Val de Loire – Claude Le Febvre – qui disposaient d’atouts pour se faire attribuer les offices créés mais aussi des Nantais comme les Le Lou, les Fourché, les Charette, les Boux. Le deuxième facteur qui a joué est d’ordre politique : il s’agit principalement des guerres de la Ligue qui ont permis de faire sauter quelques-uns des verrous qui paralysaient alors la robe bretonne. Les plus fidèles partisans du roi comme les Charette en ont tiré profit – c’est en 1598 que le premier membre de la famille est entré au parlement – mais aussi les « créatures » du duc de Mercœur. C’est à ce moment-là que le frère de l’auditeur Jean Cousin et le fils de Jean Guillope ont été promus conseillers ; il en a été de même pour Mathurin Guischard, le père du maître François Guischard, ou de Bernardin d’Espinoze, l’un des gendres du maître des comptes Michel I Le Lou. Dans les deux derniers cas au moins, le soutien apporté au gouverneur rebelle, loin d’hypothéquer l’avenir, a permis de fonder deux dynasties au parlement.

  • 169 Si l’on excepte bien sûr sa sœur qui avait épousé le maître François Phélypeaux.

96Le troisième facteur qui a joué est d’ordre économique. Les familles gravitant dans l’orbite de la Chambre qui ont constitué une fortune suffisante – mais elles sont finalement peu nombreuses – ont généralement réussi à faire entrer un de leurs membres au parlement. Cela a été, au XVIe siècle, le cas des Le Lou et au XVIIe siècle, avant la mise en place de la fixation de Colbert, d’Yves Sanguin, le fils du receveur général Louis Sanguin. La fortune n’a pas été un facteur suffisant pour s’imposer ; il a fallu y associer une bonne stratégie matrimoniale. Si l’on prend l’exemple des Le Lou, on constate que leur intégration au parlement s’est faite en plusieurs étapes grâce aux alliances conclues par le maître Michel I Le Lou, qui a été le premier membre de la famille à quitter le monde de la marchandise169. De son premier mariage avec Françoise Rocaz, fille de Julien Rocaz, associé d’André Ruiz, sont nés trois enfants, un garçon, Yves Le Lou, qui est devenu maître des comptes en 1586, et deux filles, Marie et Jeanne. C’est la première d’entre elles, Marie Le Lou, qui a permis de nouer des liens avec la cour rennaise puisqu’elle a épousé en 1581 le conseiller au parlement Maurice Boylesve (1577-1588). La deuxième fille, Jeanne Le Lou, a eu plus de mal à la suivre dans la voie ainsi tracée puisque son époux Bernardin d’Espinoze (ils s’étaient mariés en 1586) n’a pu intégrer le parlement que grâce à l’appui du duc de Mercœur en 1597. Confirmé par Henri IV, il y est demeuré jusqu’en 1617. C’est donc classiquement par les femmes que les Le Lou ont fait leur « apparition » sur la scène rennaise.

Figure 16. – Les Le Lou.

  • 170 Il a épousé successivement deux veuves : à savoir en 1621 Sébastienne Paignon, veuve du sénéchal de (...)
  • 171 Celui-ci est signalé en 1602 comme grand maître enquêteur des eaux et forêts de Bretagne et grand v (...)
  • 172 Les Hux et les Jallier étaient alliés depuis la première moitié du XVIe siècle. Ils étaient proches (...)

97L’entrée de l’un des leurs au parlement n’a eu lieu que dans un deuxième temps ; il a fallu pour cela le remariage de Michel I Le Lou en 1572 avec Bonne de Troyes, la fille du trésorier de France, Nicolas de Troyes. C’est grâce à cette alliance qu’il est devenu maître aux comptes cette même année et sans doute aussi maire de Nantes en 1573 et surtout que son fils Michel II Le Lou a été reçu à Rennes comme conseiller en 1606170. Ce « succès » n’a pas empêché le maintien de liens avec la Chambre des comptes ni avec les milieux financiers. Sur les deux filles nées de la seconde union de Michel I Le Lou, l’une, Isabelle Le Lou, a épousé en 1598 le Tourangeau Victor Binet, grand maître des eaux et forêts de Bretagne, puis président à la Chambre des comptes (1603-1628), alors que l’autre, Marguerite Le Lou, s’est mariée en 1603 avec Jean Cornulier171, l’un des fils du trésorier de France Pierre I Cornulier. Le second fils, Pierre Le Lou, est devenu un « financier » et a épousé la fille du trésorier des états Gabriel Hux. Par une politique de renchaînement d’alliances, le maître des comptes Yves Le Lou a épousé Catherine Jallier, qui était née du premier mariage de Bonne de Troyes et du trésorier de France Jean Jallier172. De cette union est née, entre autres enfants, une fille, Bonne, qui a épousé Audart Hux, beau-frère de Pierre Le Lou et conseiller au parlement de 1606 à 1626.

98Au final, l’ascension de la famille Le Lou, pour rapide qu’elle paraisse, a obéi à un schéma classique et a été le fruit d’une alliance entre gens du négoce et des finances – De Troyes, Jallier, Hux, voire de Cornulier – avec les gens de justice – Binet et surtout les Boylesve. Elle est le produit aussi de la rencontre entre les notables de Nantes et ceux d’Angers et de Tours, confirmant ainsi le caractère éminemment porteur de ces alliances entre les hommes du Val de Loire au temps de la première modernité tout en faisant prendre conscience une nouvelle fois de la nécessité pour les Nantais désirant progresser de s’allier avec des familles extra-provinciales déjà engagées dans la carrière des offices ou mieux positionnées dans les réseaux de pouvoir. Les relations qu’ils ont nouées n’ont d’ailleurs pas été à sens unique. Les Boylesve étaient eux-mêmes liés aux de La Marqueraye : l’un d’entre eux, David de La Marqueraye, a été conseiller au parlement (1586-1595), a épousé la sœur de Maurice Boylesve, et a transmis sa charge à l’un de ses beaux-frères, Charles Boylesve. Dans le même temps, son frère Joseph de La Marqueraye est devenu maître des comptes, en bénéficiant probablement de l’appui des Le Lou. De la même façon, ces derniers ont dû favoriser la réception à la Chambre du fils cadet de Maurice Boylesve, François Boylesve, comme maître des comptes en 1622. Une carrière qui, à première vue, pouvait apparaître « étrange » retrouve ainsi tout son sens, pour peu qu’on la considère sous un angle plus large.

  • 173 Chaque famille créait ensuite sa propre dynamique : le maître François Guischard a épousé Jeanne II (...)

99L’effet dynamique des alliances entre Angevins et Nantais a joué pour d’autres familles. Si l’on reste dans les mêmes cercles, on constate que le père du maître François Guischard avait épousé Yvonne I Jallier, la sœur du général des finances Jean Jallier et que son frère s’est marié avec Françoise Boylesve, la fille du conseiller Maurice Boylesve173. La fille du maître Étienne Le Franc a épousé quant à elle François Thévin, conseiller de 1578 à 1637 et petit-fils du trésorier et receveur général Jacques Thévin. Le maître Raoul Brégel était lui-aussi intégré à ces réseaux ligériens puisque sa mère était la fille du conseiller Raoul Chalopin et qu’il s’est marié lui-même avec Marguerie Le Chat, fille d’un président au présidial d’Anjou.

  • 174 Frédéric Saulnier, op. cit., t. II, p. 583 et suivantes.
  • 175 Il avait été précédemment conseiller au Grand Conseil.
  • 176 En 1587, il résigné sa charge de sénéchal pour ne conserver que celle de président.

100Une alliance particulièrement porteuse semble avoir été celle qui s’est tissée autour des de Lesrat174. À la base de l’ascension de la famille, on trouve Guillaume I de Lesrat qui était président et lieutenant général au présidial d’Angers175. Son fils aîné Guillaume II de Lesrat, qui a épousé Françoise Grignon, seule héritière de Jean Grignon, prévôt de Nantes puis conseiller au parlement en 1558, est devenu président à mortier à Rennes (1573-1587), charge qu’il a cumulée avec une présidence au présidial d’Angers. Fort de cet acquis, son héritier, Guillaume III de Lesrat, après un court passage au parlement de Rennes en tant que conseiller, a fini sa carrière à celui de Paris, réussissant ainsi un transfert de la province à la capitale. Ce sont les deux autres enfants de Guillaume I de Lesrat – Françoise I et Guy I de Lesrat – qui ont renforcé l’influence des de Lesrat dans l’ouest du royaume grâce à une alliance avec les Le Maire. Françoise s’est mariée ainsi avec Guillaume Le Maire, Angevin devenu alloué puis sénéchal de Nantes (1556-1577) alors que son frère Guy I a épousé Renée, l’héritière de ce dernier. Conseiller au parlement (1571-1576), tout en étant président et lieutenant général du présidial d’Angers, Guy I de Lesrat a bénéficié en 1577 de la survivance de l’office de sénéchal de son beau-père. Son décès en 1583 ne lui aurait toutefois pas permis d’exercer vraiment la charge d’autant qu’il semble avoir coïncidé avec celui de Guillaume Le Maire. La veuve de ce dernier s’est remariée avec Charles Harouys, lui permettant de devenir sénéchal (1583-1587)176.

Figure 17. – Les de Lesrat.

  • 177 Pierre III Davy avait épousé Anne Avril de La Roche qui était d’Angers mais dont on ne connaît pas (...)

101Écartés de la scène nantaise, les de Lesrat ont fait souche au parlement où ils se sont succédé sur trois générations avec Guy II de Lesrat (1608-1643), Guy III de Lesrat (1643-1673) et Guy IV de Lesrat (1673-1687) tout en entretenant des relations privilégiées avec le personnel de la Chambre des comptes où ils ont pris des épouses. Guy II de Lesrat s’est marié avec Françoise Fourché, la fille du maître Jean I Fourché alors que Guy IV a épousé la fille du maître Pierre III Davy. Si Guy III de Lesrat a fait exception à la règle, il n’a pas été étranger, lui non plus, aux cercles nantais puisque son beau-frère, Maurice Auvril s’est remarié avec Marie Ménardeau, fille de René, écuyer, lieutenant général au présidial de Nantes177. Si l’on élargit l’angle d’observation, on constate que les de Lesrat ont entraîné dans leur sillage d’autres familles de la Chambre. Dans la branche aînée, Françoise II de Lesrat, la fille de Guillaume II de Lesrat, a épousé un représentant de la noblesse terrienne du comté de Nantes, Christophe de Sesmaisons : c’est leur fils Claude qui est devenu brièvement maître de 1634 à 1638. La veuve de Guy I de Lesrat s’est pour sa part remariée avec le conseiller au parlement Gabriel Bitault (1582-1598), fils du maître Louis Bitault. Leur fille Marguerite s’est mariée avec le maître René de La Tullaye (1606-1635). Le cousin de ce dernier, Salomon, a épousé pour sa part Renée de Lesrat, fille de Guy II de Lesrat et de Françoise Fourché.

  • 178 Celui-ci serait structuré autour d’une dynastie principale qui attirerait dans son sillage d’autres (...)
  • 179 Il renforce son intégration aux milieux parlementaires en épousant quelques années plus tard Guyonn (...)

102À la différence des alliances contractées par les Le Lou qui mettaient en relation différentes catégories du monde de l’office – justice et de finances – voire du monde marchand, on aurait affaire dans le cas de la nébuleuse qui se forme autour des de Lesrat à des liens prioritaires entre gens de la robe. Cela n’a pas empêché que les rapprochements ainsi opérés n’aient également un effet d’entraînement pour les membres du réseau178 ainsi constitué : ainsi le fils de Jean II Fourché, Mathieu Fourché, a-t-il fait son entrée au parlement peu de temps après que sa sœur eut épousé Guy II de Lesrat179. Il n’y a pas eu toutefois de politique systématique de transmission de charges entre ces familles. La solidarité s’est manifestée avant tout par le partage des valeurs de la robe : c’est elle qui explique pourquoi Claude de Sesmaisons a fait brièvement carrière à la Chambre et que Salomon de La Tullaye ait accepté, sous la pression de ses beaux-parents, de succéder à son cousin René de La Tullaye.

  • 180 Le président Victor Binet avait épousé Jeanne du Pé, fille de Claude, ancien gouverneur ligueur de (...)
  • 181 Les Constantin ont fait la preuve eux aussi d’une dévotion très marquée : le frère du maître des co (...)

103Plus largement, ce qui semble avoir rassemblé toutes ces familles nanto-angevines c’est leur attachement à la foi catholique qui aurait, d’une certaine façon, transcendé le fait qu’elles appartenaient à des cours différentes. Cela a amené certains d’entre elles à adhérer à la Ligue. On a vu que cela a été le cas pour celles qui étaient proches des Le Lou180 comme les d’Espinoze ou les Guischard. Plusieurs officiers évoluant dans l’orbite des de Lesrat ont fait de même : c’est le cas de Gabriel Bitault qui, contrairement à son frère Louis, a accepté de servir le duc de Mercœur à Nantes, des Fourché, des de La Tullaye, des de Sesmaisons. Si les de Lesrat ont fait preuve d’une plus grande prudence, il faut noter tout de même que Guy I est devenu conseiller au parlement en mettant à profit la mise à l’écart en 1570 des magistrats huguenots. Quel que soit le choix qu’ils ont opéré, tous ces officiers ont adhéré aux valeurs de la Réforme catholique181, confirmant ainsi l’influence acquise par les dévots dans le monde des magistrats dans la première moitié du XVIIe siècle. Ce facteur n’a pas dû jouer bien sûr uniquement dans le groupe que j’ai distingué et il faudrait, là aussi, des recherches complémentaires pour en mesurer l’effet à l’échelle du parlement.

  • 182 Le grand-père de Mathurin Boux était doyen de la faculté alors que les Ménardeau étaient médecins.
  • 183 La mère du maître Pierre II Ménardeau, Jeanne Hux, était la fille du maître des comptes Jean II Hux (...)
  • 184 Le mariage de François III Boux avec Marie-Anne de Montullé, qui appartenait à une famille très for (...)

104Quoi qu’il en soit, rares sont les officiers de la Chambre qui ont réussi à percer dans cette cour sans s’inscrire dans ce pôle Nantes-Angers. Cela a été le cas bien sûr de ceux qui étaient originaires de Basse-Bretagne et qui disposaient de leurs propres réseaux de relations. Cela se vérifie aussi pour au moins deux familles nantaises : les Charette et les Boux. Le cas des premiers n’est pas pour surprendre dans la mesure où ils constituaient le grand lignage de robe de la cité ligérienne. Il n’est donc pas besoin d’insister davantage. Celui des seconds paraît plus étonnant : un examen attentif montre pourtant qu’il fournit une illustration supplémentaire du fait que la plupart des ascensions sociales sous l’Ancien Régime étaient le résultat d’une lente progression sur plusieurs générations. Le maître Mathurin Boux (1626-1650) qui voit son fils, François III Boux, devenir conseiller au parlement en 1659 avait lui-même pour parents François I Boux, conseiller au présidial de Nantes, et Françoise Drouet, fille de Mathurin Drouet, conseiller au parlement en 1570. Après un premier mariage avec Perrine Lizière, il a épousé Françoise Ménardeau, la fille du maître des comptes Pierre II Ménardeau (1603-1623) et de Françoise de Marques. En se rapprochant des Ménardeau, Mathurin Boux a renoué une alliance ancienne de sa famille qui s’était tissée au XVIe siècle au sein de la faculté de médecine de Nantes182 et des milieux financiers autour des Jallier et des Hux183. À travers la promotion de François III Boux, ce serait en fait tout ce réseau qui serait parvenu finalement à imposer un des siens au parlement184.

Des voies qui divergent

  • 185 Cf. figure 16, cahier couleurs.

105Après François III Boux, si l’on excepte ceux qui gravitaient dans les réseaux financiers que j’ai évoqués précédemment, plus aucun maître n’a réussi à faire entrer un fils au parlement et aucun fils de parlementaire n’est devenu maître. En plus de la différence initiale entre les deux cours, d’autres facteurs ont donc dû intervenir pour accentuer la coupure entre elles. Ce qui a joué sans doute, c’est l’effacement progressif des familles évoquées précédemment ou la perte de dynamisme de leurs alliances. Un autre facteur à prendre en compte, c’est l’évolution du prix des offices. Dans le graphique ci-dessous et le tableau 86 – Quelques prix de charges de conseillers au parlement et de maîtres à la Chambre des comptes185, on constate que les charges de conseiller au parlement ont un prix toujours plus élevé que celui des offices de maîtres aux comptes. Ainsi celles de conseillers originaires se vendaient déjà à 40 000 livres à la fin des années 1610 alors que celles de maîtres se négociaient à moins de 30 000 livres. En 1631, un office de conseiller de nouvelle création est vendu pour 72 000 livres alors que l’année suivante une charge de maître aux comptes est adjugée pour 47 000 livres. Ce rapport de 1,5 s’est maintenu pendant tout le reste de la période. Si des prix des charges de conseiller ont atteint des sommets au début des années 1660 avec plus de 180 000 livres – ils sont alors deux fois plus élevés que ceux que l’on relève à la Chambre des comptes –, cela a été sans lendemain et les cours sont retombés rapidement à moins de 140 000 livres. Les prix des offices de non-originaires ont progressé aussi tout en demeurant à un niveau plus bas, comparable à celui des offices de maîtres.

  • 186 Cf. John J. Hurt, « Les offices au parlement de Bretagne sous le règne de Louis XIV : aspects finan (...)

106Ces constatations mériteraient d’être approfondies grâce à une étude méthodique des traités d’offices disponibles pour le parlement186 et ce d’autant plus que ce qui frappe dans le cas de cette institution – et c’est une différence avec ce que l’on observe à la Chambre –, c’est la grande variété des prix selon les contractants. D’autres critères que ceux à caractère purement économique ont donc dû influer sur l’évolution des cours. On peut penser notamment au fait qu’au parlement un plus grand nombre de contrats ont été négociés entre membres d’une même famille (on retrouverait ainsi une conséquence de l’importance du phénomène dynastique au parlement), ce qui a pu, dans certains cas, limiter la hausse des prix. La différence entre des parlementaires plus soucieux de dignité et des officiers de la Chambre davantage en quête d’honneur a dû également jouer. Pour les familles, l’intégration au parlement aurait constitué l’aboutissement d’un parcours et permis d’acquérir un statut, une position dominante dans la société alors que l’entrée à la Chambre n’aurait été qu’une étape et/ou un moyen de réaliser un investissement profitable. Des parlementaires plus « désintéressés » se distingueraient ainsi des gens des comptes « plus près de leurs sous », la culture juridique des uns contrastant ainsi avec les préoccupations, surtout comptables, des autres.

Tableau 86. – Quelques prix de charges de conseillers au parlement et de maîtres à la Chambre des comptes.

Années

Conseillers originaires

Conseillers N. O.

Maîtres

1609

40 000 livres

1613

43 000 livres

24 000 livres

1618

28 000 livres

1619

38 000 livres

1631 (création)

72 000 livres

58 000 livres

1632 (création)

47 000 livres

1636

58 000 livres

55 000 livres

47 000 livres

1638

87 000 livres

1639

52 000 livres

1641

79 000 livres

70 000 livres

1644

98 000 livres

54 000 livres

1649

112 000 livres

67 000 livres

1654

144 000 livres

80 000 livres

65 000 livres

1659

92 000 livres

92 500 livres

1661

187 000 livres

88 000 livres

1663

135 000 livres

96 000 livres

86 000 livres

1664

138 000 livres

100 000 livres

107Quoi qu’il en soit, l’évolution des prix peut avoir eu plusieurs effets en matière d’« échanges » entre le personnel de la Chambre et du parlement. Jusqu’aux années 1640, il était possible pour les parlementaires qui le désiraient et qui avaient au moins deux fils d’acquérir un office de conseiller pour l’aîné et une charge de maître des comptes pour le cadet, même s’il fallait pour cela également trouver une épouse susceptible d’apporter une dot permettant de faire face aux différents frais engagés. C’est ce qui a dû se produire pour les Brégel, les Guischard, les Boylesve, les Le Meneust. Les maîtres des comptes qui étaient inscrits dans les bons réseaux ont pu adopter une stratégie semblable pour leurs enfants. C’est ce qui s’est passé pour le maître Jean I Fourché (1590-1612) dont l’un des fils Mathieu est devenu conseiller au parlement grâce à un mariage opportun avec Guyonne I Bouriau, veuve du conseiller Guillaume Thévin, et dont l’autre, Jean II Fourché, lui a succédé à la Chambre, en contractant une union avec la fille du maître Julien de Crespy.

108C’est ce qui s’est produit aussi pour les Constantin dont le parcours mérite d’être restitué.

Figure 18. – Les Constantin.

  • 187 Le fossé qui s’est créé progressivement entre la province et la capitale aurait eu des répercussion (...)
  • 188 Il a acquis la charge de René du Grasmesnil pour 43 500 livres, Frédéric Saulnier, op. cit., t. I p (...)
  • 189 Il a acquis la charge de Jean III Fourché, qui est alors devenu procureur général syndic des états, (...)
  • 190 Frédéric Saulnier fixe la date du mariage à 1665 ; il a dû faire erreur et la date de 1655 paraît p (...)
  • 191 Les parents de son épouse étaient noble homme Antoine François, sieur de Belleville et Catherine de (...)
  • 192 Jacques I Constantin est mort en 1662 : c’est le partage de sa succession qui a dû permettre en fai (...)

109Après des débuts dans la marchandise, cette famille s’est rapidement orientée vers le monde des offices avec Robert I Constantin qui est signalé comme conseiller au présidial d’Angers dans la seconde moitié du XVIe siècle. Ses quatre enfants ont confirmé cet ancrage : la fille aînée, Catherine Constantin, a épousé le conseiller au parlement Jacques Denyau (1606-1647) et sa sœur Jacquine Constantin s’est mariée avec un conseiller au présidial d’Angers, Maurice Auvril/Avril. Le fils aîné, Gabriel I Constantin, est devenu conseiller au parlement (1612-1660), et le cadet, Jacques I Constantin, grâce à son mariage avec Anne Martineau, la fille du maître Charles Martineau, a acquis un office de maître aux comptes (1622-1659). Alors que l’héritier de Gabriel I Constantin a fait carrière dans la capitale, c’est la descendance de Jacques I Constantin qui a confirmé l’implantation de la famille dans les cours souveraines de Bretagne187. Deux de ses fils ont intégré à leur tour le parlement de Rennes : l’un, Jacques II Constantin, a d’abord été conseiller et commissaire188 (1649-1655) puis conseiller189 (1654-1671). L’autre, Robert II Constantin, a récupéré brièvement la charge de commissaire de son frère puis a acheté lui-aussi un office de conseiller (1662-1688). Ces acquisitions ont nécessité un investissement financier important. Jacques II Constantin a payé sa charge de commissaire 43 500 livres et celle de conseiller 86 000 livres. Si son mariage en 1655190 avec Marie François, qui appartenait à une riche famille nantaise191, a pu l’aider à atteindre ses objectifs, cela n’a pas été le cas pour son frère qui est demeuré célibataire alors que les charges de conseiller, au moment où il a acquis la sienne, se négociaient à plus de 130 000 livres. Le maître des comptes Jacques I Constantin a donc dû contribuer fortement à la réussite de ses fils, ce qui révèle la fortune dont il disposait et explique le rôle qu’il a tenu dans la vie de la Chambre pendant le temps où il y a siégé. On sait d’ailleurs qu’il a réalisé une excellente opération en revendant sa charge de maître en 1659 à René de Pontual, agissant pour son fils Sébastien de Pontual, pour 92 500 livres, ce qui constitue presque le record pour ce type d’office. De là à penser qu’une partie de cette somme a servi à financer l’achat de l’office de conseiller de son fils Robert II Constantin en 1662, il n’y a qu’un pas… difficile toutefois à franchir faute de preuve192. Sa fortune n’était pourtant pas inépuisable comme le prouve la carrière de son troisième fils, Gabriel II Constantin, qui a dû se contenter d’un office de correcteur à la Chambre des comptes (1646-1677). Malgré cette nuance, la réussite des Constantin est tout de même impressionnante. À la même période, seule celle des Boux peut lui être comparée puisque le maître Mathurin Boux a réussi à acheter un office de conseiller à son fils en 1659 et à marier deux de ses filles (la troisième est entrée en religion) avec des membres de cours souveraines : l’une, Lucresse Boux, a épousé le conseiller au parlement Louis de Bruc et l’autre, Françoise Boux, s’est mariée avec le président aux comptes Joseph Rousseau.

  • 193 René I Le Prestre était devenu en 1648 conseiller et commissaire au parlement, charge qu’il a reven (...)
  • 194 Il faudrait voir de quelle manière les augmentations de gages ont contribué à l’évolution des prix.
  • 195 Cité par Annaïg Soulabaille, op. cit., p. 261.
  • 196 Cette règle, comme toutes les mesures restrictives que ce soit en matière d’âge ou de parenté, n’au (...)
  • 197 L’intégration en 1659 de François III Boux au parlement prend, dans cette perspective, valeur de sy (...)

110La rareté des exemples que l’on peut citer montre toutefois que l’augmentation des prix tant au parlement qu’à la Chambre a eu pour conséquence de rendre impossible une présence simultanée des familles dans les deux institutions pendant la période de plus forte hausse (1655-1665) même si elle peut contribuer à expliquer certains passages éclairs comme celui de René I Le Prestre qui a été brièvement procureur général à la Chambre en 1650-1651193 avant de devenir conseiller au parlement, les deux charges ayant alors sensiblement la même valeur. La fixation de Colbert en 1665 a accentué la fracture entre les deux cours souveraines. Alors que le prix des charges de maîtres a été fixé à 50 000 livres, celui des offices de conseillers originaires a été établi à 120 000 livres et celui des offices de non-originaires à 60 000 livres. Les tarifs ainsi fixés n’ont pas été respectés. Pour les originaires, les prix varient dans les années 1670-1680 dans une fourchette qui va de 70 à 90 000 livres et n’atteignent qu’exceptionnellement les 100 000 livres alors que pour les non-originaires, on va de 40 à 60 000 livres194. Tenant compte de cette tendance, le pouvoir royal a fixé la valeur des offices de nouvelle création en 1689 à respectivement 80 000 livres et 45 000 livres. Même avec cette baisse, le prix des charges de conseiller au parlement est demeuré au-dessus de celui des offices de maîtres, ce qui a empêché les fils de la majorité de ces derniers de poursuivre leur carrière dans la cour rennaise. Cette dévalorisation des charges a peut-être pourtant fait craindre aux parlementaires que leur cour ne soit envahie par des roturiers enrichis et que le prestige de leur institution ne soit atteint. S’ils consentaient à prendre femme dans les élites du tiers-état, ils acceptaient très mal que les fils de la bourgeoisie viennent siéger avec eux comme l’illustre l’anecdote suivante. En 1694, Alain Artur, sieur de Pellan, de Saint-Malo, confronté aux difficultés rencontrées par son fils pour se faire recevoir au parlement en attribuait la responsabilité « à une cabale de quinze jeunes conseillers qui avoient comme jurez entre eux dez le commencement de semestre de donner ce dégoût à son fils par la seule raison d’estre né de Saint-Malo, dont ils veulent bien les filles à ce qu’ils disent mais non pas les hommes195 ». C’est ce mépris ressenti par les parlementaires à l’égard des autres catégories sociales qui les aurait poussés à se fermer à partir des années 1670 à tous ceux qui n’étaient pas issus d’une noblesse ancienne196. De ce fait, le personnel de la Chambre des comptes, qui se recrutait en grande partie dans la roture ou dans la noblesse récente, n’a plus été en mesure d’intégrer le parlement. Le contraste entre une Chambre, devenue « une machine à anoblir », et un parlement au « sang bleu » se serait ainsi accentué197. La baisse générale des prix qui est intervenue à la fin du règne de Louis XIV du fait de la multiplication des charges n’a pas, de ce fait, permis de modifier la donne.

111Quelques nuances, qui ne remettent pas en cause la conclusion globale, doivent être apportées au tableau dressé pour les maîtres. L’un d’entre eux, Joseph Mosnier (1696-1718), a eu un frère, Pierre-François Mosnier, au parlement (1693-97), ce qui dément donc quelque peu l’hypothèse avancée précédemment comme quoi il était impossible pour une famille de faire entrer simultanément des enfants dans les deux cours souveraines de la province. Dans un schéma classique où l’aîné siège à Rennes alors que le cadet exerce à Nantes, on se retrouve ici face à une famille issue du monde de la robe qui a su nouer de bonnes alliances : le père des deux magistrats était juge criminel au présidial de Nantes et la mère était issue d’une dynastie d’auditeurs, les Macé, qui avait été anoblie grâce à sa présence à la Chambre. Joseph Mosnier a épousé la fille du maître Jacques II Langlois et de Marie Boussineau, s’intégrant ainsi à deux familles de notables dont l’une, les Langlois, était solidement implantée aux comptes et dont l’autre, les Boussineau, y prenait pied après une carrière dans la marchandise et les finances. Si l’on ajoute à cela le fait que son frère n’a fait qu’un bref passage à Rennes avant de devenir prêtre puis directeur du séminaire de Lyon, on obtiendrait ainsi un portrait de « l’homme neuf » venant de Nantes que le parlement était disposé à accueillir à la fin du XVIIe siècle, à savoir un individu issu d’une famille de la robe et présentant toutes les caractéristiques du bon magistrat, notamment en matière religieuse.

  • 198 Son frère Jacques est devenu par la suite avocat général à la Chambre (1700-1725). Il s’est marié a (...)
  • 199 Pierre Rodays a succédé à Louis Rouillé (1704-1714), décédé. Cette transmission d’office a dû se fa (...)
  • 200 L’autre exemple qui illustre cela est celui des Le Tourneux.

112Avec les Cosnier, on aurait un autre cas de figure. L’exemple est ici plus surprenant que le précédent puisqu’il concerne un correcteur, Mathurin Cosnier, dont le fils Gilles Cosnier est devenu conseiller au parlement en 1684. Cette réussite peut se comprendre par la relative aisance de ses parents comme l’atteste le fait que deux de ses oncles maternels, Simon et Julien, ont intégré la Chambre, respectivement comme auditeur des comptes (1650-1671) et comme maître (1674-1686). Elle est due plus encore sans doute à son mariage avec Marie-Marguerite Jouault198 dont le père était receveur des épices de l’amirauté de Nantes alors que sa mère était la fille d’un directeur des postes de Touraine, Pierre Rouillé. Le beau-frère de Gilles Cosnier s’est marié avec Renée Fresneau, sœur de l’auditeur René (1695-1720) et fille d’un marchand de la Fosse – il était également payeur de la maréchaussée de Bretagne – puis avec Marie-Madeleine Rodays, fille d’un directeur de la poste à Nantes et sœur du maître Pierre Rodays199 (1714-1723). À partir d’une bonne assise familiale, l’ascension de Gilles Cosnier pourrait donc être in fine le signe de l’affirmation du monde de la ferme et du négoce du Val de Loire à la fin du règne de Louis XIV et son intégration au parlement une illustration supplémentaire de la capacité du monde de l’argent à surmonter les barrières réputées les plus infranchissables pour s’imposer dans les cercles de la notabilité200.

  • 201 Le beau-frère de François Neveu, Gervais Geslin, était également conseiller au parlement.
  • 202 Le père d’Yves de Coniac avait épousé la sœur du procureur général des comptes Yves Morice.
  • 203 Les La Bouexière sont une famille intéressante : ils avaient contrôlé la sénéchaussée de Guingamp d (...)

113S’il est devenu presque impossible pour les enfants des maîtres des comptes d’intégrer le parlement, les échanges entre les familles des deux cours n’en ont pas moins continué. Quelques officiers ont marié leur fille avec des parlementaires et/ou ont eu des beaux-frères dans la cour rennaise. Quand on examine leurs noms, on se retrouve en quelque sorte en présence du who’s who des familles importantes de la Chambre – dans la catégorie des maîtres – à la fin du règne de Louis XIV. Certaines comme les Dollier ou les Bachelier ont su s’allier avec des familles nantaises implantées au parlement comme les Guischard ou les Boux. On peut y ajouter les Bouin qui se sont rapprochés pour leur part des Du Pont, dont l’ascension avait commencé à la Chambre des comptes. Pour d’autres familles comme les Neveu, c’est leur intégration probable à des réseaux financiers porteurs qui explique les mariages contractés. Le maître François Neveu a marié ainsi sa fille avec un membre de la famille Michau qui gérait alors la trésorerie des états201. François II de La Pierre présente un cas de figure voisin : il était en effet le beau-frère d’Yves de Coniac qui était le descendant de fermiers généraux du comté de Quintin202. Avec le Guingampais Jérôme Le Brun, on a un cas de figure original qui mériterait d’être approfondi. Son beau-frère Marc-Antoine de La Bouexière203 est devenu conseiller au parlement en 1675 après avoir acheté l’office de Jean-Baptiste I de Cornulier qui a accédé la même année à une présidence des comptes. L’entrée de Le Brun à la Chambre comme maître des comptes en 1680, plus que par la présence de son parent, l’auditeur François Le Brun, pourrait s’expliquer par les liens qui se sont créés à cette occasion avec les de Cornulier d’autant que ceux-ci étaient également possessionnés dans la région de Guingamp. Les relations entre les membres de la robe n’ont pas été à sens unique et certaines familles de parlementaires comme les La Bourdonnaye ont noué des liens avec des magistrats bien établis à la Chambre, le maître Louis Bidé et l’auditeur Christophe Le Tourneux.

  • 204 Cela aurait pu être accentué dans le cas de Nantes par le fait que c’est au XVIIIe siècle que des f (...)
  • 205 Les Becdelièvre ont peut-être fait exception mais leur investissement à la Chambre pourrait être le (...)

114Même en combinant toutes les formes d’échanges, le bilan auquel on parvient est mince. Cela oblige à conclure que les gens des comptes et les gens du parlement appartenaient, pour leur majorité, sinon à deux mondes totalement distincts, du moins à des groupes qui étaient à des stades différents de leur ascension. Cette coupure n’aurait fait que s’accentuer avec le temps204 et seuls ceux qui disposaient des moyens financiers suffisants et/ou qui avaient à leur actif de longs états de service dans les carrières judiciaires ont pu passer les frontières qui divisaient la robe bretonne. Il n’y a finalement que quelques grandes familles qui ont pu bâtir des stratégies reposant sur une présence dans les deux institutions. Et encore ces stratégies se sont-elles appuyées sur une distinction classique entre branches aînées servant au parlement et s’alliant avec des gens de la robe et branches cadettes siégeant à la Chambre et contractant des unions avec des gens de finances. Cela a été le cas notamment des Boylesve dans la première moitié du XVIIe siècle et surtout des Barrin, des de Cornulier pendant une grande partie de la période prise en considération205. Pour les premiers, c’est la branche alliée aux Le Lou qui s’est orientée vers la Chambre ; il en a été de même pour les Barrin, où c’est Jacques II Barrin, marié à la fille du financier Ruellan, qui est devenu premier président et les de Cornulier pour lesquels cette donnée s’est sans doute combinée avec un attachement à l’institution qui avait permis leur ascension. Derrière le masque apparemment uni et lisse des familles, des clivages se perpétuaient, distinguant gens du parlement et gens des comptes.

*

115Si la Chambre des comptes a su devenir au fil du temps grâce aux privilèges qu’elle conférait à ses membres une institution de référence pourvoyeuse d’honneur, elle n’a pu se hisser au même niveau que le parlement. Au temps du développement de l’État d’offices et de la hausse du prix des charges, au moment aussi où le préjugé nobiliaire ne s’était pas encore imposé comme un élément discriminant, elle a accueilli des membres de familles qui investissaient aussi la cour rennaise. Le nombre en a été toutefois réduit et la plupart d’entre eux se sont inscrits dans le cadre des relations nouées entre les bourgeoisies nantaise et angevine. Les années 1660-1670, sous l’effet de la mise en place de la fixation de Colbert et du « repli nobiliaire » du parlement, ont constitué une rupture et fait de la Chambre une machine à anoblir. Ce faisant, l’institution a assuré sa survie et est demeurée attractive pour les catégories moyennes du Val de Loire. Cela n’a pas empêché une grande partie de son personnel de partager les préjugés des gens de la robe à l’égard des autres catégories sociales. Cela expliquerait, dans un mouvement parallèle à celui qui amenait les parlementaires à afficher l’ancienneté de leur noblesse, sa prise de distance progressive par rapport à la ville qui l’hébergeait et son refus d’exercer toute responsabilité municipale. Par ce souci de se démarquer d’une bourgeoisie urbaine de plus en plus saisie par le négoce, elle montrait que l’idéal était désormais pour elle d’adopter le mode de vie de la noblesse traditionnelle et apportait une preuve supplémentaire du fait que toute progression sociale s’accompagne d’une rupture avec le milieu dont on vient et de l’adoption des valeurs de la catégorie sociale que l’on veut intégrer ou que l’on veut imiter.

Notes

1 Monique Cubells, « Le recrutement de la Cour des comptes, aides et finances de Montpellier au XVIIIe siècle », Revue historique, CCLVII, 1, 1973, p. 9.

2 Simona Cerrutti, op. cit.

3 Pour l’impôt direct, les gens des comptes de Paris ont été exemptés à partir de la seconde moitié du XIVe siècle, c’est-à-dire avant le parlement qui n’est affranchi que dans le premier quart du XVe siècle, Françoise Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État : les gens du parlement de Paris, 1345-1454, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 222.

4 On ne sait s’il faut voir dans cette volonté d’alignement sur le grand modèle parisien une reconnaissance de sa prééminence et donc l’aveu, implicite, que le duché faisait bien partie du royaume de France ou, au contraire, alors que la Bretagne était en partie occupée par l’armée royale, la volonté des gens des comptes du duché d’égaler en prestige les membres de la Chambre des comptes de la capitale et donc de pousser jusqu’à son terme le mouvement d’émancipation alors engagé.

5 Lors de l’enregistrement de l’octroi du domaine de Bretagne à la reine Anne d’Autriche pour son douaire en 1644, les gens des comptes obtiennent la confirmation de leur exemption des devoirs casuels. La reine la maintient pour les présidents, les maîtres et les gens du roi « comme par le passé », ADLA, B 80, fo 255.

6 L’attitude du parlement de Rennes à l’égard des magistrats des comptes dépendait beaucoup de la personnalité des individus et de la famille à laquelle ils appartenaient. Ainsi en 1638, il n’a fait apparemment aucune difficulté à enregistrer le don fait à Marie-Prudence Le Lou, veuve du procureur général René Rousseau, des droits de rachat échus par le décès de ce dernier mais aussi des droits de ventes et lods pour les acquisitions en 1630 des terres de Souché et de Saint-Aignan, ibid., B 250.

7 Ibid., B 77.

8 Avec l’entrée de la Bretagne dans le royaume, la Chambre bénéficie des principaux privilèges qui ont été conquis par la Chambre des comptes de Paris au cours du Moyen Âge. Les actes royaux qui la concernent rappellent ainsi que les membres de cette dernière ont été exemptés du paiement des décimes en 1331, de l’arrière-ban par Charles VI en 1383, des tailles en 1425, de l’arrière-ban en 1479, de la gabelle en 1519.

9 Selon l’édit d’Henri II en 1556, les membres du parlement étaient exemptés « de toutes tailles, aides et impositions, de toutes levées de blés, vins et autres denrées, de toutes charges quelconques mises ou à mettre pendant le temps dont ils jouiront de leurs offices, de tout service, comparution et contribution au ban et arrière-ban pour raison de seigneuries ». Ils ont bénéficié aussi, au moins un temps, de l’exemption du droit de confirmation des offices, Henri Carré, op. cit., p. 286. Dans les remontrances présentées en 1563, les gens des comptes demandaient les mêmes privilèges, exemptions, droits de traite et impositions qu’il avait plu au roi donner à la Chambre des comptes de Paris et au parlement de Bretagne. Le 2 mars 1576, le Bureau de la Chambre donnait ordre à un huissier d’aller à Rennes s’informer des privilèges que les gens du parlement venaient d’obtenir afin d’en réclamer de semblables, ADLA, B 594, fo 131.

10 Cette exemption a été confirmée par Louis XIII en 1626, par un arrêt du Conseil du 3 août 1641 et par des lettres royales de 1659.

11 Le 10 mars 1599, le maître Jean Picaud se voit ainsi rembourser les 6 écus d’épices qu’il avait payés lors de l’hommage de la terre et seigneurie de Vieillecourt, du fait, dit l’arrêt rendu en sa faveur, qu’il est du « corps de la Chambre », ADLA, B 606, fo 205.

12 En marge de leur demande, il est indiqué : « ne se peult accorder pour la conséquence », mention du 25 avril 1588, ibid., B 64, fo 7-8.

13 Ibid., B 62, fo 184.

14 Les lettres sont enregistrées par le parlement siégeant à Tours le 26 août 1596 après que la Chambre eut bénéficié des lettres de surannation et relief d’adresse le 26 juin 1591, ibid., B 253.

15 Dominique Le Page, Alain Gallicé, Célia Meyer, « Une taxe levée par le duc de Mercœur au temps des guerres de la Ligue : Nantes en 1592-1593 », dans Dominique Le Page (dir.), Usages et images de l’argent dans l’Ouest atlantique aux Temps modernes, Enquêtes et documents, no 35, 2007, p. 15-132.

16 Les maîtres Bernard de Monti, Georges Morin, Aimé Adam et Yves Le Lou – dont les cotisations ont été revues à la hausse – paient ainsi nettement plus que les maîtres Raoul Boutin ou Marc I de Barbère.

17 Pour rembourser la somme empruntée, les états avaient eu l’autorisation de lever un subside de 40 sous sur chaque pipe de vin entrant en Bretagne. Le 9 février 1599, la Chambre a demandé à Gabriel Hux de rendre compte dans un délai de trois jours pour avoir le remboursement des 6 000 écus, ADLA, B 606, fo 178.

18 En 1645, elle procède à l’enregistrement du contrat des états à la charge que les « privilégiés jouiront de leurs exemptions », ibid., B 79.

19 Les lettres ont été vérifiées à la Cour des aides de Paris le 15 septembre 1582.

20 ADLA, B 253.

21 Ibid., B 607, fo 223.

22 Comme l’écrit Françoise Autrand à propos des gens des comptes de la capitale, autant il leur était relativement facile de ne pas payer les impôts royaux, autant il leur était difficile d’échapper aux prélèvements urbains et il leur fallait constamment batailler pour faire reconnaître leurs droits.

23 ADLA, B 194.

24 Ibid., B 606, fo 238.

25 Ibid., B 606, fo 250, arrêt 12 mai 1599.

26 Ibid., B 250.

27 En novembre 1638, les officiers des comptes non originaires de Bretagne ont obtenu du roi la confirmation de leurs privilèges et du droit « de jouir en toutes les autres provinces du royaume, pais, terres et seigneuries de son obéissance […] des mesmes honneurs, franchises, immunitez, exemptions de subsides, imposition de deniers mis ou à mettre soit pour les affaires de sa majesté ou celles des villes, emprunts et subventions dont jouissent les officiers de la Chambre des comptes de Paris à l’instar de laquelle celle de Bretagne est réglée », ADLA, B 80.

28 Grâce à ce dossier, on dispose de la liste de tous ceux qui ont été cotisés à cet emprunt en 1622.

29 Les sergents qui ont opéré la saisie ont mis en vente un pot d’argent qui lui appartenait.

30 La Chambre ordonne au maître Pierre II Davy de dresser un procès-verbal des violences, mention du 10 janvier 1622, ADLA, B 209.

31 Ibid., B 206, mention du 26 juin 1620.

32 Ibid., B 208.

33 Pour reprendre une remarque de Robert Descimon concernant le droit de bourgeoisie dont il dit qu’il ne saurait être considéré comme un droit individuel, Robert Descimon, « “Bourgeois de Paris”, Les migrations sociales d’un privilège (XIVe-XVIIIe siècles) », dans Christophe Charles (dir.), Histoire sociale, histoire globale (actes du colloque des 27-28 janvier 1989), Paris, Éd. de la MSH, 1993, p. 173-182.

34 Mention du 14 janvier 1615.

35 Robert Descimon, « “Bourgeois de Paris”… », art. cit., p. 179-180.

36 Guy Saupin, « Les Nantais et la défense de leurs privilèges sous le règne de Louis XIV », BSAHNLA, 1993, t. 129, p. 87-103.

37 L’avantage acquis par la Chambre sur ce point par rapport à la ville de Nantes confirmerait l’idée de Robert Descimon selon laquelle sous Louis XIV, « les corps de ville se voient supplantés par leurs rivaux traditionnels, les corps, spécialement ceux qui ne poursuivent pas une finalité économique, mais bien une mission politique », Robert Descimon, « “Bourgeois de Paris”… », art. cit., p. 180.

38 L’acte fait référence aux précédentes confirmations de Charles IX en 1570, de Louis XIII en 1626, à un arrêt du Conseil du 3 août 1641 et à des lettres patentes de 1659.

39 Acte du 29 mars 1707.

40 Il fait référence à des édits d’avril 1572, de mai 1655, à des lettres patentes de novembre 1638 enregistrées à la Cour des aides le mois suivant puis à la Chambre à Nantes, et enfin à un arrêt du Conseil du 18 mars 1647.

41 Dont 7 livres pour les épices, 15 livres pour le « velratt » et 20 livres au secrétaire.

42 La Gibonnais refuse en revanche de s’occuper de l’exemption réclamée par les officiers angevins d’une taxe prélevée pour la suppression des inspecteurs aux boucheries en arguant du fait que c’est une contribution « qui relève du bien public qui regarde tout le monde » et que personne n’est exempt, pas même le clergé, ADLA, B 141.

43 Ils se voient confirmer leur exemption des lods et ventes et de tous droits féodaux et seigneuriaux ainsi que le fait de ne relever en justice que des parlements. Ils sont ainsi mis sur le même pied que les membres de la Chambre des comptes de Paris et que les notaires et secrétaires de la maison et couronne de France et des finances.

44 La Chambre vérifie l’acte le 11 avril 1657 et accorde à Salomon le droit de prendre le titre d’écuyer en tous actes publics, ADLA, B 81.

45 Françoise Autrand, Naissance d’un Grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981.

46 Le privilège de l’anoblissement graduel fut reconnu au substitut du procureur général en 1736 et au premier huissier en 1754, Jean Meyer, op. cit., p. 184 et suivantes.

47 On est, pour reprendre une expression de Michel Cassan à propos du Limousin, dans la France seigneuriale mais aussi dans une province où la noblesse dispose d’une assemblée provinciale pour défendre ses intérêts et faire prévaloir le droit féodal.

48 Philippe Jarnoux, Famille et mobilité sociale…, op. cit.

49 Selon le corpus étudié par François Bluche, soixante-quinze des 137 conseillers du corpus de la Cour des aides avaient rempli la condition des vingt ans mais seuls vingt-sept auraient eu des lettres d’honneur, François Bluche, op. cit., p. 63.

50 L’ancien honorariat est remplacé par la survivance, Henri Jassemin, op. cit., p. 49-51. Le terme d’honoraire peut être utilisé aussi pour désigner quelqu’un qui exerce un office sans en percevoir les gages.

51 Sur les lettres d’honorariat, voir Bernard de La Roche-flavin, Treze livres des parlemens de France, op. cit., p. 60 et 88.

52 Le parlement avait posé comme principe le 20 octobre 1586 que nul ne pourrait « avoir entrée et voix délibérative en ladite Cour, ny jouir d’aucuns privilège appartenant audit office de conseiller… qu’il n’ayt premièremens faict le service en icelle […] le temps de vingt ans pour le moings », Noël du Fail avait obtenu des lettres de jussion du roi le 25 janvier 1587, Frédéric Saulnier, op. cit., t. I, p. 333.

53 La lettre de jussion date du 20 avril 1587. L’enregistrement par la Chambre est fait le 25 juin 1587, ADLA, B 62, fo 133.

54 Ibid., B 66, fo 109-110.

55 Acte du 17 février 1650. Dans la catégorie des auditeurs, on peut citer l’exemple de Pierre Madeleneau qui fait valoir le 2 juin 1638 qu’il a « exercé pendant trente-trois ans et, du fait de cette longue possession, croit avoir acquis les honneurs et privilèges dont jouissent les anciens officiers des compagnies souveraines ». La Chambre, « sous le bon plaisir du roi, lui accorde entrée et rang en la Chambre et lui confirme les privilèges qu’ont accoutumé avoir les autres officiers honoraires qui ont servi vingt ans ».

56 On a un cas similaire avec Jean Charette, sieur de Lornière, qui « fait valoir qu’il a fait service au roi aux états de conseiller, secrétaire et auditeur et maître ordinaire pendant le temps de quarante-quatre ans, qu’il a été chargé de commissions et s’est démis en faveur de Jacques Viau, dit qu’il veut servir en tant que maître honoraire ». La Chambre lui demande de se pourvoir vers le roi pour obtenir dans un an des lettres honoraires et en attendant elle l’accueille en tant que conseiller honoraire le 11 avril 1616. Le premier président Jean Blanchard suit la même démarche en juillet 1641.

57 La Chambre vérifie à la condition qu’il ne pourra prendre place à la Chambre qu’après le doyen des maîtres, ADLA, B 74.

58 Lettres du 26 mars 1643. Vérification du 14 novembre 1643.

59 ADLA, 4 E 2/328.

60 Cf. supra, p. 164.

61 L’auditeur Julien Pelaud obtient des lettres le 10 mai 1672 au bout de vingt-deux ans d’exercice alors qu’il déclare vouloir continuer à exercer la charge. Il cède en fait celle-ci la même année.

62 À compter de la réception de son fils : celui-ci ne reçoit pas de gages pendant sept ans.

63 Acte du 18 août 1691.

64 Acte du 27 juillet 1659.

65 Certaines lettres d’honorariat constituent ainsi des sources précieuses pour connaître les carrières des officiers. Grâce à celle dont bénéficie François Coustureau en 1634, on apprend ainsi que son père Nicolas Coustureau lui avait résigné son office de président à survivance en 1586 et qu’il a été institué à cette charge en 1596 après son décès ; comme la Chambre avait alors estimé qu’il était trop jeune pour occuper une telle fonction, il a dû se contenter d’une charge de maître en 1598, ADLA, B 240.

66 De même, Louis Harouys quand il obtient ses lettres d’honorariat en 1634, voit reconnaître les sept années qu’il a passées à la tête du présidial (1613-1619), les sept ans comme président de la Chambre (1619-1626) et les six ans comme premier président (1626-1632). Ce qui a peut-être également joué en sa faveur, c’est le fait qu’il a été maire de Nantes de 1623 à 1625.

67 La copie de ses lettres d’institution à cette dernière charge, datées du 23 octobre 1639, est fournie ainsi que celle des lettres patentes de novembre 1638 qui rappellent que les non-originaires ont les mêmes privilèges fiscaux que les originaires. La Chambre vérifie les lettres d’honorariat le 16 juillet 1652.

68 Acte du 16 janvier 1697.

69 La copie du brevet du Conseil d’État est jointe aux lettres d’honorariat : « Louis par la grâce de Dieu, roi de France, à nostre amé et féal conseiller, sous-doyen des maîtres ordinaires de nostre Chambre des comptes estably à Nantes Sébastien Bidé, seigneur de Ranzay, salut, l’expérience que vous vous êtes acquise en les divers emplois qui vous ont incessamment occupé, la prudence dont votre conduite s’est toujours signalée, l’estime que nous faisons de vostre personne et les assidus services que vous avez rendus depuis plus de vingt ans en vostre dite charge, ayant été honoré de députations vers nous de la part de votre compagnie et de plusieurs commissions advantageuses pour le bien de nostre Estat, nous donnant sujet de nous servir de vous dans nos plus importantes affaires et de vous mettre au nombre de ceux qui ont l’honneur d’entrer en nos Conseils », 15 décembre 1655, ADLA, B 75.

70 À moins que le père de Michel III Le Lou n’ait payé la taxe du tiers denier, auquel cas (mais on n’en a pas gardé la trace) les vingt ans seraient calculés à partir de la date du versement effectué. C’est ce qui se produit pour Marc II de Barbère qui obtient des lettres honoraires le 11 février 1607 : l’acte mentionne que son père a servi vingt-cinq ans, ce qui est exact puisqu’il a siégé de 1568 à 1593, mais il indique que lui-même a siégé vingt ans, ce qui est faux puisqu’il n’a été maître que de 1593 à 1605. Il doit bénéficier du fait que son père avait payé le tiers denier en 1577 et que le calcul de son temps de service a dû commencer à ce moment-là, soit quelques années après. Le roi tient compte, comme pour Le Lou, de son mauvais état de santé en indiquant qu’il a été contraint depuis deux mois « encza […] de résigner et se défaire dudit office pour n’y pouvoir désormais rendre le devoir qu’il avait accoutumé à cause de plusieurs maladies et incommodités que naguères luy sont survenues en sa personne », lettres du 11 février 1607, vérification le 30 mars 1607, ibid., B 68.

71 Pour les premiers présidents, c’est le cas de Jean Blanchard en 1634 ; pour les présidents, c’est la condition imposée à Victor Binet en 1628. Le président Christophe I Juchault aurait eu le droit de s’asseoir au-dessus du doyen des maîtres, ce qui fournirait un indice supplémentaire de la faveur dont il bénéficiait, Gaëtan d’Aviau de Ternay, op. cit., p. 207.

72 Vérification du 30 mai 1634.

73 Pour Escouflart, les réticences pourraient s’expliquer par le fait qu’il a acquis un office créé en 1588 et qu’il a été reçu par la Chambre des comptes « royaliste » de Rennes en 1592.

74 Il a prêté serment le 15 septembre 1625.

75 Acte du 18 août 1634, ADLA, B 243.

76 J’en ai ainsi rajouté trois qui sont signalées par Gaëtan d’Aviau de Ternay dans son Dictionnaire mais dont je n’ai pas trouvé mention dans les livres des mandements royaux : elles concernent les auditeurs Pierre III Ménardeau (1580-1616), Pierre Le Moyne (1634-1656), Guillaume Madeleneau (1618-1651).

77 Parmi les défaillants, les situations semblent avoir été différentes. Ainsi Jean I Fourché n’a pas eu de lettres alors que son fils les a fait enregistrer.

78 Il en va de même pour les trésoriers de France, Claude I Cornulier ayant été le seul à faire enregistrer ses lettres d’honorariat.

79 Les différences relevées au XVIIIe siècle seraient ainsi la marque, au moins dans les catégories supérieures, d’une certaine désaffection par rapport aux valeurs du corps qui ne serait plus considéré comme un moyen de servir mais comme un outil pour satisfaire des ambitions personnelles ou familiales.

80 Robert Descimon, « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisienne à l’époque moderne », dans Fanny Cosandey (éd.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime (textes réunis par), Paris, EHESS, 2005, p. 69-123.

81 Comme exemple breton, on peut citer celui de Jean, sire de Carné, chevalier de l’ordre du roi, baron de Blaison, seigneur de Carné Cohignac, Rosporden, acte de 1614, ADLA, 4 E 2/450.

82 La titulature des présidents n’est pas précisée.

83 L’appellation de noble homme distinguait une bourgeoisie des villes : quand elle était employée seule, elle s’appliquait, selon Robert Descimon, aux officiers de finances investis par le roi d’une autorité déléguée et, par extension, aux financiers et banquiers susceptibles un jour de manier l’argent du roi. Quand elle était suivie du terme maître, elle servait à qualifier les juristes.

84 Laurence Crocq, « Des titulatures à l’évaluation sociale des qualités. Hiérarchie et mobilité collective dans la société parisienne du XVIIe siècle », dans Fanny Cosandey (éd.), op. cit., p. 125-168.

85 La qualité de messire est attribuée aussi au sénéchal de Nantes au moins à partir des années 1630 : on trouve ainsi mention de messire Julien Charette, sieur de Couëron, sénéchal de Nantes, le 23 janvier 1637.

86 Trajan de La Coussaye est qualifié de « messire Trajan de la Coussaye, seigneur de la Porte, conseiller du roi en ses Conseils d’État et privé, président en la Chambre » (21 août 1617). Son épouse Françoise Miron porte le titre de dame à la même période. On trouve aussi mention le 16 janvier 1626 de messire Antoine Calloët, seigneur de Lanidy, conseiller du roi en ses Conseils et son avocat général en sa Chambre des comptes, ADLA, 4 E 2/457 ; de messire Jean II Morin, seigneur du Bois de Tréhan, conseiller du roi en ses Conseils d’État et privé et président du siège présidial de Vannes, mention du 4 janvier 1637, ibid., 4 E 2/691.

87 Avant son entrée à la Chambre, le futur auditeur Guillaume Madeleneau est qualifié de « noble homme Guillaume Madeleneau, avocat au parlement, fils d’honorables personnes Laurent Madeleneau et Guillemette Bretaigne ».

88 Noble homme Pierre de Monti, maître des comptes et damoiselle Marie Fyot, sa femme, référence du 22 mai 1624.

89 Mention de noble homme Victor Binet, sieur de Montifray, président de la Chambre des comptes, dans un acte du 3 septembre 1608, ADLA, 4 E 2/326.

90 C’est le cas de Trajan de La Coussaye en 1604, de Claude I Cornulier en 1610, ibid., 4 E 2/488.

91 Mention de noble homme Claude Guischard, sieur de Bouteville, conseiller au présidial de Nantes, acte du 25 septembre 1608, ibid., 4 E 2/450.

92 Les huissiers, les procureurs sont qualifiés de maîtres comme les avocats.

93 Les charges importantes des présidiaux vaudraient à leurs titulaires des titres plus prestigieux. Dans l’information de vie et mœurs de René Le Clerc en 1612, on trouve mention de monsieur maître François Lasnier, lieutenant général en la sénéchaussée d’Anjou et siège présidial d’Angers, ADLA, B 180.

94 Frédéric Saulnier, op. cit., t. II, p. 598.

95 Une évolution semblable se produit dans les sénéchaussées à la même période : on trouve ainsi mention le 13 juin 1632 de monsieur maître Guillaume Bidé, sieur de Labidière, sénéchal du présidial de Vannes. La même année, on trouve mention de noble homme maître Julien Le Gouvello, sieur de Tremeur, alloué et lieutenant général du siège d’Auray, ADLA, 4 E 2/1738. À Nantes, on trouve mention le 6 mai 1637 de « monsieur maître » Guillaume Blanchard, écuyer, conseiller et procureur en la sénéchaussée et présidial de Nantes et de « monsieur maître » Nicolas Foucault, conseiller au Grand Conseil, le 9 juin 1645.

96 Ibid., 4 E 2/668.

97 Il est lui-même qualifié de « monsieur maître ».

98 ADLA, 4 E 2/672.

99 S’il est effectivement mort en charge, Pierre II Davy avait acquis le droit de porter le titre d’écuyer puisque son père, Pierre I Davy, avait été auditeur plus de vingt ans (1588-1616).

100 On trouve ainsi mention le 16 avril 1646 de dame Marquise de La Tullaye, veuve de « défunt messire René Foucault, maître des comptes » et de messire Jean I Salomon, sieur de Bréafort, maître des comptes le 17 décembre 1648 (il n’obtient de lettres de noblesse qu’en 1657).

101 Mention d’écuyer Charles du Bouchet, auditeur le 4 janvier 1623.

102 ADLA, E 2/147.

103 Même si les notaires font preuve d’une certaine logique dans la distribution des épithètes, ils ont du mal parfois à classer certains individus qui évoluent dans les franges intermédiaires entre roture et noblesse, soit par les fonctions qu’ils occupent, la fortune dont ils disposent ou les propriétés terriennes qu’ils possèdent. Le futur président des comptes Christophe I Juchault est appelé maître en 1627 quand il est lieutenant civil et criminel au présidial et prévôté de Nantes et écuyer, sieur de Blotereau en 1633. Le changement pourrait s’expliquer ici par l’adoption d’un mode de vie rentier liée à l’acquisition d’une terre.

104 On a un cas similaire avec René Le Brun : quand il vend son office à son fils François, il est qualifié lui-aussi d’écuyer le 18 février 1655, ADLA, 4 E 2/1200.

105 En dehors des exemples précédemment cités, je n’ai trouvé que le maître Jean II Fourché (1612-1646) qui se soit fait appeler monsieur maître, AM Nantes, CC 166.

106 Mention de noble homme Audart Hux, conseiller au parlement lors de son mariage avec damoiselle Bonne Le Lou, fille de noble homme Yves Le Lou, sieur du Breil, maître des comptes, 26 mai 1608, ADLA, 4 E 2/326 ; noble homme Jacques Foucault, conseiller au parlement marié avec Jeanne André, fille de Pierre et de Marguerite II de La Tullaye, ibid., 4 E 2/1686 de noble homme Roland du Bot, seigneur de Launay, conseiller au parlement demeurant à Nantes, 1629, ibid., B 226.

107 Mention le 9 décembre 1604 de damoiselle Renée Le Maire, dame du Plessis Guériff, veuve de défunt monsieur maître Gabriel Bitault, vivant sieur du Plessis Launay Gobin et Haute Berge, conseiller du roi au parlement.

108 Mention dès le 5 mars 1609 de messire Mathurin Guischard, seigneur de Martigné, conseiller au parlement, ADLA, 4 E 2/450. Le 28 mars 1637, on trouve messire Roland Morin, seigneur de Treste, conseiller au parlement de Metz.

109 Ibid., B 227.

110 Ibid., 4 E 2/1728.

111 Ibid., 4 E 2/1434. Parmi d’autres exemples, on peut citer ceux de René Ferron, écuyer, sieur de La Villandon, le 27 août 1628 quand il est institué président, ibid., B 227, de Marc II de Barbère, écuyer, sieur de La Bausché, maître des comptes, 1633, ibid., B 237 ; de défunt Jean Charette, écuyer, sieur de Lormière, maître des comptes, le 23 janvier 1637, ibid., 4 E 2/1691.

112 Ibid., B 221.

113 Robert Descimon, « Un langage de la dignité… », art. cit., p. 96.

114 La portée de cet argument peut être nuancée toutefois par le fait que les gens des comptes – à tout le moins les présidents et les maîtres – avaient pour mission de recevoir les hommages des nobles.

115 ADLA, 4 E 2/1427. Selon Gaëtan d’Aviau de Ternay, la famille Constantin était noble d’ancienne extraction.

116 Ibid., 4 E 2/189.

117 Guy I Le Meneust voit reconnaître plus particulièrement les services qu’il a rendus à l’exécution des lettres de commission « pour la commutation du bail en rachat de la baronnie de Fougères et en l’augmentation des droits de la reine mère dans les domaines qui lui avaient été délaissés en Bretagne », lettres du 19 décembre 1577, ADLA, B 59, fo 259.

118 C’est en fait son épouse, Catherine Paulus, qui a fait la résignation du fait de la démence de Pierre Macé, ADLA B 98 fo 102. Le frère de ce dernier, Charles-Yves Macé, a été maître de 1690 à 1727 et a résigné en faveur de son fils Charles-François Macé (1727-1751).

119 Cf. information de vie et de mœurs en annexe VI. René Rousseau qui avait commencé sa carrière au temps de la Ligue a pu bénéficier, en outre, de la solidarité du milieu dévot.

120 Après son décès, elle s’est remariée avec le conseiller au parlement Maurille Deslandes puis avec le président René de Pontual.

121 Les gens des comptes ont ordonné au maître Philippe I Varice de faire un procès-verbal d’après les registres de la Chambre et de communiquer le tout au procureur général pour qu’il fasse son rapport au bureau, ADLA, B 240.

122 Avec les Barbère, les Boutin, les Le Moyne, les Ménardeau, les Sorée, les Gautier, les Charton, les Cosson, les Coutel.

123 Avec notamment les Lair, les Bernard, les Poullain de la Grée, les Garsanlan…

124 En dehors des dates habituelles, j’y ai rajouté celle de 1659 parce qu’elle correspond à l’année d’octroi – temporaire, on l’a vu – de la noblesse au premier degré aux gens des comptes. Dans l’édit, Louis XIV avait énoncé qu’il accordait cette faveur tout en sachant que « la plupart des officiers étaient d’ancienne extraction par leur naissance et pour leur procurer un accroissement d’honneur ». L’observation du tableau du personnel en 1659 montre qu’une bonne part des officiers, surtout chez les auditeurs, n’étaient pas nobles.

125 C’est au cours de la période 1630-1660 que sont arrivés, parfois pour peu de temps, des représentants de la noblesse terrienne comme les de Saint-Pern, les Pinard, les Meslou, les Lezonnet.

126 À la fin du XVIe siècle, les de Bruc se sont succédé sur deux générations à la Chambre. Par la suite, des nobles « anciens » ont intégré cette catégorie, notamment dans les années 1650 à l’instar de Julien Pelaud (1650-1672), fils d’un sénéchal de La Roche-Bernard (voir information de vie et de mœurs, annexe VI) ou Laurent Rousseau (1648-1678).

127 Les officiers qui se maintiennent sur deux à trois générations ne se distinguent le plus souvent pas sur tous ces plans de nombre de ceux qui sont les uniques représentants de leur famille à siéger à la Chambre. Seule la chance – qui leur a permis d’avoir des héritiers – leur a donné la possibilité de se perpétuer.

128 Robert Descimon, « Chercher de nouvelles voies… », art. cit., p. 18.

129 Il était âgé de 43 ans en 1721 ; il était jusque-là procureur fiscal de la baronnie de Châteaubriant. Deux de ses enfants qui étaient nés quelques années plus tôt sont baptisés l’année de son décès, comme si, seule sa mort leur avait permis d’obtenir une existence sociale.

130 Pierre, maître de 1705 à 1718 et Pierre-Marc de 1718 à 1748.

131 Il s’agit de Bonaventure Le Lou, écuyer, sieur de La Gabinaye, fils unique de Michel III Le Lou et de sa première épouse Marguerite Toublanc, des enfants d’Yves Le Lou, maître de 1586 à 1615 ou de leurs représentants et héritiers, à savoir Claude Le Lou, écuyer, sieur du Bois-Bréant (il était son fils), d’Audart Hux, conseiller au parlement, époux de Bonne Le Lou – la fille d’Yves –, sieur du Bois, de Sébastien Le Meneust, (il est maître des comptes de 1636 à 1670), époux de dame Élisabeth Hux – elle est la fille de Bonne Le Lou et d’Audart Hux –, et enfin d’Emmanuel Bastelard, sieur de la Salle et de Catherine Hux son épouse (autre fille d’Audart).

132 Elle souligne son antériorité par rapport au parlement de Rennes.

133 Il a été en fait simplement déclaré noble par la Chambre de réformation le 15 février 1669.

134 L’acte est vérifié par la Chambre le 4 mars 1672.

135 L’acte est du mois d’octobre 1683.

136 Yves Durand, op. cit., p. 210.

137 Hyacinthe de Fourmont, op. cit., p. 82-83.

138 Jean Meyer, op. cit.

139 Il s’agit principalement du monde parlementaire rennais mais aussi dans quelques cas de celui de cours situées en dehors de la province comme Metz – Roland Morin –, Rouen – Guillaume II Harouys, fils du premier président Louis –, ou Paris.

140 C’est le cas aussi de l’avocat général Jean-Baptiste de Becdelièvre.

141 L’aînée, Isabelle, a épousé en 1588, Christophe Fouquet, président des Requêtes (1587-1591) puis président à mortier en succédant à son beau-père Jacques I Barrin ; l’autre Renée s’est mariée avec le conseiller, Jean Delbène (1598-1616).

142 Cf. p. 419-420.

143 Charlotte, la troisième fille, a épousé René Champion, membre d’une puissante famille rennaise.

144 Jean-Baptiste avait épousé en 1735 sa cousine germaine qui était l’héritière principale de la branche aînée des de Cornulier tombée en quenouille.

145 Un lien ténu entre cette branche des de Cornulier et les Raguideau pourrait être établi par l’intermédiaire de l’épouse de François Raguideau, Philiberte Morel qui était la fille d’un maître particulier des eaux et forêts du Gâvre.

146 Il s’est marié en secondes noces avec Jeanne Libault qui devait être une descendante de marchands nantais du même nom. Sa fille, Marie-Anne-Marquise de Cornulier, a épousé Louis-Bernard Chotard, conseiller au présidial d’Angers et intendant du prince de Condé. Ce mariage que Jean Meyer présente comme un mariage d’amour pourrait avoir obéi surtout à des considérations financières. Leur fils, Jean-Baptiste-Louis Chotard, devient maître à la Chambre des comptes (1745-1776).

147 Ce sont les deux familles qui ont détenu un mortier.

148 Son autre fils Jean, qui a été lui-aussi président au présidial de Nantes, maire de la ville de 1625 à 1627 et procureur général aux États de Bretagne, n’a pas pu intégrer le parlement de Rennes en 1615 après avoir acquis l’office de conseiller de Guillaume Thévin bien qu’il eût obtenu des lettres de dispenses de qualité d’originaire et que le roi ait délivré des lettres de jussion en sa faveur, Frédéric Saulnier, op. cit., p. 822.

149 Charles Frostin, Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV. Alliances et réseau d’influence sous l’Ancien Régime, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

150 L’alliance avec les Gédouin a facilité l’échange de l’office de conseiller au parlement détenu par Lescouët contre celui de procureur général qu’occupait Jean de Francheville. Celui-ci avait épousé Gillette Gédouin, fille de Mathurin et de Jeanne de La Moussaye.

151 Les terres sont situées au sud de la Loire dans les paroisses du Pallet, de Mosnière, de Vallet, de Mouzillon, de Gorges, La Haie-Fouassière, La Chapelle-Heulin, Loroux-Bottereau. Barrin se heurte pour l’enregistrement de l’acte royal au parlement de Rennes à l’opposition de Guy II de Lesrat, sieur du Plessis-Guéry, conseiller au parlement. Après s’être plaint que celui-ci pouvait « prendre et obtenir des avantages très préjudiciables à son encontre au moien du grand crédit, supports et parentés qu’il avait dans notre parlement », il a obtenu que l’affaire soit renvoyée au parlement de Paris. Celui-ci a confirmé la faveur royale.

152 Cf. p. 123 et suivantes.

153 Elle était la fille du maître des comptes Yves de Monti.

154 ADLA, 4 E 2/168.

155 La Bourdonnaye s’est marié deux fois : la première avec Françoise Danguy, fille de Jacques Danguy, lieutenant à l’amirauté de Nantes puis général des finances et de Marie Bouchaud, sœur des auditeurs Pierre, Julien et René, la seconde avec Marie-Françoise Bidé, fille du maître des comptes Louis Bidé et de Marie Danguy (cousine de Françoise). Ce sont tous ces liens qui expliquent que l’office de Pierre II du Cassia ait été acquis après sa mort en 1709 par Claude III Bidé, frère de Louis.

156 Pour les autres charges, il faudrait voir ce qui incitait les familles à vouloir ou non les conserver et réfléchir à la conception que les magistrats se faisaient de leur fonction : était-ce pour eux avant tout une dignité, un moyen de servir ou un procédé permettant de réaliser un bon investissement ? On retrouve ici d’une certaine façon les questions que l’on se pose pour les gens des comptes.

157 Même si le cas de deux d’entre eux – Jean Monneraye et Guillaume Henry – est un peu particulier puisqu’ils étaient les fils de greffiers et que leurs pères n’étaient donc pas des juges.

158 Sur ces deux derniers points, ils ont été quelque peu imités par des trésoriers de France ou, à un moindre degré, par des trésoriers et receveurs généraux.

159 Cf. p. 148.

160 Elle s’y maintient jusqu’au XVIIIe siècle, parvenant à contrôler une présidence des Enquêtes.

161 Son fils était alors trop jeune pour lui succéder ; son mariage quelques années plus tard avec la fille du correcteur Louis-Claude Hochède, montre que les de Saint-Pern ont manifesté un attachement durable pour la Chambre des comptes.

162 Si l’on en croit Tallemant des Réaux, il aurait assassiné sa première épouse.

163 Voir la notice que Frédéric Saulnier lui consacre dans son Dictionnaire.

164 Mathieu Fourché, fils de Jean I Fourché, est le beau-père de Nicolas Fouquet.

165 Et à l’exception de celle de Metz qui a été accueillante pour tous les individus incapables d’intégrer la cour souveraine de leur province.

166 Il était issu du troisième mariage de son père prénommé aussi François. Le décès de ce dernier dès 1587 ne lui a pas permis de prendre son relais au parlement. Les Gabard étaient pourtant une famille de juristes réputés : le grand-père du maître François était docteur en droit.

167 Ce qui implique probablement qu’ils n’ont fait les efforts financiers nécessaires pour obtenir un diplôme universitaire que pour un seul enfant.

168 Anne-Marie Cocula, « Formation et affirmation d’un patriciat : le Parlement de Bordeaux au XVIe siècle », dans Claude Petitfrère (éd.), op. cit., p. 284.

169 Si l’on excepte bien sûr sa sœur qui avait épousé le maître François Phélypeaux.

170 Il a épousé successivement deux veuves : à savoir en 1621 Sébastienne Paignon, veuve du sénéchal de Nantes, Alexandre Charette, puis en 1655 Marie Ravenel, veuve de Guy Ferron.

171 Celui-ci est signalé en 1602 comme grand maître enquêteur des eaux et forêts de Bretagne et grand veneur. Peut-être a-t-il succédé dans ces charges à son beau-frère Victor Binet.

172 Les Hux et les Jallier étaient alliés depuis la première moitié du XVIe siècle. Ils étaient proches aussi de la famille Poullain.

173 Chaque famille créait ensuite sa propre dynamique : le maître François Guischard a épousé Jeanne II Davy, fille du maître des comptes Pierre II, dont le fils s’est allié avec une famille angevine, les Avril.

174 Frédéric Saulnier, op. cit., t. II, p. 583 et suivantes.

175 Il avait été précédemment conseiller au Grand Conseil.

176 En 1587, il résigné sa charge de sénéchal pour ne conserver que celle de président.

177 Pierre III Davy avait épousé Anne Avril de La Roche qui était d’Angers mais dont on ne connaît pas les liens avec Maurice Avril.

178 Celui-ci serait structuré autour d’une dynastie principale qui attirerait dans son sillage d’autres familles de la robe qui développeraient à leur tour leur propre dynamique. Il faudrait voir dans quelle mesure ce schéma peut être reproduit à l’échelle du parlement.

179 Il renforce son intégration aux milieux parlementaires en épousant quelques années plus tard Guyonne I Bouriau, la veuve – nantaise – du conseiller Guillaume Thévin.

180 Le président Victor Binet avait épousé Jeanne du Pé, fille de Claude, ancien gouverneur ligueur de Guérande. Après sa mort, sa veuve s’est remariée avec le conseiller au parlement Jean III Fourché. De même le maître des comptes Michel III Le Lou (1615-1624) a épousé Marguerite Toublanc, la fille d’Yves, avocat général au parlement ligueur. À cette liste, on pourrait ajouter Pierre de Kerboudel dont le grand-père Jacques, prévôt de la maréchaussée de Bretagne, est décédé en défendant la ville de Châteaubriant pour le duc de Mercœur. Il a d’ailleurs succédé à Michel III Le Lou.

181 Les Constantin ont fait la preuve eux aussi d’une dévotion très marquée : le frère du maître des comptes, Jacques I Constantin, Gabriel est entré dans l’Église après la mort de sa femme, tout en restant conseiller. Son fils Robert a été lui-aussi un ecclésiastique éminent, si l’on en croit Frédéric Saulnier, op. cit., t. I., p. 257-258.

182 Le grand-père de Mathurin Boux était doyen de la faculté alors que les Ménardeau étaient médecins.

183 La mère du maître Pierre II Ménardeau, Jeanne Hux, était la fille du maître des comptes Jean II Hux. La grandmère de Mathurin Boux était Marie Jallier, sœur du général des finances Jean Jallier.

184 Le mariage de François III Boux avec Marie-Anne de Montullé, qui appartenait à une famille très fortunée de Nantes et qui a dû lui apporter une dot conséquente, a dû lui permettre de financer son office.

185 Cf. figure 16, cahier couleurs.

186 Cf. John J. Hurt, « Les offices au parlement de Bretagne sous le règne de Louis XIV : aspects financiers », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 23/1, 1976, p. 3-31.

187 Le fossé qui s’est créé progressivement entre la province et la capitale aurait eu des répercussions au sein des familles de notables, les branches aînées faisant carrière à Paris, les cadettes se limitant à un horizon plus local. Dans le cas des Angevins, ce partage n’aurait pas eu que des effets négatifs dans la mesure où un lien a probablement été maintenu entre les différentes branches, ce qui a permis sans doute une circulation de l’information du centre du pouvoir vers la périphérie et explique l’avantage qu’ils ont longtemps eu pour l’attribution des nouveaux offices.

188 Il a acquis la charge de René du Grasmesnil pour 43 500 livres, Frédéric Saulnier, op. cit., t. I p. 258.

189 Il a acquis la charge de Jean III Fourché, qui est alors devenu procureur général syndic des états, pour 86 000 livres (à simple procure), ibid., t. II, p. 390.

190 Frédéric Saulnier fixe la date du mariage à 1665 ; il a dû faire erreur et la date de 1655 paraît plus plausible.

191 Les parents de son épouse étaient noble homme Antoine François, sieur de Belleville et Catherine de Montullé. On ne sait quels liens existaient entre celle-ci et les épouses du conseiller François III Boux et du sénéchal de Nantes puis premier président des comptes Jacques Charette.

192 Jacques I Constantin est mort en 1662 : c’est le partage de sa succession qui a dû permettre en fait à Robert de devenir conseiller au parlement.

193 René I Le Prestre était devenu en 1648 conseiller et commissaire au parlement, charge qu’il a revendue en 1649 pour 86 000 livres lettres en mains, Saulnier Frédéric, op. cit., t. II, p. 732.

194 Il faudrait voir de quelle manière les augmentations de gages ont contribué à l’évolution des prix.

195 Cité par Annaïg Soulabaille, op. cit., p. 261.

196 Cette règle, comme toutes les mesures restrictives que ce soit en matière d’âge ou de parenté, n’aurait peut-être été édictée que pour permettre d’écarter ceux dont le parlement ne voulait pas.

197 L’intégration en 1659 de François III Boux au parlement prend, dans cette perspective, valeur de symbole d’autant qu’il était issu, pour sa part, d’une famille de vieille noblesse. Pour une mise au point récente sur la part de la noblesse au parlement de Rennes, cf. Gauthier Aubert, « Le premier parlement de sang bleu ? Nobilité, filtrage et exclusion en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Gauthier Aubert et David Feutry (dir.), Parlements de l’ouest, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 122, septembre 2015, no 3, p. 55-73.

198 Son frère Jacques est devenu par la suite avocat général à la Chambre (1700-1725). Il s’est marié avec Renée Fresneau, sœur de l’auditeur René puis avec Marie Madeleine Rodays, sœur du maître Pierre.

199 Pierre Rodays a succédé à Louis Rouillé (1704-1714), décédé. Cette transmission d’office a dû se faire par l’intermédiaire de la famille Jouault. La mère de l’avocat général Jacques Jouault, Marie Rouillé, était la sœur de Pierre.

200 L’autre exemple qui illustre cela est celui des Le Tourneux.

201 Le beau-frère de François Neveu, Gervais Geslin, était également conseiller au parlement.

202 Le père d’Yves de Coniac avait épousé la sœur du procureur général des comptes Yves Morice.

203 Les La Bouexière sont une famille intéressante : ils avaient contrôlé la sénéchaussée de Guingamp de 1621 à 1648 et offrent un exemple de ces familles de vieille noblesse qui ont mis à profit la baisse du prix des offices au parlement pour y faire leur entrée. Ils ont su en même temps conclure de bonnes alliances avec des familles déjà implantées au parlement comme les Tanouarn – et avec des familles en pleine ascension comme les Le Brun qui leur ont apporté les capitaux nécessaires pour satisfaire leurs ambitions (les Le Brun leur ont significativement succédé dans la charge de sénéchal de Guingamp).

204 Cela aurait pu être accentué dans le cas de Nantes par le fait que c’est au XVIIIe siècle que des familles qui s’étaient illustrées jusque-là sur la scène locale comme les Charette ou les Ménardeau voire les Blanchard ont intégré le parlement.

205 Les Becdelièvre ont peut-être fait exception mais leur investissement à la Chambre pourrait être le révélateur de l’impossibilité pour eux d’accéder aux charges les plus prestigieuses du parlement.

Table des illustrations

Titre Tableau 81. – Origine sociale des magistrats de la Chambre des comptes (1550-1789)48.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46308/img-1.jpg
Fichier image/, 68k
Titre Tableau 82. – Nobles, roturiers et dynasties à la Chambre de comptes de Bretagne à quelques dates significatives.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46308/img-2.jpg
Fichier image/, 368k
Titre Tableau 83. – Gens des comptes et gens du parlement (1547-1715).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46308/img-3.jpg
Fichier image/, 92k
Légende Figure 15. – Les de Becdelièvre.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46308/img-4.jpg
Fichier image/, 192k
Légende Figure 16. – Les Le Lou.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46308/img-5.jpg
Fichier image/, 112k
Légende Figure 17. – Les de Lesrat.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46308/img-6.jpg
Fichier image/, 152k
Légende Figure 18. – Les Constantin.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46308/img-7.jpg
Fichier image/, 186k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540