Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Quatrième partie. Quête de mémoire et recherche de sens en Turquie

Orhan Pamuk, Elif Shafak : les écrivains turcs, remparts contre l’oubli

Héléna Demirdjian

Texte intégral

1La question du génocide des Arméniens a longtemps été un tabou en Turquie mais l’on observe aujourd’hui que la parole s’y libère. En effet, si l’État turc s’enferme dans un négationnisme qu’il tente d’exporter dans le monde entier, des voix de plus en plus nombreuses émergent de la société civile pour contester la vérité officielle, parmi lesquelles celles des romanciers les plus talentueux du pays. Conscients de l’amnésie profonde dont sont atteints les citoyens turcs et de la douleur que l’exil et la négation permanente engendrent chez le peuple arménien, les intellectuels turcs proposent une parole libératrice et réconciliatrice. On ne saurait par conséquent mener une étude sur les représentations du génocide des Arméniens sans traverser le mont Ararat pour interroger la littérature turque. Cet article se propose ainsi d’étudier la manière dont est abordé le génocide des Arméniens dans La Bâtarde d’Istanbul d’Elif Shafak et Neige d’Orhan Pamuk, deux œuvres qui se déroulent à l’époque contemporaine et, pour une large part, en Turquie, mais qui adoptent des perspectives différentes. Comment la parole de vérité des écrivains turcs permet-elle une résolution des problématiques identitaires (le trop-plein arménien et le trou noir turc) engendrées par la négation du génocide des Arméniens ? Il s’agira enfin de se demander quelles sont les conséquences pour les auteurs de ces prises de position courageuses dans un pays où le négationnisme est une politique d’État.

La Bâtarde d’Istanbul : roman pour une identité retrouvée

2Elif Shafak publie en 2005 The bastard of Istanbul, écrit en anglais puis traduit en turc l’année suivante. Son roman raconte la quête d’une jeune femme issue d’un couple mixte arméno-américain dont la mère s’est remariée avec un Turc, Moustapha, après avoir été déçue par l’attitude de sa belle-famille arménienne. Amy part en quête de ses racines à Istanbul, à l’insu de sa famille. Elle loge chez celle de Moustapha et se lie d’amitié avec Asya, fille de la famille, jeune anarchiste désabusée qui ne connaît pas son père. La bâtarde annoncée par le titre, c’est elle. Le roman fait des allers-retours entre les familles turque et arménienne, confrontant les points de vue et finissant par révéler que les deux familles sont bien plus liées en vérité qu’elles ne le paraissent : la grand-mère d’Amy est aussi l’arrière-grand-mère d’Asya. Rescapée du génocide, elle a en effet été contrainte à se marier avec l’arrière-grand-père d’Asya, avant de retrouver son frère et de s’enfuir, laissant derrière elle l’enfant qu’elle avait eu à Istanbul, le grand-père d’Asya. La famille ignore tout de cette histoire.

Hypermnésie et Amnésie

  • 1 Voir à ce sujet l’analyse de Rubina Peroomian qui montre la déception des attentes d’Anush, in R. P (...)
  • 2 E. Shafak, La Bâtarde d’Istanbul, traduction d’Aline Azoulay, Paris, Phébus, 2007, p. 187.
  • 3 Ibid., p. 187-188.

3Elif Shafak dépeint le peuple turc comme un peuple frappé d’amnésie. Dans le roman, cette amnésie affecte trois plans, social, familial et individuel. Depuis le départ de Moustapha, la famille Kazanci d’Istanbul est composée exclusivement de femmes. Elif Shafak fait de l’une des tantes Kazanci, Cevriye, un professeur d’Histoire turque, ce qui lui permet de montrer l’étendue de l’amnésie collective1. Quand Amy raconte le déroulement du génocide des Arméniens à la famille turque, Cevriye est la première surprise. Elle qualifie les Turcs qui ont commis ce crime de « monstres2 ». Cette réaction surprenante de la part d’un professeur d’Histoire turque nous est expliquée ainsi : « Depuis vingt ans qu’elle enseignait l’histoire nationale, elle était tellement habituée à tracer une ligne infranchissable entre le passé et le présent, entre l’Empire ottoman et la République de Turquie moderne, que, pour elle, ces événements s’étaient déroulés dans un lointain pays. Le nouvel État de Turquie avait été instauré en 1923 et sa genèse ne remontait pas plus loin3. »

4Cette amnésie qui touche la société turque affecte également la sphère familiale, puisque la famille Kazanci ignore pourquoi l’arrière-grand-mère d’Asya a soudainement abandonné son fils.

  • 4 Ibid., p. 172.
  • 5 Ibid., p. 202.

5Enfin, l’histoire individuelle d’Asya est emblématique de cette amnésie collective. Asya n’a nulle connaissance de son passé, ignorant jusqu’à l’identité de son père, jusqu’au secret de sa naissance. Au café où elle se réunit avec ses amis anarchistes, elle dit à propos de sa grand-mère d’adoption qui souffre, symboliquement, de la maladie d’Alzheimer, et qui est donc dans l’impossibilité d’assurer la transmission : « L’Alzheimer n’est pas aussi terrible qu’on l’imagine. Le passé n’est qu’un lien dont il faut savoir s’affranchir. Un fardeau. J’aimerais ne pas avoir de passé. J’aimerais n’être personne. Repartir de zéro. Ne jamais avancer, même4. » Alors qu’Amy lui parle de l’importance du passé, Asya rétorque : « Je ne sais rien de ce qui a précédé ma naissance. Je sais que je suis tombée comme un pavé dans la mare, mais j’ignore pourquoi. Pour moi, l’histoire commence le jour où ma mère m’a mise au monde. Je ne me sens pas inscrite dans une lignée. Comment le pourrais-je alors que je ne peux même pas remonter à mon propre père5 ? »

  • 6 Ibid., p. 137.
  • 7 Ibid., p. 201.
  • 8 Ibid., p. 139.
  • 9 Ibid., p. 139.
  • 10 Ibid., p. 140.

6À l’amnésie de la société turque s’oppose l’hypermnésie de la société arménienne, présentée elle non pas à travers la figure d’un professeur d’histoire mais à travers les propos tenus sur un forum internet arméno-grec de descendants de Stambouliotes, l’arbre Anoush (la référence aux racines n’échappera à personne), le virtuel étant un moyen permettant de recréer un semblant de communauté et de société en diaspora. L’on trouve ainsi dans ce forum un test en quinze questions (test qui existe effectivement) visant à déterminer le degré d’arménité des participants. Pour être arménien, l’un des éléments à cocher est : « Si au plus profond de votre être votre passé tient une place immense considérant le peu que vous en savez6. » Cet item démontre que si le problème turc est l’amnésie, le problème arménien est l’incomplétude identitaire. De fait, l’attachement au passé est présenté comme une question de survie : « Je pense qu’en dépit de toutes les douleurs qu’elle nous cause, c’est grâce à la mémoire que nous avons survécu7. » De plus, le fait d’avoir à répondre ainsi à un questionnaire pour définir si l’on est vraiment arménien montre clairement la fracture identitaire, fracture exprimée par Amy sur le forum en ces termes : « Mon père est arménien, fils de survivants, et ma mère originaire d’Elisabethtown, Kentucky. Je sais ce que c’est d’être déchirée entre deux camps opposés, de ne se sentir chez soi nulle part, d’aller et venir d’un mode de vie à un autre8. » Ce sentiment qu’Amy pense être lié à sa condition de jeune fille issue d’un couple mixte est en fait partagé par les autres participants. L’une d’entre eux confirme : « Pour la plupart des Arméniens de la diaspora, le Hai Dat est le seul point d’ancrage psychologique qui permette de préserver notre identité9. » Le Hai Dat est le combat arménien pour la reconnaissance du génocide. Amy, prend soudain conscience de la nécessité de partir en quête de ses origines : « J’ai besoin d’aller à la recherche de mon identité. Vous savez ce dont je rêve secrètement ? D’aller voir la maison de ma famille en Turquie10. » Ces deux histoires individuelles, celle d’Amy et celle d’Asya, vont donc devenir les emblèmes des maux dont souffrent les sociétés turque et arménienne.

Une résolution symbolique par les petites histoires

  • 11 G. Balakian, Le Golgotha arménien, Paris, Le Cercle d’écrits caucasiens, 2002, p. 15.
  • 12 Il s’agit d’un dessert oriental.
  • 13 E. Shafak, La Bâtarde d’Istanbul, op. cit., p. 356.
  • 14 Ibid., p. 204-205.

7Amy possède une connaissance incomplète de ses origines : elle ignore que sa grand-mère a d’abord été mariée à un Turc dont elle a eu un enfant, et qu’Asya et elle ont une ancêtre commune. Asya ignore quant à elle tout de ses origines. Grigoris Balakian écrivait que face à l’indicible du génocide, « une plume surnaturelle serait nécessaire pour raconter11 ». C’est bien le surnaturel qu’Elif Shafak convoque pour combler les manques de l’histoire connue. L’une des tantes d’Asya s’est en effet consacrée à la profession de devineresse et vit en permanence avec un djinn sur chacune de ses épaules, l’un bon, l’autre mauvais. Sa curiosité la pousse à demander au mauvais génie de lui raconter l’histoire de la famille d’Amy, et c’est ainsi que l’Histoire lui est finalement transmise et par son biais, au lecteur qui saisit ainsi qu’Arméniens et Turcs ont plus en commun que ce qu’ils veulent croire. Amy et Asya ont une grand-mère commune. Elif Shafak démontre ainsi la fausseté du récit officiel turc qui affirme que le peuple turc est pur et à racine unique. Les Turcs, pour guérir de l’amnésie postérieure au crime, doivent accepter la réalité de leur identité rhizome et se défaire d’un nationalisme aux fondements artificiels. Le voyage d’Amy à Istanbul permet une résolution symbolique des problématiques turque et arménienne puisque, lorsque sa mère apprend qu’elle s’est rendue à Istanbul dans la famille de Moustapha, elle pousse celui-ci à revenir en Turquie après vingt ans d’absence pour aller la chercher. C’est alors que l’on apprend qu’Asya est née d’un viol de Moustapha sur sa mère, et que celui-ci est donc à la fois son oncle et son père. Asya apprend ainsi sa véritable identité, ce qui, symboliquement signifie le recouvrement de la mémoire et donc de l’identité de la société turque grâce aux Arméniens. Ce retour marque également le châtiment du criminel : Moustapha accepte de manger un dessert préparé par tante Banu, qu’il sait empoisonné : « Toutes ces années, le remords l’avait grignoté de l’intérieur, même s’il n’avait pas entamé son apparence lisse. Peut-être que le moment était venu de mettre un terme à la bataille entre l’amnésie et le souvenir. Telle une grande étendue de sable exposée par la marée descendante, son passé trouble refaisait surface, malgré lui. Il prit le bol de ashure12 et se mit à manger, savourant chaque ingrédient, chaque cuillerée13. » En ressurgissant ainsi, le passé a donc des conséquences tragiques mais également des effets salutaires, puisqu’Asya sait enfin la vérité. Nul ne peut voyager sans bagages, selon la formule d’Anouilh. D’autre part, Amy découvre elle aussi ses racines autrement que par un arbre virtuel et complète ses lacunes identitaires. Elle déclare ainsi : « Je ne me suis jamais sentie aussi arménienne de ma vie. Il fallait que je vienne ici et que je rencontre des Turcs pour ressentir pleinement mon identité arménienne14. »

  • 15 Ibid., p. 374.

8Elif Shafak conclut son roman par une réflexion sur l’intrication de la grande Histoire et des petites histoires et sur les répercussions du passé sur le présent : « Les histoires de familles s’entremêlent de telle sorte que des événements survenus il y a plusieurs générations peuvent influer sur le présent. Le passé n’est jamais mort et enterré. Est-ce que Mustafa aurait été différent si Levent Kazanci n’avait pas été si amer ? Asya serait-elle née bâtarde si Shushan n’avait pas perdu ses parents en 191515 ? » La rencontre du Turc et de l’Arménien, même si elle peut être douloureuse, permet la résolution des tensions. Les étrangers sont hors-jeu dans cette histoire qui n’est pas la leur et qu’ils ne comprennent pas, comme la mère d’Amy, américaine, à qui tout cela échappe. La conclusion d’Elif Shafak est donc assez proche de celle de Hrant Dink, qui considérait que le Turc et l’Arménien étaient le remède l’un de l’autre.

Neige d’Orhan Pamuk : une obsédante absence

9Neige d’Orhan Pamuk ne traite pas directement du génocide des Arméniens. Ce roman raconte le périple de Ka, poète turc vivant en Allemagne, parti enquêter sur une vague de suicides de jeunes filles voilées à Kars, ville frontalière avec l’Arménie. Le poète y retrouve un amour de jeunesse, qui semble bien être la vraie motivation de son voyage et, bloqué par la neige abondante qui coupe la ville du reste du monde, il est pris en étau entre les islamistes radicaux et les républicains laïques en période d’élections municipales et assiste à un putsch militaire. Le roman analyse les contradictions de la société turque, tiraillée entre des visions du monde opposées, l’islamisme d’un côté, le kémalisme de l’autre et enfin les aspirations nationales kurdes. Orhan Pamuk tente par son roman de favoriser la compréhension entre les différentes branches d’une société clivée.

  • 16 O. Pamuk, Neige, traduction de Jean-François Pérouse, Paris, Gallimard, 2005, p. 84.
  • 17 Ibid., p. 240.
  • 18 Ibid., p. 243-244.

10Il n’y a pas de personnage arménien dans le roman mais les Arméniens y sont omniprésents. En effet, le narrateur ne cesse de rappeler le passé arménien de la ville : « Comme toujours pendant les nuits froides, Kars ressemblait à une ville abandonnée, les maisons à la porte desquelles je frappais étaient soit des maisons arméniennes dans lesquelles ne vivait plus personne depuis quatre-vingts ans, soit des maisons dont les habitants, réfugiés sous une pile de couvertures, ne sortaient pas du trou où ils s’étaient cachés comme des animaux en hibernation16 », « Dans le beau bâtiment de deux étages de la mairie, héritage des Arméniens, il n’y avait pas âme qui vive17 », ou encore « Il s’arrêta un moment devant une ancienne maison arménienne, vide. Ensuite, il contempla les ruines d’une église et, dans son jardin, les stalactites suspendues aux branches d’arbres fantomatiques18. » L’héritage arménien de la ville de Kars ne cesse d’être rappelé au fil des pérégrinations du poète dans la ville, le texte est scandé de réflexions sur ces bâtiments arméniens et les Arméniens sont donc étrangement présents par leur absence même.

  • 19 Il montre ainsi comment l’image visuelle créée par le romancier fait naître une émotion particulièr (...)
  • 20 O. Pamuk, Neige, op. cit., p. 244.
  • 21 Ibid., p. 20.
  • 22 Ibid., p. 55.

11Or Pamuk explique dans l’une de ses conférences que la description ne saurait jamais être gratuite dans un roman19. Ce rappel incessant de l’héritage arménien nous permet premièrement de comprendre l’état de profonde mélancolie qui s’abat sur la ville et qui contamine parfois Ka. Ces bâtiments désertés provoquent chez le poète, être le plus apte à déchiffrer le monde, des sentiments douloureux : « À la lumière morbide de l’éclairage urbain jaune pâle, tout paraissait sorti d’un rêve si triste que Ka fut saisi d’un sentiment de culpabilité20 », « La vue des vieux bâtiments russes abîmés, aux fenêtres percées de tuyaux de poêle, de la neige qui tombait à l’intérieur des églises arméniennes vieilles de mille ans, vides, s’élevant entre des transformateurs électriques et des dépôts de bois […] l’emplit de tant de tristesse que ses yeux s’ourlèrent de larmes. […] Ce n’était pas la pauvreté ou même le désarroi qui le minait à ce point ; c’était un étrange et puissant sentiment de solitude21. » Cette profonde solitude ainsi que le sentiment de culpabilité qui habitent Ka paraissent donc être le fruit du génocide des Arméniens dont les ruines omniprésentes témoignent, malgré les efforts officiels turcs pour le nier. La république turque n’a en effet cessé de nier ce crime qui marqua sa genèse, et de tenter d’y substituer les guerres kémalistes victorieuses. Ce discours officiel est présent dans le roman, qui indique : « À la place de la pâtisserie où ils se rencontraient se trouvait jusqu’en 1967 une église orthodoxe et [que] la porte de l’église détruite était cachée au musée ; de la section spéciale “Massacre des Arméniens” au musée (certains touristes croient qu’il s’agit là d’une exposition sur les Arméniens massacrés par les Turcs et finissent par comprendre qu’il s’agit du contraire)22. » Le discours négationniste officiel inverse en effet les rôles, en faisant passer les victimes pour des coupables, en érigeant des stèles à la mémoire des Turcs massacrés par les Arméniens et en composant des discours muséaux pleins de contre-vérités ou de demi-vérités. Ces bâtiments arméniens abandonnés omniprésents dans le roman apportent donc à eux seuls un démenti cinglant au discours officiel.

  • 23 Ibid., p. 411.
  • 24 Ibid., p. 433.

12D’autre part, ce discours d’État menace sans cesse d’être dénoncé. Après le putsch militaire, Ka organise une réunion avec les différents opposants afin de produire un communiqué commun dénonçant les événements récents pour le publier en Allemagne. Les personnes qui élaborent ce communiqué ont des sensibilités variées, de la gauche aux islamistes, ce qui crée donc une situation pour le moins étrange. Alors que chacun y va de ses observations, un vieux journaliste d’origine azérie prend la parole : « Alors qu’il énumérait longuement les croisades, le massacre des Juifs, des Peaux-Rouges en Amérique, les assassinats de musulmans par les Français en Algérie, quelqu’un dans la foule, brisant ce bel élan, demanda sournoisement où se trouvaient les millions d’Arméniens de Kars et de toute l’Anatolie ; mais l’indic qui prenait des notes, ayant pitié de lui, n’avait pas écrit qui avait dit cela23. » Cette séquence du roman illustre à la fois le double discours des Turcs qui, prompts à dénoncer les crimes du reste du monde, sont incapables d’évoquer ceux dont les ruines présentes à chaque coin de rue témoignent chez eux, et le fait que le récit national se lézarde sans cesse. Le roman permet également de prendre la mesure de l’interdit frappant l’évocation du génocide des Arméniens. Un peu plus loin dans le roman, les putschistes font paraître un article à charge contre Ka afin de lui faire peur et de l’amener à se rallier à eux. Parmi les crimes dont l’article le charge, Ka est accusé de répandre les « allégations arméniennes » : « En ces jours où […] les allégations sur le massacre des Arméniens, qu’il nous faut désormais oublier, connaissent un regain de vigueur, l’apparition parmi nous, à la façon d’un espion, de cet individu suspect […] a suscité au sein du peuple bien des interrogations24. » Évoquer l’existence du génocide est donc considéré comme un acte de trahison, ce qui paraît incompréhensible et absurde alors même que le passé a laissé des traces visibles.

13Orhan Pamuk montre donc l’inanité du discours officiel, que les ruines omniprésentes contredisent, ainsi que le risque de voir un édifice social fragile et bâti sur une amnésie volontaire s’effondrer à tout moment. Plus encore, Neige témoigne du regret d’une société multiculturelle et prospère, qui ayant éliminé l’une de ses composantes, est vouée à la pauvreté, à la mélancolie et à la culpabilité.

Écrire le génocide des Arméniens en Turquie

14Ces deux romans témoignent donc, chacun à leur manière, de la fragilité d’un édifice national construit sur le mensonge et l’oubli. On ne peut qu’admettre que le courage de ces écrivains est à la hauteur de leur talent. Parler du génocide des Arméniens en Turquie, c’est prendre le risque d’être inquiété par la justice ou d’être assassiné, comme ce fut le cas du journaliste Hrant Dink en 2007.

  • 25 Voir E. Ozcan « La réception de Neige dans la presse turque : la politique et la fiction », in I. D (...)

15Orhan Pamuk n’a jamais été mis en cause pour ses romans. S’il a dû affronter des poursuites judiciaires, ce n’est pas en raison de ses ouvrages, mais en raison d’un interview donné en 2005 au quotidien suisse Tans Anzeiger où il déclarait : « Un million d’Arméniens et 30 000 Kurdes ont été tués sur ces terres, mais personne d’autre que moi n’ose le dire. » Il touchait là à deux tabous, la guerre irrégulière opposant le Parti des travailleurs kurdes (PKK) au gouvernement turc et le génocide des Arméniens, remettant ainsi totalement en cause la version officielle propagée par l’État turc. Ces prises de position courageuses lui valent une mise en examen en octobre 2005 pour « insulte à l’identité turque » par la cour d’Istanbul, selon les dispositions du tristement célèbre article 301 du code pénal. Il ne recule pas pour autant et lors de l’audience préliminaire, il est agressé et menacé. Il encourt alors quatre ans de prison. Ce procès soulève une vague d’indignation mondiale, tant de la part d’association de défense des droits de l’Homme que de grands écrivains internationaux tels qu’Umberto Eco, Carlos Fuentes, Mario Vargas Llosa, Gabriel García Márquez, José Saramago, Günter Grass, John Updike et Juan Goytisolo. Face à la pression internationale, les poursuites sont finalement abandonnées en janvier 2006. Parallèlement à ce procès national, d’autres poursuites sont engagées au niveau local. Ainsi, en réaction aux propos de l’écrivain jugés insultants pour l’identité nationale turque, le sous-préfet de Sütçüler exige officiellement que l’on brûle les livres de Pamuk. L’on se met alors à rechercher activement des livres de Pamuk dans toute la sous-préfecture mais, ironiquement, on n’en trouve aucun. À la suite de l’assassinat du journaliste turc d’origine arménienne Hrant Dink, Pamuk est à nouveau la cible des menaces des nationalistes turcs et choisit l’exil25.

16Comme le montre Emin Ozcan, dans un article intitulé « La réception de Neige dans la presse turque : la politique et la fiction », les prises de position politiques d’Orhan Pamuk ont influé sur la réception de son œuvre dans son pays. Le fait qu’il ait été récompensé par le prix Nobel en 2006 ne l’a absolument pas réhabilité en Turquie. La presse turque et les critiques littéraires l’ont qualifié de « soi-disant écrivain », (comme le génocide des Arméniens est qualifié en Turquie de « soi-disant génocide ») et l’on a argué que si le monde le considérait comme un grand écrivain, c’est seulement parce que la traduction masquait les défauts du texte en turc. Orhan Pamuk, internationalement reconnu, est traité avec le plus grand mépris en Turquie et ses romans sont qualifiés d’illisibles, ce qui le condamne à la plus grande solitude dans son pays, comme le poète de fiction, Ka, qu’il dépeint dans Neige.

  • 26 Voir G. Perrier, « Elif Shafak l’intrépide d’Istanbul », article paru dans Le Monde en ligne du 20 (...)

17Elif Shafak, courageuse, avait participé à une conférence sur les Arméniens dans l’Empire ottoman en 2005, conférence qui avait pu être organisée en dépit des pressions. Elle a aussi dû affronter des poursuites judiciaires, mais contrairement à Orhan Pamuk, directement en raison du contenu de son roman La Bâtarde d’Istanbul. Ce sont des propos tenus par l’un de ses personnages qui évoque « les bouchers turcs de 1915 » qui lui valent une mise en examen, au titre de l’article 301, comme Pamuk, pour insulte à l’identité nationale turque. Cette mise en accusation ayant soulevé une vague d’indignation, Elif Shafak est relaxée26.

18Ces poursuites intentées contre ces deux écrivains puis abandonnées tendent à montrer que si le génocide des Arméniens est toujours un tabou en Turquie, l’édifice de la vérité officielle est peu à peu fragilisé grâce aux efforts des intellectuels. La Turquie, soucieuse de son image, souhaite offrir une image moderne au monde et ne peut se permettre de censurer tout à fait ses grands esprits, même si elle les brime et les menace. Ainsi, peu à peu, la vérité du génocide des Arméniens pénètre la société turque qui y était fermée. La fiction littéraire joue un rôle essentiel dans cette évolution : même si les écrivains engagés sont dénigrés en Turquie et en dépit des obstacles que l’on dresse sur leur route, leur parole se fait peu à peu entendre au sein de la société civile qui, ainsi, recouvre progressivement la mémoire.

Notes

1 Voir à ce sujet l’analyse de Rubina Peroomian qui montre la déception des attentes d’Anush, in R. Peroomian, And Those who continued living in Turkey after 1915, Erevan, The Armenian Genocide Museum-institute, 2008, p. 205.

2 E. Shafak, La Bâtarde d’Istanbul, traduction d’Aline Azoulay, Paris, Phébus, 2007, p. 187.

3 Ibid., p. 187-188.

4 Ibid., p. 172.

5 Ibid., p. 202.

6 Ibid., p. 137.

7 Ibid., p. 201.

8 Ibid., p. 139.

9 Ibid., p. 139.

10 Ibid., p. 140.

11 G. Balakian, Le Golgotha arménien, Paris, Le Cercle d’écrits caucasiens, 2002, p. 15.

12 Il s’agit d’un dessert oriental.

13 E. Shafak, La Bâtarde d’Istanbul, op. cit., p. 356.

14 Ibid., p. 204-205.

15 Ibid., p. 374.

16 O. Pamuk, Neige, traduction de Jean-François Pérouse, Paris, Gallimard, 2005, p. 84.

17 Ibid., p. 240.

18 Ibid., p. 243-244.

19 Il montre ainsi comment l’image visuelle créée par le romancier fait naître une émotion particulière chez le lecteur. Voir « Mots, images, objets », in O. Pamuk, Le Romancier naïf et le romancier sentimental, traduit de l’anglais par Stéphanie Levet, Paris, Gallimard, 2012, p. 79-104.

20 O. Pamuk, Neige, op. cit., p. 244.

21 Ibid., p. 20.

22 Ibid., p. 55.

23 Ibid., p. 411.

24 Ibid., p. 433.

25 Voir E. Ozcan « La réception de Neige dans la presse turque : la politique et la fiction », in I. Durand-Le Guern et I. Galleron (dir.), Roman et politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « interférences », 2010.

26 Voir G. Perrier, « Elif Shafak l’intrépide d’Istanbul », article paru dans Le Monde en ligne du 20 septembre 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540