Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le feu et la folie

 | 
Laurent Vissière
, 
Marion Trévisi

Première partie. Apparitions, signes et prodiges

Les prodiges dans les violences des guerres de Religion sous le regard protestant

David El Kenz et Laurent-Henri Vignaud

Texte intégral

  • 1 Voir Céard J., La Nature et les prodiges. L’insolite au XVIe siècle, Genève, Droz, 2e éd., 1996 ; (...)

1Quand le fait religieux s’avère la raison déterminante de la guerre, rien de surprenant à ce que le surnaturel, entendu comme un phénomène relevant directement de Dieu, la fameuse cause première, soit manifeste en Chrétienté. On peut proposer quatre formes d’intervention surnaturelle : le miracle, le prodige, la merveille et la prophétie avec ses variantes des songesprédictions. Depuis le XIIIe siècle, les théologiens chrétiens – Thomas d’Aquin en donna la doctrine la plus aboutie – distinguent les miracles, événements dont la cause est exclusivement divine, des merveilles qui demeurent des événements naturels, quoique rares. Une tradition plus ancienne, remontant à saint Augustin, définit le miracle, non selon sa nature, mais en tant que signe dévoilant la Volonté divine. Cette conception, héritière de la notion antique de prodige, fut réactivée à la Renaissance par les humanistes et les théologiens protestants. Les prodiges, qu’ils soient naturels ou surnaturels, sont des signes à déchiffrer dans des conjectures, en général politiques ou religieuses, agitées. Ces signes sont alors à rapprocher de la quatrième forme de manifestation du divin, la prophétie1. Miracle, prodige, merveille et prophétie peuvent aussi s’inscrire dans la croyance à la Fin des Temps, fin qui peut être imminente.

  • 2 Barnay S., « Une apparition pour protéger. Le manteau de la Vierge au XIIIe siècle », Cahiers de r (...)
  • 3 Sauzet R., « Baroque et Contre-Réforme dans la France méridionale au XVIe siècle », Baroque 11, 19 (...)
  • 4 Chaline O., La bataille de la Montagne Blanche (8 novembre 1620). Un mystique chez les guerriers, (...)

2L’idée qu’une providence divine accompagne la fortune des armes est ancienne. Dans l’Ancien Testament, dès la sortie d’Égypte des Hébreux, le Seigneur retire la mer pour son peuple et noie l’armée de Pharaon. Dans la tradition chrétienne, le songe de Constantin à la veille de la bataille du Pont Milvius, en 312, fixe le miracle d’ordre militaire. On retrouve ce type de miracle lors de l’intervention décisive de saint Jacques à la bataille de Calvijo, en 844. Les croisades sont accompagnées de signes divins, à l’exemple de l’intervention de la sainte Lance à Antioche, en 1098. Dans ce dernier cas, le Seigneur assiste les croisés qui font une sortie victorieuse contre les assiégeants mahométans. À partir du XIIIe siècle, les « mariophanies » s’affirment comme les principales manifestations miraculeuses dans le cadre des « délivrances » des villes assiégées2. Lors des guerres de Religion, au XVIe siècle, elles sont encore nombreuses. À Notre-Dame de Cahuzac près de Gimont, en Gascogne, selon la chronique de Jean Duclos, chapelain du lieu, les calvinistes venus de Mauvezin auraient tourné en rond pendant trois nuits sans pouvoir atteindre la chapelle qu’ils voulaient abattre3. La théophanie mariale culmine en rase campagne, à travers une image profanée, lors de la bataille de la Montagne Blanche, près de Prague, en 16204.

  • 5 Crouzet D., Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1 (...)
  • 6 Ibid., t. I, p. 320-494 ; Crouzet D., Dieu en ses royaumes. Une histoire des guerres de Religion, S (...)

3En France, c’est un autre signe théophanique qui symbolise le soutien du Seigneur au côté des zélés catholiques. Au matin du dimanche 24 août 1572, à Paris, dans le cimetière des Saints-Innocents, une aubépine qui n’avait pas fleuri depuis deux ou quatre ans selon les sources, refleurit. La fleur, couronne du Christ, encourage alors le déclenchement de la violence populaire contre la minorité huguenote de Paris5. C’est dans ce cadre de violence sacrée que Denis Crouzet a restitué un sens à des actes de cruauté jugés inouïs par les victimes6.

  • 7 Vignaud L.-H., Les Merveilles de la Nature, op. cit., t. II, chap. 5, p. 299-354.
  • 8 Histoire ecclésiastique des églises réformées au royaume de France, en laquelle est descrite au vra (...)
  • 9 Lucain, La Guerre civile ou La Pharsale, éd. Bourgery A., Paris, Les Belles Lettres, 7e éd., 2013, (...)
  • 10 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., p. 280, note 2.

4Cependant, le temps des guerres civiles est aussi celui d’une mise à l’épreuve des signes et prodiges : on les conteste, on les critique, on s’en moque, on s’en méfie. Non pas en raison d’une naturalisation des explications de ces événements, mais à cause des interprétations que ceux-ci suscitent dans le contexte d’un affrontement partisan7. En 1562, lors des opérations militaires de la première guerre civile de religion, un étrange épisode est rapporté par un chroniqueur protestant. Une femme se précipite, près d’une rivière, sur Louis de Bourbon-Condé, chef du parti huguenot. Elle lui prédit des épreuves douloureuses, mais aussi la victoire militaire prochaine8. Cette anecdote rappelle évidemment le passage du Rubicon par Jules César chez Lucain9. Il suscita une controverse. Le catholique Gaspard de Saulx-Tavannes contesta la prophétie. Il expliqua que c’était un stratagème tendu par des ministres qui voulaient ainsi raffermir la foi du prince10.

5Cette crise interprétative se renforce des menaces politiques que constituent ces prodiges pour la stabilité de l’État, notamment à l’occasion de l’épisode ligueur. Aussi, les érudits du temps sont de plus en plus circonspects face à eux. Ils les détachent des miracles d’antan et leur ôtent leurs significations politiques : le prodige « neutralisé » redevient simple « merveille ».

  • 11 Ruthven J. M., On the Cessation of the Charismata: the Protestant Polemic on Post-Biblical Miracle (...)
  • 12 Calvin J., Adverstissement contre l’astrologie judiciaire, éd. Millet O., Genève, Droz, 1985.
  • 13 Backus I., Les sept visions et la fin des temps. Les commentaires genevois de l’Apocalypse entre 1 (...)
  • 14 Crouzet D., Jean Calvin. Vies parallèles, Paris, Fayard, 2000, p. 187-191 et Balzamo N., Les mirac (...)

6En vertu de la doctrine protestante de la cessation des miracles, on peut s’attendre à ce que les historiens calvinistes se montrent peu prolixes sur les prodiges survenus dans la guerre religieuse. S’appuyant sur Thomas d’Aquin, mais en le radicalisant dans le contexte de la polémique anti-romaine, Calvin considère que les miracles ont disparu au-delà du temps des apôtres11. De même, il pourfend l’astrologie judiciaire, c’est-à-dire la prédiction qui repose sur l’interprétation de la position des astres. Dans son Adverstissement contre l’astrologie judiciaire, publié en 1549, il condamne au nom de la toute-puissance de Dieu ces superstitions, symboles d’orgueil12. Enfin, par rapport à la sensibilité luthérienne, la dynamique eschatologique est marginale dans la doctrine du réformateur français13. Par la confiance placée en Christ, le fidèle n’éprouve plus l’angoisse des derniers Temps, mais, au contraire, une « singulière consolation14 ».

  • 15 Cité par Mellet P.-A., « Du passé au présent : les sources du “Droit des magistrats sur leurs suje (...)
  • 16 Ibid., p. 551.

7Cette anthropologie libératoire ne signifie pas pour autant que toute valeur aux prodiges et aux merveilles soit exclue. Mais celle-ci ne s’avère déchiffrable qu’à l’aune de l’Écriture et de la foi. Dans le milieu protestant au temps des guerres de Religion, la croyance en la Fin des Temps est profonde. Dans les Sermons de la fin du siècle et du jugement à venir, publiés en 1557, Heinrich Bullinger annonce que le « jour du Seigneur est prochain, et nostre redemption approche15 ». Néanmoins, Théodore de Bèze, bien qu’ayant commenté l’Apocalypse, ne fait que peu référence aux signes eschatologiques dans sa réflexion politique16.

  • 17 Souriac P.-J., « Juger la guerre civile. Écrire l’histoire des troubles religieux dans la deuxième (...)

8En vertu de cet enthousiasme modéré pour un Dieu immanent, quelle est donc la place des prodiges dans le théâtre militaire des guerres civiles telles que les racontent les protestants ? Celles-ci ont-elles désenchanté l’affrontement, compte tenu de la réticence confessionnelle face au merveilleux ? L’Histoire ecclésiastique, publiée en 1580 et attribuée à Théodore de Bèze, est notre première source. Cette histoire générale de la Réforme en France consacre une partie non négligeable aux guerres civiles, notamment la première, à partir d’une documentation envoyée par les églises locales. Elle est nettement plus partisane et surtout édifiante que notre seconde source, la célèbre histoire de Henri Lancelot Voisin de La Popelinière, tournée vers une solution politique de coexistence entre réformés et catholiques, examinée ici dans sa troisième édition (1573)17. Ces ouvrages s’avèrent un fidèle reflet de la production générale de l’historiographie huguenote, que nous comparerons en conclusion avec l’histoire des hérésies du polémiste catholique Florimond de Raemond.

La « main de Dieu » à Montauban (1562-1563)

9Lors des guerres de Religion, on ne compte que dix batailles rangées. Les autres opérations, les plus nombreuses, se limitent à des escarmouches. En outre, à notre connaissance, les plus célèbres, comme les batailles de Dreux (19 décembre 1562), de Jarnac (13 mars 1569), de La Roche-l’Abeille (25 juin 1569), de Moncontour (3 octobre 1569) ou encore de Coutras (20 octobre 1587) ne donnent pas lieu à des prodiges. En revanche, L’Histoire ecclésiastique relève, lors des sièges, des manifestations extraordinaires.

  • 18 Souriac P.-J., Une Guerre civile. Affrontements religieux et militaires dans le Midi toulousain (1 (...)
  • 19 Histoire ecclésiastique des Églises réformées…, op. cit., t. III, p. 116-117.

10Durant la première guerre civile (1562-1563), à l’occasion du siège de Montauban, cité stratégique du Languedoc tenue par les huguenots, la Providence fit que la ville résista jusqu’à la paix. Ce fut l’une des principales opérations dans le Midi ; elle fut conduite par Toulouse, devenue une capitale catholique offensive après l’expulsion violente de la minorité réformée, au mois de mai 156218. Lors des bombardements de l’automne, un boulet « rencontrant par le milieu un banc sur les deux bouts duquel deux soldats dormoient, le mit justement en deux pièces, sans endommager ni l’un ni l’autre ». Un autre boulet « donnant entre les jambes d’une servante se courbant pour se charger de terre, passa outre sans luy faire mal quelconque19 ».

  • 20 Ibid., t. III, p. 146.

11Lors de l’attaque du 6 février 1563, des « coups merveilleusement estranges et memorables » ont encore lieu au profit des défenseurs. Le soldat Robert Vaillant, blessé d’un coup d’arquebuse, perd la parole durant deux jours, puis guérit mystérieusement. Un coup d’artillerie emporte la semelle du soulier d’un sergent, tandis qu’un autre brise l’arquebuse d’un soldat, sans causer d’autres blessures. Un dénommé François de Portus a son collet percé par un boulet qui tomba près de la chaire d’une église, mais sans plus de dégâts. Enfin, les échelles qui devaient servir à un futur assaut sont perdues dans la Garonne, au port de Mouleu20.

  • 21 Ibid., t. III, p. 120.

12Ces faits, à peine merveilleux, pourraient passer pour des prouesses de guerre si l’enthousiasme du parti ne leur donnait un sens particulier. Si l’on en croit l’Histoire ecclésiastique, ces signes participent aux négociations commencées dès le début du siège. Les assiégeants font valoir la menace du sac si les huguenots montalbanais n’ouvrent pas les portes de la cité. L’un des membres de la délégation protestante, le ministre Jean Constant, affirme alors que « Dieu sauroit bien remédier à tout ce qu’ils mettoient en avant ». Les royaux s’en moquent et répliquent « qu’il y avoit longtemps que Dieu ne faisoit plus de miracles ». C’est alors qu’un « arc du ciel […] se monstra fort grand et beau, et derrière et comme fort près de celui qui se moquoit ainsi ». Constant interpela le moqueur : « Voyés de vos yeux l’arc que Dieu nous a mis en ces nuées, qui ne permettra que nul déluge nous engloutisse21. »

  • 22 Ibid., t. III, p. 222.

13Jean de Monceau, lieutenant de Jean de La Borie, gouverneur de la cité et futur traître à la cause, se moque aussi des ministres qui incitent la population à la résistance. Le pasteur Martin Taschard lui cite alors le prophète Isaïe s’adressant au roi Ézéchias (2 Rois, 19) : « Ceste année tu mangeras ce qui est escheu ; en la seconde, ce qui croistra sans semer ; et en la troisiesme, vous semerés et moissonnerés. » Il démontre par là, nous explique l’Histoire ecclésiastique, que « Dieu n’est point sujet aux moyens communs et ordinaires ». Au mois de novembre, du blé vint à maturité dans un champ près de la cité appartenant à la mère du mécréant Monceau, alors que rien n’y avait été labouré, ni semé. Après la paix, les gens y vinrent encore pour voir le miracle. Un même phénomène se produisit dans un autre champ appartenant à Taschard lui-même. Cette fois, c’est du millet qui pousse alors que là aussi rien n’y avait été semé depuis six années22.

  • 23 Gantet C., « Politique et activité visionnaire – le traumatisme de la guerre de Trente ans », in M (...)
  • 24 Gantet C., « Figures de l’irrationnel : délires, visions, charismes », in Duhamelle C. et Büttgen (...)

14De telles considérations invoquées explicitement lors de pourparlers au sujet d’un siège demeurent cependant exceptionnelles. Claire Gantet a montré que des prédicateurs et visionnaires luthériens ont été actifs durant la guerre de Trente Ans. Ils ont publié des feuilles volantes prophétiques encourageant la lutte contre les Habsbourg23. Mais dans l’espace luthérien, la sensibilité religieuse semble moins réticente devant les miracles que dans l’espace calviniste24.

  • 25 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. III, p. 117.

15Toutefois, l’Histoire ecclésiastique souligne pour Montauban que c’est bien la main de Dieu qui « conduisoit les boulets ». Elle ajoute que c’était visible « à l’œil nu », même si elle nuance aussitôt son propos en ajoutant que c’est « une manière de dire25 » !

  • 26 Sauzet R., « Miracles et Contre-Réforme en France au XVIIe siècle », in Demonet M.-L. (dir.), Hasa (...)

16La divinité agissant comme bouclier contre l’artillerie durant un siège est un trait notoire des récits militaires depuis le XVe siècle. Dans le contexte catholique, elle prend la figure de la Vierge. Notre-Dame de Chartres sauve en 1568, « la ville qu’elle recognoit comme sienne », assiégée par l’armée huguenote. Le chanoine Jean-Baptiste Souchet, écrivant vers 1650, célèbre encore comme « signalé miracle » le fait que la statue dressée sur la porte Drouaise n’avait été touchée par aucune des arquebusades – plus de mille –, tirées contre elle26.

  • 27 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. III, p. 154.

17Mais dans la tradition réformée, c’est la « Providence » ou la « main de Dieu » qui intervient directement. À Montauban, c’est « Dieu à la vérité [qui] monstra de merveilleux tesmoignages de sa providence ». Les réformés ne sacrifièrent que 60 soldats et quelques « gens de marque » durant ce long siège, alors que l’ennemi y perdit 2 000 hommes et plus d’une dizaine de capitaines27.

Politisation des merveilles et condamnation des prédictions astrologiques

18À côté de l’intervention surnaturelle qui ne s’explique que par la cause exclusive du Seigneur, d’autres événements appartiennent au registre des causes secondes ou naturelles. C’est alors le contexte exceptionnel de l’affrontement confessionnel qui leur donne une signification religieuse.

  • 28 Ibid., t. III, p. 239-240.

19C’est le cas des pestes qui protègent les huguenots et frappent les catholiques. Au printemps 1562, les réformés de Pamiers, en Languedoc, sont assiégés. De surcroît, la terrible maladie s’abat sur la ville. Alors que certains préfèrent fuir la ville pour rejoindre Montauban, Castres ou un château à l’écart, le chroniqueur du siège considère finalement que la maladie est un bien. La peste dissuade les assiégeants d’entrer dans la ville. Les catholiques aisés la fuient, tandis que leurs pauvres coreligionnaires y meurent. En revanche, les huguenots sont épargnés. Seulement une cinquantaine y perd la vie, pour 3 000 victimes. Et voilà comment la minorité se rend maître de la cité, « ayans la peste pour tout rempart28 ».

  • 29 Ibid., t. II, p. 799.

20Au même moment, en Normandie, Dieppe accueille les huguenots pourchassés par les troupes du duc d’Aumale. La peste qui sévit alors « cessa tout à coup ». En outre, cette augmentation de population aurait dû provoquer une hausse considérable des prix. Mais la Providence voulut que « plus les vivres y abondoient, et à prix si raisonnable, que le pot de vin qui coustoit quatre sols dans Arques n’en valoit que deux dans Dieppe, ce qu’on n’avoit veu de longtemps29 ».

  • 30 Ibid., t. III, p. 316.

21D’autres événements plus banals peuvent être interprétés de la même manière. François de La Baume, comte de Suze, provoque un incendie à Orange le 6 juin 1562. Près de 300 maisons sont détruites. Mais si Dieu n’avait pas envoyé une « pluye merveilleuse et extraordinaire », la ville aurait disparu totalement dans les flammes30.

  • 31 Voisin de La Popelinière H. L., La vraye et entiere histoire des troubles et choses memorables adv (...)

22Cependant, l’Histoire ecclésiastique s’avère peu prolixe de ces merveilles, tandis que La Popelinière se montre très méfiant à leur égard. Ce dernier reconnaît un sens traditionnellement religieux à la guerre, comme la manifestation du « Dieu des armées » : irrité par les péchés des hommes, il les a châtiés en permettant les guerres civiles. Toutefois, il ajoute aussitôt que le travail de l’historien est de dégager les « causes visibles et naturelles ». Le Seigneur s’est en effet « abaissé à la capacité de nostre faible entendement » pour que l’on puisse comprendre le déroulé de la guerre. Ainsi, l’historien ne se préoccupe que peu des « inscrutables secrets » de la providence divine31.

  • 32 Ibid., p. 134b.

23C’est la démarche que La Popelinière adopte pour interpréter un tremblement de terre « entremeslé de longues pluyes, gresles d’extraordinaire grosseur, vents impetueux, tonnerres, feux et brillemens d’esclairs si estrange » qui eut lieu dans le Poitou, l’Aunis et la Saintonge, le 26 octobre 1568. À La Rochelle, principale place refuge du parti huguenot, lors de cette troisième guerre civile, certains pensèrent que c’était un « présage malheureux ». Mais l’historien ajoute que ces « simples d’esprit » n’en auraient pas été étonnés s’ils en connaissaient la raison naturelle. Ces « folies et méchancetés de Nature » sont, dit-il, l’équivalent des « tempêtes du ciel en terre32 » !

  • 33 Ibid., p. 135a.

24Cependant, l’historien ne remet pas en cause la nature extraordinaire de certains cataclysmes qui s’avèrent des « messagers et avant-coureurs de l’ire de Dieu ». Il propose comme exemple « le combat des deux montagnes d’Italie » qui annonça, au Ier siècle avant J.-C., la Guerre Sociale à Rome, aussi terrible que la guerre civile actuelle en France. Mais le tremblement de terre de 1568 n’en possède pas les qualités et ne doit donc pas « estonner » les Français, bien que les « plus timides » l’interprètent comme une malédiction, eu égard à la conjoncture33.

  • 34 Vignaud L.-H., Les Merveilles de la Nature, op. cit., t. II, p. 308-327.

25Cette contextualisation historique et historiographique des signes est une caractéristique des Histoires de la Renaissance tardive34. Elle s’oppose à la crédulité populaire et au succès des prédictions de Nostradamus, épouvantail des huguenots. Au sujet du siège de Poitiers cette fois par les réformés, en juillet 1569, La Popelinière raille l’optimisme des assiégeants qui repose sur les présages de l’astrologue, selon lesquels les assiégés ne pourraient plus tenir le siège après le 18 août.

  • 35 Voisin de La Popelinière H. L, La vraye et entiere histoire… op. cit., p. 240 a.

26Mais l’historien rappelle que le droit romain, la Bible et des humanistes comme Pic de La Mirandole et Vivès condamnent la croyance dans les prodiges. Pour conclure, il cite la sentence du roi David : « Non ambulavi in magnis neque in mirabilibus super me » (« Je n’ai pas marché sur les hauteurs ni sur les merveilles au-dessus de moi »)35.

  • 36 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. III, p. 59-60.

27L’Histoire ecclésiastique elle-même n’est pas en reste pour dénoncer cette « canaille de pronostiqueurs et devins, punissables par tout droit divin et humain ». Elle note la sédition à Toulouse du 15 février 1563, causée par des lettres de Nostradamus qui annonçaient faussement la prise de la ville. Elle la rapproche d’une autre émeute menée par les capitouls contre le Parlement, le 20 janvier. Dans cette dernière, la répression des émeutiers constitue cette fois une « admirable providence de Dieu, chastiant les meschants par leur propre glaive36 ». En effet, ces superstitieux ne sont-ils pas ceux qui ont conduit les tueries de réformés de la capitale languedocienne, au printemps précédent ?

Fureur de guerre, fureur divine ?

  • 37 Crouzet D., Les Guerriers de Dieu…, op. cit., t. I, p. 50.

28La « fureur sacrée » constitue une propriété de l’irrationnel dans la guerre. Dans son analyse des violences des guerres de Religion, Denis Crouzet parle d’une « violence paroxystique » qui serait un « précipité » de la crise religieuse de la Renaissance. Autrement dit, les cruautés, dénoncées comme inouïes par les contemporains, mettraient en jeu des rituels religieux où la toute-puissance de Dieu serait manifeste, de manière immanente pour les catholiques et transcendante pour les protestants37.

29Nos historiens sont conscients de l’enjeu confessionnel des violences, qu’elles soient commises par leur parti ou par leurs adversaires. Pour ce qui est des leurs, ils les minimisent ou les légitiment, notamment par la Providence.

  • 38 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. I, p. 955-956. On a un discours compa (...)

30Selon l’Histoire ecclésiastique, c’est la Providence qui fait échouer un complot des jacobins de Foix contre les réformés locaux, en automne 1561. Les moines déguisés en gentilshommes armés interdisent l’entrée de leur couvent à des hommes de la mairie venus récupérer des taxes. Ils en appellent alors au peuple catholique en criant à l’agression hérétique. Mais c’est la minorité huguenote qui s’assemble à l’alarme, enfonce les portes et capture les séditieux, remis aussitôt à la justice. La populace profite de ces troubles pour commettre des actes iconoclastes dans l’église. Bien que l’escarmouche ait duré près d’une heure et demie, il n’y eut cependant qu’une seule victime. L’un de ces « beaux peres gendarmes […] tenant au haut un verre en sa main, et disant avec moquerie qu’il allait boire à la bonne grâce des huguenots, ne peut achever son vin, estant en beuvant atteint d’une arquebousade38 ».

  • 39 Ibid., t. II, p. 51.

31Au lendemain de la capture d’Orléans, Condé se précipite le 21 avril 1562 dans la cathédrale Sainte-Croix pour faire cesser une émeute iconoclaste. Il se saisit d’une arquebuse et se prépare à tirer sur un briseur d’image qui s’apprête à détruire une statue. L’émeutier lui dit alors : « Monsieur, ayés patience que j’ai abatu ceste idole, et puis que je meure s’il vous plaist ». Condé renonça alors à tirer. L’Histoire ecclésiastique explique que ce fut « plustot œuvre de Dieu que des hommes ». Facilité de langage pour justifier implicitement l’iconoclasme à Orléans. C’est ici la Providence qui légitime les bris d’images et autorise la cessation du culte catholique, hormis les prêches en dehors des églises39.

  • 40 Ibid., t. III, p. 205.

32Au mois de novembre 1562, les habitants de Béziers n’ont plus de quoi entretenir les hommes d’armes enrôlés pour défendre la cité. La désertion et le pillage menacent. C’est alors qu’une fosse est creusée pour fondre des boulets de canon au lieu où le chapitre de Saint-Nazaire avait coutume de fondre les cloches. On découvre alors une « grande table d’argent, et de grand prix, qui avait servi au grand autel de ladite eglise », cachée par des chanoines. Elle est immédiatement vendue à Montpellier pour payer les soldats40.

  • 41 Ibid., t. II, p. 492. L’Histoire ecclésiastique relève cette articulation entre miracle, processio (...)

33Pour ce qui est des violences catholiques, l’instrumentalisation confessionnelle est relevée. Lors du massacre de Sens, débuté le dimanche 12 avril 1562, l’Histoire ecclésiastique note un faux miracle dont le but était de légitimer les massacreurs. Le lendemain, vers 21 heures, dans l’église Saint-Hilaire, l’église la plus proche de la porte de la cité par laquelle les réformés allaient à leur culte dans le faubourg, un crucifix aurait « tourné le dos de soy mesme contre le dos du temple de ceux de la religion ». Des prêtres l’auraient même vu pleurer. Les clercs font alors sonner les cloches et des dévotes se précipitent avec des chandelles à l’église, « chacun disant que ce massacre semé, estoit approuvé comme de la propre bouche de Dieu41 ».

  • 42 Ibid., t. II, p. 933-934.

34À la fin du mois de septembre 1562, les soldats de Terraube, en Gascogne, capturés par Blaise de Monluc, sont systématiquement exécutés. Ils sont attachés par les bras, quatre à quatre et cinq à cinq, puis tués à grands coups d’épées et de dagues jusqu’au nombre de 225. Certains cadavres sont dénudés, les yeux ouverts tournés vers le ciel, « les parties honteuses brassées avec de la paille ». Les tueurs défient les cadavres en leur disant : « Où est vostre Dieu et vostre religion ? S’il est Dieu, qu’il vous le monstre à ceste heure42. »

35Dans ces scènes de violence, l’intervention divine peut se comprendre par la banale assertion de l’Histoire ecclésiastique, à l’occasion des violences de Jean de Léomond de Puygaillard, à Craon (Anjou), en septembre 1562 :

« Mais comme Dieu lascha pour lors la bride aux meschans, à l’endroit de quelques uns qu’il vouloit chastier ou esprouver, aussi monstra-il sa bonté et son pouvoir à l’endroit de ceux qu’il luy pleut espargner quant à ce traittement là. »

  • 43 Ibid., t. II, p. 673.

36Autrement dit, la guerre est une épreuve divine où la foi se révèle43. L’Histoire ecclésiastique est particulièrement sensible à la perspective martyrologique de ces cruautés. La constance des victimes est relevée afin de les inscrire dans la généalogie des héros de la foi d’un autre ouvrage historique publié peu auparavant (1554), et par la suite constamment réédité et augmenté : l’Histoire des martyrs de Jean Crespin. D’ailleurs, l’Histoire ecclésiastique intègre les récits de martyre d’avant la guerre civile tirée de Crespin. Dans ses éditions postérieures à 1580, l’Histoire des martyrs reprend, quant à elle, les récits des opérations militaires de l’Histoire ecclésiastique (publiée en 1580).

  • 44 El Kenz D., Les Bûchers du roi. La culture protestante des martyrs (1523-1572), Seyssel, Champ Val (...)
  • 45 Crespin J., (continué par Goulart S.), Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verit (...)

37L’attitude des fidèles face aux épreuves révèle donc le Seigneur, tant le Dieu de la colère que celui qui secourt. Ceux que l’Histoire ecclésiastique désigne comme des « fidèles persécutés » sont les nouveaux témoins du Seigneur. Ce ne sont pas les martyrs d’avant la guerre, car ils n’ont pas été jugés publiquement et n’ont pas choisi leur mort – elle leur a été imposée. Mais ces fidèles ont su être constants au milieu des tueries et rappellent ainsi leurs glorieux prédécesseurs44. D’ailleurs, le continuateur de l’Histoire des martyrs, Simon Goulart, qui succède à Jean Crespin mort en 1572, regrette la discrimination entre martyr et « fidèle persécuté » dans l’avertissement au lecteur de sa première édition en 158245.

  • 46 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. III, livre VIII, p. 316-317.

38Lors de la répression qui suivit la reprise de Tours par l’armée royale au mois de juillet 1562, une femme avec ses deux enfants, un nourrisson et une adolescente, préféra mourir avec eux plutôt que d’apostasier. Les deux femmes furent frappées à mort, jetées dans la Loire et moururent « s’ambrassans toutes deux ». Le bébé, quant à lui, fut placé en nourrice, mais il ne voulut jamais « prendre la mammelle » et mourut deux jours plus tard46.

  • 47 Ibid., t. II, p. 672-673.

39Dans d’autres circonstances, Dieu sauve miraculeusement des fidèles. Ainsi, en Anjou, en septembre 1562, Hélène Molvaut, âgée de 57 années, veuve de Guillaume Doucher, receveur de Craon, est retrouvée par la soldatesque. On la torture pour lui faire avouer où se trouve sa fortune et renier sa foi, mais en vain. Finalement, elle est jetée dans le Dom, très agité en raison d’une crue. Mais le Seigneur, « voulant monstrer à l’œil que nos jours ne sont en la main d’autre que de luy », la rejette sauve de l’autre côté de la rive. Le lendemain, la malchanceuse tombe de nouveau dans les mains de la soldatesque catholique. Mais encore une fois elle est sauvée, cette fois grâce à des amis catholiques qui la rachètent au prix de 20 écus47.

  • 48 Ibid., t. III, p. 245.
  • 49 Ibid., t. III, p. 248.

40En Languedoc, lors de la prise de Montségur en août 1562, les Lombats, nobliaux locaux engagés dans la cause catholique, s’emparent de deux jeunes protestantes, fort bien instruites en religion. Ils les violent et les emmènent dans leur refuge « en intention d’en abuser à leur manière acoustumée ». Mais il en advint tout autrement « par un singulier miracle de Dieu ». Ces femmes convainquent leurs ravisseurs de la justesse de leur cause et mettent en avant « leur meschante vie passée ». Les Lombats font venir des pasteurs, se convertissent et épousent les deux huguenotes. Ils se retirent dans leur château et désormais doivent affronter les gens du roi qui les accusent de brigandage48. En dépit de la paix, ils doivent fuir et se réfugient à Castres où, semble-t-il, ils meurent de la peste49.

  • 50 En 1547, un avocat parisien du nom de Jean Cranequin, par exemple, considéré comme un délateur et (...)
  • 51 Ibid., t. III, p. 315-316.

41Le châtiment qui s’abat sur les massacreurs est le dernier aspect de l’intervention divine. Il rappelle celui des responsables des répressions d’antan, soumis à de morts étranges50. Lors du massacre particulièrement terrible à Orange, en juillet 1562, le Seigneur exerça un « notable jugement » à l’endroit des habitants qui avaient ouvert la cité à l’assaillant catholique. Les assiégeants les confondirent avec des ennemis et les tuèrent sans distinction51.

  • 52 Voisin de La Popelinière H. L, La vraye et entiere histoire…, op. cit., p. 214a-214b.

42La Popelinière se démarque de l’Histoire ecclésiastique face au potentiel surnaturel des cruautés des guerres civiles. À Auxerre, en 1569, des catholiques infligent des sévices au capitaine protestant Cœur de Roi. Ils lui arrachent le cœur, le découpent en plusieurs morceaux et l’offrent à la criée. Certains en fricassèrent même une partie pour le manger. Plutôt qu’imputer ces cruautés au Malin, l’historien attribue ces actes à l’esprit de vengeance qui enlève toute raison à l’homme. « Ce qui me fait croire que plus l’injure est grande, et moindre est la raison : et moindre encor le moyen qu’on peut honnestement tenir à la vengeance. » L’historien propose donc une explication psychologisante qui repose sur la privation de la raison associée à la haine. Le tueur se livre alors à sa « fantaisie », à l’endroit de son ennemi52.

  • 53 Crespin J., Histoire des martyrs persecutez…, op. cit., t. II, livre VII, p. 528.
  • 54 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. I, p. 184.
  • 55 Que Marion Brétéché soit remerciée pour nous avoir communiqué ces informations. Bernard J., Histoi (...)

43Le surnaturel a un rôle non négligeable dans le théâtre des guerres de Religion dans l’historiographie protestante de l’époque. Il prend la forme de la « main de Dieu », de la merveille devenue prodige et plus essentiellement attribue un sens confessionnel aux violences militaires, soit pour les légitimer par la Providence quand ce sont les huguenots qui les ont commises, soit pour les condamner à travers l’élection divine des victimes. Néanmoins, nos historiens demeurent prudents. Dans son martyrologe, Jean Crespin rapporte à l’endroit de l’exécution de Geoffroy Varagle à Turin, en 1557, qu’une colombe vola autour du bûcher. Mais il ajoute aussitôt qu’il ne faut pas s’arrêter « par trop curieusement aux choses extérieures ou rares53 ». L’Histoire Ecclésiastique rapporte le martyre savoyard, mais en occultant désormais l’apparition de la colombe54. Un siècle plus tard, dans la revue qu’il dirige, intitulée Histoire de l’Europe, le pasteur Jacques Bernard consacre, certes, une partie aux prodiges, mais il ne les met jamais en relation avec des événements guerriers, et la rubrique ne cesse de diminuer au fil des parutions55.

  • 56 Belleforest F. de, L’Histoire des neuf Roys Charles de France : contenant la fortune, la vertu, l’ (...)
  • 57 Belleforest F. de, Discours sur l’heur des presages advenuz de nostre temps, signifiantz la felici (...)

44Les historiens catholiques ont-ils une même mesure ? Dans son Histoire des neuf roys Charles, François de Belleforest note à l’année 1562, celle de la première guerre de Religion, une multiplication de prodiges, et parmi eux, des combats dans le ciel de Paris, annonçant la guerre civile56. Le Discours des présages paru au début de l’année 1569 avance l’idée que la profusion de ces signes précède la punition des hérétiques. Au lendemain du massacre de la Saint-Barthélemy, alors qu’il réédite son Discours, Belleforest présente le miracle de l’aubépine comme le prodige ultime qui vient confirmer les avertissements précédents57. Mais il doit confesser que ces signes sont délicats à interpréter et que l’autre camp polémique bruyamment à leur sujet, troublant la clarté du message. À propos de la supernova de 1572, aperçue de jour à Paris, lors d’une procession du roi en l’honneur de sainte Geneviève, Belleforest avertit son lecteur qu’il entendra peut-être à son sujet un tout autre son de cloche que le sien :

  • 58 Ibid., p. 10 v. La remarque ne figure pas dans le Discours de 1569 où Belleforest se contente d’in (...)

« Je sçay que l’Heretique se moquera de moy, et me taxera de superstition et que l’Atheiste hochera la teste oyant parler des miracles soit de Dieu ou par les prieres et intercessions des saints58. »

  • 59 Belleforest F. de, Les Grandes Annales et histoire générale de France, de la venue des Francs en G (...)
  • 60 Aubigné A. d’, Histoire universelle, éd. Thierry A., Genève, Droz, 1985, t. III, p. 347.

45Et dans les Annales historiques, parues dix ans après le premier Discours, Belleforest admet, non sans un certain dépit, que les huguenots contestent même son cher miracle de l’aubépine, n’y voyant qu’« un artifice de quelque homme d’Église pour abuser le peuple59 ». Quelques années plus tard, dans son Histoire universelle, le réformé Agrippa d’Aubigné rappelle que pour certains, « ceste fleur avoit paru dans le champ des Innocens meurtris et non pas des meurtriers60 ».

46Dans son Histoire de la naissance, progrès et décadence de l’hérésie de ce siècle, publiée en 1605, Florimond de Raemond a aussi une prudence toute érudite devant le surnaturel dans la guerre religieuse. L’ancien réformé converti au catholicisme relate les guerres de Religion survenues dans toute l’Europe du XVIe siècle. Successeur de Montaigne à la charge de conseiller au parlement de Bordeaux, ami de Du Bartas et de Juste Lipse, il s’acharne désormais contre ses anciens maîtres protestants. Dans son introduction, il mentionne les phénomènes célestes comme des signes divins qui annoncent

  • 61 Raemond F. de, Histoire de la naissance, progrès et décadence de l’hérésie de ce siècle (1re éd 16 (...)

« les changemens et alterations avenuës en la Religion, soit pour la manifestation de la gloire du vrai Dieu, soit que, pour la punition des méchans et l’exercice des bons, il ait abandonné les peuples à la merci de Sathan61 ».

  • 62 Ibid.

47Il cite ainsi la victoire de Lépante en 1571, à l’occasion de laquelle des « croix chrétiennes » apparurent dans le ciel de Constantinople62. Dans cette perspective eschatologique, il considère que la dernière hérésie en date, le luthéranisme et ses avatars, sont les signes imminents du règne de l’Antéchrist.

  • 63 Ibid., p. 9.

« Quand l’homme de péché changera le sacrifice perpetuel, et portant une nouvelle Religion au monde, établira l’Antichristianisme, se faisant adorer comme le vray Dieu, dist l’Apostre. Alors l’arrivée de ce monstre detestable nay à la ruïne des hommes, se verra comme tirée et tissuë dans les superbes manteaus de la nuit. Mille Prodiges devanceront sa venuë : tous les planettes, tous les elements […] publieront comme des postillons cet étrange changement, qui doit avenir en la Chrétienté63. »

  • 64 Ibid., p. 343.
  • 65 Ibid.
  • 66 Ibid., p. 344.

48Le 12e chapitre du troisième livre est consacré aux prodiges comme « témoins de malheur64 » survenus en Chrétienté. Il introduit les guerres de Charles Quint contre les protestants. Il vise expressément Luther qui « portait en son nombre le 666 ». D’ailleurs, tous les prodiges devant s’accomplir au règne de l’Antéchrist se sont réalisés au temps de l’hérétique saxon : « Les planettes parurent hideux et épouventables, le soleil fut veu noir et affreux, puis tout aussitôt couvert de sang ; une croix noire fut apperceuë au Ciel, un Aigle et un Lion embrazés, et tous en feu65. » En 1531, le jour de la formation de la ligue luthérienne à Smalkalde, trois soleils apparurent. Selon les astrologues, le soleil représente les rois, et les parhélies ceux qui s’élèvent contre eux, tentant de s’emparer de leur lumière. Le prodige symbolise ainsi la guerre civile66.

  • 67 Ibid., p. 361-365.
  • 68 Ibid., p. 363.
  • 69 Ibid., p. 364.

49À la bataille de Mühlberg, le 24 avril 1547, entre Charles Quint et la ligue de Smalkalde, Raemond mentionne l’apparition d’un aigle au-dessus de l’armée impériale, puis une éclipse du soleil, présageant la victoire catholique. À l’appui du prodige, il mentionne l’historien luthérien Johannes Sleidan qui l’évoque dans ses Centuries et des témoignages d’autorité67. La relation d’un gentilhomme italien, Battista Grimaldi, présent à Mühlberg, rapporte que, juste avant la bataille, Charles Quint tomba sur un crucifix « que quelques mauvais garnemens avoir brisé ». L’empereur se jeta alors à terre et, levant les yeux au ciel, fit l’oraison suivante : « Monseigneur et mon Dieu, tu es assez puissant pour faire la vengeance des injures qu’on fait à ton nom, mais fay moy ceste grace que je puisse aujourd’huy chastier ces impies sacrileges. » C’est alors que l’éclipse apparut. Un des prédicateurs qui étaient dans le bataillon s’adressa aux gendarmes et proclama : « Courage, mes enfans, voiés vous l’œil de Dieu qui vous est favorable, et vous admoneste de faire vostre devoir contre ses ennemis68. » À la suite de la victoire, l’empereur adopta une nouvelle devise, tirée de celle de Jules César en la modifiant quelque peu pour attribuer la victoire à Dieu, et non à lui-même ; d’après Raemond, il aurait pris modèle sur Titus triomphant des Juifs à Jérusalem : « Veni, Vidi, et Deus vicit69. »

  • 70 Crouzet D., Les Guerriers de Dieu…, op. cit., t. I, p. 459-472.

50La vision des troubles de religion semble donc s’inscrire dans une représentation eschatologique des événements. Cependant, il faut constater l’effort de contextualisation du prodige du Mühlberg afin de prévenir toute contestation. Mais plus encore, Raemond n’évoque aucun prodige similaire dans sa lecture, certes assez peu politico-militaire, des guerres civiles en France ! Nous sommes loin des signes divins qui firent florès dans les prêches, chroniques et mémoires de la décennie 156070.

Notes

1 Voir Céard J., La Nature et les prodiges. L’insolite au XVIe siècle, Genève, Droz, 2e éd., 1996 ; Balzamo N., Les miracles dans la France du XVIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2014, p. 83-106 ; Vignaud L.-H., Les Merveilles de la Nature. Histoire naturelle et érudition à l’âge baroque (vers 1560-vers 1660), Chantal Grell (dir.), thèse, université de Versailles, 2005, 2 vol., t. I, p. 98-156 et t. II, p. 344.

2 Barnay S., « Une apparition pour protéger. Le manteau de la Vierge au XIIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 8-2001, p. 13-22 [http://crm.revues.org/378] et Le Ciel sur la terre. Les apparitions de la Vierge au Moyen Âge, Paris, Cerf, 1999 ; Lamy M., « Un siège levé par l’intercession de Marie ? La dévotion à Notre-Dame de Bon-Espoir », in Vissière L., Marchandisse A. et Dumont J. (dir.), 1513 l’année terrible. Le siège de Dijon, Dijon, Faton, 2013, p. 206-218 ; El Kenz D., « Une mariophanie martiale à Dijon », Annales de Bourgogne, t. 87, fasc. 2 et 3, 2015, Un siège et sa mémoire : Dijon, 1513, p. 47-57.

3 Sauzet R., « Baroque et Contre-Réforme dans la France méridionale au XVIe siècle », Baroque 11, 1984 [http://baroque.revues.org/548], p. 16.

4 Chaline O., La bataille de la Montagne Blanche (8 novembre 1620). Un mystique chez les guerriers, Paris, Noésis, 2000.

5 Crouzet D., Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Seyssel, Champ Vallon, 1990, 2 vol., t. I, p. 101-106.

6 Ibid., t. I, p. 320-494 ; Crouzet D., Dieu en ses royaumes. Une histoire des guerres de Religion, Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 310-340.

7 Vignaud L.-H., Les Merveilles de la Nature, op. cit., t. II, chap. 5, p. 299-354.

8 Histoire ecclésiastique des églises réformées au royaume de France, en laquelle est descrite au vray la renaissance et accroissement d’icelles depuis l’an M. D. XXI jusques en l’année M. D. LXIII. Leur reiglement ou discipline, Synodes, persecutions tant generales que particulieres, noms et labeurs de ceux qui ont heureusement travaillé, villes et lieux où elles ont esté dressées, avec le discours des premiers troubles ou guerres civiles, desquelles la vraye cause est aussi declaree. Divisée en trois tomes, de l’imprimerie de Jean Remy, Anvers, 1580, éd. Baum G. et Cunitz E., Nieuwkoop, B. de Graaf, 1974, 2 vol., t. II, p. 280.

9 Lucain, La Guerre civile ou La Pharsale, éd. Bourgery A., Paris, Les Belles Lettres, 7e éd., 2013, t. I, livre 1 v. 183-222. Chez Lucain, le franchissement du Rubicon sert à désigner la transgression de César qui désobéit au Sénat en retournant l’armée qui lui a été confiée contre Rome. En sortant de sa province gauloise, il déclenche une guerre civile contre Pompée et profane le territoire sacré de Rome sur lequel les armes sont proscrites. Mais Lucain veut aussi montrer le destin exceptionnel de César qui justifie son acte en se réclamant de l’origine divine de sa famille et en s’adressant directement aux dieux, Jupiter lui-même et Vesta, la déesse romaine par excellence (Boëls-Janssen N., « Le passage du Rubicon : Lucain, Pharsale I, 183-205 », Vita Latina, no 139, 1995, p. 27-37 [url:/web/revues/home/prescript/article/vita_0042-7306_1995_num_139_1_924]).

10 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., p. 280, note 2.

11 Ruthven J. M., On the Cessation of the Charismata: the Protestant Polemic on Post-Biblical Miracles, Tulsa, Work and Spirit Press, 1993, p. 20-23 [http://hopefaithprayer.com/books/On-the-Cessationof-the-Charismata-Ruthven.pdf].

12 Calvin J., Adverstissement contre l’astrologie judiciaire, éd. Millet O., Genève, Droz, 1985.

13 Backus I., Les sept visions et la fin des temps. Les commentaires genevois de l’Apocalypse entre 1530 et 1584, Genève-Lausanne-Neuchâtel, 1997.

14 Crouzet D., Jean Calvin. Vies parallèles, Paris, Fayard, 2000, p. 187-191 et Balzamo N., Les miracles dans la France du XVIe siècle, op. cit., notamment p. 109-128.

15 Cité par Mellet P.-A., « Du passé au présent : les sources du “Droit des magistrats sur leurs sujets” (1574) », in Backus I. (dir.), Théodore de Bèze (1519-1605), Travaux d’humanisme et Renaissance, 424, Genève, Droz, 2007, p. 550.

16 Ibid., p. 551.

17 Souriac P.-J., « Juger la guerre civile. Écrire l’histoire des troubles religieux dans la deuxième moitié du XVIe siècle », in Biard M. (dir.), Combattre ? Tolérer ? Justifier ? Écrivains et journalistes face à l’usage de la violence d’État (XVIe-XXe siècle), Rouen, PURH, « Cahiers du GRHIS », no 20, 2009, p. 7-25.

18 Souriac P.-J., Une Guerre civile. Affrontements religieux et militaires dans le Midi toulousain (1562-1595), Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 244-249.

19 Histoire ecclésiastique des Églises réformées…, op. cit., t. III, p. 116-117.

20 Ibid., t. III, p. 146.

21 Ibid., t. III, p. 120.

22 Ibid., t. III, p. 222.

23 Gantet C., « Politique et activité visionnaire – le traumatisme de la guerre de Trente ans », in Martin P. et Forclaz B. (dir.), La Guerre de Trente ans et la religion, Rennes, PUR, 2015, p. 299-312.

24 Gantet C., « Figures de l’irrationnel : délires, visions, charismes », in Duhamelle C. et Büttgen P. (dir.), Religion ou confession. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2010, p. 305-324.

25 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. III, p. 117.

26 Sauzet R., « Miracles et Contre-Réforme en France au XVIIe siècle », in Demonet M.-L. (dir.), Hasard et Providence XIVe–XVIIe siècles, Actes du cinquantenaire de la fondation du CESR et XLIXe Colloque International d’études Humanistes, Tours, 3-9 juillet 2006, Tours, CESR, 2008, p. 1-10, ici p. 8 [http://umr6576.cesr.univ-tours.fr/publications/HasardetProvidence/fichiers/pdf/Sauzet.pdf].

27 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. III, p. 154.

28 Ibid., t. III, p. 239-240.

29 Ibid., t. II, p. 799.

30 Ibid., t. III, p. 316.

31 Voisin de La Popelinière H. L., La vraye et entiere histoire des troubles et choses memorables advenues tant en France qu’en Flandres et pays circonvoisins, depuis l’an 1562. Comprinse en quatorze livres, 3e éd., La Rochelle, 1573, p. 320 a-320 b.

32 Ibid., p. 134b.

33 Ibid., p. 135a.

34 Vignaud L.-H., Les Merveilles de la Nature, op. cit., t. II, p. 308-327.

35 Voisin de La Popelinière H. L, La vraye et entiere histoire… op. cit., p. 240 a.

36 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. III, p. 59-60.

37 Crouzet D., Les Guerriers de Dieu…, op. cit., t. I, p. 50.

38 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. I, p. 955-956. On a un discours comparable qui justifie par la Providence, la découverte d’un complot des moines de Châtillon-sur-Loing contre la minorité huguenote. Lors de son assemblée cultuelle du 29 juin 1562, celle-ci devait être massacrée. Finalement, ce sont les comploteurs qui furent châtiés quelques semaines plus tard et leur église iconoclastée (ibid., t. II, p. 548-549).

39 Ibid., t. II, p. 51.

40 Ibid., t. III, p. 205.

41 Ibid., t. II, p. 492. L’Histoire ecclésiastique relève cette articulation entre miracle, procession et violence contre les hérétiques, dès les années 1540. Elle rapporte qu’une statue sacrée dans le Bourbonnais, parce qu’elle se mit à saigner, suscita des processions non seulement dévotes, mais aussi vindicatives contre les hétérodoxes du lieu. En réalité, ce sang aurait été déposé par un pigeon blessé dans les champs, et qui était venu se reposer sur la tête sainte, abandonnant un peu de sang et des plumes ! (ibid., t. I, p. 79-80).

42 Ibid., t. II, p. 933-934.

43 Ibid., t. II, p. 673.

44 El Kenz D., Les Bûchers du roi. La culture protestante des martyrs (1523-1572), Seyssel, Champ Vallon, 1997, p. 221-234.

45 Crespin J., (continué par Goulart S.), Histoire des Martyrs persecutez et mis a mort pour la verité de l’Évangile, depuis le temps des apostres jusques à present (1619), Genève, P. Aubert, 1619, éd. Benoît D. et Lelièvre M., Toulouse, Société des Livres religieux, 1885-1888, t. III, livre X, p. 639-640.

46 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. III, livre VIII, p. 316-317.

47 Ibid., t. II, p. 672-673.

48 Ibid., t. III, p. 245.

49 Ibid., t. III, p. 248.

50 En 1547, un avocat parisien du nom de Jean Cranequin, par exemple, considéré comme un délateur et auxiliaire de l’inquisiteur Mathieu Ory, est frappé de frénésie « merveilleusement estrange ». Il ne cesse de faire des cauchemars peuplés de « serpens se remuans ». Il épuise tous les remèdes, fait venir des sorciers et finalement meurt « insensé » (ibid., t. I, p. 76-77).

51 Ibid., t. III, p. 315-316.

52 Voisin de La Popelinière H. L, La vraye et entiere histoire…, op. cit., p. 214a-214b.

53 Crespin J., Histoire des martyrs persecutez…, op. cit., t. II, livre VII, p. 528.

54 Histoire ecclésiastique des églises réformées…, op. cit., t. I, p. 184.

55 Que Marion Brétéché soit remerciée pour nous avoir communiqué ces informations. Bernard J., Histoire abrégée de l’Europe, où l’ont voit tout ce qui se passe de considérable dans les États, dans les armes, dans la nature, dans les arts et dans les sciences, Leyde, Claude Jordan, juillet 1686-décembre 1688, mensuel, 5 vol. semestriels in-12.

56 Belleforest F. de, L’Histoire des neuf Roys Charles de France : contenant la fortune, la vertu, l’heur fatale des Roys qui sous ce nom de Charles ont mis à fin des choses merveilleuses, Paris, 1568, p. 480.

57 Belleforest F. de, Discours sur l’heur des presages advenuz de nostre temps, signifiantz la felicité du regne de nostre Roy Charles neufiesme tres-chretien, Paris, V. Noment, 1572, p. 31 r°.

58 Ibid., p. 10 v. La remarque ne figure pas dans le Discours de 1569 où Belleforest se contente d’indiquer, p. 16 : « Ceste étoile ne pouvoit naturellement apparoistre, quoy qu’en chantent les Astronomes… » La menace polémique s’est déplacée en 1572 : il ne s’agit plus simplement de dénoncer quelque « naturaliste » destructeur de merveilleux, mais bien d’anticiper les critiques émises par les adversaires confessionnels.

59 Belleforest F. de, Les Grandes Annales et histoire générale de France, de la venue des Francs en Gaule, jusques au règne du Roy très-chrétien Henry III, Paris, G. Buon, 1579, t. II, p. 1 786 r°. Voir Vignaud L.-H., Les Merveilles de la Nature, op. cit., t. II, p. 313-316.

60 Aubigné A. d’, Histoire universelle, éd. Thierry A., Genève, Droz, 1985, t. III, p. 347.

61 Raemond F. de, Histoire de la naissance, progrès et décadence de l’hérésie de ce siècle (1re éd 1605), Paris, Guillaume de La Noue, 1610, p. 8.

62 Ibid.

63 Ibid., p. 9.

64 Ibid., p. 343.

65 Ibid.

66 Ibid., p. 344.

67 Ibid., p. 361-365.

68 Ibid., p. 363.

69 Ibid., p. 364.

70 Crouzet D., Les Guerriers de Dieu…, op. cit., t. I, p. 459-472.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540