Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le feu et la folie

 | 
Laurent Vissière
, 
Marion Trévisi

Les auteurs

Testo integrale

1 Florence Alazard est maître de conférence en histoire à l’université François-Rabelais de Tours et au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (UMR 7323). Ses travaux portent sur l’histoire politique et culturelle de la Renaissance, et plus particulièrement ces dernières années, sur les guerres d’Italie.

2 Jean Baechler est professeur émérite de sociologie historique, université de Paris-Sorbonne, et membre de l’Institut, Académie des sciences morales et politiques. Tous ses travaux et publications entendent contribuer à une anthropologie générale, entendue comme la science du règne humain.

3 Isaure Boitel a soutenu une thèse sur l’image noire de Louis XIV circulant entre les Provinces-Unies, l’Angleterre et la France. Ses recherches portent sur les différentes formes de figuration du pouvoir, la contestation des modèles politiques ainsi que la politisation des sociétés européennes du Grand Siècle. Ses travaux se rattachent plus largement à l’histoire des idées et des représentations. Elle est actuellement maître de conférences en histoire moderne à l’université Picardie Jules-Verne d’Amiens.

4 Guillaume Blondeau , spécialiste de la Première Guerre mondiale, est conservateur du Mons Memorial Museum, où est conservée une très riche collection d’objets et d’affiches de guerre qui concernent notamment la bataille de Mons.

5 Jacques-Olivier Boudon , professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne, spécialiste de la Révolution et du Premier Empire. Directeur de l’École doctorale 2, Histoire Moderne et contemporaine (no 0188), Directeur du Centre de Recherche en histoire du XIXe siècle (EA 3550).

6 Justine Breton est agrégée de Lettres modernes, doctorante en littérature médiévale à l’université de Picardie Jules Verne (Amiens), au sein du laboratoire TrAme. Elle étudie la représentation des pouvoirs dans la légende arthurienne, dans une optique comparatiste mettant en regard les textes médiévaux et leurs adaptations cinématographiques et sérielles.

7 Emmanuel de Crouy-Chanel est professeur de droit public à l’université de Picardie Jules Verne, spécialisé en droit fiscal et finances publiques. Outre ses recherches juridiques, il mène, au sein du Lamop (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, université Paris Panthéon-Sorbonne, UMR 8589), des recherches en histoire médiévale et moderne portant sur l’artillerie et la fortification. Il a soutenu en 2014 une thèse d’histoire portant sur le canon en France septentrionale avant le milieu du XVIe siècle.

8 Benjamin Deruelle est maître de conférences à l’université de Lille et chercheur à l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS-UMR 8529). Ses travaux portent sur la culture, les représentations et les pratiques guerrières au XVIe siècle, analysées comme autant d’expressions et de modalités de la régulation sociale. Il est l’auteur du livre intitulé De papier de fer et de sang : Chevaliers et chevalerie à l’épreuve de la modernité, et a codirigé plusieurs ouvrages collectifs dont : Savoirs et savoir-faire militaires à l’époque moderne (2013), et Combattre à l’époque moderne (2013).

9 Hervé Drévillon, professeur d’histoire moderne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de l’Institut des Études sur la Guerre et la Paix et du département « Histoire de la défense et de l’armement » de l’IRSEM.

10 Nicole Edelman, maître de conférences honoraire en histoire contemporaine (Paris Ouest Nanterre, HAR). Ses travaux ont porté sur des domaines mis aux marges par les pouvoirs politiques, scientifiques ou religieux, sur des savoirs occultés, oubliés des historiens, comme le somnambulisme magnétique, l’hypnose, les transes et autres états modifiés de conscience. Son travail se recentre depuis quelques années sur l’histoire de la psychiatrie, la psychologie et la psychanalyse. Elle a notamment publié : Voyantes, guérisseuses visionnaires en France, (1784-1914), Albin Michel, 1995 et Histoire de la voyance et du paranormal, Seuil, 2006.

11 David El Kenz, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Bourgogne/UMR 7366, spécialiste des guerres de Religion et de l’historiographie des massacres.

12 Hervé Guillemain, maître de conférences à l’université du Maine (Le Mans), membre du CERHIO. Il travaille sur l’histoire des pratiques de santé et de la psychiatrie aux XIXe et XXe siècles. Il a notamment publié en 2013 Du front à l’asile. 1914-1918, aux éditions Alma (avec Stéphane Tison).

13 Arnaud Guinier, ancien élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégé d’histoire et ancien pensionnaire de la Fondation Thiers, il est chercheur affilié à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine. Il est l’auteur de L’honneur du soldat. Éthique martiale et discipline guerrière dans la France des Lumières, Ceyzérieux, Champ Vallon, 2014, et le codirecteur avec Hervé Drévillon des Lumières de la guerre, mémoires et reconnaissances tirés de la sous-série 1M du Service Historique de la défense, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014.

14 Christophe Masson est maître de conférence à l’université de Liège (Département Transitions), il consacre ses recherches à l’histoire militaire des anciens Pays-Bas, de la France et de l’Italie de la fin du Moyen Âge et du début des Temps modernes. Ses travaux se structurent autour de deux approches complémentaires : l’étude des armées comme celle de micro-sociétés répondant à leurs propres lois, coutumes, usages, hiérarchies, structures sociales et normes ; la culture militaire au travers des mémoires rédigés par des vétérans et des traités théoriques d’art militaires.

15 Laurence Moal, agrégée d’histoire-géographie, docteure en histoire médiévale, est l’auteure de trois ouvrages aux PUR : L’étranger en Bretagne aux XIVe et XVe siècles (2008) ; Auray, 1364. Un combat pour la Bretagne (2012) et Du Guesclin, images et histoire (2015). Spécialiste de la Bretagne au Moyen Âge, elle a également publié de nombreux articles sur les sociétés maritimes et les espaces littoraux. Elle est membre associée du Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO).

16 Lydwine Scordia, agrégée et docteur en histoire médiévale, est maître de conférences à l’université de Rouen. Ses recherches portent sur les relations entre gouvernants et gouvernés (Amour et désamour du prince, 2011, en co-direction avec Josiane Barbier et Monique Cottret), les justifications de l’accroissement du pouvoir royal et les oppositions théoriques faites à cette croissance (Le roi doit vivre du sien. La théorie de l’impôt en France, XIIIe-XVe siècle, 2005). Elle a édité et publié le fac-similé d’un texte pour Louis XI par Pierre Choinet, son médecin et astrologue (Le Livre des trois âges, 2009). Cet art de bien vivre et de bien mourir a orienté ses recherches vers ce roi énigmatique (Louis XI. Mythes et réalités, 2015).

17 Stéphane Tison est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université du Maine et membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO). Spécialiste des guerres de 1870-1971 et 1914-1918, il étudie les traumatismes de guerre sous l’angle collectif (commémorations) et individuel (traumatismes psychiques) ; il s’intéresse en particulier à l’interface entre les imaginaires guerriers et pacifiques. Il a notamment publié : Comment sortir de la guerre ? Deuil, mémoire et traumatisme. 1870-1940, PUR, 2011 ; Expériences de la folie. Criminels, soldats et patients en psychiatrie. XIXe-XXe siècles, PUR, 2013 ; Du front à l’asile : 1914-1918, Alma, 2013.

18 Marion Trévisi , maître de conférences en histoire moderne à l’université de Picardie Jules Verne et chercheuse au Centre d’Histoire des sociétés, des sciences et des conflits (CHSSC, Amiens), spécialiste en histoire de la famille, elle a consacré sa thèse aux relations avunculaires (Au cœur de la parenté, oncles et tantes dans la France des Lumières, PUPS, Paris, 2008). Elle mène actuellement une grande enquête sur les femmes et la guerre à l’époque moderne (Les femmes et la guerre de l’Antiquité à 1918, avec Philippe Nivet, Economica, Paris, 2010).

19 Sylvain Venayre est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Grenobles-Alpes. Il a notamment publié La Gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne. 1850-1940 (Paris, Aubier, 2002), Panorama du voyage. 1780-1920. Mots, figures, pratiques (Paris, Les Belles Lettres, 2012), Les Origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation (Paris, Le Seuil, 2013) et Écrire le voyage. De Montaigne à Le Clézio (Paris, Citadelles & Mazenod, 2014).

20 Laurent-Henri Vignaud, PRAG en histoire moderne à l’université de Bourgogne/UMR 7366, spécialiste de l’histoire des sciences.

21 Laurent Vissière, ancien membre de l’École normale supérieure et de l’École nationale des Chartes, est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Paris-Sorbonne. Il a consacré sa thèse à Louis de La Trémoille (« Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525), Paris, Champion, 2008, Premier Prix Gobert 2010). Il travaille actuellement sur la vie quotidienne des populations civiles en période de siège, et a déjà publié deux ouvrages liés aux questions obsidionales : 1513. L’année terrible. Le siège de Dijon (en collaboration avec Alain Marchandisse et Jonathan Dumont), Dijon, Éditions Faton, 2013 ; « Tous les deables de l’Enfer ». Relations du siège de Rhodes par les Ottomans en 1480 (en collaboration avec Jean-Bernard de Vaivre), Genève, Éditions Droz, 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540