Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu et la folie

 | 
Laurent Vissière
, 
Marion Trévisi

Quatrième partie. Raison et déraison de la guerre

Arthur et Lancelot chez Malory : une guerre de l’irrationnel ?

Justine Breton

Texte intégral

  • 1 Malory T., Le Morte Darthur, volumes 1 et 2, éd. par Janet Cowen et introduction par John Lawlor, (...)
  • 2 Aurell M., La légende du roi Arthur, 550-1250, Paris, Perrin, 2007.

1Auteur médiéval incontournable, Thomas Malory (c. 1416-1471) est principalement connu et célébré pour son œuvre majeure, Le Morte Darthur, roman « anthologique » en prose et en moyen anglais1. Texte de reprise, il mêle réécriture et invention, et compile les textes antérieurs, notamment ceux de Geoffroy de Monmouth et de Chrétien de Troyes, tout en donnant une nouvelle orientation à la légende arthurienne. Malory y reprend en effet un grand nombre d’œuvres médiévales antérieures, afin de proposer une vision globale de l’histoire du roi Arthur, incluant l’ascension au pouvoir du souverain, son règne assisté par des chevaliers aux aventures merveilleuses, son mariage avec la reine Guenièvre, puis la chute de ses idéaux et de son autorité. Le Morte Darthur s’achève ainsi sur ce déclin brutal du pouvoir royal, par un double conflit civil : la guerre entre Arthur et Lancelot, puis la guerre entre Arthur et Mordred. Ce texte a largement contribué à la diffusion du mythe arthurien en Europe à la fin du XVe siècle, et continue aujourd’hui d’influencer la diffusion de la légende, notamment par ses nombreuses adaptations cinématographiques2. Cependant, ce roman au rôle littéraire essentiel possède également un ancrage politique et historique fondateur, ne serait-ce que par les thématiques de pouvoir qu’il développe, mais aussi et surtout par son contexte rédactionnel. Le Morte Darthur est rédigé dans les années 1468-1470, alors que son auteur, adoubé depuis 1441 et membre élu du Parlement depuis 1443, est en prison. L’œuvre trouve donc sa source dans un contexte d’agitation personnelle, et ne sera publiée que de façon posthume en 1485, avec l’intervention décisive de l’imprimeur William Caxton, qui oriente la perception du roman pour les siècles à venir.

2Malory situe son récit au Ve siècle, entre l’île de Bretagne et le nord de la France. L’atmosphère que développe le Morte Darthur est empreinte de nostalgie à l’égard de la disparition de la chevalerie, et glorifie les exploits des chevaliers à travers des histoires successives et complémentaires, qui constituent la grandeur de la Table ronde. Malory semble déplorer la fin d’une ère de gloire aventureuse, alors même que l’Angleterre subit une période de conflit. Le Morte Darthur est en effet à mettre dans la perspective de son contexte d’écriture, déjà marqué par une certaine irrationalité. L’Angleterre de la seconde moitié du XVe siècle est ainsi divisée par la Guerre des Deux Roses (1455-1485), qui oppose la Maison de Lancastre à celle d’York, dans un long conflit lié aux droits de succession à la couronne d’Angleterre. Même si la guerre entre le roi Arthur et Lancelot d’une part, et la guerre entre Arthur et Mordred d’autre part, telles qu’elles sont dépeintes par Malory, ne peuvent apparaître comme le reflet direct de la Guerre des Deux Roses, le temps de rédaction de l’œuvre, ainsi que les quelques indications biographiques dont nous disposons sur Malory laissent à penser que l’auteur a directement été concerné par la guerre civile, et que cette expérience a fortement influencé sa description des conflits médiévaux armés. Dans cette optique, la fin du Morte Darthur apparaît comme une mise en scène tragique d’une chute irrationnelle, précipitée par la guerre civile et l’antagonisme des ambitions personnelles.

Une guerre civile comme catalyseur de la chute du pouvoir royal

3Le roman est composé de huit grandes histoires, suivant une chronologie globalement linéaire: « Fro the Maryage of Kynge Uther unto Kyng Arthure that Regned Aftir Hym and Ded Many Batayles » (livres I à IV), « The Noble Tale Betwyxt Kynge Arthure and Lucius the Emperor of Rome » (livre V), « The Noble Tale of Sir Launcelot Du Lake » (livre VI), « The Noble Tale of Sir Gareth of Orkney » (livre VII), « The Fyrst and Secunde Boke of Syr Tristrams de Lyones » (livres VIII à XII), « The Noble Tale of the Sankreal » (livres XIII à XVII), « Sir Launcelot and Queen Gwenyvere » (livres XVIII et XIX), et « The Dethe of Arthur » (livres XX et XXI). Ces huit récits sont donc divisés en vingt-et-un livres : les deux derniers, en particulier le vingtième, sont consacrés à la fin du souverain légendaire, et donnent son titre à l’œuvre.

  • 3 Il s’agit en particulier de la septième histoire du Morte Darthur, « Sir Launcelot and Queen Gweny (...)

4D’un point de vue narratif, il est nécessaire de saisir les implications familiales et personnelles qui entrent en jeu dans « The Dethe of Arthur », afin de souligner l’importance guerrière dans la chute du pouvoir arthurien. Arthur est alors roi de Bretagne, vivant heureux auprès de son épouse Guenièvre, et aux côtés de ses nombreux chevaliers de la Table ronde. Parmi eux, le Français Lancelot, rapidement perçu comme le plus grand chevalier de tous les temps, devient l’amant de la reine3. La Table ronde dénombre également dans ses rangs le clan Orkney, groupe belliqueux et particulièrement soudé, composé des neveux d’Arthur : Gauvain, Agravain, Gaheris, Gareth et Mordred. Tous sont les fils de Morgan, parfois nommée Morgan le Fay, demi-sœur d’Arthur, une femme pratiquant la magie noire et exerçant une forte emprise sur les hommes. Son dernier fils, Mordred, est au cœur du Morte Darthur, car il apparaît tout au long de l’œuvre de Malory comme l’enfant du péché et de l’erreur, éduqué par sa mère pour provoquer le Mal : en effet, Mordred est né de l’union incestueuse de Morgan et de son demi-frère Arthur, dans l’ignorance complète de ce dernier, alors que le jeune roi n’avait pas encore épousé Guenièvre. Mordred demeure, dans le roman, l’incarnation du péché arthurien, d’autant plus que le souverain, mal conseillé, ajoute l’infanticide à l’inceste : ayant appris que l’enfant né de son union avec Morgan provoquera sa perte, mais ne sachant pas où il est dissimulé, Arthur ordonne de placer sur un bateau tous les nouveau-nés du territoire, afin qu’ils périssent seuls en mer. Malgré cet acte irréparable et violent, que l’imaginaire collectif tend à effacer du parcours du grand roi Arthur, le souverain ne peut empêcher la réalisation de la prophétie. En effet, le bateau heurte des récifs, et tous les enfants meurent, à l’exception de Mordred, qui est recueilli et rapporté, dans le plus grand secret, à sa mère. C’est ainsi que Mordred est élevé dans la haine d’un père qui a honte de son existence même, et qui, en tentant de l’assassiner, a provoqué la mort de dizaines de nouveau-nés.

Fig. 1. – Aperçu généalogique de la famille royale dans le Morte Darthur.

5Dès qu’il rejoint ses frères à la Table ronde, Mordred s’évertue à exacerber les inimitiés, et à faire naître le chaos au sein de la cour. Le jeune chevalier s’appuie sur l’envie de son frère Agravain envers le preux Lancelot, et tous deux dénoncent ouvertement les amours adultères de Guenièvre et Lancelot. Arthur, après avoir tenté à plusieurs reprises d’apaiser les tensions et de dissimuler l’amour qui unit les deux êtres qu’il aime le plus au monde, est contraint de reconnaître publiquement ce crime de haute trahison. Guenièvre est arrêtée et condamnée au bûcher par son époux meurtri. Lancelot, lui, parvient à s’échapper, mais tue dans sa fuite plusieurs chevaliers de la Table ronde venus l’arrêter, dont Agravain. Le jour de l’exécution prévue de Guenièvre, Lancelot revient la sauver du bûcher. Dans sa hâte, il provoque la mort de Gaheris et Gareth, deux autres chevaliers du clan Orkney, que Lancelot appréciait pourtant beaucoup. Le sort de l’Angleterre semble dès lors décidé:

  • 4 Le Morte Darthur, livre XX, chap. 9, « Of the sorrow and lamentation of King Arthur for the death o (...)

« “The death of them”, said Arthur,will cause the greatest mortal war that ever was; I am sure, wist Sir Gawain that Sir Gareth were slain, I should never have rest of him till I had destroyed Sir Launcelot’s kin and himself both, outher else he to destroy me4”. »

6Les deux amants parviennent à s’enfuir, sous le regard impuissant du roi Arthur, qui voit sauver la femme qu’il aime, mais périr un grand nombre de ses chevaliers. Gauvain, animé d’un sentiment de vengeance envers Lancelot, qui a tué trois de ses frères, contraint le roi à poursuivre le chevalier, et à mener une guerre contre lui en Bretagne, puis en France, où Lancelot a trouvé refuge. Une fois Arthur loin du trône, Mordred, resté en retrait, usurpe le pouvoir, et se déclare roi de Bretagne. La nouvelle tarde à parvenir à Arthur, qui voit mourir son neveu Gauvain dans la guerre qu’il a lui-même menée contre Lancelot. N’ayant aucun désir belliqueux à l’égard de Lancelot, Arthur cesse le combat en France, et rentre en Bretagne combattre son fils Mordred. Après de longs affrontements qui voient s’opposer différentes factions de chevaliers de la Table ronde, et qui provoquent des milliers de morts, père et fils finissent par se croiser puis s’entretuer sur le champ de bataille.

Guerre et Raison chez Malory : quelle articulation ?

7Le xxe livre du Morte Darthur est ainsi présenté par son éditeur, Caxton: « The Twentieth Book treateth of the piteous death of Arthur », puis « And hereafter followeth the most piteous history of the morte of King Arthur ». Ce récit « pitoyable » décrit en effet la mort de la quasi-totalité des protagonistes – seuls Guenièvre et Lancelot ne meurent pas lors de ces guerres – dans deux conflits armés successifs que presque tous souhaitaient éviter. C’est donc par deux guerres apparemment inéluctables, dans une violence familiale et personnelle, que Malory conclut le règne du plus grand souverain de Bretagne. Le xxe livre du Morte Darthur apporte une focalisation sur cette chute, entérinée par la guerre opposant Arthur à son ami Lancelot, puis par la guerre opposant Arthur à son propre fils. Ce conflit global, particulièrement meurtrier dans l’œuvre, résulte par conséquent d’une double guerre civile, née d’une succession de vengeances familiales et de revendications personnelles. Le roman trouve ainsi son paroxysme dans la violence des deux derniers livres, où éclatent les conflits arbitraires et les considérations individualistes.

  • 5 Faral E., La légende arthurienne, études et documents, vol. III : Documents : Historia Britonum, G (...)

8Certes, il serait possible de se demander si toute guerre n’est pas nécessairement irrationnelle. Chez Malory, si la guerre va à l’encontre de toute Raison, c’est d’abord au sens où ses chefs mêmes – Lancelot et Arthur – y sont fortement opposés. Le conflit semble alors apparaître de lui-même, suite à un enchaînement d’événements incontrôlables. La chute du pouvoir arthurien réside ainsi dans deux catégories d’éléments : d’une part, les personnages sont sous le joug d’un trop lourd héritage ; d’autre part, la guerre naît de l’interaction d’individualités antithétiques. L’héritage évoqué ici renvoie à ce que l’on nomme aujourd’hui parfois en psychanalyse la « faute des ancêtres », et est très présent tout au long de l’œuvre de Malory. Ainsi, Arthur subit la faute de son père Uther, qui avait usurpé l’identité d’un de ses vassaux afin de séduire son épouse, provoquant une guerre similaire à celle de Troie, et donnant naissance au futur roi Arthur. Tout comme des cendres de la guerre de Troie naquit le brillant empire romain, condamné à périr, de la guerre d’Uther naît la gloire de l’empire arthurien, lui aussi marchant à sa perte. Par ailleurs, lorsqu’Arthur accède à la couronne, il prend le pouvoir dans un royaume divisé par les inimitiés. Cette société féodale et belliqueuse a, en effet, été marquée par des vagues successives d’invasions, qui exacerbent les rivalités claniques déjà en place, comme le souligne Geoffroy de Monmouth dans son Historia Regum Britanniae5. Les origines de certains conflits, chez Geoffroy comme chez Malory, sont parfois ancestrales, au point qu’il paraît impossible de bâtir un royaume sur un socle aussi morcelé. La grandeur du souverain arthurien réside alors dans sa capacité exceptionnelle à unir, même temporairement, peuples et chevaliers dans un même projet fédérateur de paix et de justice. Mais ce lourd héritage n’est que partiellement voilé, et rejaillit dans la confrontation des ambitions personnelles.

9D’autre part, la chute du pouvoir arthurien est aussi provoquée par le poids excessif des individualités : malgré le souhait pacifique d’Arthur, nul ne parvient à renoncer à ses désirs de vengeance. C’est ainsi que Gauvain et ses frères ne vivent que pour la défense du « clan », du groupe familial clos et restreint, sans voir que leur benjamin, Mordred, s’évertue à provoquer chaos et destruction. Ce dernier manipule Agravain et le pousse à se venger de Lancelot, qu’un duel antérieur avait clairement défini comme le meilleur chevalier. L’ego d’Agravain constitue donc l’un des premiers déclencheurs du conflit, à cause de l’intervention décisive de Mordred, catalyseur des maux sous-jacents de la Table ronde. En effet, Mordred souhaite aussi exercer sa vengeance sur le père qui a tenté de le faire disparaître, et sur le sort qui limite son existence même à n’être qu’une faute immorale. Toute la vie de Mordred est par conséquent régie par une volonté de sabotage de l’intérieur de la grandeur arthurienne, dans tous ses différents aspects : politique, équilibre, idéaux moraux, etc. Mordred, tel qu’il est dépeint par Malory, a conscience que le règne glorieux de son père repose sur l’union des chevaliers, et il sait également que l’idée même de la Table ronde repose, en grande partie, sur l’exemple qu’incarne Lancelot. Il prend alors appui sur l’unique faiblesse du chevalier, son amour partagé pour la reine Guenièvre, afin d’ébranler l’ensemble du royaume. Si l’usurpation de la couronne ne constitue pas une fin en soi pour Mordred, il s’agit toutefois d’une étape nécessaire dans son ambition destructrice.

10Ainsi, la Raison ne constitue jamais, dans l’œuvre de Malory, le moteur des conflits qui éclatent. Bien au contraire, il semble que les personnages, par leur appartenance à l’ordre de la Table ronde, aient toutes les raisons de ne pas s’affronter, et de s’unir pour le Bien commun, représenté par la quête du Graal. Les personnages sont guidés par des motifs personnels, souvent irrationnels, qui ne visent jamais la défense du royaume ou de nobles idéaux, mais la protection de l’ego, des biens privés et de l’honneur familial. Les derniers livres du Morte Darthur s’articulent dès lors sur une dichotomie entre raisons et Raison, habilement illustrée par Malory. Tout au long de son roman, la Raison apparaît comme l’attribut de Merlin, l’enchanteur aux dons prophétiques, et de son disciple Arthur. Malory semble suggérer que le plus grand drame d’Arthur n’est pas tant sa faute incestueuse, ni la trahison de sa femme avec Lancelot, mais son incapacité à civiliser sa cour et son royaume, à pouvoir y imposer la Raison. Par définition, la Raison ne peut être imposée de façon autoritaire, par la force du pouvoir royal, mais doit naître du bon sens des individualités. Pour Malory, à travers son héros Arthur, la Raison apparaît comme le seul moyen d’arrêter l’engrenage du mal et de la vengeance, qui divise le royaume britannique depuis près d’un millénaire, du Ve siècle fictif d’Arthur au XVe siècle de Malory, tout aussi avide de sang.

Le Morte Darthur et la Guerre de Deux Roses

11L’auteur souligne que la société d’Arthur est trop archaïque, malgré la vision empreinte de nostalgie qui demeure dans l’ensemble de l’œuvre, et qu’elle n’est pas prête pour cette civilisation de la Raison, tout en posant la question de l’aptitude de son propre temps à accorder une place à la Raison.

  • 6 Voir à ce sujet Boutet D., Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992.

12En effet, Le Morte Darthur, lu au prisme de la Guerre des Deux Roses, est une mise en scène de la fragilité du pouvoir royal sur l’île de Bretagne. D’un point de vue extérieur, la Guerre des Deux Roses apparaît comme une lutte irrationnelle pour le pouvoir. Si Malory exalte dans son œuvre les exploits des chevaliers, il y dénonce également discrètement la brutalité de la guerre civile. L’histoire d’Arthur et de la Table ronde offre la possibilité à Malory de souligner la fragilité des pouvoirs, comme des institutions. Arthur, plus grand souverain d’Angleterre, proche de l’image glorieuse de Charlemagne6, est une figure légendaire centrale de la couronne d’Angleterre. Pourtant, il connaît un déclin lui aussi légendaire : plus glorieux est le pouvoir royal, plus grande est sa chute. L’impression d’incertitude et d’instabilité qui surgit à la lecture du dernier livre du Morte Darthur, en particulier dans son premier chapitre, reflète directement le contexte de guerre civile qui a défini une grande part de la vie adulte de Malory, et fait écho à l’alternance, parfois très rapide, des branches Lancastre et York sur le trône d’Angleterre entre 1399 et 1485.

Fig. 2. – Alternance des règnes entre Lancastre et York.

  • 7 Il est à noter que ce conflit continue aujourd’hui d’inspirer les auteurs, de façon parfois très d (...)

13Proposons un bref rappel historique. L’expression « Guerre des Deux Roses » renvoie à un conflit de succession qui provoque une longue guerre civile, et qui divise l’Angleterre entre 1455 et 1485. Elle oppose originellement deux maisons royales, d’une part les Lancastre, descendants de Jean de Gand (1340-1399), duc de Lancastre et troisième fils d’Edward III (1312-1377), symbolisés par une rose rouge ; et d’autre part les York, descendants d’Edmond de Langley (1341-1402), duc d’York et quatrième fils du même Edward III, ayant pour emblème la rose blanche7. L’inimitié entre les deux maisons précède de plusieurs décennies la rédaction du Morte Darthur, et remonte à 1399, lorsque Richard II Plantagenêt est détrôné par son cousin Henry Bolingbroke, duc de Lancastre devenu Henry IV. Néanmoins, les affronts de part et d’autre s’accumulant, le conflit armé n’éclate qu’un demi-siècle plus tard, en mai 1455, lors de la bataille de Saint-Albans ; commence alors cette « Guerre des Deux Roses », opposant les partisans de la rose rouge aux partisans de la rose blanche, par conséquent deux groupes issus d’un même ancêtre, deux branches d’une même famille prétendant au même trône. On estime que cette guerre ne trouve sa résolution qu’à partir de 1485, avec trois événements complémentaires : la mort de Richard III d’York (22 août 1485), l’accession au trône d’Henry VII Tudor (30 octobre 1485), et son mariage « de raison », quelques mois plus tard avec la fille d’Edward IV, Elizabeth d’York (18 janvier 1486). Cette même période est marquée par la publication posthume du Morte Darthur, grâce à l’intervention de l’imprimeur Caxton. La Guerre des Deux Roses constitue par conséquent une période de guerre civile, familiale et presque fratricide.

14Si la situation martiale mise en scène dans Le Morte Darthur ne correspond pas à une chronique de la Guerre des Deux Roses, ce que semble rendre impossible le contexte narratif du Ve siècle, ainsi que l’absence de recul historique de Malory qui décède en 1471, son choix de décrire une guerre civile est toutefois intéressant : chaque fois, le royaume est dévasté par les ambitions personnelles, le poids des individualités et des groupes familiaux, marqués par un trop lourd héritage. Ce lien discret entre l’œuvre de Malory et son contexte de rédaction place la figure légendaire d’Arthur dans la perspective des rois d’Angleterre.

Arthur et les rois d’Angleterre : modèle et héritage

  • 8 Tilliette J.-Y., « L’exemplum rhétorique : questions de définition », in Jacques Berlioz et Marie- (...)

15Si l’on considère la fin du Morte Darthur comme une dénonciation de la guerre civile, ce qui a souvent été le cas, alors le roman de Malory prend une dimension exemplaire, et devient un texte littéraire principalement considéré pour sa portée morale. L’exemplum, d’abord concept rhétorique et judiciaire visant à la persuasion8, désigne tout au long du Moyen Âge un genre littéraire reprenant des personnages du passé – traditionnellement issus de l’Antiquité – afin de donner à lire des situations et des caractères dignes d’admiration, et susceptibles de glorifier l’histoire nationale.

16Néanmoins, force est de constater que, pour Malory lui-même, son œuvre ne possédait pas cette valeur d’exemplum qu’on lui a attribuée, ou du moins pas vis-à-vis du contexte guerrier décrit dans les deux ultimes livres. Si l’on dispose de peu d’informations sur la vie de l’auteur, il est toutefois certain qu’il n’était pas pacifiste, ni même un être particulièrement vertueux. Issu de Newbold Revel dans le Warwickshire, Malory est d’abord partisan du comte de Warwick, Richard Neville, avant d’apporter son soutien à la Maison de Lancastre dès 1468, date où il débute la rédaction du Morte Darthur. De sa biographie mouvementée, il est nécessaire de retenir que Malory est régulièrement accusé et emprisonné, notamment pour vol. Tantôt évadé, tantôt gracié, il multiplie les périodes d’incarcération, si bien qu’il passe plusieurs années en prison, avant de mourir le 14 mars 1471. Difficile par conséquent de voir en Malory l’auteur d’une œuvre à valeur morale dénonçant la violence de la guerre civile…

  • 9 La préface de Caxton, comme le texte de Malory, sont disponibles en ligne : Project Gutenberg [htt (...)

17Toutefois, la valeur d’exemplum du Morte Darthur semble incontournable à cause de la première édition du roman en 1485 qui, par son paratexte, lui confère cette valeur, peu mise en évidence par l’auteur lui-même. Dans sa préface, l’imprimeur William Caxton (c. 1415-c. 1492) retrace brièvement le parcours de création du Morte Darthur, de sa rédaction à sa publication, et confère à la légende arthurienne telle qu’elle est peinte par Malory une dimension de fable et une valeur morale majeure9. Il souligne le véritable panorama humain mis en scène dans l’ensemble de l’œuvre : « For herein may be seen noble chivalry, courtesy, humanity, friendliness, hardiness, love, friendship, cowardice, murder, hate, virtue and sin ». Caxton insiste sur la leçon morale à tirer du livre, dans une adresse directe au lecteur: « Do after the good and leave the evil, and it shall bring you to good fame and renown ». En mettant en lumière sa dimension d’exemplum sous-jacente, Caxton donne au Morte Darthur une résonnance toute particulière dans le contexte de fin de la Guerre des Deux Roses. La légende arthurienne est présentée, malgré son ancrage spatio-temporel précis, comme une fable à valeur universelle, qui offre un reflet exacerbé de l’époque de Malory, elle aussi divisée par une guerre civile d’où la Raison est absente. L’œuvre littéraire se fait donc l’écho d’un cadre politique et social, sur lequel elle apporte un recul moral, à défaut d’être historique.

  • 10 Le dictionnaire de Cambridge définit ainsi le terme de « tale » comme « a story, especially one th (...)

18 Le Morte Darthur s’inscrit par là dans une longue tradition d’utilisation de légendes et de textes littéraires à des fins politiques. Face à l’irrationnel de la Guerre des Deux Roses, la légende arthurienne décrite par Malory se fait l’écho de la gloire royale – « the good » –, mais aussi des excès et des dérives – « the evil » –, devenant ainsi un guide pour l’exercice de la Raison. Certes, selon les critères du XXe siècle, l’œuvre littéraire n’a pas à être rationnelle, puisqu’elle n’a pas à justifier de son rapport au réel ; il est donc possible de considérer le roman de Malory comme une œuvre de fiction, et non pas comme l’adaptation en chronique d’un conflit historique. L’auteur emploie ainsi à de nombreuses reprises le terme de « tale » afin de décrire les différentes histoires qui composent son Morte Darthur : « The Noble Tale Betwyxt Kynge Arthure and Lucius the Emperor of Rome », « The Noble Tale of Sir Launcelot Du Lake », « The Noble Tale of Sir Gareth of Orkney », « The Noble Tale of the Sankreal », ou encore dans les dernières lignes du roman, « The Most Piteous Tale of the Morte Arthure10 ».

  • 11 T. H. White, dans sa réécriture du Morte Darthur, intitulée The Once and Future King (New York, Ac (...)

19Cependant, l’ajout de la préface de William Caxton change le sens de l’œuvre littéraire, qui devient un argument d’autorité et un exemple dans un contexte historique trouble. Selon l’imprimeur, Malory a cherché à montrer l’irrationnel pour mieux faire accéder son lecteur à la Raison. Dans les derniers livres évoqués ici, la guerre éclate et se poursuit alors que tous, à l’exception de Gauvain et de Mordred, cherchent à l’éviter11. La guerre, et en particulier la guerre civile, semble intrinsèquement contraire à la Raison, au sens où elle oppose des êtres issus d’une même nation, et parfois d’une même lignée familiale, comme c’est le cas pour la guerre entre Mordred et son père, similaire en ce sens à la Guerre des Deux Roses. Malory, et surtout Caxton, font de la légende arthurienne un miroir déformé des conflits qui ravagent un royaume glorieux. À plusieurs reprises, l’histoire du roi Arthur a été employée comme justification dans les conflits de successions royales en Angleterre, ou dans un but d’affirmation et de consolidation d’un pouvoir déjà en place, notamment sous Henry II Plantagenêt, avec l’Historia Regum Britanniae, et sous Henry VIII Tudor, qui a cherché à collecter des textes arthuriens. Chaque fois, les souverains d’Angleterre ont mis en valeur leur ascendance arthurienne, certes légendaire, d’autant plus qu’Arthur est non seulement roi, mais aussi empereur sacré à Rome (ce qu’Henry VIII a fait valoir dans sa lutte contre la papauté).

20L’œuvre de Malory, par l’ajout de la préface de Caxton, prend donc une résonance forte dans le contexte de l’Angleterre divisée de la fin du XVe siècle. Guerre civile n’ayant jamais pour enjeu le peuple, mais l’appropriation du pouvoir royal, la Guerre des Deux Roses apparaît, au prisme du Morte Darthur contemporain dans sa rédaction ainsi que dans sa première publication, comme un conflit irrationnel, dont l’absurdité et la fatalité sont exacerbées dans la représentation de la guerre funeste entre Arthur et Lancelot. Ce conflit sanglant marque la fin de la Table ronde et met un terme à la gloire arthurienne, symbole légendaire du pouvoir royal d’Angleterre. Dans cette guerre double, résultant d’une succession de vengeances personnelles et de considérations individualistes, la Raison n’est jamais le moteur principal. Par la fatalité de la tragédie arthurienne, peinte de façon extrêmement vivante, Malory a souligné le risque de la chute d’un pouvoir royal pourtant illustre, dans une œuvre servant d’avertissement à la couronne d’Angleterre.

21À la suite de Caxton, premier lecteur du Morte Darthur, la réécriture proposée par T. H. White au cours du XXe siècle met à son tour en évidence une lecture de Malory comme tentative littéraire visant à trouver un antidote à la guerre. Sans proposer de véritable remède, l’œuvre de Malory apparaît néanmoins comme une illustration des dérives et des échecs inhérents à la guerre, en particulier lorsqu’il s’agit d’un conflit civil et familial. En écho à la partie arthurienne de l’Historia Regum Britanniae, mais aussi dans une moindre mesure aux récits de Chrétien de Troyes centrés sur l’individu et non plus sur le groupe de chevaliers, Malory retravaillé par Caxton place le conflit armé au cœur des questions de succession et de pouvoir : il en sublime, non pas la capacité à conquérir et à bâtir des empires, mais la propension à la destruction absolue. Malgré les pistes suggérées par Le Morte Darthur, puis par l’œuvre de White, les deux auteurs échouent à trouver cet antidote à la guerre et à l’irrationalité ; tâche laissée par conséquent à la Littérature, ancrée dans l’Histoire…

Notes

1 Malory T., Le Morte Darthur, volumes 1 et 2, éd. par Janet Cowen et introduction par John Lawlor, Londres, Penguin Books, 1969 ; Le Morte Darthur, The Winchester Manuscript, éd. par Helen Cooper, Oxford, Oxford University Press, 1998 ; édition en ligne via le Projet Gutenberg [http://www.gutenberg.org/files/1251/1251-h/1251-h.htm].

2 Aurell M., La légende du roi Arthur, 550-1250, Paris, Perrin, 2007.

3 Il s’agit en particulier de la septième histoire du Morte Darthur, « Sir Launcelot and Queen Gwenyvere ».

4 Le Morte Darthur, livre XX, chap. 9, « Of the sorrow and lamentation of King Arthur for the death of his nephews and other good knights, and also for the queen, his wife ».

5 Faral E., La légende arthurienne, études et documents, vol. III : Documents : Historia Britonum, Geoffroy de Monmouth : Historia Regum Britanniae, et Geoffroy de Monmouth : Vita Merlini, Paris, Champion, 1929.

6 Voir à ce sujet Boutet D., Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992.

7 Il est à noter que ce conflit continue aujourd’hui d’inspirer les auteurs, de façon parfois très détournée, comme c’est le cas dans la série littéraire A Song of Ice and Fire, de George R. R. Martin.

8 Tilliette J.-Y., « L’exemplum rhétorique : questions de définition », in Jacques Berlioz et Marie-Anne Polo de Beaulieu (dir.), Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris, Champion, 1998, p. 50-52.

9 La préface de Caxton, comme le texte de Malory, sont disponibles en ligne : Project Gutenberg [http://www.gutenberg.org/files/1251/1251-h/1251-h.htm].

10 Le dictionnaire de Cambridge définit ainsi le terme de « tale » comme « a story, especially one that might be invented or difficult to believe ».

11 T. H. White, dans sa réécriture du Morte Darthur, intitulée The Once and Future King (New York, Ace Books, 1996), met en évidence le goût des chevaliers pour les affrontements et leur haine des accords de paix et des périodes de trêve, qui empêchent l’enrichissement et l’expression des prouesses personnelles.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Aperçu généalogique de la famille royale dans le Morte Darthur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 2. – Alternance des règnes entre Lancastre et York.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

Auteur

Justine Breton est agrégée de Lettres modernes, doctorante en littérature médiévale à l’université de Picardie Jules Verne (Amiens), au sein du laboratoire TrAme. Elle étudie la représentation des pouvoirs dans la légende arthurienne, dans une optique comparatiste mettant en regard les textes médiévaux et leurs adaptations cinématographiques et sérielles.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540