Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu et la folie

 | 
Laurent Vissière
, 
Marion Trévisi

Quatrième partie. Raison et déraison de la guerre

Une folle raison ? Les Lumières militaires et la crise de la rationalité géométrique

Arnaud Guinier

Texte intégral

  • 1 Laissac, De l’esprit militaire, Londres, 1783.
  • 2 Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières, Art militaire, Paris, Panckoucke et Agasse, 1784 (...)
  • 3 Laissac, De l’esprit militaire, La Haye, 1785 et 1788 ; Id., De l’esprit militaire, Bruxelles et P (...)

11783. Depuis une quarantaine d’années, l’armée française a été transformée en un vaste chantier et les écrits sur la question militaire n’ont cessé de se multiplier. C’est ainsi qu’au milieu d’un flot de propositions diverses, paraît cette année un ouvrage intitulé De l’esprit militaire, bientôt attribué au sieur de Laissac, capitaine au régiment de Limousin1. À la différence des principaux ténors des Lumières militaires, tel Guibert, Mayzeroi, Mesnil-Durand ou encore Servan, ledit Laissac est aujourd’hui peu connu du grand public comme des historiens. Lors de sa parution, son ouvrage a pourtant suscité un accueil favorable et un indéniable intérêt, au point d’être partiellement repris dans les volumes de l’Encyclopédie méthodique consacrés à l’art militaire, en particulier dans le tome IV2. Publié anonymement sur des presses étrangères – à Londres puis à La Haye –, le livre constitue de fait une véritable charge contre la politique menée par le département de la Guerre depuis la guerre de Succession d’Autriche, et plus particulièrement depuis la guerre de Sept ans. Il connaît par conséquent un certain succès auprès d’une opinion militaire naissante, largement critique à l’égard des réformes ministérielles, ce qui lui vaut d’être réédité trois fois, en 1785, 1788 et 17893. Or, sous la plume de l’auteur s’affirme notamment l’idée d’une armée devenue folle. Au détour d’un chapitre consacré à l’instruction des troupes, et plus précisément au décalage existant entre les attentes des ordonnances et la réalité des besoins militaires, Laissac écrit en effet :

  • 4 Le mot « folie » est souligné par nos soin : Laissac, De l’esprit militaire, La Haye, 1785, p. 145

« Ces alignement au cordeau pour lesquels nos faiseurs se tourmentent si fort, ces manœuvres si bien dessinées sur une terrasse, mais si impraticables devant l’ennemi, cette immobilité longue et profonde qui fait tomber à la renverse le malheureux soldat suffoqué, toutes ces choses qui leur semblent si dignes d’admiration sont à mes yeux des vrais jeux d’enfant aux barbaries près qu’on emploie pour les obtenir. II faut de l’ordre sans doute, mais c’est une folie d’aspirer là dessus à une précision rigoureuse inutile dans la pratique et vicieuse même par deux raisons. Parce qu’on ne peut y parvenir qu’aux dépens de la célérité […]. Parce que cette précision géométrique étant impossible à la guerre, tout alors paroîtra dans le désordre à des yeux accoutumés à une régularité minutieuse, et de l’opinion du désordre naîtra un désordre réel4. »

  • 5 « Raison » dans Diderot D. et d’Alembert J. (dir.), Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des des (...)

2Tourné contre les faiseurs – terme désignant alors les partisans d’un dressage mécanique et méticuleux des corps des soldats –, cette réflexion critique associe à l’idée de folie celle de précision géométrique. Ce faisant, Laissac semble lier en un étrange oxymore deux notions a priori antithétiques : la folie, quintessence de la déraison, et la géométrie, science dont la rationalité apparaît la moins contestable de toutes. De fait, comme le rappelle l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, la géométrie appartient à la branche des vérités éternelles, celles dont les affirmations ne sauraient être remises en cause5. Dans le domaine militaire, cette remise en question s’impose néanmoins au XVIIIe siècle, comme en témoignent les propos de Laissac. De fait, ce siècle est marqué par une mathématisation sans précédent du combat. Celle-ci conduit à faire de la science géométrique le fondement de l’art militaire. Une telle évolution ne tarde cependant pas à susciter critiques et inquiétudes. En effet, si la géométrie appartient bien à la sphère de la raison, l’entière subordination de la tactique à cette dernière n’est-elle pas pour sa part fondamentalement déraisonnable ?

3C’est sur ce moment de crise de la raison militaire que le présent article se propose de revenir, en s’interrogeant à la fois sur l’affirmation d’une mathématisation de la guerre poussée à l’extrême et sur sa subite assimilation, à la fin de l’Ancien Régime, à une pure folie. Doit-on voir dans ce basculement de la géométrie de la sphère du rationnel à celle de l’irrationnel une simple rupture avec un idéal géométrique ? Ou convient-il plutôt d’y déceler le passage vers une rationalité militaire nouvelle où la géométrie, sans être exclusive, n’en occupe pas moins toujours une place ? Derrière cette question, c’est l’enjeu même des frontières tracées par les contemporains entre raison et folie guerrière qui se dessine.

L’apogée de la raison géométrique

  • 6 Sur la réduction en art : Dubourg-Glatigny P. et Vérin H. (dir.), Réduire en art. La technologie d (...)

4Si la raison est l’opposé de la folie, et si elle est d’abord, comme le veut son étymologie, une affaire de calcul, alors nul siècle ne fut militairement plus rationnel que le XVIIIe siècle, du moins en ce qui concerne l’Europe occidentale. Celui-ci voit l’apogée d’une lecture mathématique de la guerre dont les prémisses sont apparues dès la Renaissance. Bien que le Moyen Âge ne fût pas dépourvu de réflexions théoriques quant à l’art de la guerre, il faut effectivement attendre les XVe et XVIe siècles pour que s’amorce un véritable travail de réduction en art des pratiques militaires. Comme dans d’autres domaines, allant de l’artisanat aux arts de cour, cette entreprise se traduit alors par la volonté de rassembler les savoir-faire existants, de les ordonner et de les synthétiser afin d’en tirer un nombre restreint de principes devant servir à guider l’action militaire. L’ambition qui s’affirme ainsi est de substituer des règles et une méthode à la multiplicité des pratiques individuelles, ces règles et cette méthode devant, au demeurant, faire l’objet d’une transmission écrite, et non plus orale, afin d’assurer leur publicité6.

  • 7 Voir notamment parmi une bibliographie abondante: Guerlac H., « Vauban: The Impact of Science on W (...)
  • 8 Sur l’art arithmétique du sergent-major, voir notamment : Brioist P., Les mathématiques…, op. cit.

5Alimenté par l’humanisme militaire et par la redécouverte des Anciens, cet idéal de réduction en art des pratiques militaires s’accompagne d’un recours précoce aux mathématiques. L’utilisation de ces dernières s’impose en particulier pour les armes savantes, et plus spécifiquement dans le domaine des fortifications, où les ingénieurs les mobilisent afin de mettre au point la fortification bastionnée rendue nécessaire par les progrès de l’artillerie7. Les mathématiques ne se cantonnent pourtant pas à la seule question des forteresses. Elles s’étendent rapidement au champ de bataille où elles contribuent à la disposition des corps, au moment même où elles servent à déterminer les pratiques corporelles dans des domaines aussi variés que l’escrime ou l’équitation. Dès le XVIe siècle, le sergent-major se distingue à ce titre par sa maîtrise de l’art arithmétique, devenue indispensable au bon déploiement des hommes en bataille. Racine carré, fraction et règle de trois sont ainsi enseignées par les traités militaires du temps afin de permettre à chacun de disposer un nombre d’hommes fixé en une figure géométrique donnée, qu’elle soit carré, rectangle, triangle, hexagone, voire fleur ou moulin. Pour les moins habiles, des tables de calcul sont également proposées afin de trouver facilement le nombre de rangs nécessaire en fonction du nombre d’hommes et de la nature de leur arme. Contre une pratique empirique du combat, la rationalité mathématique s’affirme ainsi comme l’une des clés de la victoire8.

  • 9 Pour une synthèse sur la Révolution militaire et ses enjeux : Rogers C. J. (dir.), The Military Re (...)
  • 10 Lynn J., Giant of the Grand Siècle, The french Army, 1610-1715, Cambridge, Cambridge University Pr (...)

6Ce primat reconnu aux mathématiques pour l’ordonnancement tactique des troupes s’explique par une multiplicité de facteurs. Au-delà de la fascination esthétique suscitée par les évolutions ordonnées de plusieurs milliers d’hommes, les mutations connues par l’art de la guerre à l’époque moderne – mutations qu’on qualifie couramment de Révolution militaire – forment le plus important d’entre eux9. Le triomphe de la poudre, que ce soit pour l’artillerie ou les armes portatives, l’évolution des fortifications et donc des sièges, et le rôle accru de l’infanterie ont en particulier favorisé une considérable hausse numérique des armées. Les chiffres en sont connus10. Aux quelques milliers ou dizaines de milliers de combattants réunis en une même troupe au Moyen Âge, se substituent des forces pouvant atteindre la centaine de milliers d’hommes au XVIIe siècle. Pour l’organisation de telles masses, les mathématiques offrent un outil commode. Elles s’imposent comme une promesse de simplicité et d’efficacité face au risque du désordre et de la confusion.

  • 11 Oestreich G., Neostoicism and the Early Modern State, Cambridge, Cambridge University Press, 2008 (...)
  • 12 Parker G., « The Limits to Revolutions in Military Affairs: Maurice of Nassau, the Battle of Nieuw (...)

7Cette influence est renforcée, au demeurant, par l’adoption du mousquet. En effet, contrairement à ce que pourrait laisser penser une vision anachronique de l’arme à feu, les caractéristiques techniques de cette dernière ne favorisent guère l’initiative individuelle à l’époque moderne. Lente à recharger, elle laisse le tireur vulnérable pendant de précieuses secondes, voire de précieuses minutes. Ce critère technique, joint à des facteurs culturels – comme l’influence du néostoïcisme et de l’humanisme militaire11 –, ainsi qu’à des facteurs institutionnels – avec en particulier l’affirmation des armées permanentes –, contribue à terme à l’apparition de la contremarche. Au sein de cette dernière, le feu fait l’objet d’un soigneux agencement qui voit les soldats du front d’une formation tirer ensemble avant de se retirer sur l’arrière afin de laisser place à leurs camarades du second rang. L’arithmétique gagne ainsi l’intérieur des formations tactiques après en avoir délimité les contours12.

  • 13 Voir notamment: Kennett L., « Tactics and Culture: The Eighteenth-Century Experience », Internatio (...)

8Le XVIIIe siècle ne se contente pas d’hériter de ce premier effort de mathématisation des savoirs guerriers, il en amplifie la portée en s’efforçant de faire de la tactique une véritable branche de la géométrie élémentaire13. Après la disposition des hommes en bataille et l’organisation de leurs déplacements au sein de l’unité, c’est ainsi l’ensemble des évolutions, depuis celles des pelotons jusqu’à celles des lignes d’armée, qui est désormais pris en compte. S’impose la volonté de fonder chaque mouvement militaire sur des principes et des règles déterminées par la géométrie. De ce triomphe d’une approche essentiellement théorique du combat témoigne ainsi le baron de Mesnil-Durand lorsqu’il écrit, en 1755, dans son projet d’ordre français :

  • 14 Mesnil-Durand F. de, Projet d’un ordre français de tactique, Paris, A. Boudet, 1755, p. XV.

« C’eut été, il y a quelques années, un blasphème que de soutenir qu’il y a dans la science de la guerre des choses qui ne sont point du tout du ressort de la pratique. On regardoit la Théorie comme une chimère. Mais tout le monde doit être bien guéri de cette idée par nos Tacticiens modernes, surtout par le savant Maréchal de Puységur. Ce grand homme soutient qu’on peut apprendre la guerre de campagne comme celle des places, sans troupes, sans sortir de chez soi. Dans cet art, dit-il, il y a des parties que l’on peut démontrer, comme la force des ordres de bataille, parce que cette partie est pure Géométrie et qu’il ne faut pas avoir été à la guerre pour pouvoir en juger. À plus forte raison, il n’est pas nécessaire d’avoir vu le succès d’une ordonnance pour savoir si elle est bonne ou mauvaise. […] De toutes les parties de la guerre il n’y en a point effectivement qui soit plus théorique que celle dont il est question et qu’on appelle proprement Tactique14. »

  • 15 Ibid., p. XVI. Sur la volonté d’éliminer le hasard de la tactique, voir entre autres : Service His (...)

9Alimentée en particulier par les progrès de la culture mathématique des officiers, une telle conception ne se cantonne pas à une élite lettrée ou aux seules armes savantes, elle est présente dans une large partie de la hiérarchie militaire et touche notamment ses premiers grades. Elle contribue plus que jamais à assimiler la guerre à une partie d’échecs dont la contingence et le hasard doivent être absolument éradiqués, et ceci pour deux raisons fondamentales. La première, parce qu’ils ne peuvent garantir la victoire. La seconde, parce qu’ils sont à l’origine de pertes inutiles. Par opposition, le recours à la géométrie doit permettre de déterminer à l’avance l’issue du combat et la meilleure combinaison possible, ce que résume à nouveau Mesnil-Durand en écrivant « qu’il n’est pas nécessaire d’être un vieux militaire pour voir qu’Épaminondas devoit battre Cleombrotte ; Scipion, Annibal ; Gustave, Walstein ; la Colonne, le Bataillon15 ».

  • 16 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à : Guinier A., « Entre raison calculatrice et aspi (...)

10Héritière d’un idéal d’économie des forces, dont Vauban s’était déjà fait le chantre un siècle auparavant dans le domaine de la guerre de siège, la guerre géométrique défendue par les théoriciens militaires du milieu du XVIIIe siècle s’appuie au demeurant sur une autre branche alors en plein renouveau : la mécanique. Pour penser le mouvement, la vitesse et plus particulièrement le choc, la géométrie s’avère en effet insuffisante. Au-delà du tracé des rectangles et des carrés, les formules développées par Descartes et par Leibniz pour rendre compte du mouvement sont ainsi mobilisées afin d’établir la meilleure disposition des troupes et le résultat de leur confrontation. Au cœur de cette approche, comme de l’analyse géométrique de la bataille, la démarche reste cependant la même : assimiler la pratique du combat à une science exacte dont l’incertitude doit être exclue16.

  • 17 Selon Diesbach, qui l’évoque sous l’appellation de graphomètre, la première utilisation de cet ins (...)

11À l’origine d’un renouveau théorique, cette ambition n’est pas dénuée de conséquences pratiques. Elle détermine en particulier l’apparition de nouvelles exigences imposées aux corps des combattants. L’élimination du hasard impliquait effectivement de donner au général un outil parfaitement soumis à sa volonté et à même de se plier aux évolutions mathématiquement ordonnées qu’il entendait mettre en œuvre. Aussi le contrôle exercé sur les corps des soldats se fait-il plus étroit à partir du milieu du siècle. L’alignement individuel est renforcé, les épaules sont redressées, les talons joints, le pas devient cadencé et le port de l’arme se fait plus contraignant afin de permettre un rapprochement des rangs à même de donner plus de solidité et de maniabilité aux bataillons. À plus petite échelle, l’alignement des bataillons entre eux, de même que la précision de leur déplacement, sont aussi méticuleusement réglés à l’aide de techniques nouvelles, comme celle des points de vue, et d’instruments idoines, tels l’alidade, sorte d’équerre d’arpenteur importée dans l’armée pour en régler les mouvements17.

12Ainsi la précision géométrique n’est-elle pas simple affaire de spéculation, elle devient une réalité que traduit l’affirmation d’une véritable microphysique du pouvoir exercée sur les moindres parcelles des corps combattants.

D’une rationalité à l’autre

  • 18 Sur la critique faite contre la confusion du terrain d’exercice et du champ de bataille, voir par (...)

13Ce triomphe au XVIIIe siècle d’une rationalité géométrico-mécanique qui touche autant à la théorie qu’à l’organisation pratique du combat ne manque cependant pas de susciter les critiques. Elle pose de fait une série de difficultés, à commencer par celle de sa mise en œuvre. Le champ de bataille diffère du terrain d’exercice. Si les combinaisons géométriques se prêtent bien au dernier, leur transposition devant l’ennemi s’avère plus problématique. Le bruit, la fumée, les mouvements adverses et la crainte de la mort constituent à ce titre autant de sources de distraction à même de perturber les savantes évolutions pensées sur le papier. Dans ces circonstances, l’application routinière de quelques simples manœuvres semble bien préférable au déploiement d’un complexe ballet géométrique, dont la mise en œuvre trop tatillonne risque d’ailleurs de se faire au détriment de la célérité de l’action18.

  • 19 Voir en particulier les ordonnances portant sur le déploiement et le déplacement des lignes d’armé (...)
  • 20 Ligne C. J. de, Préjugés militaires, Kralovelhota, 1780, t. i, p. 43-47.

14Mais les réflexions théoriques menées au milieu du siècle se heurtent surtout à une résistance essentielle, celle de la matérialité du terrain. L’approche géométrique qui triomphe avec les Lumières militaires est en effet fondamentalement atopographique. Son cadre de déploiement est celui de la feuille blanche sur laquelle ne figure ni dénivelés, ni bois, ni rivières, ni marécages. La nature n’y est donc prise en considération, ni comme obstacle, ni comme atout à exploiter. Elle s’y présente au mieux comme une série de balises mobilisées afin d’organiser les mouvements d’armée, un arbre servant utilement de point de repère A, tandis qu’un moulin sera érigé en point de repère B19. Une telle instrumentalisation n’est évidemment pas sans poser de difficultés. Comme le souligne avec ironie le prince de Ligne, il n’est pas toujours loisible de retrouver sur place ce caillou ou ce brin d’herbe parallèles avec cet autre caillou ou cet autre brin d’herbe et qui doivent vous permettre d’établir et de conserver votre ligne de direction20. Tout passage des figures tracées à la main à la réalité du terrain ne peut en outre donner lieu qu’à de multiples désordres qui nuisent à la précision géométrique du mouvement : un bois, un cours d’eau, une pente viendront s’ériger comme autant d’obstacles entre le plan tracé et la réalité des évolutions. La nature ne saurait donc être réduite au rôle de simple support d’une géométrisation du combat. Par son ordonnancement aléatoire, elle s’érige au contraire comme l’une de ses principales limites.

  • 21 Sur le rôle croissant de ces derniers : Pansini V., L’œil du topographe et la science de la guerre (...)
  • 22 Lasconjarias G., « La géographie à l’origine du développement des états-majors français à la fin d (...)

15Au-delà de ces contraintes, c’est cependant l’absence de prise en compte des avantages offerts par le terrain que critiquent surtout les opposants à une lecture purement géométrique du combat. À partir des années 1770, l’importance accordée à la topographie du champ de bataille ne cesse effectivement de croître sous l’action des ingénieurs-géographes et des officiers chargés d’effectuer des reconnaissances pour le compte du dépôt de la Guerre21. Son utilité tactique s’impose en particulier dans les zones de conflits caractérisées par la spécificité de leur relief, à commencer par les espaces montagneux. Au lendemain de la guerre de Sept ans, Bourcet rédige ainsi ses Principes de la guerre de montagne au cœur desquels l’exploitation du terrain s’impose comme objectif premier du général. Par le fractionnement de son armée en divisions autonomes, ce dernier doit être notamment à même de contrôler les différents cols afin de pouvoir surprendre un ennemi situé sur l’autre versant d’un massif. Dans cette perspective, le terrain change de statut. Il n’est plus un obstacle à dompter, mais un atout à exploiter, ce que ne privilégie guère une simple approche mathématique du combat22.

  • 23 Cf. supra.

16L’approche géométrico-mécanique apparaît ainsi comme une folie par son peu d’attention pour les circonstances particulières de la bataille, qui sont pourtant autant de facteurs à même de contredire ses prédictions, comme par son peu d’intérêt pour des avantages topographiques dont l’exploitation semble de plus en plus indispensable pour remporter la victoire. Irrationnelle, cette approche géométrico-mécanique l’est par ailleurs aux yeux de ses opposants en ce qu’elle tend à confondre les soldats avec de simples machines. La géométrisation des corps induite par la mathématisation tactique passe en effet par une négation des individus. Elle contraint tout un chacun à adopter une posture strictement normée au risque, comme le souligne Laissac, de le faire suffoquer23. Mais elle conduit surtout à délaisser le soldat en tant qu’individu moral. Ce dont elle a besoin, c’est en effet d’automates doués d’une obéissance passive. Toute prise en compte du combattant comme être psychologique semble dès lors superflue, si ce n’est nuisible, en ce qu’elle risque d’affaiblir la prééminence du modèle géométrique, comme le souligne incidemment un officier anonyme :

  • 24 SHD/GR, Ya 173, Idées générales des objets sur lesquels un officier doit être exercé, 1750, p. 7-8

« Si l’homme étoit absolument un automate, il suffiroit d’être géomètre pour lui bien faire faire la guerre, mais une armée est une machine de la nature de celles qui pensent et qui produisent des idées comme notre cerveau, en sorte que le désordre qui peut résulter des différentes affections du soldat se trouvera encore mieux calculé par les politiques et par les moralistes que par les géomètres24. »

17Par l’assimilation des hommes à des points et des unités à des rectangles, la guerre des géomètres – qui ne sont ni politiques, ni moralistes – tend à l’oubli des facteurs psychologiques de l’affrontement et plus particulièrement à celui de la motivation. Le courage, la peur ou la panique ne sont, de fait, guère réductibles à des figures tracées sur le papier. Abstraction désincarnée, la tactique géométrique apparaît dès lors nécessairement faussée.

  • 25 Voir par exemple : Cardini F., La culture de la guerre, Xe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1992, (...)

18Ce constat explique l’importance croissante accordée aux passions à partir des années 1770. Contre une vision excessivement mathématisée de la guerre, l’appel à ces dernières se multiplie sous la plume des officiers, au point que les Lumières aient été considérées comme le moment de basculement d’une rationalité mathématique vers une lecture psychologique du combat. Elles marqueraient à ce titre le passage de l’âge classique, foncièrement géométrique, vers le romantisme, dominé par les sentiments25. Cette lecture apparaît d’autant plus séduisante qu’il est courant de résumer la pensée tactique des Lumières à l’opposition entre adeptes de l’ordre mince et partisans de l’ordre profond.

  • 26 Sur la querelle: Lauerma M., Jacques-Antoine-Hippolyte de Guibert (1743-1790), Annales Academiae S (...)

19Les décennies prérévolutionnaires sont en effet marquées par un important débat entre les défenseurs de la ligne et ceux de la colonne26. Privilégiant l’usage du feu, le premier de ces dispositifs se rapproche par bien des aspects de l’idéal géométrique. Outre qu’il exige une forte discipline individuelle, les soldats devant s’exposer au tir adverse sans pouvoir marcher à l’ennemi, il accorde une importance cruciale aux alignements. Placés sur seulement trois rangs de profondeur, les bataillons forment de fait des lignes étirées sur plusieurs kilomètres de long et donc particulièrement sujettes au flottement lors de leurs déplacements. La conservation minutieuse de leur fragile disposition s’impose dès lors comme un objectif essentiel pour la réalisation duquel la géométrie est abondamment sollicitée. Privilégiant l’arme blanche, la colonne apparaît par opposition liée à une lecture psychologique de l’affrontement. La faiblesse de son front la préserve effectivement d’un risque excessif de flottement, tandis que le lien l’unissant à l’impulsion et à la recherche du choc la renvoie moins du côté de la conservation d’un ordre géométrique que de la recherche de la vitesse. Culminant dans les années 1770, la volonté de substituer la colonne à la ligne incarnerait ainsi l’ambition de passer du primat de la raison géométrique à celui de l’impulsion morale.

  • 27 Guibert J. de, Défense du système de guerre moderne, ou réfutation complète du système de M. de M… (...)

20Cette assimilation des deux dispositifs tactiques à deux formes opposées de rationalité, dont ils incarneraient l’affrontement, apparaît néanmoins réductrice. Les préoccupations morales sont effectivement loin d’être totalement absentes chez les partisans de la ligne. Ainsi, Guibert voit-il dans la faible profondeur de cette dernière le moyen de surveiller facilement des soldats dont le moral est toujours susceptible de fléchir27. De même, la colonne est-elle loin de rompre entièrement avec une lecture géométrique de la guerre, comme en témoigne l’exemple de Mesnil-Durand. Principal défenseur d’une disposition des troupes en colonne, ce dernier n’en considère pas moins, comme nous avons pu le voir, que la tactique est affaire de géométrie et de mécanique. Certes, précise-t-il :

  • 28 Mesnil-Durand, Projet…, op. cit., p. 420-421.

« Le faux serait d’imaginer que les rapports géométriques [définis pour la tactique] portent dans la pratique toute leur exactitude. On emploie des êtres physiques, les causes physiques peuvent déconcerter toute l’économie de la plus belle démonstration28. »

  • 29 Ibid., p. 421-423.

21Cela n’ôte cependant rien à l’utilité d’une approche géométrique. On aura simplement attention, souligne le baron, de ne pas compter si juste lorsqu’il s’agira d’appliquer les calculs au terrain. Au demeurant, ajoute-t-il, l’écart entre la théorie et la réalité sera faible, puisque les mêmes frottements affecteront les deux armées opposées. Ces frottements s’annuleront donc, laissant toute sa valeur à la démonstration préalablement effectuée sur le papier29.

22La critique de la raison géométrique n’aboutit donc pas à la simple promotion d’une rhétorique des passions qui lui serait foncièrement opposée et qu’incarnerait la colonne. De fait, dans la dénonciation de la géométrisation du combat, ce n’est pas tant la géométrie elle-même qui est condamnée que son application déraisonnée, sans prise en compte des autres facteurs que sont les circonstances de la bataille, le terrain ou encore le moral des combattants. Plus que le passage d’une approche géométrique vers une approche psychologique, les Lumières militaires marquent ainsi la transition du triomphe d’une rationalité monofactorielle vers la recherche d’une rationalité systémique.

Les enjeux de la rationalité systémique

  • 30 Sur ce rôle de la notion de système dans la pensée militaire des Lumières nous nous appuyons sur l (...)
  • 31 « Système » dans Encyclopédie méthodique…, op. cit., t. III, p. 655-658.
  • 32 Voire par exemple : Guibert J. de, Défense du système…, op. cit., ou Le Michaud d’Arçon J. C., Déf (...)

23À la fin du XVIIIe siècle, l’idée de système s’impose de fait comme une matrice nouvelle mobilisée pour penser la guerre de manière globale30. La notion renvoie initialement aux sciences de l’ingénieur. Le système, comme le rappelle l’Encyclopédie méthodique, désigne effectivement la manière de fortifier un polygone, manière qui se caractérise essentiellement par sa dimension combinatoire. Il s’agit d’associer différents ouvrages défensifs – bastions, demi-lunes, tenailles – afin d’assurer une protection qui ne repose plus sur les seuls murs de la place, mais sur l’association de nombreux éléments fortifiés31. Les lumières militaires sont marquées par l’extension de cette combinatoire à l’art de la guerre en général, et plus particulièrement à la tactique de l’infanterie et de la cavalerie, comme en témoignent la multiplication des traités théoriques reprenant dans leur titre la notion de « système de guerre32 ». Or, c’est dans le cadre de ce triomphe d’une approche systémique que la critique de la géométrie peut être pleinement comprise. Le monopole exercé par cette dernière en matière d’analyse et de compréhension du phénomène guerrier s’opposait en effet à la conviction grandissante que le succès militaire repose sur la combinaison de facteurs multiples. La géométrie n’était dès lors pas le problème en soi, mais bien son utilisation exclusive.

  • 33 Laissac, De l’esprit militaire, La Haye, 1785, p. 1-8.

24De cette nuance témoignent notamment les écrits de Laissac. Ainsi ce dernier regrette-t-il, dans l’introduction de son De l’esprit militaire, que la science militaire, bien qu’à la fois morale et physique, n’ait été analysée jusqu’à présent que sous le rapport physique. L’esprit militaire, continuet-il, est pourtant la première source de la victoire, comme l’atteste l’exemple des Grecs et des Romains. C’est donc à la mobilisation de cet esprit militaire, et non à la poursuite d’une chimérique science de la guerre, qu’il convient de se consacrer. La géométrie semble dès lors loin de ses préoccupations33. Critiquant quelques pages plus loin l’habitude de faire des manœuvres l’alpha et l’omega du combat, il exprime néanmoins le vœu suivant :

  • 34 Ibid., p. 216-217.

« Quelque grand homme unissant le savant méchanisme du Roi de Prusse à une ordonnance plus solide, en composera le vrai système de Guerre, par lequel l’arme blanche rétablie dans ses droits, et plus que jamais redoutable, par le concours d’une tactique qui lui sera mieux adaptée, redeviendra l’arbitre des combats34. »

25Loin de rejeter les savantes manœuvres du roi de Prusse, principal défenseur de l’ordre mince dans lequel la géométrie joue un rôle essentiel, le capitaine prône ainsi leur association avec l’arme blanche, symbole du renouveau moral qu’il entend assurer dans l’armée française. Son système allie par conséquent l’héritage de la mathématisation de la guerre et l’attention portée à la mobilisation individuelle des combattants, ainsi qu’à l’impulsion comme clés de la victoire.

  • 35 La notion fait alors l’objet d’un large usage, voir entre autres : SHD/GR, 1M 1708, Mémoire sur la (...)

26À l’aube de la Révolution, la volonté d’insérer la géométrie dans un système de guerre ne se cantonne cependant pas à une lecture plus complexe du combat. Elle s’inscrit plus largement à l’intérieur d’une attention accrue portée à l’idée de constitution militaire35. Au-delà du moment même de l’affrontement, s’affirme en effet un intérêt croissant pour les questions touchant à l’organisation militaire dans son ensemble. Le recrutement des troupes, leur composition ou encore leur organisation hiérarchique sont ainsi mis en relation avec leur emploi sur le champ de bataille, dans le cadre d’une lecture de plus en plus globale du fait guerrier. Cette approche rompt avec la vision tactico-centrée progressivement promue par une lecture exclusivement géométrique de la guerre. Elle explique par ailleurs la dénonciation sous les Lumières militaires d’une autre forme de folie : celle de l’imitation.

  • 36 Laissac, De l’esprit militaire, La Haye, 1788, voire le ch. XI sur la discipline. Ce dernier résum (...)

27À la différence de la géométrie, science universelle dont les résultats sont valables pour tous, l’élaboration d’un système de guerre et d’une constitution militaire repose en effet sur la prise en compte de facteurs relevant non seulement des sciences exactes, mais également des sciences morales et politiques. Ce postulat conduit un nombre croissant d’officiers à s’intéresser à la psychologie humaine, mais également au caractère des nations et au particularisme de leur organisation politique. Ainsi Laissac affirme-t-il, pour le citer à nouveau, que les savantes manœuvres du roi de Prusse peuvent certes servir de source d’inspiration, mais qu’il est en revanche hors de question de reproduire tel quel le système militaire prussien, comme certains faiseurs se sont pourtant évertués à le faire. Par son climat rigoureux et la nature despotique de son régime politique, le Prussien est de fait un être à la fois flegmatique et serf, là où le Français est au contraire vif, gai, léger et surtout doué d’honneur, en vertu de l’aménité de son pays et de la nature monarchique de son gouvernement. Toute prétention à soumettre l’un et l’autre au même système de guerre et à la même constitution militaire apparaît dès lors fondamentalement aberrante36.

  • 37 SHD/GR, Ya 173, Idées générales…, op. cit.
  • 38 Sur le rôle joué par le modèle prussien en matière de carrière, nous nous permettons de renvoyer à(...)

28À la folie géométrique, le passage vers une approche systémique conduit ainsi à ajouter celle de l’imitation. Si ces deux prétendues dérives sont bien distinctes, l’irrationalité dont elles sont investies relève néanmoins d’une tentation commune : celle d’une reproduction inconsidérée et surtout exclusive d’un unique modèle au détriment de la prise en compte de l’ensemble des facteurs devant présider à l’élaboration d’une juste constitution militaire. À cette double folie, les partisans d’une constitution militaire nationale trouvent au demeurant une origine commune : l’ambition. Dans la promotion d’une guerre exclusivement géométrique, comme dans celle de la stricte reproduction du modèle prussien, un même affairisme est en effet suspecté. « Ce n’est pas pour faire la guerre qu’il faut être savant, c’est pour en parler [… et] s’avancer », affirme ainsi un auteur anonyme37. Ce jugement prononcé contre les officiers-géomètres apparaît sous une forme similaire dans la dénonciation des chantres du système militaire prussien. Afin d’assurer leur gloire personnelle, ces derniers seraient allés chercher en Prusse des innovations militaires inadaptées au génie national, mais auxquelles les succès de Frédéric II servaient de garants38. Derrière l’application irraisonnée de la géométrie, comme dans la reproduction irréfléchie du modèle prussien, se dessinerait ainsi une même rationalité, celle de l’intérêt privé poussant les officiers à se distinguer par leurs idées en s’appuyant sur la légitimité conférée par les sciences exactes dans un cas et sur l’autorité d’un souverain victorieux dans l’autre.

  • 39 Sur cette mutation de la notion de mérite, voir notamment: Smith J. M., The Culture of Merit: Nobi (...)

29Reprise par de nombreux officiers, cette critique est loin d’être dépourvue de justesse. La fin de l’Ancien Régime est en effet marquée par une moindre présence de la guerre et par un engorgement des grades qui font de la capacité à se distinguer par l’écrit une qualité plus essentielle que jamais. Faute de s’illustrer sur le champ de bataille, il convient d’attirer l’attention du ministre d’une autre manière et de répondre par la même occasion aux nouvelles exigences du mérite. En effet, alors que l’évaluation des officiers devient de plus en plus bureaucratique, la tradition de service et la fidélité au roi perdent de leur importance au profit de la compétence, elle-même fondée sur l’ancienneté mais aussi sur la maîtrise de la théorie militaire39. Dans ce contexte, la crise de la rationalité militaire apparaît liée par bien des aspects à une crise du mérite militaire, dont nombre de détenteurs de l’épaulette se perçoivent comme les victimes. Alors que les carrières ralentissent, les progrès jugés par trop rapides d’officiers décriés comme des apprentis-géomètres ou comme des zélateurs de la Prusse suscitent, de fait, un indéniable mécontentement. Dans cette perspective, la dénonciation des divagations de la raison militaire fut finalement autant celle d’une irrationalité réellement ressentie que d’une rationalité intéressée qui n’a que trop bien fonctionné aux yeux de ses contempteurs.

  • 40 « Folie » dans Diderot D. et d’Alembert J. (dir.), Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des scien (...)

« S’écarter de la raison, sans le savoir, parce qu’on est privé d’idées, c’est être imbécille ; s’écarter de la raison le sachant, mais à regret, parce qu’on est esclave d’une passion violente, c’est être foible ; mais s’en écarter avec confiance, et dans la ferme persuasion qu’on la suit, voilà, ce me semble, ce qu’on appelle être fou40 ».

30En s’inspirant de cette définition donnée par l’Encyclopédie, il est possible de dire que les officiers-géomètres, comme les partisans d’une imitation servile de la Prusse, furent aux yeux de leur dénonciateurs à la fois faibles et fous. Fous, en ce qu’ils croyaient en l’efficacité de leurs théories, faibles en ce qu’ils les défendaient souvent, à en croire leurs rivaux, plus par ambition que par conviction. Ce distinguo permet de souligner combien la crise de la rationalité militaire à l’époque des Lumières fut liée à une crise du mérite et de l’avancement. Ce contexte, joint au climat de réforme qui caractérise alors l’armée française, contribua à exacerber chez nombre d’officiers le recours à la géométrie ou au modèle prussien comme moyen de se distinguer, en même temps qu’il favorisa a contrario la mobilisation de l’idée de folie comme moyen de les discréditer. À ce titre, il servit l’affirmation d’une rationalité nouvelle fondée sur l’idée de système. Triomphante à la fin de l’Ancien Régime, celle-ci avait fondamentalement pour ambition de ne pas réduire le militaire à de simples lois physiques, mais d’y joindre notamment la prise en compte des facteurs moraux. L’approche géométrique dans cette perspective n’était pas vouée à disparaître, mais à s’estomper au profit d’autres grilles de lecture, parmi lesquelles le politique était appelé à jouer un rôle croissant. En liant étroitement la constitution militaire à venir avec celle du royaume, les officiers délaissaient en effet la raison calculatrice au profit d’un questionnement sur la place du soldat face l’État. Par leur travail de redéfinition du rapport entre raison et folie dans la pensée militaire, ils dépassaient ainsi le seul enjeu des batailles à emporter et ouvraient la question du lien unissant l’armée et la nation.

Notes

1 Laissac, De l’esprit militaire, Londres, 1783.

2 Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières, Art militaire, Paris, Panckoucke et Agasse, 1784-1797, voir par exemple les articles « instruction » et « tactique » du t. IV.

3 Laissac, De l’esprit militaire, La Haye, 1785 et 1788 ; Id., De l’esprit militaire, Bruxelles et Paris, Buisson, 1789.

4 Le mot « folie » est souligné par nos soin : Laissac, De l’esprit militaire, La Haye, 1785, p. 145.

5 « Raison » dans Diderot D. et d’Alembert J. (dir.), Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des des arts et des métiers, Stuttgart et Bad Cannstatt, F. Frommann Verlag, 1988 [1re édition en 1751-1780], t. xiii, p. 773-774.

6 Sur la réduction en art : Dubourg-Glatigny P. et Vérin H. (dir.), Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 2008.

7 Voir notamment parmi une bibliographie abondante: Guerlac H., « Vauban: The Impact of Science on War », in Paret P. (éd.), Makers of modern strategy, from Machiavelli to the nuclear age, Princeton, Princeton university press, 1986, p. 64-90, Hale J. R., Renaissance War Studies, Hambledon Press, Londres, 1983, p. 211-222, Eichberg H., Festung, Zentralmacht und Sozialgeometrie. Kriegsingenieurwesen des 17. Jahrhunderts in den Herzogtümern Bremen und Verden, Cologne, Böhlau Verlag, 1989 et Brioist P., Les mathématiques et la guerre en France, en Italie en Espagne et en Angleterre au XVIe siècle, thèse d’habilitation dactylographiée, université de Tours, 2009, chap. 2. Voir également la remise en cause critique de cette influence dans Ostwald J., Vauban under Siege: Engineering Efficiency and Martial Vigor in the War of the Spanish Succession, Leiden, Brill, 2007, p. 83-90.

8 Sur l’art arithmétique du sergent-major, voir notamment : Brioist P., Les mathématiques…, op. cit.

9 Pour une synthèse sur la Révolution militaire et ses enjeux : Rogers C. J. (dir.), The Military Revolution Debate – Readings on the Military Transformation of Early Modern Europe, Boulder, Colorado, 1995.

10 Lynn J., Giant of the Grand Siècle, The french Army, 1610-1715, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

11 Oestreich G., Neostoicism and the Early Modern State, Cambridge, Cambridge University Press, 2008 [1re édition en allemand: 1982]; Drévillon H., L’individu et la guerre. Du chevalier Bayard au soldat inconnu, Paris, Belin, 2013.

12 Parker G., « The Limits to Revolutions in Military Affairs: Maurice of Nassau, the Battle of Nieuwpoort (1600), and the Legacy », The Journal of Military History, vol. 71, no 2, 2007, p. 331-372.

13 Voir notamment: Kennett L., « Tactics and Culture: The Eighteenth-Century Experience », International Colloquy on Military History, no 5, 1981, p. 152-159, Gat A., A History of Military Thought: from the Enlightenment to the Cold War, Oxford, Oxford University Press, 2001, Lynn J., De la guerre: une histoire du combat des origines à nos jours, Paris, Tallandier, 2006 [1re éd.: 2003], p. 190-193.

14 Mesnil-Durand F. de, Projet d’un ordre français de tactique, Paris, A. Boudet, 1755, p. XV.

15 Ibid., p. XVI. Sur la volonté d’éliminer le hasard de la tactique, voir entre autres : Service Historique de la Défense, fonds de l’armée de terre (SHD/GR), 1M 1715, De l’instruction des officiers, s. d., 5, p. 10-11, SHD/GR, 1M 1727, Dubuysson, Réflexions sur la constitution actuelle de la cavalerie, s. d., 64, p. 9, SHD/GR, X1 51, Instruction que le roi a fait expédier pour régler provisoirement l’exercice de ses troupes d’infanterie, du 11 juin 1774, p. 67 ; Puységur J.-F. de, Art de la guerre par principes et par règles, Paris, C. A. Jombert, 1748, t. i, p. 40 ; Silva, Pensées sur la tactique et sur quelques autres parties de la guerre, Paris, C. A. Jombert, 1768, p. 3 ; voir également : Gat A., A History…, op. cit., p. 37-38 ; Langins J., Conserving the Enlightenment : French Military Engineering from Vauban to the Revolution, Cambridge (Massachussets)/Londres, MIT Press, 2004, p. 203.

16 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à : Guinier A., « Entre raison calculatrice et aspirations morales : le choc dans la pensée militaire du XVIIIe siècle », in Deruelle B. et Gainot B. (éd.), Combattre à l’époque moderne, Actes du 136e colloque du CTHS [En ligne], 2013 [http://cths.fr/ed/edition.php?id=6103].

17 Selon Diesbach, qui l’évoque sous l’appellation de graphomètre, la première utilisation de cet instrument sur le champ de bataille serait le fait de Gimat, aide-major du régiment de la Marine : SHD/GR, Ya 165, Résumé des principes de tactique du général de Saldern, s. d. Pour Jean Colin, l’idée fut un temps appliquée avant d’être abandonnée : Colin J., L’Infanterie au XVIIIe siècle, la tactique, s. l., 1907, p. 153-154.

18 Sur la critique faite contre la confusion du terrain d’exercice et du champ de bataille, voir par exemple : SHD/GR, 1M 1714, Réflexions militaires, s. d., 13, p. 20 sq.

19 Voir en particulier les ordonnances portant sur le déploiement et le déplacement des lignes d’armée, par exemple : SHD/GR, X1 51, Instruction que le roi a fait expédier…, op. cit., p. 67-71.

20 Ligne C. J. de, Préjugés militaires, Kralovelhota, 1780, t. i, p. 43-47.

21 Sur le rôle croissant de ces derniers : Pansini V., L’œil du topographe et la science de la guerre : travail scientifique et perception militaire (1760-1820), thèse dactylographiée, EHESS, 2008 ; Bousquet-Bressolier C., « Du paysage naturel à l’utopie : le corps des ingénieurs géographes et la diffusion d’un savoir théorique sur les cartes », in Id. (dir.), Le paysage des cartes. Genèse d’une codification, Paris, Musée des plans-reliefs, 1999, p. 81-97 ; Pelletier M., « Formation et missions de l’ingénieur géographe militaire au XVIIIe siècle », in Bousquet-Bressolier C. (dir.), L’œil du cartographe et la représentation cartographique du Moyen Âge à nos jours, Paris, CTHS, 1995, p. 73-92 ; Drévillon H. et Guinier A. (dir.), Les Lumières de la guerre, mémoires et reconnaissances tirés de la sous-série 1M du Service Historique de la Défense, t. 2 « Reconnaissances », Paris, Publications de la Sorbonne, 2014.

22 Lasconjarias G., « La géographie à l’origine du développement des états-majors français à la fin du XVIIIe siècle. L’exemple du lieutenant général Pierre de Bourcet », Cahiers du CEHD, no 36, 2008, p. 121-135.

23 Cf. supra.

24 SHD/GR, Ya 173, Idées générales des objets sur lesquels un officier doit être exercé, 1750, p. 7-8.

25 Voir par exemple : Cardini F., La culture de la guerre, Xe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1992, [1re édition en italien : 1982], p. 401-403, Lynn J., « Guerre et culture, “Lumières” et romantisme dans la pensée militaire », in La plume et le sabre. Hommages offerts à J.-P. Bertaud, Paris, Publication de la Sorbonne, 2002, p. 327-344, Gat A., A History…, op. cit., notamment p. 269 sq.

26 Sur la querelle: Lauerma M., Jacques-Antoine-Hippolyte de Guibert (1743-1790), Annales Academiae Scientiarum Fennicae, série B, 229, 1989, p. 133-174 et Quimby R. S., The background of Napoleonic Warfare: the Theory of Military Tactics in Eighteenth-Century France, New-York, Columbia University Press, 1957, p. 210-290.

27 Guibert J. de, Défense du système de guerre moderne, ou réfutation complète du système de M. de M… D…, Neuchâtel, s. éd., 1779, t. i, p. 218.

28 Mesnil-Durand, Projet…, op. cit., p. 420-421.

29 Ibid., p. 421-423.

30 Sur ce rôle de la notion de système dans la pensée militaire des Lumières nous nous appuyons sur les travaux en cours d’Hervé Drévillon, dont le contenu n’a jusqu’à présent fait l’objet que de présentations orales.

31 « Système » dans Encyclopédie méthodique…, op. cit., t. III, p. 655-658.

32 Voire par exemple : Guibert J. de, Défense du système…, op. cit., ou Le Michaud d’Arçon J. C., Défense d’un système de guerre national, ou Analyse raisonnée d’un ouvrage intitulé : « Réfutation complète du système de M. de M.-D. », Amsterdam, s. éd., 1779.

33 Laissac, De l’esprit militaire, La Haye, 1785, p. 1-8.

34 Ibid., p. 216-217.

35 La notion fait alors l’objet d’un large usage, voir entre autres : SHD/GR, 1M 1708, Mémoire sur la nécessité et la forme d’une nouvelle constitution militaire, s. d., 95, SHD/GR, 1M 1708, Marassé, Mémoire sur une nouvelle constitution militaire, 1759, 91, SHD/GR, 1M 1709, Réflexions sur la constitution militaire, s. d., 45, SHD/GR, 1M 1714, Projet d’une constitution militaire pendant la paix, entièrement préparée pour la guerre, s. d., 33.

36 Laissac, De l’esprit militaire, La Haye, 1788, voire le ch. XI sur la discipline. Ce dernier résume une pensée alors largement partagée par les officiers et qui ne se cantonne au demeurant pas à la France, voir par exemple : Loriga S., Soldats – Un laboratoire disciplinaire : l’armée piémontaise au XVIIIe siècle, Paris, Mentha, 1991, p. 156 ; Guy A., Oeconomy and Discipline : Officership and Administration in the British Army, 1714-63, Manchester, Manchester University Press, 1985, p. 37-42 ; Starkey A., War in the Age of Enlightenment, 1700-1789, Westport (Connecticut) et Londres, Praeger, 2003, p. 60.

37 SHD/GR, Ya 173, Idées générales…, op. cit.

38 Sur le rôle joué par le modèle prussien en matière de carrière, nous nous permettons de renvoyer à Guinier A., « “Ils avaient des yeux et ils n’ont rien vu” : la Prusse et l’émergence d’une culture militaire nationale dans la France des Lumières », in Deruelle B. et Guinier A. (dir.), Cultures et identités combattantes en Europe du Moyen Âge à l’entre-deux-guerres, Paris, Publication de la Sorbonne [à paraître en 2016].

39 Sur cette mutation de la notion de mérite, voir notamment: Smith J. M., The Culture of Merit: Nobility, Royal Service, and the Making of Absolute Monarchy in France, 1600-1789, Ann Arbor, Michigan University Press, 1996; Blaufarb R., The French Army, 1750-1820 : Careers, Talent, Merit, Manchester, Manchester University Press, 2002.

40 « Folie » dans Diderot D. et d’Alembert J. (dir.), Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Stuttgart et Bad Cannstatt, F. Frommann Verlag, 1988 [1re édition en 1751-1780], t. vii, p. 42-44.

Auteur

Arnaud Guinier, ancien élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégé d’histoire et ancien pensionnaire de la Fondation Thiers, il est chercheur affilié à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine. Il est l’auteur de L’honneur du soldat. Éthique martiale et discipline guerrière dans la France des Lumières, Ceyzérieux, Champ Vallon, 2014, et le codirecteur avec Hervé Drévillon des Lumières de la guerre, mémoires et reconnaissances tirés de la sous-série 1M du Service Historique de la défense, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540