Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Chronologie du génocide des Arméniens

Texte intégral

1 Janvier-février 1915 – Au début de la guerre, tous les hommes sont intégrés dans l’armée, le plus souvent relégués à des tâches ingrates. Suite à la défaite ottomane à Sarikamish (4 janvier 1915), à l’issue de la campagne mal préparée de la IIIe armée ottomane sur le front du Caucase (décembre 1914-janvier 1915), Enver Pacha, ministre de la Guerre, à la recherche d’un bouc-émissaire pour justifier sa défaite, accuse les Arméniens d’avoir pactisé avec les Russes. En janvier et février 1915, tous les soldats arméniens – dont Enver avait pourtant loué le courage – sont désarmés et versés dans des bataillons de travail (Amélé Taburi) où, par petits groupes, ils sont liquidés par les soldats turcs, le plus souvent après avoir creusé eux-mêmes les fosses communes qui leur serviront de tombes. Les fonctionnaires arméniens sont, quant à eux, démis de leurs postes.

2 Mars 1915 – Les civils arméniens sont sommés de remettre leurs armes et des fouilles de maisons sont menées. Le plus souvent, ces fouilles ne donnent rien, on ne trouve pas d’armes. Aussi, les soldats turcs en cachent eux-mêmes afin de fabriquer des preuves contre les Arméniens. Des innocents sont ainsi arbitrairement arrêtés et exécutés ; un climat de terreur s’installe.

3 Avril 1915 – Le 8 avril, la première déportation est ordonnée à Zeïtoun, dans le nord de la Cilicie. Le 17 avril, les Arméniens de Van refusent de fournir la totalité des hommes que le vali leur demande, les soldats turcs attaquent et la ville résiste héroïquement. Cette réaction d’autodéfense est présentée par les Jeunes-Turcs comme une révolte et fournit le prétexte pour mettre en œuvre le plan d’éradication totale de la population arménienne. La première phase concerne les six vilayets (Van, Bitlis, Erzerum, Diarbékir, Harput, Sivas) qui sont vidés de leurs habitants, sous le prétexte de la proximité du front russe.

4 24 avril 1915 – À la veille de la bataille de Gallipoli, aux Dardanelles, la nuit du 24 avril 1915 marque le coup d’envoi du génocide et en deviendra la date commémorative. Le comité Union et Progrès fait arrêter, déporter et, pour la plupart, exécuter l’élite arménienne de Constantinople (650 intellectuels et notables, députés, journalistes, avocats, médecins, enseignants, écrivains, savants, prêtres) puis étend ces arrestations à toutes les autres villes.

5 26 mai 1915 – Pour donner un semblant de légalité aux mesures de déportations prises à l’égard de la population arménienne, depuis le mois d’avril 1915, une « loi provisoire de déportation » est promulguée par Talaat Pacha, ministre de l’Intérieur, sans discussion préalable. Cette « loi provisoire de déportation » reste très vague et générale, aucune mention n’est faite des Arméniens. Derrière cet ordre, présenté comme un déplacement de population, se dissimule le projet d’exterminer entièrement la population arménienne.

6 13 juin 1915 – Le ministère de la Guerre ordonne la saisie de tout le bétail appartenant aux Arméniens et notifie que les certificats d’exemption de déportation ou autres sauf-conduits ne seront que temporaires et provisoires.

7 Juillet-septembre 1915 – Phase 1 du plan d’extermination – La plus grande partie de la Cilicie est vidée en juillet-août, les vilayets orientaux en juin-juillet, le sud-est en août et septembre. Des camps de concentration sont alors construits en Syrie, au Liban, en Palestine, où les Arméniens sont préservés pour faire contrepoids à la population arabe. Mais la majorité des déportés sont dirigés vers l’Est et cantonnés le long de l’Euphrate, et au-delà, dans des camps mal approvisionnés et peu encadrés, exposés, à Ras ul-Aïn, Rakka, au climat des déserts de Syrie et enfin poussés vers Deir es-zor. Les femmes subissent les pires atrocités, viols, mutilations, tortures. Les plus belles sont enlevées et vendues pour servir au plaisir des officiers, ou finir comme esclaves dans les maisons musulmanes. De nombreux enfants sont pris par les familles musulmanes, convertis de force à l’islam.

8 26 septembre 1916 – Une loi sur les « biens abandonnés » est ratifiée par le Parlement ottoman, légalisant après-coup le pillage par le gouvernement des propriétés arméniennes.

9 Février-décembre 1916 – Phase 2 du plan d’extermination – Le 22 février 1916, le ministre de l’Intérieur, Talaat Pacha, ordonne la liquidation des derniers Arméniens encore présents en Anatolie ou internés dans les camps. Les 500 000 déportés encore vivants, dispersés entre Alep, Damas, l’Euphrate ou Deir es-Zor sont massacrés. Le 17 mars 1916, 40 000 déportés du camp de Ras ul-Ayn sont exterminés par l’Organisation spéciale. Ce sont ensuite les camps de la ligne de l’Euphrate qui sont ciblés. En cinq mois, de juillet à décembre 1916, près de 200 000 déportés de Deir es-Zor sont passés au fil de l’épée par les Tchétés sous la supervision de Zeki bey, le préfet de Deir es-Zor. Celui-ci ordonna l’extermination de 2 000 orphelins à Deir-Zor qu’il confia à un certain Abdullah pacha : « Il en asphyxia une partie dans les cavernes en y faisant brûler de l’herbe humide ; il en fit sauter une autre partie à la dynamite et le reste qui ne pouvait se mouvoir, il le brûla vivant en le couvrant d’herbe à laquelle il fit mettre le feu. »

10 Printemps-été 1918 – L’armée ottomane, profitant de l’effondrement militaire de la Russie, après la révolution bolchévique, reprend son offensive et de nouveaux massacres d’Arméniens ont lieu, en Azerbaïdjan iranien, dans le Caucase russe, à Gandja et Bakou.

11 Années 1920 – Après la guerre, à l’aube de la Turquie kémaliste, de nouveaux massacres ont lieu à Marache, en 1920, lorsque l’armée française évacue la Cilicie, alors placée sous mandat de la France, ainsi qu’à Smyrne, en 1922, lors de la guerre gréco-turque (dans cette ville, les troupes kémalistes s’acharnent sur les Arméniens).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540