Version classiqueVersion mobile

Le feu et la folie

 | 
Laurent Vissière
, 
Marion Trévisi

Deuxième partie. Peur, panique, sidération

Entre guerre traditionnelle et sidération des populations : théories et pratiques de la guerre sous Louis XI

Lydwine Scordia

Texte intégral

  • 1 Claude de Seyssel, Les Louenges du roy Louys XIIe de ce nom, éd. Eichel-Lojkine P. et Vissière L., (...)

1Au XVIe siècle, l’historiographie met volontiers l’accent sur l’habileté de Louis XI (1461-1483), « l’universelle araignée », qui aurait réussi à agrandir le royaume de France en évitant les guerres insensées menées en Italie par ses successeurs, Charles VIII et Louis XII1. Au XIXe siècle, l’historiographie aime à opposer le roi de France à Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, obsédé de batailles et s’y étant perdu – le prince moderne l’ayant emporté sur ce dernier témoin d’un âge révolu. Chaque fois, Louis XI apparaît comme un roi fort habile, raisonnable et efficace. Les peintures historiques et les livres d’histoire du XIXe et du début du XXe siècle ont relayé cette vision orientée.

  • 2 Thomas dAquin, Somme théologique, IIa, IIae, q. 40 (« La guerre »).

2Or, on peut affirmer que les pratiques royales de la guerre ont sidéré les contemporains, car elles rompaient avec un art de la guerre traditionnel. Au Moyen Âge, la guerre est à la fois contre-nature, puisqu’elle aboutit à la destruction de la nature, et tragiquement naturelle, car l’homme ne peut s’empêcher d’y recourir pour assouvir sa libido dominandi. Les médiévaux ont donc cherché à la limiter (notion de la « guerre juste ») sans tomber dans une utopique mise hors-la-loi2.

3Commençons cette étude par un florilège sidérant, extrait des lettres du roi, des chroniques et mémoires du temps, que nous confronterons aux conseils donnés par Louis XI au futur Charles VIII ; ce qui permettra de mesurer la singularité du roi Valois.

Florilège sidérant

  • 3 Robert Gaguin, Compendium super Francorum gestis, Paris, 1500-1501, fol. 144 v°.

4Le gouvernement de Louis XI a surpris, choqué, faussement choqué, atterré ses contemporains. On va en voir quelques exemples. La parole est donnée au roi lui-même qui ne s’embarrasse pas de précautions quand il ordonne une guerre totale. Les contemporains font chorus, qu’il s’agisse d’hommes du roi (Jean de Roye, Robert Gaguin, Commynes…), de chroniqueurs bourguignons (Georges Chastellain, Jean Molinet), ou encore de l’inclassable Thomas Basin que Robert Gaguin appelle non sans raison « Ludovici contemptor », même si son mépris frappe aussi d’autres princes tyranniques3.

Absence de conseil et variabilité

  • 4 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove J., Bruxelles, 1863-1866, 8 vol. , t. 4, p.  (...)
  • 5 Ibid., t. 4, p. 388. « Variable » et « multiple », tel apparaît Louis XI, dans les Chroniques de C (...)

5Concernant l’exercice du pouvoir, Louis XI rompt avec la tradition d’un roi entouré de conseillers naturels, c’est-à-dire issus de son lignage, et de prudhommes. Il décide seul, et les contemporains ont noté sa variabilité4. L’indiciaire officiel du duc de Bourgogne, Georges Chastellain, bon connaisseur des cours de France et de Bourgogne, rapporte l’avis des ambassadeurs anglais qui rencontrent le roi à Hesdin en octobre 1463 et voient en lui un « homme de teste ouvrant [œuvrant] de soy-mesme sans conseil de nulluy, de langue leger et à craindre5 ». Le roi commet deux infractions à l’art de gouverner tel qu’on le conçoit alors : il ne prend pas conseil, faisant tout à sa volonté changeante, et il néglige les princes de son sang, ses naturels conseillers.

  • 6 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, éd. et trad. Samaran C. et Garand M.-C., Paris, Belles Lettres (...)
  • 7 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. Blanchard J., Paris, Livre de Poche, « Lettres gothiques », 20 (...)
  • 8 Ordonnances des rois de France de la troisième race, recueillies par ordre chronologique [désormai (...)
  • 9 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., IV, 10, p. 315-6 ; VI, 1, p. 425…

6Dès son avènement, Louis XI bafoue les alliances traditionnelles de la France avec la Castille ou les Lancastre6. Il ne respecte pas davantage les traités jurés sur des objets saints, comme le traité de Péronne du 14 octobre 1468, juré sur la sainte Croix de France. Ce traité imposé par le duc de Bourgogne, Louis XI parut un temps décidé à l’accepter, comme l’explique le plus célèbre transfuge du temps7, mais il se fit délier de son serment par une assemblée de notables réunie à Tours en novembre 14708. À la lecture de ses Mémoires, on comprend que, pour Commynes, rien n’est plus normal que de tromper ceux qui vous trompent. Le mémorialiste ne cache pas les parjures du roi9.

  • 10 Ibid., II, 10-14, p. 298-315.
  • 11 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., V, 1, t. 2, p. 256-257 ; V, 2, t. 2, p. 260-261.
  • 12 Jean du Prier, Le Songe de Pastourel, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Ms. 2556, fol. 4 (...)

7Le non-respect de la parole donnée aux alliés est plus gênant. L’affaire de la répression en 1468 de Liège, ville alliée du royaume, abandonnée à la vindicte bourguignonne avec un Louis XI participant à la répression et portant la croix de Saint-André est bien connue10, celle de l’abandon de René de Lorraine l’est moins. En 1475, le roi réussit à retourner contre la Bourgogne le jeune René II, duc de Lorraine, petit-fils du roi René d’Anjou, alors âgé de 24 ans : il rompt son alliance avec la Bourgogne et lui déclare la guerre le 9 mai. Le roi de France lui promet son aide en cas d’attaque bourguignonne (15 août). Mais dans le même temps, Louis XI signe la trêve de Soleuvre avec le Téméraire (13 septembre) ; aussi s’abstient-il de répondre aux appels de René11. Charles le Téméraire dévaste la Lorraine et entre à Nancy le 30 novembre 1475. Jean du Prier, poète de la maison d’Anjou, a dénoncé cette rupture de la parole donnée dans le Songe du Pastourel. Un jeune « pastourel » (René II), dont le troupeau est menacé par le lion (Charles le Téméraire), vient demander l’aide du « Grand Pastour » (Louis XI), qui s’y engage. Un des dessins aquarellés du manuscrit de Vienne (1515) montre le « pastourel » à genoux devant le « Grand Pastour » (illustrations 12 et 14, cahier couleur), et un autre, le lion furieux qui démolit la clôture et éparpille le troupeau (illustration 13, cahier couleur)12.

  • 13 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., VI, 6, t. 3, p. 39.

8On pourrait multiplier les exemples. La parole du roi Louis n’engage que ceux qui l’écoutent. Les serments royaux ne sont que des pièges pour enfermer les imprudents dans des filets : Basin dénonce la « perfidia regis13 ».

Louis XI ordonne et permet

9Les ordres royaux attestent l’implication personnelle de Louis XI dans la pratique d’une guerre totale (militaire, économique et psychologique) qui ne se limite pas aux batailles, mais touche aussi les civils. Les exactions commises ne sont pas accidentelles : le roi ordonne et permet…

  • 14 En Roussillon (Lettres de Louis XI, roi de France, éd. Vaësen J., Charavay É. et Mandrot B. de, Pa (...)
  • 15 Jean Molinet, Chroniques, éd. Doutrepont G. et Jodogne O., Bruxelles, Académie royale de Belgique, (...)

10Contre ses ennemis (le roi d’Angleterre, le duc de Bourgogne), Louis XI ordonne le « gast » pour les affamer, quelles qu’en soient les conséquences. Il n’en est pas l’inventeur, mais sa manière brutale et directe continue de sidérer. L’efficacité de cette guerre, menée en 1474 en Roussillon, en 1475 en Picardie14, le convainc de réitérer cette pratique en juin 1477. Non content de faire la guerre à Marie de Bourgogne, la fille du Téméraire, sa filleule qu’il aurait dû protéger après la mort de son père le 5 janvier 1477, il « livra guerre aux bledz et aux avaines », selon le mot de Jean Molinet, le successeur de Chastellain à la cour de Bourgogne15. Louis XI donne les ordres suivants à Dammartin, grand maître de l’armée :

  • 16 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 6, p. 194 (25 juin 1477).

« Je vous envoye troys ou quatre mille faucheurs pour faire le gast que vous savez. Je vous prye, mettez-les en besongne et ne plaignez pas cinq ou six pippes de vin à les faire bien boyre et à les enyvrer16. »

11Les instructions royales données aux « faucheurs du Hainaut » de faire le « gast » autour de Valenciennes sont restées célèbres par leur violence impudente. Pendant trois jours, dix mille faucheurs ravagent un territoire sur 2 à 3 lieues de large aux environs de Valenciennes et Douai. À lire ces ordres, on comprend que le « gast » n’est pas un abus des gens d’armes ou un débordement d’une troupe non payée qui vit sur le pays, mais un ordre royal à une armée soldée. Le « gast » du Hainaut précède et accompagne la conquête des terres du duc de Bourgogne.

  • 17 Jean Molinet, Chroniques, op. cit., t. 1, p. 212.
  • 18 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., VI, 7, t. 3, p. 38-39.
  • 19 Ibid., VI, 9, t. 3, p. 57 ; Molinet raconte la prise d’Avesnes « par les mains des inicques bouchi (...)

12Viennent alors « les exactions, derisions, obprobres, villenies, occisions, tirannyes, larroneries, captures et inhumanitéz que le roi permetoit commettre par ses francs-archers, ès concquestes17 ». Basin décrit la guerre faite aux territoires de Marie de Bourgogne « par le fer et le feu » (« igne et ferro ») : tous les villages de Picardie, Hainaut et Flandres sont brûlés18. Le roi ordonne de prendre Avesnes et d’en massacrer les habitants (10-11 juin 1477)19. Le lendemain, il raconte l’événement aux habitants d’Abbeville à titre d’avertissement :

  • 20 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 6, p. 184 (12 juin 1477).

« Et pour donner exemple aux autres, avons fait araser ladicte ville, combien qu’elle fust l’une des plus fortes et puissans villes de tout le païs de Haynau. Si vous signiffions ces choses, affin que de vostre part vous en rendez graces et louanges à Dieu et à la très glorieuse Vierge Marie, ainsi que faire devez, et suymes bien deliberéz de vous souvent advertir et faire savoir de noz nouvelles20. »

  • 21 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., V, 18, p. 403. Amable Sablon du Corail pose la question (...)

13Ces relations proviennent d’ennemis du roi, mais Commynes confirme que celui-ci permet les méfaits des gens de guerre21.

  • 22 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 6, p. 112 (9 janvier 1477).

14À l’annonce de la mort de Charles le Téméraire, Louis XI ordonne à Georges de La Trémoille, sire de Craon, « d’employer tous vos cinq sens de nature à mettre la ducé et conté de Bourgongne en mes mains22 ». La mort du duc grise le roi et ses hommes. Louis XI pense aux provinces qui vont agrandir le royaume, ses hommes sont obnubilés par le butin dont ils vont pouvoir s’emparer. La machine s’emballe. Certains capitaines ne pensent qu’à faire des prisonniers pour toucher les rançons, ce qui en indigne d’autres qui se disent lésés, sans parler des gens d’armes qui sont tenus à l’écart. Leur cupidité entraîne la libération des chefs ennemis qui reviennent dans le circuit de la guerre. Tout ceci déplaît au roi, qui en vient alors à donner une instruction sidérante touchant les prisonniers et le butin : celle de tout tuer et de ne pas faire de prisonniers, ce qui anéantira la cupidité des capitaines, éteindra la jalousie des gens d’armes et garantira la victoire finale. Il l’explique dans une lettre à Jean Blosset, grand sénéchal de Normandie :

  • 23 Ibid., t. 8, p. 71-72 (5 septembre 1479).

« Et sy les gens d’armes en sont fraudéz et n’en ont rien qui vaille, c’est ce que je demande, affin qu’une autre fois, ilz tuent tout et qu’ilz n’en preignent plus prisonniers, ne chevaux, ny pillage, et jamais nous ne perdrions bataille23. »

15On ne sait ce qui est le plus atroce dans cette instruction à plusieurs coups : l’ordre de tout tuer ? Ou la division orchestrée entre capitaines et gens d’armes ? Ou la victoire à remporter quel qu’en soit le moyen ?

  • 24 Jean de Roye, Journal, op. cit., t. 2, p. 45.

16Le sommet est-il atteint à Arras ? Après la mort de Charles le Téméraire, les villes du Nord se rendent, mais Arras, rebelle, se fortifie et insulte le roi en pendant en effigie la croix blanche de France, et des habitants montrent « leur cul et autre villenyes24 ». En réalité, Arras est divisée entre la Cité et la Ville : la Cité autour de l’évêque se soumet au roi, et la Ville se partage entre une bourgeoisie qui prête finalement serment au roi de France les 16 et 17 mars 1477, et le peuple qui reste bourguignon. Le 18 avril, une délégation de notables part en ambassade vers Marie de Bourgogne pour avoir son approbation, mais elle est interceptée à Lens par les gens du roi et menée à Hesdin. Après avoir été interrogés par le prévôt des maréchaux, Tristan L’Hermite, les bourgeois sont exécutés comme parjures à leur serment de fidélité au roi.

  • 25 Ibid., t. 1, p. 74-75.
  • 26 Jean Molinet, Chroniques, op. cit., t. 1, p. 188.

17Une mise en scène avérée de la répression participe à la sidération des habitants. Parmi les bourgeois exécutés, se trouvait le procureur d’Arras et de l’Artois, Oudart de Bussy, originaire de Paris, proche de la famille de Saint-Pol pendant la guerre du Bien public25, ancien avocat au Châtelet, habitant maintenant Arras. Un homme fort habile, que le roi avait vainement souhaité avoir comme conseiller du Parlement26. Dans une lettre à Jacques de Beaumont, seigneur de Bressuire, chambellan du roi, Louis XI ordonne que la tête d’Oudart de Bussy soit déterrée et subisse un traitement particulier :

  • 27 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 6, p. 158 (20 avril 1477).

« Afin qu’on congneust [reconnut] bien sa teste, je l’ay faicte atourner [entourer] d’ung beau chaperon fourré, et est sus le marché d’Hesdin là où il preside27. »

  • 28 Pour la citation : Jean de Roye, Journal, op. cit., t. 2, p. 47-8 ; Molinet J., Chroniques, op. ci (...)

18Jean de Roye, qui est un homme du roi, et l’indiciaire de Bourgogne Jean Molinet, racontent la mise en scène macabre de la même manière. Le roi a fait exposer la tête du rebelle avec l’inscription suivante : « Cy est la teste maistre Oudart de Bussy, conseiller du roy en sa court de Parlement à Paris28. » Nulle exagération de leur part. Louis XI contrevient au respect des morts et humilie en public le conseiller rebelle. Commynes n’en dit mot. Arras sera vidée de sa population en 1479, repeuplée de 3 000 familles venues plus ou moins contraintes et forcées, elles aussi, du reste du royaume. Arras est rebaptisée « Franchise ». La signature du traité d’Arras, le 23 décembre 1482, rétablit progressivement l’ordre antérieur.

Honteuses pratiques

19Dans un genre moins sinistre, Louis XI a ordonné des missions qui ont scandalisé ses contemporains et les témoins qui les ont racontées. On choisira deux exemples, l’un en rapport avec l’Angleterre, l’autre avec la maison de Bourgogne.

  • 29 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., IV, 9, p. 309.
  • 30 Ibid., 31 août 1475, IV, 10, p. 319.
  • 31 Ibid., IV, 11, p. 323.
  • 32 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., IV, 17, t. 2, p. 240-245 ; V, 13, t. 2, p. 342-344.
  • 33 Jean de Roye, Journal, op. cit., t. 1, p. 346-347.

20Le 6 juillet 1475, les Anglais avaient débarqué en France. En moins de deux mois, Louis XI obtient à force de promesses, de pensions et de banquets que la paix soit signée. Il festoie les Anglais et entend gagner la paix à force de pâtés et de vins. À l’entrée de la porte de la ville d’Amiens, il fait installer de grandes tables « chargeez de toutes bonnes viandes qui font envye de boire, et de toutes sortes, et les vins les meilleurs dont on se povoit adviser, et les gens pour en servir ; d’eaue n’estoit nouvelles ! » Commynes ajoute plaisamment qu’à « ces tables, [le roi] avoit faict seoir à chascune cinq ou six hommes de bonne maison, fort gros et gras, pour myeulx plaire à ceulx qui avoient envye de boire29 ». Les Français s’empiffrent et entraînent les Anglais à faire de même. Tout est gratuit, évidemment. À quelque trois lieues d’Amiens, à Picquigny, Louis XI et Édouard IV se donnent une accolade très politique à travers une grille de bois, sur un pont construit sur la Somme pour l’occasion. La paix de Picquigny met fin à la guerre de Cent ans. Certains seigneurs de Gascogne sont mécontents, car ils pensent que les Français vont se moquer des Anglais qui ont signé la paix sans qu’il y ait eu bataille. Louis XI s’en inquiète, mais lui-même laisse échapper « quelque mot de risee [moquerie] touchant ses vins et ses presens qu’il avoit envoyé à l’ost des Angloys30 ». Jean de Foix, vicomte de Narbonne, raille les Anglais renvoyés en Angleterre par « six cens pippes de vin et une pension que le roi vous donne ». Les Anglais ironisent sur la victoire du roi de France qui paye un tribut à leur roi31… Les mots (pension, tribut) importent peu pour Louis XI, très satisfait que l’argent ait dilué l’hostilité anglaise. Il a acheté la paix de 1475 à coups d’écus, sans prendre les armes, mais il laissera dire que les pâtés et les bons vins ont suffi. De son côté, Thomas Basin reproche au roi d’avoir signé cette paix honteuse alors qu’il fallait profiter de la faiblesse anglaise et attaquer Charles le Téméraire par revers32. Le connétable de France, comte de Saint-Pol, écrit à Édouard IV « qu’il estoit ung lasche, deshonnoré et povre roy d’avoir fait ledit traictié avec le roy, soubz umbre des promesses que le roy luy avoit faictes, dont il ne lui tiendroit rien, et que en fin s’en trouveroit deceu33 ». Saint-Pol a ses raisons : les divisions le servent, lui qui ne cesse de jouer un prince contre l’autre.

  • 34 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., V, 14, p. 381.
  • 35 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., VI, 5, t. 3, p. 28-33.
  • 36 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., p. 382.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., V, 14, p. 384.

21D’autres pratiques qui ont unanimement scandalisé pourraient nous sembler insignifiantes si l’on méconnaissait les usages du temps. En janvier 1477, Louis XI délègue une ambassade à Marie de Bourgogne, la fille du Téméraire et d’Isabelle de Bourbon. âgée de 20 ans, elle est la seule héritière du duc. Le roi choisit de lui envoyer Olivier Le Daim, un fils de barbier d’origine gantoise, devenu premier barbier du roi, anobli en 1474 et comblé de fonctions rémunératrices. Les hommes du roi, Commynes tout spécialement, s’étouffent de rage et de dépit de voir le prétentieux barbier, « maistre Olivier », qui « estoit vestu beaucop myeulx que ne luy appartenoit », envoyé à une princesse pour obtenir qu’elle mette la ville de Gand à sa merci34. Comble d’impudence, l’ex-barbier, demande à rencontrer la jeune princesse, qui n’était pas mariée, seul à seule lors d’un entretien secret – une proposition scandaleuse, pour Thomas Basin35. Les conseilleurs de Marie demandent à être présents. Louis XI réitère sa demande, car c’est bien le roi qui a ordonné un entretien seul à seule qui, finalement, n’aura pas lieu. Ignorant des usages diplomatiques, maître Olivier multiplie les bévues. On se moque de lui « tant à cause de son petit estat que des termes qu’il tenoit36 ». Olivier s’enfuit soudainement de la ville, car « il estoit en peril d’estre gecté dans la riviere » et part à Tournai où ses affaires s’améliorent, car la ville est « fort affectionnée au roy37 ». Pour Commynes et Basin, Louis XI contrevient aux usages et à la raison. Il « semble bien que Dieu avoit troublé le sens à nostre roy en cest endroit38 ».

  • 39 Ibid., V, 16, p. 391-394.

22Une autre affaire, beaucoup plus grave, entache les relations entre Louis XI et sa filleule. La jeune princesse est désorientée par les revendications des villes des Pays-Bas bourguignons qui profitent de son inexpérience. L’habileté du roi de France à diviser ses adversaires va éclater au grand jour au prix d’un geste ignoble. Le 18 janvier 1477, Marie déclare dans une lettre à son parrain gouverner avec l’aide de quatre conseillers (la duchesse douairière Marguerite d’York, le seigneur de Ravenstein, le chancelier Hugonet et le seigneur d’Humbercourt). Le 11 février 1477, Marie accorde le Grand Privilège aux Pays-Bas bourguignons. Au début du mois de mars, Louis XI reçoit une ambassade de Gantois, venus de la part de Marie qui les a assurés qu’elle se conduirait en toutes choses par le vouloir et le conseil des trois états de son pays. Louis XI déclare aux ambassadeurs qu’ils sont mal informés du vouloir de leur princesse, car elle entend conclure ses affaires par ses conseillers qui sont favorables à la guerre. Les Gantois, troublés, présentent les lettres de la princesse. Et le roi de France leur montre la lettre de Marie qu’ils emportent39. À leur retour à Gand, ils rapportent l’entrevue à Marie qui nie, pensant que sa lettre du 18 janvier n’a pu être dévoilée. Un des Gantois exhibe alors « devant tout le monde » la lettre remise par le roi. Et Commynes ajoute :

  • 40 Ibid., V, 17, p. 395.

« Il [le Gantois] monstra qu’ils estoit homme tres mauvais, de peu d’honneur, de faire ceste bonte à ceste jeune damoiselle, à qui ung si villain tour n’appartenoit pas estre faict ; car, si elle avoit faict quelque erreur, le chastoy ne luy en appartenoit point en publicque40. »

23Pour le mémorialiste, la honte pèse sur les Gantois, et non sur le roi de France qui a berné sa filleule et manipule les gens de Gand. Les conséquences éclatent dès le lendemain : le chancelier Hugonet et le seigneur de Humbercourt sont pris, accusés de tous les maux et condamnés à mort au terme d’un procès de six jours. Ils en appellent au roi de France en sa cour de Parlement. Marie supplie les Gantois. Sans résultat. Ils sont décapités le 3 avril 1477. La rupture est consommée et la guerre continue.

24À cette liste non exhaustive d’une guerre totale ordonnée par Louis XI, qui frappe les gens d’armes et les civils, les récoltes et les esprits, on peut confronter les conseils que le roi de France prodigue à son héritier, le futur Charles VIII.

Confrontations avec les conseils donnés par Louis XI au futur Charles VIII

25Dans les dernières années du règne (1477-1483), alors que Louis XI appréhendait de laisser le royaume à un enfant, il s’adressa à son fils, le futur Charles VIII, dans trois documents qui contrastent avec sa pratique de la guerre.

Le Rosier des guerres (vers 1477)

  • 41 En attendant l’édition du Rosier des guerres par Lydwine Scordia (en préparation), voir Samaran C. (...)
  • 42 Vers 1450, Philippe le Bon avait offert au futur Charles le Téméraire l’Instruction à un jeune pri (...)
  • 43 On compte onze manuscrits du Rosier des guerres, parmi lesquels celui de Rouen (BM, I, 4) aux marg (...)

26 Le Rosier des guerres, qui appartient au genre des miroirs au prince, fut commandé par Louis XI à son médecin et astrologue, Pierre Choinet, pour le jeune Charles, né en juin 147041. La métaphore florale du titre invitait le prince à lire chaque jour un conseil, comme on respire le parfum d’une rose. La lecture des traités de bon gouvernement n’avait pas disparu au XVe siècle. Les princes de Bourgogne la conseillaient encore42. Louis XI fit le choix pour son fils d’un traité à double entrée : les sept premiers chapitres rassemblent des conseils (un quart du Rosier) et les deux derniers exposent une chronique historique du royaume de France des origines aux temps présents (les trois quarts du Rosier). À la théorie de l’art de la guerre des chapitres 4 à 6 répond la pratique des batailles et des conflits du royaume dans la chronique des chapitres 8 et 943.

  • 44 Jean Molinet, Chroniques, op. cit., t. 1, p. 182, 189, 191, 193, 209.

27D’entrée, on lit que la guerre a pour buts « la garde, deffense et gouvernement d’ung royaulme » (fol. 1 r°). Pour bien commander son armée, le prince doit avoir l’exclusivité de « l’art de chevalerie » (chap. 4, fol. 7 v°). Il doit s’appuyer sur sa noblesse et ceux du royaume, car « plus prouffitable chose est à apprendre les siens l’usaige des armes que louer les estrangers pour soy servir en guerre » (chap. 4, fol. 9 r°). Le conseil contredit évidemment la politique de Louis XI qui a fait appel aux mercenaires, et plusieurs fois plutôt qu’une. « Le prince ne doit pas hanter ne essaier [risquer] les batailles en sa propre personne » (chap. 5, fol. 11 v°). Là encore, Louis XI ne suit pas ce conseil, lui qui, en 1477, à 53 ans, prend la tête de ses armées pour s’emparer de l’héritage bourguignon. Molinet y revient à plusieurs reprises, et l’on comprend à le lire que la présence du roi est un atout qui change la perspective des batailles44.

  • 45 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., V, 1, p. 338.

28Toute la « cure » et la « gouvernance » de la guerre, continue le Rosier, consiste à être « bien garny d’armes et d’artillerie et de victailles » (fol. 11 v°). Les guerres du temps ont montré combien le roi avait souvent cherché à affamer ses ennemis par la terre brûlée et le gast, car « la faim est plus cruelle chose que fer » (chap. 6, fol. 16 r°). Le Rosier fait encore l’éloge des « subtilitéz, cautelles et agaiz [piège] » (chap. 6, fol. 12 v°), qui ne peuvent réussir que par une bonne information sur les forces et faiblesses de l’adversaire : leur nombre, leur état psychologique, leurs chevaux, leurs victuailles, leurs armures, la connaissance du terrain, leurs alliés (chap. 6, fol. 13 r°). Car « bataille est la plus perilleuse chose au monde » (ibid.). On est ici très loin de l’exaltation de la bataille, mais tout près des réalités du règne. Louis XI, qui sait l’importance du renseignement, a des réseaux d’informateurs. Commynes écrit qu’il « avoit maintes espies [espions] et maint messages par pays », et précise « la pluspart despechee par ma main45 ».

29Enfin, Louis XI, par Pierre Choinet interposé, invite son fils à reporter le coût élevé de la guerre sur l’adversaire. La guerre du Rosier est une guerre offensive d’invasion qui permettra de limiter les ponctions sur le commun en vivant sur le pays adverse et en le pillant (ch. 4, fol. 8 r°, 8 v°). La chronique historique propose des exemples concrets, choisis dans l’histoire du royaume de France, dont la connaissance est indispensable à la formation du jeune prince.

Le Livre des trois âges (1482/1483)

  • 46 Pierre Choinet, Le Livre des trois âges, op. cit.

30Vers 1482-1483, alors que Louis XI, diminué par plusieurs attaques cérébrales, s’était isolé au Plessis, il reçut du même Pierre Choinet un luxueux manuscrit enluminé par le Maître de l’échevinage de Rouen : le Livre des trois âges. L’auteur y invite le roi à faire le bilan de son règne et probablement son successeur à en réparer les erreurs46. Structuré par les trois âges de la vie (jeunesse, virilité et vieillesse), le livret relève à la fois de l’ars vivendi et de l’ars moriendi. Plusieurs passages concernent l’art de la guerre, ainsi qu’une enluminure ; Pierre Choinet renvoie pour plus de précisions au « Rosier dit des guerres/Que ay fait pieça pour vostre seigneurie » (v. 601-602).

31Le Livre des trois âges met sagement en garde contre les batailles, incertaines et dangereuses, qu’il faut autant que possible éviter. Une série de phrases d’allure proverbiale viennent pondérer le conseil : « Guerre meue n’est pas tost appaisee » (v. 543), « Chascun scait bien les maulx qui en adviennent » (v. 544), « Riens ne vault paix quant elle est bien gardee » (v. 546). Mais, ajoute Choinet, la guerre est parfois impossible à éviter : le roi aura dans ce cas à vérifier s’il est dans son bon droit, il prendra conseil, implorera Dieu, gardera sa décision secrète (v. 555-556), accumulera les informations (v. 591-593). Comme dans le Rosier, est préconisée l’invasion du pays ennemi pour trouver de l’argent (v. 561-562), et ainsi accabler le moins possible le commun qui finance la guerre (v. 559-560). Il ne faut pas se contenter d’un succès, mais continuer la guerre jusqu’à ce que tout soit conquis (v. 567-570).

  • 47 Voir l’édition du procès du duc de Nemours : Le Procès Jacques d’Armagnac (Bibliothèque Sainte-Gen (...)

32Dans un autre passage, Choinet décrit le corps politique où le roi tient lieu de cœur, la noblesse de bras et de jambes, de commun le foie (v. 79, 81-83, 435-437, 465, 467, 472, 487). La noblesse polarise toute l’attention de Choinet. Placée en position prééminente, elle doit reluire de vertus (v. 143-144) ; si ce n’est pas le cas, le prince ne doit pas hésiter : si l’on « veult que en paix, corps politique dure » (v. 465), le membre fautif doit être coupé, « feust ce ores la main » (v. 474-482). Conseil et réalité coïncident sur ce point. On sait la sanction que Louis XI a imposé aux princes rebelles : « Tous ceulx qui ont auttorité/De les pugnir ne soyent pas negligens » (v. 533-534)47.

33Une seule des douze miniatures – l’avant-dernière – illustre l’art de la guerre. Au folio 18 r°, l’artiste a peint une « batailhe étrange et merveilheuse » avec « guidons, enseignes, estendars » qui tremblent au vent (v. 42-47). Elle oppose manifestement le roi de France aux Infidèles, dont les armées se livrent à une lutte sans merci. Il s’agit, bien sûr, d’une incitation à la croisade. Louis XI l’a plusieurs fois envisagée, sans jamais y partir. Le futur roi est appelé à réparer cet oubli : la croisade n’est-elle pas la seule guerre vraiment juste ?

L’ordonnance-testament de septembre 1482

  • 48 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., VI, 11, p. 472-473.

34Le troisième texte est précisément daté : le 21 septembre 1482, Louis XI se rendit à Amboise pour donner ses instructions (ordonnance-testament) au dauphin, « son filz qu’il appella roy », il « vouloit sur toutes choses que aprés son trespas, on tint le royaulme en paix cinq ou six ans […] jusques ad ce que ledict roy fust grant et en aage pour en dispouser à son plaisir48 ». Âgé de 12 ans, le jeune prince était mineur au regard de l’ordonnance de 1374. Dans ce texte important, Louis XI résume pour son fils l’essence du gouvernement royal, tenu de Dieu qui a donné la France, la « plus notable region », aux rois, car ils sont très-chrétiens et ont combattu pour l’Église et le Saint-Siège.

35Louis XI fait le bilan de son gouvernement et énonce fièrement qu’il a « augmenté et accreu de toutes pars » le royaume, malgré les conspirations. Il énumère ensuite les instructions à suivre pour maintenir l’État. Le roi doit gouverner au profit et à l’utilité des sujets du royaume et de la chose publique. Il le fera en suivant les conseils et avis des parents de son lignage et des gens notables et fidèles. Omniprésente dans l’ordonnance-testament, se retrouve la guerre que les princes n’ont cessé de livrer au roi et à la chose publique. Louis XI dénonce leurs pratiques, trahisons et conspirations incessantes :

« Les princes et seigneurs de nostre sang et lignage, et autres grans seigneurs de nostredit royaume, qui que ce soit, la plus grant part d’iceulx ont conspiré, fait, conduit et mené contre nous et la chose publique de nostre royaume plusieurs grans pratiques, trahisons et conspiracions. »

  • 49 ORF, t. 19, p. 56-60 (toutes les citations précédentes proviennent de ce texte).

36Cette guerre intérieure a entraîné effusion de sang humain, destruction et désolation du peuple, cela depuis « nostre advenement à la couronne jusques à présent, qui encores ne sont du tout estainctes et qui après la fin de noz jours pourroient recommencer et longuement durer, s’aucune bonne provision n’y estoit donnee ». L’angoisse du roi tient en ces mots. Pour garantir la paix, Louis XI enjoint Charles de maintenir les officiers en place. Il renouvelle son mea culpa et regrette encore les maux qui sont advenus quand il les avait changés en 146149. Le dauphin Charles promit de respecter ces instructions. La lettre fut enregistrée au Parlement de Paris, le 7 novembre 1482.

37Fier d’avoir augmenté la couronne pour « y faire mettre paix, tranquilité et union », Louis XI omet visiblement l’histoire de ces agrandissements : rien n’est dit sur la guerre totale qu’il a ordonnée. Seuls comptent les résultats.

Louis XI et la guerre : interprétations

38Au terme de ce florilège tour à tour sidérant et sage, il s’agit maintenant de proposer quelques explications et de noter quelques évolutions de l’art de la guerre de Louis XI.

Contrastes, correspondances et omissions

39Les écarts entre les principes de guerre juste donnés dans Le Rosier des guerres ou le Livre des trois âges et la réalité de la guerre totale (militaire, économique, psychologique) du règne sont importants, mais, parfois, théorie et pratique correspondent.

  • 50 Dépêches des ambassadeurs milanais sur les campagnes de Charles le Hardi de 1474 à 1477, éd. Gingin (...)

40Le Rosier déconseille le recours aux mercenaires. Louis XI n’a pourtant cessé d’en employer : les plus célèbres demeurent les Suisses. Le traité d’intelligence perpétuelle de 1452 devint en une alliance franco-suisse en 1470, dirigée contre le duc de Bourgogne. Celui-ci allait vivre comme un déshonneur d’avoir été battu par « des paysans, des peuples bestiaux50 ». Ces mercenaires jouèrent un grand rôle dans la chute du Téméraire. Et Louis XI se moque bien de l’accusation de tyrannie, portée par ceux qui lui reprochent d’utiliser les Suisses par crainte de ses propres sujets.

  • 51 Chastellain parle du « grand murmure » qui se fit dans le royaume contre Louis XI quand un gentilh (...)
  • 52 Pierre Choinet, Le Livre des trois âges, op. cit., vers et miniatures des folios 4 v°, 5 v°, 7 r°, (...)
  • 53 Jean Masselin, Journal des États généraux tenus à Tours en 1484, sous le règne de Charles VIII, éd (...)

41Le traitement de la noblesse, appui théorique du roi, contraste également. Dès le début du règne, Louis XI prit certaines mesures en apparence anecdotiques, mais qui, dans la réalité de la fin du XVe siècle, rompaient avec la tradition et furent lourdes de conséquences. Il s’agit de l’interdiction faite aux nobles de pratiquer la chasse51. On ne peut comprendre la portée de cette interdiction si l’on oublie l’importance de la chasse dans l’apprentissage de la guerre pour les aristocrates. La chasse n’était pas qu’un art de sociabilité pour le second ordre, elle était d’abord et avant tout un exercice de la guerre pratiqué en temps de paix52. L’interdire revenait à empêcher les nobles de s’exercer au « stile de la guerre » et à les écarter de leur fonction spécifique : sous le règne du feu roi, « estoient les bestes plus franches que les hommes », affirment encore les nobles dans leur cahier, en 148453.

  • 54 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 5, p. 32 : Louis XI avait promis une ville en argent, c’est-à-di (...)
  • 55 Voir la lettre du roi au lendemain de la victoire de Perpignan (ibid., 19 janvier 1463, t. 2, p. 9 (...)
  • 56 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., I, 4, p. 121-122 ; I, 8, p. 133-134 ; IV, 1, p. 280.
  • 57 Ibid., IV, 1, p. 281 (pour la citation) et passim.

42Mais il existe des correspondances entre théorie et pratique de la guerre : la première est le recours au secours divin. Louis XI ne cesse d’invoquer le Ciel, la Vierge et toute la cour céleste pour l’aider à lutter contre les ennemis du royaume. Il formule des vœux et il tient ses promesses, quel qu’en soit le coût. Il vérifie d’ailleurs que ses engagements ont bien été tenus. Le 20 juillet 1472, il écrit ainsi au fidèle Jean Bourré : « Je suis si prés du duc, je dousteroye [redouterais] que mes besongnes ne s’en portassent pas si bien54. » Le Ciel est un acteur important des guerres du règne. Louis XI affirme lui devoir ses victoires, bien plus qu’à sa stratégie ou à ses armées. Rien sur terre ne se fait sans que Dieu l’ait voulu, et Dieu veut que la France l’emporte55. C’est d’ailleurs ce que dit aussi Commynes : Dieu conduit les batailles56, « Dieu, qui tousjours a aymé ce royaulme57 ».

  • 58 Ibid., t. 5, p. 165-166; ORF, t. 17, p. 582-584.
  • 59 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., VI, 3, t. 3, p. 18-19.

43Un des épisodes les plus célèbres de la guerre contre les Bourguignons fut peut-être le siège de la riche ville drapière de Beauvais, en Picardie, par les hommes de Charles le Téméraire. Le 9 août 1473, pour célébrer la résistance victorieuse de Beauvais, le roi envoya à la ville une lettre patente où il ordonnait une « procession, messe et sermon solennelz », une fois par an, le jour de la Sainte-Angradême, patronne de la ville, « en recordacion et memoire de la prossession » des reliques de cette sainte, alors que les Bourguignons assaillaient Beauvais58. Variable avec les hommes, Louis XI respecte ses engagements envers Dieu, même si Basin dit le contraire59.

  • 60 Contamine P., « Le jour où trahir le Roi devint un crime », L’Histoire, 49, 1982, p. 88-90.
  • 61 Paravicini W., « Peur, pratiques, intelligences. Formes de l’opposition aristocratique à Louis XI (...)
  • 62 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., II, 13, t. 1, p. 254-255. Guenée B., Quatre vies de (...)

44Les conseils prodigués par Louis XI ne disent pas tout de sa politique guerrière. Il n’évoque pas, par exemple, l’arme juridique, à laquelle il eut souvent recours. Le roi ordonne ainsi des recherches dans les archives pour mettre au jour ses droits réels ou supposés sur l’Anjou ou la Bourgogne. Louis XI n’hésite pas à faire comparaître Charles le Téméraire comme mauvais vassal pour confisquer ses fiefs tenus de France. Les procès en lèsemajesté des princes félons appartiennent à ce registre. Sous son règne, la félonie est devenue un crime60. L’arme juridique n’est pour le roi de France qu’un des mille et un moyens de faire la guerre à ses ennemis. Le roi sait puiser dans l’arsenal juridique (Code et Digeste) : on le voit invoquer la peur (« metus ») pour invalider un engagement61. La peur n’est pas seulement un sentiment omniprésent du règne, partagée par le roi et les princes qui ont peur les uns des autres, mais un argument juridique. Louis XI l’utilise pour invalider ses serments, faits sous la contrainte et la menace62. La peur invalide les serments portés sur le missel et la Vraie Croix. N’est-ce pas la porte ouverte à l’invalidation de tous les engagements imposés aux vaincus ?

  • 63 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., I, 15, p. 157 ; II, 1, p. 161 (pour la citation) ; IV, 8 (...)
  • 64 Peut-on apparenter la politique royale du juste équilibre (« in modo bilanciato ») à celle de Laur (...)
  • 65 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., VI, 12, p. 480.

45Potentiellement délié de toute promesse, Louis XI balance toujours entre deux alliés, entre deux stratégies, entre deux normes. Ce roi, dont personne ne nie l’intelligence, a épouvanté par sa propension à diviser ses ennemis. « Maistre en ceste science », selon Commynes, « le roy Loys, nostredict maistre, a myeulx sceu entendre cest art de separer les gens que nul autre prince que j’ay jamais congneu63 ». Toujours entre deux positions, en équilibre64, l’instabilité convient au roi : « Quant il avoit la guerre, il desiroit paix ou treves ; quant il l’avoit, à grand peyne la pouvoit endurer65. » Louis XI était-il si différent de ses prédécesseurs ? Des autres princes ? Il semble que oui, à entendre Commynes qui l’admire pour cela, car il a toujours une avance sur eux.

L’évolution des principes de guerre

  • 66 Voir la lettre de Panigarola du 13 mai 1465 (éd. Mandrot B. de, « Dépêches d’ambassadeurs milanais (...)

46La bataille n’est pour Louis XI qu’un des moyens de faire la guerre. Et quand elle survient, le roi favorise l’artillerie. Très tôt, les ambassadeurs milanais ont noté son intérêt pour cette arme qui provoque des dégâts physiques et psychologiques66.

  • 67 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., I, 9, p. 137-141.
  • 68 Ibid., VI, 5, p. 446 ; I, 6, p. 127-128 ; II, 10, p. 200-201.
  • 69 Jean Molinet, Chroniques, op. cit., t. 1, p. 258. Voir Contamine P., « L’artillerie royale françai (...)
  • 70 Amable Sablon du Corail, Louis XI, op. cit., p. 390-392.

47Lors de la bataille de Montlhéry, en juillet 1465, l’artillerie royale effraye les coalisés67. Le roi la voit comme une arme clé, car elle atténue la part du hasard dans les combats et accélère leur fin68. En avril 1478, les «  .xiv. gros bastons [canons ayant la forme d’un bâton], « courtaulx » [mortiers] et serpentines [longs canons qui se chargent par la bouche] entre lesquelz estoient le Doyen des Pères et le Chien d’Orléans [suivent le nom d’autres pièces d’artillerie] » tonnent contre Condé comme un « fourdroyant orage qui dura jour et nuit l’epasse de .xxviii. heures continueles. Ce hideux tonnoirre fut oy jusques aupréz de la ville de Bruges [à 11 km] où le duc d’Austrice celebroit la feste de la Thoison d’or69 ». L’évolution de l’armée royale s’affirme en 1480-1481 ; Louis XI fait la guerre avec l’artillerie et les Suisses70. Le remplacement en 1479 d’Antoine de Chabannes, grand maître de France, par Philippe de Crèvecœur, seigneur d’Esquerdes, transfuge du Téméraire, permet ces changements.

  • 71 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 6, p. 164 (7 mai 1477) ; Jean de Roye, Journal, op. cit., t. 2, (...)
  • 72 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., I, 10, p. 142 ; passim : II, 1, p. 161 ; III, 1, p. 220- (...)

48Dans les faits, la guerre du roi de France ne connaît par de règles : Louis XI entend rester libre de ses choix opportunistes. Le roi engage des moyens très différents pour arriver à ses fins : l’armée, la diplomatie, la corruption, le droit…, généralement utilisés en même temps. Ce qui importe au roi, c’est de gagner et non pas de se battre en montrant sa hardiesse. Louis XI connaît pourtant les valeurs de la chevalerie, il les a pratiquées quand il était dauphin. Devenu roi, il n’entend pas être traité de « roi couard ». Il a son honneur, comme il s’en explique à Antoine de Chabannes71. Mais plus haut que son honneur, Louis XI place les gains territoriaux et l’anéantissement de ses ennemis. C’est pourquoi il privilégie l’argent pour dissoudre les fidélités72.

  • 73 Dauphant L., « Les 700 pensionnaires de Louis XI : étude et édition d’un rôle de 1481 », Annuaireb (...)

49L’argent est bien le nerf de la guerre (Cicéron, Philippiques, V, 2). L’armée représente le poste majeur, et de loin, des dépenses du royaume (47 % en 1470 ; 74 % en 1482). Il faut ajouter le coût des pensionnés, 900, dira-t-on aux État généraux de 1484, autour de 700, probablement, un chiffre énorme, qui coûtait 950 000 livres au royaume en 148173.

  • 74 Machiavel admirait Louis XI, car il avait su ordonner son royaume face aux puissants et fait de la (...)
  • 75 Pons N., « Honneur et profit : le recueil d’un juriste parisien au milieu du XVe siècle », Revue H (...)
  • 76 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., V, 9, p. 367 ; III, 8, p. 252-253 ; IV, 5, p. 291.

50Que ce soit au prix de l’empiffrement anglais, des pensions ou de la trahison des alliés, Louis XI entend l’emporter sur ses ennemis, et la fin justifie les moyens74… Commynes répète à l’envi un autre proverbe : « Qui en a le profit en aura l’honneur. » Longtemps, le profit de la guerre était le rétablissement de la paix. Puis le mot prit un autre sens : peu importe la manière, celui qui gagnait, gagnait aussi l’honneur75, ou, comme le dit Commynes, « Car ceulx qui gaignent en ont tousjours l’honneur76 ».

L’hostilité de Louis XI aux batailles

51Louis XI a pratiqué la guerre totale, mais il s’est à plusieurs reprises déclaré contre les hasards des batailles. Car il faut différencier la guerre et la bataille. Le roi de France fait la guerre, mais il évite autant qu’il est possible les batailles, ce qui a pour conséquence le développement de la guerre par d’autres moyens.

  • 77 Ibid., VI, 1, p. 422.
  • 78 Ibid., IV, 1, p. 277.
  • 79 Ibid., III, 12, p. 273.

52Tous les moyens sont bons, y compris les moins nobles, pour éviter la bataille, en particulier contre les Anglais. C’est le syndrome d’Azincourt, ouvertement évoqué par Louis XI, si l’on en croit Commynes : le roi ne veut hasarder son royaume comme on le fit à Azincourt77. En 1474, certains lui reprochent de reconduire une trêve avec Charles le Téméraire et lui conseillent d’attaquer, mais d’autres, dont Commynes, « qui avoyent plus congnoissance », lui conseillent de laisser le duc se perdre dans les guerres contre l’Allemagne, car on ne peut mieux se « venger de luy que de le laisser faire78 ». Et peu importe au roi qu’on le dise craintif, comme le fait l’impudent connétable Saint-Pol79.

53Louis XI sait à quel point une bataille peut rapidement tourner au désastre, quelle que soit la préparation. La bataille n’est pas pour ce roi un moyen de montrer hardiesse et vertu : elle doit seulement mener à la victoire. Et comme toute bataille comporte une part d’inconnu, « l’universelle araignée » ne peut qu’y être hostile. D’où la réputation qui lui a été faite de ne pas être un roi chevalier, alors qu’il l’avait été. C’est en connaissance de cause qu’il se déclare contre la bataille, et non pas contre la guerre, qu’il a faite d’autres façons.

54L’hostilité royale aux batailles n’a pas rendu l’époque plus pacifique, bien au contraire. Car les autres formes que prend la guerre touchent plus largement les populations : la guerre économique qui affame les populations, la fiscalité royale (taille) multipliée par quatre, qui accable le monde paysan et même les bourgeois, les officiers et les prélats appelés à avancer de l’argent au roi, sur la foi de remboursements hypothétiques. Le très raisonnable et plein de sa volonté Louis XI a-t-il causé plus de victimes et de destructions que ses prédécesseurs ?

  • 80 Lassalmonie J.-F., « Louis XI, Georges de Poděbrady et la croisade », in Nejedly M. et Svatek J. ( (...)

55Le règne a cependant connu un certain nombre d’initiatives pacifiques globales qui avaient pour objectif affirmé l’union des chrétiens contre les Turcs. Le roi de France y fut favorable, mais rien n’aboutit concrètement. À partir de 1463, le roi de Bohême, Georges Poděbrady, proposa la formation d’un concile des princes chrétiens contre l’ennemi turc. Louis XI accueillit favorablement l’idée80. Plusieurs ambassades tchèques se succédèrent en 1467, en 1468, mais le roi temporisa. Louis XI ne croyait pas à une alliance élargie à la trop oscillante Venise. Et il s’interrogeait sur les vrais motifs du roi de Bohême (qui avait été excommunié en décembre 1466). Souhaitait-il doubler Pie II (1458-1464) et le détourner de l’hérésie hussite – le roi était utraquiste –, en prônant l’alliance contre les Turcs ? Louis XI voyait peut-être mieux qu’un autre les intérêts divers et divergents des princes, et n’entendait travailler ni pour le roi de Bohême ni pour le commerce italien.

  • 81 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 4, p. 137-140.

56En novembre 1469, le pape Paul II (1464-1471), neveu d’Eugène IV, adressa aux évêques et princes chrétiens une bulle fondant une « confrérie de la paix et de la charité universelle ». Paul II exhortait les princes à faire la paix et s’unir pour combattre les Turcs, ennemis de la Chrétienté. Devaient entrer dans la confrérie les prélats, les princes, les grands et les notables des villes. Chacun contribuerait financièrement en fonction de sa dignité. Louis XI demanda à son conseil d’examiner cette bulle, dont « la matiere en soi nous revient tres bien, et sommes delibereéz euz à ce voz advis et opinions, la faire mectre à execution et icelle faire publier le plus solennellement que faire ce pourra81 ».

  • 82 Vissière L., « Louis XI et le siège de Rhodes. À propos d’un acte inédit de Philippe de Commynes » (...)

57La guerre contre les Turcs – nouvelle forme de la croisade ou substitut de la croisade ? – s’imposait comme la menace imminente. Des travaux récents viennent de montrer l’importance du siège de Rhodes82. Louis XI n’y était pas indifférent, mais ses priorités restèrent royales et il privilégia le proche au lointain. Son engagement prit d’autres formes, principalement financières.

58La guerre a investi le règne de Louis XI, et elle fut, comme il l’a voulu, multiforme – économique, psychologique, financière… Le roi a usé de tous les moyens pour éviter le plus possible le hasard des batailles. L’historiographie de la IIIe République a apprécié l’efficacité royale à l’aune des gains territoriaux et des traités de paix signés avec l’Angleterre (1475) et l’Empire (1482). La confrontation du florilège sidérant et des sages conseils fait apparaître cependant un certain nombre de contradictions. Dont la clé se trouve dans le personnage lui-même. Le courageux roi-chevalier et « l’universelle araignée » étaient une seule et même personne. Louis XI se montra fort ennemi de principes encombrants, bloquant ses initiatives. La guerre totale s’imposa en fait comme l’un des traits de modernité du roi Valois… et du duc Charles de Bourgogne. Car le roi de France n’en détenait pas le monopole.

Notes

1 Claude de Seyssel, Les Louenges du roy Louys XIIe de ce nom, éd. Eichel-Lojkine P. et Vissière L., Genève, Droz, « Les Classiques de la pensée politique », 2009, chap. IX, p. 215 ; chap. VIII, n. 283, p. 180 ; 197-198.

2 Thomas dAquin, Somme théologique, IIa, IIae, q. 40 (« La guerre »).

3 Robert Gaguin, Compendium super Francorum gestis, Paris, 1500-1501, fol. 144 v°.

4 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove J., Bruxelles, 1863-1866, 8 vol. , t. 4, p. 195-197.

5 Ibid., t. 4, p. 388. « Variable » et « multiple », tel apparaît Louis XI, dans les Chroniques de Chastellain (ibid., t. 4, p. 35, 115, 388 ; t. 5, p. 81, 418, 419…).

6 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, éd. et trad. Samaran C. et Garand M.-C., Paris, Belles Lettres, 1963-1972, 3 vol., I, 15, t. 1, p. 84-78.

7 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. Blanchard J., Paris, Livre de Poche, « Lettres gothiques », 2001, II, 9, p. 197 ; et II, 15, p. 215.

8 Ordonnances des rois de France de la troisième race, recueillies par ordre chronologique [désormais ORF], éd. Laurière E. J. de, Paris, Imprimerie royale, 1723-1849 [1659-1728], 22 vol., t. 17, p. 353-357 (3 décembre 1470).

9 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., IV, 10, p. 315-6 ; VI, 1, p. 425…

10 Ibid., II, 10-14, p. 298-315.

11 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., V, 1, t. 2, p. 256-257 ; V, 2, t. 2, p. 260-261.

12 Jean du Prier, Le Songe de Pastourel, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Ms. 2556, fol. 4 v ° et fol. 5 vo. Brachmann C., Memoria, Fama, Historia. Schlachtengedenken und Identitätsstiftung am lothringischen Hof (1477-1525) nach dem Sieg über Karl den Kühnen, Berlin, Gebr. Mann Verlag, 2006, fig. XI et XII ; id., « Le Songe du Pastourel de Jean du Prier : une chronique allégorisée au service de la mémoire lorraine de la bataille de Nancy (5 janvier 1477) », in Freigang C. et Schmitt J.-C. (dir.), Hofkultur in Frankreich und Europa im Spätmittelalter, Berlin, Akademie Verl., 2005, p. 403-430.

13 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., VI, 6, t. 3, p. 39.

14 En Roussillon (Lettres de Louis XI, roi de France, éd. Vaësen J., Charavay É. et Mandrot B. de, Paris, SHF, 1883-1909, 11 vol., mai 1474, t. 5, p. 244-248) ; en Picardie (Jean de Roye, Journal connu sous le nom de Chronique scandaleuse, 1460-1483, éd. Mandrot B. de, Paris, SHF, 1894-1896, 2 vol., t. 1, p. 337 et Basin T., Histoire de Louis XI, op. cit., IV, 12, t. 2, p. 214-215 et dans une lettre au grand maître, 30 juin 1475, Lettres de Louis XI, op. cit., t. 5, p. 363-367).

15 Jean Molinet, Chroniques, éd. Doutrepont G. et Jodogne O., Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1935-1937, 3 vol., t. 1, p. 219-220.

16 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 6, p. 194 (25 juin 1477).

17 Jean Molinet, Chroniques, op. cit., t. 1, p. 212.

18 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., VI, 7, t. 3, p. 38-39.

19 Ibid., VI, 9, t. 3, p. 57 ; Molinet raconte la prise d’Avesnes « par les mains des inicques bouchiers françois que l’on dit très chrestiens » (Molinet J., Chroniques, op. cit., t. 1, p. 200-201).

20 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 6, p. 184 (12 juin 1477).

21 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., V, 18, p. 403. Amable Sablon du Corail pose la question du statut des terres ravagées dans son Louis XI. Le joueur inquiet (Paris, Belin, 2011, voir la carte III) : Roussillon, Picardie, Hainaut et villes de la Somme appartiennent à des princes ennemis. Le roi de France fait affamer les troupes adverses, quelles qu’en soient les conséquences matérielles et morales à long terme.

22 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 6, p. 112 (9 janvier 1477).

23 Ibid., t. 8, p. 71-72 (5 septembre 1479).

24 Jean de Roye, Journal, op. cit., t. 2, p. 45.

25 Ibid., t. 1, p. 74-75.

26 Jean Molinet, Chroniques, op. cit., t. 1, p. 188.

27 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 6, p. 158 (20 avril 1477).

28 Pour la citation : Jean de Roye, Journal, op. cit., t. 2, p. 47-8 ; Molinet J., Chroniques, op. cit., t. 1, p. 188.

29 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., IV, 9, p. 309.

30 Ibid., 31 août 1475, IV, 10, p. 319.

31 Ibid., IV, 11, p. 323.

32 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., IV, 17, t. 2, p. 240-245 ; V, 13, t. 2, p. 342-344.

33 Jean de Roye, Journal, op. cit., t. 1, p. 346-347.

34 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., V, 14, p. 381.

35 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., VI, 5, t. 3, p. 28-33.

36 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., p. 382.

37 Ibid.

38 Ibid., V, 14, p. 384.

39 Ibid., V, 16, p. 391-394.

40 Ibid., V, 17, p. 395.

41 En attendant l’édition du Rosier des guerres par Lydwine Scordia (en préparation), voir Samaran C., « Pierre Choisnet, le Rosier des guerres et le Livre des trois eages », Bibliothèque de l’École des chartes, 87, 1926, p. 372-380 ; Choinet P., Le Livre des trois âges, éd. Scordia L., Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2009, p. 29-31.

42 Vers 1450, Philippe le Bon avait offert au futur Charles le Téméraire l’Instruction à un jeune prince pour se bien gouverner envers Dieu et le monde d’Hugues de Lannoy, complétée par les Enseignements paternels du même auteur, où le duc s’adressait directement à son fils comme s’il était l’auteur du traité. Voir Schnerb B., « Hugues de Lannoy, auteur de l’Enseignement de vraie noblesse, de l’Instruction d’un jeune prince et des Enseignements paternels », Le Moyen Âge, no 110, 2004/1, p. 79-117.

43 On compte onze manuscrits du Rosier des guerres, parmi lesquels celui de Rouen (BM, I, 4) aux marges astrologiques, qui nous servira de témoin : ch. 1-7 : fol. 1 v°-19 r° ; ch. 8-9 : fol. 19 v°-79 v°.

44 Jean Molinet, Chroniques, op. cit., t. 1, p. 182, 189, 191, 193, 209.

45 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., V, 1, p. 338.

46 Pierre Choinet, Le Livre des trois âges, op. cit.

47 Voir l’édition du procès du duc de Nemours : Le Procès Jacques d’Armagnac (Bibliothèque Sainte-Geneviève, manuscrit 2000), éd. Blanchard J. et al., Genève, Droz, 2012.

48 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., VI, 11, p. 472-473.

49 ORF, t. 19, p. 56-60 (toutes les citations précédentes proviennent de ce texte).

50 Dépêches des ambassadeurs milanais sur les campagnes de Charles le Hardi de 1474 à 1477, éd. Gingins La Sarra F. de, Paris, J. Cherbuliez, 1858, 2 vol., t. 2, p. 216, cité par Blockmans W., « Crisme de leze majesté. Les idées politiques de Charles le Téméraire », in Duvosquel J.-M., Nazet J. et Vaurie A. (dir.), Les Pays-Bas bourguignons. Histoire et institutions. Mélanges André Uyttebrouck, Bruxelles, « Archives et bibliothèques de Belgique », 53, 1996, p. 71-81, ici p. 76.

51 Chastellain parle du « grand murmure » qui se fit dans le royaume contre Louis XI quand un gentilhomme normand qui prit un ou deux lièvres eut l’oreille coupée et que le roi fit brûler tous les équipements de chasse (Chronique, op. cit., t. 4, p. 276 ; 342-3). Les nobles étaient mis au rang des vilains, ce qui signifiait que le roi lui-même était le fomenteur des désordres.

52 Pierre Choinet, Le Livre des trois âges, op. cit., vers et miniatures des folios 4 v°, 5 v°, 7 r°, 8 r°.

53 Jean Masselin, Journal des États généraux tenus à Tours en 1484, sous le règne de Charles VIII, éd. et trad. Bernier A., Paris, 1835, p. 668.

54 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 5, p. 32 : Louis XI avait promis une ville en argent, c’est-à-dire un ex-voto à la forme du vœu, au coût de 1 200 écus à offrir à Saint-Martin de Tours.

55 Voir la lettre du roi au lendemain de la victoire de Perpignan (ibid., 19 janvier 1463, t. 2, p. 98).

56 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., I, 4, p. 121-122 ; I, 8, p. 133-134 ; IV, 1, p. 280.

57 Ibid., IV, 1, p. 281 (pour la citation) et passim.

58 Ibid., t. 5, p. 165-166; ORF, t. 17, p. 582-584.

59 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., VI, 3, t. 3, p. 18-19.

60 Contamine P., « Le jour où trahir le Roi devint un crime », L’Histoire, 49, 1982, p. 88-90.

61 Paravicini W., « Peur, pratiques, intelligences. Formes de l’opposition aristocratique à Louis XI d’après les interrogatoires du connétable de Saint-Pol », in Chevalier B. et Contamine P. (dir.), La France de la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée, Paris, CNRS, 1985, p. 183-196 ; Blanchard J., « Une lecture des Mémoires : Commynes et le droit (documents inédits) », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, no 72, 2010/2, p. 369-384.

62 Thomas Basin, Histoire de Louis XI, op. cit., II, 13, t. 1, p. 254-255. Guenée B., Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge (XIIIe -XVe siècle), Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Histoires », 1987, p. 415-420.

63 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., I, 15, p. 157 ; II, 1, p. 161 (pour la citation) ; IV, 8, p. 306. Voir Dufournet J., La destruction des mythes dans les Mémoires de Philippe de Commynes, Genève, Droz, 1966, p. 316-334.

64 Peut-on apparenter la politique royale du juste équilibre (« in modo bilanciato ») à celle de Laurent de Médicis dans la péninsule italienne ? Voir Guicciardini F., Histoire d’Italie, 1492-1534, trad. fse Fournel J.-L. et Zancarini J.-C., Paris, Laffont, « Bouquins », 1996, 2 vol., t. I, p. 5.

65 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., VI, 12, p. 480.

66 Voir la lettre de Panigarola du 13 mai 1465 (éd. Mandrot B. de, « Dépêches d’ambassadeurs milanais en France durant les premières années du règne de Louis XI »), Annuaire-bulletin de la Société de l’Histoire de France, no 47, 1910, p. 114-140, ici p. 132. D’Azincourt à Marignan, 1415-1515, Chevaliers et bombardes, Leduc A., Leduc S. et Renaudeau O. (dir.), Paris, Gallimard, Musée de l’Armée, 2015.

67 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., I, 9, p. 137-141.

68 Ibid., VI, 5, p. 446 ; I, 6, p. 127-128 ; II, 10, p. 200-201.

69 Jean Molinet, Chroniques, op. cit., t. 1, p. 258. Voir Contamine P., « L’artillerie royale française à la veille des guerres d’Italie », Annales de Bretagne, 71, 1964, p. 221-261 ; id., « La musique militaire dans le fonctionnement des armées : l’exemple français (vers 1300-vers 1550) », Revue de la société des amis du musée de l’armée, 124, 2002, p. 17-32 ; Vissiere L., « Paysage sonore de la ville assiégée », in Hablot L. et Vissière L. (dir.), Les paysages sonores du Moyen Âge à la Renaissance », Rennes, PUR, 2015.

70 Amable Sablon du Corail, Louis XI, op. cit., p. 390-392.

71 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 6, p. 164 (7 mai 1477) ; Jean de Roye, Journal, op. cit., t. 2, p. 365 (dans l’Interpolation de la Chronique scandaleuse par Jean Le Clerc).

72 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., I, 10, p. 142 ; passim : II, 1, p. 161 ; III, 1, p. 220-221. À propos de la modification des liens entre le seigneur et ses serviteurs, Bernard Guenée évoque un « système de contrat » (L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, Paris, PUF, « Nouvelle Clio », [1971], 1991, p. 233).

73 Dauphant L., « Les 700 pensionnaires de Louis XI : étude et édition d’un rôle de 1481 », Annuairebulletin de la Société de l’Histoire de France, 2011, p. 21-77.

74 Machiavel admirait Louis XI, car il avait su ordonner son royaume face aux puissants et fait de la France une monarchie plus réglée qu’aucune autre grâce au Parlement et aux lois ; le roi négociateur de la paix en Italie entre Florence et Rome, en 1479, avait toute son estime (Rapports sur les choses d’Allemagne, 1508 ; Discours sur la première décade de Tite Live, 1512, I, 58 ; Le Prince, 1513, ch. 19 ; Histoires florentines, 1526, VIII, 14). Machiavel critiquait en revanche la politique à courte de vue de Louis XI qui abolit son infanterie pour mieux commander et piller son peuple en engageant des mercenaires suisses, contrairement au sage Charles VII (Discours sur la première décade de Tite Live, 1512, II, 30 ; Le Prince, ch. 13).

75 Pons N., « Honneur et profit : le recueil d’un juriste parisien au milieu du XVe siècle », Revue Historique, no 645, 2008/1, p. 3-32.

76 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., V, 9, p. 367 ; III, 8, p. 252-253 ; IV, 5, p. 291.

77 Ibid., VI, 1, p. 422.

78 Ibid., IV, 1, p. 277.

79 Ibid., III, 12, p. 273.

80 Lassalmonie J.-F., « Louis XI, Georges de Poděbrady et la croisade », in Nejedly M. et Svatek J. (dir.), La noblesse et la croisade à la fin du Moyen Âge, Toulouse, FRAMESPA, « Méridiennes, série . Les Croisades tardives, 2 », 2009, p. 185-203 ; Nejedly M., « Promouvoir une alliance anti-turque pour éviter une croisade anti-hussite : un noble tchèque en mission diplomatique. Le témoignage de l’écuyer Jaroslav sur l’ambassade à Louis XI en 1464 », ibid., p. 163-183 ; id., « Le journal de l’ambassade tchèque en France en 1464 par l’écuyer Jaroslav », Annuaire-bulletin de la Société de l’Histoire de France, 2009, p. 53-117.

81 Lettres de Louis XI, op. cit., t. 4, p. 137-140.

82 Vissière L., « Louis XI et le siège de Rhodes. À propos d’un acte inédit de Philippe de Commynes », in Gilli P. et Paviot J. (dir.), Hommes, cultures et sociétés à la fin du Moyen Âge. Liber discipulorum en l’honneur de Philippe Contamine, Paris, PUPS, 2012, p. 341-346 ; Tous les Deables d’enfer. Relations du siège de Rhodes par les Ottomans en 1480, éd. Vaivre J.-B. de et Vissière L., Genève, Droz, 2014.

Auteur

Lydwine Scordia agrégée et docteur en histoire médiévale, est maître de conférences à l’université de Rouen. Ses recherches portent sur les relations entre gouvernants et gouvernés (Amour et désamour du prince, 2011, en co-direction avec Josiane Barbier et Monique Cottret), les justifications de l’accroissement du pouvoir royal et les oppositions théoriques faites à cette croissance (Le roi doit vivre du sien. La théorie de l’impôt en France, XIIIe-XVe siècle, 2005). Elle a édité et publié le fac-similé d’un texte pour Louis XI par Pierre Choinet, son médecin et astrologue (Le Livre des trois âges, 2009). Cet art de bien vivre et de bien mourir a orienté ses recherches vers ce roi énigmatique (Louis XI. Mythes et réalités, 2015).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search