Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Quatrième partie. Quête de mémoire et recherche de sens en Turquie

Quête de mémoire et recherche de sens en Turquie

Texte intégral

  • 1 J. Anouilh, Antigone, Paris, La Table Ronde, 2008, p. 123.

1« Tous ceux qui avaient à mourir sont morts. Ceux qui croyaient une chose, et puis ceux qui croyaient le contraire – même ceux qui ne croyaient rien et qui se sont trouvés pris dans l’histoire sans y rien comprendre. […] Et ceux qui vivent encore vont commencer tout doucement à les oublier et à confondre leurs noms1. » L’injonction d’oubli que l’État turc fait peser sur le génocide des Arméniens, propageant une politique de déni à grands renforts de propagande, contraint les Arméniens à réclamer le droit d’enterrer leurs morts, à la manière d’Antigone se dressant face à Créon, et plonge les Turcs dans l’amnésie. Le lien entre les deux peuples paraissait à jamais bloqué, à l’image de la frontière fermée entre les deux pays. L’assassinat de Hrant Dink, journaliste turc d’origine arménienne en 2007 a marqué un tournant dans les relations arméno-turques. C’est ce nouveau rapport que la quatrième partie de cet ouvrage aborde, à travers les œuvres d’écrivains majeurs tels Orhan Pamuk et Elif Shafak, qui bravent l’interdit et libèrent la parole en Turquie. La psychanalyse permet d’analyser aussi bien les raisons inconscientes du déni que la tragédie de l’Arménien en quête d’un lieu qui n’existe plus que pour lui. Les espaces qui s’ouvrent en Turquie permettent aux Arméniens vivant dans ce pays de redécouvrir leurs origines et leur Histoire. Leurs travaux d’enquête et de restauration amènent les habitants d’Anatolie à rénover leur rapport aux ruines arméniennes et par là, à ces voisins si longtemps fantasmés mais demeurés inconnus. Le chemin vers la réconciliation paraît encore long, mais les communications rassemblées dans cette partie luisent comme autant d’espoirs au sein d’une nuit centenaire.

Notes

1 J. Anouilh, Antigone, Paris, La Table Ronde, 2008, p. 123.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540