Version classiqueVersion mobile

La fabrique de l’homme nouveau après Staline

 | 
Cécile Vaissié

Troisième partie. Des identités religieuses et nationales, confisquées, abandonnées et/ou reconquises

La fabrique des « poupées russes » et le mythe déconstruit de la supériorité du régime

Lucie Kempf

Texte intégral

1 Après Sergei Zhuk qui explore les moyens culturels par lesquels les jeunes Ukrainiens formaient, perdaient ou récupéraient leur identité nationale, ce sont d’autres procédés, plus physiques, plus rigoureux, voire plus cruels, que met en évidence Lucie Kempf en s’intéressant aux gymnastes adolescentes qui devaient permettre à l’État soviétique « de promouvoir par le glamour la supériorité de son modèle de développement ». Elle révèle, d’une part, les efforts déployés pour modeler, modifier, contrôler les corps féminins, dans une sorte de symbolique des efforts développés pour transformer les Soviétiques, et, d’autre part, l’évolution dans le regard porté au cinéma sur ces pratiques : sous la Perestroïka, le mythe élaboré avec tant de soin dans les décennies précédentes est mis à nu, ce qui semble refléter la déconstruction de l’ensemble des mythes soviétiques.

  • 1 Lors des Jeux Olympiques précédents, seule la compétition par équipe était disputée.
  • 2 En 1952, les gymnastes soviétiques remportèrent quatre médailles d’or, cinq médailles d’argent et (...)
  • 3 Ol’ga Korbut, gymnaste soviétique, est née en 1955. En 1972, elle fut la révélation gymnique des J (...)
  • 4 Nelli Kim, gymnaste soviétique née en 1957, fut la rivale et la dauphine de Nadia Comaneci aux Jeu (...)

2La première participation de l’URSS aux Jeux Olympiques, en 1952, a coïncidé avec l’introduction des épreuves individuelles de gymnastique artistique féminine1. Or, les gymnastes soviétiques ont d’emblée exercé sur ce sport une domination écrasante2, qui a duré jusqu’à la fin du régime : entre 1952 et 1992, pas un titre olympique par équipe ne leur a échappé. Cette éclatante réussite devint l’une des vitrines du régime et fut largement utilisée, autant à des fins de propagande que comme source de devises. Lors de leurs multiples tournées en Occident, Olga Korbut3 ou Nellie Kim4 jouèrent le rôle d’ambassadrices de charme et incarnèrent, à leur manière, la femme soviétique.

  • 5 Voir Varney W., « A Labour of Patriotism. Female Soviet Gymnasts’ Physical and Ideological Work, 1 (...)

3Si nous avons évoqué les poupées dans notre titre, c’est moins en pensant aux matriochkas que, par référence, aux Barbies : tout comme la poupée américaine, les championnes de gymnastique soviétiques ont été produites en série, en fonction de critères préétablis ; leurs corps étaient tout aussi improbables, dans leurs proportions comme dans leurs performances ; enfin, comme les Barbies, elles étaient prévues pour un usage à court terme et remplaçables à volonté5.

  • 6 Le film peut être téléchargé, par exemple sur : filmin.ru/21592-novenkaya.html (consulté le 30 mai (...)
  • 7 Le film, tourné en 1988, a obtenu en 1989, au festival de Berlin, le prix du Centre International (...)

4Nous nous proposons, à travers l’étude de deux films soviétiques dont les héroïnes sont des gymnastes, d’examiner la manière dont ce modèle de championne a été soigneusement élaboré et systématiquement fabriqué, avant d’être perverti par son propre succès au moment même où il commençait à être imité ailleurs dans le monde. Tournés à vingt ans d’intervalle, les deux films portent des regards diamétralement opposés sur cette subculture : en 1968, dans La Petite Nouvelle (Noven’kaja)6, Pavel Lioubimov semble s’émerveiller à la fois de la beauté de la gymnastique et de la capacité qu’aurait celle-ci à construire les individus au sein d’un groupe ; en revanche, en 1988, en pleine Perestroïka, Isaak Friedberg dresse avec La Petite Poupée (Kukolka)7 le portrait glaçant d’une jeune fille détruite, aussi bien physiquement que psychologiquement, par le sport de haut niveau. Et cette évolution renvoie aussi à l’échec patent de la construction d’un Homme nouveau.

Forger le corps de l’Homme nouveau par le sport : Valia Tchernova, modèle d’intégration sociale

  • 8 Pour cette dernière séquence, le cinéaste a utilisé des images d’archives, montrant les membres de (...)

5Le film de Pavel Lioubimov raconte comment l’ouvrière Valia Tchernova devient, à dix-huit ans, une gymnaste de haut niveau. Au départ, c’est une jeune Soviétique ordinaire ; elle pratique son sport en amateur, tombe amoureuse d’un photographe et songe à se marier. Mais le photographe disparaît et Valentina est recrutée par un entraîneur prestigieux. Elle devient alors l’amie d’une célèbre championne, Olga Kaménéva. Cette dernière a trente-deux ans, et l’entraîneur qui lui doit pourtant sa notoriété devra prendre une décision douloureuse : donner à Valia la place d’Olga au sein de l’équipe. Le film s’achève par un plan de quinze minutes montrant une compétition internationale. On y voit les gymnastes, des Soviétiques et des Allemandes de l’Est, se succéder aux quatre agrès sans que la caméra s’attarde sur Valia8 ; c’est désormais davantage l’équipe et la gymnastique elle-même qui intéressent le cinéaste, et le film s’achève sur un plan fixe de chacun des quatre agrès.

  • 9 Le modèle proposé est celui de la « fizkul’tura », pratique de mouvements gymniques, influencée à (...)
  • 10 Durant les années 1920, le sport de masse promeut la mixité et l’image d’une femme soviétique fort (...)
  • 11 La militarisation du sport soviétique a été précoce (dès la Guerre civile) et très forte, en parti (...)
  • 12 « Master sporta » : distinction instaurée en 1935 pour les sportifs de haut niveau, à un moment où (...)

6 La Petite Nouvelle est une production à usage interne, visant le public soviétique ; le film célèbre la valeur d’intégration sociale du sport et une certaine image de la femme. Il s’appuie sur une réalité : la promotion systématique du sport dans la société soviétique. Dès les années 1920, le sport est, en effet, devenu partie intégrante du nouveau mode de vie prôné par l’idéologie9. L’Homme nouveau – la femme aussi10… – se devait d’être performant dans tous les domaines, y compris dans la manière d’utiliser son corps, car le projet prométhéen de fabrication d’un Homo sovieticus était loin d’être désincarné : ce dernier, preuve vivante de la supériorité du régime, devait être plus vigoureux physiquement, plus sain et plus compétent dans chacun de ses gestes quotidiens que son ancêtre d’avant 1917. Des exercices collectifs de gymnastique étaient donc proposés à la radio et sur les lieux de travail, tandis que les clubs sportifs se développaient. Tout comme l’industrialisation permettait d’exploiter les ressources du pays, le sport de masse représentait le moyen de former des ouvriers et des soldats efficaces et résistants11 et de donner, à l’intérieur comme à l’extérieur, l’image d’un peuple énergique et fort. Le film de Pavel Lioubimov l’illustre bien : non seulement il débute par les images d’une parade militaire, mais on aperçoit ensuite l’héroïne, Valia, se hâter, car, ouvrière modèle et « Maître de sport12 », elle doit faire une démonstration de gymnastique pour des soldats.

Prouver au monde la supériorité du modèle soviétique

  • 13 Cité par Le Guellec G., « Les guerres olympiques de l’URSS », Regard sur l’Est, revue en ligne, 1e (...)

7Après avoir été considérée comme une caractéristique de l’individualisme « bourgeois » spécifique au monde capitaliste, la compétition sportive a été peu à peu réhabilitée en URSS durant les années 1930, tandis que, parallèlement, la politique extérieure vis-à-vis des pays occidentaux se normalisait. Avec l’avènement de la Guerre froide, la réussite sportive est devenue un véritable enjeu pour le pouvoir, car elle était le moyen de prouver au monde la supériorité du modèle soviétique : « Les grandes victoires de l’Union soviétique et des pays frères constituent la preuve éclatante que le socialisme est le système le mieux adapté à l’accomplissement physique et spirituel de l’homme », affirmait un journaliste de la Pravda en 197213. Sollicitée pour participer aux Jeux Olympiques de 1948, l’URSS déclina l’invitation, le pouvoir ayant estimé que ses athlètes n’étaient pas encore en mesure de dominer les compétitions. Cet objectif fut atteint quatre ans plus tard aux Jeux d’Helsinki, et le sport devint alors la vitrine du pays à l’étranger.

  • 14 Voir : Magakian A., La Gymnastique artistique et sportive contemporaine masculine et féminine, Par (...)

8Dans la mesure où, au milieu du XXe siècle, la gymnastique artistique était l’une des disciplines olympiques majeures, son développement fut privilégié en URSS à partir du milieu des années 1940. Pour ce faire, l’État s’est avant tout appuyé sur le système éducatif, au sein duquel il a mis en place des méthodes et des structures, permettant d’articuler le haut niveau sur une pratique de masse. Dans toutes les écoles soviétiques, on pratiquait systématiquement des exercices gymniques dès le jardin d’enfants, ce qui à la fois facilitait la détection des talents et incitait les enfants à s’intéresser à ce type de « loisir ». Les enfants doués étaient orientés très jeunes vers des écoles spécialisées dont le réseau quadrillait le pays, parallèlement à celui des clubs sportifs14. Les entraîneurs spécialisés obtenaient facilement la possibilité de faire de la détection dans les écoles et les jardins d’enfants. Au fil des ans, ils élaborèrent des tests systématiques d’aptitude physique et psychologique. Ils avaient également accès à certaines données personnelles des enfants, comme la taille des parents et grands-parents, afin d’être en mesure de sélectionner les petits gabarits, avec la marge d’erreur la plus faible possible.

  • 15 Ibidem, p. 11-22.

9Sur le plan organisationnel, la gymnastique, comme tous les autres sports, était financée par l’État. Que ce soit dans les clubs ou dans les écoles spécialisées, les athlètes étaient formés par des professionnels, titulaires d’un diplôme universitaire ; la pratique s’inséra donc rapidement dans une réflexion théorique sur les moyens à mettre en œuvre pour obtenir des résultats. Par ailleurs, l’État assurait aux sportifs de haut niveau une reconversion dans leur discipline, après leur retraite sportive. Le système s’auto-entretenait ainsi, et les champions de la veille formaient ceux du lendemain : c’est le cas des deux entraîneurs dans La Petite Nouvelle. Enfin, dès la réhabilitation de la compétition, un système pyramidal dont l’équipe nationale constituait la pointe fut mis en place15. Les championnes de gymnastique étaient donc toutes le produit d’un système d’État.

Le film de Pavel Lioubimov (1968) : une œuvre de propagande

  • 16 Voir : You in Gymnastics, Soviet Documentary, 1978 [http://www.youtube.com/watch?v=7RW9_GSOzX0] (p (...)
  • 17 Voir, par exemple [http: //www.youtube.com/watch?v=j3QzwAruIMU]. Remarquer en particulier, de 6’06 (...)

10Le film de Lioubimov relève de la propagande dans la mesure où, du début à la fin, il tend à donner une image idéalisée de l’univers du sport, au prix d’une véritable distorsion du réel : lors des entraînements, tout le monde sourit ; les gymnastes plaisantent et font des caprices ; l’entraîneur, une femme maternelle, prend le temps de taquiner Valia sur ses amours, tandis que les plus jeunes semblent chahuter en permanence. Le réalisateur donne de cet univers une vision idyllique lors d’une séquence d’exercices de groupe en musique, une séance typique – en dépit de son caractère idéalisé – du travail mené, dans l’école soviétique, sur la motricité. Par ailleurs, les entraîneurs sont sensibles, ils aiment leurs élèves et souffrent de devoir faire des choix entre elles pour les compétitions. Si l’on confronte ces images à celles des nombreux documentaires tournés sur les centres d’entraînement, que ce soit par les Soviétiques à la fin des années 197016 ou par les Occidentaux durant la Perestroïka17, on ne peut que constater le contraste entre l’atmosphère du film et celle des véritables gymnases.

11D’autre part, chez Lioubimov, la gymnastique est montrée comme un sport où la femme ne s’efface jamais totalement derrière l’athlète. Là aussi, l’image proposée est formatée, « politiquement correcte » : comme toutes les Soviétiques respectables, les héroïnes doivent faire des concessions, en l’occurrence choisir entre leur « bonheur de femme » – l’amour et la maternité – et une carrière sportive. Valia intègre le haut niveau après la disparition de son amoureux ; Olga Kaménéva a renoncé à la maternité pour pouvoir continuer la compétition, alors que le premier entraîneur de Valia a fait le choix inverse. La dimension du sacrifice s’impose, comme si la sportive soviétique ne pouvait réussir qu’en renonçant à sa « vocation naturelle ». Cependant, ce sacrifice est justifié par un but supérieur : le triomphe du pays lors des compétitions internationales. Ce véritable « bien commun » crée une solidarité entre la championne d’hier et celle de demain, malgré tous les regrets de l’aînée : celle-ci accepte avec grâce la nécessité de passer le flambeau. L’équipe prend alors le pas sur les individus, lors de la longue séquence finale du film.

  • 18 La gymnaste Polina Astaxova (1936-2005) a obtenu dix médailles lors de trois Olympiades successive (...)
  • 19 Née en 1949, Natalia Kučinskaja fut l’une des meilleures gymnastes soviétiques, entre 1965 et 1968 (...)
  • 20 Voir les photographies des championnes des années 1950 et 1960, dans l’ouvrage de Vladimir Golubev (...)

12Soulignons enfin que le film, tout comme la gymnastique elle-même durant les années 1950-60, propose une image particulièrement séduisante de la sportive ; Olga Kaménéva, à l’image de Polina Astakhova18 ou Natalia Koutchinskaïa19, est à la fois une athlète aux performances hors du commun et une artiste qui exprime une sensibilité raffinée dans chacun de ses gestes. La gymnaste soviétique cristallise des valeurs contradictoires : elle a des nerfs d’acier et la discipline d’un soldat, mais aussi la grâce fragile d’une ballerine. Elle est évidemment très belle, et sa coiffure reste irréprochable, quelles que soient les acrobaties exécutées20. Sa silhouette impeccable a permis au régime, durant les années de Guerre froide, de promouvoir par le glamour la supériorité de son modèle de développement.

Un mythe déconstruit dans le film d’Isaak Friedberg (1988)

13Dans le second film, La Petite Poupée, ce mythe est impitoyablement déconstruit. L’actrice principale, Svetlana Zassypkina, née en 1972, est ellemême une ancienne gymnaste, éliminée du système à seize ans à la suite d’une blessure, et c’est, à peu de chose près, sa propre histoire qu’elle interprète. L’héroïne, Tania Sérébriakova, seize ans, est championne du monde, mais un sévère traumatisme au dos la menace de paralysie, et son entraîneur la renvoie chez elle. Tania va devoir s’intégrer dans une école soviétique de province. La plus grande partie du film se déroule après la fin de sa carrière sportive et est consacrée à l’échec absolu de sa réinsertion. Les images de gymnastique interviennent au début du film : un long générique de plus de dix minutes montre la sélection et l’entraînement systématique des petites filles, ainsi que des extraits d’une interview de Zassypkina sur ses conditions d’entraînement, sa vie quotidienne et son absence totale de loisirs et de distractions.

  • 21 On voit notamment une ceinture, renforcée par des poids, portée par une petite fille lors d’exerci (...)
  • 22 La Roumaine Nadia Comaneci triomphe ainsi lors des championnats d’Europe de 1975, puis des Jeux Ol (...)
  • 23 La Chine participe pour la première fois à des compétitions internationales, lors des championnats (...)

14Un abîme semble séparer les fillettes de La Petite Poupée de celles de La Petite Nouvelle. Les rires et les chahuts du premier film ont été remplacés par des visages fermés, des instruments de torture21 et une répétition mécanique, interminable, des mouvements ; la fabrique des championnes ressemble désormais à de la maltraitance, et les gymnastes à des victimes d’abus. Là aussi, le film reflète une réalité, celle de la gymnastique des années 1980, devenue un sport non plus de femmes, mais de petites filles. En effet, le système soviétique de formation des athlètes a été imité dans les autres pays du bloc de l’Est, en Tchécoslovaquie, en RDA dès les années 1960, puis en Roumanie22 et en Chine23. Pour conserver leur suprématie, les Soviétiques sont donc, à partir du début des années 1970, contraints d’imposer des acrobaties de plus en plus périlleuses : les saltos sur la poutre et aux barres asymétriques, puis les doubles saltos au sol ou en sortie d’agrès. Cette évolution a des conséquences sur la morphologie des athlètes : en effet, un centre de gravité bas et un poids léger facilitent les acrobaties et limitent les risques, tandis que l’absence de formes féminines améliore les rotations. Dès lors, la puberté devient l’ennemi principal des gymnastes : Maria Filatova, double championne olympique au concours par équipe en 1976 et 1980, mesurait à quinze ans 1,36 mètre et pesait trente kilogrammes.

  • 24 En 1994, Ol’ga Karasëva, membre de l’équipe soviétique de gymnastique lors des Jeux de Mexico (196 (...)
  • 25 Effrayés par la miniaturisation des gymnastes, les dirigeants de la Fédération internationale de g (...)
  • 26 On sait depuis longtemps qu’au-delà de quinze heures par semaine, l’entraînement intensif induit d (...)

15À la vue de ces corps aussi improbables que l’étaient les performances acrobatiques, les Occidentaux ont soupçonné les entraîneurs soviétiques de pratiquer le dopage. Certains scandales ont effectivement été dénoncés après la chute du régime : les membres de l’équipe olympique de 1968 auraient été mises enceintes de force, puis contraintes à l’avortement, afin d’améliorer leurs performances24. De telles pratiques, de même que la fréquente falsification des dates de naissance des athlètes25, restent cependant artisanales par rapport aux effets que le système de formation montré dans La Petite Poupée induit sur la croissance des gymnastes. Les charges d’entraînement étaient, en effet, maximales entre sept et onze-douze ans, pour plusieurs raisons : c’était, tout d’abord, le moyen d’amener les gymnastes au plus haut niveau vers l’âge de quatorze-quinze ans, donc avant la puberté ; celle-ci, de même que la croissance, était par ailleurs nettement retardée par les charges d’entraînement (jusqu’à quarante-cinq heures par semaine avant les grandes compétitions)26. D’autre part, un certain nombre de facteurs psychologiques intervenaient également : avant dix ans, les enfants ne sont pas encore pleinement conscients du danger, c’est donc à ce moment-là que les entraîneurs mettaient en place les acrobaties les plus dangereuses. Et le très jeune âge des gymnastes induisait une dévotion totale aux entraîneurs, d’autant que celles-ci étaient souvent extraites de leur milieu familial pour de longs stages dans les centres régionaux et/ou nationaux.

  • 27 Chez les gymnastes de haut niveau, les troubles alimentaires sont très fréquents : anorexies et bo (...)

16Par ailleurs, la sous-alimentation des athlètes permettait, elle aussi, de retarder la puberté et d’améliorer les performances dans une certaine mesure27 : on voit, dans le film d’Isaak Friedberg, les petites filles se peser systématiquement avant de commencer l’entraînement. On sait, par ailleurs, que les gymnastes se voyaient prescrire des diurétiques dans le but de contrôler leur poids ; les Occidentaux ont également soupçonné des manipulations hormonales. Quoi qu’il en soit, les images de La Petite Poupée sont très explicites : les performances étaient avant tout le fruit d’un programme d’entraînement, scientifiquement élaboré et réalisé avec une rigueur que facilitait la subordination de l’individu à l’État en URSS.

Du collectivisme à l’individualisme cynique : des valeurs bouleversées

  • 28 Là aussi, le poids de la propagande se fait sentir : le film est tourné en 1968, au moment du Prin (...)

17C’est donc un véritable gouffre qui sépare les images de La Petite Poupée de celles de La Petite Nouvelle. Si le film de 1968 montre comment la pratique sportive forge, non seulement une athlète, mais aussi une personnalité qui s’épanouit au sein d’une équipe28, celui de 1988 pointe les effets déstructurants du formatage de ces championnes. Les propos de l’entraîneur de Tania Sérébriakova l’illustrent : le radiologue de la gymnaste, blessée au dos, lui fait remarquer que c’est déjà la quatrième athlète qu’il « casse », et lui demande s’il n’a pas peur d’avoir des ennuis. Mais l’entraîneur répond : « Chez nous, on ne juge pas les vainqueurs. » D’ailleurs, il oblige Tania à concourir en dépit de ses douleurs dorsales, parce que les devises gagnées lors d’une compétition à l’étranger permettront de payer ses tenues de sport. Et lorsque la gymnaste pleure de douleur la nuit, sa coéquipière lui demande de le faire en silence pour ne pas compromettre sa propre performance du lendemain. Les valeurs collectives sont désormais remplacées par un individualisme exacerbé et un cynisme dépourvu du moindre état d’âme.

  • 29 En URSS, elle fut surnommée « Čudo s kosičkami » : le « mirage avec des couettes ». Un film de fic (...)
  • 30 Lors d’une exhibition à Madison Square Garden, le maire de New York lui remit les clés de la ville (...)
  • 31 Née en 1952, Ljudmila Turiŝeva fut championne olympique au concours général en 1972. Elle a rempor (...)

18À partir de 1972, la gymnastique soviétique est, en effet, devenue victime de son propre succès. Les Jeux Olympiques de Munich furent beaucoup plus largement télédiffusés que les précédents, ce qui permit au monde entier de succomber en direct au charme d’Olga Korbut : elle présentait des acrobaties particulièrement spectaculaires, avait une morphologie et une allure d’enfant, et, surtout, contrairement aux championnes soviétiques ordinaires, elle montrait ses émotions et pleurait lorsqu’elle ratait une prestation29. Le succès de la petite Olga fut planétaire : des fan-clubs se développèrent partout dans le monde, en particulier aux États-Unis où la gymnastique devint très populaire. Korbut séduisait, en effet, le public grâce à des qualités plus « américaines » que « soviétiques » : le charisme, un sens exacerbé de l’auto-mise en scène, une spectaculaire aptitude à mettre en avant son individualité. Il n’est donc guère étonnant que les autorités soviétiques se soient montrées réservées face à cette star difficile à contrôler, qui oubliait de placer l’État au-dessus d’elle. Le pouvoir l’exploita en l’envoyant en tournée dans le monde entier entre 1972 et 1976, en particulier, en 1973, aux États-Unis où Nixon demanda à la rencontrer et où ses exhibitions à New York rassemblèrent près de 20 000 personnes30. Mais, à l’intérieur de l’URSS, on préférait promouvoir une autre gymnaste, Lioudmila Tourichtcheva, qui était un membre actif du Komsomol et affirmait avoir pour livre de chevet le roman Et l’acier fut trempé31

Une concurrence accrue

  • 32 Voir le récit de la défaite de Montréal, rédigé par Jurij Broxin qui adopte le point de vue des «  (...)
  • 33 Voir le témoignage de Nelli Kim dans un documentaire, réalisé pour Arte en 2001, sur la rivalité e (...)
  • 34 Voir, par exemple, un film sur l’une de ces exhibitions de l’équipe nationale [http://www.youtube. (...)

19Lors des Jeux Olympiques de 1976, Olga Korbut fut éclipsée par une nouvelle star de quatorze ans, Nadia Comaneci : la Roumanie avait repris à son compte le moule soviétique et produisait désormais des athlètes capables de battre les Soviétiques sur leur propre terrain32. Dès lors, dans un climat de concurrence acharnée, le système accéléra sa production de championnes toujours plus jeunes. Pour assurer à la fois la promotion du régime et des revenus substantiels en devises, ces athlètes à qui les entraîneurs répétaient que leurs prestations étaient aussi importantes que celles des diplomates33 multipliaient les risques, les compétitions et les exhibitions à l’étranger34. Ce véritable emballement du système provoqua la modification des valeurs du sport soviétique : dans la pratique, la primauté du « kollektiv » sur l’individu se résorba. Si, dans le film de Pavel Lioubimov, Valia Tchernova se réalisait au sein de son équipe, ce n’est pas le cas de Tania Sérébriakova dans La Petite Poupée. Comme les championnes de sa génération, Tania a été formatée pour devenir une star et est consciente d’incarner une élite. Au prix de sa santé, elle a, par ailleurs, comme tous les champions des pays de l’Est, voyagé à l’Ouest et bénéficié de privilèges inaccessibles à l’écrasante majorité : vêtements occidentaux, magnétoscope, matériel hi-fi, etc.

  • 35 Elena Muxina (1961-2006) fut championne du monde 1978 au concours général et se blessa quelques jo (...)

20Produit d’un système sportif dont les valeurs sont diamétralement opposées à celles du régime, Tania est incapable de se réinsérer dans une école ordinaire et de devenir une jeune Soviétique comme les autres. Elle va prendre le pouvoir au sein de sa classe, en terrorisant à la fois ses camarades, ses professeurs et la direction. Elle se venge ainsi d’un système qui l’a rejetée, et elle utilise les méthodes de ses entraîneurs : intimidation, chantage et double discours. La confrontation est explosive, mais le groupe sera le plus fort. À la fin du film, Tania se retrouve seule. Elle remet alors son justaucorps et va s’entraîner à la poutre, multipliant les chutes jusqu’à la paralysie : la poupée est désormais brisée. Ce final tragique faisait vraisemblablement allusion à l’accident survenu en 1980 à Elena Moukhina, championne du monde 1978, devenue tétraplégique à la suite d’une acrobatie au sol que son entraîneur lui avait fait réaliser contre sa volonté35.

  • 36 Disponible sur [http://vimeo.com/46769622] (consulté le 3 juin 2013).

21Encore aujourd’hui, La Petite Poupée est un film culte dans les milieux de la gymnastique. En Russie, Les Petites Poupées brisées (Slomannye kukolki), un reportage télévisé de 2004 sur la gymnastique de haut niveau36, y fait explicitement référence ; le film est accessible sur YouTube, avec des soustitres en anglais pour les fans du monde entier.

Construction et déconstruction d’un modèle

22Tournés à vingt ans d’intervalle, les deux films analysés montrent des héroïnes diamétralement opposées. Valia et Tania ont été forgées par le même système, qui visait la performance sportive afin de donner corps à la supériorité idéologique du régime soviétique. Mais alors que le film de Lioubimov mettait en avant l’adéquation supposée entre les valeurs-clés de la gymnastique et celles du régime – le travail, l’obéissance et l’abnégation –, celui de Friedberg pointe le décalage entre la rhétorique officielle et les ambitions individuelles, celles des athlètes comme celles des entraîneurs : conçu pour promouvoir l’idéologie, le système de « fabrique des championnes » a inexorablement conduit ses acteurs à en nier les valeurs fondatrices. Tel était le prix à payer pour les médailles olympiques et mondiales. L’Homme nouveau, dont le champion sportif est incontestablement l’un des avatars, s’est déstructuré de l’intérieur au fil des compétitions. Alors que la gymnastique donnait à Valia Tchernova la possibilité de s’accomplir et de s’épanouir, elle brise en revanche définitivement Tania Sérébriakova.

  • 37 Par le biais de Bela Karoly, l’entraîneur de Nadia Comaneci, qui a fui la Roumanie de Ceaucescu en (...)
  • 38 Aux États-Unis, au Canada, au Brésil, en Italie, en France, etc.

23Il est toutefois intéressant de constater, en conclusion, que la gymnastique de haut niveau est un domaine où la fabrique du Soviétique a, non seulement survécu à l’URSS, mais été largement exportée. Le modèle de championne, élaboré au début des années 1950 et modifié au cours des années 1970, a connu un succès planétaire qui l’a, en partie, déconstruit, en le vidant de son contenu idéologique. Mais les méthodes utilisées se sont mondialisées : dès les années 1980, le système de formation des gymnastes a été adapté et copié aux États-Unis37, puis dans le reste du monde. Le phénomène s’est renforcé après 1991, lorsque les anciennes championnes soviétiques et leurs entraîneurs ont été recrutés partout dans le monde38. Aujourd’hui encore, les championnes de gymnastique, qu’elles soient russes, américaines, chinoises ou roumaines, sont formées d’après ce système.

Notes

1 Lors des Jeux Olympiques précédents, seule la compétition par équipe était disputée.

2 En 1952, les gymnastes soviétiques remportèrent quatre médailles d’or, cinq médailles d’argent et deux médailles de bronze.

3 Ol’ga Korbut, gymnaste soviétique, est née en 1955. En 1972, elle fut la révélation gymnique des Jeux Olympiques de Munich où elle remporta trois médailles d’or et une médaille d’argent, même si le titre du concours général revint à sa coéquipière Ljudmila Turiŝeva. Une multitude d’articles et plusieurs ouvrages lui ont été consacrés en anglais : Suponev M., Olga Korbut : A Biographical Portrait, Garden City, New-York, Doubleday, 1975 ; Moran L., « Olga ! The Life and Times of Olga Korbut », International Gymnast, avril 1978, p. 33-56 ; Coffee W., Olga Korbut, Woodbirdge, Connecticut, Blackbirch Press, Inc., 1992 ; Korbut O. (with Emerson-White E.), My Story : The Autobiography of Olga Korbut, London, Century, 1992. Le premier est publié en 1975, alors que Korbut, au sommet de sa carrière sportive, est nommée « femme de l’année » aux États-Unis ; les deux derniers datent de 1992, vingt ans après Munich, l’année des Jeux Olympiques de Barcelone, les derniers où les (ex)-Soviétiques ont concouru par équipe. Voir également le reportage de la BBC, présenté à l’occasion des Jeux Olympiques de Londres en 2012 : youtube.com/watch?v=FrDtXx87C38 (consulté le 30 mai 2013).

4 Nelli Kim, gymnaste soviétique née en 1957, fut la rivale et la dauphine de Nadia Comaneci aux Jeux Olympiques de Montréal, en 1976. Elles sont les deux premières gymnastes à avoir obtenu le score parfait de 10/10 aux Jeux Olympiques. Voir, par exemple, la brochure vendue lors des Jeux Olympiques de Moscou en 1980 et republiée par la suite : Popov S., Srebnickij A., Geroi olimpijskix igr. Nelli Kim, Moskva, Izdatel’stvo « Fizkul’tura i sport », 1989.

5 Voir Varney W., « A Labour of Patriotism. Female Soviet Gymnasts’ Physical and Ideological Work, 1952-1991 », Genders online Journal, no 39, 2004, disponible sur [genders.org/g39/g39_varney.html] (consulté le 30 mai 2013).

6 Le film peut être téléchargé, par exemple sur : filmin.ru/21592-novenkaya.html (consulté le 30 mai 2013). Il a été réalisé par Pavel Ljubimov (1938-2010), cinéaste soviétique, dont le film le plus connu est Vesennij prizyv (1976).

7 Le film, tourné en 1988, a obtenu en 1989, au festival de Berlin, le prix du Centre International du Film pour l’Enfance et la Jeunesse. Il est disponible sur YouTube (en neuf parties) [www.youtube.com/watch?v=x1YHnUhoEQA] (consulté le 30 mai 2013). Son réalisateur est né en 1947 à Vilnius.

8 Pour cette dernière séquence, le cinéaste a utilisé des images d’archives, montrant les membres de l’équipe nationale soviétique.

9 Le modèle proposé est celui de la « fizkul’tura », pratique de mouvements gymniques, influencée à la fois par les travaux de Pëtr Lesgaft (1837-1909), auteur de travaux sur le rôle du sport dans l’éducation, et par les idées du Proletkul’t. Au départ, durant les années 1920, la « fizkul’tura » s’adressait à tous : elle excluait toute idée de compétition et se posait comme une alternative à la pratique « bourgeoise » du sport. Il s’agissait de susciter un nouveau mode de vie grâce au sport, mais également à l’hygiène de vie et à l’intégration au sein d’un groupe. Les performances étaient collectives, c’est tout un peuple aux mouvements à la fois harmonieux et synchronisés que l’on pouvait voir lors des parades du régime et autres manifestations de masse. Voir les ouvrages de Riordan J., Sport in Soviet Society : Development of Sport and Physical Education in Russia and the USSR, London, Cambridge University Press, 1977, et Sport, Politics and Communism, Manchester, Manchester University Press, 1991.

10 Durant les années 1920, le sport de masse promeut la mixité et l’image d’une femme soviétique forte, saine, libérée des préjugés ancestraux et apte à un travail productif à l’instar des hommes. Les impressions de voyage d’Ella Maillart en 1927 témoignent de ce climat (ainsi que de l’efficacité de la propagande soviétique !) : « Au milieu de la nuit, une jeune femme s’installe dans notre compartiment. Bas de coton brun, jupe et blouse très simples ; cheveux blonds tout droits, coupés courts et retenus d’un côté par un peigne blanc ; physionomie ouverte, décidée, aux yeux clairs. Elle est fortement bâtie ; elle se hisse dans la couchette supérieure à l’aide d’un rétablissement précis. Elle représente le type actuel de la jeune Russe. » Maillart E., Parmi la jeunesse russe, Lausanne, Éditions 24 heures, 1989 [1932], p. 20.

11 La militarisation du sport soviétique a été précoce (dès la Guerre civile) et très forte, en particulier durant les années 1930.

12 « Master sporta » : distinction instaurée en 1935 pour les sportifs de haut niveau, à un moment où le régime était en train de changer diamétralement de point de vue sur la pratique du sport de compétition.

13 Cité par Le Guellec G., « Les guerres olympiques de l’URSS », Regard sur l’Est, revue en ligne, 1er janvier 2002 (consulté le 31 mai 2013).

14 Voir : Magakian A., La Gymnastique artistique et sportive contemporaine masculine et féminine, Paris, Chiron-sport, 1978, p. 14. L’auteur, alors Directeur technique national de la Fédération française de gymnastique, y affirme qu’il existait trois cents écoles dans l’ensemble du pays, dont six à Moscou, regroupant environ 2 400 élèves.

15 Ibidem, p. 11-22.

16 Voir : You in Gymnastics, Soviet Documentary, 1978 [http://www.youtube.com/watch?v=7RW9_GSOzX0] (partie 1) [http://www.youtube.com/watch?v =1ngW08B-XyQ] (partie 2) [http://www.youtube.com/watch?v=FMdjhEcY3SM] (partie 3).

17 Voir, par exemple [http: //www.youtube.com/watch?v=j3QzwAruIMU]. Remarquer en particulier, de 6’06 à 9’, les relations entre la gymnaste Tat’jana Groškova et son entraîneur, l’ancienne championne E’lvira Saadi.

18 La gymnaste Polina Astaxova (1936-2005) a obtenu dix médailles lors de trois Olympiades successives, en 1956, 1960 et 1964. Réputée pour sa grâce et sa beauté, elle fut surnommée, dans la presse occidentale, le « bouleau russe ».

19 Née en 1949, Natalia Kučinskaja fut l’une des meilleures gymnastes soviétiques, entre 1965 et 1968. Elle remporta quatre médailles aux Jeux Olympiques de Mexico, en 1968, et fut surnommée par la presse internationale « la fiancée de Mexico ».

20 Voir les photographies des championnes des années 1950 et 1960, dans l’ouvrage de Vladimir Golubev : Soviet gymnastics stars, Moskva, Isdatel’stvo « Progress », 1979, p. 190.

21 On voit notamment une ceinture, renforcée par des poids, portée par une petite fille lors d’exercices interminablement répétés, dans le but de renforcer sa musculature.

22 La Roumaine Nadia Comaneci triomphe ainsi lors des championnats d’Europe de 1975, puis des Jeux Olympiques de Montréal, en 1976. À partir de ce moment, l’URSS et la Roumanie se livrent à une véritable « Guerre froide » sur les agrès de gymnastique.

23 La Chine participe pour la première fois à des compétitions internationales, lors des championnats du monde de 1979.

24 En 1994, Ol’ga Karasëva, membre de l’équipe soviétique de gymnastique lors des Jeux de Mexico (1968), révèle à la télévision allemande que, pour améliorer leurs performances sportives, les gymnastes de l’équipe avaient été contraintes, peu de temps avant les Jeux, à des grossesses, puis, au bout de dix semaines, à des avortements. En effet, en début de grossesse, l’organisme produit davantage de globules rouges et de progestérone, ce qui a des incidences sur la puissance musculaire et la souplesse. Selon Karasëva, les époux et petits amis des gymnastes, ainsi que les entraîneurs, avaient été mis à contribution. Un refus entraînait l’éviction automatique de l’équipe olympique.

25 Effrayés par la miniaturisation des gymnastes, les dirigeants de la Fédération internationale de gymnastique décidèrent, en 1981, de relever l’âge minimum de participation aux Jeux Olympiques et aux championnats du monde de quatorze ans à quinze ans. Les falsifications de passeports suivirent immédiatement : Ol’ga Bičerova, championne du monde 1981, était née en 1967, et non en 1966 comme l’indiquait son passeport ; Ol’ga Mostepanova, vice-championne du monde 1983, avait treize ans, et non quinze, à ce moment. La Roumanie et la Chine avaient recours au même procédé.

26 On sait depuis longtemps qu’au-delà de quinze heures par semaine, l’entraînement intensif induit des retards de croissance. Voir : Ryan J., Little girls in pretty boxes. The making and breaking of elite gymnasts and figure skaters, New York, Doubleday, 1995 ; Blue A., Grace under pressure. The emergence of women in sport, London, Sidgwick & Jackson, 1987, p. 155-167.

27 Chez les gymnastes de haut niveau, les troubles alimentaires sont très fréquents : anorexies et boulimies. Voir Ryan J., op. cit., p. 55-96 et Blue A., op. cit., p. 155-166.

28 Là aussi, le poids de la propagande se fait sentir : le film est tourné en 1968, au moment du Printemps de Prague, alors qu’une gymnaste tchécoslovaque, Věra Čáslavská, domine les compétitions individuelles de gymnastique depuis 1964. En 1968, lors des Jeux Olympiques de Mexico, l’URSS remporte le titre par équipe, et Věra Čáslavská le concours général. Lors de la remise des médailles, la gymnaste manifeste son opposition à la politique soviétique en gardant ostensiblement les yeux baissés tandis que retentit l’hymne soviétique. Cette attitude lui vaudra un certain nombre de problèmes et elle sera contrainte de prendre une retraite sportive anticipée.

29 En URSS, elle fut surnommée « Čudo s kosičkami » : le « mirage avec des couettes ». Un film de fiction éponyme, réalisé par Viktor Titov, fut tourné en 1976, à partir de son histoire et de son personnage.

30 Lors d’une exhibition à Madison Square Garden, le maire de New York lui remit les clés de la ville. Celui de Chicago baptisa « Journée Ol’ga Korbut » le jour de l’arrivée de l’équipe soviétique dans la ville.

31 Née en 1952, Ljudmila Turiŝeva fut championne olympique au concours général en 1972. Elle a remporté de nombreuses médailles olympiques, mondiales et européennes. Voir, entre autres, Goloubev V., Lioudmila Tourichtchéva, Moskva, Izdatel’stvo « Progress », 1979.

32 Voir le récit de la défaite de Montréal, rédigé par Jurij Broxin qui adopte le point de vue des « anciennes » de l’équipe soviétique, Ol’ga Korbut et Ljudmila Turiŝeva : Brokhin Yu., « Darevil Gymnastics », The Big Red Machine. The Rise and Fall of Soviet Olympic Champions, New York, Random House, 1977-1978, p. 37-73.

33 Voir le témoignage de Nelli Kim dans un documentaire, réalisé pour Arte en 2001, sur la rivalité entre la Roumanie et l’URSS, puis la Russie [http://www.youtube.com/watch?v=CeafcYlxQf0] (1re partie), [http://www.youtube.com/watch?v=84e_dCONe8s] (2e partie), [http://www.youtube.com/watch?v=ZNdP5XK-7Lg] (3e partie), (consultés le 3 juin 2013).

34 Voir, par exemple, un film sur l’une de ces exhibitions de l’équipe nationale [http://www.youtube.com/watch?v=aActhQ_Yth4&feature=player_embedded] (consulté le 19 juin 2013). Ce document montre très bien la manière dont les organisateurs procédaient pour proposer aux Occidentaux une image particulièrement « russe » de ces sportives : choix musicaux, éléments chorégraphiques, etc.

35 Elena Muxina (1961-2006) fut championne du monde 1978 au concours général et se blessa quelques jours avant le début des Jeux Olympiques de Moscou, en 1980. Voir son témoignage dans le documentaire américain « More than a Game » [http://www.youtube.com/watch?v=j3QzwAruIMU] (consulté le 3 juin 2013).

36 Disponible sur [http://vimeo.com/46769622] (consulté le 3 juin 2013).

37 Par le biais de Bela Karoly, l’entraîneur de Nadia Comaneci, qui a fui la Roumanie de Ceaucescu en 1981 et a adapté les méthodes roumaines aux États-Unis. Son épouse, Martha Karoly, est toujours à la tête de l’équipe nationale américaine, championne olympique en 2012.

38 Aux États-Unis, au Canada, au Brésil, en Italie, en France, etc.

Auteur

Maîtresse de conférences en russe à l’université de Lorraine, site de Nancy, et chercheuse au laboratoire CERCLE. Elle est spécialiste du théâtre russe du début du XXe siècle (jeu d’acteur, mise en scène, dramaturgie) et particulièrement intéressée par la problématique du transfert culturel. Ses dernières recherches concernent, d’une part, le théâtre d’agit-prop soviétique et, d’autre part, l’influence des procédés du New Writing anglais sur le développement des nouvelles dramaturgies russes depuis les années 2000. Elle a récemment codirigé deux ouvrages collectifs : avec Yannick Hoffert, Le Théâtre au cinéma. Adaptation, Transposition, Hybridation (Presses Universitaires de Nancy, 2010) ; avec Tania Moguilevskaia, Le Théâtre documentaire : résurgence ou réinvention ? (Presses Universitaires de Nancy, 2013).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search