Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’homme nouveau après Staline

 | 
Cécile Vaissié

Première partie. Procédés, explicite et implicite dans la littérature poststalinienne

Prométhéisme et anti-prométhéisme

Michel Niqueux

Texte intégral

1L’un des éléments les plus importants de la déconstruction de l’Homme nouveau – une déconstruction qui intervient après la mort de Staline en 1953 – est, semble-t-il, le rejet de l’idéologie prométhéenne bolchevique, sinon dans le discours officiel, du moins dans la littérature autorisée (podcenzurnaja), et, plus encore, dans la littérature clandestine dont il ne sera pas question ici. Il s’agit, en effet, de repérer comment un autre discours naît dans le champ dominant, malgré la censure.

Le prométhéisme : du mythe grec à Maxime Gorki

  • 1 Cf. Černý V., Essai sur le titanisme dans la poésie romantique occidentale entre 1815 et 1850, Pra (...)

2Nous entendons par prométhéisme l’ambition personnelle ou collective de maîtriser la nature, y compris la nature humaine, et de ravir à Dieu sa force créatrice. Mais, dans le mythe grec consigné par Hésiode, Prométhée, pour avoir volé le feu divin à Zeus, fut condamné, enchaîné sur un rocher, à d’éternelles souffrances, de même que les hommes à qui il avait offert le feu : ouverts désormais à la connaissance du bien et du mal, comme dans le mythe d’Adam et Ève, ils connaissaient la maladie et la mort. Cette conséquence de la transgression, le châtiment, est absente du prométhéisme moderne qui ne retient que la révolte titanique, héroïque contre les forces de la nature1.

3Père des techniques et des arts (Eschyle), symbole du génie créateur de l’homme et de l’artiste (Goethe), du progrès, des Lumières, principe de la révolte humaine, Prométhée est, depuis le romantisme, « l’humanité combattante, l’esprit indomptable qui, dans un corps à corps avec Dieu et le Mal, fait s’effondrer les cieux et grandit l’aventure humaine aux dimensions de l’infini » :

  • 2 Trousson R., Le Thème de Prométhée dans la littérature européenne, Paris, Droz, 1964, t. 2, p. 385 (...)

« Désormais, le mythe antique est protestation, rébellion, exigence et conquête de droits légitimes. Au cœur du manichéisme titanique, Prométhée déifie l’homme, destitue Zeus-Jéhovah et, de son flambeau devenu immortel, incendie les ténèbres de la superstition et de la crainte2. »

  • 3 Trousson R., op. cit.Radix É., Le Déclin du prométhéisme dans la littérature fin de siècle, Paris, (...)
  • 4 NdÉ. Cet opéra futuriste, dont Malevič a dessiné les costumes et décors et qui a été joué deux foi (...)

4Il existe plusieurs études sur le mythe de Prométhée dans la littérature européenne, mais elles laissent de côté la littérature russe3. Il suffit pourtant de citer quelques titres d’œuvres littéraires ou musicales pour voir combien ce mythe est présent en Russie au début du XXe siècle, chez les symbolistes comme chez les futuristes ou les cosmistes : Soyons comme le soleil (Budem kak solnce, 1903) de Balmont, le Poème de l’extase de Scriabine (Poèma èkstasa, 1908), La Victoire sur le soleil (Pobeda nad solcem, 1913), opéra futuriste de Mikhaïl Matiouchine et Alexeï Kroutchenykh4, etc.

  • 5 Cf. Trousson R., op. cit., p. 311-320.
  • 6 Gor’kij M., Polnoe sobranie sočinenij. Xudožestvennye proizvdenija v 25 tomax, Moskva, Nauka, 1968 (...)
  • 7 Marx K., Différence de la philosophie de la nature chez Démocrite et chez Épicure, p. XIV-XV. Cité (...)
  • 8 Cf. Niqueux M., « L’utopie “psychogénique” de Gorki : contribution à l’étude d’une composante phil (...)
  • 9 Gor’kij M., « Nesvoevremennye mysli, Novaja žizn’, 24 décembre 1917 (6 janvier 1918) ; en français (...)

5Le prométhéen le plus typique est cependant Maxime Gorki qui, comme les romantiques (Shelley), rapproche Prométhée de Satan, révolté contre la tyrannie céleste ou terrestre5. Avant même d’être un « constructeur de Dieu » avec Lounatcharski, il proclame son anthropocentrisme dans le poème en prose L’Homme (Čelovek, publié en 1904), un appel à aller de l’avant, de plus en plus haut, « sur le chemin de la victoire sur tous les secrets de la terre et du ciel », l’homme devenant ainsi semblable aux dieux que la pensée de celui-ci a créés6. Dans sa thèse écrite en 1841, Marx faisait déjà de Prométhée l’adversaire de « tous les dieux du ciel et de la terre, qui ne reconnaissent pas la conscience humaine comme la divinité suprême7 ». Dans Une confession (Ispoved’, 1908), Gorki met en scène la force thaumaturge de la volonté, un énergétisme antimatérialiste qui provoqua l’ire de Lénine : Dieu est la force collective du peuple, capable de réaliser des miracles8. Pour la Noël 1917, dans un article des Pensées intempestives, Gorki unit le Christ, « idée immortelle de miséricorde humanité », et Prométhée, « ennemi des dieux, premier rebelle contre le Destin » : « L’humanité n’a rien inventé de plus humain que ces deux incarnations de ses désirs9. » La théomachie l’emporte ensuite, comme dans La Vie de Klim Samguine (Žizn’ Klima Samgina), où Klim, anti-héros dans lequel Gorki a placé beaucoup de ses idées, reprend à son compte les vers d’un diacre défroqué :

  • 10 Gor’kij M., Polnoe sobranie sočinenij v 25 tomax, t. 21, p. 446.

« Ce n’est pas du Christ, ni d’Abel dont les gens ont besoin, Il leur faut Prométhée, l’Antichrist10. »

6Prométhée devient un héros révolutionnaire antireligieux. Et c’est ce prométhéisme qui déterminera le ralliement de Maxime Gorki au stalinisme, avec sa politique de transformation de la nature et de refonte de l’homme.

Le projet bolchevik de transformer la nature

  • 11 Günther H., Der sozialistische Übermensch, Stuttgart, J. B. Metzler, 1994, 240 p.
  • 12 Rosenthal B., New Myth, New World : from Nietzsche to Stalinism, University Park, 2002, 464 p. Cf.(...)

7L’idéologie bolchevique, qui intègre, avec Gorki, le nietzschéisme au marxisme, comme l’ont bien montré Hans Günther, avec son livre sur le surhomme socialiste11, et Bernice Rosenthal, avec son étude du mythe du monde nouveau de Nietzsche à Staline12, fait du prométhéisme romantique individuel une aspiration collective à forger un homme nouveau, une morale nouvelle, un monde nouveau, en transformant la nature. Pour Trotski, « l’homme socialiste maîtrisera la nature entière, y compris ses faisans et ses esturgeons [allusion à Kliouïev], au moyen de la machine » :

  • 13 Trotsky L., Littérature et révolution, Paris, Julliard, 1964, p. 214, p. 217. En russe : Trockij L (...)

« Il désignera les lieux où les montagnes doivent être abattues, changera le cours des rivières et emprisonnera les océans […] Le genre humain, qui a cessé de ramper devant Dieu, le Tsar et le Capital, devrait-il capituler devant les lois obscures de l’hérédité et de la sélection sexuelle aveugle ? […] L’homme s’efforcera de […] diriger sa volonté dans les ténèbres de l’inconscient. Par là, il se haussera à un niveau plus élevé et créera un type biologique et social supérieur, un surhomme, si vous voulez13. »

  • 14 Geller L., Vselennaja za predelom dogmy. Sovetskaja naučnaja fantastika, Londres, OPI, 1985, p. 63

8Les recherches sur l’eugénisme, auxquelles fait allusion Trotski, les utopies communistes des années 1920, comme Le Monde à venir de Iakov Okounev (Grjaduŝij mir, 1923), avec les trois grands thèmes de la transformation de la nature terrestre, de l’immortalité et de la conquête du cosmos14, puis les grands chantiers du premier plan quinquennal, s’inscrivent dans ce prométhéisme bolchevique (notons que la revue de la Nouvelle gauche communiste française s’intitule Prométhée).

  • 15 Platonov A., Djann suivi de Makar pris de doute, Lausanne, L’Âge d’homme, 1972, chap. XI, p. 91-93 (...)

9Les quelques opposants à ce courant, dominant dans les années 1920 et 1930, furent victimes de l’ostracisme ou de la répression : il s’agit de Nicolas Kliouïev, Sergueï Klytchkov, Mikhaïl Prichvine, Evguéni Zamiatine avec Nous autres, Mikhaïl Boulgakov avec Cœur de chien, Andreï Platonov (subjugué à ses débuts par l’« anthropotechnique » utopique) avec Tchevengour, perversion de l’utopie populaire du communisme fraternel, et Djan où se trouve clairement une figure de Prométhée philanthrope : Dvanov, l’envoyé du Parti, qui veut apporter le bonheur à un petit peuple en le sédentarisant et qui est attaqué par un aigle15.

Un nouveau souffle sous Khrouchtchev

  • 16 XXIIe Congrès du Parti communiste de l’Union soviétique. 17-31 octobre 1961, Cahiers du communisme (...)
  • 17 Ibid., p. 205.

10Le prométhéisme ne disparut pas avec la mort de Staline et trouva, au contraire, sous Nikita Khrouchtchev, un nouveau souffle. Khrouchtchev, qui sera accusé de « volontarisme », voulait revenir aux idéaux des débuts de la Révolution. En 1961, s’appuyant sur des « calculs rigoureusement scientifiques », il prévoit la construction de la société communiste « pour l’essentiel en vingt ans16 ». Son rapport sur le programme du PCUS (Parti Communiste d’Union soviétique), au XXIIe Congrès de 1961, est un véritable texte utopique : « Le marxisme-léninisme a placé l’humanité sur une orbite historique rigoureusement calculée, conduisant vers le radieux avenir communiste17 ! » Le dissident Andreï Amalrik se demandait, lui, si l’URSS survivrait jusqu’en 1984…

11La conquête des terres vierges, lancée en 1954, celle de l’espace, avec le premier spoutnik en 1957 et le vol en 1961 de Gagarine qui « ne trouva pas Dieu dans le ciel », le contournement des lois de la génétique avec la « révolution du maïs » censé pousser sous toutes les latitudes, jusqu’au projet de détournement des fleuves sibériens, participent de cet optimisme prométhéen et de la NTR brejnévienne (Naučno-texničeskaja revoljucija, Révolution scientifique et technique), qui présida aux premières années de la Perestroïka, avec l’« accélération » du développement socio-économique. Tous ces projets étaient chantés dans les romans de production et les œuvres de science-fiction. Boris Komarov (Zeèv Volfson), auteur du premier livre sur la crise écologique en pays communiste, un livre édité en Allemagne, écrivait en 1978 :

  • 18 Komarov B., Le Rouge et le vert. La destruction de la nature en URSS (Uničtoženie prirody v SSSR, (...)

« Plus ces projets s’opposaient aux lois de la nature, mieux ils faisaient l’affaire du pouvoir. Car leur illusoire succès démontrait la puissance et la hardiesse des dirigeants18. »

12Il était nécessaire de rappeler ce contexte idéologique prométhéen pour souligner la nouveauté et l’audace des voix anti-prométhéennes qui vont peu à peu se faire entendre, à contre-courant de cette idéologie du progrès, qui a conduit aux saignées, génocides ou cataclysmes staliniens et aux catastrophes écologiques. Ce sont ces voix qui vont être brièvement évoquées désormais, le samizdat étant laissé de côté. Elles annoncent la fin du monolithisme idéologique et celle du système soviétique, et incluent la sciencefiction, dite « de mise en garde » ou « d’avertissement », les écrivains dits « de la campagne », ainsi que Soljénitsyne.

L’une des premières voix anti-prométhéennes : la science-fiction « de mise en garde »

  • 19 Geller L., op. cit., p. 81, p. 362.

13Dans son étude fondamentale sur la science-fiction soviétique, L’Univers au-delà du dogme (Vselennaja za predelom dogmy), Léonid Heller distingue deux courants dans la science-fiction des années 1960 qui furent celles de son âge d’or : une science-fiction du futur proche, « à la limite du possible », qui reste dans la tradition de celle des années 1930-1950 (Alexandre Beliaïev et autres), avec la description de la vie dans son développement révolutionnaire, en accord avec le réalisme socialiste ; et une « nouvelle science-fiction » qui appartient à la littérature du Dégel et qui est illustrée par Ivan Efremov – La Nébuleuse d’Andromède (Tumannost’Andromedy) parut au début de 1957 –, les frères Strougatski, Ariadna Gromova, Vladimir Savtchenko, Ilya Varchavski, Gennadi Gor et d’autres19.

  • 20 Ibid., p. 350.

14En fait, le prométhéisme n’est pas absent de cette « littérature du rêve ailé » : pour Efremov, « l’homme est la seule force dans le cosmos capable d’agir rationnellement et, en surmontant les obstacles les plus prodigieux, de pro céder à une réorganisation (pereustrojstvo) rationnelle et universelle du monde20 ». Boris Strougatski, dans l’une de ses dernières interviews, déclare :

  • 21 « Pokolenie, glotnuvšee svobodu », Soveršenno sekretno, 10, 2012, p. 4.

« Nous avons commencé comme communistes-staliniens, et nos premières œuvres portaient précisément sur le communisme, sur l’avenir radieux de la société21. »

15Il est toutefois possible de faire passer la ligne de démarcation entre deux conceptions du prométhéisme. Il y aurait, d’une part, un prométhéisme sûr de soi, sans états d’âme, celui de la conquête d’autres planètes et de l’exportation du communisme, dans lequel l’homme, armé de la science et de la technique, est tout-puissant, domine la nature et le cosmos, le temps et l’espace : les premiers romans des frères Strougatski y participent. Mais, d’autre part, il y aurait un prométhéisme pour lequel « science sans conscience n’est que ruine de l’âme », une science-fiction dite « de mise en garde » (literatura predostereženija), qui utilise le fantastique pour extrapoler les tendances et les problèmes du présent : sociétés despotiques, technique se retournant contre l’homme, catastrophes.

  • 22 Geller L., op. cit., p. 268-275, p. 313.

16L’anthropocentrisme prométhéen doit être soumis à des principes éthiques, moraux et même spirituels chez Efremov, influencé par la sagesse hindoue – La Lame du rasoir (Lezvie britvy), titre d’un gros roman de 1964, désigne l’étroit chemin entre la sagesse orientale et la sagesse occidentale ; le perfectionnement de soi doit précéder le perfectionnement de l’autre. Les frères Strougatski aussi évoluent vers cette littérature où les questions éthiques et philosophiques prennent le dessus sur la technique, avec Tentative de fuite (Popytka k begstvu, 1962), Il est difficile d’être un dieu (Trudno byt’bogom, 1964), L’Escargot sur la pente (Ulitka na sklone, 1967), L’Île habitée (Obitaemyj Ostrov, 1969), Pique-nique au bord de la route (Piknik na obočine, 1970), adapté par Tarkovski sous le titre de Stalker. Ils défendent un développement organique, sans intervention violente, de la société et de l’histoire : on ne saurait fuir dans le futur, ni intervenir dans la vie d’autres planètes habitées22. Les Glègues (Glegi, 1962) d’Ariadna Gromova, L’Impasse (Tupik) de Vladimir Savtchenko, La Fuite (Pobeg, 1967) d’Ilya Varchavski et de nombreuses autres œuvres posent la question de la responsabilité des scientifiques. La science-fiction devient, selon l’expression de Léonid Heller, un « laboratoire de pensée libre », la recherche d’une « alternative aux différents axiomes de l’idéologie officielle » :

  • 23 Ibid., p. 366.

« Ce n’est que dans les ouvrages de science-fiction que l’on pouvait sans ambiguïté condamner la révolution comme instrument de l’histoire et du progrès, évoquer la responsabilité de l’avenir envers le passé, rejeter ouvertement le rôle dominant des facteurs matériels dans les destinées du monde, s’inspirer des écrits des penseurs religieux23. »

Les « écrivains de la campagne » et l’affirmation de valeurs universelles

  • 24 Ibid., p. 369. Le terme de « skaz » désigne une narration qui reprend des procédés de l’oralité (di (...)
  • 25 Kuznecov F., « Prislušivat’sja k muzyke èpoxi », Literaturnaja gazeta, 3 décembre 1980, p. 4.

17Toujours dans les années 1960-1970, les mêmes questions existentielles étaient abordées, quoique de manière plus voilée et plus symbolique, par les « écrivains de la campagne », qui, contrairement aux auteurs de sciencefiction, surent innover stylistiquement en ayant recours à la langue paysanne et au skaz24. Dans cette prose de la campagne, chez Victor Astafiev, Valentin Raspoutine, Boris Mojaïev, c’est principalement l’aspect éthique qui a été remarqué par la critique soviétique, celle-ci passant peut-être volontairement sous silence ce qui allait à l’encontre du discours dominant (en regrettant cependant, parfois, un « affaiblissement de la musculature sociopolitique » de ces écrivains25). Mais les valeurs (valeurs universelles, et non de classe) qu’incarnent leurs personnages (principalement des vieilles femmes, notamment chez Raspoutine, qui sont la conscience de l’homme) dépassent la sphère individuelle : elles déterminent l’attitude de l’homme envers la nature et l’univers.

  • 26 Rasputin V., Povesti, Moskva, 1978, p. 99, p. 109.
  • 27 Cf. Rasputin V., « Samaja bol’šaja beda literatury – bez” jazykost’« , Literaturnaja gazeta, no 14 (...)

18L’écologie repose sur une ontologie : l’intégrité de l’homme et de la nature est liée à la restauration de l’être de l’homme, dévasté par la politique de la table rase spirituelle et mémorielle, qui a été imposée depuis la Révolution bolchevique et est symbolisée par l’île de Matiora, Terre-Mère destinée à être noyée par les eaux d’un barrage de l’Angara, dans L’Adieu à l’île (Proŝanie s Matëroj, 1976) de Raspoutine. À son petit-fils, Pavel, qui veut vivre « en première ligne » (na perednij kraj) du progrès et qui affirme que l’« homme est le roi de l’univers », la vieille Daria rétorque que l’homme n’est que le gérant de cette terre26. La submersion de l’île, vécue par les vieilles paysannes comme une fin du monde, est une allégorie de la Russie soviétique : on ne saurait construire l’avenir sur la terre brûlée ou noyée, en faisant table rase du passé. Notons que Raspoutine (1937-2015) avait débuté comme journaliste et réalisé, depuis la fin de ses études en 1959 jusqu’en 1966, des reportages sur les grands chantiers sibériens27.

19Victor Astafiev (1924-2001) a lui aussi recours à l’allégorie : la lutte entre un braconnier et un énorme esturgeon, dans Le Poisson-roi (Car’-ryba) participe du même anti-prométhéisme anti-gorkien, Astafiev dénonçant par ailleurs la mise à feu et à sac de la Sibérie.

20Les écrivains paysans ont créé, ou plutôt réintroduit, le type de l’homme de peu (malen’kij čelovek), qui résiste tant bien que mal aux bureaucrates, à l’absurdité et au discours officiel : Fiodor Kouzkine, dit le Vivant, Živoj, de Mojaïev, Ivan Afrikanovitch de Belov (Affaire d’habitude, Privyčnoe delo), les Priasline de la trilogie de Fiodor Abramov, la Matriona et l’Ivan Denissovitch de Soljénitsyne.

Alexandre Soljénitsyne, loin du prométhéisme officiel

  • 28 Soljénitsyne A., Lettre aux dirigeants de l’Union soviétique, Paris, Seuil, 1974, p. 95.

21Dans des interviews de 1972 et de 1973, Alexandre Soljénitsyne citait les « écrivains de la campagne » comme constituant, avec quelques autres (Vassil Bykov, Guéorgui Vladimov, Boulat Okoudjava, Vladimir Voïnovitch, Iouri Trifonov, Vladimir Tendriakov), le noyau de la littérature soviétique28. Les quelques récits publiés par Soljénitsyne en Union soviétique suffisent à inscrire ce dernier dans le courant anti-prométhéen, à commencer par le choix de ses héros qui, comparés aux « héros positifs » du réalisme socialiste, sont des anti-héros : Matriona, méprisée et rejetée par les siens parce qu’elle préfère l’être à l’avoir, est un modèle de modestie, d’abnégation, d’autolimitation, et devint une sorte de matrice de toute la littérature « paysanne ».

  • 29 Nivat G., Sur Soljénitsyne. Essais, Lausanne, L’Âge d’homme, 1974, p. 13.
  • 30 Solženicyn A. I., Rasskazy, SPb., Azbuka-klassika, 2006, p. 236.
  • 31 Ibid., p. 240.

22Il y a un renversement implicite des valeurs dominantes de progrès, de consommation et de toute-puissance : « Ce que l’homme tient pour élevé est abomination pour Dieu », dit Aliocha le baptiste. Aliocha, consciemment, et Ivan Dénissovitch, malgré lui, sont des ascètes. L’exploit (podvig) qu’ils accomplissent sans presque le savoir est à l’opposé des exploits des héros prométhéens. Comme Georges Nivat l’a bien montré, Soljénitsyne construit une axiologie créatrice de valeurs – Beau, Bien, Bon, Vrai – qui avaient été bannies par des valeurs de classe29. Le prométhéisme est aussi débusqué dans la langue. Dans le récit Pour le bien de la cause (Dlja pol’zy dela), le secrétaire du Comité de Parti de la ville, Ivan Gratchikov, rejette les expressions guerrières comme « sur le front de l’offensive pour la mise en œuvre de technologies de pointe… jetons dans la brèche… forçons le verrou30… » En effet, « ce n’est pas dans les pierres, mais dans les cœurs qu’il faut construire le communisme31 ».

  • 32 Voir : Les Temps modernes, juillet-septembre 1987, p. 171-191.
  • 33 [http://ru.wikipedia.org/wiki/Поворот_сибирских_рек] (consulté le 31 août 2014).

23On pourrait multiplier les exemples de cette déconstruction du prométhéisme officiel, une déconstruction qui a commencé après la mort de Staline et a préparé la Perestroïka. Le 14 août 1986, le Comité central émit une résolution pour interrompre les travaux de rejet des eaux des fleuves sibériens vers l’Asie centrale, qui avait été qualifié de « projet du siècle » (le premier projet remonte à 1868) et avait mobilisé contre lui l’intelligentsia culturelle et scientifique32 (mais les raisons financières furent sans doute déterminantes). Peu avant la résolution d’août 1986, en avril, c’était la catastrophe de Tchernobyl. L’année 1986 a donc porté un coup au prométhéisme : celui-ci a les ailes coupées, il est contesté par une opinion publique qui sait manifester, mais la bureaucratie, qui a assimilé le vocabulaire de l’écologie, continue de se nourrir de ce prométhéisme. Iouri Loujkov, ancien maire de Moscou, Dmitri Medvedev et Noursoultan Nazarbaïev, président du Kazakhstan, ont ainsi parlé, en 2009-2010, de réanimer le projet de transfert des eaux sibériennes vers le sud33. Même contesté, le prométhéisme reste un attribut et un moteur du monde moderne et, dans certains pays (comme la Chine), il est plus offensif encore qu’en Russie.

Notes

1 Cf. Černý V., Essai sur le titanisme dans la poésie romantique occidentale entre 1815 et 1850, Prague, Orbis, 1935, 438 p. J.-P. Vernant écrit : « Le vol du feu doit être payé. Désormais toute richesse aura le labeur pour condition : fin de l’âge d’or. » (Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, F. Maspero, 1971, t. 2, p. 7.)

2 Trousson R., Le Thème de Prométhée dans la littérature européenne, Paris, Droz, 1964, t. 2, p. 385, p. 477.

3 Trousson R., op. cit.Radix É., Le Déclin du prométhéisme dans la littérature fin de siècle, Paris, L’Harmattan, 2006, 203 p.

4 NdÉ. Cet opéra futuriste, dont Malevič a dessiné les costumes et décors et qui a été joué deux fois en 1913, a été mis en scène « à l’identique » en 1981 par le California Institute of the Arts, cette mise en scène étant filmée. Ce film était projeté dans l’exposition Malevič, organisée à la Tate Modern, à Londres, du 16 juillet au 26 octobre 2014.

5 Cf. Trousson R., op. cit., p. 311-320.

6 Gor’kij M., Polnoe sobranie sočinenij. Xudožestvennye proizvdenija v 25 tomax, Moskva, Nauka, 1968-1976, t. 6, p. 35, p. 42. En conclusion de son article de 1908 « La destruction de la personnalité », initialement intitulé « De Prométhée au hooligan », Gor’kij écrit : « La vie de l’humanité est création, tension vers la victoire sur la résistance de la matière morte, désir de posséder tous ses secrets et de contraindre ses forces à servir la volonté des hommes pour leur bonheur. Pour atteindre ce but avec succès, nous devons ardemment nous soucier du développement permanent de la quantité d’énergie psychophysique vivante, consciente et active du monde. » (Gor’kij M., Sobranie sočinenij v 30 tomax, Moskva, 1949-1955, t. 24, p. 79.)

7 Marx K., Différence de la philosophie de la nature chez Démocrite et chez Épicure, p. XIV-XV. Cité in Trousson R., op. cit., p. 465.

8 Cf. Niqueux M., « L’utopie “psychogénique” de Gorki : contribution à l’étude d’une composante philosophico-scientifique de l’Âge d’argent (l’énergétisme) », Lanne J.-C. (dir.), Modernités russes no 7, L’Âge d’argent dans la culture russe, Centre d’études slaves André Lirondelle, Université Jean-Moulin, Lyon, 2007, p. 397-413. Niqueux M., « L’énergétisme de Gorki », Ghesquier-pourcin D., Guedj M., Gohau G. et al. (dir.), Énergie, science et philosophie au tournant des XIXe et XXe siècles, vol. 2, Les Formes de l’énergétisme et leur influence sur la pensée, Paris, Hermann, 2010, p. 55-68.

9 Gor’kij M., « Nesvoevremennye mysli, Novaja žizn’, 24 décembre 1917 (6 janvier 1918) ; en français : Gorki M., Pensées intempestives 1917-1918, texte établi et annoté par Herman Ermolaev, traduction française par Lucile Nivat et Sylvaine Drablier, préface de Boris Souvarine, Le Livre de poche (Pluriel), 1977, p. 192, p. 322.

10 Gor’kij M., Polnoe sobranie sočinenij v 25 tomax, t. 21, p. 446.

11 Günther H., Der sozialistische Übermensch, Stuttgart, J. B. Metzler, 1994, 240 p.

12 Rosenthal B., New Myth, New World : from Nietzsche to Stalinism, University Park, 2002, 464 p. Cf. Niqueux M., « Qu’en est-il de l’influence de Nietzsche sur Gor’kij ? », Slavica occitania, Toulouse, no 22, 2006, p. 401-426.

13 Trotsky L., Littérature et révolution, Paris, Julliard, 1964, p. 214, p. 217. En russe : Trockij L., Literatura i revoljucija, Moskva, 1991, p. 193, p. 195-196.

14 Geller L., Vselennaja za predelom dogmy. Sovetskaja naučnaja fantastika, Londres, OPI, 1985, p. 63.

15 Platonov A., Djann suivi de Makar pris de doute, Lausanne, L’Âge d’homme, 1972, chap. XI, p. 91-93 (orël est traduit par vautour).

16 XXIIe Congrès du Parti communiste de l’Union soviétique. 17-31 octobre 1961, Cahiers du communisme, 12, 1961, p. 151.

17 Ibid., p. 205.

18 Komarov B., Le Rouge et le vert. La destruction de la nature en URSS (Uničtoženie prirody v SSSR, Posev, 1978), trad. du russe par Basile Karlinsky, Seuil, 1981, p. 81.

19 Geller L., op. cit., p. 81, p. 362.

20 Ibid., p. 350.

21 « Pokolenie, glotnuvšee svobodu », Soveršenno sekretno, 10, 2012, p. 4.

22 Geller L., op. cit., p. 268-275, p. 313.

23 Ibid., p. 366.

24 Ibid., p. 369. Le terme de « skaz » désigne une narration qui reprend des procédés de l’oralité (dialecte, argot, etc.).

25 Kuznecov F., « Prislušivat’sja k muzyke èpoxi », Literaturnaja gazeta, 3 décembre 1980, p. 4.

26 Rasputin V., Povesti, Moskva, 1978, p. 99, p. 109.

27 Cf. Rasputin V., « Samaja bol’šaja beda literatury – bez” jazykost’« , Literaturnaja gazeta, no 14-15, 10-16 avril 2002.

28 Soljénitsyne A., Lettre aux dirigeants de l’Union soviétique, Paris, Seuil, 1974, p. 95.

29 Nivat G., Sur Soljénitsyne. Essais, Lausanne, L’Âge d’homme, 1974, p. 13.

30 Solženicyn A. I., Rasskazy, SPb., Azbuka-klassika, 2006, p. 236.

31 Ibid., p. 240.

32 Voir : Les Temps modernes, juillet-septembre 1987, p. 171-191.

33 [http://ru.wikipedia.org/wiki/Поворот_сибирских_рек] (consulté le 31 août 2014).

Auteur

Professeur émérite de l’université de Caen-Normandie, est l’auteur (avec Leonid Heller) d’une Histoire de l’utopie en Russie (PUF, 1995) et a dirigé plusieurs ouvrages collectifs (Vocabulaire de la perestroïka, La Question russe, Paris, Éditions universitaires, 1990 et 1992). Il a également traduit du russe de nombreux auteurs (Sophie Kovalevskaïa, Boris Savinkov, Maxime Gorki, Sergueï Klytchkov et d’autres).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540