Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'honneur et des épices

 | 
Dominique Le Page

Chapitre IV. Portrait de groupe

Texte intégral

  • 1 ADLA, 2 E 1383, cité par Guillaume Porchet, Les Poitevins à la Chambre des comptes…, op. cit.
  • 2 ADLA, 4 E 2 1383, cité par Guillaume Porchet, Destins de quatre familles poitevines de la Chambre (...)
  • 3 Extraits des Mémoires inédites de Pierre Panou de Faymoreau, coll. privée, Guillaume Porchet, ibid (...)

« On vient, mon cher cousin, de me demander une lettre de recommandation près de vous pour Mr du Plessis Gaudin, que je n’ay pas l’honneur de connoistre, mais que je sçai estre de bonne famille, laquelle famille vit honorablement icy et jouit d’une bonne réputation. Ce porteur de la présente désire posséder une charge de maistre à la Chambre des comptes et n’attend pour en traiter que l’agrément de la compagnie, je le crois fait pour l’obtenir, et j’ay saisi avec grand plaisir cette occasion de vous faire moi-même mon compliment sur votre nouvelle dignité magistrale. »
Extrait d’une lettre du 9 mars 1775 adressée par La Tullaye d’Avrillé à son cousin La Tullaye, procureur général pour soutenir la candidature de l’Angevin Jean-Baptiste-François Gaudin du Plessis à un office de maître1.
« Je suis enchanté, mon cher La Thulais, de l’occasion qui se présente de m’informer de vos nouvelles et de renouveler notre ancienne amitié, vous scavez sans doute que j’ay quitté l’épée pour la robe, il s’agit de présenter mes provisions à la Chambre des comptes, je vous prie de vouloir bien être favorable à leur enregistrement. Mon changement d’état a dû vous étonner car quand nous nous sommes vu aux états, je n’y étois rien moins que portés mais l’envie de plaire à mes parens plus que mon gout m’ont décidé. Je profite des vacances pour m’instruire. Je n’ay encore trouvé que des épines et point de roses, non pas que j’éprouve beaucoup de difficulté mais à cause de la sécheresse de cette langue qui n’est rien moins que récréative. Il faut espérer que je ne la trouveray pas toujours de même. »
Lettre d’un certain Guerry de septembre 1775 au procureur général de La Tullaye2.
« L’éducation de Mr de Fay [sic] a été très négligée : elle se ressentait beaucoup de l’époque et du temps où la noblesse se distinguait plutôt par les armes que par l’instruction : il ne mettait pas un mot d’orthographe et écrivait souvent mal sa langue ainsi qu’on peut en juger par l’enterrinement qu’il fit au testament olographe de son père et de tous les autres écrits et lettres que j’ai de lui. Dénué de toute érudition en histoire, en géographie, sachant à peine faire ses quatre règles, il n’avait aucune connaissance dans les sciences. »
Témoignage du fils cadet du maître Jacques-Louis Panou de Faymoreau (1770-1791), sur l’éducation de celui-ci3.
« Il y a trois ans, le prince de Condé, passant en cette ville et luy déposant [noble Zacharie Espiaud, avocat au bailliage de Saulieu] ayant eu l’honneur de luy aller faire la révérence, ledit seigneur prince de Condé luy commanda d’aller voir ledit sieur de Savye qui pour lors estoit audit lieu de Saulieu et de luy parler d’un procès qu’il poursuivoit audit Grand Conseil affin qu’il luy rendist justice, le dit sieur Savye avait oppiné contre luy mais qu’il l’en estimoit davantage parce qu’il n’avoit fait que ce qu’il devait suyvant la justice à la décharge de sa conscience et par effect avoit recherché d’obtenir les choses que ledit sieur Savye avoit jugé estre nécessaires pour ce qu’il prétendoit audit grand Conseil et suyvant un arrest préparatoire rendu, parlant ledit seigneur prince dudit Savye en très bonne part et comme d’un bon justicier. »
Extrait de l’information de vie et mœurs de Claude Savye, premier président à la Chambre des comptes de Bourgogne, 27 mars 1629, Archives départementales de la Côte d’Or, B 11.

1En raison du prix relativement élevé des charges, l’entrée à la Chambre était limitée aux catégories sociales qui disposaient des capitaux nécessaires pour les acquérir et dont il faut maintenant esquisser le portrait. Il ne suffisait toutefois pas d’être fortuné pour prétendre intégrer l’institution : il fallait aussi y être reçu. C’est pourquoi il m’a paru judicieux de commencer ce développement par l’analyse des procédures de réception des officiers : après avoir rappelé brièvement les étapes que tout impétrant devait franchir, je consacrerai un développement particulier aux informations de vie et de mœurs qui sont conservées à partir du début du XVIIe siècle. En travaillant à cette étude, j’ai en effet constaté que, loin de l’idée stéréotypée que trop d’historiens en ont, ces documents recèlent des renseignements précieux, révélant qu’ils ont fait l’objet, au moins pour la première moitié du siècle, d’une élaboration soignée. Grâce à eux, on peut en quelque sorte reconstituer l’image que l’institution se faisait d’elle-même, percevoir aussi quelles étaient ses attentes par rapport à ceux qui prétendaient y entrer et pénétrer en quelque sorte dans son « imaginaire ». En contre-point à cette analyse, je m’attarderai sur le cas de ceux dont la Chambre a rejeté la candidature, en considérant que ces refus constituaient en quelque sorte le négatif de la vision renvoyée par les informations de vie et de mœurs. Plus classiquement ensuite, je présenterai les grandes caractéristiques des gens des comptes lors de leur entrée dans l’institution – âge, formation, carrière préalable.

Le personnel de la Chambre des comptes « en son propre miroir »

Les conditions d’entrée à la Chambre

  • 4 Dans l’enquête de vie et mœurs du trésorier de France Isaac de Lescouët, Antoine Guibourt déclare (...)
  • 5 Jean Nagle, « Les fonctionnaires au XVIIe siècle », dans Marcel Pinet (dir.), Histoire de la fonct (...)
  • 6 La Gibonnais précise que l’officier doit présenter ses lettres « en habit convenable ». Le résigna (...)
  • 7 Ordonnance de Moulins, 1566, article X. Ordonnance de Blois, 1579, art. CVIII.
  • 8 Le 13 mars 1576, il est ordonné que lorsqu’« il sera receu quelque officier de la Chambre, messieu (...)

2Les conditions d’entrée sont connues grâce à la description qui en est faite par Jean Artur de La Gibonnais, aux informations fournies par le manuscrit B 132 conservé aux Archives départementales de Loire-Atlantique et grâce aux éléments collectés dans les divers registres de la Chambre. Après avoir rempli toutes les formalités à la chancellerie et obtenu ses lettres de provision, le nouveau promu devait tout d’abord faire une visite de courtoisie au premier président4 et au procureur général5. Il se présentait ensuite à la Chambre6 où la procédure de réception pouvait commencer ; elle obéissait à un rituel très précis qui a été défini principalement au XVIe siècle7 et qui différait selon le poste qui était à pourvoir. Le manuscrit B 132 s’intéresse uniquement au cas des présidents et des maîtres. Il y est dit que si l’impétrant « est de caractère à estre juge, on le mande au grand Bureau. Il y entre, « ses provisions déployez en mains, et précédez d’un huissier et étant arrivé au président auquel il fait une grande révérence, monsieur le président s’informe de ce qu’il demande, le récipiendaire répond qu’il a plu au roy le pourvoir de cette charge et qu’il supplie très humblement la Chambre de le recevoir ; en même temps, il présente ses provisions au président qui les reçoit et les distribue à celuy des maîtres qu’il souhaite et dans le moment le récipiendaire se retire ». Le maître désigné demande alors au président de « marquer » « l’assemblée des semestres à tel jour qu’il luy plaira qui est au plus tard dans le tiers jour ». Toutes les réceptions doivent se faire en effet en présence de l’ensemble des présidents et des maîtres des deux ouvertures de la Chambre8.

  • 9 En cas de problème de surannation, il est dit que les lettres sont renvoyées au sceau.
  • 10 Cela peut se faire au cours de la même séance.
  • 11 Conformément à l’article 19 de l’édit d’octobre 1599.
  • 12 La Gibonnais précise que si l’on veut favoriser le récipiendaire, surtout s’il est fils de maître, (...)
  • 13 Le 19 décembre 1587, Patrice Bizeul pourvu d’un état d’auditeur reconnaît qu’il est le fils de maî (...)
  • 14 Cela constituait un aménagement de l’ordonnance de Moulins qui avait établi que l’examen sur le dr (...)
  • 15 Henri Carré, op. cit., p. 71.

3Le jour prévu, le rapporteur fait la lecture des provisions. Si tout est dans l’ordre9, elles sont transmises au parquet pour être visées par le procureur général. Après que celui-ci eut procédé à leur vérification10, la Chambre rend un arrêt de perquisition11 pour qu’il soit procédé à la déclaration des noms et surnoms des « père et mère, ayeul et ayeule, bisayeul et bisayeule paternels et maternels tant de son chef que de celui de sa femme », afin que l’on vérifie dans les livres des déductions si « aucuns sont redevables au roi ». Pour établir le procès-verbal et faire le rapport au Bureau, deux commissaires sont nommés par le président parmi les conseillers et maîtres12 : ceux-ci doivent demander les documents nécessaires au garde des livres de la Chambre. L’opération une fois effectuée, les semestres sont à nouveau assemblés ; un arrêt est rendu pour que le tout soit communiqué au procureur général et s’il apparaît que le récipiendaire compte parmi ses ancêtres des gens demeurés redevables au roi, il doit payer ce qu’ils doivent ou renoncer à leur succession13. Un nouvel arrêt en conformité est alors adopté. À la suite de quoi, le procureur général nomme quatre témoins, savoir « un prestre et trois layques », qui doivent comparaître devant des commissaires nommés par la Chambre afin de rendre témoignage sur les faits de vie, mœurs et catholicité du récipiendaire. Le cahier d’enquête est rapporté au greffe. Les gens du roi rendent leurs conclusions à ce que « le récipiendaire soit reçu et admis en sa charge en estant jugé capable et prestant le serment au cas requis et accoutumé ». Un arrêt fixe le jour auquel il doit se présenter pour être interrogé sur ses capacités. La Gibonnais précise qu’un délai de trois jours est généralement accordé au candidat, non seulement pour lui permettre de mieux se préparer à l’examen mais aussi pour « l’intérêt qu’ont les compagnies de bien examiner la conduite et les mœurs de ceux qui se présentent pour y entrer ». Son insistance sur ce détail se justifie par la volonté, récurrente chez lui, de mettre en valeur le savoir des gens de robe par rapport aux nobles d’épée ; il s’explique aussi par le souci d’assimiler le personnel des comptes aux conseillers du parlement qui, depuis 1579, disposaient d’un délai de trois jours14 pour étudier la loi qui leur avait été soumise avant d’être interrogés15.

  • 16 Par le droit, on entend le droit romain qui doit être familier aux officiers de robe longue ; la p (...)

4Dans les faits, la réalité devait être plus prosaïque. À la différence des parlementaires qui devaient faire une harangue en latin et dont les connaissances étaient testées en matière de droit et de pratique16, les gens des comptes n’étaient, comme les gens de robe courte, qu’il s’agisse des élus ou des maîtres des eaux et forêts, interrogés que dans ce dernier domaine, même si le manuscrit B 132 indique qu’ils devaient également prononcer un discours mais sans donner de plus amples renseignements sur son contenu. Chaque catégorie du personnel était surtout questionnée sur les tâches qu’elle devait remplir. Ainsi les maîtres devaient savoir quels comptes pouvaient leur être distribués, quelles requêtes ils devaient être amenés à examiner, savoir distinguer les fiefs de dignité et connaître ce qu’ils devaient faire en matière d’hommages et d’aveux et dénombrements. Les généraux des finances étaient interrogés principalement sur les différents types d’états – états du roi, au vrai, ou par estime – et sur les procédures à mettre en œuvre en matière de bail des fermes, notamment en ce qui concerne les bouts et les débouts qui étaient utilisés pour faire monter les enchères. Les auditeurs devaient être, quant à eux, capables de définir ce qu’était un compte, maîtriser les règles que devaient respecter les officiers de finances qui dépendaient de la juridiction de la Chambre et les formalités à suivre lors de la délivrance des extraits. Au total, les questions étaient peu nombreuses du moins si on les compare à celles qui étaient posées au personnel des comptes de Paris qui avait, il est vrai, une juridiction plus vaste. Le savoir requis n’était pourtant pas là non plus très étendu. L’interrogatoire ne devait donc pas constituer un obstacle infranchissable. À Nantes, le postulant devait d’ailleurs payer le droit de bonnet, marque de son intégration au corps, au receveur des menues nécessités avant d’être questionné.

  • 17 Le 14 décembre 1587, Raoul Charette supplie être reçu « comme maître sans sortir aucun examen vu l (...)
  • 18 En 1587, la Chambre décide que les correcteurs qui seraient reçus à une charge de maître ou de pré (...)
  • 19 Il en allait de même pour ceux qui avaient été précédemment conseillers au parlement. Quand Jean-B (...)
  • 20 Vincent Meyzie, op. cit., p. 49.

5Si l’on met à part les auditeurs qui ont été promus maîtres au XVIe siècle17, il semble qu’aucun officier n’ait pourtant été dispensé de l’examen18, ce qui prouverait l’attachement de l’institution à tous les rites qui transformaient peu à peu les individus en serviteurs du roi. Pour ceux qui étaient fils de magistrats, l’épreuve pouvait toutefois n’être qu’une formalité19, l’appartenance à une dynastie judiciaire offrant, comme l’écrit Vincent Meyzie, « la garantie sérieuse d’une compétence transmise ou héritée » au nom « du principe de l’inhérence de l’office qui lie la dignité personnelle avec l’origine sociale de l’individu20 ». En revanche, pour les « hommes neufs », elle pouvait constituer un instrument de sélection et un moyen pour écarter des candidats pourvus par le roi mais dont l’institution ne voulait pas, point sur lequel je reviendrai plus loin.

  • 21 Les formules étaient plus détaillées au XVIe siècle. Le 30 avril 1572, le maître Louis Merceron av (...)
  • 22 Jean Nagle, « Les fonctionnaires… », op. cit.

6Aussitôt après l’examen, les présidents et les maîtres procédaient à un vote pour statuer sur le sort du postulant ; s’il obtenait les deux tiers des voix, le président recevait son serment. Après qu’il eut mis la main sur l’Évangile, il lui demandait : « Vous jurés et promettés de vous comporter fidèlement dans l’exercice de votre charge, de porter honneur et respect à messieurs les présidents et à vos anciens et de tenir les délibérations de la compagnie secrètes21. » Il devait faire une aumône aux religieuses de Sainte-Claire puis son rapporteur l’installait, toujours s’il s’agissait d’un maître, à sa place au Grand Bureau. Il le menait ensuite dans le bâtiment de la Chambre au bureau des auditeurs « pour se faire reconnaître », au greffe, au bureau du garde, au parquet et en la chambre des huissiers. Cela fait, le nouveau promu venait « prendre sa place pour toujours » au Grand Bureau, et étant assis et couvert, il devait faire un petit compliment de remerciement à la compagnie. « Ainsi finit la cérémonie », conclut La Gibonnais. Le cérémonial observé à Paris pour les présidents et les maîtres était quasiment identique ; seul peut-être le serment prêté était plus précis, l’officier devant jurer « en plus de ne prendre aucun don corrompable et de ne point consentir à l’aliénation du domaine du roi22 ». Mais ces différences, minimes, peuvent tenir aux lacunes de notre information.

7Pour les autres membres du personnel, les procédures étaient voisines. Les gens du parquet étaient d’abord installés sur le banc du Grand Bureau où ils devaient faire leurs remontrances avant d’être conduits à la pièce spéciale qui leur était réservée. Les auditeurs devaient, quant à eux, s’engager tout particulièrement à respecter le règlement Tambonneau de 1557 et reconnaître ainsi leur statut inférieur avant d’être menés par un maître dans les locaux où ils devaient travailler, à savoir la chambre dite des fouages et celle dite de Basse-Bretagne.

8Au total, les opérations de réception proprement dites ne duraient pas très longtemps. Si l’on prend l’exemple de Jean de Saint-Pern, on constate qu’après avoir bénéficié de la résignation de l’office de maître de Jacques I Huteau le 11 août 1639, il a obtenu ses lettres de provision le 7 février 1640. Le 2 mars suivant, il s’est présenté à Nantes pour être reçu. Le même jour, la Chambre a désigné le maître Jean II Fourché pour chercher dans les livres des déductions s’il était l’héritier de comptables demeurés redevables à l’égard du roi. Le 26 mars, il a renoncé à la succession de trois receveurs et le lendemain le procureur général a fait procéder à l’audition de quatre témoins pour l’information de vie et mœurs. Jean de Saint-Pern a été finalement reçu le 10 avril 1640, soit un peu plus d’un mois après s’être présenté à Nantes pour la première fois et deux mois après avoir obtenu ses lettres de provision.

  • 23 Le descendant des de Saint-Pern qui a compilé au XIXe siècle les documents de sa famille signale t (...)
  • 24 On pourrait souligner au contraire que cette exigence de la Chambre obligeait les familles qui pré (...)
  • 25 Même si les vérifications portaient sur de longues périodes : dans le cas de Jean Jousselin, en 16 (...)
  • 26 Les vérifications ne sont toutefois pas toujours inutiles ; c’est grâce à l’une d’entre elles que (...)
  • 27 Ibid., B 600, fo 154.

9Ce délai est relativement court ; il fallait en moyenne de trois à cinq mois pour intégrer l’institution. Certains franchissaient les différentes étapes beaucoup plus rapidement : il s’agissait généralement des enfants d’officiers qui bénéficiaient d’un traitement de faveur. Le fils de Jean de Saint-Pern, Vincent-Gabriel de Saint-Pern, n’eut ainsi à patienter que neuf jours en 1676 entre la délivrance de ses lettres de provision et sa réception. Au-delà de cinq à six mois, on rencontre le cas de ceux dont l’institution ne voulait pas, point sur lequel je reviendrai plus loin. On peut toutefois d’ores et déjà dire que les raisons invoquées pour retarder une réception n’avaient le plus souvent rien à voir avec les origines familiales des candidats. Les généalogistes ont eu beau jeu de démontrer les erreurs présentes dans les listes d’ascendants fournies par les postulants23. Même s’il ne faut pas y voir une volonté de ces derniers de tromper la Chambre24, force est de reconnaître que les confusions ainsi commises ne permettaient pas aux magistrats des comptes de mener des recherches précises, d’autant que l’institution ne disposait pas des moyens pour procéder aux vérifications indispensables. Il lui était donc difficile de retrouver les parents du candidat qui avaient occupé par le passé des charges de finances. Le fait que le maître qui était chargé de cette tâche se contentait le plus souvent de relever dans les archives les homonymes des ascendants immédiats de l’officier limitait également la portée de cette opération25 et ce dernier avait souvent beau jeu de montrer qu’il n’avait aucun lien de parenté avec les personnes ainsi trouvées26. Ainsi en janvier 1588, Julien Millon, qui se voit demander quand il est pourvu d’un office de maître, s’il est parent de « monsieur maître » Benoît Millon, président de la Chambre des comptes de Paris et ancien trésorier de l’extraordinaire des guerres, se contente de répondre qu’il ne le connaît même pas27 sans que cela entraîne d’investigation supplémentaire. Plus fondamentalement, l’intégration à la Chambre relevait d’un processus de cooptation dans lequel l’enquête d’information de vie et mœurs tenait un rôle central.

Les informations de vie et de mœurs

  • 28 Charles Loyseau, Les Cinq livres du droit des offices, Paris, 1613, p. 408.
  • 29 Henri Carré, op. cit., p. 535.

10On sait que cette procédure a été mise en place au parlement de Paris dans les années 1540 et qu’elle a consisté d’abord en une information sur la vie, les mœurs et l’âge des candidats aux offices. Si l’on en croit Charles Loyseau, l’information était inutile car elle reposait sur le témoignage des meilleurs amis du pourvu et « qu’aucun résignataire ne fut jamais dépouillé de son office pour avoir été trouvé malhonnête28 ». Ce point de vue a été repris par des historiens contemporains, notamment par Henri Carré qui souligne, à propos des conseillers au parlement, qu’en raison des progrès de la vénalité, « il était fort difficile qu’une cour écartât un candidat car tout homme qui déposait sur le bureau ses lettres de provision était déjà propriétaire de la charge en laquelle il prétendait être installé. L’information des bonnes vie et mœurs et l’examen des résignataires pouvaient bien n’être souvent que des formalités29 ».

  • 30 Sébastien Jahan évoque cette question à propos des notaires de Poitiers pour lesquels il a trouvé (...)
  • 31 Il a analysé trente et un dossiers d’enquêtes pour la cour des Monnaies de 1553 à 1587, Colin Kais (...)

11Ces jugements sévères ont conduit les chercheurs, à quelques exceptions près30, à se désintéresser de ce type de documents. Cela est regrettable pour au moins deux raisons : les informations de vie et de mœurs apportent tout d’abord des renseignements sur l’état civil des officiers et des témoins qui déposent en leur faveur, renseignements que l’on ne trouve pas ailleurs. La critique de Loyseau, selon laquelle ce sont les amis de l’impétrant qui déposent, loin d’être un handicap, se transforme, au contraire, en indication précieuse pour l’historien puisqu’elle l’invite à utiliser les informations comme sources pour connaître les cercles professionnels dans lequel il s’inscrivait, la ou les filières qu’il avait suivie/s pour parvenir au monde de l’office. Plus fondamentalement, Colin Kaiser31 a montré que les informations ont participé, dans le contexte du développement de la vénalité, d’un double effort, celui de la magistrature pour renforcer sa cohésion sur le plan social et se distinguer des autres groupes urbains, celui de la monarchie pour, à travers la qualité de ses juges, affaiblir les autorités traditionnelles comme les municipalités et faire la preuve ainsi de sa supériorité. Grâce aux enquêtes de vie et de mœurs, on peut donc entr’apercevoir l’image que les gens de robe essayaient d’imposer au reste de la société. C’est cette image que je voudrais maintenant esquisser dans le cas des gens des comptes en présentant tout d’abord les modalités de réalisation des informations puis en analysant les qualités qui y sont mises en exergue.

Les modalités

  • 32 Un – Jean Deur – est chanoine à la collégiale de la même ville et l’autre, Adrien Lerminier, est p (...)
  • 33 ADLA, B 582, fo 186.
  • 34 La première enquête dont on dispose concerne François Grandamy, institué auditeur le 9 décembre 16 (...)
  • 35 On n’a rien pour les présidents Pierre Bernard en 1612, Louis du Pont en 1623, Louis Harouys en 16 (...)
  • 36 Elles concernent toutes les catégories du personnel de la Chambre (deux premiers présidents, trois (...)

12Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut préciser que les enquêtes conservées dans le cas de la Chambre des comptes de Nantes concernent surtout les XVIIe et XVIIIe siècles. Pour le XVIe siècle, on n’en a que trois. Les deux premières datent de 1551 et concernent les maîtres Pierre Gautier et Louis Bitault. En une période où une répression de plus en plus sévère se met en place contre les protestants suite à l’édit de Châteaubriant, les témoins attestent surtout de leur catholicité. Dans le cas de Gautier, ils affirment ainsi qu’il est catholique « pour l’avoir fréquenté es quinze ans derniers, l’avoir vu vivre en bon crestien, hanter, fréquenter et assister au service divin, et qu’il ne peut pas être soupçonné d’avoir commis aucun cas de maléfice ni d’avoir été touché ou souillé d’aucune hérésie luthérienne ou aultres erreurs et faulces doctrines ». Les témoins laïcs se recrutent dans les milieux professionnels fréquentés par les deux officiers : sénéchaussée de Guérande pour Gautier, présidial et monde des finances d’Angers mais aussi personnel de l’hôtel du roi pour Bitault. Dans le cas de Gautier, deux clercs32 figurent parmi les cinq personnes qui déposent en sa faveur alors que pour Bitault, il n ‘ y en a pas. Cette originalité se retrouve pour Claude de Troyes qui, lorsqu’il bénéficie en 1561 de la survivance de son père, Nicolas de Troyes, à la charge de trésorier de France, ne présente comme témoins que des officiers de finances et des gens de la basoche de Nantes. À ces dates, les principes des enquêtes ne sont pas encore fixés même si les formules employées commencent à devenir répétitives. Ainsi pour de Troyes, les individus sollicités, « chacun et séparément enquis », certifient par « serment cognoistre ledit maître Claude de Troyes et qu’il est de bonne vye, mœurs et conversation et n’avoir uncques veu ni entendu, combien qu’ilz l’ayent par plusieurs fois fréquenté, qu’il ayct fait ne dict chose digne de répréhension33 ». Il est regrettable que l’on n’ait conservé aucune enquête pour la fin du XVIe siècle et notamment pour la période des guerres de la Ligue, alors que les officiers se sont profondément divisés ; il faut en fait attendre 160934, soit plus de dix ans après le retour de la paix, pour disposer d’une série continue. À partir de cette date, la presque totalité de celles qui ont été faites pour les officiers entrés à la Chambre jusqu’au début des années 1660 ont été sauvegardées35. Les remarques ci-dessous s’appuieront sur l’analyse des 114 informations repérées pour la période 1609 à 164236 et sur les résultats d’un sondage opéré pour la période de la Fronde.

  • 37 Celui qui est chargé de ces opérations au début du XVIIe siècle est le plus souvent Guy Renouard, (...)
  • 38 Pour François Gabard en 1618, il s’agit de François Coustureau et Jean I Frotet qui vient lui-même (...)
  • 39 ADLA, B 204.
  • 40 Julien de Crespy pour René Le Clerc en 1612.
  • 41 Martin avait demandé que l’enquête soit faite par un officier se trouvant à Saint-Malo, ADLA, B 20 (...)
  • 42 Ibid., B 250.
  • 43 Pour l’auditeur Pierre Couaisnon en 1661, le maître Jean de Saint-Pern non disponible, est remplac (...)
  • 44 Pour Luc Viaudet, en 1624, l’enquête est faite par Jean Gandin, sieur de La Sanzay, docteur en dro (...)
  • 45 Ibid., B 235.

13L’enquête est confiée, sur demande du procureur général, qui intervient dans le choix des témoins, au maître le plus ancien37 assisté parfois d’un autre officier, qui peut être un membre nouvellement reçu et que l’on veut ainsi probablement former – pour Jacques Viau en 1615, Guy Renouard est associé à Philippe I Varice qui a été reçu l’année précédente38 – ou un officier ayant la même origine que le candidat : pour Charles du Bouchet en 1619, Angevin marié à une Nantaise, l’enquête est réalisée par Pierre Boutin et Philippe I Varice39. De façon générale, quand le postulant n’habite pas à Nantes, l’information est prise en charge soit par un maître des comptes qui demeure dans la même ville que lui comme Charles Martineau pour Philippe I Varice40, Jean I Frotet pour l’auditeur Jean Martin en 162141, Sébastien Le Meneust pour le procureur général René de Pontual à Rennes en 163842, soit par les juges ordinaires des lieux qui reçoivent alors une commission de la Chambre43. C’est ce qui se passe pour les Angevins ou les Poitevins44 mais aussi pour les officiers venus de Basse-Bretagne : pour Jean Jousselin, l’enquête est effectuée par le sénéchal, lieutenant général de Saumur alors que pour le président Gabriel Tromelin en 1632, c’est le sénéchal de Lesneven qui auditionne les témoins dont la liste lui a été fournie45.

  • 46 La situation est identique pour les parlementaires pour lesquels l’enquête, qui est menée par des (...)
  • 47 Pierre Maugère, sieur du Baschemin, prêtre natif de Vitré demeurant dans la paroisse de Saint-Dona (...)
  • 48 À l’instar de frère Julien du Bois, prêtre religieux profès du couvent des Cordeliers de Saint-Fra (...)
  • 49 Grâce à l’enquête, on apprend ici au passage le nom des principaux membres du personnel enseignant (...)
  • 50 ADLA, B 194.

14Une double enquête est parfois réalisée, l’une à Nantes, l’autre dans la cité d’origine du postulant46. C’est le cas en 1611 pour l’auditeur Pierre Garnier pour lequel l’information principale qui a été confiée à Pierre Le Duc, lieutenant au siège présidial de Rennes, est complétée par la déposition de Nantais qui attestent sa catholicité. Dans le cas d’Étienne II Moucheron, originaire de Vitré, une première enquête est menée par le maître des comptes Guy Renouard qui procède à l’audition de témoins originaires de cette ville habitant à Nantes47. Le même officier sollicite ensuite des Nantais, intervenant au collège Saint-Clément de Nantes où Étienne II Moucheron a été élève, soit en tant que prêtres48, soit en tant que professeurs49 et qui apportent des précisions sur les études qu’il a menées. On retrouve une situation un peu comparable avec le maître Jean I Frotet en 1617 qui récuse les juges de Dinan qui auraient dû procéder à l’information comme suspects et qui, du fait que Rennes est trop éloignée de sa ville d’origine, Saint-Malo, et qu’il « réside à Nantes depuis les trois ou quatre ans derniers », demande que l’on y fasse l’information par des témoins nommés par le procureur général ou par des Malouins qui y habitent ou trafiquent : c’est finalement la première option qui est choisie50.

  • 51 Ibid., B 183.
  • 52 Pour Michel Lopin reçu comme payeur en 1615, on sollicite des Nantais (dont un marchand de drap de (...)

15Pour le Parisien Claude Brethe reçu maître en 161351, aux huit témoins parisiens viennent s’ajouter deux Nantais dont l’un, Alain Le Febvre, est auditeur des comptes et dont l’autre, Pierre Le Masle, est en passe de le devenir et qui lui servent en quelque sorte de « parrains » pour faciliter son intégration à la Chambre52. Dans le cas de Jérôme Jan, ancien sénéchal de Pontivy, qui est institué avocat général en 1628, le scénario est plus original. Les premiers témoins qui déposent en sa faveur sont des Nantais qui ont pour caractéristique de l’avoir tous rencontré au cours de leurs déplacements professionnels. Le théologal de Saint-Pierre de Nantes, Pierre Coupperie, dit « l’avoir souventesfois hanté à Pontivy où il estoit allé prêcher le carême en 1627 où il l’a vu assister aux prédications ». Le conseiller au présidial René Spadine, affirme, quant à lui, le connaître depuis quinze ans « pour avoir quelque espace de temps fait ses études ensemble, mesme suivi le barreau au parlement de ce pays où aurait plaidé avec honneur et contentement d’un chacun, a entendu dire qu’il s’est dignement acquitté de sa charge de sénéchal de Pontivy ». Le trésorier et receveur général du taillon, Jean Doudart, et le procureur syndic des bourgeois de Nantes, Jean Lirot, attestent, quant à eux, l’avoir fréquenté à Rennes, le premier pour avoir logé dans la même « hostellerie » que lui « pendant quelque temps », le second pour l’avoir vu, « depuis cinq à six ans aux tenues des états, employé aux affaires de la province dont il s’est acquitté dignement et durant icelles conversé plusieurs fois avec lui ». Non originaire de Nantes comme tous les autres exemples cités, Jérôme Jan doit, pour se faire admettre à la Chambre des comptes, être coopté par les élites de la cité ligérienne. Pour cela, il ne lui a pas été nécessaire de résider dans cette ville : la tenue du parlement, les sessions des états, les opérations de prédication ont constitué autant d’occasions pour lui permettre de se faire connaître, révélant ainsi l’émergence, au-delà de l’horizon limité des villes, d’une société provinciale animée, au niveau des élites, par les plus brillants avocats et par les défenseurs des privilèges de la province.

  • 53 Ibid., B 227, délibération du 2 novembre 1628.

16Cette bonne réputation n’est pas suffisante comme le prouve le fait, qu’en plus de la déposition des témoins précédemment cités, Jérôme Jan fournisse une attestation de la communauté des habitants de Pontivy, « par laquelle après avoir mûrement délibéré et ce ressouvenant des grandes obligations qu’elle a audit sieur de La Haye pour s’estre dignement et méritoirement acquitté de sa charge à la satisfaction du public et contentement du particulier, elle a estimé devoir rendre à ses mérites les tesmoignages de sa piété et probité, vye et mœurs et sages comportements dont un chacun a cognoissance et outre que ledit sieur de La Haye a esté employé comme député de ladite communauté en plusieurs députations tant es états de ceste province que ailleurs où il allait du bien et intérest public, esquelles il a si dignement vacqué et s’en est acquitté avecque tel prudence, soign et vigilance que le public et le particulier en ont ressenti les effets autant utiles que honorables53 ». Le certificat produit ici a pour but de confirmer les qualités dont Jérôme Jan a fait preuve dans son office de sénéchal, qualités qui le rendent digne d’intégrer une cour souveraine en vertu d’une sorte de promotion au mérite avant la lettre.

  • 54 Jean Jousselin, quinze ; Claude Brethe, dix ; Pierre de Kerboudel, huit.

17En fonction de ces nuances, le nombre de témoins peut varier d’un officier à l’autre. La moyenne s’établit à cinq ou six par individu, soit davantage qu’il n’est prescrit par les ordonnances royales. Sur les trente-six maîtres recensés de 1609 à 1642, quatorze en présentent cinq, treize en présentent six, cinq en présentent quatre et quatre plus de six. Ces derniers54 sont surtout des officiers non originaires de Nantes à l’exception de François Gabard en 1618, qui en produit sept, le nombre de témoins – deux religieux, trois conseillers au présidial et deux avocats – venant ici confirmer l’excellence de ses origines puisqu’il était le fils d’un conseiller au parlement. Dans les autres catégories d’officiers, les non originaires fournissent également plus de témoins : ainsi l’auditeur rennais Pierre Garnier précédemment évoqué en présente dix alors que le président Gabriel Tromelin, qui était auparavant sénéchal à Lesneven, en produit quinze en 1632. Il n’y a que pour les catégories inférieures comme les huissiers, où le nombre est plus faible et tombe à trois ou quatre.

  • 55 Tous indiquent leur âge et le nombre d’années depuis lequel ils connaissent l’officier.
  • 56 Les témoins ne font pas toujours mention de leur qualité : Pierre III Ménardeau, sieur de Ranzay, (...)
  • 57 Parmi les témoins de l’auditeur Jean Martin de Saint-Malo, on trouve deux religieux de la ville et (...)

18Les personnes auditionnées présentent une structure par âge variée55, cela afin de permettre de reconstituer l’itinéraire de l’impétrant de son enfance jusqu’à l’achat de l’office. Les plus anciens peuvent témoigner sur ses parents voire sur ses grandsparents : ainsi Pierre du Cambout, âgé de plus de 60 ans, rapporte ce qu’il sait sur les grands-parents maternels du maître Jacques I Huteau en 1610, alors qu’ils sont décédés depuis quarante ans. À l’inverse, les témoins les plus jeunes interviennent en tant qu’anciens condisciples de collège ou d’université. Tous résident dans la même ville et le plus souvent dans la même paroisse que l’officier. Parmi eux figurent classiquement depuis la fin des années 1560 des membres du clergé qui se recrutent dans les chapitres cathédraux et dans le clergé paroissial. Les autres appartiennent au même milieu professionnel que les postulants56, selon une gradation qui est conforme à la hiérarchie de la Chambre. Pour les maîtres, on trouve quelques conseillers au parlement, des conseillers au présidial, des officiers des sénéchaussées. Pour les auditeurs, on rencontre davantage d’avocats, de notaires et secrétaires du roi en chancellerie, des procureurs, des receveurs du fouage, du taillon, des contrôleurs généraux des finances ainsi que des marchands57.

  • 58 ADLA, B 222.

19Des exceptions existent, bien sûr, qui viennent nuancer les clivages trop abrupts. René du Verger qui est reçu comme maître en 1626, présente comme témoins un prêtre, Mathias Moisy, de l’ordre des Récollets de Nantes, Jacques Bidé, conseiller au présidial dans la même ville, l’avocat Jean Lirot, ce qui est conforme au profil social de l’office auquel il postule, mais aussi trois marchands de Vitré58, ce qui l’est moins. À l’inverse parmi les sept témoins de l’auditeur René I Le Febvre, figurent un conseiller au parlement, un maître des comptes angevin, un garde des Sceaux du présidial d’Angers, un prévôt et juge ordinaire d’Angers, un docteur en médecine. Ces anomalies ne sont en fait qu’apparentes. La présence de marchands parmi les témoins de René du Verger permet de déduire que son entrée à la Chambre est en quelque sorte portée par le négoce vitréen alors que celle de René I Le Febvre est davantage le produit du dynamisme du milieu officier angevin : si son père n’était que contrôleur au mesurage à sel d’Ingrande, sa mère, Françoise Juffé, qui a négocié l’achat de son office, était la veuve d’un conseiller au présidial et s’était remariée avec un conseiller en la sénéchaussée d’Anjou, Jacques Gourreau. Pour René du Verger, l’entrée à la Chambre est probablement la marque d’une promotion alors que pour René I Le Febvre, elle est davantage le signe d’un investissement, d’un placement pour un fils de bonne famille.

  • 59 C’est un profil que l’on retrouve avec François Boylesve (1622) dont le père, Maurice Boylesve, av (...)
  • 60 Sa mère, Marie Fyot, était la fille du trésorier et receveur général Nicolas Fyot. Son oncle Yves (...)

20La qualité des personnes qui déposent permet donc dans certains cas de déduire la filière suivie par l’officier pour entrer à la Chambre ou le milieu professionnel dans lequel il évolue. Quand Michel III Le Lou devient maître en 1615, alors qu’il représente la troisième génération de sa famille qui fait carrière à la Chambre, tous les témoins laïcs qu’il cite appartiennent au monde de l’argent puisqu’y figurent le trésorier receveur général du taillon, Jean Doudart, deux receveurs du fouage – Richard Le Saige et Bonaventure de Saint-Domingue – et le trésorier et garde des archives du château : dans son cas, l’intégration dans une cour souveraine n’aurait donc pas entraîné de rupture avec le monde des finances qui a constitué le point de départ de l’ascension familiale59. Yves de Monti, dont le père et le grand-père ont été également membres de la Chambre, présente pour sa part un écuyer, François de Caderan, deux officiers de finances – Jean Doudart et Charles Chauvet – et un conseiller au présidial, révélant ainsi, outre son appartenance à la noblesse, un cercle de relations plus varié où le choix de faire carrière dans une cour de justice n’a pas entraîné, là non plus, de rupture avec les hommes d’argent60. D’autres officiers, à l’instar de René I Le Febvre, sont davantage le produit d’une filière judiciaire comme l’auditeur René Marques dont les témoins sont un lieutenant civil et criminel à Nantes – Christophe I Juchault –, un conseiller au présidial – Jean Charette – et deux avocats – Jean Coupperie et Jean Callo. Petit-fils d’un conseiller au présidial de Vannes, avocat lui-même, il appartenait pleinement au monde de la robe, ce qui explique le choix de ceux qui sont appelés à déposer en sa faveur.

  • 61 Il est cité par le maître Jean II Fourché et le procureur général Jean Blanchard en 1612, l’audite (...)

21Une étude plus approfondie des listes de témoins permettrait donc sans doute de mieux connaître les « réseaux » familiaux et d’affaires qui existaient à Nantes, en Bretagne et dans les provinces voisines au XVIIe siècle ; malgré les informations que l’on pourrait en tirer, il ne faudrait pourtant pas tirer de conclusions trop définitives. Le nom de certains individus revient à plusieurs reprises, révélant que l’on devait faire régulièrement appel à eux lors de ce genre d’enquêtes. Il en allait ainsi dans les années 1610-1620 de l’écuyer François de Caderan, sieur du Plessis-Tison, des conseillers au présidial François Bourgogne61 et Jacques Dachon, du receveur des fouages Bonaventure de Saint-Domingue ou du trésorier Charles Chauvet. Une certaine part de « routine », que l’on ne peut nier, intervenait donc dans la sélection des témoins : elle jouait surtout pour les personnes qui, du fait de leur naissance, n’éprouvaient aucune difficulté pour être admis à la Chambre ; en revanche, pour les officiers qui n’étaient pas originaires de Nantes, de plus grandes précautions étaient prises, ce qui est perceptible notamment par l’augmentation du nombre des personnes appelées à témoigner et par une précision plus grande de leurs dépositions.

  • 62 ADLA, B 207.
  • 63 Ibid., B 204.
  • 64 Il pouvait être prêté la main sur la poitrine (Jean Giraud, abbé de Melleray, pour Isaac de Lescou (...)
  • 65 Pour René de Pontual, reçu procureur général en 1638, plusieurs témoins jurent n’être ni son paren (...)

22Concernant ce dernier point, on sait que les témoins devaient répondre à une série de questions qui semblent avoir été toujours été les mêmes. Elles sont pourtant rarement reproduites. La formule de base serait celle que l’on trouve dans le cas de l’auditeur Pierre Gallinière en 1621 où il est demandé à messire Julien Nouël, chanoine Saint-Pierre de Nantes et recteur de Sainte-Croix, « s’il le cognoist pour bon catholique et s’il est en bonne réputation62 ». Parfois le questionnement se faisait plus précis : pour René Rousseau, en 1619, il est demandé à René Charette, écuyer, sieur de La Bretonnière, « depuis quel temps il cognoest maître René Rousseau, s’il est de la religion catholique […], s’il l’a veu plaider comme avocat au parlement de ce pais et avec quelle réputation63 ». Le fait que René Rousseau postule à la charge de procureur général explique que l’interrogatoire vise surtout à vérifier ses qualités d’avocat. Dans d’autres enquêtes, comme on le verra plus loin, les questions portent presque uniquement sur l’âge du candidat. Des différences existent donc d’une information à l’autre, nécessitant, là encore, de faire la preuve d’une certaine vigilance. Le serment de dire la vérité64 que prêtaient ceux qui déposaient65 les engageait de toute façon à ne pas affirmer n’importe quoi, en une époque où l’Église catholique gardait une forte emprise sur la société. À travers les dépositions faites s’exprimait ainsi la vision que l’on se faisait d’un bon magistrat des comptes.

Les qualités requises d’un bon magistrat

  • 66 Pour Claude Brethe il est précisé qu’il est « affectionné au service de sa majesté », « fidèle ser (...)

23Lors de l’introduction de la procédure des informations de vie et de mœurs, on insistait sur trois thèmes : la vertu, la bonne conversation et la réputation. Avec l’accroissement des tensions religieuses, on a été sensible à la fidélité au roi66 et surtout à la catholicité des candidats. À la Chambre, dans la première moitié du XVIIe siècle, on insiste surtout sur ce dernier point, mais également sur les bonnes mœurs et la conversation, sur l’âge, et, ce qui m’a paru original, sur la formation des futurs officiers.

• De bons catholiques

  • 67 ADLA, B 192.
  • 68 On note quelques variations dans les formules employées. On parle de « hanter et fréquenter les ég (...)
  • 69 Jacques Barbaris, prêtre aux Sables d’Olonne, dit ainsi que le père de l’auditeur Luc Viaudet a ét (...)
  • 70 Ibid., B 244.
  • 71 Dans le cas du maître René Pinard en 1633, le curé de la paroisse Saint-Laurent, Jean Aillery, avo (...)

24L’enquête débute systématiquement par la déposition d’un ou deux religieux mais tous les témoins doivent confirmer que le candidat à l’office est un bon catholique. C’est en fait surtout la pratique religieuse qui fait l’objet d’une description. Nouël, chanoine en l’église cathédrale de Saint-Pierre de Nantes et recteur de la paroisse de Sainte-Croix, affirme ainsi que l’auditeur Julien Avril, qu’il dit connaître depuis douze ans, « est de la religion catholique, apostolique et romaine, le scavoir pour l’avoir souventesfois veu assister aux églises tant aux festes qu’autres jours pendant le divin service et se confesser et communier au saint-sacrement67 ». L’assistance à la messe et aux prédications le dimanche et les jours de fête, la pratique de la confession et de la communion, particulièrement à Pâques, sont les signes d’appartenance à la religion catholique les plus fréquemment évoqués68. Il vient s’y rajouter exceptionnellement quelques autres indices comme le fait d’avoir baptisé ses enfants ou celui d’avoir fait inhumer ses parents dans une église69. En raison de la répétition des mêmes formules, il est difficile de connaître la sincérité de ce qui est dit. Pour certains officiers, l’assurance donnée est purement formelle. Quand Jacques Blanchet, vicaire de Saint-Laurent, témoigne pour le maître Sébastien Le Meneust en 1633, il dit « le connaître depuis le mois dernier, l’avoir ouï en confession et administré le saint-sacrement et veu en luy faire tous actes de vrai chrestien70 ». Si Le Meneust a accompli tous les gestes du bon catholique, on ne peut en inférer la profondeur de sa foi71.

  • 72 Ibid., B 187.
  • 73 Louis Coupperie dit en 1650 avoir vu Simon Le Meneust fréquenter le service divin dévotement et aj (...)
  • 74 Ibid., B 216. Il fait preuve d’une même sincérité à propos du trésorier et receveur Guillaume Mart (...)

25Certains témoins se montrent plus loquaces. Julien Nouël, prêtre à Sainte-Croix de Nantes, prend soin de préciser qu’il a vu le maître Raoul de Brégel en l’église Saint-François de Rennes entendre la messe et que « depuis peu de jours qu’il est en cette ville de Nantes, l’avoir vu plusieurs en ladite église Sainte-Croix entendre la sainte messe, que le jourd’huy il l’auroit entendu en confession et fait communier par l’un de ses prêtres diacres72 ». De même Louis Demars, abbé de Geneston, qui témoigne pour Jacques I Constantin en 1621, assure « qu’il le connaît depuis vingt ans alors qu’il habitait à l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers et ledit Constantin, jeune enfant en la maison des sieur et dame de La Fraudière, ses père et mère, en laquelle abbaye, Constantin et son frère, conseillers en la cour, venaient souvent tant pour ouïr la messe que pour voir ledit déposant ». Les dépositions s’enrichissent ainsi de détails qui visent à en confirmer l’authenticité73. Guillaume Mocquet, prêtre à Saint-Léonard, jure qu’il a entendu Antoine Calloët en confession et qu’il lui a administré le saint sacrement mais il refuse de dire quoi que « ce soit sur ses mœurs et comportement pour n’en avoir cognoissance74 ». En revanche, Yves de Monti, qui a étudié avec lui à La Flèche et à Paris, certifie qu’il l’y a vu se confesser à plusieurs reprises, apportant ainsi la preuve de la constance de sa pratique en matière religieuse. Le plus bel exemple de religiosité est peut-être toutefois fourni par Simon Ruiz, sieur du Quarteron, qui assure, en décembre 1623, qu’il a fait quinze mois auparavant la « première connaissance » du Dinannais Raoul Avril, qui postule à une charge d’auditeur, en l’église des Capucins de Nantes !

  • 75 Les autres religieux sont messire Gilles de La Landaille, trésorier de l’église cathédrale de Nant (...)
  • 76 Outre Pierre de Francheville, témoignent de la catholicité de Jean II Frotet « noble et discret me (...)

26Quelques indices permettent de deviner chez certains officiers une plus grande dévotion. Le premier est le nombre de religieux qui témoignent. D’ordinaire, ils sont deux. Une minorité en présente trois : c’est le cas du maître Jean Jousselin en 1610 en faveur de qui déposent un prêtre et deux franciscains, du procureur général Jean Blanchard et du maître Jean II Frotet en 1632. La personnalité de certains religieux cités est en outre révélatrice. Pour Jean Blanchard, on rencontre le nom de Jean Christi, docteur en théologie et chanoine théologal de l’église cathédrale de Nantes, qui se dit âgé de 74 ans et dont on sait qu’il a été l’un des plus fameux prédicateurs ligueurs à Nantes75. Blanchard fait montre ainsi de sa fidélité à un engagement de jeunesse puisqu’il a commencé sa carrière dans cette même ville comme avocat au présidial, une instance qui était alors dominée par les partisans du duc de Mercœur. Pour Jean II Frotet, c’est Pierre de Francheville, abbé commendataire de Saint-Jacut, chantre et chanoine de Saint-Brieuc, membre lui aussi d’une famille dévote, qui se porte garant76.

  • 77 Ibid., B 190. Une remarque identique peut être faite pour le maître Jean Fleury en 1650. Dans le c (...)
  • 78 Ibid., B 203. On retrouve une précision semblable pour l’auditeur André de Bourgues pour lequel me (...)
  • 79 Dans le cas de Jacques Guy, pourvu de l’office de receveur du fouage ancien et alternatif de Fougè (...)
  • 80 Ibid., B 182.
  • 81 Ibid., B 217.
  • 82 Ibid., B 204.
  • 83 Ibid., B 229.

27Pour d’autres officiers, on insiste sur l’importance de l’éducation chrétienne qu’ils ont reçue. Deux témoins assurent ainsi que l’auditeur Maurice Coupperie fut « instruit dans la religion catholique tant par son défunt père que par personnes qu’il avait exprès en sa maison77 ». Antoine Tonnard, prêtre et chanoine de Notre-Dame, assure pour sa part qu’il connaît l’auditeur Jacques Le Mercier depuis dix-neuf ans et qu’il lui a « enseigné dès ses premières années les principes et premières leçons78 ». Chez quelques-uns, c’est une pratique religieuse plus assidue qui est mise en exergue79 : il est dit ainsi que Pierre Boutin assiste journellement à la messe80. Antoine Tonnard, prêtre diacre en l’église collégiale de Notre-Dame, affirme qu’il a vu Pierre Boylesve, qui est reçu comme greffier de la Chambre en 1624, « chacun jour assister au divin service, se confesser et communier par diverses fois, mesmes a, à sa prière, célébré plusieurs fois la messe par dévotion et à son intention81 ». Le procureur général René Rousseau est, quant à lui, loué pour avoir exercé de « bonnes œuvres en l’église par fondations82 ». Le portrait d’Adrien de Crespy tel qu’il est brossé en 1629 par Pierre Coupperie, chanoine théologal de Nantes, fait apparaître l’image d’un parfait chrétien puisqu’après avoir précisé « qu’il l’a connu tant au collège de La Flèche qu’à Nantes pour avoir conversé familièrement avec luy et principalement à Paris l’espace de cinq à six mois en 1628, il affirme n’avoir rien veu ny cogneu dans ses parolles ou actions qui ne soit conforme à celuy d’un bon crestien […] et qu’il a des inclinations et dispositions très grandes à la vertu et perfection chrétienne pour luy avoir mesmes communiqué beaucoup de singularité et secretz qui luy ont été des preuves infaillibles de l’intégrité d’une très bonne et très saine conscience83 ».

  • 84 En plus des clivages sociaux qui existaient dans l’institution et de la pression directe qu’a pu e (...)
  • 85 ADLA, 103 J 4.
  • 86 À la nuance peut-être d’Étienne II Moucheron, dont le cas est évoqué plus loin.

28Par les détails qu’elles livrent à l’occasion sur la pratique religieuse des officiers, les informations de vie et de mœurs révèlent la force de l’attachement du personnel de la Chambre au catholicisme. La rupture qui s’est produite au temps des guerres de la Ligue n’a pas été motivée par des divergences sur ce point mais davantage84 par une opposition sur la question de savoir s’il fallait ou non accepter, même momentanément, l’autorité d’un souverain hérétique. Ceux qui ont considéré qu’ils devaient continuer à obéir à Henri IV l’ont fait par respect des lois de la monarchie et ils sont demeurés fidèles au roi tout en souhaitant sa conversion, les autres ont basculé dans la révolte. Tous se sont réconciliés en 1598, au moins sur le plan religieux, comme l’atteste le fait que la Chambre ait refusé d’enregistrer l’édit de Nantes. À Marie de Médicis qui s’en étonne en 1613, le procureur général Jean Blanchard répond tout d’abord que l’édit n’y a pas été présenté, que les protestants n’en ont pas fait la demande et que, de toute façon, ce n’est pas nécessaire car ils sont peu nombreux en Bretagne. Puis il motive plus sérieusement le refus en expliquant que cela permettrait à des protestants, qu’il accuse de faire déjà des offres excessives au personnel en place, d’acquérir des offices à la Chambre et, une fois dans l’institution, d’obtenir plus facilement des lettres de naturalité pour les étrangers, ce qui « donnerait prétexte à des factieux de s’installer à Nantes, frontière du Poitou et clé du royaume » et viendrait, conclut-il avec flagornerie, « troubler ce calme merveilleux qu’avec tant de soin de veilles et de travaux la reine fait régner sur les vagues de cette grande mer de tant de peuples soubmis à son obéissance85 ». Il semble que la Chambre n’ait jamais enregistré l’édit. Si cette résistance n’a pas eu de véritable conséquence politique, l’institution n’ayant pas la capacité de s’opposer à l’application de la volonté royale dans ce domaine, elle a empêché le recrutement de tout protestant86 et révélé la perpétuation d’une hostilité profonde à la religion réformée. Celle-ci s’est encore manifestée en 1628 quand le personnel a adressé des messages de félicitation au roi après la prise de La Rochelle.

  • 87 On peut signaler aussi le cas de Jean I Frotet, maître des comptes de 1617 à 1645, qui était le fi (...)
  • 88 Yves Lemoine, La grande robe, le mariage et l’argent. Histoire d’une grande famille parlementaire (...)
  • 89 Daniel Dessert, qui relève que nombre de traitants étaient d’ardents catholiques, s’interroge sur (...)

29Au vu de ces éléments, on peut donc considérer que les informations de vie et de mœurs permettaient d’entretenir au quotidien la flamme de la foi catholique chez les gens des comptes et cela d’autant plus qu’il existait incontestablement parmi eux, dans la première moitié du XVIIe siècle, un groupe de dévots, constitué d’anciens ligueurs comme les de La Tullaye, les Fourché, les Boutin…87 mais aussi d’anciens Royaux comme les Barrin, les Harouys… Les uns et les autres ont favorisé au XVIIe siècle l’implantation à Nantes des couvents de la Réforme catholique et leur ont confié nombre de leurs enfants ; ils ont aussi animé les confréries, multiplié les fondations et développé les institutions de charité. Par ces actions variées, ils ont montré qu’ils étaient sensibles à la spiritualité nouvelle qui voulait que les individus servent Dieu tout en demeurant « dans le monde », à la place qui leur avait été assignée88. Certains devaient sans doute considérer la Chambre comme une sorte de congrégation destinée à renforcer l’influence catholique au sein de la société. La tâche qui était confiée à l’institution de contrôler les comptabilités et donc de contribuer en quelque sorte à moraliser l’usage de l’argent du roi devait les aider à surmonter leurs propres scrupules de conscience qui naissaient du fait qu’eux-mêmes étaient souvent, ou avaient été, des hommes d’argent89. Tous les officiers ne partageaient sans doute pas cette façon de voir avec la même intensité mais ils n’en devaient pas moins se montrer bons catholiques tout comme ils devaient faire la preuve de leur « bonne conversation ».

• Des gens de bonne conversation

  • 90 De Guillaume Madeleneau en 1617, il est dit qu’il vit « avec sa famille avec honneur, sans scandal (...)
  • 91 ADLA, B 216. On retrouve ici une reprise du quatrième commandement du Décalogue qui enjoignait à t (...)

30La deuxième qualité sur laquelle on insiste dans les informations est celle des « bonnes mœurs et conversation ». L’officier doit avoir fourni la preuve d’une conduite irréprochable tout au long de sa vie. Les formules sont répétitives : il est dit le plus souvent que l’individu a vécu en homme d’honneur, sans « scandal ni reproche », qu’il a manifesté de la douceur et de la modestie. Le maître Jacques I Huteau est qualifié en 1610 « d’homme paisible et pacifique, de bonne vye et mœurs et conversation et comme tel appelé en toutes bonnes compaignies ». Un témoin dit du procureur général René Rousseau, qu’il l’a fréquenté, « qu’il a recogneu en lui une conversation fort douce et agréable, et qu’il n’a jamais été suspect d’aucunes actions contraires à la vertu ». Les qualités individuelles sont complétées parfois par des vertus familiales90. Le maître Jacques Ménardeau est qualifié en 1623, d’« homme vivant avec grand honneur et respect à ses père et mère chez lesquels il demeure ». On retrouve une même précision pour le maître Yves de Monti pour lequel il est dit qu’il a des « mœurs des plus honnêtes et civiles » et qu’il demeure en la maison de « damoiselle sa mère en grand respect91 » ou de Pierre de Kerboudel dont un témoin rapporte « l’avoir veu en sa maison où il se comporte avecq son épouse et famille avecq très grande vertu suivant en cela ses prédécesseurs ».

  • 92 ADLA, B 283.
  • 93 Ibid., B 283.

31Certains témoins soulignent l’importance du bon exemple familial dans la formation de la personnalité. François Garnier, receveur des décimes de l’évêché de Nantes, dit ainsi en 1646 qu’il a vu l’auditeur Pierre de Trégouët « toujours nourrir et élever dans la maison du sieur de Trégouët dès sa petitesse et l’avoir depuis le temps qu’il est venu en aage de discretion veu tellement soigné par sondit père qu’il s’est rendu fort vertueux et d’une douce et aimable conversation de façon qu’il était prisé et estimé en compagnie où il l’a veu fréquenter92 ». Encore faut-il se montrer digne des leçons ainsi reçues comme l’avocat général Jean-Baptiste Becdelièvre dont il est dit la même année qu’il est « fort estimé tant à cause de sa douce humeur que des autres vertus qui paraissaient en luy et de donner sujet à un chacun qu’il ne dégénéroit en rien de la prudhomie et mêmes qualités éminentes de ses prédécesseurs93 ».

  • 94 Ibid., B 269.
  • 95 Michelle Bubenicek, Bruno Lemesle, Dominique Le Page (éd.), L’intégrité : vertu, pratique, atteint (...)

32Pour ceux qui ont exercé une fonction avant l’entrée à la Chambre, il est fréquent d’insister sur les qualités dont ils y ont fait preuve, comme pour mieux fournir une illustration de leurs vertus en action. Cela se vérifie à tous les degrés de la hiérarchie. Le sénéchal de Nantes Alexandre Charette dit ainsi du premier président Jacques II Barrin qu’il l’a vu « rendre la justice au parlement comme conseiller avec intégrité et grande réputation et depuis comme maître des requêtes de l’hôtel et être homme entier en toutes actions que cela est recogneu d’un chacun ». De même, il est dit que René I Le Prestre, qui prend la tête du parquet de la Chambre en 1649, a exercé préalablement son office de conseiller au parlement « avec honneur et splendeur, au grand contentement d’un chacun ». La conséquence logique de ces éloges est que la séparation entre les officiers et leurs administrés ou leurs « clients » est dépeinte comme un véritable déchirement. Un témoin affirme ainsi que le maître René du Verger, qui a exercé « avec grande réputation l’état de sénéchal de Vitré au contentement du publicq », a été regretté des habitants de la ville quand il a renoncé à sa charge. Le président René Ferron n’a quitté le présidial de Rennes qu’à « l’extrême regret de la compagnie » et le président Gabriel Tromelin dont il est dit qu’il « rendait indifféremment la justice à un chacun » aurait suscité du mécontentement parmi les habitants de la juridiction de Lesneven quand il a annoncé sa décision de résigner son office de sénéchal. De même le maître René Le Gouvello a été vu rendre la justice, quand il était bailli de Quimperlé, « avec tant d’intégrité qu’il a laissé de lui une telle odeur dans le pays que un chacun le regrette aujourd’hui94 ». En filant la métaphore religieuse, l’officier intègre est assimilé à un véritable saint95

  • 96 Ibid., B 216.
  • 97 Ibid., B 229.

33Quel que soit leur parcours, les officiers sont présentés comme des gens jouissant d’une bonne réputation dans la ville où ils résident. Jean Christi dit de Jean Blanchard en 1612 qu’il est « de bonne vie et honnête conversation sans avoir jamais connu en luy chose digne de reproche, dict davantage ce déposant qu’en toutes compagnies où il s’est trouvé que l’on a parlé dudit Blanchart que c’est toujours en bons termes ou comme d’un homme de bien ». L’éloge est encore plus précis pour l’avocat général Antoine Calloët à propos duquel l’avocat Jean Coupperie dit qu’il l’a vu « hanter et fréquenter souvent les compagnies de présidents et de conseillers au parlement entre lesquels il estoit tenu et estimé pour homme de mérite et de savoir sans jamais avoir vu ni entendu de luy chose qui ne fust digne d’homme de grande charge96 ». Adrien de Crespy, dont on a évoqué précédemment les vertus chrétiennes, est loué également pour son comportement et est décrit comme « poly dans sa conversation et dans ses mœurs, ce qui luy a donné très libre accès dans les compagnies plus relevées parmi lesquelles le déposant [il s’agit de l’auditeur des comptes Jean II Gautier] l’a toujours veu affecter l’entretien des hommes plus signalez et parmy eux estre tenu en réputation97 ». Les bonnes compagnies que fréquentaient maîtres et présidents devaient donc être composées de nobles ou de magistrats d’un rang plus élevé comme les parlementaires auxquels ils tentaient de s’identifier. La sociabilité des auditeurs ou des correcteurs pouvait être différente. Un témoin dit avoir vu le correcteur Charles Lamoureux converser avec des « gens d’honneur, de condition et de finance qui en ont fait estime par sa prudence » et l’on retrouve une remarque identique dans le cas de l’auditeur Julien de Nort. Cette allusion suggérerait que tout comme les maîtres devaient se montrer en compagnie de leurs pairs, les officiers subalternes devaient fréquenter des individus susceptibles de leur apprendre les rudiments de leur futur métier ou de porter témoignage de leur savoir en la matière.

  • 98 Thierry Kouamé, « L’apprentissage de la sociabilité dans les collèges parisiens à la fin du Moyen (...)
  • 99 Pour ce développement, Claude Gauvard, « Introduction », dans Alain J. Lemaître, Odile Kammerer (d (...)

34Celui qui prétendait entrer à la Chambre des comptes devait se montrer irréprochable ou à tout le moins trouver des personnes qui l’attestent. On retrouve ici le modèle du parfait magistrat qui a été revivifié au XVIe siècle à l’occasion des troubles religieux et de la redécouverte des auteurs antiques. Il est en fait un héritage du monde monastique qui imposait à ses membres de vivre conformément aux enseignements de la règle et de civiliser leurs mœurs afin de devenir des exemples. Cet idéal a été laïcisé à la fin du Moyen Âge lors du développement des universités et des collèges98 puis a donné naissance au personnage du prud’homme, dont Étienne Boileau, dans le Livre des métiers, dit qu’il doit être, « de bonne conversation et de bonne vie ». Si pour le moine le terme de conversation était synonyme de conversion, pour le prudhomme il manifeste la capacité de vivre en paix avec ses voisins et d’entretenir, par le dialogue, le lien social99. Par son intégration à une compagnie réglée où il est indispensable qu’une certaine discipline règne afin que la justice soit correctement rendue, l’officier des comptes doit lui aussi avoir fourni la preuve de sa capacité à vivre en société et à se comporter, comme il est répété à plusieurs reprises, modestement.

  • 100 ADLA, B 180.
  • 101 Le maître Mathurin Boux est décrit en 1625 par l’écuyer François Paris, conseiller au présidial de (...)
  • 102 Ibid., B 250.

35La bonne conversation est souvent associée à l’idée d’honorabilité sur le plan social, autre thème qui est récurrent dans les informations de vie et de mœurs. De Michel III Le Lou, en 1615, après avoir rappelé qu’il est admis « parmi les meilleures compagnies de cette ville et qu’il y converse et fréquente avec une bonne réputation », il est précisé qu’il est le « fils de monsieur Breil Le Lou ». Nombre d’officiers voient ainsi leur bonne naissance mise en valeur. L’extraction noble est privilégiée comme le montre l’exemple du maître René Le Clerc en 1612 dont un témoin affirme qu’il est « issu de noble race et en légitime mariage », qu’il a connu « ses père et mère qui étaient gens nobles de bonne et ancienne famille, lequel a toujours vécu avec honneur sans que le déposant ait sceu ni entendu qu’il ait jamais fait ni commis chose dont il peust en être réprimé et contre sa profession100 ». Le président René Ferron en 1628 est présenté comme « yssu d’extraction et qualité noble et réputé tel entre les personnes de semblable qualité101 ». Il en est de même pour le président Gabriel Tromelin qui est décrit en 1632 comme l’un des « plus signalés gentilshommes du pays ». Pour le procureur général René de Pontual, il est dit qu’il appartient à « l’une des plus anciennes noblesses et illustres maisons de ce pays, en raison de quoi et de ses vertueuses actions, il a contracté en mariage dame Françoise du Plessis, fille d’un conseiller au parlement102 ». La bonne naissance est rehaussée ici par la qualité de l’alliance.

  • 103 Guy Chotard, l’avocat qui affirme cela, dit « qu’il le scait à certain pour estre saisi des mémoir (...)

36Dans le cas du maître Jacques I Huteau en 1610, l’information tourne à l’exaltation de la famille. Un témoin affirme en effet que ses parents « estoint des plus riches et moiennez de ce quartier tant de revenu certain que meubles et qu’ils vivoient de leurs revenus », que ses grands-parents étaient « personnes qualifiées et d’extraction noble et que l’un de ses oncles, défunt noble homme Roland Bourdin, sieur de La Guérinière, était l’un des plus fameux avocats de cette province ». Richesse, noblesse et éloquence sont associées pour suggérer les qualités de Jacques I Huteau. On ne retrouve un tel éloge que dans le cas d’un seul auditeur, celui de Julien Pelaud, en 1649, en faveur duquel témoignent un individu qualifié de messire, un écuyer et deux avocats de La Roche-Bernard. Les compliments concernent surtout le père de l’officier, qui était premier juge de la baronnie de La Roche-Bernard et dont il est dit « qu’il a vescu fort honorablement en bon juge et homme d’honneur en rendant la justice à la satisfaction du publicq », que sa famille est « bonne, grande et honorable et alliée de bonnes maisons des gentilshommes du pays et qu’il est décédé riche de bien 80 000 écus103 ». Fort d’un tel acquis, le fils n’a fait que marcher sur les brisées de son père et il est simplement dit de lui qu’il a toujours vécu « noblement et honorablement » dans sa maison de la Baronnie, y faisant « tout honneste exercice et fréquentant les personnes de condition plus considérables du pays ».

37Sans être l’objet de louanges semblables, les parents du maître Jean Jousselin sont qualifiés de « gens de bien et de qualité », ceux de Philippe I Varice en 1614 de « nobles gens ». Un témoin prend le soin de souligner en 1622 que François Boylesve, qui postule à un office de maître, est « issu des nobles familles de Boylesve d’Angers du côté de son père et du côté de sa mère des Le Lou de cette ville de Nantes, lequel par les actions de ses vertus ne répugne en rien à celle de ses prédécesseurs ». Celui qui paraît « étranger » est ainsi ramené au connu pour faciliter son intégration dans l’institution. Pour d’autres, c’est l’appartenance à la bonne bourgeoisie qui est soulignée. Les père et mère de l’auditeur Jean Martin en 1621 sont présentés comme faisant partie des plus honorables bourgeois de Saint-Malo alors qu’il est dit du procureur général René Rousseau en 1619 qu’il descend de l’une « des bonnes et anciennes familles » de la ville de Nantes. Cet élément est également mis en exergue pour René II Foucault en 1621, dont il est rappelé, en outre, que son grand-père, Jean Fruneau, a été maire de la cité. Avec l’auditeur Maurice Coupperie, on descend un degré dans l’échelle sociale puisque son père est décrit comme un « fort honnête marchand ». Le fait que plusieurs témoins prennent le soin de préciser qu’il est marié « depuis peu de jours » avec la fille du sénéchal des régaires, Michel Loriot, atteste que, là aussi, il faut ramener celui qui se situe aux frontières sociales où la Chambre recrute son personnel à un cercle plus familier, et le rendre ainsi assimilable.

  • 104 Ibid., B 180.

38Le portrait de l’auditeur Pierre Garnier, tel qu’il est esquissé en 1611, par Pierre Farcy, marchand bourgeois de Rennes (il est âgé de 73 ans), est plus conforme aux attentes de la Chambre et résume bien ce que j’ai évoqué précédemment. Farcy dit qu’il le connaît ainsi que son père maître Guillaume Garnier et sa mère Nicole Avenel « desquels il estoit proche voisin », qu’il a aussi connu ses aïeux paternels et maternels qui étaient, selon ses dires, des « gens d’honneur et de qualité ». Il complète sa présentation en affirmant « l’avoir veu nourrir dès son enfance, toujours instruit à la vertu » et met une touche finale au tableau en précisant qu’il a « exercé des offices depuis vingt ans en homme de bien, qu’il l’a vu assister aux assemblées de ville et y donner ses suffrages avec toute intégrité en sorte qu’il a été reconnu pour homme fidèle et vertueux104 ». Une continuité est ainsi établie entre la naissance dans un milieu favorisé, la bonne éducation reçue, les charges assumées avec intégrité et le rôle actif joué dans la vie de la cité. L’entrée à la Chambre vient couronner ici une carrière exemplaire.

• La question de l’âge

  • 105 Il fait apparaître qu’Avril a été baptisé le 4 mars 1600 (plusieurs témoins ont affirmé qu’il avai (...)
  • 106 Les maîtres Claude Brethe en 1613, Raoul de Brégel en 1615, Jean I Frotet en 1617 et en 1632, Adri (...)
  • 107 On peut penser aussi que, à l’instar de ce qui se passe aujourd’hui dans certains pays africains e (...)
  • 108 Pour André de Bourgues en 1619, Jean Aubry, prêtre du chœur en l’église Saint-Nicolas dit que « po (...)
  • 109 Dans le cas du maître Raoul de Brégel, le contrôle de l’âge se fait par trois moyens : la dépositi (...)

39Le fait d’avoir mené carrière dispense Pierre Garnier de subir un autre contrôle, celui de son âge. Les informations devaient en effet porter également sur ce point et l’on constate que les gens des comptes font preuve de vigilance dans ce domaine. L’idéal était que le futur officier fournisse un papier baptismal. L’opération pouvait revêtir une certaine solennité comme le révèle le cas de l’auditeur Raoul Avril pour lequel en 1623, Julien Brochet, prêtre sous-curé en l’église Saint-Malo de Dinan, vient en personne à Nantes chez le maître des comptes François Coustureau pour lui présenter un registre, « couvert de cuir », des baptêmes faits dans la paroisse depuis le 3 janvier 1596 jusqu’au 27 août 1606105. Dans la pratique, je n’ai trouvé que seize officiers qui fournissent leur acte de baptême dans la première moitié du XVIIe siècle106. On ne sait s’il faut expliquer cela par la négligence des candidats à l’office107 ou par la mauvaise tenue des registres paroissiaux108. Dans deux cas, des raisons sont avancées. Pour l’auditeur René I Le Febvre, un prêtre d’Angers avoue n’avoir pas retrouvé le papier baptismal du fait qu’il n’est en charge de la paroisse que depuis douze ans et que les anciens registres ne lui ont pas été remis. René Brossard, ancien prêtre et vicaire de la paroisse de Sainte-Croix de Nantes, doit se contenter de fournir à Julien Avril un certificat attestant qu’il a 24 ou 25 ans après avoir reconnu n’avoir pu trouver son âge dans les papiers baptismaux « en l’absence de vénérable et discret messire Julien Noël, recteur de la paroisse ». Comme les autres archives, les registres paroissiaux étaient la propriété de ceux qui en avaient la garde et étaient donc difficilement communicables109.

  • 110 Un autre témoin confirme ce fait en précisant qu’il peut avoir 27 ans, « d’autant qu’il y a plus d (...)

40Du fait de ces éléments, et avant que les ordonnances colbertiennes ne viennent renouveler l’obligation d’enregistrer les baptêmes et les sépultures, le contrôle des âges se faisait surtout par estimation. Si l’on reprend l’exemple de René I Le Febvre, un témoin, Jean Pelerin, docteur en médecine, dit qu’il l’a tenu sur les fonts baptismaux il y a vingt-six ans alors qu’un autre soutient « qu’à l’inspection de sa personne, il a 25 ou 26 ans » et qu’un autre affirme « qu’il porte la façon d’être âgé de 26 ans », sans que l’on sache exactement ce que ces deux dernières expressions recouvrent. Peut-être faut-il y voir une allusion à un signe physique comme dans l’exemple de Jean Blanchard, à propos duquel un témoin déclarait, quand il est devenu en 1602 substitut du procureur général au présidial de Nantes, qu’il pouvait avoir 27 ans « d’autant que dès le temps qu’il fut reçu avocat, il portait la barbe110 ».

41Sans faire référence à de tels détails, la plupart des témoins indiquent l’âge approximatif des officiers avec de faibles variations de l’un à l’autre. Quand Charles du Bouchet devient auditeur en 1619, un témoin dit qu’il a 28 ans, un autre 28 ou 29 ans, un troisième 30 ans, un dernier 29 à 30 ans. Le fait que tous indiquent le nombre d’années depuis lequel ils connaissent les candidats ou que certains appartiennent à la même génération qu’eux permet de donner de la crédibilité à leurs propos. Si l’on prend l’exemple d’Antoine Bariller en 1633, la première personne à déposer dit qu’il a 28 ans et « le savoir pour l’avoir ouy dire à plusieurs de ses parents », la deuxième rapporte « qu’il a ouy dire qu’il a plus de 26 ans », et la troisième, qui a fait ses études au collège avec lui, se montre plus affirmative encore en soutenant « qu’il excède l’âge de 27 ans pour avoir toujours ouy dire que luy déposant » – il a dit qu’il avait lui-même 30 ans « n’avait que deux ans de plus que Bariller ». De nombreux témoins font par ailleurs appel à leurs souvenirs pour donner une indication d’âge. René Brossard, qui s’est révélé incapable de présenter le papier baptismal de Julien Avril rapporte, pour justifier le certificat qu’il lui a fourni, qu’il a l’âge de 24 ou 25 ans « pour avoir bonne mémoire l’avoir vu petit enfant, il y a vingt-trois ans, allant petit par les rues ». De même quand Henry Chahu, devient trésorier de France en 1629, un témoin dit « avoir connaissance qu’il est né à Paris et qu’il peut avoir atteint l’âge de 25 ans » alors qu’un autre précise qu’il a connu son père « et qu’il y a environ 24 ans, il vint à Nantes exercer son office et amena avec lui ledit Henry son fils qui pouvait lors être âgé d’un an ou environ ».

  • 111 ADLA, B 216.

42L’exemple le plus significatif est toutefois celui du maître Pierre de Kerboudel en 1624 pour lequel toutes les dépositions, en usant d’arguments variés, visent à démontrer qu’il a l’âge requis pour être admis à la Chambre. Sur les huit témoins sollicités, deux se remémorent les circonstances de sa naissance. Ainsi le recteur de Saint-Denis se rappelle que son père se maria « il y a 26 à 27 ans et que un an ou deux après le mariage vint au monde un fils ». L’autre religieux, messire Louis Galopin, prêtre du chœur de l’église de Saint-Clément, rapporte que lorsqu’il était élève au collège de Nantes, vingt-quatre ans auparavant, « il entendit dire à ceux qui venaient de son pais natal qui est Châteaubriant qu’il n’y avait nouvelle sinon que mademoiselle de la Courpéan avait accouché d’un fils qui est celuy pour lequel il entend parler et dépose ». Trois autres témoins font référence à ce que leur aurait appris le père de Kerboudel. Sébastien de Plouer certifie qu’un jour « par rencontre il luy aurait dit qu’il avait un fils qui avait près de 17 ans et fut ladite rencontre faite à Rennes, il y a quelques dix ans, peu avant le décès dudit feu sieur de la Courpéan, au regard de celuy de présent dont entendait parler son père ». Gabriel de Plouer surenchérit en rapportant avoir, « en l’année 1615, ouy dire au défunt sieur de la Courpéan peu avant son décès que son fils aîné, qui est celuy de présent, avait près de 15 ans ». L’argumentation suivie par messire Pierre Rogier, seigneur de Crény, est la même puisqu’il soutient « que depuis le temps qu’il avait entendu dire au défunt sieur de la Courpéan, conseiller en la cour, que son fils aîné qui est celui de présent, avait douze ans qu’il peut aujourd’hui avoir l’âge de 25 ans ». Deux autres témoins font référence à son récent mariage pour soutenir qu’il a l’âge de devenir officier alors que le dernier, Charles Chauvet, en plus de cet argument, affirme « qu’à son jugement et aussi par reconnaissance et témoignage de ses grandes vertus, il peut avoir atteint l’âge de 25 ans111 ».

  • 112 Henri Carré, op. cit., p. 67.
  • 113 Guillaume Madeleneau en 1617 dont on dit qu’il peut avoir 28 ans a été baptisé le 10 novembre 1586 (...)
  • 114 Un témoin déclare qu’il a 28 ans alors qu’il n’en aurait que 20 ans si l’on en croit les registres (...)

43Dans ce cas, la démonstration est trop appuyée et, si l’on en croit les généalogistes, Pierre de Kerboudel n’avait que 19 ans en 1624. La remarque de La Roche-Flavin selon laquelle, dans les enquêtes par témoins, les pourvus d’offices se faisaient parfois attribuer trois ou quatre ans de plus qu’ils n’avaient en réalité112, trouverait donc ici une parfaite illustration. Faut-il en déduire, pour autant, que la majorité des officiers cherchaient à mentir sur leur âge ? Quand on dispose des actes de baptême, on constate, dans la majeure partie des cas, que celui qui est annoncé correspond à la réalité113. Pour une minorité, il y a rajeunissement. Il est sans conséquence pour Claude Brethe à propos duquel plusieurs témoins affirment qu’il a 27 ou 28 ans et qui produit lui-même un certificat de baptême montrant qu’il en a 32 ; il est modeste pour le maître Jacques I Constantin à qui l’on prête plus de 25 ans alors qu’il n’en a que 24, plus important pour René II Foucault – 22 ans au lieu de 25 – ou pour Jacques Le Mercier en 1619114. Pierre de Kerboudel représenterait ainsi « un record ». De façon générale, on a l’impression que ceux qui disposent d’un capital social ou de relations dans l’institution peuvent plus facilement faire agréer des témoignages de complaisance. Par sa naissance – son père était conseiller au parlement de Rennes –, par la qualité des témoins qui déposent en sa faveur – un marquis, un vicomte, un chevalier, un écuyer –, Pierre de Kerboudel a un profil social qui le range nettement au-dessus de la plupart de ceux qui intègrent l’institution à cette période ; son admission ne pose donc a priori aucun problème majeur. L’insistance sur son âge contribue à montrer que par les qualités inhérentes à sa race et à sa personne, il est pleinement digne d’être intégré sans difficulté dans l’institution.

  • 115 Il doit pourtant apporter des lettres de dispense d’âge.
  • 116 Le père est décédé en 1618. En conformité avec la coutume de Bretagne, son fils a été déclaré maje (...)
  • 117 Les propos sont confirmés par Julien Rybian, natif de la paroisse de Chastillon près de Vitré, « q (...)

44Kerboudel bénéficie en définitive du même traitement que les fils d’officiers des comptes pour lesquels il était ouvertement accepté qu’ils pussent être admis avant l’âge fixé par les ordonnances. L’auditeur Claude Juchault qui succède à son père Michel en 1614, est reçu sans difficulté alors que plusieurs témoins ont dit qu’il n’avait que 23 ans115 ; il en va de même pour le maître Marc Boutin en 1632, dont il est dit qu’il n’a que 21 ou 22 ans. Dans leur cas, l’enquête ne vise pas tant à s’assurer qu’ils sont en conformité avec la loi qu’à vérifier qu’ils ont la maturité nécessaire pour occuper un office. En 1619, l’auditeur Étienne II Moucheron, bien qu’il ait produit un certificat de baptême par lequel il apparaît qu’il n’a que 22 ans (il a été baptisé le 30 juin 1598) et qu’il ait sollicité la faveur d’être reçu en considération des services rendus par son père116, présente tout de même des témoins originaires de Vitré pour confirmer son âge. Pierre Maugère, sieur du Baschemin, prêtre natif de Vitré demeurant dans la paroisse de Saint-Donatien à Nantes, dit ainsi « se souvenir qu’il y a 21 ans ou 22 ans qu’étant à Vitré, il vit une grande troupe de personnes qu’on disait venir du baptistaire de l’enfant de monsieur de Laiglerye et que son enfant avait été nommé du nom de son père Étienne117 ». Le témoignage oral vient ici conforter le document écrit, sans chercher à déformer la réalité. La valeur d’Étienne II Moucheron ne serait d’ailleurs pas dépendante du nombre de ses années, comme le suggérerait le fait que déposent en sa faveur, en plus des témoins de Vitré, des enseignants du collège de Saint-Clément de Nantes où il a fait ses études. L’insistance sur ce point révèle l’importance qui est accordée en cette première moitié du XVIIe siècle à la formation des candidats à l’office, dernier point que je voudrais maintenant développer.

• L’insistance sur la formation

45On ne peut dire avec certitude que cet élément constitue une originalité par rapport au XVIe siècle pour lequel, on l’a vu, on ne que dispose que de très peu de documents mais cela tranche avec la seconde moitié du XVIIe siècle où les dépositions prennent un caractère de plus en plus stéréotypé. Grâce aux renseignements donnés, on a un éclairage unique sur le savoir que la Chambre attendait de ses futurs membres en même temps que l’on peut reconstituer les principales étapes de leur formation.

46À titre d’entrée en matière, on peut citer l’exemple du trésorier de France Isaac de Lescouët à propos duquel Michel Le Royer, recteur de Saint-Jean de Nantes, qui assure le connaître depuis seize ans, déclare en 1616 que

  • 118 Ibid., B 190.

« dès ledit temps il avoit été son précepteur en la maison de ses père et mère tant à Nantes, qu’au Boschet jusqu’à ce qu’il fut mis au collège et dès lors entra en la quatre ou troisième classe, en ayant été jugé capable par le sieur Cohon, principal du collège et encore qu’il ne fut plus son précepteur audit collège, il avait un soin particulier de voir son instruction tant aux lettres qu’aux bonnes mœurs et durant le temps qu’il a été au collège de Nantes ausdites classes de humanité et faisant le cours de philosophie, l’a souvent vu faire des déclamations, disputes et autres actions publiques et étant hors du collège, l’a vu demeurer deux ans ou environ avec ses père et mère étudiant ordinairement et a entendu qu’après lesdits deux ans, il a étudié aux universités de droit et fréquenté les barreaux des cours souveraines de Paris et de Rennes118 ».

47Fils d’un premier président à la Chambre, Isaac de Lescouët a reçu une éducation exemplaire ; tous les gens des comptes n’ont pas été aussi favorisés mais leur parcours éducatif a été bâti globalement sur la même trame, du moins si l’on en croit les informations.

  • 119 C’est le cas de Pierre Quenille qui devient huissier en 1621 : il est dit dans son information que (...)
  • 120 Vénérable et discret messire Louis de Mesnières, chèvecier et chanoine en l’église de Notre-Dame d (...)
  • 121 Antoine Tonnard, prêtre diacre en l’église collégiale de Notre-Dame de Nantes « lui a enseigné dan (...)
  • 122 Les receveurs du fouage y passent également : cela a été le cas au moins de François Noblet en 162 (...)
  • 123 Le nom du collège où il a été scolarisé à Paris n’est pas indiqué.
  • 124 Celui-ci a été fondé en 1604 pour donner une bonne éducation aux enfants de la noblesse. Pris en c (...)
  • 125 Ils ont pu y côtoyer René Descartes qui y aurait fait ses études de 1607 à 1615 avant d’aller fair (...)

48Le fait, assez général, est l’insistance sur la première éducation reçue à la maison. Elle a pu être dispensée par les parents119, par un prêtre comme dans le cas du procureur général Jean Blanchard120 et de l’auditeur Jacques Le Mercier121 ou, exceptionnellement, dans le cadre d’une maison noble à l’instar de René Le Clerc qui aurait, aux dires de plusieurs témoins, après avoir été « nourri et élevé » dans la demeure de son père, séjourné dans la maison du prince de Guéméné au Verger. Outre les rudiments en matière religieuse, c’est dans ce cadre qu’ont été dispensés les enseignements de base. Beaucoup de témoins insistent ensuite sur le passage en collège, institution qui semble avoir été fréquentée par tous les candidats aux offices122. C’est là qu’est intervenue la rupture avec le milieu familial puisque les enfants semblent avoir été tous mis en pension. Parmi les collèges cités figurent celui de Saint-Clément à Nantes où ont étudié la plupart des officiers du comté nantais mais aussi des Vitréens comme l’auditeur Étienne II Moucheron en 1619, le collège Saint-Yves à Vannes (Jacques I Huteau), le collège de Rennes (Isaac de Lescouët), les collèges parisiens comme celui de Navarre (Yves de Monti et peut-être le président Gabriel Tromelin123). Le collège jésuite de La Flèche124 semble avoir été particulièrement attractif puisqu’il a été fréquenté par au moins cinq officiers, à savoir l’avocat général Antoine Calloët, les maîtres Yves de Monti, Pierre de Kerboudel, Adrien de Crespy125 et l’auditeur Jean I de Moayre (qui a étudié également à Orléans). À noter enfin le collège, également jésuite, de Poitiers où a étudié l’auditeur Luc Viaudet.

  • 126 Il y avait ordinairement six classes d’humanités dans les collèges. Des élèves d’âges parfois très (...)

49Le temps de présence au collège n’est pas mentionné et l’on sait que rares étaient les élèves qui suivaient un cursus scolaire complet126. Pour Pierre de Kerboudel, il est dit seulement qu’il a étudié à La Flèche pendant cinq à six ans. Dans le cas d’Étienne II Moucheron, on sait qu’il a passé, en compagnie d’un frère qui se destinait à devenir capucin, quatre ou cinq ans au collège Saint-Clément et qu’il a fréquenté la classe de cinquième et de troisième où il serait resté un an et demi. Isaac de Lescouët serait, on l’a vu, entré directement en quatrième ou en troisième et aurait poursuivi ses études jusqu’à la classe de philosophie. Pour d’autres, le séjour était plus bref : Jean Mellet, greffier à l’officialité de Nantes, dit que le père de l’huissier Pierre Quenille « l’avait entretenu au collège de Saint-Clément en intention qu’il fût d’église mais peu auparavant son décès, l’en aurait retiré et mis en pension chez un procureur du siège présidial de Nantes ».

50Quel que soit le temps passé au collège, on peut penser que les futurs officiers ont eu la possibilité d’y acquérir, sinon une solide culture humaniste, au moins un bagage commun constitué de références à l’Antiquité gréco-latine, aux Pères de l’Église et aux auteurs français du XVIe siècle ; ils y ont appris aussi à raisonner, à discourir et à faire bonne figure dans les cercles professionnels qu’ils allaient être amenés ensuite à fréquenter ; ils s’y sont créés enfin des amitiés précieuses qu’ils ont pu entretenir tout au long de leur vie.

  • 127 Deux autres témoins disent qu’il a été également chez un procureur à Paris.
  • 128 ADLA, B 189. Germain Bouyn, sieur de Beauregard, dit le connaître « depuis douze ans qu’il était d (...)
  • 129 Un témoin qui le connaît depuis sept à huit ans, dit qu’après avoir vécu dans la maison de son pèr (...)
  • 130 François Martin, huissier collecteur des finances, en 1619, a été formé d’abord chez un notaire, G (...)
  • 131 Déposition de François I Boux, écuyer, sieur du Teil. L’auditeur Jean Macé en 1616 présente un cas (...)
  • 132 Les huissiers de la Chambre se formaient essentiellement chez des notaires et des procureurs. Un t (...)
  • 133 Claude de Ferrière, Dictionnaire de droit et de pratique, Paris, 1717.

51Après les études au collège, deux parcours sont mis en valeur dans les informations. Le premier consiste à entrer chez un procureur pour apprendre la pratique. Il concerne surtout les auditeurs comme André de Bourgues, dont un témoin, René Jéhannault, prêtre de chœur de Saint-Nicolas, dit « l’avoir toujours vu demeurer chez ses parents à la Fosse de Nantes fors quatre à cinq ans derniers qu’il alla demeurer chez Pierre Fenice, procureur en la Chambre127 ». On retrouve un itinéraire identique pour les auditeurs Denis Cassard en 1616128, Jacques Le Mercier en janvier 1619129… La plupart se forment à Nantes auprès des procureurs de la Chambre ou du présidial130 mais certains n’hésitent pas à aller à Paris, à l’instar de Roland I Bidé qui, selon un témoin, « après avoir été entretenu au collège de Saint-Clément et depuis chez maître Guillaume Lemaryé, procureur au siège présidial de Nantes, aurait été quelque temps chez un procureur de la Chambre des comptes à Paris131 », ce qui révèle sans doute des ambitions plus élevées. On devine ainsi le rôle essentiel des procureurs qui reçoivent en apprentissage des gens de la basoche132 mais aussi de futurs officiers. Leur étude était considérée à l’époque comme la meilleure école pour s’instruire à tel point que Claude de Ferrière formulait le vœu au XVIIe siècle, « que tous ceux qui se destinent au barreau ou à remplir quelque charge de judicature y eussent été pendant plusieurs années133 ». Le savoir qui y était dispensé, qui s’apparentait davantage à une technique qu’à une science, était pleinement adapté pour préparer les auditeurs à leurs futures fonctions.

  • 134 Il y serait demeuré deux ans, ADLA, B 216.
  • 135 Ibid., B 194.

52La mise en apprentissage peut se rencontrer, exceptionnellement, pour des maîtres. C’est le cas de Raoul Avril, en 1624 à propos duquel Jean Giraud, abbé commendataire de Melleray, dit « l’avoir vu demeurer à Nantes es demeures de maîtres Pierre Fenice et défunt Jean Le Gentihomme, procureurs en la Chambre134 ». Le cas de Jean I Frotet en 1617 est plus ambigu : deux témoins affirment l’avoir vu demeurer à Nantes à la suite de la Chambre135, sans que l’on sache en quoi a consisté cette présence auprès de l’institution : Frotet a-t-il appris les rudiments du métier auprès des gens des comptes eux-mêmes ou a-t-il fréquenté lui aussi l’étude d’un procureur ? Il est impossible de le dire. Quoi qu’il en soit, il n’est pas étonnant de toute façon que ces deux exemples concernent deux maîtres non originaires de Nantes qui, pour se faire admettre à la Chambre, ont dû préalablement se faire connaître de son personnel et s’initier, au moins superficiellement, aux techniques financières.

  • 136 Des officiers de finances étaient également avocats. C’est le cas du trésorier et receveur général (...)
  • 137 Déposition de Julien Noël, chanoine et recteur de Sainte-Croix.
  • 138 Maurice Gresset fait la même remarque et indique que lorsque les conseillers du parlement de Dole (...)

53La seconde voie, sur laquelle insistent les témoins, passe par les universités. Les exemples où les études ont permis l’obtention du grade d’avocat sont particulièrement valorisés. Cela est presque systématique pour les gens du parquet qui entrent à la Chambre au terme d’une carrière et après avoir fait la preuve de leurs talents oratoires136. Grâce aux dépositions des témoins, on apprend ainsi que René Rousseau en 1619 a plaidé à Nantes « lorsque la Chambre du parlement était établie aux Cordeliers puis au parlement de Rennes presque à toutes les audiences avec grand honneur et réputation, mesme qu’il [Julien Noël] s’est trouvé plusieurs fois en sa maison audit Rennes où il était occupé ordinairement aux consultations et à consulter les affaires des plus grands de la province137 ». Les activités majeures de l’avocat sont ici mises en évidence, à savoir les plaidoiries et les consultations, principalement celles qui étaient accordées aux membres des grandes familles, et qui constituaient un gage supplémentaire d’honorabilité138. On peut de la même façon, grâce à l’information de vie et mœurs, suivre le parcours de l’avocat général Antoine Calloët en 1624 : après un passage au collège de La Flèche, il est allé étudier la philosophie et le droit à Paris puis il est revenu à Rennes où il s’est inscrit au barreau et a régulièrement plaidé.

  • 139 Il est dit seulement qu’il a suivi le barreau sans que l’on sache s’il a personnellement plaidé.
  • 140 Un témoin dit l’avoir vu à Rennes où « il portait la robe et plaidoyait ordinairement au parlement (...)
  • 141 Baptisé le 8 mai 1590, il a donc 25 ans quand il devient maître en 1615. Il aurait été avocat en p (...)
  • 142 Écuyer Jean Charette, sieur de La Noë et de La Colinière et du Boisbriand, dit l’avoir vu à Nantes (...)
  • 143 Il est dit qu’il est avocat au parlement de Paris.
  • 144 Son information de vie et mœurs précise qu’il était licencié en lois, ADLA, B 183.
  • 145 Un témoin dit l’avoir vu plusieurs fois à Rennes portant la robe sur le barreau comme avocat « où (...)
  • 146 Étienne Maynet, procureur au comté des Olonnes, affirme qu’il est avocat « il y a trois ou quatre (...)
  • 147 Jean Charette dit l’avoir vu suivre le barreau au parlement et au présidial.
  • 148 Selon le témoignage de Claude Ragaud, prêtre, qui le connaît depuis quatre ans et l’a vu à Paris à (...)
  • 149 Il est présenté comme avocat au parlement, fréquentant le barreau du présidial.
  • 150 Après des études au collège de Nantes, il aurait fait son droit à Paris ; et il aurait été vu plai (...)
  • 151 Rappelons que tous les avocats d’Ancien Régime étaient rattachés à un parlement. Pour être reconnu (...)

54La détention du diplôme d’avocat et parfois l’exercice de la profession sont également mentionnés pour quelques maîtres comme Pierre II Davy en 1615139, Christophe de Rollée en 1619 qui aurait plaidé huit ans à Rennes avant d’accéder à la Chambre140, Jacques Ménardeau en 1623 qui a étudié à Nantes et à Paris où, aux dires de Charles Chauvet, il allait « journellement à l’audience en qualité d’avocat », Raoul de Brégel141, Mathurin Boux en 1626142, Adrien de Crespy en 1629143, Sébastien Le Meneust en 1636, Jean Fleury en 1650. Il en est de même pour quelques auditeurs à l’instar d’Albert Padiolleau en 1613144, de Maurice Coupperie en 1616, Julien Avril en 1617, Guillaume Madeleneau en 1618, Charles du Bouchet en 1619145, Luc Viaudet en 1625 qui, après des études à Poitiers, a été reçu avocat au parlement de Paris146, René Marques en 1627147, Jean I de Moayre en 1633148, René Le Brun en 1638149, Pierre I Bocan en 1650150, Simon Le Meneust et René Guyton la même année. Un témoin affirme que l’auditeur Pierre Gallinière (1621) a, quant à lui, « hanté le barreau », sans que l’on soit certain qu’il ait lui-même plaidé151.

  • 152 Malgré les règlements, on sait de toute façon que les étudiants étaient généralement peu assidus a (...)
  • 153 ADLA, B 189. Pour le maître Philippe I Varice en 1614, il est précisé que ses parents l’ont « fait (...)
  • 154 Un autre témoin dit qu’il est « fort bien étudié es bonnes lettres ». Il est en outre précisé qu’i (...)
  • 155 ADLA, B 239.

55Pour d’autres officiers, on trouve simplement la mention qu’ils ont été aux universités, ou qu’ils en sont de retour mais sans que l’on sache combien de temps ils y sont demeurés et s’ils ont obtenu un grade quelconque152. Jean Giraud, abbé de Melleray et chanoine de Nantes, affirme ainsi en 1615 qu’il connaît Michel III Le Lou « tant dans sa jeunesse que depuis qu’il est de retour des universités153 ». La présence parmi les témoins d’avocats, de conseillers au présidial, souvent du même âge que le candidat à l’office, le fait aussi qu’ils disent avoir fait leur scolarité en sa compagnie, visent à conforter l’idée que les études supérieures ont été menées jusqu’à leur terme : deux avocats déposent ainsi en faveur du maître Jean Jousselin, l’un attestant « qu’il le connaît bien et qu’il a fait une partie de ses études avec lui », l’autre disant « qu’il a suivi le parlement en sa compagnie ». Sans qu’il soit indiqué qu’il est lui-même avocat, il est précisé qu’il a bien suivi ses études et « qu’il est bien entendu aux affaires de justice et qu’il fait profession de lettres humaines154 ». On retrouve un peu la même situation avec l’auditeur René Drouet en 1634, que Pierre de La Monneraye, conseiller au présidial de Rennes, « affirme connaître dès son enfance pour avoir étudié avec lui tant à Rennes qu’aux universités155 ».

  • 156 Ibid., B 187, mention du 18 décembre 1615.
  • 157 Ibid., B 183.

56Dans quelques cas, des précisions complémentaires sont données afin de témoigner du souci de l’individu de compléter ses études universitaires par l’apprentissage d’un savoir pratique. Deux témoins disent ainsi en 1615 à propos du maître Jacques Viau « que depuis trois ans derniers qu’il est de retour des universités, il a demeuré au logis du sieur procureur du roi au présidial [il s’agit de Guillaume Blanchard], son beau-frère156 ». Le parcours de Claude Brethe est plus riche : après un passage à l’université de Paris où Joseph Bourdereul, trésorier et payeur de la gendarmerie de France, atteste avoir étudié avec lui « sous les mêmes maîtres », il aurait été ensuite employé aux affaires de son père « qui était premier commis de Monsieur de Villeroy » puis il aurait séjourné chez le président Miron six ou sept mois avant de venir à Nantes où il a élu domicile chez le procureur des comptes Blanchet157, l’étude du praticien servant ici encore de lieu de préparation à l’entrée à la Chambre.

  • 158 François Gabard, Jacques I Constantin qui a étudié peut-être aussi à Angers, Jacques Ménardeau, An (...)
  • 159 Jacques I Huteau, Jean Blanchard, Jacques II Barrin, Charles du Bouchet.
  • 160 L’alloué et lieutenant général au présidial de Nantes Claude I Bidé dit connaître l’auditeur Pierr (...)
  • 161 L’auditeur Luc Viaudet.

57Nombre d’officiers sont donc passés par les universités, du moins si l’on en croit les informations de vie et de mœurs. Le fait que cet élément soit régulièrement mis en valeur dans ces documents suggère de toute façon qu’il était considéré comme un facteur susceptible de favoriser une intégration à la Chambre. Sans qu’il mène forcément à l’obtention du grade d’avocat, il offrait l’occasion à ceux qui s’y soumettaient d’élargir leurs horizons et leur servait en quelque sorte d’expérience initiatique avant de prendre un état. D’après les indications fournies sur les villes universitaires, on constate que Paris arrive en tête158 devant Angers159, Orléans160 et Poitiers161. Les gens des comptes se conforment au modèle des parlementaires pour qui il n’y avait pas d’éducation digne de ce nom sans séjour dans la capitale. Nantes, en revanche, n’est jamais citée, ce qui confirmerait la faible qualité de l’enseignement supérieur qui y était dispensé, fournit une preuve de la diversité du recrutement géographique du personnel de la Chambre, point sur lequel je reviendrai, et témoigne aussi du désir des futurs officiers qui étaient originaires de la cité ligérienne de découvrir d’autres réalités.

58Quand la présence aux universités n’est pas indiquée, on ne doit pas en conclure automatiquement que l’officier n’avait pas poursuivi ses études après le collège. C’est sans doute vrai pour les auditeurs pour qui, on l’a vu, la pratique suffisait ; c’est moins sûr pour les maîtres. Ceux qui appartenaient à une noblesse ancienne ou qui étaient fils de magistrats des comptes avaient pu éventuellement s’en passer. Pour d’autres, cela était sans doute implicite. Ainsi dans le cas de François Gabard en 1618, aucune précision n’est apportée sur les études, à l’exception d’un témoin qui dit l’avoir vu assister à la messe à Nantes et à Paris, ce qui peut laisser entendre qu’il a été au collège ou à l’université dans la capitale. Cette conclusion est d’autant plus plausible qu’il était fils d’un conseiller au parlement et que parmi les témoins qui déposent en sa faveur figurent trois conseillers au présidial et deux avocats. Par sa naissance, il appartenait incontestablement au monde de la robe et il n’avait donc pas besoin de faire mention de ses diplômes.

  • 162 Gilbert Gadoffre, La Révolution culturelle dans la France des humanistes : Guillaume Budé et Franç (...)
  • 163 Yves Durand, op. cit., p. 227.

59L’insistance dans les informations de vie et de mœurs sur les études suivies par les gens des comptes révèle que ceux-ci ont été sensibles à la « Révolution culturelle162 » qui s’est développée à partir du XVIe siècle dans le sillage du mouvement humaniste. Elle participe aussi du processus de construction de la noblesse de robe qui tenait à se distinguer de la noblesse d’épée par l’éducation163. Elle vient apporter une touche finale au portrait du bon officier des comptes qui, si l’on récapitule les qualités évoquées précédemment, doit se montrer catholique, appartenir au monde des notables, détenir l’âge requis ou la maturité suffisante pour exercer des responsabilités publiques et avoir fait un effort pour s’éduquer. On retrouve ici l’idéal du parfait magistrat chrétien qui est resté en vigueur tout au long de l’époque moderne, avec des inflexions selon les périodes. Pour la première moitié du XVIIe siècle dont datent toutes les enquêtes que j’ai analysées, il est utilisé à différentes fins. Il sert d’abord, pour reprendre les propos de Robert Descimon, à légitimer l’action des juges auprès d’un peuple prompt à contester toutes les autorités en raison de ses souffrances bien réelles et de la survie des passions religieuses. Dans une Bretagne qui a été profondément marquée par les guerres de la Ligue, les gens des comptes doivent être revêtus de l’autorité nécessaire pour faire la clarté sur la gestion des deniers royaux et faire oublier leurs anciennes divisions.

  • 164 Jean Nagle, Un orgueil français. La vénalité des offices sous l’Ancien Régime, Paris, Odile Jacob, (...)

60Ce discours peut servir ensuite à masquer les progrès de vénalité des offices164. La mise en avant de la vertu, du talent, de l’honorabilité, de la bonne naissance des candidats aux charges vise ainsi à occulter le fait que ces dernières s’achètent à un prix de plus en plus élevé tout en suggérant l’idée que ceux qui les acquièrent ont les moyens de s’y consacrer avec désintéressement. L’exaltation des officiers contribue enfin à les séparer du reste de la société et à justifier les privilèges qu’ils ont ou qu’ils revendiquent. Comme les autres magistrats, les gens des comptes ne cherchent pas tant à se distinguer de l’ensemble de la population qu’à s’extraire de la bourgeoisie – marchande en particulier – et, par l’exaltation d’un idéal d’érudition et de travail, à s’imposer face à une noblesse d’épée considérée comme oisive. Dans l’une des harangues qu’il prononce à l’ouverture de la Chambre au début du XVIIe siècle, Auffray de Lescouët oppose ainsi le guerrier à l’officier. Du premier, il dit « qu’il ne cherche pas seulement une fin sacrée mais souvent une mort profane au combat singulier : il en donne et reçoit le cartel et l’appel pour une parole, un regard, un vent et un rien sur le faux honneur d’une vraye vanité ». Il conclut en soulignant que « les Romains avaient raison de sacrifier avant ce duel un pourceau et les Grecs une brebis, pour la sale brutalité et sottise de ce combat misérable ». En revanche, selon lui, « les officiers, allant aux temples de la justice, vont à une toison et à une moisson d’or, sans crainte des périls de la mer, ny de la terre, ny des enchantemens comme les Argonautes ». Assimilés à des étoiles semées au firmament pour éclairer la monarchie, ils ne craignent pas la mort qui, « alors qu’elle est épouvantable et terrible aux autres, leur est bénignement douce et favorable et si loyale dépositaire qu’elle les transporte et rend à leurs enfants et à leurs héritiers », ce qui constitue une manière élégante de justifier la paulette et de plaider en faveur de la patrimonialisation des charges.

  • 165 Jacques Krynen, L’État de justice, France, XIIIe-XXe siècle. t. I. L’idéologie de la magistrature (...)
  • 166 Il en est de même pour ceux qui viennent des catégories sociales moins relevées comme les procureu (...)

61Sur tous ces points, le discours des gens des comptes ne se différencie guère de celui qui est tenu par les membres de la haute robe ; mais cette reprise des mêmes thématiques révèle qu’ils cherchent à s’identifier pleinement à eux et en particulier aux gens du parlement165, à faire oublier qu’ils s’occupent d’argent. Le discours sur le parfait magistrat ne doit pas masquer les différences que les enquêtes font apparaître. On a retrouvé le clivage entre les officiers du Grand Bureau qui, en tant que juges, doivent se conformer le plus à l’idéal prôné alors qu’il est admis que les auditeurs soient davantage des techniciens. On a pressenti aussi les clivages sociaux : la Chambre se montre particulièrement accueillante pour les nobles d’ancienne extraction, pour les enfants des membres de son personnel et plus généralement pour ceux des familles honorables de Nantes. Tout en se montrant ouverte aux autres catégories aisées de la province, elle exige d’elles qu’elles fassent davantage la preuve de leur qualité, ce qui explique que c’est pour elles que l’on dispose généralement des informations les plus riches et les plus intéressantes166. Les enquêtes contribuent ainsi à imposer l’idée que la Chambre reçoit des individus en fonction de leur naissance, de leur notoriété, de leur appartenance aux cercles de la notabilité. Elle reconnaît les efforts de ceux qui ont cherché à quitter le monde de la pratique ou de la marchandise, pour se mettre au service du roi – soit par les finances, la justice, les responsabilités municipales, les députations aux états – tout en les cantonnant le plus souvent à des tâches secondaires.

  • 167 La réaffirmation de cet idéal au XVIIIe siècle constituerait une tentative pour redorer le blason (...)

62Au fil du temps, les informations prennent un caractère de plus en plus stéréotypé. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour expliquer cela. La première tient sans doute au fait que l’effet des guerres de Religion tend à se dissiper et que l’idéal du parfait magistrat, qu’il a fallu, dans un premier temps, définir et expliciter, est devenu quelque chose d’implicite167. La fin de la menace protestante impose ensuite moins l’obligation de contrôler avec précision la catholicité des candidats à l’office, ce qui tend à faire disparaître tous les détails significatifs sur la pratique religieuse, qui donnaient aux documents une grande part de leur intérêt. L’appauvrissement des informations doit être mis en relation aussi avec le triomphe du principe de la vénalité et la reconduction régulière de l’annuel. La mauvaise conscience, si tant est qu’elle ait existé, qui pouvait être liée à la vente des charges publiques, a sans doute dû là aussi s’atténuer et rendre moins impérative la nécessité de se montrer vertueux. Plus fondamentalement a dû jouer enfin le fait que certaines familles ont accentué leur mainmise sur l’institution, ce qui a transformé la réception en simple opération de cooptation, où le critère majeur de sélection a été la naissance. Cette dernière hypothèse, pour être retenue, supposera d’étudier les mécanismes de reproduction du personnel, ce que je ferai plus loin. Avant de s’intéresser à cette question, il m’a semblé intéressant de consacrer un développement aux individus que la Chambre a tardé ou refusé de recevoir ainsi qu’à ceux qu’elle a suspendus ; à travers ces « résistances », se dessine en creux l’image du « mauvais magistrat » par opposition à celle, élogieuse, qui est délivrée par les informations de vie et de mœurs.

Retardés, refusés et suspendus

• Le temps de se faire recevoir

Tableau 44. – Répartition du délai entre provision et réception par titre.

Tableau 44. – Répartition du délai entre provision et réception par titre.

Tableau 45. – Officiers recensés dont le délai entre provision et réception excède deux ans.

Tableau 45. – Officiers recensés dont le délai entre provision et réception excède deux ans.
  • 168 Les conseillers de la Cour des aides entrent en charge en moyenne quatre mois après l’achat de leu (...)
  • 169 Il a peut-être payé aussi son appartenance au haut-clergé ; il est en fait le dernier dignitaire d (...)

63Quand on examine le délai qui sépare la délivrance des lettres de provision et la réception par la Chambre, on constate qu’il est inférieur à quatre mois168 pour les différentes catégories du personnel. Les nuances que l’on peut relever ne sont pas significatives. L’examen du cas des officiers qui ont mis près d’un an ou plus pour se faire recevoir est plus riche d’enseignements. On en repère trente-quatre pour les XVIe et XVIIe siècles, en intégrant l’exemple du président Jean de Plédran dans les années 1530. Celui-ci présente une situation particulière puisqu’après avoir réussi à se faire recevoir, il a dû finalement se démettre de sa charge, payant le fait qu’il était, semble-t-il, physiquement incapable d’exercer sa fonction alors que la monarchie cherchait, en pleine période de réformes financières, à améliorer la qualité du personnel des comptes169.

  • 170 L’auditeur François Daniel rencontre des problèmes similaires en 1676-77 : les secrétaires maison (...)

64Les autres exemples rencontrés peuvent se classer en plusieurs catégories. La première comprend les officiers qui ont rencontré des problèmes d’ordre administratif dans la procédure de nomination. Ils peuvent être liés à une erreur commise dans l’adresse des actes comme pour le maître Jacques Séré qui, après avoir été institué le 16 août 1630, voit sa réception retardée car sa lettre de provision est destinée également aux trésoriers de France. La Chambre, qui se montre toujours jalouse de ses prérogatives, exige qu’il fasse réformer ses lettres avant de procéder à sa réception, qui n’intervient finalement que le 8 mars 1632. Sans devoir patienter autant de temps, d’autres officiers rencontrent des difficultés lors de la délivrance des lettres de provision : en octobre 1677 (le 14), Augustin Picot se voit contester par les secrétaires de la chancellerie de France le droit de porter le titre de secrétaire, et ils le font rayer sur la quittance de finance et sur celle de marc d’or. La Chambre refuse d’enregistrer les lettres modifiées mais un arrêt du conseil du 14 décembre 1677 ordonne la réception bien que le titre de secrétaire ne soit pas mentionné. Elle doit s’incliner et reçoit Picot le 4 février 1678170.

  • 171 Alexandre de La Tullaye voit sa réception retardée car son père Yves n’a pas rendu les papiers du (...)
  • 172 ADLA, B 224.

65D’autres officiers ont vu leur entrée retardée en raison de leur activité antérieure171. Cela a été le cas notamment du maître Nicolas de Rollée qui a été institué le 24 octobre 1626 et qui n’a été reçu que le 3 décembre 1627 après une longue opération de contrôle de son action en tant que maître des eaux et forêts et cela bien qu’il ait bénéficié de la résignation de son frère. L’officier chargé de cette tâche a dû interroger une série de personnes qui lui ont été désignées et leur poser des questions précises. Parmi ces témoins, on trouve Gilles Claray et le métayer de La Clarelais, Nicolas Billin, « le métayer de la Chaisne demeurant en la paroisse de Saint-Aubin, lesquels furent trouvés par ledit de Rollée au mois d’août 1625 conduisant et cherroyant quatre sommiers esquarrez non marquez en délivrance en quatre charettes » et à qui il est demandé « ce qu’ils payèrent pour la faute par eux commise et si ledit Rollée ne vendit pas deux bœufs qui servirent audit charroy 30 l. et en toucha l’argent ». Y figurent aussi Pierre Meslin, Pierre Julienne, Jacques Bretagne, Jean Gousse, Guillaume Sauson, Georges des Landes, Pierre Baudoin et Ozanne qui doivent témoigner « sur le mauvais ménagement » des forêts du même lieu « tant pour avoir permis de mettre des bœufs et bestiaux en taillis rouges que pour avoir fait esbrancher les bois de haute fustaye ». Bernard Picard, adjudicataire des taux et amendes se voit demander pour sa part « s’il a cognoissance qu’il en ayt esté adjugé par ledit de Rollée qui n’ayent esté employées aux rolles172 ». Les réponses apportées ont dû être jugées satisfaisantes puisque Nicolas de Rollée a été finalement reçu.

  • 173 Guy Renouard, qui a été nommé en 1579 auditeur à la place de Jean du Breil décédé, a mis plus d’un (...)
  • 174 Il était le fils de Gilbert Vergé auquel il aurait succédé dans sa charge de juge des traites et i (...)
  • 175 La Lande de Calan, op. cit., t. II, p. 18-19. Les états reprochent aussi à René Vergé d’être prote (...)

66Une troisième catégorie, plus importante et plus significative, regroupe les individus qui ont acquis des offices de nouvelle création ou des charges dont la suppression était demandée173 : en retardant leur réception, la Chambre a cherché à convaincre le pouvoir royal de revenir sur sa décision ou à tout le moins d’en négocier les modalités d’application. Celui qui s’est heurté à la résistance la plus opiniâtre est René Vergé174 qui a été pourvu d’un office de président le 1er juillet 1572 lors du doublement du personnel de la Chambre. Il s’est heurté d’abord à l’opposition des états provinciaux avec lesquels il avait un lourd contentieux depuis qu’en 1557, ils avaient obtenu la suppression de l’office de lieutenant civil et criminel à Nantes qu’il avait acheté. Pour se venger, il avait mis en cause leur administration financière et les avait accusés de s’être appropriés 20 000 livres de deniers royaux, ce qui avait entraîné la venue en février 1566 d’une commission d’enquête en Bretagne – à laquelle il avait été associé –, la saisie des archives des états et l’arrestation de leur trésorier, Jean I Avril, qui avait été détenu à Paris en 1566-1567. L’affaire s’était en partie « dégonflée » dans les années suivantes : suite à l’examen des comptes d’Avril par le Conseil privé (3 août 1567) puis, par révision, par des officiers de la Chambre des comptes de Paris, sa gestion avait été validée par des lettres patentes de février 1570 et le jugement des plaintes formulées contre lui renvoyé au parlement de Bretagne. Forts de cette « victoire », les états ont cherché à prendre leur revanche contre René Vergé. Dans les doléances qu’ils ont rédigées lors de leur session de 1572, ils ont demandé à Charles IX de faire exécuter les délibérations qu’ils avaient prises contre lui, de terminer le plus tôt possible le procès qu’ils lui avaient intenté pour les avoir faussement accusés et de lui interdire, en attendant, de tenir aucun office en Bretagne175 et ils ont fait pression sur la Chambre pour qu’elle ne le reçoive pas.

  • 176 Cf. p. 382.
  • 177 Lors de leur session de cette même année 1574, les états ont demandé à ce que le roi ordonne que l (...)
  • 178 ADLA, B 58, fo 9.
  • 179 Jacqueline Boucher, dans Arlette Jouanna (dir.), Histoire et Dictionnaire des guerres de Religion,(...)
  • 180 En 1580, il était signalé comme maître des requêtes ordinaires du duc d’Anjou et comme conseiller (...)

67René Vergé a dû faire face également à l’hostilité des autres présidents peu désireux de partager leurs privilèges avec lui, d’autant qu’ils le jugeaient responsable du doublement du personnel de l’institution176. Ayant bénéficié en février 1573 d’un arrêt du Conseil qui leur ordonnait de mettre fin à leur opposition, il n’a pu obtenir satisfaction, ce qui a conduit ce même Conseil à procéder à sa réception le 17 septembre 1574177. Ce même jour, Henri III a délivré en sa faveur une nouvelle lettre de jussion qui a contraint la Chambre à s’incliner le 17 janvier 1575, soit près de trois ans après sa nomination178. René Vergé semble avoir bénéficié dans toute cette affaire du soutien personnel d’Henri III. On sait en effet que ce dernier a commencé à jouer un rôle important au Conseil, alors qu’il n’était que duc d’Anjou, après le tour de France royal de Charles IX : il a présidé l’assemblée des notables tenue à Moulins en 1566179 et a été nommé lieutenant général du royaume en 1567. Quand René Vergé est venu à Nantes en 1566 pour saisir les papiers des états provinciaux, il était accompagné de l’un de ses secrétaires, Bernard de Girard, sieur du Haillan, ce qui tendrait à prouver que, fort des accusations qu’il avait portées, il a été l’un des agents du prince en Bretagne. La force du lien qui existait entre les deux hommes est confirmée d’ailleurs par le fait que l’ordre de procéder à sa réception du 17 septembre 1574 a été donné à Lyon, c’est-à-dire aussitôt après l’arrivée d’Henri III dans le royaume, au terme d’un périple qui l’avait mené, après son départ de Pologne, à travers l’Empire et l’Italie. C’était là à tout le moins une marque de faveur à l’égard d’un serviteur dévoué180, alliée à la volonté de mettre fin à la résistance des institutions bretonnes.

  • 181 Entrent dans cette catégorie Philippe Sorée, François Trottereau, Georges Morin, Gilles Le Moyne, (...)
  • 182 Michel Juchault, Pierre Paetral et Damien Morin.
  • 183 Les correcteurs institués en 1626 sont en revanche admis sans difficulté.
  • 184 ADLA, B 63, fo 190, mention du 17 décembre 1597.
  • 185 Il est reçu le 29 décembre 1597.
  • 186 La réception des officiers nommés au cours des années 1690 et au début des années 1700 se fait trè (...)

68Les oppositions à la réception d’officiers que l’on relève par la suite sont inspirées davantage par des problèmes de gages à assigner et d’épices à partager. Elles concernent tous ceux qui ont été institués maîtres dans les années 1570-1580 à la suite de l’introduction d’un office surnuméraire en faveur de Jean Coutel en 1572181 et ceux qui ont acquis les premières charges de correcteurs de 1576182, et qui ont dû patienter plusieurs années pour être acceptés, en bénéficiant, comme les précédents, de l’appui du pouvoir royal183. On y retrouve aussi ceux qui, malgré la protection du duc de Mercœur, ont éprouvé des difficultés pour intégrer la Chambre des comptes ligueuse à Nantes. C’est le cas de l’auditeur Guillaume de Bruc et des maîtres François Charton et Mathieu de Brénezay. Dans le cas de ce dernier, qui avait bénéficié de la résignation de Charton, la Chambre a usé de plusieurs arguments : elle a demandé d’abord la suppression de l’office comme vacant par mort en faisant valoir que la résignation n’était pas valable car Charton n’avait été reçu qu’à titre d’auditeur et qu’il n’avait pas vécu quarante jours après s’être démis de sa charge. Elle a prétexté ensuite que Mathieu de Brénezay « ne pouvait être reçu en tant que conseiller et maître estant marié avecques la nièce de maître Jean de La Tullaye, aussi conseiller et maître en la Chambre, actendu le service qui s’y fait de présent en même séance par tous les officiers dicelle, veu que où assisteroit ledit La Tullaye, il ne pourroit avoir voix délibérative selon lesdites ordonnances si bien qu’estant receu il seroit et demoureroit officier inutille au préjudice et surcharge des finances184 ». Cette référence au non-respect de la clause des quarante jours et à des liens de parenté, qui pouvaient perturber le bon fonctionnement de l’institution dans un contexte difficile, n’a pas suffià faire fléchir le duc de Mercœur, qui a finalement imposé son candidat185. La résistance n’a pas été totalement vaine puisque Mathieu de Brénezay n’a pas été remplacé après son décès. La Chambre a fait la preuve une dernière fois186 de son opposition à la création d’offices en retardant la réception des deux maîtres – Claude de Sesmaisons et Sébastien Le Meneust – introduits en 1632. Le premier a dû patienter deux ans avant d’être officiellement installé alors que le second a dû attendre près de quatre ans.

  • 187 Quand Gilles Thébaud est institué auditeur à la place de Jean de La Tullaye le 16 mai 1598, la Cha (...)
  • 188 Il a bénéficié de la résignation de Jean Jallier qui a été nommé trésorier de France mais qui est (...)
  • 189 ADLA, B 588, fo 164.
  • 190 Il avait bénéficié de la résignation du maître Louis Merceron : « après avoir esté ouy et examiné (...)
  • 191 Dès le 14 juin, Guy Renouard est nommé à sa place, ibid., B 599, fo 216.

69Parmi les officiers dont la réception a été retardée, on retrouve aussi ceux qui ont échoué à l’examen d’entrée à la Chambre. On en repère trois cas187. Les deux premiers concernent le XVIe siècle. Le 4 décembre 1570, Guy du Couëdor, qui demande à être reçu comme maître suivant ses lettres de provision du 26 mai 1570188 voit, « comme il n’a pas suffisamment respondu », sa réception repoussée « jusques au 1er décembre 1571 pendant lequel temps », précise le Bureau de la Chambre, « il fera tout debvoir et diligence de s’exercer et faire instruire sur le faict de justice et finances pour audit jour procéder à sa dite réception s’il est veu que faire ce doive et qu’il soit trouvé suffisant et cappable de l’exercice diceluy189 ». Pierre Danyau subit le même sort en 1586190. Guy du Couëdor, qui est décédé avant le terme d’un an qui lui a été prescrit, et Danyau, qui a renoncé assez vite à se faire pourvoir, sont remplacés par deux anciens auditeurs, à savoir Pierre I Ménardeau et Guy Renouard191. Hostilité à la vénalité des offices et volonté de promouvoir des hommes d’expérience expliqueraient l’attitude de la Chambre dans ces deux cas. On ne peut s’empêcher de penser non plus que Guy du Couëdor et Pierre Danyau ont payé le fait de ne pas disposer d’alliés qui auraient pu appuyer leur candidature parmi les membres du Bureau. Hommes neufs, ils ont dû s’incliner devant deux « piliers » de l’institution : le reproche qui leur est fait de ne pas se connaître en matière de finances serait ici le signe de leur non-appartenance aux cercles et aux familles où la Chambre recrutait d’ordinaire son personnel.

70Cet argument se vérifie dans l’exemple pour lequel on est le plus documenté, celui de Pierre II du Cassia en 1693-1694. Institué maître des comptes le 24 décembre 1693 à la place de François Bouin qui a résigné en sa faveur, il a dû avoir recours au Conseil privé pour se faire recevoir près d’un an plus tard le 24 novembre 1694. Dans le récit qu’il fait de ses mésaventures, il dit que :

« Lorsqu’il s’est présenté pour se faire recevoir, par une caballe secrète formée entre quelques officiers, il a esté renvoyé pour étudier pendant six mois par arrêt du 3 février 1694, ce qu’il aurait exécuté avec beaucoup de soumission, qu’en exécution dudit arrest, il se devait de nouveau présenter le 11 août et subir un nouvel examen et que par ses réponses il eut lieu d’espérer estre receu et qu’il eut eu dix juges sur seize qui eussent opiné pour sa réception, il a néanmoins esté renvoyé à étudier pour trois mois, ce qui avait apparu si extraordinaire au sieur Lair, rapporteur, que pour décharge de sa conscience, il se serait obligé de déclarer sur le plumitif que c’était contre son avis que Cassia était refusé, sans que ni le premier président ni aucun des officiers présents ne se soient plaints et néanmoins quelques officiers de la séance de septembre, excités par esprit de cabale en l’absence du premier président et sans conclusion du procureur général, ont ordonné le 2 dudit mois que Lair serait tenu de se trouver à la Chambre le 4 ensuivant et, après l’avoir entendu, lui ont défendu de mettre son avis au greffe que par permission du bureau de la Chambre séant et de se servir de termes respectueux tant qu’il parlera à la Chambre et enfin, que le 12 dudit mois, ils auraient encore ordonné à l’égard de la réception de du Cassia que nonobstant les remontrances du premier président que l’arrêt du 4 août serait exécuté et la réception remise au 3 du présent mois de novembre, auquel jour le sieur du Cassia, ayant de nouveau présenté sa requête pour être reçu, le sieur Pierre Godet du Perret, maître, pour encore éloigner la réception aurait aussi présenté sa requête et exposé que, ayant 27 ans qu’il a tasché s’acquitter de son devoir, il était dans le dessein de remettre ledit office à son fils, à l’effet de quoi il requérait que soit surcis à la réception dudit Cassia et de tous autres non privilégiez pendant lequel temps lui sera fait droit. »

  • 192 On ne connaît pas le montant de la dot versée à sa fille aînée, Marie, qui a épousé Antoine Belot (...)
  • 193 Guy Saupin, op. cit., p. 218 et Vincent Gallais, Étude sociale…, op. cit., p. 69.
  • 194 Il est significatif qu’il ait obtenu en l’occasion le soutien de Guillaume Lair, qui était lui aus (...)

71Si l’on en croit les propos de Pierre II du Cassia, ses problèmes auraient été uniquement liés à l’action d’une cabale de quelques officiers menée par le maître Pierre I Godet. L’obligation qui lui a été faite d’améliorer sa formation en matière financière n’aurait été qu’un moyen de gagner du temps afin de permettre au fils de ce dernier d’être pourvu par le roi et reçu par la Chambre. On découvre au passage qu’une compétition existait entre les individus pour faire enregistrer leurs lettres de provision, cela afin sans doute de bénéficier d’une plus grande ancienneté en cas de suppression d’office et de s’assurer un versement plus rapide des gages. Pierre II du Cassia a dû payer le fait aussi qu’il faisait figure d’« homme neuf » qui ne disposait pas d’alliés suffisamment puissants dans l’institution pour y être reçu rapidement. Il était en effet le fils d’un négociant originaire de Bayonne, Pierre I du Cassia, qui avait effectué une ascension remarquable à la fin du XVIIe siècle en devenant tour à tour consul des marchands en 1667, juge-consul en 1676 et échevin de 1673 à 1676. Les dots qu’il a versées à ses filles et les offices qu’il a acquis pour ses fils confirment sa réussite. En 1682, il a accordé 48 000 livres à sa fille Anne du Cassia pour son mariage avec Jean Charette de La Chapelle ; en 1693, il a donné 54 000 livres à sa troisième fille192 Suzanne du Cassia quand elle a épousé le conseiller au parlement Julien de La Bourdonnaye. En 1694, il a dû aider son fils Pierre II du Cassia à devenir maître des comptes – la charge valait à cette époque entre 40 000 et 45 000 livres –, et en 1696, il a acheté pour son fils Jean-François du Cassia, avocat à la cour, la charge de lieutenant particulier civil et criminel au présidial et à la prévôté de Nantes pour 37 000 livres193. Il offre ainsi le profil type, décrit par Guy Saupin, du marchand qui, ayant fait fortune, ambitionne, par l’intermédiaire de ses enfants, d’intégrer le monde de la robe. Les difficultés faites à son fils Pierre pour se faire recevoir à la Chambre révéleraient que cette réussite a dû susciter des jalousies. Des familles qui, comme les Godet, étaient dans la robe depuis deux ou trois générations ont dû considérer qu’il était sorti depuis trop peu de temps du monde de la marchandise pour intégrer immédiatement une cour souveraine dont l’entrée devait être réservée, en dehors des individus qui étaient nobles de naissance, à ceux qui s’étaient débarrassés de leur macule roturière en exerçant des charges judiciaires. Volonté de préserver la conception patrimoniale de l’office et souci de rendre une bonne justice se combinent donc pour expliquer les difficultés de Pierre II du Cassia. La fortune qu’il détenait lui a permis finalement de surmonter les résistances : en une période où la Chambre était soumise à des prélèvements de plus en plus nombreux, elle ne pouvait se priver de la présence d’un individu solvable comme lui. En se mariant quelques années plus tard avec Claude Juchault, fille du maître Christophe III Juchault, il a pourtant apporté une preuve supplémentaire que l’intégration dans l’institution passait par une alliance avec les familles qui y étaient déjà solidement implantées194.

  • 195 Ces renseignements sont fournis par l’enquête diligentée par la Chambre lors de la délivrance d’un (...)
  • 196 L’un des descendants de cette famille se convertit au catholicisme après la révocation de l’édit d (...)

72Parmi les retardés, un cas suscite des doutes. Il s’agit de celui d’Étienne II Moucheron que l’on a évoqué déjà à plusieurs reprises. Institué auditeur le 8 juillet 1617, il n’a été reçu que le 2 mars 1619. Ce délai peut s’expliquer par son jeune âge puisqu’il n’avait que 19 ans au moment de sa provision. On peut se demander aussi si ce retard, quelque peu paradoxal puisqu’il était le fils d’un auditeur, ne tient pas au fait qu’il a été soupçonné d’être protestant. L’accusation n’est jamais formulée expressément comme cela est souvent le cas. Il était pourtant issu d’une famille connue pour son adhésion aux idées réformées. Son grand-père, Georges Moucheron, était né à Anvers, ville qu’il avait quittée dans les années 1560 pour venir s’installer à Vitré195 où il avait, en mettant à profit les relations commerciales nouées entre la Bretagne et la Flandre, servi de facteur à des marchands avant de devenir le commis d’un receveur du fouage tout en participant à des fermes comme celle de la prévôté de Nantes en association avec les de Gennes, qui étaient eux-aussi des protestants196. Sa grand-mère, Mathurine Le Coupvreux, a été inhumée selon le rite protestant en 1603. Son père, Étienne I Moucheron, est devenu auditeur grâce aux créations de 1588 et encore n’a-t-il été reçu qu’en 1592, par la Chambre des comptes demeurée fidèle au roi à Rennes. Les gens des comptes devaient donc éprouver des doutes sur ses sentiments religieux, c’est ce qui expliquerait le grand nombre de personnes qui ont été appelées à témoigner en sa faveur. C’est ce qui justifierait aussi pourquoi celles qui étaient originaires de Vitré ont tant insisté sur son baptême, non pas tant pour confirmer son âge, que pour bien montrer qu’il appartenait à la communauté catholique. Les preuves ainsi fournies ont dû paraître suffisamment convaincantes aux gens des comptes pour qu’ils procèdent finalement à sa réception.

• Les refusés

  • 197 En 1597, François Baudry, qui a récupéré l’office du maître Georges Morin décédé, ne peut se faire (...)
  • 198 Il avait vendu sa charge à son frère Jean le 21 janvier 1642, ibid., 4 E 2/1698.

73D’autres individus ont eu moins de chance qu’Étienne II Moucheron et ont été définitivement recalés par l’institution. Il est difficile d’en évaluer exactement le nombre197 : on peut penser que parmi ceux qui ont payé la taxe de résignation et le droit de marc d’or aux parties casuelles mais qui ont renoncé à se faire pourvoir figuraient des individus qui se sont retirés parce qu’ils savaient qu’ils n’avaient que très peu de chances de se faire recevoir. On sait par ailleurs que des traités signés n’ont pas abouti à des ventes réelles : si certaines annulations sont dues à des désaccords financiers entre les parties contractantes, d’autres doivent être liées au fait que l’acquéreur a su que ses projets étaient voués à l’échec. C’est ce qui a dû se passer pour Jacques Sesbouez, de Vannes, dont on a vu qu’il a acheté en 1642 l’office de maître détenu par René II Foucault, décédé. Il ne s’est finalement pas fait pourvoir et il a confié à Salomon de La Tullaye la tâche de revendre la charge à Pierre III Davy. Avant d’acheter l’office de maître, Sesbouez avait été receveur du fouage, ce qui le rendait justiciable de la Chambre et risquait de faire douter de son intégrité198. Considéré au XVIe siècle comme un atout, cet exercice préalable d’une fonction financière est devenu un handicap dans la première moitié du XVIIe siècle. Le fait que Pierre III Davy était le fils d’un maître, que deux de ses oncles – le président Christophe I Juchault et l’auditeur Pasquier de Moayre – l’aient assisté dans ses démarches révèle que dans ce cas aussi, grâce ou sous le prétexte d’une moralisation du personnel, ce sont des familles bien implantées à la Chambre qui l’ont emporté face à un homme neuf.

74L’exemple de la succession du premier président Auffray de Lescouët est plus difficile à interpréter. Il a résigné en 1616 son office en faveur de son fils Isaac de Lescouët mais celui-ci y a renoncé au profit de Joachim I Descartes qui a lui-même résigné en faveur de Jacques II Barrin, reçu en juin 1619. Le renoncement d’Isaac de Lescouët qui avait pourtant, on l’a évoqué précédemment (cf. p. 280-281), reçu une éducation exemplaire, pourrait s’expliquer par son jeune âge. Il n’avait en effet que 25 ans alors que l’institution était habituée à être dirigée depuis le XVIe siècle par des hommes d’expérience. Il avait donc peu de chances d’être reçu et il a préféré finalement opter pour une charge de trésorier de France. Joachim I Descartes avait, quant à lui, toutes les qualités requises pour devenir premier président. Conseiller au parlement de Rennes depuis 1586, il avait épousé en secondes noces Anne Morin, fille de l’ancien premier président des comptes Jean I Morin (1573-1584). Son retrait pourrait s’expliquer par le choix délibéré de demeurer au parlement où il a fini sa carrière et où ses enfants ont mené l’essentiel de la leur. Peut-être disposait-il également de moins d’alliés à la Chambre que celui qui s’est finalement imposé, à savoir Jacques II Barrin dont le père avait été précédemment président des comptes.

  • 199 Il a bénéficié d’une lettre de jussion le 12 janvier 1597, la Chambre l’a débouté à nouveau le 28 (...)

75Les réceptions de certains officiers masquaient donc des tractations infructueuses ou des candidatures qui n’avaient pas abouti. L’ampleur de ce phénomène est difficile à mesurer car il n’a pas laissé de traces dans les archives. On ne peut donc raisonner qu’à partir des exemples des individus qui ont été plus loin dans les démarches en obtenant des lettres de provision et en comparaissant devant la Chambre. Parmi les quelques exemples que l’on a pu relever, on peut distinguer trois cas de figure. Le premier concerne les individus qui ont été, à l’instar de Jacques Sesbouez, écartés pour les activités financières qu’eux-mêmes ou leurs parents avaient exercées. Ainsi Yves Fyot qui avait bénéficié de la résignation d’Auffray de Lescouët comme procureur général a été débouté deux fois, en 1596 et en 1597, et cela malgré une lettre de jussion du roi199. La Chambre lui a finalement préféré Pierre Bernard qui a été reçu en 1599. Le facteur qui a joué contre Yves Fyot est que son père Nicolas Fyot, auquel il a finalement succédé, était trésorier et receveur général de Bretagne. La Chambre n’a probablement pas admis que le fils du principal officier de finances de la province devînt responsable du parquet, dont l’une des premières missions était de contraindre les comptables à comparaître devant elle. Yves Fyot est le premier individu écarté pour ce genre de motif bien que les ordonnances royales aient prescrit depuis les années 1570 de ne pas admettre d’anciens financiers au sein du personnel de la Chambre. Il est vrai que le roi n’avait pas respecté ce principe et le refus d’Yves Fyot est donc plus à porter au crédit de la Chambre, qui impose en l’occasion son choix, qu’à celui de la monarchie.

  • 200 Jean Gravé a fait bâtir dans cette ville un hôtel en pierre de trois étages que Dubuisson-Aubenay (...)
  • 201 Françoise Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, op. cit., p. 157.
  • 202 Il aurait également fait des prêts sur la recette générale d’Orléans et avancé de l’argent au roi (...)
  • 203 Jean Gravé avait épousé en 1628 sa sœur Bernardine. Il s’était remarié en 1641 avec Françoise Gode (...)

76L’autre exemple comparable est celui de Jean Gravé (1602-1655) qui n’a pu être reçu en 1650 à un office de président malgré la résignation faite en sa faveur par René Ferron. Fils de Julien Gravé, riche marchand de Saint-Malo200, il est devenu à partir de 1636 receveur général de Bretagne tout en participant à différentes fermes. En décembre 1640, il assume la recette des impôts et billots de Bretagne ; de 1641 à 1655, il est l’un des preneurs de la ferme des entrées de la ville, faubourgs et banlieues de Paris avec Claude Vanel, sieur de Trécourt, Samuel Gaudon, sieur de La Rallière201. En tout, Daniel Dessert a calculé qu’il est intervenu dans trente-trois affaires extraordinaires de 1639 à 1655202. Parallèlement, il aurait armé des navires à Saint-Malo et fait le commerce du textile. C’est donc un financier d’envergure que la Chambre refuse de recevoir. L’incompatibilité entre le maniement des finances et une charge de président est ainsi affirmée sans ambiguïté. Jean Gravé ne semble pas avoir pu faire jouer en sa faveur les relais dont il disposait à la Chambre. Il était en effet le beau-frère du maître Jacques Séré203 (1632-1652) et pouvait sans doute disposer de l’appui des maîtres qui, comme ce dernier, étaient originaires de la région malouine (on pense notamment à Jean Fleury). La Chambre lui préfère René de Pontual qui était jusque-là procureur général aux comptes. Il était lui aussi un homme d’argent, proche des familles qui géraient la trésorerie des états, mais il présentait un avantage, devenu sans doute indispensable aux yeux des membres du Bureau de la Chambre, celui de mener ses activités discrètement, dans le secret des études notariales.

77Un deuxième cas de refusé est fourni par Pierre Bidé qui a été pourvu en 1603 de la charge d’avocat général suite à la résignation d’André de La Tullaye. Deux hypothèses peuvent être avancées pour expliquer cet échec. La première pourrait tenir à son passé de ligueur actif. Avocat, il avait été promu en mai 1594 lieutenant civil et criminel au présidial de Nantes par le duc de Mercœur. Henri IV ne l’a pas confirmé en 1598 dans cette charge en prétextant qu’il n’y avait jamais été reçu. Sa mise à l’écart s’inscrit alors dans le contexte de reprise de contrôle d’une institution qui s’était profondément divisée sous la Ligue, où les officiers demeurés fidèles au roi ont tenu à réaffirmer leur prééminence. Le pouvoir a voulu éviter sans doute une disgrâce complète de Bidé en lui attribuant la charge d’avocat général à la Chambre qu’il a payée, il est vrai, 10 000 livres. Son passé l’a sans doute également desservi auprès des gens des comptes qui ont dû estimer peu souhaitable que l’un des membres du parquet soit un ancien ligueur au moment où il fallait remettre de l’ordre dans les finances et poursuivre tous les comptables qui avaient obéi aux ordres du gouverneur rebelle. Ils ont pu estimer aussi, et c’est la deuxième hypothèse que l’on peut formuler, que Pierre Bidé n’avait pas l’expérience suffisante, pour assumer une telle charge. Le fait d’avoir surtout exercé au présidial au moment où cette institution entrait en conflit avec la Chambre pour des questions de préséance dans les processions à Nantes, a dû contribuer à l’écarter définitivement. Il a été contraint de résigner en faveur de l’Angevin Louis du Pont qui a été reçu sans difficulté en 1606.

78Un dernier refus, celui de Jean Lorial, en 1638-1639, révèle un autre cas de figure que l’on peut développer davantage grâce à des sources plus abondantes. Après avoir tenté de succéder à René de La Tullaye décédé en 1635, Lorial a bénéficié en 1637 de la résignation de Marc Boutin. Selon les gens des comptes qui ont voulu par la suite se défendre de toute accusation de prévention à son encontre, il aurait eu droit à toutes les faveurs réservées aux enfants des officiers de la compagnie :

  • 204 ADLA, B 157.

« Ayant présenté ses lettres et sa requête le 15 décembre 1637, on arrêta dès l’heure l’assemblée des séances sans laquelle en aucun acte de réception on ne peut rien ordonner, au 18 dudit mois, lesquels on en ordonna la communication au procureur général. Celui-ci prit ses conclusions mais la Chambre ayant été fermée à l’ordinaire pour la révérence des festes de Noël, jusques au lendemain des rois qui était le 7 janvier 1638, l’assemblée des séances fut fixée au 12, quel jour on donna l’avant procéder ordinaire, savoir que ledit Lorial bailleroit par déclaration le nom de ses père et mère et pour estre fait perquisition si aucuns d’eux avait esté comptable et estoit demeuré redevable au roi, dès le 13, on procéda à la perquisition sur tous les livres des déductions, le 14 on fixa l’assemblée des séances au 15. Ledit jour le procès-verbal de perquisition fut communiqué au procureur général ; les conclusions furent rendues le même jour et ordre fut donné de faire l’information de vie et mœurs à Rennes au lieu de sa naissance et où il avait exercé les charges de procureur, où il supposait estre avocat et avait exercé sa charge de notaire et secrétaire, Suite à cette information faite à Rennes le 21, l’assemblée des séances fut fixée au 28 janvier204. »

79Il s’était écoulé un peu plus d’un mois entre la présentation des lettres et la délibération finale du Bureau.

80C’est là que tout s’est gâté : la Chambre s’est opposée à sa réception, le contraignant à faire appel au Conseil. Après avoir été reçu par la Chambre des comptes de Paris, le maître des requêtes Jacques Turgot, seigneur de Saint-Clair, conseiller au Conseil d’État et privé, est venu l’installer de force à Nantes en décembre 1639. L’opération a obéi à un cérémonial précis. Quand Turgot s’est présenté au sommet du grand escalier de la Chambre, un huissier a été chargé de le conduire, sans adjoint ni secrétaire, au Grand Bureau où on lui a donné la place du doyen des maîtres. Le premier président Jean Blanchard lui a fait connaître les raisons de l’opposition à la réception de Lorial et a brandi la menace que le Bureau cesse de siéger si ce dernier entrait dans l’institution. Le lendemain, le même scénario s’est renouvelé. Turgot est entré

« ayant une grande robe et tenant en sa main un bonnet quarré et ayant fait une révérence à l’entrée de ladite salle et une autre au milieu et passant le long du bureau toujours tête nue, les conseillers et maîtres, qui étaient au bureau, ostèrent leur bonnet comme firent aussi les présidents lors que ledit sieur Turgot entrant audit Bureau toujours découvert leur fit une plus grande révérence ».

81En signe de bonne volonté, Turgot a laissé sa commission dans la pièce des huissiers tout en prenant le soin de préciser « qu’il y avoit prudence à faire de soy mesme et de bonne grâce les choses qu’on estoit contraint de faire par obéissance et par devoir, que nous vivions en une saison en laquelle il falloit obéir ».

82Après que le premier président lui eut rappelé les raisons de l’opposition et indiqué que la Chambre agissait ainsi pour le service du roi et la conservation de ses droits et non pour la défense d’intérêts particuliers, Turgot s’est fait remettre sa commission et a procédé à l’installation de Lorial au bureau « dans lequel temps et séance », écritil dans son rapport, « lesdits sieurs présidents et maîtres se sont levés de leur place, ayant néanmoins pu voir ladite installation lorsque ledit maître Jean Lorial a pris sa place, ce fait avons passé aux bureaux destinés pour le service des auditeurs au nombre de trois et en chacun d’iceux avons installé et mis en possession actuelle ledit Lorial avec injonction ausdits auditeurs de le reconnaître à l’avenir pour maître et lui rendre l’honneur et respect dû à sa charge ».

  • 205 L’affaire paraît moins claire que la version qu’en donne Blanchard. Il reconnaît lui-même que Lori (...)

83Lorial a donc été finalement reçu. Il ne semble pourtant pas avoir réellement siégé et il a résigné dès 1642. Comment s’explique l’hostilité qui s’est manifestée à son encontre ? Jean Blanchard a avancé plusieurs raisons. Il a tout d’abord reproché à Lorial d’avoir menti sur ses origines. Il aurait produit une fausse déclaration de parents pour « couvrir le vice de sa naissance de son ayeul et le défaut de sa légitime naissance ». Il aurait nié ensuite avoir été clerc chez un procureur postulant du siège présidial de Nantes, « escrivant, sollicitant pour les parties » et affirmé faussement qu’il était avocat. Il l’a accusé ensuite d’avoir présenté à la Chambre des comptes de Paris une déclaration falsifiée du procureur général René Rousseau disant qu’il n’avait aucune raison de s’opposer à sa réception. Il aurait enfin battu un auditeur des comptes, révélant ainsi la violence de « sa nature », qui aurait déjà trouvé à s’exprimer quand il était notaire et secrétaire du roi à Rennes205. Tous les délits qui lui sont reprochés se résument en fait en un seul, celui d’être quelqu’un de « bas état » et, comme le dit Blanchard, la Chambre ne peut accepter d’individus de cette sorte.

  • 206 L’interdiction a été étendue ensuite aux fils de commissaires du Châtelet, Robert Descimon, Christ (...)
  • 207 Roland Mousnier, La vénalité…, op. cit., p. 207.

84Le refus de Lorial exprimerait donc la volonté de l’institution de ne plus recevoir d’anciens praticiens à des fonctions importantes. On retrouve ici le même souci de « pureté sociale » que celui qui s’est exprimé dans les parlements dès la fin du XVIe siècle. Ainsi celui de Paris a refusé de recevoir à partir de 1597 les fils de procureur tant que les pères exerceraient leur charge206. Les parlements de province ont emboîté le pas du moins si l’on en croit l’exemple, cité par Roland Mousnier, d’un nommé Lhermitte, procureur au parlement de Paris, qui a fait pourvoir en 1642 son fils en tant que conseiller de nouvelle création au Parlement de Rouen et qui, prévoyant la difficulté qu’il pourrait rencontrer, a obtenu des lettres de cachet enjoignant de le recevoir, malgré la fonction qu’il exerçait207. La Chambre imite une nouvelle fois le modèle parlementaire pour les catégories supérieures de son personnel. Dans son cas, le tournant a été franchi dans les années 1620-1630 puisque l’on a vu précédemment qu’elle avait reçu en 1624 Raoul Avril comme maître alors qu’il avait passé plus de deux ans dans une étude de praticien. Ce qui, pour lui, pouvait apparaître comme une période de formation avant de se présenter à la Chambre est considéré pour Lorial comme une macule, et ce d’autant plus qu’il a menti sur ses origines et qu’il s’est faussement attribué le titre d’avocat. Le message lancé à travers lui est clair : on ne peut entrer à la Chambre si l’on ne possède pas un certain niveau social ou si l’on ne détient pas le grade qui atteste de ses qualités individuelles. En se laissant aller à la violence, Lorial a fourni en outre une preuve supplémentaire de ses basses origines et révélé qu’il n’était pas digne d’intégrer la magistrature. Il subit en quelque sorte le même traitement que celui qui est réservé à ceux qui sont exclus de l’institution ou qui en sont suspendus.

• Suspendus et exclus

  • 208 Il aurait fait ses études de droit à Toulouse où il aurait exercé les charges de prieur et de sous (...)

85Si l’on écarte les officiers qui ont été exclus dans la première moitié du XVIe siècle dans le cadre des réformes financières de François Ier, on dénombre quatre individus qui ont été suspendus ou exclus de la Chambre des années 1550 aux années 1660. Il s’agit du président Georges Le Mignot et des maîtres Jean Monneraye, Jean Meslou et Jean Le Roy. Le premier a été institué président le 18 septembre 1576 suite à la résignation de Jacques I Barrin. Il avait alors à son actif une carrière importante puisqu’il était gentilhomme de la chambre du roi (il l’est devenu le 8 décembre 1569), pensionnaire de Bretagne, et écuyer de la reine Élisabeth, veuve de Charles IX, et de Louise de Lorraine, épouse d’Henri III. On sait par ailleurs qu’il a été référendaire à la chancellerie de Bretagne de 1566 à 1572208. Ses lettres de provision précisent en outre que la charge lui est donnée pour les services qu’il a rendus concernant les affaires d’État, de la guerre et des finances « esquelles il a libéralement exposé sa vie et tous ses moiens près noz très chers et bien amez cousins le duc d’Étampes, sieur de Martigues et du duc de Montpensier, noz lieutenants généraux audit pays de Bretagne et depuis près la personne du feu roy et de nous ». Bien que docteur es droits, il est autorisé à exercer en robe courte comme « anciennement les gentilshommes et autres de noz Chambres des comptes audit pays ». Il dispose enfin d’alliés au sein de l’institution puisqu’il a épousé – mais on ne sait pas à quelle date – Claude de Monti, fille du maître Bernard de Monti et de Renée Vergé, sœur du président René Vergé (1575-1583).

  • 209 ADLA, B 58, fo 363-365.

86Malgré ses états de service et ses relations, la Chambre refuse dans un premier temps de le recevoir et délègue le maître Marc I de Barbère pour aller présenter des remontrances au Conseil privé. On ne connaît pas avec précision les raisons de cette opposition mais deux facteurs ont pu jouer : le premier tient au fait qu’il était Breton alors qu’il postulait à l’une des deux charges de président créées en 1572 qui devait être réservée à des non-originaires. Le second doit être lié aux conditions dans lesquelles il a acquis son office : son prédécesseur Jacques I Barrin, qui avait versé 10 000 livres pour devenir président au parlement, a été dispensé de payer toute finance pour la résignation de sa charge à la Chambre. Celle-ci a dû peu apprécier cette faveur qui avantageait indirectement Georges Le Mignot par rapport aux autres présidents et remettait en cause les principes d’acquisition des offices : c’est ce qui expliquerait pourquoi elle a procédé à l’audition du procureur général du parlement et du procureur syndic des états pour entendre leur avis. Peine perdue puisque le roi a confirmé la nomination de Le Mignot, qui a été finalement reçu le 14 février 1577, après que les gens des comptes lui eurent interdit toutefois de siéger dans la même séance que le maître Bernard de Monti, son beau-père, et d’« opiner » sur un même sujet que lui209.

  • 210 Contraint de reconnaître qu’il ne reste plus que quatre non récusés – Coutel, Morel, Sorée et Pica (...)

87Ses ennuis n’ont commencé que près de dix ans après, en 1585. Cette année-là, il est mis en cause pour s’être remboursé lui-même des frais qu’il avait engagés pour les voyages qu’il avait effectués à Paris depuis 1580 en tant que représentant de la Chambre, notamment pour régler les querelles de juridiction avec le parlement. Il se serait fait pour cela attribuer les sommes que devait un certain Gilles Blandin, commis à la gestion des biens saisis de Georges Deshaies, ancien receveur ordinaire de Rennes. Le problème est que cet argent avait été attribué, dès 1575, à Louise du Bois, dame de Piollant, femme de chambre de la reine et que Georges Le Mignot n’a donc pas respecté l’état de finances prévu. Pour éviter d’avoir à s’expliquer sur son comportement, Le Mignot a récusé classiquement toute une série d’officiers parmi lesquels on trouve le premier président Jean I Avril, les maîtres Marc I de Barbère, Jean I Gautier, Étienne Le Franc, Antoine Charton, Michel I Le Lou, Georges Morin, Jean II Cosson, les auditeurs Raoul Boutin, Jean Maillard, René Oger, Jean I Fourché, le procureur général Jean de Francheville. Les motifs invoqués sont divers : trop grande implication dans le dossier pour Jean I Fourché qui a examiné le compte de Blandin ou pour d’autres, non nommés, qui sont accusés d’avoir sollicité pour la dame de Piollant, amitié avec des comptables qui n’ont pas payé leurs restes, différends judiciaires avec lui ou des membres de sa parenté – Jean II Avril –, inimitié à son encontre – Le Franc. Au total, c’est presque la totalité du personnel de l’institution que Georges Le Mignot veut écarter de l’examen du dossier210.

  • 211 Le 10 mars 1587, il lui est versé 581 écus deux tiers 9 sols pour « vacations et salaires » durant (...)
  • 212 Ibid., B 62, fo 183-184.
  • 213 Le 15 juin 1598, suite à la requête de sa veuve, la Chambre ordonne qu’il soit payé de ses gages à (...)

88L’affaire se complique du fait qu’en 1586 un mémoire anonyme est envoyé au Conseil pour dénoncer les malversations de la Chambre. Le Mignot, bien que son nom figure parmi ceux qui sont mis en accusation, est soupçonné d’en être l’auteur et d’avoir fait preuve en l’occasion d’un certain machiavélisme. Le premier président Jean II Avril doit aller à Paris pour défendre l’honneur de l’institution211 mais il ne peut empêcher la venue à Nantes de deux commissaires royaux, maître François Dolu, conseiller du roi en son Conseil privé et président en la Chambre des comptes de Paris et Denis Barthélémy, maître ordinaire des comptes. C’est en leur présence que Le Mignot accuse les gens des comptes d’avoir détourné « 100 000 écus de deniers royaux », ce qui les conduit à porter plainte au Conseil d’État et à lui interdire, le 21 juin 1587, d’exercer ses fonctions tant qu’un jugement n’a pas été prononcé. Il n’y revient en fait plus jamais puisque le 25 novembre 1587, il est suspendu par un arrêt du Conseil d’État et condamné à rembourser les 1 748 écus rayés au compte de Gilles Blandin212. Ce n’est toutefois qu’après sa mort survenue le 21 septembre 1591 que le roi nomme quelqu’un pour le remplacer, en la personne de Jacques Charlet213.

89Georges Le Mignot a donc été sanctionné pour avoir modifié de sa propre autorité l’ordre des assignations. Il aurait ainsi fait prévaloir ses intérêts privés par rapport à ceux du roi et manqué ainsi à ses devoirs d’officier. Les poursuites dont il a été victime constitueraient une illustration supplémentaire du climat de plus grande rigueur morale qui s’est imposé dans les institutions au cours des guerres de Religion. Georges Le Mignot a été une cible d’autant plus facile qu’il semble avoir profité de son statut pour commettre d’autres délits : en juin 1586, il est également accusé par le correcteur Georges Godet d’avoir falsifié cinq ans plus tôt les livres des réformations des nobles du comté de Nantes (paroisse de Saint-Étienne-de-Montluc) en y ajoutant une ligne à l’occasion d’une demande d’extrait, pour « plus facilement prouver sa noblesse du costé maternel ». Pour confirmer ses dires, Godet s’appuie sur le témoignage d’autres officiers comme les auditeurs Jean Picaud et Jean I Fourché ainsi que le maître Michel I Le Lou, décédé entre-temps.

  • 214 Ibid., B 600, fo 86-87.

90L’accusation ne connaît pas de suite mais révèle que Georges Le Mignot faisait l’objet d’une réelle méfiance de la part de ses « collègues » d’autant que son comportement semble les avoir choqués. En février 1584, le Bureau avait fait rayer du registre des greffes les remontrances qu’il y avait fait inscrire pour avoir été écarté de la réception de Georges Godet au poste de correcteur et s’était déclaré prêt, s’il s’estimait offensé, à lui en faire raison au Conseil privé. Il avait même menacé de porter plainte contre lui au cas, dit le document, « qu’il ne veille réformer ses façons de faire ainsi que souvent il en a esté prié et admonesté et de n’interrompre les affaires qu’il trouvera proposées au Bureau lors qu’il y arrivera plus tard que les autres, signamment celles qu’il n’a agréables, comme en la présente ouverture il a plusieurs fois rompu le cours de l’examen des difficultés qui se sont trouvées sur le compte de la recette générale où il estoit aussi récusé mais se retirer et parachever d’y conclure les opinions encommencées214 ». Cette façon de faire tranchait, là encore, avec la réserve et le respect des usages exigés d’un haut magistrat en cette période et elle ne pouvait qu’isoler davantage Georges Le Mignot.

  • 215 Ibid., B 598, fo 19.
  • 216 Ibid., B 598, fo 80.

91Comme c’est souvent le cas dans ce genre d’affaires, on ne peut s’empêcher de se demander s’il n’a pas été également victime d’une sorte de cabale orchestrée par ceux qui avaient la haute main sur les finances bretonnes à cette période. On le retrouve en effet, dès le début des années 1580, en conflit avec le trésorier et receveur général Julien Rocaz, qui devait rendre les comptes de son beau-père et prédécesseur, Vital de Contour. En novembre 1583, Rocaz avait obtenu sa récusation en arguant du fait qu’il avait eu plusieurs querelles avec de Contour, notamment quand celui-ci était allé – l’affaire paraît quelque peu énigmatique – « par le commandement du feu sieur de Montpensier en la maison de Longlette où ledit Le Mignot estoit pour retirer de luy des reliques que ledit feu sieur de Montpensier luy avoit mis entre les mains et que ledit Mignot luy feist tirer et à plusieurs gens notables de sa compagnie plusieurs coups d’arquebuze215 ». Plus concrètement, Georges Le Mignot et Julien Rocaz s’opposaient à propos de l’examen du compte de la vente de deux feux de fouage de chaque paroisse dont les deniers avaient été reçus par Vital de Contour. Le Mignot accusait ce dernier d’avoir opéré des ventes forcées, alors que le contrat signé entre les états et les commissaires du roi stipulait qu’elles devaient être volontaires, et d’avoir profité de cette opération pour réaliser des profits illicites. Là aussi Rocaz a obtenu qu’il soit écarté de l’examen du dossier, bien que Le Mignot ait fait valoir qu’un arrêt du Conseil privé stipulait que les présidents et les maîtres ne pouvaient être récusés par les comptables que pour ce qui concernait leurs taxations, gages et amendes216.

  • 217 Le Mignot affirme qu’il est tout notoire en la Chambre que « maître Marc I de Barbère, Michel I Le (...)

92Les accusations lancées par Georges Le Mignot ont-elles constitué une manœuvre de diversion afin de faire oublier ses propres déboires ? Ou étaient-elles, au contraire, fondées ? Il est difficile de se prononcer avec certitude. Ses conflits avec le trésorier général pourraient contribuer à expliquer le fait qu’il ait eu du mal à se faire rembourser des sommes qu’il avait dépensées, ce qui l’aurait contraint à se faire justice lui-même. Ils montrent en tout cas, qu’en dehors de son beau-père, Bernard de Monti – mais celui-ci a demandé à se retirer de l’examen de son affaire –, il ne disposait pas d’appuis au sein de la Chambre. Par ses démêlés avec les Rocaz et ceux qui gravitaient autour d’eux mais aussi avec le maître Georges Morin217, qui avait été lui-même trésorier et receveur général, il s’était mis à dos les deux grands clans d’officiers de finances de la Bretagne du temps. Sa suspension serait donc la sanction logique non seulement de ses excès mais aussi de son isolement.

93La situation est différente pour les trois autres officiers inquiétés par la Chambre : les maîtres Jean Monneraye en 1648, Jean Meslou en 1650, Jean Le Roy en 1664-1665. Le cas des deux premiers est voisin : ils ont été tous deux suspendus pour des problèmes liés à la réformation du domaine, sans que l’on sache toutefois avec précision les délits qu’ils ont commis. Monneraye, après s’être vu interdire l’entrée de la Chambre, a pu résigner sa charge en faveur de Jean Fleury qui a été reçu le 19 février 1650 à la condition de garder 3 000 livres appartenant à Monneraye tant que celui-ci n’avait pas remis à la Chambre les trois aveux de l’abbaye de Saint-Georges ressortissant du domaine de Rennes. Originaire lui-même de cette ville, on peut supposer qu’il a cherché en l’occasion à ménager ses propres intérêts, sans qu’on en ait toutefois la preuve formelle.

  • 218 Sa mère, Marie Le Grand, était également fille d’un sénéchal de la même ville.
  • 219 C’est en tout cas ce qu’ont fait ses co-accusés Pierre Le Gal et Louis Le Roi.
  • 220 Cette contrainte a été levée toutefois à la demande de l’épouse de Jean Meslou, Marie de Trégrain, (...)

94Il semble en être allé de même de Jean Meslou dont le dossier est plus fourni du fait que les gens des comptes ont entamé contre lui une procédure judiciaire. Chargé de la réformation des domaines de Gourin, Châteauneuf, Uhelgoat et Landeleau au début des années 1640, il aurait commis plusieurs délits en association avec son adjoint, Pierre Le Gal, et des sergents en profitant de la bonne connaissance qu’il avait de cette zone puisqu’il était né dans la ville voisine de Carhaix où son père était sénéchal218. Dès 1646, suite aux plaintes déposées par des habitants des lieux concernés, la Chambre a ouvert une enquête au cours de laquelle ont été auditionnés une centaine de témoins par deux maîtres, René Le Gouvello et Jean Artault. Malgré l’appel interjeté par Meslou au Conseil après que ses biens eurent été saisis, les gens des comptes ont rendu un arrêt contre lui le 11 février 1650, par lequel ils lui ont interdit l’exercice de tout office et l’ont condamné à plusieurs amendes : une de 1 000 livres payable au receveur général de Bretagne, une autre d’un même montant à remettre aux marguilliers de Gourin et du Faouët pour le paiement des fouages à la décharge et à l’acquit des paroissiens – ce qui tendrait à prouver que ce sont ces localités qui avaient été victimes des délits commis – et 500 livres pour les aumônes. L’office de Jean Meslou – dont on ne sait s’il est décédé à ce moment-là ou s’il a pris la fuite219 – a été finalement vendu par son frère Vincent Meslou, prêtre, à Michel du Pas, sieur de La Charaudière, qui a été reçu le 25 mai 1650, à la condition, comme dans le cas de Jean Monneraye, de conserver entre ses mains, une somme de 6 000 livres tant que le compte de la réformation des domaines concernés n’avait pas été présenté220.

95Le cas du dernier officier, Jean Le Roy, ressemble aux deux précédents. Il a été inquiété une première fois en 1648 pour un faux arrêt qu’il avait signé en 1645 en lieu et place du rapporteur, Philippe I Varice, et qui visait à accorder 600 livres de gages supplémentaires au second office d’avocat général, qui était alors détenu par Gabriel Calloët. On ne sait quels intérêts il a servis en l’occasion ; cela lui a valu en tout cas une première suspension de plus d’un an – du 13 juin 1648 au 5 août 1649 – et il n’a été rétabli « qu’après avoir fait foi, aveu et repentir de sa faute et à la charge de se bien comporter à l’advenir »… Sept ans plus tard, en 1656, on le retrouve pourtant à nouveau mis en accusation : on lui reproche cette fois d’avoir falsifié les registres des anoblis de la paroisse d’Assérac dans la sénéchaussée de Guérande au profit de l’un de ses parents appelé Fauhé en supprimant deux lettres du nom « Faulché », qui était le seul anobli du lieu. La Chambre a là encore ouvert une enquête, après avoir rappelé qu’elle avait pour obligation « de conserver la pureté des actes qui lui sont mis en dépost et desquels dépendent le repos, l’honneur et la seureté de toute la province ». Les poursuites n’ont pas abouti en raison sans doute de l’absence de preuve certaine comme l’attesterait le fait que le suspect, Marc Le Fauhé, a fait imprimer une défense où il soutenait que les registres n’avaient jamais été falsifiés.

  • 221 ADLA, B 157, 17 janvier 1664.
  • 222 Pierre Dumoulin, procureur général en la cour souveraine pour la réformation générale des eaux et (...)

96Le Roy est mis en accusation une dernière fois en 1664, au sujet cette fois de la sieurie de Queblen qu’il possédait près de Quimperlé. En violation des règlements de la Chambre, il aurait emporté chez lui l’inventaire des aveux de ce domaine mais ce document aurait disparu dans l’incendie de son cabinet, qui aurait été perpétré, selon lui, « par ses ennemis ». Il semble en fait avoir voulu commettre une nouvelle falsification et décharger sa terre de tout devoir à l’égard de la forêt royale de Carnoët qui en était voisine. Là encore, la Chambre l’a rappelé à l’ordre et après l’examen de différentes pièces, elle a statué que sa sieurie était sujette à la garde de la forêt de Carnoët et responsable des délits qui y étaient commis221. Il ne semble pas avoir été sanctionné et seule sa mort, survenue en 1665, a mis fin à ses agissements222.

  • 223 Tous trois présentent un profil atypique qui les mettait en marge de la culture judiciaire de la m (...)

97Comme Jean Monneraye et Jean Meslou, Le Roy a profité de sa position pour défendre ses intérêts et ceux de sa famille223. Tous trois offrent l’image d’officiers indélicats. Leurs pratiques apportent la démonstration que la Chambre, par les archives dont elle avait la garde – registres des nobles, aveux et dénombrements –, par la connaissance qu’elle avait des finances de la province et par les missions qui lui étaient confiées, conservait une réelle utilité en cette première moitié du XVIIe siècle. La réformation du domaine semble avoir offert des opportunités nombreuses aux officiers qui souhaitaient consolider leur patrimoine, surtout quand ils se voyaient confier la conduite des opérations dans les zones où ils détenaient des biens. On comprend mieux pourquoi l’institution a tenu à défendre ses prérogatives en la matière tout au long de l’époque moderne. Le faible nombre de ceux qui ont été sanctionnés empêche toutefois de conclure à une corruption généralisée. On peut seulement constater une certaine mansuétude de la Chambre à l’égard de ses membres qui avaient commis des infractions : Jean Le Roy a bénéficié ainsi d’une très grande indulgence malgré les infractions répétées qu’il a commises. Ce n’est que lorsque le conflit passait sur la place publique suite à des plaintes, comme dans le cas de Jean Meslou ou du fait d’un appel au conseil comme dans celui de Georges Le Mignot, que l’institution se devait de réagir fortement pour préserver son image et son autorité.

98Si on élargit la perspective en prenant en considération tous ceux dont la réception a été retardée ou qui ont été refusés ou suspendus, on constate que ces résistances ou ces dysfonctionnements se sont produits majoritairement à la fin XVIe siècle, et dans la première moitié du XVIIe siècle. Ils ont été tout à la fois l’indice d’un refus de la création de charges nouvelles, le révélateur de rivalités pour le contrôle de celles qui existaient entre des familles bien installées dans l’institution et celles qui essayaient d’y entrer, la marque aussi d’une volonté d’en préserver les revenus, surtout en période de croissance du prix des offices. Ils ont fait apparaître aussi des exigences professionnelles en matière d’âge – De Lescouët –, de compétence – Du Cassia –, de comportement – Le Mignot. Ils ont scandé enfin les évolutions de l’institution, le travail qu’elle a accompli sur elle-même au fil du temps, avec le refus d’accepter des gens qui avaient manié eux-mêmes des finances – Jean Gravé –, de ceux qui avaient des origines sociales jugées trop basses – Jean Lorial -, et en accordant une importance grandissante à la qualité de noble. Ils servent de contre-point à la vision du magistrat idéal qui est délivrée par les informations de vie et de mœurs et invitent à partir à la découverte du personnel lui-même.

Carte d’identité des officiers des comptes

99Dans ce développement, on s’intéressera successivement aux antécédents professionnels des officiers, au grade et à l’âge qu’ils avaient lors de leur prise de fonction.

Les antécédents professionnels

  • 224 C’est le cas surtout des premiers présidents – Cardonne, La Pommeraie, Clausse – mais aussi de que (...)
  • 225 Armand-Christophe Barrin, président de 1713 à 1724, était archidiacre de Tréguier. Deux membres de (...)
  • 226 Ou plutôt se marie et obtienne ainsi, grâce à la dot de son épouse, l’argent pour rembourser son f (...)

100Si l’achat d’un office à la Chambre a constitué pour la majeure partie des gens des comptes leur premier emploi, une minorité a exercé au préalable une autre fonction qu’elle a parfois conservée tout en siégeant dans l’institution. On constate ainsi que la Chambre, au début du XVIe siècle, dans le prolongement de ce qui se passait au Moyen Âge, continue à accueillir des individus « polyvalents » : il pouvait s’agir d’ecclésiastiques ou d’individus gravitant dans les cercles du pouvoir, soit au sein des hôtels royaux224, soit à la chancellerie de France en tant que notaires et secrétaires royaux. Les clercs disparaissent à partir des années 1530 ; ils ne font une timide réapparition qu’à la fin du règne de Louis XIV. C’est le cas d’un président – Armand-Christophe Barrin225 –, d’un maître – Charles-Joseph de Saint-Pern – et d’un auditeur, Claude Davy. Plus que le signe d’un retour en arrière, cela révèle, dans chacun des cas, des stratégies « familiales ». Pour les Barrin, cela a été un moyen de réaffirmer leur présence dans la seconde cour souveraine de Bretagne, dont ils avaient occupé une présidence au XVIe siècle et la première présidence au XVIIe siècle. Dans le cas de Charles-Joseph de Saint-Pern qui était curé de Botoha, cela n’a été qu’un intermède – il n’a siégé que quatre ans – après le décès de son père, le temps que son frère Vincent-Gabriel de Saint-Pern puisse prendre le relais226. On est moins informé sur le parcours de l’auditeur Claude Davy qui aurait été chanoine d’Angers ; après son passage à la Chambre de Nantes, il serait devenu maître des comptes à Paris.

Tableau 46. – Officiers de la Chambre détenteurs d’offices dans les maisons royales.

Nom

Office

Charge

Maison

Jacques de Saint-Mesmin

Premier président (1547-1551)

Contrôleur général

Marguerite de France

Georges Le Mignot

Président (1577-1592)

Maître d’hôtel

Henri III

Jean Coutel

Maître des comptes (1573)

Contrôleur de la maison

Catherine de Médicis

Jean Cébret

Maître des comptes (1597-1598)

Notaire et sec. du roi

Henri IV

Pierre de Monti

Maître des comptes (1600-1623)

Maître d’hôtel

Marie de Médicis

Guillaume Fouquet

Maître des comptes (1602-1603)

Écuyer de cuisine

Henri IV

Robert Bouhier

Maître des comptes (1605-1621)

Maître d’hôtel

Henri IV

Louis Miron

Maître des comptes (1605-1626)

Maître d’hôtel

Henri IV, Louis XIII

Adrien de Crespy

Maître des comptes (1629-1652)

Maître d’hôtel institution le 23.10.1639

Louis XIII

César de Renouard

Maître des comptes (1633-1652)

Maître des requêtes o.

Anne d’Autriche

Jean Meslou

Maître des comptes (1644-1650)

Maître d’hôtel

Louis XIII

Guillaume Lair

Maître des comptes (1676-1696)

Gentilhomme chambre

Louis XIV

  • 227 Yves Durand, L’ordre du monde…, op. cit., p. 275.
  • 228 Le souvenir en est perpétué par le biais d’individus qui exercent des charges dans les maisons des (...)

101La présence de membres des hôtels royaux se maintient dans la seconde moitié du XVIe siècle et au XVIIe siècle, même si elle a tendance à s’affaiblir et à changer de signification avec le temps du fait de la multiplication de ce type de charges par le pouvoir royal, pour des raisons essentiellement financières227. Au cours des guerres de Religion, on peut citer les cas du maître Antoine Charton qui aurait été maître d’hôtel ordinaire de Charles IX ou du président Georges Le Mignot (1576-1592). Au XVIIe siècle, on en rencontre encore quelques exemples comme Robert Bouhier, Louis Miron, Pierre de Monti – celui-ci est maître d’hôtel de la reine Marie de Médicis à la suite de son père Bernard de Monti –, Adrien de Crespy, Guillaume Lair, qualifié de gentilhomme de la chambre ordinaire du roi. Ce type de profil disparaît au XVIIIe siècle228. Le retrait des hôtels royaux n’a pas été vraiment compensé par une présence dans les conseils. Hormis les premiers présidents qui en faisaient partie de façon quasi statutaire, de quelques présidents et de membres du parquet ; on ne trouve que huit maîtres qui y ont été appelés au XVIIe siècle. Ils signalent des familles influentes de la Chambre.

Tableau 47. – Membres du conseil royal.

Nom

Office

Titre

Date de la mention

A. de Lescouët

Premier président

Conseiller au conseil d’État et privé

14.5.1624

Jean Blanchard

Premier président

Conseiller au conseil d’État et privé

31.5.1642

Jacques Charette

Premier président (1673-1677)

Conseiller au Grand Conseil

15.4.1673

Victor Binet

Président (1603-1628)

Conseiller au conseil d’État et privé

mention en 1628

Louis du Pont

Président (1623-1644)

Conseiller au conseil d’État et privé

8.1646

René Ferron

Président (1628-1651)

Conseiller au conseil d’État et privé

14.2.1629

C. I Juchault

Président (1635-1643)

Conseiller au conseil d’État et privé

16.9.1653

Roland Morin

Président (1643-1654)

Conseiller au conseil d’État et privé

21.3.1654

René de Pontual

Président (1651-1661)

Conseiller au conseil d’État et privé

4.1.1661

Jacques III Huteau

Président (1671-1681)

Conseiller du roi en ses Conseils

19.3.1672

Pierre Le Meneust

Président (1692-1723)

Conseiller du roi en ses Conseils

20.1.1710

René Rousseau

P. général (1619-1638)

Conseiller au conseil d’État et privé

René I Le Prestre

P. général (1650-51)

Conseiller du roi en ses Conseils

18.8.1650

Roland Morin

Avocat général (1639-1642)

Conseiller au conseil d’État et privé

20.9.1641

Yves Morice

Avocat général

Conseiller du roi en ses Conseils

6.7.1651

Jacques Jouault

Avocat général (1700-1725)

Conseiller du roi en ses Conseils

7.7.1710

Pierre Guydo

T. de France (1644-1673)

Conseiller du roi en ses Conseils

9.11.1659

Jacques I Constantin

Maître (1621-1659)

Conseiller au conseil d’État et privé

12.7.1653

Mathurin Boux

Maître (1621-1650)

Conseiller du roi en ses Conseils

9.1.1660

Yves de Monti

Maître (1624-1676)

Conseiller au conseil d’État et privé

10.2.1677

César de Renouard

Maître (1633-1652)

Conseiller du roi en ses Conseils

23.7.1659

Sébastien Bidé

Maître (1634-1659)

Conseiller d’État privé et finances

retenue 15.12.1655

S. de La Tullaye

Maître (1636-1656)

Conseiller du roi en ses Conseils

14.12.1661

Jean de Robien

Maître (1638-1654)

Conseiller au conseil d’État et privé

13.11.1654

François Guischard

Maître (1645-1656)

Avocat au conseil d’État et privé

Séb. de Pontual

Maître (1659-1661)

Conseiller du roi en ses Conseils

16.12.1660

  • 229 Le 4 février 1564, Pierre I Cornulier qui était alors secrétaire du duc d’Étampes, gouverneur de B (...)
  • 230 À noter toutefois le cas particulier de l’auditeur Jean Harel (1606-1641) qui aurait été en même t (...)
  • 231 Guillaume de Francheville est toutefois autorisé à exercer des états de judicature avec son office (...)
  • 232 Ibid., B 228, 3 mars 1629.
  • 233 L’auditeur Michel Touzelin, sieur de La Barre, aurait été en même temps contrôleur des décimes dan (...)

102Les deux types de carrières les plus fréquemment exercées par les gens des comptes avant leur entrée dans l’institution sont les carrières administrativo-judiciaires et les carrières financières, principalement au service du roi mais parfois aussi au service de seigneurs. Avant de les présenter, notons au préalable qu’il est logiquement impossible de cumuler ces charges avec un office à la Chambre. Si cette interdiction est respectée pour les charges financières, elle souffre quelques – rares – entorses pour les offices judiciaires. Le maître Pierre Gautier (1552-1580) est ainsi demeuré lieutenant civil à Guérande229. Le cumul de deux fonctions pouvait être également autorisé, pendant un temps limité, lors des opérations de création de charges : Jacques I Barrin, qui est institué président des comptes en fonction de l’édit d’avril 1572, est autorisé à conserver sa charge de conseiller et président aux Enquêtes au parlement de Bretagne et ce n’est que lorsqu’il devient président à mortier en 1576 – en bénéficiant là aussi d’une création – qu’il quitte la Chambre des comptes. Ces deux exemples datent du XVIe siècle et l’on ne rencontre plus de telles situations par la suite230. On est en revanche moins informé en ce qui concerne les offices seigneuriaux. Les membres de la Chambre des comptes n’avaient normalement pas le droit d’exercer ce type d’emplois231. Ainsi en 1629, le maître Charles Martineau est-il chargé d’informer sur les « officiers de la Chambre qui, en contravention des ordonnances royales et arrêt de la Chambre [7 novembre 1617], exercent juridictions inférieures, banque et font fonction d’agents d’aucun seigneur ou communautés ou exercent charges dérogeant à leur dignité et qualitez de conseillers du roi232 ». On ne connaît pas le résultat de cette enquête mais le fait même qu’elle ait été lancée ainsi que les insinuations qui sont formulées lors des procédures de récusation révèlent que la pratique devait demeurer courante233.

  • 234 Rennes principalement mais aussi Metz comme dans le cas de Roland Morin. Certains d’entre eux avai (...)
  • 235 André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, 2 vol., Renn (...)
  • 236 Il était le gendre du trésorier des états de Bretagne, Jacques Michau de Montaran.

103Si l’on revient à la présentation des emplois occupés avant l’entrée à la Chambre, on note des différences selon les catégories dans l’importance et la nature des postes occupés. Si l’on met à part le cas des premiers présidents que j’ai déjà évoqué, on constate que sur les trente-six présidents qui ont exercé entre 1547 et 1715, dix ont détenu préalablement une charge à la Chambre, six ont été conseillers au parlement234 – dont un aux Grands Jours –, cinq ont été membres d’une sénéchaussée présidiale – soit deux présidents, un conseiller, un lieutenant, un juge criminel –, trois d’une sénéchaussée – un sénéchal, un alloué, un juge royal –, un a été procureur du roi dans une élection, un, grand maître des eaux et forêts, un référendaire auprès d’une chancellerie, un autre enfin est qualifié d’avocat. Les autres présentent des profils divers : deux ont été trésoriers de France, un était châtelain, un intendant de gouverneur. Trois, qui étaient des héritiers, n’avaient exercé au préalable aucune autre activité. Deux appartenaient au monde du négoce et de la finance. Il s’agit de Jean Grout qui était le fils de l’un des plus importants négociants de Saint-Malo de la seconde moitié du XVIIe siècle. Après avoir commandé des frégates en course et en commerce, il a profité des créations d’offices à la Chambre en 1704 pour y faire son entrée235. Il a intégré l’institution en même temps que Jacques Ballet qui était, quant à lui, un homme d’argent. Son père Nicolas Ballet, d’origine lyonnaise, s’était installé comme marchand-banquier à Nantes avant de s’intégrer au réseau financier gravitant autour des états de Bretagne236. À l’exception de ces quelques cas, les présidents ont donc, dans leur majorité, exercé une fonction judiciaire avant d’être reçus à la Chambre, ce qui leur a permis d’acquérir l’expérience et les années de service indispensables pour exercer une plus grande responsabilité. On ne trouve à ce niveau aucun ancien grand receveur de finances.

104Pour les maîtres, les incertitudes sont plus grandes dans la mesure où l’on n’a pas d’information précise sur tous les officiers. Le nombre de ceux qui ont exercé une fonction avant d’accéder à ce grade semble avoir toujours été minoritaire et être allé en diminuant avec le temps. Pour la période 1547-1605, on dénombre trente-six individus qui ont exercé une autre responsabilité. En dehors des treize qui ont été préalablement correcteurs et surtout auditeurs, on retrouve parmi eux des notaires et secrétaires du roi – deux –, un contrôleur général des postes, un intendant du duc de Rohan, des officiers de justice – un conseiller au présidial, un autre à la table de marbre, un châtelain, un lieutenant et juge de sénéchaussée –, des hommes de loi – trois avocats.

Tableau 48. – Charges détenues par les présidents des comptes avant leur entrée à la Chambre.

Tableau 48. – Charges détenues par les présidents des comptes avant leur entrée à la Chambre.
  • 237 Le 24 novembre 1524, il était signalé comme ancien commis du receveur général Jacques Thévin avec (...)
  • 238 Il a été fermier du domaine de Rhuys avec René Lemoyne, mention du 24 novembre 1564, ibid., B 583, (...)

105Le monde des finances constitue le deuxième vivier. Quelqu’un comme Antoine Charton, grâce aux protections dont il bénéficiait – la famille de Montmorency –, a multiplié les commissions – pour la perception de décimes en Bretagne avant 1565 pour Antoine et Claude Camus, à la recette générale de Bretagne alors que Jacques Thévin237 en était le responsable – et la participation à des fermes238 avant de devenir maître. D’autres, les plus nombreux, ont détenu des offices de finances soit en tant que payeur des gages de la chancellerie, receveur ordinaire, receveur du fouage ou des décimes, ou encore en tant que receveur général de Bretagne. Quatre de ces derniers ont terminé leur carrière à la Chambre dans la deuxième moitié du XVIe siècle : il s’agit de Jean Coutel, François Trottereau, Georges Morin et Vital de Contour. Lors de la réception de ce dernier en 1580, il est indiqué qu’il est accepté en dérogation aux ordonnances qui voulaient que l’on n’admette pas les officiers de finances à la Chambre. Par la suite, on l’a vu précédemment, tous ceux qui avaient exercé au préalable une charge financière, ont été écartés.

  • 239 Michel Chrétien, sieur d’Ambreil, avait été commis par le lieutenant général, René de Tournemine, (...)
  • 240 René Le Gouvello, entre à 30 ans ; il avait été auparavant bailli de Quimperlé. Alain Gellouard av (...)
  • 241 L’information de vie et mœurs n’a pas été conservée.

106Dans la période 1605-1665, on ne recense que neuf maîtres qui ont exercé une fonction avant de devenir maître239 : parmi eux, un seul a été préalablement auditeur – il s’agit de Louis Miron – ; pour le reste, on trouve surtout des gens de justice – quatre officiers de sénéchaussée240 –, un maître des eaux et forêts – Nicolas de Rollée –, un assesseur d’élection – Pierre Frain –, et quelques « militaires » comme Jean Meslou que les généalogistes présentent tout à la fois comme maître d’hôtel du roi et chevau-léger de sa garde ou Guillaume Dondel qui aurait été mousquetaire. Comme pour Michel I Le Lou dans les années 1560, un doute existe sur l’activité préalable d’un maître : il s’agit de Jacques Séré qui aurait pratiqué le commerce avant d’entrer à la Chambre. Son appartenance à une grande famille du négoce malouin ainsi que son âge lors de sa réception – il avait trente ans en 1632 – plaideraient en faveur de cette hypothèse, sans qu’on en ait toutefois la preuve certaine241.

107De l’établissement de la fixation de Colbert en 1665 jusqu’en 1715, les données ne sont pas fondamentalement modifiées : on ne repère que cinq individus qui ont exercé une autre charge avant de devenir maître – si l’on excepte le cas de Charles-Joseph de Saint-Pern évoqué précédemment – et celui de Guillaume Lair qui est signalé comme gentilhomme de la chambre du roi. À noter qu’à la fin du règne de Louis XIV, en mettant à profit les créations d’offices qui ont lieu à cette période, le mécanisme de promotion interne au sein de la Chambre commence à nouveau à jouer. Pierre de Garsanlan devient maître en 1705 après avoir été auditeur pendant près de seize ans. Le processus ainsi enclenché se confirme après 1715 : deux auditeurs et un correcteur accèdent à la catégorie supérieure. Dans le même temps, particulièrement dans la seconde moitié du siècle, la Chambre ouvre à nouveau un peu plus largement ses portes : jusqu’en 1789, seize maîtres auraient exercé une autre fonction avant d’y être admis. On renoue alors avec des pratiques qui avaient disparu depuis le XVIe siècle. La Chambre accueille ainsi un ancien receveur du fouage – en la personne de Pierre Bellabre en 1745 –, et au moins un ancien négociant – Guillaume Charrault. Cette ouverture à des catégories écartées pendant la majeure partie du XVIIe siècle n’est toutefois que très timide et, pour le reste, ce sont les mêmes institutions qui servent de tremplin : l’armée, les élections, les sénéchaussées, les eaux-et-forêts et les présidiaux.

  • 242 Le nombre total en est toutefois difficile à estimer. Les hasards des dépouillements nous apprenne (...)
  • 243 Guillaume Gougeon (1569-1582) : banquier bourgeois à Nantes. Pierre I Monnier (1594-1628) : banqui (...)
  • 244 Jacques Macé (1594-1599) : principal du collège de Nantes.
  • 245 Après la mort de son père, il a obtenu un délai de six mois pour résigner en faveur d’une personne (...)

108Avec les auditeurs, on descend d’un degré dans la hiérarchie, sans que les caractéristiques mises en évidence précédemment soient radicalement différentes. La période 1547-1605 arrive en tête pour les gens ayant fait préalablement carrière avec vingt-deux individus. Comme les maîtres, ils ont exercé des professions finan242soit comme officiers – receveur ordinaire (un), receveurs du fouage (quatre), payeur d’institution (un), contrôleur des aides (un), huissier collecteur des finances (un) –, soit comme fermiers (un), voire comme banquiers243 (deux). Ils ont occupé aussi des charges de greffiers, de notaires, de secrétaires en chancellerie, d’enseignant244, d’hommes de loi – avocat – et d’officiers de justice. On y trouve ainsi un ancien alloué de Nantes – Jean Charette – et un conseiller au parlement – Michel Dessefort. Ce dernier cas est exceptionnel : il s’explique par le fait que Dessefort a bénéficié de la survivance de l’office d’auditeur de son père, Antoine Dessefort ; quand il a été sommé de choisir entre les deux charges en 1558, il a opté finalement pour le parlement245.

  • 246 René Hachon a dû s’engager, lors de sa réception, « à se déporter à l’avenir de profession de marc (...)
  • 247 Dans le cas de la Franche-Comté au XVIIIe siècle, Maurice Gresset relève également une grande dive (...)
  • 248 Les Dhariette étaient des Basques arrivés à Quimper dans les années 1560. François Dhariette, qui (...)

109Deux auditeurs ont été enfin préalablement marchands : il s’agit de René Hachon en 1559246 et de François Dhariette dans la Chambre des comptes ligueuse à Nantes en 1592. Ils offrent ainsi des exemples de passage direct du comptoir à l’office dans une cour souveraine. Leur cas est toutefois singulier et on ne peut y voir un signe d’ouverture de l’institution au monde de la marchandise ; il faudrait plutôt le considérer comme une illustration de la diversité des voies suivies par ceux qui étaient gradués en droit247. Tous les deux étaient en effet, si l’on en croit les généalogistes, avocats. La pratique du négoce, doublée de la participation à des fermes pour René Hachon, leur aurait permis d’accumuler le capital afin d’acheter un office ou de patienter en attendant qu’une charge se libère. Tous deux ont profité d’ailleurs d’une certaine ouverture du marché des offices pour entrer à la Chambre : Hachon à la fin des années 1550 en occupant la place laissée vacante par Jean Douette devenu conseiller dans un parlement alors en pleine croissance et Dhariette, au cours des guerres de la Ligue, en remplaçant son parent Jean Cousin, promu trésorier général de Bretagne par le duc de Mercœur248.

  • 249 Avec le cas notamment des Geffrard, père et fils. Le premier, Mathieu Geffrard, entre à la Chambre (...)
  • 250 La Chambre accueille alors Julien Cohier (1701-1702), trésorier de France, commissaire enquêteur a (...)
  • 251 L’auditeur Pierre Bouchaud (1696-1731) avait été armateur.
  • 252 Ainsi Mathurin Couradin qui devient correcteur à l’âge de 56 ans suite à la création de 1704 était (...)

110De 1605 à 1665, le nombre d’auditeurs ayant fait préalablement carrière se réduit également de façon sensible et tombe à six249. On demeure au même niveau sous le règne personnel de Louis XIV – avec huit individus – mais, à la différence des maîtres, la catégorie accepte, dès cette période, des gens venus du monde de la finance250 ou de la marchandise251. Les mêmes tendances se confirment au XVIIIe siècle, avec, là aussi, un léger accroissement, du nombre des individus – on passe alors à dix – ayant préalablement fait carrière. Les correcteurs252 présentent des caractéristiques semblables aux auditeurs. Ces deux catégories seraient donc demeurées plus accessibles à des gens venus d’autres horizons professionnels : cela pourrait s’expliquer tout à la fois par le fait qu’elles avaient un statut inférieur dans l’institution et qu’elles constituaient donc un enjeu moins important mais aussi en raison de leur prix moins élevé alors qu’elles conféraient elles aussi un anoblissement graduel.

111Si les remarques précédentes doivent être avancées avec précaution compte tenu de la faiblesse des effectifs pris en considération, elles permettent toutefois d’opposer les XVIe et XVIIIe siècles, au cours desquels la Chambre constitue un aboutissement dans un cursus professionnel, au XVIIe siècle où l’institution accueille des individus qui y accomplissent la totalité de leur carrière. Malgré ces variations, la Chambre a donné la priorité pendant ces trois siècles aux gens issus du monde de la justice.

Les gradués de l’université

112La Chambre des comptes de Bretagne se distingue des autres cours souveraines – parlement et Cour des aides principalement – par le fait qu’il n’était pas nécessaire d’être gradué pour y être admis. Grâce aux informations de vie et de mœurs, on a vu pourtant que le fait d’avoir étudié était valorisé. Cette contradiction, apparente, invite à vérifier quelle a été la part des gradués dans l’institution aux XVIe et XVIIe siècles. Pour cela, on dispose de trois sources principales : les informations de vie et de mœurs précédemment utilisées, les lettres de provision des officiers ainsi que les dictionnaires biographiques ou généalogiques.

113Même si l’on n’a pas d’indication précise pour tous les individus, surtout pour ceux qui ont exercé au XVIe siècle, il semble que les gens du parquet aient tous été gradués. Si un seul était docteur en droit – il s’agit de Guillaume de Francheville dans la deuxième moitié du XVIe siècle –, certains d’entre eux ont effectivement plaidé, parfois avec talent à l’instar de Jean Blanchard, de René Rousseau ou de René de Pontual. Au fil du temps, avec la patrimonialisation de la charge, les titulaires ont dû se contenter de passer leur diplôme : cela a sans doute été le cas des de La Tullaye qui ont monopolisé l’office au XVIIIe siècle.

114La majeure partie des premiers présidents étaient également gradués. Le seul à ne pas l’avoir été est sans doute Marc Fortia, ce qui explique les difficultés qu’il a éprouvées pour diriger l’institution. L’incertitude est plus grande pour les présidents. Le fait que nombre d’entre eux aient détenu préalablement des charges judiciaires, soit au parlement, soit dans les présidiaux, soit encore au parquet de la Chambre des comptes atteste pourtant qu’ils sont également passés par l’université. Deux d’entre eux, au moins, avaient le titre de docteurs : Georges Le Mignot et Guillaume I Raoul. Quelques exceptions doivent cependant être signalées : c’est le cas de Nicolas Coustureau dont la seule fonction connue est celle d’intendant du duc de Montpensier, de Victor Binet qui était grand maître des eaux et forêts, ou de François Coquille en 1626 dont l’information de vie et mœurs apprend qu’il était notaire et secrétaire du roi et qu’il s’est formé essentiellement sur le tas, en travaillant d’abord au service des expéditions à la trésorerie de l’Épargne puis en assumant la charge de trésorier de France dans les généralités de Lyon puis de Paris. Le doute existe également pour des individus comme Trajan de La Coussaye qui a commencé sa carrière comme maître des comptes, Jacques II Huteau qui a débuté comme trésorier de France et pour son fils, Jacques III Huteau, qui est entré à la Chambre comme maître. De façon générale, l’incertitude est de mise pour ceux qui ont succédé à un parent, parfois après avoir patienté quelques années en exerçant une fonction inférieure dans l’institution. On se rend compte ainsi que tous n’éprouvaient pas le besoin de souligner leur grade et que pour certains d’entre eux leur nom, ou la charge qu’ils avaient occupée précédemment, constituaient un sésame suffisant pour se faire recevoir.

  • 253 On retrouve cela en Angleterre où les députés à la Chambre des communes et les membres des commiss (...)
  • 254 Les deux voies décrites par Maurice Gresset sont celle des praticiens et celle des avocats. Les pr (...)

115Cette remarque vaut également pour les maîtres et les auditeurs. Comme j’ai eu l’occasion de le dire à propos des informations de vie et mœurs, certains officiers, qui appartenaient de toute évidence aux milieux judiciaires, ne ressentent pas la nécessité de mentionner leurs titres, ce qui a pour conséquence que le nombre de gradués recensés est très certainement inférieur à ce qu’il était en réalité. Leur part connaît cependant une réelle progression tout au long de l’Ancien Régime, atteignant près du tiers des effectifs des maîtres et des auditeurs (cf. tableau 49). On peut y voir la conséquence d’une augmentation du nombre des avocats en Bretagne du fait des progrès de l’instruction ; on y retrouve aussi les effets d’un phénomène général qui a touché la France mais aussi l’ensemble de l’Europe253 à cette période. On peut y voir ainsi la marque d’une volonté des gens des comptes de se rapprocher, par la culture, des autres officiers de justice. À noter qu’il n’y a pas de différence marquée entre les maîtres et les auditeurs. On ne retrouve pas l’opposition décrite par Maurice Gresset entre les non-gradués qui seraient limités à des tâches de praticien – ici auditeurs – et des gradués qui deviendraient maîtres et présidents254. Des avocats deviennent auditeurs alors que des maîtres ne sont pas gradués. Le grade ne joue pas un rôle discriminant.

  • 255 On connaît pourtant mal la situation des autres institutions comparables, même si l’on sait qu’au (...)

116Pour les trois périodes prises pour référence, malgré les progrès accomplis, on constate cependant que la part des gradués demeure toujours minoritaire. Si la Chambre accueille de plus en plus d’avocats, elle ne fait jamais de ce diplôme une condition indispensable pour y être admis, au grand regret de certains de ses membres, comme La Gibonnais, qui notait avec un soupçon de mélancolie au cours des années 1720, qu’il ne fallait pas être gradué pour devenir maître des comptes, à la différence de ce qui se passait dans d’autres Chambres des comptes255. L’insistance sur la formation dans les informations de vie et de mœurs apparaît ainsi comme l’expression d’un idéal à atteindre plus que comme la description d’une réalité. La pression des familles qui voulaient utiliser la Chambre comme un moyen pour parfaire ou poursuivre leur ascension sociale a sans doute été trop forte pour changer les règles du jeu en la matière.

Tableau 49. – Nombre de gradués en droit dans les catégories des maîtres et des auditeurs.

Tableau 49. – Nombre de gradués en droit dans les catégories des maîtres et des auditeurs.
  • 256 Guy Renouard et Gilles Le Moyne ont dû leur promotion à d’autres facteurs : le premier au fait qu’ (...)
  • 257 Marcel Couturier, Recherches sur les structures sociales à Châteaudun (1525-1789), Paris, SEVPEN, (...)

117Les études universitaires ont constitué cependant l’un des moyens pour entrer dans l’institution. Si l’on prend pour référence la catégorie des auditeurs, on constate que la Chambre attire très tôt des gradués à l’instar de Golven de Kerchrist, de Jean Boulomer ou de Geoffroy de Callac, dans la première moitié du XVIe siècle. Jusque dans les années 1580, le fait d’être avocat est un facteur qui permet de mener carrière. Certains gradués bénéficient d’une promotion : deux d’entre eux passent au parlement – Jean Douette, Michel Dessefort – alors que deux autres – Jean Charette, René Hachon – accèdent à la catégorie des maîtres256. Guillaume de Francheville, fort de son doctorat en droit, devient, quant à lui, procureur général. On retrouve ici la césure relevée par Marcel Couturier à Châteaudun257 au sein des professions libérales entre « ceux qui possèdent la licence qui se rattachent au groupe dominant et les autres qui appartiennent à l’ensemble inférieur ». Du fait de la structure originale de la Chambre des comptes et de la distinction introduite en 1557 entre maîtres et auditeurs, cette césure a joué au sein même de l’institution et différencié de plus en plus nettement ceux qui pouvaient espérer siéger au Bureau en tant que juges de ceux qui en étaient écartés et qui se voyaient ravalés au statut de praticiens.

  • 258 ADLA, B 605, fo 145, acte du 10 décembre 1597.

118Avec le temps pourtant un blocage est intervenu dont ont été victimes certains gradués comme François Fradin qui est demeuré auditeur pendant toute sa carrière, soit pendant plus de vingt-six ans. Face à une offre d’offices qui s’est raréfiée, le grade n’a plus été un élément suffisant pour progresser et d’autres facteurs ont pris plus d’importance comme la fortune, les relations, le fait d’être l’héritier d’un officier en place, autant d’aspects sur lesquels je reviendrai. La crise ligueuse a révélé le malaise éprouvé par certains membres de l’institution, leur hostilité à la place grandissante prise par la vénalité et leur souhait d’une promotion « au mérite ». Le duc de Mercœur a, d’une certaine façon, entendu ce message comme le prouve le fait qu’il ait promu Aimé Adam maître en 1593, et qu’il ait fait entrer deux avocats – François Dhariette et Jacques Macé – à la Chambre en tant qu’auditeurs. François Adam, le fils d’Aimé Adam, qui avait été nommé auditeur en 1596, a présenté l’année suivante une requête par laquelle il a demandé « qu’il pleust à la Chambre le dispanser pour le temps de deux ans prochains du service qu’il doibt en icelle durant le temps lequel il désire employer à la continuation de ses études258 ». En lui accordant un an de « disponibilité », la Chambre a confirmé tout le crédit qu’elle accordait en cette période à la formation de ses membres et ce d’autant plus qu’elle avait refusé de recevoir François Adam comme maître après la mort de son père ; elle n’est pas parvenue, si tant est qu’elle l’ait voulu, à l’imposer comme la règle pour les promotions. François Fradin, malgré son ralliement à la Ligue, n’a pas connu de modification de son statut et le duc de Mercœur a imposé plusieurs de ses créatures sans tenir compte des attentes des officiers en place. La faveur a toujours joué et a empêché le personnel des comptes de contrôler son recrutement, même si, au final, on peut considérer que la période de la Ligue a tout de même permis de réaffirmer l’attachement de l’institution aux vertus individuelles de ses membres. La leçon n’a pas été totalement oubliée par la suite.

  • 259 On pourrait leur adjoindre des officiers comme Philippe Guillermo (1649-1681) qui était marié avec (...)
  • 260 Comme René Guyton (1650-1672), Simon Le Meneust (1650-1709). Pierre/Mathurin Gallinière (1621-1639 (...)
  • 261 À l’instar de Pierre Guy (1641-1662), dont le père avait été procureur à la Chambre avant de deven (...)

119La mise en place de la paulette en 1604 a, comme on le sait, favorisé la patrimonialisation des charges. Le grade n’a plus permis, sauf cas exceptionnel, de passer de la catégorie des auditeurs à celle des maîtres. Il n’en a pas perdu pas pour autant toute importance, au moins dans la première moitié du XVIIe siècle. Parmi les auditeurs reçus entre 1605 et 1665 qui avaient le grade d’avocats, on constate au moins deux cas de figure. Le premier correspond à des individus dont le père fréquentait déjà le barreau ou était membre d’une cour de justice. Parmi eux, on peut citer Julien Avril (1617-1634), René Le Brun (1638-1656), Antoine Le Bariller (1633-1650), Charles du Bouchet (1619-1623), Luc Viaudet (1625-1644) ou encore Jean I de Moayre (1632-1675), dont la famille était déjà solidement implantée à la Chambre depuis la fin du XVIe siècle259. En devenant avocats, ils ont poursuivi en quelque sorte une tradition familiale, qu’ils ont fait fructifier en intégrant une cour souveraine. Pour une seconde catégorie d’individus, l’obtention d’un grade a constitué davantage l’occasion d’une rupture avec un milieu familial moins porteur et de s’extraire de leur catégorie sociale. On y trouve des fils de marchands comme Maurice Coupperie (1617-1627), Guillaume Madeleneau (1618-1651) ou Pierre Villaine (1651-1676), des fils de médecins à l’instar de Mathurin Bedeau (1644-1675) mais aussi des fils de procureurs au présidial260 ou à la Chambre261. L’exemple le plus significatif est peut-être toutefois fourni par Pierre I Bocan (1650-1687), qui était le fils d’un huissier ordinaire des comptes ; le diplôme d’avocat – ou les sacrifices financiers consentis par la famille pour son obtention – lui a permis de franchir l’une des barrières qui existaient au sein de l’institution, montrant ainsi le crédit accordé à l’éducation par les membres de celle-ci. Si dans ces cas, l’acquisition du grade a permis une réelle ascension sociale, cela a eu souvent un « prix » : l’entrée à la Chambre à un âge avancé.

L’âge à l’entrée en fonction

  • 262 Montaigne, Les Essais, chap. 57, « De l’âge », Paris, Éditions Arléa, 2002, p. 244.

« Je serais d’avis qu’on étendît notre vacation et occupation autant qu’on pourrait, pour la commodité publique ; mais je trouve la faute en l’autre côté de ne nous y embesogner pas assez tôt. Celui-ci avait été juge universel du monde à dix-neuf ans, et veut que, pour juger de la place d’une gouttière, on en ait trente. Quant à moi, j’estime que nos âmes sont dénouées à vingt ans ce qu’elles doivent être, et qu’elles promettent tout ce qu’elles pourront. Jamais âme qui n’ait donné en cet âge arrhes bien évidentes de sa force n’en donna depuis [après] la preuve. Les qualités et vertus naturelles enseignent dans ce terme-là, ou jamais ce qu’elles ont de vigoureux et de beau262. »

  • 263 Pour être président au parlement, il fallait également dix ans de service.
  • 264 ADLA, B 81. Il est rappelé que les présidents doivent avoir 40 ans. Il fallait 30 ans pour être pr (...)
  • 265 Il porte sur le rétablissement des études de droit civil et canonique.
  • 266 Pour les maîtres des requêtes, l’âge est porté de 31 à 37 ans.

120Comme cette citation le révèle, Montaigne contestait, dès le XVIe siècle, la prétention des hommes âgés à détenir les plus hautes responsabilités et plaidait en faveur d’un rajeunissement des « cadres », selon l’adage que « la valeur n’attend pas le nombre des années ». Son appel a été inégalement entendu du moins si l’on prend pour référence la Chambre des comptes où, comme dans les autres cours souveraines, des conditions d’âge ont été fixées très tôt pour l’accès aux offices, à savoir 25 ans pour les maîtres et les auditeurs, 30 ans pour le procureur général et 40 ans, ainsi que dix ans de service, pour les présidents263. Ces règles n’ont connu de modification qu’en 1665 : dans le même temps où il a établi une fixation du prix des charges, Colbert a relevé l’âge d’accès aux offices de magistrats. Pour la Chambre, cela n’a entraîné qu’une modification qui concerne les maîtres, les auditeurs et les correcteurs dont l’âge d’admission est porté à 27 ans264. La mesure est justifiée par la volonté de « favoriser l’accès des personnes de mérite en considérant d’autant que rien n’est plus capable d’imprimer le respect de la justice que de la voir administrée par des magistrats dont l’âge et la capacité et l’expérience puissent répondre dans le public au poids et à la grandeur de leurs dignités qui les rendent dépositaires des lois pour en porter exécution à nos sujets ». Elle est renforcée par un édit265 de 1679 qui ordonne qu’il n’y aurait pas de réception au serment d’avocat, qualité indispensable pour être pourvu d’un office de judicature, qu’après avoir fait trois années d’études et « durant icelles fait les actes, soutenu les chaires, a pris les degrés de bachelier et de licencié ». Même si la Chambre des comptes de Bretagne n’est pas, pour la majeure partie de ses officiers, touchée par cette disposition puisque l’on n’y exige pas de grade de ses membres, elle bénéficie tout de même de sa suspension en 1683, date à laquelle le pouvoir estime que les effets recherchés ayant été obtenus, on peut ramener l’âge d’admission des maîtres, correcteurs et auditeurs à 25 ans266.

Tableau 50. – Âge moyen à la réception selon le titre et l’époque d’entrée.

Titre

avant 1605

1605-1666

1666-1715

après 1715

Total

Auditeur

28,2

27,5

29,5

32,3

30,1

Avocat général

38,0

26,8

29,0

32,7

30,9

Correcteur

29,0

36,5

34,9

34,6

34,6

Maître

35,2

27,9

30,0

29,8

29,8

Premier président

51,0

41,2

33,0

30,3

38,8

Président

40,5

39,5

34,1

37,1

36,9

Procureur général

32,5

34,0

30,0

26,5

30,8

33,5

29,1

30,6

32,0

31,1

  • 267 Cf. figure 6 cahier couleurs.

121Quand on examine l’âge d’entrée des officiers à la Chambre (tableau 50267), on constate, d’après l’échantillon dont on dispose, que les prescriptions royales ont été globalement respectées du XVIe siècle à la fin du règne de Louis XIV. L’âge moyen pour l’ensemble de l’époque moderne s’établit à plus de 30 ans pour toutes les catégories à l’exception, très légère, des maîtres. Une évolution s’est cependant produite. Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, on relève un âge moyen élevé surtout dans les catégories supérieures de l’institution. Si la portée de cette remarque doit être nuancée compte tenu de la faiblesse de l’échantillon, elle n’en demeure pas moins fondée du fait, comme on l’a vu précédemment, qu’un certain nombre d’officiers dont on ne connaît pas avec précision la date de naissance, avaient mené une carrière, notamment dans les finances, avant d’être reçus à la Chambre. Celle-ci constitue alors un aboutissement, le terme d’un parcours, on n’oserait dire une semi-retraite, pour des individus qui ont servi préalablement la monarchie dans d’autres secteurs.

  • 268 Pour 233 conseillers qui ont exercé au parlement de Besançon de 1674 à 1771, la durée moyenne des (...)
  • 269 Maurice Gresset, op. cit., p. 114-115.

122L’introduction de la paulette en 1604 entraîne un rajeunissement de toutes les catégories du personnel (avec une nuance là encore qui concerne les correcteurs) : l’objectif de la majeure partie des officiers est d’entrer dans l’institution dès qu’ils ont l’âge requis. Cela est net pour les maîtres et les auditeurs où la part de ceux qui sont reçus entre 26 et 30 ans domine nettement (tableaux 51 à 54). La catégorie des présidents suit la tendance générale tout en continuant à respecter les règles en matière d’âge. Ce rajeunissement se constate dans la plupart des institutions dans le royaume de France. Étudiant le cas du parlement de Besançon268, Maurice Gresset relève que l’introduction de la vénalité des offices en Franche-Comté a transformé les carrières : « auparavant quand il entrait au parlement, le nouveau conseiller avait déjà derrière lui une assez longue carrière. Il n’était pas de première jeunesse et mourait en activité. Après l’introduction de la vénalité, le nouveau conseiller accède directement au Parlement, assez souvent même avant d’avoir atteint les 25 ans requis (29 % des cas). La conception même de la fonction semble s’être modifiée. De charge comportant de sérieuses responsabilités et accessible au seul mérite, elle est devenue un office coûteux, qu’à défaut du mérite, l’argent ou la naissance permettent d’obtenir et qu’il convient d’exercer pendant un minimum de temps pour transmettre à sa descendance tous les privilèges obtenus269 ». Les mêmes facteurs jouent à la Chambre des comptes pour expliquer le rajeunissement : baisse du nombre d’individus ayant occupé préalablement une autre fonction, augmentation de la part de ceux qui entrent avec dispense d’âge, hausse du prix des offices. L’institution devient un lieu où l’on fait carrière et où l’on doit rentrer tôt pour pouvoir rembourser les sommes de plus en plus importantes qu’il a fallu mobiliser à cet effet.

Tableau 51. – Âge d’entrée des maîtres des comptes (1547-1715).

Tableau 51. – Âge d’entrée des maîtres des comptes (1547-1715).

Tableau 52. – Âge d’entrée des maîtres des comptes par décennie (1666-1715).

Tableau 52. – Âge d’entrée des maîtres des comptes par décennie (1666-1715).

Tableau 53. – Âge d’entrée des auditeurs des comptes.

Tableau 53. – Âge d’entrée des auditeurs des comptes.

Tableau 54. – Âge d’entrée des auditeurs des comptes par décennie (1666-1715).

Tableau 54. – Âge d’entrée des auditeurs des comptes par décennie (1666-1715).
  • 270 Cf. figures 6 et 7, cahier couleurs.
  • 271 Le 26 novembre 1685 encore, dans le traité d’office d’auditeur signé entre Jacques III Guyton et P (...)

123Le mouvement de rajeunissement s’interrompt dans la seconde moitié du XVIIe siècle pour les maîtres et les auditeurs270. Cela peut s’expliquer par la baisse des prix décidée par Colbert : celle-ci, en réduisant l’intérêt financier des charges de la Chambre, aurait eu pour effet de modifier le recrutement du personnel et d’attirer des hommes tout à la fois plus âgés et plus « modestes ». Ce qui a joué aussi, c’est le relèvement de l’âge d’accès aux offices décidé en 1665. On constate ainsi que tous les maîtres entrés à la Chambre entre cette date et 1683, date de suspension de la mesure271, étaient effectivement âgés de plus de 27 ans et que nombre d’entre eux avaient même plus de 30 ans. L’institution s’est en la circonstance distinguée par un remarquable respect des ordonnances royales. Les créations de la fin du règne de Louis XIV viennent interrompre ce processus, sans toutefois provoquer de véritable retournement, les charges mises en vente étant achetées à la fois par des individus de moins de 25 ans et des hommes plus mûrs.

124L’âge d’entrée des maîtres se stabilise au XVIIIe siècle à une moyenne de 29 ans. Pour les auditeurs, l’évolution est sensiblement la même mais l’originalité réside ici dans le fait qu’à partir des années 1660, ils entrent à la Chambre à un âge légèrement plus élevé que les maîtres alors que jusque-là c’était l’inverse. Cette tendance se confirme dans la première moitié du XVIIIe siècle. Sans prétendre y apporter pour le moment d’explication définitive, notons que le début de ce phénomène coïncide avec la confirmation de l’anoblissement graduel – en 1669 – du personnel de la Chambre des comptes. Intéressant surtout les auditeurs, ce privilège aurait eu pour effet d’attirer vers cette catégorie des hommes plus âgés. La différence ne doit toutefois pas être surestimée en raison notamment des lacunes de la documentation en ce qui concerne les dates de naissance d’un certain nombre d’officiers ; elle a tendance à s’estomper à partir de 1750, date à partir de laquelle les deux catégories – maîtres et auditeurs – évoluent parallèlement.

  • 272 Quand le duc de Mercœur intervient en 1592, pour que l’office du maître Antoine Charton revienne à (...)

125À toutes les périodes, la Chambre a accueilli des hommes plus jeunes et plus âgés que la moyenne. Si l’on s’intéresse d’abord aux premiers, on constate qu’on peut les classer en trois catégories principales. La première, de loin la plus importante, regroupe classiquement les fils d’officiers des comptes qui sont admis avant l’âge requis pour succéder à un père décédé. Ce phénomène est repérable dès le XVIe siècle, d’autant qu’il est favorisé par le pouvoir royal qui considère que les enfants des officiers doivent être privilégiés afin de reconnaître les services rendus par leurs parents mais aussi au nom de la croyance, généralement partagée, dans la transmission d’une génération à l’autre des mêmes qualités272.

  • 273 Il ne peut toutefois présider qu’à l’âge de 30 ans, ibid., B 88.

126Sur le modèle de la noblesse d’épée pour qui le sang prend dans la seconde moitié du XVIe siècle le pas sur la valeur individuelle, la robe cherche elle aussi à valoriser l’hérédité. Ce phénomène s’accentue bien entendu après la mise en place de la paulette en 1604. À titre d’exemple, on peut citer, en dehors de l’exemple d’Étienne II Moucheron déjà évoqué lors de la présentation des lettres d’information de vie et mœurs, celui de César de Renouard qui récupère en 1633 à l’âge de 22 ans l’office de son père Guy Renouard, présent dans l’institution depuis 1580. Les grandes familles de la robe bretonne sont particulièrement bien placées pour bénéficier de ce genre de faveur. On a vu l’exemple de Jean-Baptiste de Becdelièvre institué premier président en 1678 à l’âge de 27 ans ; Claude II Cornulier obtient en 1691 la survivance de la charge de son père, Jean-Baptiste, alors qu’il n’a qu’un peu plus de 25 ans en considération, dit le roi dans sa lettre de provision, « qu’il est juste d’admettre en particulière recommandation les anciennes familles qui ont produit successivement pendant des siècles entiers des personnes qui se sont rendus recommandables et hors du commun des hommes tant par leur vertu que par leurs services et actions importantes273 ».

Tableau 55. – Officiers admis avec dispense d’âge deuxième moitié du XVIe siècle, première moitié du XVIIe siècle.

Office

Nom

Âge

Date

Avocat général

Jean-Baptiste Becdelièvre

21 ans

1646

Maître

François Charton

1592

Maître

René II Foucault

23 ans ?

1621

Maître

Jacques I Constantin

24 ans ?

1621

Maître

Pierre de Kerboudel

19 ans

1624

Maître

Marc Boutin

21-22 ans

1632

Maître

César de Renouard

22 ans

1633

Maître

Sébastien Le Meneust

24 ans

1636

Maître

René Le Marié

22 ans

1659

Maître

Joseph Rousseau

24 ans

1661

Auditeur

Guillaume Mériaud

24 ans

1584

Auditeur

Guillaume de Bruc

20 ans

1592

Auditeur

Étienne I Moucheron

21 ans ?

1592

Auditeur

Pasquier de Moayre

22 ans

1599

Auditeur

Jean II Gautier

24 ans

1611

Auditeur

Claude Juchault

23 ans

1614

Auditeur

Julien Avril

24-25 ans

1617

Auditeur

Étienne II Moucheron

21 ans

1619

Auditeur

Jacques Le Mercier

20 ans ?

1619

Auditeur

Pierre de Moayre

24 ans

1632

Auditeur

Jean I de Moayre

24 ans

1633

Auditeur

Pierre Le Moyne

24 ans

1634

Auditeur

René Drouet

24-25 ans

1634

Auditeur

François Le Moyne

24 ans

1636

Auditeur

Jean I Luzeau

24 ans

1639

Auditeur

René Varice

23 ans

1643

Correcteur

Gabriel Constantin

20 ans

1646

  • 274 Il est institué le 6 avril 1706 en vertu de l’édit de création de deux offices de président d’avri (...)
  • 275 Orest Ranum, La Fronde, Paris, Le Seuil, 1995, p. 85.

127Proches de cette première catégorie, on trouve des individus qui, sans avoir de parents à la Chambre, sont admis pour la qualité de leurs origines familiales. Sont ainsi favorisés les fils de parlementaires comme Pierre de Kerboudel, déjà rencontré, ou Sébastien Le Meneust qui était le fils d’un président à mortier ainsi que les enfants de notables nantais comme le maître René Le Marié, qui est reçu en 1659 à l’âge de 22 ans, grâce aux appuis dont il disposait tant du côté paternel que maternel. Un troisième groupe d’individus jeunes est constitué par ceux qui faisaient l’acquisition d’offices de nouvelle création. Le phénomène est patent à la fin du règne de Louis XIV. La nécessité de trouver rapidement des acquéreurs pour les charges mises en vente conduit le pouvoir à se montrer moins regardant sur les conditions d’âge, surtout que l’octroi de lettres de dispense lui fournit des ressources supplémentaires. Parmi ceux qui sont alors accueillis dans l’institution et qui sont âgés de moins de 25 ans, on retrouve des enfants d’officiers déjà en place mais aussi des « hommes nouveaux » à l’instar du président Jacques Ballet274 ou de l’auditeur René Liger, qui a obtenu des lettres de dispense dès le mois de septembre 1689 alors qu’il n’était âgé que de 21 ans et 9 mois mais qui ne s’est finalement fait pourvoir qu’en décembre 1692 en mettant à profit les créations d’offices de cette année-là. Comme le fait remarquer Orest Ranum275, « les années où augmentèrent les ventes d’offices furent aussi caractérisées par une forte mobilité sociale, qui est toujours une source de tensions dans une société ». Si cette dernière remarque peut être discutée du fait notamment que dans certains cas ce sont les officiers en place qui ont été à l’origine des créations, force est de reconnaître qu’en période de fort accroissement du nombre des charges – comme cela s’est produit à la fin du règne de Louis XIV – l’accès de l’institution a été plus facile.

  • 276 ADLA, B 648, fo 95, cité par Hervé Audrain, op. cit., p. 22. L’office avait été en fait acheté pou (...)
  • 277 Le traité de revente de l’office entre Ysabel Bernier et Jacques I Guyton a été signé le 22 mars 1 (...)

128Cela contraste avec ce que l’on pourrait qualifier de « temps ordinaires » au cours desquels la vigilance en matière d’âge a constitué un moyen pour écarter des individus qui ne disposaient pas d’appuis suffisants. Dans la première moitié du XVIIe siècle, la Chambre s’est montrée intransigeante à l’égard de ceux qui étaient dans cette situation. Ainsi en décembre 1649, a-t-elle refusé de recevoir Jean Gabory qui avait bénéficié de la résignation d’Étienne II Moucheron parce qu’il n’était âgé que de 21 ans et 9 mois et bien qu’il eût obtenu des lettres de dispense d’âge276. Elle lui a préféré René Guyton qui a pu faire valoir son âge – il avait 28 ans –, son grade – il était avocat – les relations dont il disposait à la Chambre – il était le beau-frère du maître Jacques Bonnemez – et son appartenance au cercle des notables nantais – son père Jacques, qui lui a acheté son office, avait été échevin277.

Tableau 56. – Dispenses d’âge et de service accordées sous le règne de Louis XIV.

Tableau 56. – Dispenses d’âge et de service accordées sous le règne de Louis XIV.

L. de d. : lettres de dispense. L. de p. : lettres de provisions.

  • 278 L’achat de l’office de Fruyneau avait également négocié par sa mère Gabrielle Desvignes qui, comme (...)
  • 279 Idem pour Yves Denis qui est pourvu d’un office de correcteur par résignation de Jacques Le Mercie (...)
  • 280 François Bluche, « Les magistrats des cours parisiennes au XVIIIe siècle », Revue historique du dr (...)

129On retrouve un cas similaire en 1651 avec Yves Fruyneau qui a bénéficié de la résignation de l’auditeur Jacques Cassard. Celui-ci avait promis lors de la vente de la charge de lui fournir les lettres de provision et une dispense d’âge dans un délai de trois mois. Devant son incapacité, Fruyneau l’a assigné à comparaître au présidial de Nantes. Bien que Cassard eût fait valoir que malgré ses efforts, il n’avait pas « esté en sa puissance de faire passer les lettres au sceau à raison des refus faits par le chancelier qui a invoqué le refus du Conseil de sceller lettres de dispense d’âge », et qu’il ait offert de continuer à exercer l’office jusqu’à la majorité de Fruyneau, il a été condamné à rembourser les 3 000 livres que ce dernier lui avait avancées et contraint de reprendre son office. Celui-ci est revenu finalement à François Raguideau. Dans ce cas, c’est la chancellerie et le Conseil qui se sont opposés à l’application du traité conclu en s’appuyant sur un règlement de 1638 qui prévoyait que si le résignataire n’avait pas l’âge requis, l’office devait être déclaré vacant. Ils n’ont pas été les seuls à faire obstruction puisque Cassard a fait valoir aussi que la Chambre des comptes refusait ordinairement d’enregistrer les lettres de dispense d’âge. Un consensus semble s’être donc établi entre l’autorité centrale et les élites locales pour refuser d’intégrer quelqu’un qui ne disposait pas des références suffisantes pour devenir membre d’une cour souveraine. François Raguideau, au moins si l’on en juge par le mariage de ses filles – l’une a épousé le fils du président des comptes Jacques II Huteau et l’autre le président Jean-Baptiste II de Cornulier – présentait sur ce point toutes les garanties278. Prétextes à obtenir de l’argent supplémentaire en période de créations de charges, les règles en matière d’âge constituaient aussi à l’occasion, comme ces exemples le montrent, des barrières pour écarter des indésirables279. Il y aurait ainsi un contraste entre le XVIe siècle et la première moitié du XVIIe siècle, d’une part, où les dispenses ont bénéficié surtout à des enfants du personnel des comptes ou de notables et la fin du règne de Louis XIV, d’autre part, où elles ont permis l’élargissement du recrutement sur le plan social. Malgré cette évolution, elles n’ont constitué à aucun moment un moyen pour rehausser le prestige de l’institution, comme cela semble avoir été le cas, au XVIIIe siècle, au parlement de Paris280.

  • 281 Guillaume Lair entre en 1676 à 35 ans alors qu’il est marié depuis 1663 avec la fille d’un auditeu (...)
  • 282 On peut citer aussi les cas de Mathurin Boux, qui remplace le maître Pierre de Kerboudel à l’âge d (...)

130Si l’on s’intéresse enfin aux individus qui sont entrés plus âgés que la moyenne à la Chambre des comptes, on constate qu’on peut les classer là encore en plusieurs catégories. La première regroupe logiquement ceux qui ont occupé un emploi avant de devenir officier des comptes. Ainsi en 1674, Julien II Le Meneust devient-il maître des comptes à 45 ans après avoir été lieutenant de la monnaie à Nantes281. Il en a été de même pour ceux qui étaient avocats, le critère de l’âge pouvant permettre de repérer ici ceux qui ont exercé effectivement la profession. C’est net dans le cas de Christophe de Rollée qui a été promu maître en 1618 à 35 ans après avoir, dit l’un des témoins dans son information de vie et mœurs, « brillamment plaidé ». Cela peut se déduire aussi pour des officiers qualifiés d’avocats comme l’auditeur Guillaume Madeleneau qui est admis à 32 ans ou plus encore comme le maître François Guischard qui est reçu à l’âge de 37 ans, siège pendant neuf ans puis devient conseiller au parlement282.

  • 283 Michel de Barbère a fait la même chose en 1697, date à laquelle il a accepté de prendre la relève (...)

131Dans une seconde catégorie, on peut inclure les individus qui ont dû attendre que leur père leur transmette sa charge ainsi que ceux qui sont entrés à la Chambre de façon en quelque sorte accidentelle pour régler un problème familial. Ainsi, si l’on prend l’exemple des de Monti, on remarque que le premier membre de la famille, Bernard de Monti, est devenu maître en 1572 à 52 ans, qu’il a siégé jusqu’à près de 80 ans en 1600, date à laquelle il a résigné en faveur de son fils Pierre de Monti qui avait alors 33 ans. La mort prématurée de ce dernier a permis à son petit-fils, Yves de Monti, de commencer sa carrière à 23 ans, en 1624. Le cas des Salomon est voisin. Le maître Jean I Salomon a siégé pendant trente-six ans – de 1639 à 1675 – et ce n’est qu’en 1676, à 34 ans, que son fils Jean II Salomon a pu prendre sa succession. Il est décédé brusquement en 1696 après avoir siégé vingt ans et c’est probablement pour éviter que la charge ne soit perdue, que son beau-frère, Julien Charette a accepté de le remplacer au pied-levé, alors qu’il avait atteint l’âge de 52 ans283. C’est un peu pour les mêmes raisons que Salomon de La Tullaye avait accepté à 37 ans, en 1636, de prendre la relève de son cousin René qui était décédé. Il a agi en la circonstance, non point par conviction personnelle, mais en cédant à la pression de sa belle-famille qui a financé en partie le rachat de la charge. Sans cette intervention, la plus belle dynastie de la Chambre aurait pu prendre fin, ce qui montre le caractère éminemment fragile de ce genre de construction. Il faut noter aussi que pour Salomon de La Tullaye, mariage et adoption d’un état ont coïncidé, comme si, en cette première moitié du XVIIe siècle où les idées dévotes avaient une forte influence et où l’État requérait plus d’engagement de la part de la noblesse, il était de plus en plus mal considéré pour un fils de bonne famille de vivre en désœuvré.

  • 284 Parmi les autres exemples, on peut citer celui d’Antoine Le Lardic qui devient auditeur en 1765 à (...)

132Un dernier groupe d’individus entrant âgés à la Chambre pourrait être constitué par ceux qui recherchaient l’anoblissement graduel. On sait que pour bénéficier de ce privilège, il fallait que le père et le fils siègent chacun vingt ans ou que l’un d’entre eux meure en charge. Pour remplir plus facilement ces conditions, il pouvait être tentant pour un père de se faire recevoir déjà âgé, d’exercer la charge jusqu’à son décès afin que l’un de ses enfants puisse lui succéder et anoblir ainsi sa famille. Cela semble avoir été le cas des L’Enfantdieu. Mathurin L’Enfantdieu est entré à la Chambre comme auditeur en 1687 à 50 ans. Après sa mort survenue dix ans plus tard, sa veuve Marie Butet a résigné en faveur de son fils Claude L’Enfantdieu qui a siégé plus de vingt ans de 1698 à 1720, offrant ainsi en quelque sorte un cas modèle. Bien que je n’aie pas fait un recensement systématique de ce type de cas284, leur nombre semble avoir été peu important. La plupart des officiers qui sont entrés à la Chambre en espérant s’anoblir l’ont fait à un âge « normal », ce qui peut révéler que l’institution ne voulait pas uniquement être considérée comme un tremplin permettant d’accéder au second ordre. Dans le cas des L’Enfantdieu, il faut d’ailleurs remarquer que l’auditeur Mathurin II de L’Enfantdieu était le descendant d’un ancien payeur des gages, portant le même prénom, qui avait été en activité de 1586 à 1618. Sa réception par la Chambre à un âge avancé a constitué ainsi une forme de reconnaissance des services rendus par sa famille. C’est ce qui semble avoir joué également en faveur de Guillaume Martineau : celui-ci a été reçu en 1693 à l’âge de 80 ans – il est le doyen toutes catégories sur ce point – en mettant à profit la création d’un office de correcteur. Bien qu’il fût le fils du maître Charles Martineau (1599-1632), on peut penser que son intégration tardive à la Chambre s’explique davantage par le souci de saisir une opportunité, par la volonté de continuer une tradition familiale plus que par la recherche de l’anoblissement.

133À toutes les périodes, on a une palette assez variée sur le plan des âges avec une minorité d’individus qui sont admis avec une dispense, le gros des effectifs qui respectent les règles imposées et une minorité de gens âgés. On a d’autant plus de chance d’être admis jeune dans l’institution si l’on y dispose de relations ou si l’on appartient au cercle de la notabilité – locale ou provinciale. Dans cette perspective, le recrutement d’individus jeunes doit être vu comme une marque de la mainmise de certaines familles sur l’institution ainsi que de l’attraction que celle-ci exerce sur les catégories en voie d’ascension sociale.

*

134L’intégration à la Chambre des comptes obéissait à un rituel précis dont l’information de vie et mœurs constituait un moment important. Source intéressante pour les XVIe et XVIIe siècles au moment où la Chambre s’affirme en tant que corps constitué et que se met en place la vénalité, elle fait apparaître les qualités que l’on attendait d’un magistrat des comptes qui devait être catholique, vertueux, bien intégré à la notabilité, en un mot, homme de « bonne conversation ». Il devait avoir aussi l’âge requis pour exercer l’office auquel il aspirait mais l’institution savait faire des entorses pour les enfants de magistrats en place ou pour ceux qui étaient de bonne naissance. Il n’était pas nécessaire d’être gradué même si les efforts de ceux qui avaient mené des études universitaires étaient mis en valeur. La Chambre savait retarder la réception de ceux, surtout quand ils ne possédaient pas de liens avec d’autres membres du personnel, qui ne correspondaient pas à l’idéal qu’elle avait de ses membres ; elle pouvait aussi refuser l’entrée de ceux qui lui paraissaient inassimilables. Significatifs ont été ainsi, surtout dans la première moitié du XVIIe siècle le rejet de candidats trop liés au monde de l’argent ou d’une origine trop modeste – comme les fils de procureurs jugés indignes d’exercer des fonctions de magistrats.

135Au XVIe siècle, quand la Bretagne est une province en voie d’intégration au royaume, et qu’elle n’est pas encore trop éloignée du centre du pouvoir, la Chambre demeure un lieu de cohabitation entre les membres de l’entourage royal, les serviteurs des Grands, les hommes de loi qui profitent de leur savoir pour s’introduire dans toutes les institutions et les gens de finances qui, grâce aux capitaux qu’ils ont accumulés, peuvent acquérir les nombreux offices qui sont mis en vente. Il n’y a pas ou peu de marchands : on ne passe pas, ou rarement, du comptoir à la Chambre. Au fil du temps, on relève une tendance à la professionnalisation des gens des comptes, ce qui se traduit par le recul du nombre des individus ayant fait carrière préalablement et par un rajeunissement du personnel. Cette professionnalisation entraîne paradoxalement un recul du nombre de magistrats ayant une connaissance du métier des finances comme si, pour bien juger, il ne fallait pas s’être soi-même mêlé ouvertement d’argent. L’idéal est celui de l’homme de loi comme l’ont montré les enquêtes d’information de vie et mœurs. Les gens des comptes veulent être considérés avant tout comme des juges.

136Pour préciser le tableau, il faut présenter les milieux sociaux dans lesquels se recrutaient les gens des comptes, ainsi que les zones géographiques dont ils étaient originaires.

Notes

1 ADLA, 2 E 1383, cité par Guillaume Porchet, Les Poitevins à la Chambre des comptes…, op. cit.

2 ADLA, 4 E 2 1383, cité par Guillaume Porchet, Destins de quatre familles poitevines de la Chambre des comptes de Bretagne au XVIIIe siècle, dactyl., mémoire de master 2 (dir. D. Le Page, Guy Saupin), université de Nantes, 2008.

3 Extraits des Mémoires inédites de Pierre Panou de Faymoreau, coll. privée, Guillaume Porchet, ibid., p. 103.

4 Dans l’enquête de vie et mœurs du trésorier de France Isaac de Lescouët, Antoine Guibourt déclare avoir fait sa connaissance en 1597 « quand il est allé solliciter son père pour être reçu à l’office de greffier de la Chambre », ibid., B 190.

5 Jean Nagle, « Les fonctionnaires au XVIIe siècle », dans Marcel Pinet (dir.), Histoire de la fonction publique en France, 3 vol. , Paris, Nouvelle Librairie française, 1995, t. II, Du XVIe au XVIIIe siècle, p. 137-273.

6 La Gibonnais précise que l’officier doit présenter ses lettres « en habit convenable ». Le résignant ne pouvait plus exercer son office sitôt que le résignataire avait présenté ses lettres (extrait du cérémonial de la Chambre, fo 58).

7 Ordonnance de Moulins, 1566, article X. Ordonnance de Blois, 1579, art. CVIII.

8 Le 13 mars 1576, il est ordonné que lorsqu’« il sera receu quelque officier de la Chambre, messieurs les présidents et maistres des comptes qui seront en ville seront appelez pour y assister et passeront des deux partz un tiers », ADLA, B 594, fo 119.

9 En cas de problème de surannation, il est dit que les lettres sont renvoyées au sceau.

10 Cela peut se faire au cours de la même séance.

11 Conformément à l’article 19 de l’édit d’octobre 1599.

12 La Gibonnais précise que si l’on veut favoriser le récipiendaire, surtout s’il est fils de maître, on met « pour iceluy » et le tout est ensuite communiqué au procureur général du roi mais, ajoute-t-il, « il faut le proposer auparavant ».

13 Le 19 décembre 1587, Patrice Bizeul pourvu d’un état d’auditeur reconnaît qu’il est le fils de maître Jean Bizeul et de Jeanne Julien « encore vivants » et affirme « n’avoir oncques eu aucune succession et n’avoir oncques esté comptable, clerc, ny commis de comptable, ny manié aucunes fermes du roy, offrant pour advancer sa réception audit estat que au cas qu’il se trouveroint comptable de deniers pour le passé et relicateur de quelques sommes de paier au quadruple ». Les gens des comptes le reçoivent « sans s’arrêter à faire aucune perquisition par les livres et papiers de la Chambre » tout en le menaçant d’une forte amende s’il est découvert qu’il a manié de l’argent, ADLA, B 600, fo 137.

14 Cela constituait un aménagement de l’ordonnance de Moulins qui avait établi que l’examen sur le droit devait s’effectuer à l’ouverture des livres de droit sans que les juges pussent bailler à l’avance une loi ou un thème particulier et sans qu’il leur fût loisible « de leur donner aucun délai d’étude ou sac à rapporter ».

15 Henri Carré, op. cit., p. 71.

16 Par le droit, on entend le droit romain qui doit être familier aux officiers de robe longue ; la pratique désigne toutes les questions qui peuvent éclairer l’expérience du palais, l’étude des ordonnances ou des vieux styles de la cour.

17 Le 14 décembre 1587, Raoul Charette supplie être reçu « comme maître sans sortir aucun examen vu le long temps qu’il sert comme auditeur ». La Chambre considérant qu’il sert en tant que tel depuis quinze ou seize ans et « étant donné la congnoissance qu’elle a de sa suffisance et capacité », lui donne satisfaction, ADLA, B 600, fo 131.

18 En 1587, la Chambre décide que les correcteurs qui seraient reçus à une charge de maître ou de président seraient à nouveau « examinés », ADLA, B 600, fo 67.

19 Il en allait de même pour ceux qui avaient été précédemment conseillers au parlement. Quand Jean-Baptiste I de Cornulier est institué président en 1675, il présente un extrait des registres du parlement mentionnant l’article sur lequel il avait répondu pour être reçu conseiller, ibid., B 54.

20 Vincent Meyzie, op. cit., p. 49.

21 Les formules étaient plus détaillées au XVIe siècle. Le 30 avril 1572, le maître Louis Merceron avait ainsi juré « de se porter bien et loyaulment en l’exercice dudit estat, porter honneur et révérence à la Chambre, garder les ordonnances dicelle, ne prendre aucuns dons corrompables, tenir secretz et ne révéler aucunement les délibérations d’icelle et faire tout ce que ung bon conseiller et maître des comptes doibt faire », ADLA, B 590, fo 24.

22 Jean Nagle, « Les fonctionnaires… », op. cit.

23 Le descendant des de Saint-Pern qui a compilé au XIXe siècle les documents de sa famille signale trois erreurs dans la généalogie présentée par son ancêtre Jean de Saint-Pern en 1640, l’une qui porte sur le nom d’une arrière-grand-mère du côté paternel et les deux autres sur les arrière-grands-parents du côté maternel. Cela montrerait qu’au-delà des grands-parents, les mémoires familiales étaient sujettes à caution.

24 On pourrait souligner au contraire que cette exigence de la Chambre obligeait les familles qui prétendaient l’intégrer à faire une mise au clair de leur généalogie.

25 Même si les vérifications portaient sur de longues périodes : dans le cas de Jean Jousselin, en 1610, les maîtres chargés du contrôle se font porter les livres des déductions depuis 200 ans.

26 Les vérifications ne sont toutefois pas toujours inutiles ; c’est grâce à l’une d’entre elles que l’on apprend que l’avocat général Louis du Pont, qui est institué en 1606, était le petit-fils de Jacques du Pont, qui avait été receveur alternatif de la crue et augmentation de la gendarmerie de l’évêché de Tréguier en 1553 sous Jacques Thévin, ADLA, B 176.

27 Ibid., B 600, fo 154.

28 Charles Loyseau, Les Cinq livres du droit des offices, Paris, 1613, p. 408.

29 Henri Carré, op. cit., p. 535.

30 Sébastien Jahan évoque cette question à propos des notaires de Poitiers pour lesquels il a trouvé sept dossiers de réception, Sébastien Jahan, op. cit., p. 70 et suivantes.

31 Il a analysé trente et un dossiers d’enquêtes pour la cour des Monnaies de 1553 à 1587, Colin Kaiser, « Les cours souveraines au XVIe siècle : morale et contre-réforme », Annales E.S.C, 1982, p. 15-31.

32 Un – Jean Deur – est chanoine à la collégiale de la même ville et l’autre, Adrien Lerminier, est prieur au couvent Saint-Yves et inquisiteur de la foi.

33 ADLA, B 582, fo 186.

34 La première enquête dont on dispose concerne François Grandamy, institué auditeur le 9 décembre 1609 suite à la résignation de Bertrand Paignon, ibid., B 173.

35 On n’a rien pour les présidents Pierre Bernard en 1612, Louis du Pont en 1623, Louis Harouys en 1626, les maîtres Jacques Séré – 1632 –, César de Renouard – 1633 – -, Salomon de La Tullaye – 1636 –, Jean Monneraye l’avocat général Roland Morin en 1632, pour les auditeurs angevins Jean II Gautier et Hilaire Olivier, pour le trésorier et receveur général Jean Gravé. Pour le maître Nicolas de Rollée, on a le nom de ceux qui peuvent attester de sa pratique professionnelle en tant que maître des eaux et forêts mais pas de témoins.

36 Elles concernent toutes les catégories du personnel de la Chambre (deux premiers présidents, trois présidents, trois procureurs généraux, trois avocats généraux, trente-six maîtres, trente-sept auditeurs, deux correcteurs, quatorze huissiers, deux payeurs, un garde, trois greffiers) ainsi que les grands officiers de finances (quatre trésoriers de France, deux trésoriers et receveurs généraux, trois contrôleurs généraux).

37 Celui qui est chargé de ces opérations au début du XVIIe siècle est le plus souvent Guy Renouard, qui était le maître le plus ancien, mais cela devait sans doute varier en fonction des semestres.

38 Pour François Gabard en 1618, il s’agit de François Coustureau et Jean I Frotet qui vient lui-même d’être reçu.

39 ADLA, B 204.

40 Julien de Crespy pour René Le Clerc en 1612.

41 Martin avait demandé que l’enquête soit faite par un officier se trouvant à Saint-Malo, ADLA, B 208.

42 Ibid., B 250.

43 Pour l’auditeur Pierre Couaisnon en 1661, le maître Jean de Saint-Pern non disponible, est remplacé par Louis du Pas. Après que Couaisnon est venu le chercher en son manoir du Crévy près de Pontchâteau, Du Pas se rend à Redon où il descend au logis « où pend comme enseigne l’image Saint-Jacques » et convoque le procureur de la juridiction qui lui fournit la nommée de six témoins, ibid., B 323.

44 Pour Luc Viaudet, en 1624, l’enquête est faite par Jean Gandin, sieur de La Sanzay, docteur en droit, lieutenant général et conseiller examinateur au siège royal, sénéchaussée de Fontenay-le-Comte, ibid., B 218.

45 Ibid., B 235.

46 La situation est identique pour les parlementaires pour lesquels l’enquête, qui est menée par des juges locaux et des membres du parlement spécialement commis, commence dans le pays où ils sont nés et se poursuit là où ils ont résidé par la suite durant les cinq dernières années avant leur institution, Henri Carré, op. cit., p. 63-64.

47 Pierre Maugère, sieur du Baschemin, prêtre natif de Vitré demeurant dans la paroisse de Saint-Donatien, maître Julien Ryban, du faubourg de Saint-Clément, 43 ans, natif de la paroisse de Chastillon près de Vitré, Jean Burel, sieur de La Juinerye, natif de Vitré, demeurant en la Fosse, Michel Brossart, tailleur d’habits, du faubourg Saint-Clément, natif de la paroisse de Juvigné près de Vitré et de Guy Lemenant, sieur du Foulley, faubourg du Marchix, 42 ans dont l’origine n’est pas précisée, ADLA, B 202.

48 À l’instar de frère Julien du Bois, prêtre religieux profès du couvent des Cordeliers de Saint-François de Nantes, 32 ans, qui dit l’avoir confessé et vu faire la communion à la chapelle du collège.

49 Grâce à l’enquête, on apprend ici au passage le nom des principaux membres du personnel enseignant de ce collège au début du XVIIe siècle puisque déposent en faveur d’Étienne II Moucheron maître Michel Le Bigot, principal, maître François Bidon, bachelier en théologie, professeur en philosophie et recteur de l’université de Nantes, 26 ans ; Léonor de Mongodin, régent de la troisième, 31 ans qui dit « qu’il a été un an et demi son écolier étudiant en la classe de troisième », messire Guillaume Le Bigot, régent de cinquième, 31 ans.

50 ADLA, B 194.

51 Ibid., B 183.

52 Pour Michel Lopin reçu comme payeur en 1615, on sollicite des Nantais (dont un marchand de drap de soie) et un Tourangeau, Charles Bouyn, ibid., B 187.

53 Ibid., B 227, délibération du 2 novembre 1628.

54 Jean Jousselin, quinze ; Claude Brethe, dix ; Pierre de Kerboudel, huit.

55 Tous indiquent leur âge et le nombre d’années depuis lequel ils connaissent l’officier.

56 Les témoins ne font pas toujours mention de leur qualité : Pierre III Ménardeau, sieur de Ranzay, qui dépose pour Isaac de Lescouët, n’en précise aucune alors qu’il vient de résigner sa charge d’auditeur. Bonaventure de Santodomingue ne dit pas qu’il est receveur du fouage quand il témoigne pour Jean Ragaud en 1627. En revanche, Marc II de Barbère se présente comme écuyer, sieur et maître en 1633 alors qu’il a résigné sa charge depuis 1606.

57 Parmi les témoins de l’auditeur Jean Martin de Saint-Malo, on trouve deux religieux de la ville et quatre « bourgeois ».

58 ADLA, B 222.

59 C’est un profil que l’on retrouve avec François Boylesve (1622) dont le père, Maurice Boylesve, avait épousé Marie Le Lou, fille du maître des comptes Michel I Le Lou : il présente deux religieux, René Ménardeau, écuyer, sieur de Ranzay, alloué et lieutenant général au présidial de Nantes, un ancien avocat au présidial de Nantes, le receveur général du taillon, Jean Doudart, et le trésorier provincial extraordinaire des guerres Charles Chauvet. De même Jean I Frotet, en 1617, présente deux religieux, trois receveurs du fouage (dont l’un Richard Le Saige ne mentionne pas sa charge), un écuyer capitaine-gouverneur d’Ancenis.

60 Sa mère, Marie Fyot, était la fille du trésorier et receveur général Nicolas Fyot. Son oncle Yves Fyot avait épousé Marguerite Chauvet, la sœur de Charles qui figure parmi ses témoins de moralité.

61 Il est cité par le maître Jean II Fourché et le procureur général Jean Blanchard en 1612, l’auditeur Claude Juchault en 1614, le maître Jacques Viau en 1615.

62 ADLA, B 207.

63 Ibid., B 204.

64 Il pouvait être prêté la main sur la poitrine (Jean Giraud, abbé de Melleray, pour Isaac de Lescouët, ibid., B 190), la main sur le ventre (même information), ou encore sur le pied (information de Claude Brethe).

65 Pour René de Pontual, reçu procureur général en 1638, plusieurs témoins jurent n’être ni son parent ni son obligé, ibid., B 250.

66 Pour Claude Brethe il est précisé qu’il est « affectionné au service de sa majesté », « fidèle serviteur du roi et n’a fait acte y dérogeant ». De René Le Clerc en 1612, il est dit qu’« il est fort affectionné au service du roi ». Vincent Beaujouan, en 1661, est présenté « comme dévoué au service du roi et du public ».

67 ADLA, B 192.

68 On note quelques variations dans les formules employées. On parle de « hanter et fréquenter les églises », de « recevoir son créateur à la fête de Pâques » (Huteau). Des témoins attestent la catholicité de receveurs de finances ou de gens de la basoche en disant avoir assisté à leurs épousailles. C’est le cas notamment pour le trésorier des morte-payes Jean Guilbaud en 1624, ibid., B 217, ou du procureur en la Chambre Charles Jouin en 1621.

69 Jacques Barbaris, prêtre aux Sables d’Olonne, dit ainsi que le père de l’auditeur Luc Viaudet a été inhumé dans l’église de la ville près de l’autel Saint-Michel, ibid., B 218.

70 Ibid., B 244.

71 Dans le cas du maître René Pinard en 1633, le curé de la paroisse Saint-Laurent, Jean Aillery, avoue également qu’il ne le connaît que depuis trois mois, qu’il l’a vu assister « souventesfois » au service divin mais précise qu’il l’a vu « suivre le saint sacrement lors que le déposant le portait à la fille de mademoiselle de Loyselinière », ajoutant ainsi une touche personnelle à un témoignage « passe-partout », ibid., B 238.

72 Ibid., B 187.

73 Louis Coupperie dit en 1650 avoir vu Simon Le Meneust fréquenter le service divin dévotement et ajoute que « récemment le jour de la Circoncision dernière, il le veist en estat de recevoir la sainte communion », ibid., B 290.

74 Ibid., B 216. Il fait preuve d’une même sincérité à propos du trésorier et receveur Guillaume Martin dont il dit, lors de l’enquête en 1621, qu’il ne le connaît « que depuis le samedi dernier qu’il l’avait vu et avoir ouï dire à la dame des Granges qu’elle lui avoit affermé son logis, paroisse Saint-Léonard, et il ajoute que le dimanche dernier l’aurait entendu en confession et administré le saint-sacrement », ibid., B 208.

75 Les autres religieux sont messire Gilles de La Landaille, trésorier de l’église cathédrale de Nantes et vénérable et discret messire Louis de Mesnières, chèvecier et chanoine en l’église de Notre-Dame de Nantes et recteur de Saint-Donatien.

76 Outre Pierre de Francheville, témoignent de la catholicité de Jean II Frotet « noble et discret messire Ememont de Renol, prieur commendataire de Notre Dame près de Dol, présent à Nantes comme député des états et noble et discret Nicolas du Désert, recteur de Saint-Méloir », ADLA, B 235.

77 Ibid., B 190. Une remarque identique peut être faite pour le maître Jean Fleury en 1650. Dans le cas de Pierre Le Lou, qui est institué receveur général triennal de Bretagne en 1617, un témoin dit qu’il est catholique « pour l’avoir vu instruire par sa mère », ibid., B 190.

78 Ibid., B 203. On retrouve une précision semblable pour l’auditeur André de Bourgues pour lequel messire Jean Aubry, prêtre de chœur de l’église Saint-Nicolas, dit qu’il le connaît depuis son enfance « à raison qu’il y a vingt-quatre ans qu’il demeure en la paroisse Saint-Nicolas où du depuis il a veu les père et mère dudit de Bourgues et leurs autres enfants être faits instruire et vivre en la religion catholique ».

79 Dans le cas de Jacques Guy, pourvu de l’office de receveur du fouage ancien et alternatif de Fougères et Vitré en 1624, le révérend père Mathias Moisy, religieux gardien des récollets de Nantes, 44 ans, affirme le connaître depuis fort longtemps, qu’il a connu son père dont il dit qu’il « a fait bâtir une belle chapelle en une sienne maison appelée la Chanonière en laquelle le déposant a souvent célébré la messe où tous ceux de la maison assistaient », ibid., B 217.

80 Ibid., B 182.

81 Ibid., B 217.

82 Ibid., B 204.

83 Ibid., B 229.

84 En plus des clivages sociaux qui existaient dans l’institution et de la pression directe qu’a pu exercer le duc de Mercœur qui avait pris le contrôle de la ville de Nantes.

85 ADLA, 103 J 4.

86 À la nuance peut-être d’Étienne II Moucheron, dont le cas est évoqué plus loin.

87 On peut signaler aussi le cas de Jean I Frotet, maître des comptes de 1617 à 1645, qui était le fils Nicolas Frotet, sieur de La Landelle, capitaine ligueur de Saint-Malo.

88 Yves Lemoine, La grande robe, le mariage et l’argent. Histoire d’une grande famille parlementaire (1560-1660), Paris, Michel de Maule, 2000. Il reprend les thèses de Max Weber à propos des protestants. L’idée peut être appliquée aux dévots qui soutiennent au XVIIe siècle les nouveaux ordres religieux tout en s’attribuant la tâche d’encadrer les populations dans le siècle. Ils encouragent une pratique sanctifiée du devoir d’État, une pratique chrétienne de la situation sociale où l’argent a placé les individus.

89 Daniel Dessert, qui relève que nombre de traitants étaient d’ardents catholiques, s’interroge sur la façon dont le monde de la finance parvenait à concilier ses activités avec la morale chrétienne, Daniel Dessert, « Finances et société au XVIIe siècle : à propos de la chambre de justice de 1661 », Annales E.S.C., p. 847-881. On pourrait se poser la même question à propos de certains membres de la Chambre des comptes de Nantes comme les de Monti qui combinent un redoutable sens des affaires avec une forte dévotion.

90 De Guillaume Madeleneau en 1617, il est dit qu’il vit « avec sa famille avec honneur, sans scandal ».

91 ADLA, B 216. On retrouve ici une reprise du quatrième commandement du Décalogue qui enjoignait à tout homme de respecter et d’honorer ses père et mère, Yves Durand, L’Ordre du monde : Idéal politique et valeurs sociales en France, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Sedes, 2001, p. 50.

92 ADLA, B 283.

93 Ibid., B 283.

94 Ibid., B 269.

95 Michelle Bubenicek, Bruno Lemesle, Dominique Le Page (éd.), L’intégrité : vertu, pratique, atteintes, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2016.

96 Ibid., B 216.

97 Ibid., B 229.

98 Thierry Kouamé, « L’apprentissage de la sociabilité dans les collèges parisiens à la fin du Moyen Âge », Hypothèses, 1998/1, p. 133-140.

99 Pour ce développement, Claude Gauvard, « Introduction », dans Alain J. Lemaître, Odile Kammerer (dir.), Le Pouvoir réglementaire : dimension doctrinale, pratiques et sources, XVe-XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 15-16.

100 ADLA, B 180.

101 Le maître Mathurin Boux est décrit en 1625 par l’écuyer François Paris, conseiller au présidial de Nantes, pour être « d’extraction noble du pays du Poitou et des meilleures alliances du pays et posséder maisons et fiefs qualifiez et relevez », ibid., B 221.

102 Ibid., B 250.

103 Guy Chotard, l’avocat qui affirme cela, dit « qu’il le scait à certain pour estre saisi des mémoires et actes d’établissement rapportez par le père dudit déposant », ibid., 290.

104 Ibid., B 180.

105 Il fait apparaître qu’Avril a été baptisé le 4 mars 1600 (plusieurs témoins ont affirmé qu’il avait 24 à 25 ans).

106 Les maîtres Claude Brethe en 1613, Raoul de Brégel en 1615, Jean I Frotet en 1617 et en 1632, Adrien de Crespy en 1629, Sébastien Le Meneust en 1636, Jean Monneraye en 1637, le procureur général René de Pontual en 1638, l’avocat général Gabriel Calloët en 1642, les auditeurs Denis Cassard en 1616, André de Bourgues en 1619, Raoul Avril en 1623, Luc Viaudet en 1624, Jean Ragaud en 1627, Jean Serizay en 1637, Jean I Luzeau en 1639, le garde Julien Macé en 1618.

107 On peut penser aussi que, à l’instar de ce qui se passe aujourd’hui dans certains pays africains en matière d’état civil, on ne rédigeait d’acte baptismal que pour les enfants qui étaient destinés à occuper un emploi où il fallait avoir un âge minimum, c’est-à-dire soit le clergé, soit le monde des offices.

108 Pour André de Bourgues en 1619, Jean Aubry, prêtre du chœur en l’église Saint-Nicolas dit que « pour l’âge dudit André de Bourgues estre aysé et facile à justifier par le papier baptismal de ladite église », qui montre qu’il a été baptisé le 29 juin 1593.

109 Dans le cas du maître Raoul de Brégel, le contrôle de l’âge se fait par trois moyens : la déposition des témoins, la fourniture d’un acte baptismal et la rédaction d’un certificat signé par Isaac de Brégel et Guy II de Lesrat, conseillers au parlement, attestant qu’il a plus de 25 ans, ADLA, B 187.

110 Un autre témoin confirme ce fait en précisant qu’il peut avoir 27 ans, « d’autant qu’il y a plus de huit ans qu’il porte la barbe », ibid., 103 J 4. Pour cette question voir Jean-Marie Legall, Un idéal masculin : barbes et moustaches, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Payot, 2011.

111 ADLA, B 216.

112 Henri Carré, op. cit., p. 67.

113 Guillaume Madeleneau en 1617 dont on dit qu’il peut avoir 28 ans a été baptisé le 10 novembre 1586. Antoine Bariller en 1633 (baptisé le 21 février 1604), on lui attribue 27-28 ans. François Madeleneau en 1638 (né en 1613), 25 à 26 ans. Jean I de Moayre en 1633 peut avoir atteint l’âge de 25 ans (baptisé le 2 août 1609). Jacques Bonnemez en 1640 (né en 1610), 29 ans ou environ. Yves de Monti en 1624, a 24 ou 25 ans (il a été baptisé en fait le 3 novembre 1601).

114 Un témoin déclare qu’il a 28 ans alors qu’il n’en aurait que 20 ans si l’on en croit les registres paroissiaux qui attestent qu’il a été baptisé le 9 juin 1599, ibid., B 203.

115 Il doit pourtant apporter des lettres de dispense d’âge.

116 Le père est décédé en 1618. En conformité avec la coutume de Bretagne, son fils a été déclaré majeur la même année et pourvu d’un curateur. C’est probablement pour éviter que l’office d’auditeur sorte du patrimoine familial qu’il a demandé à être reçu en 1619.

117 Les propos sont confirmés par Julien Rybian, natif de la paroisse de Chastillon près de Vitré, « qui dit qu’en 1598 étant à Vitré, il lui fut dit par maître Guillaume Ryban, curé de la paroisse d’Estrelles, qu’il venait au baptistaire de l’enfant de monsieur de Leglerye, qu’il avait été nommé Étienne du nom de son père », ADLA, B 202. Le terme « baptistaire » est à entendre ici au sens de baptême.

118 Ibid., B 190.

119 C’est le cas de Pierre Quenille qui devient huissier en 1621 : il est dit dans son information que son père Jean, qui était notaire, « l’a nourri et entretenu dans sa maison puis mis au collège de Nantes en pension ».

120 Vénérable et discret messire Louis de Mesnières, chèvecier et chanoine en l’église de Notre-Dame de Nantes et recteur de Saint-Donatien, 48 ans, le connaît depuis trente ans, « pour iceluy Blanchard avoir demeuré en pension avec lui ».

121 Antoine Tonnard, prêtre diacre en l’église collégiale de Notre-Dame de Nantes « lui a enseigné dans ses jeunes années les principes et premières leçons ».

122 Les receveurs du fouage y passent également : cela a été le cas au moins de François Noblet en 1620.

123 Le nom du collège où il a été scolarisé à Paris n’est pas indiqué.

124 Celui-ci a été fondé en 1604 pour donner une bonne éducation aux enfants de la noblesse. Pris en charge par les Jésuites, il a bénéficié d’un important soutien de la monarchie qui a accordé 350 000 livres pour sa construction, cf. La Flèche. Quatre siècles d’éducation sous le regard de l’État, Actes du colloque universitaire, 2-3 avril, La Flèche, Prytanée national militaire et université du Maine, 2006.

125 Ils ont pu y côtoyer René Descartes qui y aurait fait ses études de 1607 à 1615 avant d’aller faire son droit à Poitiers.

126 Il y avait ordinairement six classes d’humanités dans les collèges. Des élèves d’âges parfois très différents entraient en sixième pour apprendre à lire et écrire ; ils commençaient à étudier le latin en cinquième, François Lebrun, Jean Quéniart, Marc Venard, Histoire générale de l’enseignement et l’éducation en France, t. II, De Gutenberg aux Lumières, 1480-1789, Paris, Perrin, 1981.

127 Deux autres témoins disent qu’il a été également chez un procureur à Paris.

128 ADLA, B 189. Germain Bouyn, sieur de Beauregard, dit le connaître « depuis douze ans qu’il était demeurant chez maître Jean Guy, procureur en la Chambre ».

129 Un témoin qui le connaît depuis sept à huit ans, dit qu’après avoir vécu dans la maison de son père, il l’a vu aux études « et depuis demeurer chez un procureur postulant en la Chambre où il a appris la pratique à son jugement de pouvoir posséder un office de conseiller et auditeur ».

130 François Martin, huissier collecteur des finances, en 1619, a été formé d’abord chez un notaire, Guillaume Penifort, dont il a été le clerc, puis chez Guillaume Laudan, procureur au présidial de Nantes.

131 Déposition de François I Boux, écuyer, sieur du Teil. L’auditeur Jean Macé en 1616 présente un cas comparable : un témoin, Michel Ragaud, confirme sa présence au collège puis son retour de Paris où son père l’a envoyé continuer ses études, ADLA, B 189. François Bonnemez dit à propos de Jean Serizay « l’avoir vu nourrir et élever en la maison du sieur Teillay Serizay son père et depuis vu à Paris en pension chez un procureur en la Chambre des comptes à la pratique des finances ».

132 Les huissiers de la Chambre se formaient essentiellement chez des notaires et des procureurs. Un témoin qui dépose pour l’information de vie et de mœurs de Julien Raguideau en 1629 apprend qu’il a été « six ans clerc pensionnaire chez maître de La Croix, notaire royal demeurant au faubourg de Pirmil, et immédiatement après chez maître François Thouvin tenant procureur audit siège où il fut aussi pensionnaire pendant deux ans et, sortant de l’étude de Thouvin, il alla quelque temps après dans celle de défunt maître Centurion Fournier, vivant aussi procureur au siège où il fut aussi deux ans et de là environ un an en l’étude de maître Jacques Herbert », ibid., B 239.

133 Claude de Ferrière, Dictionnaire de droit et de pratique, Paris, 1717.

134 Il y serait demeuré deux ans, ADLA, B 216.

135 Ibid., B 194.

136 Des officiers de finances étaient également avocats. C’est le cas du trésorier et receveur général Guillaume Martin dont un témoin dit en 1618 « qu’il l’a vu plusieurs fois au palais du parlement à Paris porter la robe comme avocat » avant de devenir lieutenant général à l’amirauté de France, Guyenne et Bretagne, ibid., B 208. Parmi les receveurs du fouage, on peut citer l’exemple de Louis Carré responsable de la recette de l’évêché de Tréguier à partir de 1624. Le cas semblait toutefois exceptionnel, ce qui amenait un témoin à dire « qu’il est tout commun en cette ville [de Nantes] qu’il est avocat au parlement de Paris », ibid., B 217.

137 Déposition de Julien Noël, chanoine et recteur de Sainte-Croix.

138 Maurice Gresset fait la même remarque et indique que lorsque les conseillers du parlement de Dole présentaient au souverain un candidat pour occuper une charge vacante, ils ne manquaient jamais de préciser qu’il s’était acquis une grande réputation en tant qu’avocat « tant en plaidant, écrivant que consultant », Maurice Gresset, Gens de justice à Besançon, de la conquête par Louis XIV à la Révolution française, 1674-1789, 2 vol., Paris, CTHS, 1978, t. II, p. 99.

139 Il est dit seulement qu’il a suivi le barreau sans que l’on sache s’il a personnellement plaidé.

140 Un témoin dit l’avoir vu à Rennes où « il portait la robe et plaidoyait ordinairement au parlement », un autre dit qu’il plaidait depuis huit ans ; un autre, qui dit le connaître depuis douze ans, affirme l’avoir vu « quotidiennement assister aux audiences du parlement et en qualité d’avocat ».

141 Baptisé le 8 mai 1590, il a donc 25 ans quand il devient maître en 1615. Il aurait été avocat en parlement à 19 ans, si l’on en croit un témoin, Georges Bonnet, qui dit le connaître depuis six ans, ADLA, B 187.

142 Écuyer Jean Charette, sieur de La Noë et de La Colinière et du Boisbriand, dit l’avoir vu à Nantes « demeurant chez son père, conseiller au présidial et à Rennes à la suite du parlement, où il l’aurait vu plusieurs fois plaider au barreau avec honneur et au contentement de la cour », ibid.

143 Il est dit qu’il est avocat au parlement de Paris.

144 Son information de vie et mœurs précise qu’il était licencié en lois, ADLA, B 183.

145 Un témoin dit l’avoir vu plusieurs fois à Rennes portant la robe sur le barreau comme avocat « où il a plaidé en ladite qualité et du depuis à Nantes ». Un autre prétend l’avoir vu chez son père, ancien avocat à la cour, et qu’il a été aux universités à Angers.

146 Étienne Maynet, procureur au comté des Olonnes, affirme qu’il est avocat « il y a trois ou quatre ans, ce qu’il sait pour avoir vu ses lettres de licence et matricule et croit qu’il a bien 25 ans ».

147 Jean Charette dit l’avoir vu suivre le barreau au parlement et au présidial.

148 Selon le témoignage de Claude Ragaud, prêtre, qui le connaît depuis quatre ans et l’a vu à Paris à la suite du barreau en qualité d’avocat, ADLA, B 237.

149 Il est présenté comme avocat au parlement, fréquentant le barreau du présidial.

150 Après des études au collège de Nantes, il aurait fait son droit à Paris ; et il aurait été vu plaider comme avocat au présidial de Nantes « avec applaudissement du peuple et soulagement des parties ».

151 Rappelons que tous les avocats d’Ancien Régime étaient rattachés à un parlement. Pour être reconnus comme tels, ils devaient faire viser leurs titres par le plus ancien avocat général puis être présentés à l’audience par un avocat. Après la prestation de serment sur les Évangiles, la réception était indiquée sur le registre des matricules. Il fallait s’inscrire ensuite au barreau pour plaider, Hervé Leuwers, L’invention du barreau français, 1660-1830. La construction nationale d’un groupe professionnel, Paris, EHESS, 2006. L’avocat breton devait avoir suivi les audiences pendant trois ans avant d’être inscrit au tableau. Certains avocats ne se soumettaient pas à cette règle et tous les inscrits n’exerçaient pas le métier.

152 Malgré les règlements, on sait de toute façon que les étudiants étaient généralement peu assidus aux cours universitaires et que les familles intervenaient pour obtenir des lettres de dispense d’âge et de durée pour les études.

153 ADLA, B 189. Pour le maître Philippe I Varice en 1614, il est précisé que ses parents l’ont « fait instruire et nourrir en la vertu et aux bonnes sciences » et qu’il a été aux universités.

154 Un autre témoin dit qu’il est « fort bien étudié es bonnes lettres ». Il est en outre précisé qu’il était le fils d’un conseiller du roi et notaire au parlement.

155 ADLA, B 239.

156 Ibid., B 187, mention du 18 décembre 1615.

157 Ibid., B 183.

158 François Gabard, Jacques I Constantin qui a étudié peut-être aussi à Angers, Jacques Ménardeau, Antoine Calloët, Yves de Monti, l’auditeur Pierre II de Moayre, le président Gabriel Tromelin, l’auditeur Jean I de Moayre, le maître René Pinard « qui a été vu à Paris et à Rennes où il était retenu pour ses études », Sébastien Le Meneust, Jean de Robien « qui a été vu à Paris et Rennes », Nantes, l’avocat général Gabriel Calloët – il a suivi ses études à La Flèche et à Paris –, le maître Jean Fleury.

159 Jacques I Huteau, Jean Blanchard, Jacques II Barrin, Charles du Bouchet.

160 L’alloué et lieutenant général au présidial de Nantes Claude I Bidé dit connaître l’auditeur Pierre Guy (1640) depuis son enfance pour avoir été aux études « ensemblément tant à Paris, Orléans, qu’ailleurs », ADLA, B 262.

161 L’auditeur Luc Viaudet.

162 Gilbert Gadoffre, La Révolution culturelle dans la France des humanistes : Guillaume Budé et François Ier, Genève, Droz, 1997.

163 Yves Durand, op. cit., p. 227.

164 Jean Nagle, Un orgueil français. La vénalité des offices sous l’Ancien Régime, Paris, Odile Jacob, 2008.

165 Jacques Krynen, L’État de justice, France, XIIIe-XXe siècle. t. I. L’idéologie de la magistrature ancienne, Paris, Gallimard, 2009, p. 79 et suivantes.

166 Il en est de même pour ceux qui viennent des catégories sociales moins relevées comme les procureurs et les huissiers. Leur admission à la Chambre doit être précédée d’un processus de reconnaissance.

167 La réaffirmation de cet idéal au XVIIIe siècle constituerait une tentative pour redorer le blason des magistrats après la période de forte création d’offices de la fin du règne de Louis XIV et pour restaurer leur prestige dans la société.

168 Les conseillers de la Cour des aides entrent en charge en moyenne quatre mois après l’achat de leur office, cf. Martine Bennini, op. cit., p. 76.

169 Il a peut-être payé aussi son appartenance au haut-clergé ; il est en fait le dernier dignitaire de cet ordre à postuler à une haute fonction de la Chambre. Le fait qu’il ait été finalement écarté révélerait l’incompatibilité entre le service du roi et le sacerdoce, au moins à un haut niveau.

170 L’auditeur François Daniel rencontre des problèmes similaires en 1676-77 : les secrétaires maison et couronne de France ont réduit sa qualité à celle de conseiller et auditeur. Les gens des comptes lui demandent une lettre royale de confirmation de son titre de secrétaire même si, selon eux, il peut prétendre à la qualité de secrétaire qui a été donnée par Anne par ses lettres d’avril 1498 et de novembre 1513. Un arrêt du Conseil ordonne de le recevoir le 16 juin 77 et il est effectivement reçu le 4 août 1677.

171 Alexandre de La Tullaye voit sa réception retardée car son père Yves n’a pas rendu les papiers du greffe dont il était responsable.

172 ADLA, B 224.

173 Guy Renouard, qui a été nommé en 1579 auditeur à la place de Jean du Breil décédé, a mis plus d’un an à se faire recevoir, la Chambre voulant obtenir la suppression de la charge en application de l’édit promulgué après les États de Blois de 1576 où il était promis d’éteindre toutes les charges vacantes par mort, ADLA B 60 fo 264.

174 Il était le fils de Gilbert Vergé auquel il aurait succédé dans sa charge de juge des traites et impositions foraines d’Anjou.

175 La Lande de Calan, op. cit., t. II, p. 18-19. Les états reprochent aussi à René Vergé d’être protestant, sans que l’on sache quel crédit il faut accorder à cette accusation.

176 Cf. p. 382.

177 Lors de leur session de cette même année 1574, les états ont demandé à ce que le roi ordonne que les accusations qu’ils avaient portées contre René Vergé soient jugées en la Chambre des comptes ou en la cour de parlement et non au Conseil privé du roi, où, disaient-ils, « il serait beaucoup plus dispendieux de faire venir des témoins qui peuvent déposer en cette affaire ». Ils demandaient aussi à ce qu’il soit défendu à la Chambre d’installer René Vergé dans l’office de président qu’il avait acquis « clandestinement », La Lande de Calan, op. cit., t. II, p. 54.

178 ADLA, B 58, fo 9.

179 Jacqueline Boucher, dans Arlette Jouanna (dir.), Histoire et Dictionnaire des guerres de Religion, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 962-968.

180 En 1580, il était signalé comme maître des requêtes ordinaires du duc d’Anjou et comme conseiller au Grand Conseil.

181 Entrent dans cette catégorie Philippe Sorée, François Trottereau, Georges Morin, Gilles Le Moyne, Georges Godet.

182 Michel Juchault, Pierre Paetral et Damien Morin.

183 Les correcteurs institués en 1626 sont en revanche admis sans difficulté.

184 ADLA, B 63, fo 190, mention du 17 décembre 1597.

185 Il est reçu le 29 décembre 1597.

186 La réception des officiers nommés au cours des années 1690 et au début des années 1700 se fait très rapidement.

187 Quand Gilles Thébaud est institué auditeur à la place de Jean de La Tullaye le 16 mai 1598, la Chambre « après l’avoir examiné dit qu’elle ne devait procéder à sa réception » sans spécifier les raisons de cette décision. Dans sa lettre de jussion du 21 octobre 1598, le roi ordonne de le recevoir ou demande à la Chambre, si elle persiste dans son refus, de préciser les raisons par écrit. La Chambre le reçoit après l’avoir à nouveau examiné le 15 février 1599.

188 Il a bénéficié de la résignation de Jean Jallier qui a été nommé trésorier de France mais qui est décédé très peu de temps après cette promotion.

189 ADLA, B 588, fo 164.

190 Il avait bénéficié de la résignation du maître Louis Merceron : « après avoir esté ouy et examiné sur sa suffisance et capacité, la Chambre ordonne le 22 janvier 1586 qu’il se présentera dedans un an », ibid., B 599, fo 144.

191 Dès le 14 juin, Guy Renouard est nommé à sa place, ibid., B 599, fo 216.

192 On ne connaît pas le montant de la dot versée à sa fille aînée, Marie, qui a épousé Antoine Belot puis Claude II Bidé, alloué et lieutenant général au présidial.

193 Guy Saupin, op. cit., p. 218 et Vincent Gallais, Étude sociale…, op. cit., p. 69.

194 Il est significatif qu’il ait obtenu en l’occasion le soutien de Guillaume Lair, qui était lui aussi fils de marchand. Celui-ci été avait reçu sans difficulté en 1676, sans doute parce qu’il était marié à Louise Petiteau, fille de l’auditeur Pierre.

195 Ces renseignements sont fournis par l’enquête diligentée par la Chambre lors de la délivrance d’une lettre de naturalité en sa faveur en 1586. Parmi les témoins cités, on trouve, outre deux ecclésiastiques, le trésorier et receveur général de Bretagne – Pierre Morin –, un auditeur à la Chambre des comptes – Charles Le Meneust –, un secrétaire à la chancellerie du Parlement – Gilles Le Moyne –, le receveur du fouage dont il a été le commis – Ymbert de Launay –, ADLA, B 62, fo 70 et suivants.

196 L’un des descendants de cette famille se convertit au catholicisme après la révocation de l’édit de Nantes en 1685. En reconnaissance de cela, le roi lui fait don en juillet 1688 de tous les biens de son père, le sieur de La Picotière, qui avait quitté le royaume, ibid., B 88.

197 En 1597, François Baudry, qui a récupéré l’office du maître Georges Morin décédé, ne peut se faire recevoir à la même charge dans la Chambre des comptes ligueuse ; il est contraint de céder cet office à Jean Mériaud qui lui laisse son état d’auditeur. Le fait qu’il était le fils d’un huissier collecteur des finances a pu jouer contre lui, cette origine étant sans doute considérée comme trop modeste par le personnel de la Chambre qui a privilégié en l’occasion la promotion interne (Mériaud était auditeur depuis dix ans).

198 Il avait vendu sa charge à son frère Jean le 21 janvier 1642, ibid., 4 E 2/1698.

199 Il a bénéficié d’une lettre de jussion le 12 janvier 1597, la Chambre l’a débouté à nouveau le 28 avril 1597, ADLA, B 603, fo 329.

200 Jean Gravé a fait bâtir dans cette ville un hôtel en pierre de trois étages que Dubuisson-Aubenay signale lors de son passage en 1636, Croix Alain (dir.), La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, Rennes, PUR/SHAB, 2006, p. 200.

201 Françoise Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, op. cit., p. 157.

202 Il aurait également fait des prêts sur la recette générale d’Orléans et avancé de l’argent au roi en 1651.

203 Jean Gravé avait épousé en 1628 sa sœur Bernardine. Il s’était remarié en 1641 avec Françoise Godet des Marais.

204 ADLA, B 157.

205 L’affaire paraît moins claire que la version qu’en donne Blanchard. Il reconnaît lui-même que Lorial a obtenu dans cette affaire un jugement favorable du parlement et que l’auditeur, aidé de son beau-frère, l’a blessé grièvement. Ce qui lui est reproché, c’est d’avoir été le premier à faire usage de violence et d’avoir osé « donner des coups de baston à un auditeur, officier du corps de la compagnie où il voulait entrer ».

206 L’interdiction a été étendue ensuite aux fils de commissaires du Châtelet, Robert Descimon, Christian Jouhaud, op. cit., p. 40.

207 Roland Mousnier, La vénalité…, op. cit., p. 207.

208 Il aurait fait ses études de droit à Toulouse où il aurait exercé les charges de prieur et de sous-prieur de la nation de Bretagne à l’université. Protestant, il aurait pris part aux affrontements avec les catholiques qui ont eu lieu dans la ville en 1562. Il aurait participé ensuite au siège de Malte et à la bataille de Lépante (1571), Claude de Vic, Jean-Joseph Vaissète, Histoire générale du Languedoc, 6 vol., Toulouse, 1730-1745, t. 5, p. 221.

209 ADLA, B 58, fo 363-365.

210 Contraint de reconnaître qu’il ne reste plus que quatre non récusés – Coutel, Morel, Sorée et Picaud –, il veut que l’on appelle les deux généraux, trois correcteurs et quelques auditeurs suivant le règlement de Châteaubriant et d’envoyer quérir les présidents et les maîtres de l’autre séance. On lui répond que seuls Ayrault et Merceron n’ont pas été récusés dans celle-ci.

211 Le 10 mars 1587, il lui est versé 581 écus deux tiers 9 sols pour « vacations et salaires » durant 143 jours qu’il a passés à la cour à la défense de la Chambre contre Georges Le Mignot du 10 avril jusqu’au 31 août 1586 à raison de 9 écus deux tiers 9 sols par jour, ADLA, B 600, fo 6.

212 Ibid., B 62, fo 183-184.

213 Le 15 juin 1598, suite à la requête de sa veuve, la Chambre ordonne qu’il soit payé de ses gages à raison de 400 écus par an à commencer du 27 novembre 1587 que « ledit Le Mignot fut interdit de sa charge de président jusqu’au 21 septembre 1591 qu’il décéda, déduit 350 écus de la somme de 30 000 écus accordez à sa majesté pour révoquer l’édit du mois de septembre 1586 portant érection d’un grand nombre d’officiers en ladite Chambre », ibid., B 65, fo 256.

214 Ibid., B 600, fo 86-87.

215 Ibid., B 598, fo 19.

216 Ibid., B 598, fo 80.

217 Le Mignot affirme qu’il est tout notoire en la Chambre que « maître Marc I de Barbère, Michel I Le Lou et Georges Morin, conseillers et maîtres, s’estant assemblez et tenu conseil contre ledit Le Mignot puis quelque temps en plusieurs endroictz, au moyen de quoy ne peuvent ny doibvent aucunement cognoistre de ses affaires ».

218 Sa mère, Marie Le Grand, était également fille d’un sénéchal de la même ville.

219 C’est en tout cas ce qu’ont fait ses co-accusés Pierre Le Gal et Louis Le Roi.

220 Cette contrainte a été levée toutefois à la demande de l’épouse de Jean Meslou, Marie de Trégrain, dont la dot avait servi à payer son office (le mariage avait eu lieu en 1644, l’année même où Meslou avait fait son entrée à la Chambre) et qui avait perdu en l’occasion une série de biens que son mari n’avait pas hésité à vendre.

221 ADLA, B 157, 17 janvier 1664.

222 Pierre Dumoulin, procureur général en la cour souveraine pour la réformation générale des eaux et forêts de Bretagne, s’est opposé à la réception de son successeur Julien Pezron mais le Conseil a ordonné de passer outre en arguant du fait que les deniers de la vente avaient été saisis pour payer ce qu’il pouvait devoir, 26 juin 1665, ibid., B 82.

223 Tous trois présentent un profil atypique qui les mettait en marge de la culture judiciaire de la majorité des gens des comptes, d’autant qu’ils n’étaient pas de Nantes : Monneraye était le fils d’un greffier au parlement de Rennes ; Meslou, bien que fils d’un sénéchal était davantage un militaire ; quant à Le Roy, il avait été préalablement alloué de Guérande.

224 C’est le cas surtout des premiers présidents – Cardonne, La Pommeraie, Clausse – mais aussi de quelques maîtres comme Marc de La Rue.

225 Armand-Christophe Barrin, président de 1713 à 1724, était archidiacre de Tréguier. Deux membres de la famille Cornulier ont dû renoncer à l’état ecclésiastique pour prendre une charge de président. Il s’agit de Claude II Cornulier – 1691-1733 – et de Jean-Baptiste II de Cornulier qui a acquis l’office de Jacques III Huteau.

226 Ou plutôt se marie et obtienne ainsi, grâce à la dot de son épouse, l’argent pour rembourser son frère. Il n’entre en effet à la Chambre qu’à l’âge de 28 ans.

227 Yves Durand, L’ordre du monde…, op. cit., p. 275.

228 Le souvenir en est perpétué par le biais d’individus qui exercent des charges dans les maisons des Grands, à l’exemple du maître Julien II Le Meneust (1674-1686) qui aurait été secrétaire des finances de Monsieur, frère du roi, ou de l’auditeur François Urbain Joseph Lefebvre (1753-1778), qui est signalé comme gentilhomme ordinaire de la duchesse de Provence.

229 Le 4 février 1564, Pierre I Cornulier qui était alors secrétaire du duc d’Étampes, gouverneur de Bretagne, présente une requête de ce dernier par laquelle il demande à la Chambre d’autoriser Pierre Gautier à s’absenter pendant trois ou quatre jours pour se transporter à Guérande « pour faire information des séditions qui se sont faictes depuis peu de temps ». Après une résistance d’usage, les gens des comptes lui accordent finalement dix jours de congé, ADLA, B 583, fo 74.

230 À noter toutefois le cas particulier de l’auditeur Jean Harel (1606-1641) qui aurait été en même temps contrôleur à la chancellerie de Bretagne.

231 Guillaume de Francheville est toutefois autorisé à exercer des états de judicature avec son office d’avocat général « parce que les offices n’ont rien de commun avec ledit office d’avocat, en sorte qu’il n’en peut advenir faute à notre service ni incommodité au publicq, joint que le peu d’exercice qu’il a en son estat n’est suffisant pour l’occuper », mention du 27 septembre 1578, enregistrement par la Chambre le 28 mars 1579, ADLA, B 60, fo 41.

232 Ibid., B 228, 3 mars 1629.

233 L’auditeur Michel Touzelin, sieur de La Barre, aurait été en même temps contrôleur des décimes dans le diocèse de Nantes. Il avait acquis l’office en 1596 pour 1 589 écus. Le clergé du diocèse rembourse le prix de la charge à ses héritiers en juin 1618, ibid., 4 E 2/328.

234 Rennes principalement mais aussi Metz comme dans le cas de Roland Morin. Certains d’entre eux avaient fait une carrière avant leur entrée au parlement : ainsi le président Jean-Baptiste I de Cornulier (1675-1698) avait été enseigne aux gardes du roi (1661), sous-lieutenant (1662) et capitaine (1664).

235 André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, 2 vol., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 852.

236 Il était le gendre du trésorier des états de Bretagne, Jacques Michau de Montaran.

237 Le 24 novembre 1524, il était signalé comme ancien commis du receveur général Jacques Thévin avec un certain Gilles Le Moyne, ADLA, B 583, fo 231.

238 Il a été fermier du domaine de Rhuys avec René Lemoyne, mention du 24 novembre 1564, ibid., B 583, fo 231.

239 Michel Chrétien, sieur d’Ambreil, avait été commis par le lieutenant général, René de Tournemine, sieur de La Hunaudaye, à la recette de deniers levés en Bretagne pour l’entretien de garnisons, ibid., B 173. Il est peu probable que Vincent Beaujouan signalé comme prêtre l’ait été alors qu’il siégeait à la Chambre.

240 René Le Gouvello, entre à 30 ans ; il avait été auparavant bailli de Quimperlé. Alain Gellouard avait été procureur du roi à Auray, Jean Le Roy, alloué de Guérande et René du Verger, sénéchal de Vitré (il l’aurait été déjà en 1622).

241 L’information de vie et mœurs n’a pas été conservée.

242 Le nombre total en est toutefois difficile à estimer. Les hasards des dépouillements nous apprennent que le payeur des comptes, Mathurin I de L’Enfantdieu, avait été commis, à une date indéterminée, par François du Cambout, grand maître des eaux et forêts, à la recette des deniers provenant « des forfaitures, amendes et ventes de bois » dépendant de la seigneurie et recette de Quimperlé et Carnoët, ce qui lui valait d’être poursuivi par la Chambre en 1576, ADLA, B 594, fo 48. Nombre d’officiers avaient dû comme lui, notamment au cours des guerres de Religion qui avaient entraîné une multiplication des prélèvements, participer à la collecte d’argent et pu ainsi accumuler de l’argent, leur permettant d’acquérir des offices.

243 Guillaume Gougeon (1569-1582) : banquier bourgeois à Nantes. Pierre I Monnier (1594-1628) : banquier juré de la ville de Nantes.

244 Jacques Macé (1594-1599) : principal du collège de Nantes.

245 Après la mort de son père, il a obtenu un délai de six mois pour résigner en faveur d’une personne de son choix sans payer finance, ADLA, B 54, fo 253.

246 René Hachon a dû s’engager, lors de sa réception, « à se déporter à l’avenir de profession de marchandise et de ferme ». ibid., B 581, fo 111. Il est encore inquiété en 1572, quand il devient maître, au sujet des poursuites dont il avait fait l’objet quand il était l’un des commis du trésorier des états de Bretagne, Jean I Avril.

247 Dans le cas de la Franche-Comté au XVIIIe siècle, Maurice Gresset relève également une grande diversité des métiers exercés par les avocats : on retrouve parmi eux des officiers de judicature mais aussi des maîtres des forges, des maîtres de pensions, des officiers de finances, des militaires… Michel Cassan conclut aussi pour le Limousin du XVIIe siècle à la grande plasticité de l’état d’avocat « qui remplit le rôle de sas aussi bien vers une carrière de magistrat que d’officier de finance, sans oublier la possibilité d’une fidélité, parfois contrainte au barreau », Michel Cassan, « Isaac Chorllon, un officier “moyen” de finance au XVIIe siècle », dans Michel Cassan (dir.), op. cit., p. 94-126.

248 Les Dhariette étaient des Basques arrivés à Quimper dans les années 1560. François Dhariette, qui était l’aîné de la famille, aurait été marchand de fer puis député de Quimper vers les troupes espagnoles et vers le duc de Mercœur, ce qui explique sans doute en partie sa promotion à la Chambre en 1592. Il renonce à sa charge dès 1594 pour devenir conseiller au présidial de Quimper, Philippe Jarnoux, « Horizons maritimes : les bourgeoisies urbaines en Bretagne sous l’Ancien Régime, enclavement et ouvertures », dans Frédérique Pitou, Élites et notables de l’Ouest, XVIe-XXe siècle, entre conservatisme et modernité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

249 Avec le cas notamment des Geffrard, père et fils. Le premier, Mathieu Geffrard, entre à la Chambre à 37 ans, sans que l’on sache s’il a exercé une activité avant de venir à Nantes. Le fait qu’il appartenait à une famille du négoce malouin pourrait laisser penser qu’il avait pratiqué le commerce avant d’opter pour le monde des offices. Le second, Joseph Geffrard, est reçu à 35 ans. On sait qu’il a commencé sa carrière comme contrôleur général des domaines de Bretagne. Cet office a pu constituer pour lui une position d’attente en attendant d’intégrer la Chambre où son père est demeuré trente-cinq ans.

250 La Chambre accueille alors Julien Cohier (1701-1702), trésorier de France, commissaire enquêteur au châtelet et Antoine Pecquet (1705-1728), ingénieur des fortifications, commis aux finances.

251 L’auditeur Pierre Bouchaud (1696-1731) avait été armateur.

252 Ainsi Mathurin Couradin qui devient correcteur à l’âge de 56 ans suite à la création de 1704 était avocat en parlement et gentilhomme ordinaire de Monsieur, frère du roi. Philippe Robert, correcteur en 1699, à 28 ans, était prêtre, supérieur des Sulpiciens à Paris. Son frère Mathurin Robert a été également auditeur (1701-1726).

253 On retrouve cela en Angleterre où les députés à la Chambre des communes et les membres des commissions de paix auraient été de plus de plus en instruits au fil du XVIe siècle grâce à la fréquentation des deux universités et les Inns’of Court londoniens. Selon Stone, les inscriptions au barreau s’élevèrent de 40 % entre 1590 et 1630, Lawrence Stone, Les causes de la Révolution anglaise, Paris, Flammarion, 1974, p. 114.

254 Les deux voies décrites par Maurice Gresset sont celle des praticiens et celle des avocats. Les praticiens en Franche-Comté sont ceux qui ont l’expérience de la pratique mais qui ne possèdent aucun titre universitaire et n’ont encore acheté aucun office. Pour acquérir un office judiciaire de quelque importance, il fallait être avocat alors qu’il suffisait de connaître la pratique pour être admis à un office subalterne, Maurice Gresset, op. cit., t. I, p. 71.

255 On connaît pourtant mal la situation des autres institutions comparables, même si l’on sait qu’au Moyen Âge, la Chambre des comptes d’Aix avait un grand nombre de gradués. La question mériterait d’être approfondie pour les autres Chambres, particulièrement pour celles qui siégeaient dans la même ville qu’un parlement.

256 Guy Renouard et Gilles Le Moyne ont dû leur promotion à d’autres facteurs : le premier au fait qu’il avait à son actif une carrière importante puisqu’il avait été secrétaire en chancellerie avant d’entrer à la Chambre ; le second au fait qu’il appartenait au réseau vitréen qui a pris le contrôle des principales fermes des impôts indirects au cours des années 1580. Ce réseau était en relation avec Catherine de Médicis qui a pu apporter son appui à la promotion de Le Moyne comme maître.

257 Marcel Couturier, Recherches sur les structures sociales à Châteaudun (1525-1789), Paris, SEVPEN, 1969, p. 227.

258 ADLA, B 605, fo 145, acte du 10 décembre 1597.

259 On pourrait leur adjoindre des officiers comme Philippe Guillermo (1649-1681) qui était marié avec la fille d’un avocat, Jean Bourdin (1649-1651) dont le frère est qualifié dans les généalogies de « fameux avocat » et Albert Padiolleau.

260 Comme René Guyton (1650-1672), Simon Le Meneust (1650-1709). Pierre/Mathurin Gallinière (1621-1639), dont on ne connaît pas le métier du père, avait épousé la fille d’un procureur du roi au présidial, ce qui permet de penser qu’il gravitait lui aussi dans ce milieu.

261 À l’instar de Pierre Guy (1641-1662), dont le père avait été procureur à la Chambre avant de devenir contrôleur général des fortifications de Bretagne.

262 Montaigne, Les Essais, chap. 57, « De l’âge », Paris, Éditions Arléa, 2002, p. 244.

263 Pour être président au parlement, il fallait également dix ans de service.

264 ADLA, B 81. Il est rappelé que les présidents doivent avoir 40 ans. Il fallait 30 ans pour être procureur ou avocat général.

265 Il porte sur le rétablissement des études de droit civil et canonique.

266 Pour les maîtres des requêtes, l’âge est porté de 31 à 37 ans.

267 Cf. figure 6 cahier couleurs.

268 Pour 233 conseillers qui ont exercé au parlement de Besançon de 1674 à 1771, la durée moyenne des carrières est de vingt-deux ans. Elle était un peu plus longue chez les magistrats au bailliage avec vingt-quatre ans et cinq mois.

269 Maurice Gresset, op. cit., p. 114-115.

270 Cf. figures 6 et 7, cahier couleurs.

271 Le 26 novembre 1685 encore, dans le traité d’office d’auditeur signé entre Jacques III Guyton et Philippe Verrin, il est précisé qu’attendu que Verrin n’aura l’âge de 27 ans accompli que le 17 avril suivant, que « s’il est de nécessité qu’il les ait accomplis avant que d’obtenir les provisions de ladite charge en son nom, en ce cas ledit sieur Guyton différera de faire aucune diligence pour obtenir lesdites provisions jusqu’au mois de mai prochain et ledit sieur Verrin de les présenter à la Chambre pour sa réception jusqu’au mois de septembre 1686 », ADLA, 4 E 2/636.

272 Quand le duc de Mercœur intervient en 1592, pour que l’office du maître Antoine Charton revienne à son fils François bien qu’il n’ait pas résigné dans le délai des quarante jours, il précise qu’il prend cette décision en raison des états de service du père et au nom du fait qu’il « n’y a rien tant favorable que la résignation du père au fils », ADLA, B 63, fo 50.

273 Il ne peut toutefois présider qu’à l’âge de 30 ans, ibid., B 88.

274 Il est institué le 6 avril 1706 en vertu de l’édit de création de deux offices de président d’avril 1704. Il n’était alors âgé que de 24 ans 8 mois, ce qui amène le roi à lui accorder une dispense de 15 ans et 4 mois et de dix années de service par lettre du 28 mars 1706, ibid., B 93.

275 Orest Ranum, La Fronde, Paris, Le Seuil, 1995, p. 85.

276 ADLA, B 648, fo 95, cité par Hervé Audrain, op. cit., p. 22. L’office avait été en fait acheté pour Gabory par sa mère, Ysabel Bernier. La relative modestie des origines sociales de celle-ci a pu jouer contre son fils. Épouse d’un marchand de draps de soie, elle était qualifiée d’honorable femme et habitait rue de la Casserie, dans la paroisse Saint-Saturnin, où ne résidait ordinairement aucun membre de la Chambre des comptes. Jacques I Guyton était quant à lui qualifié de noble homme et résidait dans une paroisse plus huppée, celle de Sainte-Croix.

277 Le traité de revente de l’office entre Ysabel Bernier et Jacques I Guyton a été signé le 22 mars 1650, ibid., 4 E 2/156.

278 L’achat de l’office de Fruyneau avait également négocié par sa mère Gabrielle Desvignes qui, comme celle de Gabory, était qualifiée d’honorable femme, ibid., B 80.

279 Idem pour Yves Denis qui est pourvu d’un office de correcteur par résignation de Jacques Le Mercier, ibid., B 649, fo 89. La Chambre déboute également André Chabot le 24 avril 1651 pour qui Hervé Martin avait résigné son office d’huissier, ibid., B 649, fo 80.

280 François Bluche, « Les magistrats des cours parisiennes au XVIIIe siècle », Revue historique du droit français et étranger, 4e série, 52e année, 1974, p. 87-106. Cet auteur fait remarquer qu’au XVIIIe siècle, une cour est d’autant plus prestigieuse qu’elle attire des individus jeunes bénéficiant d’une dispense d’âge. Au parlement, ce phénomène est étroitement lié à la formation de dynasties.

281 Guillaume Lair entre en 1676 à 35 ans alors qu’il est marié depuis 1663 avec la fille d’un auditeur, Louise Petiteau. Il est signalé comme gentilhomme ordinaire de la chambre du roi.

282 On peut citer aussi les cas de Mathurin Boux, qui remplace le maître Pierre de Kerboudel à l’âge de 32 ans, de l’auditeur Jean Le Bigot qui remplace René Neveu en 1614.

283 Michel de Barbère a fait la même chose en 1697, date à laquelle il a accepté de prendre la relève de son beau-frère décédé, Pierre II Bocan.

284 Parmi les autres exemples, on peut citer celui d’Antoine Le Lardic qui devient auditeur en 1765 à l’âge de 71 ans. Il meurt en charge cinq ans plus tard. Il est remplacé par son fils qui est alors âgé de 32 ans. Celui-ci décède à son tour après dix-huit ans de présence à la Chambre. Un autre cas de ce type est présenté par le Poitevin Marie-Augustin Pichard qui devient auditeur en 1784 à 55 ans ; il est remplacé après sa mort, survenue deux ans plus tard, par son fils François-Augustin, qui demeure en poste jusqu’à la suppression de la Chambre en 1791.

Table des illustrations

Titre Tableau 44. – Répartition du délai entre provision et réception par titre.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Tableau 45. – Officiers recensés dont le délai entre provision et réception excède deux ans.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Tableau 48. – Charges détenues par les présidents des comptes avant leur entrée à la Chambre.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Tableau 49. – Nombre de gradués en droit dans les catégories des maîtres et des auditeurs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau 51. – Âge d’entrée des maîtres des comptes (1547-1715).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 52. – Âge d’entrée des maîtres des comptes par décennie (1666-1715).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau 53. – Âge d’entrée des auditeurs des comptes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46305/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau 54. – Âge d’entrée des auditeurs des comptes par décennie (1666-1715).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46305/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 56. – Dispenses d’âge et de service accordées sous le règne de Louis XIV.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46305/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende L. de d. : lettres de dispense. L. de p. : lettres de provisions.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46305/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 487k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540