Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Exprimer le génocide des Arméniens

 | 
Patrick Louvier
, 
Annick Asso
, 
Héléna Demirdjian

Troisième partie. Représentations et créations artistiques du génocide des Arméniens

La censure censurée puis levée : le cas de The Despoiler (Reginald Barker, 1915-1917)

Marc Vernet

Texte intégral

  • 1 Des éléments de cette présentation sont repris d’un article publié aux Éditions Gaussen, dans la r (...)

1Le film que je souhaite évoquer a pour titre The Despoiler (en français Châtiment), produit par la Triangle, sous la supervision de Thomas H. Ince, réalisé par Reginald Barker pour le label Kay Bee1. Il a été mis en chantier en août 1915, réalisé en octobre et distribué à New York dans la dernière quinzaine de décembre.

2La Triangle a été fondé en juillet 1915 en réunissant trois producteurs et trois « superviseurs » (des réalisateurs chevronnés chargés d’encadrer le travail de réalisateurs plus jeunes). En 1915, les États-Unis sont un pays neutre, finançant en sous-main la guerre en Europe et peu sûr de pouvoir, sous les offensives allemandes, tenir longtemps cette position de neutralité, comme l’a montré le naufrage du Lusitania en mars 1915 (1 200 morts, dont plus de cent Américains sur un bateau qui transportait bel et bien des munitions fournies par les Américains). Ma thèse, qui ne pourra jamais être prouvée par des documents, est que la création de la Triangle est une opération pour partie politique, approuvée par le président Woodrow Wilson, pour se doter d’un organe national de production cinématographique afin d’influer sur l’opinion en l’absence d’autre média national.

3 The Despoiler, une des premières productions de la Triangle, est un film ambitieux pour lequel les plus grands talents de l’équipe d’Ince ont été recrutés : le réalisateur Reginald Barker (le bras droit d’Ince en matière de réalisation), le scénariste Crawford Gardner Sullivan (son directeur du département des scénarios), le directeur de la photographie Joseph August (qui travaillera plus tard pour John Ford) et les deux acteurs principaux, Enid Markey et Frank Keenan, qui sont les vedettes féminine et masculine de la troupe. Le film comporte également de nombreux figurants et il a été largement tourné en décors naturels pour en augmenter le spectaculaire et le réalisme. Bref, tout indique que ce film est très important dans la stratégie de la Kay Bee, qui y investit beaucoup et en priorité, au sein de la nouvelle Triangle.

4Mais le film, autorisé par le bureau de censure de New York, est interdit début janvier 1916 par le bureau de censure de Chicago. Il n’est pas censuré (on demande que des lignes de dialogue et des plans soient modifiés ou ôtés) : il est totalement interdit de projection. Plus bizarrement encore, le film est aussitôt retiré de l’exploitation pour la totalité des États-Unis. Il faudra attendre 1917 pour que la Triangle redemande un visa d’exploitation, et l’obtienne à partir de la Californie, et finalement pour toute exploitation. Rappelons trois choses : 1. La censure de Chicago, sous la houlette du redouté Major Metellus Lucullus Cicero Funkhouser, est une des plus dures des États-Unis (le Michigan est un des états les plus peuplés des États-Unis, et celui où la colonie allemande est la plus importante). 2. En juillet 1915, l’ambassadeur des États-Unis à Constantinople, Henry Morgenthau senior, d’origine juive, demande avec insistance à Washington si on a bien reçu ses notes sur l’extermination raciale des Arméniens et des chrétiens conduite par les Ottomans. 3. En 1917, les États-Unis sont entrés en guerre et donc les conditions de censure ont changé.

5Il ne nous reste apparemment qu’une copie du film The Despoiler et c’est une copie française sous le titre Châtiment distribuée en France en 1917. Cette version est explicite : l’action se passe à la frontière turco-arménienne. Des troupes turques, commandées par le khan Ouardahlia, ont envahi une localité soupçonnée de travailler avec l’ennemi (la Russie ?), en liaison avec un officier européen nommé von Werfel. Le conseil municipal est soumis à un ultimatum : ou il verse l’argent récolté pour l’ennemi ou le couvent local, où se sont réfugiées toutes les femmes, est livré à la soldatesque. Les édiles refusent de céder : le couvent est pris d’assaut par les Ottomans. Mais à l’intérieur se trouve la fille du colonel von Werfel, désirée par le khan. Il lui propose de se sacrifier dans ses bras pour épargner ses compagnes. Il la viole par deux fois et est ensuite tué par elle, avec un rappel très net de l’épisode biblique de Judith de Béthulie. Son père arrive au matin, ne la reconnaît pas et la fait abattre comme meurtrière de son allié.

  • 2 Notons au passage qu’aujourd’hui les Kurdes luttent contre les islamistes qui massacrent la minori (...)

6On a dans cette copie un propos à la fois très clair (cela se passe à la frontière turco-arménienne), en partie conforme à la réalité historique (les Turcs, aidés des Kurdes et des Allemands, massacrent chrétiens et Arméniens, accusant ces derniers d’être les alliés des Russes2).

7Pour autant, les faits ne sont pas explicitement désignés ou montrés : pas de génocide, pas de marche forcée pour déportation. Le drame est cantonné à l’invasion d’une bourgade, puis l’assaut d’un couvent, puis le viol d’une jeune vierge, lequel viol ne peut être montré. Mais la structure est là : des Ottomans en Arménie, aidés par un Allemand, terrorisent la population civile locale.

Vidéogrammes du film The Despoiler, Reginald Barker, 1915.

8On ne connaît la version 1915 (celle qui a été censurée par Chicago) que par un continuity script (un découpage technique). L’étonnant est qu’avec les mêmes images, le film de 1915 ne raconte pas du tout la même histoire que celui de 1917. Dans la version 1915, l’action ne se passe pas en Arménie mais dans les Balkans. Le colonel ne s’appelle pas von Werfel mais Damien, ce qui est nettement plus francophone que germanique. L’assaut du couvent et les deux viols ne sont que le cauchemar du père, Damien, qui s’est la nuit tombée endormi devant une cheminée. Il se réveille à temps et sauve sa fille, le couvent et la bourgade de la sauvagerie ottomane. La version de 1915, dans son scénario, est donc beaucoup plus, censurée que la version de 1917, essentiellement par des éléments linguistiques (Balkans au lieu d’Arménie, Damien au lieu de von Werfel) et par une atténuation de l’action : rêve d’atrocité et non atrocité elle-même. Il a suffi de modifier quelques cartons et de changer légèrement le montage pour recentrer sur le génocide arménien.

  • 3 Loïc Arteaga (voir : [http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/triangle/rubrique/archives-ph (...)

9Mais les déguisements de 1915 ne sont pourtant pas suffisants pour empêcher la censure complète. Parce que l’uniforme du militaire européen est, malgré l’absence d’insigne explicite, clairement un uniforme allemand. Parce que, Balkans ou pas, la situation d’ensemble est claire : des soldats musulmans, aidés par un conseiller européen, terrorisent des civils chrétiens. De ce point de vue, l’accoutrement de Ouardahlia est explicite avec son turban et ses étoffes très bigarrées (autant l’uniforme de Damien est dépouillé, autant l’habit du khan est chargé, ainsi que son faciès). Autrement dit, la censure de Chicago n’a pas été dupe de la censure des scénaristes : les allusions étaient tout de même trop claires dans une situation politique trop actuelle et connue pour que le risque soit pris devant un public germanophone, et sans doute aussi que l’Ambassade d’Allemagne est intervenue pour rappeler aux règles de la neutralité dans le conflit3.

10Le film me semble, dans ses péripéties de 1915, tout à fait représentatif de la position américaine et de la position de la Triangle, tentant de concilier l’inconciliable, la neutralité et la dénonciation, la fiction et la réalité, le politique et le dramatique, l’indignation et la censure, la diplomatie et le spectaculaire.

*

11Toutefois, pour que la version de 1917 soit si aisément possible (quelques cartons changés), il faut bien que la version de 1915 ait été censurée par le producteur, déguisée. Il faut donc supposer qu’avant le continuity script qui nous donne des indications sur ce qu’était la version diffusée à New York en 1915, il y avait un scénario, ou, à tout le moins, un synopsis, proche de la version de 1917 : en tout cas, il nous faut faire l’hypothèse que le continuity script était bien censuré dès l’écriture par rapport à ce qu’il entendait évoquer. Urgence de l’intervention, force du cinéma, contrainte de la neutralité : cela a abouti à ce compromis trop évident qui n’a pas pu éviter l’interdiction totale qui ne sera levée que lorsque les États-Unis entrent en guerre et usent du cinéma pour consolider leur position. Mais c’est bien l’interdiction totale obtenue par Funkhouser, entérinée le 20 janvier par un conseil de la Triangle préférant retirer le film de l’exploitation, qui nous renseigne sur la portée de la version de 1915, et c’est bien la censure du génocide qui nous vaut cette très longue scène de l’assaut du couvent où, peu à peu, les protagonistes sont réduits au khan et à Béatrice (se substituant aux soldats et aux femmes) pour un double viol qui à son tour ne peut être montré (d’où sans doute le nouveau déplacement vers le blasphème contre le Christ) mais qui donne lieu à un tour de force du directeur de la photographie cadrant en plan large une chambre dans le noir qui n’est éclairée que par une petite lucarne donnant sur l’extérieur, et passant dans un même plan d’un teintage bleu à un teintage ambre et inversement : la force plastique tente de suppléer la puissance de l’horreur censurée.

Notes

1 Des éléments de cette présentation sont repris d’un article publié aux Éditions Gaussen, dans la revue Écrire l’histoire, no 12, automne 2013, sous le titre « Vite, mettre en scène un génocide. The Despoiler, de Reginald Barker 1915 », p. 65-74.

2 Notons au passage qu’aujourd’hui les Kurdes luttent contre les islamistes qui massacrent la minorité yézidi zoroastrienne.

3 Loïc Arteaga (voir : [http://www.cinematheque.fr/sites-documentaires/triangle/rubrique/archives-photos-et-films-les-films-triangle-la-restauration-de-the-despoiler.php]) a déjà montré que le film a connu des difficultés avec la censure dès le 24 décembre 1915 (le film est déjà en exploitation à New York), de la part de George H. Bell au nom de l’administration américaine, mais au sujet d’une scène de blasphème (le khan force Béatrice à profaner un crucifix en lui faisant cracher dessus. Cette scène n’existe pas dans la version 1917).

Table des illustrations

Légende Vidéogrammes du film The Despoiler, Reginald Barker, 1915.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/46073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540