Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'honneur et des épices

 | 
Dominique Le Page

Chapitre V. Les origines sociales et géographiques du personnel de la Chambre des comptes de Bretagne

Texte intégral

  • 1 Il s’agit de Jacques I Constantin, sieur de Montriou, maître des comptes de 1621 à 1659.

« Monriou1 est d’Angers et y demeure mais il est maître des comptes de la chambre de Nantes, et il va servir son semestre. Il fut amoureux, dix-huit ou vingt ans, de la femme qu’il a épousée en secondes noces. Un jour qu’ils se devoient marier, et qu’on était prêt d’aller au moustier, cette femme, appelée mademoiselle Liquet, dit que résolument, il n’en seroit rien, qu’on avoit dit que cet homme avoit esté bien avec elle, et qu’elle ne vouloit pas qu’on pût dire que c’était pour couvrir son honneur qu’elle l’épousoit, et pour cette raison ne voulut point passer outre. Quelque temps après, un ami commun, qui vouloit faire ce mariage, manda qu’il se trouvât un tel jour à la Barbottière, maison de Melle Liquet ; il s’y rendit en même temps que les autres : “Que venez-vous faire ici ? lui dit-elle, je vous avois défendu de me voir ; retournez-vous en.” Il remonta à cheval sans rien dire. Elle fut touchée de cette obéissance aveugle, et lui cria : “Descendez, descendez, si on ne peut vous donner une chambre, on vous mettra au grenier.” Le lendemain, on alla se promener à une maison ; Monriou était à cheval. Pour le faire mettre à la portière, auprès de sa maîtresse, cet ami, qui s’y était mis exprès, feignit que la tête lui tournoit, et il fit mettre notre homme en sa place. Monriou conta des douceurs à la damoiselle. “Je vous défends, lui dit-elle, en haussant la voix, de me plus tenir de semblables discours.” Deux jours après, elle se met à compter avec son fermier, mais elle n’en pouvoit venir à bout. “Ma cousine, dit le mourant [l’amoureux transi] car elle était proche parente de sa première femme, si vous vouliez, j’aurois bientôt fait ce compte-là.” “Voyons, dit-elle, car vous faites fort l’habile homme.” Il eut bientôt fait le compte. “Allez, dit-elle, en lui prenant la main, puisque vous avez bien fait ce compte-là, vous le ferez toute votre vie ; allons-nous marier.” »
Tallemant des Réaux, Historiettes, Paris, La Pléiade, 1960.

1Les Chambres des comptes ont la réputation d’être des cours souveraines plus ouvertes sur le plan social que les parlements. Cela est incontestable en Bretagne où la cour rennaise s’est progressivement fermée à tous ceux qui n’étaient pas issus d’une noblesse ancienne. L’idée d’ouverture mérite toutefois d’être mise en perspective pour ne pas provoquer de malentendu. La Chambre des comptes exige que son personnel puisse remplir les tâches qui lui incombent et corresponde, peu ou prou, à l’idéal du magistrat, tel que les informations de vie et mœurs ont pu l’esquisser. Partant de ce fait, il faut se demander si la poursuite de cet idéal a conduit l’institution à recruter majoritairement ses membres dans le monde de la robe afin de conforter son image de cour souveraine ou si elle a intégré indifféremment tous les individus qui avaient les moyens d’y acheter une charge. L’idée d’ouverture devra ainsi être mesurée dans cette partie à l’aune de l’accueil ou non d’individus issus d’autres catégories sociales. Sur ce point, deux groupes méritent d’être particulièrement pris en considération : celui des marchands et celui des financiers. Pendant la période étudiée, Nantes connaît deux phases sur le plan commercial : jusque dans la première moitié du XVIIe siècle, l’activité de son port repose principalement sur la trilogie médiévale – blé, vin, sel – et est contrôlée en partie par des colonies de marchands étrangers – Espagnols, Portugais, Hollandais – ; à partir de la seconde moitié du siècle, les négociants s’engagent résolument dans le commerce transatlantique, ce qui provoque une croissance spectaculaire et un fort enrichissement des élites locales. Il faudra voir comment les différentes générations de marchands ont investi l’institution et se demander si une évolution s’est produite au cours de l’époque moderne, en fonction des fortunes accumulées. On peut se poser la même question pour le groupe des manieurs d’argent. On oublie trop souvent le fait que Nantes a été au XVIe et au XVIIe siècles la capitale financière de la province de Bretagne en concentrant les principales institutions royales qu’il s’agisse de la trésorerie générale ou du bureau des finances et en fournissant une grande partie des receveurs d’impôts ainsi que des trésoriers des états de Bretagne. Si l’on a vu que la Chambre a, au fil du temps, de plus en plus répugné à accueillir des individus qui avaient eux-mêmes manié des finances, on peut s’interroger sur la place qu’elle a réservée aux enfants de financiers et quels ont été les objectifs poursuivis par ces derniers en y achetant un office.

2L’origine sociale du personnel est à mettre en relation avec son origine géographique. Il faut voir si la prétention de la Chambre des comptes à être considérée comme une cour souveraine a entraîné un recrutement varié du personnel et si elle a su rayonner au-delà de Nantes et du comté nantais. L’examen de cette question peut constituer une contribution à l’étude de la notion de province sous l’Ancien Régime : on pourra ainsi se demander si le recrutement des officiers a conforté la singularité du pays d’états que constituait alors la Bretagne ou s’il a, au contraire, contribué à son intégration au royaume de France.

Sur le plan social

Tendances générales

Données chiffrées

  • 2 Les sources principales utilisées sont Gaëtan d’Aviau de Ternay, Dictionnaire des magistrats de la (...)

3Je privilégie ici une approche traditionnelle en prenant en compte la fonction principale exercée par les parents ou les beaux-parents. Il a été pour cela nécessaire de faire un choix dans la mesure où l’on sait que les individus n’exerçaient pas une seule activité et que leur place dans la société s’expliquait autant par les réseaux de parenté ou d’alliance dans lesquels ils s’inscrivaient que par les fonctions qu’ils occupaient. Cette réserve étant formulée, il est tout de même nécessaire d’opérer une classification pour connaître les milieux sociaux dans lesquels les gens des comptes se recrutaient. Pour cela, j’ai pris en compte le métier exercé par le père et le beau-père pour la période 1547-1715. On dispose d’informations pour 144 pères et 104 beaux-pères de maîtres (sur un total de 212), cela en ne prenant en compte que les premiers mariages2. Pour les auditeurs, on connaît la profession de 126 pères et de 86 beaux-pères. Ces chiffres laissent place à une forte part d’incertitude, qu’il ne serait possible de réduire qu’au prix de longues recherches. Les lacunes de l’information concernent sans doute ceux qui étaient rentiers, et plus largement ceux qui ne détenaient pas d’office, ce qui entraîne une sous-estimation de la part de ces catégories. On est donc en présence d’un échantillon qui vise à donner un ordre de grandeur des milieux socioprofessionnels dans lesquels se recrutaient les gens des comptes.

Tableau 57. – Profession des pères des maîtres de la Chambre des comptes (1547-1715).

Secteur professionnel

Profession du père

Nombre

Chambre des comptes

Auditeur

10

Maître

35

Procureur général

1

Président

6

Total

52

Parlement

Président a mortier

1

Conseiller

6

Présidial

Juge criminel

3

Alloue et lieutenant général

2

Procureur du roi

1

Conseiller

11

Carde des Sceaux

1

Total

18

Chancellerie

Secrétaire

9

Élection

Conseiller

1

Assesseur

1

Eaux et forêts

Maître

1

Grenier à sel

Grenetier

1

Monnaie

Maître

1

Maréchaussée

Prévôt

1

Avocat

10

Procureur

Au présidial

2

sénéchaussée royale

Sénéchal

3

Conseiller

1

Procureur du roi

1

Direction des postes

2

Bureau des finances

Contrôleur général

1

Aides et taille

Contrôleur

1

Traites

Receveur

1

Décimes

Receveur général

Receveur

Receveur du fouage

1

Receveur ordinaire

1

Châtelain

1

Hôtels royaux et princiers

Seigneuries

Sénéchal

1

Alloué

1

Intendant

1

Procureur fiscal

1

Chef compagnie homme d'armes

1

Médecins apothicaires

4

Commerce

Marchands

3

Négociants

5

Villes

Procureurs syndics

2

Capitaine

4

Tableau 58. – Profession des beaux-pères des maîtres des comptes (1545-1715).

La domination du monde de la robe

  • 3 À l’instar des officiers qui ont fait un passage éclair à la Chambre des comptes dans les années 15 (...)
  • 4 Comme les officiers qui ont eu du mal à payer leur office, notamment lors de la période d’augmentat (...)
  • 5 C’est le cas des fils d’officiers qui deviennent conseillers au parlement à l’instar de François II (...)
  • 6 ADLA, 4 E 2/1496. L’auditeur Mathieu de Trégouët, en s’appuyant sur la coutume de Bretagne qui perm (...)

4Comme l’a fait remarquer James B. Collins, le personnel de la Chambre est issu majoritairement du monde de la robe. Les individus qui intègrent l’institution appartiennent à des familles qui ont déjà franchi les premières étapes de l’ascension sociale et ont quitté pour la majeure partie d’entre elles les métiers de la boutique ou de la pratique. Les fils d’officiers de la Chambre des comptes arrivent en tête pour toutes les catégories. Cela n’est pas pour surprendre : l’idéal de nombre de juges d’Ancien Régime était de transmettre leur charge à un de leurs enfants. Il fallait pour cela bien entendu que plusieurs conditions soient réunies : que la Chambre des comptes ne soit pas un simple lieu de passage pour le père3, qu’il y fasse donc l’essentiel de sa carrière sans connaître de difficultés4 et qu’il ait au moins un fils en âge de prendre le relais. Quand ces éléments étaient réunis, force est de constater que rares étaient les enfants qui refusaient de marcher sur les traces de leur père. Cela pouvait toutefois se produire quand l’héritier désirait briguer un emploi plus élevé5, quand la détention d’un office des comptes ne constituait qu’une étape dans le parcours d’une famille, ou quand les objectifs poursuivis – particulièrement l’anoblissement graduel – étaient atteints. Cela arrivait aussi dans le cas des fils indisciplinés ou rebelles. Les parents du fils de l’auditeur Claude Amiaud, François Amiaud, décident en 1700, après la mort de son père, « après avoir examiné mûrement ses manières de vivre et connaissant sa mauvaise conduite, les friponneries et mauvaises actions qu’il a commises » et estimant « qu’il est très à propos de chercher les moyens d’y remédier, de se pourvoir vers le roi pour obtenir un ordre de le faire passer dans les îles ou forts, les plus éloignés dépendant de sa Majesté » et qu’il soit payé annuellement une somme de 100 livres pour sa subsistance, en plus des dépenses à faire pour le sortir de prison « où il était arrêté par ses mauvais comportements et violences6 ».

  • 7 Le propos est à nuancer pour les charges de premier président et de procureur général pour lesquell (...)

5Ces occurrences étaient toutefois minoritaires et de ce fait, les « binômes » pères-fils se rencontrent à toutes les périodes dans toutes les catégories du personnel. Comme l’a fait remarquer Roland Mousnier, l’introduction de la paulette n’a en rien modifié la donne dans ce domaine7 et une tendance à la patrimonialisation des charges était à l’œuvre dès le XVIe siècle. On constate toutefois une accentuation du phénomène avec le temps : cela est particulièrement net pour les auditeurs : six fils succèdent directement à leur père dans la deuxième moitié du XVIe siècle, treize dans les années 1605-1665 et dix-huit de 1666 à 1715. Plus qu’un effet de la réforme de 1604 ou une conséquence de l’augmentation du nombre des charges, il faut voir dans cette évolution le révélateur du fait que de plus en plus de familles entrent à la Chambre afin d’y obtenir un anoblissement graduel.

Tableau 59. – Types de succession pères-fils à la Chambre des comptes (1547-1715).

Tableau 59. – Types de succession pères-fils à la Chambre des comptes (1547-1715).

a. = auditeur, c. = correcteur, m. = maître.

  • 8 Le personnel de la Chambre se distinguerait par une plus grande patrimonialité des charges par rapp (...)
  • 9 Le maître Pierre II Davy siège de 1616 à 1629, date à laquelle il décède. Son fils Pierre III Davy (...)

6Il faut distinguer ensuite deux cas. Le premier est celui où le père transmet sa charge à son fils. On en a repéré deux exemples pour les présidents, deux pour les procureurs généraux, vingt-six pour les maîtres et quarante-sept pour les auditeurs. C’est la situation la plus fréquente et la plus classique. Un deuxième cas concerne les fils qui entrent à la Chambre sur une autre charge que celle de leur père8. Il peut se décliner en plusieurs sous-catégories. L’occurrence la plus fréquente, mais de peu – dix exemples – est celle où le fils reprend un office de même nature – maître, auditeur – ou de même niveau que celui de son père, comme lorsqu’un fils d’auditeur devient correcteur ou inversement. Le relais peut être pris par le fils à des années d’intervalle9. L’office acquis peut être ensuite de rang supérieur et révéler donc une certaine ascension sociale.

Tableau 60. – Promotions sur deux générations au sein de la Chambre.

Nom

Office du père

Office du fils

Pierre Le Meneust

Simon : auditeur (1650-1671)

Président (1692-1717)

Jean Bidé

Roland II : maître 1660-1686

Président (1706-1728)

François-Georges Bouin

François : maître (1673-1694)

Président (1724-1739)

N.-Jacques-A. de Peilhac

Nicolas : maître (1728-1737)

Président (1736-1770)

Jacques IV Langlois

Jacques III : maître (1702-1733)

Président (1741-1753)

A. J. B.Viard

Jean-Charles : t. de France (1752-1783)

Président (1766-1782)

Christophe III Juchault

Claude : auditeur (1614-1646)

Maître (1656-1676)

Mathieu Bedeau

Mathurin : auditeur (1644-1677)

Maître (1677-1694)

François Guyton

René : auditeur (1650-1672)

Maître (1686-1687)

Jacques III Guyton

Jacques : auditeur (1653-1686)

Maître (1687-1711)

Pierre II Bocan

Pierre : auditeur (1650-1686)

Maître (1696-1697)

Joseph de La Coud raye

Bertrand : auditeur (1679-1701)

Maître (1709-1733)

Abraham-Isaac de Lavau

Abraham : auditeur (1706-1732)

Maître (1728-1730)

François de Lavau

Abraham : auditeur (1706-1732)

Maître (1731-1750)

Thomas Cicoteau

Louis : auditeur (1716-1737)

Maître (1733-35)

Pierre II Moysan

Pierre I Moysan : auditeur (1694-1725)

Maître (1736-1761)

Jean-Jacques Talour

Mathieu : auditeur (1713-1733)

Maître (1740-1766)

P.-François Galbaud

Pierre : auditeur (1702-1738)

Maître (1743-1766)

F. J. G. Le Tourneux

Jean-Guy : auditeur (1724-1764)

Maître (1748-1771)

Nicolas-Joseph Rocquand

Joseph : correcteur (1746-1771)

Maître (1749-1771)

Jean II Le Grand

Louis : auditeur (1719-1740)

Maître (1752-1780)

Pierre-Louis Le Grand

Louis : auditeur (1719-1740)

Maître (1752-1780)

L. M. René Thiercelin

Louis : auditeur (1720-1748)

Maître (1755-1775)

Jean-Félix René Normand

Jean : correcteur (1708-1729)

Maître (1756-1760)

Louis Le Bonnetier

Jean : correcteur (1720-1727)

Maître (1756-1779)

Jacques II Léonard

Jacques : auditeur (1671-1709)

Maître (1723-1773)

Urbain Le Bouvier

René : auditeur (1733-1754)

Maître (1762-1784)

Pi erre-Auguste Merlaud

C. François : auditeur (1755-1778)

Maître (1764-1784)

Michel H. Berthelot

Michel : correcteur (1769-1773)

Maître (1766-1791)

Armand René Vollaige

A.-Célestin : auditeur (1732-1753)

Maître (1768-1791)

J. B. Marc Pascal Robert

Pierre-Jacques : auditeur (1721-1740)

Maître (1770-1791)

Jacques Louis Panou

Jacques : auditeur (1744-1764)

Maître (1770-1791)

J. N. J. Berthelot

Michel : correcteur (1769-1773)

Maître (1773-1779)

Jean Baudry

François : correcteur (1747-1769)

Maître (1779-1791)

François-Marie Forget

Louis : correcteur (1783-1791)

Maître (1783-1791)

Henri Guyho

Antoine : garde des livres (1644-1647)

Avocat gal (1695-1730)

Jean Doré

Pierre : auditeur (1709-1730)

Avocat gal (1725-1733)

  • 10 Le cas des Gautier est un peu comparable puisque Jean I Gautier, le père, qui était maître (1572-15 (...)

7Ainsi René Bonfils, fils d’un garde des livres, devient-il auditeur au début du XVIIe siècle. La situation la plus fréquente est toutefois celle de fils d’auditeurs qui deviennent maîtres : on le rencontre surtout au XVIIe siècle avec deux exemples entre 1606 et 1665 et quatre après la mise en place de la fixation de Colbert. Le phénomène montre tout à la fois que des familles ont réussi à faire carrière à cette période dans l’institution mais que cela a requis aussi plus de temps : alors qu’au XVIe siècle, plusieurs individus sont parvenus, comme on l’a vu précédemment, à passer au cours de leur vie de la catégorie des auditeurs à celle des maîtres, il a fallu, au XVIIe siècle, deux générations pour franchir un tel seuil à l’exemple de Mathieu Bedeau, fils de l’auditeur Mathurin, qui au lieu de succéder à son père en 1677, comme cela était prévu, préfère revendre cette charge et acquérir la même année un office de maître. L’office occupé par le fils peut enfin être de rang inférieur : on en a repéré sept cas. La lecture qui peut en être faite mérite là aussi d’être nuancée. Pour François Coustureau qui doit se contenter en 1598 d’une charge de maître alors que son père était président, c’est une affaire de circonstance, la Chambre l’ayant considéré trop jeune pour occuper une telle charge, et celle-ci a été finalement attribuée à l’ancien ligueur Guillaume I Raoul, dans le cadre du règlement conclu entre Henri IV et le duc de Mercœur. Dans le cas de la famille Le Moyne, cela est dû à un problème de succession. Christophe Le Moyne, maître des comptes, est décédé brutalement en 1618 sans avoir eu le temps de résigner sa charge, ce qui a contraint ses héritiers, à payer 14 000 livres aux parties casuelles pour continuer à en disposer. Ses deux fils, Pierre et François, étant trop jeunes à cette date pour pouvoir prétendre intégrer l’institution, l’office a été vendu à Christophe de Rollée. Dès qu’ils ont eu l’âge requis, ils ont été tous deux pourvus d’un office d’auditeur, perpétuant ainsi la présence de la famille dans l’institution10 dans une catégorie moins relevée.

  • 11 Son père lui a acheté son office de conseiller au parlement en 1650, ainsi que l’indique son contra (...)

8Un autre cas de figure est présenté par celui des fils de maîtres qui deviennent correcteurs. J’en ai repéré trois exemples au XVIIe siècle : Gabriel Constantin, Guillaume Martineau, Jean Bidé. Le premier nommé appartient à l’une des rares familles qui investit la Chambre et le parlement à cette période. Placé en position de cadet, il doit se satisfaire d’une charge à la Chambre du fait que ses deux aînés – Jacques11 et Robert – ont été pourvus d’un office de conseiller au parlement. L’investissement financier que sa famille a dû consentir en cette occasion n’a pas permis de lui procurer une autre situation. Le cas de Martineau est plus original : d’origine angevine comme le précédent auquel il était apparenté, il a mis à profit la création des offices de correcteur en 1692 pour, au terme d’une longue carrière de conseiller au présidial, faire son entrée à la Chambre, soit plus de soixante ans après que son père eut quitté celle-ci. Il s’agit ici d’une marque d’attachement à une institution de la part d’une famille qui lui a dû une part de son ascension sociale. Pour Jean Bidé enfin, la charge de correcteur, acquise dans les mêmes circonstances, ne constitue qu’une étape dans sa carrière puisqu’il devient finalement président en 1706. Il rejoint ainsi le groupe des fils de présidents de la Chambre comme Sébastien de Pontual ou Jacques III Huteau qui ont occupé brièvement un office de maître – Pontual de 1659 à 1661, Huteau de 1662 à 1672 – en attendant que leur père leur transmette sa charge.

  • 12 On retrouve ici le rôle essentiel joué par les femmes dans la mobilité sociale et qui a été constat (...)

9Si l’on s’intéresse ensuite aux beaux-pères des officiers, on constate que, là aussi, d’après l’échantillon dont on dispose, la part des membres de la Chambre reste prépondérante (soixante-dix-sept cas repérés toutes catégories confondues). Ici, on est toutefois dans un cas de figure un peu différent. S’il existe des mariages entre des enfants de membres de l’institution, ce qui est la marque, comme on le verra plus loin, des familles qui ont fait de la Chambre un vecteur de leur ascension sociale ou à tout le moins un élément majeur de leur affirmation professionnelle, la situation la plus fréquente est l’union entre le fils d’un individu qui n’appartient pas la Chambre avec la fille d’un magistrat. Le mariage constitue le sésame pour entrer dans la cour souveraine comme l’atteste le fait que sa date coïncide souvent avec celle de l’achat de l’office12. L’union peut constituer classiquement l’occasion pour le beau-père de transmettre sa charge à son gendre comme dans le cas de l’auditeur Bernard Rocaz (1542-1551) dont la fille Jeanne I Rocaz épouse Guillaume de Francheville qui lui succède ou du procureur général Yves Morice qui se retire au profit de Salomon-François de La Tullaye. Ce n’est toutefois pas le cas le plus fréquent et la plupart des alliances permettent au gendre d’acquérir un autre office. Si l’on compare les charges détenues respectivement par le beau-père et le gendre, on constate qu’elles sont généralement de même niveau, les unions contribuant ainsi à conforter la hiérarchie interne de la Chambre. Quelques unions hypergamiques sont cependant observables particulièrement dans les degrés supérieurs du personnel. Des filles d’auditeurs convolent ainsi avec des présidents : c’est le cas au XVIe siècle de la fille de l’auditeur François Symon qui épouse le président Guillaume I Raoul ou dans la première moitié du XVIIe siècle de la fille de l’auditeur Claude Juchault qui est mariée avec le président René Ferron. Le cas le plus original est celui de la fille de l’auditeur François Raguideau qui se marie avec Jean-Baptiste II de Cornulier, président de 1692 à 1713. Raguideau avait, il est vrai, exercé un temps la présidence de la Chambre mais c’était en tant qu’homme de paille de son autre gendre, Jean Huteau, qui essayait d’échapper à ses créanciers. L’opération avait tourné court sans que Raguideau y perde puisqu’il a réussi finalement, par le biais de sa fille, à s’allier avec la puissante famille des de Cornulier qui a réussi à récupérer l’office lors de sa vente aux enchères. Raguideau a ainsi servi d’intermédiaire entre ses deux gendres, ce qui peut laisser penser que la procédure judiciaire a servi à masquer une transaction familiale. Quelques exemples d’unions hypergamiques se rencontrent aussi dans les autres catégories du personnel : elles jouent essentiellement en faveur de filles d’auditeurs qui épousent des individus qui deviennent maîtres à l’instar de celle de Pasquier de Moayre qui se marie avec Jean I Salomon ou de celle de Pierre Petiteau qui se marie avec Guillaume Lair (1676-1696). Quelques exemples originaux viennent nuancer le tableau : ainsi l’ancien procureur général Jean Blanchard récupère l’office de son gendre, le premier président François Becdelièvre, après le décès de celui-ci. Robert Bouhier, le gendre du président Georges Le Mignot, ne parvient, quant à lui, à occuper qu’une fonction de maître, en étant victime sans doute du mauvais souvenir laissé par son beau-père qui avait été suspendu de sa charge. L’auditeur François Le Moyne réussit pour sa part, grâce au mariage de sa fille avec le maître Jacques Brochard (1670-1684), à retrouver, au moins par procuration, une catégorie à laquelle appartenait son père Christophe.

  • 13 La comparaison des fonctions et métiers exercés par le père de l’officier et son beau-père fait app (...)

10Au total, on peut retenir que les officiers des comptes ont, quand ils le pouvaient, cherché à transmettre leur office à leurs héritiers ou à leur gendre et que ceux-ci ont donc monopolisé un certain nombre de charges. Leur part a toutefois toujours été minoritaire au sein du personnel et la Chambre est donc toujours demeurée une institution ouverte. Elle a accueilli ainsi des enfants d’autres gens de robe. Parmi eux, on trouve des officiers moyens, particulièrement ceux des présidiaux. Le recrutement est hiérarchisé. Si les auditeurs sont majoritairement fils de procureurs auprès du présidial, les maîtres sont pour leur part davantage des héritiers de juges qu’ils soient conseillers, alloués, ou lieutenants. Deux présidents des comptes étaient, quant à eux, fils de présidents au présidial, ce qui donne une indication sur l’échelle des dignités qui prévalait à Nantes aux XVIe et XVIIe siècles. La part des membres du présidial est un peu plus réduite chez les beaux-pères et les rapports hiérarchiques sont légèrement modifiés13. Deux maîtres aux comptes ont ainsi pour beaux-pères des présidents au présidial ; le changement le plus net concerne les auditeurs dont quelques-uns ont épousé des filles de conseiller. Ce sont donc encore ici les femmes qui contribuent à faciliter les passages entre les deux cours de justice et à opérer un plus grand brassage entre les différentes catégories d’officiers. Les fils du marchand Laurent Madeleneau, Pierre et Guillaume, auditeurs, épousent tous deux des filles de conseiller au présidial, révélant ainsi une stratégie cohérente où l’argent gagné dans le commerce cumulé avec celui qui est obtenu grâce à l’alliance avec des familles d’officiers moyens permet d’investir la cour souveraine nantaise.

  • 14 Les pouvoirs anoblissants de la chancellerie de Bretagne se fondent à l’origine sur la déclaration (...)
  • 15 C’est le cas du maître Jérôme Le Brun (1680-1695) dont le père Jacques Le Brun avait acquis un offi (...)
  • 16 Les rapports entre les charges d’auditeurs et celles de secrétaires en chancellerie ont en revanche (...)
  • 17 Il était l’époux de Catherine Malescot, fille de Gilles Malescot, notaire et secrétaire du roi à la (...)
  • 18 Qualifié d’écuyer dans les actes, il a acheté cette charge le 14 mai 1680 à Guillaume de Malescot p (...)

11Le personnel des sénéchaussées contribue également à alimenter la Chambre en officiers. Pour les pères des maîtres, il s’agit surtout de membres des sénéchaussées royales alors que pour ceux des auditeurs, il s’agit davantage – mais les effectifs sont réduits – de membres des sénéchaussées seigneuriales. Le personnel de justice est complété par quelques descendants d’officiers des eaux et forêts et des avocats, dont le nombre est très certainement sous-évalué du fait des lacunes de l’information. Il faut remarquer aussi la présence parmi les maîtres de quelques fils et de gendres de secrétaires de la chancellerie de Bretagne. Pour les premiers, l’entrée à la Chambre a constitué un moyen de conforter leur appartenance au second ordre en servant le roi dans une cour souveraine, particulièrement à la fin du XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle, quand le pouvoir anoblissant des charges de chancellerie n’était pas encore solidement établi14 : cela a pu être le cas de Guy Renouard, auditeur puis maître de 1586 à 1633 ou de Jean Monneraye, maître de 1637 à 1648. L’acquisition d’un office des comptes a pu permettre par ailleurs de réaliser un investissement intéressant. Jean Meyer note que les prix des offices de maîtres sont demeurés supérieurs à ceux des charges de secrétaire en chancellerie jusqu’au début des années 174015. Des pères ont donc pu trouver avantageux d’investir à la Chambre en faveur d’un de leurs enfants16. On sait par ailleurs qu’il était possible de détenir une charge en chancellerie et un autre office, particulièrement de la Chambre des comptes ; de tels exemples de cumul semblent avoir été assez fréquents au XVIIIe siècle, si l’on en croit Jean Meyer. Je n’en ai pas trouvé pour la période étudiée. Le maître Guillaume Henry, qui était lui-même le gendre d’un secrétaire à la chancellerie de Bretagne17, a bien acheté un tel office en 1680 mais c’est après avoir quitté la Chambre où il avait siégé de 1652 à 167618. À noter enfin que la Chambre accueille peu de fils de parlementaires et cela seulement dans la première moitié du XVIIe siècle. C’est un élément à verser à l’étude des relations entre les deux cours souveraines, un point sur lequel je reviendrai ultérieurement.

  • 19 Cette catégorie produit des réussites notables : ainsi Jean Mériaud, fils d’apothicaire, épouse la (...)
  • 20 L’ascension des hommes de l’écrit à partir du XIIIe siècle s’explique par la régulation croissante (...)
  • 21 Bernard Chevalier, « Le pouvoir par le savoir : le renouvellement des élites urbaines en France au (...)

12Si l’on ajoute aux gens de justice, les fils de médecins apothicaires19, de régents de collèges ou de professeurs d’université, on se rend compte que la Chambre recrute la majeure partie de ses membres dans le monde de l’écrit. Ils sont les héritiers en quelque sorte de ce patriciat décrit par Bernard Chevalier – il en date l’apparition au XIVe siècle20 –, dont le pouvoir et le rang sont liés à son savoir, un savoir « essentiellement d’ordre juridique, qui était aussi bien le fait du détenteur d’un grade universitaire que du praticien, maître d’une technique acquise par l’apprentissage et l’expérience accumulée21 ». Mais aussi à l’argent gagné dans l’accomplissement des tâches qui se développent grâce à une certaine judiciarisation de la société et qui permettent de réaliser des bénéfices autant, sinon plus importants que ceux qui sont réalisés dans le commerce.

13Ces catégories laissent peu de place aux fils de marchands et de financiers, auxquels il convient de s’intéresser maintenant.

Une faible présence marchande

À la recherche des fils de négociants22

  • 22 Dominique Le Page, « Gens de mer » et monde de l’office dans une cité portuaire de l’Ouest atlantiq (...)
  • 23 Il faudrait prendre en considération ceux qui ont acquis des offices dans d’autres Chambres des com (...)
  • 24 Elle était la fille du miseur de 1546-1554 et la sœur du maire de 1576.

14Même si les données réunies sous-estiment très certainement la réalité, la part des fils de marchands paraît modeste à la Chambre23. À Nantes, ils se recrutent surtout dans la catégorie supérieure du monde des métiers, soit dans la corporation des marchands de draps de soie et dans les milieux du négoce installés au quai de la Fosse. Au XVIe siècle, on trouve ainsi deux fils de marchands évoluant dans l’orbite de la colonie espagnole animée par André Ruiz, dans les personnes du premier président Jean I Morin et du maître Michel I Le Lou, dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises. Du côté de l’autre grand pôle marchand, à recrutement nantais, celui des Poullain, on peut mentionner Pierre Bernard, procureur général (1599-1612) puis président (1612-1618) qui était le fils de Jacques Bernard, juge consul en 1567-1568, échevin de 1574 à 1576 et d’Isabelle Poullain24. Des Angevins comme Adrien Brossays, acquéreur d’un office créé en 1572, Julien de Beaurepaire – création de 1588 – ou encore Julien de Crespy ainsi que des Vitréens comme Gilles Le Moyne, auditeur de nouvelle création en 1572 puis maître des comptes, viennent accroître la part des officiers issus du monde du négoce, sans leur assurer une domination. Dans la première moitié du XVIIe siècle, la même tendance se confirme : venant de Nantes, on relève les noms de Madeleneau, de Villaine ou de Grandamy ; à cette période, la Chambre accueille aussi quelques enfants de familles marchandes d’autres pôles dynamiques sur le plan commercial principalement en Bretagne. On en a déjà évoqué quelques-uns quand on a parlé des carrières préalables de certains membres du personnel comme les Séré ou les Geffrard de Saint-Malo. On peut y rajouter les Vitréens comme les Moucheron arrivés pendant les guerres de la Ligue, des Dinannais comme Jean Fleury (1650-1680) ainsi que des familles venues des ports du sud de la Bretagne comme les Le Gouvello, les Dondel et plus tard les de La Pierre.

  • 25 Son père Jacques s’était enrichi dans le commerce du vin avec le Portugal, mais il a participé auss (...)

15À partir de la fin du XVIIe siècle, la percée des marchands est plus nette. On relève alors le nom d’autres Malouins comme François Neveu, Ferdinand Girault, les Grout, de Guingampais comme Jérôme Le Brun25 mais aussi de Nantais comme Joseph Chiron, auditeur des comptes (1690-1734), qui était le fils de Nicolas Chiron, consul des marchands de Nantes, de Pierre Perrault également auditeur (1687-1720), de Jacques I Léonard (auditeur de 1671 à 1709), du maître Pierre II du Cassia (1694-1709), héritier d’un marchand de la Fosse et lui-aussi consul des marchands, du correcteur Pierre Terrien (1706-1725)… Certaines familles investissent « massivement » la Chambre à l’instar des Fresneau ou des Bouchaud. Si l’on prend ce dernier exemple, on remarque que deux des fils de François Bouchaud, consul des marchands de Nantes en 1680-1681, deviennent auditeurs des comptes : René Bouchaud (il a été armateur auparavant) de 1731 à 1734 et Julien Bouchaud de 1704 à 1714. Ce dernier profite de la création d’une charge de général des finances en 1709 pour s’en faire pourvoir. Il la transmet à son fils Nicolas-Joseph Bouchaud (1737-1750) ; à la mort de celui-ci, c’est son frère Jean-Baptiste Bouchaud qui prend le relais.

  • 26 Son frère Armand-François devient avocat général (1734-1756) ; il résigne en faveur d’un autre fils (...)

16Certaines charges deviennent à la fin du règne de Louis XIV – et au-delà – la chasse gardée des familles enrichies par le négoce. C’est le cas, comme le suggère l’exemple des Bouchaud, de celle de trésorier de France. Si l’on ne s’intéresse qu’aux deux charges anciennes, on voit qu’après avoir été détenue par Jean-Baptiste Babin (1647-1670), l’une passe du Malouin Pierre Guillaume au Vannetais Marc Dondel, fils de Thomas Dondel, banquier négociant et enfin à des Nantais – les Fresneau (Joseph Fresneau de 1727 à 1765 puis son fils Guillaume-François Fresneau – 1765-1786) et René Ballan (1786-1791) – tous enrichis par le commerce. L’autre charge après avoir été contrôlée par des officiers que l’on peut rattacher au monde financier comme Antoine Héron (1688-1702) – il était directeur des fermes à Nantes – ou Gérard Mellier – 1702-1729 –, est prise en main par des fils de négociants, Jacques Danguy (1730-1738) dont la famille était originaire d’Orléans, Joseph-Martin de Goyon26 (1739-1751) et enfin les Viard.

  • 27 Il faudrait établir des généalogies de ces familles pour comprendre leurs relations avec le monde d (...)
  • 28 Le maître des comptes Jean de La Tullaye avait épousé Anne de La Presse en 1587.
  • 29 Marie Brunetière, fille de Jean, « traficant sur mer » et un des capitaines de Nantes, épouse en 16 (...)
  • 30 Jacques II Huteau, président des comptes de 1644 à 1671, a épousé Charlotte Thévin, fille du consei (...)
  • 31 Sa fille Charlotte Thévin épouse Jacques II Huteau président des comptes de 1644 à 1671.

17L’observation des alliances contractées par les officiers confirme les tendances dégagées précédemment. Là non plus, il n’y a pas eu de grands brassages au XVIe et dans la première moitié du XVIIe siècle. Classiquement, les femmes ont été intégrées aux stratégies familiales et ont apporté, grâce à leur dot, les capitaux nécessaires pour l’acquisition des charges. André Ruiz a marié deux de ses filles, l’une, Françoise Ruiz, au premier président Jean I Morin, l’autre, Jeanne Ruiz, au président Jacques I Barrin. On retrouve une situation comparable, quoiqu’à un moindre niveau, avec d’autres familles espagnoles comme les de Bourgues, les Marques, les Santo Domingue27. Des familles de la notabilité marchande nantaise ont suivi leur exemple comme les La Presse28, les Arnollet, les Moricaud, les Brunetière29 ou les Bouriau30. Dans ce dernier cas, l’investissement des cours souveraines par l’intermédiaire des filles a revêtu un caractère systématique puisque deux d’entre elles, nées du mariage de Jacques Bouriau, consul des marchands de Nantes en 1606 et échevin de 1608 à 1611 avec Renée Fachu, ont épousé deux maîtres des comptes : il s’agit d’Anne Bouriau qui s’est mariée en 1629 avec le maître Yves de Monti (1624-1676) et de Guyonne Bouriau qui s’est unie au maître Jean de Robien (1638-1654) en 1639. Une autre fille, prénommée également Guyonne Bouriau, née d’un second mariage de Jacques Bouriau avec Julienne Mosnier, a épousé le conseiller du parlement Guillaume Thévin (1607-1615) puis, après le décès de ce dernier31, elle s’est remariée avec un autre conseiller, Mathieu Fourché (1610-1624), fils du maître des comptes Jean I Fourché (1590-1612). Leur fille unique Louise Fourché est la première épouse de Nicolas Fouquet, futur surintendant des finances. À un niveau plus modeste, l’un des grands maires de Nantes du XVIIe siècle, Guillaume Libault, qui serait à l’origine de l’ouverture de la route antillaise, marie sa fille avec l’auditeur François Le Brun (1656-1687). Le marchand Laurent Madeleneau a, quant à lui, largement misé sur la Chambre puisqu’outre l’office d’auditeur qu’il a acheté à deux de ses fils – l’autre est devenu receveur du fouage dans l’évêché de Vannes –, il a marié sa fille Louise Madeleneau au maître Jacques Viau (1615-1630).

18À l’inverse, certaines familles d’officiers semblent avoir conclu régulièrement des alliances avec le monde marchand. C’est le cas des Juchault : le président Christophe I Juchault a épousé quand il n’était, il est vrai, que conseiller au présidial, la fille du négociant Jean Goulet. Son neveu, Christophe III Juchault, maître à la Chambre (1656-1676) a marié, quant à lui, l’une de ses filles à Pierre II du Cassia, qui était le fils d’un marchand à la Fosse. De même les Ménardeau ont épousé des filles de marchands sur deux générations : Pierre II Ménardeau, maître de 1603 à 1623, avait contracté mariage avec la fille de Jacques Marques, marchand et maire de Nantes en 1584, et de Françoise Poullain, révélant ainsi son intégration à l’un des groupes dynamiques de la ville à cette période ; son fils Jacques Ménardeau, a poursuivi sur cette voie en épousant Catherine Goulet, fille de Jean Goulet, précédemment mentionné, devenant ainsi le beau-frère de Christophe I Juchault.

  • 32 Les héritiers de Louis ont continué, semble-t-il, dans la voie du négoce.

19La seconde moitié du XVIIe siècle se distinguerait ici aussi non pas tant par une forte croissance des alliances entre les officiers des comptes et les filles issues du monde marchand que par le maintien de relations étroites entre les familles négociantes qui ont orienté certains de leurs enfants vers la Chambre. On peut prendre ici l’exemple de la famille Fresneau. Sur les trois fils de René I Fresneau, consul des marchands de Nantes en 1678, le premier, René II Fresneau, devient auditeur à la Chambre des comptes (1695-1720) – il épouse la fille d’un professeur de droit de l’université de Nantes –, le deuxième, Guillaume Fresneau, est receveur des épices de la Chambre, une charge qui lui offre l’avantage de nouer des relations avec le personnel des comptes tout en lui permettant sans doute de se livrer à d’autres spéculations financières ; le troisième, Louis Fresneau, continue dans le négoce tout en étant payeur des gages de la maréchaussée. Pour ce qui est de ses deux filles, l’une, Françoise-Madeleine Fresneau, épouse un conseiller au présidial, Jean Belon, alors que l’autre, Renée Fresneau, se marie avec l’avocat général des comptes, Jacques Jouault. À la génération suivante, l’ancrage à la Chambre associé à un maintien des liens avec le monde du négoce se confirme32. Pierre Fresneau, le fils de René II Fresneau, devient lui-aussi auditeur en 1740 et se marie avec une fille de marchand, Jeanne Girault. Deux des enfants de Françoise-Madeleine et de Jean Belon intègrent le même milieu, Pierre Belon, en devenant auditeur et Madeleine Belon en épousant l’auditeur François Valleton, petit-fils d’un marchand de la Fosse. La réussite la plus spectaculaire est accomplie par les enfants du receveur des épices, Guillaume Fresneau. L’un, Joseph Fresneau, devient, comme on l’a vu, trésorier de France et épouse Marguerite Michel, fille d’un grand négociant nantais. L’autre, Louis Fresneau, devient maître des comptes et se marie avec Julienne Espivent, membre d’une autre grande famille marchande. Leurs enfants poursuivent dans la même voie puisque Guillaume-François Fresneau, le fils de Joseph Fresneau, a récupéré sa charge de trésorier de France et épousé la fille du négociant Foucault ; ceux de Louis Fresneau sont tous les deux devenus maîtres, l’un d’eux, Joachim Fresneau, se mariant avec Louise Gallot, la fille d’un négociant parisien.

  • 33 Le trésorier de France Joseph-Martin et son frère Armand-François, avocat général, épousent tous de (...)
  • 34 Jean Meyer, op. cit., t. I, p. 203. Il cite les noms de quelques familles d’épouses comme les d’Esp (...)

20Ces reconductions d’alliances entre gens du négoce et gens de l’office se retrouvent pour les Bouchaud, les de Goyon33 ou les Danguy. Elles sont renforcées par le fait que les familles nouent des alliances entre elles, voire avec des membres de lignages marchands entrés plus tôt à la Chambre. La mère du général des finances Joseph-Martin de Goyon était la fille de l’auditeur Joseph Geffrard. De même, le trésorier Jacques Danguy épouse-t-il Marie Bouchaud, fille du négociant François Bouchaud, alors que l’une de ses sœurs se marie avec Claude Perrault et que son frère Mathurin Danguy s’unit, en deuxièmes noces, avec Marie Geffrard, autre fille de Joseph Geffrard. L’impression qui s’impose est donc celle d’un investissement méthodique de la Chambre par certaines familles du négoce à la fin du règne de Louis XIV. Ces stratégies semblent toutefois avoir relevé plus de choix particuliers que d’une réelle tendance de fond. Jean Meyer affirme qu’il en a été autrement au XVIIIe siècle et soutient que « les charges d’un niveau élevé ont, comme il est logique, une clientèle presque exclusivement de la haute bourgeoisie commerçante ». Il ne cite pourtant pas de nom de fils de négociants présents à la Chambre et il précise, significativement, que c’est dans ce milieu – celui de la bourgeoisie commerçante – « que les officiers de la Chambre vont, à partir des maîtres aux comptes, chercher femme34 ». Il faudrait en déduire, et l’hypothèse demanderait à être confirmée, que la marque de la ville commerciale doit se lire plus dans l’augmentation de la part des mariages entre officiers et filles de négociants que dans celle du nombre de magistrats ayant pour père un marchand. Nantes, par l’importance des capitaux qui y circulaient a favorisé ce type d’échanges matrimoniaux, sans remettre en cause l’identité de la Chambre des comptes qui reposait sur un recrutement majoritaire au sein du monde de l’office ou des rentiers.

Une Chambre peu accueillante au monde du négoce ?

  • 35 Sa sœur avait épousé l’auditeur Joseph Geffrard.

21L’« esprit de l’institution » semble avoir favorisé de toute façon une certaine prévention, tout au long de l’époque moderne, à l’égard du monde de la marchandise. Plusieurs indices permettent d’en prendre conscience. Ainsi au XVIe siècle, si l’on en croit la tradition transmise dans la famille Le Lou, Perrine, la sœur du maître Michel I Le Lou (1572-1586) qui avait épousé en premières noces le maître des comptes François Phélypeaux (1541-1549) se serait vu retirer « la garde » de ses enfants par les parents de ce dernier quand, après son décès, elle s’est remariée avec le marchand nantais, Antoine Perruquet. De même en octobre 1654, quand le maître des comptes Jean Fleury (1650-1680) obtient des lettres de déclaration de noblesse, s’il reconnaît que son grand-père Pierre Fleury, « qui n’était que cadet et peu avantagé de biens de fortune, pour subsister plus honnestement selon sa condition… aurait usé de bourse commune avec quelques personnes esdites villes, ce qu’ont continué François Fleury son fils et Olivier Fleury son petit-fils, le père de l’exposant », il met surtout en valeur – outre l’inévitable allusion à la destruction des papiers attestant sa noblesse – les services rendus par les siens, les fonctions honorables qu’ils ont occupées – son père a été connétable de Saint-Malo –, les alliances respectables qu’ils ont conclues, construisant ainsi un discours susceptible de convaincre ceux à qui il présente sa requête afin qu’ils l’intègrent dans leurs rangs. On constate par ailleurs que certains fils de négociants qui sont entrés à la Chambre, particulièrement dans la première moitié du XVIIe siècle, ont dû préalablement se « décrasser » en exerçant un office de justice. C’est le cas notamment de ceux qui sont venus du sud de la Bretagne comme les Le Gouvello. Il faut relever enfin que nombre de fils de marchand ont profité des créations d’offices pour entrer à la Chambre comme s’ils avaient dû en quelque sorte forcer les portes de l’institution : cela a été le cas en 1572 pour Michel I Le Lou et Gilles Le Moyne et des quelques Angevins mentionnés précédemment. La multiplication des charges à la fin du règne de Louis XIV a eu le même effet pour les Vitréens comme Joseph Billon en 169235 ou les Malouins comme les Grout.

  • 36 Pour des réflexions sur les liens entre le monde des marchands et celui des officiers dans le cas d (...)

22Si l’on s’interroge sur les raisons qui ont poussé des fils de négociants à acquérir un office36, on doit faire allusion au désir de s’anoblir ou à la volonté d’adopter un monde de vie jugé plus digne. Dans les lettres qu’ils échangent avec Simon Ruiz au cours des années 1560, Yves Rocaz et André Ruiz, qui font part de leur intention de diversifier leurs activités, se justifient en disant qu’ils veulent désormais alimenter (sustentar) leur honneur avec l’argent gagné. Le négoce n’était pas considéré comme une fin en soi mais comme un moyen pour progresser dans l’échelle des dignités. Des phénomènes conjoncturels ont dû également jouer et d’abord l’évolution du prix des offices. La hausse qui s’est produite entre les années 1630-1660 a eu pour effet de rendre cet investissement intéressant : c’est à ce moment-là qu’arrivent à la Chambre les Malouins Geffrard, Séré ainsi que nombre d’individus originaires des ports de la côte sud de la Bretagne comme Guillaume Dondel ou François II de La Pierre. À l’inverse, la baisse des prix dans la seconde moitié du XVIIe siècle a pu attirer d’autres familles négociantes moins fortunées et provoquer ainsi un renouvellement du personnel.

  • 37 Mais il est vrai qu’il avait déjà rompu avec le monde de la marchandise puisqu’il était receveur du (...)
  • 38 La réussite de ces derniers s’explique en partie par le fait qu’ils payaient comptant les marchandi (...)
  • 39 Simon Ruiz s’appuie ensuite sur son neveu Julien Ruiz – fils de son frère André Ruiz – qu’il a cont (...)

23La conjoncture économique a dû également avoir des effets. Ainsi Michel I Le Lou a sans doute été sensible aux difficultés que connaissait la colonie espagnole implantée à Nantes dans les années 1560 pour s’orienter définitivement vers le monde de l’office37. Un changement de domination se serait produit en effet dans les années 1560-1570 dans les réseaux commerciaux espagnols tissés avec la Bretagne depuis le Moyen Âge sous l’effet d’une double évolution : le développement d’un axe Saint-Malo-ports andalous, d’une part, qui aurait fortement concurrencé l’axe Bretagne du Sud-Castille ; la prise en charge par les négociants français d’une part croissante du commerce avec la Péninsule au détriment des Castillans. Nantes qui jouait le rôle de carrefour dans les grands flux de marchandises de France vers la Castille a été particulièrement affectée par ces changements et il y aurait eu un fort déclin du commerce franco-castillan passant par Nantes et Bilbao entre la fin des années 1550 et la fin des années 1570, déclin dont auraient profité les Vitréens et les Malouins38. Les difficultés des Castillans provoquent des conflits entre eux, particulièrement entre Simon Ruiz qui reprend en main la compagnie de Séville qu’il avait fondée en 1560, procède à une centralisation des décisions (la firme perd son caractère transnational pour devenir purement castillane) et à un renouvellement des intermédiaires. Les associés nantais représentés par les Le Lou et les Rocaz sont alors mis à l’écart. Le processus s’achève par la dissolution de la compagnie de Séville en 156939. Tous ces facteurs contribuent sans nul doute à expliquer le choix de Michel I Le Lou.

  • 40 Le choix est parfois difficile à faire comme l’atteste le cas de Luc Magon de La Balue, né en 1685 (...)
  • 41 On y relève aussi le nom de Danycan de Bellême qui devient maître à la Chambre des comptes de Paris

24On peut tirer la même conclusion pour les Moucheron qui s’installent à Nantes quand le négoce vitréen entre en crise à la fin du XVIe siècle ou pour certaines familles de Saint-Malo à la fin du XVIIe siècle quand le port a dû s’adapter au changement de conjoncture. L’entrée à la Chambre a marqué pour elles une rupture avec la pratique du négoce. Comme l’a montré André Lespagnol, elle est à mettre en relation avec un choix éducatif qui a privilégié le collège, considéré comme un vecteur d’ascension sociale et comme le lieu de formation de l’honnête homme, par rapport à l’apprentissage sur le tas, garant d’une fidélité à la tradition commerciale40. Sur la douzaine de fils de familles malouines repérés par Dominique Julia au collège de Juilly dans le premier quart du XVIIIe siècle, un seul serait revenu ensuite au commerce, les autres optant pour des carrières non mercantiles. Parmi eux, on trouve significativement Jean Grout de Bellême, futur président à la Chambre des comptes41. Loin d’être la marque d’une trahison de la bourgeoisie, la réorientation opérée par certaines familles marchandes serait donc, dans certains cas, le révélateur d’une recherche de sécurité dans un contexte devenu défavorable.

  • 42 « La voie de la Chambre des comptes était fermée à qui négociait, même en gros » écrit Jean Meyer, (...)

25Quel que soit le motif qui a joué, la Chambre n’a pas exercé une forte attraction sur le monde du négoce. Elle imposait un travail réel ou au moins une présence effective à Nantes une partie de l’année en contrepartie de la dignité que ses offices conféraient. Les gros négociants, qui ne dédaignaient pas de marier leurs filles avec des officiers, ont préféré le plus souvent soit réserver leurs capitaux à leur activité principale, soit – quand les procédures de l’anoblissement ont été clarifiées – acquérir des offices de chancellerie qui permettaient de satisfaire plus rapidement les ambitions, même si c’était à un prix plus élevé42. L’institution a donc surtout attiré les catégories intermédiaires du monde de la marchandise ou celles qui étaient au début de leur ascension.

26La part des fils de marchands à la Chambre doit être d’autant plus relativisée que nombre d’entre eux ne se limitaient pas à la pratique du négoce mais qu’ils se mêlaient également de finances. Certains des noms évoqués précédemment se retrouvent quand on étudie la place des financiers à la Chambre des comptes.

Le cas des finances

27Pour étudier cet aspect, il convient de présenter tout d’abord brièvement les familles qui ont géré les finances bretonnes dans la deuxième moitié du XVIe siècle et au XVIIe siècle puis de voir quelle a été leur part dans le personnel de la Chambre. Considérant que les institutions, surtout sous l’Ancien Régime, étaient en partie au service des catégories sociales qui les investissaient, on s’interrogera ensuite sur les liens qui ont pu s’établir entre les « financiers » et les gens des comptes au cours de l’époque moderne.

Le « système fisco-financier » breton

28Trois secteurs principaux méritent d’être distingués, celui des fermes royales, celui de la trésorerie générale de Bretagne, celui de la trésorerie des états. Il aurait fallu également prendre en considération les individus qui percevaient l’argent des décimes pour le clergé et le personnel des grosses fermes quand celles-ci ont été regroupées par Colbert. Leur importance m’est apparue progressivement en réalisant cette étude mais je n’ai pas réussi à réunir suffisamment d’informations pour en faire une présentation complète. J’indique plus bas le nom de ceux que j’ai trouvés, en formulant le vœu, que des études soient menées et permettent d’approfondir les connaissances sur ce point.

Les grands fermiers

  • 43 ADLA, B 56, fo 203, acte du 8 mai 1570.
  • 44 Ibid., B 587, fo 235-236. Jean I Avril était devenu fermier des ports et havres à partir de septemb (...)
  • 45 André Ruiz était associé avec Jean-Baptiste de Gondi qui lui servait à l’occasion de procureur. Les (...)
  • 46 André Ruiz prend donc le contrôle de la ferme des impôts et billots avant que le produit en soit at (...)
  • 47 Lors du renouvellement du bail le 6 septembre 1576, André Ruiz fait négocier le contrat par Jean-Ba (...)

29Pour ce qui est des principales fermes, elles sont tout d’abord prises en main par le réseau Ruiz. En association avec les Rocaz et les Le Lou, André Ruiz prend le contrôle de la ferme de la prévôté à partir des années 1550 et le conserve jusqu’à sa mort survenue en 1580. Il devient ainsi l’homme de confiance de Catherine de Médicis, quand celle-ci bénéficie, à partir d’octobre 1569, de l’usufruit de la prévôté de Nantes pour le paiement d’une partie de son douaire. Quand la ferme des ports et havres, des brefs et de la traite des bêtes vives est attribuée à la reine-mère en mai 157043, c’est lui qui la prend également en charge. Preuve du crédit dont il jouit auprès de Catherine de Médicis, il remplace l’association de fermiers en place dirigée par Jean I Avril avant la fin de leur bail44. Une relève s’opère à ce moment-là entre une famille – les Avril – qui a réalisé une belle ascension sur le plan local et des familles mieux intégrées dans les réseaux atlantiques de la finance45. La même année, André Ruiz prend le contrôle de la ferme des impôts et billots46, ce qui lui donne la maîtrise de tous les impôts indirects prélevés dans la province au nom du roi47.

  • 48 Il s’agit alors de Pierre I Cornulier et de François Miron.
  • 49 Il n’est pas étonnant, dans cette perspective, que ce soit cette même année qu’Henri III a renouvel (...)

30Cette domination suscite des contestations : ainsi en 1579, bien qu’il ait repris dès 1576 pour un nouveau bail de six ans la ferme des impôts et billots en s’engageant à payer 170 000 livres par an ainsi que 72 000 livres à titre d’avance au trésor de l’Épargne, André Ruiz fait l’objet d’une attaque menée par les trésoriers de France en Bretagne48 et les députés des états qui font valoir au Conseil royal que la ferme « avoit esté baillée au désavantaige du roi et estre de plus grande valleur que le pris pour lequel elle avoit esté délaissée audit Rhuys, joint que ledit bail n’avoit esté faict en l’assemblée desdits estatz comme il estoit accoutumé » et qui prétendent que d’autres personnes – dont le nom n’est pas indiqué – sont prêtes à surenchérir de 30 000 écus. L’alliance de circonstance entre les trésoriers de France et les représentants des états s’explique par le fait que ces deux catégories avaient tout à perdre de l’attribution des fermes au Conseil royal : pour les premiers, cela entraînait une perte sèche de revenu puisque ils étaient ainsi privés des gratifications qu’ils percevaient d’ordinaire pour présider la mise aux enchères ; pour les seconds, outre que cela constituait une violation de la coutume49, cela aggravait le risque que le produit des impôts fût utilisé en dehors de la province.

  • 50 ADLA, B 60, fo 98-99, acte du 3 août 1579.

31On ne peut s’empêcher de penser aussi que leurs attaques s’expliquent par la pression de financiers jaloux de la puissance acquise par les Ruiz et des hommes d’affaires, espagnols ou non, qui gravitaient autour de lui. Parmi eux, figurait probablement Jean I Avril, qui était alors trésorier des états de Bretagne, et qui voulait sans doute prendre sa revanche d’avoir été écarté de la ferme des ports et havres quelques années plus tôt. Cette tentative de renverser la situation n’a pas abouti : après que le roi eut décidé de révoquer le bail, André Ruiz lui a adressé une requête où il a fait valoir « qu’il avoit contracté de bonne foy […] et satisffaict entièrement aux conditions dudit contrat et pour cest effect souffert grands interestz en la somme de 72 000 l. par luy advancée avant que d’entrer en la jouissance de ladite ferme, […] requérant attendu qu’il est fondé sur la foy publicque et sur la fermetté et stabilité dudit contract le plaisir du roi soy le luy entretenir et ordonner en la jouissance dicelluy pour le temps qui reste à expirer, offrant plus tost […] faire quelque autre moindre avance pour survenir à la nécessité des affaires ». Plus que cet appel au respect de la parole donnée, c’est ce dernier argument qui a fini par convaincre le roi de lui renouveler sa confiance ; André Ruiz a conservé la ferme « contre la fourniture de 29 466 écus deux tiers soit 3 000 écus d’augmentation du prix de la ferme et 26 466 écus à titre de prêt50 ».

  • 51 Il a pris le bail des impôts et billots pour neuf ans de 1584 à 1593 en association avec Georges Mo (...)
  • 52 Une confrérie des Marchands d’outre-Mer y avait été fondée en 1472 réunissant les négociants de la (...)
  • 53 Les Vitréens avaient très certainement des liens avec les milieux négociants de Nantes du fait que (...)

32Après sa mort en 1580, le regroupement des fermes des Bretagne a été préservé et aux marchands espagnols installés à Nantes ont succédé des négociants vitréens menés par Guillaume de Gennes dit « Cordionnois51 ». Ce changement peut s’expliquer par deux éléments. Catherine de Médicis, qui conservait le revenu des impôts indirects de la province, pouvait connaître les milieux d’affaires de cette région depuis qu’elle avait eu assignation d’une partie de son douaire sur la recette des principales seigneuries – Fougères, Bazoges… – qu’y possédait le roi et donc avoir pensé à eux quand il s’est agi de remplacer André Ruiz. Plus certainement a dû jouer le fait que Vitré était alors l’un des grands centres textiles de l’ouest de la France, spécialisé dans la production de canevas ou « vitrées », qui étaient des toiles de chanvre écrues servant à faire de petites voiles ou des emballages pour les marchandises. La ville commerçait depuis le XVe siècle avec la Flandre52, l’Angleterre et s’est orientée au XVIe siècle vers la péninsule Ibérique, d’abord pour satisfaire les besoins du marché intérieur espagnol puis, par Séville, ceux des colons américains. Grâce aux capitaux et à l’expérience accumulés dans le commerce, les Vitréens ont donc pu à leur tour prendre le contrôle des recettes des impôts indirects53.

  • 54 En 1591, Georges Moucheron était toujours signalé comme fermier et receveur de la prévôté de Nantes (...)
  • 55 James B. Collins, « Gilles Ruellan, sieur du Rocher-Portal : le marquis-colporteur », dans François (...)
  • 56 Ruellan était en affaire avec des financiers de haut-vol comme Sébastien Zamet et Florent d’Argouge (...)
  • 57 Françoise Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, op. cit., p. 121.
  • 58 La Chambre des comptes enregistre le 20 septembre 1607 les lettres d’anoblissement qui lui avaient (...)
  • 59 Charles de La Porte, maréchal de La Meilleraye, qui est nommé lieutenant général de Bretagne en 163 (...)

33Leur domination est toutefois de courte durée en raison du déclenchement des guerres de la Ligue qui provoquent un éclatement des fermes54. Le conflit permet à un autre financier de s’affirmer en la personne de Gilles Ruellan. Si l’on en croit le portrait sévère qu’en a laissé Tallemant des Réaux55, il était un homme de très basse extraction qui aurait débuté sa carrière comme charretier avant de faire fortune grâce au trafic d’armes pendant la Ligue. Dans les faits, loin de cette caricature du laquais financier, il appartenait à des milieux proches des précédents. Originaire de la région d’Antrain en Haute-Bretagne, il aurait fait ses premières armes dans le commerce des toiles puis se serait enrichi en assurant l’approvisionnement de l’armée royale au cours des années 1590. À partir de là, il aurait pris des responsabilités dans les fermes des impôts et billots d’abord au nom de financiers parisiens puis à son propre compte56. Du début du XVIe siècle jusqu’à sa mort en 1627, il contrôle de ce fait la collecte de la majeure partie de cette taxe pour l’ensemble de la Bretagne. En 1607, il reprend la ferme de la traite et imposition d’Anjou après que les deux adjudicataires, Étienne Ringues et Jean Ravenel, eurent été déclarés insolvables57. Il intervient aussi dans la perception des devoirs qui servent aux états à partir de 1609 à racheter le domaine royal. En 1621, il se fait adjuger par le Conseil royal la perception de tous les droits prélevés le long de la Loire, de l’embouchure du fleuve jusqu’à Orléans pour le temps de dix ans. Dépossédé en 1623 pour ne pas avoir rempli ses obligations dont celle de racheter tous les péages jusqu’à Orléans, il récupère cette ferme en septembre 1626 pour huit ans. Par ces multiples spéculations, il s’impose comme le principal financier breton du début du XVIIe siècle, capable tout à la fois d’intervenir dans la gestion des impôts indirects royaux et de ceux qui sont prélevés au nom de l’assemblée provinciale58. Ses liens étroits avec les membres de la noblesse bretonne, qui ont pu lui fournir l’argent dont il avait besoin pour assumer ses diverses responsabilités et dont on peut penser qu’il a, en retour, géré au mieux les affaires, l’ont placé au cœur du groupe qui contrôle les principaux leviers de commande de la province au cours des années 1620. Les mariages de ses filles illustrent cette réussite. L’aînée, Vincente Ruellan, épouse Jacques II Barrin, premier président à la Chambre des comptes, alors que les autres sont unies à des membres de l’aristocratie bretonne : Gillette Ruellan à René, marquis de Coëtlogon, Jeanne Ruellan à Thomas de Guémadeuc, gouverneur de Fougères, Barbe Ruellan à Gabriel de Goulaine et Guyonne Ruellan à François de Cossé-Brissac, duc et pair et lieutenant général du roi en Bretagne. Gilles Ruellan fournit un exemple supplémentaire des relations étroites qui pouvaient exister entre le monde des financiers et celui de la noblesse d’épée. Comme le soutient Daniel Dessert, les alliances ainsi contractées ne constituent pas pour cette dernière un simple moyen de « fumer ses terres » ou d’obtenir de l’argent contre le prestige d’un nom mais bientôt plutôt une association de capital. Elles seraient ainsi le révélateur d’une endogamie non pas centrée sur la naissance mais sur le profit commun59.

  • 60 Il est cautionné par maître Claude Le Ragois, sieur de La Bretouillère, receveur général des financ (...)
  • 61 Celui-ci dépossède Girard de la ferme de la prévôté dès 1627 en faisant monter les enchères. Il a p (...)

34Quoi qu’il en soit, la mort de Gilles Ruellan en 1627 contribue quelque peu à redistribuer les cartes. La ferme de la prévôté de Nantes passe sous le contrôle de financiers parisiens du fait de son intégration à des fermes plus vastes : au cours des années 1620-1640, on trouve ainsi Jean Girard60, Simon Provost61 et de 1642 à 1651, Toussaint de La Ruelle qui est le principal preneur des cinq grosses fermes. Les uns et les autres sont cautionnés par des notaires et secrétaires du roi ou de grands officiers de finances. La ferme des impôts et billots connaît le même sort. Il n’y a que celle des ports et havres qui a une évolution différente : baillée par les trésoriers de France en Bretagne, elle est prise en charge pendant la majeure partie de la période par des « financiers bretons » qui se recrutent à Saint-Malo, Rennes ou dans les ports de la côte sud de la province (Vannes, Auray, Hennebont, Quimperlé), à la seule exception de la période 1639-1642 où des Parisiens s’imposent brièvement. Cette dichotomie entre fermes de la prévôté, des impôts et billots, d’une part, et ferme des ports et havres, d’autre part, semble avoir perduré jusqu’à la fin du règne de Louis XIV.

Les trésoriers généraux des finances

35Si l’on s’intéresse ensuite à la trésorerie générale, on constate, à partir de la fin des années 1560, quand le nombre de charges s’établit durablement à deux, que son évolution connaît plusieurs phases. Au cours de la première que l’on peut faire aller jusqu’au règne d’Henri IV, les deux recettes connaissent un destin différent. Après avoir été contrôlée, dans le prolongement de ce qui se produisait dans la première moitié du XVIe siècle par des Tourangeaux et des Angevins, la charge ancienne tombe sous le contrôle de la colonie espagnole et de ses alliés avec la nomination en 1569 de Vital de Contour : si celui-ci a bénéficié en l’occasion de l’appui du gouverneur, le duc de Montpensier, il s’est très vite intégré au réseau espagnol dont le crédit lui a été utile pour mobiliser l’argent que la monarchie exigeait de lui et pour en assurer le transfert là où cela était requis. L’étroitesse des liens alors noués est attestée par le fait qu’il épouse la fille d’un marchand nantais, Bertrand Morin (c’est son fils Jean I Morin qui est premier président à la Chambre des comptes et gendre d’André Ruiz) et qu’il marie sa fille à Julien Rocaz à qui il transmet ensuite sa charge. Celui-ci la résigne en faveur de son propre gendre Nicolas Fyot dont les descendants réussissent à se maintenir jusqu’en 1618. Le sort de l’office alternatif est plus contrasté. Quand il est réintroduit à la fin des années 1560, il est attribué à François Miron qui a dû bénéficier en la circonstance de l’appui de sa puissante famille qui gravitait dans les allées du pouvoir. Après sa suspension en 1572, il est remplacé brièvement par un commis, Jean Coutel, proche de Catherine de Médicis puis par François Trottereau. Celui-ci cède sa charge dès 1574 à Georges Morin, qui la transmet à son tour en 1578 à son frère Pierre Morin. Rallié au duc de Mercœur en 1589, ce dernier est remplacé à sa mort en 1591 par Jean Cousin, qui était jusque-là auditeur à la Chambre des comptes. Son retrait en 1606 permet à un Tourangeau de s’imposer, en la personne de René Sain, qui demeure en charge jusqu’au début des années 1620.

  • 62 Les familles locales parviennent à garder davantage le contrôle de la charge de trésorier de France (...)
  • 63 Les de Santodomingue étaient une famille d’origine castillane à laquelle appartenait Isabelle, femm (...)
  • 64 Il avait épousé en premières noces Antoinette Fyot, la fille de Julien Fyot. Celui-ci était le frèr (...)
  • 65 En février 1637, il sous-afferme avec François Bonnemez, receveur général des décimes, les devoirs (...)
  • 66 Simon Loyseau qui succède Claude de Santodomingue en 1670 – il cumule les deux charges de trésorier (...)
  • 67 Les deux charges de trésorier de France connaissent une évolution contrastée. Alors que la plus anc (...)

36Une deuxième période s’ouvre alors au cours de laquelle les deux recettes évoluent de façon parallèle et sont prises en main par des hommes bien intégrés dans les réseaux financiers parisiens comme en témoigne le fait qu’elles sont négociées dans la capitale et non plus à Nantes62. Le pouvoir attribué à Marie de Médicis puis à Anne d’Autriche, après qu’une partie de leur douaire eut été assignée sur le domaine en Bretagne, de nommer les trésoriers et receveurs généraux a accentué cette tendance à la diversification. Celle-ci ne signifie pas que les locaux soient totalement écartés. Si les deux recettes sont gérées au cours des années 1620 par le Parisien Guillaume Martin, une partition s’opère ensuite permettant aux Malouins, Jean Gravé puis Christophe Pépin, de prendre le contrôle de l’une des charges alors que l’autre revient à Louis Sanguin. Celui-ci reste en place jusqu’en 1649, date à laquelle il résigne en faveur de Claude de Santodomingue. Comme le frère de ce dernier, Yves de Santodomingue, prend le contrôle de l’autre recette à partir de 1659, on assiste à une réunification de la gestion de la collecte des impôts royaux. Avec les Santodomingue, on retrouve l’une de ces familles espagnoles installées à Nantes au XVIe siècle63 : Bonaventure de Santodomingue, le père d’Yves et Claude, a commencé sa carrière dans le sillage des Fyot auxquels il était allié64, puis a su bâtir sa propre fortune en cumulant recette du fouage, perception des décimes, des impôts royaux65 et participation à la ferme des devoirs. L’accession de ses deux fils à la trésorerie générale constitue le couronnement de ce parcours. Leur succès est pourtant de courte durée puisque Yves et Claude de Santodomingue font faillite en 1669 et voient leur office confisqué. Après eux, s’ouvre une dernière phase au cours de laquelle la trésorerie générale passe sous le contrôle d’une nouvelle génération de financiers liés aux groupes qui s’affirment à la faveur des guerres de Louis XIV66. À l’instar de ce qui se produit pour les fermes des impôts indirects, il y a alors intensification du processus d’intégration des finances bretonnes aux finances du royaume67.

La trésorerie des états

  • 68 En 1629, il a reçu temporairement la baronnie de Léon qui avait été confisquée à Henri de Rohan. Il (...)
  • 69 Son autre cousin Charles du Cambout, baron de Pontchâteau, a été nommé gouverneur de Brest (1631) e (...)
  • 70 Lors de la session de Nantes en 1636 au cours de laquelle est voté pour la première fois un don sup (...)
  • 71 Arthur Bourdeaut (abbé), « Journal des états de Bretagne tenus à Nantes en 1636 », BSAHNLI, 1927, t (...)

37L’évolution de la dernière recette, la trésorerie des états, est quelque peu différente. Au sommet, le fonctionnement est supervisé par l’assemblée des états qui est contrôlée à partir des années 1620 – date à partir de laquelle on en connaît assez bien le fonctionnement – par les alliés et les clients de Richelieu. Celui-ci reçoit l’appui de grands lignages bien implantés dans la province comme les de La Trémoille, les Gondi, qui y possèdent de vastes seigneuries ou qui y sont introduits, en récompense des services rendus à l’instar du prince Henri II de Condé68 qui bénéficie du don des terres bretonnes de Henri II de Montmorency après son exécution en 1632. De grands noms de la robe locale comme les Barrin, les Harouys, les de Cornulier, qui ont, pour la majeure partie d’entre eux, fait la preuve de leur fidélité au cours des guerres de la Ligue, mettent également à la disposition du roi les clients dont ils disposent dans les principales institutions de la province. En 1631, Richelieu conforte sa position en prenant lui-même le gouvernement de la Bretagne ; il en profite pour confier d’importantes responsabilités à des membres de sa famille parmi lesquels on trouve son cousin69 Charles de La Porte, maréchal de La Meilleraye, qui est nommé lieutenant général de Bretagne en 1632 et qui occupe la charge de premier commissaire royal aux états dans les années 1630 et 1640. Grâce à cette clientèle, Richelieu peut influer sur les décisions des états provinciaux et obtenir les augmentations du don gratuit70. Sa domination n’est toutefois pas sans partage. En 1634, le procureur syndic Jean de Bruc est démis de ses fonctions alors qu’il était un protégé du cardinal dont il avait soutenu la candidature au gouvernement de la province. Si la monarchie parvient à imposer un successeur de son choix, c’est après de longues discussions et d’inévitables concessions. À la session des états tenue à Nantes en 1636 à laquelle assiste pour la première fois un intendant de justice – il s’agit de Jean d’Estampes de Valençay –, les tensions sont encore perceptibles comme le suggère le commentaire que fait Dubuisson Aubenay, qui accompagne l’intendant, sur la harangue prononcée par le substitut du procureur syndic, Launay-Chapelier, à l’ouverture des états : « Ce qui fut une harangue de lieu commun fort triviale, fut néanmoins extrêmement prisée par tous les ordres, parce qu’elle était pour eux ; au contraire, ils trouvèrent trop longue, trop grave et trop hardie celle de Mr d’Estampes que les plus habiles et déférents de la vérité estimèrent une pièce d’éloquence accomplie71. » Derrière ce propos peu amène, on devine que les états n’étaient pas disposés à céder à toutes les demandes royales, même en temps de guerre, et qu’il devait exister en leur sein différentes sensibilités qu’en l’état actuel des recherches il est impossible de préciser davantage. La domination de la clientèle de Richelieu, qui a été reprise en grande partie par Mazarin, s’est perpétuée jusque dans les années 1660, période à partir de laquelle les Rohan ont fait leur retour dans la province, sans que l’on connaisse toutefois avec précision les réseaux sur lesquels ils se sont appuyés.

  • 72 Pour rembourser ces derniers, les états sont contraints de percevoir à leur profit des impôts suppl (...)
  • 73 La majeure partie des sommes recueillies est utilisée pour faire face aux besoins croissants de la (...)

38En dessous de l’assemblée des états, on trouve une organisation à deux niveaux. Le premier est constitué par la trésorerie des états dont le responsable joue un rôle essentiel : outre la gestion de la part des devoirs qui revient à la province, il doit réunir des sommes de plus en plus élevées pour financer les avances qu’exige la monarchie sur le don gratuit qui lui est dû. Il doit pour cela obtenir lui-même des avances de la part des fermiers des devoirs et faire des emprunts auprès de particuliers72. Du fait de ces contraintes, la Trésorerie des états devient le cœur d’un système de crédit qui irrigue toute la province. Les titulaires de la charge, depuis le XVIe siècle, sont des financiers de l’évêché de Nantes. Après les Avril qui restent en fonction jusqu’en 1578, la fonction fait l’objet d’une transmission familiale : elle passe ainsi de Gabriel Hux (1578-1608) à son gendre Michel Poullain (1609-1634) puis au fils de ce dernier, Bernardin Poullain (1634 à 1651) qui résigne à son tour en faveur de son gendre, César de Renouard (1651-1657). La tutelle nantaise s’achève avec le successeur de ce dernier, Guillaume II Harouys qui est démis en 1685 et finit ses jours à la Bastille. Après lui, on passe au milieu des financiers rennais et malouins avec René II Le Prestre de Lézonnet et Jean-Jacques I Michau de Montaran. Au total, les trésoriers des états ont été recrutés exclusivement en Bretagne. Il y aurait donc une différence tout au long de l’époque moderne entre les finances provinciales qui ont été gérées par des locaux et les finances royales – directes et indirectes – qui ont fait une plus large place à des individus extérieurs à la province. Née dès le XVIe siècle avec les Avril pour qui la gestion de la caisse des états a été en quelque sorte une position de repli face à la concurrence de la colonie espagnole, cette dichotomie a pu se perpétuer ensuite par le mécanisme des résignations tout en révélant le fait que l’assemblée provinciale tenait à avoir, pour gérer ses finances, des hommes du cru qui soient capables de mobiliser du crédit sur le plan local et sur lesquels elle puisse exercer un contrôle. Cela n’a pas empêché les hommes d’argent d’investir à la fois dans les finances royales et provinciales d’autant que la caisse des états comportait un deuxième niveau, celui de la ferme des devoirs73.

  • 74 En 1641, le jeune Salmon, qui a pris une partie de la ferme des états de Bretagne, se retire après (...)
  • 75 Nicolas de Rambouillet avait pris les cinq grosses fermes en 1632 avec Gédéon et Pierre Tallemant. (...)
  • 76 Le bail de la ferme des devoirs en 1626 fait apparaître, sans surprise, le nom des financiers les p (...)
  • 77 En 1638, Charles Dupleix était ainsi fermier des états dans l’évêché de Vannes, ADLA, 4 E 2/131.
  • 78 En février 1646, René Loyseau, fermier des devoirs au bailliage du Pellerin, baille pour deux ans l (...)
  • 79 Il fallait pour cela mettre un brandon à la porte de sa maison. Ainsi en janvier 1666, maître Gerva (...)

39On ne dispose pas, dans l’état actuel des connaissances, de liste des fermiers des devoirs pour la majeure partie du XVIIe siècle. D’après les quelques exemples dont on dispose, on constate que la ferme attire, du fait des sommes de plus en plus importantes qui sont en jeu, des financiers de haut-vol. Ainsi en 163674, les enchères opposent le baron de Courcelles, parent du maréchal de La Meilleraye, qui propose 2 410 000 livres et Henri de Louvigny, procureur du sieur de Rambouillet, qui emporte le marché pour 2 420 000 livres75. On sait que ces preneurs des fermes n’étaient souvent que des prête-noms ou les responsables d’associations de financiers qui comprenaient des certificateurs et surtout des cautions qui se répartissaient ensuite les bénéfices en fonction du capital qu’ils avaient apporté. Ces associations faisaient elles-mêmes appel à tout un réseau d’individus qui se chargeaient de la collecte des devoirs dans l’ensemble de la province76. Il y avait des fermiers à la tête de chaque évêché77 qui s’appuyaient sur des sous-fermiers agissant dans le cadre des « bailliages », ceux-ci traitant à leur tour avec les aubergistes78 ou avec tous ceux qui désiraient vendre de la boisson79. La ferme rayonnait ainsi sur l’ensemble de la province et concernait un très grand nombre d’individus.

Les gens de finances à la Chambre

Une faible présence « apparente »

  • 80 Le 19 janvier 1588, Gilles Le Moyne se retire de l’examen d’une affaire concernant Ringues, de Genn (...)
  • 81 Le 19 janvier 1615, l’auditeur Étienne I Moucheron revendique en tant qu’héritier de maître Corneil (...)
  • 82 C’est lui qui sert de procureur à Guillaume II Harouys quand celui-ci vend en 1687 une série de bie (...)
  • 83 En janvier 1672, Nicolas Ballet, en tant que fermier des devoirs à Nantes, cède la perception des d (...)

40Si l’on fait le lien entre ceux qui ont géré les finances royales ou provinciales et la Chambre des comptes, la moisson paraît maigre. Du côté des pères, on trouve surtout des individus détenteurs d’offices que l’on pourrait qualifier de moyens tels que receveurs du fouage, du taillon, quelques receveurs ordinaires, des membres des élections, de l’administration des traites ou des greniers à sel. On repère aussi quelques fils de contrôleurs généraux des finances, une charge qui, sans avoir le prestige de celle de trésorier de France ou la valeur de celle de trésorier et receveur général, est rattachée à la Chambre des comptes et vaut pour cela à ses titulaires des privilèges intéressants. Comme fils de financiers d’envergure, on ne trouve pas grand monde à l’exception du premier président Jean II Avril (1584-1596), déjà évoqué qui était le fils d’un trésorier des états de Bretagne ou des Vitréens Gilles Le Moyne80 et Étienne I Moucheron81. Au XVIIe siècle, on repère des individus comme Nicolas II Paulus et surtout Jacques Ballet. Le père du premier, Nicolas I Paulus, avait été le secrétaire de Guillaume II Harouys, trésorier des états de Bretagne de 1657 à 168582, et avait cumulé une série d’offices de finances dont celui de payeur des gens des comptes alors que celui du second, Jacques Ballet, qualifié de banquier, était membre tout à la fois de la compagnie qui contrôlait la ferme des devoirs à la fin du XVIIe siècle83, et de celle qui gérait la ferme des octrois de la ville de Nantes. Les Ballet et les Paulus appartenaient au même groupe financier comme l’atteste le fait qu’en 1712 le président Jacques Ballet a épousé Marie-Claire Paulus, fille de Guillaume Paulus, sieur de Fonteny, sénéchal des régaires et frère de l’auditeur Nicolas II Paulus.

  • 84 Louis Harouys est tuteur des enfants mineurs de François Noblet en 1633.
  • 85 Celui-ci jouait un rôle actif dans la vente des offices des décimes en Bretagne : en juillet 1623, (...)
  • 86 Celui-ci est qualifié de receveur général et ancien des décimes – de Noirmoutier, de Nantes, de Sai (...)
  • 87 L’acte précise que le chapitre a pris cette décision en considérant « qu’il se trouve présentement (...)

41Si l’on élargit la perspective, on note également la présence de financiers au service du clergé, notamment pour la collecte les décimes. François Noblet, le père de l’avocat général Pierre Noblet (1660-1695), a exercé ainsi les charges de receveur général du taillon et celle de receveur général des décimes en Bretagne. À sa mort en 163384, d’Aguesseau, receveur général du clergé, a nommé François Bonnemez85 pour le remplacer : le fils de ce dernier, Jacques Bonnemez, est devenu ensuite maître à la Chambre des comptes. La charge de receveur général des décimes serait revenue ensuite à messire Jacques-Louis Paris, sieur de Plessis et de La Haye, lieutenant civil et criminel à Nantes, époux de Catherine Noblet, sœur de Pierre. Paris aurait revendu la charge en septembre 1655 à maître Jean Imbert, sieur de La Giberays86. Parmi les héritiers de celui-ci qui cèdent l’office en décembre 1685 aux chanoines du chapitre de Saint-Pierre de Nantes pour 75 000 livres87, figure un dénommé Jean Imbert, sieur de La Patouillère que l’on peut identifier avec l’individu du même nom qui devient maître à la Chambre en 1692, en mettant à profit une création d’office.

  • 88 On ne connaît pas exactement ses dates d’exercice. La première mention remonte à 1672.
  • 89 Audrey Ducrocq, Les aléas d’une famille de la noblesse nantaise au XVIIe et au XVIIIe siècle, dacty (...)
  • 90 En 1658, il revend à la demande du trésorier et receveur général Yves de Santodomingue l’office de (...)

42Le père du maître Jean Boussineau (1687-1717), André I Boussineau, a été également receveur général des décimes à la fin du XVIIe siècle88. Il correspond au cas du riche négociant qui a mené de front les activités commerciales et les spéculations financières, fournissant un exemple supplémentaire des liens tissés entre ces deux secteurs. Grâce aux archives importantes qui ont été conservées, son itinéraire peut être reconstitué89. Arrivé à Nantes à la fin des années 1630 en provenance d’Anjou, il est placé en apprentissage chez un marchand bourgeois nantais, Pierre Chesneau, qui se portait également adjudicataire des fermes royales, dont celle des ports et havres. Il y apprend tout à la fois le métier de la banque et celui du négoce. Une fois à son compte, il fait construire des navires à Indret à la fin des années 1660, achète des parts de vaisseaux et souscrit de nombreux actes de cambie en direction de Terre-Neuve. Parallèlement, il prête de l’argent sur la place nantaise comme l’attestent les nombreuses lettres de change et contrats de constitutions qu’il a émis et trafique sur les offices90. Son accession à la charge de receveur général des décimes témoigne de la confiance qu’il inspire et lui offre l’opportunité de réaliser de nouveaux profits. Grâce à la fortune qu’il a amassée, il peut assurer une belle situation à ses enfants puisque, outre le cadet Jean Boussineau qui devient maître des comptes, l’aîné, André II Boussineau, acquiert en 1678 la charge de procureur général au présidial pour 50 000 livres et que ses deux filles épousent des magistrats de cours souveraines, Marie Boussineau, le maître des comptes Jacques II Langlois (1676-1696) et Isabelle Boussineau, le conseiller au parlement Joseph Le Meilleur. Grâce à d’habiles spéculations dans un contexte porteur, la famille Boussineau a donc réussi en deux générations à se glisser dans les cercles de la notabilité nantaise et provinciale.

  • 91 Parmi les enfants de François Dondel et de Marie Touzé, Jean devient aumônier de la duchesse d’Orlé (...)
  • 92 Son frère cadet, François, est fermier général du duché de Rohan en 1673, membre de la ferme des de (...)
  • 93 L’aîné acquiert pour 100 000 livres la charge de grand maître des eaux et forêts, le second devient (...)
  • 94 Celui-ci devient trésorier général des états de Bretagne à partir de 1699. La dot s’élevait à 88 00 (...)
  • 95 Un de ses frères, Louis, est directeur des postes étrangères à Lyon ; un autre, René, est receveur (...)
  • 96 Celui-ci avait épousé en premières noces la sœur de l’auditeur René II Fresneau. Sa mère s’appelait (...)

43Aux détenteurs d’offices de finances, il faudrait rajouter tous ceux qui se sont mêlés de fermes ou qui ont occupé des charges de « gestionnaires » de biens des Grands. Ils sont toutefois plus difficiles à dénombrer faute d’étude détaillée ainsi que je l’ai indiqué précédemment. À titre d’exemple, on peut toutefois citer les Dondel qui sont arrivés à Hennebont au XVIe siècle en provenance du Maine. Enrichis grâce au commerce du vin, ils ont acheté des offices de receveur du fouage tout en participant à la ferme des devoirs ; l’argent ainsi accumulé leur a permis d’acquérir des charges de justice d’abord sur le plan local puis dans les cours souveraines. C’est de cette famille qu’est issu Guillaume Dondel, qui cumule un temps les charges de maître aux comptes – à partir de 1661 – et de conseiller au parlement91. Les Dondel ont collaboré avec les de La Pierre qui étaient originaires quant à eux soit de Normandie, soit du Sud-Ouest aquitain. François I de La Pierre, beau-frère de Thomas Dondel, devient receveur du fouage du diocèse de Vannes et membre de la compagnie qui détient la ferme générale des devoirs de Bretagne92 dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Le quatrième de ses fils, François II de La Pierre93, accède à une charge de maître aux comptes en 1687 après s’être marié, l’année précédente, avec Marguerite Éberard, fille de négociants malouins et nièce de Jean-Jacques I Michau de Montaran94. À ces individus, il faudrait rajouter tous ceux qui étaient impliqués dans les grosses fermes royales sous le règne de Louis XIV et qui ont mis à profit les créations d’offices pour faire leur entrée à la Chambre. À titre d’exemple, on peut citer celui de Louis Rouillé qui achète un office de maître en 1704. Il était le fils d’un directeur général des postes en Anjou95 ; à sa mort, en 1714, la charge est acquise par Pierre Rodays, fils pour sa part d’un directeur de la poste à Nantes. Avec lui, les liens tissés avec le personnel de la Chambre deviennent plus étroits puisque deux de ses sœurs épousent des officiers – à savoir l’avocat général Jacques Jouault96 (1700-1725) et le maître Gaspard Rousseau – et qu’un de ses frères est uni à une sœur de l’auditeur René Falloux (1739-1761). Malgré ces quelques cas, on ne peut conclure que les gens de finances ont investi massivement la Chambre des comptes au cours de la période étudiée. Les plus riches ont entretenu d’autres ambitions et la plupart des receveurs, petits ou moyens, n’ont pas eu les capacités pour y acquérir une charge.

  • 97 Les procédures de récusation révèlent régulièrement les liens qui pouvaient exister entre les offic (...)

44L’observation des alliances contractées par les officiers ne modifie pas sensiblement le tableau, du moins sur le plan quantitatif ; elle fait toutefois apparaître des noms de financiers plus importants. Outre les cas précédemment évoqués de Jean I Morin et de Jacques I Barrin ou du premier président Jacques II Barrin, on doit mentionner les procureurs généraux, René de Pontual et René Rousseau, qui ont eu pour beau-père le traitant Pierre Le Lou. D’autres officiers étaient alliés à des trésoriers généraux comme le maître Pierre de Monti (1600-1623) qui était marié à la fille du receveur général Nicolas Fyot97 ; les maîtres René Le Marié et Alexandre I Symon étaient, quant à eux, alliés aux de Santodomingue, le premier par son mariage avec une fille de Bonaventure de Santodomingue et le deuxième par son union, en secondes noces avec la fille de Claude de Santodomingue, trésorier de 1649 à 1669. Un magistrat enfin, en la personne du maître César de Renouard, était le gendre du trésorier des états de Bretagne, Bernardin Poullain.

45Si l’on associe enfants et gendres de financiers, on constate que tous les secteurs de la finance provinciale sont représentés à la Chambre des comptes. Comme dans le cas des marchands, ce sont les femmes qui ont constitué l’instrument des alliances les plus intéressantes. La perspective n’est toutefois pas ici tout à fait la même. Si l’on peut penser que les familles de financiers ont cherché, en s’alliant avec des gens des comptes ou en acquérant des charges pour leurs enfants, à intégrer elles-aussi le monde de la robe et à réaliser des investissements intéressants, il est permis d’imaginer qu’elles ont poursuivi également des objectifs plus professionnels.

De l’intérêt pour un financier d’entrer à la Chambre

• Pour disposer d’informations

  • 98 L’attaque est libellée comme suit : « en ce déport de temps, il [Jacques I Barrin] se fit bailler u (...)

46Elles ont voulu tout d’abord disposer d’alliés voire d’informateurs dans une institution qui était non seulement chargée du contrôle des comptabilités mais aussi de l’enregistrement des édits bursaux. Quelques accusations glanées au fil des archives consultées corroborent cette hypothèse. Dans le Dialogue d’Adrien Jacquelot, pamphlet ligueur écrit contre le président des comptes Jacques I Barrin, celui-ci se voit reprocher d’avoir, quand il était président à la Chambre des comptes, attribué à son beau-père André Ruiz la recette des deniers qu’il était chargé de percevoir dans le cadre de commissions financières qui lui avaient été confiées pour faire des emprunts et pour aliéner le domaine du roi en Bretagne et d’avoir, de concert avec lui, réalisé des profits illicites évalués à plus de 15 000 écus98. Il est difficile de savoir quel crédit on peut accorder à cette accusation mais tout est fait pour la faire paraître vraisemblable. Celui qui la porte est en effet Georges Morin qui, en sa qualité d’ancien trésorier et receveur général et de maître des comptes, connaissait bien les arcanes du système financier breton. Elle s’appuie par ailleurs sur un fonds de vérité puisque l’on sait que Jacques I Barrin a effectivement eu la responsabilité de pareilles commissions lors de son passage à la Chambre et que Ruiz était, en ces années, l’un des principaux bailleurs de fonds de la monarchie en Bretagne. De là à suspecter une collusion entre les deux hommes, il n’y a qu’un pas qu’il est toutefois difficile de franchir faute de preuve certaine. La participation du beau-père et du gendre à une même opération financière pouvait à tout le moins, en une période où le souci de moraliser les pratiques de l’État était devenu quasiment obsessionnel, prêter le flanc au soupçon et faire croire à l’existence d’un conflit d’intérêts.

  • 99 ADLA, B 218, mention du 22 janvier 1625.

47Des accusations comparables sont portées en 1624 contre le fils de Barrin, Jacques II Barrin, alors premier président à la Chambre des comptes. Quand les auditeurs Pierre I Monnier et Étienne II Moucheron font au Bureau de la Chambre le rapport du compte de Nicolas Pitran, receveur du domaine d’Auray et Quiberon, pour les années 1621-1624, le président Louis du Pont refuse d’opiner en la présence de Jacques II Barrin en prétextant qu’il est intéressé au dossier du fait que son beau-père, Gilles Ruellan, « est fermier du domaine comme de tous les autres domaines dont jouit la reine mère, et que ses intérêts sont joints aux siens ». Il lui reproche en outre d’entrer à la Chambre hors de sa séance contre l’usage de ses prédécesseurs, l’intention du Conseil et « ce qui luy a esté dit par monseigneur le chancelier qu’il usast modérément desdites entrées ». La défense de Jacques II Barrin se développe sur trois plans : il conteste tout d’abord le fait que son beau-père soit fermier du domaine. Il soutient ensuite que même s’il l’était, il n’aurait aucun intérêt dans l’affaire puisque les sommes dont il est question ne lui reviennent pas. Le compte ne concerne en effet que « les charges ordinaires dont le fondz n’est pris aux despens de la reine et dont les deniers revenant bons sont retournés au roi ; pour ce qui est des casuels, seuls ceux qui excèdent 500 livres sont examinés et le produit en revient à la reine et non aux fermiers ». Il termine enfin en contestant la prétention de Louis du Pont d’être juge de ses affaires et en réaffirmant son droit d’entrer à la Chambre quand bon lui semble et de présider les deux séances. Les membres du Bureau se prononcent finalement en sa faveur puisque, après lui avoir donné acte – ainsi qu’à Louis du Pont – de ses déclarations, ils passent outre au jugement99.

  • 100 Le 20 juin 1600, Jean Cousin récuse François Coustureau en l’accusant de s’être « employé de toute (...)

48Comme dans l’exemple précédent, l’accusation se développe sur un terrain que l’on pourrait qualifier de « favorable ». On sait que Gilles Ruellan a joué un rôle de premier plan dans les finances bretonnes au début du XVIIe siècle. Quand en 1608, les états ont refusé de prendre en charge l’opération de rachat du domaine, la monarchie a passé contrat avec un traitant, Antoine Desmontz, pour un montant de 3 600 000 livres. Ce dernier n’était en fait qu’un homme de paille de Ruellan qui était par ailleurs responsable de la ferme des impôts, dont le revenu avait été également aliéné et devait être lui-aussi racheté. Quand en 1609, les états ont accepté de se substituer à Desmontz, Ruellan n’a rien perdu puisqu’il était alors responsable de la ferme des devoirs dont le revenu devait servir à honorer le contrat passé avec le roi. Le domaine racheté a été finalement cédé en douaire à Marie de Médicis : il est possible que Ruellan soit alors entré au service de celle-ci, au moins de façon temporaire. Le fait de disposer d’un appui à la Chambre en la personne de son gendre pouvait lui être alors particulièrement précieux100.

• Pour trouver des bailleurs de fonds

  • 101 Les grands nobles de la province, particulièrement ceux qui faisaient partie de la clientèle de Ric (...)
  • 102 ADLA, 4 E 2/1427.

49En plus du rôle d’informateurs, les membres du personnel de la Chambre pouvaient être utiles aux financiers en tant que bailleurs de fonds ou en tant qu’associés dans des spéculations diverses. Un acte notarié de juillet 1659 nous apprend ainsi que le maître des comptes René Le Gouvello afferme avec Jérôme du Cambout101, messire Charles de Beauveau, seigneur de La Séguinière en Anjou, messire René de Sesmaisons, seigneur de Tréambert les devoirs de 12 sols pour trois ans dans les bailliages de Redon, La Gacilly, Malestroit, Rochefort, comté de Porhoët, bailliages de Rhuys, Missillac, ville et paroisse de Vannes102. Si l’on est en présence ici d’un investissement à caractère privé, on comprend bien l’intérêt que constituait pour les preneurs de la ferme le fait d’avoir parmi eux un membre de l’institution chargée d’enregistrer les baux et de veiller au bon déroulement des opérations.

  • 103 Il avait épousé Catherine Poullain en juillet 1628. Il était le fils de René Chauvet de la Perrière (...)
  • 104 Il a acheté cette charge en 1618 à René Sain pour 26 000 livres. Il était alors procureur du roi à (...)
  • 105 Celui-ci était marié avec Jeanne de Pontual, fille de René de Pontual.
  • 106 Celui-ci épouse en deuxièmes noces en 1651 Prudence-Marie Le Lou, veuve de l’ancien procureur génér (...)
  • 107 ADLA, B 1188.

50Plus concrètement encore, les officiers pouvaient servir d’intermédiaires pour mobiliser le crédit de leurs collègues. Cela est patent dans le cas de la trésorerie des états dans la première moitié du XVIIe siècle. Lorsque Bernardin Poullain a la responsabilité de cette caisse de 1634 à 1651, il la dirige avec ses deux gendres, Charles Chauvet103, trésorier provincial des guerres de Bretagne104 mais aussi César de Renouard, maître des comptes. Ce sont eux qui l’aident à trouver les capitaux dont il a besoin. Ils sont appuyés occasionnellement par d’autres personnes – dont on ne sait pas toujours si elles sont des véritables associés ou des cautions – auxquelles ils doivent faire appel pour inspirer confiance aux bailleurs de fonds. En mai 1645, César de Renouard et Charles Chauvet empruntent ainsi 10 000 livres à René Charette, conseiller au Conseil d’État et privé, 21 000 livres à Marquise de La Tullaye, veuve du maître des comptes René II Foucault, 4 000 livres à Sébastien Viau, conseiller au présidial et 7 000 livres à Jean Blanchard, premier président des comptes. Dans le premier cas, François Suhard, marchand de la Fosse et René de Pontual, procureur général à la Chambre, se portent garants pour eux ; dans le second cas, ils s’adjoignent en plus Bonaventure de Santodomingue. Pour la troisième et quatrième rentes, Pontual et Renouard sont assistés de leur épouse respective, de Chauvet, de l’inévitable Suhard et de Bernardin Poullain105. La gestion de la trésorerie est donc le fait d’une association dont le cœur est formé par les Poullain et leurs alliés. Deux d’entre eux au moins – Renouard et Pontual106 – occupaient des fonctions importantes à la Chambre. Leur entregent ainsi que la confiance qu’ils inspiraient ont dû être précieux pour convaincre les membres de celle-ci et plus largement les élites nantaises – bourgeois, marchands, nobles, officiers – d’investir dans les affaires provinciales. Parmi les créanciers de Bernardin Poullain en 1648, outre René de Pontual qui est mentionné pour une somme de 15 000 livres, figurent ainsi un ancien premier président des comptes, Louis Harouys, pour 1 600 livres, le receveur du fouage, Bonaventure de Santodomingue pour 15 000 livres et l’ancien receveur général des finances de Bretagne, Louis Sanguin, pour plus de 120 000 livres107.

  • 108 Il l’était devenu en 1618. Un témoin de moralité disait l’avoir vu demeurer « au logis de Mrs les F (...)
  • 109 Ibid., B 74, fo 75-76. En 1630, il est procureur d’un autre traitant, Emmanuel Le Mareschal, qui es (...)
  • 110 Ibid., B 246.
  • 111 Parmi ses témoins de moralité figurent Valentin de Constance, chevalier des ordres du roi, et Salom (...)
  • 112 L’acte de vente est fait à Paris le 24 décembre 1648. Claude de Santodomingue doit payer 95 000 liv (...)

51Avec ce dernier, on se trouve en présence d’un véritable financier qui avait tissé lui-aussi des liens avec le personnel des comptes puisqu’il était le gendre depuis 1628 du maître Pierre de Monti. La première fois que l’on trouve mention de lui, c’est en 1627 quand il sert de témoin de moralité, avec Guillaume Martin, trésorier et receveur général et Bonaventure de Santodomingue, receveur des fouages dans l’évêché de Saint-Malo108, à Charles Chauvet à l’occasion de l’information de vie et mœurs diligentée par la Chambre quand celui-ci veut se faire recevoir en tant que receveur général ancien et alternatif de la prévôté de Nantes : qualifié de noble homme, Louis Sanguin se dit alors âgé de 22 ans. La même année, il sert de procureur à un traitant du nom de Desné qui a fait l’acquisition des offices de receveurs et contrôleurs à la prévôté de Nantes109. Son ascension est rapide puisque cinq ans plus tard, en 1632, il rachète à Guillaume Martin les deux offices de trésorier et receveur général – ancien et alternatif – qu’il détenait ; il en revend un à Jean Gravé pour 100 000 livres110 et garde l’autre pour lui111. Il l’exerce jusqu’en 1649, date à laquelle il résigne en faveur de Claude de Santodomingue112. C’est à ce moment-là qu’il obtient le brevet de conseiller ordinaire au Conseil d’État et privé (direction des finances) dont on le trouve pourvu en 1650. Le noble homme qu’il était au début de sa carrière a été fait entre-temps chevalier et se fait appeler messire dans les actes.

  • 113 Ibid., 4 E 2/163.
  • 114 Ibid., 4 E 2/163, acte du 10 mai 1652. Le 9 janvier 1650, alors qu’il est déjà conseiller du roi en (...)
  • 115 Grâce à la fortune qu’il a accumulée, il favorise la carrière de ses enfants : alors que sa fille M (...)
  • 116 Les oncles paternels sont Jacques et Guillaume Sanguin, qui est commandant au régiment d’Alsace. Pa (...)
  • 117 Daniel Dessert, art. cit., p. 861.

52Les informations glanées au hasard des archives notariales le font apparaître pendant toutes ces années comme un actif manieur d’argent en relation avec les milieux dynamiques de la province. En 1652, il s’associe pour neuf ans avec le maréchal de La Meilleraye pour la levée des devoirs d’impôts et billots dans les évêchés de Nantes, Vannes et Cornouaille113. Il intervient également dans le marché des offices en avançant des sommes à ceux qui désirent se faire recevoir dans l’une des institutions nantaises. Il prête enfin de l’argent aux Grands : en mai 1652, il avance 40 000 livres par un seul contrat de constitution au duc César de Vendôme114. Les relations qu’il s’est constituées au fil de sa carrière apparaissent bien à l’occasion du mariage de sa fille Anne Sanguin avec le conseiller au parlement Guillaume II Raoul en 1653115. Parmi ceux qui signent le contrat figurent des membres de sa famille, dont on découvre à cette occasion la solide implantation parisienne116, mais aussi son successeur à la trésorerie générale Claude de Santodomingue qui est procureur de son fils Yves, René et Jérôme du Cambout, Yves de Monti, des membres de la famille de Cornulier, Marie Fyot et Marguerite Chauvet, en fait des représentants de la plupart des familles qui ont joué ou qui jouent encore un rôle important dans le circuit financier provincial. Pour le paiement de la dot, qui s’élève à 100 000 livres, Louis Sanguin cède le contrat de constitution de 40 000 livres qu’a souscrit auprès de lui le duc César de Vendôme. Sanguin correspond finalement assez bien à la définition du financier que donne Daniel Dessert : « L’intermédiaire nécessaire (entre le roi et la population) est donc un particulier investi, au travers d’un office de finance qui lui permet d’agir à l’échelon local ou provincial d’une délégation de l’autorité souveraine qui le rend tout puissant. Bénéficiant de la recette de l’impôt, il se présente tout naturellement comme l’interlocuteur privilégié du pouvoir. Rien d’étonnant alors que le partisan-type soit un officier de finance. Par sa fonction, son milieu d’origine, ses réseaux d’alliance, il est le plus à même de remplir son rôle d’intermédiaire. Gravitant de par sa naissance ou sa mission, surtout pour les plus gros financiers parisiens, dans les milieux des cours souveraines et de la haute aristocratie proche de la cour, il est en contact avec les bailleurs de fonds potentiels, grands propriétaires terriens qui sont par le biais du système seigneurial les principaux rentiers du sol, ceux qui contrôlent, directement ou indirectement, la principale source de richesse du royaume, la terre117. » Par sa fonction de trésorier et receveur général, Sanguin est situé en position stratégique sur le circuit de l’argent qui relie la province à Paris ; grâce aux capitaux dont il dispose, il peut jouer un rôle actif dans la collecte des divers impôts, perçus pour le roi ou pour les états et alimenter le marché local du crédit, en se constituant au passage des protections utiles.

  • 118 Certains liens s’étaient noués sur le plan commercial par le biais notamment du trafic de céréales  (...)

53En s’alliant avec un tel personnage qui n’en était, il est vrai, en 1628, qu’au début de sa carrière, les de Monti ont montré qu’eux aussi étaient partie prenante au système fisco-financier provincial qui s’est mis en place en Bretagne dans la première moitié du XVIIe siècle autour de la caisse des états et de la gestion des impôts royaux et qui a rapproché, de façon temporaire ou plus durable, des membres de la clientèle de Richelieu, des officiers des principales cours de justice et surtout les financiers de la province dont les différentes strates ont fini par nouer des alliances du fait de la nécessité de trouver des capitaux toujours plus importants et dans l’espoir de tirer profit de la manne constituée par les devoirs118. Parmi eux, on trouve en effet des descendants des familles qui ont dominé les finances bretonnes au XVIe siècle comme les Fyot alors que d’autres sont des représentants de nouvelles générations comme les Santodomingue ; on trouve des Nantais qui ont fait concurrence au XVIe siècle aux Ibériques sur le plan commercial et financier avant de prendre le contrôle de la trésorerie des états au XVIIe siècle comme les Poullain ; on y trouve des hommes du Val de Loire attirés par le dynamisme de la capitale ligérienne comme les Sain ou les Chauvet qui, une fois fortune faite, reviennent dans leur cité d’origine pour y finir leur carrière et/ou leur vie.

  • 119 Il résigne alors significativement sa charge de maître des comptes à Pierre Le Gouvello, fils de Je (...)
  • 120 Daniel Dessert, art. cit., p. 847-882.

54L’importance du rôle qu’ont joué certains membres de la Chambre dans ce système est symbolisée par le fait qu’en 1651, César de Renouard succède à son beau-père Bernardin Poullain à la trésorerie des états de Bretagne119 – il résigne alors sa charge de maître des comptes – et qu’il a, d’après les sources dont on dispose, eu recours aux mêmes méthodes que lui pour la faire fonctionner. La brièveté de son temps d’exercice – il renonce à la charge dès 1657 – révèle pourtant que les temps ont commencé à changer. Soumis à des remboursements d’emprunts de plus en plus élevés et à des exigences de la monarchie de plus en plus lourdes, les états sont contraints, pour faire face à leurs obligations, de lever un fouage extraordinaire d’abord de façon ponctuelle puis de façon permanente à partir de 1661. Le recours à l’impôt direct devient inévitable pour sortir des difficultés financières. Cette solution n’est pourtant qu’un pis-aller. En cette même année 1661, César de Renouard fait partie des officiers mis à l’amende par la Chambre de justice réunie par Colbert120. Le relais est pris ensuite par un autre Nantais, Guillaume II Harouys, dont on connaît mal les réseaux. Dépeint par la marquise de Sévigné comme un homme prodigue et peu fait pour le maniement des finances – elle en fait une sorte de Fouquet breton –, il fait finalement faillite à la fin des années 1680.

  • 121 Celui-ci était le fils de François I de La Pierre qui s’était enrichi dans le commerce, la ferme de (...)
  • 122 Son frère, Germain, épouse Anne Mellier, sœur du général des finances Gérard Mellier.
  • 123 Il a bénéficié de la résignation de Joseph Le Gouvello, fils de René. Lors de son mariage en 1687, (...)
  • 124 La dot de l’épouse est de 18 000 livres, celle de l’époux de 50 000 livres, acte du 12 décembre 168 (...)

55Vient alors l’heure des financiers de Rennes et de Saint-Malo avec René II Le Prestre de Lezonnet (1687-1699) puis Jean-Jacques I Michau de Montaran. Les liens avec la Chambre des comptes n’en sont pourtant pas rompus. Le père de René II Le Prestre a été brièvement procureur général à la Chambre avant de faire carrière au parlement. Celui de Jean-Jacques I Michau s’est enrichi, quant à lui, dans la ferme des devoirs à partir de 1637 et dans la gestion des revenus du clergé. De son premier mariage avec Jacquine Raisin, il a eu deux filles dont l’une a épousé Nicolas Ballet, père du futur président des comptes Jacques Ballet. De sa seconde union en 1664 avec Marie Le Gouverneur, fille d’un négociant malouin, il a eu quatre enfants dont deux ont contracté des alliances avec des familles d’officiers des comptes. L’aîné, Jean-Jacques II Michau, après une première union avec Françoise Gourreau, la fille d’un conseiller au présidial d’Angers, s’est remarié en 1710 avec Jeanne-Marie de La Pierre, fille de François II de La Pierre, maître aux comptes121 (1687-1727). Un puîné, Maurille Michau, dit de Ruberzo, conseiller au parlement puis sénéchal de Rennes, a épousé en 1706 Jeanne-Françoise Neveu, fille du Malouin François Neveu, maître aux comptes (1685-1715). Si l’on élargit la perspective, il faut prendre en considération aussi la famille Paulus déjà évoquée. Les alliances contractées par les enfants de Nicolas I Paulus révèlent les réseaux d’affaires dans lesquels il évoluait. Son fils Nicolas II Paulus, auditeur aux comptes, épouse Marie Laurencin, fille de Germain Laurencin, échevin de Nantes de 1687 à 1690, sous-maire en 1690-1691122. Sa fille Catherine Paulus se marie, quant à elle, avec le maître des comptes Pierre Macé123 (1682-1717) alors que son autre fils Guillaume Paulus, sénéchal des régaires, épouse en premières noces en 1689 Bonne-Marie Le Tourneux, fille de l’auditeur François Le Tourneux124. Dans ce cercle évolue également Gérard Mellier qui est probablement venu à Nantes à la suite de son oncle Nicolas Ballet. C’est en tout cas grâce à lui qu’il a pu acquérir un office de trésorier de France en 1701 : quand il se marie en 1707 avec Renée Tarail, Ballet certifie, afin de rassurer les parents de l’épouse, qu’il ne lui doit plus que 30 000 livres sur le prix de son office. Avec Mellier dont une sœur, Anne, épouse Germain Laurencin, on se trouve en présence d’un personnage clé de la vie provinciale du début du XVIIIe siècle qui assume tour à tour les charges de subdélégué de l’intendant puis de maire de Nantes.

  • 125 Au hasard des dépouillements des archives notariales nantaises, on apprend ainsi que le conseiller (...)

56Comme (voire plus encore) dans la première moitié du XVIIe siècle, l’argent gagné dans la gestion de la trésorerie des états, de la ferme des devoirs, des recettes d’impôts pour le roi et de l’argent du clergé a permis à une nouvelle génération de financiers d’investir la Chambre. Selon un schéma classique, ils ont marié leurs filles avec des magistrats et acheté des offices pour leurs fils en profitant tout à la fois de la baisse des prix intervenue depuis 1665 et des nombreuses créations de la fin du règne de Louis XIV. L’institution leur a servi d’instrument pour satisfaire leurs ambitions tant sur le plan matériel – par la réalisation d’un investissement intéressant – que sur celui de l’honneur, grâce à l’intégration dans le monde des serviteurs du roi. Comme pour les Renouard-Pontual, on peut penser que leur présence à la Chambre leur a permis aussi de mobiliser le crédit de leurs « collègues », ou d’être bien placés pour leur prêter de l’argent en une période où la multiplication des augmentations de gages nécessitait la mobilisation de capitaux de plus en plus importants125. Il est certain enfin qu’il était intéressant pour eux de disposer d’alliés dans l’une des cours souveraines qui continuait à enregistrer les édits fiscaux – malgré la limitation de ses pouvoirs en la matière par Louis XIV – et qui supervisait les comptabilités urbaines à l’heure où, comme à Nantes, les budgets connaissaient une forte croissance.

Gens des comptes et hommes d’argent : les interactions

57La conclusion de mariages a révélé l’existence de liens de solidarité entre les différentes familles, sur le modèle de ce qui s’était passé là encore aux générations précédentes et invite à se demander, en dernier lieu, si les financiers ont cherché à utiliser ces liens afin de tenter de contrôler l’institution et d’y faire prévaloir leurs intérêts. La réponse est difficile à donner avec certitude en l’état actuel des connaissances et l’on doit, pour le moment, se contenter de verser quelques pièces au dossier. On peut pour cela s’appuyer sur quatre affaires qui marquent l’histoire de la Chambre du XVIe au XVIIIe siècle : la première se produit au début du XVIIe siècle lors de l’enregistrement d’un contrat conclu avec le roi par un partisan, Louis Massuau ; deux autres concernent des suspensions de receveurs généraux des finances qui ont été prononcées par les gens des comptes – celle de François Miron en 1571, celle des frères Santodomingue à la fin des années 1660 – ; la quatrième a trait aux difficultés rencontrées par le président Jacques Ballet au début du XVIIIe siècle.

Une Chambre des comptes au bord de la crise de nerfs (1610)

  • 126 Dans une première version, le greffier Julien Odion, a indiqué que les officiers s’étaient retirés (...)
  • 127 Parmi les quatre autres, deux – Christophe Le Moyne, Trajan de La Coussaye – peuvent être rattachés (...)
  • 128 C’est le cas d’Auffray de Lescouët, de Joseph de La Marqueraye, de Julien de Crespy, de Pierre II M (...)
  • 129 Massuau est lui-même sensible à ce genre d’argumentaire. Pour surmonter l’opposition du procureur s (...)

58Le 30 avril 1610, quatre officiers qui ne sont pas de service – le président Guillaume I Raoul, les maîtres Pierre Boutin, Pierre de Monti et Christophe Le Moyne – font irruption à la Chambre pour protester contre le parti qui a été signé dès 1601 par Louis Massuau, secrétaire de la chambre du roi, « pour la vérification des débets et quittances restant à décharger sur les comptes des comptables du royaume » et imposent, en accord avec cinq membres régulièrement présents – les présidents Trajan de La Coussaye, les maîtres Yves Le Lou, Jean I Fourché, René Fradin et l’avocat général Louis du Pont –, d’adresser des remontrances au roi, en prétextant que le Bureau a refusé d’examiner leurs protestations. Ils chargent trois d’entre eux d’aller à la cour transmettre leurs griefs et ce malgré l’opposition d’une partie du personnel qui s’est volontairement retirée pour ne pas cautionner leur action. Parmi les officiers qui manifestent leur réprobation, figurent le premier président Auffray de Lescouët, le président Victor Binet, les maîtres Étienne Le Franc, Jean Charette, Julien de Crespy, Joseph de La Marqueraye, François Coustureau, Pierre II Ménardeau, René de La Tullaye et Robert Bouhier ; dès le 4 mai, ils notifient au greffier de la Chambre leur désapprobation par rapport à la procédure employée par leurs collègues126. L’affaire fait apparaître au grand jour une ligne de fracture nette au sein de la Chambre et fait voler en éclat l’apparente cohésion du corps constitué. Les enjeux paraissent suffisamment importants pour conduire certains magistrats à violer les règles qui régissent le fonctionnement interne de l’institution. Ce qui retient l’attention, dans les camps qui se dessinent, c’est la réapparition des oppositions du temps de la Ligue. Sur les neuf officiers qui s’opposent au contrat signé par Massuau, six peuvent être rattachés soit personnellement, soit par le biais de leur famille, au groupe des partisans du duc de Mercœur127 alors que dans l’autre groupe, on retrouve une majorité d’anciens royaux128. Dix ans après le retour de la paix religieuse, les ennemis d’hier semblent toujours camper sur leurs positions. Dans le cas présent, il est difficile de savoir toutefois ce qui détermine le choix des différents officiers. L’hypothèse d’une collusion de certains d’entre eux avec le partisan, même si elle ne peut être totalement écartée, paraît difficilement recevable. Le maître Étienne Le Franc a bien été commis avec les auditeurs Charles Le Meneust et Alain Le Febvre pour faire les extraits des documents nécessaires à Massuau mais il semble bien avoir été le seul à tirer des revenus supplémentaires de cette opération. Plus fondamentalement, ce qui a pu jouer, c’est l’appréciation différente portée par les magistrats sur les partisans. Certains par fidélité au roi, par souci aussi de ne pas s’opposer à l’accomplissement des engagements qu’il a pris et de contribuer ainsi à l’assainissement des finances, tolèrent leur intervention. Les autres, par hostilité aux financiers, et mus par la volonté de défendre les prérogatives des officiers, font passer la morale avant les profits immédiats129. Sans remettre en cause la souveraineté du monarque, ils restent fidèles à une vision traditionnelle qui veut que ce dernier ne prenne pas de décision avant de les avoir entendus. En ce sens, le clivage formé au temps de la Ligue demeurerait opérationnel et continuerait à séparer des magistrats fidèles au pouvoir, quelle que soit son orientation, et ceux qui chercheraient, dans une conception « dévote » de leur fonction, à concilier la voix de leur conscience et les impératifs de l’État.

  • 130 Trajan de La Coussaye reçoit 1 200 livres pour quatre-vingts journées – alors qu’il dit en avoir pa (...)

59Cette hypothèse ne doit pas conduire à être manichéen comme en témoigne le fait que les deux groupes d’officiers finissent par trouver un terrain d’entente. Les trois magistrats qui ont été à la cour présenter des remontrances au roi – Trajan de La Coussaye, René Fradin et Louis du Pont – sont partiellement remboursés de leurs frais de voyage130 et, dans une unanimité retrouvée, la Chambre, séances assemblées procède, le 26 janvier 1611, à l’enregistrement des lettres patentes délivrées en faveur de Louis Massuau. Prenant même prétexte du fait que les officiers chargés de faire les extraits de comptes se sont permis de prononcer des jugements et que ceux-ci ont été portés en appel devant une commission composée d’un président, de trois conseillers du parlement et de trois maîtres des comptes, elle révoque le pouvoir qui leur a été donné. Après avoir présenté des remontrances au roi, elle procède, le 27 juin 1613, à un nouvel enregistrement du contrat de Massuau où elle lui interdit expressément de prétendre aucune chose aux arrérages de rentes « supposées amorties » dont elle a utilisé le produit non seulement pour financer les travaux de construction du Grand Bureau et son ameublement mais aussi pour acquitter les frais de voyage que ses membres ont dû faire pour le service du roi, pour le paiement des menues nécessités et pour le remplacement du manque de fonds qui s’est trouvé pour les épices de la Chambre, pour l’acquit des gages et des pensions des présidents et des autres officiers.

60L’affaire se conclut donc par un arrêt par lequel l’institution tient à ménager ses intérêts et qui révèle, une fois de plus, qu’au-delà des fonds qui lui étaient normalement alloués, elle disposait, grâce à sa bonne connaissance des comptes provinciaux, Les origines sociales et géographiques du personnel… d’une réelle capacité d’autofinancement qui lui permettait de faire face aux retards de paiement de la monarchie ; les précautions prises s’expliquent en partie par le fait qu’elle a à faire en la circonstance à un financier extérieur à la province qui pouvait remettre en cause les décisions qu’elle avait prises. On peut y voir l’expression de l’égoïsme d’officiers soucieux de protéger leurs revenus ; on peut y lire aussi le désir des magistrats de préserver leur dignité. Les deux aspects étaient sans doute indissolublement liés dans leur esprit et les conduisaient in fine à s’unir face à un financier extérieur. Leur attitude à l’égard des gens d’argent n’était toutefois pas toujours aussi claire et l’institution pouvait parfois leur servir de champ de manœuvre ou de relais pour la réalisation de leurs ambitions ainsi que le suggère l’une des deux suspensions d’officiers que la Chambre a prononcées.

La fausse sortie du trésorier général François Miron (1571-1572)

  • 131 Pour une étude complète de cet aspect, Dominique Le Page, « François Miron, sieur de Villeneuve ou (...)
  • 132 Ses lettres de provision datent du 6 juin 1568, ADLA, B 56.
  • 133 Ibid., B 589, fo 293-94, 6 décembre 1571. Le Garrec accuse Miron d’avoir fait « contreroller lui-mê (...)

61Elle concerne François Miron qui est relevé de sa charge en décembre 1571 alors qu’il lui est reproché un débet de 25 868 livres131. Miron a exercé dans des conditions difficiles puisque, ayant été institué en janvier 1568132, il a dû, avec la reprise des guerres de Religion, faire face aux demandes financières pressantes de la monarchie. Il a été amené ainsi, en plus de la recette générale, à gérer un certain nombre de revenus extraordinaires comme celui de la saisie des biens des réformés, les taux et amendes du parlement, les sommes obtenues dans le cadre d’opérations de placements de rentes ou d’aliénations du domaine, la solde des 50 000 hommes de pied et les levées opérées pour le ban et l’arrière-ban. Ses déboires s’expliquent donc en partie par le dérèglement des mécanismes financiers et la difficulté à faire rentrer les impôts en période de crise. Ils ne sont pas dus pourtant uniquement à cela et François Miron se voit aussi reprocher plusieurs manquements à sa fonction. Il s’est reposé d’abord largement sur un commis – Florent Bouchel – pour exercer sa charge. Il a ensuite été incapable de rendre des comptes fiables par défaut de pièces justificatives – notamment les fameux acquits et garants – et par manque de rigueur dans sa gestion. Quand les gens des comptes lui ont demandé le bordereau de la recette qu’il avait faite des aliénations du domaine dans le ressort des quatre présidiaux de Bretagne, il a répondu qu’il avait donné à ses commis des blancs « pour faire ladite recette et suivre les commissaires ordonnez pour faire ladite vente » et qu’il s’était contenté ensuite d’une ampliation des blancs ainsi remplis. Il n’a pas fait ensuite contrôler tous les deniers qu’il a perçus par le contrôleur général de Bretagne, Guillaume Fournier, en prétextant que celui-ci s’était fait remplacer par un commis, Alphonse Le Garrec, alors qu’il devait exercer son état en personne et que l’urgence financière était si grande qu’il avait dû envoyer, « incontinant après les avoir receuz », les deniers extraordinaires à la cour, « auparavant qu’ils eussent peu estre contrôlables133 ». Il n’a pas hésité enfin à commettre quelques délits – outre le fait qu’il a gardé trop longtemps entre ses mains les deniers qu’il avait perçus –, soit personnellement, soit par l’intermédiaire de son commis. Celui-ci aurait ainsi subtilisé un premier compte de la saisie des biens des protestants qui avait été déposé au Bureau de la Chambre et Miron aurait rayé et apostillé lui-même sur le compte du domaine des sommes qui y figuraient à plusieurs reprises alors que cette tâche revenait aux officiers de la Chambre.

  • 134 Cette nomination est logique compte tenu du fait qu’une partie du douaire de la reine-mère était al (...)
  • 135 Il est institué le 21 septembre 1574.
  • 136 Georges Morin conserve la recette quatre ans puis la transmet à son frère qui la détient jusqu’à sa (...)

62En ne respectant pas les ordonnances en vigueur, Miron s’est donc mis délibérément dans son tort. Sa suspension, prévue à l’origine pour un an, devient en fait définitive. L’examen des personnes qui lui succèdent prête à réflexion. Il est remplacé tout d’abord par l’autre trésorier et receveur général, Vital de Contour, puis, devant le refus de celui-ci d’assumer plus longuement la charge, un commis est nommé en la personne de Jean Coutel, contrôleur général de la maison de la reine134. L’intérim est là encore de courte durée et le 20 mars 1572, un nouveau trésorier est institué en la personne de François Trottereau, ancien receveur des fouages de Tréguier. Ce dernier reste peu de temps en place et il cède sa charge en septembre 1574 à Georges Morin135. Avec celui-ci la recette retrouve une certaine stabilité136 à tel point que l’on peut se demander si l’accession de Georges Morin à la trésorerie ne constitue pas pour lui la réalisation d’une ambition mûrie depuis plusieurs années. Il était en effet, comme on l’a vu précédemment, une créature des Penthièvre et plus particulièrement du vicomte de Martigues au service duquel il avait commencé sa carrière en tant que secrétaire. Bien qu’il ait épousé en premières noces la veuve du trésorier général Jacques Thévin, il n’a pu succéder à ce dernier : après la mort de Martigues en 1569, le nouveau gouverneur, le duc de Montpensier est en effet probablement intervenu pour faire nommer Vital de Contour, qui était alors à son service. Comme François Miron a sans doute mis à profit ses relations dans les milieux gouvernementaux pour se faire attribuer l’office de receveur alternatif, Morin s’est alors replié sur la charge de trésorier et receveur général de Poitiers. Les difficultés de Miron lui ont offert l’occasion de prendre sa revanche et ce d’autant plus que François Trottereau ne semble avoir été, du moins si l’on en croit les accusations de Vital de Contour lors d’une querelle qui les oppose au sujet de la qualité respective de leur charge – ancienne ou alternative –, que l’administrateur de celle-ci.

  • 137 Cette accusation repose sur le fait que de Beaune aurait dit que « pour le zèle qu’il avait pour la (...)

63La prise de possession de la trésorerie s’inscrirait ainsi dans une stratégie mûrement réfléchie au cours de laquelle Georges Morin aurait bénéficié d’appuis au sein de la Chambre. Pour identifier ceux-ci, on peut s’appuyer sur le nom des officiers que Miron a récusés pour retarder le jugement de son affaire. Parmi eux figurent ceux qui ont examiné ses comptes – les auditeurs Pierre I Ménardeau et Guillaume Gougeon – mais aussi d’autres magistrats comme le président Louis Braillon, les maîtres Marc I de Barbère, Martin de Beaune, ou Antoine Charton, les auditeurs François Symon, Jean Guillope, François de Bruc, Aimé Adam et Guillaume Le Meneust. Les raisons ne sont indiquées que pour Martin de Beaune à qui Miron reproche d’être trop « affectionné » à son dossier137 et pour Antoine Charton avec lequel il est en procès devant le sénéchal de Nantes à propos d’un acquit qu’il lui aurait donné en tant que commis de son beau-frère, l’ancien trésorier et receveur général Jacques Thévin. Parmi les individus cités, seul Charton peut être considéré, en l’état actuel des connaissances, comme un allié potentiel de Georges Morin du fait de leur relation commune avec Jacques Thévin. Cela paraît maigre.

Tableau 61. – Personnel de la Chambre des comptes en 1571.

Tableau 61. – Personnel de la Chambre des comptes en 1571.
  • 138 Le premier membre vraiment connu de la famille, Olivier Harouys, a été commis à la trésorerie génér (...)
  • 139 Simona Cerutti, La ville et les métiers : naissance d’un langage corporatif à Turin (17e-18e siècle (...)
  • 140 C’est le cas, on l’a vu, de Vital de Contour qui était lui-aussi non originaire de la province mais (...)
  • 141 Quand les gens des comptes demandent au commis du contrôleur général Le Garrec pourquoi il ne s’est (...)

64Si l’on élargit la perspective, il est indubitable pourtant que plusieurs acteurs de cette affaire avaient des relations étroites, du moins si l’on en croit les alliances matrimoniales qui ont été conclues au cours de cette période. On constate ainsi que le président des comptes Louis Braillon et François Trottereau étaient tous deux gendres de Guillaume I Harouys, et que Georges Morin s’est également remarié en 1580 avec une fille de ce dernier. Les Harouys auraient donc joué un rôle important dans cette affaire. Avec eux, on retrouve l’une de ces familles espagnoles installées à Nantes au Moyen Âge et qui, à la différence des autres, s’est orientée très tôt vers les carrières judiciaires138. Guillaume I Harouys a été en effet tour à tour secrétaire à la chancellerie de Bretagne puis greffier au parlement. Son fils Charles Harouys a pris sa succession puis, fort de son doctorat en droit, il a acquis un office de conseiller au parlement (1573-1580). Cette orientation vers le monde de la robe n’a pas conduit à un désintérêt pour les finances comme le montre le mariage de ses filles. On trouve là une illustration supplémentaire des liens qui existaient entre les différentes catégories du monde des officiers, particulièrement au XVIe siècle, et une application au cas nantais des remarques faites par Simona Cerrutti pour Turin139. Ceux qui prenaient en charge les recettes des impôts avaient besoin de l’appui d’autres notables pour alimenter au quotidien les caisses dont ils avaient la responsabilité. L’accession de Georges Morin à la trésorerie générale de Bretagne doit donc être vue non comme le résultat d’une réussite individuelle mais comme la prise en main d’un poste stratégique par le réseau sur lequel il s’appuyait. Elle s’inscrit dans le contexte plus général de reconquête par des locaux – ou à tout le moins par des hommes qui leur étaient liés140 – des principales responsabilités financières en Bretagne. François Miron, en plus des erreurs qu’il a commises dans sa gestion, a été victime probablement de son isolement, de son manque de liens avec les notables nantais. À la Chambre, il disposait bien de l’appui de son cousin le premier président Marc Fortia141 mais celui-ci était alors lui-même trop affaibli pour lui être d’un quelconque secours ; il a d’ailleurs résigné sa charge en 1573 au profit de Jean I Morin. Avec cette promotion, le paysage institutionnel sur le plan financier s’est éclairci avec d’un côté les hommes liés au réseau Ruiz et de l’autre ceux qui étaient proches des Harouys, les uns et les autres disposant d’une recette générale et d’offices à la Chambre des comptes.

De la faillite des de Santodomingue aux cailloux jetés contre le président Ballet

  • 142 Il serait mort chez son frère André à Séville.
  • 143 Santodomingue est alors détenu au Bouffay, ADLA, 4 E 2/1606.
  • 144 Yves de Santodomingue a, de façon originale, réalisé d’importants investissements dans « l’industri (...)

65La situation est plus complexe pour l’autre suspension de trésoriers et receveurs que prononce la Chambre au XVIIe siècle, celle des frères Santodomingue à la fin des années 1660. Le premier à être victime de cette mesure est Claude de Santodomingue qui est suspendu de l’exercice de sa charge le 22 février 1669 à la demande du trésorier de France Pierre Guydo. Il est remplacé par le receveur général du taillon, Giraud. L’office de son frère Yves est quant à lui saisi aussitôt après sa mort le 13 octobre 1670142. De quoi les accuse-t-on ? Si Claude s’est vu personnellement reprocher par Pierre Guydo de ne pas lui avoir présenté d’état au vrai de sa recette depuis 1661, les deux hommes semblent avoir été, plus largement, en situation de faillite personnelle. Ils sont en effet tous les deux poursuivis par le garde du trésor royal Bartillat : c’est lui qui a obtenu la saisie de l’office d’Yves de Santodomingue à cause de ses débets et c’est lui encore qui fait ouvrir en 1671 les coffres de Claude de Santodomingue à Nantes pour y prendre 24 000 livres. En janvier 1671, ce dernier est par ailleurs poursuivi par le trésorier provincial extraordinaire des guerres, Michel Chauvet, pour défaut de paiement de 59 000 livres143. Claude et Yves de Santodomingue auraient donc été incapables de faire face à leurs obligations sans que l’on puisse dire avec certitude si cela est dû au fait qu’ils ont présumé de leurs capacités financières en prenant en charge les deux recettes générales de Bretagne144 ou s’ils ont été victimes des efforts de la monarchie pour réorganiser les finances en cette période.

  • 145 Il est porteur d’une procuration d’une série de personnes : Claude Aubery, conseiller du roi en la (...)
  • 146 Claude de Santodomingue est alors absent de Nantes du fait qu’il s’est rendu à l’assemblée des état (...)
  • 147 Ibid., 4 E 2/1232.

66L’élément intéressant est qu’ils ont été poursuivis également par un certain nombre de leurs créanciers. La vente de l’office d’Yves de Santodomingue a été retardée tout au long des années 1670 du fait de l’opposition de ceux à qui il devait de l’argent et qui entendaient se faire payer avant le roi. En octobre 1669, Claude Aubery, marquis de Vatan145, est venu spécialement de la capitale « avec trois carrosses et quatre chevaux » pour récupérer la somme de 39 350 livres que lui devaient les deux trésoriers généraux pour un arrérage de rente146. En juillet 1671 encore, l’épouse de Claude de Santodomingue, Marie de Roncheray, est intervenue auprès de l’avocat général aux comptes Pierre Noblet, pour qu’il accepte l’élargissement de son mari qu’il avait fait emprisonner le 8 juillet 1670 au Bouffay faute de paiement de 1 750 livres et s’engage à lui verser cette somme147.

  • 148 Claude de Santodomingue est décédé avant 1684. Le 4 mars de cette année-là, sa fille Isabelle a épo (...)

67Avec Pierre Noblet, qui était l’héritier de François Noblet, ancien receveur général des décimes, on a une illustration supplémentaire du fait que pour nombre de fils de financiers l’entrée à la Chambre n’entraînait pas un désintérêt pour les questions d’argent mais une évolution de leur rôle, du statut de pourvoyeurs des caisses à celui de prêteurs aux responsables de ces dernières. Cette présence est cependant trop isolée pour croire qu’un groupe précis d’officiers des comptes ait précipité la chute des Santodomingue. D’ailleurs, la Chambre s’est contentée dans ce cas de mettre en œuvre les poursuites qui étaient engagées contre eux sans faire la preuve d’un acharnement particulier. Le 7 juillet 1671, elle a ordonné la levée des sceaux apposés sur la maison et les coffres de Claude de Santodomingue et son élargissement des prisons du Bouffay à la condition qu’il paie 57 961 livres 11 sols 4 deniers pour une partie de l’entretien des garnisons de Bretagne de 1669 ; elle lui a accordé en outre un délai de six mois pour qu’il s’acquitte d’un débet de 129 000 livres pour 1669. Dans les années suivantes, on ne trouve plus trace de poursuites contre la famille de Santodomingue qui a donc réussi, semble-t-il, à effacer son passif au prix, il est vrai, de la perte de deux charges de trésorier général148.

  • 149 L’office avait été adjugé à Simon Loyseau dès le 10 mai 1670 pour 60 000 livres mais les créanciers (...)
  • 150 Avant Ballet, l’office avait été obtenu par Barthélémy Ferret.
  • 151 Il faudrait ainsi se demander dans le cas des différentes provinces si l’occupation de charges par (...)

68Celles-ci, on l’a vu, sont revenues, à un financier parisien, Simon Loyseau. Si celui-ci a éprouvé quelques difficultés pour récupérer l’office d’Yves de Santodomingue149, il a pu se faire pourvoir dès 1674 de celui de Claude. Il faut relever que dans ce cas c’est Nicolas Ballet qui a payé le droit annuel de la charge pour 1673 et 1674 ainsi que les taxes de résignation – 4 400 livres –, et du marc d’or – 1 080 livres. Ballet ne s’est finalement pas fait recevoir sans que l’on sache s’il a servi en l’occasion de simple intermédiaire à Loyseau pour régler les sommes dues aux parties casuelles ou s‘il n’a pas pu faire agréer sa candidature à la charge150. Si l’on retient cette dernière hypothèse, il faudrait en conclure que son ambition était exagérée et qu’il a dû s’incliner devant des financiers plus puissants que lui. Dans cette perspective, la mise à l’écart des de Santodomingue de la trésorerie générale, et celle de Guillaume II Harouys de la trésorerie des états quelques années plus tard, marqueraient la fin du système financier qui s’était mis en place en Bretagne dans les années 1630. L’irruption de Parisiens à cette période a révélé que des groupes de financiers locaux n’étaient pas encore prêts à prendre le relais151, ce qui expliquerait in fine l’échec de Nicolas Ballet.

69L’accession du fils ce dernier à une présidence des comptes en 1704 révèle pourtant que les positions de cette famille se sont rapidement renforcées. Avec cette promotion, on retrouve le souci d’affirmer une réussite sociale ainsi que celui de disposer d’une personne de confiance à la Chambre. Cette nomination a suscité pourtant au sein de celle-ci de vives réactions, du moins si l’on en croit la correspondance échangée en 1710 entre l’intendant Ferrand et le subdélégué Gérard Mellier. C’est la dernière crise que je voudrais brièvement évoquer pour illustrer les liens complexes qui existaient entre la Chambre et le monde des financiers. Dans une lettre du 19 juillet 1710, Ferrand fait allusion à des pierres jetées dans le carrosse de Ballet lors de son passage dans le faubourg nantais de la Poissonnière et à une troupe italienne « payée pour mettre sur le théâtre des chansons que l’on a employées contre lui ». Dans un autre courrier daté du 16 avril 1711, il soutient « qu’il ne faut pas espérer que monsieur Ballet soit jamais […] bien agréablement à Nantes ; il essuyera de temps en temps des bourrasques et des discours. Il faut l’encourager et punir les gens qui porteront leur ressentiment trop loin quand il ne voudra pas fermer les oreilles qui sera le meilleur parti qu’il pourroit prendre ». Quelques jours plus tard, il évoque des injures que Ballet aurait subies de la part d’auditeurs des comptes.

  • 152 On n’a pas de détail sur ce comportement mais en juin 1711, Ferrand écrit à Mellier : « Vous avez b (...)
  • 153 En 1710, le pouvoir royal a imposé la levée d’un don gratuit de 700 000 livres sur les villes de pr (...)
  • 154 Le premier président de Becdelièvre est mécontent car il estime que l’un de ses parents, le sieur d (...)
  • 155 Celui-ci est également insulté par un auditeur et un correcteur des comptes. L’intendant lui consei (...)
  • 156 Pour faire céder le parlement, le pouvoir royal use à la même période de la menace de création en B (...)
  • 157 Le 21 juin 1711, Ferrand écrit ainsi à Mellier à propos des difficultés qu’il rencontre pour faire (...)

70Ballet apparaît ainsi comme un personnage particulièrement impopulaire. Il est victime tout à la fois de la haine du peuple que Ferrand décrit comme « une beste féroce » mais aussi de magistrats de la Chambre parmi lesquels figurent, on l’a dit, des auditeurs, mais aussi des maîtres, présentés par l’intendant « comme bien vifs », et le premier président Jean-Baptiste de Becdelièvre. Cette animosité s’explique par le comportement privé de Ballet152 mais aussi par son appartenance au groupe des financiers le plus actif en Bretagne à cette période. Son père Nicolas Ballet était alors responsable avec Jacques Michau de Montaran de la ferme des octrois de Nantes qu’ils avaient obtenue en 1689 : l’entrée en guerre de la France a provoqué une hausse des exigences royales153 alors que les ressources de la ville, avec la perturbation du trafic maritime, étaient en baisse, ce qui a dû accroître l’animosité contre ceux qui étaient chargés de prélever les taxes. Si l’on ajoute à cela que des traitants intervenaient au même moment en Bretagne pour percevoir des emprunts sur les aisés154 et que la Chambre était en conflit avec l’intendant à propos des octrois des villes, on a tous les éléments pour expliquer les tensions qui se développent et qui se cristallisent autour de la personne de Ballet qui a dû apparaître, à tort ou à raison, comme l’un des bénéficiaires des divers prélèvements effectués. Pratiquant probablement ses activités de financier au trop grand jour, il s’est attiré l’hostilité de ses collègues soucieux tout à la fois de préserver la dignité des magistrats et de ménager leurs intérêts qui étaient directement menacés. L’appui que lui apportent Ferrand et Mellier155 n’a rien pour surprendre. Le premier était responsable de l’exécution de la politique royale et du maintien de l’ordre public et le second, qui était subdélégué, lui était apparenté. Ils apparaissent ainsi tous deux, dans un contexte de hausse des exigences royales, comme les soutiens des financiers face aux officiers de justice156 et, plus largement, à la majorité de la population. La Bretagne connaît alors, avec plus d’un demi-siècle de décalage, l’évolution qui s’est produite dans les pays d’élections et dans quelques pays d’états dans les années 1630-1640, une période au cours de laquelle les intendants ont aidé les traitants et les partisans à prélever les impôts157. À travers l’exemple de Ballet, on a un aperçu des tensions que cette évolution a dû produire au sein des compagnies d’officiers.

71Les « affaires » Miron, de Santodomingue et Ballet, donnent finalement un raccourci de l’évolution des relations entre la Chambre et le monde de l’argent aux XVIe et XVIIe siècles. Si l’on peut penser que dans le cas du premier, elle a servi d’instrument à la mise en place d’un nouveau groupe de financiers, elle s’est contentée dans le cas des Santodomingue d’enregistrer et d’accompagner leur faillite, même si certains de ses membres étaient associés au système qu’ils avaient mis en place ou lui étaient, à tout le moins, redevables d’une part de leur ascension. Avec Ballet, on assiste à l’exacerbation des tensions du fait de l’irruption trop voyante des financiers qui remettent en cause l’équilibre de l’institution et l’image qu’elle essaie, tant bien que mal, de préserver. Du XVIe au début du XVIIIe siècle, il y aurait eu ainsi trois étapes dans l’histoire de la Chambre : au XVIe siècle, alors qu’elle se montrait relativement ouverte aux financiers, elle leur aurait servi en quelque sorte de champ de manœuvre ; dans la première moitié du XVIIe siècle en parallèle avec l’exaltation de l’idéal du parfait magistrat, elle aurait montré plus de réticence à leur égard, ce qui n’a pas empêché certains de ses membres de participer en sous-main à la gestion des finances provinciales et de faire appel au crédit de leurs collègues ; sous le règne de Louis XIV, face à l’accroissement des besoins de la monarchie, les barrières, fragiles, élevées contre le monde de l’argent se seraient effondrées, provoquant un retour en arrière, sans toutefois que les financiers parviennent à imposer totalement leur domination, comme l’ont montré les tensions qui ont alors secoué l’institution.

  • 158 L’entrée des marchands dans la catégorie des receveurs pouvait se faire sous la contrainte et const (...)
  • 159 Comme le roi, les nobles moyens et les Grands avaient besoin de liquidités qu’ils trouvaient sur le (...)
  • 160 Selon Daniel Dessert toutefois, la marchandise ne conduit jamais à la finance, puis de là à l’offic (...)

72Si on récapitule les remarques faites à propos de l’origine sociale des gens des comptes, il apparaît que ceux-ci ont été recrutés majoritairement dans le monde des hommes de loi. La tendance à la reproduction du personnel a accentué la domination, au fil du temps de ce groupe et conforté l’idée que la Chambre était bien une cour souveraine où les qualités se transmettaient d ‘ une génération à l’autre. L’institution est restée, tout au long de son histoire, accueillante aux catégories montantes de la société qu’il s’agisse de fils de financiers ou de fils de marchands. Cette ouverture invite à ne pas faire de différences trop marquées entre les catégories. On a vu que nombre de marchands étaient aussi des hommes d’argent, qu’ils prenaient des fermes158 et faisaient des prêts à la monarchie mais aussi aux grands nobles159. L’acquisition d’un office de finances pour eux-mêmes ou pour leurs enfants, si elle signifiait indubitablement une promotion sur le plan social et était le révélateur d’autres ambitions160, ne constituait pas pour autant une rupture complète avec leurs pratiques antérieures. Les familles avaient ainsi plusieurs fers au feu qu’elles utilisaient au gré des circonstances, au moins dans leur phase d’ascension sur le plan social.

  • 161 Il a épousé Clémence d’Arche.

73À titre d’exemple, on peut citer les Rocaz au début de l’époque moderne. Cette famille d’origine espagnole s’est implantée dans le duché de Bretagne au XVe siècle et a été anoblie en 1446. Au début du XVIe siècle, on connaît le destin de quatre des enfants de Jean I Rocaz, sieur de Villatte. Si l’aîné Guy Rocaz, marié avec Bertranne de Fresche, ne semble pas avoir exercé d’activité particulière – il est qualifié de sieur de Villatte comme son père –, le second, Bernard Rocaz, sieur du Haut-Verger161, est auditeur à la Chambre des comptes de 1541 à 1551. Sa fille Jeanne I Rocaz épouse Guillaume de Francheville, qui lui succède à la Chambre comme auditeur avant de devenir procureur général. Un troisième fils, Jean II Rocaz, qui porte le même prénom, épouse Michelle Avril, la fille d’Alain Avril, trésorier des états de Bretagne, et devient receveur du fouage. Le dernier, Yves Rocaz, sieur de La Chalonnière, connaît la réussite la plus éclatante en pratiquant le commerce dans le cadre d’une association avec André Ruiz. Deux de ses enfants se marient avec des héritiers de ce dernier – Jeanne II Rocaz avec Julien Ruiz, Julien avec Marie Ruiz – une autre fille, Marguerite, est mariée avec le receveur général de Bretagne Nicolas Fyot alors que l’une de ses sœurs, Françoise, épouse Michel I Le Lou, maître à la Chambre des comptes (1572-1586). La famille Rocaz illustre bien donc les associations qui pouvaient se nouer entre marchandise, finances et exercice d’un office dans une cour souveraine ; elle montre aussi comment on pouvait, en fonction de la conjoncture, réactiver les liens avec l’un ou l’autre des secteurs, soit par le biais d’une alliance ou comme c’est le cas ici, par l’intermédiaire d’un enfant. L’exemple d’Yves Rocaz met bien en évidence le fait que ces familles, malgré une implantation ancienne dans le royaume de France, conservaient des liens étroits avec leur pays d’origine. Grâce aux Rocaz, on voit bien aussi comment s’opérait le passage de la marchandise à la finance : dans leur cas, cette évolution est d’ailleurs parfaitement symbolisée par le fils d’Yves Rocaz, Julien Rocaz, qui, après le décès de Marie Ruiz se remarie avec Suzanne de Contour, fille de Vital, trésorier et receveur général de 1569 à 1580.

  • 162 L’idée de James B. Collins selon laquelle la bourgeoisie des offices n’est pas fondamentalement dis (...)

74Derrière ces parcours, on retrouve les étapes classiques : marchandise, finances, cour de justice. Celle-ci est représentée ici par la Chambre des comptes qui, du fait des fonctions qui lui sont attribuées, du fait aussi qu’elle n’exige pas de ses membres d’être gradués, peut apparaître plus facilement comme le lieu de réalisation des ambitions des familles en quête d’honorabilité. Toutes n’y entrent pourtant pas et, plus que la cour souveraine, c’est finalement l’argent qui sert de trait d’union entre les différentes catégories : l’argent du marchand qui peut être mobilisé pour cautionner un receveur, pour prendre une ferme ou pour faire des prêts à des particuliers ou à la monarchie ; l’argent de l’officier de finances qui, grossi par les sommes prélevées à l’occasion de la collecte des impôts, peut servir à différentes spéculations comme l’exemple de Louis Sanguin l’a montré, l’argent du magistrat enfin qui est régulièrement réinvesti, là aussi, comme l’ont révélé les cas de Salomon de La Tullaye et de César de Renouard. Les liens tissés par le biais de l’argent peuvent permettre de transcender les clivages sociaux, de comprendre certains mariages surprenants comme ceux des filles de Gilles Ruellan ou certains parcours qui paraissent illogiques comme celui de la famille Harouys dont un membre, Guillaume II Harouys, après que ses prédécesseurs eurent, au XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle, donné la priorité aux offices de justice, accepte de prendre en charge la trésorerie des états de Bretagne. L’argent ne porte toutefois pas atteinte à l’échelle des dignités que l’on peut considérer comme l’imaginaire de l’homme des temps modernes162. Le fils de l’officier de finances ne redevient pas marchand tout comme celui du magistrat ne redevient pas collecteur d’impôts. La participation à des affaires communes n’entraîne pas de confusion des rôles : dans ce sens, si l’on revient à la Chambre des comptes, on peut retenir que celle-ci permet la rencontre d’individus de milieux sociaux différents, sans les fondre complètement. Il en est de même de ce que l’on observe quand on analyse les origines géographiques des officiers.

Un personnel venu d’horizons géographiques variés

75Ce qui fait la marque d’une cour souveraine, c’est sa capacité à recruter son personnel dans un rayon géographique assez large et donc bien au-delà de sa ville d’implantation. Les grandes institutions parisiennes ont ainsi réussi au fil du temps à attirer des membres des élites des différentes provinces. Le parlement de Bretagne, sans avoir le même rayonnement, a lui aussi eu un personnel diversifié surtout que lors de sa confirmation en 1495, Charles VIII a imposé le principe que la moitié des membres fussent non originaires de la province. Cette mesure – elle semble unique dans le royaume – que l’on peut expliquer par la volonté de la monarchie d’unifier les pratiques judiciaires mais aussi par la pression exercée par les notables du Val de Loire – qui dominaient alors dans les cercles gouvernementaux – pour qu’une part des offices de l’institution leur soit réservée, a eu pour conséquence de faire venir en Bretagne des Tourangeaux, des Angevins mais aussi des Parisiens. Partant de ces constats, il était intéressant de savoir ce qu’il en a été pour la Chambre des comptes de Nantes.

  • 163 Ce critère a été retenu pour permettre de prendre en compte le cas des individus qui ont occupé plu (...)

76Dans le tableau suivant, j’ai fait figurer l’origine des officiers selon les fonctions occupées163. Ce critère a été retenu pour permettre de prendre en considération le cas des individus qui ont occupé plusieurs charges à la Chambre des comptes.

Tableau 62. – Origine géographique des officiers de la Chambre des comptes selon les fonctions occupées (1491-1791).

Tableau 62. – Origine géographique des officiers de la Chambre des comptes selon les fonctions occupées (1491-1791).

1er Pdt = premier président, P. = président, T .F. = trésorier de France, P. G. = procureur général, A. G. = avocat général, M. = maître, Aud. = auditeur, C. = correcteur.

  • 164 Leur présence se maintient plus longtemps dans des offices comme celui de trésorier de France où l’ (...)

77Quatre zones principales fournissent la majeure partie du personnel sous l’Ancien Régime. La première est le comté nantais qui, bien que faisant partie de la province de Bretagne, doit être considéré à part du fait de son importance dans les effectifs ; ses « élites » accaparent près de 55 % des fonctions de la Chambre de la fin du XVe siècle à 1791. Le transfert de l’institution de Vannes à Nantes a eu pour conséquence logique de modifier la zone de recrutement des gens des comptes et de donner la prééminence à la cité ligérienne. Vient ensuite le reste de la province de Bretagne qui s’attribue près de 18 % des fonctions : les évêchés de Rennes, de Vannes et, à un moindre degré, de Saint-Malo arrivent logiquement en tête. La troisième zone est l’Anjou qui contrôle plus de 15 % des emplois. En quatrième position arrivent les Poitevins. En dehors de ces quatre zones, on trouve des Tourangeaux venus surtout dans la première moitié du XVIe siècle lorsque le pouvoir royal séjournait dans les châteaux de la Loire164 mais qui disparaissent presque totalement par la suite et quelques Parisiens dans le prolongement des guerres de la Ligue.

  • 165 Auffray de Lescouët au début du XVIe siècle, les de Becdelièvre ensuite. Ces derniers, qui étaient (...)

78Au total, les officiers non originaires du comté nantais ont occupé près de 45 % des fonctions. Si l’on examine le cas des différents degrés du personnel, on constate qu’ils l’emportent dans quatre catégories : celle des correcteurs avec 51,85 %, celle des présidents avec 53,52 %, celle des procureurs généraux avec 57,89 %, celle des trésoriers de France avec 61,29 %. De façon générale, plus on s’élève dans la hiérarchie, plus la part des non-originaires augmente. Dans les catégories où ils sont minoritaires, leur part est de 39,5 % pour les auditeurs mais elle monte à plus de 48 % pour les maîtres. Deux exceptions doivent toutefois être signalées : il s’agit des premiers présidents et, comme le chiffre indiqué le suggère, des correcteurs. Après une première moitié du XVIe siècle où, du fait du processus d’intégration de la Bretagne à la France quelques non-originaires se sont imposés à la première présidence, les grands lignages robins du comté nantais, ont pris le relais à partir des années 1570 et ont su ensuite, à quelques nuances près165, maintenir leur prééminence jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, faisant la preuve ainsi tout à la fois de leur dynamisme, de leur capacité à diriger l’institution et à se gagner la faveur du pouvoir. Le cas de la charge de correcteur est différent : cet office, qui n’existait pas dans la Chambre des comptes ducale, a été imposé par la monarchie dans les années 1620, après un premier échec dans les années 1570, et il est devenu une chasse gardée des non-originaires, particulièrement des Angevins.

  • 166 L’image négative de la province s’est construite à partir du XVIe siècle, l’essor de la culture hum (...)
  • 167 Louis Miron était le fils de Marc Miron, médecin du roi et neveu de François. Claude Brethe était, (...)

79Pour mesurer l’évolution qui s’est produite, j’ai pris pour référence la catégorie des maîtres de 1572 à 1789. En observant le tableau 63 ci-dessous, on constate que la part des non-originaires de l’évêché de Nantes a été majoritaire jusque dans les années 1660, imposant ainsi l’idée que l’augmentation du nombre des charges ainsi que la hausse de leur valeur ont entraîné une dilatation de l’aire de recrutement du personnel de la Chambre. À titre symbolique, on peut ainsi relever la présence de quelques Parisiens dont la présence paraît de prime abord étonnante. Sans que la Bretagne soit encore réduite à l’image d’un lointain Landerneau ou à l’exotisme du Quimper Corentin de la fable de La Fontaine, elle est déjà, à la fin du XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle une province périphérique166 dans un royaume dont les organes du pouvoir sont concentrés en Île-de-France, où Paris est déjà l’arbitre du bon goût. De ce fait, il peut paraître saugrenu pour un habitant de la capitale de venir y acquérir un office, particulièrement dans une cour souveraine jugée secondaire, comme l’est la Chambre des comptes de Nantes. En fait, sur les cinq Parisiens que l’on recense, deux d’entre eux ont acquis des offices pour des raisons familiales : il s’agit des maîtres Claude Brethe et de Louis Miron, qui étaient tous deux parents du trésorier de France François Miron167. Le président François Coquille a bénéficié, quant à lui, de la résignation en 1625 de Louis Harouys (celui-ci est alors devenu premier président) : on peut penser qu’il a profité de la présence de ce dernier dans les Conseils pour acquérir une charge qui lui conférait un surcroît de dignité (il avait été jusque-là trésorier de France à Lyon puis à Paris). Si la venue de Gilbert Chapelle est due probablement à son mariage avec la fille de Jean Lasnier, échevin d’Angers, celle de Claude Picot (1602-1605) s’explique moins, sinon peut-être par le contexte de l’après-guerre de la Ligue qui a entraîné un plus grand brassage des personnels. Sur les cinq, quatre – Picot, Brethe, Chapelle et Coquille – n’ont fait qu’un bref passage à Nantes ; en revanche Louis Miron y a conservé sa charge de maître pendant vingt ans (1606-1626). À la différence de son oncle toutefois, qui s’est fait inhumer dans la cathédrale Saint-Pierre, il a regagné Paris aussitôt sa carrière terminée (il a acquis la charge honorifique de maître d’hôtel du roi).

Tableau 63. – Origine géographique des maîtres des comptes.

Tableau 63. – Origine géographique des maîtres des comptes.
  • 168 Je ne fais pas de développement spécifique sur les officiers originaires du comté de Nantes, en con (...)

80Plus fondamentalement, l’ouverture de la Chambre sur le plan géographique – et c’est l’aspect sur lequel je voudrais insister dans ce développement168 – se voit grâce à l’accueil d’individus venus d’évêchés ou de provinces proches du comté nantais. Dans cette perspective, trois groupes méritent de retenir particulièrement l’attention car ils ont symbolisé, chacun à leur façon, une étape de l’évolution de la Chambre : les Angevins, les Bretons hors comté nantais et les Poitevins.

Les Angevins, un groupe influent à la Chambre des comptes169

Une entrée en force en 1572

  • 170 Les Tourangeaux s’effacent progressivement dans la seconde moitié du XVIe siècle : le seul que l’on (...)
  • 171 Bitault de 1552 à 1554 et Cheminart de 1553 à 1555.
  • 172 Celui-ci était signalé comme domicilié à Angers en décembre 1569, ADLA, B 587, fo 87.
  • 173 Ibid., B 54, fo 57.
  • 174 Ibid., B 54, fo 73, acte du 5 décembre 1555.
  • 175 Dominique Le Page, « Emprunts, aliénations du domaine et constitutions de rentes en Bretagne (année (...)

81Après la première moitié du XVIe siècle qui a vu, suite au processus d’intégration du duché au royaume, des Tourangeaux s’implanter à la Chambre, ce sont les Angevins qui fournissent les contingents les plus nombreux en provenance du Val de Loire170. Jusqu’en 1572, leur présence reste modeste. Les premiers d’entre eux y font leur entrée sous le règne d’Henri II en la personne de Louis Bitault en 1552 et de René Cheminart en 1553. Ces deux officiers ont récupéré la charge d’un Tourangeau, Jean Dalesso pour Bitault et Jean Tissart pour Cheminart. Ils ne font qu’un bref séjour à la Chambre, en n’y demeurant que deux ans171. Après eux, on note l’arrivée de Jean Sorée et d’Antoine Charton172. Tous deux présentent également des caractéristiques communes. La première est qu’ils profitent de la création ou du rétablissement d’offices pour entrer à la Chambre : Jean Sorée a acheté l’une des deux charges créées par Henri II en 1555 alors qu’Antoine Charton a profité de la crise qui a failli entraîner la suppression de la Chambre en 1566 et a acheté l’office de Guillaume Morin en septembre 1568. Autre caractéristique commune entre les deux hommes : à la différence des deux premiers Angevins cités, Jean Sorée et Antoine Charton ont réalisé la majeure partie de leur carrière en Bretagne. Avant de devenir maître, Jean Sorée avait fait l’acquisition d’un office de receveur et payeur des gens des comptes de Nantes173 qu’il a presque aussitôt résigné en faveur de Jean Bernard174. Il est demeuré à la Chambre jusqu’à son décès en 1581, soit pendant vingt-six ans. Antoine Charton, quant à lui, a débuté sa carrière en servant tout à la fois les Montmorency, propriétaires de la baronnie de Châteaubriant, et le trésorier et receveur général, Jacques Thévin, originaire également d’Angers, dont il a été le commis et dont il était le beau-frère. Maître d’hôtel ordinaire de Charles IX, il a conservé son office de maître des comptes jusqu’à sa mort au début des années 1590 et s’est illustré comme l’un des membres les plus actifs de l’institution, participant à plusieurs reprises à des commissions chargées de placer des rentes ou de lever des emprunts dans la province175.

  • 176 Cette innovation suggère que l’imposition d’une clause des non-originaires au parlement en 1495, en (...)
  • 177 Il devint notamment commis à la trésorerie générale de Bretagne dans les années 1530.
  • 178 Les autres venaient de Tours – Martin de Beaune –, de Blois – Jean II Cosson. Il y avait aussi un F (...)
  • 179 Les quatre présidents étaient tous recrutés en dehors de la province.

82Si l’on excepte ces quatre « éclaireurs », il faut attendre 1572 pour assister à une arrivée importante d’Angevins à la Chambre des comptes. À cette date, Charles IX impose le doublement du personnel. Fait original, le roi décide que la moitié des nouveaux officiers seraient recrutés en dehors de la province. Il reprend ainsi une règle qui avait été introduite par Charles VIII en 1495 lors de la confirmation du parlement de Bretagne, règle à laquelle la Chambre n’avait pas été soumise176. L’application de ce principe profite aux Angevins puisque sur les cinq maîtres non originaires, trois viennent de l’Anjou, à savoir René Bitault, Jean I Gautier et Adrien Brossays. Les seuls offices qui leur échappent sont acquis par le Tourangeau Jean II Cosson, dont le père, er177 Jean I Cosson, avait accompli une partie de sa carrière en Bretagne sous François I et par Jean Coutel qui, parti trop tard dans la course aux offices, s’est vu concéder un poste surnuméraire en raison des services qu’il avait précédemment rendus à la Couronne dans la gestion de différentes recettes générales. Les Angevins mettent également la main sur l’un des deux nouveaux offices de président qui revient à René Vergé, l’autre étant acquis par Jacques I Barrin. Le cas des auditeurs est particulier puisque la monarchie ne parvient pas, du fait du moindre prestige de cette charge, à faire respecter le principe de l’attribution de la moitié des offices créés à des non-originaires. En fait sur les dix nouveaux offices, seuls deux sont achetés par des non-originaires, Angevins eux aussi : François Fradin et Philippe Sorée, le fils de Jean Sorée. Si l’on fait un bilan de la composition du personnel à la suite du doublement opéré en 1572, on constate que sur les dix-sept maîtres, neuf sont alors des non-originaires dont cinq Angevins178 ; ceux-ci détiennent aussi deux charges d’auditeurs sur vingt et une charge de président sur les quatre179.

83On peut s’interroger sur les raisons qui ont poussé la monarchie à introduire cette clause concernant les non-originaires. La première d’entre elles est bien entendu d’ordre financier. Dans le cas présent, l’opération rapporte à la monarchie 114 000 livres puisque chaque office de président est vendu pour 10 000 livres, chaque office de maître pour 6 000 livres et chaque office d’auditeur pour 4 000 livres. Sur ce total, les Angevins contribuent pour 36 000 livres. La disposition répond ensuite au souci de briser les complicités dont on suspectait l’existence au sein de l’institution et de redonner à celle-ci une crédibilité qu’elle avait perdue aux yeux du pouvoir. Depuis la première moitié du XVIe siècle, la monarchie était en effet convaincue que les gens des comptes ne faisaient pas la preuve d’un zèle suffisant pour contrôler les officiers de finances avec lesquels on les accusait d’être en collusion ; la seule solution pour remédier à ces ententes, réelles ou supposées, était d’y introduire régulièrement du sang neuf. Le fait qu’en 1572 la Chambre des comptes sorte d’une grave crise qui a failli entraîner sa suppression n’a pu que favoriser cette volonté de régénération et inciter le roi à imposer le recrutement d’officiers extérieurs à la province.

84Dans cette décision, on peut deviner enfin la pression des notables angevins eux-mêmes. Dans ce cas, l’influence qui semble avoir été déterminante est celle de René Vergé qui s’est vu attribuer l’un des nouveaux offices de président. C’est du moins ce que laisse deviner l’extrait d’un procès devant la Cour des aides de Paris en 1582 opposant le président de la Chambre, Jean Ayrault, au maire et aux échevins de cette ville. Ayrault, qui voulait se prévaloir de sa qualité de membre d’une cour souveraine pour être exempté de tous les emprunts levés dans la ville, se vit répondre par Toublanc, procureur des seconds que son prédécesseur, René Vergé en l’occurrence, « qui poursuivit en 1572 l’érection d’une seconde Chambre des comptes en Bretagne, composée de deux présidents et dix maîtres des comptes et qui se seroit lors fait pourvoir de l’un des offices de président, demeurant néanmoins en la ville d’Angers, n’avait jamais joui des privilèges d’exemption, ceux-ci étant, selon le procureur, réservés aux « originaires et résidant sur le lieu ». Cette remarque suggère donc bien que le doublement du personnel a été opéré à la suite de la démarche entreprise par René Vergé, ce qui expliquerait les difficultés rencontrées par celui-ci pour se faire recevoir mais aussi le nombre d’offices qui sont alors accaparés par des Angevins.

  • 180 Les duchés d’Anjou, de Touraine et de Berry reviennent à François d’Alençon en mai 1576. Il y inter (...)
  • 181 Les autres officiers non originaires de Bretagne étaient Antoine Coutel, Georges Morin – dont l’ori (...)
  • 182 En août 1580, quand François d’Alençon demande une contribution financière à la ville d’Angers pour (...)

85Il semble d’ailleurs que cette position favorable ait perduré pendant tout le règne d’Henri III180 puisque, si l’on excepte un office créé en 1575 qui a été acquis par un Nantais, François Trottereau, deux nouveaux offices de maîtres introduits en 1588 reviennent encore à deux Angevins : Julien de Beaurepaire et Trajan de La Coussaye qui ont dû bénéficier du fait que c’est le président Jean Ayrault qui a contrôlé les opérations de mise en vente des charges. De ce fait, en 1589, les Angevins étaient toujours majoritaires parmi les non-originaires dans les rangs supérieurs de la Chambre181 : ils avaient conservé le contrôle d’une présidence avec Jean Ayrault182, qui avait succédé à René Vergé décédé en 1583, et ils avaient renforcé leurs positions dans le groupe des maîtres en détenant six charges sur les vingt qui existaient alors. Leur présence dans le groupe des auditeurs s’est réduite à la personne de François Fradin du fait que Philippe Sorée, a réussi entre-temps à acquérir une charge de maître, charge qu’il a ensuite transmise à un autre Angevin, Julien Millon.

La consolidation des positions des Angevins (fin XVIe-début XVIIe siècle)

  • 183 Le 27 juin 1588, la Chambre en procédant à la délibération sur les lettres de provision de Trajan d (...)
  • 184 Ibid., B 602, fo 7.
  • 185 Le 5 juin 1590, la Chambre des comptes de Rennes fait une « taxation » pour les officiers qui avaie (...)

86Bien que la Chambre ait mis fin dès juin 1588 à la clause des non-originaires183, le groupe des Angevins a maintenu ensuite ses positions dans l’institution. Il a mis à profit tout d’abord la fidélité de la majeure partie de ses membres à la monarchie pendant les guerres de la Ligue. En 1589, le choix des Angevins a été en effet sans ambiguïté : dès le 17 janvier 1590, Jean Ayrault, Adrien Brossays, Julien de Beaurepaire se sont présentés à Rennes pour servir le roi184. Ils ont été rejoints en mars par Julien Millon et Trajan de La Coussaye. Pour montrer leurs bonnes dispositions en ces circonstances difficiles, les uns et les autres ont d’ailleurs accepté de travailler plus que leur statut ne le leur imposait en attendant que la Chambre ait un nombre suffisant d’officiers pour siéger dans des conditions normales185. Le seul maître angevin qui a tardé à venir est Jean I Gautier mais c’est à cause de problèmes de santé : en mars 1590, quand la liste des officiers rebelles a été établie, il a été considéré, malgré son absence, comme fidèle au roi et en avril 1591, Henri IV a donné l’ordre de lui payer ses gages depuis 1589. Le 28 juin de la même année, il a prêté serment de fidélité au souverain et a pris son service à Rennes.

  • 186 Le 30 juin 1590, Nicolas Coustureau et Trajan de La Coussaye sont envoyés vers le roi pour le salue (...)
  • 187 Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerre (...)
  • 188 Jean Ayrault, pendant son mandat de maire d’Angers (1578-1582) joua un rôle important contre les Li (...)
  • 189 ADLA, B 65, fo 208, mention du 13 mars 1598.
  • 190 Le don datait du 16 mars 1596 ; le roi confirma les lettres surannées en faveur de sa veuve par d’a (...)
  • 191 L’acte fut enregistré par la Chambre le 13 décembre 1599, ibid., B 66, fo 109.

87Comme les autres officiers supérieurs de la Chambre, les Angevins ont donc pris position en faveur d’Henri IV186. Cela peut s’expliquer par différentes raisons. On peut y lire tout d’abord le souci de ces hauts magistrats de respecter le pouvoir légal incarné par Henri IV qui était, du fait des règles de succession, le souverain légitime. On peut y voir aussi l’effet des circonstances puisque le soulèvement ligueur, qui s’est produit à Angers le 28 février 1589, a été rapidement réprimé par les autorités militaires et que la ville est demeurée par la suite, en raison d’une surveillance étroite, sous le contrôle du roi187. Les officiers angevins ont eu aussi la chance de n’être pas présents à Nantes lors du coup de force du duc de Mercœur, d’avoir pu échapper à la pression de ce dernier et de bénéficier ainsi du recul suffisant pour opérer leur choix en fonction d’un examen rigoureux de la situation. On peut penser enfin que ces officiers, appartenant aux élites de la société, ont hésité à s’engager dans une aventure incertaine d’autant que leur statut, renforcé par les évolutions de l’organisation de la Chambre des comptes dans la deuxième moitié du XVIe siècle, leur donnait pleinement satisfaction. La plupart d’entre eux ont été récompensés par le roi de leur fidélité : le président Jean Ayrault a reçu ainsi, le 13 mars 1598, 200 écus de pension par an pour, selon l’acte du don, « les grands et laborieux services188 qu’il a faitz tant en sa charge depuis 16 ans, qu’il a exercé continuellement qu’en autres fonctions à quoy il a esté employé pendant ces troubles et auparavant iceux dont il s’est fidellement acquitté189 ». De même la veuve de Jean I Gautier, Renée Goupilleau, s’est vu confirmer en 1597 le versement d’une pension de 40 écus par an que Henri IV avait promise à son mari en 1596 – elle devait prendre effet à partir de 1589 – au titre de maître le plus ancien l’ayant servi à Rennes « et pour favorablement traiter ledit Gautier et recongnoistre les fidèlles services qu’il nous a faitz et à nos prédécesseurs roys depuis 24 ans au hazard et péril de sa vie pour se trouver en notre ville d’Angers où il fait sa continuelle demeure audit Rennes pour notre service190 ». Quand Adrien Brossays a résigné son office, il a obtenu, par faveur royale du 18 juillet 1599, le droit de s’appeler pendant toute sa vie conseiller et maître des comptes en Bretagne, de continuer à bénéficier les privilèges qui étaient liés au statut ainsi que le droit de tenir le rang correspondant dans les assemblées publiques191.

  • 192 François Fradin, bien que d’origine angevine, était en fait bien implanté à Nantes. Quand il résign (...)
  • 193 Les convictions catholiques de ce dernier ne faisaient pourtant pas de doute puisqu’il fut nommé li (...)
  • 194 Sans que ce dernier ait pourtant eu recours à des mesures de représailles contre les officiers rebe (...)

88Le seul Angevin qui s’est rangé dans le camp ligueur est en fait un auditeur, François Fradin, qui est demeuré à Nantes jusqu’en 1598. Il a suivi en cela le comportement de la majorité des officiers de cette catégorie, faisant ainsi prévaloir la solidarité professionnelle sur celle qui pouvait naître d’une commune origine géographique192 ou des liens familiaux puisque François Fradin était apparenté à Adrien Brossays193. Entré à la Chambre en 1572, François Fradin n’avait pas eu de promotion depuis cette date, ce qui avait pu faire naître en lui un sentiment de frustration. L’examen des livres des audiences de la Chambre des comptes ligueuse révèle qu’il contesta à plusieurs reprises, des nominations de maîtres effectuées par le duc de Mercœur : le 15 avril 1597, avec un autre auditeur, Étienne Maillard, il remet au Bureau de la Chambre le pouvoir qui leur avait été donné par tous les autres auditeurs de s’opposer à la réception de Jean Mériaud, considérant que celui-ci avait récupéré l’office de Georges Morin qui n’avait pas vécu quarante jours après la résignation de sa charge. De ce fait, celle-ci devait être considérée comme vacante et supprimée comme surnuméraire ou attribuée à l’auditeur les plus ancien. Dans ce cas, comme dans les autres, François Fradin n’obtient pas satisfaction mais son obstination le fait apparaître comme l’un des partisans les plus résolus des valeurs traditionnelles défendues par une partie non négligeable du personnel de la Chambre. Cela pourrait être confirmé par le fait qu’il met un terme à sa carrière en résignant sa charge dès le mois de juin 1598, c’est-à-dire peu de temps après la soumission des gens des comptes à Henri IV194. La portée de ce geste doit être toutefois nuancée par le fait qu’il pouvait se prévaloir alors d’une carrière de vingt-six années à la Chambre et qu’il cède sa charge à son fils René Fradin, montrant ainsi un attachement à l’institution nantaise.

  • 195 Certains officiers transmirent deux offices de la Chambre au cours de leur carrière.
  • 196 Pour le reste, un cas de transmission à un Parisien, un à un Tourangeau, six à quelqu’un de l’évêch (...)
  • 197 François Charton résigna en faveur de l’Angevin Adrien Jacquelot mais celui-ci ne se fit pas recevo (...)
  • 198 Julien de Beaurepaire résigne d’ailleurs son office en faveur de Gilbert Chapelle, demeurant à Pari (...)
  • 199 François et René Fradin, René I Le Febvre en faveur de René II Le Febvre, René II Le Febvre en fave (...)
  • 200 Jean I Gautier en faveur de Joseph de La Marqueraye, Adrien Brossays en faveur de Charles Martineau (...)
  • 201 De Philippe Sorée à Julien Millon.
  • 202 C’est ce qui arrive, semble-t-il, à Claude Jousselin qui est remplacé après son décès par René Le G (...)
  • 203 Philippe Sorée résigne ainsi sa charge d’auditeur en faveur de René Oger quand il devient maître.
  • 204 La charge de président de Jean Ayrault revient au Tourangeau Victor Binet, celle de Louis du Pont à (...)

89De façon générale, les guerres de la Ligue, si elles ont pu influer sur certains parcours professionnels, n’ont pas empêché les officiers qui le désiraient de demeurer à la Chambre des comptes ou de jouer des mécanismes de transmission des charges pour résigner celles-ci à des proches. Si l’on prend en considération les quarante-deux offices195 transmis par des Angevins entre 1572 et 1661, on constate que vingt et un d’entre eux196 reviennent à un autre Angevin197. On peut même porter ce nombre à vingt-trois car, dans deux cas, les charges sont acquises par des individus apparentés à des familles angevines : Gilbert Chapelle, qui bénéficie de la résignation de Julien de Beaurepaire, avait épousé Ysabeau Lasnier, fille de Guy Lasnier, ancien maire d’Angers198 ; Raoul de Brégel, successeur de Julien de Crespy, était marié avec Marguerite Le Chat, dont le père fut également maire d’Angers en 1588. Ces transmissions ont pu se faire dans un cadre familial, soit de père à fils – six fois199 –, de beau-père à gendre – trois fois200 –, ou encore entre beaux-frères – une fois201 – mais cela n’a pas été majoritairement le cas. Il existait un marché de l’office à Angers comme il en existait un à Nantes où les individus passaient des accords de façon privilégiée avec des personnes de même origine dont les familles étaient connues et inspiraient pleinement confiance. Tant que le milieu local présentait des acquéreurs potentiels, il gardait le contrôle des charges disponibles ; seul le hasard ou une absence momentanée de candidat permettait à d’autres acteurs de perturber les règles habituelles de transmission. Cette remarque est confirmée a contrario par le fait que lorsqu’un office échappait à un Angevin, c’est que son titulaire était mort – ou destitué – sans avoir pu en disposer202, ou que la charge revêtait un faible intérêt comme celle d’auditeur203 ou qu’à l’inverse, elle suscitait, à l’exemple des charges de président, toutes les convoitises204.

  • 205 Gabriel Bitault, fils de Louis Bitault, met à profit la crise ligueuse pour entrer au parlement. Sa (...)

90On peut décomposer le groupe des Angevins en plusieurs catégories. On peut distinguer d’abord la catégorie de ceux qui n’ont été présents à la Chambre que sur une génération ou qui n’ont pas tissé de liens importants dans l’institution nantaise comme Jean Ayrault, mort sans postérité ou les Charton – Antoine et François –, ou René Le Clerc. Avec les Bitault, on est à la marge de ce premier groupe : deux frères, René et Louis, passent brièvement à la Chambre, mais l’essentiel de leur carrière se déroule en Anjou ou en Touraine205.

  • 206 Un parent de René Varice, prénommé Philippe ou Michel Philippe, est maître de 1614 jusqu’à sa mort (...)

91Une deuxième catégorie peut être constituée avec les familles qui se maintiennent à la Chambre sur deux à trois générations. On peut y inclure d’abord les familles Sorée, Millon, Beaurepaire : les Sorée fournissent deux officiers à la Chambre : Jean Sorée, de 1555 à 1577, et Philippe Sorée (1577-1587) qui résigne sa charge de maître en faveur de son beau-frère Julien Millon. Celui-ci cède à son tour son office à son gendre Julien de Beaurepaire qui se replie assez rapidement sur l’Anjou. Les familles Gautier, La Marqueraye, Varice creusent un sillon plus profond puisque Jean I Gautier, maître de 1572 à 1596, a pour successeur son gendre Joseph de La Marqueraye. Son fils Jean II Gautier, est auditeur de 1611 à 1643 et il résigne cette charge en faveur de son gendre René Varice. La mort de ce dernier en 1659 met fin a un processus de transmission qui avait commencé en 1572206.

  • 207 Ainsi Adrien, le fils de ce même Julien de Crespy, devient-il maître en 1629, au moment de la mort (...)
  • 208 La cession de l’office pouvait bien entendu signifier un arrêt de la présence de la famille à la Ch (...)

92En partant de 1572, le relais a été transmis entre ces familles sur quatre générations. Des offices sont passés de père à fils (François et René Fradin) ou de beau-père à gendre (Adrien Brossays et Charles Martineau) mais la circulation des charges ne se limite pas à la parenté. Comme ces familles ont su récupérer les offices disponibles sur le marché en faveur d’un fils207 ou d’un gendre, elles sont contraintes de céder des charges quand il faut mobiliser des capitaux pour établir les différents enfants208 : ainsi Julien de Crespy vend-il son office de maître en 1615 à Raoul de Brégel peu de temps avant que deux de ses filles ne se marient, l’une, Renée de Crespy, avec René Ménardeau, lieutenant général du présidial de Nantes ; l’autre, Anne de Crespy, avec Urbain Avril, conseiller et échevin perpétuel d’Angers. De même Charles Martineau, en vendant son office en 1632 à Jean II Frotet, permet-il à sa dernière fille de se marier la même année avec le maître des comptes François Boylesve.

  • 209 L’un de ses fils, Adrien, devient conseiller au parlement de Bretagne.

93Un troisième et dernier sous-ensemble, plus étoffé, peut être formé par les familles Fradin, Brossays, Crespy, Martineau, Constantin qui fournissent treize officiers à la Chambre des comptes de la fin du XVIe à la première moitié du XVIIe siècle. À la base, on trouve Olivier Fradin, avocat à Angers, dont au moins trois enfants tissent des liens avec la Chambre des comptes. Son fils François Fradin devient auditeur en 1572 alors que sa fille Anne Fradin épouse Adrien Brossays, promu maître la même année ; son autre fille Françoise Fradin se marie avec l’auditeur Michel Touzelin (1601-1618). Seule la dernière, Charlotte Fradin, épouse un individu, Pierre Richer, apparemment étranger au milieu des comptes. À la génération suivante, la présence de ce groupe se maintient à la Chambre puisque deux des filles d’Adrien Brossays se marient avec des maîtres des comptes209 : Françoise Brossays avec Julien Crespy (1592-1615) et Anne Brossays avec Charles Martineau (1599-1632) qui récupère l’office de son beau-père. René Fradin, le fils de François Fradin, hérite, quant à lui, de l’office d’auditeur de son père avant de devenir maître (1602-1621) en bénéficiant de la résignation d’un autre Angevin, Trajan de La Coussaye. Anne Richer enfin, fille de Pierre Richer et de Charlotte Fradin, épouse Louis du Pont, avocat général de la Chambre. Si l’on continue à suivre l’histoire de ces familles, on constate que deux des enfants de Julien de Crespy demeurent dans le milieu des comptes, Françoise de Crespy, en épousant le maître Jean II Fourché (1612-1645) et Adrien de Crespy, en siégeant lui aussi en tant que maître (1629-1652). Les filles de Charles Martineau, Adrienne et Anne, se marient, elles aussi, avec des maîtres des comptes, la première avec François Boylesve (1622-1645), la seconde avec Jacques I Constantin (1621-1659). Avec le fils de ce dernier, Gabriel Constantin, correcteur de 1646 à 1677, la présence de ce groupe à la Chambre aurait pu prendre fin si l’un des enfants de Charles Martineau n’avait, à plus de 70 ans, si l’on en croit les généalogies, fait l’acquisition d’un office de correcteur des comptes créé en 1692. Il constitue le dernier témoin, un peu décalé, de la première vague d’Angevins, qui se sont implantés à la Chambre des comptes de Nantes dans la deuxième moitié du XVIe siècle.

Retour sur les raisons et la portée d’un succès

  • 210 Il est attesté dans cette fonction en septembre 1556. Il succède à Antoine de Fargues décédé. Celui (...)
  • 211 Celui-ci était depuis 1570 président et lieutenant général au présidial d’Angers, charge où il avai (...)
  • 212 La prééminence de ce groupe a été brièvement remise en cause en 1584 suite à un arrêt du parlement (...)

94En plus des causes déjà mentionnées – cohésion familiale, fidélité au roi –, on peut penser que le groupe des Angevins a bénéficié de son « avance » sur le plan de la fortune, et de la culture, autant d’atouts qui lui ont permis de s’imposer plus tôt dans le monde de l’office. Ont dû jouer ici des facteurs favorables comme la forte tradition universitaire à Angers et la richesse de sa culture juridique qui ont contribué à alimenter un vivier de gradués susceptibles d’occuper les nombreux emplois créés à partir de la seconde moitié du XVIe siècle. Lors de la mise en place de la sénéchaussée présidiale de Nantes, on constate ainsi que les charges les plus importantes sont monopolisées par des Angevins comme si le vivier nantais n’avait pas été suffisant : Guillaume Le Maire, qui était docteur en droit civil, a été ainsi tour à tour alloué et lieutenant général210 puis sénéchal pendant plus de vingt ans avant de résigner l’office en survivance à son gendre, Guy I de Lesrat211, en 1577. La charge de juge criminel a, quant à elle, été occupée par un autre Angevin, Jean de La Trimollerie, alors que celle de lieutenant civil et criminel, qui a été introduite en 1557, a été un temps détenue par René Vergé avant que les états de Bretagne n’en obtiennent la suppression. Un phénomène comparable se serait donc produit à la Chambre, favorisé par le fait qu’Angers disposait d’un éventail plus large d’institutions – élection, bureau des traites, grenier à sel, bureau des finances à partir de 1577 – qui ont donné la possibilité aux individus de quitter le monde de la marchandise ou de la basoche, de prendre des responsabilités au service du roi et de se préparer ainsi à intégrer les cours souveraines voisines de l’Anjou, province qui, rappelons-le, n’en disposait pas depuis la décision de Louis XI de supprimer la Chambre des comptes d’Angers. Dans le même ordre d’idées, on peut penser que la création de la municipalité d’Angers par ce même roi a contribué à former, là encore plus tôt qu’à Nantes (qui n’est dotée d’une véritable municipalité qu’en 1559) un groupe de notables spécialistes de la gestion des affaires urbaines et dont certains membres ont pu voir en la Chambre des comptes de Nantes un moyen commode de poursuivre leur ascension sociale. Cela semble avoir été le cas du président Jean Ayrault (1583-1602) qui appartenait au groupe réduit de familles qui gouvernaient la ville d’Angers depuis la fin du XVe siècle212.

  • 213 En 1576, lors de la paix de Beaulieu, François d’Alençon reçut en apanage l’Anjou, la Touraine, le (...)
  • 214 Marie de Médicis a reçu au début du XVIIe siècle le gouvernement de l’Anjou (sans le Saumurois) et (...)
  • 215 Daniel Dessert, art. cit., p. 853.
  • 216 Il avait épousé Françoise Pallu, fille du célèbre jurisconsulte et nièce du fermier général Thomas (...)
  • 217 Son père Gaspard était avocat à Angers et a été juge-magistrat doyen du présidial dans la même vill (...)
  • 218 Nombre de ces familles appartiennent au réseau ultra-catholique de la Contre Réforme, ce qui confir (...)

95Les Angevins ont bénéficié aussi des relations qu’ils ont su nouer avec les cercles du pouvoir tout au long de l’époque moderne. Ont joué ici la faveur des membres de la famille royale qu’il s’agisse de princes du sang ou de reines qui ont reçu l’Anjou en apanage213 ou en douaire214 mais aussi l’appui des grands lignages robins fortement présents dans la haute administration depuis le Moyen Âge – quand les rois avaient dû se réfugier dans le Val de Loire – et qui se sont perpétués dans les allées du pouvoir jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Certains Angevins appartenaient au réseau financier des pays de la Loire215 qui aurait dominé les finances royales avant le réseau languedocien. Cela était sans doute le cas des Boylesve, des Millon. Julien Millon (1588-1592) qui a pris la succession de son beau-frère Philippe Sorée comme maître a délaissé rapidement sa charge pour devenir trésorier de France à Tours (1690-1610). L’un de ses fils, Alexandre Millon, est employé dans la ferme des gabelles, trésorier de France à Bourges (1663-1687), fermier général des gabelles (1663-1668) et des cinq grosses fermes (1665-1668), et intéressé à la Compagnie des Indes orientales216. La famille Varice, qui a donné deux membres à la Chambre – Philippe I Varice, maître de 1614 à 1647 et son neveu René Varice217, auditeur de 1643 à 1659 – évoluait dans les mêmes cercles. Le fils de Philippe, Louis I Varice (1621-1691), est devenu receveur général des finances de la généralité de Tours alors que son petit-fils, Louis II Varice, aurait été l’un des gros traitants de la fin du règne de Louis XIV. Avec Philippe I Varice, on peut établir aussi un lien avec une autre famille angevine, les Du Pont puisqu’il avait épousé Françoise du Pont, la sœur de Louis du Pont, tour à tour avocat général (1606-1623) puis président (1623-1643). Si pour ces familles, l’entrée à la Chambre des comptes a constitué une étape leur permettant de conforter leur implantation dans le monde de l’office avant d’intégrer celui des finances218, on peut considérer qu’elle leur a offert aussi l’opportunité de nouer des contacts et des alliances avec les autres catégories sociales au sein desquelles se recrutait le personnel des comptes et de densifier les réseaux auxquels elles appartenaient. La présence des Angevins à Nantes devrait donc être considérée selon un angle plus vaste, incorporant le parlement de Rennes mais aussi les principaux corps d’officiers du Val de Loire, leur dynamisme ne se limitant pas à la Bretagne.

  • 219 Cette commission a été créée à la demande des états de Bretagne dont le trésorier a eu la charge de (...)
  • 220 Il était accompagné d’un autre Angevin, Louis du Pont, qui a reçu 3 096 livres pour 189 jours à rai (...)

96De façon générale, la plus grande proximité des Angevins avec le pouvoir central, leur appartenance à des réseaux bien organisés leur ont permis, – on l’a vu pour Jean Ayrault en 1588 et pour Jacques I Constantin en 1632 –, de jouer un rôle actif dans le commerce des offices ; elles leur ont offert l’occasion aussi de se faire attribuer des commissions lucratives qui sont venues accroître les profits qu’ils tiraient de leur charge. Sans vouloir faire ici un recensement complet, on peut, à titre d’exemple, citer Jacques I Constantin qui est commis en 1640 pour faire la recherche des casuels recélés échus au roi en Bretagne depuis vingt ans219 et qui, l’année suivante, reçoit 1 854 livres pour 103 journées consacrées à un voyage à Paris pour défendre auprès du Conseil la juridiction de la Chambre et obtenir le rétablissement de 7 200 livres de menues nécessités ainsi que le paiement des pensions des présidents, avocats et procureurs généraux220. On constate enfin que certains des Nantais qui connaissent les plus belles ascensions sociales sont ceux qui sont alliés avec des familles angevines. C’est le cas des Harouys : grâce à son mariage avec Françoise I de Lesrat, la veuve de Guillaume Le Maire, Charles Harouys, devient sénéchal de Nantes en 1583, permettant ainsi aux familles solidement implantées dans la cité ligérienne de reprendre le contrôle d’une charge qui leur avait échappé jusqu’alors. Son fils Louis Harouys épouse, quant à lui, en 1613, Simone Bautru, fille de Guillaume I Bautru, conseiller au Grand Conseil et grand rapporteur à la chancellerie de France : c’est cette alliance qui explique en partie la carrière qu’il accomplit à partir de cette date en devenant tour à tour président au présidial (1613-1619), président (1619-1626) puis premier président des comptes (1626-1632) avant de se voir confier une intendance en 1637. Grâce à ces unions, la famille Harouys a pu consolider ses positions provinciales avant de s’engager dans une carrière parisienne.

  • 221 La fille de Jean I Fourché a épousé en 1608 Guy II de Lesrat, conseiller au parlement.
  • 222 Le grand-père paternel d’Anne Avril était portemanteau du duc d’Anjou alors que son grand-père mate (...)
  • 223 Par la suite, il exerce brièvement la présidence de la noblesse aux états en 1663.
  • 224 Sa sœur Marie épouse en secondes noces en 1640 le premier président Jean Blanchard.
  • 225 Son fils aîné René est capitaine d’une compagnie de noblesse du comté nantais. Il épouse en premièr (...)

97Sans connaître un tel succès, d’autres familles nantaises ont noué également des liens avec des Angevins. C’est le cas des Fourché : le fils du ligueur Jean I Fourché, auditeur puis maître des comptes, épouse Françoise de Crespy, fille du maître Julien de Crespy, avant de prendre la succession de son père en 1611 à la Chambre221. Cette alliance est l’un des éléments qui explique sans doute pourquoi l’un de ses fils parvient à intégrer le parlement de Rennes en 1643. De même, Salomon de La Tullaye épouse en 1636 en premières noces Renée de Lesrat, la fille de Guy II de Lesrat, conseiller au parlement, et l’on a vu que celui-ci a joué un rôle décisif pour le convaincre de prendre la succession de son cousin René de La Tullaye, comme maître des comptes. On peut encore citer le cas de la famille Davy : le maître Pierre II Davy (1616-1629) résigne en faveur de l’Angevin Adrien de Crespy ; son fils, Pierre III Davy, fait son entrée à la Chambre en 1644, peu de temps avant d’épouser Anne Avril dont la famille évoluait depuis le XVIe siècle dans le monde de l’office et dans l’entourage des princes possessionnés en Anjou222 tout en appartenant à l’oligarchie municipale d’Angers. Loin d’être anodine, la résignation de Pierre II Davy a donc été en quelque sorte le révélateur des liens que sa famille avait tissés avec les Angevins. Le dernier exemple que l’on peut citer est celui de Claude de Sesmaisons : celui-ci a fait son entrée à la Chambre en 1634 en profitant des créations de charges de maîtres de 1632. Il est le seul membre de sa famille à avoir appartenu à l’institution et il n’y reste lui-même que très peu de temps puisqu’il résigne dès 1638. Ce passage éclair paraît surprenant. On peut y voir la conséquence de son mariage l’année même où il est reçu à la Chambre, avec Barbe Le Bigot, la fille de Jean Le Bigot, auditeur des comptes de 1614 à 1632. Son beau-père a peut-être imposé – on ne dispose pas du contrat de mariage – que son gendre prenne un état dans l’institution à laquelle il appartenait et où il disposait d’alliés capables de faire agréer sa candidature. Claude de Sesmaisons a pu aussi se laisser tenter par une opportunité dont il a pu être informé très tôt du fait de la place qu’il occupait aux états provinciaux223. Plus que ces éléments, ce qui a sans doute influé sur sa décision, c’est que sa mère était la fille de Guillaume II de Lesrat, président au présidial d’Angers puis président au parlement de Rennes en 1573. Sa famille angevine a donc pu le convaincre d’embrasser un temps la carrière d’officier224. L’influence a été toutefois de courte durée et son départ de la Chambre peut être vu comme un signe de son émancipation et de son attachement aux idéaux de la noblesse d’épée à laquelle il appartenait225.

Une présence en mutation (fin XVIIe-XVIIIe siècle)

  • 226 On ne prend pas en compte dans ce nombre les officiers originaires de Château-Gontier comme les Hél (...)
  • 227 René Vergé, Trajan de La Coussaye, Jean Ayrault et Louis du Pont. Deux d’entre eux avaient exercé u (...)
  • 228 Auxquels il faudrait rajouter quelques individus originaires de Touraine et de l’Orléanais ou du Ma (...)
  • 229 Les Vollaige, les Hardouin, les Talour, les Le Tourneux…

98Quoi qu’il en soit, les Angevins, en plus de permettre aux Nantais d’entrer dans des réseaux plus porteurs – ils ont participé de ce fait à l’intégration de la Bretagne au royaume de France –, ont contribué, forts de leur tradition et de leur avance en ce domaine, à les ancrer plus solidement dans le monde de l’office au temps de la première modernité. Si leur présence s’est maintenue à la Chambre jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, leur rôle a progressivement évolué. Jusqu’en 1665, on a recensé quarante et un Angevins à la Chambre des comptes226 : ils ont alors exercé des fonctions importantes puisque sur ce nombre, on compte quatre présidents227 et vingt-quatre maîtres, le reste se partageant entre auditeurs (neuf) et correcteurs (deux). Par leur présence au Bureau de l’institution, ils ont été en mesure d’influer sur les décisions prises et de faire prévaloir leurs intérêts. De 1665 à la suppression de la Chambre en 1791, on recense quatre-vingt-dix Angevins228. Ils ont gardé des relations utiles comme le révèle le nombre d’offices qu’ils ont réussi à obtenir lors de certaines opérations de création. En 1704, ils ont acquis trois offices de maître sur quatre. Un constat comparable peut être fait pour les charges de correcteurs. Ils ont obtenu un office sur deux créés en 1692 ; si en 1704, ils n’ont réussi à s’en faire attribuer qu’un seul sur les quatre alors introduits, ils sont parvenus, dans les années suivantes, à prendre le contrôle de deux autres. Malgré cet activisme, leur influence à la Chambre semble avoir décliné. Qu’on en juge. Sur les quatre-vingt-dix offices dénombrés, la distribution s’établit comme suit : un avocat général, vingt-six maîtres, quarante-deux auditeurs et vingt et un correcteurs. La majorité des Angevins appartient au cours de cette période aux degrés inférieurs de l’institution. Aucun d’entre eux ne parvient à se hisser à une présidence. Issus du monde des officiers moyens et appartenant à des institutions en décadence comme les élections ou les présidiaux, les individus qui intègrent la Chambre appartiennent à de nouvelles familles sans lien apparent avec la génération du XVIe siècle et du premier XVIIe siècle ; ils sont motivés principalement par la volonté de s’anoblir comme le révèle le grand nombre de successions père-fils229. Le maintien d’une présence angevine à la Chambre des comptes du XVIe au XVIIIe siècle, si elle peut être considérée comme naturelle en raison de la proximité de la Bretagne et de l’Anjou, ne doit pas conduire à négliger les évolutions qui se sont produites. La première vague a été, comme on l’a vu, le fait d’un groupe entreprenant qui a forcé les portes de la Chambre et qui a su se perpétuer grâce à une réelle solidarité entre ses membres. Elle est le résultat de l’avance acquise par les Angevins dans le monde des offices et dans les cercles du pouvoir. L’alliance de Nantais avec certains d’entre eux a fourni la preuve, a contrario, du rôle d’intermédiaires qu’ils jouaient entre l’Ouest du royaume et Paris. La deuxième vague, fin XVIIe et au XVIIIe siècle, n’a pas la même signification : elle intervient dans un contexte de baisse du prix des offices et de valorisation de l’anoblissement graduel conféré par la Chambre. Ne comportant plus d’effet d’entraînement, elle est davantage l’indice d’une provincialisation de l’institution et d’un découplage par rapport à la capitale.

Les originaires de « Bretagne », une venue circonstancielle

99Le personnel venu de Bretagne hors comté nantais présente un autre cas de figure. On dénombre 111 individus dans ce groupe de 1547 à 1791. Ceux qui ont exercé deux fonctions ne sont comptabilisés qu’une fois et ceux qui ont occupé des charges de trésorier de France ou de trésorier et receveur général n’ont pas été pris en considération. Si on les classe selon l’évêché de provenance, on constate qu’arrive nettement en tête celui de Rennes avec quarante-sept individus. Viennent ensuite celui de Vannes avec trente et un individus puis celui de Saint-Malo avec dix-sept. Les autres évêchés – Cornouaille, Léon, Tréguier et Saint-Brieuc – ne sont que faiblement représentés. La Chambre rayonne donc principalement sur la partie orientale de la province. Si, au lieu des évêchés, on procédait à un découpage par « aires économiques », on devrait regrouper la Basse-Bretagne, de Vannes jusqu’à l’évêché de Tréguier, intégrer Vitré à la zone d’influence de Saint-Malo et unir Saint-Brieuc et Rennes. Ce classement aurait pour effet d’accroître l’importance de la Basse-Bretagne et du pôle malouin et de réduire quelque peu celle de Rennes sans toutefois remettre en cause totalement la hiérarchie établie précédemment. Seule la prise en considération d’autres paramètres comme les relations financières – participation aux fermes, notamment celle des devoirs –, en permettant d’esquisser les contours du groupe qui a participé à la gestion des affaires provinciales au cours de l’époque moderne, estomperait sans doute quelque peu ces différences géographiques, mais les informations sont encore trop éparses pour permettre d ‘ arriver à des conclusions définitives en ce domaine.

  • 230 On peut mettre également dans ce groupe les auditeurs Jean Harel (1606-1641), contrôleur à la chanc (...)

100L’examen de l’apport de chacun des évêchés permet de toute façon déjà de faire quelques remarques intéressantes, notamment sur le plan de la chronologie des entrées à la Chambre. On note ainsi un contraste entre Rennes et le reste de la Bretagne. Rennes a témoigné d’un intérêt, que l’on pourrait qualifier de constant, pour la Chambre. La migration est alimentée ici par le personnel des institutions qui siègent dans la ville. On trouve ainsi des secrétaires en chancellerie – comme Guy Renouard, Étienne Le Franc230 … –, des maîtres des eaux-et-forêts comme Christophe de Rollée (1619-1626), des conseillers au présidial comme les présidents René Ferron (1628-1650), Charles-Jean-Marie Viard (1765-1783) ou des enfants d’officiers de cette institution comme le maître Jean-François Ravenel (1687-1689) ou le président Mathurin-Pierre-François Chéreil (1753-1778), des individus enfin dont la famille gravitait autour du parlement comme Raoul de Brégel, Pierre de Kerboudel, Jean Martin (1647-1673) ou encore le maître Jean Monneraye (1637-1650) dont le père avait été tour à tour greffier au parlement puis secrétaire en chancellerie. Un peu sur le modèle angevin, la migration rennaise est le fait d’officiers moyens de justice qui ont désiré intégrer une cour souveraine, faute probablement de pouvoir se faire admettre au parlement. Tout en étant assez régulière, elle a connu de légères variations. Après le passage de René Bonnier dans les années 1550-1560, elle s’est étoffée à partir des années 1580-1590, facilitée par le fait que les guerres de la Ligue, en provoquant des modifications de la carte institutionnelle de la province, ont favorisé le brassage des officiers, notamment entre ceux de Rennes et de Nantes. Elle s’est poursuivie dans la première moitié du XVIIe siècle, encouragée sans doute par le mouvement de hausse de prix des offices qui s’est produit à cette période. Après être quelque peu retombée dans la seconde moitié du XVIIe siècle, elle a connu un regain de vigueur au XVIIIe siècle, un peu sur le modèle de ce que l’on a constaté là encore avec les Angevins. À la différence de ces derniers toutefois, les Rennais ont accaparé des postes importants de la Chambre, notamment des présidences, révélant ainsi leurs plus grandes capacités financières ou leur appartenance à des réseaux plus influents.

  • 231 Vitré comme les autres villes toilières – Dinan, Fougères, Morlaix ou Laval… – a utilisé très tôt S (...)

101Le profil offert par le groupe d’officiers venus des autres évêchés bretons est différent. Le temps fort de leur intégration à la Chambre correspond au XVIIe siècle. L’exemple type de cela est fourni par l’évêché de Saint-Malo – auquel on peut associer la ville de Vitré en raison des liens commerciaux qui les unissaient231. La majeure partie des officiers issus de cette zone acquièrent une charge entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIIe siècle, au cours d’une période dont les termes pourraient être symbolisés par, d’un côté, l’arrivée des Moucheron, et de l’autre, celle de Jean Grout, qui a mis à profit la création des offices de président de 1704. Dans ce siècle, le temps fort serait constitué par les années 1620-1650 : c’est alors qu’arrivent les de Pontual, les Frotet, les Geffrard… La hausse du prix des offices semble, au cours de ces trois décennies, le facteur principal d’une « migration » de familles qui se sont enrichies dans le commerce et/ou les finances, voire dans la gestion de leurs domaines comme les Pontual. Si l’on excepte ces derniers, qui se sont implantés à Nantes ou les Artur, peu d’entre elles se sont perpétuées à la Chambre qui n’a constitué qu’un investissement passager à l’instar du maître François Neveu (1685-1715) ou un moyen de consolider une noblesse fraîchement acquise comme pour le maître Jean Fleury (1650-1680).

  • 232 C’est ce dernier qui a arrangé son mariage en 1684 avec Madeleine de Nort.
  • 233 Dans le cas de René Pinard, qui était également un noble d’ancienne extraction et le descendant d’u (...)

102Ce constat pourrait être étendu aux évêchés de Léon, Tréguier et Saint-Brieuc. La période d’arrivée à Nantes correspond également à la première moitié du XVIIe siècle à l’exception de quelques cas comme celui de Jérôme Le Brun qui acquiert un office de maître en 1680 mais dont la venue à Nantes a été en quelque sorte préparée par une branche de sa famille déjà implantée sur les bords de la Loire et qui avait donné deux auditeurs à la Chambre, René Le Brun (1638-1656) et François Le Brun (1656-1688)232. Si l’acquisition des offices a été permise, là aussi, le plus souvent grâce aux capitaux gagnés dans le commerce ou les finances, on peut relever quelques cas originaux où l’entrée à la Chambre constitue le couronnement d’une carrière – et peut-être le révélateur d’une vocation – judiciaire. C’est le fait de membres de la noblesse d’épée comme Gabriel Tromelin qui, après une longue carrière de sénéchal de Lesneven, acquiert un office de président en 1632. Pour lui, ce choix a pu constituer en outre le signe d’un attachement à une tradition familiale puisque l’un de ses ancêtres avait été auditeur à la Chambre au début du XVIe siècle. Bernard de Poulpiquet, qui était originaire du même évêché – le Léon – peut être rangé dans la même catégorie même si l’entrée à la Chambre a été précédée pour lui par l’exercice d’un autre office à Nantes, celui de président au présidial233.

103Le cas des évêchés de Vannes et de Cornouaille permet de nuancer l’analyse, sans remettre en cause les conclusions précédentes. On constate tout d’abord que des Vannetais sont présents à la Chambre dès le XVIe siècle : c’est le cas notamment des Francheville, originaires de la presqu’île de Rhuys, qui contrôlent la charge de procureur général pendant près de quarante ans ou d’individus comme Jean Picaud, auditeur puis maître ou Jean Beaujouan acquéreur d’un office d’auditeur de nouvelle création en 1588. Cette première vague est en partie un héritage de la période où la Chambre des comptes était installée à Vannes ; elle est aussi le fait d’alliances – de Guillaume de Francheville avec les Rocaz, du père de Jean Picaud avec les Avril - ; ou le produit des circonstances, si l’on prend en considération le cas du « Quimpérois » François Dhariette qui vient brièvement servir dans la Chambre des comptes ligueuse. C’est avec le maître Jacques I Huteau (1610-1639) dont la famille fait carrière à Nantes pendant la majeure partie du XVIIe siècle que commence une seconde période d’intégration à la Chambre de magistrats venus du sud de la Bretagne. Les arrivées, qui se font plus nombreuses ensuite au fil des décennies, s’expliquent par les relations privilégiées qui existaient entre les évêchés de Vannes et de Nantes sur le plan commercial : le premier était notamment l’un des pourvoyeurs en blé du second et l’on peut penser que nombre d’individus enrichis grâce au négoce ont cherché, grâce aux relations établies par ce biais, à placer leurs enfants dans les institutions de la cité ligérienne. Le mouvement n’était d’ailleurs pas à sens unique et l’on constate – c’est un point qui mériterait d’être approfondi – que des Nantais ont trouvé à s’employer dans les cours de justice de Vannes. L’un des fils du premier président des comptes Jean I Morin (1573-1584), Jean II Morin, a fait sa carrière en tant que président au présidial de cette ville où il s’est marié – avec la sœur du maître Jacques I Huteau – et solidement implanté. Son fils Roland Morin revient faire carrière à la Chambre où il est successivement avocat général (1639-1642) puis président (1643-1654). Il semble en avoir été de même pour les Marques : Michel Marques, le grand-père de l’auditeur René Marques (1627-1650), était conseiller au présidial de Vannes. Cette dernière ville a donc constitué un horizon professionnel pour certaines familles nantaises.

  • 234 Il devait être apparenté au trésorier de France Pierre Guydo, qui était le fils de Jean Guydo, cons (...)
  • 235 Le seul Vannetais qui achète un office d’auditeur au cours de cette période est Pierre Couaisnon (1 (...)

104Plus encore que ce facteur, ce qui a attiré les Vannetais et les Cornouaillais à Nantes, c’est la montée du prix des offices. À la différence des Malouins, les intégrations les plus nombreuses se font dans les années 1650-1660 jusqu’à la mise en place de la fixation de Colbert, comme si le mouvement de hausse avait rendu l’investissement à la Chambre suffisamment intéressant pour justifier une installation à Nantes. C’est à ce moment que l’on voit arriver Jean I Salomon234 (1639-1675), Alain Gellouard (1645-1660), les Le Gouvello (René – 1640-1674 – et Pierre – 1652-1677), Guillaume de La Saudrais (1654-1661), Guillaume Dondel (1661-1678) et Julien Pezron (1665-1674). Fait révélateur : les officiers originaires de ces évêchés se montrent surtout intéressés par les charges les plus coûteuses – présidents, maîtres, avocat général – et très peu par celles d’auditeurs235. Leur présence se maintient dans la seconde moitié du XVIIe siècle mais elle est alors plus le fait de familles qui conservent l’office qu’elles ont acheté – à l’exemple des Le Gouvello ou des Salomon – ou qui le transmettent à des proches que le signe d’un véritable renouvellement. La seule arrivée significative est celle des de La Pierre qui, on l’a indiqué précédemment, appartenaient au groupe des financiers qui s’est affirmé dans la province à la fin du XVIIe siècle. Au siècle suivant, à l’instar de ce que l’on a constaté pour les autres évêchés de l’ouest de la péninsule, les Vannetais et les Cornouaillais disparaissent presque totalement de la Chambre. À la différence de l’Anjou dont les officiers se sont imposés dès le XVIe siècle et ont été présents tout au long de l’époque moderne, la Basse-Bretagne n’a envoyé de contingents significatifs qu’au XVIIe siècle. C’est à cette période que la Chambre a eu le plus grand rayonnement. Ensuite, elle est devenue une institution de plus en plus ligérienne, comme le confirme le dernier groupe d’officiers sur lequel je voudrais dire quelques mots, celui des Poitevins.

Quelques mots sur les Poitevins

  • 236 On ne connaît pas l’origine géographique de son prédécesseur, Antoine de Fargues, qui n’a fait qu’u (...)
  • 237 Il était cousin des la Coussaye. Sa nièce avait épousé en 1595 Jacques Méance, vice-sénéchal de Fon (...)

105À l’instar des Angevins, les premiers Poitevins font leur apparition à la Chambre dans les années 1550-1560, confirmant l’idée qu’au cours de cette période, les Nantais n’ont pu contrôler le marché de l’office : c’est ainsi que l’on note l’accession de Jean de La Barre à la charge de procureur général (1554-1557)236 et celle de Claude Méance (1560-1565) puis de son cousin François Le Bloy (1565-1571) à la seconde présidence. La nomination du duc de Monptensier au poste de gouverneur en 1569 explique la venue d’autres Poitevins comme Vital de Contour, qui est tour à tour trésorier et receveur général puis maître des comptes (1580-1587), comme Nicolas Coustureau, président (1578-1596) et de son fils François. C’est cette même protection qui peut expliquer la promotion de Georges Le Mignot (1577-1592) à une présidence ; il est en tout cas remplacé par un autre Poitevin, Jacques Charlet, qui a renoncé pour cela à une charge de conseiller au parlement. Dernier officier que l’on peut rattacher à cette première vague : le maître Robert Bouhier (1606 à 1622) dont l’intégration à la Chambre s’explique en grande partie par tradition familiale237 et du fait de son alliance avec les de Monti.

  • 238 Ibid., t. I., p. 4.

106Il faut attendre ensuite les années 1620 pour voir d’autres Poitevins faire leur entrée à la Chambre : c’est le cas de Luc Viaudet, auditeur de 1625 à 1644, puis des Jaudonnet, père (1645-1674) et fils (1674-1702). L’implantation est encore toutefois timide et pour le XVIIe siècle, on ne recense que six officiers originaires de cette province. C’est le XVIIIe siècle qui marque, là aussi, la rupture : à partir de la venue de Pierre Rochard, premier du nom en 1702 jusqu’à la suppression de la Chambre en 1791, quarante Poitevins achètent un office pour servir à la Chambre238. Comme les Angevins de cette période, ils occupent surtout des fonctions inférieures puisque vingt-sept ont été auditeurs, trois, correcteurs, cinq greffiers en chef, quatre ont été maîtres et deux présidents (dont un qui a occupé successivement les charges de maître et de président).

  • 239 Châtillon-sur-Sèvre a aussi un dépôt des gabelles et les Sables d’Olonne un siège d’amirauté.
  • 240 Nantes avait noué des liens avec les Sables-d’Olonne pour le commerce de la morue vers 1635, Guy Sa (...)

107Quand on examine leur lieu d’origine, on constate que trente-neuf sont issus du Bas-Poitou, selon un vaste croissant qui va des Sables-d’Olonne à Machecoul en passant par Fontenay-Le Comte, La Châtaigneraie, Châtillon-sur-Sèvre et Montaigu. Un seul (en 1785) vient donc du Haut-Poitou. La proximité avec Nantes joue ici un rôle décisif ainsi que les fonctions exercées par les villes. Ainsi Fontenay qui est le siège d’une sénéchaussée – dont la juridiction s’étend sur 116 paroisses –, d’une élection, d’un bureau des aides et des traites foraines, d’une maîtrise particulière des eaux et forêts, d’une compagnie de la maréchaussée fournit à elle seule 25 % des officiers, si l’on compte ceux qui y sont nés, et 47,5 % si l’on prend en considération ceux qui y ont fait une partie de leur carrière. Après elle, viennent les Sables-d’Olonne et Châtillon-sur-Sèvre qui sont également sièges d’élection, ce qui montre que cette institution a servi de tremplin naturel pour accéder à la Chambre des comptes239. À un niveau plus modeste, c’est un tribunal seigneurial, comme le bailliage secondaire de Vouvant à La Châtaigneraie, qui a pu être utilisé comme relais. Dans tous les cas, il a fallu un tissu administratif relativement développé pour permettre aux élites locales de se frotter au monde judiciaire avant de partir à la conquête des cours souveraines qui permettaient d’intégrer le second ordre ou de conforter une noblesse fragile. Cet « abandon » de certains notables du Bas-Poitou à la tentation nantaise a pu s’expliquer aussi par l’attraction exercée par la grande cité ligérienne qui était alors en plein développement et par le déclin de leur propre cité. La plupart des villes où se recrutent les officiers connaissaient alors des difficultés sérieuses. Pour les Sablesd’Olonne240, elles ont commencé dès le XVIIe siècle comme l’atteste le fait que sa population soit tombée de 15 000 habitants vers 1650 à 8 000 au début du XVIIIe siècle. Pour Fontenay, le déclin est également sensible puisque l’on passe de 10 900 habitants avant la révocation de l’édit de Nantes à 7 000 habitants vers 1740. Loin d’être un signe de dynamisme, la migration vers Nantes est donc davantage le symptôme d’un malaise, comme si les élites locales, face à un horizon bouché, n’avaient plus eu d’autre solution que le départ ou des investissements plus lointains. On retrouve là un phénomène déjà relevé pour les Vitréens à la fin du XVIe siècle voire pour les notables de certaines villes de la côte sud de la Bretagne au XVIIe siècle. Cela tendrait à montrer, d’une certaine façon, que la recherche de l’anoblissement ne devient un objectif majeur que lorsque le milieu local ne fournit plus les conditions suffisantes de l’épanouissement et de l’affirmation sur le plan social.

Tentative de bilan

108Pour synthétiser les remarques précédemment faites à propos de l’origine géographique des officiers, on peut prendre pour références les offices de maître. On constate que seuls cinq d’entre eux ont été contrôlés du XVIe au XVIIIe siècle par des Nantais. À l’inverse, un seul est demeuré entre les mains de non-originaires et encore est-on en présence d ‘ un cas particulier puisqu’il s’agit d’un office de la création de 1704 qui a circulé ensuite entre des familles angevines jusqu’à la Révolution française. Dans la majeure partie des cas, les charges ont fait l’objet de transactions entre des individus résidant en Bretagne et dans les provinces immédiatement limitrophes selon des rythmes divers. Ainsi si l’on prend le cas des Angevins, qui ont acquis des offices de nouvelle création en 1572 et en 1588, on constate qu’ils se sont généralement perpétués sur deux générations avant de laisser la place dans les années 1620-1630 à des Malouins, des Dinannais ou des Rennais. Ceux-ci ont été remplacés au moment de la plus forte hausse des prix par des Vannetais ou des Cornouaillais. Après la fixation des prix de Colbert, l’aire de recrutement s’est à nouveau rétrécie et a retrouvé en quelque sorte ses limites traditionnelles permettant aux Nantais, aux Angevins voire aux Poitevins de s’imposer à nouveau.

  • 241 Sa veuve aurait même réalisé une bonne affaire lors de la revente de son office puisqu’elle semble (...)

109Cette évolution, un peu schématique, peut être illustrée – et nuancée – par plusieurs exemples. Ainsi si l’on suit le cas de l’office acquis par l’Angevin Jean I Gautier en 1572, on constate que celui-ci le transmet au terme de vingt-quatre ans d’exercice en 1596 à son gendre Joseph de La Marqueraye qui le conserve vingt ans, jusqu’en 1617. La charge est alors récupérée par un Malouin, Jean I Frotet, qui l’exerce pendant vingt-six ans et la transmet à un officier de justice guérandais, Jean Le Roy. Celui-ci demeure en fonction jusqu’à sa mort survenue en 1665 malgré « les libertés » qu’il a prises avec sa fonction241. Après Jean Le Roy, ce sont des individus originaires du sud de la Bretagne (évêchés de Vannes et de Cornouaille) qui s’imposent jusque dans la première moitié du XVIIIe siècle avant de laisser la place, à partir des années 1750, à un Angevin.

  • 242 François-Georges Bouin (1709-1724) – il était fils de maître – et son successeur, François-Georges (...)
  • 243 C’est le cas de Claude Dollier (1672-1714) qui succède à Michel du Pas ; originaire de l’évêché de (...)

110L’histoire de l’office acquis par Adrien Brossays en 1572 est voisine. Après vingt-sept années de service, il transmet sa charge en 1599 à son gendre, Charles Martineau, qui la conserve jusqu’en 1632, date vraisemblable de sa mort. L’office passe alors sous le contrôle d’individus originaires de Saint-Malo et de Rennes avec Jean II Frotet dont la mort prématurée en 1636 permet au Rennais Jean Monneraye de s’imposer (1637-1649) ; il est remplacé à son tour par le Dinannais Jean Fleury qui demeure en charge jusqu’en 1680. Les Nantais reprennent alors le contrôle de l’office à l’exception de la période 1708-1734 où ce sont des Rennais, déjà bien implantés à la Chambre242, qui s’imposent. Avec l’office acquis par Julien de Beaurepaire, on a une évolution un peu différente. Beaurepaire se distingue des autres Angevins précédemment évoqués par le fait qu’il ne siège que neuf années ; il est remplacé par des Parisiens dont deux, Gilbert Chapelle et Claude Picot, dans le cadre de la diversification du personnel qui suit les guerres de la Ligue, ne font qu’un bref séjour à la Chambre, et dont le troisième, Louis Miron, après avoir accompli ses vingt ans, résigne en faveur d’un Vitréen, René du Verger. L’office circule ensuite entre des individus originaires de Basse-Bretagne, René Pinard (évêché de Tréguier) puis Jean Meslou (évêché de Cornouaille). La suspension de celui-ci en 1650 permet à un Nantais de prendre le contrôle de la charge. À une ou deux exceptions près, celle-ci demeure ensuite sous le contrôle d’individus originaires de la cité ligérienne243.

111Le recrutement géographique du personnel de la Chambre des comptes a donc été divers au cours des siècles ; l’image qu’il a laissée au XVIIIe siècle ne donne à voir qu’une partie de la réalité, celle qui s’est peu à peu dessinée à partir des années 1660 quand la fixation des prix par Colbert a rendu l’institution moins attractive. Concurrencés par des familles qui bénéficiaient tout à la fois d’une implantation plus solide dans le monde de l’office et qui étaient mieux introduites dans les cercles du pouvoir comme les Angevins, ou par des individus plus fortunés comme ceux qui venaient de Saint-Malo ou de Vannes, les Nantais ont été contraints, au temps de « l’âge d’or » de l’office, de jouer un rôle second dans l’institution majeure de leur cité. Ce qu’ils ont alors perdu en positions, ils l’ont finalement regagné en « image » – le recrutement diversifié du personnel contribuant à conforter le prestige de la Chambre des comptes – et en relations, notamment par le biais des alliances nouées avec les familles non originaires venues résider, même le temps d’un semestre, à Nantes, l’exemple angevin servant ici de cas d’école.

112La carte du recrutement du personnel coïncide avec celle des institutions de l’Ouest – royales et seigneuriales – et avec celle des pôles commerciaux mais avec, dans ce dernier cas, un certain décalage. On passe rarement au cours de la première modernité de la pratique de la marchandise ou de la naissance dans une famille marchande à l’occupation d’un office à la Chambre ; il faut le relais d’une fonction judiciaire ou financière. C’est ce qui s’est produit pour Luc Viaudet qui était originaire des Sablesd’Olonne, pour les Héliand de Château-Gontier ; cela se vérifie aussi pour les maîtres des comptes qui viennent de Bretagne hors comté nantais dans la première moitié du XVIIe siècle. Le maître René du Verger (1626-1631) était auparavant sénéchal de Vitré ; René Le Gouvello (1640-1674), bailli de Quimperlé et Alain Gellouard (1645-1660), procureur du roi à Auray. Les capacités financières ne suffisaient pas, surtout pour ceux qui n’étaient pas nobles ; il fallait aussi un certain « polissage » par l’exercice d’une charge judiciaire ou par l’adoption d’un mode de vie rentier. En ce sens, l’acquisition d’un office n’était pas seulement une étape dans une ascension sociale ; elle était aussi une petite « révolution culturelle » qui permettait de pénétrer dans un autre monde. La venue à Nantes n’était de toute façon jamais un voyage en terre inconnue : la plupart des non-originaires y possédaient des compatriotes qui leur avaient permis de sonder les perspectives du marché local de l’office, de préparer le terrain et qui facilitaient ensuite leur intégration. C’est net au moins pour les Vitréens, les Sablais, les Vannetais, les Malouins. De même, à l’inverse, on peut supposer que les Nantais présents dans les grandes villes de l’Ouest, contribuaient à faire circuler l’information pour tout ce qui concernait leur cité et donc à susciter des départs vers les bords de la Loire.

*

113Comme le Parlement, la Chambre des comptes a su attirer des individus d’origines géographiques variées, affirmant ainsi son caractère de cour souveraine. À ceux qui étaient originaires du comté nantais, elle a su adjoindre des magistrats venus d’Anjou, du reste de la Bretagne et, surtout au XVIIIe siècle, de Poitevins. Du fait de la position périphérique de Nantes dans la province, elle a exercé tout au long de l’époque moderne une attraction sur les élites du Val de Loire qui ne disposaient pas sur place d’institution équivalente. Le faible nombre de Parisiens qui y ont siégé montre qu’elle avait avant tout un rayonnement provincial dans un royaume qui se distinguait de plus en plus par une opposition entre centre et périphérie.

114La conjoncture de l’office a influé sur l’aire de recrutement du personnel en contribuant à l’élargir lors de la hausse des prix qui s’est produite dans la première moitié du XVIIe siècle. Après la baisse des prix consécutive à la fixation de Colbert en 1665, l’institution s’est repliée, à quelques exceptions près, sur son bassin naturel « d’emploi » constitué par le comté nantais, l’Anjou et le bas-Poitou. Si les profits à réaliser n’étaient pas négligeables – la Chambre offrait, on l’a vu, les avantages d’un placement rentable et sans risque –, on peut penser que ce qui a attiré davantage alors les nouveaux venus, ce sont les privilèges accordés par l’institution.

Notes

1 Il s’agit de Jacques I Constantin, sieur de Montriou, maître des comptes de 1621 à 1659.

2 Les sources principales utilisées sont Gaëtan d’Aviau de Ternay, Dictionnaire des magistrats de la Chambre des comptes, Paris, 1995, et les archives notariales.

3 À l’instar des officiers qui ont fait un passage éclair à la Chambre des comptes dans les années 1550 ou aux lendemains des guerres de la Ligue. Entrent aussi dans cette catégorie ceux qui ne semblent avoir été que locataires de l’office comme Vincent Beaujouan ou ceux qui ont siégé à la Chambre le temps de régler une succession familiale comme le maître Joachim Gencian (1682-1691).

4 Comme les officiers qui ont eu du mal à payer leur office, notamment lors de la période d’augmentation des prix des années 1650-1660.

5 C’est le cas des fils d’officiers qui deviennent conseillers au parlement à l’instar de François III Boux, le fils du maître Mathurin Boux (1626-1650).

6 ADLA, 4 E 2/1496. L’auditeur Mathieu de Trégouët, en s’appuyant sur la coutume de Bretagne qui permet aux pères de disposer de tous leurs meubles en faveur de leur fils puiné, donne ainsi ses biens à son cadet Jean aux dépens de son aîné « pour certaines et bonnes et sérieuses considérations et après meure délibération », acte du 9 juin 1645, ibid., 4 E 2/465.

7 Le propos est à nuancer pour les charges de premier président et de procureur général pour lesquelles un phénomène dynastique se met en place dans la deuxième moitié du XVIIe siècle.

8 Le personnel de la Chambre se distinguerait par une plus grande patrimonialité des charges par rapport au monde des notaires décrit par Claire Dolan ou par Sébastien Jahan.

9 Le maître Pierre II Davy siège de 1616 à 1629, date à laquelle il décède. Son fils Pierre III Davy devient maître en 1644 suite à la résignation de Jacques Gazeau.

10 Le cas des Gautier est un peu comparable puisque Jean I Gautier, le père, qui était maître (1572-1596) est mort lui aussi sans avoir résigné, ce qui a contraint ses descendants à céder la charge à Joseph de La Marqueraye. Si celui-ci a accepté en l’occasion d’épouser l’une de filles de Jean I Gautier, prénommée Catherine, le frère de celle-ci, Jean II Gautier, n’a pu intégrer la Chambre, quelques années plus tard, en 1611, qu’en tant qu’auditeur.

11 Son père lui a acheté son office de conseiller au parlement en 1650, ainsi que l’indique son contrat de mariage signé en juillet 1653. Jacques II Constantin épouse alors la fille d’un marchand de la Fosse, Antoine François et de Catherine de Montullé. La dot de la mariée est constituée par toute une série de biens (bestiaux, effets de forge, fers…) venant de la succession de son père. On ne sait quels liens il y avait entre Antoine François et Mathurin, sieur du Beausoleil, consul du commerce en 1618-1619, échevin de 1630 à 1633, juge consul du commerce de 1641 à 1642, Guy Saupin, op. cit., p. 410.

12 On retrouve ici le rôle essentiel joué par les femmes dans la mobilité sociale et qui a été constaté pour d’autres milieux, notamment le monde curial. Ce facteur peut expliquer la revendication formulée par les Bonnets rouges de 1675 qui demandent à pouvoir épouser des filles de nobles : cette doléance, qui ne serait pas ainsi à prendre au pied de la lettre, révèle que les paysans avaient bien compris l’importance des femmes dans les processus d’ascension sociale.

13 La comparaison des fonctions et métiers exercés par le père de l’officier et son beau-père fait apparaître l’échelle des dignités telle qu’elle était perçue dans l’Ouest à l’époque moderne. Paul Cassard, fils d’un juge présidial, épouse la fille de l’avocat général Pierre Noblet. On a un cas voisin avec Joseph Mosnier, fils d’un juge criminel au présidial qui épouse la fille du maître Jacques II Langlois.

14 Les pouvoirs anoblissants de la chancellerie de Bretagne se fondent à l’origine sur la déclaration de Charles IX (juin 1564) qui accorde aux secrétaires bretons les mêmes avantages qu’à ceux de Paris ; ces droits ont été confirmés sous Louis XIII (1639) et pendant la minorité de Louis XIV par un arrêt du 30 juillet 1655. Il a fallu toutefois attendre la réformation des années 1660 pour que les conditions juridiques d’anoblissement des charges de chancellerie soient clairement définies. Ce n’est qu’à partir de 1668 que ces offices deviennent des savonnettes à vilain, ce qui se traduit par le fait que les titulaires demeurent désormais vingt ans en charge, le temps d’obtenir les lettres de vétérance, Jean Meyer, op. cit., t. I, p. 246.

15 C’est le cas du maître Jérôme Le Brun (1680-1695) dont le père Jacques Le Brun avait acquis un office de secrétaire en chancellerie en 1676. Le prix en était alors d’environ 23 000 livres. Sur ses quatre enfants, les deux filles ont épousé des membres de la noblesse terrienne, Antoine de Bréhant pour la première, Marie Le Brun, et Marc Antoine de La Boëssière, pour la seconde, Anne Le Brun. Le fils aîné, Bertrand Le Brun, est devenu sénéchal de Guingamp en 1668 : il a acquis la charge pour 37 000 livres alors que le cadet, Jérôme Le Brun, a acquis sa charge de maître des comptes pour 49 000 livres, Annaïg Soulabaille, Guingamp sous l’Ancien Régime. Vie politique et sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 257 et suivantes.

16 Les rapports entre les charges d’auditeurs et celles de secrétaires en chancellerie ont en revanche rapidement évolué au profit des secondes, ce qui explique que peu d’auditeurs aient eu un père à la chancellerie.

17 Il était l’époux de Catherine Malescot, fille de Gilles Malescot, notaire et secrétaire du roi à la chancellerie près le parlement de Bretagne.

18 Qualifié d’écuyer dans les actes, il a acheté cette charge le 14 mai 1680 à Guillaume de Malescot pour 20 500 livres, ADLA, 4 E 2/631.

19 Cette catégorie produit des réussites notables : ainsi Jean Mériaud, fils d’apothicaire, épouse la fille du maître Jean Charette et passe du grade d’auditeur à celui de maître. Au XVIIe siècle, Pierre I Bedeau, médecin du roi et de César de Vendôme, est à l’origine de l’une des dynasties les plus structurées de la Chambre.

20 L’ascension des hommes de l’écrit à partir du XIIIe siècle s’explique par la régulation croissante de la vie sociale par le droit avec la redécouverte du droit civil, la mise en place du droit canonique et l’élaboration d’un droit coutumier. Le règlement des litiges se fait davantage par décision judiciaire, voire par l’arrêt et non plus par l’accord. En même temps, on assiste au développement d’une gestion rationalisée des biens par le moyen du calcul et du compte – le répertoire chiffré est opposable désormais à la mémoire vécue, ce qui permet aux spécialistes de la finance publique de prospérer, Fossier Robert, Polyptiques et fonciers, Turnhout, Brepols, 1978. Tous ces changements n’auraient pu se faire sans le développement des universités.

21 Bernard Chevalier, « Le pouvoir par le savoir : le renouvellement des élites urbaines en France au début de l’âge moderne », dans Claude Petitfrère (éd.), Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle, Tours, CEHVI, 1999, p. 73-81. Il y distingue différentes strates avec au sommet les juges, les gens du roi et parmi les officiers de finances les élus – car ils répartissent les impôts et jugent le contentieux. Parmi les gens de loi, il ne retient que les avocats et parmi les marchands seulement les bons. En-dessous viennent d’autres catégories comme les praticiens avec les notaires qui se regroupent en métiers et monopolisent les offices municipaux de clercs greffiers.

22 Dominique Le Page, « Gens de mer » et monde de l’office dans une cité portuaire de l’Ouest atlantique à l’époque moderne : le cas de la Chambre des comptes de Nantes », dans Éric Guerber et Gérard Le Bouëdec (dir.), Gens de mer. Ports et cité aux époques ancienne, médiévale et moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 241-256.

23 Il faudrait prendre en considération ceux qui ont acquis des offices dans d’autres Chambres des comptes, notamment à Paris.

24 Elle était la fille du miseur de 1546-1554 et la sœur du maire de 1576.

25 Son père Jacques s’était enrichi dans le commerce du vin avec le Portugal, mais il a participé aussi à l’armement de bateaux pour Terre-Neuve à partir des ports de la côte nord de la Bretagne, Il gérait aussi des fermes seigneuriales, la fortune accumulée lui a permis d’acquérir un office de notaire et secrétaire du roi à la chancellerie de Rennes en 1676, Annaïg Soulabaille, op. cit., p. 235 et suivantes.

26 Son frère Armand-François devient avocat général (1734-1756) ; il résigne en faveur d’un autre fils de négociant, René-François Budan (1756-1784).

27 Il faudrait établir des généalogies de ces familles pour comprendre leurs relations avec le monde de l’office et mettre en lumière les mécanismes qui ont joué dans certaines transmissions de charges. L’auditeur Albert Padiolleau (1613-1638) qui était marié à Françoise I de Bourgues résigne sa charge en faveur de René Le Brun qui était le fils de Martin et de Françoise II de Bourgues (elle-même fille de Jacques et de Françoise Arnollet).

28 Le maître des comptes Jean de La Tullaye avait épousé Anne de La Presse en 1587.

29 Marie Brunetière, fille de Jean, « traficant sur mer » et un des capitaines de Nantes, épouse en 1629 Jérôme Jan, avocat général à la Chambre (1628-1639).

30 Jacques II Huteau, président des comptes de 1644 à 1671, a épousé Charlotte Thévin, fille du conseiller au parlement Guillaume et de Guyonne I Bouriau, elle-même fille de Jacques Bouriau, sieur des Champsneufs, consul des marchands de Nantes de 1590 à 1606. Le maître Jean de Robien (1638-1654) se marie en 1639 avec Guyonne II Bouriau alors que le maître Yves de Monti (1624-1676) avait épousé sa sœur Anne en 1629.

31 Sa fille Charlotte Thévin épouse Jacques II Huteau président des comptes de 1644 à 1671.

32 Les héritiers de Louis ont continué, semble-t-il, dans la voie du négoce.

33 Le trésorier de France Joseph-Martin et son frère Armand-François, avocat général, épousent tous deux des filles Luynes.

34 Jean Meyer, op. cit., t. I, p. 203. Il cite les noms de quelques familles d’épouses comme les d’Espinoze, les Michel, les Espivent de La Villeboisnet, les de Luynes.

35 Sa sœur avait épousé l’auditeur Joseph Geffrard.

36 Pour des réflexions sur les liens entre le monde des marchands et celui des officiers dans le cas de Paris voir Mathieu Marraud, De la Ville à l’État. La bourgeoisie parisienne, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2009, p. 173-228.

37 Mais il est vrai qu’il avait déjà rompu avec le monde de la marchandise puisqu’il était receveur du fouage avant d’entrer à la Chambre des comptes.

38 La réussite de ces derniers s’explique en partie par le fait qu’ils payaient comptant les marchandises qu’ils achetaient en Bretagne et qu’ils nouaient des relations directes avec les producteurs de textiles alors que les Ruiz réalisaient des achats à crédit et étaient uniquement en relation avec les vendeurs de toiles.

39 Simon Ruiz s’appuie ensuite sur son neveu Julien Ruiz – fils de son frère André Ruiz – qu’il a contribué à former mais celui-ci a du mal à s’imposer du fait des problèmes relationnels qu’il a avec ses beaux-frères les Rocaz, qu’il trouve trop arrivistes et dont il dit, dans une lettre, « qu’on ne peut rien gagner avec eux car ils sont si tyranniques qu’ils vendraient leur lignage pour un maravédi », Jean-Philippe Priotti, « Conflits marchands et intégration économique (Bretagne, Castille et Andalousie, 1560-1580) », dans Jean-Philippe Priotti et Guy Saupin (dir.), Le commerce atlantique franco-espagnol. Acteurs, négoces et ports (XVe-XVIIIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 73-99.

40 Le choix est parfois difficile à faire comme l’atteste le cas de Luc Magon de La Balue, né en 1685 et benjamin des enfants de Jean Magon de La Lande qui, après des études au collège, fait une première expérience commerciale avec un voyage dans les mers du Sud puis acquiert un office de maître à la Chambre des comptes de Paris avant de s’installer définitivement à Saint-Malo comme négociant, André Lespagnol, op. cit., t. II, p. 779.

41 On y relève aussi le nom de Danycan de Bellême qui devient maître à la Chambre des comptes de Paris.

42 « La voie de la Chambre des comptes était fermée à qui négociait, même en gros » écrit Jean Meyer, op. cit., t. I., p. 199.

43 ADLA, B 56, fo 203, acte du 8 mai 1570.

44 Ibid., B 587, fo 235-236. Jean I Avril était devenu fermier des ports et havres à partir de septembre 1563 en association avec Jean Le Clerc et quand celui-ci était décédé en 1569, il avait repris seul la recette, ibid., B 56, fo 172-176.

45 André Ruiz était associé avec Jean-Baptiste de Gondi qui lui servait à l’occasion de procureur. Les Gondi étaient bien implantés en Bretagne ; ils possédaient des terres dans le pays de Retz qui furent érigées en duché-pairie en 1576, ibid., B 61, fo 145.

46 André Ruiz prend donc le contrôle de la ferme des impôts et billots avant que le produit en soit attribué à Catherine de Médicis en 1582. On peut penser que cette prise de possession a facilité ce transfert.

47 Lors du renouvellement du bail le 6 septembre 1576, André Ruiz fait négocier le contrat par Jean-Baptiste de Gondi, et a pour associés des membres du Conseil du roi, Cheverny, Morvillier, L’Aubespine ainsi que le cardinal d’Este, Arlette Jouanna (dir.), op. cit., p. 914.

48 Il s’agit alors de Pierre I Cornulier et de François Miron.

49 Il n’est pas étonnant, dans cette perspective, que ce soit cette même année qu’Henri III a renouvelé la promesse de respecter les privilèges de la province.

50 ADLA, B 60, fo 98-99, acte du 3 août 1579.

51 Il a pris le bail des impôts et billots pour neuf ans de 1584 à 1593 en association avec Georges Moucheron et Étienne Ringues (celui-ci a pris par la suite trois fois la ferme de la traite d’Anjou – 1599, 1604, 1609 – avec Jean Ravenel, Françoise Bayard, Le monde des financiers…, op. cit., p. 153. Ils étaient toujours en charge en décembre 1588, ADLA, B 600, fo 279.

52 Une confrérie des Marchands d’outre-Mer y avait été fondée en 1472 réunissant les négociants de la ville « commerçant tant es pays de Flandres que ailleurs », Yann Lagadec, Delphine Pointeau, « La proto-industrie textile dans les campagnes de Vitré (XVIe-XIXe siècle) : un modèle spécifique de production ? », MSHAB, t. LXXXIV, 2006, p. 181-207.

53 Les Vitréens avaient très certainement des liens avec les milieux négociants de Nantes du fait que leurs marchandises devaient transiter par ce port.

54 En 1591, Georges Moucheron était toujours signalé comme fermier et receveur de la prévôté de Nantes dans un compte de Pierre Morin, trésorier et receveur général de Bretagne au service du duc de Mercœur, Gaston de Carné, Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs bretons avec l’Espagne, 2 vol. , Vannes, Vve Lafolye et fils, 1899, t. I, p. 104.

55 James B. Collins, « Gilles Ruellan, sieur du Rocher-Portal : le marquis-colporteur », dans Françoise Bayard, Pourvoir les finances…, op. cit., p. 211-223.

56 Ruellan était en affaire avec des financiers de haut-vol comme Sébastien Zamet et Florent d’Argouges.

57 Françoise Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, op. cit., p. 121.

58 La Chambre des comptes enregistre le 20 septembre 1607 les lettres d’anoblissement qui lui avaient été accordées en septembre 1603 pour services rendus « en la réduction de Dinan et convaincre les habitants de se soumettre », ADLA, B 68.

59 Charles de La Porte, maréchal de La Meilleraye, qui est nommé lieutenant général de Bretagne en 1632 et qui occupe la charge de premier commissaire royal aux états dans les années 1630 et 1640, épouse en 1637, grâce à l’appui de son cousin ministre le cardinal de Richelieu, Marie-Françoise de Cossé-Brissac, fille de François et de… Guyonne Ruellan. La dot de la mariée qui se monte à 400 000 livres, lui permet de récupérer une partie de la fortune de l’ancien financier et symbolise, mieux que tout autre fait, la continuité qui existe entre les réseaux dont disposait Ruellan et ceux qui ont été mis en place par Richelieu.

60 Il est cautionné par maître Claude Le Ragois, sieur de La Bretouillère, receveur général des finances à Limoges et payeur des rentes assignées sur les aides, ADLA, B 73, fo 238 et suivants.

61 Celui-ci dépossède Girard de la ferme de la prévôté dès 1627 en faisant monter les enchères. Il a pour cautions maître Joseph Le Coq, conseiller et secrétaire du roi maison et couronne de France, Jean Delagrange, sieur des Caudrais, conseiller et secrétaire maison et couronne de Navarre et César Decombes, commissaire ordinaire des guerres, ADLA, B 73, fo 277 et suivants.

62 Les familles locales parviennent à garder davantage le contrôle de la charge de trésorier de France qui demandait davantage de présence dans la province et conférait plus de dignité à ses titulaires. Babin qui est nommé en 1647 était ainsi originaire de Nantes même s’il avait mené l’essentiel de sa carrière à Paris au service des Coislin, de Condé et qu’il avait été un client de Richelieu.

63 Les de Santodomingue étaient une famille d’origine castillane à laquelle appartenait Isabelle, femme d’André Ruiz. Les trésoriers et receveurs généraux sont les descendants de Jean de Santodomingue, échevin de Nantes en 1586-1587, qui avait épousé Jeanne Marques. Sur les huit enfants nés de ce mariage, outre Bonaventure, receveur des fouages dans l’évêché de Saint-Malo, secrétaire du roi, on connaît une fille, Isabelle, qui a épousé en 1600 un procureur au présidial et un fils, André, marchand de la Fosse, consul et juge consulaire (il a épousé une Espagnole), Jean-Jacques Brégeon et Yves La Villetoinet, Recherches sur les Ibériques à Nantes du 11e à la fin du XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise (dir. Yves Durand), université de Nantes, 1970.

64 Il avait épousé en premières noces Antoinette Fyot, la fille de Julien Fyot. Celui-ci était le frère de Nicolas, ancien trésorier et receveur général des finances. Il s’est remarié en 1630 avec Claude Bernard, fille de Guillaume Bernard et de Françoise Hux, sieur et dame de Portric.

65 En février 1637, il sous-afferme avec François Bonnemez, receveur général des décimes, les devoirs des impôts et billots pour six ans dans les bailliages de Hennebont, Guéméné et Quimperlé à noble homme Jean Dairasson pour 14 500 livres par an, ADLA, 4 E 2/1691.

66 Simon Loyseau qui succède Claude de Santodomingue en 1670 – il cumule les deux charges de trésorier – était domicilié à Paris. Il en est de même pour Charles Boulanger qui lui succède en 1690. En 1701, Gérard Mellier est commis par le trésorier de France Marc Dondel pour le remplacer : Boulanger est alors signalé comme absent de la province et comme ayant abandonné sa charge. L’intérim aurait été de courte durée puisque dès octobre 1701 c’est Jacques Boyer qui reçoit une commission pour la trésorerie. Il est nommé officiellement receveur général le 10 avril 1702. Il a payé 450 000 livres, soit 270 000 livres pour les offices de receveur ancien et alternatif et 180 000 livres pour la recette des consignations, ADLA, B 88.

67 Les deux charges de trésorier de France connaissent une évolution contrastée. Alors que la plus ancienne fait l’objet à la fin du XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle d’une transmission entre des familles non originaires de la province – Nicolas de Troyes, François Miron, les Chahu –, la seconde est dès sa création en 1570 contrôlée par des familles locales – Jallier, Cornulier… Un changement intervient dans les années 1670-1680 : alors que la première charge se « bretonnise » en revenant à des Malouins – Pierre Guillaume –, des Vannetais – Marc Dondel –, la seconde tombe sous le contrôle de financiers extérieurs, le Parisien Antoine Héron en 1688 – il était le fils d’un marchand drapier parisien – qui était directeur des fermes à Nantes (sa charge est saisie en 1701 dans le cadre des poursuites alors menées contre les traitants, ADLA, B 88), le Lyonnais Gérard Mellier – 1702-1729 –, l’Orléanais Jacques Danguy. À partir des années 1730 toutefois, les « locaux », Rennais et Nantais, reprennent le contrôle des deux charges. Il ne faudrait toutefois pas exagérer les oppositions car les trésoriers originaires de Bretagne avaient des relations avec le pouvoir central et nombre de non-originaires se sont durablement implantés dans la province à l’instar de François Miron au XVIe siècle ou de Gérard Mellier au XVIIIe siècle.

68 En 1629, il a reçu temporairement la baronnie de Léon qui avait été confisquée à Henri de Rohan. Il accomplit plusieurs missions de confiance pour la monarchie en Bretagne à la fin des années 1620 et au début des années 1630.

69 Son autre cousin Charles du Cambout, baron de Pontchâteau, a été nommé gouverneur de Brest (1631) et lieutenant particulier pour le roi en Basse-Bretagne en 1634. Il est assidu aux états à partir de 1624. Chevalier du Saint-Esprit en 1633, sa terre de Coislin est érigée en marquisat en 1634. En 1636, il acquiert la baronnie de La Roche-Bernard.

70 Lors de la session de Nantes en 1636 au cours de laquelle est voté pour la première fois un don supérieur à 2 000 000 livres, la présidence est assurée par le maréchal de La Meilleraye, l’ordre de la noblesse est conduit par Henri de La Trémoille qui va dîner chez le trésorier de France Claude I Cornulier avant de trouver à se loger chez Louis du Pont, second président à la Chambre des comptes.

71 Arthur Bourdeaut (abbé), « Journal des états de Bretagne tenus à Nantes en 1636 », BSAHNLI, 1927, t. LXVII, p. 339-399.

72 Pour rembourser ces derniers, les états sont contraints de percevoir à leur profit des impôts supplémentaires et leur budget ne cesse de croître à partir des années 1630.

73 La majeure partie des sommes recueillies est utilisée pour faire face aux besoins croissants de la monarchie comme le confirme le fait que les fermiers des devoirs doivent remettre directement l’argent qu’ils perçoivent au trésorier de l’Épargne et que c’est au conseil royal qu’ils doivent s’adresser pour avoir des rabais en cas de problème, au grand mécontentement du parlement qui devait normalement traiter ces affaires et des états qui craignent que les rabais accordés n’entraînent des prélèvements supplémentaires les années suivantes.

74 En 1641, le jeune Salmon, qui a pris une partie de la ferme des états de Bretagne, se retire après s’être aperçu qu’il n’était « en aucune façon propre pour la conduite et exercice de ladite ferme […] n’ayant jamais fait telle profession », Françoise Bayard, Le monde des financiers…, op. cit., p. 162.

75 Nicolas de Rambouillet avait pris les cinq grosses fermes en 1632 avec Gédéon et Pierre Tallemant. Il appartenait avec Louvigny à un groupe de financiers protestants, ibid., p. 270.

76 Le bail de la ferme des devoirs en 1626 fait apparaître, sans surprise, le nom des financiers les plus importants de la province. On y trouve en effet le receveur général du taillon François Noblet, Pierre Le Lou, Charles Chauvet, Bonaventure de Santodomingue, et des Malouins comme Nicolas Frotet – le père du maître des comptes Jean I Frotet (1618-1645) –, Julien Gravé – il s’agit sans doute du père de Jean, futur trésorier et receveur général – et Julien Éon. Se dessine ainsi un groupe de manieurs d’argent composé de marchands et de receveurs qui a pris le contrôle des principales recettes fiscales de la province, qu’il s’agisse de celles qui dépendaient du roi ou de celles qui relevaient des états, Florent Batany, Les officiers de finances en Bretagne entre 1598 et 1661, dactyl., mémoire de master 1 (dir. Dominique Le Page), université de Nantes, 2008.

77 En 1638, Charles Dupleix était ainsi fermier des états dans l’évêché de Vannes, ADLA, 4 E 2/131.

78 En février 1646, René Loyseau, fermier des devoirs au bailliage du Pellerin, baille pour deux ans les devoirs des états dans cette circonscription à Jean Rouxeau, marchand cabaretier au bourg et paroisse de Saint-Aignan, ibid., 4 E 2/147.

79 Il fallait pour cela mettre un brandon à la porte de sa maison. Ainsi en janvier 1666, maître Gervais Simon, sieur de La Barbière, fermier général des devoirs des états de Bretagne, baille à Nicolas Aubin, marchand demeurant à Pirmil, paroisse de Saint-Sébastien, les devoirs des états de tous, vins, cidres, bières pour trois ans, vendus dans la paroisse de Rezé, ibid., 4 E 2/1373.

80 Le 19 janvier 1588, Gilles Le Moyne se retire de l’examen d’une affaire concernant Ringues, de Gennes et associés qui ont été condamnés, en tant que fermiers des impôts et billots et autres grosses fermes, à payer à la recette générale 15 126 écus 33 sols tournois car il dit être parent de Guillaume de Gennes.

81 Le 19 janvier 1615, l’auditeur Étienne I Moucheron revendique en tant qu’héritier de maître Corneille et de Claude Moucheron ses frères et sœurs, héritiers bénéficiaires de défunt maître Georges Moucheron et créditeurs en ladite succession, le remboursement des sommes – évaluées à plus de 300 000 livres – que Georges et ses associés, maître Étienne Ringues et Guillaume de Gennes, fermiers en 1584 pour neuf ans des devoirs d’impôts et billots de Bretagne, avaient avancées à Catherine de Médicis, ADLA, B 187, janvier-mai 1615.

82 C’est lui qui sert de procureur à Guillaume II Harouys quand celui-ci vend en 1687 une série de biens pour faire face à ses obligations financières. En février, il cède ainsi à Pierre Macé, sieur de La Morandais, « tous les meubles, vaisselle, bœufs de la métairie aux maisons de L’Espinay, de La Seilleraie et de La Rivière et en son hôtel de Nantes pour 18 000 livres », Cette somme est à payer au comte de Montrevaux en déduction de 21 000 livres que G. Harouys lui doit, ibid., 4 E 2/1627. À la même période, il afferme à René Bourgeois, marchand à Nantes, les maisons, terres et seigneuries de La Seilleraie et de L’Espinay en Carquefou et de La Rivière en Couëron pour 15 000 livres, ibid., 4 E 2/1626.

83 En janvier 1672, Nicolas Ballet, en tant que fermier des devoirs à Nantes, cède la perception des droits à une certaine Perrine Saupin au passage dit de l’Alloué dans les paroisses de Vertou et de Haute-Goulaine, ibid., 4 E 2/1376. En juin 1674, il est pourvu de l’office de trésorier et receveur général suite à la résignation faite en sa faveur par son oncle Barthélemy Ferret (il était receveur et payeur des gages du parlement) qui avait lui-même acquis la charge de Claude de Santodomingue. Il ne semble toutefois avoir joué que le rôle d’intermédiaire et a revendu la charge à Antoine Meusnier, receveur du fouage dans l’évêché de Nantes et procureur de Simon Loyseau pour 80 000 livres, ibid., 4 E 2/474. Nicolas Ballet avait acquis en outre un office de secrétaire à la chancellerie de Bretagne.

84 Louis Harouys est tuteur des enfants mineurs de François Noblet en 1633.

85 Celui-ci jouait un rôle actif dans la vente des offices des décimes en Bretagne : en juillet 1623, il cède à Marguerite Arnollet, veuve de l’ancien auditeur Guillaume Mériaud, les trois quarts de l’office de contrôleur ancien des décimes et subvention du clergé du diocèse de Cornouaille pour 4 992 livres (il réserve le dernier quart à son fils François, né de son mariage avec Jeanne Mériaud, fille de Guillaume), ADLA, 4 E 2/454. En 1633, il conclut un accord avec d’Aguesseau pour la revente en Bretagne des offices de receveurs et contrôleurs triennaux particuliers des décimes en chaque diocèse de France créés par un édit de juin 1628. La même année, il traite avec Jean Le Bigot, sieur de Beauchesne, conseiller du roi, receveur ancien et alternatif triennal des décimes de l’évêché de Tréguier, et lui transporte l’office de receveur triennal et contrôleur triennal des décimes de l’évêché de Léon aux gages de 229 livres 4 sols 1 denier. La vente se fait pour 6 159 livres 6 sols 2 deniers dont 5 950 livres pour le prix des deux offices à raison du denier treize et 200 livres pour les lettres de provision, ibid., 4 E 2/1687.

86 Celui-ci est qualifié de receveur général et ancien des décimes – de Noirmoutier, de Nantes, de Saint-Philibert, de Saint-Sébastien d’Aigné, La Garnache.

87 L’acte précise que le chapitre a pris cette décision en considérant « qu’il se trouve présentement très peu de sûreté à colloquer à constitution de rente l’argent qui fait la plupart du fond de l’église ». Claude Gorge, prêtre chanoine, est nommé pour gérer la charge. Sur la somme de 75 000 livres, des paiements étaient à faire à une série de créanciers parmi lesquels on trouve le nom de l’avocat général Pierre Noblet pour 30 000 livres – preuve que trente ans après la vente, l’office n’était toujours pas payé – et des rentiers « importants » de la place de Nantes comme André Boussineau, sieur de La Patissière (pour 3 000 livres), dame Marie-Sébastienne Bachelier, fille d’écuyer Nicolas Bachelier, sieur du Pinier (2 150 livres)…, ADLA, 4 E 2/1260.

88 On ne connaît pas exactement ses dates d’exercice. La première mention remonte à 1672.

89 Audrey Ducrocq, Les aléas d’une famille de la noblesse nantaise au XVIIe et au XVIIIe siècle, dactyl., mémoire de maîtrise (dir. Guy Saupin), université de Nantes, 2001.

90 En 1658, il revend à la demande du trésorier et receveur général Yves de Santodomingue l’office de receveur du fouage de Cornouaille, dont le titulaire est devenu insolvable, à Thomas Dondel pour 23 000 livres.

91 Parmi les enfants de François Dondel et de Marie Touzé, Jean devient aumônier de la duchesse d’Orléans, Pierre, sénéchal de Vannes (1674-1707), Charles, sénéchal de Quimper (1676-1724), Marc, général des finances, (1686-1727). Le frère de François, prénommé lui-aussi François, a pour fils Guillaume, maître à la Chambre des comptes à partir de 1661, puis conseiller au parlement à partir de 1666.

92 Son frère cadet, François, est fermier général du duché de Rohan en 1673, membre de la ferme des devoirs, fermier général de la principauté de Léon et s’occupe d’affaires forestières.

93 L’aîné acquiert pour 100 000 livres la charge de grand maître des eaux et forêts, le second devient sénéchal de Pontivy, le troisième entre à l’armée, et la fille épouse un conseiller au parlement.

94 Celui-ci devient trésorier général des états de Bretagne à partir de 1699. La dot s’élevait à 88 000 livres. La sœur de Marguerite épouse Pierre de Saint-Pern du Lattay, conseiller au parlement.

95 Un de ses frères, Louis, est directeur des postes étrangères à Lyon ; un autre, René, est receveur et payeur des rentes de l’Hôtel de Ville, le troisième, François, est secrétaire du roi.

96 Celui-ci avait épousé en premières noces la sœur de l’auditeur René II Fresneau. Sa mère s’appelait Marie Rouillé et était la fille de Pierre, directeur des postes de Touraine, et grand-père du maître Louis.

97 Les procédures de récusation révèlent régulièrement les liens qui pouvaient exister entre les officiers des comptes et des financiers. Le 20 juin 1616, le maître René Fradin est écarté par la Chambre du jugement des difficultés du compte des réparations et fortifications des places fortes de Bretagne rendu par Yves Fyot pour 1615, du fait qu’il était le gendre d’Olivier de Coussy, sieur de Launay, caution de Nicolas Fyot et de Pierre Fyot. Les maîtres Robert Bouhier et Pierre II Ménardeau subissent le même sort, le premier parce qu’il était l’époux de Marie Le Mignot, nièce de Pierre de Monti, caution d’Yves Fyot (il avait épousé sa fille Marie), le second parce qu’il était le gendre de Jacques Marques, sieur de La Branchoire, caution de « feu » Nicolas Fyot, ADLA, B 189.

98 L’attaque est libellée comme suit : « en ce déport de temps, il [Jacques I Barrin] se fit bailler une commission pour faire une grande taxe sur les biens de Bretagne et pour vendre et engager le domaine du Roy et en fit receveur son beau-père André Ruys où ils eurent et desrobèrent beaucoup et print ledit Barrin une infinité de présens et commissions pour exempter et rayer de son rolle beaucoup de riches gens plus riches que ceux qui y demeurèrent et dit l’on qu’il print et desroba en ceste occasion plus de 15 000 escus », Dominique Le Page, Antoine Pacault, « Un pamphlet ligueur… », art. cit., p. 289.

99 ADLA, B 218, mention du 22 janvier 1625.

100 Le 20 juin 1600, Jean Cousin récuse François Coustureau en l’accusant de s’être « employé de toute son affection à la sollicitation du procès qui estoit pendant au conseil d’État entre ledit Cousin et Jehan Roger pour raison dudit estat et office de receveur général, mesmes pour le bien dudit Roger son intime ami, employé sa faveur et de ses amis comme aussi auroit le sieur Coustureau jugement déclaré avoir fait pour ledit Roger comme son amy », ibid., B 607, fo 51.

101 Les grands nobles de la province, particulièrement ceux qui faisaient partie de la clientèle de Richelieu, prennent en charge la perception des impôts et billots à partir des années 1640. Le maréchal de La Meilleraye semble avoir été le premier à montrer l’exemple.

102 ADLA, 4 E 2/1427.

103 Il avait épousé Catherine Poullain en juillet 1628. Il était le fils de René Chauvet de la Perrière, trésorier de France (1611-v. 1655) et maire de Tours et beau-frère d’Yves Fyot (celui-ci avait épousé sa sœur Marguerite Chauvet), ancien trésorier et receveur général de Bretagne. Ce dernier lui a résigné sa charge de receveur général en 1618 mais il s’en est démis en faveur de René Sain qui a lui-même cédé l’office à Guillaume Martin, fils d’un maître des comptes de Paris.

104 Il a acheté cette charge en 1618 à René Sain pour 26 000 livres. Il était alors procureur du roi à l’élection et au grenier à sel de Loudun, ville où il résidait, ADLA, 4 E 2/328.

105 Celui-ci était marié avec Jeanne de Pontual, fille de René de Pontual.

106 Celui-ci épouse en deuxièmes noces en 1651 Prudence-Marie Le Lou, veuve de l’ancien procureur général René Rousseau et fille du traitant Pierre Le Lou et de Louise Hux, elle-même héritière de Gabriel Hux, ancien trésorier des états de Bretagne.

107 ADLA, B 1188.

108 Il l’était devenu en 1618. Un témoin de moralité disait l’avoir vu demeurer « au logis de Mrs les Fyot ». René Sain, alors trésorier et receveur général, lui avait servi d’intermédiaire pour l’achat de l’office, ibid., B 201.

109 Ibid., B 74, fo 75-76. En 1630, il est procureur d’un autre traitant, Emmanuel Le Mareschal, qui est alors chargé de percevoir une taxe payée par les receveurs du fouage en Bretagne contre le droit de s’intituler conseiller du roi et de prendre 2 deniers par livre sur toutes les sommes qu’ils prélèvent, ibid., B 74, fo 168.

110 Ibid., B 246.

111 Parmi ses témoins de moralité figurent Valentin de Constance, chevalier des ordres du roi, et Salomon de La Tullaye.

112 L’acte de vente est fait à Paris le 24 décembre 1648. Claude de Santodomingue doit payer 95 000 livres, ADLA, 4 E 2/163.

113 Ibid., 4 E 2/163.

114 Ibid., 4 E 2/163, acte du 10 mai 1652. Le 9 janvier 1650, alors qu’il est déjà conseiller du roi en ses conseils, il fait plusieurs paiements pour Charles de Conigan, seigneur de Cangé, ibid., 4 E 2/156.

115 Grâce à la fortune qu’il a accumulée, il favorise la carrière de ses enfants : alors que sa fille Marie entre chez les Religieuses de la Visitation de Nantes dès 1643, son fils Yves devient conseiller au parlement de Bretagne en 1656.

116 Les oncles paternels sont Jacques et Guillaume Sanguin, qui est commandant au régiment d’Alsace. Parmi ses cousins paternels, figurent Philippe Sanguin, conseiller du roi en ses conseils et en la Cour des aides à Paris, Charles Sanguin, conseiller du roi dans ses Conseils et maître d’hôtel ordinaire, Denis Sanguin, évêque de Senlis. Sa cousine Marie Sanguin est représentée par son époux Antoine de Ratabon, conseiller du roi en ses Conseils d’État et privé, trésorier général et grand voyer de France au bureau des finances de Montpellier, intendant des gabelles du Languedoc, intendant et ordonnateur des bâtiments du roi, ADLA, 4 E 2/168.

117 Daniel Dessert, art. cit., p. 861.

118 Certains liens s’étaient noués sur le plan commercial par le biais notamment du trafic de céréales : en septembre 1661, le maréchal de La Meilleraye passe marché avec nobles gens Thomas Dondel, sieur de Brangolo, François I de La Pierre, sieur des Salles, marchands à Hennebont et un certain Lamersant, marchand à la Fosse de Nantes pour la fourniture de 40 tonneaux de seigle. La transaction se monte à 21 000 livres à raison de 150 livres par tonneau, ADLA, 4 E 2/1434.

119 Il résigne alors significativement sa charge de maître des comptes à Pierre Le Gouvello, fils de Jean Le Gouvello, que l’on a vu participant à la ferme des impôts dans l’évêché de Vannes avec Jérôme du Cambout.

120 Daniel Dessert, art. cit., p. 847-882.

121 Celui-ci était le fils de François I de La Pierre qui s’était enrichi dans le commerce, la ferme des devoirs et l’exercice de la recette des fouages de Vannes. Ses trois frères étaient respectivement grand maître des eaux et forêts de Bretagne, sénéchal de Pontivy et militaire ; sa sœur avait épousé le conseiller au parlement Yves de Coniac. Son entrée à la Chambre pourrait signifier qu’il est resté très intégré aux milieux financiers bretons et qu’il a continué à y défendre les intérêts de sa famille. Il avait d’ailleurs épousé en 1686 Marguerite Éberard, la fille de grands négociants et de financiers malouins alliés aux Éon, aux Frotet, aux Michau de Montaran… Le curateur de cette Marguerite n’était autre que Nicolas Ballet.

122 Son frère, Germain, épouse Anne Mellier, sœur du général des finances Gérard Mellier.

123 Il a bénéficié de la résignation de Joseph Le Gouvello, fils de René. Lors de son mariage en 1687, ses beaux-parents ont accordé une dot de 50 000 livres et une tapisserie de 800 livres à leur fille. C’est lui qui a acheté une partie des biens de Guillaume II Harouys, lors de leur mise en vente en 1687.

124 La dot de l’épouse est de 18 000 livres, celle de l’époux de 50 000 livres, acte du 12 décembre 1689, ADLA, 4 E 2/3. Leur fille épouse le président Jacques Ballet.

125 Au hasard des dépouillements des archives notariales nantaises, on apprend ainsi que le conseiller au parlement Guy IV de Lesrat avait dû recourir à un emprunt de 6 758 livres pour payer le droit annuel ainsi que l’augmentation des gages pour l’année 1684. Ses créanciers étaient « messieurs de la Blotière Binet, de La Tullaye », les dames religieuses du Calvaire de Nantes, la dame du Perrée Ménardeau et… Nicolas I Paulus qui agissait au nom des sieurs Perret et Montaran, ADLA, 4 E 2/1621, acte de 5 février 1684.

126 Dans une première version, le greffier Julien Odion, a indiqué que les officiers s’étaient retirés quand le Bureau avait voulu mettre en délibération la commission de Louis Massuau. Ils font modifier le texte et indiquer qu’ils ont refusé de siéger dès lors que leurs collègues étaient entrés extraordinairement sans y avoir été invités, ibid., B 177.

127 Parmi les quatre autres, deux – Christophe Le Moyne, Trajan de La Coussaye – peuvent être rattachés au camp royaliste alors qu’un autre – Louis du Pont – a fait son entrée à la chambre après 1598.

128 C’est le cas d’Auffray de Lescouët, de Joseph de La Marqueraye, de Julien de Crespy, de Pierre II Ménardeau, d’Étienne Le Franc, de Jean Charette et à un moindre degré de François Coustureau qui, n’ayant pu succéder à son père Nicolas Coustureau à une charge de président en 1598, a alors obtenu, en compensation, un office de maître. Tous les autres sont entrés à la Chambre au début du XVIIe siècle : parmi eux, un au moins – René de La Tullaye – appartenait à une famille ligueuse.

129 Massuau est lui-même sensible à ce genre d’argumentaire. Pour surmonter l’opposition du procureur syndic des états qui a été sollicité pour donner son avis sur ce parti, il tient à préciser que « celui-ci est avantageux à la province qui, par ce moyen, sera soulagé de plusieurs rentes supposées et amorties qui se paient au détriment du pauvre peuple desquels le roy et le pays seront déchargés », ADLA, B 173.

130 Trajan de La Coussaye reçoit 1 200 livres pour quatre-vingts journées – alors qu’il dit en avoir passé cent six – à raison de 15 livres par jour ; René Fradin et Louis du Pont sont indemnisés quant à eux pour soixante-cinq jours à raison de 12 livres par jour.

131 Pour une étude complète de cet aspect, Dominique Le Page, « François Miron, sieur de Villeneuve ou les paradoxes d’une carrière d’officier de finances au XVIe siècle », dans Antoine Follain (éd.), Contrôler et punir les agents du pouvoir, Dijon, EUD, 2015.

132 Ses lettres de provision datent du 6 juin 1568, ADLA, B 56.

133 Ibid., B 589, fo 293-94, 6 décembre 1571. Le Garrec accuse Miron d’avoir fait « contreroller lui-même les deniers par des notaires royaux, aussi que en son absence et clandestinement, il recevoit les deniers qui estoient apportez en ladite recepte générale et d’avoir envoyé gens à sa dévotion par pays et sur les lieux vers les fermiers et receveurs auxquels il bailloit des états de luy signez pour recouvrer lesdits deniers et les luy apporter sans que ledit Le Garrec en peust avoir connoissance sinon de ce qu’il en a contrerollé ».

134 Cette nomination est logique compte tenu du fait qu’une partie du douaire de la reine-mère était alors assignée sur le revenu de la Bretagne.

135 Il est institué le 21 septembre 1574.

136 Georges Morin conserve la recette quatre ans puis la transmet à son frère qui la détient jusqu’à sa mort en 1591.

137 Cette accusation repose sur le fait que de Beaune aurait dit que « pour le zèle qu’il avait pour la justice, que encore qu’il fut seul, il feroit constituer prisonnier Florent Bouchel », le commis de Miron. Il serait intervenu auprès de l’auditeur Guillaume Le Meneust pour lui demander s’il n’avait pas de mémoire touchant Catherine du Hac, qui demandait un paiement à Miron.

138 Le premier membre vraiment connu de la famille, Olivier Harouys, a été commis à la trésorerie générale de Bretagne en 1528 mais c’était dans le contexte particulier, celui des poursuites contre les officiers de finances dans l’ensemble du royaume. Il faut remarquer qu’il était à cette époque déjà cautionné par des gens de justice, dont François I de Kermenguy, futur président à la Chambre des comptes.

139 Simona Cerutti, La ville et les métiers : naissance d’un langage corporatif à Turin (17e-18e siècles), Paris, EHESS, 1990.

140 C’est le cas, on l’a vu, de Vital de Contour qui était lui-aussi non originaire de la province mais qui a bénéficié de la protection du duc de Montpensier et qui s’est intégré rapidement au réseau Ruiz.

141 Quand les gens des comptes demandent au commis du contrôleur général Le Garrec pourquoi il ne s’est pas plaint des agissements de Miron, il répond qu’il en a parlé au général des finances mais qu’il n’a osé venir se plaindre en la Chambre « pour ce que ledit Myron estoit de grans parens et cousin germain de monsieur le premier président de céans qui avoit grande autorité en la Chambre pour soustenir ledit Myron contre luy qui n’est que simple commis », ADLA, B 586.

142 Il serait mort chez son frère André à Séville.

143 Santodomingue est alors détenu au Bouffay, ADLA, 4 E 2/1606.

144 Yves de Santodomingue a, de façon originale, réalisé d’importants investissements dans « l’industrie sucrière ». En 1654, il a obtenu avec Audart Hux, sieur du Bois, une autorisation royale « pour établir un emplacement de raffinerie en Bretagne en telle ville que bon lui semblera pour raffiner du sucre pendant vingt ans et pour faire un fonds fixe de 100 000 livres pour l’emploi et l’achat de cassonade et de sucre », acte du 13 janvier 1654, ADLA, 4 E 2/836. En octobre 1664, on le retrouve passant marché avec Martin de Hornay, marchand raffineur, demeurant au lieu du Coudray, en la paroisse de Saint-Do « pour mettre en pain toutes les masconades de Saint-Christophe et autres îles d’Amérique », ibid., 4 E 2/1186.

145 Il est porteur d’une procuration d’une série de personnes : Claude Aubery, conseiller du roi en la cour, président à la Chambre des comptes à Paris, Louis Aubery, conseiller au Grand Conseil, Geoffroy Luillier, seigneur d’Orgeval à cause de son épouse, Alexandre, marquis de Vieuxgrant et Pierre Leconte de Nonant « à cause des dames leurs épouses » et messire Jean-Baptiste de (Lantivy), marquis de Ravé.

146 Claude de Santodomingue est alors absent de Nantes du fait qu’il s’est rendu à l’assemblée des états de Bretagne, ADLA, 4 E 2/1375.

147 Ibid., 4 E 2/1232.

148 Claude de Santodomingue est décédé avant 1684. Le 4 mars de cette année-là, sa fille Isabelle a épousé le maître des comptes Alexandre I Symon. Le paiement de la dot, d’un montant de 13 000 livres, est garanti par son frère Jean-Armand, ibid., 4 E 2/1385.

149 L’office avait été adjugé à Simon Loyseau dès le 10 mai 1670 pour 60 000 livres mais les créanciers de Santodomingue ont retardé l’expédition des lettres de provision en demandant à être payés les premiers. Il s’en est ensuivi de longues procédures judiciaires pendant lesquelles Yves de Santodomingue est décédé. Prenant prétexte qu’il n’avait pas payé l’annuel, le trésorier des parties casuelles a déclaré l’office vacant. Finalement Loyseau, qui avait exercé l’office en tant que commis tout au long des années 1670, a réussi à s’en faire pourvoir en 1684 en payant 22 000 livres pour la résignation.

150 Avant Ballet, l’office avait été obtenu par Barthélémy Ferret.

151 Il faudrait ainsi se demander dans le cas des différentes provinces si l’occupation de charges par des hommes appartenant à des réseaux parisiens n’a pas signifié une incapacité, durable ou simplement temporaire, des financiers locaux d’assumer la responsabilité de la collecte des impôts royaux dans leur ressort. Dans le cas de la Bretagne, le phénomène se vérifie au moins à deux reprises : à partir des années 1670 avec Simon Loyseau, mais aussi dans les années 1620, quand Guillaume Martin, a acquis les deux charges de trésorier général.

152 On n’a pas de détail sur ce comportement mais en juin 1711, Ferrand écrit à Mellier : « Vous avez bien fait de vous plaindre à Mr de Montaran des écarts de Mr Ballet. Vous ne perdez pas grand-chose à cesser de voir cette famille. »

153 En 1710, le pouvoir royal a imposé la levée d’un don gratuit de 700 000 livres sur les villes de province. Les états de Bretagne n’ont pu s’opposer à sa perception en Bretagne, Armand Rebillon, Les États de Bretagne de 1661 à 1789, leur organisation, l’évolution de leurs pouvoirs, leur administration financière, Rennes, Impr. Réunies, 1932, p. 239.

154 Le premier président de Becdelièvre est mécontent car il estime que l’un de ses parents, le sieur de Trévaly, a été trop cotisé. Cela l’amène à ne pas intervenir contre l’agitation des auditeurs, ce qui lui vaut les critiques peu amènes de l’intendant Ferrand. Il écrit ainsi à Mellier le 12 mars 1711 : « Voilà d’étranges scènes qui se passent à Nantes, notre premier président est bien sujet aux attaques d’apoplexie. Il pourrait bien y demeurer. Ce sera un protecteur de moins pour nos auditeurs. » Le 23 avril 1711, il ajoute, dans un style militaire : « À l’égard de ce que Mr de Montaran nous mande de vostre premier président, vous croiez qu’il sera à propos de lui faire sentir ce qu’il pense. Pour moi, je crois qu’il faut négliger ce grand ingénieur. Nous n’avons rien de sa part que des tranchées qu’on enfile avec facilité ; tant qu’il ne vous fera pas plus mal, laissons-lui la mortification de ne point réussir. Pour toute peine, aux grands maux, nous apporterons les grands remèdes », ADLA, C 186.

155 Celui-ci est également insulté par un auditeur et un correcteur des comptes. L’intendant lui conseille d’exiger d’eux des excuses publiques.

156 Pour faire céder le parlement, le pouvoir royal use à la même période de la menace de création en Bretagne d’une Cour des aides. Pour discréditer Jean-Baptiste de Becdelièvre, Ferrand conseille de le présenter comme partisan de ce projet.

157 Le 21 juin 1711, Ferrand écrit ainsi à Mellier à propos des difficultés qu’il rencontre pour faire rentrer l’impôt : « Il est vrai que la Basse-Bretagne n’avance pas, du moins pas partout, mais je vais réveiller l’attention avec mes dragons », ADLA, C 186.

158 L’entrée des marchands dans la catégorie des receveurs pouvait se faire sous la contrainte et constituer une forme de taxation. En décembre 1583, quand la Chambre des comptes demande au trésorier de France François Miron pourquoi il n’y avait pas de receveurs aux recettes de Quimperlé, Quimper, Concarneau, Fouesnant et Rosporden, il répond qu’il avait été « délibéré de contraindre quatre des plus riches ou l’un d’eux pour exercer lesdites recettes, ce qui n’a encore été fait », ADLA, B 598, fo 30.

159 Comme le roi, les nobles moyens et les Grands avaient besoin de liquidités qu’ils trouvaient sur le marché local. On a déjà mentionné le cas de Louis Sanguin prêtant des sommes au duc César de Vendôme.

160 Selon Daniel Dessert toutefois, la marchandise ne conduit jamais à la finance, puis de là à l’office et à la noblesse. Au contraire, c’est l’office qui mène à la finance et enfin à la noblesse, quand le financier n’est pas déjà membre du second ordre. Il écrit ainsi que « la charge de secrétaire du roi est plutôt la marque de l’homme introduit dans les affaires du roi que l’achèvement d’une ascension sociale », Daniel Dessert, art. cit., p. 856. D’une certaine façon, les offices de la Chambre des comptes pourraient être ajoutés à la liste des emplois qui étaient recherchés par les financiers. Daniel Dessert y incorpore, outre les offices d’avocats, les charges de trésoriers de France, de receveurs généraux de finances, de commissaires et de trésoriers des guerres, ainsi que les fonctions municipales.

161 Il a épousé Clémence d’Arche.

162 L’idée de James B. Collins selon laquelle la bourgeoisie des offices n’est pas fondamentalement distincte de la noblesse du fait qu’elle partage avec elle la propriété de la terre et qu’elle a donc les mêmes intérêts que les autres propriétaires fonciers et non des marchands me paraît discutable. S’il nuance sa pensée en affirmant que par leur ascension sociale, les gens de robe menacent le plus les équilibres de la vieille société d’ordres en agissant davantage en tant qu’individus, c’est pour dire aussitôt que, du fait de leur double caractère de propriétaires terriens et de bénéficiaires d’une réelle ascension sociale, ils sont en première ligne de la défense de l’ordre établi. Ils ont pour tâche, qualifiée de peu enviable, de défendre cet ordre en le redéfinissant. Si certains officiers ont des ambitions très matérielles, les préoccupations de l’ensemble du groupe ne sauraient se limiter à cela.

163 Ce critère a été retenu pour permettre de prendre en compte le cas des individus qui ont occupé plusieurs charges à la Chambre des comptes.

164 Leur présence se maintient plus longtemps dans des offices comme celui de trésorier de France où l’on trouve Nicolas de Troyes puis François Miron.

165 Auffray de Lescouët au début du XVIe siècle, les de Becdelièvre ensuite. Ces derniers, qui étaient originaires de l’évêché de Rennes, ont fini par s’implanter durablement dans le comté nantais à la fin du XVIIe siècle.

166 L’image négative de la province s’est construite à partir du XVIe siècle, l’essor de la culture humaniste ayant pour effet de dévaloriser la culture populaire, surtout quand elle reposait comme en Bretagne sur une langue incompréhensible des élites lettrées. Dans Le discours de la méthode, Descartes écrit dans le chapitre où il fait le bilan de l’éducation qu’il a reçue au collège de La Flèche que « ceux qui ont le raisonnement le plus fort, et qui digèrent le mieux leurs pensées afin de les rendre claires et intelligibles, peuvent toujours le mieux persuader ce qu’ils proposent, encore qu’ils ne parlassent que bas-breton », Paris, Livre de poche, 2000, p. 74.

167 Louis Miron était le fils de Marc Miron, médecin du roi et neveu de François. Claude Brethe était, quant à lui, le beau-frère de Robert Miron, autre neveu de François, Claire Châtelain, La famille Miron. Parentés, politique et promotion sociale (XVIe-XVIIe siècles), dactyl., thèse, Paris, EHESS, 2001, p. 117 et suivantes.

168 Je ne fais pas de développement spécifique sur les officiers originaires du comté de Nantes, en considérant que celui-ci constituait l’aire « naturelle » de recrutement du personnel. Cela ne doit pas bien entendu amener à négliger le fait que la venue à Nantes a constitué pour des individus issus de petites villes du comté un moyen indéniable de promotion. Nombre de familles qui s’illustrent au XVIe et au XVIIe siècles dans le monde de l’office nantais et notamment à la Chambre des comptes venaient de petites localités : c’est le cas des Charette ou des Blanchard au XVIe siècle ou des Nort au XVIIe siècle.

169 Dominique Le Page, « L’entrée en force des Angevins à la Chambre des comptes de Bretagne (XVIe-XVIIe siècles) » dans Pour une histoire sociale des villes. Mélanges offerts à Jacques Maillard (dir. Philippe Haudrère), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 137-155.

170 Les Tourangeaux s’effacent progressivement dans la seconde moitié du XVIe siècle : le seul que l’on rencontre au cours de cette période est Martin de Beaune – il a succédé à l’Angevin René Cheminart –, qui siège de 1555 à 1578. À noter aussi la présence de Blésois, dans les personnes de Martin de Chaurais et de son fils Pierre. Celui-ci décède au cours de la période de suppression de la Chambre en 1566-1567 et est remplacé par un Nantais, Marc I de Barbère.

171 Bitault de 1552 à 1554 et Cheminart de 1553 à 1555.

172 Celui-ci était signalé comme domicilié à Angers en décembre 1569, ADLA, B 587, fo 87.

173 Ibid., B 54, fo 57.

174 Ibid., B 54, fo 73, acte du 5 décembre 1555.

175 Dominique Le Page, « Emprunts, aliénations du domaine et constitutions de rentes en Bretagne (années 1550-années 1570) », Enquêtes et documents, no 29, 2004, p. 147-169.

176 Cette innovation suggère que l’imposition d’une clause des non-originaires au parlement en 1495, en dehors du fait qu’elle a sans doute manifesté une volonté d’instaurer le contrôle de la monarchie sur l’institution bretonne et de permettre une certaine unification des pratiques judiciaires, a répondu aussi à l’ambition des familles tourangelles qui gravitaient alors dans l’entourage royal de réserver à leurs membres la moitié des offices créés.

177 Il devint notamment commis à la trésorerie générale de Bretagne dans les années 1530.

178 Les autres venaient de Tours – Martin de Beaune –, de Blois – Jean II Cosson. Il y avait aussi un Florentin, Bernard de Monti, qui avait obtenu des lettres de naturalité. La province d’origine du maître surnuméraire, Jean Coutel, est inconnue.

179 Les quatre présidents étaient tous recrutés en dehors de la province.

180 Les duchés d’Anjou, de Touraine et de Berry reviennent à François d’Alençon en mai 1576. Il y intervient de façon active à partir de 1578. Les princes apanagistes ont le droit de pourvoir aux offices ordinaires mais pas aux extraordinaires (grenetiers, contrôleurs, receveurs des aides et tailles, élus et les greffiers et procureurs des cours des élus, magistrats des présidiaux, prévôts des maréchaux et leurs lieutenants, greffiers et archers) même s’ils peuvent présenter des candidats que le roi confirme. Ils jouent un rôle important de protecteurs des habitants de l’apanage et d’intermédiaires entre eux et le pouvoir central, notamment pour éviter le passage de troupes ou pour alléger la pression fiscale.

181 Les autres officiers non originaires de Bretagne étaient Antoine Coutel, Georges Morin – dont l’origine est encore incertaine mais qui s’était allié à des familles angevines en épousant la veuve de l’ancien trésorier général Jacques Thévin –, Pierre Gurie, Claude Cosson et Bernard de Monti.

182 En août 1580, quand François d’Alençon demande une contribution financière à la ville d’Angers pour l’aider à mettre sur pied une expédition aux Pays-Bas, c’est Jean Ayrault, qui était alors maire, qui plaide la cause du prince devant l’assemblée de notables ; il insiste sur « les commoditez que ce pais d’Anjou en tirera, et mesmes l’exemption présente de la levée et passaige des gens d’armes par le moien de mondict seigneur, qui fait toute démonstrance d’aymer, chérir et favoriser ce pais d’Anjou plus que nulle autre province de son apanaige », Alain Morgat, op. cit., p. 341.

183 Le 27 juin 1588, la Chambre en procédant à la délibération sur les lettres de provision de Trajan de La Coussaye et de Julien de Beaurepaire non-originaires, ordonne que tous les offices, vaquant par mort ou par résignation, pourront être possédés par des originaires, ADLA, B 600, fo 255.

184 Ibid., B 602, fo 7.

185 Le 5 juin 1590, la Chambre des comptes de Rennes fait une « taxation » pour les officiers qui avaient servi extraordinairement du mois de novembre 1590 au mois de juin 1591 : Jean Ayrault reçoit 34 écus pour dix-sept jours, Brossays et Beaurepaire 25 écus chacun pour le même temps.

186 Le 30 juin 1590, Nicolas Coustureau et Trajan de La Coussaye sont envoyés vers le roi pour le saluer « à cause de son nouvel et heureux avènement à la Couronne » et pour lui faire des remontrances au nom de la Chambre « pour le fait de ses finances et conservation des privilèges et règlements octroyés à icelle », ADLA, B 602, fo 112.

187 Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion, 1560-1598, Paris, Belin, 2001, p. 152 et suivantes.

188 Jean Ayrault, pendant son mandat de maire d’Angers (1578-1582) joua un rôle important contre les Ligueurs.

189 ADLA, B 65, fo 208, mention du 13 mars 1598.

190 Le don datait du 16 mars 1596 ; le roi confirma les lettres surannées en faveur de sa veuve par d’autres lettres du 12 juillet 1597. La Chambre n’accepta toutefois le paiement des 40 écus que pour les années 1592-1593-1594-1595 en prenant sans doute en compte le fait que Jean I Gautier n’avait comparu à Rennes qu’à partir de 1591, mention du 12 juin 1598, ibid., B 65, fo 255.

191 L’acte fut enregistré par la Chambre le 13 décembre 1599, ibid., B 66, fo 109.

192 François Fradin, bien que d’origine angevine, était en fait bien implanté à Nantes. Quand il résigna son office en faveur de son fils René le 16 juin 1598, il demeurait dans la paroisse Notre-Dame de cette ville, ibid., B 66, fo 39.

193 Les convictions catholiques de ce dernier ne faisaient pourtant pas de doute puisqu’il fut nommé lieutenant des paroisses Saint-Michel-du-Tertre et Saint-Maurille le 29 août 1572, jour du massacre des huguenots à Angers par le comte de Montsoreau.

194 Sans que ce dernier ait pourtant eu recours à des mesures de représailles contre les officiers rebelles.

195 Certains officiers transmirent deux offices de la Chambre au cours de leur carrière.

196 Pour le reste, un cas de transmission à un Parisien, un à un Tourangeau, six à quelqu’un de l’évêché de Nantes, six pour reste de la Bretagne.

197 François Charton résigna en faveur de l’Angevin Adrien Jacquelot mais celui-ci ne se fit pas recevoir à la Chambre.

198 Julien de Beaurepaire résigne d’ailleurs son office en faveur de Gilbert Chapelle, demeurant à Paris, le 13 octobre 1597 à Angers dans la maison de noble homme Jean Ayrault en présence de noble homme Laurent Davy, sieur de Belligan, et de René Serezin, ADLA, B 65, fo 176.

199 François et René Fradin, René I Le Febvre en faveur de René II Le Febvre, René II Le Febvre en faveur de Charles, René et Claude Davy, Jean Jousselin en faveur de Claude, René II Berthelot en faveur de René III Berthelot, Jean Artault en faveur de Guy.

200 Jean I Gautier en faveur de Joseph de La Marqueraye, Adrien Brossays en faveur de Charles Martineau, Jean II Gautier en faveur de René Varice.

201 De Philippe Sorée à Julien Millon.

202 C’est ce qui arrive, semble-t-il, à Claude Jousselin qui est remplacé après son décès par René Le Gouvello.

203 Philippe Sorée résigne ainsi sa charge d’auditeur en faveur de René Oger quand il devient maître.

204 La charge de président de Jean Ayrault revient au Tourangeau Victor Binet, celle de Louis du Pont à Jacques II Huteau.

205 Gabriel Bitault, fils de Louis Bitault, met à profit la crise ligueuse pour entrer au parlement. Sa fille Marguerite Bitault épouse le maître des comptes René de La Tullaye en 1613.

206 Un parent de René Varice, prénommé Philippe ou Michel Philippe, est maître de 1614 jusqu’à sa mort en 1646. Il avait épousé Françoise du Pont, sœur de l’avocat général puis président de la Chambre, Louis du Pont, Gaëtan d’Aviau de Ternay, Dictionnaire…, op. cit., p. 390.

207 Ainsi Adrien, le fils de ce même Julien de Crespy, devient-il maître en 1629, au moment de la mort de son père, grâce à l’achat de l’office de Pierre II Davy.

208 La cession de l’office pouvait bien entendu signifier un arrêt de la présence de la famille à la Chambre : ainsi François Boylesve, une fois devenu conseiller honoraire, vend sa charge en 1645 sans qu’aucun de ses enfants ne prenne sa succession.

209 L’un de ses fils, Adrien, devient conseiller au parlement de Bretagne.

210 Il est attesté dans cette fonction en septembre 1556. Il succède à Antoine de Fargues décédé. Celui-ci avait été précédemment procureur général du roi à la Chambre des comptes.

211 Celui-ci était depuis 1570 président et lieutenant général au présidial d’Angers, charge où il avait succédé à son père, Frédéric Saulnier, op. cit., t. II, p. 583-584.

212 La prééminence de ce groupe a été brièvement remise en cause en 1584 suite à un arrêt du parlement de Paris qui a réduit le nombre des échevins de vingt-quatre à quatre et ramené la durée de leur mandat à deux ans, alors qu’elle était viagère jusqu’à cette date. Le corps électoral pour la désignation du maire qui était limité jusque-là aux échevins, au procureur de la ville, à deux membres du clergé, à un membre de l’université et aux gens du roi, fut élargi en incorporant deux représentants de chacune des seize paroisses de la ville. Même si l’arrêt accordait aussi le titre de conseillers à vie aux douze échevins en place, l’objectif était de remettre en cause la domination de l’oligarchie des officiers – les Ayrault, les Bonvoisin, les Gourreau et les Bitault – qui dominait alors la cité. La venue de Jean Ayrault à Nantes précède de peu l’adoption de cette mesure, qui devait être en préparation, depuis quelque temps. Elle fut rapportée en 1589, Laurent Bourquin, op. cit., p. 143.

213 En 1576, lors de la paix de Beaulieu, François d’Alençon reçut en apanage l’Anjou, la Touraine, le Berry et une partie de la Brie. Il les conserva jusqu’à sa mort en 1584.

214 Marie de Médicis a reçu au début du XVIIe siècle le gouvernement de l’Anjou (sans le Saumurois) et de l’Orléanais.

215 Daniel Dessert, art. cit., p. 853.

216 Il avait épousé Françoise Pallu, fille du célèbre jurisconsulte et nièce du fermier général Thomas Bonneau. Son beau-frère Bertrand Pallu et son neveu Bertrand-Alexandre Pallu, étaient également fermiers généraux.

217 Son père Gaspard était avocat à Angers et a été juge-magistrat doyen du présidial dans la même ville.

218 Nombre de ces familles appartiennent au réseau ultra-catholique de la Contre Réforme, ce qui confirme l’existence à côté d’une finance protestante d’une finance catholique et invite à réfléchir plus largement sur les relations entretenues par l’Église avec l’argent. Daniel Dessert a déjà contribué à nourrir la réflexion en soutenant que l’on entrait dans le monde des finances comme on entrait en religion ou dans une société secrète.

219 Cette commission a été créée à la demande des états de Bretagne dont le trésorier a eu la charge de percevoir les deniers ainsi récupérés. La somme a été donnée à Charles de Péréfixe, ce qui a amené un conflit avec Louis Harouys, tuteur des enfants de ce dernier. Initialement Péréfixe devait recevoir 6 000 livres et Constantin 3 000 livres pour sa commission. Harouys, mécontent, a obtenu que Constantin, lui accorde 1 000 livres. Le trésorier des états a en fait tout versé à Harouys, ce qui a conduit la Chambre, à la demande de Constantin, à rayer la totalité de la somme de son compte, 3 septembre 1641, ADLA, B 265.

220 Il était accompagné d’un autre Angevin, Louis du Pont, qui a reçu 3 096 livres pour 189 jours à raison de 24 livres par jour et du procureur général, René de Pontual, qui s’est vu attribuer 468 livres pour vingt-six journées.

221 La fille de Jean I Fourché a épousé en 1608 Guy II de Lesrat, conseiller au parlement.

222 Le grand-père paternel d’Anne Avril était portemanteau du duc d’Anjou alors que son grand-père maternel était secrétaire de Monsieur, frère du roi.

223 Par la suite, il exerce brièvement la présidence de la noblesse aux états en 1663.

224 Sa sœur Marie épouse en secondes noces en 1640 le premier président Jean Blanchard.

225 Son fils aîné René est capitaine d’une compagnie de noblesse du comté nantais. Il épouse en premières noces Judith Huteau, la fille du président Jacques II Huteau, puis en secondes noces, Guyonne II Bouriau des Champneufs, veuve de Jean de Robien, qui avait succédé à son père en tant que maître des comptes.

226 On ne prend pas en compte dans ce nombre les officiers originaires de Château-Gontier comme les Héliand, père (René Héliand de 1608 à 1642) et fils (Jean Héliand de 1643 à 1647) ou les Valeilles, François Valeilles, auditeur de 1672 à 1682 et son fils Barthélemy Valeilles, auditeur de 1683 à 1695.

227 René Vergé, Trajan de La Coussaye, Jean Ayrault et Louis du Pont. Deux d’entre eux avaient exercé une fonction préalable : Trajan de La Coussaye en tant que maître et Louis du Pont en tant qu’avocat général.

228 Auxquels il faudrait rajouter quelques individus originaires de Touraine et de l’Orléanais ou du Maine (six).

229 Les Vollaige, les Hardouin, les Talour, les Le Tourneux…

230 On peut mettre également dans ce groupe les auditeurs Jean Harel (1606-1641), contrôleur à la chancellerie, Jean Gascher (1608-1612) qui était le petit-fils d’un maître des requêtes à cette même chancellerie…

231 Vitré comme les autres villes toilières – Dinan, Fougères, Morlaix ou Laval… – a utilisé très tôt Saint-Malo pour ses exportations. Du fait de la grave crise qu’elle connaît à la fin XVIe et le déclin de son industrie du canevas, on assiste à un transfert d’une partie du noyau marchand vers Saint-Malo. Une douzaine de familles, totalement ou partiellement, s’y installent alors comme les Guillaudeu, Nouail, Marion, les Séré dont est issu le maître des comptes Jacques (1632-1652). Celui-ci était le second fils de Luc Séré (1565-1631) et de Bernardine Gaillard, André Lespagnol, op. cit, t. II, p. 859.

232 C’est ce dernier qui a arrangé son mariage en 1684 avec Madeleine de Nort.

233 Dans le cas de René Pinard, qui était également un noble d’ancienne extraction et le descendant d’une famille qui avait donné plusieurs sénéchaux à Guingamp, l’achat d’un office de maître (1633-1644) semble être plus accidentel et est comparable à celui fait par d’autres nobles comme Jean Meslou, Claude de Sesmaisons, Jean de Robien qui ont fait un passage, généralement bref, à la Chambre.

234 Il devait être apparenté au trésorier de France Pierre Guydo, qui était le fils de Jean Guydo, conseiller au présidial de Vannes et de Françoise Salomon (morte en 1619).

235 Le seul Vannetais qui achète un office d’auditeur au cours de cette période est Pierre Couaisnon (1661-1688) et encore l’investissement a-t-il été trop lourd pour lui puisqu’il n’a pu, comme on l’a vu, en régler le montant. Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, on rencontre Bertrand de La Coudrais (1679-1701). Sa venue peut s’expliquer par le fait que sa mère était une Guydo, qui était peut-être apparentée au trésorier de France Pierre Guydo (1644-1673).

236 On ne connaît pas l’origine géographique de son prédécesseur, Antoine de Fargues, qui n’a fait qu’un bref passage à la Chambre des comptes de 1555 à 1557.

237 Il était cousin des la Coussaye. Sa nièce avait épousé en 1595 Jacques Méance, vice-sénéchal de Fontenay-le-Comte et de Niort, qui était lui-même le neveu de Claude Méance, président de la Chambre des comptes de Bretagne de 1560 à 1565, Guillaume Porchet, Les Poitevins à la Chambre des comptes de Bretagne, op. cit., t. II, p. 49.

238 Ibid., t. I., p. 4.

239 Châtillon-sur-Sèvre a aussi un dépôt des gabelles et les Sables d’Olonne un siège d’amirauté.

240 Nantes avait noué des liens avec les Sables-d’Olonne pour le commerce de la morue vers 1635, Guy Saupin, op. cit., p. 245.

241 Sa veuve aurait même réalisé une bonne affaire lors de la revente de son office puisqu’elle semble avoir réussi à s’en libérer avant la mise en place de la fixation de Colbert.

242 François-Georges Bouin (1709-1724) – il était fils de maître – et son successeur, François-Georges Gouin (1724-1734).

243 C’est le cas de Claude Dollier (1672-1714) qui succède à Michel du Pas ; originaire de l’évêché de Rennes, il était aussi le gendre du précédent. Après lui, on trouve un Vannetais, Philippe Joseph Le Gril.

Table des illustrations

Titre Tableau 59. – Types de succession pères-fils à la Chambre des comptes (1547-1715).
Légende a. = auditeur, c. = correcteur, m. = maître.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 61. – Personnel de la Chambre des comptes en 1571.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 62. – Origine géographique des officiers de la Chambre des comptes selon les fonctions occupées (1491-1791).
Légende 1er Pdt = premier président, P. = président, T .F. = trésorier de France, P. G. = procureur général, A. G. = avocat général, M. = maître, Aud. = auditeur, C. = correcteur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 63. – Origine géographique des maîtres des comptes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540