Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'honneur et des épices

 | 
Dominique Le Page

Préface

Robert Descimon

Texte intégral

  • 1 Philippe Jarnoux et Dominique Le Page (dir.), La Chambre des Comptes de Bretagne, Annales de Breta (...)

1La Chambre des comptes de Bretagne n’était pas tout à fait une belle inconnue1. Mais voici qu’avec Dominique Le Page, elle a trouvé en sa période moderne un historien hors pair. Ce livre dont le titre est fort évocateur dépasse de loin l’intérêt, grand en lui-même, de son sujet. Il convient de se demander ce que fait à l’histoire qui s’écrit aujourd’hui un ouvrage comme celui de Dominique Le Page.

2Question qui appellerait de multiples réponses. Trois aspects seront ici retenus : ils sont intéressants en ce qu’ils contribuent à gommer des distinctions qu’on croyait solidement fondées et à ouvrir des perspectives encore mal explorées. D’abord, et c’est un acquis important de l’historiographie des dernières années, ce livre montre que le clivage jadis si actif entre histoire des institutions et histoire sociale n’a plus de raison d’être ; ensuite, la Bretagne, province qui revendique hautement sa spécificité, comme chacun sait, constitue un observatoire remarquable pour voir ce qu’est et ce que fait l’État monarchique durant la période moderne ; enfin, l’étude qui est menée à bien dans ces pages arrive à montrer les limites empiriques à la fois des questionnements sociologiques et de l’usage canonique de la notion d’institution : par là il pose en termes nouveaux ce qui a été un des débats importants de l’historiographie européenne depuis les années 1980, celui de la « genèse de l’État moderne ».

Histoire des institutions et histoire sociale, une fusion des éruditions ?

  • 2 Lucien Febvre, « Comptabilité et chambre des Comptes », Annales d’histoire économique et sociale, (...)

3La Chambre des comptes est ici étudiée à travers son personnel de magistrats, les hommes qui lui donnèrent vie en quelque sorte ; car les « institutions » ne sont plus pensées comme des abstractions juridiques et politiques, « mais comme des constructions dont il convenait de reconstituer l’histoire », dit Dominique Le Page. Ainsi l’histoire des institutions est-elle, comme malgré elle, amenée à recourir à l’histoire sociale. À des questions du type de celles que posait Lucien Febvre en 1934 : « Mais, de vivant, que sait-on sur l’homme social de la chambre au XVe siècle ? Exactement rien. D’où venaient ces gens ? De quel milieu ? Quelles relations entretenaient-ils avec la “marchandise” ? D’où tiraient-ils leur fortune, et quelle était-elle ? Où prenaient-ils femme ? Qu’étaient leurs alliances2 ? », le livre de Dominique Le Page permet d’apporter des réponses bretonnes aussi précises que l’état des sources le permet, tandis que la Chambre de Paris, par exemple, n’est toujours pas connue sous un jour aussi global.

  • 3 Le livre ici préfacé fait en lui-même le point de ces progrès. Voir aussi Dominique Le Page, « Int (...)
  • 4 Voir la remarquable étude d’Étienne Anheim, « Historiographie et histoire intellectuelle : la cont (...)
  • 5 Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette (...)
  • 6 Marc Bloch, « Recension de Henri Jassemin… », Revue critique d’histoire et de littérature, 7, 1933 (...)

4Alors que l’historiographie du contrôle financier a explosé durant les trente ou quarante dernières années3, est-il nécessaire de revenir (comme le fait la citation ci-dessus) sur cette affaire Jassemin4, qui dépassait de loin le travail, trop imbu de certitudes érudites, de ce chartiste intègre ? Le débat était une manifestation attardée de l’opposition entre la sociologie durkheimienne et l’esprit méthodique d’antan (illustré par le livre de Langlois et Seignobos5 qui était cher à Jassemin). Certes Dominique Le Page s’inscrit dans la longue lignée d’historiens qui a puisé son inspiration dans les Annales, mais il a écrit un livre gorgé de données extraites des dépôts d’archives. Est-il la peine de le souligner, l’histoire sociale est tout autant une affaire d’érudition que l’histoire institutionnelle. Si on était aujourd’hui tenté de lancer le slogan Jassemin et Febvre même combat, ce serait au nom du « métier d’historien » de Marc Bloch. C’est le métier, héritage partagé de techniques de travail, qui tracerait le trait d’union entre les deux héros de la controverse et, au-delà, entre l’histoire sociale et l’histoire des institutions. É. Anheim a insisté sur la plus grande compréhension que manifestait Bloch (qui ne pouvait se désolidariser de Febvre) à l’égard du travail de Jassemin6.

  • 7 Antoine Lilti, « Le pouvoir du crédit au XVIIIe siècle. Histoire intellectuelle et science sociale (...)

5Mais les temps ont changé depuis l’affirmation conquérante de l’histoire sociale. Celle-ci est même sur la défensive, alors que l’histoire des idées et les disciplines canoniques de la tradition (philosophie, lettres, droit…) prennent à petit (ou grand) bruit leur revanche sur les sciences sociales et tendent à désamorcer la rupture épistémologique que revendiquaient aussi bien Durkheim que Max Weber7. Une conviction tend à dominer aujourd’hui la vie intellectuelle : les vraies choses, ce qui importe, ce qui explique, ce sont les idées lesquelles on atteint par les textes (ce sont les « sites textuels » qui donnent sens aux « mécanismes sociaux »). L’usage d’archives a pourtant pu passer pour une marque distinctive de l’histoire par rapport aux disciplines sœurs, et il était pour Langlois et Seignobos le principe distinctif de la recherche historique. Cependant, du vivant même de Seignobos, certains, dont Lucien Febvre, ont pu faire remarquer que le maître ne prêchait pas l’exemple en la matière (pas plus que Febvre lui-même). C’est une contradiction qui existe encore aujourd’hui. Peu d’historiens (mais de plus en plus) affirment que leur métier n’implique pas de recourir aux archives. L’exploitation d’archives, coûteuse en temps et dont les rendements peuvent paraître décroissants, est largement cantonnée à l’étape initiatique de la profession universitaire. Il est peu rentable en capital social et le genre de l’essai est valorisé par l’édition. Pire, les certitudes académiques paraissent aujourd’hui si solidement fondées que la recherche empirique semble superflue. Dans ce tableau assombri, la conscience, la confiance et la générosité de Dominique Le Page sont indissociables d’un recours intensif à des sources de première main. Cet homme n’est pas plus avare de son temps que de sa réflexion. Et ceux qui vont lire ce livre constateront que le pari du « métier » est tenu.

  • 8 Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », dans Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micr (...)
  • 9 Simona Cerutti, « Who is below? E. P. Thompson, historien des sociétés modernes : une relecture »,(...)

6Le « métier » implique plus que jamais de voir large, mais aussi d’articuler les points de vue et les questionnements8 en prenant en compte non seulement le « haut », mais aussi et le « bas » sans oublier le « milieu » (le méso, dit-on parfois), niveaux qui se construisent les uns les autres, ce qui est une proposition implicite de la microstoria9. Autrement dit, le royaume, la Bretagne, la Chambre des comptes de Nantes…, non des données, mais des constructions critiques de réalités plurielles.

Ce que la Bretagne apprend de la France

  • 10 Febvre notait dans le compte rendu cité note 2 : « Prenez la liste bibliographique qui ouvre le li (...)

7Si la revendication d’une filiation de l’histoire sociale aujourd’hui avec les Annales des fondateurs (en incluant Ernest Labrousse dans leur nombre) garde sens, c’est aussi par la prise de distance qu’elle implique avec une histoire politique concentrée sur la dimension étatique qui relaie finalement un grand récit téléologique de la construction nationale10.

  • 11 Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les chambres des compte (...)
  • 12 Robert Descimon, « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise », dans Wolfgang R (...)

8S’intéresser à la Bretagne, une province puissante, mais qui connut un certain déclin à partir du règne de Louis XIV, c’est choisir un point d’observation prometteur. Comme le souligne Dominique Le Page, les Chambres des comptes médiévales étaient des institutions princières, non étatiques. C’est au XVIe siècle, quand décidément la « France des principautés » eut perdu la partie11, que se propagea le modèle de la Chambre de Paris (« règlement Tambonneau » – le nom d’un président parisien – de 1557) et que les Chambres provinciales devinrent des organes d’un pouvoir monarchique qui combinaient des pratiques de gouvernement décentralisatrices et centralisatrices. Que la Bretagne ait fait partie du royaume de France au Moyen Âge, ce qui est bien possible, n’impliquait pas que le duché n’ait pas été « indépendant », ni même qu’il ait été « français ». Que dirait-on de la Guyenne et de la Normandie au temps où leur duc était roi d’Angleterre ? Il faut toujours avoir à l’esprit la distinction entre royaume et domaine royal et si les Chambres des comptes devinrent des rouages d’un État, c’est dans un moment politique où se congédiait peu à peu ce que les juristes d’Ancien Régime commencèrent à baptiser féodalité et où se développa un impôt royal qui n’était pas consenti par les sujets. Le roi de France cessa de vivre de son domaine, ce que devaient se résoudre à faire les seigneurs, même très grands et par ailleurs largement dotés de pensions et de dons royaux. Si la fiscalité, en concurrence avec la domanialité, fut une condition d’existence des Chambres des comptes et des Cours des aides, elle ne fut bientôt plus seule en cause, car les monarques construisirent dès François Ier une partie du crédit public sur la vénalité des charges, créant par là une solidarité inédite entre la construction d’une sorte d’appareil d’État et les élites du pouvoir12. C’est une des préoccupations qui sous-tendent les pages qu’on va lire : en somme, la politique monarchique a dû se décentrer de l’exploitation domaniale vers la fiscalité, puis vers l’emprunt, d’où l’explosion de la dette publique.

  • 13 Avec une différence de niveau : lors de l’établissement de la paulette de décembre 1604, l’office (...)

9À l’époque où se place Dominique Le Page, la Bretagne, protégée par ses états provinciaux, restait fort particulariste, mais elle était aussi la France, au moins d’une certaine façon, et elle peut témoigner pour le royaume entier. L’analyse exemplaire de la conjoncture du prix des offices de la Chambre des comptes de Nantes montre une parfaite synchronie avec celle que l’on observe pour les charges de la Chambre des comptes de Paris (ainsi que des autres cours souveraines de la capitale)13 : lente hausse au XVIe siècle, courte crise à la fin des guerres de Religion, dès 1594, reprise qui s’accélère après 1605 sans connaître trop de paliers, poussée spéculative des années 1655-1665, marché régulé ensuite, les Comptes souffrant moins que les parlements de la politique de la tarification du prix des charges. Il convient de souligner à ce propos que la vénalité des offices des comptes (offices dits « de finance ») n’était pas tout à fait la même que celle des offices dits « de justice », comme ceux des parlements ou des bailliages, car la vénalité des offices de finance était devenue parfaitement légale dès les réformes financières des années 1522-1523 et n’avait jamais été assimilée à la simonie (trafic des bénéfices ecclésiastiques ayant charge d’âmes). Un office de Chambre des comptes se vendait à Paris déjà au XVIe siècle à peu près comme une terre ou une maison urbaine. Le marché qu’étudie Dominique Le Page restait pourtant local, et même nantais, même si l’on rencontre chez les notaires parisiens ou angevins d’assez rares « traités d’offices » portant sur des charges des cours souveraines de Bretagne. Le marché parisien, quant à lui, était déjà « national » au XVIIe siècle en ce qui concernait les offices des comptables et partiellement les offices judiciaires. L’autonomie de la vénalité nantaise n’avait aucune influence sur les caractères généraux de la vénalité des offices royaux. Le particularisme breton n’avait donc pas d’autres effets que sociaux, mais ces effets étaient importants.

10Dominique Le Page étudie avec précision l’origine géographique des magistrats. Ils sont à une large majorité bretons et même nantais, puisqu’il n’y a pas à Nantes de conseillers « non originaires », comme il en existait au parlement de Rennes. Les Poitevins et surtout les Angevins arrivaient cependant à s’assurer une place non négligeable. Une absence semble remarquable, celle des Manceaux, car Le Mans faisait preuve d’un dynamisme certain qui poussait bien des rejetons des familles riches et cultivées vers une carrière parisienne. Il y avait donc une frontière qui passait entre Angers et Le Mans, cette dernière ville se tournait plus volontiers vers l’est que vers l’ouest. En outre, Nantes était une ville marchande et riche qui était dotée d’une Université moins prestigieuse que celle de Poitiers ou Angers ; et comme les officiers des Chambres des comptes n’avaient pas besoin d’être gradués en droit, même si une certaine culture juridique était recommandée pour exercer de telles charges, une solide base sociale existait sur place pour remplir des offices incontestablement prestigieux et lucratifs. Partout, peut-être, le recrutement des Chambres des comptes était plus local que celui des parlements.

11Nantes n’était décidément pas Paris et l’on doit observer que les magistrats nantais jouissaient de privilèges fiscaux plus étendus que ceux des Parisiens, qu’ils se distinguaient plus radicalement des autres élites notables citadines (les magistrats des comptes à Paris étaient volontiers marguilliers des paroisses et les auditeurs ne dédaignaient nullement l’échevinage avant le règne personnel de Louis XIV), et, enfin, que leur position semble mieux assise, car assez peu d’entre eux furent frappés de faillite, alors que, pendant le règne de Louis XIV, après les « fixations » du prix des charges en particulier, les magistrats de la Chambre parisienne, incapables de payer les intérêts de leurs emprunts, se ruinèrent par légions, même si, peut-être, ils furent moins nombreux à connaître cette disgrâce que les conseillers du parlement parisien (à cause de la rentabilité supérieure des offices des comptes).

  • 14 Première référence rencontrée par nous au Minutier central des notaires parisiens, étude LI 706, 3 (...)
  • 15 BnF, ms. Clairambault 613 p. 284, mémoire du conseiller d’État semestre Louis Laisné, sieur de la (...)
  • 16 C’est l’interprétation classique que donnait Roland Mousnier, par exemple, dans Les Hiérarchies so (...)

12Avec les offices vénaux, la monarchie avait donné aux élites du pouvoir une opportunité précieuse qu’elles ont su exploiter au mieux de leurs intérêts, car la valeur des offices pesait lourd au sein des patrimoines. La Bretagne était terre d’élection d’une pratique que l’on ne rencontre guère à Paris avant la fin du XVIIe siècle avec la crise généralisée de la vénalité légale : la location des offices14, pratique qui était d’ailleurs vigoureusement dénoncée par un conseiller d’État lors de la « réformation de la justice » dans les années 1665-166615. Cela signifie-t-il que les Bretons étaient moins pénétrés que Charles Loyseau (le jurisconsulte qui écrivait sous Henri IV) et les Parisiens de l’idée que l’office, inhérent à la personne de l’officier, était une dignité qui définissait l’être social de son titulaire16 ? Ou bien étaient-ils plus pragmatiques, acceptant toutes les conséquences de la vénalité, en particulier l’entrée des offices dans les patrimoines et la nécessité de les gérer au mieux de l’intérêt des propriétaires ? Il existait relativement une spécificité bretonne et nantaise. En somme, la Chambre des comptes était, aux yeux de ses magistrats, moins l’instrument d’un ordre politique légitime qu’une instance de légitimation de leur propre domination sociale. Mais les formes de cette domination étaient-elles mêmes contrastées : la dynasticisation, si l’on ose ce néologisme, des charges supérieures avait pour pendant, au XVIIIe siècle, le cantonnement des magistratures inférieures (les correcteurs et les auditeurs) à une fonction d’anoblissement de leur titulaire. Ainsi se créait-il une aristocratie de la robe nantaise, mais aussi une classe d’anoblis ouvertes aux ambitions bourgeoises de la province.

  • 17 Yves Durand, L’Ordre du monde. Idéal politique et valeurs sociales en France du XVIe au XVIIIe siè (...)
  • 18 Colin Kaiser, « Les Cours souveraines au XVIe siècle : morale et Contre-Réforme », Annales ESC, 37 (...)

13Dominique Le Page utilise avec bonheur une source rarement conservée et souvent négligée, les enquêtes de vie et de mœurs qui précédaient la réception des officiers dans les institutions qui les accueillaient. Le langage de ces enquêtes n’est convenu que pour ceux qui ne prennent pas au sérieux le fanatisme de l’ordre établi qui s’exprime par la bouche des témoins sollicités. Ce langage répond à l’exigence du genre, bien sûr, mais il est aussi une révérence à « l’ordre du monde », pour reprendre, comme le fait Dominique Le Page, les analyses d’Yves Durand17. Le « parfait magistrat chrétien18 » bénéficie de l’ordre établi qu’il illustre, il est dévot et royaliste tout ensemble, ennemi de toute nouveauté et proclame un conformisme social qu’il ne met sans doute pas toujours aussi radicalement en œuvre dans sa vie particulière. Mais ces traits semblent avoir eu une portée générale au sein des élites du pouvoir dans la monarchie d’Ancien Régime.

14L’État monarchique était donc capable de faire un certain nombre de choses, même dans les provinces, mais pas dans toutes et peut-être pas tant que croyait l’histoire institutionnelle d’antan ; car l’autorégulation était une dimension essentielle de telles sociétés. La Bretagne restait bien une entité forte, mais elle abritait une société qui était une variante de la société française en général, tout au moins en ce qui concernait les classes possédantes.

Au-delà d’une histoire socio-institutionnelle ?

  • 19 Martine Bennini, Les Conseillers à la Cour des aides, (1604-1697), Paris, Société des amis des Arc (...)
  • 20 Sarah Hanley, « Engendering the State: Family, Formation and State Building in Early Modern France (...)

15Le livre de Dominique Le Page ne constitue pas une prosopographie (c’est là un autre des projets de l’auteur). Il sacrifie plutôt à une analyse sociale multiplex, analysant les carrières et les cursus, les origines géographiques et sociales des magistrats, leurs positionnements au sein du tribunal où ils assuraient la justice, mais aussi leurs alliances et les fondements de leurs fortunes. Dominique Le Page, comme naguère Martine Bennini, est toutefois conscient que cette analyse sociale est loin d’épuiser la complexité d’un corpus dont les membres avaient des horizons nullement limités à leur institution. Celle-ci contribuait pourtant de façon décisive à les décorer d’un statut, et les magistrats ne manquaient jamais de revendiquer les titres que leur conférait leur appartenance à la Chambre avec la jouissance des privilèges afférents. Ces hommes, et cela souvent par la médiation de leurs femmes, étaient aussi des propriétaires fonciers, des nobles, des financiers et surtout des membres d’une « classe de loisir », nonobstant le travail qu’ils accomplissaient au sein de la Chambre. Quelle était la nature de leur appartenance et quelle prise de distance celle-ci autorisait-elle éventuellement ? On reprendra ici une réflexion de Martine Bennini qui s’interrogeait sur la « relative aporie » à laquelle lui paraissait aboutir son considérable et difficile travail : « Il semble encore prématuré de juger si ce sentiment [d’aporie] est justifié, soit par une insuffisante contextualisation (voire élaboration) d’une problématique empruntée à la sociologie contemporaine, soit par des obstacles d’ordre documentaire qui pourraient tout aussi bien résulter d’une inadéquation du questionnement à la période d’observation19. » C’est aussi que l’histoire sociale telle que les archives permettent de la reconstituer ne donne pas accès à toute une série de médiations et d’affiliations qui, pour être fragiles ou momentanées, n’en ont pas moins été décisives dans la vie des individus. Comment savoir vraiment ce qui a déterminé l’entrée dans la cour ou la conclusion d’un mariage ? Les vérités qu’atteint l’historien à travers les traces conservées dans les archives sont partielles et il faut reconnaître cette frustrante vérité si l’on veut que la connaissance du passé continue à progresser. L’historien doit compter sur ses propres forces conceptuelles. Le « complexe Famille-État », naguère fortement théorisé par Sarah Hanley, mais sans beaucoup de bonheur dans son illustration20, permet au moins de se faire une idée des systèmes qui structuraient les représentations et les actions des hommes et des femmes en leur offrant des opportunités qu’ils saisissaient ou non. Mais les systèmes vivent par les agents qui les reconstruisent en permanence selon des projets parfois éphémères et parfois irréalistes. Il paraît ainsi sûr que, sous l’ancienne monarchie, le choix du service du roi (ou de l’État ?) se révélait presque toujours comme le bon choix social. Sans doute parce qu’il offrait un moyen puissant pour défendre et acquérir des privilèges. On retrouve par ce biais aussi la passion de l’ordre établi qui semble habiter les magistrats de la Chambre des comptes de Nantes. N’est-ce pas là une des magies des institutions ?

  • 21 Le point et l’historique de la question sont remarquablement faits par Olivier Poncet dans la cont (...)
  • 22 Alain Guery, « Institution. Histoire d’une notion et de ses utilisations dans l’histoire avants le (...)

16Dominique Le Page, on l’a dit, manie avec prudence ce terme d’institution, qui est pourtant d’usage canonique dans la tradition académique21 dont le sujet de ce livre semble relever. La critique de la notion d’institution n’est pas facile. Alain Guery en a donné les linéaments essentiels en soulignant tout ce qui ne coïncide pas dans la projection habituelle sur les réalités et pratiques politiques de l’Ancien Régime d’une idée qui s’est formée au XIXe siècle, spécialement dans les universités de droit22. Cet historien signalait qu’avant la révolution sémantique qui commence au début du XVIIIe siècle, institution demeure un mot rare qui ne correspond guère à l’idée qu’on se faisait des statuts et des privilèges exercés dans un ordre certes royal, mais fondé par une référence constante à un ordre divin. L’Église est seule à avoir été instituée à proprement parler. La coutume était en ces matières au moins aussi importante que la loi et Dominique Le Page illustre cette idée au fil des pages de ce livre. C’est d’une certaine façon la Révolution française qui institue un ordre nouveau largement débarrassé de référent théologique. L’idée d’institution a servi en quelque sorte aux historiens comme un instrument notionnel destiné à minorer l’importance politique de la rupture révolutionnaire et à illustrer la modernité supposée de la monarchie absolue. Beaucoup d’anachronismes sont intellectuellement fructueux, mais l’emploi du terme d’institution semble entraîner plus d’inconvénients que d’avantages. Aussi l’histoire de l’État a-t-elle aujourd’hui meilleure presse que l’histoire des institutions. Malheureusement, l’historien peine à trouver un meilleur terme que celui-là.

  • 23 Jean-Philippe Genet, « La genèse de l’État moderne : les enjeux d’un programme de recherche », Act (...)
  • 24 Les difficultés de la définition historique d’une « modernité » qui se fonderait en Europe entre 1 (...)

17Jean-Philippe Genet a insisté sur la dimension fiscale (parce que guerrière) de ce qu’il entend par « État moderne » : une fiscalité publique et consentie serait le premier critère d’une « modernité » politique23. Les Chambres des comptes n’existeraient pas sans l’impôt royal (ou princier). Mais l’idée tourne au paradoxe : « une même entité politique, explique Genet, peut passer par des phases successives où elle présentera tantôt les caractères d’un État moderne et tantôt ceux d’un autre type d’État. La monarchie française pourrait être dans ce cas, l’absolutisme engendrant le blocage du dialogue et de l’évolution de la société politique ». Il y a un paradoxe à dénier la « modernité » (weberienne) d’un État – la monarchie de Louis XIV – qui a tant fait gagner en efficacité et en rationalité à l’action politique (rationalité purement instrumentale, puisque le « Grand Siècle » est par bien des côtés un temps d’obscurantisme et de fanatisme aux sommets de l’État). Jean-Philippe Genet ajoute que « le terme de “moderne” est ici gênant : il ne correspond ni à une localisation, ni à une périodisation précise, mais caractérise un type ». Ne vaudrait-il pas mieux dès lors renoncer à un mot qui introduit tant de confusion et à l’idée de modernité24 ? Dominique Le Page aide à mieux comprendre les contradictions du développement administratif français durant l’époque moderne. La Chambre des comptes de Bretagne est un instrument plutôt docile au service de la politique fiscale de la monarchie, mais les secours qu’elle apportait, en dehors du crédit qu’elle assurait par la vénalité de ses charges, semblaient de moins en moins utiles à une monarchie en quête de moyens extraordinaires pour mener sa politique guerrière. En revanche, elle contribuait de façon non négligeable à stabiliser l’ordre dans la province en consolidant et en faisant évoluer les formes traditionnelles de la domination sociale. La monarchie a toujours eu besoin d’institutions (quel autre mot pourrait nous éviter d’avoir recours à cette approximation ?) comme la Chambre des comptes de Bretagne et la Bretagne avait aussi besoin d’une institution de cet ordre. « La Chambre n’a pas été simplement la somme des individus, des familles qui la composaient. Elle disposait d’une mémoire spécifique, d’un langage, d’un savoir », dit Dominique Le Page dans la conclusion de son livre. L’État monarchique, c’était peut-être surtout la somme de ces mémoires et de ces savoirs qui se cumulaient de province en province jusque dans la capitale.

18Toutes les façons de faire de l’histoire ont leur champ de pertinence et leur légitimité. Mais le propre de la discipline est sans doute de ne jamais mettre les hommes en arrière-plan. Dominique Le Page s’est intéressé à la fois aux hommes aux idées et aux choses. Qu’il en soit remercié.

Notes

1 Philippe Jarnoux et Dominique Le Page (dir.), La Chambre des Comptes de Bretagne, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 108/4, numéro spécial, 2001 ; Jean Kerhervé, « La Chambre des comptes de Bretagne », dans Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (dir.), Les Chambres des comptes en France aux XIVe et XVe siècles, Paris, CHEFF, 1998, p. 127-279 ; Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, 1491-1547, Paris, CHEFF, 1997.

2 Lucien Febvre, « Comptabilité et chambre des Comptes », Annales d’histoire économique et sociale, 26, 1934, p. 148-153, la citation se trouve à la page 152 de ce terrible compte rendu que Febvre consacra au livre d’Henri Jassemin, La Chambre des Comptes de Paris au XVe siècle, Paris, Picard, 1933. Si le ton adopté par Febvre paraît aujourd’hui peu admissible, nul ne peut nier la pertinence des questions qu’il posait : elles forment bien l’agenda opératoire de l’histoire sociale qui allait s’écrire dans le demi-siècle qui suivit le compte rendu de 1934. Et cela suffit à mettre en perspective les propos (souvent cités) que tenait le même Lucien Febvre, en 1941, à propos du mot social comme mot providentiellement « vague » (Lucien Febvre, « Vivre l’histoire. Propos d’initiation », dans Combats pour l’histoire, Paris, A. Colin, 1953, p. 19-20).

3 Le livre ici préfacé fait en lui-même le point de ces progrès. Voir aussi Dominique Le Page, « Introduction », dans Dominique Le Page (dir.), Contrôler les finances sous l’Ancien Régime. Regard d’aujourd’hui sur les Chambres des comptes, Paris, CHEFF, 2011, p. 1-33 ; Olivier Mattéoni, « L’étude des Chambres des comptes en France à la fin du Moyen Âge : bilan, débats et enjeux », ibid., p. 63-79, et Idem, « Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 641, 2007/1, p. 31-69.

4 Voir la remarquable étude d’Étienne Anheim, « Historiographie et histoire intellectuelle : la controverse Febvre-Jassemin », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 59/4 bis, 2012, p. 105-129 et aussi la mise en contexte tout aussi remarquable de ce célèbre débat par Olivier Poncet, « L’histoire des institutions de l’époque moderne en France depuis le XIXe siècle », dans Michael Hochedlinger et Thomas Winkelbauer (éd.), Herrschaftsverdichtung, Staatsbildung, Bürokratisierung, Vienne-Berlin, Böhlau-Oldenbourg, 2010, p. 105-131.

5 Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898, rééd. Kimé, 1992 (avec une préface de Madeleine Rebérioux), et dans la Bibliothèque idéale des sciences sociales, 2014, en ligne, avec une préface de Gérard Noiriel.

6 Marc Bloch, « Recension de Henri Jassemin… », Revue critique d’histoire et de littérature, 7, 1933, p. 303-305.

7 Antoine Lilti, « Le pouvoir du crédit au XVIIIe siècle. Histoire intellectuelle et science sociale », Annales. Histoire, sciences sociales, 70/4, 2015, p. 957-977, écrit (p. 977) : « Les sciences sociales seraient un discours de l’ordre, qui, loin de nous permettre de mieux penser les phénomènes les plus frappants de la modernité (la mode, les enjeux politiques du crédit public, l’esthétisation du pouvoir…), nous aurait fourni des notions appauvries et des découpages mutilants du réel. »

8 Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », dans Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1996, p. 71-94, texte fondateur.

9 Simona Cerutti, « Who is below? E. P. Thompson, historien des sociétés modernes : une relecture », Annales. Histoire, sciences sociales, 70/4, 2015, p. 931-955. Paul-André Rosental, « Construire le “macro” par le “micro” : Fredrik Barth et la microstoria », dans Jacques Revel (dir.), op. cit., p. 141-159.

10 Febvre notait dans le compte rendu cité note 2 : « Prenez la liste bibliographique qui ouvre le livre : pas un livre étranger sur une Chambre des Comptes étrangères au royaume » (p. 149). La tension entre universalisme et nationalisme comptait évidemment dans la structuration du champ historiographique entre sciences sociales durkheimiennes et érudition « méthodique », mais ces clivages ne se résumaient pourtant pas aux engagements civiques ni aux positions institutionnelles, voir Robert Descimon, « Declareuil (1913) contre Hauser (1912). Les rendez-vous manqués de l’histoire et de l’histoire du droit », Annales. Histoire, sciences sociales, 57/6, 2002, p. 1615-1636 ; ils recouvraient aussi des enjeux scientifiques, lesquels étaient surdéterminés par des conceptions de l’homme qui avaient aussi leur expression politique (et c’est bien de là que provenaient les « injures » reprochées à Febvre). L’avenir montra, hélas, qu’il ne s’agissait pas de débats abstraits.

11 Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les chambres des comptes XIVe-XVe siècles, Paris, CHEFF, 1996, en particulier, Jean-Philippe Genet, « Conclusion. Chambres des comptes des principautés et genèse de l’État moderne », p. 267-279.

12 Robert Descimon, « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise », dans Wolfgang Reinhard (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, chapitre vi, Paris, PUF, 1996, p. 133-162 et Idem, « La vénalité des offices et la construction de l’État dans la France moderne. Des problèmes de la représentation symbolique aux problèmes du coût social du pouvoir », dans Robert Descimon, Jean-Frédéric Schaub, Bernard Vincent (dir.), Les Figures de l’administrateur. Institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, Paris, Éd. de L’Ehess, 1997, p. 77-93.

13 Avec une différence de niveau : lors de l’établissement de la paulette de décembre 1604, l’office d’un maître parisien était évalué à 27 000 livres (et sur le marché privé, il se vendait déjà 60 000 livres) et celui d’un maître nantais à 16 000 livres ; sur le marché privé, une charge de maître valait à Paris en 1660, au plus fort de l’inflation, 270 000 livres (soit presque deux tonnes et quart d’argent fin en valeur indicielle), et à Nantes, nous dit Dominique Le Page, 88 000 livres. La hausse des prix a été proportionnellement moins forte en Bretagne.

14 Première référence rencontrée par nous au Minutier central des notaires parisiens, étude LI 706, 31 mars 1699, vente à Charles Esmery, conseiller au Châtelet, par Jean de Creil, […] maître des requêtes de l’Hôtel, propriétaire de l’office de conseiller au parlement dont était titulaire Jean Baptiste Louis Laugeois, (suivant le contrat passé entre eux devant Bellanger et Duport, notaires, le 7 septembre 1698). Laugeois avait été pourvu le 29 mai 1690 et était devenu maître des Requêtes en 1698.

15 BnF, ms. Clairambault 613 p. 284, mémoire du conseiller d’État semestre Louis Laisné, sieur de la Marguerie (« Margrie » souvent), qui dénonce cet usage « tout extraordinaire » qui s’est introduit dans un parlement. Laisné avait été premier président du parlement de Bourgogne, mais sa carrière l’avait mené dans un grand nombre de provinces et on ne sait quel parlement il avait en tête.

16 C’est l’interprétation classique que donnait Roland Mousnier, par exemple, dans Les Hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, PUF, 1969.

17 Yves Durand, L’Ordre du monde. Idéal politique et valeurs sociales en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 2001.

18 Colin Kaiser, « Les Cours souveraines au XVIe siècle : morale et Contre-Réforme », Annales ESC, 37/1, 1982, p. 15-31.

19 Martine Bennini, Les Conseillers à la Cour des aides, (1604-1697), Paris, Société des amis des Archives de France, Honoré Champion, 2010, p. 287-288.

20 Sarah Hanley, « Engendering the State: Family, Formation and State Building in Early Modern France », French Historical Studies, 16/1, 1989, p. 4-27.

21 Le point et l’historique de la question sont remarquablement faits par Olivier Poncet dans la contribution citée à la note 4 ci-dessus.

22 Alain Guery, « Institution. Histoire d’une notion et de ses utilisations dans l’histoire avants les institutionnalismes », Cahiers d’histoire économique, 44, 2003, p. 7-18.

23 Jean-Philippe Genet, « La genèse de l’État moderne : les enjeux d’un programme de recherche », Actes de la Recherche en sciences sociales, 118/1, 1997, p. 3-18 (citation p. 4-5).

24 Les difficultés de la définition historique d’une « modernité » qui se fonderait en Europe entre 1250 et 1350 ressortent bien des contributions réunies par Wim Blockmans et Jean-Philippe Genet (éd.), Visions sur le développement des États Européens. Théories et historiographies de l’État moderne, Rome, École française de Rome, 1993.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540