Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu et la folie

 | 
Laurent Vissière
, 
Marion Trévisi

Quatrième partie. Raison et déraison de la guerre

Freud face à la guerre de 1914-1918 : prendre congé de l’occulte et construire une rationalité novatrice

Nicole Edelman

Texte intégral

  • 1 Voir Certeau M. de., Histoire et psychanalyse, entre science et fiction, Paris, Folio Gallimard, 1 (...)
  • 2 Voir Carroy J., Hypnose, suggestion et psychologie, l’invention de sujets, Paris, PUF, 1991 et Ede (...)

1Lorsque la Grande Guerre se déclenche, Freud a 59 ans, la psychanalyse est déjà bien élaborée et c’est en psychanalyste qu’il analyse les origines profondes de ce conflit, la barbarie des hommes qui s’y déploie, ainsi que ses propres réactions et souffrances. Dans ce regard sur la guerre, il met en œuvre la radicalité de ses découvertes, révélant un être humain complexe bien souvent entravé par un passé refoulé dans son inconscient, et propose une lecture novatrice de l’homme, mettant à mal la conception philosophique issue des Lumières d’un individu rationnel maîtrisant la progression de sa vie1. Il n’en adopte pas pour autant les conceptions des sciences psychiques, même s’il est très intéressé par ce type de recherches menées intensément à la fin du XIXe et au début du XXe siècle autour de certains phénomènes générés par l’hypnose et la médiumnité, réels, simulés ou supposés (double personnalité, communication avec des entités spirituelles, télépathie, télékinésie, clairvoyance)2. En effet, bien des savants, médecins, psychiatres, psychologues et neurologues mais aussi physiciens, chimistes ou philosophes questionnent ces manifestations souvent qualifiées « d’occultes ».

2La démarche de Freud est originale, car à la fois d’une logique rigoureuse et dissonante quant à l’usage de ses bases et de ses références, qui ne sont plus strictement expérimentales comme il est de tradition en médecine et dans le domaine scientifique. En effet, il fonde bien souvent son argumentation sur la fiction (de la littérature, de la mythologie ou du folklore), ou sur les nouvelles sciences humaines telles que l’archéologie, la sociologie ou l’anthropologie, tout en s’appuyant sur les découvertes récentes de notre psyché (les siennes et celles de certains des premiers médecins psychologues). Or, la violence de la Grande Guerre, ses millions de morts obligent tous ces savants penseurs à interroger plus avant les ressorts de la psyché de l’être humain, et Freud avec eux. Il cherche à son tour à comprendre les racines de cette barbarie. Cette longue réflexion le conduit alors à prendre ses distances avec les dimensions occultes des sciences psychiques.

Les questionnements autour de l’hypnose

  • 3 Cette mise à l’écart de recherches scientifiques officielles favorisa des interprétations spiritua (...)
  • 4 Braid J., Neurypnology or the rationale of nervous sleep, considered in relation with animal magne (...)
  • 5 Bulletin de l’Académie des Sciences, décembre 1859, vol. 49, p. 902.

3Pour penser différemment ce psychique, Freud affronte la question de l’hypnose qu’il connaît bien. Rappelons que, dès la découverte en 1784 du somnambulisme magnétique, que l’on ne nommait pas encore hypnose, des médecins avaient observé, pour le comprendre, cet état énigmatique puisqu’il mettait au jour un clivage de conscience. Ce phénomène difficile à expliquer laissa d’abord dubitatives les instances académiques européennes, dont les françaises qui en nièrent même l’existence en 18373. Il ne disparut pas pour autant ! En 1843, le chirurgien écossais James Braid le définit comme « sommeil nerveux », dans son ouvrage Neurhypnology4, après avoir mis de façon mécanique certains de ses patients dans cet état par simple fixation du regard sur un objet brillant. Il le renomma « hypnose » pour bien marquer son ancrage physiologique et le détacher des pratiques des magnétiseurs, des charlatans, mais aussi de celles de médecins qui l’attribuaient en partie à des causes psychiques. Les observations médicales se poursuivirent donc, et en 1858, le médecin français Eugène Azam (1822-1899) soigna à Bordeaux une jeune fille, qu’il nomme Félida, présentant un état marqué de somnambulisme. C’est d’ailleurs lui, qui, à la fin de l’année 1859, fit connaître l’ouvrage de James Braid, dont Broca fit un compte rendu pour l’Académie des Sciences5. Le terme d’hypnotisme se répandit alors sur le continent, doublant celui de somnambulisme magnétique. En France, l’hypnose réintégra officiellement le terrain médical hospitalier en tant que pathologie hystérique, après la présentation du neurologue Jean-Martin Charcot en 1882 à l’Académie des Sciences française, pour qui l’hypnose était une « hystérie expérimentale ». C’est ce que Freud découvrit à Paris, en 1885.

  • 6 Voir Mayer A., The Sites of the Unconscious, Hypnosis and the Emergence of the psychoanalytic Sett (...)

4En effet, après un parcours de formation original, passant par la zoologie, la physiologie puis la neurophysiologie, il obtint une bourse qui lui permit de passer quatre mois à Paris auprès du célèbre neurologue. Il étudia auprès de lui, l’hystérie, l’hypnose et ses effets, puis il compléta ces approches par un séjour à Nancy en 1889 auprès du médecin hospitalier Hippolyte Bernheim, dont les thèses sur l’hypnose et l’hystérie étaient opposées à celles de Charcot. Il se confronta aussi aux travaux et expériences de ses collègues allemands neurologues ou psychiatres, tels Breuer, Oscar Vogt, Auguste Forel, Eugen Bleuler ou encore Krafft-Ebing qui, pour certains, expérimentaient l’hypnose sur eux-mêmes, pour mesurer les effets de la suggestion et montrer ainsi la quasi-impossibilité de la simulation6.

  • 7 La thèse de Jung sur le cas d’une jeune médium portait sur sa cousine Hélène Preiswerk. Sa mère Em (...)
  • 8 Voir Plas R., Naissance d’une science humaine : la psychologie. Les psychologues et le « merveille (...)

5Freud a aussi lu les conclusions du médecin psycho-physiologiste suisse, Théodore Flournoy, sur le cas de la médium Hélène Smith (Elise Muller) dans son ouvrage Des Indes à la planète Mars, étude sur un cas de somnambulisme avec glossolalie, publié en 1900, tout en connaissant les liens de Jung avec cette même médiumnité spirite7. Le spiritisme est en effet très à la mode jusqu’à la fin de la Grande Guerre partout en Europe et en Amérique du Nord. On sait que, associant les « tables tournantes » (phénomène lancé en 1848 aux États-Unis) et l’évolution de la psychologie et de la psychiatrie, Allan Kardec avait créé, en 1857, en France cette religion du spiritisme qu’il disait « scientifique ». Freud suivait aussi les recherches de la Society for Psychical Research de Londres, pour laquelle il avait rédigé une « Note sur l’inconscient en psychanalyse » en 1912, publiée ensuite dans les Proceedings de la société. Le titre même de cette note montre qu’il refusait la possibilité de l’existence d’entités spirituelles qui prendraient possession du corps de certains êtres humains, médiums ou non. Or, telle était la croyance de nombreux savants et philosophes qui faisaient partie de ce domaine des sciences psychiques, sans être pour autant spirites8. Freud connaissait donc toutes ces interprétations, puisqu’il se situait par ses études et sa formation aux croisements des travaux anglo-saxons, germaniques et français. Les questions posées à propos de ces phénomènes étaient nombreuses : faut-il redéfinir les frontières du psychisme ? Les élargir vers un spiritualisme agnostique à la manière des tenants des sciences psychiques ou au contraire, les maintenir dans un cadre strictement physiologico-neurologique ? C’est à l’aune de la psychanalyse, puis dans l’urgence de la confrontation à la barbarie de la guerre que Freud a répondu à ces questions.

Confrontation de la psychanalyse et de l’occulte (1900-1921)

  • 9 Voir Des savants face à l’occulte, 1870-1940, B. Bensaude-Vincent et C. Blondel (dir.), Paris, La (...)

6Les « sciences psychiques » questionnaient des phénomènes psychiques incertains, réels, imaginés ou simulés : dédoublement de personnalités, double conscience, télépathie, clairvoyance, etc. Face à cela, certains savants ont alors basculé dans la croyance, d’autres dans la science, avec ses exigences d’expérimentation et de vérification. L’occulte, d’usage fréquent à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, peut ainsi être défini comme une forme de pensée mouvante, puisque ses frontières ont changé au fil du temps et qu’il a participé in fine à l’élaboration du discours scientifique, lui-même évolutif9. Interroger des phénomènes aux causes cachées, incertaines ou « occultes » n’était donc à cette époque nullement une posture a-scientifique, bien au contraire, cela a permis l’accroissement du territoire de la science.

  • 10 Freud S., Psychopathologie de la vie quotidienne, chap. 12, « Déterminisme. Croyance au hasard et (...)

7Questionné dans sa pratique de thérapeute par la parole de ses patients, Freud a abordé en 1901 la question de la croyance au hasard et de la superstition dans Psychopathologie de la vie quotidienne. Il y dénude les ressorts psychiques de la superstition en affirmant qu’un superstitieux voit « dans le hasard un moyen par lequel s’expriment certaines choses extérieures qui lui sont cachées10 », alors que, s’il existe effectivement un hasard extérieur, ce qui est caché ne peut qu’être un hasard intérieur, qui se situe donc dans l’inconscient. Freud ne refuse pas pour autant la possibilité de l’existence d’une base réelle à la superstition, pas plus qu’à des phénomènes connus sous les noms d’avertissement, de rêve prophétique, d’expérience télépathique, de manifestation de forces suprasensibles, etc. Il pense qu’il faut en poursuivre l’étude, prouver la réalité d’autres phénomènes encore, ceux, par exemple, qui sont à la base du spiritisme. Alors seulement, si on réussit à mettre au jour cette réalité, on fera subir aux « lois » scientifiques les modifications imposées par ces nouvelles expériences, sans pour autant, pense-t-il, bouleverser de fond en comble l’ordre des choses et les liens qui les rattachent les unes aux autres.

  • 11 Correspondance, S. Freud, Sandor Ferenczi (1914-1919), t. 2, Paris, Calmann-Levy, 1996, p. 81.

8Pendant la guerre, voyance et prédictions revenaient fréquemment dans la correspondance de Freud avec Sandor Ferenczi qui était féru de ces phénomènes. Freud lui rappelle dans une de ses lettres : « Je sais que vous n’êtes pas sans nourrir une inclination secrète pour les choses occultes11. » Remarque à laquelle Ferenczi rétorque :

  • 12 Ibid., p. 83.

« Mon inclination pour les choses “occultes” n’est pas “secrète” mais tout à fait patente – d’ailleurs elle n’est pas tout à fait une inclination pour l’occulte, mais un besoin de “désoccultation”, fondé en dernière instance, sur certaines tendances magico-religieuses, dont je me défends en voulant apporter la lumière sur ces choses. Je suis convaincu de l’existence réelle de l’induction de pensées. Ainsi je crois que même la preuve que les prophéties sont possibles, ne pourrait ni ne devrait forcer personne à abandonner la base scientifique. À vrai dire je ne connais pas de cas confirmé de divination12. »

  • 13 Ibid., p. 39-40.

9Il ajoute plus loin : « Mon “occultisme” est très nettement séparé du reste du savoir et ne le perturbe en aucune manière ; il est libre de tout mysticisme13. » Dans ses réponses, Freud, toujours ironique, se pose en scientifique, utilisant les méthodes de la psychanalyse, même si, au début de la guerre, il lui dit, – le 23 août 1914 –, qu’il ne peut plus « penser à la science », mais ce doute cesse ensuite rapidement :

  • 14 Ibid., p. 18.

« Le processus intérieur a été le suivant : la montée d’enthousiasme, en Autriche m’a d’abord emporté moi aussi. En échange de la prospérité et de la clientèle internationale, disparues à présent pour longtemps, j’espérais qu’une patrie viable me serait donnée, d’où la tempête de la guerre aurait balayé les pires miasmes et où les enfants pourraient vivre en confiance. J’ai mobilisé comme beaucoup d’autres, de la libido pour l’Autriche-Hongrie […] Peu à peu, un malaise s’est installé lorsque la sévérité de la censure et le gonflement des plus petits succès m’ont fait penser à l’histoire du “Dätsch” : revenant dans sa famille orthodoxe habillé en homme moderne, il se laisse admirer par tous ses parents jusqu’au moment où le vieux grand-père donne l’ordre de le déshabiller. On découvre alors sous toutes les couches de vêtements modernes que les pans de son caleçon sont attachés avec un petit bout de bois parce que les cordons ont été arrachés ; sur quoi le grand-père décide qu’il n’est malgré tout pas un “Dätsch”. […] Je vois ma libido tourner en rage dont on ne peut rien faire. J’ai maintenant l’espoir que tout notre intérêt, après s’en être écarté, reviendra quand même à notre science et votre visite agira dans ce sens14. »

10Après la guerre, il s’intéressait encore à ces thèmes occultes, puisqu’il écrivit en juillet 1921, dans une lettre à Hereward Carrington, alors directeur de l’American Psychical Institute :

  • 15 Voir la postface de Mireille Cifali, dans Flournoy T., Des Indes à la planète Mars. Étude sur un c (...)

« Je ne suis pas de ceux qui refusent dès l’abord l’étude des phénomènes psychiques dits occultes parce qu’elle est anti-scientifique, indigne d’un savant, voire dangereuse. Si je me trouvais au début de ma carrière scientifique au lieu d’être à sa fin, je ne me choisirais peut-être pas d’autre domaine de recherche en dépit de toutes les difficultés qu’il présente15. »

  • 16 Si le texte ne paraît qu’après la mort de Freud (voir note 18 ci-dessous), Mireille Cifali fait le (...)

11Et cette même année, il rédiga Psychanalyse et télépathie16 où il soulignait la nécessité de poursuivre cette exploration :

  • 17 Granoff W., Rey J.-M., L’occulte, objet de la pensée freudienne. Traduction et lecture de « Psycha (...)

« Il ne me semble plus possible de repousser l’étude de ce que l’on appelle les phénomènes occultes, ces choses qui prétendument cautionnent l’existence même des forces psychiques autres que celles que nous connaissons chez l’homme et chez l’animal, ou qui dévoilent chez l’un et l’autre des facultés auxquelles jusque-là on ne voulait pas croire17. »

  • 18 Granoffet Rey précisent dans L’occulte, objet de la pensée freudienne… (p. 28) que ce texte n’est (...)

12Il pensait alors que la télépathie était possible ce qui expliquerait la médiumnité et des phénomènes occultes. Pourtant, ce texte ne fut pas publié avant 1941 par crainte – sans doute et à juste titre – que la psychanalyse ne soit confondue avec ces sciences psychiques dont les dérives vers le spiritualisme étaient alors patentes18.

Psychanalyse, occulte et Grande Guerre

  • 19 Ses fils : (Jean) Martin (1889-1967) avocat, Oliver (1891-1969) qui devint ingénieur civil, Ernst (...)
  • 20 Correspondance, S. Freud, Sandor Ferenczi (1914-1919), op. cit., p. 81.

13Ainsi, la guerre aurait peut-être joué un rôle dans cette mise à l’écart de l’occulte. En effet, pendant cette période, Freud a analysé la manière dont lui-même subissait et ressentait cette guerre qui le faisait souffrir en tant que médecin, – par manque de clientèle –, et surtout en tant que père, puisque ses fils et son gendre étaient soldats19. En juillet 1915, troublé par un rêve de mort à propos de son fils Martin engagé dans l’armée autrichienne, il apprit ensuite qu’il avait été éraflé par une balle. Il écrivit alors à Ferenczi, repoussant l’occultisme comme explication : « Par avance, nous renonçons à la coïncidence relative au moment de la journée. Je reconnais qu’on est probablement beaucoup plus sensible la nuit20. » De même, le 29 juin 1918, il analysait dans sa lettre l’aspect irrationnel de l’angoisse éprouvée à propos de ce même fils :

  • 21 Ibid., p. 341.

« Pendant 8 jours nous n’avons eu aucune nouvelle de Martin. Comme nous savions qu’il participait à l’offensive, nous nous faisions du mauvais sang, et j’ai ressenti de l’angoisse à son sujet, de façon plus torturante que de coutume, en fait pour la première fois peut-être de façon vraiment torturante. L’analyse m’a montré ensuite la contribution névrotique soupçonnée. Il y avait, malgré tout, là-dedans de l’envie à l’égard des fils, dont je n’ai rien perçu par ailleurs, et c’était l’envie de leur jeunesse21. »

14Par ailleurs, Freud n’a cessé d’écrire et de publier pendant ces années de guerre. Juste avant qu’elle ne soit déclarée, Freud avait achevé Totem et tabou (1912-1913) et Le Moïse de Michel Ange. Dans À partir de l’histoire d’une névrose infantile, écrit d’octobre à début novembre 1914 et publié en 1918 sous le nom plus connu de « l’homme aux loups », la guerre est omniprésente. Il y compare la résistance de l’analysant lors d’une cure au processus

  • 22 Freud S., « À partir de l’histoire d’une névrose infantile », p. 10, version électronique.

« selon lequel une armée ennemie met des semaines et des mois pour parcourir une partie de territoire qui en temps de paix se traverse normalement en quelques heures d’express et que notre propre armée avait laissé derrière elle en quelques jours22 ».

15Et en conclusion, il fait référence « au vaste savoir instinctuel des animaux » soulignant :

  • 23 Ibid., p. 118.

« S’il existait aussi chez l’homme un tel fonds instinctuel, il n’y aurait pas à s’étonner qu’il concernât tout particulièrement les processus de la vie sexuelle, bien qu’il ne puisse nullement être limité à eux. Cet instinctuel serait le noyau de l’inconscient, une activité d’esprit primitive qui ultérieurement est détrônée et recouverte par la raison humaine qu’il s’agit d’acquérir, mais qui si souvent, peut-être chez tous, conserve la force de faire descendre jusqu’à elle des processus animiques supérieurs. Le refoulement serait le retour à ce stade instinctuel23. »

16Début mars1915, il écrivit douze articles métapsychologiques, dont cinq furent publiés sous les intitulés : « les pulsions et leur destin, le refoulement, l’inconscient, un supplément métapsychologique à la théorie des rêves et deuil et mélancolie ». Enfin, en mars-avril 1915, il publia : Actuelles sur la guerre et sur la mort (ou Considérations sur la guerre et sur la mort).

  • 24 Lettre à Frederick von Eeden, 1914, texte publié dans la tribune internationale du journal De Amste (...)

17Il cherchait ainsi à comprendre les racines de la violence et de la barbarie des hommes en s’appuyant sur ses découvertes de psychanalyste En décembre 1914, il confiait à Frederick von Eeden, dans une lettre destinée à être publiée : « La psychanalyse a conclu des rêves et des actions manquées de l’homme sain, comme des symptômes du nerveux, que les impulsions primitives, sauvages et mauvaises de l’humanité n’ont disparu chez aucun individu, mais qu’elles continuent au contraire à exister, quoique refoulées, dans l’inconscient, comme nous le disons dans notre langage technique, et attendent les occasions d’entrer de nouveau en activité24. »

  • 25 Actuelles sur la guerre et sur la mort, mars-avril 1915, publié dans Imago pour le premier essai. P (...)
  • 26 « Sur la guerre et la mort », in Freud S., Œuvres complètes, Paris, PUF, 1914-1915, t. 13, p. 156- (...)

18Freud a ainsi constaté qu’en Europe occidentale, les hommes civilisés et leurs gouvernants pensaient qu’il y aurait, certes, « des guerres entre peuples primitifs et peuples civilisés, entre des races séparées par des différences de couleur, voire entre certains petits peuples de l’Europe peu avancés ou en voie de régression », mais pas entre « les grandes nations dominatrices de race blanche », qui devaient guider le genre humain ou éventuellement, s’il y avait – au pire – un conflit, ce serait selon des règles chevaleresques25. Or, la violence et la mort étaient partout en Europe, et dans la seconde partie d’Actuelles sur la guerre et sur la mort, il réfléchit alors à la mort dans nos sociétés occidentales judéo-chrétiennes où le commandement Tu ne tueras point était un impératif. Il pensait que, d’une part, en temps normal, dans notre inconscient, chacun est convaincu de son immortalité, tandis que dans notre conscient, notre propre mort ne nous est pas représentable puisque nous ne pouvons pas la vivre pleinement. Or, la mort en masse de ce temps de guerre forçait à croire à la mort et nous ramenait à un homme primitif qui « nous désigne les étrangers comme des ennemis dont on doit provoquer ou souhaiter la mort26 ».

19En 1912-1913, dans Totem et tabou, Freud avait fait l’hypothèse du meurtre originel d’un père primitif, fondateur de l’humanité et face à la violence guerrière, il postulait alors que les hommes gardaient en eux une trace psychique de cette histoire la plus ancienne, aussi bien l’ensemble d’entre eux que chaque individu ; cela conduisant à la fois à l’héroïsme pour le combattant, mais aussi à une forte angoisse quant au maintien en vie des personnes aimées. Et dans Actuelles sur la vie et sur la mort, il écrivait :

  • 27 Ibid., p. 137 et p 141.

« Les hommes qui naissent de nos jours apportent avec eux au monde une certaine disposition à transformer les penchants égoïstes en penchants sociaux, disposition faisant partie de l’organisation qu’ils ont héritée et qui opère cette transformation en réponse à des impulsions souvent très légères. Mais d’autres penchants subissent la transformation, non plus en vertu d’une disposition héréditaire, mais sous la pression de facteurs extérieurs27. »

20Si la cruauté revient en temps de guerre, c’est parce qu’elle n’a jamais vraiment disparu ; la civilisation n’éradique pas ces fondamentaux psychiques, elle les contient et les masque seulement. Pour faire face, il faudrait donc traiter, soigner chaque homme, chaque combattant, puisque les hommes portent en eux, de par leur nature physiologique et psychique des penchants tendant à la satisfaction de certains besoins originels, que les exigences de la collectivité humaine jugent, hiérarchisent et parviennent peu à peu à transformer par l’éducation d’abord, et par les satisfactions que comporte une vie sociale harmonieuse ensuite. Mais, selon Freud, cette évolution n’est pas irréversible. L’état d’homme civilisé est donc bien fragile, comme le montrent d’ailleurs les maladies dites psychiques, dont l’essence consiste pour Freud dans un retour à des états antérieurs de la vie affective et fonctionnelle, et comme le montrent aussi nos rêves d’homme sain. Or, dans ces états où l’affectif domine, les arguments logiques ne peuvent rien. Aussi, lors du Ve congrès international de psychanalyse les 28 et 29 septembre 1918 à Budapest, la communication de Freud intitulée Les voies de la thérapie psychanalytique (publiée en 1919), se conclut en évoquant un avenir d’abord sombre :

« Vous savez que notre efficacité thérapeutique n’est pas très intense. Nous ne sommes qu’une poignée de gens […]. Face à l’immensité de la misère névrotique existant dans le monde, et dont on se passerait bien, ce que nous pouvons en éliminer n’entre guère en ligne de compte quantitativement. »

21Il ajoute, qu’en plus, la psychanalyse ne touche que « les couches supérieures aisées de la société » mais, de manière plus optimiste, il pense qu’un jour ou l’autre,

« la conscience morale de la société s’éveillera et elle lui rappellera que le pauvre a tout aussi bien droit à l’aide animique qu’à celle que de nos jours il a déjà […] et que les névroses ne menacent pas moins la santé du peuple que la tuberculose […]. Alors seront édifiés des établissements ou des instituts de consultation auxquels seraient affectés des médecins formés à la psychanalyse afin de rendre par l’analyse, capables de résistance et d’activité les hommes qui sans cela s’adonneraient à la boisson, les femmes qui menacent de s’effondrer sous le poids des renonciations, les enfants qui n’ont de choix qu’entre la sauvagerie et la névrose. Ces traitements seront non payants ».

  • 28 Communication intitulée « Les chemins de la thérapie psychanalytique », in Œuvres complètes, t. 15 (...)
  • 29 Ibid., p. 108.

22Ils seront gratuits grâce, sans doute, d’abord à la bienfaisance privée, puis à l’État : ce sera donc peut être long, « mais un jour ou l’autre, il faudra bien en arriver là28 ». Freud va jusqu’à accepter d’adapter la technique psychanalytique à ces nouvelles conditions, le pauvre étant plus attaché à sa névrose et à sa maladie, puisqu’il peut prétendre à recevoir des aides sociales (dans le système germanique) ; les psychanalystes seront « vraisemblablement obligés dans l’application de la thérapie à la masse, d’allier abondamment l’or pur de l’analyse au cuivre de la suggestion directe, et même l’influencement hypnotique pourrait retrouver là une place, aussi bien que dans le traitement des névrosés de guerre29 ». Vaste tâche mais tâche concrète fondée sur une thérapeutique définie et conduite selon le protocole psychanalytique, immergée dans la recherche d’un refoulé intime, caché certes, mais situé en nous-même, dans cet inconscient qui existe en chacun, et non dans un ailleurs incertain peuplé d’entités spirituelles ou parcouru d’énergies non identifiées.

23Grâce à la psychanalyse qu’il continuait d’élaborer, à ses postulats et à sa pratique thérapeutique, Freud a donc pu analyser la violence des combats et la mort à grande échelle qui se sont déployées pendant ces années de guerre, sans se référer aux hypothèses spiritualistes de la plupart des tenants des sciences psychiques. La barbarie de ces moments a conforté sa conviction d’un possible retour des combattants à un homme primitif cruel, auquel l’éducation et la civilisation n’ont donné qu’un vernis, qui craque dans ces moments où il redevient l’homme de la horde. Aucun moyen occulte ressortissant de l’hypnose ou de la télépathie ne peut alors être utile, encore moins un recours à une transcendance, fût-elle celle d’une nouvelle religion spirite ou théosophique ; seule une psychanalyse est pour lui envisageable, mais à l’échelle de peuples entiers… Conceptions et interprétations difficiles à entendre, voire inaudibles pour beaucoup, qui malmenaient les conceptions traditionnelles de l’homme moderne, viril, raisonnable, conscient de sa force et maître de lui-même, et qui plus est, mettaient en cause radicalement toutes les croyances religieuses. Le feu et la folie de la Grande Guerre ont donc peut-être permis à Freud d’infléchir ses conceptions sur l’occulte en l’en éloignant définitivement. Le 31 décembre 1914, Freud n’écrivait-il pas ironiquement à Ferenczi :

  • 30 Correspondance…, op. cit., p. 47.

« Espérons que, même sans l’aide de telles forces occultes (qui malheureusement ne se manifestent nulle part), l’épuisement matériel et mental de toutes les parties conduira bientôt à l’entente30. »

Notes

1 Voir Certeau M. de., Histoire et psychanalyse, entre science et fiction, Paris, Folio Gallimard, 1987 : « L’œuvre de Freud inverse le geste de la conscience éclairée. à Emmanuel Kant qui déclarait les droits et les devoirs de cette conscience, qui posait aussi une “pleine liberté” et responsabilité, une autonomie du savoir, la possibilité d’une marche qui permette à l’homme de sortir de sa minorité, l’analyse freudienne répond en renvoyant l’adulte à sa “minorité” enfantine, (l’enfant, les souvenirs d’enfance sont essentiels aux analyses historiques de Freud), le savoir aux mécanismes pulsionnels qui le déterminent, la liberté à la loi de l’inconscient et le progrès à des événements originaires », p. 116.

2 Voir Carroy J., Hypnose, suggestion et psychologie, l’invention de sujets, Paris, PUF, 1991 et Edelman N., Les métamorphoses de l’hystérique, Paris, La Découverte, 2003.

3 Cette mise à l’écart de recherches scientifiques officielles favorisa des interprétations spiritualistes, à la fois celles du spiritisme et celles de la théosophie. En 1875, Helena Blavatsky et Henry Steel Olcott avaient fondé la société théosophique, qui se voulait une vaste synthèse des religions des monothéismes, du bouddhisme et des sciences.

4 Braid J., Neurypnology or the rationale of nervous sleep, considered in relation with animal magnetism. Illustrated by numerous cases of its successful application in the relief and cure of disease, Londres/Édimbourg, 1843. Le livre n’est traduit qu’en 1883 sous le titre : Neurhypnologie. Traité du sommeil nerveux ou hypnotisme, Paris, Delahaye et Lecrosnier, 1883.

5 Bulletin de l’Académie des Sciences, décembre 1859, vol. 49, p. 902.

6 Voir Mayer A., The Sites of the Unconscious, Hypnosis and the Emergence of the psychoanalytic Setting, Chicago/Londres, The University of Chicago Press, 2014.

7 La thèse de Jung sur le cas d’une jeune médium portait sur sa cousine Hélène Preiswerk. Sa mère Emilie Preiswerk s’adonnait au spiritisme et faisait régulièrement tourner les tables avec son père, pasteur, ses frères et ses nièces…

8 Voir Plas R., Naissance d’une science humaine : la psychologie. Les psychologues et le « merveilleux psychique », Rennes, PUR, 2000 et Edelman N., Voyantes, guérisseuses, visionnaires en France, 1785-1914, Paris, Albin Michel, 1995 et Histoire de la voyance et du paranormal, Paris, Seuil, 2006.

9 Voir Des savants face à l’occulte, 1870-1940, B. Bensaude-Vincent et C. Blondel (dir.), Paris, La Découverte, 2002, chapitre : « Définition occultes » par Pierre Lagrange et Patrizia d’Andrea.

10 Freud S., Psychopathologie de la vie quotidienne, chap. 12, « Déterminisme. Croyance au hasard et superstition. Points de vue », traduit par S. Jankelevitch, Paris, Payot, 1967, 1re éd. 1901, p. 295.

11 Correspondance, S. Freud, Sandor Ferenczi (1914-1919), t. 2, Paris, Calmann-Levy, 1996, p. 81.

12 Ibid., p. 83.

13 Ibid., p. 39-40.

14 Ibid., p. 18.

15 Voir la postface de Mireille Cifali, dans Flournoy T., Des Indes à la planète Mars. Étude sur un cas de somnambulisme avec glossolalie, Paris, Seuil, 1983, p. 381. Freud compléta enfin ces conceptions en 1932, dans la deuxième conférence des Nouvelles conférences sur la psychanalyse, intitulée « Rêve et occultisme », estimant qu’il existe en ces phénomènes un noyau dur de réalité, dont la télépathie.

16 Si le texte ne paraît qu’après la mort de Freud (voir note 18 ci-dessous), Mireille Cifali fait le lien entre ce retour de Freud à l’occulte et la mort de Flournoy en novembre 1920.

17 Granoff W., Rey J.-M., L’occulte, objet de la pensée freudienne. Traduction et lecture de « Psychanalyse et télépathie de Sigmund Freud », Paris, PUF, 1983, publié ensuite sous le titre La transmission de pensée, Paris, Aubier-Montaigne, 2005, dans cette édition, p. 33.

18 Granoffet Rey précisent dans L’occulte, objet de la pensée freudienne… (p. 28) que ce texte n’est publié qu’en 1941 dans les Gesammelte Werke. Pourtant, il y a plusieurs autres textes qui reprennent le matériel de ce manuscrit, notamment un ajout à la Traumdeutung publié en 1925 sur « Die okkulte Bedeutung des Traumes » (Gesammelte Schriften, vol. III, p. 180 sq.). Contrairement à ce que disent Granoffet Rey, ce texte a bel et bien été traduit en 1943 par Strachey, il est inclus dans les « Collected Papers » de Freud en 1950 et puis se trouve aussi dans les Gesammelte Werke (en 1952, curieusement dans le vol. I en appendice) et aussi dans la Standard Édition de Strachey (vol. XIX, p. 135-138). Toutes ces précisions sont dues à Andreas Mayer que je remercie.

19 Ses fils : (Jean) Martin (1889-1967) avocat, Oliver (1891-1969) qui devint ingénieur civil, Ernst (1892-1970) qui devint architecte et son gendre Max Halbertstadt, mari de Sophie.

20 Correspondance, S. Freud, Sandor Ferenczi (1914-1919), op. cit., p. 81.

21 Ibid., p. 341.

22 Freud S., « À partir de l’histoire d’une névrose infantile », p. 10, version électronique.

23 Ibid., p. 118.

24 Lettre à Frederick von Eeden, 1914, texte publié dans la tribune internationale du journal De Amsterdammer. Frederick von Eeden (1860-1932) a créé à Amsterdam dès 1887 une clinique de « psychothérapie suggestive » qu’il avait appelée Institut Liébeault.

25 Actuelles sur la guerre et sur la mort, mars-avril 1915, publié dans Imago pour le premier essai. Pour la seconde conférence donnée par Freud, le 16 février 1915, à la loge viennoise d’une association juive dont il était membre (Nous et la mort) ou Considération actuelle sur… Zeitgemässes über Krieg und Tod, publiée dans le t. 13, des Œuvres complètes, p. 130-131.

26 « Sur la guerre et la mort », in Freud S., Œuvres complètes, Paris, PUF, 1914-1915, t. 13, p. 156-157.

27 Ibid., p. 137 et p 141.

28 Communication intitulée « Les chemins de la thérapie psychanalytique », in Œuvres complètes, t. 15 (1916-1920), p. 107-108.

29 Ibid., p. 108.

30 Correspondance…, op. cit., p. 47.

Auteur

Maître de conférences honoraire en histoire contemporaine (Paris Ouest Nanterre, HAR). Ses travaux ont porté sur des domaines mis aux marges par les pouvoirs politiques, scientifiques ou religieux, sur des savoirs occultés, oubliés des historiens, comme le somnambulisme magnétique, l’hypnose, les transes et autres états modifiés de conscience. Son travail se recentre depuis quelques années sur l’histoire de la psychiatrie, la psychologie et la psychanalyse. Elle a notamment publié : Voyantes, guérisseuses visionnaires en France, (1784-1914), Albin Michel, 1995 et Histoire de la voyance et du paranormal, Seuil, 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540