Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu et la folie

 | 
Laurent Vissière
, 
Marion Trévisi

Deuxième partie. Peur, panique, sidération

Violence des princes, intercessions des saints. Le bombardement des villes à la fin du Moyen Âge et au début de la période moderne

Emmanuel de Crouy-Chanel

Texte intégral

  • 1 La question des bombardements de ville dans la guerre de siège médiévale a été peu abordée, sinon (...)

1Les récits de siège de ville, en particulier quand nous avons la chance de disposer du journal d’un assiégé, témoignent du recours habituel au bombardement dans les tactiques de la guerre médiévale et moderne, au moins pour la période (de la guerre de Cent ans au traité de Cateau-Cambrésis) dont nous traiterons ici1. Au préalable, un mot de définition est nécessaire. Par bombardement, nous entendrons les tirs indiscriminés de l’assiégeant à l’intérieur de la place assiégée. Cette première définition permet déjà d’écarter les tirs dirigés contre l’enceinte elle-même, dont l’on entend réduire ainsi à la longue la valeur défensive (encore qu’il y aurait beaucoup à écrire sur la valeur psychologique attachée à cette enceinte et aux manifestations de dérision symbolique auxquelles donnent lieu les tirs de l’assiégeant), de même que les tirs adressés à des objectifs précis à l’intérieur de la place (clochers, moulins…).

  • 2 Le stratagème est rapporté par Froissart pour le siège de Thun par les Français en 1340 : « Car po (...)

2Cela étant, même au sein de la catégorie des tirs indiscriminés, des distinctions sont probablement à effectuer selon la nature du projectile. Les lourds boulets, de pierre ou de métal, correspondent bien à notre propos de tirs à destruction à l’aveuglette. Les choses sont moins évidentes pour les tirs incendiaires, qu’il s’agisse de traits incendiaires – la forme la plus courante – ou de boulets incendiaires – boulets chauffés au rouge ou enveloppés de substances inflammables. Certes, de tels tirs peuvent viser la destruction par incendie, mais ils sont également employés dans une logique de diversion, pour lancer un assaut sur des assiégeants occupés à lutter contre l’incendie ou à sauver leurs biens. Les ordures et charognes, enfin, constituent une troisième famille de projectiles2. Sans exclure une dimension symbolique de souillure, l’objectif principal semble avoir été ici de contaminer les airs et les eaux pour provoquer une épidémie chez les défenseurs ou, au moins, les convaincre qu’ils exposeraient leur santé à s’obstiner à tenir une place infectée. Laissant donc de côté les tirs incendiaires et les tirs d’infection, qui ont leur rationalité propre, notre propos portera sur les bombardements visant à la destruction directe et immédiate des biens et des personnes.

3Ce recours au bombardement interroge dès lors la raison, et de l’assiégeant – poursuivrait-il, dans une folie meurtrière, l’anéantissement de son ennemi, combattant ou non ? –, et de l’assiégé – s’agit-il de le briser psychologiquement ? L’irrationalité, on le devine ici, ne se mesure alors qu’au regard d’une hypothétique rationalité, celle d’un combattant de sang-froid qui ne met en œuvre que des moyens conduisant directement et de manière vérifiable au but recherché. Traiter de l’irrationalité du bombardement nous mène donc sur un terrain périlleux entre tous : celui de la perception qu’ont pu en avoir les contemporains.

La perception par les assiégeants

  • 3 Guillaume Leseur décrit ainsi l’effet des mortiers français au siège de Barcelone, en 1462 : « Par (...)
  • 4 Un courrier de Wallop à Paget du 22 octobre 1543 mentionne « a great mortar and the shot, some of (...)

4Vu du côté des assiégeants, le bombardement – cette projection à plusieurs centaines de mètres de lourds projectiles – est tout d’abord l’expression d’une violence nue, presque paroxystique. Les boulets sont lancés par-dessus les murailles de la ville pour écraser et tuer tous ceux, sans distinction d’âge, de sexe ou de rang, qui viendront à se trouver sur leur trajectoire. Cette violence est d’ailleurs au sens propre aveugle. En règle générale, les assiégeants ne perçoivent pas réellement les effets du bombardement. Ils voient le projectile plonger (d’autant mieux s’il s’agit d’un boulet enflammé tiré de nuit), ils l’entendent s’écraser en fracassant les toitures3. Les dégâts du bombardement sont donc moins connus que fantasmés. Un bon exemple, bien que tardif, en est donné par la relation que fait à son souverain un ambassadeur anglais au siège de Landrecies (1543). Les Impériaux projettent dans la place des boulets incendiaires comprenant des artifices assez complexes, des sortes de petits canons chargés à balle qui se mettent à tirer après la chute du boulet. La connaissance du secret de ces boulets permet aux membres de la suite impériale d’imaginer les effets possibles du bombardement à l’audition du bruit de la chute du boulet et des détonations des tubes se déchargeant au hasard4.

5Ainsi, que ce soit avec horreur ou jubilation, le bombardement est principalement pour les assiégeants une image mentale, celle des effets probables d’un boulet chutant du ciel.

6Le bombardement constitue par ailleurs une forme d’exploit technique. Il implique l’emploi d’engins exceptionnels, mais aussi le contrôle du terrain pour les apporter et les déployer, et d’une chaîne logistique pour les alimenter. Dans la longue période qui est ici couverte, grosso modo deux siècles, cette dimension technique n’évolue guère. Plus exactement, les vecteurs du bombardement évoluent, le mortier succédant au trébuchet, les projectiles se diversifient, mais la puissance requise pour procéder à un bombardement en règle reste élevée.

7Bref, le bombardement est une démonstration de puissance à la fois par les effets qu’on lui prête et par les moyens mis en œuvre.

La perception par les assiégés

8Cette puissance, cette violence, sont d’ailleurs bien ressenties par les assiégés qui entendent les maisons crouler, qui imaginent ou constatent les effets d’un boulet de pierre s’abattant sur un homme. L’Histoire journalière du siège de Rhodes, en donne une description saisissante :

  • 5 Histoire journalière…, éd. in Vaivre J.-B. de, Vissière L., Tous les deables de l’enfer. Relations (...)

« Ce mesme jour, tirerent les mortiers grant nombre de piarres, lesquelles gasterent fort les lieux où touch[oie] nt, entre lequelx en y eut une, environ solleil couchant, qui tua une femme et trois petiz enfans, laquelle estoit auprés la porte Sainct George en ung lieu penssant estre bien seurrement, et voioit on le lendemain la chair desdits enffans et de leur mere tenir aulx murailles des maisons par petiz morceaulx et par lopins, comme si on les eust rué par despit : qui estoit chose piteuse à veoir5. »

9Il existe bien quelques parades, mais assez limitées : se terrer dans les caves, quand il y en a ; guetter le départ des tirs pour fuir vers un abri. Le premier sentiment des assiégés quand débute le bombardement, tel que le rapportent les diaristes ou chroniqueurs, est donc celui d’une peur intense, d’autant plus pernicieuse que la menace ne connaît guère de limite temporelle ou spatiale.

  • 6 Ibid., p. 178.

« À heure de vespres, les courtaulx sive mortiers commencerent à thirer, lesquelz le premier qui tira tomba à une maison, laquelle fut rompue et tua ung homme. Quant les dessusdits mortiers commencerent à thirer, ilz firent plus de paour et de crainte en la cité mille foiz que ne faisoient leurs bombardes, car ilz tiroient jour et nuyt dedens le chasteau et cité en telle maniere qu’on ne savoit où se saulver pource qu’il y en avoit 4, les 2 qui tiroient au chasteau et les autres de l’autre bende qui tiroient en la cité. Laquelle chose fist si grant dommaige et si grant paour au peuple que homme ne sauroit raconter. Il fut neccessité au peuple se loger es cavernes en terre contre grosses murailles de la bende dont venoient lesdits courtaulx ; nonobstant quelque provision que ce fist, tuerent grant nombre de gens comme hommes, femmes et petiz enffans6. »

10Cette détresse des populations bombardées peut s’exprimer par un désarroi, un découragement. Elle se traduit aussi par l’appel à la protection divine, généralement par une prière d’intercession à la Vierge Marie ou à un saint tutélaire.

11Un poème anglais, écrit au lendemain du siège de Calais en 1436, rappelle ainsi les appels angoissés qu’adressaient les habitants à sainte Barbe, la patronne des morts subites :

  • 7 « Les canonniers commencèrent à montrer leur art :/Dans la ville, en beaucoup d’endroits,/Tirèrent (...)

« Gonners began to shew thaire art/Into the town in many apart/Shot many a fulle grete stone/Thanked be god, and marie mylde/They hurt neither man, woman, ne childe/Houses thogh they did harme;/“Seynt Barbara!” than was the crie,/Whan stones in the tovn flye/They cowde noon other charme7. »

12La mention que les Calaisiens n’en appelèrent à aucun autre charme semble d’ailleurs indiquer que cela n’allait pas de soi et que, peut-être, les bombardements donnaient parfois lieu à des pratiques magiques pour se prémunir du danger.

  • 8 « Au commencement que lesdits courtaulx commencerent à thirer, le peuple fut en si grant [t] erreu (...)

13Pour leur part, les Rhodiens en 1480, aux premiers tirs de mortiers, adressent une prière d’expiation collective et supplient Dieu de les avoir en pitié8.

14Que le bombardement puisse saper la résistance physique et morale des assiégés n’est donc pas un espoir totalement fallacieux. Son efficacité doit pourtant être sérieusement nuancée. Sur le plan matériel, à la grande surprise des assiégés eux-mêmes, le bombardement n’a que des effets réduits, du moins si l’on en juge en termes de vies humaines.

15Tout d’abord, quand cela est praticable, les mesures de protection contre les tirs peuvent être efficaces. En particulier, les préparatifs du tir (manteau de bombarde qui se lève, vergue d’engin qui s’abaisse), voire le tir lui-même (dans le cas du mortier) peuvent laisser un délai suffisant pour alerter la population sur l’imminence du danger et lui permettre de se mettre à l’abri. Ainsi, au château de Valognes, pilonné par les trébuchets de Duguesclin en 1364 :

  • 9 Chronique de sire Bertrand du Guesclin, éd. Buchon J. A. C., Choix de chroniques et mémoires sur l (...)

« Sur la tour mistrent Anglois une cloche et une gaite qui tous les traits des engins des Françoys véoit. Et quand la gaite véoit mettre les engins en arroy pour pierres getter, il sonnoit la cloche ; et lors ils se mettoient tous à sauveté jusques à ce que la pierre fust cheue9. »

  • 10 Butaud G., « Les deux sièges du palais apostolique d’Avignon… », op. cit., p. 119.
  • 11 « Et affin qu’on se peust myeulx gardéz desdits courtaulx, furent 4 hommes qui faisoient la garde (...)

16En 1410, les Avignonnais assiégeant le palais papal placent une vigie sur le clocher de Saint-Agricol pour sonner la cloche dès que les engins du palais sont en activité10. Les Rhodiens avaient de même couplé guetteurs et cloches pour signaler et l’arrivée d’un projectile et le secteur de la ville menacé11.

17Cette inefficacité du bombardement est aussi, et surtout, due à la méthode employée. Des boulets tombant pratiquement à la verticale ne causent des dégâts, pour considérables qu’ils soient, que sur une zone très restreinte. Supposons, de manière très hypothétique, qu’un boulet impacte une zone d’un mètre autour de son point de chute (et c’est sans doute déjà beaucoup), soit 3,14 m². Une ville comme Orléans a, lors du siège de 1428, une superficie particulièrement réduite de 37 ha et une population de 15 000 à 20 000 habitants. Il y a donc une chance sur 6 à 8, seulement, pour qu’une personne se trouve au point de chute d’un boulet. Il est vrai qu’elle a 25 fois plus de chances de se trouver dans un rayon de cinq mètres et que chacune de ces personnes pourra à bon droit estimer qu’elle a échappé d’un cheveu à une mort horrible.

  • 12 Chronique de Flandre, éd. Kervyn de Lettenhove J., in Istore et croniques de Flandres, Bruxelles, 1 (...)

18Cette impuissance du bombardement dans ses effets matériels est grosse d’une impuissance dans ses effets psychologiques. Le peu d’effets du bombardement va d’abord nourrir la confiance de la population dans ses chefs militaires, quand ceux-ci ont mis en œuvre des mesures pour en contrer les effets. Et lorsque c’est du ciel qu’on attend un secours, les assiégés y voient la preuve de l’efficacité de l’intercession de leurs saints patrons. Chaque boulet qui manque d’un rien de tuer quelqu’un alimente un récit de miracle. La relation du siège d’Ypres par les Anglais en 1383 multiplie ainsi les anecdotes de pierres épargnant miraculeusement les assiégés, qu’elles s’abattent à côté d’une femme dormant dans son lit, entre la nourrice et le berceau de son enfant, ou au milieu d’un étalage de pommes et de poires, dont les marchands et la cliente (probablement couverts du jus des fruits éclatés) « loeoient Dieux et Notre-Dame ». Et le chroniqueur de conclure : « Ainsy fu le ville sauvée de Nostre-Sire Jhesu-Crist, non constrestant qu’il rompirent les breteches, et jettoient en le ville, entre nuit et jour,. IIIIxx. pierres sans reposer12. »

  • 13 « Et quamvis tectum majoris ecclesie sepius pertransirent, nec tamen solum lapidem edificii ipsius (...)

19Michel Pintoin, le Religieux de Saint-Denis, attribue également « à une faveur toute spéciale de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et aux prières des saints dont les restes reposaient en ce lieu » la sauvegarde de l’église de Corbeil lors du bombardement de la ville en 141813.

20À Orléans, en 1428, la protection du saint patron de la ville est également présumée :

  • 14 Journal du siège d’Orléans, 1428-1429, augmenté de plusieurs documents notamment des comptes de vil (...)

« Ilz gectoient de telles pierres, qui pesoient huit vingts quatre livres, qui feirent plusieurs maulx et dommaiges contre la cité, en plusieurs maisons et beaulx édiffices d’icelle, sans personne tuer ne blescher : que on tenoit à grant merveille, car entre les autres, en la rue Aux petitz Souliers en cheut une en l’ostel et sur la table d’un homme qui dinoit, luy cincquiesme, sans aucun tuer ne blescher : que on dit avoit esté miracle faict par Nostre Seigneur à la requeste de monsieur Sainct Aignan, patron d’Orléans14. »

21Même reconnaissance chez le chroniqueur du siège de Beauvais :

  • 15 Discours véritable du siège de Beauvais, éd. Cimber L. et Danjou F., in Archives curieuses de l’his (...)

« Mais il est maintenant advis à ceux qui ont esté et séjourné en ladite ville durant ledit siège, que par singulier privilège, par les oraisons et intercessions desdicts saincts, nostre Seigneur ait benignement préservé le peuple y estant, de ladite artillerie ; car, attendu la multitude du peuple, de tant de gens de guerre, habitans, gens de village, qui s’y estoient retraits, que de marchands suivant l’armée, dont y avoit si grand nombre qu’à grand’peine pouvoit-on passer par les rues, et aussi la longue continuation du traict que lesdits Bourguignons, en un mesme instant et sans intervalle, jettoient en ladite ville, leurs mortiers, et austres bastons à feu, on se donnoit grand esbayssement qu’ils n’en avoient tué grand nombre que visiblement, et en plusieurs rues de la ville ils pouvoient choisir a l’œil les passans, et toutefois au plus n’y en eut que vingt quatre de tuez15. »

  • 16 Desjardins G., Histoire de la cathédrale de Beauvais, Beauvais, 1865, p. 33 ; signalé également pa (...)

22Les chanoines de la cathédrale tiennent d’ailleurs à conserver une trace physique du tir qui a manqué les tuer. L’éditeur du Discours du siège de Beauvais rapporte comment au XVIIe siècle « se trouve encore, pour perpétuer la mémoire, la forme d’un boulet en une verrière du chœur de l’église de Beauvais, qui tomba dans les grandes chaises où sont assis les chanoines, sans qu’il offensast aucun d’eux », et, selon un historien de la cathédrale, « lorsqu’en 1485, on plaça dans le chœur de nouvelles stalles, on sculpta sous la miséricorde de la troisième l’effigie d’un boulet avec ces mots : Deus laudetur16 ».

23Loin de déstabiliser les assiégés, le bombardement a donc l’effet paradoxal de les exalter, en alimentant la conviction d’une protection divine et de la justesse de leur cause. Regain de confiance dans les chefs et mobilisation spirituelle pourraient être, au demeurant, des expressions d’un effet plus général du bombardement, ici mentionné seulement à titre d’hypothèse, qui serait qu’en généralisant la menace à l’ensemble des assiégés, il contribue à resserrer les liens de la communauté agressée et à nourrir un esprit de résistance et de vengeance.

Rationalités et irrationalités du bombardement

24Étant donné le peu d’effets réels des bombardements au regard du coût de leur mise en œuvre, nous sommes en droit de nous interroger sur la rationalité du recours à cette forme de guerre de la part des assiégeants.

  • 17 Les tirs dans Compiègne par le duc de Bourgogne en 1430 avaient ainsi grandement amoindri la résol (...)

25Une première réponse serait d’y voir un élément important d’une campagne de guerre psychologique. Le bombardement viserait à terroriser les assiégés – notamment la population civile – et à les amener à une capitulation par composition17. Le bombardement pourrait notamment servir à alimenter des tensions entre la population et des défenseurs professionnels extérieurs.

26Voyons par exemple les effets que prête un transfuge grec au bombardement turc de Rhodes. Le récit (tel qu’il est rapporté) est d’autant plus intéressant qu’il ne s’agit pas pour le transfuge d’en décrire les effets réels, mais de radoucir le chef de l’armée turc (passablement irrité d’avoir appris que les défenseurs étaient nombreux, résolus et bien avitaillés) en prétendant que le bombardement répond aux espoirs des assiégeants.

  • 18 Ibid., p. 212.

« Luy demanda quel dommaige pouvoit avoir fait en la cité et au chasteau à cause de son artillerie : lequel pour luy complaire, voyant qu’il luy desplaisoit, certiffia que grans dommages y avoit fait, et principallement ces courtaulx et mortiers, disant que ung jour en tomba ung au palaix, lequel avoit tué .xviii. freres qui là estoient à table prenant leur reffection, dont Monseigneur et tout le peuple en furent fort troubléz, et que, si à celle heure leur eust donné l’assault, ilz n’avoient couraige de eux deffendre, et si ont tant tué de peuple que homme ne le sauroit extimer, et si n’eussent cessé si peu de temps de thirer, ja estoient plusieurs deliberés de eulx rebeller à la seigneurie et soy rendre à toy. De quoy fut fort joyeulx le bachal, et pource que depuis .xv. jours avoient peu thiré, pource qu’ilz avoient peu piarres, commanda que à toute dilligence en fust thiré plus que jamais on avoit thiré aulx autres foiz, comme depuis nous avons sceu par ung genissaire qui est venu à nous, lequel nous certiffia que il estoit present quant ledit Grec disoit telles choses ; lequel Grec, quant il eut tout dit, fut mis au pal pour les nouvelles que avoit dit18. »

27Si l’espoir de l’assiégeant de briser la résolution des défenseurs ne semble pas totalement vain, puisque les premiers temps du bombardement créent, nous l’avons vu, une angoisse importante, cette perspective s’éloigne cependant rapidement au fur et à mesure que les assiégés s’accoutument au bombardement et en relativisent la dangerosité. De manière caractéristique, la plupart des journaux de siège consacrent une place importante aux bombardements lors des premiers jours de celui-ci, puis le passent ensuite pratiquement sous silence.

28Cette accoutumance au bombardement (sans parler même d’un effet d’exaltation) semble avoir été souvent sous-estimée par les assiégeants si l’on en juge par la durée des campagnes de bombardement. Il est certes possible qu’ait été recherché un effet d’épuisement nerveux, ou de lassitude devant l’ampleur des destructions matérielles. Peut-être, et bien que les sources ne permettent qu’imparfaitement de l’apprécier, faudrait-il prêter davantage d’attention aux variations dans l’intensité du bombardement, avec des accalmies, puis des reprises violentes.

29Mais cette durée du bombardement s’explique également – et c’est une seconde réponse à la question de son but – par la volonté des assiégeants de détruire physiquement la place assiégée, de l’anéantir ou de la contraindre à la reddition par la menace de l’anéantissement. Ce projet transparaît par exemple dans les propos prêtés par Mathieu d’Escouchy à Jehan Bureau, le maître de l’artillerie royale, au siège de Bordeaux en 1453 :

  • 19 Escouchy M. d’, Chronique, éd. Du Fresne de Beaucourt G., II, Paris, SHF, 1864, p. 70-71.

« Survint ilec maistre Jehan Burreau, chevallier, seigneur de Monglat, tresorier de France, et maistre de l’artillerie du Roy Charles, qui dist ces mos ou en substance : “Sire, je viens de autour de la ville, et ay regardé et bien visité à mon pooir les places plus convenables à asseoir vostre artillerie ; mais se vostre bon plaisir est, je vous promez, et sur ma vie, que en brief temps je vous renderay la ville toutte destruicte et essillée par voz engiens volans, en telle manière que ceulx qui sont dedens ne se saveront où tenir, et les averez du tout à vostre bon plaisir et voullenté”19. »

30Ce fantasme de la destruction achoppe en réalité sur un obstacle technique, le peu de pouvoir destructif des boulets de pierre. Cet obstacle, les souverains assiégeants tenteront de le surmonter de bien des manières. La mise au point du mortier dans les années 1450 a sans doute suscité des espoirs. Bien qu’il soit inadapté à certains projectiles, comme les tonneaux d’excréments, il constituait sans doute un progrès par rapport aux engins à contrepoids, moins par le poids du projectile que par la portée du tir, la hauteur de chute, la commodité d’affûtage et de protection. Le nombre des pièces d’artillerie engagées pouvait également être augmenté. Surtout, on a recherché des projectiles plus destructifs, en les rendant incendiaires, toxiques ou explosifs. Les déconvenues seront pourtant grandes : les boulets incendiaires se conservent mal et ont des effets réduits ; le boulet explosif ne connaîtra pas de traduction concrète avant la toute fin du XVIe siècle. L’idée de la bombe de mortier, une coque de métal creuse emplie de poudre noire avec mise à feu retardée, fut, certes, déjà avancée au milieu du XVe siècle, mais posait des problèmes techniques (la mise au point d’un système de mise à feu retardée se révéla difficile, car il fallait qu’il soit à la fois fiable pour les canonniers, relativement précis sur la durée du délai, et résistant au vent de la course dans l’air) ; elle posait aussi des problèmes économiques (l’emploi du bronze pour réaliser la coque des boulets représentait un coût trop élevé pour un emploi à grande échelle).

  • 20 Les mortiers sont bien représentés dans le Zeugbuch. Leur emploi au siège de Padoue en 1509 a marq (...)
  • 21 J. Arántegui signale l’emploi de mortiers lors de l’expédition de Tunis de 1535 : « En esta expedi (...)
  • 22 Mention en 1537 du paiement d’un acompte de 50 £ à « André Borns, fondeur et canonnier ordinaire e (...)
  • 23 Deux inventaires de 1536 de l’artillerie du Pale de Calais recensent en mai plus de 25 mortiers de (...)
  • 24 Avant 1600, on ne peut guère citer que le Livre de canonnerie et artifice de feu publié en 1561 pa (...)
  • 25 « Je ne vous ai pas parlé des mortiers et je ne vous en parle pas, parce que les modernes ne les a (...)

31Le bilan est donc contrasté pour la première moitié du XVIe siècle. La plupart des parcs d’artillerie princiers conservent des mortiers, qu’il s’agisse de ceux de l’Empire20, de l’Espagne21, de la France, peut-être22, de l’Angleterre, certainement23. Pourtant les mentions dans les inventaires se font rares, celles de leur emploi encore davantage. Le mortier est assez remarquablement absent des manuels de canonniers de la seconde moitié du XVIe siècle24. Biringuccio le considère pour sa part, avant 1540, comme sorti d’usage : « Delli mortari non v’hò parlato e non vi parlo, perche gli moderni non gli apprezzano25. »

  • 26 « The King thinks that two mounts of earth should be made where the ground is highest, and from th (...)
  • 27 Courrier de Wallop à Paget du 7 novembre 1543 (ibid., XVIII-2, p. 197, no 352).
  • 28 Par comparaison, les Turcs n’en avaient que quatre devant Rhodes en 1480. Charles le Téméraire en (...)
  • 29 Cf. la répartition de l’artillerie pour le siège (Letters and Papers […] of Henry VIII, op. cit., (...)

32Le rêve de contraindre les assiégés à capituler par la terreur et la ruine semble s’évanouir. Et pourtant… Henri VIII s’entiche en 1543 du procédé et le préconise pour le siège de Landrecies26. De fait, un maître canonnier de l’empereur y fait la démonstration d’un nouveau projectile incendiaire, maître canonnier que le roi d’Angleterre s’empresse d’embaucher dans la perspective d’une campagne en France27. Avec cinquante mortiers28 devant Boulogne29, le roi entend:

  • 30 « Faire des cavaliers à l’extérieur pour à partir de là tirer dans la ville et, comme le bâti des (...)

« to make mountes in places without to shote from in to the town and, the housing standing thick end nere unto the walles, to bear them down and the shoote over in to the towne and with contynuall shot of his ordynance and of his mortars, the town being very little within to mak any succour or defence against the same to make […] terrible frayes unto them and with the terror and trouble therof so to astonne and torment them that they shuld be fayn to fall to composition30 ».

33Un journal rimé du siège de Boulogne nous fait connaître tout l’effet de ce déluge de boulets :

  • 31 Chroniques du siège de Boulogne en 1544, ou Journal de ce siège, en vers, composé par A. Morin, éd.(...)

« Mortiers et gros canons en grosse quantité
Ces godons nous ruerent tant que ce fust pitié,
Mais Dieu, par sa bonté, nous gardit, et Marie,
Que peu de la cité y perdirent la vie31. »

34Le bombardement des populations civiles révèle ainsi trois formes possibles d’irrationalité. La première, que nous avons évoquée en usant du terme anachronique de « guerre psychologique », est celle des civils terrorisés, moins par les effets que par la menace de la chute des boulets. Peur irraisonnée, peut-être. Ira-t-on jusqu’à la qualifier d’irrationnelle ?

35La seconde est constituée par les différentes formes d’invocation du surnaturel de la part des populations menacées. Là encore, puisqu’elles s’inscrivent dans une représentation du monde déterminée par la foi chrétienne, il n’y a rien d’irrationnel à en appeler à une protection divine. C’est une rationalité de foi.

36Reste une troisième irrationalité : celle de l’assiégeant qui, bien qu’instruit par l’expérience de l’impossibilité de détruire une ville et du faible effet des bombardements sur la résolution des défenseurs – quand ils ne la renforcent pas –, s’obstine à croire qu’un déchaînement aveugle de violence sur la population civile en brisera la volonté et lui assurera une victoire rapide ; que les échecs passés ne résultaient pas d’une erreur dans la stratégie, mais d’une insuffisance dans les moyens. Cette hybris du prince enivré de sa propre puissance, qui imprègne encore les campagnes de bombardements stratégiques de la dernière guerre mondiale, peut bien s’appeler folie.

Notes

1 La question des bombardements de ville dans la guerre de siège médiévale a été peu abordée, sinon sur le registre de l’anecdote, en dehors d’un article pionnier de L. Vissière (« La Vierge et la bombarde. Réflexions sur les sièges d’artillerie d’Orléans (1428) à Dijon (1513) », in Boltanski A., Lagadec Y., Mercier F. (dir.), La Bataille. Du fait d’armes au combat idéologique, XIe -XIXe siècle, Rennes, PUR, 2015, p. 51-64).

2 Le stratagème est rapporté par Froissart pour le siège de Thun par les Français en 1340 : « Car pour yaus plus grever et plus tost amener à merci, cil de l’host leur jettoient et envoioient par leurs engiens chevaus mors et bestes mortes et puans, pour yaulz empunaisier, dont il estoient là dedens en grant destrèce, car li airs estoit fors et chaus ensi qu’en plain esté, et furent plus adit et constraint par cel estat que par aultre cose » (Chroniques, 3e rédaction, éd. Luce S. et al., Paris, SHF, t. II, 1870, p. 25), et pour le siège du château Gavre par la duchesse de Brabant en 1388 (Chroniques, éd. Kervyn de Lettenhove J., Duvaux V., Bruxelles, t. XIII, 1871, p. 160-161). La commune de Dinant l’utilise en 1406 pour le siège du château de Bouillon : « Et fasoient tous leur besongnes dedens des toneals, et puis jettoient chist mierdre par engiens elle fortereche, qui punoit toutes leurs chitiernes et leurs aywes, que grandement les greva » (Chronique de Jean de Stavelot, éd. Borgnet A., Bruxelles, 1861, p. 102). En 1410, les habitants d’Avignon payent à la fin du siège du palais du pape la fourniture de 250 barils remplis d’ordures et d’excréments qui avaient été projetés sur le palais, Butaud G., « Les deux sièges du palais apostolique d’Avignon (1398-1411) », in Raynaud C. (dir.), Villes en guerre XIVe-XVe siècles, Publications de l’Université de Provence, 2008, p. 103-126, ici p. 118). En 1411, le duc de Bourgogne jette avec un couillard dans Ham « carrongnes et ordures pour eaux grever » (Le Livre des trahisons de France envers la maison de Bourgogne, ca. 1467, éd. Kervyn de Lettenhove J., in Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, t. II, Bruxelles, Hayez, 1873 ; p. 95). En 1421, ce sont les engins du roi d’Angleterre qui remplissent la ville de Melun « de charognes et de punaisies » (Chastellain G., Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove J., Œuvres de Georges Chastellain, Bruxelles, 1863-1866, 8 vol., t. I, Bruxelles, 1863, ch. 55, p. 156). En 1422, les troupes tchèques et polonaises bombardent le château de Karlštein de 822 tonneaux de charogne et d’excréments amenés de Prague (Strzyż P., « Characteristics of Medieval Artillery in the Light of Written Sources from Bohemia and Poland », Fasciculi Archaeologiae Historicae, XXV, 2012, p. 1-10, ici p. 2).

3 Guillaume Leseur décrit ainsi l’effet des mortiers français au siège de Barcelone, en 1462 : « Pareillement ledit Jaspar Bureau faisoit tyrer deux gros courtaulx tout le long de la nuyt, qui gectoient grosse pierres à feu hault en l’air jusques à veue perdue, lesquelles venoient cheoir sur les maisons de la ville ; et, au cheoir, la pierre, qui estoit fort grosse et pesante, faisoit si grant bruyt que on la ouoyt ayseement de l’ost, et affondroit tout ce qu’elle attaignoit » (Leseur G., Histoire de Gaston IV, comte de Foix, éd. Courteault H., Paris, SHF, 1893-1896, 2 vol., t. II, p. 164).

4 Un courrier de Wallop à Paget du 22 octobre 1543 mentionne « a great mortar and the shot, some of them “artificial, full of wildfire and a forty or fifty shot of guns within them, every one of them able to kill a man”. These have been heard to shoot after they fell in the town, and each of them costs 30 guyldons » (« un grand mortier et les boulets, certains d’entre eux “artificiels, plein de produits incendiaires et 40 ou 50 petites décharges de canon dedans, chacune d’elles capable de tuer un homme”. On les a entendus tirer après leur chute dans la ville, et chacun d’eux coûte 30 guelders ») (Letters and Papers, foreign and domestic, of the reign of Henry VIII, Londres, 1862-1932, 22 vol., t. XVIII-2, p. 164, no 293). Un autre courrier du même au même, le 26 octobre, décrit un tir : « The mortar that shoots artificial bullets, of which he wrote to the King, shot last night in presence of the duke of Arschot, my lord of Surrey, M. Carew and others, “who say that it was a strange and dreadful sight to see the bullet fly into the air spouting fire on every side ; and at his fall they might well perceive how he leaped from place to place, casting out fire, and within a while after burst forth and shot offguns out of him an hundred shot every one as loud to the hearing as a hacquebut à crocq, whereof they counted well four score ; and what hurt it hath done I know not yet” » (« Le mortier qui tire des balles artificielles, dont il a écrit au Roi, a tiré la nuit dernière en la présence du duc d’Arschot, monseigneur de Surrey, Mr Carew et d’autres, “qui disent que c’est un spectacle étrange et épouvantable de voir la balle voler dans les airs en crachant du feu par tous les côtés ; et, lors de sa chute, ils pouvaient bien apercevoir comment elle bondissait de place en place en jetant du feu et puis, un moment plus tard, éclatait et tirait une centaine de coups de tous les canons se trouvant à l’intérieur d’elle, chacun aussi sonore à l’entendre que celui d’une hacquebute à croc, dont ils ont compté bien 80 ; et le dommage que cela a causé, je ne sais pas encore” ») (Ibid., p. 175, no 310).

5 Histoire journalière…, éd. in Vaivre J.-B. de, Vissière L., Tous les deables de l’enfer. Relations du siège de Rhodes par les Ottomans en 1480, Genève, Droz, 2014, p. 179-180.

6 Ibid., p. 178.

7 « Les canonniers commencèrent à montrer leur art :/Dans la ville, en beaucoup d’endroits,/Tirèrent beaucoup de bien grandes pierres./Loués soient le Seigneur et la douce Marie,/Ils ne blessèrent ni homme, ni femme, ni enfant./Les maisons, cependant, ils endommagèrent vraiment/“Sainte Barbe !” était alors le cri/quand les pierres volaient dans la ville,/Ils n’en appelèrent à aucun autre charme » (éd. Klinefelter R. A., « The Siege of Calais’ : A New Text », Publications of the Modern Language Association, 67, 1952, p. 888-95, ici p. 892-893).

8 « Au commencement que lesdits courtaulx commencerent à thirer, le peuple fut en si grant [t] erreur que, ce ne eust esté Dieu que par Sa pitié les reconcilia et conforta, eussent perdu le sens et l’entendement et eussent rendue la cité aulx ennemys pour en faire leur volunté. Le peuple cryoit à haulte voix : “O vray Dieu, qui le monde as creé, qui humilie les orguilleux et tousjours envoyé les anges à tous ceulx qui Te servent pour leur ayder, lieve Toy en nostre ayde et nous vueille delivrer des ennemys de Ta saincte foy, car nous croyons que Tu es vray Dieu seul en Trinité, le Pere, le Filz et le Sainct Esperit, qui toutes choses par Ta providence regis, gouverne[s] et maintiens. Vueilles avoir mercy et pitié de nous par Ta benigne grace et ne vueilles despriser les oraisons de Tes povres serviteurs qui continuellement Te reclament et crient en aide. Ayes en memoire comment nous as delivrés de la main du deable. Nous Te prions que Tu regardes aulx grans pitiéz que Tu as eu de nous le temps passé et que ne vueilles permectre que soyons desfaiz des ennemys de Ta saincte foy. Recorde encores que au Nouveau Testament Tu es apellé Dieu de misericorde et non [de] vengeance. Nous avons peché et à Tes commandemens n’avons pas obey et sont ja multipli[és] noz pechéz, toutesfoiz ayes memoire de Ta glorieuse et benoite Passion et ne vueilles prandre vengeance de nous affin que noz anemys ne dient que ne sois nostre vray Dieu Jhesus” » (Histoire journalière…, op. cit., p. 179-180).

9 Chronique de sire Bertrand du Guesclin, éd. Buchon J. A. C., Choix de chroniques et mémoires sur l’histoire de France, t. I, Paris, 1839, ch. 36, p. 32.

10 Butaud G., « Les deux sièges du palais apostolique d’Avignon… », op. cit., p. 119.

11 « Et affin qu’on se peust myeulx gardéz desdits courtaulx, furent 4 hommes qui faisoient la garde au clocher, lesquelz incontinent que veoient desemparer lesdits courtaulx, sonnoyent une campane, et au son de ladite cloche, on estoit adverti et se pouvoit on bien meptre en lieu seurs, mais qu’on le feist bien dilligemment, car la pierre ne venoit point si soubdainement que faisoient celles des bombardes, pource qu’elles ont premier à monter en hault en l’air et puis tomber ; et pour les bombardes, se sonnoyent autres cloches, lesquelles on sonnoit quant on voyoit que le mantelet se levoit, et tantost tout homme se meptoit en lieu seurs, car on avoit assés temps, pource que, premier que tirassent, convenoit lever ledit mantelet et ceulx qui le levoient s’en alloient meptre en saulveté contre ladite bombarde ; et pour la congnoissance des cloches, l’on congnoissoit de quel lieu tyroient lesdites bombardes, et fut celle intencion de sonner les closches cause de la vie et salvacion de plusieurs personnes » (Histoire journalière…, op. cit., p. 178-179).

12 Chronique de Flandre, éd. Kervyn de Lettenhove J., in Istore et croniques de Flandres, Bruxelles, 1879-1880, 2 vol., t. II, p. 298.

13 « Et quamvis tectum majoris ecclesie sepius pertransirent, nec tamen solum lapidem edificii ipsius evelle runt, et sane, ut creditur, Christi gracia mediante et per oraciones sanctorum ibidem quiescencium » (« Quoique leurs projectiles passassent souvent au-dessus du toit de la grande église, ils n’enlevèrent pas une seule pierre de l’édifice : circonstance qu’on doit attribuer, sans doute, à une faveur toute spéciale de Notre-Seigneur Jésus-Christ et aux prières des saints dont les restes reposaient en ce lieu ») (Chronique du religieux de Saint-Denys, éd. et trad. Bellaguet L., Paris, 1842, 6 vol., t. VI, p. 138-139).

14 Journal du siège d’Orléans, 1428-1429, augmenté de plusieurs documents notamment des comptes de ville, éd. Charpentier P. et Cuissard Ch., Orléans, Herluison, 1896, p. 16.

15 Discours véritable du siège de Beauvais, éd. Cimber L. et Danjou F., in Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, Paris, 1834-1849, 30 vol., t. I, p. 111-135, ici p. 124-125.

16 Desjardins G., Histoire de la cathédrale de Beauvais, Beauvais, 1865, p. 33 ; signalé également par L. Vissière, « La Vierge et la bombarde », op. cit., p. 61.

17 Les tirs dans Compiègne par le duc de Bourgogne en 1430 avaient ainsi grandement amoindri la résolution des habitants de la ville, qui « devinrent durement effrayés et tous desconfortés du remède, si la chose continuoit longuement, et eussent de légier varié en rendre la ville, si n’eust esté le reconfort que les gens de guerre leur donnoient avecques ce que maistres estoient du peuple et par-dessus eux et qui encontre toutes telles battures qui viennent de dehors, scèvent les expédiens et les remèdes enquels on se peut garantir et sauver, comme cestes gens-cy qui estoient vaillans ès faits de la guerre mirent peine à eux deffendre encontre les engins volans le mieux que purent et à sauver eux et les habitans de tels dangiers » (Chastellain G., Chronique, op. cit., t. II, p. 55). L’auteur du journal du siège de Rhodes estime également que « au commencement que lesdits courtaulx commencerent à thirer, le peuple fut en si grant [t]erreur que, ce ne eust esté Dieu que par Sa pitié les reconcilia et conforta, eussent perdu le sens et l’entendement et eussent rendue la cité aulx ennemys pour en faire leur volunté » (Histoire journalière…, op. cit., p. 179).

18 Ibid., p. 212.

19 Escouchy M. d’, Chronique, éd. Du Fresne de Beaucourt G., II, Paris, SHF, 1864, p. 70-71.

20 Les mortiers sont bien représentés dans le Zeugbuch. Leur emploi au siège de Padoue en 1509 a marqué les Français (« et, outre ce, avoient une manière de petteraux, que nous appellons mortiers, lesquels fisrent tant de mal à la ville, qu’il n’est point à dire, car ils effondroient tout ») (Fleurange, R. de La Marck, sgr de, Histoire des choses mémorables advenues du reigne de Louis XII et François Ier, éd. Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, t. V, Paris, 1838, ch. 14, p. 17) ; quant à un canonnier soupçonné de trahison, il « fut mis sur ung mortier, et envoyé par pièces en la ville » (Très-joyeuse, plaisante et récréative histoire composée par le loyal serviteur, des faicts, gestes, triomphes et prouesses du bon chevalier sans paour et sans reproche, gentil seigneur de Bayart, 1527, éd. Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, t. IV, Paris, 1837, p. 288).

21 J. Arántegui signale l’emploi de mortiers lors de l’expédition de Tunis de 1535 : « En esta expedicion llevo el Emperador seis morteretes ó buzacos (como dicen las relaciones), los cuales disparaban balas huecas rellenas de mixto incendiario » (« À cette expédition, l’Empereur emporta six morteretes ou buzacos (comme disent les chroniques), lesquels tiraient des boulets creux emplis de mélange incendiaire ») (Arántegui J., Apuntes históricos sobre la artillería española en la primera mitad del siglo XVI, Madrid, 1891, p. 121). En 1544, l’empereur demande à Gand que l’on fasse « quatro morteretes de metal […] e que todos quatro pesan sesenta e ocho qq e ochenta e tres libras peso de Gante » (« quatre mortiers de metal […] et les quatre ensemble pèsent 68 quintaux et 83 livres, poids de Gand »), lesquels sont inventoriés en Flandres en 1548 (ibid., p. 364). Selon un inventaire qu’Arántegui résume, il y avait à Burgos, en 1547, « dos quartagos ó morteretes » tirant un projectile « hueca de 100 lb » (ibid., p. 349).

22 Mention en 1537 du paiement d’un acompte de 50 £ à « André Borns, fondeur et canonnier ordinaire en l’armée du roy » pour « 12 grands mortiers de fonte qu’il va faire faire aux forges de Bourgongne » (Paris, AN, J 967, no 86, éd. Isaac J., « Le cardinal de Tournon, lieutenant général du roi », Revue d’histoire de Lyon, 1913, p. 321-362, ici p. 358). Ces mortiers ne sont d’ailleurs peut-être pas des pièces d’artillerie, mais des récipients à battre la poudre.

23 Deux inventaires de 1536 de l’artillerie du Pale de Calais recensent en mai plus de 25 mortiers de bronze (Letters and Papers […] of Henry VIII, op. cit., t. X, p. 340, no 807) et, en septembre, 39 mortiers à Calais et 4 à Guînes (ibid., t. XI, p. 198, no 488).

24 Avant 1600, on ne peut guère citer que le Livre de canonnerie et artifice de feu publié en 1561 par V. Sertenas, qui décrit en p. 13 le mode de chargement d’un mortier pour le tir d’un boulet incendiaire, et W. Bourne qui fournit des indications pour le réglage en distance du tir du mortier (« These peeces are used at the seege of Townes, for the annoyance of their enimies, that is to say, to the intent to beat downe their lodgings or houses, with diveres other purposes more » ; « Ces pièces sont utilisées pour les sièges de villes, pour l’ennui des ennemis, c’est-à-dire, dans l’intention d’effondrer leurs logements et maisons, et avec encore divers autres objectifs ») (Bourne W., The Arte of Shooting in Great Ordnaunce, Londres, 1578, ch. 10 : « How to mount a Morter peece for to lay the shotte at any distance appoynted » (« Comment élever le mortier pour placer le tir à n’importe quelle distance assignée »), p. 41-42).

25 « Je ne vous ai pas parlé des mortiers et je ne vous en parle pas, parce que les modernes ne les apprécient pas » (Biringuccio V., Pirotechnia, Venise, 1558, fol. 80).

26 « The King thinks that two mounts of earth should be made where the ground is highest, and from these ordnance to beat the houses and scour the streets continually, while the mortars from the camp shoot day and night such shot as will break of itself and scatter abroad. He supposes this might be done easily, the Emperor having so much ordnance and artillery » (« Le Roi pense que deux cavaliers [mounts] de terre devraient être faits là où le terrain est le plus élevé, et à partir d’eux l’artillerie battrait les maisons et balayerait les rues continuellement, tandis que les mortiers à partir du camp tireraient jour et nuit ces projectiles qui se fragmentent d’eux-mêmes et se dispersent loin. Il suppose que cela pourrait être fait aisément, l’Empereur disposant de tellement d’artillerie »), lettre de Paget à Wallop du 16 octobre 1543 (Letters and Papers […] of Henry VIII, op. cit., t. XVIII-2, p. 158, no 280).

27 Courrier de Wallop à Paget du 7 novembre 1543 (ibid., XVIII-2, p. 197, no 352).

28 Par comparaison, les Turcs n’en avaient que quatre devant Rhodes en 1480. Charles le Téméraire en apportait habituellement six (prévisions pour la campagne de Gueldre en 1473 ; pièces rapportées de Neuss en 1475 ; prévisions pour la campagne de Lorraine en 1475).

29 Cf. la répartition de l’artillerie pour le siège (Letters and Papers […] of Henry VIII, op. cit., t. XIX-1, p. 614, no 1034, 5). Ces mortiers sont représentés en action à l’arrière des canons sur la peinture du siège de Boulogne qui existait au manoir de Conway. Ils sont apparemment restés stationnés à Boulogne, puisque l’inventaire de 1547 comptabilise pour toute l’artillerie royale 64 mortiers, dont 10 à Calais et 53, parmi lesquels 25 « great brass mortars », à Boulogne.

30 « Faire des cavaliers à l’extérieur pour à partir de là tirer dans la ville et, comme le bâti des maisons est épais et proche des murs, les abattre et tirer par dessus dans la ville, et par le tir continuel de son artillerie et de ses mortiers, et comme la ville est trop petite à l’intérieur pour faire des défenses ou des protections contre lesdits tirs, les jeter […] dans de terribles frayeurs sur eux, et, par la terreur et le trouble en résultant, tellement les étonner et les tourmenter qu’ils en viendraient à composition » (lettre de Paget à Suffolk du 12 juillet 1544), in Potter D., Henry VIII and Francis I : the final conflict (1540-1547), Leyden/Boston, Brill, 2011, p. 185 ; et résumé dans Letters and Papers […] of Henry VIII, op. cit., t. XIX-1, p. 559, no 903). Avant cela, et en attendant que le train pour le siège de Montreuil soit réuni, il est envisagé d’essayer « the device with mortars » sur Ardres (20 juin 1544, courrier du Privy Council à Norfolk, Letters and Papers […] of Henry VIII, op. cit., t. XIX-1, p. 455, no 741).

31 Chroniques du siège de Boulogne en 1544, ou Journal de ce siège, en vers, composé par A. Morin, éd. Morand F., Journal des sociétés savantes, sér. 4, vol. II, 1865, p. 60-67, 129-145, 244-261, ici p. 130. Cf. également p. 131-133, 137-138, 141, 145, 245-246, 251, 255 pour d’autres quatrains sur la chute de ces boulets.

Auteur

Professeur de droit public à l’université de Picardie Jules Verne, spécialisé en droit fiscal et finances publiques. Outre ses recherches juridiques, il mène, au sein du Lamop (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, université Paris Panthéon-Sorbonne, UMR 8589), des recherches en histoire médiévale et moderne portant sur l’artillerie et la fortification. Il a soutenu en 2014 une thèse d’histoire portant sur le canon en France septentrionale avant le milieu du XVIe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540