Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu et la folie

 | 
Laurent Vissière
, 
Marion Trévisi

Deuxième partie. Peur, panique, sidération

Contrôler l’incontrôlable. Perception et contrôle du sentiment de la peur au combat chez les hommes de guerre du XVIe siècle

Benjamin Deruelle

Texte intégral

  • 1 Montluc B. de, Commentaires, éd. Petitot C.-B., Paris, Foucault, 1822, livre V, p. 150.
  • 2 Keegan J., Anatomie de la bataille : Azincourt 1415, Waterloo 1815, La Somme 1916, Paris, Robert L (...)
  • 3 Corvisier A., L’Armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul, le soldat, Par (...)
  • 4 Chaline O., La bataille de la Montagne Blanche (8 novembre 1620). Un mystique chez les guerriers, (...)

1« Il n’y a homme au monde à qui n’en vienne quelque peu quand il void son ennemy qui luy fait teste1. » Comme la plupart des capitaines du XVIe siècle, Blaise de Montluc considère la peur comme une variable irréductible de la guerre. Bien que les militaires envisagent depuis longtemps ce sentiment comme un facteur essentiel de la conduite des opérations, il faut attendre le dernier tiers du XXe siècle pour que les historiens s’y intéressent. J. Keegan est souvent considéré comme le premier à s’être interrogé sur l’expérience combattante et sur l’« environnement émotionnel et physique » du soldat2. Sans nier l’importance de ses travaux, rappelons toutefois que des historiens français ont été sensibles à ces questions dès les années 19603. L’essor de la nouvelle histoire, avec son intérêt pour les émotions, stimule alors des travaux sur le rapport des soldats à la mort, à la violence ou encore à la peur. Depuis les années 1990, cette véritable anthropologie historique de la guerre est entretenue par des historiens comme Olivier Chaline, Hervé Drévillon ou Stéphane Audoin-Rouzeau4.

  • 5 Gambiez F., « La peur et la panique dans l’histoire », Mémoires et communication de la Commission (...)
  • 6 « Peur », Trésor de la Langue Française, [en ligne. URL : http://atilf.atilf.fr.].
  • 7 Delumeau J., La peur en Occident (XIVe -XVIIIe siècles), Paris, Robert Laffont, 2013 [1978], p. 21

2Au même titre que l’honneur ou le courage, la peur est désormais considérée comme un objet d’histoire. Elle est toutefois souvent abordée au travers de ses manifestations les plus violentes et les plus irrationnelles. Les travaux des années 1970 se sont ainsi attachés aux paniques collectives, cherchant à comprendre les effets de la peur sur les comportements au combat5. Car cet état affectif naturel, qui « accompagne la prise de conscience ou la représentation d’une menace ou d’un danger réel ou imaginaire6 », a des effets biologiques, physiques et psychiques déterminants. Ceux-ci agissent cependant de manière contrastée selon les individus et les circonstances. Ils se traduisent ainsi par une accélération ou par un ralentissement du rythme cardiaque et de la respiration, par une augmentation ou par une diminution de la pression sanguine et de la sécrétion d’hormone – notamment l’adrénaline –, et par l’inhibition ou par la stimulation de l’activité physique. La peur peut provoquer, par conséquent, l’affolement, l’indécision, l’impulsivité, la perte du contrôle de soi ou encore l’altération des valeurs morales7. Elle paralyse et pousse à fuir le danger ou au contraire à l’affronter de manière inconsidérée. Rationnelle lorsqu’elle préserve d’un péril identifiable et raisonnablement à considérer, elle devient irrationnelle lorsqu’elle naît de l’imagination et entraîne des réactions irréfléchies.

  • 8 Le Bon G., Psychologie des foules, Paris, Félix Alcan, 1895, p. 18-20.
  • 9 Crocq L., Les traumatismes psychiques de guerre, Paris, O. Jacob, 1999, p. 76-78. Id., « Les paniq (...)

3L’effet de masse, particulièrement important dans les armées, favorise la suggestion, la contagion et l’amplification de ce sentiment. Toutefois, les rouages selon lesquels il s’étend de l’individu au groupe sont encore mal connus, car les peurs collectives possèdent des dynamiques spécifiques et irréductibles à l’addition des peurs individuelles. L’effet de masse favorise les comportements grégaires et inhibe le sentiment de responsabilité8. L’esprit d’initiative s’en trouve d’autant plus limité que le danger, la confusion et l’urgence réduisent la capacité de réflexion9. L’intensité de cette émotion dépend aussi, en partie, de l’importance du décalage entre les capacités physiques et cognitives des individus et la situation rencontrée. Les caractéristiques de la troupe – âge, origine géographique et sociale, fatigue morale et physique –, et de la situation – climat, terrain, adversaires, déroulement de la campagne – doivent donc aussi être envisagés pour comprendre ces mécanismes.

  • 10 Delumeau J., La peur en Occident, op. cit., p. 10-11.
  • 11 Ardant du Picq C., Étude sur le Combat, Paris, Hachette, 1880.

4Jusqu’à présent, les historiens se sont intéressés aux causes et aux facteurs du déclenchement et de la transmission de la peur chez les combattants. Ils ont été attentifs à ses manifestations et à ses conséquences sur le comportement des soldats, le déroulement des batailles et la relation des individus à la guerre. Ils ont ainsi réhabilité des sources jusque-là négligées comme les mémoires, les traités militaires, les témoignages médicaux, les armes et l’archéologie. Ils ont, enfin, interrogé les enjeux de la mise en récit et de l’expression ou, au contraire, de la dissimulation de cette peur. L’historiographie a, toutefois, été peu attentive à la manière dont elle était perçue par les sociétés du passé et dont celles-ci tentaient de la réguler. Peut-être est-ce d’abord parce que des idées reçues freinent la recherche dans ce domaine. Selon l’une d’entre elles, le monopole des élites sociales sur les sources écrites, les impératifs du discours de la vaillance et de la supériorité nobiliaire interdiraient, en effet, l’expression même de ce sentiment dans la documentation10. Selon une autre, les théoriciens militaires n’auraient porté qu’une attention réduite aux problèmes liés à l’humanité des soldats avant le XVIIIe siècle, voire avant l’Étude sur le combat de Charles Ardant du Picq, parue en 188011. Les modernes auraient donc volontairement laissé dans l’ombre une large partie de la réalité de la guerre.

  • 12 Verrier F., Les armes de Minerve. L’humanisme militaire dans l’Italie du Nord du XVIe siècle, Paris (...)
  • 13 Végèce, Du fait de guerre et fleur de chevalerie, Paris, C. Wechel, 1536, p. CXVIII.
  • 14 Cinq traités ont ainsi principalement été interrogés : ceux de Pierre Choinet, de Philippe de Clèv (...)
  • 15 Harari Y. N., Renaissance Military Memoirs. War, history and Identity, 1450-1600, Woodbridge, Boyde (...)
  • 16 Rosenwein B., « Worrying about Emotions in History », American Historical Review, 107, 2002, p. 82 (...)

5Pourtant, les sources montrent que, dans ce domaine au moins, il existait une réelle réflexion sur la nature, les causes et les effets de la peur. Dans le contexte de l’essor de l’humanisme militaire, plus attentif que jamais à l’individu, et de la montée du désir de réduire la guerre en art, les hommes de guerre pouvaient-ils éviter de l’aborder12 ? Considérée depuis l’Antiquité comme un facteur déterminant de l’issue des conflits, cette réflexion s’insère dans la formalisation des savoirs militaires destinées à former de véritables « docteur[s] du champ13 », capables d’agir et de réagir en toutes circonstances. Elle peuple les mémoires et les traités militaires, parfois cachée derrière les anecdotes et les digressions qu’affectionnent tant leurs auteurs14. Bien souvent eux-mêmes hommes de guerre, mémorialistes et théoriciens partagent cette volonté d’instruire en apportant des solutions pratiques et directement applicables15. Même s’ils cherchent à justifier leurs actions, à légitimer ou à bousculer la hiérarchie sociale, ils se montrent aussi soucieux de l’ordre, de la discipline, ainsi que de tout ce qui peut la faire voler en éclats. Aussi, si leurs réflexions ne reflètent pas parfaitement leurs émotions, du moins expriment-t-elles la manière dont la société les envisage16. Les ordonnances, règlements et instructions complètent leurs récits et observations en détaillant les tentatives des autorités militaires pour se prémunir des conséquences d’un tel sentiment. Le roi et ses généraux s’y interrogent sur les moyens d’en prévenir l’apparition et d’en contrôler les effets. Ensemble, ces sources dévoilent ce qu’est la peur pour les hommes de guerre de cette période, et comment ils établissent un discours cohérent pour en dépasser l’irrationalité, les ambiguïtés et son caractère incompréhensible. Elles révèlent aussi comment leurs représentations conditionnent la formalisation même de ce discours. L’historicisation de la perception de la peur et la prise en compte de la dimension culturelle de la guerre permettent ainsi de saisir comment les élites guerrières concilient ce sentiment naturel avec les impératifs militaires et sociaux du XVIe siècle. Elles contribuent donc non seulement à comprendre la construction de la figure du militaire dans les armées du roi de France, mais à saisir aussi son articulation avec le contexte politique et culturel de ce premier siècle de l’époque moderne.

« À la verité c’est une terrible et effroyable image que celle de la mort17 »

  • 17 Chevalier G. de, Discours de la vaillance, Paris, Robert Le Fizelier, 1598, p. 22.
  • 18 Contamine P., « Points de vue sur la chevalerie en France à la fin du Moyen Âge », Francia. Forsch (...)
  • 19 Thevet A., Pourtraits et vies des hommes illustres grecz, latins et payens […] et modernes, Paris, (...)
  • 20 Bourdeille P. de, sieur de Brantôme, Œuvres complètes, éd. Lalanne L., Paris, Veuve J. Renouard, 1 (...)
  • 21 Aubigné A., Histoire universelle, s. l, 1626, livre 1, col. 320. Voir aussi le poème placé en anne (...)

6Avant de s’attacher aux causes et aux solutions envisagées pour lutter contre la peur au combat, il est nécessaire de considérer la perception qu’ont les hommes de guerre de cette émotion. Aussi convient-il de revenir sur les idées qui entravent encore les réflexions sur l’histoire des sentiments guerriers au XVIe siècle, et de comprendre comment les hommes de guerre résolvent l’apparent paradoxe entre leur idéologie de la supériorité et l’omniprésence de la peur dans la guerre. L’opinion commune veut, en effet, que la littérature chevaleresque et militaire réserve ce sentiment, incompatible avec l’exaltation hyperbolique de la noblesse, aux roturiers. Incontestablement, le modèle du chevalier « sans peur et sans reproche » demeure prédominant tout au long du XVIe siècle18. Jean Bouchet et Symphorien Champier l’adoptent pour chanter les vies de Louis de La Trémoille et de Bayard. Mais il ne perd rien de sa pertinence pour les gentilshommes, tant catholiques que protestants, durant des guerres de Religion. Il guide ainsi encore l’écriture d’André Thevet et de Brantôme dans leurs vies des grands capitaines19. Ce dernier conserve ainsi le souvenir héroïque de Louis XII face à l’artillerie vénitienne à la bataille d’Agnadel : « Rien, rien, dict-il. Je n’en ay point de peur ; et quiconque en aura peur, qu’il se mette derrière moy, il n’aura point de mal20. » Agrippa d’Aubigné choisit encore ce système de valeurs pour inscrire Henri IV dans l’éternité. Son récit de la bataille d’Ivry donne ainsi un écho merveilleux à l’anecdote italienne mettant en scène Louis XII. À ses cavaliers qui s’apprêtaient à charger, Henri IV aurait lancé : « Si vos cornettes vous manquent, ralliez-vous à mon panache blanc, vous le trouverez au chemin de la victoire et de l’honneur21. »

  • 22 Flori J., « Le héros épique et sa peur, du Couronnement de Louis à Aliscans », PRIS-MA, 10, 1994, (...)
  • 23 Beusves d’Anthonne, Paris, Michel Lenoir, 1502, fol. 36.
  • 24 Galien rethoré, Paris, Antoine Vérard, 1500, fol. LXV.
  • 25 Ribémon B., « La ‘‘peur épique’’. Le sentiment de peur en tant qu’objet littéraire dans la chanson (...)

7La peur trouvait, cependant, toute sa place dans les fictions chevaleresques. L’opposition nobles/vilains doit donc y être nuancée, et ce, dès le Moyen Âge22. L’exaltation manichéenne du courage n’y fait, en effet, pas de la peur l’apanage des femmes, des Sarrasins, des traîtres ou des non nobles. Les chevaliers aussi la connaissent, la ressentent et la subissent. Seule la peur panique semble réservée aux infidèles. Dans le Beusve d’Hantonne édité en 1502, le lecteur découvre ainsi Beuvon, « franc chevalier », « tout esbahy » à la vue d’Achoppart, le géant païen converti au christianisme, armé d’un grand mât23. Dans le Galien Rethoré, paru deux ans plus tôt, on voit Charlemagne en bien mauvaise posture après que son cheval a été tué sous lui à Roncevaux. Il est sur le point de succomber à la frayeur lorsque ses compagnons l’entendent crier « Mont joye saint Denis24 ». La peur apparaît donc bien, dans les récits chevaleresques comme un sentiment naturel, « touchant tour à tour et en diverses circonstances la plupart des personnages épiques25 ».

  • 26 Cf. supra l’article de Christophe Masson.
  • 27 Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., p. CVI.
  • 28 Drevyn G., Brief exercite de guerre et instruction des nobles chevaliers, gentilzhommes, hommes d’ (...)
  • 29 Chevalier G. de, Discours…, op. cit., p. 22.

8Les traités militaires, qu’ils soient inédits ou traduits d’œuvres antiques ou étrangères, ne cachent pas plus la peur que leurs prédécesseurs médiévaux26. À la suite des théoriciens de l’Antiquité, tous s’accordent sur l’idée qu’elle n’épargne personne, ou presque. Officiers et soldats, hommes d’armes et fantassins, nobles et roturiers sont ainsi égaux devant cette émotion universelle. Chacun peut lire dans la première traduction française imprimée de Végèce, datée de 1536, qu’il « advient naturellement aux courages de tous les hommes, qu’ilz tremblent a l’arrivee et commancement du conflict27 ». Les termes de la traduction de Nicolas Volcyr sont repris presque mot pour mot au milieu du siècle par Guillaume Drevyn, pour qui, « de nature […] presque tous les gens ont paour ou commencement a joindre contre leurs ennemys28 ». En 1598 encore, l’homme de guerre et poète, Guillaume de Chevalier rappelle qu’aucune âme, si haute et résolue soit elle, ne peut rester insensible à l’image terrible et effroyable de la mort29.

  • 30 Les dictionnaires du temps renvoient ainsi aux termes latins pavor, timor, terror formido, ou metu (...)
  • 31 Montluc B. de, Commentaires, op. cit., livre I, p. 503.
  • 32 Aubigné A., Mémoires, éd. Lalanne L., Paris, Charpentier, 1854, p. 23.

9Dans leurs mémoires, les hommes de guerre avouent parfois avoir connu, eux-mêmes, ce sentiment terrible. Bien qu’avec pudeur, certains confessent avoir ressenti la « paour », la « craincte » ou le « doubte ». Ils sont donc capables de décrire toute la gamme de l’intensité de ce sentiment, de la simple appréhension à la terreur30. Ils reconnaissent encore avoir été « espouvantés », « esfrayés », « estonnés » ou « troublés » parfois face au danger et à l’ennemi. L’agitation de l’esprit qu’ils décrivent s’étend du léger frisson accompagnant l’affolement à l’épouvante qui bouleverse l’âme au point de provoquer la fuite ou la paralysie. Le verbe « estonner » recouvre, en effet, non seulement la frayeur, mais l’étourdissement, la désorientation, l’insensibilité ou la défaillance qui en résultent. Il définit le fait d’être frappé de stupeur ou paralysé par l’effroi. Blaise de Montluc explique avoir dû affronter à plusieurs reprises ce démon au cours de sa carrière31. Agrippa d’Aubigné raconte comment, quelques jours après la Saint-Barthélemy, lui et quatre-vingt de ses compagnons prirent la fuite « comme une troupe de moutons » en entendant crier sans raison « Les voicy ». À court d’haleine, ils se « regardèrent couverts de honte et advouèrent que Dieu ne donnoit pas le courage […], mais le prestoit32 ».

  • 33 Bourdeille P. de, Œuvres…, op. cit., t. 2, p. 394 et 397.
  • 34 Wallhausen J. J. von, Art militaire à cheval. Francfort, Paul Jacques, 1616, p. 121-122.

10Les mémorialistes sont toutefois plus prompts à dire la peur des autres pour souligner les difficultés apportées par cette émotion, pour justifier ceux qui l’ont ressentie, ou, au contraire, pour dénoncer les réputations usurpées. Brantôme accuse nombre de ses contemporains, tenus pour des Césars, d’avoir fuit le danger aussi vite que le premier pionnier venu. Il rappelle que les « bons chevaliers […] sans peur et sans reproche » sont bien dignes d’admiration, mais aussi qu’« ils sont très rares33 ». Au début du XVIIe siècle, Wallhausen note encore que la vie du soldat est soumise aux hasards perpétuels des alarmes, à l’angoisse permanente d’être atteint par un coup d’arme à feu, et à la menace constante de se faire couper la gorge34. Pour tous donc, la peur fait partie du quotidien du combattant.

  • 35 Bartoli C., Conseils militaires forts utiles et necessaires à tous généraux, colonels, capitaines (...)
  • 36 Ribémon B., « Le cuer del ventre li a trais. Cœur arraché, cœur mangé, cœur envolé : quelques rema (...)
  • 37 Voir aussi Guichardin F., Histoire des guerres d’Italie […] à laquelle ont esté adjoustees les Obs (...)
  • 38 Bartoli C., Conseils militaires…, op. cit., fol. 36 et 43.

11Contrairement aux idées reçues, les hommes de guerre ne dénoncent que rarement la peur pour elle-même. Ils la différencient, en effet, de la couardise, comme ils distinguent le courage de la témérité, et la perçoivent comme une passion partagée par tous les hommes. Cosimo Bartoli, clerc, humaniste et mathématicien florentin, est l’un des rares à nous en avoir laissé une définition aboutie. Elle se trouve dans ses Discorsi historici universali, dont les dix-sept premiers livres sont traduits en français en 1586 sous le titre de Conseils militaires. Le traducteur, Guillaume Chappuys, dédie son travail à Henri de Batarnay, lieutenant général du roi en Touraine, en Anjou et dans le Maine, et accessoirement frère d’Anne de Joyeuse. Il rend mot à mot la définition presque anthropologique de l’humaniste italien qui conçoit ce sentiment comme une « douleur et perturbation d’esprit, qui naist et procede de l’imagination d’un mal futur35 ». Pour lui, l’infinité des dangers qui menacent l’homme crée une infinité d’occasions d’avoir peur. Par ailleurs, puisque cette émotion naît de l’imagination, elle s’intensifie avec le sentiment du danger. À mesure qu’il croît, ses manifestations se font sentir, tant dans l’esprit que dans la chair. La crainte perturbe ainsi l’entendement, la faculté de prendre des décisions et la résolution des soldats. L’âme troublée et incapable de trouver le repos agit sur le corps et d’abord sur le cœur, siège de l’âme, des émotions et des vertus36. Privés de volonté et de courage, les hommes cherchent alors soit à éviter, soit à fuir le danger37. Naturelle et salutaire dans la vie civile, la peur devient donc une « chose fascheuse et griesve » dans la guerre, car elle amène grande « perte et facherie38 ».

  • 39 Montaigne M. de, Essais, Paris, Abel L’Angelier, 1595, p. 32.
  • 40 Ibid.

12Montaigne s’attache plus aux manifestations de la peur, mais il arrive à des conclusions similaires. Après avoir consulté plusieurs médecins, il conclut qu’il s’agit d’« une estrange passion », la plus prompte à troubler le jugement39. Ses manifestations irraisonnables, contradictoires, incontrôlables et imprévisibles la rendent plus particulièrement problématique chez le soldat que chez les autres. Selon ses observations, elle déclenche « de terribles esblouissemens » et la paralysie, ou, au contraire, une « rage » et une folie poussant à l’action inconsidérée, voire au suicide. Il rapporte ainsi qu’au siège de Saint-Pol, en 1537, un porte-enseigne « esperdu de frayeur » se précipita hors de la ville, avant d’être tué par les ennemis. Ce sentiment « serra, saisit, et glaça [par ailleurs] si fort le cœur d’un [autre] gentilhomme, qu’il en tomba roide mort par terre, à la bresche, sans aucune blessure ». Il constate enfin que parfois cette émotion s’empare sans raison apparente d’une armée entière provoquant sa fuite ou au contraire, lorsque tout espoir semble perdu, un regain de courage et de vaillance40.

  • 41 Ibid., p. 225.
  • 42 Rabutin F., Commentaire des dernières guerres en la Gaule Belgique, éd. Petitot C.-B., Paris, Fouc (...)
  • 43 Platon, La République, Paris, Les belles lettres, 1934, livre IV 427e, 428a, p. 17. Sur la concept (...)
  • 44 La fleur des batailles, Doolin de Mayence, Paris, Nicolas Bonfons, s. d [dernier tiers du XVIe sièc (...)
  • 45 Aristote, Éthique à Nicomaque, Paris, J. Vrin, 1994 [1990], II-6, p. 106, III-9, p. 147.
  • 46 Bartoli, C., Conseils militaires…, op. cit., fol. 26.
  • 47 Montluc B. de, Commentaires, op. cit., livre I, p. 503. Guichardin F., Histoire des guerres d’Ital (...)
  • 48 Montluc B. de, Commentaires, op. cit., livre I, p. 503.

13Naturelle et universelle, la peur ne pouvait donc pas apparaître comme un élément déterminant de la distinction nobiliaire. Dans les fictions, les traités et les mémoires militaires, la peur est en conséquence définie comme une passion et différenciée de la couardise, perçue comme un vice41. La supériorité ne se fonde donc pas sur l’absence de peur, mais bien sur la capacité à surmonter les périls, à endurer l’adversité et à maîtriser ses passions42. L’influence du néo-platonisme fait du courage la vertu cardinale de la noblesse et de ses manifestations, le moyen de sonder l’âme et de mesurer la grandeur43. Le prologue de Doolin de Mayence peut ainsi rappeler à la fin du XVIe siècle, qu’« on dit communement que la noblesse vient de noble courage44 ». Celui-ci ne se confond pourtant pas avec la témérité. Suivant la tradition aristotélicienne, les auteurs placent une vertu à égale distance des deux vices résultant de son excès ou de son défaut45. Le vrai courage se trouve ainsi quelque part entre la lâcheté et la témérité ; il est la vertu de craindre ce qui doit être craint et de mépriser ce qui ne le mérite pas. Bartoli rappelle qu’Aristote considérait l’homme insensible à la peur, non pas comme « vaillant et vertueux, mais […] fol et temeraire46 ». Blaise de Montluc et François de La Noue, plus tard, expliquent qu’affronter un ennemi notablement supérieur tient de la « témérité et non [de la] hardiesse47 ». Montluc conclut d’ailleurs qu’il « n’est pas mal seant d’avoir peur quand il y a grande occasion48 ». La prise de risque inconsidérée est donc observée comme une folie, plutôt que comme une preuve de qualité. Et pour Cosimo Bartoli, comme pour nombre de ses contemporains, le vrai courage s’évalue au regard des actions entreprises pour l’intérêt du bien public, de la patrie et du prince :

  • 49 Bartoli, C., Conseils militaires…, op. cit., fol. 26-27.

« Car la vraye force et vaillance est de moderer la crainte et la hardiesse : et le propre de l’homme vertueux et fort est d’estre invincible aux travaux ; constant et genereux es dangers, severe aux plaisirs, ennemy d’avarice : et ce faisant en defendant la Patrie ou le Prince […], ou en la maison des infirmes et non habiles aux armes […] pour les preserver des larrons et brigands, c’est comme l’on dit, l’accomplissement d’une ample et parfaicte justice49. »

14Aussi, pour faire de leurs lecteurs des capitaines adroits, vertueux, capables de conduire leurs troupes et de servir leur prince, les auteurs devaient-ils envisager, sans fausse pudeur, toutes les difficultés du métier des armes.

Des « figures horribles, et des noises inusitées »

  • 50 Amboise M. d’, L’art et Guidon des Gens de la Guerre, Paris, Arnoul l’Angelier, 1552 [1543], fol. (...)
  • 51 Frontin, Des stratagèmes, especes, et subtilitez de guerre, Paris, Christian Wechel, 1536, chap. x (...)

15Pour les théoriciens militaires, identifier les causes et les conséquences de la peur est un préalable nécessaire à l’analyse des situations et à la formulation de solutions. Michel d’Amboise, poète et homme de guerre, né à Naples en 1503, écrit ainsi pour « pourveoir (pour eviter tous inconveniens) […] et abbattre les causes devant que les effects adviennent50 ». Pourtant, si tous l’envisagent, il est rare que cette émotion fasse l’objet d’un développement synthétique. Elle apparaît d’ailleurs tout autant dans des développements consacrés à la manière de s’en prémunir qu’à celle de l’insuffler à l’adversaire. Toutefois, même chez ceux qui lui consacrent des chapitres spécifiques, tels Frontin et d’Amboise, elle est traitée comme un des multiples paramètres de la guerre plutôt que pour elle-même51.

  • 52 Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., p. ciii.
  • 53 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. l.
  • 54 Ibid., fol. LXXI v°.
  • 55 Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., fol. LIIII. Le Rosier des Guerres, éd. Diamant-Berger M., Pa (...)
  • 56 Fourquevaux R. de, Instruction sur le fait de la guerre, Paris, Michel Vascosan, 1548, fol. 48.
  • 57 Billon J. de, Les principes de l’art militaire, Rouen, Jean Berthelin, 1641 [1613], p. 13.

16Sans surprise, les auteurs constatent d’abord l’importance des atteintes aux corps et aux sens qui « espouvante[nt] » et provoquent l’« estonnement » des soldats. La vue du sang, des blessés et des morts trouble leur esprit. Les plus jeunes et les plus inexpérimentés y sont particulièrement sensibles et s’en trouvent souvent tout « confuz et esperduz de paour52 ». La simple vue des armes suffit parfois à abattre leur détermination. Les sons des trompes, des tambours de guerre et les clameurs du champ de bataille semblent aussi avoir été terribles à supporter. Les cris éructés par les ennemis lors de la charge et du premier contact, les gémissements des blessés, les pleurs et les lamentations des civils dans les sièges, surtout ceux des femmes, anéantissent parfois les plus ardents courages53. Enfin, la sensation du fer sur les chairs terrorise aussi, bien souvent, les combattants54. Nicolas Volcyr et Pierre Choinet recommandent ainsi aux chevaliers de tenir leurs hauberts et harnois propres et luisants, « car tres grant terreur importe et donne aux ennemys la resplendisseur et lustre des armes55 ». Pour effrayer la cavalerie, Raymond de Fourquevaux conseille l’emploi de « figures horribles, et des noises inusitees56 ». Tous prescrivent d’ailleurs de faire charger les hommes en grande furie et à grands cris pour donner du cœur à la troupe, et pour épouvanter les ennemis. Certains pensent même que le silence d’une troupe qui charge témoigne de la fébrilité et de la crainte des soldats. À l’inverse, Jérémie de Billon affirme, au début du XVIIe siècle, que les gens de pied craignent la cavalerie lourde par « faute de jugement », car elle « est furieuse à voir, mais elle ne fait point de meurtre57 ».

  • 58 Paré A., La Méthode de traicter les playes faictes par hacquebutes et aultres bastons à feu…, Pari (...)
  • 59 Commynes P. de, Les Mémoires de messire Ph. de Commines, Paris, Galiot Du Pré, 1552, fol. 144.
  • 60 Mémoires de Messire Martin Du Bellay, Paris, P. l’Huillier, 1569, livre 3, fol. 68.
  • 61 Champier S., Les gestes ensemble la vie du preulx chevalier Bayard, éd. Crouzet D., Paris, Imprime (...)

17L’introduction de l’artillerie à poudre pose le problème particulier de l’intensité sonore des décharges et de l’atrocité des blessures qui exposent les hommes à une expérience sensorielle inédite ; ce qui justifie souvent un développement particulier dans les traités. Ambroise Paré décrit avec force détails les dégâts causés par les balles rondes. Elles pénètrent les corps en déchirant les chairs avant de briser les os ou de s’y incruster58. Philippe de Commynes raconte, lui, comment à la bataille de Fornoue, les estradiots, peu familiers de l’artillerie, s’enfuirent pris de panique, après qu’un de leurs chevaux a été abattu d’un coup de fauconneau59. Et, à en croire Martin et Guillaume du Bellay, lorsque l’artillerie française ouvrit le feu sur les troupes impériales, dans les premiers instants de la bataille de Pavie : « Vous n’eussiez veu que bras et testes voler60. » Mais surtout, l’artillerie à poudre introduit dans l’affrontement une part supplémentaire de hasard qui terrifie la noblesse. Pour les gentilshommes, en effet, la mort soudaine, inopinée et anonyme est redoutable et infamante, parce qu’elle les prive de la gloire d’une mort choisie et sacrificielle, plus conforme à l’idéal chevaleresque61. L’arme à feu nivelle donc l’ordre social et contribue ainsi à sa destruction jusqu’au cœur des combats.

  • 62 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 47 v°-48.
  • 63 Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., p. cxvii-cxviii. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., (...)
  • 64 Montluc B. de, Commentaires, op. cit., livre II, p. 44.
  • 65 Petit village de la province de Gueldre.

18Les « choses soudaines », les surprises et les nouveautés sont aussi particulièrement redoutées, car elles ébahissent les soldats, rompent l’ordre et provoquent la panique. L’urgence de la situation ou sa nouveauté interdit, selon eux, toute réaction raisonnée et souvent raisonnable. Les auteurs pointent l’incapacité des hommes à s’adapter comme un facteur de l’effroi et conseillent donc d’être toujours imprévisibles et d’assaillir souvent les ennemis « sans leur donner loysir d’y pourveoir62 », car « les choses soudaines [les] espouvantent63 ». Les capitaines doivent ainsi savoir utiliser le relief du terrain, les forêts et les haies, tout autant que l’obscurité nocturne. La nuit, en effet, fait baisser l’attention des soldats, empêche de reconnaître l’assaillant et favorise les errements de l’imagination64. Giorgio Basta rapporte ainsi qu’en 1574, son frère Nicolas mit en déroute en une nuit et avec 500 Wallons les 2 000 piétons et 6 000 chevaux du duc d’Albe stationnés à Driel65 :

  • 66 Basta G., Le gouvernement de la cavallerie legere, Rouen, J. Berthelin, 1616, p. 37-38.

« Chose qui, comme non attenduë ne pensee, causa telle terreur et espouvantement de l’ennemys, qu’il se mit en desordre, et l’infanterie y survenant, il fut du tout defait, et la pluspart taillee en pieces66. »

  • 67 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 47 v°, 48 v°. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. (...)
  • 68 « Lettres de Deux espagnols contenans des relations de la bataille de Dreux », 23 décembre éd. in (...)

19Les « faulses et fainctes » nouvelles et les rumeurs favorisent aussi l’égarement de l’âme et la propagation de l’angoisse dans l’armée67. Tromper l’ennemi sur ces effectifs ou sur l’état de sa troupe, faire courir le bruit de la capture ou de la mort du général adverse sont des grands classiques rappelés au travers des précédents antiques et confirmés par des exemples contemporains. La nouvelle de la prise d’Anne de Montmorency lors de la bataille de Dreux (1562) entraîne un mouvement de panique chez les Allemands et les cavaliers français, dont certains n’arrêtent leur course qu’une fois à l’abri des murs de la capitale où ils annoncent la défaite de l’armée du roi, alors même que le duc de Guise remporte la victoire68.

  • 69 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XXVI, XXXIX v°. Clèves P. de, Instruction de toute (...)
  • 70 Ibid., p. 121-123.
  • 71 La Marck R. de, Mémoires, éd. Goubaux R. et Lemoisne P.-A., Paris, SHF, 1913-1924, 2 vol., t. 1, p (...)
  • 72 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 46.
  • 73 Commynes P. de, Les Mémoires…, op. cit., fol. 144 r°. Voir aussi Hale J. R., Mallett M., The milit (...)

20Le bon capitaine est donc aussi celui qui est capable de prévoir et de prévenir, autant que possible, les errances de l’esprit. Mais puisque l’imaginaire joue un rôle déterminant dans l’apparition et l’entretien de la peur, les hommes de guerre doivent apprendre à frapper celle de leurs ennemis. Les théoriciens se montrent intarissables sur les moyens de terroriser l’adversaire et de briser sa volonté. Ils recommandent de le harceler continuellement, de s’en prendre à ses vivres ou d’exercer contre lui de grandes violences. Il s’agit d’entretenir la lassitude, le doute et le désespoir par des alarmes incessantes et la vision permanente des blessures et de la mort69. D’autres fois, il est préférable d’entretenir l’attente et l’incertitude, propices aux divagations de l’esprit, pour attiser l’angoisse et le désir de se rendre ou de fuir. Une fois le combat engagé, la violence ne connaît plus aucune borne. Philippe de Clèves prescrit d’utiliser non seulement l’huile bouillante et le plomb fondu pour défendre une place forte, mais encore de lancer sur les assiégeants des tonnelets de poudre. Pour défendre les brèches, il conseille la construction de petits fortins dans les boulevards, garnis d’hommes de traits – d’autres y ajoutent des artilleurs –, bien propres à étonner et affoler les assaillants70. De tels procédés sont effectivement utilisés comme au siège de Pavie où Antonio de Leyva, retranché dans la ville, a recours à des « pèteraux » chargés à mitrailles et à des arquebusiers dissimulés aux étages des maisons pour repousser les assauts des brèches de l’automne 1524. Les ravages faits dans les rangs français imposent à François Ier d’abandonner le projet de prendre la ville ainsi71. De son côté, Raymond de Fourquevaux incite les capitaines à jeter des « potz, grenades, et autres engins a feu » au milieu des troupes ennemies pour rompre leur ordonnance72. Certaines troupes entretiennent aussi une culture de la violence afin de jeter l’effroi sur leurs adversaires. Les estradiots, au service de Venise, se forgent la redoutable réputation de ne pas faire de prisonniers, de décapiter leurs adversaires et de réclamer un ducat de récompense pour chaque tête coupée73.

  • 74 Pepper S., « Siege law, siege ritual and the symbolism of city wall in Renaissance Europe », dans (...)
  • 75 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XXIIII v°, LIIII.
  • 76 Quilliet B., Louis XII. Père du peuple, Paris, Fayard, 1986, p. 246. Fournel J.-L. et Zancarini J. (...)

21Le droit de la guerre encadrait pourtant l’usage de la violence. Mais il était suffisamment permissif pour concilier les prescriptions de la morale et les impératifs militaires. Il reconnaissait, par exemple, le droit du conquérant à disposer d’une ville prise par la force74. Michel d’Amboise peut ainsi inciter les capitaines à couper les mains des soldats des garnisons qui résistent afin d’inciter les villes voisines à se rendre d’elles-mêmes75. Les troupes françaises usaient d’ailleurs de telles méthodes dans la péninsule italienne76. Charles VIII écrit ainsi au duc de Bourbon, à propos de la prise de Monte San Giovanni, le 9 février 1495 :

  • 77 Ville située au sud-est de Rome. Lettres missives au duc de Bourbonnais, Veroli, 9 février 1495 (L (...)

« dudict premier assault elle a esté emportée et prinse à mon petit dommaige et à leur despens, pugnicion et grant perte pour le peuple [et l’exemple] des autres qui voudroient faire le semblable77 ».

  • 78 Guichardin F., Histoire d’Italie, trad. Fournel J.-L. et Zancarini J.-C., Paris, Laffont, 1996, 2  (...)
  • 79 Vissière L., « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525), Paris (...)
  • 80 Rabutin F., Commentaire…, op. cit., livre 7, p. 377-378.
  • 81 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XXXI-XXXI v°.

22Les 300 hommes de la garnison et les 500 habitants y avaient été exécutés « pour inciter les autres […] à ne pas résister », selon Guichardin78. Bien que cruels, ces actes étaient légitimes au regard du droit de la guerre. Les autorités de la ville n’avaient pas, en effet, respecté les immunités et règles de la bonne guerre en renvoyant au roi deux trompettes mutilés79. Les Français n’ont d’ailleurs pas le monopole de ces méthodes. Pendant l’été 1555, le duc d’Albe fait pendre le gouverneur de Frassinetto, exécuter les soldats de la garnison italienne et envoyer ceux du duc de Brissac aux galères. À en croire, François de Rabutin, il projetait d’en faire de même à Santia, entre Ivrée et Verceil, afin que des « autres places fortes de telle crainte et espouventement, […] on luy apporteroit les clefs au devant80 ». L’usage de la terreur est pourtant à double tranchant. Privé d’alternative, l’adversaire combat avec l’énergie du désespoir. Aussi faut-il savoir le ménager, jouer de la sévérité et de la clémence, être cruel et tenir sa foi81.

Remèdes et solutions

  • 82 Ces éléments sont déterminants de la motivation selon Lynn J., The Bayonets of the Republic. Motiv (...)
  • 83 Goya M., Sous le feu : la mort comme hypothèse de travail, Paris, Tallandier, 2014.
  • 84 Chevalier G. de, Discours…, op. cit., p. 22-23. Sur ce sujet voir Jouanna A., L’idée de race en Fra (...)
  • 85 Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., p. cxvii, xiv-xv.
  • 86 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 3 v°.
  • 87 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XVIII. Voir aussi le Rosier des Guerres…, op. cit. (...)
  • 88 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 16-18. Il s’inspire d’ailleurs de Végèce et Machia (...)

23La compréhension des origines de la peur n’est pas une fin en soi, mais un préalable à l’action du bon capitaine. Les auteurs lui proposent donc un ensemble de remèdes, préventifs ou curatifs, destiné à limiter les effets de ce sentiment sur les soldats. Ce faisant, ils sont attentifs aux aspects passionnels et éthiques de la conduite des hommes et à la préparation des troupes82. Les officiers sont par conséquent invités à agir par un subtil mélange de préparation, de persuasion et de contrainte. Il s’agit d’abord d’entretenir la confiance des soldats – celle qu’ils ont en eux, en leurs camarades et en leurs chefs83. Les hommes de guerre s’accordent ici sur les effets bénéfiques de l’instruction, de l’exercice et de l’expérience qui, suivant la pensée commune, alimentent cette vertu si peu naturelle, même chez les nobles où, malgré « quelque disposition […], elle n’est pas bien à terme84 ». La formation, l’entrainement et la pratique apportent, en effet, la maîtrise de soi et de son environnement85, rendent « hardiz ceulx qui seront naturellement couardz86 », et forgent des « gens preux et dispotz87 ». Nous savons aujourd’hui combien ils apportent aux soldats la capacité de comprendre les situations rencontrées et l’assurance nécessaire pour y agir. Bien qu’ils ne puissent faire disparaître la peur, ces savoirs et savoir-faire font reculer le sentiment d’impuissance favorable aux doutes. La discipline, la maîtrise des armes et des exercices sont donc tout aussi essentiels, car l’« ordre chasse la peur du cueur des hommes88 ». Machiavel et Fourquevaux insistent donc sur la nécessité de leur apprendre les ordres, les cris, ainsi que le son des trompes et des tambourins. Car, ainsi dressés, maîtres de leur corps et de leurs armes, ils combattent avec plus de confiance, de délibération et d’audace. L’expérience de la campagne, le choc des batailles et des assauts de villes complètent l’instruction des nouveaux soldats et la préparation des hommes plus aguerris en leur apportant la confiance et la connaissance du terrain, et en leur apprenant des ruses susceptibles de les sortir des mauvais pas. L’expérience complète donc l’éventail des réponses mobilisables par les hommes et accroissent leur capacité à surmonter, ou du moins à contrôler pendant un temps, leur crainte et appréhension. Les anciens soldats sont ainsi réputés plus courageux, car ils savent juger de la gravité d’une situation et sont, plus que les jeunes, sensibles au sentiment de l’honneur. L’exercice et l’expérience ont aussi pour vocation de substituer à la hardiesse individuelle les valeurs collectives de l’ordre, de la solidarité et de l’harmonie qui fondent, pour nombre de contemporains, la force des systèmes de combat.

  • 89 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XXIX v°, XXX v°, LXVII v°, LXXV v°. Clèves P. de, (...)
  • 90 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XVII v°, XXX v°, LXXXI v°. Fourquevaux R. de, Inst (...)
  • 91 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. 3 v°, XXIX, XXIX v°, XXXIX, LVIII v°, LIX, LXIX v° (...)

24La détermination, la motivation et le courage des hommes peuvent encore être entretenus par la solidarité avec le chef. Une bonne réputation, de la prévoyance, de la libéralité et une pointe d’éloquence sont alors indispensables. La renommée et l’exemplarité favorisent, en effet, l’adhésion des soldats et enhardissent « aucunefois les plus couardz89 ». Le bon capitaine se trouve ainsi au premier rang lorsque s’ouvre le combat. Il y attise le courage de ses hommes, leur ouvre la voie, aide les blessés et encourage ceux qui fléchissent, avant de rejoindre une position plus propre au commandement. Il doit aussi savoir anticiper les difficultés et agir pour les chasser, autant que possible. Il peut, par exemple, faire évacuer les hommes apeurés, les blessés et les morts qui « font merveilleusement paour à leurs amys90 ». Une fois la fureur des combats éteinte, il est aussi bon qu’il fasse enterrer les morts de nuit avec discrétion et soigner les blessés dans un lieu tenu secret. Ainsi leurs camarades ne pourront-ils connaître l’ampleur des pertes. La libéralité entretient aussi l’amour du chef, attise l’appât du gain et l’espoir d’une juste récompense. Elle soutient la détermination et la loyauté, et tempère l’appréhension91. Tous s’accordent ainsi pour dire qu’il est légitime, voire nécessaire, de livrer aux soldats les villes prises par la force et de leur distribuer l’argent, les chevaux et les armes pris à l’ennemi après une victoire. Le butin et le pillage apparaissent donc, non seulement comme un moyen de compenser les défauts de l’administration, mais d’exciter la détermination des hommes face aux dangers.

  • 92 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XXXIII, LIX v°, XLIIII-XLIIII v°, LVI, LXX v°, lxx (...)
  • 93 Par exemple : Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 47. Mémoires de Messire Martin Du Be (...)
  • 94 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XVIII, XXXIII v°, fol. LIII v°. Végèce, Du fait de (...)

25Toutefois, l’espoir d’une récompense ne suffit pas toujours. L’éloquence s’impose donc comme une qualité indispensable pour maîtriser le pouvoir du verbe et agir sur les consciences. À en croire les recommandations des théoriciens et des mémorialistes, les soldats étaient ainsi sensibles aux exhortations à faire leur devoir, à combattre hardiment, et à défendre l’honneur de leur compagnie ou nation92. Odet de Foix a su orchestrer la rivalité des bandes italiennes, suisses, gasconnes et françaises dans sa dernière campagne napolitaine de 1528. Son exemple est ainsi repris dans nombre de traités et mémoires93. Les soldats ont aussi besoin d’être rassurés, de se sentir soutenus par leur chef et de croire en la justice de leur cause, qui leur apportera l’aide de Dieu. Les paroles joyeuses et les moqueries légères prononcées dans les moments difficiles permettent aussi d’atténuer la gravité d’une situation. Tout n’est donc pas bon à dire et il est parfois utile de dissimuler ou de mentir à ses hommes. La prudence exige, en effet, de ne leur dévoiler que les faiblesses de l’adversaire et ses propres forces, « combien qu’il soit au contraire94 ». Toutefois, comme les bonnes paroles restent bien souvent insuffisantes, les menaces et les violences peuvent s’avérer nécessaires pour maintenir l’ordre.

  • 95 Ibid., fol. 107.
  • 96 Machiavel N., L’art de la guerre, op. cit., p. 151. Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol (...)
  • 97 Ibid., fol. XLIII v°, XIV. Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 48 v°, 56. Clèves P. de,(...)
  • 98 La Marck R. de, Mémoires, op. cit., vol. 2, p. 227.

26Sur le modèle du Prince, le bon capitaine doit tout autant se faire aimer que redouter95. Il sait, en effet, exercer une contrainte opportune et mesurée. Au cœur des combats, ses ordres répétés appliquent une pression constante, accentuée par la menace lorsque la discipline cède. La pression est aussi celle des camarades, première forme d’auto-régulation de la troupe rendue plus forte que jamais par le nouvel ordre profond. Les Suisses avaient ainsi pour usage de mettre à mort ceux d’entre eux qui, pris de panique, sortaient du rang, menaçant ainsi la cohésion du carré et la survie du groupe96. Dans ce cas, comme dans ceux qui suivent, il s’agit bien de combattre la peur par une peur encore plus grande. Cela est aussi le rôle des sergents de bataille que de contraindre de leur épée ou hallebarde les soldats à monter à l’assaut d’une brèche, à charger ou à rejoindre leur rang. D’aucuns recommandent même de placer à l’arrière une troupe de gendarmes, « des plus gentilz compagnons » pour les contraindre à « combattre sans avoir aucune espérance de salut par fuy » et « occire cruellement » ceux qui tournent le dos97. Cela est d’autant plus impératif qu’ils savent que, dès lors qu’une troupe prend la fuite, il est impossible de l’arrêter et de la ramener au combat. Pris de panique lors de la bataille de Pavie, les Suisses ne se jetèrentils pas par milliers dans les eaux glacées du Tessin pour échapper aux Espagnols98 ?

  • 99 Foucault M., Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.
  • 100 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 92, 105 v°-106.
  • 101 Clèves P. de, Instruction…, op. cit., p. 22.
  • 102 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 105 v°. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit.,(...)
  • 103 Ibid., fol. LXXXVIII, XCII.
  • 104 Rosier des Guerres…, op. cit., p. 40. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. LXXXVII v°.

27Avant et après la bataille, les ordonnances de police et les règlements définissent les crimes et délits militaires ; ils complètent les pratiques compensatoires pour définir les normes de comportement99. Les fautes liées à la peur n’y sont pas omises, régies par la même pédagogie de l’effroi que le reste du système de contrôle des soldats. L’exemplarité des peines y est un principe essentiel, comme le rappelle Raymond de Fourquevaux, pour qui il faut parfois châtier quelques soldats pour faire peur aux autres100 ; Philippe de Clèves propose pour sa part d’installer un gibet sur la place centrale du camp afin que chacun craigne toujours de mal faire101. Sur le modèle de la discipline romaine, les peines doivent être d’une extrême rigueur pour ceux qui cèdent à la peur. Ceux qui reculent, désertent, refusent de combattre ou quittent le guet risquent la mort sans condition de grade ou de rang102. Pour les fautes moins lourdes – l’abandon des armes ou les charges inconsidérées –, les peines peuvent toutefois être aménagées en fonction du grade et du statut. Michel d’Amboise entend ainsi voir rétrogradés les gendarmes et les archers au rang de piétons et fouettés ou chassés de l’armée les fantassins103. À l’inverse, ceux qui se rendent à l’ennemi sans autre cause que la peur, doivent être punis avec d’autant plus de rigueur que leur dignité est grande. Car il « n’est rien qui tant griefve un ost que lacheté de courage de son chevetain104 ».

  • 105 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 105 v°.
  • 106 Machiavel N., L’art de la guerre, op. cit., p. 151.
  • 107 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. 2, LXXXIX v°. Bourdeille P. de, Œuvres…, op. cit.,(...)
  • 108 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 4.
  • 109 Bourdeille P. de, Œuvres…, op. cit., t. 4, p. 19, 21.

28Les peines peuvent aussi être modulées en fonction de « la qualité du delict […] ayant esgard au mal qui s’en sera ensuivy105 ». Les comportements inadaptés provoqués par la peur ne mettent, en effet, pas seulement l’individu en danger. La défection de quelques hommes suffit parfois pour compromettre l’intégrité de la troupe et causer un mouvement de panique. Le « malheur individuel » devient alors « malheur général106 ». De la capacité des hommes à surmonter leur crainte dépend donc aussi le sort de l’armée et parfois de l’État107. Parce qu’ils agissent dans le cadre d’une guerre, non comme un ensemble d’individus mais comme le membre d’un corps responsable du bien commun du royaume, les hommes de guerre n’ont pas le droit de céder à ce sentiment108. Cela explique la sévérité des peines et l’unanimité des théoriciens et mémorialistes lorsqu’il s’agit de savoir « s’il est permis de punir les poltrons109 ». Face aux « théologiens » qui rejettent une telle possibilité, au nom de l’inspiration divine des sentiments, bons ou mauvais, ils ne s’en prennent pas tant à la peur-passion, qu’à l’incapacité de la surmonter qui fait des soldats des lâches, des déloyaux et des parjures. Vice personnel lié à un défaut individuel du courage, la couardise devient une tare publique engageant la responsabilité de l’individu, dès lors que le sort de la communauté est en jeu.

  • 110 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 101.
  • 111 Ibid., fol. 101 v°.

29Raymond de Fourquevaux est l’un des plus virulents à l’encontre des couards. S’inspirant des traités antiques, il place la lâcheté et la fuite parmi les fautes personnelles et les crimes graves. Comme l’abandon du guet, la désertion et la mutinerie, elle consiste, pour lui, à fausser la « foy et serment » de l’engagement et donc à « tromper Dieu et les hommes110 ». Ainsi, et parce que la déloyauté est considérée comme un « faict deshonneste et infame », l’exercice de la justice ne doit connaître aucune clémence. Il destine celui qui en est convaincu à être « mailloté ou enterré tout vif, ou desmembré a quatre chevaulx, ou empallé111 ». Le caractère infamant du crime justifie une telle sévérité, même à l’encontre des officiers et des hommes d’armes, pourtant majoritairement nobles, et assimilés alors à des roturiers. La criminalisation de la couardise est donc aussi une affaire de représentations sociales.

  • 112 Rosier des Guerres…, op. cit., p. 34. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. LXXXVIII.
  • 113 Montaigne M. de, Essais, op. cit., p. 29-30.
  • 114 BnF, Ms. Rés. F 172 : Ordonnances militaires du maréchal de Brissac [Charles de Cossé], fol. 87.
  • 115 Pour montrer que la loy des armes veut que ceux qui commandent aux armées ou dans les places meure (...)

30D’autres sont plus nuancés et proposent d’être attentifs aux circonstances ou de distinguer les fautes liées à la peur de celles liées à la malignité112. Montaigne distingue ainsi les faiblesses naturelles, parfois contraires aux « reigles de la raison », de la malice, réelle « deffaillance ». Il n’en excuse pas pour autant les déficiences naturelles des soldats et recommande de châtier la couardise par des peines honteuses et infamantes. Car lorsqu’elle est apparente et dépasse l’ordinaire, il est raisonnable « de la prendre pour suffisante preuve de meschanceté et de malice, et de la chastier comme telle113 ». La couardise devient alors trahison. C’est le principe suivi par certaines ordonnances émanant du roi ou des grands capitaines : Charles de Cossé qui, en 1551, voue ainsi à la mort tout autant celui qui « ira a l’assaut […] sans le commandement […] comme aussi […] celuy qui fuira ou abandonnera son rang114 ». Car, « pource qu’en matiere d’Estat les fautes qui se commettent par lascheté ne sont pas plus aisées a reparer que celles qui se commettent par trahison et par perfidie115 ».

31La peur fait donc bien partie des préoccupations des hommes de guerre du XVIe siècle. Thème parmi d’autres de leur réflexion, elle est abordée sans fausse retenue et avec un regard attentif à l’humanité du soldat. Elle est pour eux un facteur à part entière du combat, malgré toutes les difficultés qui s’opposent à sa compréhension. Mais les avons-nous toutes surmontées aujourd’hui ? Leurs réflexions dévoilent aussi une perception de la peur plein de finesses et de complexité, un sentiment dont les ressorts sont non seulement d’ordre militaire, mais aussi éthique, moral, psychologique, juridique et politique.

32Sa prise en charge entre ainsi pleinement dans le processus plus général de réduction en art de la guerre de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. L’observation de cette émotion est mise au service de la recherche de règles à partir desquelles ils pensent pouvoir apporter des réponses pratiques aux questions concrètes des capitaines. Si peu efficaces soient-elles, elles reposent sur l’alliance subtile de l’exercice, de la douceur, de la puissance du verbe, mais aussi de la dissimulation, de la contrainte et de la répression. Ces solutions prennent, en outre, place dans une pensée rationnelle, organisée en fonction des impératifs militaires et politiques ainsi que du poids des représentations sociales du XVIe siècle.

  • 116 BnF, Ms. Fr. 18542 : Juridiction du Connestable et mareschaux, fol. 3.
  • 117 Potter D., Un homme de guerre au temps de la Renaissance : la vie et les lettres d’Oudart du Biez, (...)

33Une étude serait donc à mener sur la rigueur, la fréquence et les résultats avec lesquels ces dispositions étaient appliquées. Toutefois, la justice militaire étant d’abord du ressort des capitaines, les traces de procédures conservées sont peu nombreuses et doivent être cherchées dans les archives de la table de marbre, des parlements et les correspondances, comme ce procès intenté à un simple homme d’armes accusé, en 1538, « en vertu des lettres et commissions du Roy […] d’avoir quiter la garnison de peur d’un siege116 ». Par ailleurs, alors que le recrutement reposait majoritairement sur le volontariat, le caractère public et exemplaire des peines n’était-il pas plus efficace qu’une répression systématique ? Les grands procès entrepris contre des personnages plus importants étaient sans doute plus prompts à inculquer le sens du devoir et du sacrifice. Nombre d’entre eux s’inscrivent ainsi dans la mémoire collective en peuplant les traités et les récits biographiques. Beaucoup concernent aussi le cas particulier des redditions de places fortes, qui menacent l’intégrité même du royaume, comme celle de Fontarabie en 1524, de Guise en 1536, de Boulogne en 1544, du Câtelet en 1557, ou encore de Corbie en 1636. Ces affaires demeurent comme des cas de lâcheté avérée, bien que nous sachions aujourd’hui que le manque de courage n’était pas toujours l’unique grief du roi contre ses capitaines117.

Notes

1 Montluc B. de, Commentaires, éd. Petitot C.-B., Paris, Foucault, 1822, livre V, p. 150.

2 Keegan J., Anatomie de la bataille : Azincourt 1415, Waterloo 1815, La Somme 1916, Paris, Robert Laffont, 1993 [1976], p. 28.

3 Corvisier A., L’Armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul, le soldat, Paris, PUF, 1964, p. VIII. Id., « La mort du soldat depuis la fin du Moyen Âge », Revue historique, 254, 1975, p. 3-30. André Corvisier, Henry Contamine, Jean Chagniot, Jean-Paul Bertaud ou William Serman étaient aussi partie prenante du colloque international intermédiaire d’histoire militaire de Paris en 1969 et du xiiie congrès international des sciences historiques en 1970, dont le thème était « Vie et psychologie des combattants et gens de guerre ».

4 Chaline O., La bataille de la Montagne Blanche (8 novembre 1620). Un mystique chez les guerriers, Paris, Noesis, 1999. Drévillon H., L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, 2005. Audoin-Rouzeau S., Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2008.

5 Gambiez F., « La peur et la panique dans l’histoire », Mémoires et communication de la Commission française d’Histoire Militaire, t. 1, 1970, p. 91-124. Id., « Étude historique des phénomènes de panique », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 20, 1973, p. 153-166. Corvisier A., « Le moral des combattants, panique et enthousiasme : Malplaquet, 11 septembre 1709 », Revue historique des armées, 3, 1977, p. 7-32. Chagniot J., « Une panique, les Gardes françaises à Dettingen (27 juin 1743) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 24, 1977, p. 78-95.

6 « Peur », Trésor de la Langue Française, [en ligne. URL : http://atilf.atilf.fr.].

7 Delumeau J., La peur en Occident (XIVe -XVIIIe siècles), Paris, Robert Laffont, 2013 [1978], p. 21.

8 Le Bon G., Psychologie des foules, Paris, Félix Alcan, 1895, p. 18-20.

9 Crocq L., Les traumatismes psychiques de guerre, Paris, O. Jacob, 1999, p. 76-78. Id., « Les paniques collectives : histoire, structure clinique, statut nosographique, étio-pathogénie et traitement », in LXXXXIVe Congrès de psychologie et neurologie de langue française, compte rendu, Paris, Masson, 1986, p. 180-191.

10 Delumeau J., La peur en Occident, op. cit., p. 10-11.

11 Ardant du Picq C., Étude sur le Combat, Paris, Hachette, 1880.

12 Verrier F., Les armes de Minerve. L’humanisme militaire dans l’Italie du Nord du XVIe siècle, Paris, PUPS, 1997 ; Drévillon H., L’individu et la guerre : du chevalier Bayard au Soldat inconnu, Paris, Belin, 2013. Dubourg-Glatigny P., Vérin H. (dir.), Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 2008.

13 Végèce, Du fait de guerre et fleur de chevalerie, Paris, C. Wechel, 1536, p. CXVIII.

14 Cinq traités ont ainsi principalement été interrogés : ceux de Pierre Choinet, de Philippe de Clèves, de Raymond de Fourquevaux, de Michel d’Amboise, et la traduction de Végèce par Nicolas Volcyr. Ils sont complétés par des références plus ponctuelles à d’autres, contemporains ou plus tardifs.

15 Harari Y. N., Renaissance Military Memoirs. War, history and Identity, 1450-1600, Woodbridge, Boydell Press, 2004. Fumaroli M., « Les mémoires du XVIIe siècle au carrefour des genres en prose », XVIIe siècle, 94-95, 1971, p. 7-37. Kuperty-Tsur N., Se dire à la Renaissance : les mémoires au XVIe siècle, Paris, J. Vrin, 1997.

16 Rosenwein B., « Worrying about Emotions in History », American Historical Review, 107, 2002, p. 821-845. Id., « Problems and Methods in the History of Emotions », Passions in Context: Journal of the History and Philosophy of the Emotions, 1, 2010, p. 1-32.

17 Chevalier G. de, Discours de la vaillance, Paris, Robert Le Fizelier, 1598, p. 22.

18 Contamine P., « Points de vue sur la chevalerie en France à la fin du Moyen Âge », Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, 1976, t. 4, p. 256-285. Deruelle B., De papier, de fer et de sang : chevaliers et chevalerie à l’épreuve de la modernité (ca. 1460-ca. 1620), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

19 Thevet A., Pourtraits et vies des hommes illustres grecz, latins et payens […] et modernes, Paris, veuve J. Kervert et G. Chaudiere, 1584.

20 Bourdeille P. de, sieur de Brantôme, Œuvres complètes, éd. Lalanne L., Paris, Veuve J. Renouard, 1864-1882, 11 vol. , t. 2, p. 364.

21 Aubigné A., Histoire universelle, s. l, 1626, livre 1, col. 320. Voir aussi le poème placé en annexe, col. 744.

22 Flori J., « Le héros épique et sa peur, du Couronnement de Louis à Aliscans », PRIS-MA, 10, 1994, p. 27-44.

23 Beusves d’Anthonne, Paris, Michel Lenoir, 1502, fol. 36.

24 Galien rethoré, Paris, Antoine Vérard, 1500, fol. LXV.

25 Ribémon B., « La ‘‘peur épique’’. Le sentiment de peur en tant qu’objet littéraire dans la chanson de geste française », Le Moyen Âge, 114, 2008/3, p. 557-587, ici p. 574.

26 Cf. supra l’article de Christophe Masson.

27 Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., p. CVI.

28 Drevyn G., Brief exercite de guerre et instruction des nobles chevaliers, gentilzhommes, hommes d’armes et archers, Paris, Guillaume Nyverd, p. 10.

29 Chevalier G. de, Discours…, op. cit., p. 22.

30 Les dictionnaires du temps renvoient ainsi aux termes latins pavor, timor, terror formido, ou metus définissant différents degrés de la peur. Estienne R., Dictionnaire françois-latin, Paris, Robert Estienne, 1549. Nicot J., Thresor de la langue francoyse, Paris, David Douceur, 1606.

31 Montluc B. de, Commentaires, op. cit., livre I, p. 503.

32 Aubigné A., Mémoires, éd. Lalanne L., Paris, Charpentier, 1854, p. 23.

33 Bourdeille P. de, Œuvres…, op. cit., t. 2, p. 394 et 397.

34 Wallhausen J. J. von, Art militaire à cheval. Francfort, Paul Jacques, 1616, p. 121-122.

35 Bartoli C., Conseils militaires forts utiles et necessaires à tous généraux, colonels, capitaines et soldats, Paris, Lucas Breyer, 1586, fol. 36. Id., Discorsi historici universali, Gênes, M.A. Bellone, 1582 [1569], p. 22.

36 Ribémon B., « Le cuer del ventre li a trais. Cœur arraché, cœur mangé, cœur envolé : quelques remarques médico-théologiques sur un thème littéraire », Senefiance, 29, 1992, p. 347-361.

37 Voir aussi Guichardin F., Histoire des guerres d’Italie […] à laquelle ont esté adjoustees les Observations Politiques, militaires et morales du Sieur de La Noue, Genève, Eustache Vignon, p. 149, 260, 266.

38 Bartoli C., Conseils militaires…, op. cit., fol. 36 et 43.

39 Montaigne M. de, Essais, Paris, Abel L’Angelier, 1595, p. 32.

40 Ibid.

41 Ibid., p. 225.

42 Rabutin F., Commentaire des dernières guerres en la Gaule Belgique, éd. Petitot C.-B., Paris, Foucault, 1823, livre 6, p. 283.

43 Platon, La République, Paris, Les belles lettres, 1934, livre IV 427e, 428a, p. 17. Sur la conception du courage : Contamine P., La guerre au Moyen Âge, Paris, PUF, 1999, p. 407. Keen M. H., Chivalry, New Heaven/Londres, Yale University Press, 1984, p. 3. Deruelle B., De papier…, op. cit., p. xxx.

44 La fleur des batailles, Doolin de Mayence, Paris, Nicolas Bonfons, s. d [dernier tiers du XVIe siècle], fol. 2-3.

45 Aristote, Éthique à Nicomaque, Paris, J. Vrin, 1994 [1990], II-6, p. 106, III-9, p. 147.

46 Bartoli, C., Conseils militaires…, op. cit., fol. 26.

47 Montluc B. de, Commentaires, op. cit., livre I, p. 503. Guichardin F., Histoire des guerres d’Italie…, op. cit., p. 132, 145.

48 Montluc B. de, Commentaires, op. cit., livre I, p. 503.

49 Bartoli, C., Conseils militaires…, op. cit., fol. 26-27.

50 Amboise M. d’, L’art et Guidon des Gens de la Guerre, Paris, Arnoul l’Angelier, 1552 [1543], fol. LXII. Michel d’Amboise (1503-1547) est le fils illégitime du comte Charles II de Chaumont d’Amboise, neveu du cardinal Georges d’Amboise. Il suit une formation aux lettres et aux armes, et sert notamment en Italie sous le commandement d’Anne de Montmorency.

51 Frontin, Des stratagèmes, especes, et subtilitez de guerre, Paris, Christian Wechel, 1536, chap. xii : « De abolir la craincte et terreur ».

52 Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., p. ciii.

53 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. l.

54 Ibid., fol. LXXI v°.

55 Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., fol. LIIII. Le Rosier des Guerres, éd. Diamant-Berger M., Paris, Bernouard, 1925, p. 40.

56 Fourquevaux R. de, Instruction sur le fait de la guerre, Paris, Michel Vascosan, 1548, fol. 48.

57 Billon J. de, Les principes de l’art militaire, Rouen, Jean Berthelin, 1641 [1613], p. 13.

58 Paré A., La Méthode de traicter les playes faictes par hacquebutes et aultres bastons à feu…, Paris, Vivant Gaulterot, 1545. Voir aussi Hall B. S., Weapons and Warfare in Renaissance Europe : Gunpowder, Technologie, and Tactics, Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press, 1997, p. 145 sq.

59 Commynes P. de, Les Mémoires de messire Ph. de Commines, Paris, Galiot Du Pré, 1552, fol. 144.

60 Mémoires de Messire Martin Du Bellay, Paris, P. l’Huillier, 1569, livre 3, fol. 68.

61 Champier S., Les gestes ensemble la vie du preulx chevalier Bayard, éd. Crouzet D., Paris, Imprimerie nationale, 1992, p. 291. Montluc B. de, Commentaires, op. cit., p. 342-343. La Noue F. de, Discours politiques et militaires, Bâle, François Forest, 1587, p. 368. Sur la mort soudaine et par armes à feu : Ariès P., L’homme devant la mort, Paris, Seuil, 1985 [1977], p. 19-20. Drévillon H., « “À bien faire, bien dire’’, le bon usage du discours guerrier selon Brantôme », Cahiers Brantôme, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2004, p. 65-75.

62 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 47 v°-48.

63 Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., p. cxvii-cxviii. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XII v°, fol. XIII v°. Rosier des Guerres…, op. cit., p. 44. Frontin, Des stratagèmes…, op. cit., p. ccxxxii.

64 Montluc B. de, Commentaires, op. cit., livre II, p. 44.

65 Petit village de la province de Gueldre.

66 Basta G., Le gouvernement de la cavallerie legere, Rouen, J. Berthelin, 1616, p. 37-38.

67 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 47 v°, 48 v°. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. VI, XV, XXXV v°. Frontin, Des stratagèmes…, op. cit., p. ccxxxiii. Montaigne M. de, Essais, op. cit., p. 181.

68 « Lettres de Deux espagnols contenans des relations de la bataille de Dreux », 23 décembre éd. in Cimber L. et Danjou F., Archives curieuses de l’histoire de France…, Paris, E. Duverger, 1835, t. 5, p. 86-93. Le Frere J., La vraye et entière histoire des troubles et guerres civiles, Paris, G. de La Noue, 1575, fol. 120-120 v°.

69 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XXVI, XXXIX v°. Clèves P. de, Instruction de toutes les manières de guerroyer, Paris, Guillaume Morel, 1558, p. 72-73.

70 Ibid., p. 121-123.

71 La Marck R. de, Mémoires, éd. Goubaux R. et Lemoisne P.-A., Paris, SHF, 1913-1924, 2 vol., t. 1, p. 176-188. Mémoires de Messire Martin Du Bellay, op. cit., livre 3, fol. 61 v° ; Paradin G., Histoire de notre temps, Lyon, 1550, p. 38.

72 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 46.

73 Commynes P. de, Les Mémoires…, op. cit., fol. 144 r°. Voir aussi Hale J. R., Mallett M., The military Organization of a Renaissance State: Venice c. 1400 to 1600, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 2006 [1984], p. 73.

74 Pepper S., « Siege law, siege ritual and the symbolism of city wall in Renaissance Europe », dans Tracy J. D. (dir.), City walls. The Urban Enceinte in Global Perspective, Cambridge, 2000, p. 573-604.

75 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XXIIII v°, LIIII.

76 Quilliet B., Louis XII. Père du peuple, Paris, Fayard, 1986, p. 246. Fournel J.-L. et Zancarini J.-C., Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (1494-1559), Paris, Gallimard, p. 17.

77 Ville située au sud-est de Rome. Lettres missives au duc de Bourbonnais, Veroli, 9 février 1495 (Lettres de Charles VIII, roi de France, éd. Pélicier P. et Mandrot B. de, Paris, SHF, 1898-1905, 5 vol., t. 4 [1494-1495]), p. 167. Voir aussi les lettres du 11 février (p. 168), et du 13 février à Louis de Graville (p. 172).

78 Guichardin F., Histoire d’Italie, trad. Fournel J.-L. et Zancarini J.-C., Paris, Laffont, 1996, 2 vol., t. 1, p. 98.

79 Vissière L., « Sans poinct sortir hors de l’orniere ». Louis II de La Trémoille (1460-1525), Paris, Champion, 2008, p. 121-122.

80 Rabutin F., Commentaire…, op. cit., livre 7, p. 377-378.

81 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XXXI-XXXI v°.

82 Ces éléments sont déterminants de la motivation selon Lynn J., The Bayonets of the Republic. Motivation and Tactics in the Army of Revolution France, 1791-1794, Urban/Chicago, University of Illinois Press, 1984, p. 163 sq.

83 Goya M., Sous le feu : la mort comme hypothèse de travail, Paris, Tallandier, 2014.

84 Chevalier G. de, Discours…, op. cit., p. 22-23. Sur ce sujet voir Jouanna A., L’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle (1498-1614), Lille, Atelier de Reproduction des thèses, 1976.

85 Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., p. cxvii, xiv-xv.

86 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 3 v°.

87 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XVIII. Voir aussi le Rosier des Guerres…, op. cit., p. 40. Et la préface de Nicolas Volcyr dans Frontin, Des stratagèmes…, op. cit., p. ccii.

88 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 16-18. Il s’inspire d’ailleurs de Végèce et Machiavel. Machiavel N., L’art de la guerre, Paris, Flammarion, 1991, par exemple p. 75, 95, 101, 109-110. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. LXXXVII v°. Voir aussi Strachan H., « Training, Morale and Modern War », Journal of Contemporary History, vol. 41, no 2, 2006, p. 211-228. Guinier A., L’honneur du soldat : éthique martiale et discipline guerrière dans la France des Lumières, Ceyzérieu, Champ Vallon, p. 219 sq.

89 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XXIX v°, XXX v°, LXVII v°, LXXV v°. Clèves P. de, Instruction…, op. cit., p. 75. Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 4, 19, 43 v°, 56. Billon J. de, Les principes…, op. cit., p. 37.

90 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XVII v°, XXX v°, LXXXI v°. Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 48 v°. Billon J. de, Les principes…, op. cit., p. 37. Rosier des Guerres…, op. cit., p. 41.

91 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. 3 v°, XXIX, XXIX v°, XXXIX, LVIII v°, LIX, LXIX v°. Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 43 v°. Clèves P. de, Instruction…, op. cit., p. 66, 69.

92 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XXXIII, LIX v°, XLIIII-XLIIII v°, LVI, LXX v°, lxxiii-LXXIII v°. Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 4, 43 v°, 48 v°, 55-55 v°. Clèves P. de, Instruction…, op. cit., p. 74-75 et 123. Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., p. xxii, cv-cvi. Frontin, Des stratagèmes…, op. cit., p. ccxxi. Billon J. de, Les principes…, op. cit., p. 37, 125-126.

93 Par exemple : Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 47. Mémoires de Messire Martin Du Bellay, op. cit., livre 3, fol. 82 v°.

94 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XVIII, XXXIII v°, fol. LIII v°. Végèce, Du fait de guerre…, op. cit., p. cvi. Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 48, 65.

95 Ibid., fol. 107.

96 Machiavel N., L’art de la guerre, op. cit., p. 151. Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 38-38 v°. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. XIII v°, XLIX.

97 Ibid., fol. XLIII v°, XIV. Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 48 v°, 56. Clèves P. de, Instruction…, op. cit., p. 65, 66 et 79.

98 La Marck R. de, Mémoires, op. cit., vol. 2, p. 227.

99 Foucault M., Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

100 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 92, 105 v°-106.

101 Clèves P. de, Instruction…, op. cit., p. 22.

102 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 105 v°. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. LXII v°, LXXXIX v°, XC-XCI.

103 Ibid., fol. LXXXVIII, XCII.

104 Rosier des Guerres…, op. cit., p. 40. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. LXXXVII v°.

105 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 105 v°.

106 Machiavel N., L’art de la guerre, op. cit., p. 151.

107 Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. 2, LXXXIX v°. Bourdeille P. de, Œuvres…, op. cit., t. 4, p. 21.

108 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 4.

109 Bourdeille P. de, Œuvres…, op. cit., t. 4, p. 19, 21.

110 Fourquevaux R. de, Instruction…, op. cit., fol. 101.

111 Ibid., fol. 101 v°.

112 Rosier des Guerres…, op. cit., p. 34. Amboise M. d’, L’art et Guidon…, op. cit., fol. LXXXVIII.

113 Montaigne M. de, Essais, op. cit., p. 29-30.

114 BnF, Ms. Rés. F 172 : Ordonnances militaires du maréchal de Brissac [Charles de Cossé], fol. 87.

115 Pour montrer que la loy des armes veut que ceux qui commandent aux armées ou dans les places meurent plutôt que de faire une lâcheté, une mort honteuse leur estant reservée, pour les obliger a en rechercher une plus glorieuse en se deffendant, écrit composé environ l’an 1637 (BnF, Rés., F 167, fol. 32).

116 BnF, Ms. Fr. 18542 : Juridiction du Connestable et mareschaux, fol. 3.

117 Potter D., Un homme de guerre au temps de la Renaissance : la vie et les lettres d’Oudart du Biez, maréchal de France, gouverneur de Boulogne et de Picardie (vers 1475-1553), Arras, Artois Presses Université, 2001. Bercé Y.-M., « Les capitaines malheureux », dans Id. (dir.), Les procès politiques : XIVe -XVIIe siècle, Rome, EFR, 2007, p. 35-60.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Lille et chercheur à l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS-UMR 8529). Ses travaux portent sur la culture, les représentations et les pratiques guerrières au XVIe siècle, analysées comme autant d’expressions et de modalités de la régulation sociale. Il est l’auteur du livre intitulé De papier de fer et de sang : Chevaliers et chevalerie à l’épreuve de la modernité, et a codirigé plusieurs ouvrages collectifs dont : Savoirs et savoir-faire militaires à l’époque moderne (2013), et Combattre à l’époque moderne (2013).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540